Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Manuscrits et documents

Communautés oasiennes et tradition manuscrite arabe : l’exemple des collections privées des Ouled Saïd au Gourara (Algérie)

Allaoua Amara

Texte intégral

  • 1 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, éd. Gaston Wiet et J. H. Kramers, 2 vol. Paris, G.-P. Maisonneuve e (...)
  • 2 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, trad. Mac Guckin de Slane, Description de l’Afrique septentriona (...)

1La conquête omeyyade des territoires de l’Afrique byzantine a entraîné quelques années plus tard l’essor du commerce transsaharien dans des circonstances mal établies. Est connu du monde scientifique le développement des premières cités oasiennes comme des stations de transit par lesquelles les marchands maghrébins se rendaient au « pays des Noirs » (bilād al-Sūdān). Ainsi, Siǧilmāsa et Zuwayla sont signalées à partir du iie/viiie siècle1. Un siècle plus tard, Ouargla (Wārǧilān des sources arabes) allait devenir « La porte du Désert », en raison de son rôle de zone d’intermédiaire entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne2. Bien que le commerce avec le Soudan ait connu plusieurs périodes de prospérité et de déclin, il est notable de souligner l’intensification des oasis situées sur plusieurs axes de ce réseau, comme celles du Touat et du Gourara, qui allaient devenir l’un des foyers de la culture et de la tradition manuscrite arabes dans le Sahara algérien.

  • 3 Éd. ‘Abd al-Qādir Zabādiyya, 1974, Alger, sned.
  • 4 Al-‘Ayyāšī, Riḥla, Le Caire (éd. lithographiée), s.d., p. 40.
  • 5 De Calassanti-Motylinski (1885, p. 15-72) publie le premier inventaire des bibliothèques ibaḍītes a (...)
  • 6 De La Martinière et Lacroix 1897, p. 283.
  • 7 Parmi les premiers ouvrages traduits par les interprètes de l’armée française, citons la traduction (...)
  • 8 Arab 2007, p. 153.
  • 9 Par exemple Schacht 1956, p. 375-398, et surtout le travail remarquable de l’association ibaḍīte du (...)
  • 10 Maḫṭūṭāt minṭaqat Tuwāt wa-ahamiyyatuhā al-tārīḫiyya, Mémoire de DEA, Département d’Histoire, Unive (...)
  • 11 Ḥasānī 1994, vol. v, p. 1-32.

2Le plus ancien témoignage retrouvé sur l’émergence d’une culture arabe écrite dans la région du Touat-Gourara est As’ilat al-Isqiyā wa-aǧwibat al-Maġīlī, un ouvrage juridique composé, peu après 884/1479, par ‘Abd al-Karīm al-Maġīlī3. Aucune description n’est faite par la suite des collections de la région. Dans le cas du Gourara, on sait qu’il y a une production intellectuelle à partir du ixe/xve siècle, comme l’attestent quelques manuscrits que je citerai par la suite. Parmi tous les auteurs de récits de voyage, seul al-‘Ayyāšī mentionne un manuscrit maghrébin copié à Tlemcen, les Nawāzil al-Burzulī dans un ksar du Gourara en 1073/16624. Les missions de reconnaissance et d’exploration scientifique entreprises par les Français à partir du milieu du xixe siècle ignorent totalement la tradition manuscrite des communautés oasiennes. Cette situation se vérifie pour d’autres communautés oasiennes du Sahara algérien, le M’zab, Ouargla et Laghouat avant 18855. La seule mention d’un manuscrit arabe dans le sud-ouest algérien est due aux auteurs de Documents pour servir à l’étude du nord-ouest africain qui mentionnent une « traduction d’un manuscrit arabe, dû à un certain al-Ḥāǧǧ b. al-Dīn al-Aġwāṭī, dans lequel ce voyageur indigène donnait des renseignements non seulement sur Laghouat, sa ville natale, et ses environs, mais encore sur les régions parcourues dans le Sahara6 ». Le dernier quart du xixe siècle est marqué par une importance accordée aux manuscrits de quelques régions oasiennes, plus particulièrement le M’zab, suscitée notamment par un interprète militaire, De Calassanti-Motylinski. À la suite de ce premier intérêt, quelques ouvrages ibaḍītes et une chronique d’al-‘Adwānī sont traduits en français7. Une lettre du 24 janvier 1906 adressée par le lieutenant-colonel Laperrine, commandant supérieur des oasis sahariennes, au gouverneur général au sujet « des documents archéologiques et manuscrits des habitants des oasis », montre l’attachement de l’administration coloniale à exploiter les manuscrits des régions oasiennes8. Dans la deuxième moitié du xxe siècle, un intérêt spécial est porté aux collections ibaḍītes9, mais les collections oasiennes de ‘Ayn Māḍī, de Temacine et surtout du Touat-Gourara sont toujours méconnues ou inconnues des chercheurs et des spécialistes de la codicologie arabe. En 1985, Muḥammad Ḥūṭiya soutient au département d’histoire de l’Université d’Alger un mémoire de DEA sur l’intérêt du point de vue historique des manuscrits du Touat10. Ce travail fait découvrir aux spécialistes algériens l’importance des collections de manuscrits des oasis situées au sud du Gourara. Dix ans plus tard, Muḫtār Ḥasānī, enseignant à l’Université d’Alger et président de l’Association algérienne des manuscrits, entame une entreprise visant à mettre en place un catalogue des catalogues des collections de manuscrits en Algérie, dans le cadre de World Survey of Islamic Manuscripts11, mais la majorité écrasante des collections privées du Touat et beaucoup plus du Gourara, n’y figurent pas. À l’exception des collections des zaouïas du Touat (Kunta, ‘Abd al-Karīm al-Maġīlī, al-Bakriyya, Tīmī) et de la zaouïa de Sīdī Balqāsam à Timimoune, les collections privées des régions oasiennes du sud-ouest algérien ne sont pas mentionnées. Pourtant, un certain nombre d’entre-elles ont fait l’objet d’une numérisation sous le patronage de l’homme d’affaires des Émirats-Arabes Unis, Ǧum‘a al-Māǧid, fondateur du Centre Ǧum‘a al-Māǧid pour la culture et le patrimoine à Dubaï.

  • 12 C’est un projet qui a été coordonné par le Centre de conservation du livre d’Arles (CCL) et financé (...)
  • 13 Arab 2007, p. 97.
  • 14 Dans la présentation des bibliothèques de manuscrits en Algérie pour le public occidental, Aïssani (...)
  • 15 Cette équipe est composée de Youcef Aïbeche, Dalal Louati, Belkacem Filali, Abdelkhalil Geriane et (...)

3Plus récemment encore, les collections de manuscrits du Touat proprement dites ont fait l’objet d’une publication dans le cadre du projet Manumed12. Ainsi, Saïd Bouterfa donne une description des manuscrits du Touat, sans le Gourara. Cette dernière région est brièvement mentionnée dans un autre ouvrage paru dans le cadre du Manumed13. Le Gourara est quasi-absent des catalogues ou tout simplement, on se contente de dire qu’il y a deux cents manuscrits dans la ḫizāna des Ouled Saïd (Arab 2007, p. 97). Contrairement au Touat où 12 000 manuscrits sont recensés, la région du Gourara est dépourvue de chiffres14 mais elle est cependant la destination des chercheurs du Laboratoire de Constantine depuis 2004 dans le cadre du Réseau National des Manuscrits (rnm). Découvertes pour la majorité lors d’une mission que j’ai accomplie avec une équipe15 de chercheurs du Laboratoire d’Études et de Recherches sur la Civilisation du Maghreb Islamique en avril 2005, les collections des Ouled Saïd témoignent aujourd’hui de l’émergence de l’écrit en milieu oasien dès les derniers siècles du Moyen Âge. Seront étudiés dans cet article : l’évolution historique de la région jusqu’à la constitution des dernières collections au début du xixe siècle, la description des fonds et enfin le portrait d’une communauté oasienne du Gourara à travers l’étude des documents d’archives du Ksar.

Le Touat-Gourara : essor et développement d’une région oasienne

  • 16 La région du Gourara est entourée par le Meguiden au nord-ouest, le Tadmaït à l’est, de l’Erg occid (...)
  • 17 Ibn al-Sagīr, Aḫbār al-a’imma al-rustumiyyīn, éd. M. Nāṣir et I. Bahhāz, Beyrouth, Dār al-ġarb al-i (...)
  • 18 À propos d’une guerre civile rustumide, Ibn al-Ṣaġīr (p. 108) évoque le fort (ḥiṣn) de Tālġamt, sit (...)
  • 19 Ibn Baṭṭūṭā, Riḥla, Beyrouth, Dār Sādir, s.d., p. 700.
  • 20 Ibn Ḫaldūn ‘A., Kitāb al-‘ibar, trad. de la partie concernant le Maghreb par de Slane, Histoire des (...)
  • 21 Ibn Ḫaldūn Y., Buġyat al-ruwwād fī ḏikr al-mulūk min Banī ‘Abd al-Wād, éd. A. Bel, Alger, Fontana, (...)

4Situées à 1 600 km au sud-ouest d’Alger, les oasis du Touat et du Gourara16 ne sont pas mentionnées dans les textes arabes des premiers siècles musulmans au Maghreb, ce qui ne permet pas de connaître le début de leur histoire musulmane, marquée par l’ancrage des traditions berbéro-africaines. Les descriptions géographiques sont souvent focalisées sur les réseaux marchands et savants, se contentant dans le cas du Touat et du Gourara d’évoquer un peuplement zanāte sur la bande longeant la bordure septentrionale du Sahara. Il faut attendre la fondation de la dynastie ziyyānide à Tlemcen au viie/xiiie siècle, pour voir les premières mentions de ces oasis à la suite de la mise en place d’un itinéraire commercial reliant la capitale ziyyānide au pays du Soudan. Ainsi, les oasis sont de plus en plus fréquentées et connaissent un véritable essor urbain et commercial, entraînant l’installation des marchands maghrébins musulmans mais aussi juifs. Le processus d’islamisation de cette région est peu connu, car les premiers textes arabes tendent à décrire une population islamisée bien avant le viiie/xive siècle. Comme dans l’Afrique subsaharienne, les communautés oasiennes se seraient converties à l’islam à la suite d’une activité marchande des Maghrébins. Ibn al-Ṣaġīr de Tāhart mentionne les transactions marchandes et missionnaires de l’imām ibaḍīte de Tāhart à travers des réseaux mis en place par les Ibaḍītes maghrébins17. Comme ces derniers, les communautés oasiennes du Gourara sont issues pour leur immense majorité de Berbères zanāta, connus pour leur nomadisme saisonnier. Sont-elles de doctrine ibaḍīte pendant le haut Moyen Âge musulman, comme la plupart des communautés oasiennes du sud-est algérien ? Rien ne peut le confirmer, même si le récit d’Ibn al-Ṣaġīr laisse penser que les oasis situées à l’ouest de Ouargla étaient plutôt ṣufrītes18. Le premier témoignage musulman sur ces communautés est fourni par Ibn Baṭṭūṭa (m. 779/1377) dans son récit de voyage où il évoque un ensemble d’oasis dans le Touat, notamment les villages oasiens de Būdā et de Tasābīt. Une activité agricole basée sur la production des dattiers, un point de transit sur un itinéraire transsaharien et une relation commerciale avec le nord du Maghreb se dégagent de cette première description19. En se fondant sur des renseignements recueillis auprès des marchands, ‘Abd al-Raḥmān b. Ḫaldūn (m. 808/1406) accorde un intérêt au peuplement zanāte dans le nord du Sahara et mentionne les ksour du Touat, notamment Būda, Tamentit et les ksour de Tiqūrārīn (Gourara)20. Ces derniers sont localisés par rapport à Tlemcen. Yaḥyā, frère de ‘Abd al-Raḥmān b. Ḫaldūn et secrétaire du sultan ziyyānide Abū Ḥammū Mūsā ii, prend la fuite avec ce dernier et se réfugie dans le Gourara en 773/1372. Dans son Buġyat al-ruwwād, une chronique consacrée aux Ziyyanīdes de Tlemcen, il décrit le Tiǧūrārīn (Gourara) comme un ensemble d’oasis situées près d’une terre salsugineuse (sabḫa) et habitées par une population cosmopolite : les Zanāta, les Banū Yāldz, les Nazanǧa et les Masūfa, qui professent des religions et des doctrines différentes. Le système d’irrigation est mentionné par l’auteur qui en souligne la splendeur. Le sultan ziyyānide passe quelques mois dans le Gourara, attendant la marche à la reconquête de sa ville royale, Tlemcen21. Il ressort de cette description que le critère ethnique est présent dans l’organisation des communautés oasiennes du Gourara déjà à cette époque. Le sultan s’installe dans les ksour du nord du Gourara, habités par les Zanāta.

5À la même période, des textes hébraïques et deux documents épigraphiques en hébreu évoquent une communauté juive installée dans la région, précisément dans les ksour du Touat. Ainsi, la découverte des stèles funéraires à Tamentit montre bien le recours à l’écrit dès le Moyen Âge au sein d’une communauté oasienne. Les correspondances entre le rabbin d’Alger Simeon ben Semah Duran (m. 848/1444) et la communauté juive du Touat témoignent d’un échange entre le nord du Maghreb et les communautés oasiennes à la fin du Moyen Âge (Oliel 1994, p. 95-96, 134-135).

  • 22 Al-Maġīlī s’installa à Tamentit, la plus grande station commerciale du Touat et un centre de la cul (...)

6L’établissement dans les oasis du Touat du grand savant de Tlemcen, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd al-Karīm al-Maġīlī (m. 909/1503)22, rendu célèbre notamment par ses fatāwā favorables à la persécution de la communauté juive du Touat, entraîne la création d’un foyer culturel régional, caractérisé par un rayonnement spirituel des institutions religieuses, dont l’influence directe permet la propagation de la culture musulmane dans toute la région, mais aussi dans l’Afrique subsaharienne (Arab 2007, p. 97). Plusieurs ouvrages de ce savant attestent son rôle joué dans l’émergence des réseaux mystiques dans le sud-ouest du Sahara algérien et en Afrique subsaharienne, marquant un tournant dans l’histoire des oasis.

  • 23 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, Paris, 1956, vol. ii, p. 436-437.

7À la fin du Moyen Âge, les communautés oasiennes du Touat et du Gourara sont l’objet des expansions ziyyānide et mérinide pour le contrôle de l’itinéraire de l’or et des palmiers-dattiers. Après une période de prospérité assurée par les Mérinides de Fès au ixe/xve siècle, la région est attaquée par les émirs ziyyānides dans les épisodes de luttes menées contre les nomades hilaliens. Le désordre s’installe à cause des affrontements entre les communautés tribales et les familles chérifiennes, venues pour leur majorité de Tafilalet. Les fortifications des anciens ksour du Gourara témoignent de cette période d’insécurité permanente. Jean-Léon l’Africain décrit la situation du Gourara dans sa Description de l’Afrique vers 933/1526, mettant en avant notamment une richesse due au commerce caravanier transsaharien et une production agricole basée sur un système d’irrigation. Il mentionne une organisation en plusieurs communautés des oasis dont les disputes sont fréquentes23.

  • 24 À partir de leur fief du Tafilalt, les Sa‘diens mènent des expéditions de contrôle des territoires (...)

8Contrôlées à plusieurs reprises par les Sa‘dīdes de Fès24, les communautés oasiennes subissent des attaques multiples et deviennent un enjeu des dynasties installées dans le nord du Maghreb. Le récit de voyage d’Abū Sālim ‘Abd Allāh al-‘Ayyāšī, qui traverse la région en 1073/1662, permet d’avoir une idée sur l’ensemble des oasis du Touat-Gourara. La production des dattiers et l’activité marchande des oasiens forment le paysage économique de la région. Cependant, al-‘Ayyāšī souligne la pauvreté de certains oasiens qui mangent des sauterelles. L’existence des mausolées des saints et l’attachement aux lignages chérifiens de Siǧilmāsa sont rapportés par l’auteur (al-‘Ayyāšī, p. 20-21). Dans le Gourara (Ūgart) il écrit (p. 40) qu’il s’étonna de voir un volume des Nawāzil al-Burzulī, un texte juridique copié par Ibn Marzūq, et des certificats d’enseignement (iǧāzāt) accordés par les oulémas de la Qādiriyya, dans un village oasien.

  • 25 Pour approfondir nos connaissances sur cette période moderne du Touat et du Gourara, voir Martin 19 (...)

9Entre une gouvernance chérifienne et une dépendance aux sultans marocains, les oasis subissent aussi quelques expéditions des Turcs de l’Algérie notamment au début du xixe siècle. Bien que les communautés du Touat arrivent à mettre en place une confédération, celles du Gourara, les Ouled Saïd en particulier, continuent à connaître une autonomie grâce à l’assemblée locale des notables25.

  • 26 Vuillot 1895, p. 1-152 rapporte les premiers voyages européens et surtout les missions d’exploratio (...)
  • 27 Les données incertaines caractérisent les premières observations des militaires français concernant (...)
  • 28 De même, 28 ksour se dressent dans la région de Timimoune, ce qui donne un chiffre total de plus de (...)
  • 29 Un acte de taḥbīs daté du 15 ramadan 1320/1902 donne le fondateur de la Qādiriyya, ‘Abd al-Qādir al (...)

10Après la conquête des territoires de l’Algérie septentrionale par l’armée française, des missions de reconnaissance et d’exploration ont été organisées dans le Sahara (Grévoz 1989, p. 36-37 ; Échallier 1972, p. 12)26. Dès 1845, plusieurs rapports et ouvrages ont été publiés sur le Gourara et le Touat, notamment Le Sahara algérien. Études géographiques, statistiques et historiques (1845) et Itinéraire d’une caravane du Sahara au pays des Nègres (1848) d’Eugène Daumas dans lequel sont décrits les ksour de la région, notamment Timimoune, présenté comme capitale du Gourara (Daumas 1845, p. 282-289). Cette dernière région allait être contrôlée par les troupes de la colonisation en 1900 sous le commandement du général Servière (Martin 1923, p. 356)27. Bien que les institutions du gouverneur général installé à Alger aient apporté l’imprimerie en Algérie, les communautés oasiennes ont continué leur tradition manuscrite en langue arabe jusqu’au milieu du xxe siècle. Les Ouled Saïd en sont un bel exemple. Cette communauté oasienne est peu connue avant les premières descriptions contemporaines du Sahara. Mentionnés pour la première fois en 1672 par un document makhzénien (Martin 1923, p. 61) et pour la deuxième fois en 1845 par Daumas, les Ouled Saïd sont largement décrits par les militaires français dès 1860. Situés sur la rive nord de la grande sabḫa, les ksour des Ouled Saïd forment la deuxième plus importante concentration d’habitats dans le Gourara après Timimoune. Ils sont répartis entre plusieurs groupements d’habitats : au moins quatre au xixe siècle : Qaṣr al-Kabīr (aujourd’hui Qaṣr al-Šayḫ), Kali, Arlad et Guentour28. À l’exception des Juifs, tous les éléments sociaux habitant le Gourara sont représentés dans les ksour des Ouled Saïd, notamment les Zanāta qui occupent le ksar du chef de la communauté avec les Ḥarrāṭīn et les Africains. La population qui se dit arabe habite notamment les ksour d’Arlad et de Guentour avec les Ḥarrāṭīn et les Africains (Subsahariens). Bien que les premières observations modernes n’aient pas fait mention de l’existence d’une grande zaouïa chez les Ouled Saïd, il est établi que l’attachement de la communauté à la confrérie de la Qādiriyya29 ne fait aucun doute (De La Martinière et Lacroix 1897, p. 327-332).

11Les textes médiévaux et modernes montrent l’existence d’une communauté oasienne qui a construit un réseau hydraulique au Gourara, structuré autour des ksour et oasis. Celles-ci sont depuis des siècles le lieu d’une communauté, dotée d’une cohérence interne fondée sur une structure spatiale toute tournée vers l’intérieur, comme le disent les géographes (Côte 1988, p. 12). L’eau des oasis est rare et essentielle, ce qui entraîne une organisation spécifique de ces communautés (Bédoucha 1987, p. 15). La disposition des ksour autour d’une cuvette (sabḫa) et au bas du plateau permet de drainer l’eau par des galeries souterraines aux terrains cultivés. C’est le système des foggaras qui forme une installation hydraulique d’irrigation originale et caractéristique du Gourara et du Touat. La répartition de l’eau obéit à une règle spécifique et se caractérise par les droits des héritiers au partage (Grandguillaume 1973, p. 437-457).

  • 30 Cette assemblée était composée en 1910 de Sī Mubārak b. Muḥammad al-Māmūn de Timimoune, de Sī Muḥam (...)
  • 31 Ces correspondances sont entretenues avec le caïd de Timimoune et l’attaché militaire français du G (...)

12L’organisation judiciaire et sociale de la communauté oasienne est assurée par une assemblée des ksour dont la mission est de régler les différends. Comme dans la plupart des sociétés traditionnelles du Maghreb, la ǧamā‘a, un mot arabe souvent berbérisé à tāǧmā‘at ou imzourfa des Berbères de Deren, est l’institution communautaire qui marque une autonomie par rapport au pouvoir central. Elle se compose souvent de personnes âgées et pieuses qui élisent le personnage le plus influent nommé kabīr, ou amġār des communautés berbérophones (Masqueray 1983, p. 38-41). En 1845, les communautés oasiennes du Gourara instituent deux assemblées seulement représentant tous les ksour (Daumas 1845, p. 287). Après la pénétration coloniale française, une assemblée générale représentant tous les ksour du Gourara voient le jour30. Cependant, la communauté des Ouled Saïd conserve une autonomie dont on retrouve l’organisation dans une trentaine de correspondances conservées dans le dahlīz dans lesquelles il est évoqué « kabīr Awlād Sa‘īd wa-ǧamā‘atih31 ».

  • 32 Boubrik 1999, p. 54-57, et sur les traditions spirituelles locales, voir Bellil 2003.
  • 33 À Tindouf, chef-lieu de Figuig, se trouve une collection de manuscrits appartenant à la zaouïa de S (...)

13La transmission du savoir est assurée par des écoles coraniques et des cercles de savants. Dès les derniers siècles du Moyen Âge, le Gourara est contrôlé par des réseaux confrériques qui deviennent très denses après la propagation des ordres religieux de la Šāḏiliyya, de la Qādiriyya et plus tard de la Tiǧāniyya au xixe siècle32. Les communautés oasiennes semblent être totalement contrôlées par ces réseaux peu avant leur passage sous le contrôle français, comme l’atteste un témoignage : « Les oasis du Touat, du Gourara et du Tidikelt, dit le commandant Deporter, sont la terre promise des marabouts : tous les ordres religieux y sont largement représentés, tous possèdent des zaouïas riches et fréquentées » (Demolins (s.d.), p. 231). Les ordres religieux s’implantent à travers les itinéraires reliant le Gourara aux cités et régions sahariennes et subsahariennes : El-Goléa, le M’zab, Ouargla, le Touat, le Tidikelt, le Tafilalt et Tombouctou (Sabatier 1891, p. 2-3). À la fin du Moyen Âge et au début des temps modernes, un fait nouveau touche la région : les Ša‘āniba (Châamba), une tribu hilālienne qui s’introduit dans la région de Metlili et crée un espace d’échanges entre le ksar de Ben-Izguen dans le M’zab, El-Goléa et les oasis du Gourara (Jacquot 1849, p. 195 ; Soleillet 1877, p. 167). Ils viennent renforcer le réseau établi par les marchands juifs qui fréquentent le Gourara et le M’zab à partir des oasis de Figuig33 (Soleillet 1875, p. 42). C’est grâce à ces itinéraires que circulent les manuscrits arabes, dont on retrouve les traces dans les collections du Gourara.

Description des collections des Ouled Saïd

14Le Gourara est une région riche en manuscrits arabes. Les ksour des Ouled Saïd se distinguent en la matière. Nous avons été surpris des pratiques livresque et notariale dans une région oasienne. La première destination est le Qaṣr al-Šayḫ, l’ancien château-fort du šayḫ des Ouled Saïd où nous avons découvert une collection privée de manuscrits et surtout un dépôt de documents d’archives conservés dans un dahlīz, une grotte creusée d’une manière cachée au sous-sol du château fort.

  • 34 Ahmad Djaafri, cité par Arab 2007, p. 97 estime que le nombre d’ouvrages manuscrits de la ḫizāna d’ (...)
  • 35 Tamentit semble avoir été le centre principal de la culture musulmane et juive au Touat-Gourara dur (...)

15Les collections familiales du Gourara sont nombreuses, mais il est impossible de donner un chiffre exact, faute d’accès34. Parmi les plus intéressantes, nous pouvons citer celle de Timimoune (100 manuscrits), celles des Ouled Saïd (Qaṣr al-Šayḫ, al-Ǧūzī, Guentour) qui totalisent environ 200 manuscrits. Allant d’une quarantaine à une centaine de manuscrits, leur nombre est très varié d’une collection à l’autre. Contrairement aux collections du Touat où on dénombre jusqu’à un millier de manuscrits comme dans la ḫizāna de Tamentit35 (Arab, p. 97), la plus riche collection du Gourara ne dépasse pas cent ouvrages.

16La collection du Qaṣr al-Šayḫ, l’ancienne bibliothèque du chef d’Ouled Saïd se compose de 40 ouvrages manuscrits repartis selon les disciplines suivantes :

Les disciplines

Le nombre

Jurisprudence malikīte

11

Mystique

7

Coran et exégèse

4

Disciplines linguistiques

4

Histoire

3

Poésie

3

Logique

1

Morale et adab

2

Divers

5

Total

40

17Cette collection de manuscrits arabes est caractérisée par :

- une présence remarquable de manuscrits copiés dans les villes maghrébines et andalouses, à côté des ouvrages localement composés ou recopiés ;

  • 36 Manuscrit n° 29.
  • 37 Manuscrit n° 37. Les manuscrits locaux sont, pour leur immense majorité, inédits.

- une domination des ouvrages de jurisprudence et de consultations juridiques malikītes (nawāzil). On retrouve l’un des textes de jurisprudence de la troisième génération malikīte maghrébine, la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānī (m. 386/996). La collection du Qaṣr al-Šayḫ permet de voir une émergence de l’écriture juridique locale dès la fin du Moyen Âge et surtout pendant la période moderne, tels les Nawāzil d’Abū Zayd ‘Abd al-Raḫmān al-Ǧantūrī (de Guentour) et un ouvrage de jurisprudence malikīte sans titre composé par Aḥmad b. ‘Abd al-Karīm al-Qurārī (de Gourara) en 1080/166936. Un seul ouvrage sur la science des fondements du droit musulman est présent dans la collection. Il s’agit de Fī ḏikr kulliyāt al-masā’il al-ǧāriyya ‘alayhā al-aḥkām d’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. ‘Alī b. Ġānim al-‘Uṯmānī al-Miknāsī37 ;

- une présence des ouvrages relatifs à la mystique musulmane et aux confréries religieuses, tel le Qanāṭir al-ḫayrāt wa-šawāriq al-anwār fī ḏikr ‘alā al-nabī al-muḫtār de Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sulaymān Ǧazūlī (m. 870/1465). La large circulation de cet ouvrage montre une influence de la Šāḏiliyya à partir des villes marocaines. Est aussi présent dans la collection le corpus de poèmes mystiques, al-Manẓūma l-sanūsiyya d’Ibrāhīm b. Idrīs al-Sanūsī ;

  • 38 Manuscrit n° 18.

- il convient de noter la place modeste occupée par les disciplines historiques dans cette collection : on trouve la chronique anonyme consacrée à la conquête du Maghreb et la biographie des ‘Alīdes de Muḥammad al-‘Arabī b. Muḥammad ‘Abd Allāh b. ‘Alī b. ‘Abd al-Raḥām, copiée en 1109/169738.

18La présence des manuscrits maghrébins et andalous dans cette région s’explique par l’intégration culturelle des communautés oasiennes aux réseaux savants et marchands qui relient les métropoles du Nord du Maghreb à Tombouctou. Les corpus de consultations juridiques du Durar al-maknūna fī nawāzil Māzūna de Yaḥyā b. Mūsā b. ‘Īsā al-Maġīlī al-Māzūnī (m. 883/1478) et du Mi‘yār al-muġrib wa-l-ǧāmi‘ al-mu‘rib ‘an fatāwā ‘ulamā’ Ifrīqiya wa-l-Andalus wa-l-Maġrib de Abū l-‘Abbās Aḥmad b. Yaḥyā b. Muḥammad b. ‘Abd al-Wāḥid b. ‘Alī al-Wanšarīsī (m. 914/1508) et le Muḫtaṣar de Ḫalīl sont les ouvrages malikītes les plus diffusés dans le Gourara comme on peut le voir dans toutes les collections. Cette circulation intense des ouvrages maghrébins est facilitée par l’émergence des réseaux confrériques, comme l’atteste le récit de voyage d’al-‘Ayyāšī dans la deuxième moitié du xie/xviie siècle.

  • 39 C’est la période de la constitution de l’immense majorité des collections de manuscrits du Touat, t (...)

19Les circonstances de la constitution de ces collections sont mal connues. En relevant cependant les marques de possession de certains ouvrages, il est tout à fait possible de dater certaines d’entre elles à partir du xe/xvie siècle39. Tous les propriétaires de ces collections se réclament d’une généalogie chérifienne et un établissement remontant au temps de la conquête omeyyade du Maghreb. Le contenu de la collection de Qaṣr al-Šayḫ n’est pas très différent des autres collections oasiennes affiliées à l’ordre de la Qādiriyya, comme celle du cheikh Sidia qui a exercé une influence sur la région comprise entre le Touat, le Sahel et le Sénégal au début du xxe siècle. Sa collection composée de 512 manuscrits est caractérisée par une domination des disciplines traditionnelles, comme les traditions prophétiques, la jurisprudence et la mystique (Massignon 1909, p. 410). Une différence essentielle est marquée par une absence d’ouvrages de ḥadīṯ dans la collection de Qaṣr al-Šayḫ.

Un témoignage sur une communauté oasienne

20L’originalité de la tradition manuscrite du Gourara réside sans doute dans les documents que nous avons découverts avec mon équipe de Constantine. Il est impossible dans l’état actuel d’en donner un chiffre exact, mais on peut l’estimer à des centaines. Conservés dans une grotte creusée au cœur du ksar des Ouled Saïd, construit sur un piton, ils sont en grande partie dans un état lamentable, à l’exception d’une centaine. Ces documents qui sont le témoignage de la pratique lettrée, notariale et judiciaire d’une communauté oasienne, les Ouled Saïd, remontent jusqu’au xie/xviie siècle et se prolongent jusqu’à 1950.

  • 40 Bellil 2006 a recueilli, transcrit et traduit en français des textes des Berbères zanāta du Gourara (...)

21D’écriture maghrébine sur un papier de diverses époques, une partie de ces documents appartient au genre épistolaire arabe. Malgré la conservation du berbère zanāta comme parler des habitants du ksar, l’arabe s’impose comme langue de savoir et d’administration. Aucun document n’est rédigé en berbère. En revanche, les mots et les toponymes tirés du berbère sont notables. Il est à noter que le Gourara conserve encore quelques ksour berbérophones, mais qui commencent à perdre cette particularité en raison de la scolarisation et du progrès de la politique d’arabisation40.

  • 41 Comme le montre un acte de vente rédigé le 24 ša‘bān 1319/22 novembre 1901.

22Les actes sont rédigés par un scribe (kātib) qui mentionne son nom et la date de la rédaction. Les témoins transcrivent leurs noms en guise de signature. Les plus anciens actes qui remontent au xie/xviie siècle sont d’une écriture maghrébine que l’on retrouve dans les cités du Maghreb septentrional. En revanche, les actes tardivement rédigés sont caractérisés par le recours à une écriture maghrébino-saharienne, qui se rapproche de l’écriture arabe en milieu touareg. Tous les documents sont datés en hégire jusqu’à 1901. Un an après le passage du Gourara sous le contrôle des Français, les scribes utilisent également le calendrier grégorien41. La majorité écrasante des documents est constituée d’actes de vente qui portent grossièrement tracée une expression récurrente : bay‘ ṣaḥīḥ tām qāṭi‘ (une vente correcte, exécutée et ferme). Dans certains actes tardifs, une annotation est ajoutée à l’acte en signe de validation de la vente par un notaire, comme l’atteste un acte daté du 1erǧumādā I 1306/1891 :

الحمد لله وحده، صلى الله على سيدنا محمد وآله وبعد فتولية المباع أعلاه صحيحة عاملة جائزة وشهودها مقبولون والله تعالى أعلم، وكتب معلما بذلك عبيد ربه تعالى موسى بن عبد الرحمن.

23Une partie des documents concerne également les fondations pieuses. Ainsi, les actes de ḥabūs se multiplient, comme l’atteste un document récapitulatif des biens ḥabūs de la Mosquée de Tāzġūt, daté du 1erraǧab 1188/1774. Plusieurs actes portent sur le partage de succession (tarika) et les legs. Un homme riche, Sī Muḥammad ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Raḥmān b. al-Šayḫ al-Maḥfūẓ, proche de la mort, part au pèlerinage et procède au legs de sa fortune, constituée de palmiers et de foggaras, à ceux qui l’enterreront après sa mort, qui prépareront le plat de nourriture pendant ses obsèques, et à la zaouïa du grand saint ‘Abd al-Qādir al-Ǧīlānī. Au sujet du partage des terres agricoles, l’acte est validé par un « notaire » avec la mention :

اعلم بصحة مضمن الرسم في المقسوم وثبوته قبول شاهديه وبه كتب عبد الله محمد عبد الله بن عبد الرحمن السعيدي

24Les cadis des oasis se réfèrent, dans les actes, aux juristes malikītes, notamment Ḫalīl. Les pratiques sociales locales sont intégrées dans ce discours normatif tel qu’il est construit dans les Nawāzil d’al-Ǧantūrī, notamment au sujet du partage des eaux de la foggara.

  • 42 Notamment dans les lettres envoyées par le chef du camp militaire du Gourara.

25Un avant dernier ensemble de documents concerne les correspondances entre le kabīr des Ouled Saïd avec le caïd de Timimoune, installé par les autorités coloniales, et le chef du camp militaire français du Gourara (ribāṭ Qūrāra). Ces correspondances, datées de la période 1928-1950, sont le dernier témoignage de la tradition manuscrite des Ouled Saïd dans lequel sont rapportés des échanges concernant l’acheminement du charbon de bois, fabriqué localement, à Ǧallūl b. Muḥammad b. Ḥamza, caïd de Timimoune, et des relations avec les autorités coloniales. D’écriture maghrébine tardive sur un papier européen, ces documents sont dépourvus de datation hégirienne et caractérisés par l’introduction d’éléments dialectaux42 .

26Le dernier ensemble de documents est constitué notamment d’un recensement des propriétaires de palmiers des Ouled Saïd, qui n’est pas malheureusement daté. Ce tableau de trois pages contient les noms de tous les propriétaires avec le nombre de leurs palmiers.

  • 43 Par ailleurs, la majorité des toponymes arabisés du Gourara est d’origine berbère, comme Gantūr qui (...)
  • 44 La foggara d’Amuqrān figure par exemple dans un acte du 10 muḥarram 1327/1909.
  • 45 Les ḥarrāṭīn sont l’objet d’un débat historiographique, mais aucune hypothèse n’est encore solideme (...)
  • 46 Dans la présentation de Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie, Kabyles (...)

27La présence de l’eau dans les actes témoigne de la présence d’une véritable communauté oasienne : fuqāra (foggara), ḥabbat mā’ (une graine d’eau), al-ḥāsī (puits-bassin), mā’ ǧārī (eau courante), fuqāra mayyita (foggara morte) sont les termes employés. Ces documents permettent de délimiter l’espace occupé par la communauté des Ouled Saïd et d’identifier plusieurs foggaras dont on retrouve quelques traces dans le tableau dressé par Martin en 1906. L’anthroponymie des documents montre la dimension berbère43 de la culture oasienne : Amuqrān44, Tāǧra, Tawaǧāt, Tāsmāmat, Tāflīt, Akdūn et Tādakḥāt. Par ailleurs, la région est imprégnée de culture arabe dont on retrouve aussi l’impact dans les foggaras : Ḥāǧǧ ‘Abd al-Salām, al-Ḥamrā’, ‘Īsā, al-‘Arūsī et Yūsuf Sa‘īd. Cette situation nous amène à constater une forte acculturation des communautés oasiennes par une culture arabo-islamique, mais aussi par une culture africaine transmise par les Ḥarrāṭīn. Ceux-ci sont une catégorie sociale issue d’une population noire d’origine d’Afrique subsaharienne, dont la mission principale est de creuser les puits reliés par des canaux souterrains formant le système de foggara. Celui-ci permet de canaliser les eaux de la nappe vers la sortie en direction des jardins et des ksour. Il est difficile de connaître la date de l’établissement de ce groupe dans le Gourara. Est-il le plus ancien ? Aucune indication ne permet de le confirmer, cependant sa situation sociale, en tant que groupe de serviteurs, suppose qu’il a été importé des marchés d’Afrique subsaharienne par les groupes humains qui détenaient les richesses de la région à savoir les Berbères zanāta et les Arabes45 . Le vocable ḥarrāṭīn désigne grossièrement un noir asservi mais il est cependant difficile de généraliser la connotation à toutes les régions oasiennes. Cette complexité des origines du peuplement de la région est identique à d’autres oasis du Sahara où des populations africaine et berbère ont amené les ethnologues à se partager entre « africanité » et « berbérité » de la dimension socio-culturelle des communautés oasiennes46.

28Les lignages établis dans les oasis des Ouled Saïd ont leurs foggaras, dont la propriété est transmise par héritage. Au xie/xviie siècle, deux castes sociales commencent à contrôler les communautés oasiennes, notamment dans les ksour des Ouled Saïd où des familles chérifiennes parviennent à s’imposer à la tête de l’assemblée locale, bénéficiant des exonérations d’impôts accordées par les Sa‘diens aux nobles et aux détenteurs du pouvoir religieux en milieu rural, les Murābiṭūn. Les documents makhzéniens font état de communautés oasiennes tributaires, dont l’impôt, versé par les Ouled Saïd, atteint 43 charges de dattes en 1672 (Martin, 1923, p. 61). Le problème de l’eau est posé et les agents du pouvoir sa‘dien demandent le versement d’une lourde taxe sur l’eau des foggaras. L’élite oasienne qui détient le pouvoir civil et religieux est composée de chérifiens et de Murābiṭūn. Elle contrôle les strates inférieures (masses populaires, ḥarrāṭīn et esclaves) de la communauté oasienne. C’est au sein de cette élite que se situe la production intellectuelle, la transmission du savoir et la circulation des ouvrages. Formant des lignages se réclamant d’un saint, les Murābiṭūn se distinguent par la composition des ouvrages hagiographiques et la diffusion des ouvrages de référence pour les différents courants mystiques.

Conclusion

29À l’exception des gravures et peintures rupestres, et des documents épigraphiques lybico-berbères, l’histoire du Sahara et des communautés oasiennes est peu connue. Dans le cas du Gourara, aucun manuscrit rédigé en hébreu ou en berbère zanāta n’a été découvert. Bien que la tradition manuscrite hébraïque de la région ait disparue, la culture berbère s’est transmise par l’oralité comme l’Ahallil, ces chants religieux, presque millénaire. En revanche, une tradition livresque arabe s’installe au sein des communautés oasiennes, au moins à partir du xe/xve siècle, signe du passage d’une société à culture orale à une société à culture écrite. Cette tradition manuscrite, conservée en partie aujourd’hui dans les ksour du Gourara et beaucoup plus dans le Touat, montre que ces régions constituent non seulement une station obligée des caravaniers traversant le Désert, mais aussi un espace de sédentarisation, d’acculturation et d’organisation communautaire. Il est aussi un espace de culture, de spiritualité et de production intellectuelle. Cette dernière est représentée par l’émergence des écrits locaux et l’attachement à la collection de manuscrits, donnant naissance à des communautés oasiennes à tradition manuscrite.

  • 47 Dans le cas de Bougie par exemple, un transfert des activités intellectuelles au sud-est de la Kaby (...)

30Les collections de manuscrits et les documents d’archives des Ouled Saïd laissent penser que les communautés oasiennes pouvaient s’organiser sans l’intervention du pouvoir étatique. La cité du pouvoir n’est pas le seul lieu de la production intellectuelle et de la transmission du savoir, le ksar, village fortifié, étant un lieu d’intellectualité et de mémoire écrite. Dans le Maghreb du début du xe/xvie siècle, un transfert des activités intellectuelles se produit à la suite des soubresauts politiques et surtout après la conquête espagnole des cités maritimes, réputées comme étant des centres de production et de transmission du savoir. Les activités intellectuelles se déplacent vers les localités montagneuses dans le nord du Maghreb et vers les oasis dans le Sahara47.

31Après l’apport des sources étrangères à la région, arabes et européennes, des documents makhzéniens et des traditions orales, les documents des Ouled Saïd sont une source inestimable pour l’étude de la vie oasienne à partir du viiie/xive siècle.

Bibliographie

Sources

‘Adwānī (al-), Tārīḫ, trad. L.-Ch. Féraud, Kitāb el-Adouani ou le Sahara de Constantine et de Tunis, Alger, Librairie éditeur/Paris, Augustin Challamel, 1868.

‘Ayyāšī (al-), Riḥla, Le Caire (éd. lithographiée), s.d.

Bakrī (al-), al-Masālik wa-l-mamālik, trad. Mac Guckin de Slane, Description de l’Afrique septentrionale, Alger, Adolphe Jourdan/Paris, Paul Geuthner, 1913.

Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, éd. Gaston Wiet, J. H. Kramers, 2 vol., Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964. 

Ibn Baṭṭūṭā, Riḥla, Beyrouth, Dār Sādir, s.d.

Ibn Ḫaldūn, ‘A., Kitāb al-‘ibar, trad. de la partie concernant le Maghreb par Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, Paris, Paul Geuthner, 1969.

Ibn Ḫaldūn, Y., Buġyat al-ruwwād fī ḏikr al-mulūk min Banī ‘Abd al-Wād, éd. A. Bel, Alger, Fontana, 1910.

Ibn Maryam, al-Bustān fī ḏikr al-awliyā’ wa-l-‘ulamā’ bi-Tilimsān, éd. M. Ben Cheneb, Alger, Opu, 1986.

Ibn al-Sagīr, Aḫbār al-a’imma al-rustumiyyīn, éd. M. Nāṣir et I. Bahhāz, Beyrouth, Dār al-ġarb al-islāmī, 1986.

Léon l’Africain, Description de l’Afrique, trad. de l’italien par A. Épaulard, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient-Adrien-Maisonneuve, 1956.

Maġīlī (al-), ‘A.K., As’ilat al-isqyā wa-aǧwibat al-Maġīlī, éd. ‘Abd al-Qādir Zabādiyya, Alger, SNED, 1974.

Wārǧilānī (al-), Abū Zakariyyā’, Kitāb al-siyar, trad. É. Masqueray, Chronique d’Abou Zakaria, Paris, Delagrave, 1879. 

Études

Arab, A., 2007 : Manuscrits et bibliothèques musulmanes en Algérie, Alger, Éditions Barzakh.

Aïssani, Dj., 2005 : Les manuscrits du Maghreb, dans Les trésors manuscrits de la Méditerranée, Paris, Faton, p. 208-243.

Ban Ma‘ammar, M., 2007 : Qirā’a fī maḫṭūṭ Tārīḫ Mayūrqa li-Ibn ‘Umayra al-Maḫzūmī, dans Actes du deuxième colloque maghrébin sur les manuscrits, Constantine, Laboratoire d’études et de recherches sur la civilisation du Maghreb islamique, p. 64-81.

Basset, R., 1885 : « Les manuscrits arabes des zaouïas de ‘Ain Madhi et Temacine, de Ouargla et de ‘Adjadja », Bulletin de correspondance africaine 3, p. 211-265.

Bédoucha, G., 1987 : « L’eau, l’amie du puissant » : une communauté oasienne du sud-tunisien, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Bellil, R., 1999-2000 : Les oasis du Gourara (Sahara algérien), 3 vol., Paris/Louvain, Peeters.

2003 : Ksour et saints du Gourara dans la tradition orale, l’hagiographie et les chroniques locales, Alger, CNRPAH.

2006 : Textes zénètes du Gourara (recueillis, transcrits et traduits), Alger, CNRPAH.

Boubrik, R., 1999, Saints et société en Islam. La confrérie ouest-saharienne Fâdiliyya, Paris, CNRS éditions.

Bouterfa, S., 2005 : Les manuscrits du Touat- Le Sud algérien, Alger, Éditions Barzakh.

Calassanti-Motylinski (de), A. 1885 : « Bibliographie du Mzab », Bulletin de correspondance africaine 3,
p. 15-72.

Capot-Rey, R., et al., 1963 : Glossaire des principaux termes géographiques sahariens, Alger, Institut de recherches sahariennes.

Chaker, S., 1995 : Linguistique berbère. Études de syntaxe et de diachronie, Paris, Peeters.

Côte, M., 1988 : L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion.

Custers, M. H., 2006, Al-Ibāḍiyya. A Bibliography, 3 vol., Maastricht.

Daumas, É., 1845 : Le Sahara algérien. Études géographiques, statistiques et historiques, Paris, Langlois et Leclercq.

1848 : Itinéraire d’une caravane du Sahara au pays des Nègres, Paris, Imprimerie et librairies centrales de Napoléon Chaix.

Demolins, É., (s.d.) : Comment la route crée le type social, Paris, Librairie de Paris.

Elghali, A., 2003 : Les États kharidjites au Maghreb iieive/viiie-xe siècle apr. J.-C., Tunis, Centre de publication universitaire.

Échallier, J.-C., 1972 : Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara (Sahara algérien), Paris, AMG.

Farǧ, M.F., 1977 : Iqlīm Tuwāt ḫilāl al-qarnayn al-ṯāmin wa-l-tāsi‘ ‘ašar al-milādiyayn, Alger, OPU.

Grandguillaume, G., 1973 : « Régime économique et structure du pouvoir : le système des foggara du Touat », ROMM 13-14, p. 437-457.

Grévoz, D., 1989 : Sahara 1830-1881. Les mirages français et la tragédie Flatters, Paris, L’Harmattan.

Ḥasānī, M., 1994 : Algeria, dans Roper G. (éd.), World Survey of Islamic Manuscripts, 5 vol., Londres, Al-Furqān Islamic Heritage Foundation, vol. v, p. 1-32.

Jacques-Meunié, D., 1982 : Le Maroc saharien des origines au xvie siècle, 2 vol., Paris, Librairie Klincksieck.

Jacquot, F., 1849 : Expédition du général Cavaignac dans le Sahara algérien en avril et mai 1847. Relation du voyage, exploration scientifique, souvenirs, impressions, etc., Paris, Gide et J. Baudry.

La Martinière (de), H.M.P. et Lacroix, N., 1897 : Documents pour servir à l’étude du Nord-Ouest africain, Alger, Gouvernement général de l’Algérie.

Lewicki, T., 1983 : Études maghrébines et soudanaises, Varsovie, Éditions scientifiques de Pologne.

Mammeri, M., 1984 : L’Ahellil du Gourara, Paris, MSH.

Martin, G.P., 1923 : Quatre siècles d’histoire marocaine au Sahara de 1504 à 1902, au Maroc de 1894 à 1912, Paris, Éditions La Porte.

Massignon, L., 1909 : « Une bibliothèque saharienne », Revue du monde musulman viii, p. 409-418.

Moussaoui, A., 2002 : Espace et sacré au Sahara. Ksour et oasis du sud-est algérien, Paris, CNRS anthropologie, 2002.

Oliel, J., 1994 : Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions.

Sabatier, C., 1891 : Touat, Sahara et Soudan. Étude géographique, politique, économique et militaire, Paris, Société d’éditions scientifiques.

Schacht, J., 1956 : « Bibliothèques et manuscrits ibadites », Revue africaine 100, p. 375-398.

Soleillet, P., 1875 : Exploration du Sahara. Voyage de Paul Soleillet d’Alger à l’oasis d’In Salah. Rapport présenté à la chambre de commerce d’Alger, Alger, Jourdan.

1877 : L’Afrique occidentale. Algérie, M’zab, Tildikelt, Avignon, Imprimerie de Seguin Aîné.

Vuillot, P., 1895 : L’exploration scientifique du Sahara. Études historique et géographique, Paris, Augustin Challamel.

Notes

1 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, éd. Gaston Wiet et J. H. Kramers, 2 vol. Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964, vol. i, p. 89-90. 

2 Al-Bakrī, al-Masālik wa-l-mamālik, trad. Mac Guckin de Slane, Description de l’Afrique septentrionale, Alger, Adolphe Jourdan/Paris, Paul Geuthner, 1913, p. 340 ; voir aussi Lewicki 1983, p. 84.

3 Éd. ‘Abd al-Qādir Zabādiyya, 1974, Alger, sned.

4 Al-‘Ayyāšī, Riḥla, Le Caire (éd. lithographiée), s.d., p. 40.

5 De Calassanti-Motylinski (1885, p. 15-72) publie le premier inventaire des bibliothèques ibaḍītes au M’zab et Basset (1885, p. 211-265) s’intéresse aux bibliothèques de Ouargla et de la zaouïa de Temacin. Ce sont les premiers travaux sur les manuscrits du Sahara.

6 De La Martinière et Lacroix 1897, p. 283.

7 Parmi les premiers ouvrages traduits par les interprètes de l’armée française, citons la traduction par Laurent-Charles Féraud de la chronique d’al-‘Adwānī (xe/xvie s.), le Tārīḫ, Kitāb el-Adouani ou le Sahara de Constantine et de Tunis, Constantine, Alger, Librairie éditeur, Paris, Challamel, 1868. Signalons aussi la traduction d’une chronique ibaḍīte d’Abū Zakariyyā’ al-Warǧilānī par Émile Masqueray en 1879.

8 Arab 2007, p. 153.

9 Par exemple Schacht 1956, p. 375-398, et surtout le travail remarquable de l’association ibaḍīte du M’zab, al-Turāt, qui a catalogué les principales collections de la communauté. Ce travail a été repris par Custers, 2006.

10 Maḫṭūṭāt minṭaqat Tuwāt wa-ahamiyyatuhā al-tārīḫiyya, Mémoire de DEA, Département d’Histoire, Université d’Alger, 1985.

11 Ḥasānī 1994, vol. v, p. 1-32.

12 C’est un projet qui a été coordonné par le Centre de conservation du livre d’Arles (CCL) et financé par l’Union Européenne. Il s’inscrivait dans le cadre d’Euromed Heritage ; voir Bouterfa 2005.

13 Arab 2007, p. 97.

14 Dans la présentation des bibliothèques de manuscrits en Algérie pour le public occidental, Aïssani 2005, p. 230-232, ignore totalement les collections du Touat et du Gourara.

15 Cette équipe est composée de Youcef Aïbeche, Dalal Louati, Belkacem Filali, Abdelkhalil Geriane et Abdessalem Mahri.

16 La région du Gourara est entourée par le Meguiden au nord-ouest, le Tadmaït à l’est, de l’Erg occidental au nord-ouest et Tagouzi au sud-ouest. Elle est donc bien délimitée comme cadre spatial.

17 Ibn al-Sagīr, Aḫbār al-a’imma al-rustumiyyīn, éd. M. Nāṣir et I. Bahhāz, Beyrouth, Dār al-ġarb al-islāmī, 1986.

18 À propos d’une guerre civile rustumide, Ibn al-Ṣaġīr (p. 108) évoque le fort (ḥiṣn) de Tālġamt, situé entre Ghardaïa et Laghouat, qui est habité par les Ṣufrītes. Par ailleurs, le Gourara est aussi relié à Siǧilmāsa, capitale d’une dynastie ṣufrīte, les Midrarides (140-296/757-909), voir elghali 2003, p. 101-13.

19 Ibn Baṭṭūṭā, Riḥla, Beyrouth, Dār Sādir, s.d., p. 700.

20 Ibn Ḫaldūn ‘A., Kitāb al-‘ibar, trad. de la partie concernant le Maghreb par de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, Paris, Paul Geuthner, 1969, vol. i, p. 102.

21 Ibn Ḫaldūn Y., Buġyat al-ruwwād fī ḏikr al-mulūk min Banī ‘Abd al-Wād, éd. A. Bel, Alger, Fontana, 1910,
p. 260-261.

22 Al-Maġīlī s’installa à Tamentit, la plus grande station commerciale du Touat et un centre de la culture hébraïque où il allait ordonner la destruction des synagogues. Voir Ibn Maryam, al-Bustān fī ḏikr al-awliyā’ wa-l-‘ulamā’ bi-Tilimsān, éd. M. Ben Cheneb, Alger, Opu, 1986, p. 253-256.

23 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, Paris, 1956, vol. ii, p. 436-437.

24 À partir de leur fief du Tafilalt, les Sa‘diens mènent des expéditions de contrôle des territoires notamment dans le Soudan en 1591 et dans le Touat-Gourara (Jacques-Meunié 1982, vol. i, p. 76).

25 Pour approfondir nos connaissances sur cette période moderne du Touat et du Gourara, voir Martin 1923, p. 19-163.

26 Vuillot 1895, p. 1-152 rapporte les premiers voyages européens et surtout les missions d’exploration scientifique dès 1830. La tradition manuscrite n’intéressait personne, faute peut-être d’une bonne maîtrise de la langue.

27 Les données incertaines caractérisent les premières observations des militaires français concernant le nombre de ksour du Gourara dont ils donnent les nombres suivants (voir De La Martinière et Lacroix 1897, p. 279) : 1845 : 20 ksour par le lieutenant-colonel Daumas ; 1860 : 21 ksour par le lieutenant-colonel de Colomb ; 1880 : 18 ksour par le commandant Fossoyeux ; 1886 : 31 ksour par le lieutenant Devaux ; 1890 : 27 ksour par le commandant Deporter ; 1894 : 24 ksour par le commandant Godron.

28 De même, 28 ksour se dressent dans la région de Timimoune, ce qui donne un chiffre total de plus de 200 ksour dans le Gourara. Voir Farǧ 1977, p. 139-145.

29 Un acte de taḥbīs daté du 15 ramadan 1320/1902 donne le fondateur de la Qādiriyya, ‘Abd al-Qādir al-Ǧīlānī comme bénéficiaire d’un bien laissé par un homme riche d’Ouled Saïd.

30 Cette assemblée était composée en 1910 de Sī Mubārak b. Muḥammad al-Māmūn de Timimoune, de Sī Muḥammad b. al-Ḥāǧǧ ‘Umar de Tabelkoza et de Sī Aḥmad b. ‘Alī de Dendoul ; voir Moussaoui 2002, p. 253.

31 Ces correspondances sont entretenues avec le caïd de Timimoune et l’attaché militaire français du Gourara. Le kabīr d’Ouled Saïd à cette époque est ‘Abd al-Qādir b. ‘Abd al-Raḥmān.

32 Boubrik 1999, p. 54-57, et sur les traditions spirituelles locales, voir Bellil 2003.

33 À Tindouf, chef-lieu de Figuig, se trouve une collection de manuscrits appartenant à la zaouïa de Sīdī Balla‘maš, qui témoigne de la circulation des manuscrits maghrébins et andalous dans le Sahara. La copie unique de l’ouvrage de l’Andalou Ibn ‘Umayra al-Maḫzūmī (m. 658/1259) intitulé Tārīḫ Mayūrqa, s’y trouve ; voir Ban Ma‘ammar 2007, p. 68.

34 Ahmad Djaafri, cité par Arab 2007, p. 97 estime que le nombre d’ouvrages manuscrits de la ḫizāna d’Ouled Saïd est de 200. Au cours de notre mission, nous avons constaté que ce chiffre ne peut pas concerner une seule collection, mais qu’il correspond à plusieurs autres réparties dans plusieurs villages fortifiés.

35 Tamentit semble avoir été le centre principal de la culture musulmane et juive au Touat-Gourara durant le Moyen Âge ; voir Oliel 1994, p. 134-135.

36 Manuscrit n° 29.

37 Manuscrit n° 37. Les manuscrits locaux sont, pour leur immense majorité, inédits.

38 Manuscrit n° 18.

39 C’est la période de la constitution de l’immense majorité des collections de manuscrits du Touat, telles celle de la zaouïa de Būda (1074/1663), de la zaouïa du Šayḫ al-Maġīlī et de la ḫizāna de Kūsān à Tīmī qui possèdent 300 manuscrits.

40 Bellil 2006 a recueilli, transcrit et traduit en français des textes des Berbères zanāta du Gourara dans un corpus intitulé Textes zénètes du Gourara. De même, Mammeri 1984 avait recueilli la poésie spirituelle du Gourara, ce qui permet de classer la région comme une aire géo-linguistique berbère ; voir Chaker 1995, p. 7-10, 259.

41 Comme le montre un acte de vente rédigé le 24 ša‘bān 1319/22 novembre 1901.

42 Notamment dans les lettres envoyées par le chef du camp militaire du Gourara.

43 Par ailleurs, la majorité des toponymes arabisés du Gourara est d’origine berbère, comme Gantūr qui provient d’agantūr, signifiant un petit vallon à fond en pente très faible. Il en est de même du toponyme Taġīt qui signifie un étranglement de vallée ou Aġlād, du berbère arlād désignant un passage étroit ; voir Capot-rey et al., 1963, p. 15-24.

44 La foggara d’Amuqrān figure par exemple dans un acte du 10 muḥarram 1327/1909.

45 Les ḥarrāṭīn sont l’objet d’un débat historiographique, mais aucune hypothèse n’est encore solidement établie ; voir Bellil 2003, vol. ii, p. 62-64.

46 Dans la présentation de Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie, Kabyles du Djurdjura, Chaouïa de l’Aurès, Beni M’zab, Aix-en-Provence, Édisud, 1983, p. xii-xvii, Fanny Colonna a conclu qu’Émile Masqueray, comme certains ethnologues, pensent l’africanité plutôt que la berbérité du Maghreb.

47 Dans le cas de Bougie par exemple, un transfert des activités intellectuelles au sud-est de la Kabylie est constaté après la prise de la ville par les Espagnols au début du xe/xvie siècle.

Auteur

Université Émir Abdelkader (Constantine)-CNRPAH (Alger)

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540