Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Un élément sur la nationalisation des noms dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres

Nathalie Clayer

Texte intégral

1Lors de mes recherches sur l’islam en Albanie, portant en particulier sur le courant mystique des Bektachis, je feuilletais il y a quelques années un périodique albanais, où l’un des chefs spirituels de ce courant avait alors publié divers articles. Or l’un d’eux, sous le titre « Campagne pour des noms nationaux », contenait des listes de prénoms à donner aux garçons et aux filles, nés dans ce jeune pays. De l’onomastique ! … Il était trop tentant de faire une brève analyse de ce texte et de sa publication, en l’honneur de Jacqueline Sublet.

2Quelle était cette campagne ? Pourquoi et comment un baba bektachi avait-il envoyé de telles listes ? Et quels types de noms proposait-il ? Voici les questions auxquelles je voudrais répondre, afin d’éclairer le processus encore balbutiant de nationalisation des prénoms alors lancé, ainsi que la position de ce personnage, voire de sa confrérie dans ce projet.

La campagne de nationalisation des noms et la politique de nationalisation de la société

  • 1 À cette époque, le pays comptait environ 70 % de musulmans, 20 % de chrétiens orthodoxes et 10 % de (...)
  • 2 En dehors de la langue albanaise, la langue grecque, différentes langues slaves, l’aroumain, le rom (...)
  • 3 Sur l’application de cette politique dans le sud du pays, voir Clayer 2004.
  • 4 Voir Clayer 2009.
  • 5 Voir Clayer 2008.
  • 6 Arkivi Qendror i shtetit (AQSh), Tirana, F. 252 (Ministère de l’intérieur), v. 1937, d. 385 et Demo (...)

3Dans l’entre-deux-guerres, le processus de construction étatique s’est accompagné, en Albanie comme ailleurs, d’une politique de nationalisation d’une société qui n’avait rien d’homogène, ni sur le plan religieux1, ni sur le plan linguistique2. Entamée au début des années 1920, lorsque les institutions nationales commencent à être mises en place, la politique d’albanisation, s’agissant de l’usage de la langue, s’est principalement faite par le truchement des écoles et des « églises3 ». Elle a aussi concerné les toponymes. Après quelques velléités ponctuelles, les dirigeants albanais ont en effet lancé, à partir de 1926-1927, un projet d’albanisation radicale des toponymes, qui visait à remplacer tous les toponymes « étrangers » et à placer quelques motifs nationaux sur le « tapis de noms ». En réalité, le projet connut des lenteurs et il dut être réactivé en 1936-1938, à une époque où le roi Zog souhaitait réaffirmer la souveraineté du pays, face à une emprise italienne toujours plus grande4. C’est d’ailleurs à cette époque, dans le cadre du 25e anniversaire de l’indépendance albanaise (1937) et dans le contexte du mariage du roi (1938), que d’autres mesures furent prises : deux lois furent votées sur l’interdiction du port du voile (en fait là aussi pour affirmer la légitimité d’une Albanie souveraine)5 et sur l’impossibilité pour les hommes mariés à des femmes étrangères de devenir fonctionnaires6.

  • 7 AQSh, F. 252, v. 1930, d. 854.
  • 8 Il faut noter que, durant la période d’occupation par l’Autriche-Hongrie des deux tiers du territoi (...)
  • 9 Le ministère donnait quelques exemples : Koliqi devait devenir Kolaj, Kristoforidhi, Kristofori, Bu (...)

4Comme les noms de lieux, les noms des citoyens albanais furent aussi l’objet de cette politique de nationalisation. Ainsi, un document du ministère de l’Intérieur, daté d’avril 19307, nous apprend que, déjà à l’époque de l’occupation austro-hongroise, les noms de famille qui finissaient par « iq » (le « ić » du serbo-croate), « viç », « ev », « of », « is », « os », « aqi », « dhis » — donc qui avaient des désinences à connotation slaves ou grecques — avaient vu leur terminaison changée en « aj » ou « i »8, mais que par la suite, les noms originaux avaient été repris. Le ministère le signalait dans une circulaire envoyée aux préfets. À l’occasion du recensement, il demandait que ces terminaisons qui étaient « les signes des nationalités étrangères et qui blessent tant l’honneur national » soient remplacées par les fonctionnaires de l’état civil par les terminaisons « aj », « i » ou « a »9. Ces mêmes fonctionnaires devaient faire en sorte que les nouvelles formes soient utilisées dans tous les actes officiels. Les préfets devaient aussi ordonner aux citoyens albanais de changer, selon le même principe, toute enseigne qui comporterait un tel nom. Ils devaient par ailleurs ordonner aux directeurs des écoles de faire modifier les noms des élèves. Les administrations ne devaient accepter aucun document comportant les anciennes désinences. Enfin, pour donner l’exemple, les noms des fonctionnaires qui étaient de ce type devaient être immédiatement changés.

  • 10 Demokratia, n° 236, 14/12/1929, p. 4.
  • 11 Demokratia, n° 528, 20/3/1937, p. 4.

5S’agissant des prénoms, en 1930, dans les cercles officiels, il n’était pas encore question de les albaniser. Pourtant, dans les milieux intellectuels, on avait commencé à faire la promotion de « noms albanais ». En décembre 1929 par exemple, le journal Demokratia, qui paraissait à Gjirokastër, annonçait que Thoma Papapano, député de Gjirokastër, avait donné à son fils le nom « albanais » de Petrit (milan = nom d’un oiseau de proie)10. En fait, c’est au début de l’année 1937, donc dans le contexte décrit plus haut, que le gouvernement albanais a, semble-t-il, pris des initiatives dans ce sens. En mars 1937, le ministère de l’Education diffusait en effet une circulaire invitant tous les organes éducatifs à préparer des listes de « noms albanais » pour baptiser les enfants, garçons et filles. Il y était précisé que les noms pouvaient être tirés de l’histoire, des traditions et de la langue nationales, « le but étant de donner à la nationalité albanaise une identité et une physionomie particulières et distinctes, comme est distincte et sans tache notre race plusieurs fois centenaire11 ».

  • 12 Voir les souvenirs de son rédacteur Zoi Xoxa, 2007, p. 197.
  • 13 Drita (Tirana), n° 104, 4/4/19Déjà dans le n° 73 du 26 février (p. 2), le journal avait publié un a (...)
  • 14 À ma connaissance, aucune étude n’a été faite sur l’éventuelle spécificité des prénoms portés par l (...)
  • 15 Les caractères « national » et « étranger » restent naturellement très subjectifs.

6Dans ce contexte, le journal Drita — organe officieux du gouvernement12 — lança lui aussi une campagne destinée à constituer « des listes de noms nationaux avec lesquels baptiser nos enfants, afin qu’ils ne se différencient pas par la religion13 ». Plus que pour les toponymes, il s’agissait donc de gommer le marqueur religieux que représentait le prénom de l’individu, alors pratiquement systématiquement puisé dans les répertoires à connotation religieuse — musulman14, chrétien orthodoxe ou chrétien catholique, selon l’appartenance religieuse. Pourtant, on le verra d’après la liste, la nationalisation n’était pas seulement synonyme de sécularisation, elle correspondait aussi à l’élaboration d’un répertoire « national », débarrassé de noms d’origine « étrangère »15, comme le voulait le ministère de l’Éducation.

Baba Ali Tomori, un chef spirituel nationaliste

  • 16 Dans Drita (n° 116, 18/8/1937), les listes, beaucoup plus courtes, d’un autre lecteur qui ne donna (...)

7Il est assez surprenant de constater que le premier des deux citoyens/lecteurs16 à avoir proposé au journal des listes de noms ait été un chef spirituel de la confrérie des Bektachis. Faut-il y voir une extrapolation de l’attribution fréquente des prénoms des enfants de disciples bektachis par les babas ? Peut-être. Il faut sans doute également aller chercher l’explication du côté du profil de ce baba, un profil singulier pour l’époque : celui d’un homme de religion, nationaliste, qui, pour des motifs nationaux, pouvait adhérer à ce projet de suppression des marqueurs religieux portés par les prénoms des individus.

8Baba Ali Tomori était certes un chef spirituel bektachi, il n’en avait pas moins un parcours singulier au sein de sa confrérie. Alors que de nombreux chefs spirituels et derviches possédaient un niveau d’éducation relativement bas ou que certains babas avaient reçu une bonne éducation de type « oriental » (apprentissage des langues turque, arabe et persane, connaissances de la littérature religieuse et poétique dans ces langues, souvent acquise dans les centres de la confrérie), Baba Ali Tomori alliait cette formation « traditionnelle » à une formation plus « moderne ». Né en 1893, sous le nom d’Ali Abaz Skëndi, dans un village de la région de Tepelen, dans le Sud de l’Albanie actuelle, il était le fils d’un fonctionnaire ottoman en poste à Istanbul, puis à Kozani (aujourd’hui en Grèce). Ce qui le distingue de la plupart des babas bektachis de l’entre-deux-guerres est qu’il fit des études dans des établissements scolaires non religieux : primaire à Berat, puis secondaire (idadiye) à Kozani, où il apprit le turc, mais aussi le français et le grec. Ce n’est que par la suite, à l’âge de 18 ans, qu’il commença à servir comme derviche au tekke (lieu de culte) de Prishta, non loin de Tepelen, où son père était devenu myhib (disciple initié) en 1902. Les conflits balkaniques le chassèrent cependant de cet établissement, qui eut à souffrir des Andartes grecs. Mais, dès cette époque, il commença à prendre sa plume et à intervenir dans la presse. Il dénonçait les destructions commises par les Grecs. Surtout, il exprimait son souhait de publier lui-même un journal et demandait l’appui financier des nationalistes albanais émigrés en Amérique. Pendant la Première guerre mondiale, il aurait ensuite séjourné un certain temps au tekke bektachi du Caire, en Égypte, où il serait entré en contact avec les milieux albanistes, tout en étudiant la théologie et la poésie.

  • 17 Pendant environ trois ans, entre le printemps 1930 et le printemps 1933, Baba Ali Tomori ne semble (...)
  • 18 Pour la liste de ses publications, voir Gjinaj, Bezhani et Çuni 20Après avoir soutenu la lutte des (...)

9En 1919, il redevint derviche au tekke de Prishta, avant de prendre au début des années 1920, en tant que baba, la direction du petit tekke de Kulmak, base du pèlerinage au Mont Tomor, auquel il chercha à donner une dimension nationale. Mais, tout au long des années 1920-1930, il se distingua aussi comme l’un des principaux activistes de la confrérie, d’une part en utilisant la presse et l’édition (ce que ne fit pratiquement aucun autre baba), et d’autre part en étant l’une des chevilles ouvrières des congrès bektachis réunis dans le but d’organiser la confrérie de façon indépendante. Entre 1921 et 1923, il publia même un journal, intitulé Reforma (La réforme). Ses livres et brochures procédaient généralement d’une volonté d’albaniser le corpus religieux et poétique de la confrérie. Quant à ses articles parus dans la presse, dans les années 1920, ils avaient surtout trait à la question des réformes des communautés religieuses en Albanie, leur nécessaire autocéphalie, ou encore l’indépendance du bektachisme vis-à-vis de l’islam. Dans les années 193017, ils étaient davantage axés sur l’histoire — en particulier les figures importantes du bektachisme albanais —, la langue et le folklore18. Les uns comme les autres étaient largement imprégnés de nationalisme, et c’est dans cet esprit que Baba Ali Tomori intervint dans la campagne pour la nationalisation des prénoms.

La construction d’un répertoire de noms « nationaux »

10Examinons maintenant les listes établies par Baba Ali Tomori, envoyées au journal Drita. Les deux listes, l’une pour les noms de garçons et l’autre pour les noms de filles, ne sont accompagnées d’aucun commentaire. L’ordre des noms présentés n’est pas évident : il n’est ni alphabétique, ni réellement thématique ; on y distingue seulement quelques séries.

  • 19 Je ne citerai pas ici tous les noms figurant dans les listes. Il est à noter que les listes fournie (...)
  • 20 Ce répertoire est donc plus large que le répertoire « illyrien » forgé par la suite à l’époque comm (...)

11Si l’on en fait une analyse rapide, on voit que les prénoms appartiennent à plusieurs champs sémantiques19. Le premier — les listes commencent d’ailleurs par des prénoms appartenant à cette catégorie — est essentiellement relatif à l’histoire et se divise en deux périodes de références : l’antiquité pélasgo-illyro-grecque20 et le Moyen Âge : le passé national s’arrête donc pratiquement à la lutte du héros national, Skanderbeg, contre les Ottomans.

12Les nombreux prénoms faisant référence à l’antiquité sont par exemple Akil (Achille), Ulis (Ulysse), Piro (Pyrrhus), Omir (Homère), Amint (Amyntas), Herkull (Hercule), Pindar, Ptolem (Ptolémée), ou encore Akeron (Achéron) et Lekë (Alexandre le grand) pour les prénoms masculins, Minervë (Minerve), Dianë (Diane), Amazonë (Amazone), Arianë (Ariane), Artemiz (Artémise), Rushanë (femme d’Alexandre le grand) ou encore Limpiadë (Olympie) et Dodonë, pour les prénoms de filles. Ceux faisant plus particulièrement référence aux Illyriens sont par exemple Bardhyl, Klido (aujourd’hui utilisé sous la forme Klit) et Gjenço, des noms de rois illyriens, Dardan, Taulan et Libur (du nom de tribus illyriennes), Teftë (aujourd’hui Teuta), nom d’une reine illyrienne.

13Le passé moyenâgeux se retrouve dans les prénoms Skënder (du héros national Skanderbeg), et pour les filles Donikë (nom de la femme de Skanderbeg) et Voisavë (nom de sa mère). Il y a aussi les noms de divers nobles de l’époque, comme Komnen, Muzak, Aranit, Gjonbue, Uran (ou Vrano), ou les noms désignant les Albanais à cette époque (Arben, Arbanas).

  • 21 Voir Clayer 2007.

14Il faut noter que Baba Ali Tomori propose également quelques rares prénoms liés à l’histoire du xixe siècle. J’ai ainsi repéré dans les listes « Gjonlek », qui vient probablement de Zenel Gjoleka, chef d’une insurrection contre les réformes des Tanzimat, « Aladro », nom d’un prétendant au trône d’Albanie et « Doradistrç », qui vient du nom de la célèbre princesse roumaine Elena Gjika, surnommée Dora d’Istria, qui s’illustra par son fervent albanisme21.

15Un second champ sémantique est celui de la nature, avec certaines sous-catégories : les prénoms faisant référence aux corps célestes et aux éléments, les prénoms dérivés des noms de minéraux, de végétaux et d’animaux. Pour les garçons, Baba Ali Tomori propose ainsi par exemple Yllo (de « yll », étoile), Komet (comète), Ylyver (arc en ciel), pour les garçons, Hënë (lune), Qelore (céleste), Detare (marine), Vetëtime (éclair), Vesë (rosée) pour les filles. Parmi les prénoms de garçons, le monde minéral fournit une partie du corpus, avec notamment Granit, Çelik (acier), Hekur (fer), Gurro (de gurr, pierre), de même que le monde animal, avec par exemple Luan (lion), Dragon, Petrit (malin), Hastrit (aspic) ou Shqipo (de shqiponja, aigle). Pour les filles, le monde végétal semble être un référent plus important. Prenons pour exemple Shegë (grenadier), Rezeda, Selvi (cyprès), Nerënxë (oranger), Bajame (amandier), etc.

16Le troisième champ sémantique repérable est celui des qualités ; des qualités qui sont bien sûr censées apparaître chez l’enfant qui porte le prénom. En réalité, certains noms de la catégorie précédente font indirectement référence à des qualités : au lion, au fer, à la pierre est associée l’idée de force, au milan et à l’aspic est liée celle de bravoure. Mais d’autres prénoms sont forgés directement à partir de verbes ou de termes exprimant des qualités ou des bienfaits. Çelo signifie noble, Tafo nouveau, Fatos et Kreshnike vaillant(e), Fatmir chanceux. Fitor vient de gagner, Jetosh de vivre, Mundëtar de pouvoir, Kujtim de se souvenir, Lufto et Luftare de lutter, Mirash de bon, Agim qui signifie « aube » est associé à l’arrivée de quelque chose désirée. Bukuri, pour les filles, signifie beauté. De façon remarquable, on trouve également dans le corpus féminin le prénom Hyjnore (divine), qui fait donc référence à la religion, sans toutefois correspondre à une religion précise.

17Enfin, on peut distinguer un quatrième et dernier registre, beaucoup moins représenté, dans les listes proposées par Baba Ali Tomori. Il s’agit d’un registre plus idéologique, nationaliste et progressiste. Ainsi un garçon peut recevoir le nom de Flamur (drapeau) ; une fille peut être appelée Zanë (fée) ou Lahutë (luth), deux termes du corpus d’un « folklore albanais » mis en valeur à l’époque. On peut classer aussi dans cette catégorie les prénoms Liri (liberté), Përparim (progrès) ou encore Librare qui vient de livre.

L’évolution de l’onomastique en Albanie au-delà de cette entreprise

  • 22 En réalité, j’ignore pour l’instant quel fut le résultat de l’envoi de la circulaire du ministère.
  • 23 Voir par exemple Daka 1968 , p. 137-157 ; Lloshi 1969, p. 165-1En 1969, Palok Daka publia également (...)
  • 24 En particulier l’étude de Yllka Selimi (1989) que j’utiliserai plus loin.
  • 25 Sur les patronymes, voir Bidollari 2003, ainsi que d’autres articles du même auteur parus dans cett (...)

18Que s’est-il passé dans la pratique ? Cette campagne lancée à la fois par l’intermédiaire du ministère de l’Education nationale22 et par la presse a-t-elle été suivie d’effet ? Nous n’avons pratiquement aucune étude pour suivre de façon précise l’évolution des prénoms donnés en Albanie au xxe siècle. Des articles ont été publiés à l’époque communiste, peu après l’interdiction de la religion, à une époque où commençait donc une nouvelle campagne de nationalisation des noms pour justifier celle-ci23. Quelques études ont été aussi faites depuis, mais elles restent ponctuelles24. Je ne peux donc ici que proposer quelques éléments de réponse et pistes de recherches25.

  • 26 J’ignore s’il s’agissait d’une pratique courante.
  • 27 Butka 2003, p. 153.

19Il est très vraisemblable que, dans les milieux « intellectuels » et nationalistes, ainsi que chez les fonctionnaires, qui avaient anticipé la campagne on l’a vu, l’attribution de prénoms considérés comme « nationaux » aient commencé à être courante vers la fin des années 1930. D’après un témoignage que j’ai pu trouver, l’esprit était le même que celui qui avaient guidé ceux qui avaient lancé la campagne : il s’agissait d’effacer un marqueur de l’identité religieuse, mais aussi d’affirmer une identité nationale. Safet Butka, alors professeur au lycée de Tirana, rapporte en effet dans son journal comment il donna à son fils, né le 2 décembre 1938, le prénom de « Uran », d’après le nom d’un général du héros national Skanderbeg. Huit ou neuf jours après la naissance, il avait invité des amis pour le « dîner du nom26 ». On demanda d’abord à sa femme, puis à lui-même s’ils avaient une idée. Il répondit qu’il avait pensé à « Albert », mais qu’il voulait surtout que son fils ne paraisse pas « turc » (c’est-à-dire musulman), car comme les autres enfants il ne recevrait pas d’éducation religieuse. Alors, le docteur Jani Basho qui était de l’assistance proposa le nom d’Uran, qui fut accepté par toute l’assemblée27.

  • 28 La famille Butka était bektachie.
  • 29 De Rapper 1998, vol. I, p. 153.
  • 30 Shkurti 1937, p. 2Je remercie Maks Gjinaj de m’avoir signalé cet article et de m’en avoir fourni un (...)

20On peut se demander si cette attitude était plus courante chez les musulmans, et en particulier chez les Bektachis28 qui, indépendamment du courant séculariste, souhaitaient s’émanciper de la communauté musulmane, à l’image de Baba Ali Tomori, sans pour autant prendre des prénoms d’origine chrétienne. Cette hypothèse semble confirmée par l’étude de Gilles de Rapper sur la région du Devoll (Sud-Est de l’Albanie actuelle), dans laquelle il note que des prénoms comme Gëzim, Lavdi, Bukuri, Liri, Urim, Agim et Bashkim, apparaissent avant la Seconde guerre mondiale, mais toujours chez les musulmans29. Chez les chrétiens, si le mouvement n’était certes pas absent, comme en atteste l’exemple de Thoma Papapano (un chrétien orthodoxe) mentionné plus haut, un article paru dans un périodique de Shkodër également en 1937 nous montre que l’albanisation pouvait être comprise sans sa composante areligieuse. De fait, l’auteur de l’article s’élevait contre la pratique qu’il jugeait « snob », qu’avaient les citadins catholiques de Shkodër de donner des prénoms dont la forme était italienne (Tonin, Gjovalin, Paolin), pour marquer leur statut social et se distinguer des montagnards qui utilisaient davantage des formes albanaise (Ndoc, Gjon, Pal). La nationalisation demandée ne rejetait donc pas les formes « albanaises » de prénoms catholiques, formes qui ne figuraient pas dans les listes proposées par Baba Ali Tomori30.

  • 31 Gilles de Rapper précise que cette catégorie qu’il définie comme « neutre » est en réalité très dis (...)
  • 32 De Rapper 1998, p. 153.
  • 33 Selimi 1989.
  • 34 Les évolutions de l’époque communiste et des années suivantes ont en particulier engendré une désaf (...)

21Quoiqu’il en soit, il semble que la campagne de nationalisation des prénoms n’eut pas un impact en profondeur dans la société albanaise. Gilles de Rapper signale que, dans la région du Devoll par exemple, les prénoms « neutres », donc ni chrétiens ni musulmans31, apparaissent de manière très limitée avant la Seconde guerre mondiale, ne se développant vraiment que dans les années 1950-1960, pour devenir la catégorie prédominante dans les années 1970-198032. D’après des enquêtes faites par Yllka Selimi dans les années 1980, peu avant l’effondrement du régime communiste33, les noms qui avaient été donnés dans les années 1950 étaient encore majoritairement tirés des registres religieux, avec des différences importantes toutefois entre villes et campagnes, entre régions, et certainement entre communautés religieuses. Mais, ce dernier point n’est pas discuté par l’auteur, alors qu’il est très important, comme le montrent les recherches de Gilles de Rapper34. Y. Selimi oppose à ces prénoms « étrangers » religieux, les prénoms illyriens et albanais (des noms de végétaux, d’animaux, de minéraux, des noms historiques, géographiques, des noms de corps célestes et enfin, des noms culturo-littéraires). En 1950, les noms « albanais » utilisés étaient surtout des noms de végétaux, d’animaux. En revanche, les noms historiques, « illyriens » et « albanais », étaient peu nombreux. L’auteur rappelle cependant que les motifs de choix des prénoms pouvaient être très divers : attribution du nom des grands-parents, volonté d’attribuer certaines qualités à l’enfant, protection magique, et donc que les motifs idéologiques n’étaient pas nécessairement les plus importants.

  • 35 Les chiffres sont calculés d’après l’échantillon d’Y. Selimi ; il est préférable de retenir surtout (...)
  • 36 Les premiers représentaient 38 % des noms donnés en 1980 (dans l’échantillon), les seconds 11 %, al (...)
  • 37 Kostallari, Domi, Daka, Mansaku 1982.

22Des changements se produisirent toutefois après le Ve congrès du Parti, tenu au début de l’année 1967, lorsqu’une lutte contre les « vestiges du passé » fut lancée : la religion, mais aussi les prénoms « étrangers » (religieux ou non) furent condamnés. L’Institut de linguistique fut alors chargé d’établir une liste de noms « illyriens et albanais », qui fut distribuée aux fonctionnaires de l’état civil. En conséquence, en 1970, les nouveaux noms donnés auraient été à 75 % des noms « albanais ou illyriens » (toujours avec des variations régionales), contre 32 % en 196035. Pourtant, d’après Y. Selimi, en raison du corpus limité de noms « albanais et illyriens » proposés dans les listes à une époque de forte croissance démographique, ainsi que parce que ces noms ne plaisaient pas à tout le monde, un nouveau phénomène (d’abord urbain) apparut : la très forte augmentation des prénoms « étrangers laïcs », venant surtout d’Occident (comme Elvis, Denis, Natasha, Rajmonda, Franc), tandis que les noms « étrangers religieux » croissaient eux aussi36. C’est ce qui aurait poussé les autorités à faire rédiger un dictionnaire des noms « utilisés par les Illyriens, les Arbërs et les Albanais, génération après génération » (édité en 1982), afin donc de relancer le processus d’albanisation des prénoms37.

  • 38 Ce phénomène a existé avant 1967, puisque la célèbre chanteuse d’Opéra Inva Mulla, née en 1963, est (...)
  • 39 Voir Hasimja, http://www.hasimja.com/files/Emra%20dhe%20identitete%20perse.htm. Cette pratique de f (...)

23Yllka Selimi fait par ailleurs plusieurs remarques sur le mode d’attribution des prénoms, fondées sur ses enquêtes de terrain. Le choix reste une affaire familiale dans laquelle les grands-parents interviennent souvent. Dans 15 % des cas seulement, les amis et voisins sont impliqués. Il arrive que les parents choisissent un deuxième prénom, à connotation religieuse, parallèlement au prénom officiel. Surtout, Y.  Selimi souligne le fait que la transmission du nom des grands-parents ou parents reste importante, notamment dans les villages (mais l’Albanie est encore majoritairement rurale à cette époque). Car il existe des moyens détournés de transmettre un nom, en le modifiant : par exemple, en inversant les syllabes ou les lettres : « Riza » devient ainsi « Zari », « Avni » devient « Inva »38. Certains prénoms sont également fabriqués à partir des premières syllabes des noms des parents39. D’autres sont inventés à partir d’une initiale, etc. Les choses ne se sont donc pas passées comme l’espéraient les autorités communistes albanaises. Au reste, Y. Selimi prônait l’augmentation du « niveau idéologique et culturel » des parents afin de diminuer la part de ces « prénoms étrangers laïcs », comme de ceux qui ne voulaient rien dire. Il est vrai que les uns comme les autres représentaient une résistance à la politique du Parti.

  • 40 Hasimja. Voir également sur les changements de prénoms et l’usage de doubles prénoms en émigration, (...)
  • 41 À l’époque communiste, le choix de noms neutres, ni chrétiens ni musulmans, par exemple dénotait so (...)
  • 42 Gilles de Rapper souligne que, parmi les critères de choix revenant souvent dans le Devoll, figuren (...)

24La chute du communisme quelques mois après la parution de son article ne fera pourtant qu’accroître ce phénomène de préférence pour des noms n’appartenant pas au répertoire « albanais et illyrien ». De fait, nombreux sont les parents qui, depuis l’ouverture du pays et les importantes vagues migratoires internes et externes, donnent à leurs enfants des noms que certains qualifient d’« étrangers », d’« italiens », ou de « grecs », selon les cas40. Des débats existent actuellement à ce sujet. Et certains veulent promouvoir à nouveau des noms « albanais », oubliant, comme dans l’entre-deux-guerres, que le choix du prénom d’un enfant n’est pas qu’une question d’affirmation ou non, d’une identité nationale, mais qu’il peut aussi être le marqueur d’une identité familiale, d’une identité religieuse, d’une identité ou d’aspirations économico-sociales, voire d’une affirmation politique41, et qu’il résulte également d’autres critères — esthétique, propriétés magiques, etc.42. Même s’il n’a pas la complexité du nom arabe du Moyen Âge étudié par Jacqueline Sublet, dans la société albanaise contemporaine, le prénom est difficilement réductible à un signe d’appartenance à la nation, comme l’aurait voulu Baba Ali Tomori ou d’autres intellectuels albanais du xxe et du début du xxie siècle.

Bibliographie

Sources

Arkivi Qendror i Shtetit, Tirana, F. 252 (Ministère de l’intérieur), v. 1930, d. 854 et v. 1937, d. 385.

Demokratia (Gjirokastër), n° 236, 14 décembre, 1929, p. 4.

n° 528, 20 mars, 1937, p. 4.

Drita (Tirana), n° 104, 4 avril 1937, « Fushata për emëra kombëtare », p. 3.

— n° 116, 18 avril 1937, Një këndonjës, « Fushata për emëra kombëtare », p. 3.

Études

Bidollari, Çlirim, 2003 : « Zhvillimi historik i patronimeve te shqiptarët », Studime historike 3-4, p. 139-153.

Bubani, Gjergj, 2007 : Publicistikë, shënime udhëtimi, Tiranë, Omsca-1.

Butka, Uran, 2003 : Safet Butka, Tirana, Maluka.

Clayer, Nathalie, 2004 : Frontière politique, frontière ethnique et État-nation. L’exemple de la région-frontière albano-grecque dans l’entre-deux-guerres, dans Nečak, Dušan (dir.), Borders in Southeastern Europe : Culture and Politics between the 18th and 21th Century, Historia 7, p. 159-175.

— 2007 : Aux origines du nationalisme albanais, Paris, Karthala.

— 2008 : Behind the veil. The reform of Islam in inter-war Albania or the search for a “modern” and “European” Islam, dans Clayer, Nathalie et Germain, Eric (dir.), Islam in inter-war Europe, Hurst, Londres, p. 128-155.

— 2009 : L’albanisation des toponymes dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres ou les méandres d’une lente construction étatique, dans De Rapper Gilles et Sintes Pierre (dir.), Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, p. 237-255.

Daka, Palok, 1968 : « Mbi disa veçori të formimit të emrave vetjakë në gjuhën shqipe », Studime filologjike, p. 137-157.

de Rapper, Gilles, 1998 : La frontière albanaise. Famille, société et identité collective en Albanie du sud, thèse de l’Université Paris X-Nanterre, vol. 1.

— 2002 : Transformation und Anpassung : Die albanischen Zuwander in Griechenland zwischen Integration und Rassismus, dans Brunnbauer Ulf (dir.), Umstrittene Identitäten. Ethnizität und Nationalität in Südosteuropa, Francfort, Peter Lang, p. 201-232.

Gjinaj, Maks, Bezhani, Petrit et Çuni, Nuri, 2004 : Bektashizmi në Shqipëri. Bibliografi, Tiranë, Albpaper.

Hasimja, Ermal : « Emra dhe identite : përse nuk quhem Besim ? », http ://www.hasimja.com/files/Emra dhe identitete perse.htm.

Kostallari, A., Domi, M., Daka, P. et Mansaku, S., 1982 : Fjalor me emra njerëzish, Tirana, 8 Nëntori.

Kretsi, Georgia, 2002 : ‘Shkelqen’ oder ‘Giannis’ ? Namenswechsel und Identitätstrategien zwischen Heimatkultur und Migration, dans Kaser Karl, Pichler Robert et Schwandner-Sievers Stephanie (dir.), Die weite Welt und das Dorf, Wien, Böhlau, p. 265-289.

Lloshi, Xhevat, 1969 : « Mbi rregullsinë e ndryshimin e emrave të njerëzve », Studime filologjike n° 2, p. 165-172.

Selimi, Yllka, 1989 : « Dukuri të vënies së emrave vetjakë », Etnografia shqiptare 16, p. 111-132.

Shkurti, Lul (Gjon Ujka), 1937 : « Snobizmi nder emna », Circa n° 30, 19/9/1937, p. 235.

Xoxa, Zoi, 2007 : Kujtimet e një gazetari, Tiranë, Shtëpia Botuese « 55 ».

Notes

1 À cette époque, le pays comptait environ 70 % de musulmans, 20 % de chrétiens orthodoxes et 10 % de chrétiens catholiques. Parmi ceux qui étaient recensés comme musulmans, certains étaient liés à des confréries mystiques, en particulier à la Bektachiyye qui était organisée de façon spécifique, gardant des liens ténus avec les institutions religieuses musulmanes.

2 En dehors de la langue albanaise, la langue grecque, différentes langues slaves, l’aroumain, le rom étaient parlés comme langues maternelles, tandis que le turc, le grec, le français, l’italien, entre autres, étaient parlés comme langues d’éducation, de commerce, etc.

3 Sur l’application de cette politique dans le sud du pays, voir Clayer 2004.

4 Voir Clayer 2009.

5 Voir Clayer 2008.

6 Arkivi Qendror i shtetit (AQSh), Tirana, F. 252 (Ministère de l’intérieur), v. 1937, d. 385 et Demokratia (Gjirokastër), n° 528, 20 /3/1937, p. 1.

7 AQSh, F. 252, v. 1930, d. 854.

8 Il faut noter que, durant la période d’occupation par l’Autriche-Hongrie des deux tiers du territoire albanais (en 1916-1918), les autorités austro-hongroises agirent aussi dans le but d’albaniser les toponymes (voir Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Vienne, PA I/1005, carton que je n’ai pas encore consulté).

9 Le ministère donnait quelques exemples : Koliqi devait devenir Kolaj, Kristoforidhi, Kristofori, Buliqi, Bulej, Papas, Papa, ou encore Stavropullos, Stavraj.

10 Demokratia, n° 236, 14/12/1929, p. 4.

11 Demokratia, n° 528, 20/3/1937, p. 4.

12 Voir les souvenirs de son rédacteur Zoi Xoxa, 2007, p. 197.

13 Drita (Tirana), n° 104, 4/4/19Déjà dans le n° 73 du 26 février (p. 2), le journal avait publié un article, intitulé « Nous sommes frères », dans lequel Gjergj Bubani faisait l’apologie des mariages mixtes, entre musulmans et chrétiens, et suggérait d’obliger la population à baptiser ses enfants avec des noms nationaux, et non religieux. Pour cela, il incitait le ministère de l’Éducation à préparer une liste qui serait affichée dans les bureaux d’état civil et dans laquelle les parents seraient contraints de choisir un prénom pour leurs enfants. Si le père avait la possibilité de choisir un second prénom, religieux, seul le prénom national figurerait dans les registres d’état civil et serait utilisé à l’école, lors du mariage, à l’armée, etc., pour finalement s’imposer, voir Bubani 2007, p. 269).

14 À ma connaissance, aucune étude n’a été faite sur l’éventuelle spécificité des prénoms portés par les musulmans liés à la confrérie des Bektachis, à cette époque, comme aujourd’hui.

15 Les caractères « national » et « étranger » restent naturellement très subjectifs.

16 Dans Drita (n° 116, 18/8/1937), les listes, beaucoup plus courtes, d’un autre lecteur qui ne donna pas son nom furent publiées par le journal. Je voudrais remercier ici très chaleureusement Maks Gjinaj, de la Bibliothèque nationale de Tirana, qui m’a indiqué l’existence de ce second article et m’en a procuré une copie.

17 Pendant environ trois ans, entre le printemps 1930 et le printemps 1933, Baba Ali Tomori ne semble pas avoir publié d’articles, probablement du fait de son échec à faire reconnaître la confrérie des Bektachis comme une communauté religieuse indépendante. Au début de l’année 1930, seule une autonomie lui est en effet reconnue. En juillet 1930, Baba Ali Tomori démissionne alors du conseil mixte de la confrérie.

18 Pour la liste de ses publications, voir Gjinaj, Bezhani et Çuni 20Après avoir soutenu la lutte des partisans pendant la Seconde guerre mondiale, il fut éliminé par le régime communiste au tout début de l’année 1948.

19 Je ne citerai pas ici tous les noms figurant dans les listes. Il est à noter que les listes fournies par l’autre lecteur ont été établies sur les mêmes principes et puisent dans les mêmes champs sémantiques.

20 Ce répertoire est donc plus large que le répertoire « illyrien » forgé par la suite à l’époque communiste. Dans l’entre-deux-guerres les théories pélasgiques qui font remonter l’origine des Albanais aux mythiques Pélasges sont encore très répandues.

21 Voir Clayer 2007.

22 En réalité, j’ignore pour l’instant quel fut le résultat de l’envoi de la circulaire du ministère.

23 Voir par exemple Daka 1968 , p. 137-157 ; Lloshi 1969, p. 165-1En 1969, Palok Daka publia également un article adressé à la population dans le journal Zëri i popullit, sur la diffusion des prénoms venant du fonds albanais, présentée comme une demande de l’époque.

24 En particulier l’étude de Yllka Selimi (1989) que j’utiliserai plus loin.

25 Sur les patronymes, voir Bidollari 2003, ainsi que d’autres articles du même auteur parus dans cette revue par la suite. Pour la période de l’entre-deux-guerres, où les patronymes n’étaient pas totalement fixés, il n’y a pas eu d’études faites, à ma connaissance.

26 J’ignore s’il s’agissait d’une pratique courante.

27 Butka 2003, p. 153.

28 La famille Butka était bektachie.

29 De Rapper 1998, vol. I, p. 153.

30 Shkurti 1937, p. 2Je remercie Maks Gjinaj de m’avoir signalé cet article et de m’en avoir fourni une copie.

31 Gilles de Rapper précise que cette catégorie qu’il définie comme « neutre » est en réalité très disparate, puisqu’elle rassemble des noms « nationaux » et des noms jugés « passe-partout », comme Robert, Edmond, Eduart, Elton ou Ervin.

32 De Rapper 1998, p. 153.

33 Selimi 1989.

34 Les évolutions de l’époque communiste et des années suivantes ont en particulier engendré une désaffection presque totale pour les noms du corpus musulman. Ainsi, dans le Devoll, depuis 1990, ce sont surtout les prénoms chrétiens qui font leur retour, tandis que les musulmans préfèrent les prénoms neutres, notamment les prénoms créés par les parents, en raison de la volonté de s’identifier à une Europe occidentale et chrétienne (De Rapper, 1998, p. 153-154).

35 Les chiffres sont calculés d’après l’échantillon d’Y. Selimi ; il est préférable de retenir surtout les variations de chaque catégorie et les importances relatives des catégories entre elles, indépendamment du fait que la catégorisation proposée n’est pas sans poser problème.

36 Les premiers représentaient 38 % des noms donnés en 1980 (dans l’échantillon), les seconds 11 %, alors qu’ils n’étaient que de 6,5 % en 19Il faut noter que l’attribution de prénoms religieux semblent être toujours restée plus courante dans les régions catholiques. Mais encore une fois, l’auteur ne tient pas compte de ce facteur.

37 Kostallari, Domi, Daka, Mansaku 1982.

38 Ce phénomène a existé avant 1967, puisque la célèbre chanteuse d’Opéra Inva Mulla, née en 1963, est la fille du chanteur et compositeur Avni Mulla.

39 Voir Hasimja, http://www.hasimja.com/files/Emra%20dhe%20identitete%20perse.htm. Cette pratique de fabriquer de nouveaux prénoms avec les premières syllabes d’autres prénoms se retrouve dans la fabrication de prénoms « idéologiques », comme « Marenglen » (de « Marx-Engels-Lenin »).

40 Hasimja. Voir également sur les changements de prénoms et l’usage de doubles prénoms en émigration, Kretsi 2002, p. 265-289 et de Rapper 20

41 À l’époque communiste, le choix de noms neutres, ni chrétiens ni musulmans, par exemple dénotait souvent une proximité vis-à-vis du régime communiste, de Rapper 1998, p. 156.

42 Gilles de Rapper souligne que, parmi les critères de choix revenant souvent dans le Devoll, figurent la recherche esthétique, la recherche de la modernité, ainsi que les références tirées de la littérature, du sport et du cinéma, voir de Rapper 1998, p. 157.

Auteur

CNRS/EHESS

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540