Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Manuscrits et documents

La bibliothèque d’un savant yéménite au xiiie siècle d’après une note manuscrite autographe1

Arianna d’Ottone

Testo integrale

  • 1 Cette contribution fut écrite en 2007 mais la publication de ce volume a été retardée et d’autres t (...)
  • 2 Pour un panorama bibliographique général, voir Heffening 1991, p. 184a. À la bibliographie relative (...)

1À partir de la première moitié du xixe siècle, plusieurs recherches ont été consacrées aux bibliothèques, au collectionnisme et à la bibliophilie en terre d’Islam durant l’époque médiévale2.

  • 3 Les régions traditionnellement citées dans les études sur les bibliothèques arabes sont la Syrie, l (...)

2Dans ce panorama de recherche, le Yémen se distingue par une absence quasiment totale d’études3.

  • 4 Messick 1993, p. 29 (disponible aussi sur le web : http://ark.cdlib.org/ark:/13030/ft7x0nb56r/, con (...)
  • 5 Sur les madrasas et les centres de culture du Yémen à l’époque islamique, voir al-Akwa‘ 1406/19862 (...)

3Pourtant, a-t-on justement observé4, il existait au Yémen, à l’instar des autres régions du monde islamique, une florissante culture du livre — fruit d’une activité intellectuelle et scientifique aux traits originaux et caractéristiques5 — liée à l’activité de copie et de vente de manuscrits, à l’exercice des arts et des métiers afférents au marché du livre (production de papier, calligraphie, reliure), et à la présence de bibliothèques.

  • 6 Ibn Samura al-Ǧa‘dī (m. 596/1199), Ṭabaqāt fuqahā’ al-Yaman, éd. F. Sayyid, Le Caire, 1957, p. 157 (...)
  • 7 al-Akwa‘ 1406/19862, p. 7.

4Dans le Yémen du vie/xiie siècle, par exemple, un juriste pouvait disposer d’une bibliothèque contenant 500 livres (kitāb) ou volumes (muǧallad)6 ; un poète pouvait posséder 500 recueils de poésie (dīwān min al-ši‘r) et la collection du sultan rasulide al-Muẓaffar Yūsuf (r. 647-694/1249-1295) aurait compté environ cent mille livres7.

5Une note autographe, rédigée dans la première moitié du xiiie siècle et relative aux livres possédés par un savant yéménite, constitue le point de départ de cette contribution. Cette note nous offre l’opportunité, d’une part, de jeter un regard sur les rayons d’une bibliothèque privée yéménite de l’époque et d’en saisir, dans la mesure du possible, quelques caractéristiques et, d’autre part, d’aborder certains aspects de la culture livresque du Yémen médiéval et des questions relatives à la production de livres dans la région.

Les livres de Yaḥyā Ibn Ǧābir

  • 8 L’intérêt de ce bref texte a déjà été signalé dans le catalogue ambrosien des manuscrits arabes qui (...)
  • 9 Sur le cas de savants qui pouvaient lire mais n’étaient pas capables d’écrire, voir Hirschler 2012a (...)

6Le feuillet 61r du manuscrit ambrosien E 208ar. (planche 1) conserve une note qui contient une liste intéressante de titres de livres appartenant à un certain Yaḥyā b. Ǧābir, copiste et propriétaire de ce manuscrit8. Yaḥyā était à l’évidence un savant accompli, étant donné son intérêt pour la lecture, mais aussi son habileté dans l’art de l’écriture9.

  • 10 Il est bon de rappeler ici ce que Messick a observé, dans des témoignages graphiques modernes, au s (...)

7La liste des livres — qui se présente graphiquement d’abord en lignes horizontales puis en lignes verticales pour revenir à la dernière ligne dans le sens ordinaire de lecture10 — a été fixée dans l’espace blanc d’une page de frontispice d’un codex dont la transcription s’acheva le premier mercredi du mois de rabī‘ I de l’an 620/1223.

  • 11 Sur cet Abū l-Faḍl ‘Abbās b. Šarwīn « unknown », voir Löfgren-Traini 1995, p. 92. Voir aussi l’impo (...)
  • 12 Cet ouvrage d’al-Raṣṣāṣ, comme l’indique le catalogue ambrosien, n’est pas enregistré dans Brockelm (...)

8Ce volume contient les deuxième et troisième ǧuz’ du Kitāb al-Tibyān li-yāqūtat al-īmān wa-wāṣiṭat al-burhān (li-Abī l-Faḍl ‘Abbās b. Šarwīn)11, un traité de théologie (kalām) zaydite de Ḥasan b. Muḥammad al-Raṣṣāṣ12 (fol. 9-151r), suivi de 9 mas’ala, du même auteur sur des sujets théologiques (fol. 151v-160).

  • 13 À ce propos, rappelons la constatation d’Eche quant à la possibilité de classer les textes cités da (...)
  • 14 L’ouvrage de caractère encyclopédique de Ibn Abī l-Riǧāl intitulé Maṭla‘ al-budūr wa maǧma‘ al-buḥū (...)
  • 15 « […] il s’agit, par conséquent, de textes fort rares, auxquels l’accès est d’autant plus ardu qu’i (...)

9Malheureusement, et comme il arrive souvent lorsqu’on a affaire à des listes de livres, l’identification certaine des auteurs et des œuvres citées n’est que partielle13. En outre, dans le cas spécifique du Yémen, on doit tenir compte, d’une part, des considérations d’Ibn Abī-l-Riǧāl (1029-1092/1620-1681) sur l’insuffisance des renseignements relatifs aux doctes zaydites14 pourtant nombreux et, d’autre part, du fait que bien de leurs écrits sont très rares15.

  • 16 Eche 1967, p. 320.

10Dans certains cas, donc, on n’a pu qu’indiquer de façon générique, à partir de l’ism, le nom/titre du livre, l’indication du sujet et le nom de l’auteur de l’ouvrage16 et le contenu plausible des textes. Dans d’autres cas, les lacunes relatives à ces éléments n’ont pas permis d’aller au-delà de simples hypothèses. Certains titres, enfin, n’ont pu être identifiés.

  • 17 Sur l’importance des notes manuscrites comme sources documentaires, voir Görke, Hirschler 2011, p.  (...)

11Malgré ces obstacles, la note de Yaḥyā b. Ǧābir fournit différents éléments significatifs, qui, à mon sens, méritent d’être relevés17.

  • 18 On utilise le signe / comme indication de fin de ligne et chaque titre est suivi d’un nombre en ord (...)

12Cette note énonce textuellement18 :

  • 19 Suivent dans l’interligne supérieure, deux groupes de lettres peu lisibles.

ǧumlat al-kutub allatī li-Yaḥyā b. Ǧābir (1) al-ǧuz’ al-awwal wa-l-ṯānī min šarḥ / al-taḥṣīl taṣnīf Ḥusayn b. Musallam (2) wa-Ṣafwat al-iḫtiyār fī uṣūl al-fiqh (3) wa-l-ǧuz’ / al-ṯānī min šarḥ al-taḥṣīl min šarḥ al-Ḫurāšī (4) wa-Tafsīr ġarīb al-Qur’ān / li-Mu‘āḏ b. Abī al-Ḫayr al-Siǧistānī (5) wa-ma‘ahu ǧuz’ min tafsīr Ibn Qutayba / (6) wa-Muqaddimat b. Bābašāḏ al-Naḥwī (7) wa-Taḥkīm al-‘uqūl / li-l-Ḥākim (8) wa-Kitāb ǧawāb al-Aš‘arī li-l-faqīh Ḥusayn (9) wa-ma‘ahu / Kitāb al-mu’aṯṯirāt li-l-šayḫ al-‘ālim al-Ḥasan b. Muḥammad b. Abī Bakr al-Raṣṣāṣ / (10 wa-Kitāb wāsiṭat al-hudā) (11) wa-ma‘ahā l-Iḥyā’ ‘ala l-šahāda / li-l-qāḍī Šams al-Dīn19 wa-Nahǧ al-balāġa (12) Kitāb ǧalā’ al-abṣār (13) wa-ma‘ahu / al-’arba‘īn al-ḥadīṯ al-saylaqiyya (14) wa-l-’arba‘īn al-nw‘( ?) fī faḍā’il amīr al-mu’minīn ‘Alī ‘alayhi l-salām / (15) wa-Tafsīr al-ḥalāl (16) wa-l-Kāšif li-l-baṣā’ir.

13Ensemble des livres de Yaḥyā b. Ǧābir :

    • 20 Sur les sens du terme ǧuz’, voir Van Koningsveld 1977, p. 68-70, n. 89 ; Humbert 1988, p. 14-15 ; K (...)
    • 21 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48 avec la bibliographie.
    • 22 Sur la traduction du nom d’action de la iie forme (taḥṣīl) — de la racine ḥṣl en tant que « synth (...)

    Première et deuxième section (ǧuz’)20 du « Commentaire » (al-iklīl šarḥ ma‘nā al-taḥṣīl) de Ḥusayn b. Musallam21 à l’œuvre d’al-Ḥasan al-Raṣṣās, la « Synthèse » (taḥṣīl)22 ;

    • 23 Pas dans GAL, vol. i, p. 403-404, n. 9 ; ni dans GAL2, vol. i, p. 509 ; ni dans GAL suppl. i, p. 70 (...)
    • 24 Van Donzel 1991.
    • 25 Attribué de façon erronée à ‘Alī b. Zayd al-‘Ansī dans GAL suppl. i, p. 699.

    Ṣafwat al-iḫtiyār[āt] fī uṣūl al-fiqh (« Choix des fondements du droit ») : anthologie juridique23 de l’imām al-Manṣūr bi-llāh ‘Abd Allāh b. Ḥamza b. Sulaymān b. Ḥamza (561-614/1165-1217)24, auteur fécond dont il faut rappeler aussi le commentaire, intitulé Ḥadīqat al-ḥikma l-nabawiyya25, aux Quarante ḥadīṯ d’al-Saylaqī présents dans la liste de Yaḥyā au n. 13 ;

    • 26 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48 avec la bibliographie.

    Deuxième section du « Commentaire à la Synthèse » (šarḥ al-taḥṣīl) tiré du « Commentaire d’al-Ḫurāšī : al-Tafsīl li-ǧumal al-Taḥṣīl26 ;

    • 27 GAL, vol. i, p. 119 ; GAL, suppl. i, p. 183.
    • 28 Sur les nisba orientales citées dans les répertoires biographiques et onomastiques yéménites, voir (...)
    • 29 D’autre part, il faut mentionner aussi qu’aucun Mu‘āḏ b. Abī al-Ḫayr al-Siǧistānī n’est cité dans l (...)

    On connaît bien une [Nuzhat al-qulūb fī] tafsīr ġarīb al-Qur’ān (Commentaire aux passages difficiles du Coran) d’Abū Bakr M. b. ‘Umar b. Aḥmad b. ‘Uzayr al-Siǧistānī (m. 330/941)27. Toutefois la différence évidente dans la chaîne onomastique — Yaḥyā attribue l’ouvrage à un certain Mu‘āḏ b. Abī l-Ḫayr al-Siǧistānī28 — laisserait penser qu’il s’agit d’un autre auteur et d’un autre livre, sauf à supposer une altération consistante du nom de l’auteur29 ;

    • 30 Lecomte 1971.

    Section du commentaire philologique notoire des passages difficiles du texte coranique, intitulé Kitāb tafsīr ġarīb al-Qur’ān de Ibn Qutayba (213-276/828-889), célèbre polygraphe sunnite30 ;

    • 31 GAL, vol. i, p. 301, n. 1 ; GAL, suppl. i, p. 529, n. 1.
    • 32 al-Akwa‘ 1406/19862, p. 14. Ṭāhir b. Bābašāḏ et sa grammaire sont aussi cités dans le chapitre dédi (...)
    • 33 À ceux qui sont cités par Brockelmann, (voir supra), on pourrait ajouter le Šarḥ [‘alā Muqaddimat Ṭ (...)

    [al-]Muqaddima [fī-l-naḥw] (L’« Introduction à la grammaire »), en 10 chapitres, d’Abū l-Ḥasan Ṭāhir b. Aḥmad b. Bābašāḏ (m. 469/1076)31, était l’un des textes classiques de l’enseignement de la grammaire au Yémen32. De cette œuvre, on connaît, entre autres, plusieurs commentaires d’auteurs yéménites33 ;

    • 34 Thiele 2012.
    • 35 Al-A‘lām, vol. vi, p. 176-177. Le titre de cet ouvrage n’est pas mentionné dans GAL i, p. 412 : 6, (...)

    Taḥkīm al-‘uqūl : c’est le titre d’un ouvrage de uṣūl al-fiqh d’Abū Sa‘d (Sa‘īd) al-Muḥsin b. Muḥammad b. Karāma al-Ǧušamī l-Bayhaqī (413-494/1022-1101)34, connu comme al-Ḥākim [al-Ǧušamī], selon ce qui est aussi partiellement indiqué dans la note de Yaḥyā b. Ǧābir35. Ḥanafite, puis mu‘tazilite et enfin zaydite, Ibn Karāma, était un spécialiste de uṣūl et de théologie. Maître du docte al-Zamaḫšarī (467-538/1075-1144), il étudia à Naysābūr, acquit sa notoriété à Ṣan‘ā’ et mourut šahīd à La Mecque. Du même auteur également, le titre au n. 12 de la liste de Yaḥyā ;

    • 36 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

    Kitāb ǧawāb al-Ašarī li-l-faqīh Ḥusayn, de Ḥusayn b. Musallam36 ;

    • 37 GAL suppl. i, p. 700 : 6, n. 4 ; al-Ruqayḥī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 1404/1984, vol. ii, p. 718. Thiele (...)
    • 38 al-Ruqayḥī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 404/1984, vol. ii, p. 667. Mais ce Commentaire n’est pas enregistré (...)
    • 39 al-Ḥibšī s.d., p. 99, qui ne mentionne pas cependant le titre précédent. Pour le lien direct, dans (...)
    • 40 Kaḥḥāla, par exemple, ne cite qu’un Kitāb al-mu’aṯṯirāt sans autres précisions, voir ‘U.R. Kaḥḥāla, (...)
    • 41 Griffini 1909, p. 155- 156 ; Al-Ḥibšī s.d., p. 98-99.
    • 42 À environ six km. au sud-ouest de Ṣan‘ā’. Sanā‘ fut fondée par Muṭarrif b. Šihāb (m. post 459/1067) (...)
    • 43 Voir infra.

    Le titre bref Kitāb al-mu’aṯṯirāt pourrait se référer à deux traités de théologie zaydite du même auteur, Ḥusām al-Dīn Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Muḥammad b. al-Ḥasan al-Raṣṣāṣ, à savoir le Kitāb al-mu’aṯṯirāt [wa-miftāḥ al-muškilāt]37 — dont on connaîtrait également un commentaire (šarḥ) du même auteur38 — ou le Kitāb al-mu’aṯṯirāt [fī uṣūl al-dīn min al-muḫtaṣarāt]39. Toutefois, on ne peut exclure qu’il s’agisse de la même œuvre, mais connue sous des titres différents40. Appartenant à une des nombreuses familles qui s’étaient détachées de la tribu de Ǧuhayna b. Zayd provenant du Naǧd41, Ḥusām al-Dīn al-Raṣṣāṣ, est né en 546/1151, et mourut en 584/1188, à l’âge de 38 ans, dans la hiǧra de Sanā‘42 ; il fut l’élève du Qaḍī Šams al-Dīn Ǧa‘far b. Aḥmad b. ‘Abd al-Salām43 ;

    • 44 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

    Kitāb Wāsiṭat al-hudā44 ;

    • 45 Le titre de cette œuvre n’est pas, toutefois, enregistré dans GAL Suppl. i, p. 699-700 : 5a.
    • 46 Madelung 1981 ; al-Ḥibšī s.d., p. 96 ; Ibn Samura, Ṭabaqāt fuqahā’ al-Yaman, p. 180. Du point de vu (...)
    • 47 Sur la communauté muṭarrifite, déclarée hétérodoxe par l’imām al-Manṣūr ‘Abdallāh b. Ḥamza (594-614 (...)
    • 48 Wagner 1993.
    • 49 al-Ḥibšī, s.d., p. 97. Sur la Madrasa Šamsiyya, voir al-Akwa‘ 1406/19862, p. 370-392.

    Al-Iḥyā’ ‘ala {al-}šahāda [al-iǧmā‘]. C’est le titre d’une des œuvres45 du Qāḍī Šams al-Dīn Ǧa‘far b. Aḥmad b. ‘Abd al-Salām b. Abī Yaḥyā al-Mu‘tazilī (m. 573/1177-78)46 qui fut, à Ṣan‘ā’, un des auxiliaires (anṣār) de l’imām al-Mutawakkil ‘alā llāh Aḥmad b. Sulaymān (500-566/1106-1170). Il se rendit en Iraq en quête de savoir (fī-ṭalab al-‘ilm) et une fois revenu au Yémen, où il rapporta beaucoup d’ouvrages d’auteurs mu‘tazilites, il enseigna dans la hiǧra de Sanā‘ polémiquant avec les partisans du maḏhab muṭarrifite47. Après quoi, il se rendit dans la ville de Ibb pour une confrontation (munāẓāra)48 avec le docte Yaḥyā b. Abī l-Ḫayr al-‘Imrānī. Un manuscrit contenant le texte cité dans la liste de Yaḥyā b. Ǧābir est conservé dans la Madrasa Šamsiyya de Ḏamār49 ;

    • 50 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

    Nahǧ al-balāġa d’al-Šarīf al-Raḍī50 ;

    • 51 Voir al-Ṭihrānī 19832, vol. v, p. 122 ; Al-A‘lām, p. 177. Le titre de cette œuvre n’est pas indiqué (...)

    Avec le titre Kitāb ǧalā’ al-abṣār —on peut identifier aisément une œuvre de ‘ilm al- ḥadīṯ de Ibn Karāma51 (voir n. 7) ;

    • 52 GAL, vol. I2, 1943, p. 507 ; Löfgren, Traini 1981, p. 117, n. 248 (iii) et al-RuqayḤī, al-Ḥibšī, al (...)

    Le [Kitāb] al-arba‘īn al-ḥadīṯ al-saylaqiyya. C’est un recueil de traditions zaydites attribué à Abū l-Qāsim Zayd b. ‘Abdallāh b. Mas‘ūd al-Hāšimī l-Saylaqī, auteur dont on sait peu de choses, si ce n’est son nom et qu’il dut être actif au ve/xie siècle52 ;

    • 53 al-Ṭihrānī 19832, vol. i, p. 409-436 ; Ḥaǧǧī Ḫalīfa 1835-1847, vol. i, p. 229-242.
    • 54 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

    [Kitāb] al-arba‘īn al-nw‘ ( ?) fī faḍā’il amīr al-mu’minīn ‘Alī. Bien que le nombre des titres qui inclut les « Quarante » (généralement les quarante ḥadīṯ) — cependant, dans la note de Yaḥyā, le ductus du mot qui suit le nombre pourrait orienter vers des termes de racine différente — soit loin d’être modeste53 concernant les « mérites du Prince des croyants Alī », aucun d’entre eux ne semble correspondre au [Kitāb] al-arba‘īn mentionné dans la liste de Yaḥyā54 ;

    • 55 Sezgin 1967, vol. i, p. 571 : 15,1.
    • 56 al-Ḥibšī s.d., p. 534 ; GAL, suppl. i, p. 699, 2a, n. 1 ; Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, ave (...)

    Tafsīr al-ḥalāl. Les éléments fournis par Yaḥyā ne sont pas clairs : le titre pourrait en effet renvoyer à un commentaire de l’œuvre de l’imām al-Hādī ilā l-Ḥaqq (220-298/835-911), (Ǧāmi‘) al-Aḥkām fī l-ḥalāl wa-l-ḥarām55 dont on connaît un Šarḥ d’al-Āmulī mais il pourrait aussi s’agir d’un commentaire, qu’on ne saurait mieux identifier ni attribuer qu’à l’œuvre de l’imām al-Mutawakkil ‘alā llāh Aḥmad b. Sulaymān intitulée Uṣūl al-aḥkām fī l-ḥalāl wa-l-ḥarām : un recueil de 3000 ḥadīṯ56.

    • 57 L’œuvre, non enregistrée dans GAL, vol. i, 403 : 7 ; ni dans GAL, vol. I2, 508 : 6, ni encore dans (...)

    Le titre bref : al-Kāšif li-l-baṣā’ir, c’est-à-dire al-Kāšif li-ḏawī l-baṣā’ir fī iṯbāt al-i‘rāḍ wa-l-ǧawāhir, renvoie en revanche et sans équivoque, à un traité de théologie zaydite de Ḥasan b. Muḥammad b. Ḥasan al-Raṣṣāṣ57.

Observations

  • 58 Kenderova 2007, p. 51-52.

14Nous savons que dans les bibliothèques arabes du Moyen Âge et jusqu’à l’époque ottomane, les livres étaient conservés à plat, disposés l’un sur l’autre, de telle façon que le titre, écrit sur la tranche du volume, soit visible. Cette pratique, qui était liée à la manière de citer les textes dans les catalogues de certaines bibliothèques de waqf ottomanes58, semble se répercuter également dans les modalités de citation faites par Yaḥyā b. Ǧābir. Dans sa note, en effet, on se trouve en présence des cas suivants :

  • le titre seul, en forme abrégée, sans mention de l’auteur (n. 16 : al-Kāšif li-l-baṣā’ir) ;

  • le titre abrégé et des éléments, souvent insuffisants, du nom de l’auteur (n. 5 : ǧuz’ min tafsīr Ibn Qutayba) ;

  • le nom de l’auteur lié au titre de l’ouvrage avec la particule li- (n. 11 : al-Iḥyā’ ‘ala l-šahāda li-l-qāḍī Šams al-Dīn).

  • 59 Sur le manque de ce type de documents pendant les six premiers siècles de l’Islam et sur la seule d (...)
  • 60 Sur l’existence d’une longue liste de livres conservée dans un document relatif à un héritage daté (...)
  • 61 Comme le « cahier » (daftar) de la bibliothèque de la Grande Mosquée de Kairouan établi, pour des r (...)
  • 62 Bien que d’époque beaucoup plus récente, il vaut certainement la peine de mentionner la liste de li (...)

15Cependant, à la différence des listes de livres — plus ou moins longues, détaillées et ordon-nées — enregistrées dans les catalogues de bibliothèques59, dans des legs testamentaires60, des inventaires de biens61 ou de ventes62, la note du manuscrit yéménite se distingue du fait que ce n’est qu’un bref mémorandum, rédigé à la hâte par celui qui possédait ces livres et les lisait.

  • 63 Le catalogue de la bibliothèque de la turba, que le souverain ayyubide al-Malik al-Ašraf avait fait (...)
  • 64 Sur le catalogue des milliers de livres de la madrasa Fāḍiliyya au Caire — dans laquelle conflua la (...)
  • 65 Sur l’identité de Yaḥyā b. Ǧābir, voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.
  • 66 Rappelons ici la célèbre anecdote, rapportée par al-Muqaddasī (ive/xe siècle), relative à la génére (...)

16Il ne s’agit pas d’un catalogue raisonné de la collection d’un puissant63 ni de l’inventaire de la bibliothèque d’un riche collectionneur (ǧammā‘) passionné du « beau livre »64. Le manque absolu de méthode dans la rédaction de la liste et le nombre limité de textes qui la composent sembleraient le confirmer. Sans compter que ce dénommé Yaḥyā b. Ǧābir65 pouvait ne pas être assez riche pour se permettre d’acheter ou de commissionner des livres sans se soucier de la dépense66.

  • 67 Voir Kohlberg 1992, p. 71-91.

17De plus, l’aspect documentaire de la note, c’est-à-dire le fait qu’elle se présente comme une annotation à l’usage du possesseur du livre, exclut qu’elle soit le résultat d’une reconstruction érudite de la bibliothèque qu’un auteur prolifique aurait chez lui
— ou de textes auxquels il avait accès et dans lesquels il puisait pour écrire ses œuvres67. D’autre part on ne sait pas si notre Yaḥyā b. Ǧābir a jamais écrit des livres ou si, plutôt, il ne serait pas simplement un lecteur cultivé et, à l’occasion, un copiste appliqué.

  • 68 Ornato 1985, p. 59 [republié dans Ornato 1997]. Même si cette contribution concerne la culture du l (...)

18Cette définition, à la fois de ce qu’est la liste de Yaḥyā et de ce qu’elle n’est pas, nous amène à penser que sa bibliothèque était tout à fait ordinaire : le nombre modeste de volumes ajouté au caractère personnel de la note ne suscite pas, ni n’entend le faire, cet étonnement (‘aǧb) qui s’explique généralement quand on a affaire avec les bibliothèques arabo-islamiques dotées de quantités considérables de volumes. Toutefois dans l’optique d’une conception utilitaire du livre, où prévaut le principe de « l’équipement culturel de base », selon lequel l’accumulation de livres s’arrête quand le niveau de base, strictement suffisant, est atteint68, la bibliothèque de Yaḥyā ne devait pas être dégarnie ou, de façon positive, était plutôt bien fournie .

19Elle devait en outre comprendre des textes choisis et répondant strictement aux intérêts de son propriétaire, la copie des volumes étant effectuée, au moins en partie, personnellement. Aux 17 textes cités dans la liste il faut en effet ajouter le volume du codex ambrosien E 208ar., copié de la main de Yaḥyā, pour un total de 18 titres.

  • 69 Eche 1967, p. 282.
  • 70 Kohlberg 1992, p. 80. Pour d’autres bibliothèques privées irakiennes du viie/xiiie siècle, voir KŪr (...)

20Si la richesse de la collection est directement proportionnelle à l’importance scientifique de celui qui la possède69, la distance qui sépare le nombre de titres inférieur à 20 de la liste yéménite des 1 500-1 650 livres qui composaient l’imposante collection privée de son contemporain, le docte irakien Ibn Ṭāwūs (589-664/1193-1266)70, est sans aucun doute considérable.

  • 71 Kohlberg 1992, p. 1-18.
  • 72 Si ce n’est que, comme le rappelle Ginzburg : « alcuni studi biografici hanno mostrato che in un in (...)

21D’autre part, dans la comparaison entre la bibliothèque de ce dernier, éminent savant ayant vécu à Bagdad dans l’entourage du calife abbaside al-Mustanṣir (r. 623-640/1226-42)71 et notre anonyme Yaḥyā yéménite, une certaine différence est plus que compréhensible, ne serait-ce que comme reflet de la biographie de chacun72.

22Quant à la typologie des textes présents dans la bibliothèque de Yaḥyā, on peut classer les 18 noms des œuvres, au moins à titre indicatif, dans les groupes suivants :

matière

nombre

quantité

kalām

1, 3, 8, 9, 11, 16, 17

7

droit

2, 7, 13

4

exégèse coranique

4, 5, 12

3

ḥadīṯ

14, 15

2

grammaire

6

1

non identifiés

10

1

total

/

18

  • 73 » In the absence of immediate documentary evidence on library users in the Middle Period the follow (...)

23Ce classement nous amène à faire plusieurs observations73. Malgré l’absence de la mention de maṣāḥif (Corans), la liste de Yaḥyā comprend, par exemple, deux commentaires coraniques, dont l’un est, de toute évidence, d’origine sunnite.

  • 74 Kohlberg 1992, p. 78-79 et n. 52. C’est un démenti partiel au fait que l’on ne collectionne que les (...)

24La présence de textes sunnites chez un lecteur vraisemblablement chiite zaydite, comme semble l’être Yaḥyā b. Ǧābir, n’a rien de surprenant. Du reste, même Ibn Ṭāwūs, chiite impliqué dans des polémiques anti-sunnites, connaissait, citait et possédait dans sa bibliothèque un certain nombre de textes sunnites74.

  • 75 Eche 1967, p. 289-290.
  • 76 Sur le zaydisme yéménite, voir Van Arendonk 1960 ; Madelung 2006, p. 519-520.

25Quant à la grande influence exercée par l’école juridique de référence sur les choix opérés par le propriétaire de cette bibliothèque, voilà qui est plus que compréhensible75. L’appartenance de notre personnage au maḏhab zaydite se déduit en effet clairement du nombre de titres connus de l’école juridique la plus diffusée dans les hauts plateaux du Nord du Yémen76.

  • 77 Eche 1967, p. 287.
  • 78 Van Arendonk 1960, p. 76-77.

26Quant aux intérêts cultivés par Yaḥyā, ils sembleraient s’orienter vers le kalām et vers les œuvres de ḥadīṯ, les ouvrages de sciences coraniques et de fiqh pouvant rentrer dans le cadre de cette dernière catégorie77. Bien qu’en quantité modeste et identifiés seulement en partie, les titres directement afférents à ces spécialités dépassent en fait la moitié du total. Il n’est pas superflu, à ce propos, de rappeler l’importance que les zaydites attribuaient aux mérites personnels, la supériorité (faḍl) se fondant, selon eux, sur quatre conditions préalables, l’une d’elles étant d’avoir reçu une formation théologique et juridique78.

  • 79 Löfgren, Traini 995, p. 92. Du point de vue paléographique il faut aussi relever la présence du dāl(...)
  • 80 » Si les livres du savant ne sont pas de sa propre main, ils sont corrigés, collationnés et annotés (...)

27Un autre détail utile — encore qu’extrêmement vague pour ce qui est de son identité historique — pour définir le profil du docte Yaḥyā est l’exécution de sa main, dans un « nasḫī plutôt pointu et compact »79, de la transcription du texte contenu dans le manuscrit ambrosien E 208ar. et le soin extrême apporté à sa collation80.

  • 81 On peut supposer qu’il s’agit ici de Ḥusām al-Dīn al-Raṣṣāṣ.

28Une annotation au feuillet 151r du codex susdit nous informe en effet que celui-ci fut collationné sur la copie d’un certain Ḥusām al-Dīn81 (balaġat al-nusḫa muqābala ‘ala nusḫat al-šayḫ al-‘ālim Ḥusām al-Dīn raḥimahu llāh [...]) et la note de collation (balaġa), systématiquement présente à la fin de chaque fascicule, laisse deviner la grande importance attribuée à la correction textuelle.

  • 82 La région yéménite est négligée par les études consacrées aux warrāqūn, voir Beg 2002 avec la bibli (...)

29Naturellement, il existait aussi dans le Yémen du xiiie siècle, d’après ce que l’on sait pour d’autres régions du Dār al-islām, une activité de copie sur commission qui devait s’insérer dans le circuit commercial des warrāqūn82.

  • 83 Sur le terme uǧra/rétribution pour indiquer la rémunération relative à l’opus manuum des activités (...)
  • 84 M. Ǧāzim, Nūr al-ma‘ārif fī nuẓūm wa-qawānīn wa-a‘rāf al-Yaman, vol. i, p. 330.

30Grâce aux informations contenues dans le compendium fiscal d’époque rasulide — se référant en particulier aux années 1294-95 — connu sous le nom de Nūr al-ma‘ārif, nous savons, par exemple, que la rétribution (uǧra)83 de la copie sur commission au Yémen, notamment à Zabīd, variait selon les facteurs suivants84 :

    • 85 Il faut rappeler que les noms des formats du papier définissent leur dimensions et que, tout en nom (...)

    format (qaṭ‘) du manuscrit — les formats cités dans le manuel sont : l’égyptien (al-miṣrī) à raison de ½ (niṣf), l’irakien (al-baġdādī) à raison de ¼ (rub‘) et le syrien (al-ḥamawī) à raison de ½ (niṣf)85 ;

  1. nombre de lignes par page (misṭara) ;

  2. qualité de l’écriture — classée selon les catégories de : écriture excellente/de première qualité (al-ḫaṭṭ al-ǧayyid/al-‘āl), moyenne (al-wasaṭ/al-mutawassiṭ), médiocre/mauvaise (al-dūn/al-radī’).

  • 86 Lowick 1983, p. 304 [republié dans Lowick 1990, texte I].
  • 87 Un filon de recherche, entrepris par des spécialistes de manuscrits latins, a pour objet le prix et (...)

31L’unité de calcul du travail de copie était le fascicule (kurrās) et le prix était indiqué en fractions (suds 1/6, ṯumn 1/8, …) de qafla — nom yéménite pour le dirham de poids standard (équivalent à 2,97 gr.)86 — ou en qīrāṭ87.

  • 88 C’est le cas de Rašīd al-Dīn ‘Umar b. Muḥammad al-Zabīdī l-Nassāḫ, voir M. Ǧāzim, Nūr al-ma‘ārif, v (...)

32À la cour rasulide, par ailleurs, le nom de métier nassāḫ, dans la chaîne onomastique de certains de ses membres, aurait été lié à leurs activités de copistes88.

33Enfin, il faut également envisager que dans la bibliothèque de Yaḥyā b. Ǧābir pouvaient se trouver des textes ne correspondant pas à ses intérêts, mais qu’il aurait reçus en héritage.

  • 89 Ornato 1985, p. 60. Récemment Hirschler a bien mis en évidence les divers changements de propriété (...)
  • 90 Eche 1967, p. 301-313.

34La contradiction entre le caractère de bien durable du livre et celui éphémère de la propriété privée fait en sorte que « les morts nourrissent spirituellement les vivants au cours d’un processus d’accumulation des livres [...]89 ». Un tel processus s’est réalisé, dans le monde arabo-islamique, par la pratique du waqf de livres90.

  • 91 Il s’agit du ms Milano, Biblioteca Ambrosiana, C 217ar, voir Löfgren, Traini 1981, p. 236, n. 473. (...)

35Une waqfiyya yéménite du deuxième quart du viiie/moitié xive siècle assez détaillée — comprenant le nom du fondateur, les clauses du waqf, une formule prohibitive et la date — témoigne bien d’une telle pratique. Le volume qui en fait mention et le reste des livres (sā’ir al-kutub) du wāqif sont en effet destinés, à la mort de celui-ci, à sa progéniture masculine ou à celle de son frère, et, en l’absence de progéniture — ou si celle-ci ne compte pas d’homme juste (ṣāliḥ) — « aux doctes, aux enseignants, aux pieux...91.

36Naturellement, il ne nous est pas donné de savoir si notre Yaḥyā avait reçu des textes en waqf, mais il demeure que la liste qu’il nous a laissée involontairement dans les marges d’un de ses manuscrits, est selon nous un témoignage digne d’intérêt.

Planche 1

Planche 1

Milan, Biblioteca Ambrosiana, Ms. E 208ar., fol. 61r

Bibliografia

Sources

Ǧāzim, M., Nūr al-ma‘ārif fī nuẓūm wa-qawānīn wa-a‘rāf al-Yaman fī-l-ahd al-muẓaffarī al-wārif/Lumière de la connaissance. Règles, lois et coutumes du Yémen sous le règne du sultan rasoulide al-Muẓaffar, éd. arabe et introduction, 2 vol., Sanaa, Centre Français d’Archéologie et Sciences Sociales, 2003, 2005.

Ibn Abī l-Riǧāl, Maṭla‘ al-budūr wa-maǧma‘ al-buḥūr, éd. ‘A. Ḥagar, M. al-Mu’ayyidī, Ṣada, Markaz Ahl al-Bayt li-l-dirāsāt al-islāmiyya, 2004.

Ibn Samura al-Ǧadī, Ṭabaqāt fuqahā’ al-Yaman, éd. F. Sayyid, Le Caire (« al-Maktaba al-Yamaniyya », 1), 1957.

Muqaddasī (al-) Š., Aḥsan al-taqāsīm fī ma‘rifat al-aqālīm, éd. M.J. De Goeje, Leyde, Brill, 1906.

Études

Akwa‘ (al-), 1406/1986: Al-Madāris al-islāmiyya fī-l-Yaman, Beyrouth, Mu’assasat al-risāla, Sanaa, Maktabat al-ǧayyid al-ǧadīd.

— 1995 : Hiǧar al-‘ilm wa-ma‘āqiluhu fī-l-Yaman, 5 vol., Damas, Dār al-fikr/Beyrouth, Dār al-fikr al-mu‘āsir. 

— 1996 : Les hiǧras et les forteresses du savoir au Yémen, Sanaa, Centre français d’études yéménites (« Les cahiers du CFEY », 2).

Ambros, A.A., 1990 : « Beobachtungen zu Aufbau und Funktionen der geseimten Klassich-arabischen Buchtitel », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes Lxxx, p. 13-57.

‘Amrī (al-), 2005 : Musawwadāt amlāk. Ḫamsat a’imma wa-wirṯuhum/Le patrimoine des Qasimites. Cinq actes relatifs aux biens des imams du Yémen (1161-1288 /1748-1871), Sanaa, Centre Français d’Archéologie et Sciences Sociales, Damas, Dār al-fikr.

Ansari H., Schmidtke S., 2012 : « Mu‘tazilism in Rayy and Astarābād : Abū l-Faḍl al-‘Abbās b. Sharwīn (Studies on the Transmission of Knowledge from Iran to Yemen in the 6th/12th and 7th/13th C., ii) », Studia Iranica 41, p. 57-100.

Beg, M.A., 2002 : « Warrāḳ », Encyclopédie de l’Islam (E.I.2), 2e éd., vol. xi, p. 150a-151a.

Beit-Arié, M., 1992 : Transmission de textes par scribes et copistes. Interférences inconscientes et critiques, dans Hamesse J. (éd.), Les problèmes posés par l’édition critique des textes anciens et médiévaux, Louvain-La Neuve, Université catholique de Louvain (« Textes, Études, Congrès », 13), p. 173-196.

Bozzolo, C., Ornato E., 1980 : Pour une histoire du livre au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS.

Brockelmann, C., 1898-1902 : Geschichte der Arabischen Litteratur (GAL), 2 vol., Weimar.

1937-1938 : Geschichte der Arabischen Litteratur. Supplementband (GAL suppl.), 3 vol., Leyde, Brill.

1943-1949 : Geschichte der Arabischen Litteratur (GAL2) 2 vol., Leyde, Brill.

Carmona, A., 1987 : « La estructura del título en los libros árabes medievales », Estudios Románicos iv, p. 181-187.

2000 : « Sobre la estructura convencional del título en los libros árabes », al-Qantara xxi, p. 85-95.

D’Ottone, A., 2006 : I manoscritti arabi dello Yemen. Una ricerca codicologica, Rome, Università degli Studi di Roma-Facoltà di Studi Orientali (La Sapienza Orientale - Ricerche).

De Jong, Fr., Witkam, J.J., 1987 : « The Library of al-šayḵ Ḵālid al-Šahrazūrī al-Naqšbandī (d. 1242/1827). A Facsimile of the Inventory of his Library (MS Damascus, Maktabat al-Asad, No. 259) », Manuscripts of the Middle East 2, p. 68-87.

Déroche, F., 2007 : La biblioteca medievale della moschea grande di Kairouan, dans Misiti M.C. (éd.), Le mille e una cultura. Scritture e libri fra Oriente e Occidente, Bari/Edipuglia, p. 141-151.

Dozy, R., 1881 : Supplément aux dictionnaires arabes, 2 vol., Leyde, Brill.

Eche, Y., 1967 : Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Egypte au Moyen Âge, Damas, Institut Français de Damas.

Gacek, A., 2001 : The Arabic Manuscript Tradition. A Glossary of Technical Terms and Bibliography, Leyde, Brill (« Handbook of Oriental Studies. The Near and Middle East », 55).

Ginzburg, C., 1976 : Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del ‘500, Turin, Einaudi.

Görke, A., Hirschler, K., 2011 : Introduction : Manuscript notes as Documentary Sources, dans Görke A., Hirschler K. (éd.), Manuscript Notes as Documentary Sources, Beyrouth, Ergon-Verlag (« Beiruter Texte und Studien », 129), p. 9-20.

Griffini, E., 1909 : « I manoscritti sudarabici di Milano (continuazione). Catalogo della prima collezione (125 codici ; 315 numeri) », Rivista degli Studi Orientali ii/2, p. 133-166.

Guesdon, M.-G., 2006 : « Dix-sept manuscrits arabes rassemblés au Yémen et donnés à la Bibliothèque nationale de France par Pierre Bardey », Chroniques du manuscrit au Yémen 1. [En ligne] : http ://cy.revues.org/documents183.html)

Ḥaǧǧī Ḫalīfa, 1835-1847 : Lexicon Bibliographicum et Encyclopaedicum a ... Haji Khalfa, 7 vol., Londres.

Ḥaḍramī (al-), 2000 : Zabīd. Masāǧiduhā wa-madārisuhā al-‘ilmiyya fī-l-ta’rīḫ, Damas, al-Markaz al-faransī li-l-dirāsāt al-yamaniyya bi-Ṣanā’, al-Markaz al-faransī li-l-dirāsāt al-‘arabiyya bi-Dimašq.

Heffening, W., 1991 : Maktaba, dans E.I., 2e éd., vol. vi, p. 181b-184b.

Ḥibšī ‘A., s.d. : Maṣādir al-fikr al-‘arabī al-islāmī fī-l-Yaman, Sanaa, Markaz al-dirāsāt al-yamaniyya.

Ḥibšī (al-), 2004: Maṣādir al-fikr al-‘arabī al-islāmī fī-l-Yaman, Abu Dhabi, Manšūrāt al-muǧamma‘ al-ṯaqāfī.

Hirschler, K., 2012a : The Written Word in the Medieval Arabic Lands. A Social and Cultural History of Reading Practices, Edinburgh, Edinburgh University Press.

— 2012b : « ‘Catching the Eel’ – Documentary Evidence for Concepts of the Arabic Book in the Middle Period », Journal of Arabic and Islamic Studies 12, p. 224-234.

Humbert, G., 1988 : « Copie “à la pecia” à Bagdad au ixe siècle ? », Gazette du livre médiéval 12, p. 12-15.

1997a : Le ǧuz’ dans les manuscrits arabes médiévaux, dans Déroche F., Richard F. (éd.), Scribes et manuscrits du Moyen-Orient, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 77-86.

— 1997b : « À la recherche de manuscrits dans les bibliothèques privées du Yémen : première mission à Zabid », Chroniques Yéménites 96-97, p. 32-35.

— 2002 : « Le manuscrit arabe et ses papiers », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée 99-100, p. 55-77.

James, D., 2007 : « More Qur’āns of the Mamlūks », Manuscripta Orientalia 13/2, p. 3-16.

Kaḥḥāla U.R., Mu‘ǧam al-mu’allifīn. Tarāǧim muṣannifī l-kutub al-‘arabiyya, 15 vol., Damas, Maṭba‘at al-Taraqqī, 1376-1381/1957-1961.

Kazimirski De Biberstein, A., 1860 : Dictionnaire Arabe-Français, 2 vol., Paris, Maisonneuve.

Kazimirski De Biberstein, A., 1860 : Dictionnaire Arabe-Français, 2 vol., Paris, Maisonneuve.

Kenderova, S., 2007 : Le catalogage dans les bibliothèques de waqf ottomanes. Traditions et innovations, dans Cenni B., Lalli C.M.F., Magionami L. (éd.), Zenit et Nadir ii. I manoscritti dell’area del Mediterraneo : la catalogazione come base della ricerca. Actes du Séminaire international (Montepulciano, 6-8 juillet 2007), Montepulciano, Thesan&Turan (« Medieval Writing. Settimane poliziane di studi superiori sulla cultura scritta in età medievale e moderna », 2), p. 47-62 et fig. 1-7.

King, D.A., 19932 : Islamic Mathematical Astronomy, Aldershot, Variorum (« Collected Studies Series », 231).

1995 : Some Illustrations of Islamic Scientific Manuscripts and Their Secrets, dans Atiyeh, G.N. (éd.), The Book in the Islamic World. The Written Word and Communication in the Middle East, Albany, The Library of Congress, p. 149-177.

— 2007 : Astrolabes and Angels, Epigrams and Enigmes. From Regiomontanus’ Acrostic for Cardinal Bessarion to Piero della Francesca’s Flagellation of Christ, Stuttgart, F. Steiner Verlag (« Boethius Band », 56).

Kohlberg, E., 1992 : A Medieval Muslim Scholar at Work. Ibn Ṭāwūs and his Library, Leyde, Brill (« Islamic Philosophy, Theology and Science. Texts and Studies », xii).

Kraemer, J.L., 1986 : Humanism in the Renaissance of Islam. The Cultural Revival during the Buyid Age, Leyde, Brill (« Studies in Islamic Culture and History », viii).

Kūrkīs, ‘A., 1367/1948 : Ḫazā’in al-kutub al-qadīma fī-l-‘Irāq, Baġdād, Maṭba‘at al-Ma‘ārif.

Lecomte, G., 1971 : « Ibn Ḳutayba », E.I., 2e éd., vol. iii, p. 868a-871b.

Löfgren, O., Traini R., 1981 : Catalogue of the Arabic Manuscripts in the Biblioteca Ambrosiana. Nuovo Fondo : Series A-D (Nos. 1-830), Vicenza/Neri Pozza, « Fontes Ambrosiani », lxvi.

1995 : Catalogue of the Arabic Manuscripts in the Biblioteca Ambrosiana, vol. iii, Nuovo Fondo : Series E (Nos. 831-1295), Vicenza/Neri Pozza (« Fontes Ambrosiani », n.s., iii).

Lowick, N., 1983 : The Mint of Ṣan‘ā’ : A Historical Outline, dans Serjeant R.B. et Lewcock R. (éd.), Ṣan‘ā’. An Arabian Islamic City, Londres, The World of Islam Festival Trust, p. 303-309.

1990 : Coinage and History of The Islamic World, Cribb J. (éd.), Londres, Variorum (« Collected Studies Series », 311).

Madelung, W., 1981 : « Dja‘far b. Abī Yaḥyā », E.I., 2e éd., Supplément, 3-4, p. 236.

— 1991 : « Muṭarrifiyya », E.I., 2e éd., vol. vi, p. 774b-775b.

— 1992 : Religious and Ethnic Movements in Medieval Islam, Aldershot, Variorum, « Collected Studies Series », 364.

— 2006 : « Zaydiyya », E.I., 2e éd., vol. xi, p. 517a-520b.

Makki Sibai, M., 1987 : Mosque Libraries. An Historical Study, Londres/New York, Mansell.

Maniaci, M., 1998 : Terminologia del libro manoscritto, Rome, Istituto centrale per la patologia del libro (« Addenda. Studi sulla conoscenza, la conservazione e il restauro del materiale librario », 3).

Messick, B., 1993 : The Calligraphic State. Textual Domination and History in a Muslim Society, Berkeley, University of California Press (« Comparative Studies on Muslim Societies », 16).

Ornato, E., 1985 : Les conditions de production et de diffusion du livre médiéval (xiiie-xve siècles). Quelques considérations générales, dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne. Actes de la Table ronde organisée par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 15-17 octobre 1984), Rome/CNRS-École française de Rome (« Collection de École française de Rome », 82), p. 57-84.

1997 : La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, préface d’A. Petrucci, Rome/Viella, p. 97-116.

Pinto, O., 1928 : « Le biblioteche degli Arabi nell’età degli Abbassidi », La Bibliofilia xxx, p. 139-165.

Regourd, A., 2002 : « Les manuscrits des bibliothèques privées de Zabīd (Yémen) : enjeu d’un catalogage », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 32, p. 247-257.

(éd.), 2006 : Fihris maktabāt al-maḫṭūṭāt al-ḫāṣṣa fī Zabīd 1. Maktabat ‘Abd al-Raḥmān ‘Abd Allāh al-Ḥaḍramī/Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid 1. Bibliothèque ‘Abd al-Rahman al-Haḍrami, Sanaa, Centre Français d’Archéologie et Sciences Sociales/Social Fund for Development.

Rossi, E., 1938 : La stampa nel Yemen (« Oriente Moderno », 18), p. 568-580.

Ruqayḥī (al-), A., Ḥibšī (al-), A., Ānisī (al-), ‘A., 1404/1984 : Fihrist maḫṭūṭāt Maktabat al-Ǧāmi‘ al-Kabīr Ṣan‘ā’, 4 vol., Damas, Maṭba‘at al-Kātib al-‘Arabī.

Šabbūḥ, I., 1956 : « Siǧill qadīm li-maktabat Ǧāmi‘ al-Qayrawān », Maǧallat Ma‘had al-maḫṭūṭāt al-‘arabiyya, Revue de l’Institut des manuscrits arabes ii, p. 339-372.

Sadan, J., 1977 : « Nouveaux documents sur scribes et copistes », Revue des études islamiques xlv, p. 41-66.

Salati, M., 2007 : Libri, lettori, bibliofili : la biblioteca privata di sayyid Ḥusayn Ǧurbāǧī, notabile di Aleppo del secolo xviii, dans Lancioni G., Durand O. (éd.), Dirāsāt Aryūliyya. Studi in onore di Angelo Arioli, Rome, Università degli Studi di Roma “La Sapienza”-Facoltà di Studi Orientali, p. 57-84.

Sayyid, A.F., 1418/1997 : al-Kitāb al-‘arabī al-maḫṭūṭ wa-‘ilm al-maḫṭūṭāt, 2 vol., Le Caire, al-Dār al-miṣriyya al-lubnāniyya.

Sezgin, F., 1967 : Geschichte des Arabischen Schrifttums, Leyde, Brill.

Sharpe, R., 2003 : Titulus. Identifying Medieval Latin Texts. An Evidence-Based Approach, Turnhout, Brepols.

Smith, G.R., 2006 : A Medieval Administrative and Fiscal Treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhaṣ al-Fiṭan by al-Ḥasan b. ‘Alī al-Ḥusaynī, Oxford, Oxford University Press (« Journal of Semitic Studies, Supplement », 20).

Storia e cultura dello Yemen 2006 : Storia e cultura dello Yemen in età islamica con particolare riferimento al periodo rasūlide (Roma, 30-31 ottobre 2003), Rome/Bardi (Accademia nazionale dei Lincei – Fondazione Caetani 27).

Sublet, J., 1991 : Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, Presses Universitaires de France.

Thiele, J., 2010 : « Propagating Mu‘tazilism in the vith/xiith Century Zaydiyya : The Role of al-Ḥasan al-Raṣṣāṣ », Arabica 57, p. 536-558.

2012 : « La causalité selon al-Ḥākim al-Ǧišumī », Arabica 59, p. 291-318.

Ṭihrānī, (al-), A.B., 19832 : Al-Ḏarī‘a ilā taṣānīf al-Šī‘a, 25 vol., Beyrouth, Dār al-aḍwā’.

Touati, H., 2003 : L’armoire à sagesse. Bibliothèques et collections en Islam, Paris, Aubier.

Traini, R., 1977 : Sources biographiques des zaydites (années 122-1200 h.) : lettres alif-ḫā’, Paris, Institut de Recherche et d’histoire des Textes (« Onomaticon Arabicum, Serie ‘listing’ », 2).

2005 : Uno «specchio per i principi» yemenita : la Nuzhat aẓ-ẓurafā’ wa-tuḥfat al-ḫulafā’ del sultano rasūlide al-Malik al-Afḍal (m. 778/1377). Edizione critica del testo arabo, con versione italiana annotata, Rome/Bardi (Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, anno CDii – 2005. Classe di scienze morali, storiche e filologiche « Memorie », serie ix, volume xix, fascicolo 2.

Tristano, C., 2005 : Prezzo e costo del libro in epoca medievale : presentazione di una ricerca, dans Tristano C., Cenni F. (éd.), Liber/Libra. Il mercato del libro manoscritto nel medioevo italiano, Rome/Jouvence, Quaderni CISLAB 1, p. 9-15.

Vallet, É., 2007 : « Décrire et analyser les archives du sultanat rasulide. Le cas de Nūr al-ma‘ārif », Chroniques Yéménites 14, p. 63-70.

2008 : « La vigne et le palmier. Identités provinciales et construction de l’État sous le sultanat rasûlide (viie-ixe/xiiie-xve)», Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 121-122, p. 53-67.

Van Arendonk, C., 1960 : Les débuts de l’Imāmat zaidite au Yémen, trad. française par Ryckmans J., Leyde, Brill (« Publications de la fondation De Goeje », 18).

Van Donzel, E., 1991 : « al-Manṣūr bi-llā h», dans E.I., 2e éd., vol. vi, p. 418a-419b.

Van Koningsveld, P. SJ., 1977 : The Latin-Arabic Glossary of the Leiden University, Leyde.

Voguet, É., 2003 : « L’inventaire des manuscrits de la bibliothèque de la Grande mosquée de Kairouan (693/1293-94) », Arabica 50, p. 532-544.

Wagner, E., 1993 : « Munāẓara », E.I., 2e éd., vol. vii, p. 566a-569a.

Ziriklī (al-), ., Al-A‘lām. Qāmūs tarāǧim li-ašhar al-riǧāl wa-l-nisā’ min al-‘Arab wa-l-musta‘ribīn wa-l-mustašriqīn, 10 vol., Le Caire, s.d., 1954-19592.

Planche 1- Milan, Biblioteca Ambrosiana, Ms. E 208ar., fol. 61r

Note

1 Cette contribution fut écrite en 2007 mais la publication de ce volume a été retardée et d’autres travaux sur l’histoire de la culture yéménite médiévale ont été publiés depuis. Des collègues, dans le cadre d’une étude plus vaste et plus complexe, se sont notamment intéressés à la note que je présente ici.

2 Pour un panorama bibliographique général, voir Heffening 1991, p. 184a. À la bibliographie relative au monde arabe citée par Heffening on peut ajouter quelques récentes études : Kohlberg 1992 ; Touati 2003 ; Hirschler 2012a, p. 124-163 et 2012b et, se référant à une époque plus récente, Salati 2007.

3 Les régions traditionnellement citées dans les études sur les bibliothèques arabes sont la Syrie, la Mésopotamie, l’Égypte et l’Andalousie. Pour ce qui concerne le Yémen, Makki Sibai 1987, p. 78, 84, consacre un bref exposé sur les mosquées-bibliothèques à caractère public. Sur ces mosquées-bibliothèques publiques et les bibliothèques privées notamment à Zabīd, voir al-Ḥaḍramī 2000, p. 261-265. Pour le catalogue et la description d’une collection moderne de manuscrits d’un savant de Zabīd, l’historien ‘Abd al-Raḥmān al-Ḥaḍramī (1933-1993), voir Regourd 2006.

4 Messick 1993, p. 29 (disponible aussi sur le web : http://ark.cdlib.org/ark:/13030/ft7x0nb56r/, consulté le 10 mai 2011).

5 Sur les madrasas et les centres de culture du Yémen à l’époque islamique, voir al-Akwa‘ 1406/19862 (1re éd. 1400/1980) ; al-Akwa‘ 1995 et al-Akwa‘ 1996. Sur la production culturelle du Yémen à l’époque rasulide, production qui va de la mathématique à l’agriculture, à la médecine et à la médecine vétérinaire, on peut consulter avec un certain intérêt le volume des actes du colloque : Storia e cultura dello Yemen 2006. Pour ce qui concerne les études astronomiques patronnées, quand elles ne sont pas faites par les sultans rasulides mêmes, voir King 19932 : texte iv : Mathematical Astronomy in Medieval Yemen.

6 Ibn Samura al-Ǧa‘dī (m. 596/1199), Ṭabaqāt fuqahā’ al-Yaman, éd. F. Sayyid, Le Caire, 1957, p. 157 et note 7 ; cité par Messick 1993, p. 269 note 36.

7 al-Akwa‘ 1406/19862, p. 7.

8 L’intérêt de ce bref texte a déjà été signalé dans le catalogue ambrosien des manuscrits arabes qui en fournit une reproduction photographique ; voir Löfgren, Traini 1995, p. 92 : n. 1038e pl. xii.

9 Sur le cas de savants qui pouvaient lire mais n’étaient pas capables d’écrire, voir Hirschler 2012a, p. 16.

10 Il est bon de rappeler ici ce que Messick a observé, dans des témoignages graphiques modernes, au sujet de la poétique de l’espace écrit et des « textes en forme de spirales » yéménites. Mémorandums de différents types, correspondance officielle, opinions légales, testaments et actes de vente rédigés au Yémen entre le xixe et le début du xxe siècle, se caractériseraient par un mouvement spatial en spirale dans lequel forme et contenu ne sont pas nettement séparables et où, en fait, c’est le contenu textuel qui détermine la forme graphique ; voir Messick 1993, p. 231-241, en particulier p. 237.

11 Sur cet Abū l-Faḍl ‘Abbās b. Šarwīn « unknown », voir Löfgren-Traini 1995, p. 92. Voir aussi l’importante contribution récente de Ansari, Schmidtke 2012 à son sujet.

12 Cet ouvrage d’al-Raṣṣāṣ, comme l’indique le catalogue ambrosien, n’est pas enregistré dans Brockelmann 1898-1902 : GAL, i, p. i, 403 : 7 ; ni dans Brockelmann 1937-1938 : GAL, suppl. i, 700 : 6 ; il est toutefois cité par al-Ḥibšī Maṣādir al-fikr al-‘arabī l-islāmī fī-l-Yaman, s.d., p. 98-99 (voir aussi la nouvelle édition de 20042). Sur al-Raṣṣāṣ, voir Thiele 2010.

13 À ce propos, rappelons la constatation d’Eche quant à la possibilité de classer les textes cités dans trois des quatre documents — relatifs à la composition de bibliothèques privées — qu’il a trouvés : « La principale difficulté consista en ce que la plupart des livres sont inconnus, ou désignés avec brièveté », Eche 1967, p. 287. Et, de même, Sharpe : « Entries in medieval booklists can sometimes seem like a fiendish species of crossword, demanding to be solved but providing incomplete or otherwise inadequate clues. [...] When their medieval references to individual texts are understood, however, booklists, inventories [...] provide an incomparable perspective on medieval intellectual life », Sharpe 2003, p. 83.

14 L’ouvrage de caractère encyclopédique de Ibn Abī l-Riǧāl intitulé Maṭla‘ al-budūr wa maǧma‘ al-buḥūr est une source biographique majeure pour le Yémen zaydite, voir Traini 1977, p. vi et xi ; Maṭla‘ al-budūr wa-maǧma‘ al-buḥūr, éd. ‘A. Ḥagar et M. al-Mu’ayyidī, Ṣada, Markaz Ahl al-Bayt li-l-dirāsāt al-islāmiyya, 2004.

15 « […] il s’agit, par conséquent, de textes fort rares, auxquels l’accès est d’autant plus ardu qu’ils sont conservés dans très peu de manuscrits dont parfois une seule copie nous est parvenue, textes qui, d’autre part, en raison de leur caractère spécialisé […] demeurent presque inconnus de la majorité des arabisants » ; Traini 1977, p. v.

16 Eche 1967, p. 320.

17 Sur l’importance des notes manuscrites comme sources documentaires, voir Görke, Hirschler 2011, p. 10.

18 On utilise le signe / comme indication de fin de ligne et chaque titre est suivi d’un nombre en ordre croissant.

19 Suivent dans l’interligne supérieure, deux groupes de lettres peu lisibles.

20 Sur les sens du terme ǧuz’, voir Van Koningsveld 1977, p. 68-70, n. 89 ; Humbert 1988, p. 14-15 ; Kohlberg 1992, p. 79 ; Humbert 1997a ; Gacek 2001, p. 23.

21 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48 avec la bibliographie.

22 Sur la traduction du nom d’action de la iie forme (taḥṣīl) — de la racine ḥṣl en tant que « synthèse » voir entre autres la signification du verbe « Résumer, réduire à la plus simple expression, tirer la quintessence (d’un discours, etc.) », enregistré par De Biberstain Kazimirski 1860, vol. i, p. 442b. Voir aussi Dozy 1881, vol. i, p. 295b et Gacek 2001, p. 33.

23 Pas dans GAL, vol. i, p. 403-404, n. 9 ; ni dans GAL2, vol. i, p. 509 ; ni dans GAL suppl. i, p. 701, n. 9. Cet ouvrage est pourtant cité par al-Ḥibšī, s.d., p. 538-546, en particulier p. 544.

24 Van Donzel 1991.

25 Attribué de façon erronée à ‘Alī b. Zayd al-‘Ansī dans GAL suppl. i, p. 699.

26 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48 avec la bibliographie.

27 GAL, vol. i, p. 119 ; GAL, suppl. i, p. 183.

28 Sur les nisba orientales citées dans les répertoires biographiques et onomastiques yéménites, voir Traini 1977, p. xxiii. Celles d’origine iranienne, en particulier, comme Daylamī et Ǧīlānī, seraient à rapporter au foyer zaydite de la Caspienne.

29 D’autre part, il faut mentionner aussi qu’aucun Mu‘āḏ b. Abī al-Ḫayr al-Siǧistānī n’est cité dans les répertoires consultés.

30 Lecomte 1971.

31 GAL, vol. i, p. 301, n. 1 ; GAL, suppl. i, p. 529, n. 1.

32 al-Akwa‘ 1406/19862, p. 14. Ṭāhir b. Bābašāḏ et sa grammaire sont aussi cités dans le chapitre dédié aux « sciences diverses que les souverains et les gouvernants ne peuvent pas ignorer » (fī mā lā yasa‘u l-mulūk wa-l-ru’asā’ ǧahlahu min anwā‘ al-‘ulūm) de la Nuzhat al-ẓurafā’ wa-tuḥfat al-ḫulafā’ du sultan rasulide al-Malik al-Afḍal (m. 778/1377), voir Traini 2005, p. 322.

33 À ceux qui sont cités par Brockelmann, (voir supra), on pourrait ajouter le Šarḥ [‘alā Muqaddimat Ṭāhir b. Aḥmad b. Bābašāḏ fī l-naḥw] d’un certain Aḥmad b. ‘Umar b. Aḥmad b. ‘Umar, actif à Zabīd au ixe/xve siècle, voir al-Akwa‘ 1406/19862, p. 225.

34 Thiele 2012.

35 Al-A‘lām, vol. vi, p. 176-177. Le titre de cet ouvrage n’est pas mentionné dans GAL i, p. 412 : 6, GAL I2, p. 524-525, ni dans GAL, Suppl. i, p. 731-732 : 6.

36 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

37 GAL suppl. i, p. 700 : 6, n. 4 ; al-Ruqayḥī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 1404/1984, vol. ii, p. 718. Thiele 2010, p. 547. Récemment des recherches ont été consacrées à l’étude des titres des livres arabes médiévaux, voir Carmona 1987 ; Ambros 1990 ; Carmona 2000. En particulier, sur la structure bipartite, généralement rimée, des titres des œuvres arabes et, notamment, pour l’emploi de la particule wa- qui unit les deux syntagmes en rime — où le deuxième syntagme complète ou répète les informations contenues dans le premier, voir Carmona 2000, p. 88-89.

38 al-Ruqayḥī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 404/1984, vol. ii, p. 667. Mais ce Commentaire n’est pas enregistré dans GAL, vol. i, p. 403 : 7, ni dans GAL suppl. i, p. 700 : 6, ni encore dans al-Ḥibšī s.d., p. 98-99. On remarquera en outre que le catalogue de la Grande Mosquée de Ṣan‘ā’ attribue également à Muḥammad b. al-Ḥasan al-Raṣṣāṣ (m. 584/1188) — voir al-Ruqayḥī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 1404/1984, p. 566 — l’ouvrage intitulé al-Taḏkira li-fawā’id al-taḥṣīl [fī-l-tawḥīd wa-l-ta‘dīl] qui est en réalité le commentaire de son neveu, Šams (Bahā’) al-Dīn Aḥmad b. al-Ḥasan Muḥammad b. A. Bakr al-Raṣṣāṣ al-Ḥafīd (m. 656/1258), à son œuvre : al-Kayfiyya fī-l-ṣifat wa-l-taḥṣīl fī tawḥīd wa-l-ta‘dīl, voir Al-Ḥibšī s.d., p. 99, 104-105.

39 al-Ḥibšī s.d., p. 99, qui ne mentionne pas cependant le titre précédent. Pour le lien direct, dans les titres des livres, entre la préposition et le mot kitāb, voir Carmona 2000, p. 87.

40 Kaḥḥāla, par exemple, ne cite qu’un Kitāb al-mu’aṯṯirāt sans autres précisions, voir ‘U.R. Kaḥḥāla, Mu‘ǧam al-mu’allifīn, Damas, 1376-1381/1957-1961, vol. iii, p. 196 ; voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

41 Griffini 1909, p. 155- 156 ; Al-Ḥibšī s.d., p. 98-99.

42 À environ six km. au sud-ouest de Ṣan‘ā’. Sanā‘ fut fondée par Muṭarrif b. Šihāb (m. post 459/1067) — dont la communauté zaydite tire son nom — sur le territoire de sa propre tribu, les Banū Šihāb. Sanā‘ était une terre d’émigration pour ceux qui, accomplissant ce devoir religieux, quittaient la « demeure » de l’injustice (dār al-ẓulm). Elle fut aussi la première hiǧra ayant la fonction de centre d’enseignement et de culture ; voir al-Akwa‘ 1995, vol. ii, p. 945. Sur les installations de hiǧra, voir Madelung 1992, text xiii : The Origins of the Yemenite Hijra, p. 31-32 et p. 38-39, n. 109.

43 Voir infra.

44 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

45 Le titre de cette œuvre n’est pas, toutefois, enregistré dans GAL Suppl. i, p. 699-700 : 5a.

46 Madelung 1981 ; al-Ḥibšī s.d., p. 96 ; Ibn Samura, Ṭabaqāt fuqahā’ al-Yaman, p. 180. Du point de vue onomastique le nom Ǧa‘far, de caractère « antique », est presque totalement sorti de l’usage au Yémen, après le viie siècle, puis il a connu une reviviscence au xiie siècle, voir Traini 1977 : graphique p. xx et p. xxi.

47 Sur la communauté muṭarrifite, déclarée hétérodoxe par l’imām al-Manṣūr ‘Abdallāh b. Ḥamza (594-614/1198-1217), voir Madelung 1991.

48 Wagner 1993.

49 al-Ḥibšī, s.d., p. 97. Sur la Madrasa Šamsiyya, voir al-Akwa‘ 1406/19862, p. 370-392.

50 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

51 Voir al-Ṭihrānī 19832, vol. v, p. 122 ; Al-A‘lām, p. 177. Le titre de cette œuvre n’est pas indiqué dans GAL, vol. i, p. 412 : 6, GAL, vol. I2, p. 524 : 5 ni dans GAL, suppl. i, p. 731-732 : 6.

52 GAL, vol. I2, 1943, p. 507 ; Löfgren, Traini 1981, p. 117, n. 248 (iii) et al-RuqayḤī, al-Ḥibšī, al-Ānisī 1404/1984, vol. i, p. 271 ; Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

53 al-Ṭihrānī 19832, vol. i, p. 409-436 ; Ḥaǧǧī Ḫalīfa 1835-1847, vol. i, p. 229-242.

54 Voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

55 Sezgin 1967, vol. i, p. 571 : 15,1.

56 al-Ḥibšī s.d., p. 534 ; GAL, suppl. i, p. 699, 2a, n. 1 ; Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

57 L’œuvre, non enregistrée dans GAL, vol. i, 403 : 7 ; ni dans GAL, vol. I2, 508 : 6, ni encore dans GAL suppl. i, p. 700 : 6, est cependant mentionnée par Ibn Abī l-Riǧāl cité par Griffini 1909, p. 156 ; al-Ḥibšī s.d., p. 99. Voir Thiele 2010 : p. 547.

58 Kenderova 2007, p. 51-52.

59 Sur le manque de ce type de documents pendant les six premiers siècles de l’Islam et sur la seule disponibilité d’informations rapportées par les sources traitant de catalogues qui n’existent plus, voir Kohlberg 1992, p. 74.

60 Sur l’existence d’une longue liste de livres conservée dans un document relatif à un héritage daté du xiiie siècle et provenant de la Geniza du Caire, voir Sadan 1977, p. 41. Par la suite, plusieurs recherches ont été consacrées aux bibliothèques hébraïques au Moyen-Orient. De précieuses références bibliographiques sur les bibliothèques hébraïques orientales sont fournies dans Kohlberg 1992, p. 74, n. 28 ; p. 80, n. 61.

61 Comme le « cahier » (daftar) de la bibliothèque de la Grande Mosquée de Kairouan établi, pour des raisons juridiques, en présence du qāḍī de la ville en 1294, mais qui n’est pas un catalogue, voir ŠabbŪḥ 1956 ; Touati 2003, p. 303 ; Voguet 2003 ; Déroche 2007, p. 145-149.

62 Bien que d’époque beaucoup plus récente, il vaut certainement la peine de mentionner la liste de livres, citée en même temps que plusieurs propriétés immobilières, présente dans l’acte de vente des biens d’un notable d’Alep du xviiie siècle, voir Salati 2007. Cette liste aurait très bien pu soutenir avantageusement la comparaison, quant au nombre de volumes et au type de textes, avec l’inventaire de la bibliothèque (daftar kutub) du šayḫ Ḫālid al-Naqšbandī, mort à Damas en 1827 ; voir De Jong, Witkam 1987. On pourrait également rappeler ici la liste de manuscrits composant la bibliothèque de l’imām zaydite al-Mutawakkil Aḥmad b. al-Manṣūr ‘Alī (1189-1224/1775-1809) publiée par al-‘Amrī 2005, p. 347-356.

63 Le catalogue de la bibliothèque de la turba, que le souverain ayyubide al-Malik al-Ašraf avait fait construire à Damas, comptait 2117 titres classés par ordre alphabétique ; voir Touati 2003, p. 302-303. Les livres de la très riche bibliothèque de ‘Aḍud al-Dawla à Šīrāz, décrite par al-Muqaddasī, auraient été, par contre, catalogués et cotés par matière, voir Kraemer 1986, p. 275.

64 Sur le catalogue des milliers de livres de la madrasa Fāḍiliyya au Caire — dans laquelle conflua la collection du qāḍī al-Fāḍil — qui fut consulté par al-Qifṭī, voir Sayyid 1418/1997, vol. i, p. 241-242 ; Eche 1967, p. 249-254.

65 Sur l’identité de Yaḥyā b. Ǧābir, voir Ansari, Schmidtke 2012, p. 66, n. 48, avec bibliographie.

66 Rappelons ici la célèbre anecdote, rapportée par al-Muqaddasī (ive/xe siècle), relative à la généreuse récompense reçue pour la belle reliure d’un coran (muṣḥaf) que l’amir de ‘Adan lui avait envoyé ; voir al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī ma‘rifat al-aqālīm, éd. M.J. De Goeje, Leyde, Brill, 1906, p. 100. Pour l’époque rasulide (1229-1454), on connaîtrait une copie de l’œuvre d’al-Būṣīrī intitulée al-Kawākib al-durriyya fī madḥ ḫayr al-bašriyya, réalisée pour le sultan al-Ašraf Ismā‘īl (r. 778-802/1376-1400) — ou qui de toute façon est parvenue à faire partie de sa bibliothèque — par ‘Abd al-Raḥmān b. Ibrāhīm al-Āmidī, fils du plus célèbre miniaturiste mamelouk, Ibrāhīm al-Āmidī : « This would mean that al-Āmidī’s son, ‘Abd al-Raḥmān, probably emigrated to work at the rasūlid court of Ṣan‘ā’« , James 2007, p. 10. Mais les deux capitales du règne rasulide, à partir de la fin du xiiie siècle, sont Ta‘izz et Zabīd ; voir Vallet 2008, p. 60. De la bibliothèque de l’homme cultivé al-Ašraf, en outre, devait faire partie un traité illustré, qu’il avait lui-même composé, sur la construction de l’astrolabe et, vraisemblablement, six astrolabes qu’il avait réalisés et signés — dont un, daté 690/1291 qui présente sa signature, est conservé aujourd’hui au Metropolitan Museum of Art de New York ; voir King 1995, p. 154 et fig. 9.7 ; King 2007, p. 204. Sur les astrolabes, objets utiles et voluptuaires, présents, avec les livres, dans les bibliothèques des collectionneurs arabes, voir Touati 2003, p. 126. Cela induit à penser que le sultan rasulide al-Ašraf pourrait donc bien figurer parmi les principaux collectionneurs du Moyen Âge islamique.

67 Voir Kohlberg 1992, p. 71-91.

68 Ornato 1985, p. 59 [republié dans Ornato 1997]. Même si cette contribution concerne la culture du livre dans l’occident médiéval, certaines observations peuvent également s’adapter à la culture livresque du monde arabo-islamique.

69 Eche 1967, p. 282.

70 Kohlberg 1992, p. 80. Pour d’autres bibliothèques privées irakiennes du viie/xiiie siècle, voir KŪrkĪs 1367/1948, p. 260-271.

71 Kohlberg 1992, p. 1-18.

72 Si ce n’est que, comme le rappelle Ginzburg : « alcuni studi biografici hanno mostrato che in un individuo mediocre, di per sé privo di rilievo, si possono scrutare come in un microcosmo le caratteristiche di un intero strato sociale in un determinato periodo storico — la nobiltà austriaca o il basso clero inglese del Seicento », Ginzburg 1976, p. xix. En ce sens, ce que nous connaissons de Yaḥyā b. Ǧābir, à savoir la composition de sa bibliothèque, ses lectures — aussi bien que l’analyse de la liste des livres possédés ou connus par le meunier Menocchio, Ginzburg 1976, p. 34-39 — fournit des éléments qui ne manquent pas d’intérêt pour l’histoire de la culture du Yémen au xiiie siècle.

73 » In the absence of immediate documentary evidence on library users in the Middle Period the following will examine the thematic profiles of holdings as one means of gaining insights into the reading interests that specific library served », Hirschler 2012a, p. 145.

74 Kohlberg 1992, p. 78-79 et n. 52. C’est un démenti partiel au fait que l’on ne collectionne que les livres conformes à ses propres convictions et doctrines et que : « Tous les savants se désintéressent des rites qui ne leur sont pas propres », Eche 1967, p. 290.

75 Eche 1967, p. 289-290.

76 Sur le zaydisme yéménite, voir Van Arendonk 1960 ; Madelung 2006, p. 519-520.

77 Eche 1967, p. 287.

78 Van Arendonk 1960, p. 76-77.

79 Löfgren, Traini 995, p. 92. Du point de vue paléographique il faut aussi relever la présence du dāl et du ṭā’ sous-ponctués – ce trait graphique spécifique a déjà été remarquée, voir Humbert 1997b, p. 34 ; Regourd 2002, p. 250 et n. 29 ; Guesdon 2006 — outre que l’emploi d’un signe distinctif, en forme de petit croissant, au-dessus des lettres : rā’, sīn et ṣād, et celui d’une lettre de petit module au-dessous des lettres : ‘ayn et ḥā’.

80 » Si les livres du savant ne sont pas de sa propre main, ils sont corrigés, collationnés et annotés par lui », Eche 1967, p. 284-285.

81 On peut supposer qu’il s’agit ici de Ḥusām al-Dīn al-Raṣṣāṣ.

82 La région yéménite est négligée par les études consacrées aux warrāqūn, voir Beg 2002 avec la bibliographie. Toutefois, il faut relever que dans le cadre de la production manuscrite hébraïque, c’est une région qui se distingue des autres car le travail de copie y était réalisé essentiellement sur commission ; voir Beit-Arié 1992, p. 181 et p. 195. En outre, il est intéressant de rappeler le témoignage d’Ettore Rossi sur l’activité des copistes dans la région au début du xxe siècle : « Nel Yemen fiorisce ancora la professione del copista, che fa agevolmente concorrenza alla stampa ; la copia di un foglio viene a costare un tallero (al cambio odierno circa dieci lire). Gli studenti della Madrasa ‘ilmiyah, scuola superiore di studi religiosi a Ṣan‘ā’, studiano su testi quasi tutti manoscritti e zibladoni che acquistano o copiano da sé », Rossi 1938, p. 579.

83 Sur le terme uǧra/rétribution pour indiquer la rémunération relative à l’opus manuum des activités artisanales, voir Vallet 2007, p. 66.

84 M. Ǧāzim, Nūr al-ma‘ārif fī nuẓūm wa-qawānīn wa-a‘rāf al-Yaman, vol. i, p. 330.

85 Il faut rappeler que les noms des formats du papier définissent leur dimensions et que, tout en nommant des villes ou des régions, il peut arriver qu’il n’y ait pas de correspondance entre dénomination géographique et lieu de production, voir Humbert 2002, p. 69. Quant à la présence, au Yémen, de papier provenant de l’Inde et des régions telles que la Syrie, l’Égypte, l’Irak, etc., de précieuses informations peuvent être tirées d’un traité fiscal composé pendant le règne du sultan rasulide al-Nāṣir Aḥmad (reg. 803-827/1401-1424), voir Smith 2006, p. 46 et p. 63.

86 Lowick 1983, p. 304 [republié dans Lowick 1990, texte I].

87 Un filon de recherche, entrepris par des spécialistes de manuscrits latins, a pour objet le prix et le coût du livre au Moyen Âge ; voir Bozzolo, Ornato 1980, p. 37-43 ; Tristano 2005, p. 9. Cette perspective de recherche, qui considère le livre non seulement comme le véhicule privilégié de la culture mais aussi comme un bien, pourrait être intéressant même par rapport à la production du livre manuscrit arabo-islamique. Sur le coût des livres manuscrits arabes au viie/xiiie siècle, équivalent à 1 dīnār par volume, voir Pinto 1928.

88 C’est le cas de Rašīd al-Dīn ‘Umar b. Muḥammad al-Zabīdī l-Nassāḫ, voir M. Ǧāzim, Nūr al-ma‘ārif, vol. ii, 2005, p. 132, n. 6. « It has been repeatedly observed that relational names might refer not to the actual individual, but to that of one of his or her ancestors, developing over the course of time into “family names”. However, while this was often the case for geographical relational names, professional relational names tended to refer to the individual himself », Hirschler 2012a, p. 35.

89 Ornato 1985, p. 60. Récemment Hirschler a bien mis en évidence les divers changements de propriété et de statut juridique qui caractérisent la survie des manuscrits dans le monde islamique médiéval : voir Hirschler 2012a, p. 131.

90 Eche 1967, p. 301-313.

91 Il s’agit du ms Milano, Biblioteca Ambrosiana, C 217ar, voir Löfgren, Traini 1981, p. 236, n. 473. Pour la publication, l’édition et la traduction de cette note de waqf, je me permets de renvoyer à D’Ottone 2006, p. 113-114 et p. 124, tav. 5.

Indice delle illustrazioni

Titolo Planche 1
Credits Milan, Biblioteca Ambrosiana, Ms. E 208ar., fol. 61r
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5711/img-1.png
File image/png, 988k

Autore

Sapienza - Università di Roma

© Presses de l’Ifpo, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540