Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

L'onomastique

Le nom propre dans la tradition grammaticale arabe

Pierre Larcher

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lecomte 1968, p. 71.

1Étudiant l’arabe dit « littéral » aux Langues’O, j’ai appris de maîtres remarquables, pour citer ici l’un d’eux, Gérard Lecomte1, ceci :

Les constituants théoriques du nom développé d’un Arabe (surtout musulman) sont les suivants : 1) le nom personnel (ism) : Muḥammad, ‘Abd Allāh… 2) la généalogie (nasab) réduite dans l’usage courant au nom du père : Ibn ‘Alī [ibn Aḥmad ibn Muḥammad etc.] 3) le nom d’origine territoriale ou ethnique (nisba), qui est un adjectif de relation (…) : al-Maġribī, al-Kinānī… 4) la kunya, qui consiste à apostropher une personne par le nom de son premier né (s’il n’existe pas, on crée volontiers une kunya factice) : Abū l-Ḥasan, Umm Sa‘īd… L’usage de la kunya, qui est une marque de civilité, est encore très vivant en Orient. Il a pratiquement disparu en tant que tel au Maghreb. 5) un surnom (laqab) aussi varié qu’il est possible : al-Aḫḍar, al-Ǧāḥiẓ…

  • 2 Ibid., p. 6.

2Étudiant plus tard la grammaire de l’arabe dans le texte, je me souviens d’avoir lu, avec quelque étonnement, dans un des petits traités de grammaire arabe les plus utilisés, le Mufaṣṣal de Zamaḫšarī (m. 538/1144), ceci2 :

  • 3 Réservons pour l’instant la traduction de ce terme.

et parmi les espèces du nom, il y a le nom propre, lequel s’attache à un objet spécifique, sans englober les objets similaires. Il est nécessairement nom, comme Zayd et Ǧa‘far ou kunya3 comme Abū ‘Amr et Umm Kulṯūm ou surnom, comme Baṭṭa [canard] et Quffa [couffe],

wa-min asnāf al-ism al-‘alam wa-huwa mā ‘aliqa ‘alā šay’ bi-‘aynihi ġayr mutanāwil mā ašbahahu wa-lā yaḫlū min an yakūna ism ka-Zayd wa-Ǧa‘far aw kunya ka-abī ‘Amr wa-Umm Kulṯūm aw laqab ka-Baṭṭa wa-Quffa.

3Ainsi, dès le départ, il existe une divergence entre grammairiens arabes et arabisants en matière onomastique (ou plus exactement une partie de celle-ci, car les uns comme les autres ne traitent, à première vue, que d’anthroponymie) : alors que les grammairiens arabes ne comptent que trois types de noms propres, les arabisants en comptent cinq, ajoutant aux trois précités deux autres : nasab et nisba.

4La consultation d’autres sources arabisantes accroît le sentiment d’incertitude. Ainsi EI2 a-t-elle un article « ISM », où on peut lire : « Dans l’usage arabo-islamique, l’appellatif complet d’une personne est normalement constitué des éléments suivants : 1) kunya ; 2) ism ; 3) nasab ; 4) nisba ». De cinq chez Lecomte, la liste des éléments constitutifs du nom propre de personne est maintenant passée à quatre… Il est vrai que le même article ajoute aussitôt qu’ « un certain nombre de personnes sont également connues sous un surnom (laqab) ou un sobriquet injurieux (nabaz) qui, dans l’énoncé complet, se place après la nisba (4), tandis qu’à partir de la fin du iiie/ixe siècle, l’emploi d’un surnom honorifique, avant ou après la kunya, devient de plus en plus fréquent chez les personnages de quelque importance ». De fait, après avoir détaillé les quatre éléments, l’article conclut : « Tels sont les éléments composant normalement un nom. Peuvent s’y ajouter : le laqab, épithète honorifique ou descriptive qui se place généralement après la nisba et représente parfois un surnom, souvent un titre. Sous sa forme la plus simple et la plus ancienne, le laqab est un surnom tiré en général d’un trait physique (…) ; ces surnoms sont sentis comme moins péjoratifs que des sobriquets (nabaz) ». On le voit : apparaît ici un sixième nom, nabaz, même si l’article le met en même position, la cinquième, que le laqab, laquelle position devrait donc se formuler ainsi : 5) laqab ou nabaz.

  • 4 Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics.

5Enfin, dans le récent article « Proper Names » de EALL4, dû à Franz-Christopher Muth, on retrouve, mais dans un ordre différent de celui de Lecomte et de EI2, cinq éléments : 1) ism 2) nasab 3) kunya 4) nisba 5) laqab ou nabaz, ce dernier, mentionné en introduction, étant ensuite ignoré dans la suite de l’article. L’objet du présent article est de tenter de remettre un peu d’ordre dans cet apparent désordre, en collationnant la littérature arabisante à quelques traités de grammairiens arabes.

Place des noms propres dans les traités grammaticaux

  • 5 Ibn Hišām al-Anṣārī, Šarḥ šuḏūr al-ḏahab, éd. Muḥammad Muḥyī al-Dīn ‘Abd al-Ḥamīd, Le Caire, s.l., (...)

6Nous utilisons ici des traités grammaticaux de l’époque postclassique, époque où l’exposé grammatical est bien organisé. Cela ne veut pas dire, pour autant, que la place des noms propres y est fixe et intangible. On peut les trouver soit au début de la section des noms, comme dans le Mufaṣṣal de Zamaḫšarī et, à sa suite, le commentaire qu’en a fait Ibn Ya‘īš (m. 643/1245), soit dans la subdivision des noms en indéfinis (nakira) et définis (ma‘rifa), comme dans la Kāfiya de Ibn al-Ḥāǧib (m. 646/1249) et, à sa suite, le commentaire qu’en a fait Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī (m. 688/1289), le Tashīl et le Šarḥ al-Tashīl d’Ibn Mālik (m. 672/1274), et le Šarḥ Šuḏūr al-ḏahab de Ibn Hišām al-Anṣārī (m. 760/1361). Le nom propre prend place dans cette dernière section, après le pronom (muḍmar), mais avant le démonstratif (ism al-išāra), le relatif (ism al-mawṣūl), le nom « paré » de l’article défini (al-muḥallā bi-al) et celui du premier terme d’une annexion dont le second est une expression définie, type ġulāmī « mon jeune esclave » ou ġulām Zayd « le jeune esclave de Zayd », pour citer ici Ibn Hišām al-Anṣārī5.

Anthroponymes

Ism et (ism) ‘alam

  • 6 Wright 1896-1898, vol. i, 107B.

7Commençons par une remarque terminologique. L’article « Proper names » de EALL écrit que « Arabic proper or personal names » correspondent à l’arabe « ism, pl. asmā’ ; or ism ‘alam, pl. asmā’ a‘lām », en renvoyant à Wright6, mais que le premier élément dont il est composé, « the proper or personal name » s’appelle ism or ‘alam, ce qui est répété à la section consacrée un peu plus loin au ism : « the proper or personal name, called ism, ‘alam, ism al-‘alam », en renvoyant de nouveau à Wright. Autrement dit, les termes de ism ou de (ism) ‘alam s’emploieraient à la fois pour tout nom propre personnel et, plus particulièrement, pour le premier élément constitutif de ce nom propre personnel. Si on relit le Mufaṣṣal de Zamaḫšarī, il est rigoureusement impossible de tirer une telle conclusion : ism est employé une fois comme hyperonyme par rapport à ‘alam et une autre fois comme hyponyme par rapport à ‘alam. Dans le premier emploi ism est l’équivalent de noun : il est le genre dont le ‘alam est une espèce (d’où l’expression de ism ‘alam, où ism est le genre et ‘alam l’espèce), l’autre espèce étant le ism ǧins ou nom commun ; dans le second emploi ism est l’équivalent de first name. Dans l’usage des grammairiens, ism ‘alam n’est donc nullement équivoque : c’est le nom technique et, comme nous le verrons plus loin, générique du nom propre. Ajoutons que sur ce point, Wright répète exactement les grammairiens arabes et constitue une source d’une parfaite fiabilité.

Laqab et nabaz

  • 7 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, 2 vol., Istanbul, Maṭba‘at al-šarika al-ṣiḥāf (...)

8En revanche, la lecture des traités grammaticaux confirme la différence faite par l’article de EI2 et, à sa suite, celui de EAL entre laqab et nabaz : l’un et l’autre sont des surnoms (nicknames), mais le second, plus particulièrement, est péjoratif. On trouve cependant dans le Šarḥ al-Kāfiya (vol. ii, p. 139) de Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī7 une très intéressante remarque :

Les noms propres sont de trois types : soit nom et c’est ce par quoi on ne vise ni éloge, ni blâme, comme Zayd et ‘Amr, soit surnom et c’est ce par quoi on vise l’un des deux, comme Baṭṭa, Quffa et ‘Ā‘iḏ al-kalb dans le blâme, al-Muṣṭafā et al-Murtaḍā, Muẓaffar al-Dīn et Faḫr al-Dīn dans l’éloge (mais l’expression de laqab, anciennement, était plus connue en matière de blâme que d’éloge, tandis que celle de nabaz s’emploie spécialement dans le blâme), soit kunya (…) et celle-ci, chez les Arabes, a pour but de valoriser,

wa-l-a‘lām ‘alā ṯalāṯat aḍrub immā ism wa-huwa llaḏī lā yuqṣad bihi madḥ wa-lā ḏamm ka-Zayd wa-‘Amr aw laqab wa-huwa mā yuqṣad bihi aḥaduhumā ka-Baṭṭa wa-Quffa wa-‘Ā’iḏ al-kalb fī l-ḏamm wa-l-Muṣṭafā wa-l-Murtaḍā wa-Muẓaffar al-Dīn wa-Faḫr al-Dīn fī l-madḥ wa-lafẓ al-laqab fī l-qadīm kāna fī l-ḏamm ašhar minhu fī l-madḥ wa-l-nabaz fī l-ḏamm ḫāṣṣatan wa-immā kunya (…) wa-l-kunya ‘inda l-‘Arab yuqṣad bihā al-ta‘ẓīm.

9Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī est doublement original : il n’affecte pas seulement chacun des noms propres d’une valeur (méliorative pour la kunya, méliorative ou péjorative pour le laqab, neutre pour le ism) ; encore introduit-il une dimension diachronique, suggérant que c’est la valeur exclusivement péjorative de nabaz, qui a « neutralisé » la valeur primitive de laqab. Allant dans le même sens, mais plus loin, on pourrait dire que l’évolution s’est ultérieurement poursuivie, aboutissant à la valeur essentiellement méliorative du laqab, relevée par EI2.

Les mystères de la kunya

  • 8 Pour notre part, dans notre mémoire de maîtrise (Larcher 1972), consacré à la signification des nom (...)
  • 9 Lévi-Strauss 1990, p. 230.
  • 10 Certains Musulmans réclament aujourd’hui des non-Musulmans qu’ils disent Muḥammad, réclamation qui (...)
  • 11 Par symétrie avec anthroponyme, j’entends ici zoonyme comme nom propre d’animal.
  • 12 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šarḥ al-Kāfiya, Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, éd. Dr Imīl Badī‘ Ya‘qūb, 4 v (...)
  • 13 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī donne au verbe ‘arraḍa la construction du verbe kanā (kanā bi-šay’ ‘an ša (...)
  • 14 Ibn ‘Aqīl, Šarḥ Ibn ‘Aqīl ‘alā Alfiyyat Ibn Mālik, éd. Ṭaha Muḥammad al-Zaynī, 4 vol., Le Caire, ‘Ī (...)
  • 15 Ibn Ya‘īš, Šarḥ al-Mufaṣṣal, 10 vol., Le Caire, Idārat al-ṭibā‘a al-munīriyya, s.d., vol. i, p. 27.
  • 16 En fait, kunya est un nom lié au verbe kanā-yaknū (ou yaknī), avant d’être la base du verbe dénomin (...)

10Le même Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī nous réserve une surprise de taille, en ce qui concerne la kunya. Le terme n’est généralement pas traduit. L’article « Proper names » de EALL risque cependant : « The agnomen or paternal or maternal name is called kunya, referring to the person’s eldest son or daughter », en renvoyant à Wright (qui n’emploie pas l’expression d’agnomen). L’agnomen se dénonce étymologiquement comme le nom
(-nomen) qui s’ajoute (ag- < ad-) éventuellement, pour distinguer entre deux personnes, aux trois noms traditionnels romains : praenomen, nomen et cognomen. Si le cognomen est le surnom usuel, l’agnomen est le surnom supplémentaire. Le terme ne convient donc pas. Ceux des arabisants, qui, comme l’auteur de ces lignes, ont une certaine culture anthropologique ont cependant introduit, depuis longtemps déjà8, le terme exact, qui est celui de teknonyme. Je renvoie par exemple à Claude Lévi-Strauss (1908-2009), qui écrit dans La pensée sauvage9 que les Penan, nomades de Bornéo, peuvent être désignés par trois sortes de termes, dont « un teknonyme (« père d’un tel », « mère d’un tel ») ». Bien qu’on le rencontre occasionnellement sous la plume d’arabisants, il ne s’est pas vraiment imposé. Or ce que dit Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī de la kunya donnerait à penser qu’il est lui-même inadéquat. Si l’on restitue le passage que nous avons omis ci-dessus, on peut lire : « et celle-ci est les [mots de] père ou mère ou fils ou fille, objets d’une annexion, ainsi Abū ‘Amr et Umm Kulṯūm et Ibn Āwā et Bint Wardān » (wa-hiya l-ab aw al-umm aw al-ibn aw al-bint muḍāfat naḥw Abū ‘Amr wa-Umm Kulṯūm wa-Ibn Āwā wa-Bint Wardān). Pour Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, kunya ne se dirait pas seulement des noms propres de forme Abū ou Umm, mais aussi bien Ibn ou Bint. Ajoute au mystère le fait que si Abū et Umm sont exemplifiés par des noms propres de personne (Umm Kulṯūm en particulier est le nom d’une des filles de Mahomet10 et Ḫadīǧa), Ibn et Bint sont ici exemplifiés par des noms propres d’espèce (animale), respectivement chacal et cloporte. Cela vient rappeler par anticipation que les développements que consacrent les grammairiens aux noms propres ne comprennent pas les seuls anthroponymes, mais aussi les zoonymes11. Dans une autre édition du Šarh al-Kāfiya12, l’éditeur rétablit la symétrie en interprétant Abū ‘Amr et Umm Kulṯūm, non comme des noms propres de personnes, mais comme étant eux-mêmes des noms propres d’espèces animales : Abū ‘Amr serait la kunya du félin dit nimr (qui est le léopard d’Arabie) et du faucon (ṣaqr), Umm Kulṯūm serait celle de la lionne (labwa) ou de l’autruche (na‘āma). L’extension que donne Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī à kunya s’explique peut-être par l’étymologie qu’il rappelle : « kunya vient de kanaytu, c’est-à-dire « j’ai voilé » et « j’ai fait allusion », comme kināya également, parce qu’elle est un substitut allusif du nom » (al-kunya min kanaytu ay satartu wa-‘arraḍtu ka-l-kināya sawā’ li-annahu yu‘arraḍ bihā ‘an al-ism)13. En rapprochant explicitement kunya de kināya, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī fait de la kunya plus généralement un « métonyme » qu’un teknonyme. Une note de l’éditeur du Šarḥ al-Alfiyya de Ibn ‘Aqīl (m. 769/1367) va exactement dans ce sens. Ibn ‘Aqīl14 ayant défini la kunya comme « ce qui a à son début ab ou umm » (mā kāna fī awwalihi ab aw umm), l’éditeur (note 1) ajoute : « c’est-à-dire : ou fils ou fille ou frère ou sœur ou oncle ou tante paternels ou oncle ou tante maternels » (ay aw ibn aw bint aw aḫ aw uḫt aw ‘amm aw ‘amma aw ḫāl aw ḫāla). Autrement dit, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī ne ferait que conserver le souvenir d’une kunya comme appellation métonymique d’un individu par une relation quelconque de parenté, qui, au fil du temps, se serait restreinte à une de ces relations, privilégiée, celle de « père/mère de… ». L’extension intermédiaire que lui donne Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī (à la fois « père/mère de… » et « fils/fille de… ») s’explique peut-être par son « logicisme » : « …père de… » et « fils de » sont deux relations binaires, dont l’une s’infère de l’autre : il n’est donc pas illogique de supposer qu’un même terme puisse s’appliquer aux deux. En tout cas, que, pour Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, la kunya comme teknonyme ne soit qu’un cas particulier d’un procédé de nomination métonymique, est confirmé par la formulation qu’il adopte un peu plus loin : « il arrive que l’individu soit appelé par les enfants qu’il a, comme Abū l-Ḥasan, pour le commandeur des croyants ‘Alī (Allāh soit satisfait de lui !) » (wa-qad yukannā al-šaḫṣ bi-l-awlād allaḏīna lahu ka-Abī-l-Ḥasan li-amīr al-mu’minīn ‘Alī raḍiya ‘anhu). Ibn Ya‘īš15 fait le même rapprochement (« de là, kanawtu l-raǧula et kanaytuhu et il vient de kināya, c’est-à-dire la dissimulation » wa-yuqāl minhu kanawtu l-raǧula wa-kanaytuhu wa-huwa min al-kināya wa-hiya l-tawriya)16, sans pour autant procéder à la même extension de sens, également inconnue de Zamaḫšarī, Ibn Mālik et Ibn Hišām al-Anṣārī. Elle ne doit pas cependant être le fait du seul Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, car elle est connue de Caspari-Wright (vol. i, p. 107-108), qui écrit : « kunya i.e a name compounded with abū, father of, (…), or umm, mother of, (…), or ibnu, son of, as ibn Ḥayyān or ibnat or bintu, daughter of, as bintu Hind ». Elle est de même connue du dictionnaire de Kazimirski (art. « KNW/Y »).

Kunya réelle et factice

  • 17 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 139.
  • 18 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.
  • 19 Larcher 1997 ; Sublet 1991.

11Il est vrai que le terme de teknonyme comme interprétant de kunya ne trouve pas seulement une limite formelle, si on suit Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, mais encore sémantique, dans la mesure où la kunya peut être « factice », si on reprend le terme de Lecomte. L’expression Abū/Umm Fulān(a) peut très bien s’adresser ou référer à quelqu’un qui n’est pas réellement le père ou la mère d’un enfant ainsi prénommé. Les grammairiens arabes font état d’au moins un cas de facticité, c’est celui de la kunya « propitiatoire », ainsi décrit par Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī17 : « L’individu peut recevoir une kunya dans l’enfance pour bien augurer qu’il vive jusqu’à ce que lui vienne un enfant dont tel est le nom » (wa-qad yukannā fī l-siġar tafā’ulan li-an ya‘īš ḥattā yaṣīr lahu walad ismuhu ḏāka) ou encore, avant lui, par Ibn Ya‘īš18 : « Parfois, on donne une kunya au nouveau-né, pour bien augurer de sa santé et qu’il atteigne l’âge de la procréation » (wa-qad yukannūna l-walīd fa-yaqūlūna Abū Fulān ‘alā sabīl al-tafā’ul bi-l-salāma wa-bulūġ sinn al-īlād). Mais en dehors de ce cas, directement lié à la kunya réelle (c’est une kunya anticipatrice, à fonction magique), les grammairiens arabes ne soufflent mot de tous les autres cas de kunya factice ni des règles de leur attribution. C’est pourtant un formidable terrain de jeu pour les linguistes, même si je me contenterai de répéter ici les suggestions faites dans le compte rendu de l’ouvrage de Jacqueline Sublet, Le voile du nom19. L’attribution d’une kunya factice peut en effet se régler soit sur le signifiant du ism (kunya allitérante de Sublet, par exemple ‘Alī (litt. « haut ») Abū l-‘Alā’ (litt. « père de la hauteur »), soit sur son signifié (kunya de redondance de Sublet, e.g. Ǧamīl (litt. « beau ») Abū l-Ḥasan (« père du bien »), soit sur le référent du ism, c’est-à-dire sur le personnage portant ce ism, ce qu’il est et fait, par exemple le poète-guerrier ‘Antar(a) appelé Abū l-fawāris (« père des chevaliers »), soit sur un référent autre que le porteur du ism, mais associé, d’une manière ou d’une autre, à ce ism. J’avais donné comme exemple Abū ‘Ammār, kunya du leader palestinien Yasser Arafat (1929-2004), qui lui a été attribuée par référence au compagnon de Mahomet, ‘Ammār ibn Yāsir (si ‘Ammār est fils de Yāsir, alors Yāsir est père de ‘Ammār). J’aurais pu aussi bien donner l’exemple des Ibrāhīm appelés Abū Ḫalīl et des Ḫalīl appelés Abū Ibrāhīm, par référence « au » Ibrāhīm (l’Abraham biblique) surnommé Ḫalīl Allāh « l’ami de Dieu »…

Kunya et laqab

12Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī qu’on a vu ci-dessus attribuer une valeur neutre, méliorative et/ou péjorative à chacun des noms fait également une différence entre kunya et laqab :

La différence de valeur entre kunya et laqab est que le surnom emporte éloge ou blâme à l’égard de la personne ainsi surnommée de par le sens même de l’expression, au contraire de la kunya : celui qui la reçoit n’est pas valorisé, du fait de son sens, mais du fait que le nom n’est pas explicité,

wa-l-farq baynahā wa-bayna l-laqab ma‘nan anna l-laqab yumdaḥ al-mulaqqab bihi aw yuḏamm bi-ma‘nā ḏālika al-lafẓ bi-ḫilāf al-kunya fa-innahu lā yu‘aẓẓam al-mukannā bi-ma‘nāhā bal bi-‘adam al-taṣrīḥ bi-l-ism,

13ajoutant :

car certaines personnes répugnent à ce qu’on s’adresse à elles par leur nom. 

fa-inna ba‘ḍ al-nufūs ta’naf an tuḫāṭab bi-smihā.

14Au passage, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī confirme que la kunya est d’abord un terme d’adresse, même si elle peut également être employée comme terme de référence.

  • 20 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.

15L’« originalité » de Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī (relativement aux sources consultées) éclate quand on compare ce qu’il dit à ce que dit Ibn Ya‘īš20 :

16En fait, ils ont pour habitude établie d’appeler quelqu’un par son nom, mais, quand lui naît un enfant, il est appelé par le nom de son enfant, par égard pour lui et par respect pour sa situation et on lui dit Abū Fulān et Umm Fulān et c’est pourquoi on désapprouve que l’homme se donne à lui-même une kunya,

17wa-innamā kānat ‘ādatuhum an yad‘ū l-insān bi-smihi wa-‘iḏā wulida lahu walad du‘iya bi-smi waladihi tawqīran lahu wa-tafḫīman li-ša’nihi wa-yuqāl lahu abū fulān wa-umm fulān wa-li-ḏālika istaqbaḥū an yukanniya l-insān nafsahu.

  • 21 Selon l’interprétation faite par EI2 art. « Kunya », qui renvoie au chapitre xxiii de The Golden Bo (...)

18Ibn Ya‘īš qui ne connaît que la kunya restreinte au teknonyme ne voit dans son attribution qu’une valorisation sociale, lié au changement de statut de l’être humain, devenant père ou mère. Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī qui se fait de la kunya une idée large y voit clairement une stratégie d’évitement du nom propre, dû, sinon à un tabou frappant le nom propre21, du moins à certaines croyances superstitieuses liées à son prononcé. Autrement dit Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī ouvre bien plus largement que Ibn Ya‘īš la porte à une interprétation, non pas simplement sociologique, mais bien anthropologique de la kunya.

Zoonymes

  • 22 Šarḥ Šuḏūr al-ḏahab, p. 138.

19Comme il a déjà été dit, les développements que les grammairiens arabes consacrent aux noms propres, incluent une section sur les zoonymes ou noms propres d’animaux. La frontière, cependant, ne passe pas exactement entre anthroponymes et zoonymes, mais entre noms propres d’individus et noms propres d’espèces, ism al-‘alam al-šaḫṣī et ism al-‘alam al-ǧinsī, selon la terminologie de Ibn Hišām al-Anṣārī22, l’individu pouvant appartenir à l’espèce humaine ou à une espèce animale. On voit au passage que šaḫṣ ne signifie pas ici personne, mais individu et est synonyme de fard.

  • 23 Ḍumrān (litt. « Svelte ») apparaît au vers 14 du célèbre poème en dāl « Demeure de Mayya… » d’al-Nā (...)
  • 24 Ni la forme, ni le sens ne sont assurés. Ibn Yaīš, dans son commentaire, le donne comme un yéménis (...)

20Zamaḫšarī ne consacre pas moins de trois sections à ces noms. Dans les deux premières, il distingue entre espèces domestiques et familières, comme les chevaux, les chameaux, les moutons et les chiens, pour lesquelles existent, comme pour les humains, des noms propres d’individus, et les espèces non domestiques, comme les oiseaux, les bêtes sauvages et les reptiles pour lequelles n’existent que des noms propres d’espèces. Il donne comme exemples des premiers : A‘waǧ et Lāḥiq (noms de chevaux), Šadqam et ‘Uluyyān (noms de chameaux), Ḫuṭṭa et Hayla (noms de chèvres), Ḍumrān et Kasāb (noms d’un chien et d’une chienne de chasse)23. Il donne comme exemples des seconds Usāma (lion), Ṯu‘āla (renard), Abū Barāqiš (pinson, litt. « le bariolé ou bigarré »), Ibn Da’ya (corbeau), Ibn Qitra (type de serpent, comparé par ce nom à une flèche sans pointe de fer), Bint Ṭabaq (type de serpent ou tortue), notant explicitement que, parmi les espèces animales, il y en a qui ont à la fois un nom commun et un nom propre, comme le lion (asad et Usāma) et le renard (ṯa‘lab et Ṯu‘āla) et d’autres qui n’ont qu’un nom propre comme Ibn Miqraḍ (fouine) et ḥimār Qabbān (espèce d’insecte, litt. « l’âne de Qabbān »). Enfin, dans la dernière section, il souligne que, comme les humains, certaines espèces animales reçoivent, à côté d’un ism, une kunya (ainsi le lion, Usāma et Abū l-Hāriṯ, le renard Ṯu‘āla et Abū l-Ḥuṣayn, la hyène Ḥaḍāǧir et Umm ‘Āmir, le scorpion Šabwa et Umm ‘Iryaṭ), signalant que d’autres ont un ism (Quṯam, hyène mâle), mais pas de kunya et d’autres encore une kunya, mais pas de ism (Abū Barāqiš, déjà cité, Abū Ṣubayra, espèce d’oiseau, Umm Rubbāḥ (?)24 et Umm ‘Aǧlān, espèce d’oiseau).

21Par deux fois, Zamaḫšarī souligne l’analogie entre noms propres humains et noms propres d’animaux. Là encore, le fait que les humains prêtent aux animaux leurs types de noms (ism et kunya) et que les premiers empruntent des noms, communs ou propres (e.g. Asad, nom de tribu, ou Usāma, prénom masculin), aux seconds a un petit côté « pensée sauvage », nous renvoyant, sinon au totémisme, du moins à un état de ces cultures, où l’homme est pensé en continuité avec la nature.

Toponymes

22En revanche, les grammairiens ne consacrent pas de développement particulier aux toponymes. Ceux qui sont familiers de la poésie archaïque, où les toponymes sont foison, servant à planter le décor géographique, au premier degré, mais aussi topographique, au second degré, dans la mesure où la plupart sont étymologiquement transparents (pouvant être facilement confondus avec des noms communs) savent cependant qu’il existe dans les commentaires de cette poésie un nom spécifique, celui de ism mawḍi‘ (litt. « nom d’endroit »).

  • 25 Ibn Aqīl, Šarḥ Ibn ‘Aqīl ‘alā Alfiyyat Ibn Mālik, éd.Ṭaha Muḥammad al-Zaynī, 4 vol., Le Caire, Īs (...)

23Pour autant, force est de constater que les grammairiens emploient aussi bien ism makān dans le sens de toponyme, par exemple Ibn ‘Aqīl25 : ‘Adan ism makān « Aden est un nom de lieu ». Dans leur usage, ism makān est donc équivoque, se disant soit du nom d’un lieu, comme ci-dessus, soit du « nom de lieu », qui désigne la forme maf‘a(i)l(a), lié à un verbe et signifiant « endroit où se fait telle action ». Comme on sait, la forme maf‘ala est utilisé comme nom de lieu dénominatif, mais porte alors le nom de ism al-kaṯra (« nom d’abondance »), parce qu’elle se paraphrase par « lieu où il y a beaucoup de x », x désignant l’objet du nom duquel est dérivé maf‘ala, e.g. maktaba « librairie, bibliothèque », vs maktab « bureau ».

Noms propres de choses

  • 26 Ibn Ǧinnī, al-Ḫaṣā’iṣ, éd. Muḥammad ‘Alī al-Naǧǧār, 3 vol., Beyrouth, Dār al-Hudā li-l-ṭibā‘a wa-l- (...)
  • 27 Anghelescu 1993.

24De la même façon que les grammairiens distinguent entre ism ‘ayn et ism ma‘nā, c’est-à-dire, dans les termes de notre propre tradition, entre nom concret et nom abstrait, ils distinguent entre ‘alam ‘ayn et ‘alam ma‘nā, c’est-à-dire entre nom propre concret et nom propre abstrait. Zamaḫašarī consacre une section aux a‘lām al-ma‘ānī, catégorie qui sort tout droit d’un chapitre des Ḫaṣā’iṣ26 de Ibn Ǧinnī (m. 392/1002) et jadis étudié par Anghelescu27.

25L’examen des exemples montre qu’il s’agit en fait d’un ensemble hybride, où se laissent reconnaître trois sous-ensembles. Un premier sous-ensemble est constitué de vrais noms propres de choses correspondant exactement à ce que nous appelons dans notre tradition des « personnifications », ainsi définies par Littré : « faire d’un être inanimé ou d’une abstraction un être réel ». Tel est Ša‘ūb ou Umm Qaš‘am pour la mort (al-maniyya). Elle tire son premier nom de ce qu’elle « sépare » (taš‘ab = tafriq (ou tufarriq)) ; et elle tire le second, en forme de kunya, de ce que quand est homme est tué, les vautours se rassemblent autour de lui (qaš‘am « vétéran » est une des épithètes du vautour). Tel est encore Kaysān (« Perfidie ») pour la trahison (al-ġadr). Zamahšarī indique qu’on donne au coup de pied donné au derrière de quelqu’un la kunya de Umm Kaysān (« mère de Perfidie »). On se serait cependant attendu que le coup de pied en traître soit appelé « Fille de Perfidie », plutôt que « Mère de Perfidie », mais Ibn Ya‘īš explique la chose en ce que celui-là est le signe de celle-ci. Autrement dit, il interprète ici la relation « mère de… » comme la marque d’une inférence logique, où la perfidie se déduit du coup de pied par derrière et donc logiquement le suit …

26Un second sous-ensemble est constitué de noms communs, qui deviennent des noms propres parce qu’on leur donne le traitement flexionnel de ces derniers, comme les noms de nombre, normalement triptotes, traités comme diptotes dans sittatu ḍi‘fu ṯalāṯata (« Six est double de Trois ») et arba‘atu niṣf ṯamāniyatu (« Quatre est moitié de Huit »).

  • 28 L’adaptation est rendue nécessaire par le fait que pour Rey-Debove, le mot métalinguistique est un (...)
  • 29 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 67.

27Enfin, certains ne s’expliquent que sémiotiquement, comme subḥān « nom propre » du tasbīḥ. En effet, subḥān est appelé en arabe un ism al-maṣdar, c’est-à-dire un nom ayant pour « dénommé » (musammā) le vrai maṣdar, ce qu’est tasbīḥ par rapport au verbe sabbaḥa « glorifier » (i.e. faire ce que l’on fait en disant subḥāna llāhi « Gloire à Dieu ! »). Or, dire cela, c’est le traiter sémiotiquement, du moins en apparence, comme une « expression » (lafẓ) n’ayant pas d’autre « sens » (ma‘nā) qu’une « expression ». Si l’on adopte, en l’adaptant, le formalisme de Rey-Debove (1978), un tel signe aura pour formule E1 (Ex), c’est-à-dire une expression (E = Expression), n’ayant pour contenu (C = Contenu), qu’une autre expression, ce qui est celle du mot métalinguistique28. Il s’est trouvé au moins un grammairien, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, pour dénoncer la confusion ici faite entre métalangage et langage ordinaire. Il le fait à propos de la catégorie, terminologiquement parallèle à celle de ism al-maṣdar, de ism al-fi‘l (litt. « nom du verbe »), qui désigne en grammaire arabe ce que nous appelons dans la nôtre « interjection ». Citons-le29 :

D’aucuns ont dit que ṣah [Chut !], par exemple, est le nom de l’expression uskut [tais-toi !] (et c’est celle-ci qui marque le sens du verbe), de sorte qu’il est un nom propre de l’expression du verbe, non de son sens, mais ce n’est rien du tout ! Le pur Arabe, en effet, peut dire ṣah, sans penser à l’expression uskut, ni même l’avoir jamais entendue. Si l’on avait dit que c’est un nom de uṣmut [« fais silence »] ou de imtani‘ ou kuff ‘an al-kalām [« abstiens-toi ou cesse de parler »] ou d’une autre expression véhiculant ce sens, c’eût été correct : nous savons que ce qu’on entend par ism al-fi‘l, c’est le sens, non l’expression,

  • 30 Cette citation, ainsi que celle du paragraphe suivant, sont également faites dans Larcher 2005.

wa-laysa mā qāla ba‘ḍuhum inna ṣah maṯalan ism li-lafẓ uskut allaḏī huwa dāll ‘alā ma‘nā l-fi‘l fa-huwa ‘alam li-lafẓ al-fi‘l lā li-ma‘nāhu bi-šay’ iḏ al-‘arabī l-quḥḥ rubbamā yaqūlu ṣah ma‘a annahu lā yaḫṭiru bi-bālihi lafẓ uskut wa-rubbamā lam yasma‘hu aṣlan wa-law qulta innahu ism li-uṣmut aw imtani‘ aw kuff ‘an al-kalām aw ġayr ḏālika mimmā yu’addī hāḏā l-ma‘nā la-ṣaḥḥa fa-‘alimnā anna l-maqṣūd minhu l-ma‘nā lā l-lafẓ30.

28Autrement dit, Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī indique, de la manière la plus explicite qui soit, que l’expression de ism al-fi‘l (et, par suite, celle de ism al-maṣdar) doivent simplement s’interpréter comme un nom (partie du discours où elles sont rangées) ayant le sens d’un verbe (ou du maṣdar formel d’un verbe).

L’autonyme est un nom propre

  • 31 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 36.

29Pour autant, il ne faudrait pas croire que c’est le côté « méta » du ism al-fi‘l qui explique que d’aucuns en fassent une espèce de nom propre. Cela ressort clairement de ce que Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī dit de ce qu’on appelle dans notre tradition un autonyme et qu’il considère explicitement comme un nom propre, lui consacrant un alinéa, au sein même de la section des noms propres31 :

Sache que quand on vise par un mot cette expression, sans son sens, ainsi quand on dit « ayna [où] est un mot interrogatif » et « ḍaraba [il a frappé] est un verbe passé », celui-ci est un nom propre et, ce, parce qu’un tel [signe] est institué pour un objet spécifique, sans rien englober d’autre, et il fait l’objet d’un transfert, parce qu’il est transféré d’un signifié qui est le sens à un autre signifié qui est l’expression,

wa-lam annahu iḏā quṣida bi-kalima ḏālika l-lafẓ dūna ma‘nāhu ka-qawlika ayna kalimat istifhām wa-ḍaraba fī l-māḍin fa-huwa alam wa-ḏālika li-annahu miṯl hāḏā mawḍū‘ li-šay’ bi-‘aynihi ġayr mutānawil ġayrahu wa-huwa manqūl li-annahu nuqila min madlūl huwa l-ma‘nā ilā madlūl ākhar huwa l-lafẓ.

  • 32 Pour le détail, voir Rey-Debove 1978, p. 133-136).

30Mot métalinguistique et mot autonyme ont en commun d’être des expressions ayant pour contenu une expression. Mais alors que le mot métalinguistique a pour contenu une expression quelconque, le mot autonyme n’a pas d’autre contenu que sa propre expression (formule E1(E1)). Et c’est en raison de l’unicité de ce référent, et non de sa nature, que Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī considère l’autonyme comme un nom propre. Logiciens et linguistes, aujourd’hui, considèrent que l’autonyme n’est pas un nom propre, même s’ils reconnaissent qu’autonyme et nom propre ont en commun un certain nombre de caractéristiques32. Inversement, si Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī ne considère pas le ism al-fi‘l comme un nom propre, c’est parce que pour lui il n’a pas pour contenu une expression et encore moins une expression unique (i.e. ṣah « nom propre » de uskut) mais le même sens que des verbes tels que uskut, uṣmut, kuff ou imtani‘ an al-kalām

  • 33 Ou encore « mots-modèles », dans la terminologie de Guillaume (2009), qui leur a consacré une étude (...)
  • 34 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 133-135.
  • 35 Cette signification fait la différence avec l’emploi du mot-étalon comme substitut (kināya) d’un mo (...)

31Notons pour finir que sont considérés comme noms propres sous certaines conditions ce que Zamaḫšarī appelle al-amṯila llatī yūzan bihā (« les formes servant à la mesure [des mots] »), et qu’on pourrait appeler les mots-étalons33, c’est-à-dire ceux formés sur la racine f-‘-l et servant à noter les schèmes abstraits des mots concrets. Zamaḫšarī leur consacre une section particulière (Mufaṣṣal, p. 11), mais son commentateur Ibn Ya‘īš (et les autres grammairiens) les réintègrent dans les « noms propres de choses », où Ibn Ǧinnī les mettait. Ces conditions ont été particulièrement bien définies par Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī34. Sur le plan formel, ils doivent être employés comme expressions définies, emploi où ils sont traités, sur le plan flexionnel, comme diptotes et, sur le plan sémantique, ils n’ont pas d’autre sens que métalinguistique (i.e. x = le mot de schème x) ou autonymique (i.e. x = le schème x lui-même)35, ce qui permet de lire correctement les exemples de Zamaḫšarī : fa‘lānu llaḏī mu’annaṯuhu fa‘lā « fa‘lānu, dont le féminin est fa‘lā », af‘alu ṣifa lā yanṣarif « af‘alu est un adjectif non triptote » et wazn Ṭalḥata wa-iṣba‘in Ṭalḥatu wa-iṣba‘u « le schème de Ṭalḥa et de iṣba‘ est Ṭalḥatu et if‘alu ».

Classement formel et étymologique des noms propres

32Les grammairiens arabes ont également un double classement des noms propres en « simple » (mufrad) et « composé » (murakkab) d’une part, « dérivé » (manqūl, litt. « transféré ») et « improvisé » (murtaǧal) d’autre part.

  • 36 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 28-29.

33On peut qualifier sans risque d’erreur le premier classement de formel. Zamaḫšarī se contente d’exemplifier le nom propre simple, par Zayd et ‘Amr. En revanche, il subdivise le nom propre composé en « phrase » (ǧumla), par exemple Ta’abbaṭa Šarran (litt. « il a mis un mal sous son aisselle »), surnom d’un célèbre poète-brigand préislamique, et « autre que phrase » (ġayr ǧumla). Cette dernière catégorie est subdivisée à son tour en « deux noms dont on fait un seul » (ismān ǧu‘ilā isman wāḥidan), par exemple Ba‘albakk, et « premier et second termes d’une annexion » (muḍāf wa-muḍāf ilayhi), par exemple ‘Abd Manāf Imru’ al-Qays et les kunya. Ibn Ya‘īš36 substitue à l’arborescence de Zamaḫašarī une simple énumération :

Le [nom propre] composé est de trois types : phrase (…), deux noms dont l’un est combiné avec l’autre pour ne faire qu’un (…), objet d’une annexion,

wa-l-murakkab ‘alā ṯalāṯat aḍrub ǧumla (…) ismān rukkiba aḥaduhuma ma‘a l-’āḫar hattā ṣārā ka-l-ism al-wāḥid (…) al-muḍāf.

34Inversement, s’agissant du troisième type, il substitue à la simple énumération de Zamaḫšarī une subdivision en kunya et non-kunya

  • 37 Pour Iṣmit comme pour Šammar et Kasab, plusieurs étymologies sont proposées dans le détail desquel (...)

35On peut qualifier tentativement le second d’étymologique. Pour Zamaḫšarī, un nom propre peut être « dérivé » de six choses : 1) un nom concret (ism ‘ayn) comme Ṯawr (« taureau ») et Asad (« lion ») ; 2) un nom abstrait (ism ma‘nā) comme Faḍl (« mérite ») et Iyās (« don ») ; 3) une qualification (ṣifa) comme Ḥātim (« décisif ») et Nā’ila (« généreuse »), 4) un verbe (fi‘l), soit māḍī, comme Šammar et Ka‘sab, soit muḍāri‘, comme Taġlib (« ils l’emportent ») et Yaškur (« il rend grâce »), soit impératif comme Iṣmit37 ; 5) une onomatopée (ṣawt) comme Babba, sobriquet de ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. Nawfal et 6) une expression composée, pour laquelle il renvoie à ce qui a déjà été dit. Dans son commentaire (vol. i, p. 29), Ibn Ya‘īš substitue à cette énumération une division en trois : dérivé d’un nom, d’un verbe ou d’une onomatopée. Si « dérivé d’un verbe » est subdivisé en trois comme chez Zamaḫšarī, « dérivé d’un nom » est subdivisé en dérivé d’un nom concret ou d’un nom abstrait, le premier pouvant être soit un substantif, soit un adjectif, ce qui revient à organiser l’énumération de Zamaḫšarī en une classification porphyrienne en arbre. « Dérivé d’une expression composée » disparaît chez Ibn Ya‘īš, qui note cependant que la forme verbale avec son « pronom caché » sujet constitue une phrase et par suite qu’elle relève aussi bien des expressions composées.

36S’il n’est pas « dérivé » d’une expression ayant un autre emploi que comme nom propre, un nom propre est alors « improvisé » (murtaǧal). La catégorie est cependant subdivisée en « régulier » (qiyāsī) et « irrégulier » (šāḏḏ), selon que le nom propre a ou non une forme qui est aussi celle d’une expression ordinaire. Zamaḫšarī donne comme exemples de la première subdivision Ġaṭafān (schème fa‘alān), ‘Imrān (schème fi‘lān), Ḥamdān (schème fa‘lān), Faq‘as et Ḥantaf (schème fa‘lal) et comme exemples de la seconde Maḥbab, Mawhab, Mawẓab, Makwaza, Ḥaywa (les formes régulières seraient Maḥabb, Mawhib, Mawẓib, Makāza, Ḥayya).

37Là encore, l’article « Proper Names » de EALL ne rend pas justice aux grammairiens arabes, qui, après un heureux commencement (« The classification of the forms of personal names given by the Arab grammarians is exhaustive »), n’en ajoute pas moins, fort malheureusement : « In their love for schematization, they divided the names into (i) nouns, nouns with suffixes, adjectives, derived nouns ; (ii) compound elements, e.g. two words ; and (iii) verbs in the perfect and imperfect »… Un simple retour aux sources montre que la « schématisation » n’est pas du côté que l’on croit…

Nasab et nisba : les raisons d’une absence

38Reste à comprendre pourquoi nasab et nisba sont absents des développements que les grammairiens arabes consacrent aux noms propres, alors qu’ils sont non seulement présents chez les arabisants, mais encore constitués par eux en types de noms propres de personnes.

39Les raisons de l’absence de la nisba ne font pas de doute. La nisba n’est pas d’abord un nom, mais un procédé de formation, relevant de la dérivation par affixation, d’un mot à partir d’un autre, le mot-base étant appelée mansūb ilayhi et le mot dérivé mansūb. Bien sûr, le mansūb (c’est lui qu’on appelle en général, par une banale métonymie du procès pour le résultat, nisba) peut s’employer comme nom propre, ainsi qu’on le verra, mais, en ce cas, cet emploi relève du naql (« transfert »), c’est-à-dire de la dérivation (sémantique) étudiée ci-dessus.

  • 38 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.
  • 39 Ibid., p. 37.
  • 40 Levi-Strauss 1990 [1962], p. 249-251.
  • 41 Ibid.

40Les raisons de l’absence du nasab (ou patronyme, au sens anthropologique du terme) sont moins claires, mais ne s’en laissent pas moins deviner à travers deux remarques de Ibn Ya‘īš. La première38, à propos des noms propres de personnes, est que « la kunya n’était pas à l’origine un nom propre » (al-kunya lam takun ‘alaman fī l-aṣl) ; la seconde39 est faite à propos des noms propres d’animaux, qui ont une kunya, mais pas de ism : ajoutant aux exemples en Abū et Umm de Zamaḫšarī des exemples en Ibn/Bint, par exemple Ibn ‘irs (« belette »), il note qu’ils « suivent le cours de la kunya » (yaǧrī maǧrā l-kunya). Autrement dit, la kunya, stricto sensu (teknonyme) ou lato sensu (métonyme) n’est jamais qu’un « segment de discours », « tiré de la chaîne syntagmatique »40 et transposé en nom propre : x est père/mère de y (x = Père/Mère de y) ; y est fils/fille de x (y = Fils/Fille de x). Que le teknonyme, mais non le patronyme, ait été constitué en nom propre tient sûrement au fait que le teknonyme constitue une description définie, mais non le patronyme : si x est père de y et qu’on appelle x « Père de y », il n’y a, dans un contexte donné, pas de doute sur le référent ; en revanche, si y est fils de x et qu’on l’appelle « Fils de x », il y a doute, même dans un contexte donné, sur le référent, dans la mesure même où x a plusieurs fils… En fait, les grammairiens arabes ont sous le nom de ġalaba un procédé d’antonomase leur permettant de rendre compte des cas où le patronyme devient un nom propre et ainsi décrit par Zamaḫšarī41 :

Certains noms répandus s’imposent à l’un de leurs dénommés, devenant ainsi un nom propre de celui-ci par antonomase, ainsi Ibn ‘Umar, Ibn ‘Abbās et Ibn Mas‘ūd se sont imposés pour les serviteurs de Dieu [que l’on sait] à l’exclusion de tout autre fils de leurs pères et, de même, Ibn al-Zubayr s’est imposé pour ‘Abd Allāh, à l’exclusion de tout autre fils d’al-Zubayr et Ibn al-Ṣa‘aq, Ibn Kurā‘ et Ibn Ra’lān l’emportent pour Yazīd, Suwayd et Ǧābir de sorte qu’on n’imagine pas qu’il s’agisse de l’un de leurs frères,

wa-qad yaġlib ba‘ḍ al-asmā’ al-šā’i‘a ‘alā aḥad al-musammīna bihi fa-yaṣīru ‘alaman lahu bi-l-ġalaba wa-ḏālika naḥw ibn ‘Umar wa-ibn ‘Abbās wa-ibn Mas‘ūd ġalabat ‘alā l-‘abādila dūna man ‘adāhum min abnā’ ’ābā’ihim wa-ka-ḏālika ibn Zubayr ġalaba ‘alā ‘Abdallāh dūna ġayrihi min abnā’ al-Zubayr wa-ibn al-Sa‘aq wa-ibn Kurā‘ wa-ibn Ra’lān ġāliba ‘alā Yazīd wa-Suwayd wa-Ǧābir bi-hayṯu lā yaḏhab al-wahm ilā aḥad min iḫwatihim).

  • 42 Suyūṭī, Muzhir, éd. Muḥammad Aḥmad Ǧār al-Mawlā, Alī Muḥammad al-Baǧāwī et Muḥammad Abū l-Faḍl Ibr (...)

41C’est la « quête de la šuhra » qui a conduit les arabisants au nasab et à la nisba. Dans la mesure où ils sont historiens, ils s’intéressent aux personnages historiques (et, donc, moins à l’onomastique en général qu’à l’anthroponymie en particulier) et se tournent vers les sources indiquant sous quel nom « s’est illustré » (ištahara) tel personnage. Un bon exemple de telles sources est le chapitre 45 du Muzhir de Suyūṭī (m. 911/1505) intitulé ma‘rifat al-asmā’ wa-l-kunā wa-l-alqāb wa-l-ansāb42. Dans les deux premières sections, Suyūṭī s’intéresse au nom (ism) des grammairiens et poètes connus par leur kunya, leur laqab ou leur nasab et, dans la seconde, à la kunya de ceux connus par leur ism, leur laqab ou leur nasab ; dans la troisième aux surnoms et aux raisons de leur attribution ; dans la quatrième enfin aux ansāb. C’est, pour ainsi dire, la cerise sur le gâteau : bien que ansāb soit le pluriel de nasab, neuf des dix alinéas de cette section traitent de… nisba (au sens morphologique du terme), seul le dixième traitant d’un nom qui a la forme d’un nasab, mais qui à l’examen s’avère être, non un patronyme, mais un matronyme (man nusiba ilā ummihi « qui est rapporté à sa mère », par exemple Suwayd ibn Kurā‘ al-‘Uklī, donné ci-dessus comme exemple de ġalaba par Zamaḫšarī). Cela vient alors rappeler que nasab, au sens de patronyme, n’est que la spécialisation d’un sens général conservé par Lisān al-‘Arab (art. N.S.B.) : al-nasab yakūnu bi-l-abā’ wa-yakūnu ilā l-balad wa-yakūnu fī l-ṣinā‘a (« le nasab peut se faire par les pères et il peut se faire relativement au pays et il peut se faire dans le métier »)…

Conclusion

42L’onomastique des grammairiens n’est certes pas toute l’onomastique arabe. Mais, à l’intersection de la linguistique et de la logique (et, plus largement, de ce qu’on appellerait aujourd’hui la philosophie du langage) et ouvrant la porte sur la sociologie et l’anthropologie, elle constitue selon nous une source de premier ordre et, pour tout dire, incontournable.

Bibliographie

Sources

Ibn ‘Aqīl, Bahā’ al-Dīn ‘Abd Allāh, Šarḥ Ibn ‘Aqīl ‘alā Alfiyyat Ibn Mālik, éd. Ṭaha Muḥammad al-Zaynī, 4 vol., Le Caire, ‘Īsā al-Bābī al-Ḥalabī wa-šurakā’, 1966-1967.

Ibn al-Ḥāǧib, al-Kāfiya fī l-naḥw, voir Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šarḥ al-Kāfiya.

Ibn Hišām al-Anṣārī al-Miṣrī, Abū Muḥammad ‘Abd Allāh Ǧamāl al-Dīn b. Yūsuf b. Aḥmad b. ‘Abd Allāh, Šarḥ šuḏūr al-ḏahab fī ma‘rifat kalām al-‘Arab, éd. Muḥammad Muḥyī al-Dīn ‘Abd al-Ḥamīd, Le Caire, s.l. s.d.

Ibn Ǧinnī, Abū l-Fatḥ ‘Uṯmān, al-Ḫaṣā’iṣ, éd. Muḥammad ‘Alī al-Naǧǧār, 3 vol., Beyrouth, Dār al-Hudā li-l-ṭibā‘a wa-l-našr, s.d.

Ibn Mālik, Ǧamāl al-Dīn Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Abd Allāh al-Ṭā’ī al-Ǧayyānī al-Andalusī, Tashīl al-fawā’id wa-takmīl al-maqāṣid, éd. Muḥammad Kāmil Barakāt, Le Caire, Dār al-kātib al-‘arabī li-l-ṭibā‘a wa-l-našr, 1387/1967.

Šarḥ al-Tashīl, éd. ‘Abd ar-Raḥmān al-Sayyid et Muḥammad al-Maḫtūn, 4 parties en 2 vol., Gizeh, Haǧr li-ṭibā‘a wa-l-našr wa-l-tawzī‘ wa-l-i‘lān, 1410H./1990.

Ibn Ya‘īš, Muwaffaq al-Dīn Ya‘īš b. ‘Alī, Šarḥ al-Mufaṣṣal, 10 vol., Le Caire, Idārat al-ṭibā‘a l-munīriyya, s.d.

Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Muḥammad b. al-Ḥasan, Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, 2 vol., Istanbul, Maṭba‘at al-šarika l-ṣiḥāfiyya l-‘uṯmāniyya, 1275 et 1310 H. ; réimp. Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, s.d..

Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, éd. Dr Imīl Badī‘ Ya‘qūb, 4 vol., Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1419/1998.

Suyūṭī (Al-), ‘Abd al-Raḥmān Ǧalāl al-Dīn, al-Muzhir fī ‘ulūm al-luġa wa-anwā‘ihā, éd. Muḥammad Aḥmad Ǧār al-Mawlā, ‘Alī Muḥammad al-Baǧāwī et Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, 2 vol., Le Caire, ‘Īsā al-Bābī al-Ḥalabī, s.d.

Zamaḫšarī (Al-), Abū l-Qāsim Maḥmūd b. ‘Umar, al-Mufaṣṣal fī ‘ilm al-‘arabiyya, Beyrouth, Dār al-Ǧīl, s.d.

Études

Anghelescu, Nadia, 1993 : Les éléments du métalangage chez Ibn Ǧinnī, dans Devenyi K., Ivanyi T. et Shivtiel A. (éds), Proceedings of the Colloquium on Arabic Lexicography and Lexicography (C.A.L.L), Part one, The Arabist, Budapest Studies in Arabic 6-7, p. 205-213.

Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics, Kees Versteegh (éd. General), Mushira Eid, Alaa Elgibali, Manfred Woidich and Andrzej Zaborski, Leyde, Brill = EALL.

Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, Brill, 1960-2007 = EI2.

Guillaume, Jean-Patrick, 2009 : « Un homme nommé ’af‘al : Sībawayhi et les incertitudes du métalangage, Histoire Epistémologie Langage 31/1, p. 171-183.

Kazimirski, Albin de Biberstein, 1846-1847 : Dictionnaire arabe français, 2 vol., Paris, Théophile Barrois.

Larcher, Pierre, 1972 : La signification des noms propres dans les Mu‘allaqāt. Etude sémiologique. Mémoire de maîtrise (sous la direction d’André Miquel), Université de Paris iii.

— 1994 : « Fragments d’une poétique arabe. (I) Sur un segment de la Mu‘allaqa de Antara : des noms propres comme “figure du langage poétique” », Bulletin d’Etudes Orientales xlvi, p. 111-147.

— 1997 : Compte rendu de Jacqueline sublet, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, Arabica 44/1, p. 159-163.

— 2005 : « L’autonymie dans la tradition linguistique arabe », Histoire Epistémologie Langage 27/1, p. 93-114.

Lecomte, Gérard, 1968 : Grammaire de l’arabe, (« Que sais-je », n° 1275), Paris, Presses Universitaires de France.

Lévi-Strauss, Claude, 1990 : La Pensée sauvage, « Agora », Paris, Presses Pocket ; 1re édition, Paris, Plon, 1962.

Muth, Franz-Christoph, 2008 : « Proper Names », EALL, iii, Lat-Pu, p. 717-724.

Rey-Debove, 1978 : Le métalangage. Etude linguistique du discours sur le langage, « L’ordre des mots », Paris, Le Robert.

Sublet, Jacqueline, 1991 : Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, « Écriture », Paris, Presses Universitaires de France.

Wright, William, 1896-1898 : A Grammar of the Arabic Language, Translated from the German of Caspari and edited with numerous additions and corrections, 3e éd., 2 vol., Cambridge, Cambridge Univ. Press; 1re éd. 1859-1862.

Notes

1 Lecomte 1968, p. 71.

2 Ibid., p. 6.

3 Réservons pour l’instant la traduction de ce terme.

4 Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics.

5 Ibn Hišām al-Anṣārī, Šarḥ šuḏūr al-ḏahab, éd. Muḥammad Muḥyī al-Dīn ‘Abd al-Ḥamīd, Le Caire, s.l., s.d., p. 134.

6 Wright 1896-1898, vol. i, 107B.

7 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, 2 vol., Istanbul, Maṭba‘at al-šarika al-ṣiḥāfiyya al-‘uṯmāniyya, 1275 et 1310 H. ; réimp. Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, s.d..

8 Pour notre part, dans notre mémoire de maîtrise (Larcher 1972), consacré à la signification des noms propres dans les Mu‘allaqāt et dont la matière est passée dans un article ultérieur (Larcher 1994).

9 Lévi-Strauss 1990, p. 230.

10 Certains Musulmans réclament aujourd’hui des non-Musulmans qu’ils disent Muḥammad, réclamation qui fera sourire le linguiste ! Celui-ci sait que les noms propres se déforment en passant d’une langue à l’autre, autrement dit ont une histoire : imagine-t-on Juifs et Chrétiens réclamer des Musulmans qu’ils n’appellent plus Moïse Mūsā, mais Moshé, ni Jésus ‘Īsā, mais Yeshū‘a ?

11 Par symétrie avec anthroponyme, j’entends ici zoonyme comme nom propre d’animal.

12 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī, Šarḥ al-Kāfiya, Šarḥ Kāfiyat Ibn al-Ḥāǧib, éd. Dr Imīl Badī‘ Ya‘qūb, 4 vol., Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1419/1998, voir vol. iii, p. 342.

13 Raḍī al-Dīn al-Astarābāḏī donne au verbe ‘arraḍa la construction du verbe kanā (kanā bi-šay’ ‘an šay’ substituer une chose à une autre »), ce dont rend compte ma traduction de « substitut allusif ».

14 Ibn ‘Aqīl, Šarḥ Ibn ‘Aqīl ‘alā Alfiyyat Ibn Mālik, éd. Ṭaha Muḥammad al-Zaynī, 4 vol., Le Caire, ‘Īsā al-Bābī al-Ḥalabī wa-šurakā’, 1966-1967, vol. i, p. 67.

15 Ibn Ya‘īš, Šarḥ al-Mufaṣṣal, 10 vol., Le Caire, Idārat al-ṭibā‘a al-munīriyya, s.d., vol. i, p. 27.

16 En fait, kunya est un nom lié au verbe kanā-yaknū (ou yaknī), avant d’être la base du verbe dénominatif kannā-yukannī.

17 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 139.

18 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.

19 Larcher 1997 ; Sublet 1991.

20 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.

21 Selon l’interprétation faite par EI2 art. « Kunya », qui renvoie au chapitre xxiii de The Golden Bough (« Le rameau d’or ») de James George Frazer (1854-1941).

22 Šarḥ Šuḏūr al-ḏahab, p. 138.

23 Ḍumrān (litt. « Svelte ») apparaît au vers 14 du célèbre poème en dāl « Demeure de Mayya… » d’al-Nābiġa al-Ḏubyānī et le second, Kasāb (litt. « Gagneuse »), apparaît au v. 52 de la Mu‘allaqa de Labīd.

24 Ni la forme, ni le sens ne sont assurés. Ibn Yaīš, dans son commentaire, le donne comme un yéménisme pour singe, mais Lisān al-‘Arab (art. « R.B.Ḥ. ») ne connaît que rubbāḥ comme nom du singe ou de son petit.

25 Ibn Aqīl, Šarḥ Ibn ‘Aqīl ‘alā Alfiyyat Ibn Mālik, éd.Ṭaha Muḥammad al-Zaynī, 4 vol., Le Caire, Īsā al-Bābī al-Ḥalabī wa-šurakā’, 1966-1967, vol. i, p. 66.

26 Ibn Ǧinnī, al-Ḫaṣā’iṣ, éd. Muḥammad ‘Alī al-Naǧǧār, 3 vol., Beyrouth, Dār al-Hudā li-l-ṭibā‘a wa-l-našr, s.d., voir chap. ii, p. 197-200.

27 Anghelescu 1993.

28 L’adaptation est rendue nécessaire par le fait que pour Rey-Debove, le mot métalinguistique est un signe ayant pour signifié un signe, lui-même association d’un signifiant et d’un signifié, alors que pour la tradition arabe, héritière, via la falsafa, de la tradition grecque, c’est un signe ayant pour signifié, non un signe, mais le signifiant d’un signe.

29 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 67.

30 Cette citation, ainsi que celle du paragraphe suivant, sont également faites dans Larcher 2005.

31 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 36.

32 Pour le détail, voir Rey-Debove 1978, p. 133-136).

33 Ou encore « mots-modèles », dans la terminologie de Guillaume (2009), qui leur a consacré une étude s’appuyant principalement sur le Kitāb de Sībawayhi.

34 Šarḥ al-Kāfiya, vol. ii, p. 133-135.

35 Cette signification fait la différence avec l’emploi du mot-étalon comme substitut (kināya) d’un mot dont c’est le schème, mais en visant le sens et non l’expression, par exemple marartu bi-raǧulin fā‘ilin « je suis passé par un homme ayant telle qualité », i.e ‘āqil (« intelligent »), ǧāhil (« ignorant ») etc.

36 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 28-29.

37 Pour Iṣmit comme pour Šammar et Kasab, plusieurs étymologies sont proposées dans le détail desquelles on ne peut entrer ici.

38 Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. i, p. 27.

39 Ibid., p. 37.

40 Levi-Strauss 1990 [1962], p. 249-251.

41 Ibid.

42 Suyūṭī, Muzhir, éd. Muḥammad Aḥmad Ǧār al-Mawlā, Alī Muḥammad al-Baǧāwī et Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, 2 vol., Le Caire, ‘Īsā al-Bābī al-Ḥalabī, s.d., vol. ii, p. 418-447.

Auteur

Université de Provence et IREMAM

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540