Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Nommer les animaux exotiques de Baybars, d’Orient en Occident1

Thierry Buquet

Texte intégral

Préambule. Baybars ou la ménagerie du nom2

  • 1 L’auteur tient à préciser qu’il a travaillé principalement sur des sources arabes traduites. Le cas (...)
  • 2 Ce préambule a été publié en ligne, dans une version remaniée, sur Les Carnets de l’Ifpo (Buquet 20 (...)
  • 3 Sublet 1992, p. 26
  • 4 « Bay », EI2, vol. i, p. 1144.
  • 5 Sauvaget 1950, notice 65, p. 43.

1Le sultan Baybars (al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn al-Ṣāliḥī al-Bunduqdārī), né vers 1233, était originaire du Qipšāq, au nord de la mer Noire. Dans la langue turque que l’on parlait dans cette région, Baybars signifie littéralement « prince tigre »3 : bay désignant le prince4, bars le tigre5.Bars semble apparenté au turc pars, la panthère. Cet animal est également nommé bar en mongol, bars en russe. En arabe et en persan, le tigre est désigné par babr (pl. Bubūr), mais de nos jours encore de nombreux arabes confondent souvent la panthère et le tigre, en appelant ce dernier nimr.

  • 6 Selon Sauvaget (ibid, notice 29, p. 38), bars peut signifier tigre ou panthère et a pu même être re (...)
  • 7 Thorau 1992, note 3, p. 30, citant Ibn Taġrībirdī, (al-Nuǧūm al-ẓāhira fī muluk Miṣr wa-l-Qāhira, L (...)

2Dans la langue turque que parlait Baybars dans sa région originelle du Qipšāq, bars désignait-il un tigre, une panthère, ou bien encore tout fauve tacheté ou rayé ? Il faut évidemment se méfier du lexique imprécis qui désignait les grands félins avant les classifications zoologiques modernes. Au xiiie siècle, les auteurs arabes divergent sur l’interprétation de bars, qui a pu être traduit en panthère, tigre ou guépard6. Ibn Taġrībirdī, deux siècles après le règne de Baybars, traduira le nom du sultan par amīr fahd, le « prince guépard »7. S’agit-il d’une erreur, d’une confusion compréhensible entre toutes ces espèces au pelage tacheté ou rayé ? Le sens de bars s’était-il déjà perdu ? Le sultan était-il par son nom un tigre, une panthère ou un guépard ?

  • 8 Creswell 1926, p. 147-152. L’auteur a une préférence pour la panthère, mais ses arguments convainqu (...)

3L’emblématique du sultan pourrait peut-être nous aider à identifier cet animal. Les monnaies, figures sculptées et autres éléments architecturaux des débuts de la période mamelouke portent la figure d’un grand fauve, dans lequel il peut être parfois difficile de reconnaître un lion, un tigre ou une panthère. S’il n’a jamais l’allure gracile du guépard, il n’a pas toujours une ressemblance évidente avec aucun des trois autres félins, les représentations étant très stylisées. Certains chercheurs ont d’ailleurs cru voir dans cet animal une panthère8.

  • 9 Crac des Chevaliers, tour-porte sud-est, 669/1271. Signalé par Cyril Yovitchitch (Ifpo).
  • 10 L’auteur remercie Cyril Yovitchitch (Ifpo) pour ces précisions. Pour les illustrations, se reporter (...)
  • 11 Pastoureau 2004, p. 56-59.
  • 12 Mayer 1933, p. 9.

4Pourtant, on admet aujourd’hui généralement que cet emblème ne peut être qu’un lion, animal royal par excellence, et qui, sur de nombreuses représentations, porte sur la tête des signes évidents de crinière, comme par exemple sur la tour-porte sud-est du Crac des Chevaliers, datée de 669/12719. Ce type de lion est très souvent représenté par deux reliefs « affrontés » (à gauche et à droite), encadrant les inscriptions souveraines, présentes notamment sur les murs des châteaux bâtis ou restaurés durant le règne de Baybars, comme sur la tour sud-ouest du Crac des Chevaliers10. Le dessin de l’animal « passant » (terme héraldique signifiant marchant) et la présentation de la tête de face évoquent plus le « léopard » héraldique occidental11 que le lion. Dans le monde arabo-musulman, contrairement à l’usage européen, le lion est représenté soit passant à gauche, notamment sur les monnaies12, soit passant à droite, comme nous l’avons vu précédemment.

  • 13 Maqrīzī, Traité des monnaies musulmanes, trad. Silvestre de Sacy, 1797, p. 45-46.
  • 14 Voir quelques reproductions de ces monnaies, datées entre 1260 et 1270, dans Sublet 1999, p. 96.
  • 15 Gazagnadou 1989.
  • 16 Maqrīzī, Traité des monnaies musulmanes, p. 45-46.

5L’historien mamelouk Maqrīzī écrit au xve siècle, dans son Traité des monnaies musulmanes13, que Baybars fit frapper une nouvelle monnaie sur lequel il fit mettre la figure d’un lion14. Il s’agit là d’un acte symbolique fort du nouveau souverain, qui fit fabriquer cette monnaie six semaines seulement après sa prise du pouvoir et sa victoire sur les armées mongoles. Baybars a peut-être récupéré là un emblème des Mongols après les avoir vaincus : le lion passant à gauche étant déjà présent sur leurs monnaies15. Ainsi Baybars impose très vite son image de lion victorieux. Les dirhams et les dinars au lion eurent cours, toujours selon Maqrīzī, jusqu’en 781/1403 ; puis, devenant rares, ils furent recherchés comme des objets précieux et utilisés comme pendentifs16. Ainsi, on peut imaginer que les femmes d’Égypte ou de Syrie portèrent longtemps autour du cou le lion de Baybars…

  • 17 Thorau 1992, p. 30, note 3, cite en plus de Maqrīzī, Baybars al-Manṣūrī, Abū Šāma et Ibn Iyās. Sur (...)
  • 18 Benkheira et al. 2005, p. 25.
  • 19 Ǧāḥiẓ, Kitāb al-Ḥayawān, éd. Hārūn, vol. vi, p. 21-22 ; trad. L. Souami, 1988, p. 91.
  • 20 Maqrīzī, Description historique des quartiers et des monuments de l’Égypte, trad. P. Casanova, 1895 (...)
  • 21 Damīrī, Ḥayāt al-ḥayawān, trad. S. G. Jayakar, 1906, vol. ii/1, p. 25.

6Plusieurs auteurs arabes de la période mamelouke ont d’ailleurs identifié l’emblème de Baybars au lion (asad)17, bien qu’ils utilisent aussi parfois le mot sabu‘ (pl. sibā‘), qui peut s’appliquer au lion, mais qui est avant tout un terme générique désignant les bêtes féroces, les carnassiers et les grands fauves prédateurs18. Al-Ǧāḥiẓ jugeait d’ailleurs comme une erreur l’utilisation de sabu‘ comme nom générique pour désigner une espèce particulière, comme on dit « le chien », « le loup » ou « le lion »19. Concernant Baybars, sabu‘ désigne-t-il un lion ou un fauve comme la panthère ou le tigre ? La maison des lions de la ménagerie du sultan d’Égypte Ḫumārawayh est appelée Dār al-sibā‘ par Maqrīzī20. Ainsi, ce nom donné au lion renvoie à son statut de premier des fauves, le prédateur par excellence. Damīrī (mort en 1405), explique, dans sa notice consacrée à sabu‘, que ce nom a été donné au lion à cause d’une analogie avec le nombre sept (sab‘a), auquel se rapportent plusieurs légendes concernant la lionne. Celle-ci porte ses petits pendant sept mois, ne donne pas naissance à plus de sept lionceaux, et le mâle ne couvre pas la femelle avant l’âge de sept ans21. Il semble donc que pour les auteurs arabes médiévaux, l’animal emblématique de Baybars renvoie toujours à un lion, qu’il soit nommé asad ou sabu‘. Le nom que portait Baybars renvoyant à un tigre ou une panthère n’a semble-t-il eu aucune influence sur le choix de l’emblème qu’il allait faire figurer sur la nouvelle monnaie : pour asseoir et montrer son pouvoir par l’image il a préféré choisir le lion, roi des animaux, le premier des prédateurs.

7Force est de constater que Baybars, par son nom et son emblème, a été associé par les chroniqueurs à une véritable ménagerie, regroupant les fauves les plus redoutés, les plus nobles et les plus précieux : le lion, le tigre, la panthère et le guépard, ce qui donnait au sultan une image de force et de puissance incontestable. Associer l’image du lion à son nom de tigre complétait cette féroce ménagerie par un symbole incontestable du pouvoir royal.

8Les problèmes de confusions entre zoonymes que nous venons d’évoquer nous placent au cœur des difficultés posées par l’identification des espèces rares et exotiques dans les documents de l’époque de Baybars.

De la ménagerie au cadeau princier : l’usage des animaux exotiques

  • 22 « Chaque semaine, lorsqu’il était en Égypte, il consacrait deux jours au jeu de polo et un, lorsqu’ (...)
  • 23 En 661/1263, Baybars donne au souverain de Homs soixante-dix gazelles, produit de la chasse d’une s (...)
  • 24 Baybars reçoit du roi de Nubie, en 1275-1276, cinq guépards faisant partie d’un tribut (Holt 1990, (...)
  • 25 Maqrīzī, Description historique des quartiers et des monuments de l’Égypte, vol. iii, p. 219-222.
  • 26 Ǧāḥiẓ évoque (Kitāb al-ḥayawān, éd. Hārūn, vol. i, p. 141 ; trad. L. Souami, 1988, p. 61) des gardi (...)
  • 27 Beshir 1975, p. 22, citant Maqrīzī (ḫiṭaṭ, vol. ii, p. 49).
  • 28 Symon Semeonis, Itinerarium, § 59, p. 82-83. Geraufak est ici une déformation de geraffa ou giraffa(...)
  • 29 Kruk 2008, p. 572, citant al-Saḫāwī.

9Baybars semble avoir eu une grande passion pour les animaux : il pratique assidûment le polo22 et est un chasseur invétéré23. Entretenant des auxiliaires de chasse (chiens, faucons et guépards24), le sultan possède également, comme ses prédécesseurs, une collection d’animaux exotiques. Nous avons déjà évoqué la ménagerie de Ḫumarāwayh (883-895) dont la taille et la richesse a été décrite par Maqrīzī25. Tout spécialement construite pour le prince tulunide dans la ville de al-Qaṭa’i‘, elle comprenait différentes écuries pour les chevaux, mulets et dromadaires, ainsi que des « maisons spéciales » ou étables pour les lions, les guépards, les panthères, les éléphants et les girafes. Un personnel spécialisé était assigné à cette tâche et recevait un traitement annuel important26. Au Caire, au xive s., les éléphants étaient parqués dans un quartier qui leur était dédié, le Raḥbat al-afyāl27. Cette maison spéciale des pachydermes est évoquée à plusieurs reprises par les pèlerins occidentaux visitant le Caire : citons l’Irlandais Symon Semeonis qui décrit en 1323-1324 trois éléphants attachés aux pieds par de fortes chaînes, en un lieu situé près de la citadelle du sultan. Tout à côté, se trouve l’enclos de la girafe, elle aussi décrite par le pèlerin (Et juxta illum locum vidimus unam aliam bestiam, quæ geraufak dicta est… : et à côté de ce lieu, nous vîmes une autre bête, qui est appelée girafe…)28. Un chroniqueur arabe du xve siècle mentionne une étable des girafes près du cimetière du Caire29.

  • 30 Maqrīzī, Histoire des sultans mamelouks, vol. i/2, p. 106. Quatremère, dans la note 128 à sa traduc (...)
  • 31 Gucci, Viaggio ai luoghi santi, p. 297-299.
  • 32 Mas‘ūdī signale l’existence de girafes domestiquées, comme pour les éléphants (Prairies d’or, trad. (...)

10Nous n’avons pas trouvé de témoignages aussi précis sur la ménagerie du Caire pendant le règne de Baybars. Mais Maqrīzī mentionne un événement exceptionnel, digne d’être consigné dans la chronique du règne du sultan : en 670/1271, naît au château de la Montagne un girafon, qui fut nourri par une vache30. Il s’agit là d’ailleurs du plus ancien témoignage connu de reproduction de girafes en captivité. Ce type de naissance semble avoir été moins rare par la suite : aux xive et xve siècles, plusieurs voyageurs occidentaux décrivent dans les ménageries du Caire des groupes de girafes comprenant des mâles, des femelles et des jeunes. Par exemple, Giorgio Gucci, qui visite le Caire en 1384 avec Leonardo Frescobaldi et Simone Sigoli, précise à propos des girafes qu’il y en avait des grandes et âgées et aussi des jeunes et petites31. Mais peut-être s’agissait-il de girafons prélevés très jeunes dans leur milieu naturel, car on avait l’habitude de tuer la mère pour capturer son petit, qui devenait alors plus facile à habituer à l’homme32.

  • 33 En 1275, Baybars reçoit en cadeau d’une délégation étrangère un éléphant et un rhinocéros (Kruk 200 (...)
  • 34 ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī (1162-1231) en a vu au Caire et les a décrits (Provençal 1995, p. 319-320)
  • 35 Anselme Adorno (Itinéraire, p. 192-193), se plaint, en 1470-1471, de n’avoir pas pu voir au Caire l (...)
  • 36 Plusieurs exemples chez Cuoq 1975, p. 220, 348, 352, 354.
  • 37 « Bakt », EI2, vol. i p. 996 ; Beshir 1975 ; Halm 1998.
  • 38 Mas‘ūdī (Prairies d’or, vol. ii, § 881-882, p. 333), donne le chiffre de 365 esclaves et précise qu (...)
  • 39 Voir la définition de Maqrīzī : « On appele baqṭ la quantité d’esclaves que les Nubiens devaient am (...)
  • 40 Maqrīzī (Description topographique et historique de l’Égypte, fasc. 1, p. 585) cite à ce propos le (...)
  • 41 Beshir 1975, p. 17, citant l’Histoire des Fatimides.
  • 42 Ibid., p. 16, citant al-Musabbiḥi, Aḫbār Miṣr (Madrid, Escurial, ms. 534/2, fol. 151v).
  • 43 On trouve cette promesse dans le serment du couronnement de Sakandah (Holt 1990, p. 9 ; Maqrīzī, De (...)
  • 44 Pellat 1954, p. 160.
  • 45 Certains auteurs contestent le fait qu’il puisse s’agir d’un ours polaire (Giese 2008, p. 143, note (...)
  • 46 Ce fait est parfois contesté, et certains auteurs pensent que le destinataire fut le sultan d’Égypt (...)
  • 47 Lombard 1969, p. 584, citant Ibn Sa‘īd et Ibn Abī l-Fidā’.

11Pour approvisionner ces ménageries, des animaux exotiques, indiens ou africains, étaient régulièrement amenés au Caire : éléphants, lions, panthères, guépards, autruches, singes, perroquets, zèbres, rhinocéros33 et hippopotames34. Les ménageries des sultans pouvaient s’enrichir régulièrement de nouvelles espèces ou de nouveaux spécimens par le biais du commerce ou par des cadeaux offerts dans le cadre d’échanges diplomatiques. Le sultan lui-même offre à de nombreuses reprises des animaux, et parfois en grande quantité : la ménagerie sert à la fois pour son plaisir personnel et comme signe de richesse et de pouvoir, mais également comme une réserve de cadeaux, qu’il faut aussi renouveler régulièrement à cause de la forte mortalité qui pouvait y régner35. Certaines des girafes des ménageries arabes proviennent des royaumes nubiens chrétiens (ou parfois d’Afrique de l’Ouest pour les royaumes du Maghreb36) et font partie d’un tribut, dans le système du baqṭ, désignant un impôt versé par la Nubie37, qui s’engage à livrer annuellement 360 esclaves à l’Égypte38. Le tribut d’animaux exotiques provient de traditions anciennes (pharaoniques, assyriennes et perses), mais il s’explique également par les changements intervenus dans le système du baqṭ : initialement constitué d’esclaves39, on y ajouta une part en cadeaux animaliers. Le plus ancien témoignage de ce tribut annuel remonte au règne de ‘Uṯmān (644-656) et est imposé à la Nubie par le gouverneur de Haute-Égypte pour le califat, en 652, après l’invasion du pays. Mais c’est plus tard que furent ajoutés des animaux sauvages à ce tribut, à l’époque du calife al-Mansūr (m. 158/775)40. Maqrīzī relate qu’en 993, un baqṭ arrive de Nubie, « comme c’était la coutume », et que les émissaires nubiens étaient accompagnés d’un éléphant et d’une girafe41. Al-Musabbiḥī, membre de la cour des califes fatimides au début du xie siècle et donc témoin proche de ce type d’événement, évoque pour 1024 un présent nubien composé d’hommes et femmes esclaves, d’ébène, d’éléphants et de girafes42. Baybars lui-même, suite à un traité signé avec les Nubiens en 1275-1276, fait prendre au roi de Dongola l’engagement de remettre chaque année à la cour du Caire trois éléphants, trois girafes, cinq guépards femelles, une centaine de chevaux alezans et quatre cents têtes de bétail43. Le tribut nubien amenait alors régulièrement des bêtes exotiques au Caire et était complété par le commerce d’animaux rares, qui existait depuis longtemps, si l’on se rapporte au témoignage du pseudo Ǧāḥiẓ (Tabaṣṣur bi-l-tiğāra), qui écrit que les girafes étaient importées à Bagdad depuis le Yémen, les tigres, panthères et éléphants de l’Inde, et les autruches d’Arabie44. Plus rarement, l’exotisme peut aussi venir du Nord : ainsi un ours blanc45 fut offert par l’empereur Frédéric ii au sultan de Damas46, et frappa les chroniqueurs par la beauté de son pelage, long comme celui du lion, et par son étrange habitude de plonger dans la mer pour pêcher des poissons47 ! 

Une ambassade de Baybars en Espagne

  • 48 « Hiba », EI2, vol. iii, p. 353-362, sp. 356-358 pour les cadeaux d’éléphants et de girafes. Hiba, (...)
  • 49 Mas‘ūdī, Les Prairies d’or, vol. ii, § 845-846, p. 321-322.
  • 50 Drocourt 2004.
  • 51 Nicholas 1999.
  • 52 Voir, par exemple, au xiie s., le témoignage d’un proche de la cour de Saladin, Usāma Ibn Munqīḏ, K (...)

12L’utilisation par Baybars des animaux exotiques, rares et spectaculaires, dans sa diplomatie s’inscrit dans une tradition ancienne et bien documentée. Sans faire preuve d’originalité en ce domaine, Baybars va, au début de son règne, utiliser ce type de cadeaux à plusieurs reprises et faire ainsi un usage intensif de cette diplomatie animalière. En effet, il envoie en 1262 une girafe au roi de Sicile Manfred, fils de l’empereur Frédéric ii et, la même année, des girafes et d’autres animaux africains à l’empereur byzantin Michel viii. L’usage des cadeaux diplomatiques d’animaux exotiques, notamment des éléphants et des girafes, est un fait bien connu dans le monde musulman, et concerne les échanges entre souverains arabes, l’arrivée de tributs africains et l’envoi d’ambassades en Europe, à Constantinople et en Orient48 ; il s’agit d’une tradition fort ancienne, antérieure à l’islam. Par exemple, Mas‘ūdī, au xe siècle, indique que la girafe a depuis longtemps été utilisée comme présent royal, en citant le cas des rois de Nubie l’offrant aux rois de Perse, usage qui s’est perpétué jusqu’à son époque (« On l’envoyait en présent de la Nubie aux rois de Perse, comme elle fut offerte aux rois arabes, aux califes ‘abbāssides et aux gouverneurs de l’Égypte49 »). L’envoi d’ambassades à Constantinople, accompagnées de cadeaux d’animaux exotiques, a également une longue histoire en Terre d’islam50. Au xie siècle, des éléphants et des girafes furent offerts à l’empereur Constantin ix Monomaque ; l’usage de guépards comme auxiliaires de chasse à cette même époque à la cour impériale byzantine51 atteste également les échanges avec les cours orientales, où cette pratique cynégétique était fort répandue en Égypte et en Syrie52.

  • 53 Faits relatés dans la Crónica de Alfonso x. Selon l’éditeur du texte (p. 28, note 29), la date de m (...)
  • 54 Crónica de Alfonso x, p. 28. L’éditeur du texte, M. Gonzáles Jiménez, évoque les différentes hypoth (...)
  • 55 Du nom du marchand al-Bunqduqdār qui acheta Baybars comme esclave puis le revendit (Sublet 2004, p. (...)
  • 56 Les auteurs médiévaux écrivant en latin ou en ancien français ont transformé Bunduqdārī en Bongobar(...)

13Nous reviendrons plus loin sur ces ambassades accompagnées d’animaux rares, notamment celles qui furent envoyées par Baybars en Italie et à Constantinople, qui sont bien connues de l’historiographie mamelouke. Mais commençons par un contact diplomatique bien moins célèbre : en 1261, des émissaires égyptiens arrivent à Séville53 à la cour du roi Alphonse x le Sage54, venant de la part du roi d’Égypte, nommé « Alvandexaver » dans la source espagnole. On peut identifier ce personnage à Baybars par la chronologie, mais aussi à cause de ce nom, dérivé de l’arabe. Si Alvandexaver peut évoquer la ville d’Alexandrie, il a plutôt pour origine l’adaptation d’un des surnoms du sultan Baybars, « al-Bunduqdārī »55. Si l’on transforme le v en b aux sonorités proches, et le « qd » en « x », à partir d’« al-Bandeqdaber », on peut obtenir al-Vandexaver56. Les messagers du sultan apportent des cadeaux, comme il est d’usage entre rois : étoffes, bijoux, pierres précieuses mais surtout des animaux, qui sont décrits de la façon suivante dans la Chronique d’Alphonse le Sage :

E otrosi trajieron un marfil é una animalia que decian azorafa, é una asna, que era buiada, que tenia la una banda blanca é la otra prieta, é trujéronle otras bestias é animalias de muchas maneras.

  • 57 Voir plus loin notre étude détaillée sur le nom de l’éléphant.
  • 58 L’éditeur corrige buiada en vuiada « vif, rapide ». Mais buiada, dans ce contexte, ne pourrait-il p (...)
  • 59 Crónica de Alfonso x, p. 28, pour le texte espagnol.

Et en outre ils amenèrent un éléphant57, et un animal qu’ils appelaient azorafa et un âne, qui était rapide58, qui avait une bande blanche et l’autre foncée, et ils amenèrent d’autres bêtes et animaux de beaucoup d’espèces59.

  • 60 Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I, Cantiga 29. Les trois autres manuscrits conservés (Madrid, Bibl (...)
  • 61 Keller (1972) précise que tous les animaux représentés dans les Cantigas le sont toujours avec une (...)
  • 62 Pour l’histoire de la girafe dans les ménageries médiévales : Buquet 2008 et 2011b. Les monographie (...)

14Fait rare, cette description et cette liste d’animaux sont confirmées par une image à peine postérieure : une miniature des célèbres Cantigas de Santa Maria, recueil de chansons dédiées à la Vierge Marie, ayant pour auteur Alphonse le Sage lui-même, et dont le manuscrit richement enluminé a été réalisé spécialement pour le roi. La miniature60 (voir la figure en fin d’article) nous montre un ensemble d’animaux, pour la plupart agenouillés, priant la Vierge. À droite, on reconnaît un éléphant, un lion, un dromadaire et, de façon plus exceptionnelle, le cou d’une girafe, ainsi que la tête d’un zèbre. Tous ces animaux sont figurés avec un réalisme étonnant pour l’époque, notamment la girafe et le zèbre, dont il s’agit là des plus anciennes représentations naturalistes de l’art occidental. Cette grande qualité artistique peut accréditer l’idée d’une étude d’après nature, prise sur le vif dans la ménagerie du roi. John Esten Keller61 a été le premier à rapprocher cette miniature du récit de l’ambassade de Baybars, hypothèse que l’on peut renforcer par la rareté même des animaux offerts, inconnus ou presque jamais revus en Europe depuis l’Antiquité62. En un sens, le texte de la chronique et l’image du manuscrit attestent chacun à leur façon la présence des ces animaux sur le sol espagnol.

15Le vocabulaire utilisé par la chronique espagnole pour nommer et décrire les animaux étrangers et exotiques entretient des rapports étroits avec les zoonymes orientaux. Les mots marfil et azorafa semblent des adaptations directes de l’arabe : on y reconnaît les zoonymes fīl (éléphant) et zarāfa (girafe) ; le zèbre n’a pas de nom spécifique. Il s’agit ici de cas intéressants de réception en terre chrétienne de noms d’animaux exotiques rares. Ces trois espèces sont aussi dignes d’intérêt pour deux raisons : premièrement, ils sont les plus prestigieux cadeaux animaux qu’un souverain puisse offrir et ils figurent, à ce titre, en bonne place dans les chroniques orientales et occidentales ; deuxièmement, leur dénomination dans les sources médiévales est riche d’informations sur les passages de l’arabe vers les langues latines des noms d’animaux exotiques.

  • 63 Albert d’Aix, Historia Hierosolymitanae expeditionis (ca 1110), lib. vii, cap. 67, éd. S. B. Edging (...)
  • 64 Albert le Grand, De animalibus, lib. xxii, tract. 2, cap. 1, § 33 (damma), vol. ii, p. 1375 : Haec (...)

16L’adoption de noms d’animaux arabes en Occident a eu principalement pour origine le grand courant de traductions de l’arabe au latin du corpus zoologique aristotélicien et sa compilation par les auteurs latins comme, par exemple, Albert le Grand. L’autre voie est celle des récits de croisades ou de pèlerinages, où les protagonistes relatent leur rencontre avec des animaux orientaux inconnus et, ne sachant pas les nommer, utilisent des latinisations de mots arabes. C’est ainsi par exemple que le mot « gazelle » apparaît dans des textes français et latins liés aux croisades dès le xiie siècle63 ; algazel se retrouve aussi dans le De animalibus d’Albert le Grand, dans la notice qu’il consacre au daim (Damma). Albert y indique que le nom arabe du daim est algazel64, peut-être d’après une mauvaise interprétation de la traduction latine de l’Aristote arabe. La troisième voie d’adoption et d’adaptation de zoonymes arabes est moins connue et a été moins étudiée : celle des conséquences de l’arrivée de spécimens sur le sol européen, la plupart du temps offerts comme cadeaux d’ambassade par les souverains musulmans. Il est donc intéressant d’étudier, dans le cadre de la diplomatie de Baybars, l’impact qu’a pu avoir l’arrivée d’animaux exotiques sur la connaissance et la dénomination de ces derniers. Ces exportations d’espèces nouvelles dans des aires culturelles fort différentes, l’Espagne de la Reconquista, la Sicile des Hohenstaufen et l’Empire byzantin, peuvent apporter des éléments de comparaison utiles. Ces trois régions, par leur proximité avec le monde arabo-musulman, ont un intérêt particulier pour l’exotisme oriental, mais aussi des approches différentes face aux animaux, en regard de leur connaissance de la zoologie antique, qui pouvait — ou non, nous le verrons — apporter des renseignements sur des animaux lointains, rarement voire presque jamais revus en terre chrétienne depuis la fin de l’empire romain. Dans ce cadre, nous allons étudier maintenant successivement l’arrivée du zèbre, de l’éléphant et de la girafe dans ces trois régions.

Le zèbre, un animal sans nom

  • 65 Ibn Abī l-Faḍā’il, Histoire des sultans mamelouks, trad. E. Blochet, 1982, p. 453 [111], note 4.
  • 66 Il sera à nouveau question de cette ambassade plus loin dans cet article.
  • 67 Kazimirski 1860, vol. ii, p. 162 et 283.
  • 68 Cohen 1956, p. 330, addition 1.
  • 69 Maqrīzī, Histoire des sultans mamlouks, trad. Quatremère, vol. ii, p. 49.
  • 70 Sublet 1992, p. 131.
  • 71 Maqrīzī, Histoire des sultans mamelouks, vol. ii, p. 127.
  • 72 Cohen 1956, addition 1, p. 330, citant le al Ta‘rīf bi-l-muṣṭalaḥ al-šarīf d’Ibn Faḍl Allāh al-‘Uma (...)

17Le zèbre est mentionné à plusieurs reprises dans les sources contemporaines du règne de Baybars. Sa dénomination pose des problèmes d’identification, à la fois dans les sources arabes et dans les sources occidentales, car il ne possède pas de nom d’espèce propre à cette époque. La chronique d’Abū l-Faḍā’il65, qui décrit les cadeaux envoyés par Baybars au chef mongol Berke Khan en 126266, évoque, selon la traduction de Blochet, « des ânes sauvages à la robe ondée » (ḥamīr waḥšiyya ‘aṭṭābiyya). L’éditeur précise que ‘aṭṭābī désigne un gros taffetas ondé, avec des stries de couleur alternées. Selon Kazimirski, ‘aṭaba évoque un coton doux au toucher, et ‘aṭṭābī une riche étoffe de soie à raies ou, plus simplement, l’adjectif « rayé »67. Al-Ġarnāṭī, mort en 1169, comparait ce tissu, caractérisé par des bandes noires et blanches, à la robe de l’âne des Zandj, c’est-à-dire du zèbre68. Maqrīzī décrit de la même façon une ânesse sauvage de couleur ‘aṭṭābī, offerte à Baybars avec un éléphant par le souverain du Yémen en 666/126769. Dans Les trois vies du sultan Baybars, Jacqueline Sublet traduit d’ailleurs ce passage par « ânesse sauvage à la robe rayée », trouvant ici une heureuse formule évoquant à la fois la robe des équidés et les riches étoffes ‘aṭṭābī70. Ailleurs, on reconnaît encore le zèbre avec cette mention d’âne sauvage rayé à l’occasion d’un autre présent du souverain du Yémen en 674/1275, accompagné d’un rhinocéros et d’un d’éléphant71. Au siècle suivant, le zèbre porte, selon al-‘Umarī, le nom de ḥimāra ‘aṭṭābiyya (nom de la femelle ?), et est ainsi distingué de l’âne sauvage, nommé ḥimār waḥši72.

  • 73 Corominas 1954, « Cebra », vol. I, p. 744-745.
  • 74 Alphonse le Sage, Las siete partidas, Tercera Partida, 28, loi 22, p. 718. L’éditeur donne la forme (...)
  • 75 Cohen 1956 et 1955.
  • 76 Les supposées origines congolaise, swahili ou abyssine du mot zèbre sont évoquées pour mémoire par (...)
  • 77 Cohen 1955, retrace l’histoire de la connaissance du zèbre chez les auteurs des xvie et xviie s.
  • 78 Aldrovandi, De quadrupedibus solidipedibus, p. 416-417.
  • 79 Gadrat 2005, p. 157.

18À son arrivée en Espagne, cet animal rare et nouveau, sans doute inconnu, n’a pas de nom en castillan. La langue espagnole ne peut pas non plus s’appuyer sur un zoonyme arabe pour créer sa propre dénomination. De fait, le chroniqueur utilise une formule proche de celle utilisée par les auteurs arabes : un âne rayé portant des bandes blanches et noires. Pourtant, aujourd’hui, on considère que le mot « zèbre » est une invention espagnole. La forme cebra, ou ezebra, connue dès le xie siècle, deux siècles avant l’arrivée du zèbre de Baybars, désigne au Moyen Âge un âne sauvage. Ce mot, à l’origine incertaine, proviendrait du latin eciferus (equiferus) « cheval sauvage »73. On trouve par ailleurs, au xiiie siècle, mention de cebras ou d’encebras, dans les textes législatifs d’Alphonse le Sage, parmi des animaux sauvages (avec les cerfs et les daims) que le fermier garde en captivité ou en semi-liberté dans sa ferme, et qu’il domestique74. Le texte précise les conditions de propriété de ces animaux demi-sauvages : il n’est donc pas question ici d’animaux exotiques mais d’espèces vivant en Espagne à proximité de l’homme : ainsi il est clair qu’à la fin du xiiie siècle en castillan cebra désigne un animal sauvage ibérique relativement courant, sans doute un cheval ou un âne sauvage, et en aucun cas l’animal africain que l’on ne sait pas nommer à son arrivée en 1261. C’est bien plus tard, au xvie siècle, que le zoonyme cebra sera attribué au zèbre d’Afrique du Sud par les Portugais lors de la découverte du Cap de Bonne-Espérance75. Le mot actuel « zèbre » serait donc une création portugo-espagnole, ne devant rien à un quelconque zoonyme arabe ou africain76. Il se diffuse ensuite peu à peu dans la littérature scientifique zoologique à partir de la fin du xvie siècle77, Ulysse Aldrovandi en livre la première notice encyclopédique sous ce nom, ainsi que la première représentation naturaliste de l’époque moderne78. Mais, en attendant d’être remarqué par les savants humanistes, cet animal reste longtemps inconnu en Europe. Seul un voyageur en Asie au xive siècle, Jordan Catala de Séverac, le mentionne à propos de régions qu’il n’a pas visitées, entre l’Éthiopie et l’Inde, et le décrit ainsi, sans lui donner de nom : « Il y a certains animaux qui ressemblent à des ânes, rayés en travers de noir et blanc, de telle façon qu’une raie est noire et l’autre blanche. Ces animaux sont si beaux que c’en est merveilleux79 ». 

  • 80 Il pourrait s’agir d’un sultan égyptien, car on nomme encore à cette époque la ville du Caire « Bab (...)
  • 81 Pontano, De magnificentia liber, 19.

19Un âne, sans nom spécifique, au pelage rayé, en lignes doublées de diverses couleurs, est signalé à Naples à la fin du xve siècle, offert avec une girafe, par un prince « assyrien » à Ferdinand ier d’Aragon80. Le chroniqueur remarque que ces deux animaux exotiques, amenés des régions les plus éloignées, n’avaient jamais été vus auparavant (quem ex ultimis partibus adductum (…) duo tamen haec animalia, ut peregrina, ut non ante visa reddidere donum ipsum etiam spectandum)81. Il s’agit là d’un très rare témoignage pour l’Occident, très peu connu, qui ne fut repris par aucun historien des animaux et est resté longtemps ignoré des philologues.

  • 82 Toynbee 1973, p. 167. Sources : Dion Cassius (m. 235 ap. J.-C.), Histoire romaine, 76, 14, 3 et 77, (...)
  • 83 Cohen 1955, p. 177-178.

20Pourtant, le zèbre eut un nom dans l’Antiquité : hippotigris, le « cheval-tigre ». L’animal n’est connu que par trois sources grecques, qui le citent comme un cadeau impérial ou participant aux jeux du cirque82. Ces brèves mentions restent inconnues en Occident jusqu’à la Renaissance et l’existence de cet animal ne fut transmise au Moyen Âge ni par les autorités latines (Pline, Solin, Isidore de Séville), ni par les bestiaires. Ni Hérodote ni Aristote ne connaissaient le zèbre, et le nom hippotigris ne semble pas avoir été transmis non plus dans le corpus zoologique grec aux auteurs arabes. Hippotigris réapparaîtra très tardivement dans la littérature scientifique occidentale, au milieu du xviiie s.83.

21En Occident et à Constantinople, il n’y a pas d’autres mentions connues de zèbre à l’époque médiévale, et le spécimen envoyé par Baybars constitue donc un unicum zoologique, de l’Antiquité à la Renaissance. Il n’eut aucune influence sur l’histoire du nom de l’animal, et restera longtemps oublié des savants et zoologues modernes.

De l’éléphant impérial à l’ivoire espagnol

  • 84 Mas‘ūdī, Prairies d’or, vol. ii, § 860, p. 326 : « …les anciens rois faisaient grand cas de leurs s (...)
  • 85 Sénac 2002a, p. 39-40, 42 et 53-54.
  • 86 Eddé 2008, p. 285 et note 221 p. 633 ; Brand 1962, p. 170-172. Ces cadeaux furent envoyés en deux a (...)
  • 87 Brand 1962, p. 170-172.

22Al-fīl, l’éléphant en arabe, a depuis toujours joui d’un prestige particulier ; venu d’Afrique ou d’Inde, il est considéré comme un animal de roi, qu’on fait parader lors des grandes occasions84. Il est paré de toutes les vertus : force, intelligence, faculté d’apprentissage. Il est le plus beau présent (avec la girafe) qu’un prince puisse offrir à un souverain de son rang. Le plus célèbre des éléphants offert comme cadeau diplomatique est celui de Charlemagne, envoyé par le calife de Bagdad85. Ensuite, d’autres spécimens furent offerts aux empereurs byzantins : au xie siècle, des éléphants et des girafes sont envoyés à l’empereur Constantin ix Monomaque. Saladin offrit en 1187 à l’empereur Isaac un éléphant, puis en 1188 un éléphanteau, une autruche, un animal porte-musc, cinq « léopards » (peut-être des guépards)86, avec de nombreux autres cadeaux87.

  • 88 Psellos, Orationes panegyricae, Orat. 4, p. 62.
  • 89 Drocourt 2004, p. 84, et note 97 : chez Florus (iie s. ap. J.-C.) l’éléphant est l’archétype du pré (...)

23Quand un éléphant arrive à Constantinople, il est parfaitement reconnu et toujours nommé par son nom grec classique elephas. Les panégyristes de la cour impériale le décrivent s’agenouillant devant l’empereur, mettant en scène la puissance du souverain byzantin, ayant une influence sur les contrées les plus éloignées88. Ce don d’éléphant qui vient de « l’Inde », d’Égypte ou d’Éthiopie, renvoie à un lieu commun repris de l’Antiquité grecque, dans un lointain héritage des conquêtes d’Alexandre89.

  • 90 Selon l’Histoire des patriarches d’Alexandrie, al-Kāmil fit apporter à Acre, où séjournait l’empere (...)
  • 91 Cet éléphant est très bien documenté dans les sources occidentales (Giese 2008, p. 147-148).
  • 92 Salimbene, Cronica, p. 94. Le texte rapproche l’éléphant de Frédéric ii de ceux des armées d’Alexan (...)
  • 93 Frédéric ii fait défiler son éléphant dans un triomphe à l’antique, où le pachyderme traîne les ins (...)
  • 94 Scullard 1974.
  • 95 Joinville, Histoire de Saint Louis, § 255.
  • 96 Potin 2003, p. 30 ; Sénac 2002b, p. 113-114.
  • 97 Pastoureau 2008, p. 151-161.
  • 98 Cambridge, Parker Library, Ms. 16, fol. 4.

24Le sultan al-Kāmil offrit à Frédéric ii Hohenstaufen en 1228 un éléphant90 qui fut célèbre et vécu en Italie près de vingt ans91. Certains chroniqueurs, connaissant l’histoire biblique et l’histoire ancienne, mirent en parallèle les éléphants prestigieux d’Antiochos, d’Alexandre ou de Charlemagne, avec celui de Frédéric92. Ce dernier ne se priva pas d’utiliser l’animal comme outil de propagande en le mettant en scène dans des triomphes à l’antique ou pour impressionner des souverains étrangers93. À Rome ou à Constantinople, l’éléphant garde tout le prestige de ses prédécesseurs antiques94 : il semble revenir d’un passé glorieux, comme un signe de la renovatio imperii, souvent évoquée au Moyen Âge. Un éléphant fut offert à saint Louis par l’émir mamelouk Aybak lors d’une alliance en 125295. On a pu envisager ici un effet de citation du célèbre échange d’ambassades entre Charlemagne et Hārūn al-Rašīd, dont le souvenir fut entretenu de part et d’autre de la Méditerranée96. Cet éléphant, arrivé en France fin 1254, fut envoyé au roi d’Angleterre Henri iii en 1255, continuant ainsi sa destinée de cadeau diplomatique97. L’animal fut très célèbre en Angleterre et fut représenté d’après nature dans un manuscrit de la Chronica majora de Mathieu Paris98.

  • 99 Walter & Avénas 2003, p. 142 ; Lammens 1890, p. 157-158 ; Eguilaz 1886, p. 444-445.
  • 100 Corominas 1984, iii, p. 849.
  • 101 « Almafil », Du Cange, Glossarium, t. 1, col. 189c.
  • 102 Le mot est cité dans le dictionnaire de Furetière (1685, p. 176) et dans le Trévoux (1721, vol. iii(...)
  • 103 Alphonse le Sage, Libros de acedrex, 340.18, p. 342. Le mot arabe ruḫ, qui désigne cette pièce du j (...)
  • 104 Juan Manuel, Libro del cavallero et del escudero, p. 88, l. 46. Corominas 1984, vol. iii, p. 849, d (...)
  • 105 Druce 1919.

25La chronique d’Alphonse le Sage nous donne en tête de la liste des animaux offerts par le sultan « un marfil ». Marfil désigne d’abord l’ivoire en espagnol : l’origine de ce mot, ainsi que celui du portugais marfim, est arabe, dérivé de ‘aẓm al-fīl « os d’éléphant », plutôt que de nāb al-fīl « dent de l’éléphant, ivoire »99. La deuxième moitié du xiiie s. marque l’apparition du mot en espagnol100. Marfil est cité dans des textes en latin médiéval sous les formes olmafi et almafil (ixe s.)101 et désigne en français aux xvie et xviie s. l’ivoire importé102. Au xiiie s., marfil peut signifier en espagnol à la fois l’ivoire et l’animal. Ce mot est également présent dans le livre des échecs d’Alphonse le Sage (Libros del Acedrex) pour décrire une pièce du Grant acedrex, jeu à douze cases d’origine orientale, un « unicorne » (sans doute un rhinocéros), qui est comparé avec un éléphant (marfil). On trouve également, parmi les autres pièces, le lion, la girafe, le crocodile et l’oiseau roc103. Dans le Libro del cavallero et del escudero, daté du début du xive s., marfil est donné pour synonyme d’éléphant (« marfiles, a que llaman elefantes »)104. Dans la chronique d’Alphonse le Sage, on pourrait se demander si marfil ne désigne pas plutôt l’ivoire que le pachyderme. Mais, outre que le mot apparaît dans une liste d’animaux plutôt que de cadeaux matériels, on peut s’appuyer sur la miniature des Cantigas pour attester la réalité physique de l’animal à la cour alphonsine, représenté ici avec soin et vraisemblance, loin des dessins maladroits et conventionnels de bestiaires, où l’éléphant est souvent affublé d’une tour sur le dos105.

  • 106 Le mot apparaît une vingtaine de fois dans la Gran conquista de ultramar (xiiie s.) et peut aussi d (...)
  • 107 Gran conquista de Ultramar, cap. 6, p. 4.

26Dans La Gran conquista de ultramar, composée pour Alphonse le Sage à la même époque, on trouve les formes almafi, amarfil, et marfil pour désigner l’animal, le plus souvent dans un contexte oriental106. Au début de cette histoire générale des croisades, composée avant 1270, le texte évoque les cadeaux faits à Charlemagne par le calife de Bagdad : réécrivant l’histoire, la chronique relate que l’empereur reçoit plusieurs éléphants, nommés cette fois elefantes, et même des girafes nommées azorabas107, dans une forme proche de celle de la chronique de 1261. Aucune girafe « historique » n’ayant jamais été mentionnée à la cour de Charlemagne, il s’agit donc là d’une « forgerie » composée dans l’entourage d’Alphonse, qui posséda lui-même à la fois un éléphant et une girafe : si chacun des deux rois a possédé un éléphant, alors Charlemagne a dû forcément posséder lui aussi une girafe ! Façon étonnante de rapprocher le roi espagnol d’un antécédent illustre à travers sa ménagerie et preuve supplémentaire du souvenir médiéval du célèbre éléphant offert par Harūn al-Rašīd à Charlemagne.

  • 108 Delort 1990. L’ouvrage d’Hutchinson (2007), peu scientifique, est à utiliser avec précaution.

27L’arrivée d’éléphants en Europe et à Byzance au xiiie s. n’a donc que peu d’influence sur la dénomination de l’animal, à part peut-être dans la création du mot marfil en espagnol, dont il est difficile de démontrer qu’elle fut consécutive à l’arrivée de l’ambassade envoyée par Baybars. En tant que cadeau impérial par excellence, l’éléphant a profondément marqué les cours princières qui en ont fait un symbole fort du pouvoir, un instrument de propagande rattachant les souverains de leur temps à leurs plus glorieux ancêtres, Alexandre, Jules César ou Charlemagne. L’éléphant était bien connu en Occident à travers la Bible, les bestiaires et les encyclopédies ; bien qu’exotique, il fait partie de l’imaginaire médiéval, au même titre que le lion108. Son arrivée au xiiie s. semble ainsi célébrée non comme une découverte mais plutôt comme un retour.

De zarāfa à giraffa

Des « chameaux-léopards » à Byzance

  • 109 Gatier 1996.
  • 110 Kruk 2008, sp. p. 570-580: « A choice gift for rulers ».
  • 111 Psellos, Orationes Panegerycae, lib. I, § 278-289, p. 13-14.

28Si Baybars utilise la girafe comme cadeau diplomatique, il est très loin d’être le premier en ce domaine, même si, à la lumière des sources, il semble en avoir fait un usage important. Avec l’éléphant, la girafe est un animal qui sied à la majesté impériale depuis l’Antiquité109, et les Arabes en ont toujours fait grand cas et l’ont utilisé comme présent royal110. Par exemple, le byzantin Michel Psellos, à l’occasion de la réception d’une girafe envoyée d’Égypte à l’empereur Constantin ix Monomaque au xie s., s’étonne que « les Égyptiens et les Éthiopiens, qui s’attachent à cet animal comme à une créature supérieure, aient supporté de la voir fouler la terre des Romains111 ».

  • 112 Kruk 2008, p. 578, donnant pour référence Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab fī funūn al-adab, vol. xxx, p.  (...)
  • 113 Thorau 1999 p. 122 ; Sadeque 1956, p. 112-113.
  • 114 Georges Pachymérès, Relations historiques, p. 236-238.

29Baybars fait un usage intensif du cadeau de girafe : outre celle expédiée en Espagne en 1260, il en envoie une en 1262 au roi de Sicile Manfred, une autre en 1267 au chef tatar al-Anbrūr112. Une girafe est expédiée en 1261 à l’empereur de Byzance Michel viii113. Ce spécimen fut décrit par le chroniqueur byzantin Georges Pachymérès, qui nous explique que Baybars souhaitait faciliter son commerce d’esclaves vers la Scythie pour se ravitailler en soldats d’origine coumane. Le sultan cherchait des esclaves soldats de sa race pour former son armée. Il avait besoin de l’autorisation de l’empereur pour voyager et commercer vers le Pont-Euxin, c’est-à-dire la mer Noire. Pachymérès nous explique que « la chose se fit souvent : de là-bas on envoyait les présents à l’empereur, tandis que d’ici on leur ouvrait la voie vers les Scythes114 ». La description de la girafe suit immédiatement cette phrase : ce présent viendrait donc en contrepartie d’esclaves ! Il est notable que Pachymérès ne cite, parmi les cadeaux de Baybars, que la girafe : preuve sans doute de l’impression forte qu’elle fit sur la ville et ses habitants et de sa rareté à Constantinople.

  • 115 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Sīrat al-Malik al al-Ẓāhir, traductions de Sublet 1992, p. 94-95 et de Sadeque 1 (...)
  • 116 Sur les différentes ambassades envoyées par Baybars à Berke, voir Thorau 1992, Appendix 2, p. 259-2 (...)
  • 117 Sublet 1992, p. 101-102, citant Nuwayrī.
  • 118 Berke interroge les émissaires de Baybars sur l’Égypte, pose des questions sur les éléphants et les (...)
  • 119 Sublet 1992, p. 97-98, citant al-Ẓāhir.

30Les chroniques arabes nous apprennent qu’un autre convoi partit du Caire en 660/1262 et arriva à Constantinople en muḥarram 661/1263115, chargé de nombreux trésors et d’animaux exotiques (plusieurs girafes avec des housses et des brides de laine peinte, des singes dressés, des dromadaires et des ânes sauvages), étant destiné à Berke, grand Khan de la Horde d’Or. Baybars avait besoin de son appui contre les Tatars d’Hūlagū qui occupaient la Perse. L’ambassade envoyée par Baybars se retrouve bloquée à Constantinople, car l’empereur Michel viii ne veut pas froisser les représentants d’Hūlagū présents à sa cour116. L’ambassade fut alors obligée de rester plus de quinze mois sur place ! Dans cet intervalle, les animaux restés sans soin sur le grand bateau affrété par les Arabes périrent presque tous, et les autres cadeaux se détériorèrent117. Berke, très intéressé par les éléphants et les girafes118, se plaindra auprès d’un envoyé de Baybars de la non-arrivée des cadeaux et de la mort des animaux119. Ces girafes, mortes probablement dans un bateau à quai, ne laissèrent pas de traces dans les textes byzantins. Si l’on s’en tient à la chronologie et au témoignage de Pachymérès, elles ne peuvent être confondues avec le spécimen arrivé en 1261.

  • 120 Sur l’histoire de la girafe dans l’Antiquité, voir Gatier 1996 ; sur la problématique de son nom, v (...)
  • 121 Les descriptions de la girafe par les auteurs antiques grecs Strabon, Héliodore, Diodore de Sicile (...)
  • 122 Timothée de Gaza, On animals, Peri Zôon, p. 83.
  • 123 Drocourt 2004, p. 86.
  • 124 Un érudit byzantin du xiiie s., Théodore Scutariote, a noté, dans les marges d’un manuscrit du xe s (...)

31Dans les textes grecs des xie et xiiie s., la girafe est toujours nommée kamelopardalis (καµηλοπαρδάλις), selon son antique dénomination de « chameau-léopard » ou plutôt de chameau-panthère120. Les Byzantins ne semblent donc pas avoir besoin d’un zoonyme arabe pour désigner un animal qu’ils connaissent et qu’ils peuvent identifier facilement dans les descriptions précises laissées par les auteurs grecs antiques dont les ouvrages sont lus et compilés pendant la période médiévale121. Par exemple, l’auteur d’un épitomé byzantin ajoute au texte antique de Timothée de Gaza (vie s.) qu’à son époque, deux girafes furent offertes à l’empereur Constantin Monomaque et furent montrées au peuple à Constantinople, comme une merveille, en 1053122. Il reconnaît donc bien l’animal dans les textes et l’identifie aux spécimens qu’il a peut-être pu observer. Tous les auteurs mentionnant des girafes à Constantinople aux xie et xiiie s. la nomment kamelopardalis123 et, s’ils soulignent toujours leur rareté et le caractère exceptionnel de leur arrivée à Byzance, semblent connaître et reconnaître, au moins de façon savante et philologique, cet animal exotique.124

De l’arabe au castillan : d’azorafa à jirafa

  • 125 Buquet 2008, p. 49-51.
  • 126 Ibid. 2008, p. 57.
  • 127 D’après Ibn Abī Dīnār, Al-mu’nis fi aḫbāri Ifrīqiyya wa-Tunis (éd. Tunis, 1967), cité par Cuoq 1975 (...)
  • 128 Moralès Muñiz 2000, p. 263.
  • 129 Ortiz de Zúñiga, 1795, I, p. 234. Mais cet auteur ne cite pas ses sources ; ainsi toute cette histo (...)

32En Espagne, il n’y a pas d’identification au zoonyme antique grec de la girafe, faute d’avoir à disposition les sources anciennes ; seuls Pline, Solin et Isidore transmettent le nom de cet animal à l’Occident latin, mais avec une description si imprécise qu’il est fort difficile d’y reconnaître une vraie girafe125. Au xiiie s., pour désigner cet animal, les auteurs utilisent une adaptation directe de l’arabe en espagnol avec le mot azorrafa : on reconnaît sans peine al-zarāfa ou az-zarāfa, la forme espagnole médiévale résultant de l’agrégation de l’article arabe al, prononcé az- devant la lettre solaire zayn. De fait, le mot girafe est au xiiie s. encore inconnu en Espagne ; le mot arabe zarāfa est quelquefois trouvé dans un contexte d’exégèse biblique judéo-espagnol à fin du Moyen Âge126. Mais l’animal a peut-être été présent dans la péninsule Ibérique dès le xe s. dans la ménagerie de Cordoue : une girafe avait été offerte avec d’autres animaux de la savane soudanaise en 381/991 à Manṣūr b. Abū ‘Āmir par le souverain de Tunis Zīrī b. ‘Atiya127, mais l’animal serait mort pendant le voyage128. C’est peut-être ce qui arriva également aux animaux offerts par Baybars à Alphonse le Sage, selon un érudit du xviie s., Ortiz de Zúñiga, qui écrit que les bêtes exotiques furent victimes du changement de climat. Le roi d’Espagne, toujours selon cet auteur, aurait demandé que les peaux empaillées des animaux morts soient conservées dans la cathédrale de Séville. De fait, dans le Patio de los Naranjos, on trouve la « nef du lézard » (naue del lagarto), c’est à dire du crocodile, qui aurait fait lui aussi partie du convoi égyptien129.

  • 130 Gonzáles Jiménez 2004, p. 152-153.
  • 131 Voir note 104.
  • 132 Libros de Acedrex, dados y tablas, p. 340-342.
  • 133 Juan Manuel, El libro del cavallero et des escudero, p. 88, l. 34.
  • 134 Corominas 1984, p. 521.
  • 135 Bloch & Wartburg 1966, p. 207; Steiger, p. 146.

33Tous les textes espagnols contemporains mentionnant ou décrivant la girafe ont été rédigés dans l’entourage du roi, dans la ville de Séville, capitale de facto du royaume, où Alphonse séjournait de façon quasi permanente130. Ainsi il n’est pas étonnant de trouver à cette époque et dans ce contexte une miniature d’une grande précision anatomique, où un emprunt constant au nom arabe de l’animal. Nous avons déjà évoqué, à propos de l’éléphant, la présence d’azorabas dans la Gran conquista de Ultramar131. En 1283, la girafe est mentionnée sous la forme zaraffa dans le Libro de acedrex, comme une pièce d’un jeu d’échecs à 12 cases d’origine orientale (d’« Inde » selon le texte), le Grant acedrex. Cette pièce a un rôle et un déplacement assez semblable à celui du cavalier du jeu moderne, et pour décrire ce déplacement en partie en diagonale, l’auteur du traité explique que cet animal, lorsqu’il commence sa course très rapide, fait un saut de côté132. Cette mention, qui suit une description sommaire de la physionomie de la girafe, vient-elle d’une source arabe de la règle de ce jeu ou de l’observation d’après nature ? L’utilisation du mot arabe dans sa forme originelle supposerait plutôt une compilation textuelle. Le mot zarafa apparaît également dans un autre texte écrit en espagnol : El libro del cavallero et del escudero133, de Juan Manuel (1282-1348), infant d’Espagne et neveu d’Alphonse x. L’animal n’est pas décrit mais simplement cité dans un chapitre consacré à la nature des animaux. La girafe apparaît, par opposition aux fauves (lions, panthères) et autres petits prédateurs (fouine, etc.), dans une liste d’espèces qui ne chassent pas, sangliers, cerfs, gazelles, vaches, ânes sauvages, daims, moutons et chèvres sauvages : « Otras bestias ay que non cadaçeras et ellas non caçan, asi commo puercos javalies et ciervos et ganzellas et zarafas et vacas et asnos bravos et cameros bravos et gamos et corços, et otros semejantes ». La girafe et la gazelle semblent incongrues dans cette liste d’animaux européens, d’autant que les zoonymes utilisés pour ces deux derniers sont directement calqués sur l’arabe. On peut y voir un témoignage de l’incorporation progressive dans la littérature espagnole de termes zoologiques orientaux pour désigner des espèces exotiques. Le mot jirafa, désignant la girafe en castillan moderne, ne semble pas avoir été utilisé avant le xvie s.134, cette forme ayant sans doute été empruntée au mot italien giraffa, apparu au xiiie s., comme nous le verrons plus loin, plutôt qu’adaptée directement de l’arabe135.

L’arrivée de la zarāfa en Sicile et la création du mot « girafe »

  • 136 La girafe arrivée à Cordoue au xe s. ne semble pas avoir laissé de traces dans les sources espagnol (...)
  • 137 Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana, livre iii, chap. 49, § 2, p. 778.
  • 138 Jacques de Vitry, Histoire orientale, chap. 88, p. 263.
  • 139 Meinecke-Berg 2000 ; Ettinghausen 1956, p. 265-266. Les girafes envoyées par Baybars à Berke sont e (...)
  • 140 Meinecke-Berg 2000, p. 335.
  • 141 Kazimirski, vol. I, p. 1010.
  • 142 Buquet 2006, p. 16-17.

34Avant l’arrivée de plusieurs girafes en Europe au xiiie s., il n’est pas fait mention de cet animal dans les sources latines ou romanes136, du moins par aucun zoonyme dérivé directement de l’arabe zarāfa, y compris dans les récits de croisades ou de pèlerinages. On trouve mention d’une « chymera » chez Foucher de Chartres († 1127)137, passage qui sera ensuite repris par Jacques de Vitry († 1240)138. Le texte décrit un animal plus haut dans la partie antérieure que dans la partie postérieure, et que les « Sarrazins » exhibent au public, habillé d’un manteau précieux, lors de grandes fêtes solennelles. Il est tentant d’assimiler cette bête à une girafe car l’art arabo-musulman l’a souvent représentée comme un animal d’apparat, habillé de riches couvertures peintes139. Enfin, et surtout, plusieurs chroniques arabes relatent la présentation publique des girafes et des éléphants notamment lors de la fête de la rupture du jeûne et de la fête du sacrifice140. Mais pourquoi le chroniqueur des croisades nomme-t-il la girafe comme l’antique chimère ? La forme chymera semble trop éloignée de l’arabe zarāfa, peut-être pourrait-on la comparer à zamara141, dont la racine semble proche142 ? Plus prosaïquement, la vision d’un animal si exceptionnel, à l’anatomie si spectaculaire, a pu faire l’effet d’un animal fantastique, donc d’une chimère, aux premiers croisés découvrant l’étrangeté de la faune africaine.

  • 143 Gabrielli 1956, p. 224.
  • 144 Sadeque 1956, p. 144-145.

35La girafe offerte par Baybars à Manfred, roi de Sicile et fils de l’empereur Frédéric ii, serait arrivée avant juillet 1262 (ša‘bān 660) selon Ibn Wāṣil143 et selon al-Ẓāhir, qui précise que Manfred fut ravi de cette girafe, comme il l’écrit dans une lettre destinée à Baybars et qui fut ramenée par les ambassadeurs du sultan à leur retour de Sicile, là encore en ša‘bān 660144.

  • 145 Cette date est un ante quem défini par la date de la fin de la première rédaction de l’encyclopédie (...)
  • 146 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, livre iv, § 83, p. 156.
  • 147 Albert le Grand, De animalibus, vol. ii, livre xxii, traité 2, chap. 1, § 87, p. 1417. Traduction a (...)
  • 148 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, livre xix, chap. 9.
  • 149 Ce passage entre la forme arabe et sa latinisation est étudié par Boltz 1969, p. 8-10.
  • 150 Cyriaque d’Ancône, Lettre à Marianus, p. 285.
  • 151 Zorzi 2004, p. 838 (voir note 124).
  • 152 Boltz 1969, p. 9.
  • 153 Albert le Grand, De animalibus, vol. ii, livre xxii, traité 2, chap. 1, § 87, p. 1417.
  • 154 Ibid., livre xii, traité 3, chap. 7, p. 889 ; livre xiv, traité 2, chap. 1, p. 963 et livre xxii, t (...)
  • 155 Weisheipl 1980, p. 36-39.

36Si l’envoi de la girafe de Baybars à Manfred est connu par les sources arabes, les textes occidentaux sont silencieux à ce sujet. La girafe de Frédéric ii, offerte par le sultan al-Kāmil, sans doute avant 1240145, n’est au contraire connue que par des sources occidentales, et c’est à noter, uniquement encyclopédiques. Les chroniqueurs n’ont retenu ni son nom ni son image, au contraire de l’éléphant qui survécut longtemps après son arrivée. Les encyclopédistes du xiiie s., dans l’ordre Thomas de Cantimpré146, Albert le Grand147 et Vincent de Beauvais148, nomment l’animal en latin « oraflus » et décrivent son anatomie de façon relativement précise, ne laissant aucun doute sur son identification. Le mot oraflus pourrait être dérivé de l’arabe zarāfa149, par une transformation phonétique et un passage du a initial en o, que nous avons déjà observée en espagnol dans les chroniques alphonsines avec azoraba. En 1435, un voyageur humaniste, Cyriaque d’Ancône, latinisera zarāfa en zorapha150, nous n’avons repéré qu’une seule autre mention de ce passage du a en o151. La forme « girafle », connue en ancien français, semble subir elle aussi le passage du « f » en « -fl »152. Il n’est pas étonnant que Thomas de Cantimpré, originaire du Nord de la France, à qui l’on doit cette création zoonymique, ait mal compris un mot d’une langue peu familière pour lui, alors qu’il n’a sans doute jamais été au contact des ménageries italiennes. Albert le Grand, compilant Thomas de Cantimpré pour une partie de son chapitre sur les quadrupèdes dans le livre xxii de son De animalibus, précise que l’orafle est appelé « seraf » en arabe153. Albert le Grand semble mieux connaître cet animal car il écrit, en d’autres passages de son ouvrage, que cette « serafa » ou « serapha » est aussi un nom donné par les Italiens à l’animal154. D’autres éléments descriptifs donnés par Albert, et qui ne doivent rien à des sources gréco-arabes, pourraient laisser penser qu’il a pu observer l’animal, ayant voyagé en Italie à plusieurs reprises, notamment dans sa jeunesse en 1222-1223, puis plus tard en 1256 et 1261155. C’est peut-être lors de ce dernier qu’il a pu observer la girafe de Manfred, dans un contexte « italo-arabe », à l’époque où il termine la rédaction de son De animalibus. Mais peut-être a-t-il tout simplement eu de meilleurs informateurs que Thomas de Cantimpré…

  • 156 Dans le Couronnement de Renart, datable entre 1263 et 1289, on trouve « orafle » dans une liste d’a (...)
  • 157 Joinville, Histoire de saint Louis, § 457.

37Quant au mot orafle, il n’aura qu’une petite postérité philologique au travers des compilations et des traductions des encyclopédies médiévales, ou par son utilisation dans quelques textes littéraires156. Il ne reste qu’un « animal de papier », dont l’unique mention dans une chronique est l’œuvre de Jean de Joinville à propos de figurines de cristal, offertes à saint Louis par le Vieux de la Montagne, représentant un « oliphant » et « une beste que l’on appelle orafle157 ». Écrivant sa Vie de saint Louis longtemps après les faits, il n’est pas impossible que l’érudit Joinville soit allé chercher dans les encyclopédies de son temps le nom oublié d’un animal rare, en recomposant ses souvenirs à partir de la description donnée par Albert le Grand, Vincent de Beauvais ou Thomas de Cantimpré.

  • 158 Boltz 1969, article de base sur le sujet, déjà ancien, à utiliser avec précaution, et qu’il faudrai (...)
  • 159 Detto del gatto lupesco, vers 132, p. 502-503. Manuscrit unique de la deuxième moitié du xiiie s., (...)
  • 160 Ristòro d’Arezzo, La composizione del Mondo, livre i, chap. 20, § 14, p. 1000-1001.
  • 161 Rustico Fillipi, Les sonnets comiques et courtois, p. 47 et note p. 64. Manuscrit unique, Bibliotec (...)
  • 162 Marco Polo, Le devisement du monde, 185.57, 186.18 et 187.86.
  • 163 Boltz 1969 ; Marco Polo, Le Devisement du monde, « Introduction », p. lxx.
  • 164 Paris, BnF, fr. 1374.
  • 165 Venjance nostre Seigneur, strophe 86, vers 1885-1891, p. 88.

38Il est couramment admis que le mot girafe est une création italienne, apparue au xiiie s. à partir de l’arabe158. Les premières mentions du mot giraffa en italien datent effectivement de la seconde moitié du xiiie s. : un poème anonyme intitulé Detto del gatto lupesco159, d’origine florentine ou toscane ; un sonnet comique de Rustico Filippi ; La composizione del Mondo, traité cosmographique de Ristòro d’Arezzo160, daté de 1281 et le célèbre récit de voyage de Marco Polo, dans ses versions en dialecte vénitien et en franco-italien par Rusticien de Pise, rédigées vers 1298. Rustico Filippi utilise la girafe dans une image composite créant une créature merveilleuse formée de trois animaux, pour se moquer d’un « Messire Messerin », qui aurait le goitre du pélican, le manteau noir du corbeau et le dos de la girafe161. Rustico est florentin, né entre 1230 et 1240, et mort peu avant 1300 : contemporain des faits, peut-être a-t-il vu la girafe de Manfred ? La satire d’un homme bossu, au dos en pente, évoquerait-elle la vision du dos et du cou de la girafe, à la base duquel se forme une petite bosse ? Marco Polo cite trois fois la girafe162, sous les formes « giraffle » et « giroffle » et il s’agit là d’une des premières attestations de ce mot en français, mais pas la plus ancienne, contrairement à une idée couramment répandue163. Marco Polo n’a pas vu l’animal, et le cite par ouï-dire en évoquant la faune des côtes de l’Afrique orientale. Polo et Rusticien connaissaient peut-être déjà le nom de l’animal avant d’écrire le Devisement du monde, car le mot giraffa, nous l’avons vu, est déjà attesté dans la littérature italienne du xiiie s. En ce sens, la création du mot français « girafe » ou « girafle » serait une transposition directe de l’italien opéré par des Italiens écrivant en français. Dans un contexte plus spécifiquement français, la plus ancienne mention du mot girafe provient d’un manuscrit du xiiie s., La Venjance nostre Seigneur164. La mention du mot « giras » (que l’éditeur corrige en « girfas »)165 apparaît dans une liste d’animaux que des assiégés sont obligés de manger, avec des chameaux et des chevaux. Le texte, roman biblique en vers relatant des événements qui suivent la crucifixion de Jésus, aurait été écrit au xiie s., mais en l’absence de témoin manuscrit contemporain de cette rédaction, il est difficile de savoir si cette « girfa » est une création originale ou un ajout du copiste du xiiie s.

  • 166 Lane 1863, vol. iii, p. 1226 ; Kazimirski 1860, vol. i, p. 986.
  • 167 Buquet 2008, p. 59.
  • 168 Joost-Gaugier 1987 ; Donati 1938.
  • 169 Buquet 2008.

39L’apparition du mot giraffa en italien au xiiie s. semble directement inspirée de l’arabe zarāfa, avec une transformation du z au g en début de mot ; le doublement du f s’explique peut-être par le fait que le mot arabe zarāfa peut s’écrire avec deux « fā »166. Inconnu avant la première moitié du xiiie s., le mot apparaît donc après l’arrivée en Italie des girafes de Frédéric ii et de Manfred ; comme en Espagne, le lexique zoologique antique n’est d’aucune utilité, et les termes camelopardalis et giraffa ne sont jamais associés en italien comme synonymes, ni dans les traductions du latin vers les langues vernaculaires167. Il faut attendre la fin du xve s. pour que les humanistes de la cour du prince florentin Laurent de Médicis identifient la girafe au chameau-léopard des Anciens, à l’occasion, là encore, d’un cadeau d’un souverain d’Égypte, Qayt Bay168. Redécouvrant les auteurs grecs ayant décrit la girafe, et en comparant l’animal présent à Florence avec ces textes, les savants de la Renaissance italienne réconcilient le fait zoologique et zoonymique oriental avec l’animal « philologique » de la littérature classique169.

  • 170 Kruk (2008) fait un parallèle intéressant entre l’arrivée des girafes en Europe au début du xixe s. (...)

40On aura compris toute l’importance du xiiie s. pour l’histoire de la girafe et de son nom, et les cadeaux diplomatiques de Baybars y jouent un grand rôle. Alors que la girafe est bien connue en Orient, vedette des ménageries du Caire et cadeau royal par excellence, sa découverte en Europe, alors qu’elle avait été oubliée depuis l’Antiquité, va permettre la création de son nom, passé au fil des siècles dans le langage courant, bien avant même son retour en Occident au xixe s.170.

Conclusion

41L’usage de cadeaux d’animaux entre souverains a une influence capitale sur la dénomination d’espèces exotiques dans les langues européennes : l’arrivée des éléphants, girafes, zèbres et autres bêtes exotiques a suscité l’intérêt des savants, la curiosité des artistes et stimulé la création de noms nouveaux, dont l’exemple le plus frappant est celui de la girafe. Baybars eut, nous l’avons vu, un rôle essentiel dans cette dissémination d’animaux exotiques sur tout le pourtour méditerranéen. Son intense diplomatie animalière a coïncidé en Europe avec la redécouverte du zèbre et de la girafe et, pour cette dernière, avec la création même de son nom, qui est ensuite utilisé dans presque toutes les langues occidentales. Les conditions de cette réception zoologique, symbolique et philologique des animaux exotiques varient fortement selon le contexte local. À Byzance, fort d’une grande proximité avec les textes antiques, girafe et éléphant sont reconnus, autant à travers leur description que par leur nom d’espèce, conservé depuis des siècles. L’éléphant, quel que soit le pays où il arrive, conserve son aura d’animal royal et impérial par excellence, depuis Alexandre jusqu’à Charlemagne. Il est aussi mieux connu des textes latins et semble moins surprendre les témoins de son arrivée, pourtant toujours spectaculaire. Il garde son nom antique, celui-ci étant à peine concurrencé par l’arabisme marfil qui ne désignera bientôt plus que l’ivoire et non plus l’animal qui le porte. Quant au zèbre, encore plus rare que les deux géants de la savane, l’absence même de nom d’espèce spécifique en langue arabe ne va pas permettre de lui donner une postérité philologique ou zoonymique au Moyen Âge. Bien plus tard, dans les sommes zoologiques des xvie et xviie s., le mot zèbre, hérité d’un vocable vernaculaire médiéval sans rapport avec l’animal exotique, perd toute référence au spécimen offert par Baybars à Alphonse le Sage. Cet animal se serait perdu dans l’oubli de l’histoire sans le talent d’un enlumineur sévillan et le souci du détail d’un chroniqueur espagnol. Grâce à ceux-ci nous avons gardé quelques traces du rôle essentiel du sultan Baybars sur la connaissance de quelques animaux exotiques dans le monde chrétien médiéval.

Cantigas de Santa Maria, Cantiga 29

Cantigas de Santa Maria, Cantiga 29

© Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I.

Bibliographie

Sources

Adorno, Jean, Itinéraire, éd. et trad. Jacques Heers et Georgette de Groer, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre sainte (1470-1471), Paris, CNRS éditions, 1978 (« Sources d’histoire médiévale, 11 »).

Albert d’Aix, Historia Ierosolimitana : History of the Journey to Jerusalem, éd. et trad. S. B. Edgington, Oxford, Clarendon Press, 2007 (« Oxford medieval texts »).

On Animals, éd. et trad. Francis Kenneth, Mitchell, Irvin Michael Resnick, On Animals. A Medieval Summa Zoologica, Baltimore, 1999.

Albert le Grand, De animalibus, éd. Hermann Stadler, Munster, Aschendorff, 1916-1920 (« Beiträge zur Geschichte der Philosophie des Mittelalters », 15-16).

Aldrovandi, Ulysse, De quadrupedibus solidipedibus, éd. Joannes Cornelius Uterverius, De quadrupedibus solipedibus, volumen integrum…, Bologne, Marco Antonio Bernia, 1649.

Alphonse le Sage, La siete partidas del Rey Don Alfonso el Sabio, t. ii, Partida segunda y tercera, Madrid, Imprenta Real, 1807 ; http://www.archive.org/details/lassietepartidas02castuoft

Libros de acedrex. dados y tablas, éd. Arnald Steiger, Genève, 1941.

Ambroise, L’Estoire de la Guerre sainte : The History of the Holy War : Ambroise’s Estoire de la Guerre Sainte, éd. et trad. angl. Marianne Ailes et Malcolm Barber, Woodbridge, Boydell, 2003.

‘Aynī (Al-), Badr al-Din, ‘Iqd al-Ğumān fī ta’rīḫ ahl al-zamān, extraits édités et traduits dans Recueil des historiens des croisades. Historiens orientaux, t. ii, 1re partie, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 183-254 ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k515776

Couronnement de Renart (Le), éd. S. Lefèvre dans Le Roman de Renart, A. Strubel, dir., Paris, 1998 (« Bibliothèque de la Pléiade »).

Crónica de Alfonso x, éd. Manuel Gonzáles Jiménez, Murcie, Real Academia Alfonso x el Sabio, 1998.

Damīrī, Ḥayāt al-ḥayawān, trad. A. S. G. Jayakar, Ad-Damīrī’s Ḥayāt al-ḥayawān (a zoological lexicon), Londres, Luzac, 1906.

Detto del gatto lupesco, éd. Ernesto Monaci, dans Crestomazia italiana dei primi secoli con prospetto grammaticale e glossario, nouvelle édition par Felice Arese, Roma/Napoli/Citta di Castello, Societa editrice Dante Alighieri, 1955.

Dion, Cassius, Histoire romaine, éd. et trad. E. Cary, Dio’s roman history, iv Books 41-45, Londres, Heinemann, 1987 (« Loeb Classical Library », 66); réimp. 2001, 1re édition 1914.

Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana, éd. Heinrich Hagenmeyer, Fulcheri Carnotensis. Historia Hierosolymitana, 1095-1127, Heidelberg, Carl Winters Universitätsbuchhandlung, 1913; http://www.archive.org/details/historiahierosol00foucuoft

Ǧāḥiẓ (Al-), Kitāb al-Ḥayawān, trad. Lakhdar Souami, Le cadi et la mouche. Anthologie du Livre des animaux, Paris, Sindbad, 1988.

— Kitāb al-Ḥayawān, éd. ‘Abd as-Salām Muḥammad Hārūn, 7 vol. , Le Caire, Maṭba‘a Muṣṭafā l-Bābī l-Ḥalabī, 1938-1945.

— Kitāb al-Tabaṣṣur bi-l-tiǧāra : voir Pellat 1954.

Gran conquista de Ultramar (La), éd. Pascual de Gayangos, Madrid, M. Rivadeneyra, 1858 ; http://books.google.fr/books?id=LX027UASAs8C

Gucci, Georgio, Viaggio ai luoghi santi, éd. C. Gargiolli, Viaggi in Terra Santa, di Lionardo Frescobaldi e d’altri del secolo xiv, Florence, G. Barbera, 1862.

Huillard-Bréholles, Jean-Louis-Alphonse, Historia diplomatica Friderica Secundi, 6 t., 12 vol. , Paris, Henri Plon, 1849-1861.

Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Sīrat al-Malik al-Ẓāhir : voir Sublet 1992 et Sadeque 1956.

Ibn Abī l-Faḍā’il, Histoire des sultans mamelouks, éd. et trad. Edgar Blochet, Turnhout, Brepols, 1982 (« Patrologia Orientalis », 12, fasc. 3, 59) ; réimp. de l’éd. Paris, Firmin-Didot, 1919 ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k91077

Ibn Munqīḏ, Usāmat, Kitāb al-I‘tibār, éd. André Miquel, Des enseignements de la vie : souvenirs d’un gentilhomme syrien du temps des Croisades, Paris, Imprimerie nationale, 1983 (« Collection orientale »).

Joinville, Jean de, Histoire de saint Louis, éd. Jacques Monfrin, Paris, 1995 (« Classiques Garnier »).

Juan Manuel, El libro del cavallero et des escudero, éd. José Manuel Blecua dans Obras completas, t. I, Madrid, 1982 (« Biblioteca Románica Hispánica », iv, Textos, 15).

Léon l’Africain, De l’Afrique, trad. Jean Temporal, Paris, 1556 ; réimpr. Paris, 1830.

Marco Polo, Le Devisement du monde, éd. Philippe Ménard et al., Tome vi et dernier, Livre d’Ynde, retour vers l’Occident, Genève, Droz, 2009 (« Textes littéraires français », 597).

Maqrīzī, Description topographique et historique de l’Égypte, éd. et trad. U. Bouriant, Paris, 1895-1900 (« Mémoires publiés par les membres de la archéologique française du Caire », 17/1-2) ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828537

 Description historique des quartiers et des monuments de l’Égypte (Livre des admonitions et de l’observation pour l’histoire des quartiers et monuments), éd. et trad. Paul Casanova, Le Caire, 1906 (« Mémoires de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire », 3) ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5806744c

— Histoire d’Égypte, éd. Edgar Blochet, Revue de l’Orient latin, 9, 1902, p. 6-163 et 467-530. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2208235

— Histoire des sultans mamelouks, éd. Étienne Quatremère, Paris, Duprat, 1837.

— Traité des monnaies musulmanes, trad. Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Paris, Impr. du Magasin encyclopédique, 1797.

Mas‘ūdī, Les prairies d’or, trad. Charles Pellat, 4 vol. , Paris, Société́ asiatique, Imprimerie nationale, 1962-1989.

Mitchell, Charles (éd.), Cyriaque d’Ancône, Lettre à Marianus (« Ex libris Kiriaci Anconitani »), Italia medievale e umanistica 5, 1962, p. 283-299.

Pachymérès, Georges, Relations historiques, éd. A. Failler, Georgii Pachymeris relationes historicas, i-ii, Livres i-iv, Paris, 1984.

Pellat, Charles, » Ğāhiẓiana, I : Le Kitāb al-Tabaṣṣur bi-l-tiǧāra attribué à Ǧāḥiẓ », (éd. et trad. Pellat) Arabica 1/2, 1954, p. 153-165 ; http://www.jstor.org/stable/4055242

Philostorge, Histoire ecclesiastique, éd. Joseph Bidez, Leipzig, 1913 (« Die griechischen christlichen Schriftsteller der ersten drei Jahrhunderte », GCS 21).

Photius, Bibliothèque, éd. René Henry, Paris, Les Belles Lettres, 1959-1977.

Pontano, Giovanni, De magnificentia liber, éd. F. Tateo, I libri delle virtù sociali, Rome, Bulzoni, 1999.

Psellos, Michel, Orationes Panegerycae, éd. George T. Dennis, Stuttgart/Leipzig, Teubner, 1994 (« Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana. Auctores graeci »).

Ristòro d’Arezzo, La composizione del Mondo, éd. Cesare Segre et Mario Marti dans La prosa del Duecento, Milan-Naples, 1959 (« La letteratura italiana, Storia e testi », 3).

Rustico, Filippi, Les sonnets comiques et courtois, éd. Nella Bisiacco-Henry et Sylvain Trousselard, La Rochelle, 1998.

Salimbene, Cronica, éd. Oswald Holder-Egger, Cronica Fratris Salimbene de Adam ordini minorum, Hannovre/Leipzig, Hahn, 1913 (« Monumenta Germaniae historica, Scriptores », 32).

Symon Semeonis, Itinerarium, éd. Mario Esposito, Itinerarium Symonis Semeonis ab Hybernia ad Terram Sanctam, Dublin, The Dublin Institute for Advanced Studies, 1960.

Timothée de Gaza, Peri Zôon, trad. Friedrich Shimon Bodenheimer et Alexander Rabinowitz, On animals, Peri Zôon, Paris/Leyde, Académie internationale d’histoire des sciences, 1949 (« Collection des travaux de l’Académie internationale d’histoire des sciences », 3).

Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, New York, W. de Gruyter, 1973.

Venjance nostre Seigneur, éd. L. T. Gryting, La Venjance nostre Seigneur. The Oldest Version of the Twelfth-Century Poem, Michigan, 1952 (« Contributions in Modern Philology », 19).

Vincent de Beauvais, Speculum naturale, éd. Benedictini collegii Vedastini, Bibliotheca Mundi. Vincentii Burgundi, ex ordine Praedicatorum venerabilis episcopi Bellovacensis, Speculum Quadruplex, Naturale, Doctrinale, Morale, Historiale, Douai, Baltazar Bellerus, 1624 ; réimp. Graz, Akademische Druck- u. Verlagsanstalt, 1964-1965.

Vitry (de), Jacques, Histoire orientale, trad. Marie-Geneviève Grossel, Paris, Honoré Champion, 2005 (« Traductions des classiques du Moyen Âge »).

Études

Benkheira, M. Hocine, Sublet, J., Mayeur-Jaouen, C., 2005 : L’animal en islam, Paris, Les Indes savantes.

Beshir, Ibrahim, 1975: « New Light on Nubian Fatimid Relations », Arabica 22/1, p. 15-24; http://www.jstor.org/stable/4056449

Bloch, Oscar, von Wartburg, Walther, 1966: Französisches Etymologisches Wörterbuch, t. 19, Paris, PUF.

Bodson, Liliane, 2005: « Naming the exotic animals in ancient Greek and Latin », dans Animal names [Actes du colloque international Animal Names. I nomi degli animali, Venezia, 2-4 octobre 2003], Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, p. 453-482.

Boltz, William G., 1969: « Leonardo Olschski and Marco Polo’s Asia (with an Etymological Excursus on Giraffe) », Romance Philology 23/1, p. 1-16.

Brand, Charles M., 1962: « The Byzantines and Saladin, 1185-1192: Opponents of the Third Crusade », Speculum 37/2, p. 167-181; http://www.jstor.org/stable/2849946

Buquet, Thierry, 2006 : « Pourquoi la Bible des Septante a-t-elle traduit le zemer du Deutéronome en kamelopardalis ? Réflexions sur le statut symbolique et alimentaire de la girafe », Anthropozoologica 41/1, p. 7-25 ; http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00089601

 2008 : « La girafe, belle inconnue des bibles médiévales. Camelopardalis : un animal philologique », Anthropozoologica 43/2, p. 47-68 ; http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00352040

 2011a : « La ménagerie du nom. Figures animales de Baybars », dans Les Carnets de l’Ifpo, 2 février 2011 ; http://ifpo.hypotheses.org/773

 2011b : « La belle captive. La girafe dans les ménageries princières au Moyen Âge », dans Beck, Corinne, Guizard-Duchamp, Fabrice (éd.), La bête captive au Moyen Âge et à l’époque Moderne. Actes du colloque de Valenciennes, 8-9 novembre 2007, Valenciennes, Presses universitaires, p. 61-81.

Cohen, Marcel, 1955 : « Zèbre, Zecora, Hippotigris. Aventures lexicales dans les langues romanes », Romania 76, p. 155-182.

1956 : Onagre, Zèbre, Marabou, dans Mélanges Louis Massignon, Damas, Institut français de Damas, vol. I, p. 315-330; http://www.bib-ifporient.org/fre/ref/110589/PIFD_64/

Corominas, Joan, 1984: Diccionario crítico etimologico de la lengua castellana, Berne, Editorial Francke.

Creswell, Keppel A. C., 1926: « The Works of Sultan Bibars al-Bunduqdārī in Egypt », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 26, p. 129-193; http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao026_art_07.pdf

Cuoq, Joseph M. (éd.), 1975 : Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle (Bilād al-Sūdān), Paris, CNRS éditions (« Sources d’histoire médiévale », 6).

Delort Robert, 1990 : Les éléphants piliers du monde, Paris, Gallimard (« Découvertes Gallimard. Histoires naturelles », 93).

Donati, Lamberto, 1938 : « La giraffa (Iter iconographicum. Cita del Vaticano. Bibliotheca) », Maso Finiguerra. Rivista della Stampa Incisa e del libro illustrato 3, p. 247-268.

Drocourt, Nicolas, 2004 :« Les animaux comme cadeaux d’ambassade entre Byzance et ses voisins (viiie-xiie siècles) », dans Byzance et ses périphéries (Monde grec, balkanique et musulman). Hommage à Alain Ducellier, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 67-93.

Druce George C., 1919: « The Elephant in Medieval Legend and Art », Journal of the Royal Archaeological Institute 76, p. 1-73.

Eddé, Anne-Marie, 1999 : La principauté Ayyoubide d’Alep, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

2008 : Saladin, Paris, Flammarion (« Grandes biographies »).

Eguilaz y Yanguas, Leopoldo (de), 1886 : Glosario etimológico de las palabras españolas de origen oriental, Grenade, La Lealtad ; http://www.archive.org/details/glosarioetimolog00eguuoft

Encyclopédie de l’islam, 2e ed., Leyde, Brill, 1960-2007 = EI2.

Ettinghausen, Richard, 1956:  « Early Realism in Islamic Art », dans Studi orientalistici in onore di Giorgio Levi della Vida, Rome, Istituto per l’Oriente, p. 250-273.

Furetière, Antoine 1685 : Dictionnaire universel, La Haye/Rotterdam, Arnout et Reinier Leers ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50614b

Gabrielli, Francesco, 1956 : « Le ambascerie di Baibars a Manfredi », dans Studi medievali in onore di Antonio di Stefano, Palerme, p. 219-225.

Gadrat, Christine, 2005 : Une image de l’Orient au xive siècle. Les Mirabila descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris/Genève, Droz (« Mémoires et documents de l’École des chartes », 78).

Gatier, Pierre-Louis, 1996 : « Des girafes pour l’empereur », Topoi : Orient-Occident 6/2, p. 903-941.

Gazagnadou, Didier, 1989 : « Note sur une question d’héraldique Mamluke. L’origine du “Lion passant à gauche” du Sultan Baybars I al-Bunduqdārī », Der Islam 66/1, p. 98-101.

Giese, Martina, 2008 :« Die Tierhaltung am Hof Kaiser Friedrichs ii. zwischen Tradition und Innovation », dans Herrschaftsräume, Herrschaftspraxis und Kommunikation zur Zeit Kaiser Friedrichs II, Münich, Herbert Utz Verlag (« Münchner Beiträge zur Geschichtswissenschaft, 2 »), p. 121-172.

Gonzáles-Jiménez, Manuel2004 : Alfonso X el sabio, Barcelone.

Halm, Heinz, 1998: « Der nubische baqt, dans Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras. ii. », dans Proceedings of the 4th and 5th International Colloquium organized at the Katholieke Universiteit Leuven in May 1995 and 1996, Vermeulen U. , De Smet D. (éd.), Louvain, Peeters (« Orientalia Lovaniensia Analecta, 83 »), p. 63-103.

Holt, Peter Malcolm, 1990: « The Coronation Oaths of the Nubian Kings », Sudanic Africa 1, p. 5-9.

Hutchinson, Alan, 2007 : Cet étrange colosse. L’éléphant en Europe, deux mille cinq cents ans d’histoire, Paris, Arléa, 2007.

Joost-Gaugier, Christiane L., 1987: « Lorenzo the Magnificient and the Giraffe as a Symbol of Power », Artibus et Historiae 16, p. 91-99; http://www.jstor.org/stable/1483302

Kazimirski, Albert de Biberstein, 1860 : Dictionnaire arabe-français…, Paris, Maisonneuve et cie ; http://www.archive.org/details/dictionnairearab01bibeuoft

Keller, John Esten, 1972: The Depiction of Exotic Animals in Cantiga xxix of the Cantigas de Santa Maria, dans Studies in honor of Tatiana Fotitch, Washington, The Catholic University of America Press, Consortium Press, p. 247-253.

Kruk Remke, 2001, « Of Rukhs and Rooks, Camels and Castles », Oriens 36, p. 288-298. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/1580487, DOI : 10.2307/1580487.

2008: Zarafa: « Encounters with the Giraffe, from Paris to the Medieval Islamic World », dans Classical Arabic Humanities in their Own Terms. Festschrift for Wolfahrt Heinrichs on his 65th Birthday, Leyde, Brill, p. 568-592.

Lammens, Henri, 1890 : Remarques sur les mots français dérivés de l’arabe, Paris, Imprimerie catholique ; http://www.archive.org/details/remarquessurles00lammgoog

Lane Edward William, 1863-1893: Arabic-English Lexicon, Londres/Edimbourg, Williams and Norgate; http://www.laneslexicon.co.uk/

Laufer, Berthold, 1928: The Giraffe in History and Art, Chicago, Field Museum of Natural History (« Anthropology », Leaflet 27).

Lombard, Maurice, 1969 : « La chasse et les produits de la chasse dans le monde musulman (viiie-xie siècle) », Annales. Histoire, Sciences Sociales 24/3, p. 572-593 ; http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1969_num_24_3_422080

Mayer, Leo Ary, 1933: Saracenic heraldry : a survey, Oxford, Clarendon Press.

Meinecke-Berg, Victoria, 2000: « Das Giraffenbild des fatimidischen Keramikmalers », Damaszener Mitteilungen 11, p. 331-344 + pl. 44-47.

Morales Muñiz, Dolores Carmen, 2000: « La fauna éxotica en la Peninsula Ibérica: apuntes para el estudio del coleccionismo animal en el Medievo hispánico », Espacio, tiempo y forma. Serie iii, Historia medieval 13, p. 233-270.

Nicholas, Nick, 1999: « A Conundrum of Cats: Pards and their Relatives in Byzantium », Greek, Roman and Byzantine Studies 40/3, p. 253-298.

Oleson, Tryggvi J., 1950: « Polar Bears in the Middle Ages », Canadian Historical Review 31/1, p. 47-55.

Ortiz de Zúñiga, Diego, 1795: Anales eclesiasticos y seculares de la muy noble y muy Leal Ciudad de Sevilla, I, Madrid, Imprenta real; http://books.google.fr/books?id=ktb6lQTebuwC

Pastoureau, Michel, 2004 : Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Le Seuil (« Librairie du xxie siècle »).

2007 : L’ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Le Seuil (« Librairie du xxie siècle »).

2008 : Les animaux célèbres, Paris, Arléa ; 1re édition, Christine Bonneton, 2001.

Potin, Yann, 2003 : « Saint Louis l’Africain. Histoire d’une mémoire inversée », Afrique et histoire 1, p. 23-74 ; http://www.cairn.info/revue-afrique-et-histoire-2003-1-page-23.htm

Provençal, Philippe, 1995 : « Nouvel essai sur les observations zoologiques de ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī », Arabica 42/3, p. 315-333 ; http://www.jstor.org/stable/4057379

Sadeque, Syedah Fatima, 1956: Baybars I of Egypt, Londres/Dacca, Geoffrey Cumberlege, Oxford University Press.

Sauvaget, Jean, 1950 : « Noms et surnoms mamelouks », Journal asiatique 238, p. 31-58.

Scullard, Howard Hayes, 1974: The Elephant in the Greek and Roman World., Londres, Thames & Hudson (« Aspects of Greek and Roman Life »).

Sénac, Philippe, 2002a : « Les Carolingiens et le califat abbasside (viiie-ixe siècles) », Studia islamica 95, p. 37-56 ; http://www.jstor.org/stable/1596140

2002b : Les Carolingiens et al-Andalous, Paris, Maisonneuve-Larose.

Spinage, Clive Alfred, 1968: The Book of the Giraffe, Boston, Houghton Mifflin Company.

Steiger, Arnold, 1991: Contribucion ala fonetica del Hispano-Arabe de los arabismos en el Ibero-Romanico y el Siciliano, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas (« Bibiloteca de filologiá hispánica », 2).

Sublet, Jacqueline, 1992 : Les trois vies du sultan Baïbars, Paris, Imprimerie nationale.

2004 : « Un héros populaire dans un espace encombré », Arabica 51/1-2, p. 144-161.

Thorau, Peter, 1992: The lion of Egypt: Sultan Baybars I and the Near East in the thirteenth century, trad. P.M. Holt, Londres, Longman.

Toynbee, Jocelyn M.C., 1973: Animals in Roman Life and Art, New York, Cornell University Press.

Trésor de la langue française informatisé, 2002 : Nancy, CNRS-ATILF ; http://atilf.atilf.fr/

Trévoux 1721 : Dictionnaire universel françois et latin, Paris/Trevoux, Delaulne, Foucault et Clousier ;
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50964q

Vaughan, Richard, 1982: « The Arctic in the Middle Ages », Journal of Medieval History 8/4, p. 313-342.

Walter, Henriette et Avenas, Pierre, 2003 : L’étonnante histoire des noms des mammifères : de la musaraigne étrusque à la baleine bleue, Paris, R. Laffont.

Weisheipl, James Athanasius (dir.), 1980: Albertus Magnus and the Sciences. Commemorative Essays, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies (« Studies and texts », 49).

Zorzi Niccolò, 2004 : « Lettori bizantini della “Bibliotheca’’ di Fazio. Marginalia del Marc. Gr. 450 », dans Atti del vi Congresso nazionale dell’Associazione italiana di studi bizantini, Catania - Messina, 2-5 ottobre 2000, a cura di Tiziana Creazzo e Gioacchino Strano = Sicolurum Gymnasium 57, p. 829-844.

Notes

1 L’auteur tient à préciser qu’il a travaillé principalement sur des sources arabes traduites. Le cas échéant, il s’est appuyé sur l’expertise d’arabisants (notamment ses collègues de la section arabe de l’IRHT et de l’Institut français du Proche-Orient) pour vérifier, éclaircir ou préciser certaines traductions, notamment celles du xixe s., qui lui paraissaient douteuses. Les éditions de référence en arabe sont donc citées à titre indicatif. L’auteur tient à remercier chaleureusement pour leurs conseils, traductions ou relectures, ses collègues Cyril Yovitchitch (Ifpo), Mathieu Eychenne (Ifpo), Sébastien Barret (IRHT), Lahcen Daaïf (section arabe IRHT) et enfin et surtout Jacqueline Sublet qui sut lui transmettre l’amour des textes zoologiques arabes et des sources évoquant l’animal en terre d’islam et qui lui signala et traduisit de multiples références.

2 Ce préambule a été publié en ligne, dans une version remaniée, sur Les Carnets de l’Ifpo (Buquet 2011a).

3 Sublet 1992, p. 26

4 « Bay », EI2, vol. i, p. 1144.

5 Sauvaget 1950, notice 65, p. 43.

6 Selon Sauvaget (ibid, notice 29, p. 38), bars peut signifier tigre ou panthère et a pu même être rendu par fahd (guépard) chez Abū Ḥayyan al-Ġarnāṭī.

7 Thorau 1992, note 3, p. 30, citant Ibn Taġrībirdī, (al-Nuǧūm al-ẓāhira fī muluk Miṣr wa-l-Qāhira, Le Caire, 1929-1972, vol. vii, 94). Thorau (ou son traducteur anglais) se trompe quand il traduit fahd par léopard, ajoutant encore de la confusion entre tous ces félins… Sur le guépard, consulter la remarquable notice de F. Viré, « Fahd », EI2, vol. ii, 1977, p. 757-761.

8 Creswell 1926, p. 147-152. L’auteur a une préférence pour la panthère, mais ses arguments convainquent peu. Sur les planches reproduites dans son article, le fauve porte la plupart du temps une crinière aisément discernable.

9 Crac des Chevaliers, tour-porte sud-est, 669/1271. Signalé par Cyril Yovitchitch (Ifpo).

10 L’auteur remercie Cyril Yovitchitch (Ifpo) pour ces précisions. Pour les illustrations, se reporter aux Carnets de l’Ifpo : http://ifpo.hypotheses.org/773 (Buquet 2011a).

11 Pastoureau 2004, p. 56-59.

12 Mayer 1933, p. 9.

13 Maqrīzī, Traité des monnaies musulmanes, trad. Silvestre de Sacy, 1797, p. 45-46.

14 Voir quelques reproductions de ces monnaies, datées entre 1260 et 1270, dans Sublet 1999, p. 96.

15 Gazagnadou 1989.

16 Maqrīzī, Traité des monnaies musulmanes, p. 45-46.

17 Thorau 1992, p. 30, note 3, cite en plus de Maqrīzī, Baybars al-Manṣūrī, Abū Šāma et Ibn Iyās. Sur le lion, « al-Asad », EI2, vol. i, p. 703.

18 Benkheira et al. 2005, p. 25.

19 Ǧāḥiẓ, Kitāb al-Ḥayawān, éd. Hārūn, vol. vi, p. 21-22 ; trad. L. Souami, 1988, p. 91.

20 Maqrīzī, Description historique des quartiers et des monuments de l’Égypte, trad. P. Casanova, 1895-1900, vol. iii, p. 219, note 1. Maqrīzī explique ainsi l’origine du nom de la rue voisine de cette ménagerie Darb al-sibā‘, en citant Ibn Duqmāq.

21 Damīrī, Ḥayāt al-ḥayawān, trad. S. G. Jayakar, 1906, vol. ii/1, p. 25.

22 « Chaque semaine, lorsqu’il était en Égypte, il consacrait deux jours au jeu de polo et un, lorsqu’il se trouvait à Damas », Maqrīzī, Histoire des sultans mamlouks, trad. Quatremère, 1837, vol. v/2, p. 150-151.

23 En 661/1263, Baybars donne au souverain de Homs soixante-dix gazelles, produit de la chasse d’une seule journée (Maqrīzī, Histoire des sultans mamlouks, vol. i/1, p. 190). En 668/1269, Baybars récompense richement ses chasseurs pour la capture de trois cent gazelles et de quinze autruches (ibid., vol. i/2, p. 75).

24 Baybars reçoit du roi de Nubie, en 1275-1276, cinq guépards faisant partie d’un tribut (Holt 1990, p. 9).

25 Maqrīzī, Description historique des quartiers et des monuments de l’Égypte, vol. iii, p. 219-222.

26 Ǧāḥiẓ évoque (Kitāb al-ḥayawān, éd. Hārūn, vol. i, p. 141 ; trad. L. Souami, 1988, p. 61) des gardiens (palefreniers selon le traducteur, sa’īs dans l’édition de Hārūn) prodiguant des soins aux lions (asad), panthères (nimr), guépards (fahd) ou tigres (babr), sans en préciser le lieu ni le contexte. Peut-être pensait-il aux grandes ménageries de Bagdad ?

27 Beshir 1975, p. 22, citant Maqrīzī (ḫiṭaṭ, vol. ii, p. 49).

28 Symon Semeonis, Itinerarium, § 59, p. 82-83. Geraufak est ici une déformation de geraffa ou giraffa, formes courantes à la fin du Moyen Âge en latin ou en italien.

29 Kruk 2008, p. 572, citant al-Saḫāwī.

30 Maqrīzī, Histoire des sultans mamelouks, vol. i/2, p. 106. Quatremère, dans la note 128 à sa traduction, rapporte trois autres témoignages sur cette naissance.

31 Gucci, Viaggio ai luoghi santi, p. 297-299.

32 Mas‘ūdī signale l’existence de girafes domestiquées, comme pour les éléphants (Prairies d’or, trad. Pellat, vol. ii, § 846, p. 322). Léon l’Africain, au début du xvie s. (De l’Afrique, trad. J. Temporal, vol. ii, p. 281), rapporte qu’au Soudan les chasseurs prennent les girafons très jeunes sur les lieux mêmes où ils viennent de naître.

33 En 1275, Baybars reçoit en cadeau d’une délégation étrangère un éléphant et un rhinocéros (Kruk 2008, p. 572, citant al-Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab fī funūn al-adab, vol. xxx, p. 221).

34 ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī (1162-1231) en a vu au Caire et les a décrits (Provençal 1995, p. 319-320).

35 Anselme Adorno (Itinéraire, p. 192-193), se plaint, en 1470-1471, de n’avoir pas pu voir au Caire les éléphants qui venaient de mourir. Sur la rareté des éléphants et leur mortalité dans les ménageries égyptiennes, voir Meinecke-Berg 2000, p. 335.

36 Plusieurs exemples chez Cuoq 1975, p. 220, 348, 352, 354.

37 « Bakt », EI2, vol. i p. 996 ; Beshir 1975 ; Halm 1998.

38 Mas‘ūdī (Prairies d’or, vol. ii, § 881-882, p. 333), donne le chiffre de 365 esclaves et précise qu’il est « basé, si je ne trompe, sur celui des jours de l’année ».

39 Voir la définition de Maqrīzī : « On appele baqṭ la quantité d’esclaves que les Nubiens devaient amener chaque année, comme tribut, en Égypte ». Maqrīzī précise que le baqṭ fut pour la première fois institué vers l’an 20 ou 21 de l’hégire (641-642), après la conquête de l’Égypte (Description topographique et historique de l’Égypte, trad. U. Bouriant, 1906, fasc. 1, p. 580).

40 Maqrīzī (Description topographique et historique de l’Égypte, fasc. 1, p. 585) cite à ce propos le Livre des conquêtes d’al-Balāḏurī.

41 Beshir 1975, p. 17, citant l’Histoire des Fatimides.

42 Ibid., p. 16, citant al-Musabbiḥi, Aḫbār Miṣr (Madrid, Escurial, ms. 534/2, fol. 151v).

43 On trouve cette promesse dans le serment du couronnement de Sakandah (Holt 1990, p. 9 ; Maqrīzī, Description topographique et historique de l’Égypte, fasc. 1, p. 586).

44 Pellat 1954, p. 160.

45 Certains auteurs contestent le fait qu’il puisse s’agir d’un ours polaire (Giese 2008, p. 143, note 92) ; pourtant ces ours étaient importés depuis les colonies scandinaves du Groenland depuis longtemps ; de plus, le roi de Norvège Haakon en offrit plusieurs spécimens aux cours anglaises, françaises et italiennes au xiiie s. (Pastoureau 2007, p. 84 et 200 ; Oleson 1950 ; Vaughan 1982, p. 330-331).

46 Ce fait est parfois contesté, et certains auteurs pensent que le destinataire fut le sultan d’Égypte al-Kāmil (Giese 2008, p. 143, note 93). Il existe pourtant une source arabe précisant que l’ours blanc fut offert à al-Ašraf, frère et allié d’al-Kāmil, le 20 septembre 1234 (al-‘Aynī, ‘Iqd al-ğumān fī ta’rīḫ ahl al-zamān, extrait éd. et trad. dans Recueil des historiens des croisades. Historiens orientaux, vol. ii, 1re partie, p. 196).

47 Lombard 1969, p. 584, citant Ibn Sa‘īd et Ibn Abī l-Fidā’.

48 « Hiba », EI2, vol. iii, p. 353-362, sp. 356-358 pour les cadeaux d’éléphants et de girafes. Hiba, le cadeau, le don, a pour synonyme haddiya, terme plus souvent utilisé pour désigner l’échange de présents entre souverains.

49 Mas‘ūdī, Les Prairies d’or, vol. ii, § 845-846, p. 321-322.

50 Drocourt 2004.

51 Nicholas 1999.

52 Voir, par exemple, au xiie s., le témoignage d’un proche de la cour de Saladin, Usāma Ibn Munqīḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 403-405. Sur les chasses princières en Syrie à la même époque : Eddé 1999, p. 227-229. Sur la chasse au guépard : F. Viré, « Fahd », EI2, vol. ii, 1977, p. 757-761.

53 Faits relatés dans la Crónica de Alfonso x. Selon l’éditeur du texte (p. 28, note 29), la date de mai 1261, souvent attribuée à cet événement, n’est pas certaine : l’événement a pu se dérouler entre septembre 1260 et mai 1265. Aucune source arabe à notre connaissance n’évoque cette ambassade, Thorau (1992) ne la mentionne pas dans les différents chapitres qu’il consacre à la diplomatie de Baybars.

54 Crónica de Alfonso x, p. 28. L’éditeur du texte, M. Gonzáles Jiménez, évoque les différentes hypothèses pouvant expliquer l’objet de cette ambassade : volonté de Baybars de créer des alliances contre les Mongols d’Hūlagū, possibilité de mariage avec l’infante Béatrice ou désir d’Alphonse le Sage d’entrer en relation avec un célèbre astrologue égyptien.

55 Du nom du marchand al-Bunqduqdār qui acheta Baybars comme esclave puis le revendit (Sublet 2004, p. 145).

56 Les auteurs médiévaux écrivant en latin ou en ancien français ont transformé Bunduqdārī en Bongobar, Bondodar, Bendodar, etc. Il s’agit de la dénomination la plus courante de Baybars dans les sources occidentales (Thorau 1992, p. 30 : seul Guillaume de Tripoli l’appelle Baybars ou Bibars).

57 Voir plus loin notre étude détaillée sur le nom de l’éléphant.

58 L’éditeur corrige buiada en vuiada « vif, rapide ». Mais buiada, dans ce contexte, ne pourrait-il pas signifier « rayé » ?

59 Crónica de Alfonso x, p. 28, pour le texte espagnol.

60 Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I, Cantiga 29. Les trois autres manuscrits conservés (Madrid, Bibl. de l’Escorial, JB2 ; Florence, Bibl. Nazionale centrale, BR 20 et Madrid, Bibl. nat., TO, incomplets, ne contiennent pas cette miniature. Les quatre manuscrits datent d’environ 1270.

61 Keller (1972) précise que tous les animaux représentés dans les Cantigas le sont toujours avec une grande précision anatomique et beaucoup de naturel, loin du symbolisme des bestiaires médiévaux. Ces manuscrits constituent une sorte d’encyclopédie picturale du monde animal, où l’on reconnaît des dizaines d’espèces domestiques et sauvages.

62 Pour l’histoire de la girafe dans les ménageries médiévales : Buquet 2008 et 2011b. Les monographies de Spinage (1968) et de Laufer (1928) sont particulièrement faibles pour le Moyen Âge. Pour l’histoire de la girafe dans le monde arabe : Kruk 2008. Concernant le zèbre, Marcel Cohen (1955 et 1956) parle peu de la période médiévale.

63 Albert d’Aix, Historia Hierosolymitanae expeditionis (ca 1110), lib. vii, cap. 67, éd. S. B. Edgington, 2007, p. 578-579 « …equum, qui lingua Sarracenica gazela appellatur » (à propos d’un cheval si rapide qu’il avait été nommé Gazelle) ; Ambroise, L’Estoire de la Guerre sainte (écrit vers 1194-1199), v. 10548, « Cerf ne bise, daim ne gacele… » .

64 Albert le Grand, De animalibus, lib. xxii, tract. 2, cap. 1, § 33 (damma), vol. ii, p. 1375 : Haec bestia Arabice vocatur algazel…

65 Ibn Abī l-Faḍā’il, Histoire des sultans mamelouks, trad. E. Blochet, 1982, p. 453 [111], note 4.

66 Il sera à nouveau question de cette ambassade plus loin dans cet article.

67 Kazimirski 1860, vol. ii, p. 162 et 283.

68 Cohen 1956, p. 330, addition 1.

69 Maqrīzī, Histoire des sultans mamlouks, trad. Quatremère, vol. ii, p. 49.

70 Sublet 1992, p. 131.

71 Maqrīzī, Histoire des sultans mamelouks, vol. ii, p. 127.

72 Cohen 1956, addition 1, p. 330, citant le al Ta‘rīf bi-l-muṣṭalaḥ al-šarīf d’Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī.

73 Corominas 1954, « Cebra », vol. I, p. 744-745.

74 Alphonse le Sage, Las siete partidas, Tercera Partida, 28, loi 22, p. 718. L’éditeur donne la forme encebras dans l’édition et en note les variantes cebras et acebras, trouvées dans les autres témoins manuscrits. Voir aussi Morales Muñiz 2000, p. 262.

75 Cohen 1956 et 1955.

76 Les supposées origines congolaise, swahili ou abyssine du mot zèbre sont évoquées pour mémoire par Walter et Avenas 2003, p. 168 et notes 214-216, p. 447 ; voir aussi Cohen 1955.

77 Cohen 1955, retrace l’histoire de la connaissance du zèbre chez les auteurs des xvie et xviie s.

78 Aldrovandi, De quadrupedibus solidipedibus, p. 416-417.

79 Gadrat 2005, p. 157.

80 Il pourrait s’agir d’un sultan égyptien, car on nomme encore à cette époque la ville du Caire « Babylone », que l’on confond parfois avec l’antique capitale mésopotamienne, donc avec Bagdad. Le sultan d’Égypte offre à la même époque une girafe à Laurent de Médicis à Florence (Joost-Gaugier 1987).

81 Pontano, De magnificentia liber, 19.

82 Toynbee 1973, p. 167. Sources : Dion Cassius (m. 235 ap. J.-C.), Histoire romaine, 76, 14, 3 et 77, 6, 2 ; Timothée de Gaza (vie s.), Peri Zôon, 10, p. 25. Philostorge (vers 368-439) dans son Histoire ecclésiastique (livre iii, chap. 11, p. 452), décrit parfaitement le zèbre et ses rayures, mais le nomme onos agrios, « âne sauvage ».

83 Cohen 1955, p. 177-178.

84 Mas‘ūdī, Prairies d’or, vol. ii, § 860, p. 326 : « …les anciens rois faisaient grand cas de leurs services, les achetaient, les entraînaient à la guerre et en faisaient un ornement pour leurs cérémonies, parce que, de toutes les montures des monarques, ils ont l’allure la plus régulière et la plus douce ».

85 Sénac 2002a, p. 39-40, 42 et 53-54.

86 Eddé 2008, p. 285 et note 221 p. 633 ; Brand 1962, p. 170-172. Ces cadeaux furent envoyés en deux ambassades en 1187 et 1188. La source est occidentale : une lettre anonyme en latin éditée dans les MGH SS xvii, p. 512. Voir Brand 1962, p. 168, note 2 et Appendix p. 181. Au Moyen Âge, le mot leopardus (ou leopardos) peut désigner la panthère (aujourd’hui synonyme de léopard) ou le guépard, qui n’a pas de nom spécifique en Europe jusqu’au xviiie s., époque où apparaît ce zoonyme sous la plume de Buffon. L’animal porte-musc, qui serait un cerf selon Brand, est désigné comme bestiolam quae fert muscum : il doit s’agir plutôt d’un animal de petite taille (bestiola), peut-être une civette, bien connue dans le monde arabe (qaṭṭ al-zabād).

87 Brand 1962, p. 170-172.

88 Psellos, Orationes panegyricae, Orat. 4, p. 62.

89 Drocourt 2004, p. 84, et note 97 : chez Florus (iie s. ap. J.-C.) l’éléphant est l’archétype du présent diplomatique offert aux Romains par les Indiens.

90 Selon l’Histoire des patriarches d’Alexandrie, al-Kāmil fit apporter à Acre, où séjournait l’empereur, un éléphant que le souverain du Yémen et du Ḥiğaz avait envoyé au Égypte avec plusieurs autres ; le seul resté en vie fut envoyé à Frédéric ii (cité par E. Blochet dans Maqrīzī, Histoire d’Égypte, éd. Edgar Blochet, 1902, p. 519, note 1).

91 Cet éléphant est très bien documenté dans les sources occidentales (Giese 2008, p. 147-148).

92 Salimbene, Cronica, p. 94. Le texte rapproche l’éléphant de Frédéric ii de ceux des armées d’Alexandre le Grand et de celles d’Antiochos, ces dernières citées dans la Bible (Livre des Maccabées).

93 Frédéric ii fait défiler son éléphant dans un triomphe à l’antique, où le pachyderme traîne les insignes des armées milanaises vaincues ; une lettre de Pierre de la Vigne, proche de l’empereur, décrit ce triomphe, en faisant à plusieurs reprises un parallèle entre César et Frédéric (Huillard-Bréholles, 1849-1861, v, 1, p. 137-139). Voir également Hutchinson 2007, p. 107.

94 Scullard 1974.

95 Joinville, Histoire de Saint Louis, § 255.

96 Potin 2003, p. 30 ; Sénac 2002b, p. 113-114.

97 Pastoureau 2008, p. 151-161.

98 Cambridge, Parker Library, Ms. 16, fol. 4.

99 Walter & Avénas 2003, p. 142 ; Lammens 1890, p. 157-158 ; Eguilaz 1886, p. 444-445.

100 Corominas 1984, iii, p. 849.

101 « Almafil », Du Cange, Glossarium, t. 1, col. 189c.

102 Le mot est cité dans le dictionnaire de Furetière (1685, p. 176) et dans le Trévoux (1721, vol. iii, lettre M, p. 186) : « Nom que les marchands en gros donnent à l’ivoire… ils l’ont pris de l’espagnol, où il signifie la même chose… ». Voir aussi « morfil », Trésor de la langue française informatisé 2002.

103 Alphonse le Sage, Libros de acedrex, 340.18, p. 342. Le mot arabe ruḫ, qui désigne cette pièce du jeu équivalente à la Tour du jeu moderne, a été plutôt identifié à un chariot dans l’Espagne médiévale ou à un groupe de cavaliers chevauchant ensemble. Le roc sur le jeu d’Alphonse le Sage a une forme de carré surmonté de deux protubérances incurvées. (Kruk 2001, p. 291).

104 Juan Manuel, Libro del cavallero et del escudero, p. 88, l. 46. Corominas 1984, vol. iii, p. 849, donne une dizaine de sources où l’éléphant est désigné sous la forme marfil du xiiie au xve s.

105 Druce 1919.

106 Le mot apparaît une vingtaine de fois dans la Gran conquista de ultramar (xiiie s.) et peut aussi désigner l’ivoire.

107 Gran conquista de Ultramar, cap. 6, p. 4.

108 Delort 1990. L’ouvrage d’Hutchinson (2007), peu scientifique, est à utiliser avec précaution.

109 Gatier 1996.

110 Kruk 2008, sp. p. 570-580: « A choice gift for rulers ».

111 Psellos, Orationes Panegerycae, lib. I, § 278-289, p. 13-14.

112 Kruk 2008, p. 578, donnant pour référence Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab fī funūn al-adab, vol. xxx, p. 56.

113 Thorau 1999 p. 122 ; Sadeque 1956, p. 112-113.

114 Georges Pachymérès, Relations historiques, p. 236-238.

115 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Sīrat al-Malik al al-Ẓāhir, traductions de Sublet 1992, p. 94-95 et de Sadeque 1956, p. 113.

116 Sur les différentes ambassades envoyées par Baybars à Berke, voir Thorau 1992, Appendix 2, p. 259-260.

117 Sublet 1992, p. 101-102, citant Nuwayrī.

118 Berke interroge les émissaires de Baybars sur l’Égypte, pose des questions sur les éléphants et les girafes (Sublet 1999, p. 104, citant Nuwayrī, Nihāyat al-‘arab fī funūn al-adab).

119 Sublet 1992, p. 97-98, citant al-Ẓāhir.

120 Sur l’histoire de la girafe dans l’Antiquité, voir Gatier 1996 ; sur la problématique de son nom, voir Buquet 2006. Sur l’origine des noms d’animaux exotiques en grec ancien, notamment les noms composés de deux zoonymes, voir Bodson 2005.

121 Les descriptions de la girafe par les auteurs antiques grecs Strabon, Héliodore, Diodore de Sicile et Oppien sont connues à Byzance et notamment lues par l’érudit Photius qui en a laissé des notes de lecture dans sa Bibliothèque. Voir Gatier 1996 et Buquet 2006 et 2008.

122 Timothée de Gaza, On animals, Peri Zôon, p. 83.

123 Drocourt 2004, p. 86.

124 Un érudit byzantin du xiiie s., Théodore Scutariote, a noté, dans les marges d’un manuscrit du xe s. de Photius, qu’il a vu une girafe, et la nomme « zoraphis », sans aucun doute d’après l’arabe : « J’ai vu un tel animal (kamelopardalis), envoyé à notre empereur par celui qui règne à Alexandrie, que le barbare qui l’a amené appelle “zoraphis” » (Zorzi 2004, p. 838).

125 Buquet 2008, p. 49-51.

126 Ibid. 2008, p. 57.

127 D’après Ibn Abī Dīnār, Al-mu’nis fi aḫbāri Ifrīqiyya wa-Tunis (éd. Tunis, 1967), cité par Cuoq 1975, p. 352, note 1.

128 Moralès Muñiz 2000, p. 263.

129 Ortiz de Zúñiga, 1795, I, p. 234. Mais cet auteur ne cite pas ses sources ; ainsi toute cette histoire reste très douteuse.

130 Gonzáles Jiménez 2004, p. 152-153.

131 Voir note 104.

132 Libros de Acedrex, dados y tablas, p. 340-342.

133 Juan Manuel, El libro del cavallero et des escudero, p. 88, l. 34.

134 Corominas 1984, p. 521.

135 Bloch & Wartburg 1966, p. 207; Steiger, p. 146.

136 La girafe arrivée à Cordoue au xe s. ne semble pas avoir laissé de traces dans les sources espagnoles.

137 Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana, livre iii, chap. 49, § 2, p. 778.

138 Jacques de Vitry, Histoire orientale, chap. 88, p. 263.

139 Meinecke-Berg 2000 ; Ettinghausen 1956, p. 265-266. Les girafes envoyées par Baybars à Berke sont elles aussi recouvertes de pièces de tissus richement décorées, voir plus haut note 112.

140 Meinecke-Berg 2000, p. 335.

141 Kazimirski, vol. I, p. 1010.

142 Buquet 2006, p. 16-17.

143 Gabrielli 1956, p. 224.

144 Sadeque 1956, p. 144-145.

145 Cette date est un ante quem défini par la date de la fin de la première rédaction de l’encyclopédie de Thomas de Cantimpré, le Liber de natura rerum (Buquet 2011b, p. 71).

146 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, livre iv, § 83, p. 156.

147 Albert le Grand, De animalibus, vol. ii, livre xxii, traité 2, chap. 1, § 87, p. 1417. Traduction anglaise : Albert le Grand, On Animals, p. 1527-1528.

148 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, livre xix, chap. 9.

149 Ce passage entre la forme arabe et sa latinisation est étudié par Boltz 1969, p. 8-10.

150 Cyriaque d’Ancône, Lettre à Marianus, p. 285.

151 Zorzi 2004, p. 838 (voir note 124).

152 Boltz 1969, p. 9.

153 Albert le Grand, De animalibus, vol. ii, livre xxii, traité 2, chap. 1, § 87, p. 1417.

154 Ibid., livre xii, traité 3, chap. 7, p. 889 ; livre xiv, traité 2, chap. 1, p. 963 et livre xxii, traité 2, chap. 1, § 5, p. 1357. Pour cette dernière référence, Albert précise la notice de Thomas sur l’anabulla (girafe), en améliorant sa description. Il rajoute qu’elle possède un long cou et que ses membres sont dissymétriques. En outre, il identifie cet animal à celui offert à l’empereur Frédéric ii.

155 Weisheipl 1980, p. 36-39.

156 Dans le Couronnement de Renart, datable entre 1263 et 1289, on trouve « orafle » dans une liste d’animaux empruntée aux encyclopédies du xiiie s. (v. 1794-1795, voir le Roman de Renart, p. 872).

157 Joinville, Histoire de saint Louis, § 457.

158 Boltz 1969, article de base sur le sujet, déjà ancien, à utiliser avec précaution, et qu’il faudrait compléter.

159 Detto del gatto lupesco, vers 132, p. 502-503. Manuscrit unique de la deuxième moitié du xiiie s., Florence, Biblioteca Nazionale, ii.iv.111 (ancien Magl xxxV. 268), folio I.

160 Ristòro d’Arezzo, La composizione del Mondo, livre i, chap. 20, § 14, p. 1000-1001.

161 Rustico Fillipi, Les sonnets comiques et courtois, p. 47 et note p. 64. Manuscrit unique, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3793 (fin du xiiie s.).

162 Marco Polo, Le devisement du monde, 185.57, 186.18 et 187.86.

163 Boltz 1969 ; Marco Polo, Le Devisement du monde, « Introduction », p. lxx.

164 Paris, BnF, fr. 1374.

165 Venjance nostre Seigneur, strophe 86, vers 1885-1891, p. 88.

166 Lane 1863, vol. iii, p. 1226 ; Kazimirski 1860, vol. i, p. 986.

167 Buquet 2008, p. 59.

168 Joost-Gaugier 1987 ; Donati 1938.

169 Buquet 2008.

170 Kruk (2008) fait un parallèle intéressant entre l’arrivée des girafes en Europe au début du xixe s. et les traditions arabes anciennes autour de la girafe.

Table des illustrations

Titre Cantigas de Santa Maria, Cantiga 29
Légende © Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5728/img-1.png
Fichier image/png, 665k

Auteur

Ifpo, Damas

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540