Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Manuscrits et documents

La calligraphie du Kitāb al-diryāq de la bibliothèque nationale de France : entre sens et esthétique

Françoise Micheau

Texto completo

  • 1 La première attestation de sa présence en Occident est la proposition de vente, par une certaine Ma (...)
  • 2 Kitāb al-diryāq 2009. Pour les références de ces commentaires, voir Caiozzo 2009, Grabar 2009, Gues (...)

1Le Kitāb al-diryāq, ou Livre de la Thériaque, est l’un des plus beaux manuscrits arabes, qui s’impose au premier regard par son format remarquable et par l’exceptionnelle maîtrise de l’art du livre. Ce joyau est parvenu en Occident, sans doute au xviiie siècle, mais on ignore par quelle voie ; il a finalement été acheté en 1879 à un médecin parisien par la Bibliothèque nationale de France où il est désormais conservé sous la cote Ms. arabe 29641. La célébrité de ce manuscrit tient à ses magnifiques miniatures que Bishr Farès (1953) avait fait connaître au public occidental, et qui, depuis, ont retenu l’attention des historiens de l’art et ont été très souvent reproduites. L’ensemble de l’ouvrage vient de faire l’objet d’une belle édition en fac-similé, accompagnée de riches commentaires2.

  • 3 Les références sont données ici avec une double numérotation : la première correspond à la numérota (...)

2Ce manuscrit compte aujourd’hui 36 feuillets de grande dimension, 37 sur 29 centimètres, en papier épais de couleur crème. À l’origine, ils ne comportaient pas de numérotation des folios ou des cahiers, ou du moins celle-ci n’a pas été conservée ; des chiffres en caractères latins y ont été portés, sans doute au xixe siècle, sans aucun respect pour leur enchaînement originel ; et ils ont été reliés selon cette disposition perturbée lors de la restauration par la BnF dans les années 1950. La publication en fac-similé a été faite selon l’ordre logique, aisé à rétablir par comparaison avec d’autres copies du même ouvrage3.

  • 4 Ces copies sont conservées à Paris, Vienne, Le Caire, Saint-Pétersbourg, Beyrouth et dans une colle (...)
  • 5 Le manuscrit de Vienne a été étudié par Holter 1937 et Duda 1992. Il compte trois illustrations de (...)
  • 6 Voir l’analyse de ce double frontispice dans Azarpay 1977 et Caiozzo 2009.

3Il existe, en effet, six copies4 de ce Livre de la Thériaque, qui offrent un texte très proche de l’histoire de cette célèbre préparation pharmaceutique que fut la thériaque. Si elles présentent toutes sous forme de tableaux, plus ou moins élaborés, la composition et les indications thérapeutiques des différentes thériaques, celles de Vienne5 et de Paris comportent en outre des miniatures, selon un programme iconographique similaire : frontispice (une scène de cour pour la première, une double représentation de la Lune en majesté pour le second)6, portraits des neuf médecins de l’Antiquité, anecdotes liées aux piqûres de serpent et aux vertus thérapeutiques de la chair de vipère, préparation de la thériaque, différentes espèces de serpent. L’exemplaire de Paris surpasse celui de Vienne par la composition recherchée de chacune des pages, par la minutie de ses enluminures, par sa richesse chromatique, par l’addition de dix pages représentant les plantes entrant dans la préparation de la thériaque, par le recours à une calligraphie particulièrement raffinée.

  • 7 Farès 1953 rattache ces miniatures à l’école dite de Bagdad et considère que le peintre vivait en S (...)

4Le colophon indique le nom du copiste, Muḥammad ibn Abī l-Fatḥ ‘Abd al-Wāḥid ibn Abī l-Ḥasan ibn Abī l-‘Abbās Aḥmad, et la date d’achèvement de son travail, au mois de rabī‘ I 595 de l’hégire [janvier 1199], mais il ne mentionne pas le lieu d’exécution. Le copiste a également fait figurer son nom en larges caractères, sur les premiers feuillets où il se désigne comme ṣāḥib wa-kātib du livre qu’il dédicace à ‘Izz al-Dīn Abū l-Fatḥ Maḥmūd ibn Ǧamīl al-Dīn ibn Abī l-Fatḥ ibn Abī l-Ḥasan. La mention « ibn Abī l-Fatḥ ibn Abī l-Ḥasan » dans les deux noms pourrait laisser accroire que le premier est l’oncle du second, qui serait son neveu, comme l’affirme par exemple Bishr Farès (1953) ; mais ces noms sont très communs et une telle parenté entre un copiste et son dédicataire est peu probable. Curieusement, on ne sait rien de ces personnages, qui appartenaient sans doute à une famille shiite — le premier est appelé al-Imām al-Rašīd et le second al-Imām al-Mufīd — très aisée à en juger par la valeur de ce livre destiné à la bibliothèque de ‘Izz al-Dīn. En l’absence de toute indication sur le manuscrit lui-même, les historiens de l’art ont tenté d’en établir la provenance en comparant les illustrations avec celles d’autres manuscrits, mais aussi avec des représentations figurées portées sur d’autres supports, céramiques et métaux incrustés. Ils ont ainsi suggéré soit une origine persane, soit une origine arabe ; aujourd’hui l’hypothèse nord-mésopotamienne apparaît comme la plus plausible car nombre d’éléments formels et figuratifs ont des parallèles dans les productions artoukides du Diyār Bakr et zangides de Mossoul7.

  • 8 Je développe ici les résultats des travaux menés dans le cadre d’un séminaire que j’ai consacré à c (...)

5Les études des historiens de l’art, aussi précieuses soient-elles, ont isolé les miniatures de leur contexte, alors qu’il convient d’appréhender ce manuscrit dans son ensemble, en mobilisant les approches de la codicologie, de l’histoire du livre, de l’histoire de l’art, de l’histoire culturelle, de l’histoire de la médecine et de l’astrologie. Ainsi étudier la calligraphie exceptionnelle du Kitāb al-diryāq ne peut relever de la seule approche paléographique ou esthétique. C’est dans cette perspective que je me propose, en hommage à Jacqueline Sublet, qui a su partager avec des générations d’étudiants et de chercheurs sa passion pour les manuscrits arabes, de réfléchir au sens d’une écriture monumentale pour copier un texte à teneur médicale8.

  • 9 La forme arabe courante est tiryāq, mais les manuscrits de cet ouvrage portent clairement diryāq en (...)
  • 10 Sur l’histoire de la thériaque, voir Watson 1966 et Revue d’Histoire de la Pharmacie lviii, n° 367, (...)

6Comme son titre l’indique, le Kitāb al-diryāq9 est consacré à la thériaque. Ce mélange complexe de substances animales, minérales et surtout végétales fut connu dès l’Antiquité et ensuite largement diffusé dans le monde arabe, l’Empire byzantin, l’Occident latin, l’Europe moderne10. D’abord considéré comme antidote contre les piqûres de serpents, les morsures de bêtes sauvages ou les poisons de toutes sortes, il acquit rapidement la réputation d’être une panacée indiquée dans de très nombreuses maladies. L’histoire de la thériaque est ici ramenée à un schéma simpliste : neuf étapes, dues à neuf médecins grecs, caractérisées par le nombre croissant de drogues entrant dans sa composition et par le nombre également croissant de ses indications thérapeutiques. Ce parcours s’ouvre par une première composition ne comprenant que cinq ingrédients, dont les baies de laurier réputées efficaces contre les venins [planche 3], et il culmine avec la célèbre thériaque d’Andromaque, dont la recette a été transmise par Galien. Elle comprenait 76 ingrédients, dont les fameuses pastilles de chair de vipère [planche 7] ; la principale innovation attribuée à Andromaque est en effet l’introduction de la chair de vipère, dont ce médecin avait remarqué de manière fortuite son efficacité de contre-poison. Suivent alors de longs développements sur les différentes sortes de serpent, les vertus thérapeutiques de la vipère femelle — préférable à la vipère mâle —, la manière de la chasser et les modalités de préparation des pastilles de chair de vipère. Le Kitāb al-diryāq s’achève par vingt recettes de petits électuaires, composés seulement de sept à onze drogues [planche 11].

  • 11 Bismillāh al-raḥman al-raḥīm. Ǧawāmi‘ al-maqālat al-ūlā min kitāb Ǧālīnūs fī l-ma‘ǧūnāt wa-hiya lla (...)
  • 12 Sezgin 1970, p. 157-160, et Ullmann 1970, p. 89-91.

7On ne sait ni par quel auteur, ni en quel lieu, ni à quelle date, ni en quelle langue a été originellement composé le Livre de la Thériaque : en grec à Alexandrie aux ve-vie siècles ? en syriaque aux vie-viie siècles ? en arabe à Bagdad aux viiie-ixe siècles ? Ces trois hypothèses sont plausibles, encore que la référence à Yaḥyā al-Naḥwī al-Iskandarānī, dans le long titre11 qui court au-dessus et en-dessous des portraits des neuf médecins de l’Antiquité [planche 1], suggère une origine alexandrine. En effet, ce savant, connu en Occident sous le nom de Jean le Grammairien ou Jean Philoppon, vécut dans la première moitié du vie siècle à Alexandrie et s’illustra par ses commentaires d’Aristote12. En tout cas, cet ouvrage est antérieur aux développements propres de la médecine arabe à l’époque abbasside. Il se présente comme une compilation (ǧawāmi‘) de Galien : les thèmes et les idées, les anecdotes et les recettes trouvent effectivement leur origine dans les ouvrages du médecin de Pergame, même si les parallèles exacts sont difficiles à établir.

  • 13 Sur l’utilisation des tableaux à des fins didactiques, voir Aigle 2008.
  • 14 Le mot šakl se trouve dans la ligne d’encadrement, dans l’angle en haut à gauche.

8Nombre de pages se présentent sous la forme de tableaux, remarquablement construits, dont on pourrait penser qu’ils relèvent d’une tradition médicale arabe bien établie13. C’est en effet le médecin arabe du xie siècle, Ibn Buṭlān, qui, s’inspirant peut-être des tables astronomiques, utilisa ce mode de présentation dans son Taqwīm al-ṣiḥḥa, ou « Tableau de la santé ». Il y expose les règles fondamentales d’hygiène et de diététique en 40 tableaux (ǧadwal) afin, déclare-t-il dans l’introduction, de faciliter la consultation de l’ouvrage. De même, son contemporain Ibn Ǧazla, un savant chrétien vivant à Bagdad, traite, dans son Taqwīm al-abdān, de 352 maladies en 44 tableaux. Comme Ibn Buṭlān, il prétend avoir rédigé ce texte à des fins de consultation rapide et facile. Dans le Kitāb al-diryāq, la composition de chacune des thériaques élaborées antérieurement à Andromaque est donnée sous forme d’une élégante figure géométrique. Pour la thériaque d’Andromaque, trois magnifiques figures déclinent la liste des ingrédients entrant dans sa composition [planche 7], et une autre énumère les 91 indications thérapeutiques. Enfin tous les électuaires de la fin du traité sont également présentés sous forme de petits tableaux [planche 11]. Cette mise en forme géométrique a-t-elle pour but, à l’instar des manuscrits médicaux d’Ibn Buṭlān et d’Ibn Ǧazla, de rendre les informations rapidement accessibles et aisément mémorisables ? Il ne semble pas. D’ailleurs le mot utilisé pour présenter la composition de la thériaque [planche 7] n’est pas ǧadwal, mais šakl14 qui renvoie davantage à l’idée de forme et de figure que de tableau et de classification. Les figures du Kitāb al-diryāq ne participent pas d’une volonté de présenter de manière claire et ordonnée les connaissances sur la thériaque ; elles relèvent avant tout de la recherche formelle et esthétique, d’une volonté de produire un effet visuel que l’on pourrait qualifier de panoptique. Un exemple nous en convaincra [planche 11] : le copiste, tenu par un souci d’esthétique et d’équilibre, a construit le haut de sa page autour de douze cases alors que l’électuaire ne comprend que onze drogues ; il a contourné cette difficulté en répétant dans la première case, à la place d’un nom de drogue, le mot wa-hiya (« à savoir ») qui termine la phrase précédente annonçant la liste des ingrédients. Le parti plus artistique que didactique ôte à une telle figure toute utilité pédagogique et mnémotechnique. Qu’en est-il de la calligraphie ?

  • 15 Le nom de « coufique » est traditionnellement appliqué aux écritures clairement composées, dont la (...)
  • 16 Voir, par exemple, Lings 1976, cliché n°11 à 19 ; Trésors de l’Islam 1985, n° 13 et n° 15. Des para (...)

9Celui qui ouvre le Livre de la Thériaque, même totalement ignorant de la langue arabe, est séduit par la richesse et la beauté de ces pages, toutes encadrées d’un double filet rouge. Elles offrent, à la manière d’un tapis, un assemblage complexe et jamais identique de lignes jouant de l’alternance de deux types d’écriture selon un rythme architectonique du plus bel effet. La première est une écriture cursive fine de type nasḫī, largement diacritée et vocalisée, indiquant par des rosaces la séparation entre les phrases. La seconde est une écriture dite « coufique15 », extrêmement travaillée et du plus bel effet visuel. On peut trouver, notamment dans des manuscrits du Coran copiés dans l’espace seljoukide16, des calligraphies assez proches caractérisées par l’extrême verticalité des lettres, leur dessin très géométrique et le rapport élevé entre les lettres verticales et les lettres horizontales. Néanmoins le copiste du Kitāb al-diryāq a créé des formes particulières qui fondent l’originalité de cette écriture, à laquelle le rapport entre des hampes élancées et des panses étirées donne une vigueur dynamique très particulière.

10L’emploi de deux types d’écriture n’est pas inhabituel dans les manuscrits de luxe copiés à cette époque, mais en règle générale l’élégance du coufique est réservée aux titres. Il en est bien ainsi dans les pages du début où cette écriture est utilisée pour le titre de l’ouvrage ainsi que pour les noms du copiste et du dédicataire [planche 1]. Un rapide coup d’œil sur la suite du manuscrit pourrait laisser croire que les lignes en coufique de grande taille permettent au lecteur de se repérer dans le texte et d’en retrouver les différentes articulations. Il n’en est rien. L’alternance des deux styles d’écriture ne semble répondre à aucune autre règle que celle de la recherche esthétique. Ainsi les mots kāna Buqraṭus al-ṭabīb (« le médecin Hippocrate a ... ») qui courent au milieu de la page 41/65 [planches 11 et 12] ne font pas sens ainsi isolés ; de fait la phrase se poursuit à la ligne suivante, mais écrite, elle, en cursive : yu’allifu minhā ma‘ǧunân
(« ... composé à partir d’eux un électuaire »). Seul le souci de composition a guidé l’artiste qui a disposé sur cette page deux tableaux donnant la recette de petits électuaires avec les noms des ingrédients écrits en diagonale, et qui a séparé ces deux tableaux par une triple ligne horizontale avec deux lignes de cursive encadrant une ligne de coufique. De même l’emploi d’un coufique de grande taille et du même coufique en plus petite taille, ou encore l’utilisation d’une encre noire, ou rouge, ou bleue, semblent relever de la seule créativité du copiste.

11Cette calligraphie se développe sur un fonds de rinceaux et de fleurs, selon un modèle d’épigraphie décorative assez répandue à l’époque. Pour les pages de titre au début du manuscrit [planche 1] et pour les noms des plantes [planche 10], le fonds d’arabesques occupe tout le champ, et l’écriture ne se dégage que par le contraste de couleur. Pour toutes les autres pages, ce fonds d’arabesques n’occupe que la partie supérieure, laissant apparaître l’écriture sur un fonds blanc, ce qui la rend plus distincte. La recherche d’équilibre conduit le peintre à ajouter une sorte de lām-alif pour rythmer l’espace ainsi enluminé lorsque l’écriture horizontale s’étire longuement sans hampe verticale (voir, par exemple, planche 4, au-dessus des mots min ḥabbiha). 

  • 17 Ces transcriptions sont le fait de deux mains différentes, sans doute des xive-xve siècles, à en ju (...)

12Le dessin raffiné et original de certaines lettres rend la lecture de prime abord difficile. Des possesseurs du manuscrit n’ont d’ailleurs pas hésité à donner la transcription dans une écriture courante, en marge du texte, parfois même à l’intérieur. Ces déchiffrements, qui remplissent les marges, voire encombrent les lignes d’écriture elles-mêmes [exemple dans la planche 12], entachent la splendeur du manuscrit ; mais elle attestent sa circulation, sans doute en Iran17, et l’intérêt que le texte a suscité. Le tracé des lettres est constant, à de rares exceptions près, telles que la forme sophistiquée du kāf dans les pages de posologie [par exemple page 11/25 - planche 6]. Partout ailleurs l’extrême régularité de l’écriture permet une lecture relativement aisée, une fois acquise une certaine familiarité. C’est dire que, malgré sa complexité, l’espace graphique n’oublie jamais qu’il est un espace textuel et qu’il porte en lui les conditions mêmes de sa lisibilité.

  • 18 Sur les différents signes servant à fixer la lecture, voir Déroche 2000, p. 238-242, et Endress 198 (...)
  • 19 Ce qui est différent de la non-vocalisation, ou taskīn, marquée par un petit cercle, ou sukūn.
  • 20 Houari Touati me signale qu’al-Dānī (m. 444/1053) mentionnait dans son al-Muḥkam fI laqt al-masāḥif(...)

13Bien plus, et c’est là un point essentiel pour cette réflexion sur le rapport entre sens et esthétique, le calligraphe s’est appliqué à donner tous les signes servant à fixer la lecture. Si ces signes échappent au premier regard, un examen attentif du manuscrit — dont il convient de ne pas oublier qu’il est de grande dimension — en révèle la présence, comme on le voit sur les planches 2, 4, 6 et 12, qui reproduisent en détail quelques mots. Les points diacritiques (de gros ronds, en général dorés, parfois bleus ou rouges), les signes des voyelles courtes (fatḥa, kasra, ḍamma, tanwīn) et les signes orthoépiques (hamza, šadda, wasla, sukūn) sont portés selon les codes habituels à l’époque18. Les consonnes sont rappelées par de petits tracés suscrits ou souscrits, de manière systématique pour hā’, ‘ayn, dāl, kāf, mīm, et aléatoire pour ṣad, ḥā’, lām ; cette pratique du doublement est attestée dans un certain nombre de manuscrits, d’origine et de nature différentes, mais elle reste à expliquer, car il ne s’agit pas des lettres les plus difficiles à déchiffrer. En revanche, il n’y a pas de consonne suscrite pour distinguer les paires d’homographes du type dāl/ḏāl, rā’/zā’. Enfin le fait qu’une lettre n’est pas prononcée19 est indiqué par un signe particulier (une sorte de dāl) qui est inusité dans la tradition manuscrite arabe. On le trouve ainsi placé sur les voyelles longues20. Par exemple [planche 12], on voit que le nom Buqrāṭis porte un sukūn sur le qāf et ce signe sur le alif. Le même signe est également porté sur cette sorte de lām-alif qui vient remplir l’espace lorsque l’écriture horizontale s’étire sans scansion verticale ; le lecteur sait ainsi qu’il ne doit pas lire ces lettres purement ornementales [par exemple planche 4]. Ce signe est aussi porté à la fin de certains noms, lorsque ceux-ci ne sont pas déclinés, notamment sur les planches de plantes, par exemple [planche 10] au-dessus du tā’ final de fanǧankušt et du lām final de zanǧabīl.

  • 21 Comme le montre un examen du manuscrit lui-même, particulièrement concluant pour l’encre rouge.

14Tous ces signes sont très finement dessinés, en rouge, bleu ou noir sans que l’emploi de l’une ou l’autre de ces couleurs n’ait, semble-t-il, une signification autre qu’esthétique. Ils sont de la même main que le tracé des lettres et des arabesques, car l’encre est la même21 et parfois les volutes du fonds tournent autour de ces signes au point qu’ils se dérobent au regard [planche 2].

  • 22 Voir Micheau 2009, p. 61-62. Certaines de ces vocalisations laissent à penser que le scribe était d (...)
  • 23 Sur le Kitāb Šawq al-mustahām fī ma‘rifat rumūz al-aqlām, attribué à Ibn Waḥšiyya, dans lequel sont (...)
  • 24 Touati 2003, p. 244 et s.

15Il apparaît ainsi que le calligraphe a voulu donner au lecteur, pourvu qu’il se donne la peine de regarder attentivement le manuscrit, la possibilité de déchiffrer le texte sans erreur possible et avec une rare précision. J’ai pu ainsi transcrire les noms des différentes drogues entrant dans la composition de la thériaque d’Andromaque [planche 7], en respectant la vocalisation que le scribe a indiquée et qui n’est pas toujours celle retenue par les dictionnaires22. Mais ces signes de lecture n’apparaissent pas immédiatement, surtout lorsqu’ils se nichent dans les arabesques, comme si le sens se dérobait au premier regard — davantage attiré par la beauté — et ne se révélait qu’au terme d’une étude attentive. De l’apparent au caché : cette calligraphie, qui n’a rien d’une écriture ésotérique, cryptée ou secrète23, est une modalité particulière de la tension, constamment à l’œuvre dans l’écriture arabe, entre ḥusn (beauté), ǧawda (perfection) et bayān (clarté)24. Par là, elle pose la question du rapport entre acte de communication et acte de création.

  • 25 Grabar 1996a, chapitre ii « La médiation de l’écriture », p. 35-70, brièvement repris dans Grabar 1 (...)

16Le grand spécialiste de l’art islamique Oleg Grabar distingue dans l’écriture un double but : transmettre un texte et chercher à plaire25.

  • 26 Grabar 1996b, p. 181.

L’écriture joue deux rôles différents qui peuvent parfois se combiner. Il y a [d’abord] la fonction nette et précise de transmission d’un texte, et par conséquent d’intermédiaire entre un texte […] et un lecteur. L’autre fonction est d’être une fin en soi qui réduit ou évacue entièrement la fonction de lecture. On ne lit plus, on regarde26.

17L’écriture fait alors place à la calligraphie. Après avoir évoqué les grandes traditions calligraphiques, extrême-orientale, latine et arabe, il conclut :

  • 27 Grabar 1996a, p. 39-40.

Tous ces exemples […] expriment deux intentions : transformer par divers procédés un acte de communication écrit au point de rendre difficile, voire impossible, la réception du message, et provoquer chez le spectateur une réaction esthétique et une réaction de plaisir. L’écriture est alors calliphore — c’est-à-dire porteuse de beauté — et elle devient terpnopoïetique en donnant du plaisir27.

  • 28 Ce Coran, généralement daté du xie siècle, est ainsi appelé probablement parce qu’un marchand a ess (...)

18Ainsi l’écriture des Corans, même celle des « beaux » Corans, garde pour fonction première d’être lisible, de rendre le texte accessible, de faciliter la compréhension de chaque verset. Néanmoins l’exemple du Coran que l’on dit qarmate28 ouvre à la seconde fonction de l’écriture :

  • 29 Grabar 1996a, p 48-49. Touati 2003, p. 266 et s., a émis de sérieuses réserves sur cette opposition (...)

On peut penser que les fantaisies qui y sont introduites avaient pour but non de faciliter l’accès au texte, mais de créer une sensation d’un autre ordre. […] L’écriture domine visuellement, mais en perdant de sa lisibilité et de sa continuité livresque. Dans ce cas, il paraît légitime de considérer chaque page comme une œuvre d’art : l’écriture n’est plus le médiateur du texte mais de quelque chose d’autre29.

19Cette approche fonctionnelle conduit Oleg Grabar à affirmer que l’objectif du Livre de la Thériaque

  • 30 grabar 2009, p. 29.

was not really to be read (although one could do so if one really wished and if one had the right competencies) but to be seen, to be looked at, to be appreciated sensually. […] Through these pages, this manuscript becomes a wonderful example, one of the earliest ones in manuscripts (in contrast to ceramics or architectural decoration), of the transformation of writing into art for its own sake rather than maintaining it exclusively as a vehicle for communication of information30.

20Nul doute que cette calligraphie relève d’une réelle recherche du beau et que le Kitāb al-diryāq est une œuvre d’art qui se laisse admirer même par celui qui n’en comprend pas le sens. Mais est-ce pour autant aux dépens de l’acte de communication, comme l’affirme l’éminent historien de l’art ? Il est évident que cet ouvrage n’appartient, ni par son contenu ni par son écriture, au genre si répandu des traités médicaux destinés à des étudiants désireux d’asseoir leurs connaissances ou à des médecins soucieux d’améliorer leur pratique. Il offre pourtant un savoir, un savoir certes inaccessible au premier regard, mais transmissible et efficient pour celui qui ne s’arrête pas à l’apparence.

  • 31 Maïmonide 1865, p. 17.

21Or ce savoir concerne une préparation thérapeutique très particulière. La thériaque est, en effet, un composé complexe et coûteux, rare et mystérieux. Elle fascinait les hommes qui voyaient en elle une panacée, mais une panacée inaccessible au plus grand nombre. Si bien des drogues entrant dans sa composition étaient d’usage courant, beaucoup d’autres devaient être importées, car elles appartenaient à ces onéreuses « épices » venues d’Inde et de Chine dont le commerce fut particulièrement florissant au Moyen Âge. Leur utilisation pour la confection de la thériaque contribuait à en faire une denrée précieuse. Le célèbre médecin juif Ibn Maymūn (Maïmonide) expose dans son Traité des poisons, qu’il rédigea en 1198 à la demande du cadi al-Fāḍil, que la grande thériaque et le Mithridateion sont des préparations difficiles à faire dans la ville du Caire car, de toutes les substances qu’exige la première, on n’y trouve que le pavot, ce qui nécessite de faire venir des contrées lointaines les drogues nécessaires. Et d’ajouter : « Mais comme ces deux médicaments sont du nombre de ceux qu’on ne trouve même pas dans la plupart des trésors des rois, comment alors espérer les trouver sur les marchés ?31 »

  • 32 Sur la thériaque dans les traités médicaux arabes, voir Ricordel 2010.
  • 33 Comme l’affirmait Meyerhof 1931 : « ein mystisch-magisches Erzeugnis vermutlich der alexandrinische (...)
  • 34 Pancaroǧlu 2001.

22La thériaque ne relève pas pour autant de la magie : la liste des ingrédients nécessaires à sa fabrication et leur dosage, les modalités d’élaboration et de conservation, les vertus et les indications thérapeutiques sont connues — et discutées — par les médecins arabes dans de nombreux traités spécialisés ou les chapitres d’encyclopédies32. Et ce Livre de la Thériaque ne recèle ni conceptions magiques ni prescriptions talismaniques33, même s’il n’est pas un ouvrage didactique. Il renferme bien, en ses pages richement enluminées et calligraphiées, un savoir sur la thériaque, un savoir hérité de Galien et de la tradition gréco-alexandrine, un savoir transmis de maître à disciple. Les miniatures, dont la plupart mettent en scène, aux côtés d’un médecin savant, son élève, parfois même de simples observateurs, illustrent, selon l’analyse proposée par l’historienne de l’art, Oya Pancaroǧlu, cette conception du savoir : un savoir ésotérique, au sens où il est détenu par un petit nombre d’initiés qui seuls connaissent les modalités de préparation de la thériaque et les raisons de son efficacité, mais un savoir enseigné à ceux qui cherchent à l’acquérir et s’en montrent dignes34.

23La calligraphie du Kitab al-diryâq participe ainsi de cette démarche, celle de la transmission d’un savoir inaccessible au commun des hommes, mais offert aux initiés. Ainsi, celui qui regarde la double page [planches 7 et 8], qui se trouve être au milieu du manuscrit, se laisse séduire par une savante construction, apparentée à l’art du tapis : les marges verticales et horizontales où alternent des noms calligraphiés en bleu et rouge ; des espaces intermédiaires remplis d’une fine écriture nasḫī ; un cartouche central entouré de riches rinceaux dorés où courent des lettres rouges et, au centre, quelques fines lignes. Or celles-ci livrent le principe — on pourrait dire le secret — de la thériaque et de son efficacité :

Lorsque les drogues (al-adwiya) simples se combinent, il ressort de cette combinaison une nouvelle force [le mot arabe mizāǧ qui signifie couramment « complexion » renvoie ici à l’idée de force des drogues] qui diffère de la force propre à chacune de ces drogues. Chacune de ces drogues, lorsque celles-ci sont réunies, se disperse vers ce qui lui est semblable, s’accorde avec lui, l’aide dans la guérison du corps, éloigne les maladies et le ramène à l’état de santé qui l’avait quitté. Une seule des drogues (dawā’) simples qui sont dans l’électuaire (ma‘ǧūn) possède une propriété (manfa‘a) propre, mais si elle est réunie à une autre il en résulte une nouvelle propriété, et d’autres encore si d’autres drogues y sont réunies. Si Dieu veut. Il est Celui qui suffit, qui guérit, qui procure la santé. Il est ma suffisance. 

24Le principe qui fonde l’efficacité de la thériaque est ainsi clairement exposé. Non pas une quelque obscure alchimie, mais la force d’une préparation complexe dans laquelle l’action des substances, loin d’être affaiblie ou annihilée par la présence d’autres substances (on parlerait aujourd’hui d’effet de dilution ou d’antagonisme), se trouve augmentée et renforcée (on parlerait aujourd’hui d’effet de potentialisation ou de synergie). La démonstration se déploie tout autour, dans ces espaces intermédiaires, où on peut lire, par exemple (ligne horizontale en haut de la colonne de droite) : « Ces deux [drogues lorsqu’elles sont réunies] augmentent le lait dans le sein ». Et tout autour, ce sont bien les noms des 76 drogues qui sont calligraphiées. Ainsi le regard, selon un mouvement centripète, part du visible — les composants de la thériaque — pour arriver à l’explication donnée au centre du tableau qui est aussi, rappelons-le, le centre du livre. Mais pour la lire — au sens propre — il faut déchiffrer ce cartouche, ne pas s’arrêter à la forme, à l’apparence, pour aller au cœur du texte. Ici, loin de s’opposer comme le suggérait Oleg Grabar, la beauté et le sens se rejoignent.

  • 35 Sur l’usage du miel dans la pharmacopée arabe, voir Katouzian-Safadi, Bonmatin 2003 et Ricordel, Bo (...)

25Une page particulièrement maîtrisée donne, sous forme de rosace, les ingrédients de la thériaque d’Andromaque [planche 7]. Leur nom est inscrit en cercles concentriques dont le tourbillon, tel le mélange dans le mortier du préparateur, se déploie autour d’un petit cercle central où se lisent ces mêmes simples mots copiés dix fois en rouge et dix fois en noir : ṯumma yumzaǧ « puis on mélange ». L’un des cercles noirs, celui qui est au milieu de la rosace, semble, à première vue, une simple ligne, mais se révèle être le mot al-‘asal, le miel. Or le miel tient une grande place dans la thériaque puisqu’il représente, en poids, deux fois la totalité des composants. Sa fonction est double35. D’une part il est recommandé dans toute la tradition médicale depuis la Haute Antiquité en raison de ses qualités thérapeutiques multiples. On lit dans le Coran, au verset 69 de la sourate xvi, précisément appelée « al-naḥl - les abeilles », que « de leurs abdomens, elles secrètent une liqueur aux couleurs variées où les hommes trouvent leur guérison. » D’autre part, il sert de liant, de conservateur et d’édulcorant, donnant ainsi à la thériaque sa consistance propre, celle d’un électuaire, c’est-à-dire d’une pâte médicinale molle. Or, sur la superbe figure, le mot ‘asal est magnifiquement calligraphié, l’immense forme circulaire de la lettre sīn exprimant mieux que tout discours ce rôle engobant du miel. Ici encore, la beauté et le sens se rejoignent.

  • 36 Sur la pratique de la collection de livres, voir Touati 2003.

26Si produire une telle copie n’avait pas une finalité directement scientifique, si posséder un tel ouvrage ne relevait pas d'un intérêt proprement médical, cela ne signifie pas pour autant que son contenu était secondaire. Le manuscrit richement calligraphié et enluminé du Livre de la Thériaque est assurément un objet de collection, commandé par un très riche personnage dont le nom est proclamé en grandes lettres sur les premières pages36. Posséder un tel manuscrit nous apparaît comme un signe de distinction sociale, en raison du luxe et de la beauté de l’objet, mais tout autant en raison de l’intérêt porté à une merveilleuse panacée, recherchée pour ses multiples effets thérapeutiques. La belle écriture est associée à la miniature et à la mise en page pour produire une œuvre d’art, dont la valeur tient aussi à son contenu, non celui d’un traité médical destiné à être utilisé par des praticiens, mais celui d’un ouvrage qui renferme, tel un flacon, la précieuse potion.

Planche 1 - p. 34/10

Planche 1 - p. 34/10

Début de l’ouvrage (avec les portraits de Mārīnūs, Andromaque l’Ancien et Andromaque le Jeune)

© BnF

Planche 2 - p. 34/10

Planche 2 - p. 34/10

Détail

27

Planche 3 - p. 19/15

Planche 3 - p. 19/15

De l’utilité du laurier contre les piqûres de serpent

© BnF

Planche 4 – p. 19/15

Planche 4 – p. 19/15

Détail

Planche 5 - p. 11/25

Planche 5 - p. 11/25

Posologie de la thériaque de Mārīnūs

© BnF

Planche 6 – p. 11/25

Planche 6 – p. 11/25

Détail

Planche 7 - p. 53/49

Planche 7 - p. 53/49

Composition de la thériaque d’Andromaque

© BnF

Planche 8 - p. 67/41

Planche 8 - p. 67/41

Le principe de la thériaque

© BnF

Planche 9 - p. 66/40

Planche 9 - p. 66/40

Le principe de la thériaque

© BnF

Planche 10 - p. 52/54

Planche 10 - p. 52/54

Représentation de six plantes : fūḏanǧ ǧabalī (origan), nānḫawāt (ammi), fanǧankušt (gattillier), šīḥ ǧabalī (armoise), zanǧabīl (gingembre), maw (aneth)

© BnF

Planche 11 - p. 41/65

Planche 11 - p. 41/65

Composition de deux électuaires

© BnF

Planche 12 – p. 41/65

Planche 12 – p. 41/65

Détail

Bibliografía

Aigle, Denise, 2008 : « L’histoire sous forme graphique en arabe, persan et turc ottoman. Origine et fonction », Bulletin d’Études Orientales 58-59, p. 11-49.

Azarpay, Guitty, 1977 : « The eclipse Dragon on an Arabic Frontispice Miniature », Journal of Oriental and African Studies 98, p. 363-374.

Caiozzo, Anna, 2009 : Les trois états de la Lune : éléments pour la lecture du frontispice du Livre de la Thériaque, dans Kitâb al-Diryâq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni, p. 36-47.

Déroche, François, (et al.), 2000 : Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Duda, Dorothea, 1992 : Islamische Handschriften. ii 1. Die Handschriften in arabischer Sprache, Wien, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, t. i, p. 46-69 (Veröffentlichungen der Kommission für Schrift-und Buchwesen des Mittelalters. Reihe 1, « Die Illuminierten Handschriften und Inkunabeln der Österreichischen Nationalbibliothek », 5).

Endress, Gerhard, 1982 : Die arabische Schrift, dans Fischer Wolfdietrich (éd.), Grundriß der Arabischen Philologie. Tome i. Sprachwissenschaft, Wiesbaden, Ludwig Reichert, p. 165-197.

Ettinghausen, Richard, 1977 : La peinture arabe (trad. de l’anglais), Paris, Skira.

Fahd, Toufic, 1975 : Sur une collection d’alphabets antiques réunis par Ibn Wahsiyya, dans Leclant, Jean (éd.), Le déchiffrement des écritures et des langues. Colloque du xxixe Congrès des Orientalistes, Paris, l’Asiathèque, 1975, p. 105-119.

Farès, Bishr, 1953 : Le Livre de la Thériaque. Manuscrit arabe à peintures de la fin du xiie siècle conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale (« Art Islamique », ii).

Grabar, Oleg, 1996a : L’ornement. Formes et fonctions de l’art islamique, (trad. de l’anglais), Paris, Flammarion.

— 1996b : Penser l’art islamique. Une esthétique de l’ornement, Paris, Albin Michel.

— 2009 : The Paris Kitâb al-Diryâq, an Essay in Interpretation, dans Kitâb al-Diryâq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni, p. 23-33.

Guesdon, Marie-Geneviève, 2009 : Histoire du manuscrit et présentation codicologique, dans Kitâb al-Diryâq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni, p. 14-19.

Holter, Kurt, 1937 : « Die Galen=Handschrift und die Makamen des Ḥarîrî der Wiener nationalbibliothek », Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen in Wien, Nouvelle série, xi, p. 1-48.

Katouzian-Safadi, Mehrnaz, et Bonmatin, Jean-Marc, 2003 : « L’usage du miel dans les médicaments simples et composés chez Rhazès », Revue d’histoire de la Pharmacie 337, p. 29-36.

Kerner, Jaclynne J., 2003 : Art in the Name of Science, illustrated manuscripts of the Kitab al-Diryaq, PhD thesis, New York, Institute of Fine Arts.

2009 : A Descriptive Reconstruction and Catalogue of the Paris Kitâb al-Diryâq, dans Kitâb al-Diryâq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni, p. 79 et s.

Kitāb al-Diryāq, 2009 : Kitāb al-Diryāq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni [édition en fac-similé du manuscrit BnF Ms. Arabe 2964].

Lings, Martin, 1976 : The Quranic Art of Calligraphy and Illumination, London, World of Islamic Festival Trust.

Maïmonide, 1865 : Kitāb al-Sumūm, Rabbinowicz Israël-Michel (trad.), Traité des poisons de Maïmonide (xiie siècle), Paris, Adrien Delahaye.

Melikian-Chirvâni, Asadullah Souren, 1967 : « Matériaux pour servir à l’histoire de la peinture persane - I Trois manuscrits de l’Iran seldjoukide », Arts Asiatiques 16, p. 3-50.

Meyerhof, Max, 1931 : Johannes Grammatikos (Philoponos) von Alexandrien und die arabische Medizin, dans Mitteilungen des deutschen Instituts für ägyptischen Altertumskunde in Kairo, ii, 1, p. 1-21 (spécialement p. 16-20)

Micheau, Françoise, 2009 : La portée médicale du Livre de la Thériaque (avec la collaboration de Troupeau, Gérard), dans Kitâb al-Diryâq (Thériaque de Paris), Sansepolcro, Aboca Museum Edizioni, p. 50-75.

Nassar, Nahla, 1985 : Saljuq or Byzantine: Two related styles of Jazīran Miniature Painting, dans Raby Julian (éd.), The Art of Syria and the Jazīra. 1100-1250, Oxford, Oxford University Press, p. 85-98.

Pancaroǧlu, Oya, 2001 : « Socializing Medicine : Illustrations of the Kitâb al-Diryâq » Muqarnas xviii, p. 155-172.

Ricordel, Joëlle, et Bonmatin, Jean-Marc, 2003 : « Les vertus du miel dans les thériaques selon les médecins arabo-musulmans (ixe-xiiie s. »), Revue d’histoire de la pharmacie, t. lvi, n° 337, p. 21-28.

Ricordel, Joëlle, 2010 : « La thériaque en débat dans les traités arabes », Revue d’Histoire de la Pharmacie, t. lviii, n° 367, p. 271-284.

Saint-Laurent, Béatrice, 1989 : The identification of a magnificent Koran manuscript, dans Déroche, François (éd.), Les manuscrits du Moyen-Orient. Essais de codicologie et de paléographie. Actes du Colloque d’Istanbul, Istanbul-Paris, Institut d’Études Anatoliennes d’Istanbul et Bibliothèque Nationale (« Varia Turcica », viii).

Sezgin, Fuat, 1970 : Geschichte des arabischen Schrifttums. vol. iii. Medizin – Pharmazie – Zoologie – Tierheilkunde bis ca. 430 H, Leiden, E.J. Brill.

De Smet, Daniel, 2002 : L’alphabet secret des Ismaéliens ou la force magique de l’écriture, dans Charmes et sortilèges. Magie et magiciens. Res Orientales, vol. 14, p. 51-60.

Touati, Houari, 2003 : L’armoire à sagesse. Bibliothèques et collections en Islam, Paris, Aubier.

Trésors de l’Islam (catalogue de l’exposition tenue à Genève, au Musée d’Art et d’Histoire en 1985), Paris/Genève, 1985.

Ullmann, Manfred, 1970 : Die Medizin im Islam, Leiden/Köln, E. J. Brill (« Handbuch der Orientalistik »).

Watson, Gilbert, 1966 : Theriac and Mithridatium. A Study in Therapeutics, London, Welcome Historical Medical History (« New Series », vol. 9).

Notas

1 La première attestation de sa présence en Occident est la proposition de vente, par une certaine Madame Olivier, au grand savant orientaliste Silvestre de Sacy en 1815. Pour l’histoire de ce manuscrit et sa description codicologique, voir Guesdon 2009.

2 Kitāb al-diryāq 2009. Pour les références de ces commentaires, voir Caiozzo 2009, Grabar 2009, Guesdon 2009, Kerner 2009, Micheau 2009. Ces commentaires sont donnés en anglais, français et arabe. Une autre version de ce fac-similé est accompagnée des mêmes commentaires en italien, en allemand et en espagnol. Malheureusement les auteurs n’ont pas toujours eu le loisir de corriger les différentes traductions de leur texte qui sont loin d’être toujours satisfaisantes (surtout la version arabe). Avant d’être réalisé par les éditions italiennes Aboca Museum, le projet de fac-similé avait abouti à une publication aux éditions Touch@rt, en tirage limité, donnant une version provisoire, incomplète et défectueuse des commentaires.

3 Les références sont données ici avec une double numérotation : la première correspond à la numérotation portée sur le manuscrit lui-même, la seconde correspond à la pagination après reclassement. Il convient de préciser que ce reclassement a permis d’établir qu’il manquait quelques folios : sans doute deux entre les pages 16/22 et 9/23, un entre les pages 26/36 et 61/37. On ne peut donc continuer à affirmer (Grabar 2009, p. 24) que des parties entières auraient disparu, parce qu’elles ne contenaient que du texte, et que seules auraient été conservées les plus belles pages.

4 Ces copies sont conservées à Paris, Vienne, Le Caire, Saint-Pétersbourg, Beyrouth et dans une collection privée, voir Guesdon 2009, p. 16-18.

5 Le manuscrit de Vienne a été étudié par Holter 1937 et Duda 1992. Il compte trois illustrations de plus qui correspondent peut-être aux pages manquantes du manuscrit de Paris.

6 Voir l’analyse de ce double frontispice dans Azarpay 1977 et Caiozzo 2009.

7 Farès 1953 rattache ces miniatures à l’école dite de Bagdad et considère que le peintre vivait en Syrie-Mésopotamie (p. 19 et 26). Mélikian-Chirvani 1967 estime, au contraire, que les influences persanes sont manifestes et que ce manuscrit a sans doute été réalisé en Iran oriental. Ettinghausen 1977 suggère une origine nord-mésopotamienne (p. 67-74). Nassar 1985 propose de définir « a Jazīran style of miniature painting », un style original qui mêle les influences de l’art byzantin et celles de l’art seljoukide, et que l’on retrouve dans des œuvres produites dans les régions de Mossoul et du Diyār Bakr au cours du xiie siècle et de la première moitié du xiiie.

8 Je développe ici les résultats des travaux menés dans le cadre d’un séminaire que j’ai consacré à ce manuscrit et dont j’ai présenté les conclusions sur la calligraphie lors de la journée d’études organisée par Houari Touati le 6 juin 2003 à l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman). L’occasion m’est ainsi donnée de remercier vivement ce collègue et ami qui a attiré mon attention sur la richesse de ce manuscrit et qui a eu la gentillesse de discuter longuement avec moi de cet article.

9 La forme arabe courante est tiryāq, mais les manuscrits de cet ouvrage portent clairement diryāq en titre.

10 Sur l’histoire de la thériaque, voir Watson 1966 et Revue d’Histoire de la Pharmacie lviii, n° 367, 2010.

11 Bismillāh al-raḥman al-raḥīm. Ǧawāmi‘ al-maqālat al-ūlā min kitāb Ǧālīnūs fī l-ma‘ǧūnāt wa-hiya llatī ḏakara fīhā ma‘ǧūn al-diryāq ḫāṣṣatan bi-tafsīr Yaḥyā al-Naḥwī al-Iskandarānī = Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Compilation du premier traité de Galien sur les électuaires [ce qui désigne peut-être le premier livre du De antidotis] dans lequel il a traité principalement de l’électuaire de la thériaque, selon le commentaire de Yaḥyā al-Naḥwī al-Iskandarānī.

12 Sezgin 1970, p. 157-160, et Ullmann 1970, p. 89-91.

13 Sur l’utilisation des tableaux à des fins didactiques, voir Aigle 2008.

14 Le mot šakl se trouve dans la ligne d’encadrement, dans l’angle en haut à gauche.

15 Le nom de « coufique » est traditionnellement appliqué aux écritures clairement composées, dont la ligne de base tend à se réduire à un trait rectiligne continu. Voir déroche 2000, p. 234, qui estime que « malgré la commodité qu’offre cette dénomination, il […] paraît dangereux de l’appliquer à un ensemble d’une grande variété et d’une très large diffusion ».

16 Voir, par exemple, Lings 1976, cliché n° 11 à 19 ; Trésors de l’Islam 1985, n° 13 et n° 15. Des parallèles peuvent être notamment établis avec la calligraphie du manuscrit du Coran dit Qarmate, sur lequel, voir entre autres, Saint-Laurent 1989.

17 Ces transcriptions sont le fait de deux mains différentes, sans doute des xive-xve siècles, à en juger par l’écriture cursive utilisée, et d’origine persane, à en croire certaines transcriptions (notamment zanǧabīl est transcrit zanǧapīl : p. 52/54 - planche 10).

18 Sur les différents signes servant à fixer la lecture, voir Déroche 2000, p. 238-242, et Endress 1982, p. 165-197.

19 Ce qui est différent de la non-vocalisation, ou taskīn, marquée par un petit cercle, ou sukūn.

20 Houari Touati me signale qu’al-Dānī (m. 444/1053) mentionnait dans son al-Muḥkam fI laqt al-masāḥif la tradition des copistes médinois de placer un petit cercle au-dessus des lettres qui ne se prononcent pas (al-ḥurūf al-zawā’id fī l-lafẓ) comme au-dessus des lettres non vocalisées ou des lettres qu’il faut prononcer de manière allégée.

21 Comme le montre un examen du manuscrit lui-même, particulièrement concluant pour l’encre rouge.

22 Voir Micheau 2009, p. 61-62. Certaines de ces vocalisations laissent à penser que le scribe était d’origine persane.

23 Sur le Kitāb Šawq al-mustahām fī ma‘rifat rumūz al-aqlām, attribué à Ibn Waḥšiyya, dans lequel sont réunis 93 alphabets d’origines diverses, utilisées dans les ouvrages de magie et d’art talismanique, voir Fahd 1975. Sur les alphabets secrets ismaéliens, voir De Smet 2002.

24 Touati 2003, p. 244 et s.

25 Grabar 1996a, chapitre ii « La médiation de l’écriture », p. 35-70, brièvement repris dans Grabar 1996b, p. 179-181.

26 Grabar 1996b, p. 181.

27 Grabar 1996a, p. 39-40.

28 Ce Coran, généralement daté du xie siècle, est ainsi appelé probablement parce qu’un marchand a essayé de vendre des pages en les attribuant à une source shiite. Les pages sont aujourd’hui éparpillées dans le monde entier. Voir Grabar 1996a, p. 143, note 47.

29 Grabar 1996a, p 48-49. Touati 2003, p. 266 et s., a émis de sérieuses réserves sur cette opposition entre le Coran d’Ibn al-Bawwāb, où la clarté l’emporte, et le Coran dit qarmate, que caractérise la primauté visuelle.

30 grabar 2009, p. 29.

31 Maïmonide 1865, p. 17.

32 Sur la thériaque dans les traités médicaux arabes, voir Ricordel 2010.

33 Comme l’affirmait Meyerhof 1931 : « ein mystisch-magisches Erzeugnis vermutlich der alexandrinischen pseudo-naturwissenschaftlichen Spätliteratur » (p. 21), repris par Farès 1953 « l’ouvrage se réclame donc de cette époque brumeuse du moyen âge, où la science médicale flottait dans sa sphère de fantaisie » (p. 5).

34 Pancaroǧlu 2001.

35 Sur l’usage du miel dans la pharmacopée arabe, voir Katouzian-Safadi, Bonmatin 2003 et Ricordel, Bonmatin 2003.

36 Sur la pratique de la collection de livres, voir Touati 2003.

Índice de ilustraciones

Título Planche 1 - p. 34/10
Leyenda Début de l’ouvrage (avec les portraits de Mārīnūs, Andromaque l’Ancien et Andromaque le Jeune)
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-1.png
Archivo image/, 987k
Título Planche 2 - p. 34/10
Leyenda Détail
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-2.png
Archivo image/, 280k
Título Planche 3 - p. 19/15
Leyenda De l’utilité du laurier contre les piqûres de serpent
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-3.png
Archivo image/, 892k
Título Planche 4 – p. 19/15
Leyenda Détail
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-4.png
Archivo image/, 420k
Título Planche 5 - p. 11/25
Leyenda Posologie de la thériaque de Mārīnūs
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-5.png
Archivo image/, 912k
Título Planche 6 – p. 11/25
Leyenda Détail
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-6.png
Archivo image/, 320k
Título Planche 7 - p. 53/49
Leyenda Composition de la thériaque d’Andromaque
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-7.png
Archivo image/, 909k
Título Planche 8 - p. 67/41
Leyenda Le principe de la thériaque
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-8.png
Archivo image/, 937k
Título Planche 9 - p. 66/40
Leyenda Le principe de la thériaque
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-9.png
Archivo image/, 1,1M
Título Planche 10 - p. 52/54
Leyenda Représentation de six plantes : fūḏanǧ ǧabalī (origan), nānḫawāt (ammi), fanǧankušt (gattillier), šīḥ ǧabalī (armoise), zanǧabīl (gingembre), maw (aneth)
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-10.png
Archivo image/, 1,1M
Título Planche 11 - p. 41/65
Leyenda Composition de deux électuaires
Créditos © BnF
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-11.png
Archivo image/, 937k
Título Planche 12 – p. 41/65
Leyenda Détail
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5707/img-12.png
Archivo image/, 401k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540