Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

La cigogne : ses noms, ses visages, ses voyages

Catherine Mayeur-Jaouen

Texte intégral

L’oiseau qui claque. Nom et surnoms

  • 1 Au sein du genre Ciconia sont regroupées sept espèces : Ciconia abdimii (Lichtenstein, 1823) — Cigo (...)
  • 2 Mentionnons l’illustration célèbre, souvent reproduite, d’un manuscrit de l’Institut d’études orien (...)

1Tout le monde sait à quoi ressemble une cigogne blanche (ciconia ciconia) : un plumage blanc et des rémiges noires, des pattes rouge vif et un long bec rouge, un dandinement cocasse et peu gracieux — comme tous les échassiers — mais un vol long et majestueux1. Tout le monde sait aussi que la cigogne fait volontiers son nid sur le haut de bâtiments construits par l’homme. Tout le monde enfin connaît le claquement caractéristique de son bec qui lui sert de salutation. Et puis la cigogne est un oiseau migrateur que les manuscrits persans illustrant le Langage des oiseaux (Manṭiq al-Ṭayr) de ‘Aṭṭār ont traditionnellement retenu parmi les trente oiseaux qui arrivent finalement au Simorgh. Et le marchand d’Ispahan accroché fermement aux pattes d’une immense cigogne blanche, représenté sur un manuscrit du xive siècle des ‘Aǧā’ib al-Maḫlūqāt de Qazwīnī, n’accomplit-il pas le rêve de tous ceux qui, à l’époque où les voyages étaient difficiles et dangereux, ont rêvé de partir2 ?

  • 3 Kazimirski s.d., vol. ii, p. 1016.
  • 4 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, Beyrouth, Dār iḥyā’ al-turāṯ al-‘arabī, s.d. (réimp. de l’édition de 1353 (...)
  • 5 Woodhead et Beene 1967, vol. ii, p. 426.

2C’est autour de ces traits dominants que les langues et cultures des pays du Moyen-Orient ont construit leur image de la cigogne, selon un processus d’observation zoologique mis en mots, au point de fournir à la cigogne son nom. Les langues orientales ont retenu à la fois le bruit des ailes de la cigogne à son envol et le claquement de bec où l’oiseau, renversant son cou en arrière et pointant son long bec vers le ciel, produit un bruit impressionnant. C’est ainsi que l’onomatopée laqlaq, en arabe, sert à désigner l’oiseau lui-même, tandis que laqlāq désigne le claquement proprement dit. L’arabe littéraire connaît le verbe laqlaqa, « produire un claquement » ou « agiter quelque chose de manière qu’on en entende le bruit » ; le nom d’action laqlaqa désigne « le bruit que fait entendre la cigogne lorsqu’elle s’envole3 ». Pour Ibn Manẓūr dans le Lisān al-‘arab, comme pour Damīrī (m. 1405) qui reprend des auteurs plus anciens comme al-Ǧawharī, le qāf indique bien une origine persane du nom (wa-huwa ism a‘ǧamī) comme de l’oiseau lui-même — dont le nom pourrait aussi se prononcer al-luġlaġ, à la persane4. Un dictionnaire d’arabe irakien évoque la prononciation laglag, tandis que le mot laklak existe bien en irakien, mais pour dire le fait d’éclabousser5.

  • 6 Murtaḍā al-Zabīdī, Tāǧ al-‘Arūs, Beyrouth, Manšūrāt dār maktabat al-ḥayāt, s.d., vol. vii, p. 62-63 (...)
  • 7 Schimmel 1997, p. 147.
  • 8 Tous deux divergent dans leurs interprétations : tandis que l’ingénieur (Aḥmad Mazhar) interprète s (...)

3Par un chiasme intéressant, le persan a compris les choses différemment et voit dans la cigogne un oiseau au nom arabe. Il s’est attaché au cri de la cigogne jeté au ciel et a transcrit laklak afin de donner au terme arabe — ou plus exactement au terme compris par les Persans comme étant de l’arabe — un sens religieux islamique. Le turc, influencé par le persan, a retenu le leylek, comme l’albanais lejlek. Le kurde oscille entre le legleg et le leklek, mot perçu, là aussi, comme d’origine arabe. La cigogne, même en milieu persanophone ou turcophone, est donc si musulmane et si pieuse qu’elle parle arabe, du moins à en croire ce que disent poètes persans et turcs. Arabisation faite après coup ? Pour le lexicographe érudit Murtaḍā al-Zabīdī (m. 1791) qui parlait aussi bien persan, turc et arabe, la cigogne était bien un oiseau persan (ṭā’ir a‘ǧamī) nommé laqlaq, mais arabisé (mu‘arrab laklak)6. Si le persan a corrigé l’orthographe arabe pour transformer le qāf en kāf, c’est pour donner un sens à l’onomatopée : laklak, littéralement « à Toi, à Toi » serait le cri adressé par la cigogne au Créateur, avec une réminiscence de l’invocation du pèlerin arrivant à La Mecque, labbayk. Le cri de la cigogne signifierait, selon des poètes religieux, au moins depuis Ṣanā’ī (m. 1131), une louange continue de Dieu. La cigogne appelle : al-mulk lak, al-‘izz lak, al-ḥamd lak (À toi la puissance, à toi la gloire, à toi la louange)7. La culture arabe n’ignore pas tout à fait cette pieuse interprétation : en 1959, dans le célèbre film égyptien L’appel du karawān, inspiré d’un roman célèbre de Ṭahā Ḥusayn, c’est au karawān (le courlis) que l’héroïne et le héros prêtent les mots que les cultures persane et turque mettent, pour leur part, dans le bec de la cigogne8.

  • 9 Bauer 1926, p. 10, 54.
  • 10 Feghali 1935, p. 166, n. 1. Voir Denizeau 1960, p. 478-479.
  • 11 Hinds et Badawi 1986, p. 797. De façon étrange, Hinds et Badawi ne mentionnent pas le sens « cigogn (...)
  • 12 Jaussen 1908 (rééd. 1948).
  • 13 Cantineau 1934 ; Dalman, 1928-1929, vol. i, p. 14, 39 ; Denizeau 1960, p. 246.
  • 14 Elihai 1985 (1re éd. 1973), p. 86-87.

4Le nom laqlaq ou laklak est fort parlant, il est aussi polysémique et renvoie à d’autres réminiscences. Des mots aux consonances voisines permettent d’attester, en arabe comme en persan, l’ambivalence de la cigogne, pieuse mais bruyante, digne mais un peu ridicule, causante mais médisante, haute sur pattes mais hésitante : en persan, on trouve soit lakkāte, « la mégère » qui parle bruyamment, soit laqlaqu — « tremblant, qui vacille » — se référant à la démarche hésitante et circonspecte de l’oiseau. Dans les dialectes de Syrie, Liban et Palestine, la racine laqq renvoie à la fois à l’idée de lapper, au balancement, à l’oscillation de ce qui n’est pas solide ; laqlaq est bien la cigogne9, mais laqlāq est un hâbleur et laqlūq est sale, dégoûtant10. En Égypte, le laqlaq est l’instabilité, le fait d’hésiter ou encore d’agiter quelque chose de façon répétée ; le laqqāq parle trop, de même que le lakkāk, tandis que le laqlāq est un bonimenteur, comme en Syrie. Quant au laklik, c’est bâcler quelque chose sans soin aucun, sens que l’on retrouve en arabe égyptien, également avec le sens de copuler11. Racine ambiguë : c’est sans doute pourquoi on préfère dans les dialectes du Bilād al-Šām appeler la cigogne d’un nom joyeusement propitiatoire Abū Sa‘d (pl. Ummāhāt Abū Sa‘d). Ce surnom est attesté chez les Bédouins de Jordanie du début du xxe siècle qui, d’après Jaussen, la surnomment : « Abū Sa‘d », « le Bienheureux » ou le Porte-Bonheur12, attesté également en Palestine d’après Gustav Dalman (1928), puis à Palmyre d’après Cantineau (1934), finalement par Denizeau dans son dictionnaire récapitulatif de 196013 et par Yohanan Elihai pour l’arabe parlé palestinien — signalant toutefois que « le mot onomatopique laqlaq est aussi connu14 ».

  • 15 Schimmel 1997, p. 146.
  • 16 Lazard 1990, p. 366.
  • 17 Souei 1979, p. 1.

5En Irak et en Iran, certains surnoms illustrent la légendaire piété de la cigogne : en Irak, on la décrit volontiers, en l’anthropomorphisant comme Ḥāǧǧī Bābā (le Vieux Pèlerin)15, tandis que le persan utilise parfois Ḥāǧǧī Laklak, pour désigner la « cigogne pèlerine » (qui a fait le ḥaǧǧ)16. Le kurde parle aussi de Hecî Leklek. « La sympathie qu’inspirent sa taille et sa sociabilité » lui ont valu en Tunisie le nom de Ḥāǧǧ Qāsim17. Cigogne pèlerine, donc, qui se rend à La Mecque ou en revient.

  • 18 Benkheira, Mayeur-Jaouen et Sublet 2005, p. 74. Le surnom est repris dans Kazimirski s.d., vol. i, (...)
  • 19 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, vol. ii, p. 319.

6D’autres surnoms mettent l’accent sur sa démarche, comme dans le Kitāb al-Muraṣṣa‘ de Maǧd al-Dīn Ibn al-Aṯīr. Ce recueil des surnoms d’animaux (en arabe) du xive siècle, étudié par Jacqueline Sublet, propose un seul surnom pour la cigogne, celui d’Abū Hudayǧ : ce diminutif est formé sur une racine dont la troisième forme donne, au participe actif, hādiǧ « qui marche doucement, à son aise, sans se presser18 ». Et Ibn al-Aṯīr de préciser que « les Iraqiens l’appellent ainsi » : c’était en tout cas le cas au xive siècle. Damīrī reprend d’ailleurs ce surnom dans sa notice sur laqlaq19.

  • 20 Pour la petite enquête qui suit, je remercie Hocine Benkheira, Moukhaina Chaïbrassou et M’hamed Oua (...)
  • 21 Beaussier 1931, p. 72.
  • 22 Buffon 1780, t. xxii, vol. vii, p. 253.

7La cigogne reçoit d’autres noms ou surnoms dans les dialectes algérien et tunisien, comme bellāredj et bou loudja20. Le bou loudja tunisien peut être compris comme bū l-‘ūǧa, « qui marche malaisément quand il est debout ». On parle aussi de bū šafšāf dans la région de Tlemcen, on utilise les surnoms Ḥāǧǧ Qāsim, Bū Laqlaq ou Bū Šaqšaq en Tunisie, mais c’est bien bellāredj le mot fondamental qu’utilisent les dialectes maghrébins et que propose le dictionnaire d’arabe maghrébin de Beaussier (1931), pour traduire cigogne21. Bellāredj est employé non seulement par les arabophones, mais aussi par les berbérophones dans les Aurès et l’Est algérien, comme dans une partie du Maroc. Bien qu’il n’ait pas de sens particulier en arabe algérien, les locuteurs arabophones le perçoivent comme un mot d’origine arabe (à cause du bel qui rappelle ben, « fils de »). C’est aussi dans cette veine faussement étymologique que le présentait déjà Buffon dans son Histoire naturelle des oiseaux : « en barbaresque, bel-arje22 ». Et de chercher des rapprochements : par exemple, dans le dialecte arabe marocain, le bi-llerj appelle une certaine homophonie avec ‘rj, « chercher pour attraper ou saisir ». Le terme bellāredj renvoie aussi, chez les locuteurs maghrébins, à la célèbre chanson « Yā Bellāredj », qui a été chantée par beaucoup de grands chanteurs algériens, dont Fadila Dziriyya en 1961, René Perez et Enrico Macias. Le refrain est célèbre :

Yā bellāredj, yā ṭawīl el-gayma, yallī sāken ben el-ġoroff lethnēn, mā tera‘āšī fī bḥīret Lallā mūlet el-ḫolḫāl bū-ratlēn.

  • 23 Sur YouTube où l’on trouve désormais toutes ces interprétations, les internautes discutent ou réfut (...)

Ô cigogne de grande taille Qui habite entre les deux chambres, Ne te nourris pas dans la mare de ma bien-aimée Qui porte des anneaux de chevilles pesants de deux livres23.

  • 24 Dallet 1982, p. 25.
  • 25 Dray 1998. Plus au sud, dans le dialecte arabe tchadien par exemple, on trouve des mots d’origine a (...)

8Mot arabe, bellāredj ? Pour les berbérophones, c’est évidemment un mot d’origine berbère ! Dans le parler kabyle des At Mangellat, en Algérie, on en trouve une forme berbérisée ibellirej, pl. ibellirjen avec un féminin typiquement berbère tibellirejt (cigogne femelle ou cigogneau)24. Chez les Ntifa du Haut-Atlas marocain, pourtant, le mot pour dire cigogne est aswo, sans plus de rapport avec le laklak ou le bellāredj25.

9Donnons le fin mot de cette énigme étymologique : ni arabe, ni berbère, le mot bellāredj vient du grec pelargos qui veut dire effectivement « cigogne ». Mais peu importe : l’appropriation du mot par les uns et les autres en dit sans doute long sur la popularité de l’oiseau ainsi nommé.

Géographie de la cigogne : du Maroc à l’Iran, l’oiseau printanier

  • 26 Étienne et Carruette 2002.

10Noms et surnoms de la cigogne sont issus d’un paysage imaginaire, comme ils contribuent à leur tour à le façonner, mais naissent aussi d’une attentive volonté de tenir compte de l’animal tel qu’il est. L’imaginaire développé autour de la cigogne, oiseau migrateur par excellence, a ainsi une forte coloration géographique. Rappelons d’abord que la cigogne est un oiseau migrateur africain qui vient se reproduire en Europe, au Maghreb ou au Proche-Orient en empruntant deux tracés principaux : l’un contourne la Méditerranée par l’Est pour atteindre les zones de nidification se situant dans les pays orientaux ; l’autre itinéraire passe au-dessus du détroit de Gibraltar et en Espagne pour atteindre l’Europe occidentale (la France, l’Allemagne). Les cigognes orientales sont de loin les plus nombreuses : elles passent l’hiver en Afrique orientale et en Afrique du sud, et reviennent au printemps en franchissant le Bosphore qu’elles repassent en sens inverse au début de l’automne. Les cigognes occidentales — celles du Maghreb, de l’Espagne, de l’Alsace — reviennent du Sahel (Niger, Nigéria, Sénégal, République centre-africaine) par le détroit de Gibraltar26.

  • 27 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, vol. ii, p. 319.
  • 28 Sur la cigogne tunisienne, voir Souei 1979, p. 7, 39, Lauthe 1970, p. 283-295. Voir également Gauth (...)

11On rencontre les cigognes dans certaines zones de l’aire moyen-orientale, mais non dans toutes. Le milieu privilégié de la cigogne — terrains humides, prairies, vallées fluviales avec des bosquets d’arbres où elle trouve les vers et les grenouilles qui la nourrissent (à défaut, elle se contente en réalité d’insectes), et surtout l’eau qui l’abreuve — ce milieu ne la destinait pas aux déserts ou aux steppes arabes : on la trouve donc dans les fonds de vallées marocaines, sur la frange méditerranéenne et côtière du Maghreb, au bord des lacs tunisiens, sur la côte égéenne, dans les marais irakiens, dans certaines parties de l’Égypte et dans les montagnes du Kurdistan, d’Azerbaïdjan ou d’Arménie. La cigogne est plus orientale, en général, qu’occidentale. Il est significatif qu’il s’agisse, pour Damīrī (m. 1405) comme pour ses devanciers, d’un oiseau « persan » (ṭā’ir a‘ǧamī)27. En Afrique du Nord, elle est beaucoup plus représentée au Maroc que dans les autres pays du Maghreb : en 1935, sur un nombre global de 30 400 nids, il y avait 24 000 nids au Maroc, 8 800 nids en Algérie, seulement 249 nids en Tunisie — à une époque, pour donner un ordre de grandeur, où l’Alsace ne comptait plus que 150 nids environ28.

  • 29 Voir Feliks 1962, p. 85 et Feliks 2007, vol. xix, p. 238, 1re éd., vol. xv, p. 416. La notice de la (...)
  • 30 Sur Isidore de Séville, voir Voisenet 1994, p. 17.
  • 31 Goldenberg 2000, p. 46.
  • 32 Ibid., p. 47.
  • 33 Levy-Provençal 1918, p. 92.
  • 34 Lauthe 1970, p. 283-295.

12Le retour des cigognes coïncide avec la saison printanière. Dans la Vulgate — la Bible latine — la cigogne apparaît précisément pour annoncer le printemps, en contraste avec le peuple qui se détourne de Dieu et de sa Loi (« Même la cigogne dans les airs connaît le temps de ses migrations », Jérémie 8, 7)29. Au Maroc, en Turquie, en Irak, en Iran ou en Égypte, on les voit partir, on les voit revenir, et on prend soin de dater leurs allées et venues. Cette observation attentive n’était pas forcément chère aux auteurs antiques ou du Haut Moyen Âge européen. Comme l’observe à juste titre Jacques Voisenet, si Isidore de Séville (vers 570-636) dans ses Étymologies, relève les rassemblements en colonnes des cigognes pour se rendre en Asie, « il oublie d’indiquer qu’elles traversaient périodiquement le ciel d’Espagne pour rejoindre la Gaule au début du printemps, et l’Afrique à la fin de l’été. Plongé dans les manuscrits de Pline ou de Solin, il semble ignorer ce qui se passe au dessus de sa tête30 ». La distraction d’Isidore de Séville n’est en général pas partagée par nos auteurs musulmans, pour l’essentiel beaucoup plus attentifs au passage des oiseaux migrateurs qu’ils guettent. C’est encore moins le cas de la culture folklorique : au Maroc, par exemple, « les cigognes semblent ainsi participer au réveil de la nature ; c’est sans doute pour cette raison qu’on les considère comme des oiseaux de bon augure31 ». On tire volontiers des augures de l’état de leurs ailes à leur arrivée : « si les cigognes arrivent avec les ailes sales, la moisson sera bonne », disait-on autrefois au Maroc32. Pour les tribus Djebala de la vallée moyenne de l’Ouarghah, cinq oiseaux correspondent aux cinq premiers mois de l’année solaire : un dicton recueilli en 1918 signale que « quand vient la cigogne, la saison des labours est terminée33 ». Le printemps des cigognes commence tôt : dès janvier-février en Tunisie, par exemple34.

  • 35 Schimmel 1997, p. 146.

13Cette répartition géographique qui privilégie certaines régions du Maghreb et le monde turco-persan, mais pas les régions de l’Arabie, explique sans doute que la tradition littéraire arabe ne s’y soit guère intéressée, comme le note justement Annemarie Schimmel, alors que le folklore lui a fait une large place35. Parfois, la cigogne est un peu confondue avec la grue (kerki), un autre échassier qui fréquente sensiblement les mêmes zones.

  • 36 Goldenberg 2000, p. 47.
  • 37 Ibid., p. 48.
  • 38 Henein 2008.

14On souligne à l’occasion le caractère un peu ridicule de la cigogne, de sa démarche trop solennelle et trop raide, de son bec incommode : des fables antiques connues au Moyen-Orient, jusque dans le folklore kurde, et reprises par La Fontaine dans Le renard et la cigogne ainsi que dans Le loup et la cigogne mettent l’accent sur le handicap que représente ce long bec, pourtant bien utile à l’occasion. La cigogne paraît un personnage plutôt benêt, d’abord trompé par le renard — avant de prendre une juste vengeance —, ensuite par le loup qui refuse de la payer pour service rendu. La tradition folklorique marocaine a tenu compte de ce long bec difficile à porter et à manœuvrer : « ne fais pas comme la cigogne qui voulait embrasser son petit et lui a crevé l’œil », affirme un proverbe36. Mais des fables marocaines lui donnent un rôle plus favorable, notamment dans les contes du chacal où la cigogne est souvent l’adversaire triomphant du chacal quand elle l’emporte sur ses ailes et le laisse choir dans l’eau37. Il existe un conte similaire dans le folklore kurde. La cigogne a moins inspiré le folklore égyptien, en revanche, que d’autres oiseaux jugés plus significatifs, comme le coq ou la colombe. Aucun proverbe dans le recueil réuni par Nessim Henein en compilant des sources plus anciennes ne concerne la cigogne38. Aux deux extrémités du Moyen-Orient, c’est bien au Maroc à l’ouest et dans l’univers turco-persan à l’est que la cigogne a recueilli le plus de succès et suscité le plus de légendes.

La cigogne, résultat d’une métamorphose

  • 39 Berlioz 2002, p. 22-27. La cigogne fait partie des regrettables lacunes de Gaston Duchet-Suchaux et (...)

15Comme tous les oiseaux porteurs de baraka, la cigogne est ambiguë : après tout, sa robe blanche est quelque peu ternie par ses rémiges noires. « Le bel oiseau ambigu » décrit par Jacques Berlioz pour la littérature médiévale européenne est aussi, dans la culture arabo-musulmane, un oiseau à deux couleurs, à deux habits, à deux visages — ce dont il faut rendre compte39. Elle passe souvent pour le fruit d’une métamorphose.

  • 40 « Des légendes attestées depuis l’Antiquité en font un homme qui reprend forme d’oiseau quand elle (...)
  • 41 Thompson 1958 (contes D 155.1 ; B 775 ; A 2411.2.5.3.1 et A 2351 4.1).
  • 42 Lecouteux 1978, p. 1-15. C. Lecouteux montre de façon convaincante que le motif des hommes-grues ne (...)

16L’Occident connaît ces métamorphoses d’hommes en oiseaux. Le folklore d’Europe orientale imaginait que la cigogne se transformait en homme lors de son hiver égyptien40. C’est cette métamorphose qui explique en définitive son dos noir et son long cou…41 Des sources médiévales germaniques, notamment Herzog Ernst et le poème de Reinmar von Zwetau qui ont utilisé ce motif, semblent s’être inspirés non de contes orientaux, mais de contes latins qui parlent d’hommes-cigognes vivant au bord du Nil, et ce sont les auteurs allemands qui les ont transformés en hommes-grues, « monstres spécifiquement allemands » : c’est ici une tradition d’Europe centrale servie par une iconographie médiévale apocalyptique et un goût naissant pour les sciences naturelles qui expliquent le développement de ce motif42.

  • 43 Benkheira 2000, p. 116-118. Et pour ce qui est du christianisme, il semble bien que l’on n’ait guèr (...)

17Dans la culture islamique, la métamorphose en animal — le masḫ — est plus courante, puisqu’elle est légitimée par le Coran. Elle peut affecter un étourdi ou un inconsidéré, châtier un pécheur. Dans l’hagiographie, un saint personnage peut aussi se transformer en animal — ou se présenter « comme » un animal, mais il s’agit alors du taṭawwur, plus valorisant, et pour lequel un retour en arrière est possible : c’est le cas des hommes-grues du chamanisme turc. Dans le folklore des pays musulmans, la cigogne est plutôt associée au masḫ, et l’on pense souvent que la cigogne n’est autre qu’un homme changé en animal pour ses méfaits. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles, si la chair de la cigogne est parfois considérée comme licite comme chez Ibn Ḥazm, elle est jugée tout à fait illicite chez Nawawī — comme d’ailleurs dans la tradition juive43. Contrairement à certains pays d’Afrique sub-saharienne, on ne chasse pas la cigogne au Proche-Orient ou en Afrique du nord.

  • 44 Ḥasan al-‘Umarī, Ḫayālāt wa-haqā’iq, cité dans Schimmel 1997, p. 147.

18Donnons quelques exemples de ces légendes de métamorphoses. Un auteur médiéval, Ḥasan al-‘Umarī reprend une histoire racontée à Irbil d’un homme qui tracasse sa servante, la forçant à monter et descendre les escaliers pour épier les dessous de sa robe et rire d’elle : Dieu le change en cigogne, et son rire devient un claquement de bec44. Au Maroc, la cigogne est considérée comme un oiseau sacré et porte-bonheur. Mais ce serait, dans le folklore, un être humain puni pour ses péchés, ceux-ci de plusieurs natures. « La cigogne était un cadi. Celui-ci avait l’habitude d’enduire de savon les marches de son escalier. Et lorsque les gens qu’il convoquait glissaient et tombaient, il éclatait de rire et se moquait d’eux. Pour le punir, Allah le transforma en oiseau ; il a gardé son habit de cadi : jellaba blanche et selham noir. Et il a gardé aussi son rire moqueur : haq haq ! » La légende propose, au passage, une nouvelle prononciation et interprétation de l’onomatopée habituellement transcrite laklak. Ailleurs, au Maroc toujours, on raconte qu’une femme trayait sa vache près de la mosquée où les chérifs-tolba faisaient leur prière.

  • 45 Goldenberg 2000, p. 47-48.

Le diable les poussa à se baigner dans du lait. Ils en demandèrent à la brave femme : mais la religion interdit de gaspiller le lait. Le matin, de bonne heure, les gens du pays les cherchèrent, mais ne trouvèrent que des oiseaux qu’ils n’avaient jamais vus. Ils comprirent que c’étaient les chérifs-tolbas qui avaient commis une grande faute et que Dieu les avait punis en les changeant en oiseaux45.

  • 46 Dr Bernard Kessel, Des Zemmours berbères aux Flandres chtimies, cité sur le blog du Dr Mouhib Moham (...)

19Toujours au Maroc, une légende assez proche raconte que la cigogne serait un imam, un homme saint habillé de deux burnous, l’un noir et l’autre blanc. Un jour, au Sahara, l’Imam manqua de l’eau nécessaire à ses ablutions pour ses dévotions, et pour ne pas manquer la prière, il utilisa du petit lait pour faire sa toilette commettant de ce fait un grave péché, le petit lait étant béni. Dieu le métamorphosa en cigogne et l’envoya au Maroc pour expier son péché46. À Médéa en Algérie, une légende raconte qu’un péché a transformé de pieux musulmans en oiseaux migrateurs :

  • 47 Boumahdi 1987, p. 67-68.

… et leurs claquements de bec étaient des prières pathétiques adressées au ciel pour l’émouvoir. La légende racontait que le jour où ils seraient pardonnés, ils deviendraient aussi blancs que des colombes avant de retrouver leur forme humaine47.

  • 48 Il s’agit d’un des contes de Wilhelm Hauff, La Caravane, suivi de Le Cheikh d’Alexandrie, trad. Nic (...)

20Ces contes de métamorphose d’être humain en cigogne, à la suite d’une punition ou d’un sortilège, ont inspiré l’un des contes orientalisants les plus célèbres de l’écrivain allemand Wilhelm Hauff (1802-1827), Le calife cigogne, écrit dans les années 1825-1827, dans une veine proche de l’univers orientaliste merveilleux qu’affectionnait l’Europe romantique : le charmant calife et son digne vizir sont transformés en cigognes, ces « cigognes qui avaient toujours attiré son attention par leur allure cérémonieuse et leurs craquètements48 ». Le sortilège de l’infâme Kashnûr, à l’origine de la métamorphose, est produit par l’effet mêlé d’une poudre noire et d’une formule latine (mutabor !) prononcée en s’inclinant trois fois vers l’Orient. Hauff, comme le Goethe du Divan occidental-oriental, possédait assez les Mille et une nuits pour proposer un brillant « à la manière de ».

La cigogne et l’habitat humain : un oiseau migrateur aux vertus domestiques

  • 49 Delort 1984, p. 179.
  • 50 Le Tourneau 1965.
  • 51 Lauthe 1970, p. 285 et s.

21Si la cigogne noire (ciconia nigra), absente du monde arabe, mais présente dans une partie de l’Anatolie, n’a pas suscité le même intérêt ni éveillé le même folklore que la cigogne blanche, c’est bien parce que cette dernière est liée à l’homme. Ne fait-elle pas son nid au-dessus des bâtiments ? La réflexion sur la cigogne blanche est l’occasion de s’attarder sur la proximité entre l’homme et un animal familier, sans être domestique. Cette réflexion est peut-être le souvenir fugitif de la domestication jadis entamée par l’homme puis abandonnée49. On apprécie en général le fait que les cigognes élisent domicile au dessus des maisons, signe de bonne fortune : on pense aussi qu’elles connaissent trésors cachés, perles et pierres précieuses. « À Fès, dans l’enceinte du sanctuaire (horm) de Moulay Idriss, se trouve dār el-bel lārej, (la maison de la cigogne), ainsi appelée parce qu’elle fut, dit-on, construite avec le produit de la vente d’un collier de perles qu’une cigogne apporta dans son bec50 ». On souligne la fidélité de la cigogne qui revient chaque année au même nid, de même que sa fidélité conjugale — s’appariant chaque année avec le même partenaire. En réalité, cette fidélité conjugale n’excède pas trois saisons, tandis que les batailles entre mâles peuvent conduire les cigognes à changer de nid51.

  • 52 On pensait qu’elles protégeaient des incendies les maisons où elles élisaient domicile, dans le fol (...)
  • 53 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Paris, Les Belles Lettres, 1961, vol. x, p. 62.
  • 54 Guigui 2007, p. 221.

22Si elles passent pour apporter la baraka aux maisons au-dessus desquelles elles élisent domicile52, il ne semble pas que le folklore arabe, persan ou turc ait jamais recouru au thème de la cigogne qui apporte les bébés : cette tradition germanique toute récente semble ne s’être implantée qu’après 1870 dans le folklore alsacien, sous influence allemande. On n’en trouve pas trace ailleurs. Les humains observent en revanche, depuis l’Antiquité (Aristote, Platon, Pline), le comportement familial des cigognes : comment elles prennent soin de leurs petits et les nourrissent, comment elles vivent en société, comment les petits devenus grands prennent à leur tour soin de leurs vieux parents. En hébreu, on l’appelle hassida, « la généreuse » (sept occurrences dans la Bible hébraïque) : ce surnom fort laudatif accordé à un oiseau pourtant impur — donc cruel, d’une cruauté déjà signalée par Pline l’Ancien53 — a posé problème à des commentateurs juifs comme Rachi ou, plus tard, le rabbin polonais Yitzhak Meier (1799-1866). Ainsi ont-ils résolu cette ambiguïté : la cigogne n’est altruiste qu’avec ses proches, non avec les autres auxquels elle n’accorde aucune nourriture, sans parler des intrus qu’elle chasse du nid avec férocité54.

23Les vertus familiales — bien que limitées à ses proches — de la cigogne, déjà soulignées par les auteurs antiques et par la Bible hébraïque, ont fourni de nombreux exempla à la littérature d’édification du Moyen Âge chrétien en Europe : dans l’hagiographie chrétienne médiévale ou dans les écrits de Jacques de Vitry (m. 1240), la cigogne servait généralement à illustrer la fidélité conjugale et la punition de l’adultère (les cigognes s’assemblent pour tuer l’adultère). De cette dernière anecdote, chère aux récits des prédicateurs chrétiens, le folklore musulman n’a pas trace.

  • 55 La cigogne apparaît par exemple dans le catalogue de miracles chrétiens dressé au xviie siècle par (...)

24C’est davantage dans l’exemple de vertus familiales de la cigogne que l’on retrouvera des thèmes communs à l’islam et au christianisme55. Buffon résume la tradition antique et médiévale dans son Histoire naturelle des oiseaux : « on attribue à la cigogne des vertus morales dont l’image est toujours respectable : la tempérance, la fidélité conjugale, la piété filiale et paternelle ». Dans son Voyage en Orient, dans un beau passage — qui contribua peut-être à le faire surnommer « Cigogne Larmoyante » par Lautréamont, Lamartine retrouve le thème classique de la cigogne exemple de vertu familiale :

  • 56 de Lamartine 1859, p. 455-456. Lamartine passe dans la région fin août-début septembre 1833.

[En Serbie,] nous ne voyons plus les cigognes, dont les larges nids, semblables à des berceaux de jonc, couronnent le sommet de tous les dômes des mosquées dans la Turquie d’Europe, et servent de toit aux minarets écroulés. Tous les soirs, en arrivant dans les villages ou dans les kans déserts, nous les voyions deux à deux errer autour de notre tente ou de nos masures ; les petits, élevant leurs longs cous hors du nid comme une nichée de serpents, tendent le bec à la mère qui, suspendue à demi sur ses larges ailes, leur partage la nourriture qu’elle rapporte des marais voisins ; et le père, planant immobile à une grande hauteur au-dessus du nid, semble jouir de ce touchant spectacle. Ces beaux oiseaux ne sont nullement sauvages : ils sont les gardiens du toit comme les chiens sont les gardiens du foyer ; ils vivent en paix avec les nuées de tourterelles qui blanchissent partout le dôme des khans et des mosquées, et n’effarouchent pas les hirondelles. Les Turcs vivent en paix eux-mêmes avec toute la création animée et inanimée : arbres, oiseaux (…)56.

25Lamartine passa en effet en Anatolie et dans les Balkans début septembre 1833, au moment du départ des cigognes. De la mi-septembre à début octobre, elles volent par milliers au dessus du Bosphore, dans le ciel d’Istanbul.

26Animal doté de vertus familiales, la cigogne est plus généralement un animal sociable. C’est ce dernier aspect que valorise l’oniromancie islamique, tout en nuançant son interprétation. Ibn Sirīn (m. 728), dans son Interprétation des rêves, souligne que :

  • 57 Le Grand Livre de l’interprétation des rêves, attribué à Muḥammad Ibn Sīrīn, traduit et présenté pa (...)

La cigogne figure les gens sociables et qui aiment partager. Mais voir des cigognes rassemblées en hiver indique les voleurs et les bandits de grand chemin ou des guerriers ennemis. Un tel rassemblement hivernal peut aussi annoncer un temps instable. Voir les cigognes solitaires ou dispersées est de bon augure pour celui qui s’apprête à voyager, parce que ce volatile disparaît totalement pendant les mêmes moments de l’année. Elle sera aussi d’un aussi bon augure pour celui qui projette de se marier57.

  • 58 Al-Nābulusī, Merveilles de l’interprétation des rêves, trad. Azzedine Haridi, Paris, al-Bustane, 20 (...)

27Le passage est repris tel quel par Damīrī à la fin du xive siècle. Le damascène Nābulusī, au xviie siècle, reprend ce même passage, en ajoutant que « la cigogne peut annoncer le retour d’un voyageur58 ».

  • 59 Voisenet 1994, p. 82-93.

28Oiseau valorisé, comme sachant tromper le trompeur, la cigogne est l’héroïne de fables morales. Avec la fable du loup et de la cigogne qui figurait au bas de la tapisserie de Bayeux, le renard et la cigogne fait partie des récits fréquemment cités par les auteurs du Moyen Âge chrétien, et que reprit plus tard, on l’a dit, La Fontaine59. Cette fable qui vient des Fables d’Ésope (vie siècle avant Jésus-Christ ?) reprises par Phèdre (m. 69) et d’autres auteurs latins a beaucoup voyagé : on la retrouve aussi dans la tradition orale kurde, par exemple, avec des variantes.

  • 60 Conte B 263.7 dans la classification de Stith-Thompson, voir Stith-Thompson 1958, vol. vi, p. 755.
  • 61 Baratay 1996, p. 61.

29Si l’on considère favorablement le domicile des cigognes, c’est parce qu’elles mangent des serpents — aspect signalé par Ibn Manẓūr dans le Lisān al-‘arab ou par Damīrī dans le Kitāb al-Ḥayawān, sans qu’ils y insistent. Alors que, dans la tradition juive, c’est une véritable guerre qui oppose serpents et cigognes60, et que, dans la tradition chrétienne, la cigogne dévorant les serpents figure l’âme se détachant des plaisirs du monde61, il semble que, dans la tradition islamique, le fait de manger des serpents soit cité sans interprétation symbolique particulière, mais non sans intérêt pratique.

La cigogne pieuse : le Ḥaǧǧ, la mosquée et l’école coranique

30Dans la tradition islamique en général, turco-persane en particulier, loin d’être le fruit de métamorphoses quasiment maléfiques, la cigogne est un oiseau bénéfique. Plusieurs indices illustrent sa piété.

  • 62 Schimmel 1998, p. 75.

31Premier indice, on l’a vu, son cri et la signification que l’on prête à celui-ci. Rūmī remarqua, à l’instar du poète persan Ṣanā’ī, que le cri consonantique de la cigogne, laklak (littéralement « à toi, à toi ») atteste la grandeur de Dieu, rythmant de son long bec la louange divine prononcée en arabe littéraire : « al-mulk lak, al-‘izz lak, al-ḥamd lak » (à toi la Puissance, à toi la Louange). La cigogne peut ainsi, par son simple appel « lancer le feu de l’unicité divine dans un cœur qui doute62 ».

  • 63 Goldenberg 2000, p. 46.
  • 64 Bouvier 2001, p. 187.
  • 65 Diken 2010, p. 104. Je remercie Bernard Heyberger pour cette référence.

32Deuxième indice : la cigogne fait chaque année le pèlerinage à La Mecque avant de revenir au printemps dans sa région située plus au nord : d’où son plumage blanc et immaculé comme l’habit rituel de l’iḥrām porté pour le ḥaǧǧ. Au Maroc, « l’absence des cigognes pendant leur migration justifie la croyance selon laquelle elles vont faire alors chaque année un pèlerinage à La Mecque63 ». L’observation ornithologique reçoit une interprétation religieuse typiquement sunnite : Ǧalāl al-Dīn Rūmī, le maître de Konya, vante la piété de la cigogne anatolienne, puisqu’elle accomplit chaque année le pèlerinage à La Mecque, vêtue de sa robe blanche. La tradition de la cigogne pèlerine est restée assez vivante dans l’Azerbaïdjan iranien pour que le voyageur suisse Nicolas Bouvier la recueille dans L’Usage du monde en plein xxe siècle64. Au Kurdistan de Turquie, dans les années trente, un officier veut contraindre un prisonnier kurde à tirer sur une cigogne pour gagner sa liberté et celui-ci répond : « Vraiment, la cigogne ? Celle qui fait son pèlerinage ?... »65. En 2004 encore, pour un émigré turc installé en Suisse, Ali Kokden, les cigognes étaient bien des pèlerins mais dirigés vers Jérusalem, et dont le souvenir faisait pleurer l’exilé tout en le laissant espérer un voyage prochain :

Lundi après-midi quand je suis retourné à Lucens,

J’ai vu les cigognes. (…)

Je ne suis pas un homme qui pleure beaucoup, mais ça m’a touché.

Tu sais pourquoi ?

En Turquie, il y a un proverbe.

On dit que si tu vois une cigogne voler,

Ça veut dire,

Tu vas voyager.

Parce que les cigognes visitent Jérusalem,

Elles sont les pèlerins.

J’ai vu une vingtaine de cigognes qui volaient,

C’est la raison pour laquelle je suis heureux.

Depuis que je suis arrivé en Suisse,

C’est la première fois que je les ai vues.

Peut-être un jour,

Je pourrai aussi voyager à nouveau,

  • 66 Kokden 2004, repris dans http ://www.reseau-solidarite.ch/engagements/initiatives-et-referendums/as (...)

Comme elles…66

  • 67 Goldenberg 2000, p. 46.
  • 68 En Arménie post-soviétique, la cigogne fait figure d’oiseau emblématique. Son nom est également ins (...)

33Troisième indice : la cigogne installe fréquemment son nid sur les mosquées et les minarets. Au Maroc, elles récitent le Coran, car leurs claquements de bec ressemblent au bruit du morceau de bois, le kerrāk, avec lequel les élèves des écoles coraniques frappent leur planchette en cadence pour mieux scander leur récitation. Une chanson d’enfant tourne autour du même thème ; « lorsque la cigogne revient à Moulay Idriss, elle s’installe sur une terrasse de l’école coranique pour que les petits cigogneaux apprennent le Coran67 ». Pieux oiseau ? L’observation contemporaine enseigne, en Azerbaïdjan et au Kurdistan iranien — dans ce qui fut aussi l’Arménie68 — que les cigognes aiment bien les toits des églises, désormais abandonnées. Les ruines sont appréciées des oiseaux. Au printemps, on voit un nid de cigognes aussi bien sur l’unique colonne de l’Artemision à Ephèse que sur les minarets voisins des mosquées de Seljouk. Cette prédilection pour les ruines a parfois conduit à douter de la cigogne : loin d’attirer la baraka, sa présence n’attirerait-elle pas justement la ruine sur la maison élue ? C’est toutefois l’image de l’oiseau porte-bonheur qui, en Orient comme en Occident, a finalement prévalu.

Conclusion : la cigogne et la nostalgie du pays natal

34La cigogne reste bien « le bel oiseau ambigu », dans le folklore islamique comme dans la littérature d’édification du Moyen Âge chrétien. L’ambiguïté vient sans doute de son plumage bicolore, mais surtout de son caractère d’oiseau migrateur : est-elle celle qui part toujours, infidèle peut-être ? Ou celle qui revient toujours, fidèle quoi qu’il arrive ? Est-elle celle qui vient d’ailleurs, oiseau persan (laqlaq) pour les Arabes, oiseau qui parle arabe (laklak) pour les Persans ? Ou bien est-elle au contraire celle qui est « bien de chez nous » et dont le nom — en réalité d’origine grecque (pelargos) — devient berbère pour les Berbères (ibillāredj), arabe pour les Algériens arabophones (bellāredj, senti comme Ben Lāredj) ? Oiseau migrateur, et pourtant oiseau familier, illustration des vertus domestiques, sur nos toits et nos cheminées, nos maisons et nos mosquées...

  • 69 Hansi 1913, p. 4.

35Dans les traditions alsaciennes sur la cigogne, y compris les traditions réinventées et fabriquées qui abondent, on trouverait quelques intéressants parallèles qui montrent que la cigogne n’aura pas, en somme, réussi à susciter une symbolique variée ou originale, de l’Orient à l’Occident. En Alsace comme en Iran ou au Maroc, la cigogne annonce le retour du printemps. En lieu de minaret, elle se perche sur le clocher de l’église ou sur une tour des remparts du village s’il en subsiste. Enfin la cigogne fait son nid chez le célèbre dessinateur alsacien Hansi (1873-1951) sur la maison d’école du mythique village alsacien, non loin de l’église — l’équivalent de l’école coranique proche de la mosquée. En Alsace annexée (1871-1918), c’est un pèlerinage patriotique que la cigogne était censée effectuer, selon Hansi qui s’efforçait d’attiser la ferveur pro-française. « La grande joie des enfants de mon village, c’est l’arrivée des cigognes (…). Tout comme les aéroplanes qui viennent de France, elle plane longtemps au-dessus du village (…), le printemps à présent ne tardera plus ». Et les petits Alsaciens, dans le conte patriotique de Hansi, chantent en l’honneur de l’oiseau revenu : « Cigogne, cigogne, t’as de la chance. Tous les ans, tu passes en France69 ». Mais cette cigogne pro-française venait aussi d’Allemagne et portait les couleurs de la Prusse, une ambiguïté que relevait Hansi lui-même. Et le village n’est pas si mythique, après tout, que celui que la cigogne, faisant son nid, transformait en pays natal.

36Les migrations n’ont pas de frontières, les cigognes voyagent. Les retours fidèles des oiseaux migrateurs sont guettés lors d’un printemps toujours réel ; leurs départs inévitables viennent nourrir d’inextinguibles nostalgies, celle du ḥaǧǧ ou celle de la France, celle du départ pour des cieux inconnus ou celle du retour à l’enfance. La cigogne est le rappel du pays natal comme le signe de l’exil, chez un Turc émigré en Suisse au début du xxie siècle, comme chez le poète juif alsacien Claude Vigée qui, exilé aux États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, s’interroge dans « Mal du pays » :

Dans un cercle infernal de meurtre et d’incendies

Retrouverai-je, un jour, mon doux pays d’Alsace

Où sur les vignes, au printemps,

Fleurit le cerisier

Quand les cigognes, au printemps,

  • 70 Vigée 2008, p. 175.

Volent vers la patrie70 ?

 

Bibliographie

Sources

Bagatta, Johannes B., Admiranda orbis christiani, 2 vol., Augsburg/Dillingen, Johannes Caspari, 1996.

Buffon, Histoire naturelle générale et particulière, t. xxii, Histoire naturelle des oiseaux, vol. vii, Paris, Imprimerie royale, 1780.

Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, 2 vol., Beyrouth, Dār iḥyā’ al-turāṯ al-‘arabī ; réimp. de l’édition de 1353/1934 du Caire, s.d.

Galland, Antoine, traduit par, L’Histoire du prince de Khwârezm et de la princesse de Géorgie dans Le Cabinet des Fées, vol. xvi, 1707.

Habicht, Christian Max., Tausend und eine Nacht, arabische Erzählungen, 15 vol., Breslau, Josef Max & Comp., 1827-1840.

Hauff, Wilhelm, La Caravane, suivi de Le Cheikh d’Alexandrie, trad. Nicole Tarbes, Paris, José Corti, 1999.

Nābulusī (al-), Merveilles de l’interprétation des rêves, trad. Azzedine Haridi, Paris, al-Bustane, 2002.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 37 vol., Paris, Les Belles Lettres, 1961.

Vigée, Claude, Mon heure sur la terre. Poésies complètes 1936-2008, Paris, Galaade Éditions, 2008.

Zabīdī (al-), Murtaḍā, Tāǧ al-‘Arūs, 10 vol., Beyrouth, Manšūrāt dār maktabat al-ḥayāt, s.d.

Ibn Sīrīn, Muḥammad (attribué à), Le Grand Livre de l’interprétation des rêves, traduit et présenté par Seddik Youssef, al-Bouraq, 1999, et L’Aube, 2005.

Études

Adjarian, Hratchia, 1973 : Dictionnaire étymologique de la langue arménienne, éd. Guliguia ; rééd. Alep 2009 ; 1re éd. Presses universitaires de Erevan.

Baratay, Éric, 1996 : L’Église et l’animal (France, xviie-xxe siècle), Paris, Le Cerf.

Bauer, Leonhard, Das palästinische Arabisch, Leipzig, 1926.

Beaussier, Marcelin, 1931 : Dictionnaire pratique arabe-français contenant tous les mots employés dans l’arabe parlé en Algérie et en Tunisie ainsi que dans le style épistolaire, les pièces usuelles et les actes judiciaires, revu par Ben Cheneb Mohammed, Alger, Jules Carbonel.

Benkheira, Mohammed Hocine, 2000 : Islâm et interdits alimentaires, PUF, Paris.

Benkheira, M. Hocine, Mayeur-Jaouen C. et Sublet J., 2005 : L’Animal en islam, Paris, Les Indes savantes.

Berlioz, Jacques et Polo de Beaulieu, Marie-Anne (dir.), 1999 : L’animal exemplaire au Moyen Âge ve-xve siècles, Rennes, Presses universitaires.

Berlioz, Jacques, 2002 : « Le bel oiseau ambigu : pieuse et fidèle, immonde et féroce… les visages médiévaux de la cigogne », Gryphe, revue de la bibliothèque de Lyon n° 5, 2e semestre.

Bouvier, Nicolas, 2001 : L’usage du monde ; 1re éd. 1963, Paris, Payot et Rivages.

Boumahdi, Ali, 1987 : L’homme cigogne du Titteri, Paris, Le Centurion.

Cantineau, Jean, 1934 : Le dialecte arabe de Palmyre, Beyrouth, Institut français.

Dallet, Jean-Marie, 1982 : Dictionnaire kabyle-français. Parler des At Mangellat, Algérie, Paris, Selaf.

Dalman, Gustav, Arbeit und Sitte in Palästina, Güttersloh, Bertelsmann, 1928-1929.

Delort, Robert, 1984 : Les animaux ont une histoire, Paris, Éditions du Seuil.

Denizeau, Claude, 1960 : Dictionnaire des parlers arabes de Syrie, Liban et Palestine, Paris, G.P. Maisonneuve.

Diken, Şeyhmus, 2010 : Diyarbakır, Paris, Editions Turquoise.

Dray, Maurice, 1998 : Dictionnaire Français-Berbère. Dialecte des Ntifa, Paris, L’Harmattan.

Duchet-Suchaux, Gaston et Pastoureau, Michel, 2002 : Le bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique, Paris, Le Léopard d’Or.

Elihai, Yohanan, 1985 : Dictionnaire de l’arabe parlé palestinien français-arabe, Paris, Klincksieck ; 1re éd. Jérusalem, 1973.

Étienne, Pascal, et Carruette, Philippe, 2002 : La Cigogne blanche, Paris, Delachaux et Niestlé.

Feghali, Michel, 1935 : Contes, légendes, coutumes populaires du Liban et de Syrie, Paris, Adrien Maisonneuve.

Feliks, Yehuda, 1962 : Animal World of the Bible, Tel Aviv, Sinai.

2007 : « Stork (hebr. hasîdah) », Encyclopedia Judaica, vol. xix, p. 238 ; 1re éd., 1971-1972, vol. xv, p. 416.

Gauthier, Théophile, 1977 : « La cigogne en Tunisie », La presse de Tunisie, 31 mars, p. 12-13.

Goldenberg, André, 2000 : Bestiaire et culture populaire musulmane et juive au Maroc, Aix-en-Provence, Édisud.

Guigui, Albert, 2007 : Dieu parle aux hommes, Bruxelles, éd. Racine.

Hansi, 1913, Mon village. Ceux qui n’oublient pas, Paris, Floury.

Henein, Nessim, 2008 : Proverbes égyptiens relatifs aux poissons et aux oiseaux, Le Caire, IFAO.

Hinds, Martin et Badawi, El-Said, 1986: A Dictionary of Egyptian Arabic, Beyrouth, Librairie du Liban.

Jaussen, Antonin, 1948 : Coutumes des Arabes au pays de Moab, Paris, Adrien Maisonneuve ; 1re éd., 1908.

Jullien de Pommerol, Patrice, 1999 : Dictionnaire arabe tchadien-français, Paris, Karthala.

Kazimirski, Alexandre de Biberstein, n.d. : Dictionnaire arabe-français, 2 vol., Beyrouth, Librairie du Liban ; réimp. Paris, Maisonneuve et Cie.

Kessel,  Dr Bernard, Des Zemmours berbères aux Flandres chtimies, cité sur le blog du Dr Mouhib Mohammed, consacré à Midelt : http ://echomidelt.blogspot.com/2008/04/ifrane-panorama-ditto-lgende.html, consulté le 3 janvier 2011.

Kokden, Ali, « Les cigognes », Voix d’exils n° 15, septembre 2004, repris dans http ://www.reseau-solidarite.ch/engagements/initiatives-et-referendums/asile/les-cigognes/ consulté le 4 avril 2011.

Lamartine, Alphonse (de), 1859 : Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient ou Note d’un voyageur, 1832-1833 ; 2e éd., Paris, Hachette.

Lazard, Gilbert, 1990 : Dictionnaire persan –français, Leyde, Brill.

Lauthe,  Paul, 1970 : « La cigogne blanche de Tunisie », IBLA 126, p. 283-295. 

Lecouteux, C.,  1978 : « A propos d’un épisode de Herzog Ernst : la rencontre des hommes-grues », Études Germaniques 33, janvier-mars, n° 1, p. 1-15.

Le Tourneau, R., 1965 : La vie quotidienne à Fès en 1900, Paris, Hachette.

Levy-Provençal, Evariste, 1918 : « Pratiques agricoles et fêtes saisonnières des tribus Djebalah de la vallée moyenne de l’Ouarghah », Archives berbères iii, fasc. 1, p. 92.

Schimmel, Annemarie, 1997 : Die drei Versprechen des Sperlings. Die schönsten Tierlegenden aus der islamischen Welt, Munich, CH Beck.

— 1998 : L’incendie de l’âme. L’aventure spirituelle de Rûmî, Paris, Albin Michel.

Spiro, S., 1895 : An Arabic-English Dictionary of the Colloquial Arabic of Egypt ; réimp. Beyrouth, Librairie du Liban, 1980.

Souei, Mohammed Bannour, 1979 : La cigogne blanche en Tunisie, thèse pour le doctorat vétérinaire, École nationale vétérinaire d’Alfort.

Thompson, Stith, 1958 : Motiv-Index of Folk-Literature, 2e éd., vol. vi, Index, Copenhague, Rosenkilde et Bagger.

Voisenet, Jacques, 1994 : Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du Haut Moyen Âge, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Woodhead, D.R. et Beene, Wayne, 1967: A Dictionary of Iraqi Arabic, sous la direction de Stowasser Karl, 2 vol., Georgetown University.

Notes

1 Au sein du genre Ciconia sont regroupées sept espèces : Ciconia abdimii (Lichtenstein, 1823) — Cigogne d’Abdim ; Ciconia boyciana (Swinhoe, 1873) — Cigogne orientale ; Ciconia ciconia (Linnaeus, 1758) — Cigogne blanche ; Ciconia episcopus (Boddaert, 1783) — Cigogne épiscopale ; Ciconia maguari (J. F. Gmelin, 1789) — Cigogne maguari ; Ciconia nigra (Linnaeus, 1758) — Cigogne noire ; Ciconia stormi (Blasius, 1896) — Cigogne de Storm. C’est à la cigogne blanche que nous nous intéressons ici.

2 Mentionnons l’illustration célèbre, souvent reproduite, d’un manuscrit de l’Institut d’études orientales de Saint-Pétersbourg.

3 Kazimirski s.d., vol. ii, p. 1016.

4 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, Beyrouth, Dār iḥyā’ al-turāṯ al-‘arabī, s.d. (réimp. de l’édition de 1353/1934 du Caire), vol. ii, p. 319.

5 Woodhead et Beene 1967, vol. ii, p. 426.

6 Murtaḍā al-Zabīdī, Tāǧ al-‘Arūs, Beyrouth, Manšūrāt dār maktabat al-ḥayāt, s.d., vol. vii, p. 62-63.

7 Schimmel 1997, p. 147.

8 Tous deux divergent dans leurs interprétations : tandis que l’ingénieur (Aḥmad Mazhar) interprète son cri comme un appel à Dieu, de bon augure, Amina (Faten Hamama) en tire une interprétation plus sombre.

9 Bauer 1926, p. 10, 54.

10 Feghali 1935, p. 166, n. 1. Voir Denizeau 1960, p. 478-479.

11 Hinds et Badawi 1986, p. 797. De façon étrange, Hinds et Badawi ne mentionnent pas le sens « cigogne » : un oubli ? Le dictionnaire plus ancien d’arabe égyptien de Spiro donne bien le mot laqlaq pour la cigogne, tout en évoquant comme les dictionnaires d’arabe syrien les sens proches de laqq, Spiro 1980, p. 544.

12 Jaussen 1908 (rééd. 1948).

13 Cantineau 1934 ; Dalman, 1928-1929, vol. i, p. 14, 39 ; Denizeau 1960, p. 246.

14 Elihai 1985 (1re éd. 1973), p. 86-87.

15 Schimmel 1997, p. 146.

16 Lazard 1990, p. 366.

17 Souei 1979, p. 1.

18 Benkheira, Mayeur-Jaouen et Sublet 2005, p. 74. Le surnom est repris dans Kazimirski s.d., vol. i, p. 382.

19 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, vol. ii, p. 319.

20 Pour la petite enquête qui suit, je remercie Hocine Benkheira, Moukhaina Chaïbrassou et M’hamed Oualdi de leur aide enthousiaste.

21 Beaussier 1931, p. 72.

22 Buffon 1780, t. xxii, vol. vii, p. 253.

23 Sur YouTube où l’on trouve désormais toutes ces interprétations, les internautes discutent ou réfutent les éventuelles allusions grivoises des paroles : la cigogne à haute taille est priée de ne pas boire à la mare de la bien-aimée. Dans l’Occident chrétien aussi, le long cou et surtout le long bec de la cigogne ont déchainé l’imagination des miniaturistes qui la représentent souvent dans les marges des manuscrits, parfois avec des connotations obscènes.

24 Dallet 1982, p. 25.

25 Dray 1998. Plus au sud, dans le dialecte arabe tchadien par exemple, on trouve des mots d’origine africaine pour dire cigogne, comme kunji, Jullien de Pommerol 1999, p. 742.

26 Étienne et Carruette 2002.

27 Damīrī, Kitāb al-ḥayāwān, vol. ii, p. 319.

28 Sur la cigogne tunisienne, voir Souei 1979, p. 7, 39, Lauthe 1970, p. 283-295. Voir également Gauthier 1977, p. 12-13. Quant à la cigogne alsacienne, la politique de réintroduction par « enclos » menée depuis les années 1970 (il ne restait plus que 9 couples en 1974) a permis d’arriver à 460 couples de cigognes en 2009, et à l’envol de près de 800 jeunes : on voit qu’on reste loin des chiffres — qui restent impressionnants — des milliers de cigognes du Maghreb ou d’Espagne. Pour ce dernier pays, on compte 17 000 couples en 2008.

29 Voir Feliks 1962, p. 85 et Feliks 2007, vol. xix, p. 238, 1re éd., vol. xv, p. 416. La notice de la première édition est reproduite sans modification.

30 Sur Isidore de Séville, voir Voisenet 1994, p. 17.

31 Goldenberg 2000, p. 46.

32 Ibid., p. 47.

33 Levy-Provençal 1918, p. 92.

34 Lauthe 1970, p. 283-295.

35 Schimmel 1997, p. 146.

36 Goldenberg 2000, p. 47.

37 Ibid., p. 48.

38 Henein 2008.

39 Berlioz 2002, p. 22-27. La cigogne fait partie des regrettables lacunes de Gaston Duchet-Suchaux et Michel Pastoureau dans leur ouvrage de 2002.

40 « Des légendes attestées depuis l’Antiquité en font un homme qui reprend forme d’oiseau quand elle quitte les parties orientales où elle se réfugie l’hiver », Berlioz 2002, n° 4, p. 27.

41 Thompson 1958 (contes D 155.1 ; B 775 ; A 2411.2.5.3.1 et A 2351 4.1).

42 Lecouteux 1978, p. 1-15. C. Lecouteux montre de façon convaincante que le motif des hommes-grues ne vient pas d’un conte des Mille et Une Nuits (il n’apparaît — sous une autre forme — dans la dix-septième nuit que dans la traduction de Habicht en 1827, p. 162-190), et même pas d’un récit turc ou ottoman, comme l’Histoire du prince de Khwârezm et de la princesse de Géorgie, traduit par Antoine Galland dans Le Cabinet des Fées (1707, vol. xvi, p. 211-252). C. Lecouteux n’exclut pas toutefois qu’il s’agisse là d’une légende égyptienne reprise par les Grecs puis diffusée et implantée en Europe centrale.

43 Benkheira 2000, p. 116-118. Et pour ce qui est du christianisme, il semble bien que l’on n’ait guère mangé de cigogne au Moyen Âge chrétien, au moins en principe. La chasse en est interdite à Strasbourg en 1423… ce qui montre peut-être que la chose se pratiquait ! Voir Berlioz 2002, p. 26.

44 Ḥasan al-‘Umarī, Ḫayālāt wa-haqā’iq, cité dans Schimmel 1997, p. 147.

45 Goldenberg 2000, p. 47-48.

46 Dr Bernard Kessel, Des Zemmours berbères aux Flandres chtimies, cité sur le blog du Dr Mouhib Mohammed, consacré à Midelt : http ://echomidelt.blogspot.com/2008/04/ifrane-panorama-ditto-lgende.html, consulté le 3 janvier 2011.

47 Boumahdi 1987, p. 67-68.

48 Il s’agit d’un des contes de Wilhelm Hauff, La Caravane, suivi de Le Cheikh d’Alexandrie, trad. Nicole Tarbes, 1999, p. 13-34. Les petits enfants français ont lu Le calife cigogne dans une très belle adaptation du Père Castor, en 1962, constamment rééditée depuis.

49 Delort 1984, p. 179.

50 Le Tourneau 1965.

51 Lauthe 1970, p. 285 et s.

52 On pensait qu’elles protégeaient des incendies les maisons où elles élisaient domicile, dans le folklore français du xixe siècle.

53 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Paris, Les Belles Lettres, 1961, vol. x, p. 62.

54 Guigui 2007, p. 221.

55 La cigogne apparaît par exemple dans le catalogue de miracles chrétiens dressé au xviie siècle par Johannes B. Bagatta, Admiranda orbis christiani, 2 vol., Augsburg et Dillingen, Johannes Caspari Bencard, 1700 [édition antérieure Venise, 1680]. Sur toutes ces occurrences, voir Berlioz et Polo de Beaulieu 1999, p. 75, 116, 120, 165, 201-202, 217.

56 de Lamartine 1859, p. 455-456. Lamartine passe dans la région fin août-début septembre 1833.

57 Le Grand Livre de l’interprétation des rêves, attribué à Muḥammad Ibn Sīrīn, traduit et présenté par Youssef Seddik, Beyrouth, al-Bouraq, 1999 et L’Aube, 2005, p. 142. J’ai un peu revu la traduction.

58 Al-Nābulusī, Merveilles de l’interprétation des rêves, trad. Azzedine Haridi, Paris, al-Bustane, 2002, p. 658.

59 Voisenet 1994, p. 82-93.

60 Conte B 263.7 dans la classification de Stith-Thompson, voir Stith-Thompson 1958, vol. vi, p. 755.

61 Baratay 1996, p. 61.

62 Schimmel 1998, p. 75.

63 Goldenberg 2000, p. 46.

64 Bouvier 2001, p. 187.

65 Diken 2010, p. 104. Je remercie Bernard Heyberger pour cette référence.

66 Kokden 2004, repris dans http ://www.reseau-solidarite.ch/engagements/initiatives-et-referendums/asile/les-cigognes/ consulté le 4 avril 2011.

67 Goldenberg 2000, p. 46.

68 En Arménie post-soviétique, la cigogne fait figure d’oiseau emblématique. Son nom est également inspiré par une onomatopée : Krounk, lié au verbe krkral qui signifie en arménien coasser, voire bavarder ; voir Adjarian 1973, vol. ii, p. 673. Je remercie Tigrane Yegavian pour son aide.

69 Hansi 1913, p. 4.

70 Vigée 2008, p. 175.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable