Version classiqueVersion mobile

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Nommer les animaux exotiques de Baybars, d’Orient en Occident1

Thierry Buquet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Préambule. Baybars ou la ménagerie du nom2

Le sultan Baybars (al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn al-Ṣāliḥī al-Bunduqdārī), né vers 1233, était originaire du Qipšāq, au nord de la mer Noire. Dans la langue turque que l’on parlait dans cette région, Baybars signifie littéralement « prince tigre »3 : bay désignant le prince4, bars le tigre5. Bars semble apparenté au turc pars, la panthère. Cet animal est également nommé bar en mongol, bars en russe. En arabe et en persan, le tigre est désigné par babr (pl. Bubūr), mais de nos jours encore de nombreux arabes confondent souvent la panthère et le tigre, en appelant ce dernier nimr.

Dans la langue turque que parlait Baybars dans sa région originelle du Qipšāq, bars désignait-il un tigre, une panthère, ou bien encore tout fauve tacheté ou rayé ? Il faut évidemment se méfier du lexique imprécis qui désignait les grands félins avant les classifications zoologiques modernes. Au xiiie siècle, les auteurs arabes divergent sur l’interprétation de bars, ...

Auteur

Ifpo, Damas

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search