Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d'Islam

 | 
Christian Müller
, 
Muriel Roiland-Rouabah

Préface

André Miquel

Texte intégral

1Contrairement à d’autres itinéraires, celui de Jacqueline Sublet est d’une parfaite clarté. L’histoire le guide tout au long, mais pas n’importe laquelle. D’entrée de jeu, la recherche du document s’y impose, comme indispensable moyen d’accès à la connaissance de milieux divers : marchands, juristes, fonctionnaires au premier rang desquels Ibn al-Suqāʿī, témoin majeur de l’intérêt porté par Jacqueline Sublet à l’époque mamelouke.

2Biographie et historiographie vont très vite, dans cet itinéraire, s’appuyer sur une certitude : l’histoire par le document ne peut pas ignorer la recherche du nom, ce nom qui détient le secret même des êtres et des choses. Sans s’interdire quelques excursions, entre autres aux jardins de Damas ou jusqu’aux frontières de l’empire musulman, Jacqueline Sublet revient toujours à ce nom qui la fascine, pour ce qu’il révèle et cache à la fois : rien ne le dira mieux que Le voile du nom, essai sur le nom propre arabe, et tant d’articles sur le nom écrit et le nom dit, les noms propres ou communs, les surnoms, les homonymes, la métaphore, les noms d’origine et les noms d’emprunt, leur transmission. Fascination, disais-je, d’une recherche, et davantage : d’une exploration. Elle s’exprime à plein dans la grande entreprise de l’Onomasticon Arabicum et les Cahiers d’onomastique arabe, sans oublier la passion mise à débusquer le mot là où il se tapit le mieux peut-être : dans les marges du manuscrit où, sous la plume du commentateur, copiste ou autre, il joue à se démontrer ou s’interroger, à se resserrer ou s’étendre, à s’isoler ou se rapprocher d’autres qui lui ressemblent, peut-être...

3Tout nom, à la fin des fins, est comme une personne, perpétuellement en quête d’identité, d’affirmation de soi ou de dérobade devant qui voudrait en percer l’irréductible secret. La recherche de Jacqueline Sublet sur la relation du nom et de l’histoire ne s’est pas contentée d’une réflexion, elle est allée jusqu’à la représenter par une image, une figure plutôt, celle du sultan Baybars. L’ubiquité d’un prince, réelle ou aidée par les sosies que lui prêtent certaines légendes, revient à disperser le nom pour mieux lui faire prendre, là où il apparaît avec un visage, tout son relief. Nom unique et vagabond, portant toujours sur lui le secret de son ubiquité, vraie pour un Baybars qui s’en assure les moyens, fausse pour le sosie, mais sans que l’on voit, Baybars dont on dit le nom. En d’autres termes, il suffit à celui-ci, pour être cru, d’être visible. Mais une fois accordé ce tribut à notre quête de savoir, il reprend toute sa liberté.

4Sans doute Baybars n’est-il qu’un exemple extrême des puissances du nom, de son étonnante aptitude à dévoiler et voiler. Mais, pas plus ici que dans tous les autres cas remarquables étudiés par Jacqueline Sublet, l’étude du nom n’est une fin en soi : elle aide et signe une recherche, elle est une porte d’entrée, difficile mais riche de promesses, à l’histoire des hommes, la plus variée, la plus vaste parce que, justement, on la prend au mot.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540