Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Le nom propre à géométrie variable : nommer et être nommé dans les actes du Ḥaram al-Šarīf de Jérusalem (viiie/xive siècle)

Christian Müller

Texte intégral

La morphologie du nom

  • 1 Voir Sublet 1991, et idem 1996, p. 101.

1Dans ses travaux, Jacqueline Sublet dévoile la complexité du nom propre arabe dans la littérature médiévale, constitué de quatre principaux éléments, morphologiquement distincts les uns des autres : ism, kunya, laqab et nisba. L’ism est donné à la naissance, les autres éléments s’acquièrent au cours d’une vie1. La kunya est une forme composée avec « Abū » au masculin et « Umm » au féminin dont le sens premier est « père/mère de ». Le laqab, « surnom conventionnel » dans la période qui nous concerne est généralement composé avec « al-Dīn », la religion ou la foi. Puis, la nisba, « nom de relation », construit avec le suffixe « ī » au masculin et « iyya » au féminin, exprime l’appartenance à un groupe de personnes, en se référant notamment à une origine géographique ou tribale, ou à la religion pour les non musulmans.

  • 2 Sublet 1991, p. 8.

2« Chacun des éléments est en effet un nom à part entière puisque le personnage a pu être désigné par un élément ou par la combinaison de plusieurs entre eux selon les contextes2 ».

  • 3 Ibid., p. 9-11 : pages dans lesquelles sont détaillés chacun de ces composants.
  • 4 Ibid., p. 123-130.
  • 5 L’une des raisons pour laquelle Jacqueline Sublet avait initié le projet de la base de données de l (...)

3C’est pourquoi, afin d’éviter les homonymes dans la durée, les biographes rassemblent le nom complet dans des dictionnaires. Le choix des noms de naissance (ism) étant restreint, on y ajoute la filiation ascendante patrilinéaire (nasab), en commençant par l’ajout du nom du père, du grand-père etc., chacun relié à la génération ascendante par « ibn » (fils de, abrégé par « b. ») ou par « bint » (fille de)3. C’est dans les recueils de biographies, notamment des savants, compilations portant parfois sur des milliers de personnages, que le défi de la distinction devient essentiel. L’enjeu de l’identification des personnages est de garder la trace de la transmission du savoir en Islam4. Ainsi s’inscrit dans le temps le nom d’un savant : les éléments de son nom acquis de son vivant avec la chaîne de ses ancêtres. Seul le tout constitue la « dénomination complète » d’un individu et permet son identification à travers les siècles5.

4Dans la présente étude, nous suivrons cette piste proposée par Jacqueline Sublet pour la littérature biographique dans la durée. Mais nous l’examinerons sous un angle différent, celui d’un usage immédiat, dans une perspective de synchronisme. Ainsi, cette étude portera sur la façon dont les personnages se désignent eux-mêmes ou nomment leurs contemporains dans les actes légaux, afin d’écrire leurs droits. En effet, ces actes n’étant pas destinés à être conservés, l’usage du nom propre est exclusivement lié à sa compréhension par les contemporains. L’approche analytique du nom propre arabe, proposée par Jacqueline Sublet, nous permettra de constater les différences et de faire des parallèles entre l’usage des biographes et celui de la pratique au sein de la société urbaine mamelouke.

  • 6 Little 1984.
  • 7 La présente étude puise dans l’analyse approfondie de ces actes, Müller 2013.

5Cette démarche est rendue possible grâce à un fonds exceptionnel, celui du Ḥaram al-Šarīf6 contenant plusieurs centaines d’actes légaux rédigés pendant une dizaine d’années de la fin du xive siècle dans une seule ville, Jérusalem. Cette densité de sources, tout à fait remarquable pour l’histoire pré-ottomane des pays musulmans, permet d’identifier bon nombre de personnes figurant dans ces documents, parfois à plusieurs reprises et avec des rôles très différents : le même individu pouvait conclure un contrat de vente, signer d’autres documents en tant que témoin ou être mentionné dans un autre contexte7. De ce fait, son nom propre, ou plutôt la façon dont cette personne est désignée ou se nomme elle-même, varie selon les contextes.

  • 8 Voir Müller 2010.
  • 9 Une première version de cette étude a été présentée lors de la table ronde « L’identification, des (...)
  • 10 Seuls les noms propres sont écrits en majuscules, le mot « Dieu » est donc écrit en majuscule s’il (...)

6Les cinq éléments du nom propre arabe se retrouvent dans les documents du Ḥaram al-Šarīf, qui ont pourtant un tout autre but que les dictionnaires biographiques. L’acte légal est en effet rédigé dans un but principal : préserver les droits — et obligations — subjectifs d’un ou de plusieurs personnes, de leur vivant ou au bénéfice de leurs héritiers8. L’identification des personnes9 figurant dans un acte se fait donc dans une perspective de « contemporanéité », et nous voulons souligner ici l’aspect synchrone des écritures portant sur les noms. Outre les éléments de leur nom propre, les personnes sont souvent désignées dans les actes du Ḥaram par une épithète illustrant leur statut socio-professionnel. Parmi les indicateurs précédant le nom propre, figurent notamment les épithètes al-ḥāǧǧ « le pèlerin », al-ṣadr al-aǧall « l’éminent et prestigieux », al-amīr al-kabīr « le grand émir », al-faqīr ilā llāh10 « le pauvre envers Dieu », sayyidunā wa-mawlānā « notre seigneur et maître », etc. L’usage social et légal du nom propre dans les documents du Ḥaram propose donc d’ajouter au nom propre un marqueur de la position sociale, élément supplémentaire pour distinguer les personnages.

Diversité dans la façon de nommer

7La désignation des personnes dans ces actes, nous l’avons dit, est loin d’être uniforme. Trois facteurs semblent la déterminer :

  1. le rôle exercé par la personne nommée ;

  2. le rapport entre scribe et personne nommée, notamment si la personne écrit son propre nom ou si le nom est écrit par une tierce personne ;

  3. l’usage qui est fait de divers types de documents, en tant qu’actes légaux.

  • 11 Quant à la valeur légale du siǧill ottoman, voir Michel 2005, p. 229-230, et idem, (édition en prép (...)

8L’énoncé du nom d’une personne dans ces actes a un seul objectif : pouvoir l’identifier dans diverses situations et selon des besoins différents. Dans ce contexte, une remarque préliminaire sur l’usage et l’utilité des actes légaux s’impose : les documents du Ḥaram se présentent sous la forme de feuilles séparées, feuilles de papier pour la plupart. Quelques contrats sont rédigés sur parchemin. Papiers et parchemins sont de formats divers. Ce sont des actes originaux (ou leurs copies) destinés à être remis à des particuliers. Tous portent des signes garantissant leur validité légale, en l’occurrence les signatures de témoins et les annotations, par lesquelles un juge ratifie un acte. Ces actes fonctionnent de manière « isolée » — ce qui veut dire, notamment, que toutes les informations concernant l’identification de particuliers ou d’autorités qui s’y trouvent, sont mentionnées selon les besoins. Cette particularité distingue les actes du Ḥaram des registres du cadi (siǧill) de la période ottomane : le cadi autorisant un acte légal est identifié par le contexte, en tant que teneur du registre d’un certain tribunal. Et c’est le registre, non l’acte, qui indique la date et, indirectement, le lieu11. Dans les actes du Ḥaram, le juge doit s’identifier individuellement sur chaque document.

9L’analyse des actes notariés illustre la complexité de l’usage du nom sur le plan synchrone, parmi les contemporains qui rédigeaient ou lisaient ces « documents de la pratique ». Dans un premier temps, constatons que la façon d’écrire le nom varie selon le rôle exercé par la personne nommée dans l’acte. Nous distinguons grosso modo trois rôles juridiques qui sont attribués aux personnes suivantes :

  1. le juge exerçant diverses fonctions par rapport aux écrits : autoriser la notarisation d’un acte, assister aux événements décrits ou, encore, rendre un jugement ;

  2. les témoins signataires, l’un d’eux étant aussi le plus souvent notaire de l’acte ;

  3. les autres personnes nommées dans le texte de l’acte en tant que « personnes privées » avec des rôles différents, notamment ceux d’acquérir et de vendre ou, plus généralement, de conclure des contrats, disposer unilatéralement en faveur de bénéficiaires, porter plainte etc., pour ne nommer que les cas de figure les plus fréquents ;

    • 12 Voir les actes n°s 298, 316, 382 (sans nom), 574/1, 688, et 78 dont le nom est cité en premier. Voi (...)

    Il s’y ajoute le cas, assez rare dans les actes du Ḥaram, où l’objet de la vente concerne un, ou une, esclave. L’esclave vendu est désigné par son « espèce » (ǧins, l’appartenance ethnique), sa religion (dīn) et, s’il est mentionné — souvent en troisième position — par son nom (le/la dénommé(e)…)12, suivi d’une description physique. Dans aucun de ces cas, le nom de l’esclave ne comporte d’élément généalogique.

10La distinction selon le rôle juridique ne détermine pas, à elle seule, la façon d’écrire le nom : celle-ci est liée en outre à l’usage fait du document, comme nous le verrons plus tard.

Les sujets de l’acte juridique

11Les actes légaux sont notariés, nous l’avons dit, afin de garantir les droits subjectifs des personnes. Dans cette section, nous analysons la façon de désigner les individus concernés directement par l’acte, ce qui devait leur permettre d’établir leur identité et ensuite leurs droits en cas de litige.

  • 13 Ces constats sont notariés dans 434 exemplaires, dont dix fois en deux exemplaires et une fois en t (...)
  • 14 Voir Müller 2001.
  • 15 Les noms indiqués dans Little 1984, p. 63-185, sont toujours utiles, même si parfois le déchiffreme (...)

12Parmi les actes du Ḥaram, une variété de types de documents désigne des personnes concernées par des droits notariés, notamment des actes de vente, des reconnaissances et attestations, mais aussi des inventaires après décès en grand nombre. Profitons de ces derniers, les 422 constats d’héritage13, une documentation très uniforme grâce à la raison unique de leur rédaction, afin d’illustrer la façon de désigner les membres de la société locale, habitants de la ville de Jérusalem à la fin du xive siècle. Ces constats d’héritage ont été dressés pendant cinq ans, de 793/1391 à 797/1395, par les témoins du tribunal du qāḍī, mandatés pour constater les biens matériels de personnes mourantes ou décédées afin de disposer d’un support fiable pour l’exécution de l’héritage14. L’individu est toujours nommé après la date du constat, avec l’indication s’il est mourant (ḍa‘īf) ou déjà mort. Les constats d’héritage désignent donc les personnes dans ces circonstances précises, ce qui en fait une source précieuse pour l’onomastique15.

  • 16 Nous avons repéré 244 femmes et, par conséquent, 178 hommes parmi les 422 défunts — la plupart étan (...)
  • 17 Les exceptions sans nom du père concernent quelques personnes mortes, constats n°s 282, 363, 448, 5 (...)
  • 18 L’indication du nom du grand-père est assez récurrente, j’ai pu le constater plus de 250 fois. Par (...)
  • 19 Pour la diversité de la nisba, « nom de relation », voir Sublet 1991, p. 107-113.
  • 20 Voir n°s 494 et 776a. Un autre exemple est le ḥāǧǧ Makkī b. Ibrāhīm b. Rāšid al-Sammān (marchand de (...)
  • 21 Par exemple dans les n°s 82 et 497. J’ai compté 180 occurrences de la forme féminine de la nisba «  (...)
  • 22s 139, 510/1.
  • 23 N° 137.
  • 24 N° 776a.
  • 25 N° 288, éd. ‘Asalī, vol. ii, p. 135.

13La plupart des défunts16 sont désignés par leur ism, auquel s’ajoute la filiation ascendante (fils/fille de, le nom du père17 et — souvent — celui du grand-père )18. Il est suivi par une nisba19 et/ou la profession et le lieu où elle est exercée. Chez les hommes, l’usage de la nisba en combinaison avec la profession est habituel, mais loin d’être systématique. Parfois l’indication de la profession, notamment al-nassāǧ (tisserand), suit directement la filiation ascendante20. Chez les femmes, l’usage de la nisba est quasi systématique. La profession et le lieu sont mentionnés moins souvent21. L’indication de trois générations ascendantes (l’arrière-grand-père) est très rare. Elle ne concerne que quelques femmes, dont le père est identifié par deux générations ascendantes, remontant donc jusqu’à l’arrière-grand-père de la femme22. Un exemple typique pour un homme est donc « le constat fait auprès de Dāwud b. Sulaymān al-Ḥawrānī, décédé», sans indication de sa profession23, ou « Yūsuf b. ‘Alī b. ‘Umar al-Nassāḫ kāna bi-l-Quds al-Šarīf », (‘Umar, jadis tisserand à Jérusalem)24, ou pour une femme « Fāṭima bint ‘Alī b. Dāwud al-Ṣalṭiyya »25.

  • 26 N° 554, éd. Little 1985, p. 233.
  • 27s 384, 503 (éd. Ṣāliḥiyya 1985, p. 105 et s.), 511/2B.

14La nisba est aussi utilisée pour désigner l’appartenance religieuse chez les juifs (al-yahūdī/iyya)26 et les chrétiens (al-naṣrānī/iyya)27, ceci étant un élément essentiel pour la gestion de leurs héritages.

  • 28s 119, 263, 388, 482, 663, 694, 696, 700, 707, et les documents n°s 185, 522, 711 concernant le n (...)
  • 29 Une kunya autre que Abū Bakr pour le nom du père ou d’un parent se trouve dans les constats n° 397 (...)

15Parfois la forme de la kunya fait fonction d’ism, notamment Abū Bakr pour Muḥammad28, mais les défunts ne sont jamais désignés par leur seule kunya remplaçant leur ism29. L’ism le plus fréquent chez les 178 hommes est Muḥammad (34 fois), suivi par Aḥmad (17 fois) et ‘Alī (11 fois), et quelques noms comme ‘Umar (6 fois), Ḥasan (5 fois), etc. Chez les 244 femmes, les préférences sont encore plus accentuées, avec Fāṭima (53 fois), Ḫadīǧa (16 fois) et ‘Ā’iša (13 fois) qui sont respectivement les ism de la fille et de deux épouses du Prophète.

  • 30 Pour l’usage du « surnom » (laqab), voir Sublet 1991, 91 et s. Dans les actes du Ḥaram, aucune pers (...)
  • 31 Treize fois : n°s 133/1, 193, 256/1, 268, 347, 397, 438/1, 500, 518, 525, 526, 556, 689.
  • 32 « Al-amīr al-kabīr » : c’était l’épithète de plusieurs officiers, envoyés par le gouverneur de Jéru (...)
  • 33 N° 256/1.
  • 34 N° 193 : al-amīr al-aǧall ‘Alā’ al-Dīn ‘Alī b. Faḫr al-Dīn ‘Uṯmān b. Baḫtiyār aḥad riǧāl al-ǧund al (...)

16Seuls quelques défunts sont nommés par leur ism précédé par un laqab composé avec « Dīn »30, notamment les Muḥammad qui sont désignés par Nāṣir al-Dīn (3 fois), Šams al-Dīn (2 fois) et Muǧīr al-Dīn (1 fois). Le phénomène du laqab avec « Dīn » ne concerne que les hommes31. Par contre, on constate l’usage quasi omniprésent du laqab chez les juges ou dignitaires mameloukes (voir infra), ce qui confirme l’hypothèse que l’usage du laqab dans les actes est lié à une certaine position sociale. Le seul officier mamelouk parmi les défunts, se distingue par son titre de « grand émir »32 : al-amīr al-kabīr Nāṣir al-Dīn Muḥammad b. Muḥammad b. Salā min umarā’ Dimašq33. Le seul soldat mamelouk est appelé « al-amīr al-aǧall » avec son laqab et son ism, celui de son père et l’ism de son grand-père34.

  • 35 Ceci correspond à Sublet 1991, p. 118, et Sublet 1996, p. 101.
  • 36 Vingt et une fois : n°s 160, 216, 227, 242, 245, 251, 294, 300, 362, 425, 442, 560 (grand-père), 56 (...)
  • 37 Neuf fois : n°s 379, 396, 400, 632, 679, 713, 750, 756 et 757.
  • 38 Sept fois : n°s 269, 457, 489, 495, 512, 555 et 724/1.
  • 39 Le père d’un fils 4 fois : n°s 452, 528, 652, 767a ; grand-père d’un fils, deux fois : n°s 517 et 5 (...)

17Dans les constats, le laqab, rarement utilisé pour désigner le défunt masculin et jamais pour une femme35, apparaît plus fréquemment dans la filiation ascendante des femmes, c’est-à-dire associé au nom de leur père ou de leur grand-père36, de celui de leur époux37, ou encore de leurs libérateurs38. Moins fréquent est l’usage du laqab dans l’ascendance des hommes39. Dans les deux cas, on peut penser que la mention du laqab dans la généalogie est utilisée parce que ce membre de la famille était connu par son laqab. Sur 434 documents on trouve au total 63 fois l’usage d’un laqab, mais aucune corrélation avec l’usage d’une épithète n’a pu être constatée.

  • 40 Un aperçu provisoire de la population recensée dans les inventaires donne Lutfi 1985a, dans son liv (...)
  • 41 Dont n° 220, l’išhād avec « sayyidī al-šayḫ al-ṣāliḥ », et n° 347 avec « al-faqīr ilā llāh ta‘ālā a (...)
  • 42 Inventaires n°s 523 et 559 pour un homme persanophone : « al-‘aǧamī al-Nīšābūrī ».
  • 43 Dont n° 195, un išhād, avec générations et la nisba « al-Rūmī ».
  • 44 Dont un « al-sitt al-maṣūna » n° 519, iqrār n° 207.

18Nous en concluons que la plupart des défunts, hommes et femmes, appartiennent aux couches sociales basse et moyenne40. De façon générale, ils sont nommés par leur nom de naissance, suivi de la filiation ascendante à un ou deux degrés, rarement trois, suivi par une nisba « nom de relation » et/ou la profession. De plus, un bon sixième seulement des personnes sont désignées par une épithète honorifique, le plus souvent al-ḥāǧǧ (40 fois) ou al-ḥāǧǧa (15 fois) ou encore al-šayḫ (14 fois)41. Rares sont les épithètes ḫūǧā (une fois)42 ou al-mu‘allim43 pour les hommes, al-ḥurma ou al-maṣūna (respectivement quatre et trois fois)44 pour les femmes. Aucun défunt n’est appelé al-ṣadr al-aǧall, épithète récurrente (11 fois) chez les fonctionnaires qui assistent aux inventaires au nom du trésor public.

  • 45 Voir les constats n°s 152, 479, 687, 711, 745 et 771ṯ. Dans le cas d’une femme dont on a fait le co (...)
  • 46 Une femme divorcée est désignée comme muṭallaqa, n°s 153, 299, 442, 496, 724/1, ou comme ṭalīqa, n° (...)
  • 47 Voir documents n°s 248, 256/1, 259/1, 431, 481, 518, 523 (et son doublon n° 559).
  • 48 Voir Sublet 1991, p. 30, pour cet ism fictif du père. Quant aux noms de 19 femmes affranchies, ment (...)

19Une particularité concerne les femmes mariées ou veuves. Dans presque la moitié des cas, les inventaires donnent également le nom de leur mari (115 fois), avec, dans certains cas, l’ajout de « kāna » pour le passé, certainement quand le mari est décédé45, mais probablement pas en cas de divorce46. En revanche, les noms des épouses ne figurent jamais pour désigner les hommes, même si nous avons la preuve qu’elles sont vivantes au moment du décès de leur mari, puisqu’elles sont citées comme héritières dans les constats47. Le nom du père des 19 femmes affranchies est indiqué systématiquement avec le nom fictif ‘Abd Allāh (serviteur de Dieu)48.

20Première conclusion : la désignation d’un particulier témoigne de son statut social, et pour les femmes de leur état civil. Si nous partons de l’idée que les actes en général et les constats d’héritage en particulier servent à identifier les particuliers, nous pouvons dire que « le ism et le nom du père » ne suffisaient pas à identifier les membres de la société urbaine à Jérusalem. L’ensemble des éléments par lesquels une personne est désignée dans les actes légaux forme alors ce que nous pouvons considérer comme son « nom propre ». Autrement dit, le nom de naissance n’est qu’un élément parmi d’autres, au sein d’une série de combinaisons possibles, à l’instar des dictionnaires bibliographiques.

  • 49 Voir la partie concernant le savant Burhān al-Dīn et le marchand Nāṣir al-Dīn dans cette étude, ain (...)

21Si nous élargissons notre champ d’investigation à tous les actes légaux du Ḥaram, actes de ventes et attestations inclus, le groupe des concernés change sa composition, qui devient plus variée : les actes de ventes de maisons concernent une clientèle plus riche ; certains acquéreurs sont des juges ou des officiers mamelouks. Certes, la façon de désigner les personnes par leur nom propre ne change pas radicalement, mais les épithètes diffèrent selon le statut socio-professionnel de l’individu désigné49.

Les témoins : signer…

  • 50 À ce sujet, voir Müller 2010.
  • 51 À titre d’exemple : la reconnaissance n°604/1 du 2 ṣafar 785 a été certifiée neuf ans plus tard, le (...)

22Les noms de témoins, signataires des actes légaux, prennent une autre forme. En général, les témoins signent eux-mêmes l’acte qu’ils vont attester oralement devant le juge, le cas échéant50. C’est la reconnaissance de leur propre signature qui leur permet d’affirmer qu’ils ont bel et bien assisté aux faits décrits dans l’acte, et ceci même après un laps du temps assez important. Dans certains cas, l’attestation orale d’un acte se faisait quelques années après sa notarisation51.

23Quant aux éléments du nom que les témoins utilisent pour signer, il s’agit dans la majorité des cas de leur nom de naissance (ism) auquel ils ajoutent celui de leur père suivi d’une nisba ; leur signature n’est pas toujours lisible — mais elle comporte des caractéristiques permettant de les distinguer les unes des autres. Suite à la comparaison de 2 900 signatures sur les centaines de documents provenant de Jérusalem tout au long du xive siècle, force est de constater qu’il existait un groupe d’environ 30 à 50 témoins-notaires professionnels dans la ville. Certains ont exercé ce métier pendant plus de 40 ans — ils étaient identifiables par leur signature caractéristique. Ces témoins sont donc connus dans leur ville par leur nom propre et par leur signature — qu’ils ont apposées sur des milliers de documents. Pour illustrer ce point : nous disposons, 600 ans après les faits et à travers une partie infinitésimale de documents qui ont survécu, de 91 documents signés par un certain Aḥmad b. Sulaymān. Ceci pour dire que la carrière professionnelle permettait d’identifier un témoin, même après sa mort. Le fait de signer de son seul nom suivi du nom du père, indique que la personne était bien connue.

  • 52 Le biographe Muǧīr al-Dīn donne en plus le laqab et la kunya de son grand-père : Zayn al-Dīn Abī l- (...)

24Quant à l’identification d’une personne, c’est le contexte qui détermine la façon dont le témoin se présente. Pour certaines personnes, il est parfois possible de faire le lien entre une signature et la désignation comportant d’autres éléments que le nom (ism) et celui du père, grâce à un document où une personne détient une charge officielle. Ainsi, le témoin ‘Abd Allāh b. Ḥāmid peut être identifié comme juge auxiliaire (nā’ib al-ḥukm) dans le document n° 334, où il est nommé avec plus d’éléments dans l’attestation procédurale : Ǧamāl al-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Šams al-Dīn Abī ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ḥāmid al-Šāfi‘ī52.

  • 53 Avec 74 signatures attestées.
  • 54 Voir les membres du tribunal du juge, Müller 2013, chapitre 3.2.3.
  • 55s 117 et 270.
  • 56 Voir les exemples n° 35/1, éd. ‘Asalī 1983-1985, vol. I, p. 276, et n° 609/1, et vol. ii, p. 51. Le (...)

25Étant donné les nombreux homonymes, par exemple Muḥammad b. Aḥmad, ou ‘Abd Allāh b. Muḥammad, etc., ce lien entre signature et nom complet peut nous paraître ambigu aujourd’hui, mais les contemporains avaient certainement plus de repères, ou bien, et c’est sans doute le plus important, les gens étaient connus. Un autre exemple concerne le témoin ‘Īsā b. Aḥmad al-‘Aǧlūnī53, qui est attesté également en tant que amīn al-ḥukm — gérant des héritages, sous l’autorité du juge54. Lorsque, dans certains actes, il donne l’ordre de verser les sommes aux veuves pour des orphelins, il est nommé : Šaraf al-Dīn ‘Īsā b. al-marḥūm Šihāb al-Dīn Aḥmad al-‘Aǧlūnī al-Šāfi‘ī55. L’aspect important ici pour notre question d’identification est que le témoin signait en n’utilisant que certains éléments de son « nom complet ». Ceci relevait donc d’un choix, non de l’inexistence d’autres éléments. La façon d’écrire le nom d’un témoin ne change pas fondamentalement quand c’est le notaire qui l’ajoute « avec la permission et, parfois, en présence » du témoin. Il mentionne toujours le nom, le nom du père suivi d’une nisba56.

— et être désigné

  • 57 Voir le préambule n° 181, ligne 2-4, avec plutôt « al-ašġāl al-mu‘ayyana » que « al-ašġāl al-muqīma(...)
  • 58 Document n°181 du fonds du Ḥaram, voir Müller 2001.

26Le nom d’une personne peut prendre une forme très différente si elle signe elle-même un document ou si elle est nommée par ses collègues dans un document de la même époque. Le feuillet n° 181 liste par exemple les inventaires après décès pendant la première moitié du mois de ḏū l-ḥiǧǧa 795 dans un ordre chronologique. On y trouve les noms des défunts et ceux des témoins ayant attesté les inventaires. Cette liste servait à récapituler les démarches effectuées par les témoins au service du juge, afin de déterminer les biens d’héritiers absents57. Le scribe, qui était un secrétaire du tribunal et l’un de ces témoins58, identifiait ses collègues. Comparer cette liste avec les signatures apposées sur les constats auxquels elle fait référence, nous éclaire sur la différence entre le fait de « se nommer » et celui d’« être nommé ».

  • 59 Parmi les dix-neuf inventaires concernant la période couverte par la liste n° 181, trois inventaire (...)
  • 60 Voir Müller 2001, p. 293-298.

27Parmi les vingt-quatre constats mentionnés dans la liste n° 181 durant les quinze jours du mois de ḏū l-ḥiǧǧa 795, plus de deux tiers — dix-sept constats au total — sont documentés par des inventaires après décès, présents dans le fonds du Ḥaram al-Šarīf59. Ils ont pu être identifiés grâce à la correspondance entre les noms du défunt, la date du constat, les renseignements sur l’absence ou la présence des héritiers et grâce aussi à la mention de témoins dont l’ism figure dans la liste60. Dès que le constat correspondant à l’entrée dans la liste est identifié, toutes les références aux témoins peuvent être comparées avec les signatures respectives. Cette comparaison est sans équivoque et ne se limite pas aux similitudes sur la façon dont les témoins se désignaient eux-mêmes ou étaient nommés.

  • 61 Voir Müller 2013, le chapitre sur l’activité des témoins, chapitre 3.2.2.
  • 62 Les deux témoins d’Alep signant l’acte n° 555 ne concernent pas nos propos, ni le « témoin suppléme (...)

28L’auteur de la liste désigne brièvement chacun de ses collègues-témoins, par un ou deux éléments de leur nom propre, ceux qui lui semblent être significatifs et suffisants, dans le contexte, pour les identifier. Les témoins professionnels formaient un cercle restreint : 88 personnes au total ont signé tous les constats d’héritage pendant une période de quatre ans, de 793/1391 à 797/1395. Au cours d’une seule année, leur nombre s’élève à 50 témoins61. Le peu d’espace disponible sur la liste obligeait sans doute son auteur à être concis, et à choisir parmi les éléments du nom propre ce qui distinguait principalement le mieux le témoin. Cet élément était une sorte de nom vedette, lorsque le nom de naissance était courant. Ainsi, parmi les 21 témoins de Jérusalem62 signant les actes correspondant à 17 constats, sept portent l’ism Aḥmad, cinq Muḥammad et trois ‘Umar. Il paraît donc peu utile ici d’utiliser leur ism comme signe distinctif. Par contre, on trouve les ism moins courants de ‘Abd al-Laṭīf, Yaḥyā, ‘Abd al-Mun‘im et ‘Abd al-Raḥīm, qui sont parfois cités par ce nom de naissance dans la liste.

  • 63 Voir notamment lignes 38-43, 57-58. Voir Müller 2001, p. 307, note 45.

29L’analyse des éléments onomastiques qui suit, met en relief la richesse et la variété dans la façon de nommer, associée à un certain nombre de règles. Certaines lectures du tracé d’écriture sans ponctuation (rasm) restent conjecturales, notamment lorsqu’aucune correspondance avec les inventaires n’a pu être établie. C’est le cas de noms non identifiables dans la liste, dont l’inventaire a été perdu. Ils n’ont pas été pris en considération dans notre analyse onomastique63.

30Sont désignés par leur seul ism deux témoins, cet élément étant apparemment suffisant pour les identifier :

  • 64 Les constats n° 750 à gauche et n° 254 au milieu, voir images dans Müller 2001, p. 316 et 319. La g (...)

‘Umar [?], mentionné au recto, lignes 35 et 60, qui signe « ‘Umar [?] b. Ya‘qūb al-Qumarī (?) »64, et

  • 65 Là avec son laqab, probablement Ǧalāl al-Dīn.
  • 66 Les constats n° 143 à droite, n° 698 à gauche et n° 170 au milieu ; voir images dans Müller 2001, p (...)

– ‘Abd al-Mun‘im, lignes 20 et 33 recto, ligne 9 verso65, qui signe « ‘Abd al-Mun‘im b. Muḥammad al-Anṣārī »66.

Quatre témoins sont mentionnés par leur ism associé à un élément onomastique supplémentaire, qui, par ailleurs, n’est pas toujours identifiable :

  • 67 Le constat n° 656 à gauche, voir image dans Müller 2001, p. 318 ; le deuxième élément de la liste « (...)

‘Umar b. […]āmi‘, ligne 16, qui signe « ‘Umar b. Ḫalīl al-Maġribī (?) »67.

  • 68 Le constat n° 261 à gauche, voir image dans Müller 2001, p. 317. Le témoin a signé au total 2 actes (...)

‘Abd al-Laṭīf al-Ḥalabī, ligne 37, signe « ‘Abd al-Laṭīf b. al-Ḥasan al-??? »68. Le dernier élément de la signature est indéchiffrable, mais ne peut pas être « al-Ḥalabī ».

  • 69 Constat n° 549 à droit, voir image dans Müller 2001, p. 318. Le témoin est attesté avec 36 signatur (...)

‘Alī […], ligne 40, signe ‘Alī b. ‘Abd al-Qādir al-Ḥ…69.

  • 70 Les constats n°s 124, 412 et 765 au milieu, voir images dans Müller 2001, p. 316, 317 et 319. Le té (...)
  • 71 Les constats n° 436 à droite, n°s 441 et 720 à gauche, voir images dans Müller 2001, p. 317-318.
  • 72 Concernant le deuxième témoin de ce constat dans les documents n°s 436, 441 et 720, voir infra, Zay (...)

– Yaḥyā b. al-Fāsī, lignes 48 et 55, signe « Yaḥyā b. ‘Abd Allāh »70. Il signe également les actes d’un constat mentionné à la ligne 53. Mais la première partie de son nom correspond à un trou et la dernière ne ressemble guère à « al-Fāsī »71. Ce témoin a probablement été désigné dans la liste avec d’autres éléments de son nom72.

31Deux personnes sont désignées par une kunya. Une fois seulement, la kunya prend la place de l’ism, dans la liste et dans la signature du témoin :

  • 73 Constat n° 432 à droite. Le témoin est attesté avec 3 signatures.

Abū Bakr al-…, ligne 45, signe « Abū Bakr ‘Umar [?] »73.

  • 74 Constat n° 765 à gauche. Le témoin signe au total 26 fois sur les documents du Ḥaram al-Šarīf.

– La signature du dénommé « Abūl-Dallā‘ (?) », ligne 55, est caractéristique mais illisible. Elle contient probablement le nom Muḥammad74.

  • 75 Constat n° 656 à droite. Le témoin est attesté avec 2 signatures.

– Désigné dans la liste par la nisba « al-Muzāri‘ī », ligne 16, le témoin signe Muḥammad b. Sālim [illisible]75.

  • 76 Sublet 1991, p. 129.

32Voici à présent quelques témoins désignés par le « nom de filiation »76, ibn ou bn, avec ou sans l’alif initial.

  • 77 Constat n° 143 au milieu. Le témoin est attesté avec 36 signatures.
  • 78 Constat n° 170 à droite. Le témoin est attesté avec 9 signatures.

33Est nommé « Ibn » en combinaison avec une nisba Ibn al-Ṣafadī, ligne 20, qui signe Muḥammad al-Ṣafadī77, ainsi que Ibn ‘Aššāšī (?), ligne 9 verso, qui signe Muḥammad b. Yaḥyā (?) [b.] ‘Aššāš (?)78.

34Un troisième témoin est désigné par « Ibn » suivi d’un nom en forme de kunya :

  • 79 Constat n° 254 au milieu à droite. Le témoin est attesté avec 53 signatures.

Ibn Abīl-Salǧūq (?), ligne 60, signe Muḥammad b. Aḥmad al-Ḥusbānī (?)79. Il correspond probablement au « Abū Salǧūq », désigné ligne 58, mais nous ne disposons pas du constat permettant de le vérifier.

35Les témoins sont souvent désignés par un laqab et un deuxième élément, notamment l’ism de leur père ou une nisba. Mais le deuxième élément est souvent indéchiffrable, faute de ressemblance avec des éléments connus.

  • 80 Constat n° 845 à gauche. Le constat mentionné ligne 29 n’est pas conservé. Le témoin ne fait pas to (...)

36Le désigné Šihāb al-Dīn b. Ṯābit, lignes 13 et 29, signe Aḥmad b. Ṯābit al-Anṣārī80.

  • 81 Sans « [… ?] al-Dīn ».
  • 82 Constats n° 750 à droite et n° 254 en bas, au milieu à gauche : la partie non déchiffrée des signat (...)

– Šihāb al-Dīn al-Ḥanafī, lignes 34 et 5981, signe Aḥmad b. Yūsuf al-[non déchiffré]82.

  • 83 Les constats n° 432 au milieu à droite et 254 à droite. Le témoin est attesté avec 74 signatures.

– Šaraf al-Dīn al-‘Aǧlūnī, lignes 45 et 59, signe ‘Īsā b. Aḥmad al-‘Aǧlūnī83.

  • 84 Constat n° 845 à droite. Le témoin est attesté avec 37 signatures.

Šihāb al-Dīn b. Rašīd (?), ligne 13, et ligne 33 « ibn Rašīd (?) », signe Aḥmad b. Ibrāhīm…84.

  • 85 Constats n°s 261 au milieu, n° 124 à gauche et n° 412 à droite (dans l’ordre chronologique). Le tém (...)

– Šihāb al-Dīn b. al-Šayḫ ‘Alī, colonne B, ligne 36, 48 et s. et implicitement 50, signe Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Alī85.

  • 86 Constat n° 549 au milieu. Le témoin est attesté avec 39 signatures.

– Šams al-Dīn [non déchiffré], ligne 40, signe ‘Abd al-Raḥīm b. [Aḥmad b…]86.

  • 87 Constats n° 436 à gauche et n°s 441 et 720 à droite. Le trou est suspect parce qu’il se trouve exac (...)

37Plus difficile à identifier à cause d’un trou qui se trouve à l’endroit du deuxième élément du nom, un dénommé « Zayn al-Dīn (?) », ligne 53. Dans les constats, il signe Maḥmūd b. Aḥmad al-Šarā’ir87.

  • 88 Les constats n° 555 à gauche, n° 167 à droite et n° 432 au milieu à gauche. Le constat mentionné li (...)

38Dans un cas, le même témoin est désigné de deux façons différentes mais non déchiffrables, et le rapprochement ne peut se faire que par le biais de la signature : Šihāb al-Dīn…, ligne 8 ou Aḥmad [b.] al-Dallāl, ligne 29 (se référant au constat mentionné à la ligne 31 et 45, signe Aḥmad b. al-Ǧalāl (?)88.

  • 89 Les constats n°s 555 et 698 à droite. Le témoin est attesté avec 91 signatures.

39L’auteur de la liste, kātibuhu, sans nom, ligne 8, signe Aḥmad b. Sulaymān89, ce qui permet de faire le rapprochement avec le constat mentionné ligne 33 et son témoin « عوحر » (ou ابن عوحر), dont nous n’avons pas encore déchiffré le nom.

  • 90 Pour la relation entre ism et laqab, voir Caetani/gabrieli 1915, p. [201], note 2 ; pour la résonan (...)

40En résumé, la liste des témoins n’est pas dressée suivant un mode de désignation par un nom propre unique. Le choix d’éléments de référence, fait par le ou les auteurs de la liste, est d’ordre individuel, en respectant l’usage social. La comparaison entre la liste et les signatures permet de faire certaines observations, notamment le fait qu’il est fréquent de désigner une tierce personne par son laqab au lieu de son ism. En l’occurrence, Šihāb al-Dīn remplace systématiquement Aḥmad, Šams al-Dīn remplace ‘Abd al-Raḥmān ; on trouve aussi Šaraf al-Dīn au lieu de ‘Īsā et Zayn al-Dīn (?) pour Maḥmūd90.

  • 91 Voir l’expression consacrée « noms-miroirs », Sublet 2002.
  • 92 Pour le changement des signatures voir Müller 2007, chapitre iii, 2b, — comment identifier les sign (...)

41Si un témoin est désigné dans la liste par sa nisba, celle-ci correspond rarement à un élément présent dans la signature : est-ce parce que le greffier utilisait la forme communément admise du nom d’un témoin dont la nisba faisait parfois « miroir »91 ? Auquel cas on peut penser que la signature d’une personne évoluait selon d’autres critères qui étaient propres au métier du témoin professionnel92.

Le juge

42La façon d’écrire le nom du juge dans un acte légal diffère selon les fonctions qu’il exerce par rapport aux faits notariés, et selon le rôle du document. L’enjeu de l’identification du juge varie en fonction de l’acte. En effet, il est parfois indispensable de pouvoir l’identifier dans une autre ville ou après un certain laps de temps. Dans d’autres cas, il suffit que les membres de son tribunal puissent le distinguer d’autres magistrats de la ville qui exercent à la même période. Selon ces enjeux, les actes se réfèrent au juge et à ses actions de façon différente.

  • 93 Exemples édités dans ‘Asalī 1983-1985, vol. I p. 227-229 (n° 28/2), et vol. ii, p. 57 (n° 647/2), L (...)
  • 94 Voir Asyūṭī 1996, vol. ii, p. 361, pour la règle de nommer trois générations dans un išhād-judiciai (...)
  • 95 Voir Sublet 1991, p. 136, pour l’usage de ce type de formule.

43L’identification du juge dans le premier cas : le juge ratifie un acte ou un verdict qu’il a rendu (ḥukm). Selon l’usage mamelouk, le juge fait appel aux témoins du tribunal qui attestent du déroulement légal de la procédure et du jugement. Ceci est notarié au dos de l’acte contenant les détails matériels du cas93. Dans cette attestation procédurale, le greffier mentionne soigneusement l’épithète utilisée pour un juge « sayyidunā wa-mawlānā » et quelques attributs liés à la religion musulmane, son laqab et sa kunya, son nom de naissance, ainsi que les mêmes éléments concernant son père et souvent son grand-père, afin d’éviter toute confusion avec des homonymes94. La fin de l’énumération des éléments de son nom propre, avec ou sans lieu de sa fonction, est indiqué par une formule propitiatoire95. Les éléments du nom propre sont ici indiqués en gras :

  • 96 Voir la certification par ce juge damascène n° 625/2.

« sayyidunā wa-mawlānā al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā aqḍā l-quḍāt Ǧamāl [ ?] al-Dīn muftī l-muslimīn walī amīr al-mu’minīn Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. sayyidinā al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā aqḍā l-quḍāh Bahā’ al-Dīn Abī ‘Abd Allāh Muḥammad b. sayyidinā al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā al-šayḫ al-imām al-‘allāma ‘Alam al-Dīn Abī ‘Abd Allāh Muḥammad al-Qurašī al-Bahnasī al-Šāfi‘ī ayyadahu llāh ta‘ālā96 »

44La certification suivante est donnée par un juge auxiliaire :

  • 97 N°355/2, éd. Little 1998, p. 162-163.

« al-faqīr ilā llāh ta‘ālā al-šayḫ al-imām al-‘ālim Ǧamāl al-Dīn Abū Muḥammad mufīd al-ṭālibīn baqiyyat al-salaf al-ṣāliḥīn Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā al-šayḫ al-imām al-‘allāma Šams al-Dīn muftī l-muslimīn ṣadr al-mudarrisīn Abī ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-marḥūm al-faqīr ilā llāh Zayn al-Dīn Ḥāmid al-Šāfi‘tī ḫalīfat al-ḥukm al-‘azīz bi-l-Quds al-Šarīf ayyadahu llāh ta‘ālā97 ».

45On y trouve aussi les trois éléments laqab, kunya et ism pour les trois générations. Pourtant, la règle de nommer les trois générations n’est pas toujours respectée, comme le démontre l’exemple suivant, même si le mode de désigner le juge reste identique :

  • 98 N°647/2, éd. ‘Aṣalī, vol. ii, p. 57. Le même juge est désigné avec trois générations dans un docume (...)

« sayyidunā wa-mawlānā al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā qāḍī l-muslimīn baqiyyat al-salaf al-kirām al-ṣāliḥīn muftī l-muslimīn šayḫ al-šuyūḫ Abū l-Rūḥ ‘Īsā b. al-marḥūm sayyidinā wa-mawlānā al-‘abd al-faqīr ilā llāh ta‘ālā Ǧamāl al-Dīn šayḫ al-šuyūḫ barakat al-muslimīn qudwat al-ṣāliḥīn Abī l-Ǧūd Ġānim al-Anṣārī al-Ḫazraǧī al-Šāfi‘ī al-ḥākim bi-l-Quds al-Šarīf wa-a‘māliha wa-nāẓir al-awqāf al-mabrūrāt adāma llāh ta’yīdahu wa-aǧzala min faḍlihi mazīdahu98 ».

46En plus des trois éléments ism-kunya-laqab au niveau de chaque génération, le juge est désigné par plusieurs « noms de relation » : une nisba l’identifie en tant que membre de l’école juridique šāfi‘ite (al-šāfi‘ī), une autre son appartenance tribale (i.e. al-anṣārī al-ḫazraǧī). S’il y a un référent géographique (voir le 1er exemple : « al-Bahnāsī »), il fait partie du nom propre du juge et ne se réfère jamais au lieu où exerce le juge actuellement. Ceci est indiqué spécifiquement à la suite du nom propre, avec une phrase explicitant la fonction du juge (ḥākim ou ḫalīfat al-ḥukm).

  • 99 Voir Müller 2007, le chapitre sur les désignations des juges dans les actes.

47Une particularité dans la façon de désigner les juges dans les attestations judiciaires consiste dans le fait que le juge, son père et son grand-père, sont précédés individuellement de plusieurs épithètes, notamment sayyidunā et al-faqīr ilā llāh, ainsi qu’un marqueur signalant son rang dans la hiérarchie des juges : « aqḍā l-quḍā’ » indique sa fonction de juge-remplaçant, « qāḍī l-quḍāt », et « qāḍī l-muslimīn », celle de juge à proprement parler99.

48Dans d’autres actes, le juge en personne rédige le texte du certificat « ṯabata ‘inda kātibihi ». Dans ce cas, il se désigne en tant que « ayant besoin de Dieu », avec son seul nom de naissance, celui de son père et de son grand-père, sa fonction de juge et une formule propitiatoire, par exemple :

  • 100 Désignation du juge remplaçant.
  • 101 N° 39/3, édité dans Müller 2010, p. 86-93.

« al-faqīr ilā llāh ta‘ālā ‘Alī b. Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥmān al-Bā’iǧī al-Šāfi‘ī nā’ib fī l-ḥukm al-‘azīz100 bi-l-Quds al-Šarīf ġafara llāh ta‘ālā lahu wa-laṭafa bihi101 ».

49Par modestie en effet, on se passe des épithètes laudatives que nous avons rencontrées précédemment dans les certificats rédigés par le secrétaire du tribunal pour désigner le juge.

50Ces documents ratifiés par le juge pouvaient servir d’« instruments de preuve » dans une autre ville, au même moment ou quelque temps plus tard, grâce à leur authentification judiciaire, à savoir le paraphe personnel du juge en haut du document à côté de la basmala, et l’attestation procédurale au verso. Les « instruments de preuve » avaient valeur probatoire sans que les témoins ne soient convoqués pour répéter leur témoignage. Ce fonctionnement explique le soin avec lequel le juge est identifié : sa personne en tant que juge du tribunal garantit la validité légale de l’acte.

51Le deuxième cas de figure, où est mentionné le juge dans des actes du Ḥaram sans qu’il y ait l’enjeu de la valeur probatoire, va éclairer — tant il est différent — ces propos :

  • 102 N° 80. Autres exemples parmi les spécimens édités sont les n°s 82, 133, 197, 200, 269, 395, 469, 50 (...)
  • 103 La plupart des exemples concernent ce juge. Les exceptions, constats n° 634 et 635 « al-Taqwī » pou (...)

52De nombreux constats d’héritage mentionnent l’autorisation du juge d’effectuer l’inventaire de biens du défunt. Voici une citation exemplaire : « ḥaṣala l-wuqūf al-maḏkūr ba‘d al-iḏn al-karīm al-‘ālī l-qaḍā’ī al-šāyḫī al-Šarafī l-ḥākim al-šāfi‘ī bi-l-Quds al-Šarīf » (littéralement : « l’inspection mentionnée fait suite à la noble, la haute, la judiciaire, la vénérable, l’illustre autorisation, du juge šāfi‘ite à Jérusalem »)102. Ce qui apparaît ici n’être qu’une énumération d’adjectifs cache, sous la forme d’une nisba, le nom du juge de la ville. La dernière nisba, avant la mention de la magistrature, « al-Šarafī », indique en effet le nom du juge dont le laqab est Šaraf al-Dīn103.

53Cependant, un bref regard dans les dictionnaires biographiques de l’époque révèle le grand nombre de juges appelés « Šaraf al-Dīn » dans la seule ville de Jérusalem, tout au long du xive siècle. Seule la date de l’acte, le 13 šawwāl 793/13 septembre 1391, permettait aux contemporains de savoir que le dénommé juge « al-Šarafī » était bien le juge Šaraf al-Dīn ‘Īsā b. Ġānim que nous avons déjà évoqué. Dans une autre ville, une telle dénomination par la seule nisba « al-Šarafī » ne suffisait pas à identifier le juge autorisant l’acte. Nous en concluons, avec d’autres indications concernant la validation légale, que cet inventaire après décès a servi dans un contexte strictement local et limité à la période où le laqab du juge, pendant son mandat, suffisait à l’identifier sans doute possible. Ce qui garantissait la valeur légale de cet acte était, en réalité, les témoins signataires de l’acte.

54Les dénominations complètes des juges, et les autres façons de les identifier dans les actes nous amènent à aborder la multitude de possibilités de désigner l’être humain dans la société mamelouke.

Indiquer la présence d’autres personnes

55La façon de nommer une personne change avec l’élargissement de notre enquête à toutes les personnes désignées dans un acte, pas seulement comme sujet concerné, mais comme personne assistant aux faits notariés.

  • 104 Ceci illustre le grand intérêt que l’État mamelouk porte à la gestion des héritages.
  • 105 Quelquefois, la présence de membres de la famille est évoquée. Nous ne traitons pas ces cas ici.

56Parmi les 422 inventaires d’héritage du fonds du Ḥaram al-Šarīf, plus d’un tiers (un deux-cinquième) mentionnent la présence d’autres personnes. Il s’agit très souvent d’un représentant du Trésor Public ou d’envoyés du vice-roi mamelouk, le nā’ib al-salṭana à Jérusalem : ces personnes assistent donc à l’opération d’inventaire en raison de leur fonction officielle104 et non en tant que particuliers105.

57Ces personnes sont brièvement mentionnées, souvent par leur nom de naissance et quelques indications concernant leur statut social ou leur fonction. Pour le chercheur d’aujourd’hui, ces indications ne suffisent pas toujours à différencier les homonymes. Par contre, il faut croire qu’elles étaient suffisantes pour les contemporains et leur permettait d’identifier un individu cité, si cela s’avérait nécessaire. Seule la comparaison de plusieurs documents, en combinaison avec les « indicateurs portant sur le statut social » nous permet aujourd’hui de distinguer entre les homonymes.

  • 106 Certaines parties de son nom restent nonidentifiées, en l’occurrence ce qui se lit comme « Elyās » (...)
  • 107 Seul dans les documents n°s 397, 457 et 486, avec l’ism de son père dans le n° 398.
  • 108s 243 et 479 ; sans l’ism du père dans le n° 153 ; également dans le n° 580 avec un doute sur la (...)
  • 109 N° 728.
  • 110s 394, 424, 489, 519, 705.
  • 111s 242, 300, en n° 463 avec l’ajout « al-šahīr bi-l-‘Allāf ».
  • 112 N° 521.
  • 113 N° 728.
  • 114 N° 240, idem avec l’ism du père dans le n° 258.
  • 115 Al-mawlā l-aǧall Šihāb al-Dīn Aḥmad al-‘Allāf al-Ḥalabī, n°722 et al-mawlā l-aǧall Šihāb al-Dīn Aḥm (...)
  • 116 N° 264.
  • 117 N° 530, avec « Aḥmad al-Ḥalabī al-‘Allāf ».
  • 118 Pour les variantes dans sa désignation professionnelle voir, Müller 2007, p. 414.

58Un exemple significatif pour cette observation est al-ḥāǧǧ Aḥmad, qui participait fréquemment aux constats d’héritage pendant la période 793-797, et qui est désigné de façons très variées. Grâce aux mentions dans 28 constats, son « nom complet » peut être reconstruit ainsi : al-ḥāǧǧ Šihāb al-Dīn Aḥmad b. ‘Alā’ al-Dīn Abū Bakr ‘Alī al-Ḥalabī al-‘Allāf106. Le dénominateur commun dans la plupart des références est « al-ḥāǧǧ Aḥmad »107, souvent en combinaison avec la nisba al-Ḥalabī et la profession « le marchand de fourrage » (al-‘Allāf) : al-ḥāǧǧ Aḥmad b. ‘Alī al-Ḥalabī al-‘Allāf108, al-ḥāǧǧ Šihāb al-Dīn Aḥmad al-Ḥalabī al-‘Allāf109. Ou encore seul, avec la profession, sans nisba : al-ḥāǧǧ Aḥmad al-‘Allāf110, al-ḥāǧǧ Aḥmad b. ‘Alī al-‘Allāf111. Parfois son laqab Šihāb al-Dīn est cité en premier : Šihāb al-Dīn Aḥmad b. ‘Alā’ al-Dīn ‘Alī al-Ḥalabī (sans al-ḥāǧǧet sans « profession » )112, mais aussi al-ḥāǧǧ Šihāb al-Dīn Aḥmad al-Ḥalabī al-‘Allāf113, ou al-ḥāǧǧ al-aǧall Šihāb al-Dīn Aḥmad114. À deux reprises le laqab apparaît dans une combinaison avec le titre « al-mawlā al-aǧall »115, mais aussi sous forme de nisba : al-ḥāǧǧAḥmad ibn Abī Bakr al-Šihābī116. Parmi les 28 constats, un seul n’utilise ni le terme honorifique « al-ḥāǧǧ », ni le laqab Šihāb al-Dīn117. Étant donné la variabilité avec laquelle il est nommé, d’autres occurrences d’al-ḥāǧǧ Aḥmad dans les documents du Ḥaram ne sont pas exclues118.

  • 119 Pour ces charges variées au sein du bureau des héritages, voir Müller 2007, chapitre V 4. À côté du (...)
  • 120 Entre le 20 šawwāl et 21 ḏū l-ḥiǧǧa 793, il assista à 24 constats d’héritage, voir (dans l’ordre ch (...)
  • 121 Seul dans les n°s 178, 719/6, avec ism : s 82, 88, 447, 478, 719/4 et 768a ; avec ism et nisba : (...)
  • 122s 84 et 732.
  • 123 Avec laqab et ism : s 107 et 533, la variante « al-amīr al-ġāzī » dans le n° 157 ; avec laqab, is (...)
  • 124 Avec ism et nisba : n° 177, avec laqab (al-Sayfī) et ism :s 248, 283 ; et en plus ‘Abd Allāh, n° (...)

59Un autre exemple démontrant cette variabilité dans la désignation d’un officiel présent, concerne un émir du nom Bābūq : le ism reste identique, donc identifiable, mais les dénominations de sa mission officielle diffèrent ainsi que certains éléments de son nom. L’émir Bābūq b. ‘Abd Allāh al-Timrāzī est attesté en tant que šādd bayt al-māl119 durant deux mois, entre le 20 šawwāl et le 21 ḏū l-ḥiǧǧa 793 (…1391). Malgré les éléments variables, son ism « Bābūq » permet d’identifier le personnage sans erreur possible120. En tant que membre de la caste militaire des mamelouks, son nom est accompagné — dans des combinaisons variées — de son laqab Sayf al-Dīn121, de l’ism (fictif) de son « père » ‘Abd Allāh122, ainsi d’une désignation « al-amīr al-kabīr »123 avec son rang d’officier « al-maǧlis al-‘ālī »124.

60Les variantes par lesquelles les notaires désignaient ces officiels reflètent leurs propres connaissances (faibles pour certains noms turcs portés par les mamelouks de l’entourage du vice-roi) — et leur rapport avec les personnes désignées. C’est donc une particularité concernant la participation des officiels : seules quelques parties de leur « nom complet » les désignent, avec une brève indication de leur fonction. Il faut souligner que les deux exemples cités, al-ḥāǧǧ Aḥmad et l’émir Bābūq, font plutôt exception. Généralement, seul le rapprochement d’éléments variés permet une identification certaine. Dans bon nombre de cas, les éléments du nom à notre disposition ne permettent pas d’exclure complètement le doute sur l’identité de la personne. À ceci s’ajoute la difficulté de déchiffrer une écriture hâtive et cursive, d’une lecture ambiguë.

61Deux conclusions s’imposent dans ce contexte concernant la présence de ces officiels au moment des inventaires : a) il n’existait pas d’uniformité quant à la désignation de ces personnages. b) ce type de documents, les inventaires après décès, avaient un usage exclusivement local. Je tire cette conclusion du fait que les membres de l’administration étaient reconnaissables par quelques bribes d’information. Une troisième interprétation consisterait à penser que seule la participation d’un officiel, peu importe lequel, importait aux yeux des notaires — et que son identification avait une importance secondaire.

Écrire le mal-connu : noms non arabes

62Dans leur grande majorité, les actes légaux étudiés sont écrits de façon hâtive et sans voyelles courtes. Cela traduit le fait que le lecteur captait la totalité d’un mot par son contexte plutôt qu’il ne lisait les mots caractère par caractère. Il en va de même pour tous les éléments fréquents du nom. Par contre, noms propres et noms de lieux étaient écrits avec plus de soin afin de rendre leur lecture non équivoque.

  • 125 Voir Sauvaget 1950, p. 31-58.

63Les noms propres d’origine turque ou, plus généralement non arabes n’échappent pas à ce constat125. Néanmoins, leur graphie révèle un autre phénomène : les notaires et greffiers du tribunal n’écrivaient pas les noms non arabes de façon standardisée — contrairement aux noms arabes. En effet, l’alphabet arabe est mal adapté aux mots d’origine turque, entre autres, qui utilisent une grande variété de voyelles.

  • 126 Actes n°s 436, 441 et 720, voir l’édition dans Müller 2010, p. 77-83 (discussion) et p. 94-97 (éd. (...)
  • 127 Les n°s 441 et 720 sont de la main du témoin les signant à droite. Le n° 436 est rédigé par le deux (...)

64Un bon exemple illustre cette observation dans trois inventaires concernant le même constat auprès du marchand Yūsuf al-Qūnawī (de Konya), daté du 10 ḏū l-ḥiǧǧa 795/17 octobre 1393126. Chacun d’eux est écrit par l’un des deux témoins notaires127.

65Les deux notaires écrivent en effet le nom du fils héritier de Taġribirdī de trois façons différentes :

66Il s’agit ici sans doute du même nom avec une graphie différente, tel que rédigé par les notaires assistant personnellement au constat : les n°s 441 et 720 sont écrits par le même notaire, le n° 436 par son collègue.

  • 128 Richards 1987, p. 208, note 8. Il a édité le document n° 374 en indiquant les variantes avec les n°(...)
  • 129 Voir Müller 2013, chapitre 5.4 sur l’administration fiscale et le bureau des héritages, avec une ta (...)
  • 130 La lecture « ‘Adl » n’est pas confirmée : son choix repose sur les occurrences dans les n°s 59, 374 (...)
  • 131 Richards 1987, p. 208, ligne 10, éd. : (مصالح... ؟)عدل بن حيدر العجم .

67Le nom d’un défunt ayant un nom non arabe peut, quant à lui, facilement être déformé au cours des procédures administratives : l’acte notarié concernant la vente aux enchères d’un héritage, n° 770ḥ, nomme par exemple le défunt « al-ḥāǧǧ ‘Adl [?] b. Rasūl b. Ḥaydar al-‘Aǧamī »128. Dans une première feuille de comptes concernant les revenus et dépenses de l’administration n° 175, le nom du défunt est proche. Par contre, dans les trois autres fiches de comptes récapitulatives de la même administration sur la même période, n°s 59, 374 et 535, son nom est complètement transformé. L’identification n’est possible que par la date de la vente et la somme obtenue par le Trésor Public129.130131

68Ma lecture « b. Ḫalīl » dans les n°s 59, 374 et 535 est évidemment conjecturale : on pourrait aussi lire « Ḥaydar » ‒ mais pour un lecteur de ce type de documents, le graphisme ressemble plus à Ḫalīl qu’à Ḥaydar. En n° 770ḥ, le nom du père est « b. Rasūl », en n° 175 « b. Yūnif (?).

69En comparaison, les noms arabes de défunts ne sont pas aussi facilement défigurés. Voici l’exemple d’un ‘Alī b. Aḥmad b. Ḫalaf sur les mêmes feuilles de compte, n°s 59, 374 et 535 :

70L’identification se fait grâce aux dates et au montant de la somme obtenue par les ventes aux enchères dans chaque cas.

  • 132 Voir pour un premier aperçu Little 1984, index et passim.

71Un autre contexte où les actes du Ḥaram al-Šarīf mentionnent des noms non arabes concerne les officiels mamelouks qui assistent aux constats après décès en tant que fonctionnaires du Trésor Public (bayt al-māl) ou envoyés par le vice-roi mamelouk (nā’ib al-salṭana) de la ville de Jérusalem132. Il s’agit probablement d’un cercle d’une vingtaine de personnes. Épistémologiquement, un « flottement » d’écriture des noms n’est détectable que lorsque l’identité de la personne dénommée est plus ou moins bien établie. Sinon, les différences d’écriture ne permettaient pas de savoir s’il est fait référence à plusieurs personnes ou à une seule.

  • 133 Ce document concerne la livraison d’un héritage placé en dépôt au tribunal, à laquelle il assiste..

72Prenons l’exemple de l’officier du Trésor public (šāḏḏ bayt al-māl) Sayf al-Dīn Tamarbuġā (?) qui assiste pendant le mois de rabī‘ ii 796/février 1394, à plusieurs constats d’héritage et à d’autres activités qui y sont liées.133

73Il n’est évidemment pas exclu, même si c’est peu probable, que plusieurs officiers du Trésor Public de nom turc, aient été en fonction dans ce même mois. On touche ici à un problème herméneutique : l’écriture n’est pas suffisante pour prouver sans aucun doute l’identité d’une seule personne. Les documents n°s 380 et 500/2 sont assez similaires, mais ce n’est pas le cas pour les n°s 90 et n° 448. Seul le contexte permet de rapprocher les écritures et de conclure à l’existence d’une seule personne probable : le fait qu’un šādd bayt al-māl, un officier, assiste pendant la période de quelques semaines à des constats d’héritage.

74Par contre, si on considère qu’il s’agit bien de deux ou plusieurs personnes différentes, on en déduit que le personnel du Trésor Public changeait assez souvent ou, que l’institution était assez importante pour pouvoir embaucher plusieurs fonctionnaires de même niveau. Ceci ne paraît pas probable, au vu des autres personnes qui sont souvent citées dans les inventaires.

75Ou, encore il s’agit bien de la même personne — et dans ce cas la façon d’écrire son nom n’était pas uniforme.

  • 134 Voir, par exemple celui de l’émir Qarābuġā sur deux comptes d’enchères (n°s 770b et 770a/n° 770ǧ du (...)

76Pour d’autres officiers turcs, l’écriture du nom ne varie pas134 ou, nous n’avons pas assez d’informations pour attribuer des écritures variées à la même personne. D’autres noms de fonctionnaires mamelouks étaient plus faciles à écrire pour les notaires arabophones à Jérusalem, notamment celui de l’emir Bābūq b. ‘Abd Allāh al-Timrāzī, évoqué plus haut.

Nommer selon le contexte : l’usage des éléments variables

77Comme le démontrent les exemples cités de l’officier Bābūq et du ḥāǧǧ Aḥmad, c’est la densité de nos sources qui permet d’étudier un phénomène très particulier : les différentes façons de nommer une même personne dans des contextes similaires. Ces exemples illustrent que la façon d’écrire les noms de fonctionnaires présents aux constats d’héritage n’était pas uniformisée — contrairement aux noms de juges dans des certifications. Ici, nous élargissons cette analyse à des documents de type et de fonction différents. Ceci permet de mieux illustrer les mécanismes qui déterminent la façon d’écrire le nom.

78Dans le seul mois de šawwāl 793/septembre 1391, le comptable responsable du Trésor Public à Jérusalem (mustawfī bayt al-māl bi-l-Quds al-Šarīf), un certain Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Umar b. Nāṣir al-Ḫilā‘ī, est désigné dans des contextes variés, par différentes parties de son nom. On peut distinguer grosso modo trois formes selon le contexte et avec plusieurs combinaisons :

    • 135 Dans une reconnaissance de paiement effectuée par le Trésor Public, n° 104.

    seul l’ism avec le nasab de trois générations est indiqué : Muḥammad b. ‘Umar b. Nāṣir135 ;

  1. Certaines formes combinent parfois son laqab Šams al-Dīn avec des appellations honorifiques, al-ṣadr al-aǧall ou mawlānā ;

  2. D’autres formes incluent la nisba al-Ḫilā‘ī comme signe distinctif, dans des désignations courtes ou plus longues.

  • 136 Les n°s 59 et 535, voir Richards 1987, p. 209.
  • 137 N° 175.
  • 138 « Le cher père, al-ḥāǧǧ Muḥammad, officier des héritages » (al-wālid al-‘azīz al-ḤāǧǧMuḥammad šāḏḏ (...)

79Dans les comptes des revenus du Trésor Public rédigés « sous sa dictée » au mois de šawwāl 793, il est appelé « al-ḥāǧǧ Muḥammad al-Ḫilā‘ī »136 ou de façon plus détaillée « al-ḥāǧǧ Muḥammad b. ‘Umar Nāṣir, connu par [le nom] Ibn al-Ḫilā‘ī »137. Il se désigne lui-même par « al-ḥāǧǧ » dans une courte lettre qu’il adresse à son fils concernant un paiement de six dirham138.

  • 139s 178 et 669.
  • 140 N° 771ǧ.

80Dans deux inventaires après décès, sa présence est mentionnée sous la forme brève Muḥammad Ibn al-Ḫilā‘ī139, et dans un troisième document, de façon plus longue, « al-ḥāǧǧ Šams al-Dīn Muḥammad b. Nāṣir b. al-Ḫilā‘ī »140. La notion « b. al-Ḫilā‘ī » ne se réfère évidemment pas au nasab « fils de », mais désigne un ancêtre lointain qui a donné son nom à toute la famille. Nous constatons donc l’usage du « patronyme » al-Ḫilā‘ī avec ou sans « ibn ».

  • 141 « Al-ṣadr al-aǧall al-muḥtaram Šams al-Dīn Muḥammad b. al-marḥūm al-šayḫ Zayn al-Dīn ‘Umar b. Nāṣir (...)
  • 142 Mawlānā Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Umar al-Ḫilā‘ī, n° 770b.
  • 143 Šams al-Dīn Muḥammad b. Zayn al-Dīn ‘Umar b. Nāṣir, n°s 770ḥ et 770ḫ.
  • 144 N° 178.
  • 145 N° 770ḏ.
  • 146s 770a et 770ḥ.
  • 147 N° 669 similaire dans le n° 104.

81Sa présence lors de ventes aux enchères de la même époque est signalée par les scribes des acomptes, en préambule, et de manière plus respectueuse, soit par l’épithème « al-ṣadr al-aǧall » en combinaison avec son laqab et celui de son père, y compris le nasab des trois générations141, soit avec l’appellation « notre maître » (mawlānā), laqab et nasab de deux générations et nom patronymique142 ou, encore avec son laqab, celui de son père et le nasab de trois générations sans autre ajout honorifique143. Cette variabilité dans la façon de nommer ce fonctionnaire se retrouvent dans la désignation de sa fonction à la même période : mustawfī144, šādd al-mawārīṯ145, mutakallim bayt al-māl146 où envoyé du Trésor Public (min ǧihat bayt al-māl)147.

82Les variations de l’usage onomastique ne se limitent ni aux documents officiels ni aux références à des individus mandatés officiellement. La forme écrite du nom varie davantage encore chez certains particuliers pour lesquels nous disposons d’une riche documentation à travers des actes et documents divers. Le savant Burhān al-Dīn (m. 789/1387) est notre deuxième exemple pour illustrer la diversité des désignations dans des contextes différents.

  • 148 Documents n°s 9/1, 10/1, 13/1, 305/1, 310/1 ; avec la variante « al-mamlūk al-muḥibb Ibrāhīm al-Nāṣ (...)
  • 149s 10/2, 13/2 et 305/2.
  • 150s 7/2 et 310/2.
  • 151s 5, 303 et 603.
  • 152 Seulement dans le n° 7/2.
  • 153s 5, 12, 14, 303, 310, 603.
  • 154s 5, 303 et 603.
  • 155s 2, 7/2 et 310.
  • 156s 7/2 et 14.
  • 157 N° 14.
  • 158s 2 et 310/2.
  • 159 N° 310/2.
  • 160 N° 7/2.
  • 161s 5, 7/2, 12 et 603.
  • 162 N° 2.
  • 163 A‘āda llāh barakatahu, n° 9/2, a‘āda allāh min barakatihi, n° 203 (et non éd. afāda), a‘azzahu llāh (...)

83Dans les requêtes que celui-ci adresse aux institutions ou mécènes pour obtenir des charges d’enseignement et de récitation, il se nomme, selon la coutume du temps, « al-mamlūk Ibrāhīm al-Nāṣirī »148. Les petits décrets d’investiture au dos de ces requêtes n’indiquent pas son nom149 ou se réfèrent au šayḫ Burhān al-Dīn al-Nāṣirī150. C’est aussi le cas pour des décrets indépendants de toute requête. Dans tous les décrets nommant le bénéficiaire Burhān al-Dīn Ibrāhīm al-Nāṣirī, son nom est précédé par quelques attributs d’un homme de religion et de savoir, notamment al-šayḫ al-ṣāliḥ al-‘ābid151. Ces qualificatifs de cheikh et imam152 pieux et savant, à savoir al-ṣāliḥ153, al-‘ābid154, al-‘ālim155, al-wari‘156, al-nāsik157, al-‘āmil158, al-‘allāma159, al-qadīr160, al-zāhid161 et al-fāḍil162, se suivent dans un ordre qui peut varier. Parfois, la totalité de sa désignation, sa qualification en tant que cheikh et son nom, est accompagnée par une formule propitiatoire non standardisée163.

  • 164 N° 3.
  • 165 N° 203.
  • 166 N° 603.
  • 167 N° 9/2. Pour les épithètes (alqāb) des Soufis voir Qalqašandī 1913-1919, vol. vi, p. 161-165, notam (...)
  • 168 N° 4.

84Un seul décret nomme « al-faqīr ilā llāh ta‘ālā al-šayḫ Burhān al-Dīn al-Nāṣirī » sans autre qualificatif164. Dans un autre, « al-šayḫ Burhān al-Dīn al-Nāṣirī » n’est précédé d’aucun qualificatif mais est suivi de la formule propitiatoire « a‘āda llāh min barakatihi »165, et un décret de nomination ajoute à son nom l’indication de sa profession « qāri’ al-mī‘ād » (récitateur de nobles prières à temps fixe)166. Une autre forme de son nom contient son « rang » et d’autres éléments honorifiques sous forme de nisba, notamment « al-maǧlis al-sāmī al-šayḫī al-aǧall[ī ?] al-kabīrī al-‘alamī al-fāḍilī al-‘ābidī al-ḫāši‘ī al-Burhānī »167 ou, plus brièvement, « al-maǧlis al-‘ālī al-mawlawī al-qaḍā’ī al-fāḍilī al-Burhānī », suivi de son ism et de celui de son père168. On note que seul ce dernier décret mentionne le nom de son père, le nasab est donc quasiment absent dans les décrets en sa faveur.

  • 169s 665, 666, 668 et 835.
  • 170 N° 109.
  • 171 N° 49, l. 7 et colonne à gauche l. 2, éd. Richards 2002, p. 228.
  • 172 N° 850.

85Dans des documents administratifs, notamment les quittances de paiement de la ǧāmkiyya pour les récitations issues de l’administration du Ḥaram, il est nommé al-šayḫ Burhān al-Dīn al-Nāṣirī169. C’est aussi le cas dans une quittance de loyer sous gérance du juge170, et dans une feuille de comptes de la fondation Faḫr al-Dīn, il y est ajouté « al-faqīr ilā llāh ta‘ālā » et son occupation professionnelle : « enseignant auprès d’orphelins »171. Une autre quittance de loyer le nomme simplement « al-mawlā Burhān al-Dīn »172.

  • 173 N° 26.

86Il se désigne lui-même dans un style indirect dans une disposition demandant de changer les horaires des récitations en tant que « al-faqīr ilā llāh ta‘ālā Ibrāhīm b. Rizq Allāh al-Nāṣirī173 ».

  • 174 N° 336, éd. ‘Asalī, vol. I, p. 280-281 : Burhān al-Dīn Abī Isḥāq Ibrāhīm b. al-marḥūm Zayn al-Dīn R (...)
  • 175 N° 39/1, éd. Müller 2010.
  • 176 N° 622, avec la formule propitiatoire a‘azzahu llāh ta‘ālā.
  • 177 N° 382 : zawǧ al-faqīr ilā llāh ta‘ālā Burhān al-Dīn al-Nāṣirī qāri’ al-ḥadīṯ al-šarīf.
  • 178 N° 490.
  • 179 N° 336 et 490.
  • 180 N° 39/1.
  • 181 N° 490.
  • 182s 336, 490.
  • 183 N° 39.

87Les actes légaux concernant notre savant ne font pas exception dans la façon de nommer les particuliers dans des documents attestés par témoins. Contrairement aux documents susmentionnés, les actes indiquent systématiquement le nom de son père, parfois aussi celui du grand-père, avec ou sans leur propre laqab et ism, ainsi que sa nisba et son occupation professionnelle. La forme la plus complète consiste en son propre laqab, kunya et ism ainsi que le laqab et l’ism de ses feux père et grand-père, terminant avec sa nisba. Elle se trouve dans une attestation concernant le voisinage174. Un contrat de vente contient les mêmes éléments sauf sa propre kunya175, un autre donne son laqab et son ism, l’ism de son père et les laqab et ism de son grand-père176. Dans ce dernier acte, il est d’abord désigné comme époux de Širīn à laquelle il vend des ustensiles de ménage. Dans un autre acte de vente fait par sa femme, où il n’est pas partie contractante, on ne mentionne pas son ascendance177. Le mandat (tawkīl) par un officier mamluk désigne son ascendance avec le seul nom de son père, et non de son grand-père, mais il y ajoute une formule propitiatoire178. Les qualificatifs pieux ne sont pas uniformes : la mention « faqīr ilā llāh »179 manque dans le contrat de vente où Burhān al-Dīn est appelé « al-šayḫ al-awḥad al-kāmil al-murtaḍā »180, et dans le mandat on trouve encore l’attribut du « al-šayḫ al-imām al-‘ālim al-muḥaddiṯ »181. L’attestation de voisinage ne le désigne pas en tant que cheikh. Mais ces trois actes le nomment ṣūfī182 ou récitateur de prières183.

  • 184 Al-šayḫ al-imām al-‘ālim al-awḥad al-kāmil, n° 289, al-šayḫ al-imām al-qudwa, n° 509, al-šayḫ al-im (...)
  • 185 À savoir : b. al-marḥūm Zayn al-Dīn Rizq Allāh (n° 289), b. al-marḥūm Rizq Allāh (n°s 509 et 699).
  • 186s 289, 509 et 699.
  • 187s 289 et 509.
  • 188 N° 843.

88Plus uniformes sont trois actes attestant de la non existence d’une obligation de la part de Burhān al-Dīn. Ils le mentionnent en tant que šayḫ et imām184, citant son laqab et ism Burhān al-Dīn Ibrāhīm, ainsi que le nom de son père185 avec l’indication de sa position sociale, ṣūfī de la Ḫanqāh al-Ṣalāḥiyya186 pour finir par sa nisba al-Nāṣirī187. L’exception parmi les actes signés sans nom du père, est la quittance de loyer où il est nommé « al-šayḫ Burhān al-Dīn Ibrāhīm al-Nāṣirī al-muḥaddiṯ à Jérusalem »188.

  • 189s 52, 106, 111/1, 115, 188, 313 et 676.
  • 190s 16, 108 et 192.
  • 191s 118 et 183 (sans šayḫ).

89Après la mort du savant, de nombreux documents et acomptes règlent la question de l’entretien de ses enfants, dits « orphelins » (yatīm, pl. aytām) ou enfants de feu (al-marḥūm) Burhān al-Dīn al-Nāṣirī189, parfois nommé avec son ism « Burhān al-Dīn Ibrāhīm al-Nāṣirī »190 ou augmenté du nom de son père : al-marḥūm al-šayḫ Burhān al-Dīn Ibrāhīm b. Rizq Allāh al-Nāṣirī191.

90Conclusion : les constituants les plus brefs sont le laqab et la nisba « Burhān al-Dīn al-Nāṣirī » auxquels s’ajoutent, selon le contexte, d’autres éléments de son nom et de celui de ses ascendants, des indications de son statut en tant que cheikh et homme de religion.

  • 192 Pour une discussion détaillée de ce dossier voir Müller 2013, le chapitre 2.3.2.
  • 193s 190, 201, 209/1, 211/1, 266/1, 677/1, 717/1, avec les variantes al-ṣadr al-aǧall al-muḥtaram : (...)
  • 194 Voir Qalqašandī 1913-19, vol. vi, p. 168, daraǧat al-ṣadr, qui est aussi utilisé pour d’autres prof (...)
  • 195s 103, 316, 844/1.
  • 196 N° 17/1.
  • 197s 17/1 et 506.
  • 198s 53, 95, 103, 190, 199, 201 (sans laqab), 209, 211/1, 266/1, 316, 574/2, 692, 839 (sans ism) et (...)
  • 199 N° 53 (qui donne même celui de l’arrière grand-père), n°s 95, 103, 201, 316, 692/1.
  • 200 Nāṣir al-Dīn en n°s 95 et 692, Šams al-Dīn en n° 316 : impossible de savoir s’il s’agit de la même (...)
  • 201 A‘azzahu llāh ta‘āla, n° 844/1.

91Le troisième exemple concernant un marchand nous permet de mieux cerner la dimension sociale de certains éléments du nom propre. Le dossier de Nāṣir al-Dīn Muḥammad al-Ḥamawī (m. 788/1386)192 au sein de documents du Ḥaram consiste en plusieurs actes légaux rédigés de son vivant (notamment des actes de vente, reconnaissances de dettes et contrats commerciaux), ainsi que ses feuilles de comptes et certains documents concernant la gestion de son héritage en faveur de ses enfants mineurs. Les actes légaux rédigés de son vivant le désignent le plus souvent comme al-ṣadr al-aǧall193, l’épithète utilisée pour le dernier rang des commerçants (tuǧǧār)194. Plus rarement, le marchand est appelé al-faqīr ilā llāh ta‘āla195 ou encore al-mawlā196. Dans les actes, sont toujours mentionnés son laqab Nāṣir al-Din et son ism Muḥammad, et, à l’exception de quelques reconnaissances de dettes197, le laqab et l’ism de son père198, plus rarement complété par l’ism de son grand-père199 et le laqab de ce dernier200. C’est grâce à sa nisba al-Ḥamawī et sa désignation en tant que « marchand » (tāǧir) à Jérusalem » que nous pouvons identifier le personnage dans les documents du Ḥaram : sans cela, il ne serait pas identifiable dans la mesure où les documents se réfèrent à lui sous une autre nisba. Rares sont les formules propitiatoires de son vivant201.

  • 202 I.e.s 582 et 786.
  • 203s 102, 342 (en plus avec le nom de son père), n°s 184, 187 (en plus avec le laqab de son père). A (...)
  • 204 N° 287 : elle est désignée en tant que femme de al-ṣadr al-aǧall al-kabīr al-muḥtaram Nāṣir al-Dīn (...)

92Après sa mort, il est désigné dans les comptes du tribunal concernant la vente de son héritage sous la forme « Nāṣir al-Dīn al-Ḥamawī »202 ou de façon plus longue, dans les actes contenant la réception des frais d’entretien de ses enfants par les veuves de feu « Nāṣir al-Dīn Muḥammad al-Ḥamawī »203. Conformément à ce que nous avons dit auparavant, son nom s’enrichit des noms de ses ascendants dans un acte de reconnaissance formelle de la part de sa veuve204.

Conclusion

93Cette étude illustre les façons diverses d’écrire le nom propre dans un seul contexte synchrone, celui de Jérusalem à la fin du xive siècle en particulier, et celui des sociétés arabes pré-modernes en général.

94L’analyse des noms propres dans les actes du Ḥaram permet de saisir des contextes fonctionnels et sociaux qui déterminent la complexité de la dénomination — selon le statut social de l’individu, son rôle précis dans l’acte rédigé et, au-delà de la personne même, la fonction légale du document. La distinction entre nommer et être nommé se manifeste dans la désignation du juge et des témoins du tribunal : si l’un d’eux écrit personnellement son nom, il utilise en général son ism, l’ism de son père et sa nisba. C’est le cas des témoins dans leur signature et du juge dans ses notifications et notice de certification (ṯubūt). Par contre, le secrétaire désignant le juge écrit son nom avec toutes ses épithètes honorifiques et la chaîne des noms de ses ascendants sur trois générations. Quant au récapitulatif des attestations effectuées par les témoins, il ne comporte qu’une brève désignation des personnes citées qui n’est reconnaissable que par ses collègues du tribunal — d’où la difficulté de faire correspondre, dans certains cas, les noms aux signatures.

  • 205 Ils sont systématiquement mentionnés dans les constats d’héritage.

95La règle générale que l’on peut déduire de ces documents de la pratique, est celle-ci : l’usage détermine la forme que prend le nom : si l’identification d’un individu se fait par le contexte de l’acte (liste des héritiers du défunt, envoyés officiels qui assistent au constat, le juge autorisant sa rédaction), un court énoncé suffit à désigner le concerné, et ceci selon les règles conventionnelles, notamment la nisba pour le juge et l’ism pour les héritiers205. Sinon, les documents destinés à servir en d’autres lieux ou pour une durée plus longue — en particulier les juges certifiant un acte au tribunal — désignent le nom avec beaucoup plus d’éléments afin d’éviter toute confusion. Au-delà du choix de composants divers pour désigner et nommer une personne, la forme grammaticale de la nisba est parfois utilisée dans une série d’épithètes pour remplacer le laqab avec dīn.

96Nous avons pu constater une tendance à standardiser la façon de nommer en lien avec des fonctions légales précises, notamment la mention des trois générations et des titres du cadi certifiant un acte, sa nisba dans d’autres contextes, ainsi que le nom, le nom du père et la nisba pour les témoins signataires. De plus, on constate une grande liberté dans la manière de désigner une personne dans un contexte social, notamment quand il s’agit de nommer les personnes présentes lors d’un inventaire ou de récapituler les activités des témoins pendant une certaine période. Dans ces cas, les enjeux de l’identification sont imbriqués dans un savoir local non uniformisé. Ajoutons que dans un contexte moins formalisé juridiquement, le choix d’éléments utilisés est aussi déterminé par des contraintes d’espace disponible sur le support. Les variations du nom propre dans la multitude d’actes privés concernant la même personne en témoignent. En résumé, cette étude sur les actes notariés du Ḥaram al-Šarīf a illustré l’utilisation du nom propre arabe avec ses constituants multiples sur le plan strictement synchrone et pour des personnes issues de couches de la société non répertoriées dans les dictionnaires biographiques et les chroniques de l’Islam médiéval. Face à une documentation largement inexplorée, le nom propre arabe reste un champ d’étude ouvert.

Bibliographie

Sources

‘Asalī (al-), Kāmil Ǧamīl, Waṯā’iq maqdisiyya ta’rīḫiyya, 2 vol., Amman 1983 et 1985.

Asyūṭī (al-), Šams al-Dīn Muḥammad al-Manhāǧī, Ǧawāhir al-‘uqūd wa-mu‘īn al-quḍāh wa’l-muwaqqi‘īn wal-shuhūd, éd. Muḥammad Ḥāmid al-Fiqqī, 2 vol., Le Caire, 1955 ; ré-édition par Mus‘ad ‘Abd al-Ḥamīd Muḥammad al-Sa‘danī, 2 vol., Dār al-kutub al-‘ilmiyya, Beyrouth, 1996.

Muǧīr al-Dīn, ‘Abd al-Raḥmān al-‘Umarī al-‘Ulaymī al-Ḥanbalī Abū Yumn, al-Uns al-ǧalīl bi-ta’rīḫ al-Quds wal-Ḫalīl, 2 vol., Naǧaf, 1968.

Qalqašandī, Aḥmad, Ṣubḥ al-a‘shā fī ṣanā‘at al-inshā’, 14 vol., Le Caire, 1913-1919.

Études

Caetani, Leone et Gabrieli, Giuseppe, 1915 : Onomasticon Arabicum. Ossia repertorio alphabetico dei nomi di persona e di luogo contenuti nelle principali opere storiche, biografiche e geografiche, stampate e manoscritte, relative all’Islām, vol. I (Fonti–Introduzione), Rome.

Frenkel, Yehoshua, 2004 : The Relationship Between Mamluk Officials and the Urban Civilian Population. A Study of Some Legal Documents from Jerusalem, dans Governing the Holy City. The Interaction of Social Groups in Jerusalem between the Fatimid and the Ottoman Period, Pahlitzsch Johannes et Korn Lorenz (éd.), Wiesbaden, p. 91-108.

Little, Donald, 1981 : « Six Fourteenth Century Purchase Deeds for Slaves from al-Ḥaram aš-Šarīf », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 131, p. 297-337.

 1984 : A Catalogue of the Islamic Documents from al-Ḥaram aš-Šarīf in Jerusalem. Beirut/Wiesbaden, Steiner Verlag (« Beiruter Texte und Studien », 29).

1985 : « Ḥaram Documents Related to the Jews of Late Fourteenth Century Jerusalem », Journal of Semitic Studies 30, p. 227-264.

1996 : « Five Petitions and Consequential Decrees from Late Fourteenth Jerusalem », al-Maǧalla al-‘Arabiyya lil-‘Ulūm al-Insāniyya 14/54, p. 348-394.

1998 : « Documents Related to the Estates of a Merchant and His Wife in Late Fourteenth Century Jerusalem », Mamluk Studies Review 2, p. 93-193.

Lutfi, Huda, 1983 : « A Study of Six Fourteenth Century Iqrārs from al-Quds Relating to Muslim Women », Journal of the Economic and Social History of the Orient 26, p. 246-294.

1985a : Al-Quds al-Mamlûkiyya : A History of Mamluk Jerusalem Based on the Ḥaram Documents, Berlin, Klaus Schwarz Verlag.

1985b : « A Documentary Source for the Study of Material Life : A Specimen of the Ḥaram Estate Inventories from al-Quds in 1393 A.D. », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 135, p.213-226.

Michel, Nicolas (édition en préparation) : La valeur de l’écrit. Papiers privés et registres de cadis. Exemples égyptiens de 1743-1744, contribution présentée aux journées d’études intitulées Analyse comparée des conditions de production des sources historiques : le cas des registres de cadis dans les sociétés arabo-islamiques, 24-26 novembre 2005, MMSH, Aix-en-Provence, organisées par Isabelle Grangaud.

2005 : Registres de cadis d’Égypte (1743-1744) et notariat de Provence : pertinence d’une méthodologie comparative, dans Audisio Gabriel (dir.), L’historien et l’activité notariale, Provence, Vénétie, Égypte xve-xviiie siècles, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (« Histoire notariale »), p. 225-252.

Müller, Christian, 2001 : « Constats d’héritages dans la Jérusalem mamelouke : les témoins du cadi dans un document inédit du Ḥaram al-Šarīf », Annales Islamologiques 35, p. 291-319.

2010 : « Utiliser l’écrit pour établir la preuve orale dans le droit musulman : l’exemple d’un tribunal mamelouk à Jérusalem à la fin du xive siècle », dans Akira Saito et Yusuke Nakamura (éds), Les outils de la pensée. Étude historique et comparative de « textes », Paris, Maison des Sciences de l’homme.

2013 : Der Kadi und seine Zeugen. Studie der mamlukischen Ḥaram-Dokumente aus Jerusalem, Wiesbaden.

Rāġib, Yūsuf, 2002-2006 : Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale, 2 vol., Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (« Cahiers des Annales islamologiques », 23 et 28).

Richards, Donald, 1987 : The Mamluk Barīd : Some Evidence from the Haram Documents, dans Hadidi Adnan (éd.), Studies in the History and Archeology of Jordan iii (3. International Conference on the History and Archeology of Jordan, Universität Tübingen 1987), Amman/Londres, p. 205-209.

1991 : « The qasāma in Mamlūk Society : Some Documents from the Ḥaram Collection in Jerusalem », Annales Islamologiques 25, p. 245-284.

2002 : Primary education under the Mamluks. Two documents from the Haram in Jerusalem, dans Dévényi Kinga (éd.), Proceedings of the 20th Congress of the Union Européenne des Arabisants et Islamisants, part 1, Linguistics, Literature, History, Budapest (« The Arabist : Budapest Studies in Arabic », 24-25),
p. 223-232.

Sauvaget, Jean, 1950 : « Noms et surnoms de Mamelouks », Journal Asiatique 238, p. 31-58.

Sublet, Jacqueline, 1991 : Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, PUF, Paris.

1996 : Nom et identité dans le monde musulman, dans Bourin M., Martin J.-M. et Menant F. (éds), L’Anthroponymie. Document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, Rome (« Collection de l’École Française de Rome », 226), p. 97-108.

2001 : « L’entreprise internationale de l’Onomasticon Arabicum en avril 2000 », Arabica xlviii, p. 383-391.

2002 : À propos du nom propre arabe dans le monde musulman : noms-miroirs et noms d’emprunt, dans Kremer D., Bourin M., Nicolaisen W.F. et Seibicke W. (éds), Namenforschung und Geschichtswissenschaften, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, p. 199-205.

Sublet, Jacqueline et Müller Christian, 2006 : L’Onomasticon Arabicum. I. Mise en mémoire des informations biographiques, Paris. (http ://aedilis.irht.cnrs.fr/onomasticon/)

Annexes

Liste des documents du Ḥaram al-Šarīf utilisés dans cette analyse
NB :
Le numéro derrière le slash se réfère à un premier ou un deuxième document sur le même support. Dans la deuxième colonne, référence est faite aux éditions du texte.

n° 2

‘Asalī 1983, p. 199-200.

n° 3

‘Asalī 1983, p. 195 et s.

n° 4

‘Asalī 1983, p. 197 et s.

n° 5

Frenkel 2004, p. 107.

n° 7/1

‘Asalī 1983, p. 204.

n° 7/2

‘Asalī 1983, p. 205.

n° 9/1

Little 1996, p. 381.

n° 9/2

Little 1996, p. 385.

n° 10/1

‘Asalī 1983, p. 213.

n° 10/2

‘Asalī 1983, p. 214.

n° 12

‘Asalī 1983, p. 208 et s.

n° 13/1

‘Asalī 1983, p. 210.

n° 13/2

‘Asalī 1983, p. 211.

n° 14

‘Asalī 1983, p. 201 et s.

n° 16

n° 17

n° 26

‘Asalī 1983, p. 206.

n° 28/2

‘Asalī 1983, p. 227-229.

n° 35/1

‘Asalī 1983, p. 276.

n° 39

Müller 2010, p. 86-93.

n° 49

Richards 2002, p. 228.

n° 52

n° 53

n° 55

n° 59

Richards 1987, p. 208 et s.

n° 80

n° 82

Lutfi 1985a, p. 38.

n° 83

n° 84

n° 87

n° 88

n° 93

n° 95

n° 102

n° 103

n° 104

n° 106

n° 107

n° 108

Lutfi 1983, p. 267.

n° 109

n° 111/1

n° 115

n° 117

n° 118

n° 119

n° 121

n° 124

n° 133

Little 1998, p. 97-99.

n° 137

n° 139

n° 143

n° 152

n° 153

n° 157

n° 160

n° 163

‘Asalī 1983, p. 267. 267,
Ṣāliḥiyya 1985, p. 85 et s.

n° 167

n°168

n° 169

n° 170

n° 175

n° 176

n° 177

n° 178

n° 181

Müller 2001, p. 308-310.

n° 183

‘Asalī 1985, p. 107.

n° 184

‘Asalī 1985, p. 109,
Lutfi 1983, p. 262 et s.

n° 185

n° 187

n° 188

n° 190

n° 192

‘Asalī 1985, p. 105.

n° 193

n° 195

n° 197

‘Asalī 1985, p. 42.

n° 199

‘Asalī 1985, p. 87.

n° 200

‘Asalī 1985, p. 78.

n° 201

‘Asalī 1985, p. 90.

n° 203

‘Asalī 1985, p. 169.

n° 207

n° 209/1

‘Asalī 1985, p. 120.

n° 211/1

‘Asalī 1985, p. 83.

n° 216

n° 220

Ṣāliḥiyya 1985, p. 99 et s.

n° 227

n° 240

n° 242

n° 243

n° 245

n° 248

n° 251

n° 254

n° 256/1

n° 258

n° 259

n° 260

n° 261

n° 263

n° 264

n° 266/1

n° 267

n° 268

n° 269

Lutfi 1985a, p. 48.

n° 270

n° 282

n° 283

n° 287

‘Asalī 1985, p. 111,
Lutfi 1983, p. 273.

n° 288

‘Asalī 1985, p. 135.

n° 289

‘Asalī 1985, p. 116,
Lutfi 1983, p. 258 et s.

n° 294

n° 298

‘Asalī 1985, p. 149,
Little 1981, p. 325.

n° 299

n° 300

n° 303

Frenkel 2004, p. 108.

n° 305/1

Little 1996, p. 374.

n° 305/2

Little 1996, p. 377.

n° 310/1

Little 1996, p. 365.

n° 310/2

Little 1996, p. 369.

n° 313

n° 314

n° 316

‘Asalī 1985, p. 147,
Little 1981, p. 317.

n° 324

n° 329

n° 334

‘Asalī 1985, p. 22.

n° 336

‘Asalī 1983, p. 280,
Ṣāliḥiyya 1985, p. 72 et s.

n° 342

n° 347

n° 355/1

Little 1998, p. 127-134.

n° 355/2

Little 1998, p. 162-3.

n° 362

n° 363

n° 373

n° 374

Richards 1987, p. 208 et s.

n° 379

n° 380

n° 382

‘Asalī 1983, p. 252,
Little 1981, p. 313.

n° 384

n° 388

n° 394

n° 395

‘Asali 1983, p. 263.

n° 396

n° 397

n° 398

n° 400

n° 412

Lutfi, 1985, p. 45.

n° 424

n° 425

n° 431

n° 432

n° 436

Müller 2010, p. 94, 96.

n° 438

n° 439

n° 441

Müller 2010, p. 94, 96.

n° 442

n° 445

n° 447

n° 448

n° 452

n° 457

n° 463

n° 469

Lutfi 1985a, p. 50.

n° 477

n° 478

n° 479

n° 481

n° 482

n° 483

n° 486

n° 489

n° 490

‘Asalī 1985, p. 140.

n° 494

Ṣāliḥiyya 1985, p. 110 et s.

n° 495

n° 496

n° 497

n° 500

n° 503

Ṣāliḥiyya 1985, p. 105 et s.

n° 506

n° 509

n° 510/1

n° 511

n° 512

n° 517

n° 518

n° 519

n° 521

n° 522

n° 523

n° 524

n° 525

n° 526

n° 528

n° 530

n° 533

n° 535

Richards 1987, p. 208 et s.

n° 537

n° 549

n°554

Little 1985, p. 233 et s.

n°555

n°556

n°559

n°560

n°561

n°574/1

‘Asalī 1985, p. 152, Little 1981, p. 298.

n°574/2

‘Asalī 1985, p. 154, Little 1981, p. 309.

n°575

n°577

Lutfi1985, p. 43.

n°580

n°582

n° 589

n° 603

‘Asalī 1985, 59, p. 167.

n° 604/1

n°604/2

n°607

Lutfi 1985a, p.58f. et Lutfi 1985b, p. 216-221.

n°609/1

‘Asalī 1985, p. 51.

n°612

n°618

n°622

n°625/2

n°631

n°632

n°634

n°635

‘Asalī 1985, p. 33.

n°636

‘Asalī 1985, p. 66,
Ṣāliḥiyya 1985, p. 78 et s. ;
Little 1985, p. 257 et s. ;

Richards 1991, p. 270-273.

n°638

n°647/2

‘Asalī 1985, p. 57.

n°652

n°656

n°657

n°663

n°665

n°666

n°668

n° 669

n° 676

n° 677

n° 679

n° 687

n° 688

Little 1981, p. 321.

n° 689

n° 692

n° 694

Lutfi 1985a, p. 53.

n° 698

n° 699

n° 700

n° 705

n° 707

n° 711

n° 713

n° 715

n° 717/1

n° 719/4

n° 719/6

n° 720

Müller 2010, p. 94, 96.

n° 722

n° 724/1

n° 726

n° 728

n° 732

n° 733

n° 735

n° 737

n° 740

n° 745

n° 746

n° 748

n° 750

n° 756

n° 757

n° 762

n° 765

n° 768a

n° 770a

n° 770b

n° 770ḏ

n° 770ḥ

n° 770ḫ

n° 771b

n° 771ǧ

n° 771t

n° 771ṯ

n° 786

n° 835

n° 839

n° 843

n° 844/1

n° 845

n° 850

Notes

1 Voir Sublet 1991, et idem 1996, p. 101.

2 Sublet 1991, p. 8.

3 Ibid., p. 9-11 : pages dans lesquelles sont détaillés chacun de ces composants.

4 Ibid., p. 123-130.

5 L’une des raisons pour laquelle Jacqueline Sublet avait initié le projet de la base de données de l’Onomasticon Arabicum, est de faciliter l’identification des personnages. Voir Sublet 2001, et Sublet, Müller 2006.

6 Little 1984.

7 La présente étude puise dans l’analyse approfondie de ces actes, Müller 2013.

8 Voir Müller 2010.

9 Une première version de cette étude a été présentée lors de la table ronde « L’identification, des origines de l’islam au xixe siècle », Aix en Provence, 23-24 mai 2008, sous le titre « Identification de personnes dans les actes du Ḥaram al-Šarīf (fin du xive siècle) ». Je remercie les organisateurs de cette rencontre, Isabelle Grangaud et Nicolas Michel pour m’avoir donné l’occasion de présenter quelques résultats de mes recherches sur le sujet.

10 Seuls les noms propres sont écrits en majuscules, le mot « Dieu » est donc écrit en majuscule s’il fait partie d’un nom propre, en minuscule dans tout autre contexte.

11 Quant à la valeur légale du siǧill ottoman, voir Michel 2005, p. 229-230, et idem, (édition en préparation), p. 8-12 et 40.

12 Voir les actes n°s 298, 316, 382 (sans nom), 574/1, 688, et 78 dont le nom est cité en premier. Voir Rāġib 2002-2006, vol. ii, p. 29, 30 et 33 (§§ 70, 75 et 83) pour ces trois éléments dans un ordre variable au sein d’actes de vente en général.

13 Ces constats sont notariés dans 434 exemplaires, dont dix fois en deux exemplaires et une fois en triple exemplaires. Nos chiffres divergent très légèrement de ceux proposés par Little 1984, p. 59.

14 Voir Müller 2001.

15 Les noms indiqués dans Little 1984, p. 63-185, sont toujours utiles, même si parfois le déchiffrement est à revoir. Quelques constats concernant la même inventorisation n’ont pas été identifiés.

16 Nous avons repéré 244 femmes et, par conséquent, 178 hommes parmi les 422 défunts — la plupart étant encore vivants au moment de l’inventaire. Il s’y ajoute un homme, parce que le constat n° 373 recto porte sur deux hommes trouvés morts, Little 1984, p. 174.

17 Les exceptions sans nom du père concernent quelques personnes mortes, constats n°s 282, 363, 448, 575, 636, 726, 733 et 776b ; et une femme qui ne peut plus parler, n° 483. Bien évidemment, les témoins ne pouvaient plus les consulter pour apprendre le nom de leurs pères.

18 L’indication du nom du grand-père est assez récurrente, j’ai pu le constater plus de 250 fois. Par contre, il n’est pratiquement pas mentionné chez les affranchi(e)s.

19 Pour la diversité de la nisba, « nom de relation », voir Sublet 1991, p. 107-113.

20 Voir n°s 494 et 776a. Un autre exemple est le ḥāǧǧ Makkī b. Ibrāhīm b. Rāšid al-Sammān (marchand de beurre), n° 618. Une étude systématique des professions et des noms propres sera très utile. Les indications chez Lutfi 1984a, p. 287-294, 298-306 (pour les professions) et Apendix B, p. 343-353 (pour les professions et la nisba — sous le nom de « geographic/ethnic background »), ne reflètent pas exclusivement l’usage onomastique. En l’occurrence, la profession « al-ġazzāla » (fileuse), p. 345, n’existe pas dans nos actes. Lutfi l’a reconstruite sur la base des biens délaissés par ces femmes, voir Lutfi 1984a, p. 297 et s.

21 Par exemple dans les n°s 82 et 497. J’ai compté 180 occurrences de la forme féminine de la nisba « iyya » pour la totalité des noms de défunts.

22s 139, 510/1.

23 N° 137.

24 N° 776a.

25 N° 288, éd. ‘Asalī, vol. ii, p. 135.

26 N° 554, éd. Little 1985, p. 233.

27s 384, 503 (éd. Ṣāliḥiyya 1985, p. 105 et s.), 511/2B.

28s 119, 263, 388, 482, 663, 694, 696, 700, 707, et les documents n°s 185, 522, 711 concernant le nom du père. Voir Sublet 1991, p. 53-54. Pour la combinaison fixe d’un ism avec une même kunya, la « kunya potentielle », notamment Ibrāhīm et Abū Isḥāq, ‘Alī et Abū l-Ḥasan, attestés dans d’autres actes du Ḥaram, voir Sublet 1991, p. 44.

29 Une kunya autre que Abū Bakr pour le nom du père ou d’un parent se trouve dans les constats n° 397 et n° 524 ; aucune n’est attestée dans la base de données Onomasticon arabicum.

30 Pour l’usage du « surnom » (laqab), voir Sublet 1991, 91 et s. Dans les actes du Ḥaram, aucune personne n’a de laqab composé de « dawla ». Seul celui avec « dīn » est attesté.

31 Treize fois : n°s 133/1, 193, 256/1, 268, 347, 397, 438/1, 500, 518, 525, 526, 556, 689.

32 « Al-amīr al-kabīr » : c’était l’épithète de plusieurs officiers, envoyés par le gouverneur de Jérusalem, ou dans le service du Trésor Public, pour assister aux inventorisations, voir les n°s 84, 107, 168, 380, 439, 448, 477, 496, 525, 533 et 776a. Le titre ne désignait donc pas un très haut grade militaire, à la différence de la période ayyoubide, voir Qalqašandī 1913-1919, vol. vii, p. 19. Dans la correspondance officielle mamelouke, les épithètes « al-amīr… al-kabīr », sont prévus pour le huitième et plus bas grade. Les grades plus hauts sont appélés — en outre — avec la forme comprenant le yā’ final « al-amīrī, al-kabīrī », voir ibid., vol. vii, p. 140-144.

33 N° 256/1.

34 N° 193 : al-amīr al-aǧall ‘Alā’ al-Dīn ‘Alī b. Faḫr al-Dīn ‘Uṯmān b. Baḫtiyār aḥad riǧāl al-ǧund al-manṣūra l-šāmiyya.

35 Ceci correspond à Sublet 1991, p. 118, et Sublet 1996, p. 101.

36 Vingt et une fois : n°s 160, 216, 227, 242, 245, 251, 294, 300, 362, 425, 442, 560 (grand-père), 561, 577 612 (grand-père), 638, 657, 715/1, 722 (grand-père), 746, 771 (grand-père).

37 Neuf fois : n°s 379, 396, 400, 632, 679, 713, 750, 756 et 757.

38 Sept fois : n°s 269, 457, 489, 495, 512, 555 et 724/1.

39 Le père d’un fils 4 fois : n°s 452, 528, 652, 767a ; grand-père d’un fils, deux fois : n°s 517 et 537.

40 Un aperçu provisoire de la population recensée dans les inventaires donne Lutfi 1985a, dans son livre sur al-Quds al-Mamlūkī, mais certaines de ses conclusions sont à réviser.

41 Dont n° 220, l’išhād avec « sayyidī al-šayḫ al-ṣāliḥ », et n° 347 avec « al-faqīr ilā llāh ta‘ālā al-šayḫ ».

42 Inventaires n°s 523 et 559 pour un homme persanophone : « al-‘aǧamī al-Nīšābūrī ».

43 Dont n° 195, un išhād, avec générations et la nisba « al-Rūmī ».

44 Dont un « al-sitt al-maṣūna » n° 519, iqrār n° 207.

45 Voir les constats n°s 152, 479, 687, 711, 745 et 771ṯ. Dans le cas d’une femme dont on a fait le constat d’héritage à deux reprises, n° 121 (le 21 ǧumādā I de l’an 797) et n° 93 (le 13 ǧumādā ii de l’an 797), le mari n’est mentionné que dans le premier document où la femme est appelée en plus « ḫātūn ». À la date du second document, le mari est décédé, puisqu’il n’est plus signalé dans la liste des héritiers, mais nous ne disposons pas de son constat d’héritage.

46 Une femme divorcée est désignée comme muṭallaqa, n°s 153, 299, 442, 496, 724/1, ou comme ṭalīqa, n° 60, toujours avec le nom de son ex-mari.

47 Voir documents n°s 248, 256/1, 259/1, 431, 481, 518, 523 (et son doublon n° 559).

48 Voir Sublet 1991, p. 30, pour cet ism fictif du père. Quant aux noms de 19 femmes affranchies, mentionnées dans les constats, le document n° 679 ne suit pas cette règle : je lis « bint ‘Abd al-Mun‘im ». Quant aux hommes, aucune mention n’est faite de la personne qui les aurait affranchis.

49 Voir la partie concernant le savant Burhān al-Dīn et le marchand Nāṣir al-Dīn dans cette étude, ainsi que les achats effectués par le juge Šaraf al-Dīn, n°s 267 et 324, qui reprennent les épithètes réservé aux juges telles que nous les connaissons à travers ses certifications des actes.

50 À ce sujet, voir Müller 2010.

51 À titre d’exemple : la reconnaissance n°604/1 du 2 ṣafar 785 a été certifiée neuf ans plus tard, le 16 muḥarram 794, n° 604/2 ; voir Little 1984, p. 216.

52 Le biographe Muǧīr al-Dīn donne en plus le laqab et la kunya de son grand-père : Zayn al-Dīn Abī l-Muǧāhid Ḥāmid, Muǧīr al-Dīn 1968, vol. ii, p. 165 et s.

53 Avec 74 signatures attestées.

54 Voir les membres du tribunal du juge, Müller 2013, chapitre 3.2.3.

55s 117 et 270.

56 Voir les exemples n° 35/1, éd. ‘Asalī 1983-1985, vol. I, p. 276, et n° 609/1, et vol. ii, p. 51. Le notaire écrit les noms de témoins dans des actes qui sont destinés à être ratifiés par le juge : dans ce cas, la signature du témoin n’est plus nécessaire pour l’authentification de l’acte.

57 Voir le préambule n° 181, ligne 2-4, avec plutôt « al-ašġāl al-mu‘ayyana » que « al-ašġāl al-muqīma » de l’édition, Müller 2001, p. 308 : les travaux n’ont pas été « exercés devant le juge », mais « précisés ».

58 Document n°181 du fonds du Ḥaram, voir Müller 2001.

59 Parmi les dix-neuf inventaires concernant la période couverte par la liste n° 181, trois inventaires portent sur le même constat : n°s 436, 441 et 720, les trois édités dans Müller 2010.

60 Voir Müller 2001, p. 293-298.

61 Voir Müller 2013, le chapitre sur l’activité des témoins, chapitre 3.2.2.

62 Les deux témoins d’Alep signant l’acte n° 555 ne concernent pas nos propos, ni le « témoin supplémentaire » Aḥmad al-Miṣrī al-Imām, Müller 2001, p. 302 et s.

63 Voir notamment lignes 38-43, 57-58. Voir Müller 2001, p. 307, note 45.

64 Les constats n° 750 à gauche et n° 254 au milieu, voir images dans Müller 2001, p. 316 et 319. La graphie du rasm laisse un doute quant à la bonne lecture de ‘Umar, mais je ne vois pas de meilleure alternative. Le témoin a signé au total 25 actes du Ḥaram.

65 Là avec son laqab, probablement Ǧalāl al-Dīn.

66 Les constats n° 143 à droite, n° 698 à gauche et n° 170 au milieu ; voir images dans Müller 2001, p. 316 et 318. Le témoin a signé au total 83 actes du Ḥaram.

67 Le constat n° 656 à gauche, voir image dans Müller 2001, p. 318 ; le deuxième élément de la liste « […]āmi‘ » ne correspond pas au nom de son père, Ḫalīl. Il est attesté avec 4 signatures.

68 Le constat n° 261 à gauche, voir image dans Müller 2001, p. 317. Le témoin a signé au total 2 actes du Ḥaram.

69 Constat n° 549 à droit, voir image dans Müller 2001, p. 318. Le témoin est attesté avec 36 signatures.

70 Les constats n°s 124, 412 et 765 au milieu, voir images dans Müller 2001, p. 316, 317 et 319. Le témoin a signé au total 25 actes du Ḥaram. Il est également mentionné au verso, lignes 1 et 6 pour des constats qui ont disparu.

71 Les constats n° 436 à droite, n°s 441 et 720 à gauche, voir images dans Müller 2001, p. 317-318.

72 Concernant le deuxième témoin de ce constat dans les documents n°s 436, 441 et 720, voir infra, Zayn al-Dīn. Sa signature « Maḥmūd b. Aḥmad al-Šarā’ir » ne permet pas de faire un lien avec la partie du nom qui suit le trou.

73 Constat n° 432 à droite. Le témoin est attesté avec 3 signatures.

74 Constat n° 765 à gauche. Le témoin signe au total 26 fois sur les documents du Ḥaram al-Šarīf.

75 Constat n° 656 à droite. Le témoin est attesté avec 2 signatures.

76 Sublet 1991, p. 129.

77 Constat n° 143 au milieu. Le témoin est attesté avec 36 signatures.

78 Constat n° 170 à droite. Le témoin est attesté avec 9 signatures.

79 Constat n° 254 au milieu à droite. Le témoin est attesté avec 53 signatures.

80 Constat n° 845 à gauche. Le constat mentionné ligne 29 n’est pas conservé. Le témoin ne fait pas toujours mention de sa nisba dans ces 35 signatures au total.

81 Sans « [… ?] al-Dīn ».

82 Constats n° 750 à droite et n° 254 en bas, au milieu à gauche : la partie non déchiffrée des signatures ne peut pas correspondre à « Ḥanafī ». Le témoin est attesté avec 73 signatures.

83 Les constats n° 432 au milieu à droite et 254 à droite. Le témoin est attesté avec 74 signatures.

84 Constat n° 845 à droite. Le témoin est attesté avec 37 signatures.

85 Constats n°s 261 au milieu, n° 124 à gauche et n° 412 à droite (dans l’ordre chronologique). Le témoin est attesté avec 24 signatures.

86 Constat n° 549 au milieu. Le témoin est attesté avec 39 signatures.

87 Constats n° 436 à gauche et n°s 441 et 720 à droite. Le trou est suspect parce qu’il se trouve exactement à l’endroit où sont cités les témoins pour lesquels nous disposons exceptionnellement de trois inventaires pour un seul constat. Était-ce pour éviter des vérifications dans le cadre d’une enquête criminelle ? Le témoin est attesté avec 24 signatures.

88 Les constats n° 555 à gauche, n° 167 à droite et n° 432 au milieu à gauche. Le constat mentionné ligne 29 n’est pas conservé. Le témoin est attesté avec 38 signatures.

89 Les constats n°s 555 et 698 à droite. Le témoin est attesté avec 91 signatures.

90 Pour la relation entre ism et laqab, voir Caetani/gabrieli 1915, p. [201], note 2 ; pour la résonance phonétique, la « relation d’écho », discernable dans d’autres actes du Ḥaram, voir Sublet 1991, p. 102, notamment l’écho entre ‘Alī et ‘Alā’ al-Dīn.

91 Voir l’expression consacrée « noms-miroirs », Sublet 2002.

92 Pour le changement des signatures voir Müller 2007, chapitre iii, 2b, — comment identifier les signataires. 

93 Exemples édités dans ‘Asalī 1983-1985, vol. I p. 227-229 (n° 28/2), et vol. ii, p. 57 (n° 647/2), Little 1998,
p. 162-163 (n° 355/2).

94 Voir Asyūṭī 1996, vol. ii, p. 361, pour la règle de nommer trois générations dans un išhād-judiciaire.

95 Voir Sublet 1991, p. 136, pour l’usage de ce type de formule.

96 Voir la certification par ce juge damascène n° 625/2.

97 N°355/2, éd. Little 1998, p. 162-163.

98 N°647/2, éd. ‘Aṣalī, vol. ii, p. 57. Le même juge est désigné avec trois générations dans un document qu’il ratifie à Nablus, n° 55.

99 Voir Müller 2007, le chapitre sur les désignations des juges dans les actes.

100 Désignation du juge remplaçant.

101 N° 39/3, édité dans Müller 2010, p. 86-93.

102 N° 80. Autres exemples parmi les spécimens édités sont les n°s 82, 133, 197, 200, 269, 395, 469, 503, 577, 607, 635 et 694.

103 La plupart des exemples concernent ce juge. Les exceptions, constats n° 634 et 635 « al-Taqwī » pour Taqī l-Dīn, confirment la règle.

104 Ceci illustre le grand intérêt que l’État mamelouk porte à la gestion des héritages.

105 Quelquefois, la présence de membres de la famille est évoquée. Nous ne traitons pas ces cas ici.

106 Certaines parties de son nom restent nonidentifiées, en l’occurrence ce qui se lit comme « Elyās » (الياس) dans « al-ḥāǧǧ Aḥmad al-Ḥalabī Elyās al-ma‘rūf bi-l-‘Allāf », n° 772a, qui ressemble au document n° 260, الاباني.؟]] au même endroit que le nom : al-ḥāǧǧ Aḥmad b. al-ḥāǧǧ ‘Alī al-… ? bi-l-Quds al-Šarīf al-ma‘rūf bi-l-‘Allāf, ou encore l’ajout à al-ḥāǧǧ Aḥmad الحاج احمد اززين؟]] , voir n° 087.

107 Seul dans les documents n°s 397, 457 et 486, avec l’ism de son père dans le n° 398.

108s 243 et 479 ; sans l’ism du père dans le n° 153 ; également dans le n° 580 avec un doute sur la lecture d’« al-Ḥalabī ». Dans le n° 314 avec « al-ḥāǧǧ al-ṣadr (?) al-aǧall Aḥmad al-Ḥalabī al-‘Allāf ».

109 N° 728.

110s 394, 424, 489, 519, 705.

111s 242, 300, en n° 463 avec l’ajout « al-šahīr bi-l-‘Allāf ».

112 N° 521.

113 N° 728.

114 N° 240, idem avec l’ism du père dans le n° 258.

115 Al-mawlā l-aǧall Šihāb al-Dīn Aḥmad al-‘Allāf al-Ḥalabī, n°722 et al-mawlā l-aǧall Šihāb al-Dīn Aḥmad al-Ḥalabī, n° 762.

116 N° 264.

117 N° 530, avec « Aḥmad al-Ḥalabī al-‘Allāf ».

118 Pour les variantes dans sa désignation professionnelle voir, Müller 2007, p. 414.

119 Pour ces charges variées au sein du bureau des héritages, voir Müller 2007, chapitre V 4. À côté du šādd bayt al-māl fréquent, on trouve šādd al-mawārīṯ sur les n°s 83, 84, 719/4 et 719/6.

120 Entre le 20 šawwāl et 21 ḏū l-ḥiǧǧa 793, il assista à 24 constats d’héritage, voir (dans l’ordre chronologique) les n°s 445 et 533 du 20/10, n° 737 du 23/10, n°s 169 et 83 du 25/10, n°s 740 et 771ṯ du 26/10, n° 510/1 du 27/10, n°s 88 et 631 du 28/10, n° 525 du 29/10, n° 152 du 1/11, n°s 176 et 512 du 2/11, n° 84 du 8/11, n° 163 du 9/11, n° 447 du 11/11, n°s 771t et 735 du 16/11, n° 477 du 18/11, n° 283 du 20/11, n° 478 du 7/12, n° 748 du 10/12, n°s 157 et 439 du 11/12, n°s 732 et 771b du 12/12, n° 248 du 15/12, n° 107 du 18/12, n° 82 du 21/12 ; et à cinq ventes aux enchères, documents n° 770ḫ du 16/10, n° 176 du 2/11, n° 768a du 12/11, n°s 177 et 589 du 17/12.

121 Seul dans les n°s 178, 719/6, avec ism : s 82, 88, 447, 478, 719/4 et 768a ; avec ism et nisba : n°s 163 et 176, avec ism, ‘Abd Allāh et nisba : n° 732.

122s 84 et 732.

123 Avec laqab et ism : s 107 et 533, la variante « al-amīr al-ġāzī » dans le n° 157 ; avec laqab, ism et nisba : n°s 445, 477, 525 et 771b ; et en plus « b. ‘Abd Allāh » n° 84 (al-sayfī) ; la variante « al-amīr al-aǧall Sayf al-Dīn /Qarābuġā (sur la ligne)/ Bābūq » dans le n° 748. 

124 Avec ism et nisba : n° 177, avec laqab (al-Sayfī) et ism :s 248, 283 ; et en plus ‘Abd Allāh, n° 510/1 ; avec laqab (al-Sayfī), ism et nisba, n°s 83, 152, 169, 631, 737, 740, 771t et 771ḏ ; « al-Sayfī » uncertain dans le n° 512 ; n° 589 avec la variante « al-Tiǧāzī » ; le n° 735 contient la variante « al-maǧlis al-Sayfī Bābūq al-Timrāzī » ; n° 589 le rang plus élevé « al-ǧanāb al-‘ālī al-Sayfī Bābūq al-Timrāzī ».

125 Voir Sauvaget 1950, p. 31-58.

126 Actes n°s 436, 441 et 720, voir l’édition dans Müller 2010, p. 77-83 (discussion) et p. 94-97 (éd. et trad.).

127 Les n°s 441 et 720 sont de la main du témoin les signant à droite. Le n° 436 est rédigé par le deuxième témoin qui signe à droite également. Voir Müller 2010.

128 Richards 1987, p. 208, note 8. Il a édité le document n° 374 en indiquant les variantes avec les n°s 59 et 535.

129 Voir Müller 2013, chapitre 5.4 sur l’administration fiscale et le bureau des héritages, avec une table de synopsis.

130 La lecture « ‘Adl » n’est pas confirmée : son choix repose sur les occurrences dans les n°s 59, 374 et 535.

131 Richards 1987, p. 208, ligne 10, éd. : (مصالح... ؟)عدل بن حيدر العجم .

132 Voir pour un premier aperçu Little 1984, index et passim.

133 Ce document concerne la livraison d’un héritage placé en dépôt au tribunal, à laquelle il assiste..

134 Voir, par exemple celui de l’émir Qarābuġā sur deux comptes d’enchères (n°s 770b et 770a/n° 770ǧ du 2 et 10 šawwāl 793) ainsi que sur les listes des comptes du même mois de šawwāl 793, n° 374, éd. Richards 1987, p. 209, l. 20 du texte arabe.

135 Dans une reconnaissance de paiement effectuée par le Trésor Public, n° 104.

136 Les n°s 59 et 535, voir Richards 1987, p. 209.

137 N° 175.

138 « Le cher père, al-ḥāǧǧ Muḥammad, officier des héritages » (al-wālid al-‘azīz al-ḤāǧǧMuḥammad šāḏḏ al-mawārīṯ), n° 770ḏ.

139s 178 et 669.

140 N° 771ǧ.

141 « Al-ṣadr al-aǧall al-muḥtaram Šams al-Dīn Muḥammad b. al-marḥūm al-šayḫ Zayn al-Dīn ‘Umar b. Nāṣir », n° 770a ; dans ce cas, c’est lui qui est à l’origine de la vente, il n’est pas seulement présent.

142 Mawlānā Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Umar al-Ḫilā‘ī, n° 770b.

143 Šams al-Dīn Muḥammad b. Zayn al-Dīn ‘Umar b. Nāṣir, n°s 770ḥ et 770ḫ.

144 N° 178.

145 N° 770ḏ.

146s 770a et 770ḥ.

147 N° 669 similaire dans le n° 104.

148 Documents n°s 9/1, 10/1, 13/1, 305/1, 310/1 ; avec la variante « al-mamlūk al-muḥibb Ibrāhīm al-Nāṣirī » dans le n° 7/1.

149s 10/2, 13/2 et 305/2.

150s 7/2 et 310/2.

151s 5, 303 et 603.

152 Seulement dans le n° 7/2.

153s 5, 12, 14, 303, 310, 603.

154s 5, 303 et 603.

155s 2, 7/2 et 310.

156s 7/2 et 14.

157 N° 14.

158s 2 et 310/2.

159 N° 310/2.

160 N° 7/2.

161s 5, 7/2, 12 et 603.

162 N° 2.

163 A‘āda llāh barakatahu, n° 9/2, a‘āda allāh min barakatihi, n° 203 (et non éd. afāda), a‘azzahu llāh ta‘ālā, n° 14 (aussi dans le contrat n° 622 et le mandat n° 490 avec a‘azzahu llāh wa-abqāhu), ou asbaġa llāh ẓillahu, n° 4, asbaġa llāh ẓilālahu, n° 2, nafa‘ahu llāh ta‘ālā, n° 303, nafa‘a llāh bihi, n° 5, šarrafahu llāh, n° 12, taġammadahu llāh bi-raḥmatihi, n° 7/2.

164 N° 3.

165 N° 203.

166 N° 603.

167 N° 9/2. Pour les épithètes (alqāb) des Soufis voir Qalqašandī 1913-1919, vol. vi, p. 161-165, notamment p. 161 pour l’avant-dernier rang du « al-maǧlis al-sāmī ».

168 N° 4.

169s 665, 666, 668 et 835.

170 N° 109.

171 N° 49, l. 7 et colonne à gauche l. 2, éd. Richards 2002, p. 228.

172 N° 850.

173 N° 26.

174 N° 336, éd. ‘Asalī, vol. I, p. 280-281 : Burhān al-Dīn Abī Isḥāq Ibrāhīm b. al-marḥūm Zayn al-Dīn Rizq Allāh b. Šihāb al-Dīn Aḥmad al-Nāṣirī.

175 N° 39/1, éd. Müller 2010.

176 N° 622, avec la formule propitiatoire a‘azzahu llāh ta‘ālā.

177 N° 382 : zawǧ al-faqīr ilā llāh ta‘ālā Burhān al-Dīn al-Nāṣirī qāri’ al-ḥadīṯ al-šarīf.

178 N° 490.

179 N° 336 et 490.

180 N° 39/1.

181 N° 490.

182s 336, 490.

183 N° 39.

184 Al-šayḫ al-imām al-‘ālim al-awḥad al-kāmil, n° 289, al-šayḫ al-imām al-qudwa, n° 509, al-šayḫ al-imām, n° 699.

185 À savoir : b. al-marḥūm Zayn al-Dīn Rizq Allāh (n° 289), b. al-marḥūm Rizq Allāh (n°s 509 et 699).

186s 289, 509 et 699.

187s 289 et 509.

188 N° 843.

189s 52, 106, 111/1, 115, 188, 313 et 676.

190s 16, 108 et 192.

191s 118 et 183 (sans šayḫ).

192 Pour une discussion détaillée de ce dossier voir Müller 2013, le chapitre 2.3.2.

193s 190, 201, 209/1, 211/1, 266/1, 677/1, 717/1, avec les variantes al-ṣadr al-aǧall al-muḥtaram : n°s 199, 692/1, al-ṣadr al-aǧall al-amīr : n° 506 et al-ṣadr al-aǧall al-kabīr al-muḥtaram : n° 574/2 et dans le n° 287, en lien avec son épouse. Ce qui suit « al-ṣadr al-aǧall » dans le n° 839 n’est pas lisible.

194 Voir Qalqašandī 1913-19, vol. vi, p. 168, daraǧat al-ṣadr, qui est aussi utilisé pour d’autres professions, ibid., p. 169-170.

195s 103, 316, 844/1.

196 N° 17/1.

197s 17/1 et 506.

198s 53, 95, 103, 190, 199, 201 (sans laqab), 209, 211/1, 266/1, 316, 574/2, 692, 839 (sans ism) et 844/1.

199 N° 53 (qui donne même celui de l’arrière grand-père), n°s 95, 103, 201, 316, 692/1.

200 Nāṣir al-Dīn en n°s 95 et 692, Šams al-Dīn en n° 316 : impossible de savoir s’il s’agit de la même personne ou de deux marchands différents.

201 A‘azzahu llāh ta‘āla, n° 844/1.

202 I.e.s 582 et 786.

203s 102, 342 (en plus avec le nom de son père), n°s 184, 187 (en plus avec le laqab de son père). Aussi dans le n° 329, une attestation après décès sur une vente effectuée par le défunt.

204 N° 287 : elle est désignée en tant que femme de al-ṣadr al-aǧall al-kabīr al-muḥtaram Nāṣir al-Dīn Muḥammad b. al-marḥūm ‘Alā’ al-Dīn ‘Alī b. Nāṣir al-Dīn Muḥammad al-Ḥamawī.

205 Ils sont systématiquement mentionnés dans les constats d’héritage.

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540