Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Les nouveaux noms des recrues du devşirme ottoman1

Gilles Veinstein

Note de l’éditeur

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès du Professeur Gilles Veinstein le 5 février 2013.

Texte intégral

  • 1 Les termes ottomans ont été transcrits en alphabet turc moderne.
  • 2 Expression de R. Brunschvig dans son article : Brunschvig 1960.
  • 3 Ménage 1965 et Inalcik 1965 ; Uzunçarşılı 1943-1944 ; Papoulia 1963 ; Veinstein 1994, p. 351-367.
  • 4 Voir, par exemple, Postel [1560], p. 69 : « Celuy entre les Turcs tiendra la première dignité après (...)

1À des fins militaires, comme l’avaient fait les autres souverains musulmans avant lui, mais aussi pour quantité d’autres tâches intéressant l’État ou son service particulier, le sultan ottoman recourait à des esclaves. L’acquisition de ces derniers pouvait se faire par des achats sur les marchés ou résulter de présents offerts par des courtisans ou des princes étrangers, mais la fourniture des  « esclaves gouvernementaux »2, et notamment de ceux appelés à constituer la fameuse infanterie des janissaires, avait principalement deux sources : les jeunes prisonniers de guerre infidèles et les garçons du devşirme (littéralement, le « ramassage »3). Cette dernière institution, en vigueur du xive à la fin du xviie siècle, est propre à l’État ottoman. Elle est restée comme une marque emblématique de cette domination musulmane sur des populations chrétiennes. Elle visait en effet non des ennemis captifs mais les propres sujets infidèles du sultan, des re‘âyâ et, de fait des zimmîs (bien que cette réalité soit masquée dans les sources), à qui l’on arrachait leurs fils, selon certaines règles malgré tout, pour en faire des musulmans au service du souverain. Ils devenaient des « esclaves de la Porte » (kapı kulları) ou encore des « esclaves du souverain » (hünkâr kulları) — une catégorie d’esclaves d’un statut et d’une situation qui les mettaient tout à fait à part des esclaves ordinaires. La puissance et la grandeur de leur maître rejaillissaient sur eux et leur conféraient une dignité particulière par un paradoxe qui frappait les observateurs occidentaux4.

  • 5 Sur les éléments complexes constituant le nom dans l’aire arabe médiévale, voir Sublet 1991, p. 9-1 (...)
  • 6 Des exemples de ces listes dans Fekete 1955, p. 146-163 ; 722-731.

2Quel que fût leur mode d’acquisition, en même temps qu’ils étaient convertis, ces esclaves recevaient un nouveau nom, un ism musulman5. Plusieurs types de sources permettent de rencontrer les noms d’anciens du devşirme et d’apprendre ainsi comment on les avait nommés : une partie d’entre eux sont passés à la postérité en accédant au grand vizirat ou à d’autres hautes charges de l’État. Quantité d’autres, restés au contraire obscurs, apparaîtront néanmoins, par exemple, dans les registres de soldes (mevâcib defteri) de janissaires ou de leurs cadets, les ‘acemi oǧlan, pour les époques où ceux-ci étaient encore issus, au moins partiellement, d’esclaves chrétiens6. Mais, par ailleurs, nous disposons d’une source permettant d’avoir une vue sûre et systématique de ces attributions de noms musulmans et de faire quelques hypothèses sur la façon de les attribuer.

Les registres de devşirme

  • 7 L’appellation technique de ces registres était defter-i esâmi ve eşkâl-i evlâd i kefere – reâyâ-i [ (...)
  • 8 Petrosian 1987. L’auteur donne une introduction, une traduction russe, le fac-similé du manuscrit e (...)
  • 9 Hedda Reindel-Kiel et Machiel Kiel avaient donné une communication au vie congrès international d’h (...)
  • 10 Quelques pages de ce registre sont publiées dans Öztürk 1996, p. 346-351.

3Lorsque des opérations de levées de jeunes gens (oǧlan) chrétiens étaient effectuées dans les provinces européennes et anatoliennes de l’empire, dans le cadre de ce devşirme, les officiers de janissaires qui en étaient chargés, regroupaient les recrues en « troupeaux » (sürü) de cent à deux cents individus. Ceux-ci seraient conduits ensuite dans la capitale, à Istanbul, où ils seraient passés en revue par l’aǧa, chef suprême du corps des janissaires. Chacun de ces troupeaux devait faire l’objet, sous l’autorité du « chef de troupeau » (sürücü başı) d’un registre dans lequel les garçons qui le composaient étaient inscrits, avec leurs caractéristiques respectives7. Il fallait, disait la règle, telle qu’elle est énoncée dans un traité de 1606 sur les janissaires, « dresser un registre dans lequel on porte les traits distinctifs de chaque garçon, sa circonscription d’origine (kazâ), les noms de son père et de sa mère, et ses signes particuliers (nişân) ; le lieu où le troupeau a été rassemblé, avec le nom du chef de troupeau ». Le texte précisait en outre que le nom de chaque garçon devait être donné « sous sa forme mécréante » (kâfirce) et « sous sa forme musulmane (müslümanca)8 ». Plusieurs de ces registres ont vraisemblablement subsisté dans les fonds d’archives ottomanes. Ils n’ont cependant pas été repérés jusqu’ici9, à l’exception de l’un d’entre eux : le registre n° 7600 de la série Maliyeden Müdevver des archives de la Présidence du Conseil (Başbakanlık Arşivi) à Istanbul, daté de 1604 (1012 H)10. Au demeurant, celui-ci n’a pas été exploité jusqu’ici. On vérifie qu’il a bien été établi selon les règles édictées dans le traité cité plus haut, d’une date d’ailleurs très proche. On trouve pour chacun des « troupeaux » enregistrés, la liste des garçons qui le composent, répartis par kazâ et par ville ou village où ils ont été prélevés. À travers le registre, les descriptions de ces garçons connaissent quelques différences dans les éléments fournis, l’ordre de succession de ces éléments et le vocabulaire employé. Ces différences, d’ailleurs très réduites, s’expliquent par le fait que, selon les régions concernées, en Anatolie et en Roumélie, les auteurs des descriptions des garçons, même s’ils sont tous des janissaires venus de la capitale, ne sont pas les mêmes personnes. Chaque « fiche signalétique » comprend en gros les éléments suivants : le nouveau prénom, c’est-à-dire l’ism musulman, le prénom chrétien, le prénom du père et celui de la mère ; puis viennent les caractéristiques physiques : la taille, le teint, la couleur et la forme des sourcils ; la couleur et, éventuellement, la forme des yeux, les signes particuliers, contribuant à identifier l’individu (en cas de disparition ou de substitution). On constate ainsi que le nouveau nom musulman, emblème de la nouvelle identité, devient la « tête de rubrique », sous laquelle les autres informations sur l’individu sont rassemblées. C’est dire qu’il est attribué, aussitôt le garçon sélectionné ou, à tout le moins, dès la formation du troupeau dont il fera partie pour être mené à Istanbul. Le changement radical d’existence commence par ce changement de nom. Celui-ci anticipe-t-il la conversion ? Il est impossible de répondre catégoriquement car nous ignorons à quel moment précis et selon quelle modalité exacte (l’énonciation de la profession de foi ?) s’effectuait celle-ci, les sources étant d’une discrétion marquée sur ce point. Le changement de nom précédait en tout cas la circoncision puisque celle-ci ne surviendrait qu’après l’arrivée à Istanbul. En effet, elle devait avoir été précédée par la séance d’inspection tenue dans la capitale, sous la présidence de l’aǧa des janissaires, au cours de laquelle on vérifiait que tous les garçons ramassés étaient incirconcis et que, par conséquent, aucun musulman de naissance ne s’était glissé parmi eux.

  • 11 Ce que l’éditeur n’a pas bien compris, interprétant les mim du document comme des abréviations de ǧ (...)
  • 12 Öztürk 1996, p. 347. Veled était également employé pour les musulmans d’origine de la liste Meriç.

4Une exception doit cependant être signalée : celle du devşirme de Bosnie. Dans cette province où le mouvement d’islamisation fut massif (bien que progressif), la levée portait sur de jeunes musulmans aussi bien que sur de jeunes chrétiens, ces derniers de moins en moins nombreux. Le registre MM 7600 le confirme parfaitement dans les passages concernant des kazâ de Bosnie, et il en va de même de la liste publiée par Meriç, relative au kazâ bosniaque de Yeni Bazar. Or dans le cas de ces musulmans d’origine, il n’y avait pas de changement de nom. On se contentait d’enregistrer, avant la description physique, analogue à celle des chrétiens, leur ism, celui de leur père et celui de leur mère. Toutefois, dans la liste Meriç, le nom de la mère n’est donné que pour les chrétiens11. L’ambiguïté de la situation créée par l’exception bosniaque se manifeste d’ailleurs à travers quelques signes : le titre de la section sur la Bosnie du MM 7600 annonce « les fils mécréants des sujets du pays de Bosnie » (evlâd-i kefere-i re‘âyâ-i vilâyet-i Bosna), alors que la plupart des recrues sont en réalité musulmanes. Mais, d’autre part, toute musulmanes d’origine qu’elles soient, le terme qui relie leur nom à celui de leur père pour signifier « fils de » est celui qu’on emploie ordinairement pour des mécréants (veled-i…) et non pour des musulmans (auxquels le terme ibn est réservé)12. Ces musulmans de Bosnie n’étaient-ils donc pas considérés comme pleinement musulmans ?

5À ma connaissance, aucune règle n’était édictée sur les noms à attribuer et la manière de les attribuer. Il m’a semblé qu’on pouvait faire quelques observations et hypothèses, à ce sujet, toute provisoires fussent-elles, à la lumière des enseignements du registre MM 7600.

Un palmarès des ism attribués

6Nous avons relevé et classé les noms figurant dans quatre troupeaux constitués en Roumélie, en Anatolie et à Mytilène, correspondant à 406 individus.

7Le résultat est le suivant :

1) Mehmed : 40 (10 %)

2) Mustafa : 32

3) Ali : 27

4) Hasan : 25

5) Hüseyn : 24

6) Ahmed et Ibrâhîm : 19

8) Mahmûd : 16

9) Süleymân : 14

10) Kâsım et ‘Osmân : 11

12) Dâvûd et Ca‘fer : 9

14) Bâlî et Malkoç : 7

16) Murâd, Hızır, Yûsuf, Sinân et Ömer : 6

21) Derviş et Sefer : 5

23) İlyas, Turgud, Aydın, Ferhâd et Şa‘bân : 4

28) Ayâs, Ismâ‘îl, Ya‘kûb, Yûnus, Ramazân, Bayrâm, Veli, Pervâne, Rüstem, Bekir, Arslan, Yahya et ‘Abdî : 3

41) ‘Isa, Durmuş, Muharrem, Musa, Karagöz, Iskender, Inehân, Durak, et Receb : 2

50) Ishak, Ancak ( ?), Sâlih, Idrîs, Uruc, Cemâl, Nasûh, Zulfıkâr, Behrâm, ‘Abdurrahmân, Husrev, Turhan, Şirmerd, Hayder, Hamza, Dursun, Hamid, Evrenos, Bâyezîd : 1.

  • 13 Des noms absents de notre corpus n’en figurent pas moins dans d’autres listes d’oǧlan : Üveys, Alag (...)
  • 14 Le nom même de Bektaş (attesté par ailleurs dans l’onomastique) n’apparaît pas dans le corpus, ce q (...)
  • 15 Yerasimos 1999, p. 185.

8Beaucoup de ces chiffres tiennent pour une part au hasard, et il n’est pas question de prendre ce classement trop au pied de la lettre. Il révèle néanmoins quelques tendances : il n’y a pas d’onomastique propre au devşirme ; celle-ci correspond à l’onomastique musulmane ottomane générale, à la même époque, telle qu’on peut la connaître, notamment à travers les registres de recensement (tahrir defteri). Assurément, tous les ism en usage ne se retrouvent pas dans notre corpus, mais vraisemblablement pour des raisons fortuites et non pour des exclusions de principe13. Notre corpus n’en est pas moins très varié et les différentes strates de l’onomastique ottomane y sont représentées. Assurément, une nette prime revient aux noms du Prophète : Mehmed et Mustafa. Quoique moindre, la fréquence d’Ahmed renvoie peut-être au fait que le Prophète avait été annoncé par Jésus sous ce nom, ce qui pouvait en faire un nom approprié pour des chrétiens convertis, mais, par ailleurs — explication peut-être plus vraisemblable —, c’est le nom du sultan régnant alors : Ahmed 1er. La famille de ‘Ali, cousin et gendre du Prophète et quatrième calife, est également très bien placée, à travers le nom même de ‘Ali, mais aussi ceux de ses fils, Hasan et Hüseyn. Il n’est pas jusqu’à son épée, Zulfıkar, qui ne donne lieu à une mention. Faut-il y déceler la tendance chiitisante des janissaires, notamment à travers leur bektachisme14 ? Ibrâhîm, le « guide pour les hommes » (Coran, ii, 124), le « vrai croyant » (Coran, ii, 134) se retrouve également parmi les premiers, suivi par une autre figure biblique dont le nom est par ailleurs celui du plus illustre des sultans ottomans : Sulaymân. Souvent donné, ‘Osmân est à la fois le nom du troisième calife et celui de l’ancêtre éponyme des Ottomans. Moins évidente à expliquer est la relative fréquence du nom Kâsım. Il est en tout état de cause courant dans l’onomastique ottomane de l’époque en général, et le nombre d’occurrences constaté ici peut être fortuit, mais on peut également penser à la popularité dans les milieux militaires de la figure de Kâsım voyvoda, chef des irréguliers (non janissaire par conséquent) dans la campagne d’Allemagne de 1532 ou, selon d’autres traditions, dans celle de Vienne de 1529, et surtout héros de la légende de la Pomme d’Or15.

  • 16 Nous reviendrons un peu plus loin sur le choix de ce nom.
  • 17 Sur l’origine controversée du nom Evrenos, voir Lowry 2003, p. 57-60.

9Au demeurant, la domination de quelques noms favoris, n’empêche pas une grande dispersion par ailleurs, 69 prénoms différents étant présents. Ils comprennent d’autres prénoms arabes, le cas échéants portés par des parents ou des proches du Prophète : Omar (‘Ömer), Ca‘fer, Bekir, Hamza. D’autres noms arabes renvoient à des vertus et des notions religieuses : Veli, Sâlih, Nasûh, Cemâl, Hâmid, ‘Uruc, Hayder. Les noms en ‘Abd, ne sont représentés que par deux occurrences et semblent ainsi peu usités dans le contexte du devşirme : ‘Abdi16 et ‘Abdurrahmân. À ces noms arabes s’ajoute une série d’autres noms bibliques sous leur forme coranique : Dâud, Yûsuf, Ilyâs, Ismâ‘îl, Yûnus, Ya‘kûb, Yahyâ, ‘Isa, Musa, Ishak, Idrîs. Des noms de mois ou de fête sont employés également : Sefer, Şa‘bân, Ramazân, Muharrem, Receb, Bayrâm. Ce sont cependant ici des attributions dénuées du rapport habituel avec le jour ou le mois de naissance du destinataire puisque, aussi bien, ces données étaient, selon toute probabilité, inconnues des recruteurs (les âges qu’ils attribuent aux recrues sont expressément indiqués comme « approximatifs » : tahminen). Des noms d’origine persane sont également donnés comme Pervâne, Şirmerd, Derviş, plusieurs directement liés à la légende héroïque de l’ancien Iran : Ferhâd, Rüstem, Behrâm, Husrev, Iskender. D’autres noms, proprement turcs ou ottomans, correspondent donc, stricto sensu, à une « turquification » plutôt qu’à une islamisation : Malkoç, Turgud, Aydın, Arslan, Karagöz, Inehan, Turhan, Durmuş, Durak, Dursun, Evrenos17.

En quête des modalités de l’appellation

  • 18 MM 7600, p. 10.
  • 19 Ibid., p. 19.
  • 20 Ibid., p. 53.
  • 21 Ibid., p. 27.
  • 22 Ibid., p. 27.

10Comment ces noms étaient-ils choisis par les responsables de la levée ou, peut-être, plus précisément par le scribe enregistrant les recrues ? Apparemment, selon l’inspiration du moment, en dehors de toutes règles et principes vraiment stricts. On vérifie qu’il n’existe pas de système de remplacement automatique d’un nom chrétien par un nom musulman ; qu’un même nom chrétien fait place à des noms musulmans différents et réciproquement. Des Yani, par exemple, seront appelés Ilyas, Sinân, Mahmûd,Yûnus, Ibrâhîm, etc. Le recenseur n’a pas cherché, si tant est qu’il en eût été capable, à établir entre les deux noms un rapport de sens. Un Trandafyllo deviendra ‘Isa. Dans le cas des noms bibliques, on se garde de substituer la forme coranique à la forme chrétienne. On notera cependant qu’un Yorgi devient Hızır, ce qui, en l’occurrence, correspond bien à l’assimilation populaire entre Hızır et Saint-Georges18. Il arrive que les noms d’origine de ces jeunes chrétiens soient des noms turcs. Dans de tels cas, on ne les leur conserve pas : un Karaoǧlan devient Hasan19 ; un Karagöz fils de Kosta devient Mustafa20 ; un Malkoç devient Ya‘kûb21. En revanche, on adopte une sorte de demie mesure en transformant Umûr en ‘Ömer22. Ce cas reste exceptionnel : en général, on ne relève pas de parenté phonétique bien nette entre les noms chrétiens et leurs remplaçants islamiques.

  • 23 Ibid., p. 9.
  • 24 Ibid., p. 9.
  • 25 Ibid., p. 10.
  • 26 Ibid., p. 21-22.
  • 27 Ibid., p. 25.

11Si l’on considère ainsi que les recenseurs improvisent, qu’apprenons-nous des mécanismes de leur inspiration ? Ils cherchent à diversifier les noms des membres d’un groupe provenant d’une même ville ou d’un même village. Néanmoins, on constate aussi que ce principe, explicable par un souci d’éviter les confusions, n’est pas toujours respecté. Sur les huit garçons originaires d’un chef-lieu de kazâ du sancak de Mytilène, on en nommera deux Hüseyn23 ; sur les trois issus d’un autre chef-lieu de la même province, on comptera un Hüseyn et deux Mehmed24. Encore dans la même province, sur les quatre garçons tirés d’un village, deux seront appelés Hüseyn25. Faut-il incriminer le manque d’imagination du recruteur ? On retrouvera des doublons dans une autre région, le kazâ de Belgrade : un village compte deux Ahmed sur ses huit recrues ; un autre, voisin, a deux ‘Ali sur ses quatre garçons26. De même encore, tout souci de variété a été banni dans le cas des recrues de la ville d’Avlonya : elles sont au nombre de six sur lesquelles on compte trois Mehmed et deux Mustafa27.

12Dans quelques cas, on voit des mécanismes se mettre en marche : un Hasan est suivi d’un Hüseyn ou réciproquement, mais ce n’est pas une règle : les deux noms apparaissent souvent séparément. Ailleurs, on relèvera ponctuellement une succession de noms de mois : Kâsım, Şa‘bân, Muharrem, mais ces mêmes noms apparaissent aussi bien isolément.

  • 28 Ibid., p. 20.
  • 29 Ibid., p. 20.
  • 30 Ibid., p. 20.
  • 31 Ibid., p. 22.
  • 32 Ibid., p. 23.
  • 33 Ibid., p. 23.

13Beaucoup plus net est le facteur déterminant dans le choix des noms qu’une information complémentaire, limitée à certaines parties seulement du registre, nous a permis de découvrir : les noms des fondateurs de vakfs ou des détenteurs de timârs, dont relèvent les villages où a été effectuée la levée des garçons. L’unique inscrit d’un village dépendant du vakf d’İlyâs bey reçoit ainsi le nom d’İlyâs28 ; un village du timâr d’un Sinân bey a produit neuf recrues : l’une d’elles est appelée Sinân29 ; le timâr de ‘Abdi aǧa fournit sept garçons dont l’un est appelé ‘Abdi30 ; le timâr de Bâli bey fournit cinq garçons dont l’un est appelé Bâli31 ; un des deux garçons fournis par le timâr de Hasan bey est nommé Hasan32. Dans plusieurs villages qui ne fournissent qu’une seule recrue, celle-ci reçoit le nom du timariote dont dépend ce village33. L’exemple du timâr de Bâyezîd bey est particulièrement probant puisque c’est l’unique cas dans notre corpus de 69 noms donnés où nous ayons rencontré celui de Bâyezîd. Pour autant, ce mode de nomination reste occasionnel et n’a rien d’une règle absolue : le registre donne d’autres noms de timariotes qui, au contraire, n’ont pas été suivis par les recruteurs.

Épilogue : un certain retour du refoulé

  • 34 Fekete 1995, p. 146-163.

14Par rapport à cette brutale mutation identitaire que représentait l’attribution, arbitraire et fortuite des ism que révèle le registre MM 7600, les dénominations livrées par d’autres types de sources, témoignent d’un certain retour — nous dirions presque d’une certaine revanche — de l’identité d’origine. Comment, en effet, les cadets de janissaires (gulmân-i acemiyân) sont-ils désignés dans une liste de soldes de 152634 ? Il faut distinguer entre ceux — étonnamment nombreux — qui étaient des musulmans d’origine (fils de janissaires ?) et ceux qui provenaient vraisemblablement du devşirme. Les premiers étaient désignés par leur ism et celui de leur père, reliés par bin. Quant aux seconds, leur ism était accompagné, non plus des noms de leurs père et mère chrétiens, mais d’une nisba de nature géographique : se succèdent ainsi toute une série de villes et bourgades balkaniques, ainsi que plusieurs mentions de Trabzon (Trébizonde), correspondant — pour la plupart au moins —, selon toutes apparence, au chef-lieu de la région où ils avaient été « ramassés » plusieurs années auparavant. Non seulement cette origine, ce legs de leur « première vie », n’avait pas été oublié, mais il continuait à les caractériser et les distinguer parmi tous leurs homonymes.

Bibliographie

Akgündüz, A., 1996 : Kavânîn-i yeniçeriyân-i dergâh-i âli dans Osmanlı kanunnâmeleri ve hukukî tahlilleri, 9 vol., Istanbul.

Brunschvig, R., 1960 : « ‘Abd », Encyclopédie de l’islam, 2e éd., vol. I, p. 24-41.

Fekete, L., 1955 : Die Siyaqat-schrift in der türkischen Finanzverwaltung, Budapest.

Inalcik, H., 1965 : « Ghulam. Empire ottoman », Encyclopédie de l’islam, 2e éd., vol. ii, p. 1111-1117. 

Lowry, H., 2003 : The Nature of the Early Ottoman State, Albany State, University of New York State.

Ménage, V.L., 1965 : « Devshirme », Encyclopédie de l’islam, 2e éd., vol. ii, p. 217-219.

Öztürk, S., 1996 : Osmanlı Arşiv Belgelerinde Siyakat Yazısı ve Tarihî Gelişimi, Istanbul, Osmanlı Araştırmaları Vakfı, p. 346-351.

Papoulia, B.D., 1963 : Ursprung und Wesen der « Knabenlese » im osmanischen Reich, Munich, Oldenburg. 

Petrosian, A.Y.,1987 : Mebde-i kanun-i yeniçeri ocaǧı tarihi, Moscou, Académie des Sciences de l’URSS.

Postel, G., s.d. [1560] : De la Republique des Turcs et là où l’occasion s’offrera, des meurs et lois de tous Muhamedistes, Poitiers. 

Rıfkı Melül Meriç, 1957 : « Bir kaç mühim arşiv vesikası », Istanbul Enstitüsü Dergisis iii, p. 35-40.

Sublet, J., 1991 : Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, PUF.

UzunçarŞılı, I.H., 1943-1944 : Osmanlı Devletinin Teşkilâtından Kapıkulu ocakları, 2 vol., Ankara, TTK. 

Veinstein, G., 1994 : À propos des ehl-i hiref et du devşirme, dans Heywood C. et Imber C.  (éd.) : Studies in Ottoman History in Honour of Professor V.L. Ménage, Istanbul, Isis, p. 351-367.

– 1995 : Bilan du congrès, dans Panzac D. (éd.) : Histoire économique et sociale de l’Empire ottoman et de la Turquie (1326-1960), Paris, Peeters (« Turcica », viii), p. 877-880.

Yerasimos, S., 1999 : De l’arbre à la pomme : la généalogie d’un thème apocalyptique dans Lellouch B. et Yerasimos S. (éd.) : Les traditions apocalyptiques au tournant de la chute de Constantinople, Paris, L’Harmattan, p. 153-192.

Notes

1 Les termes ottomans ont été transcrits en alphabet turc moderne.

2 Expression de R. Brunschvig dans son article : Brunschvig 1960.

3 Ménage 1965 et Inalcik 1965 ; Uzunçarşılı 1943-1944 ; Papoulia 1963 ; Veinstein 1994, p. 351-367.

4 Voir, par exemple, Postel [1560], p. 69 : « Celuy entre les Turcs tiendra la première dignité après le Grand Seigneur qui ne sçait dont il est, ne qui sont ses peres et meres, ains quiconque est payé de soulte de Turc s’estime estre autant gentilhomme comme est le Grand Turc mesme ».

5 Sur les éléments complexes constituant le nom dans l’aire arabe médiévale, voir Sublet 1991, p. 9-11.

6 Des exemples de ces listes dans Fekete 1955, p. 146-163 ; 722-731.

7 L’appellation technique de ces registres était defter-i esâmi ve eşkâl-i evlâd i kefere – reâyâ-i […] ki ez-şehr-i gilmân-i ‘acemiyân cem‘şüde » (registre des noms et des traits distinctifs des fils des sujets infidèles de la province de…, qui sont rassemblés sous la dénomination de « garçons étrangers »).

8 Petrosian 1987. L’auteur donne une introduction, une traduction russe, le fac-similé du manuscrit et un résumé en anglais. Le passage cité est au fol. 11v du manuscrit. Autre édition du même texte, d’après un manuscrit de la Bibliothèque municipale Atatürk d’Istanbul (0.97) : Akgündüz 1996, vol. ix, p. 140-367.

9 Hedda Reindel-Kiel et Machiel Kiel avaient donné une communication au vie congrès international d’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman et de la Turquie (Aix-en-Provence, juillet 1992) sur un registre de devşirme de la fin du xvie siècle, dont ils n’avaient pas fourni la référence. Cette communication n’a pas été publiée dans les actes du Congrès ; voir Veinstein 1995, p. 879. L’unique registre sur le sujet, publié jusqu’ici (Rıfkı Melül Meriç 1957, p. 35-40) n’est pas un registre de devşirme à proprement parler, mais seulement une liste de 88 garçons (et non 60 comme l’indique le document) provenant de la circonscription de Yenipazar (Bosnie) transférés, sur ordre du sultan, dans l’école du Palais. Il est vrai néanmoins que cette liste qui donne les caractéristiques de chacun des garçons, est fondée sur un registre de devşirme.

10 Quelques pages de ce registre sont publiées dans Öztürk 1996, p. 346-351.

11 Ce que l’éditeur n’a pas bien compris, interprétant les mim du document comme des abréviations de ǧulâm et non de ümmühü.

12 Öztürk 1996, p. 347. Veled était également employé pour les musulmans d’origine de la liste Meriç.

13 Des noms absents de notre corpus n’en figurent pas moins dans d’autres listes d’oǧlan : Üveys, Alagöz, Ferruh, etc.

14 Le nom même de Bektaş (attesté par ailleurs dans l’onomastique) n’apparaît pas dans le corpus, ce qui semble interdire d’aller trop loin dans la recherche de traces de la culture religieuse propre aux janissaires dans les noms qu’ils attribuent aux membres futurs du corps.

15 Yerasimos 1999, p. 185.

16 Nous reviendrons un peu plus loin sur le choix de ce nom.

17 Sur l’origine controversée du nom Evrenos, voir Lowry 2003, p. 57-60.

18 MM 7600, p. 10.

19 Ibid., p. 19.

20 Ibid., p. 53.

21 Ibid., p. 27.

22 Ibid., p. 27.

23 Ibid., p. 9.

24 Ibid., p. 9.

25 Ibid., p. 10.

26 Ibid., p. 21-22.

27 Ibid., p. 25.

28 Ibid., p. 20.

29 Ibid., p. 20.

30 Ibid., p. 20.

31 Ibid., p. 22.

32 Ibid., p. 23.

33 Ibid., p. 23.

34 Fekete 1995, p. 146-163.

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540