Versione classicaVersione mobile

Délibérer sous la coupole

 | 
Baudouin Dupret
, 
Jean-Noël Ferrié

Chapitre V

Les audiences du débat parlementaire

Testo integrale

1Le refus de l’abstraction mal placée, que nous évoquions dans le premier chapitre, de cet ouvrage, ne doit pas conduire à ignorer les abstractions produites par les gens concernés eux-mêmes au profit d’un positivisme qui voudrait que l’on ne tienne compte que des personnes physiques. Ce risque apparaît notamment lorsqu’on traite des audiences parlementaires, car celles-ci peuvent être de deux types : physique, quand les intervenants s’adressent à des personnes présentes dans l’enceinte du Parlement, ou virtuel, dès lors qu’ils parlent à un public abstrait, constitué sur la base d’une appartenance catégorielle (les électeurs, les femmes, les musulmans, etc.). Ce public, abstrait dans sa conception, est néanmoins censé coïncider avec des personnes physiques. Elles sont la matérialisation d’une caractéristique catégorielle, caractéristique à laquelle s’adresse l’orateur.

2Sans tenir compte de cette complexité, l’analyse de discours s’est efforcée de dresser une typologie des participants physiques aux débats parlementaires. Dans cette perspective, une première distinction est faite entre participants et non-participants. Dans la catégorie « participants », l’on retrouve l’orateur, les destinataires directs de son discours et tous ceux qui prennent part au débat mais ne sont pas les destinataires immédiats du tour de parole en cause. Les autres personnes tombent dans la catégorie des « non-participants ». Ce sont les personnes ouvertement coprésentes mais extérieures au débat ou celles qui écoutent sans que l’orateur n’en soit conscient, avec de nombreux cas intermédiaires (Ilie 2003, p. 46). Cette typologie, pour cohérente qu’elle puisse paraître, n’en pose pas moins un certain nombre de problèmes, dès lors qu’elle ne procède pas de la manifestation endogène du statut de chacun, mais de l’imputation d’une qualité par un observateur extérieur. Elle présume de l’activité de chacun indépendamment de toute attestation empirique, dans un mélange de respect des catégories formelles (les membres du Parlement, les greffiers et secrétaires, le public de la galerie) et de prise en compte d’éléments de sens commun (ceux qui entendent sans être vus, qui tendent l’oreille). Pourtant, la qualité de chacun est une propriété émergente, un statut qui se revendique, s’attribue et fait l’objet d’orientations expresses dans le cours même du débat, indépendamment de toute catégorie préétablie. Il ne s’agit pas d’une propriété naturelle, ne serait-ce qu’en raison du fait que les audiences sont aussi bien des êtres physiques que des collectifs présumés à partir d’un trait catégoriel. Dans ce chapitre, nous allons donc nous attacher à décrire comment, dans la réalisation pratique de leurs interventions, les participants à un débat parlementaire s’orientent concrètement vers différentes audiences et comment cette orientation manifeste leur existence.

L’orientation vers une ou plusieurs audiences

3En prenant appui sur le débat syrien à propos de l’élévation de l’âge de la garde des enfants, nous pouvons observer comment les orateurs s’adressent à leur(s) audience(s). Cette orientation peut être parfaitement explicite, comme quand le Président de l’Assemblée donne la parole à un parlementaire : « La parole est à [notre] collègue... »). Notons qu’à cette même occasion, le président atteste de son statut en s’auto-attribuant la parole ès qualité, mais aussi en se voyant reconnaître cette qualité, publiquement, par le respect manifesté à sa position de distributeur des tours de parole et par les termes d’adresse utilisés par les orateurs (« Monsieur le Président – Chers collègues »).

4Ce sont donc bien les orientations explicites des participants à l’interaction qui font émerger les statuts, fonctions et rôles de chacun, de même qu’elles constituent les audiences auxquelles ils s’adressent. L’audience n’est dès lors plus faite de l’ensemble des gens qui écoutent et participent du point de vue surplombant et putatif d’un chercheur omniscient, mais des êtres (individuels ou collectifs) vers lesquels s’orientent les personnes engagées dans ce cours d’action (Assemblée, Président de l’Assemblée, collègues, commission, Président de la Commission, membre de l’Assemblée nommément désigné, etc.) et/ou des êtres revendiquant ce statut dans ce même cours (président de l’Assemblée, membre de l’Assemblée en son nom propre, président de la Commission ès qualité, rapporteur de la Commission ès qualité, etc.). Tour à tour, les multiples audiences se manifestent ou sont désignées. Cela comprend une audience virtuelle, qu’il s’agisse du public auquel la télévision et la presse rendent accessibles les débats ou de l’instance (électorat, autorités politiques, autorités partisanes) auquel l’élu est redevable de son élection et donc comptable de son activité parlementaire. Ainsi en va-t-il, par exemple, de la référence qui est fréquemment faite au président de la République dans un débat à l’Assemblée du Peuple portant sur la création d’un organisme syrien pour les affaires de la famille :

Extrait (Syrie/Organisme de la famille, lignes 99-104)

99- La conférence nationale « La femme et l’éducation à Damas » s’est tenue à Damas sous

100- la supervision éclairée de Monsieur le Président. Tout ceci s’inscrit sur

101- une trajectoire de modernisation et de développement que conduit son excellence le

102- Président de la République, le Président Bashshâr al-Asad, qui est dans le prolongement

103- dans ce domaine de la voie du leader éternel Hâfiz al-Asad, qui a dit : La famille stable

104- est la pierre angulaire de la construction sociale.

  • 1 Ces audiences ont accès aux débats par le biais de leur retransmission (éventuelle) sur la chaîne h (...)

5Le site dialogique du parlement amène les députés, de manière institutionnellement contrainte, à mobiliser des registres de pertinence et à s’adresser à des audiences multiples1. En fait, un parlementaire s’adresse souvent à plusieurs audiences à la fois. Il en découle qu’il mélange les discours. Un discours parlementaire, en effet, n’a que très peu à voir avec un sermon de Bossuet où ce que l’on dit n’est que le développement dramaturgique d’une idée devant un auditoire considéré comme unifié par son anthropologie fondamentale. Bossuet s’adresse, comme on le sait, aux « chrétiens » Le discours parlementaire, lui, est fait de plusieurs discours parce que l’audience parlementaire n’est pas unifiée et qu’il faut, en outre, parler à chaque audience concernée par le sujet que l’on aborde en tenant compte qu’on le fait devant les autres audiences. Cette contrainte de la performance publique – parler à chacun et être audible par tous – structure les échanges parlementaires d’une manière caractéristique.

6Si l’on considère par ailleurs l’intervention du député Dâwud lors du débat égyptien concernant Fârûq Husnî, on peut remarquer l’orientation de l’orateur vers des audiences multiples (majorité, opposition, indépendants).

Extrait (Égypte, lignes 692-715)

M. l’honorable député M.‘A.H. Dâwud

692- … c’est l’Assemblée du Peuple que le peuple a choisie

693- et c’est le ministre qui nous vient de l’époque du gouvernement

  • 2 ‘Âtif Sidqî fut Premier ministre de 1986 à 1996. Fârûq Husnî est ministre de la Culture depuis 1987

694- de ‘Âtif Sidqî2. Chaque Premier ministre qui est venu se

695- retrouvait avec un ministre imposé, Fârûq Husnî, celui qui peut

696- aujourd’hui mépriser la volonté du peuple d’Égypte, qui est la

697- terre d’al-Azhar, qui est la source de l’islam, qui est le phare de

698- l’islam. Aujourd’hui, nous nous levons pour protester contre

699- l’atteinte au voile en France ou dans n’importe quel pays.

700- Aujourd’hui, que ferons-nous, Monsieur le Président, comme

701- peuple d’Égypte, et qui répondra aux députés de l’Assemblée du

702- Peuple égyptien, de la majorité et de l’opposition ? Parce qu’il y

703- a une atteinte aux fondements de la religion, Monsieur le

704- Président. C’est ce qu’a dit le Dieu glorifié, le Très-Haut, ce

705- n’est pas Ahmad Nazîf qui l’a dit, non, Monsieur le Président, on

706- ne peut pas laisser passer ce sujet avec indifférence, sinon

707- l’islam sera un objet de moquerie pour le gouvernement du Parti

708- National. En même temps, je remercie mes collègues, les

709- députés du Parti National, les députés de l’opposition et les

710- indépendants, parce qu’il y a une position commune contre un

711- ministre qui a porté atteinte à la religion vraie.

712- Monsieur le Président, je suis prêt au martyr sur le chemin de la

713- religion et je suis prêt au martyr sur le chemin de la Nation, mais

714- je ne suis pas prêt au martyr sur le chemin…•. Merci Monsieur

715- le Président.

• À l’endroit des points, des propos qu’il a été décidé de supprimer (sic).

7La projection à l’avant-plan des destinataires d’une intervention autorise la convocation d’actants, physiques ou virtuels, permettant d’incarner les pertinences (voir chapitre IV). Dans un jeu imbriquant registres de pertinence et audiences, les députés catégorisent les publics qu’ils représentent et auxquels ils s’adressent pour mieux démarquer les camps en présence, créer les antagonismes et les alliances et entraîner les alignements. Cette stratégie rhétorique est fondée sur l’idée que le discours possède effectivement une capacité performative à créer ses propres audiences.

Extrait (Égypte, lignes 573-611)

Le Président de l’Assemblée

573- Je prie Monsieur l’honorable député ‘Abd al-Rahîm al-Ghûl de

574- [nous faire part de ses] commentaires.

M. l’honorable député ‘A.R. al-Ghûl

575- Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux.

576- La prière et la paix sur le plus noble des envoyés, notre seigneur

577- Muhammad, sur sa famille et ses compagnons, et le salut.

578- Monsieur le docteur Ahmad Fathî Surûr, Président de

579- l’Assemblée.

580- Quoi de plus beau que [de voir] l’opposition, la majorité et les

581- indépendants être d’accord, si bien que notre ferveur pour notre

582- religion, personne ne la partage. L’islam est ce qui réside dans le

583- cœur et qu’atteste l’action. C’est pour cela que je crois que celui

584- qui émet une opinion en cela, ce peut être le cheikh al-Azhar ou

585- n’importe quelle personnalité de nos cheikhs distingués, mais

586- que le ministre de la Culture a dépassé les bornes et a parlé d’un

587- sujet] qui ne le concerne pas. Il ne fait pas de doute que nous

588- autres, au Parti National Démocratique, au nom de tout le peuple

589- d’Égypte, nous ne condamnons pas seulement les propos de

590- Monsieur le ministre, nous nous élevons contre lui et nous

591- sommes d’accord avec l’opposition, les indépendants et la

592- majorité (applaudissements) sur le fait qu’il a dépassé les bornes.

593- Je crois dans les propos de Monsieur le docteur Zakariyâ ‘Azmî,

594- quand il a parlé et a dit que ce ministre exprimait son opinion

595- personnelle et n’exprimait pas l’opinion du gouvernement ou

596- l’opinion du régime.

597- Il ne fait pas de doute que nous autres, sous la coupole de

598- l’Assemblée, nous disons que, si ce ministre exprimait donc son

599- opinion, il lui faut retirer cette opinion, parce que l’Égypte est un

600- État islamique. Dès lors, nous avons exprimé notre opposition

601- aux États étrangers qui ne veulent pas que qui que ce soit en

602- parle ; dès lors, nous avons exprimé notre opposition aux États

603- européens qui ne veulent pas du voile. Le rôle de l’Égypte [se

604- manifeste] en tant que pays musulman. Nous avons pleinement

605- foi et nous n’accepterons jamais, de près ou de loin, que

606- n’importe qui touche à notre religion, qu’il appartienne au

607- pouvoir exécutif ou qu’il appartienne au Parti.

608- Dès lors, l’opposition, la majorité et les indépendants sont

609- d’accord, parce que nous sommes tous croyants en notre

610- Seigneur Dieu et en Muhammad, [Son] Prophète et Envoyé.

611- Merci Monsieur le Président.

  • 3 Voir les chapitres II et III.

8Plusieurs audiences sont convoquées : le Président de l’Assemblée, les différents groupes de députés, le Parti National Démocratique, le peuple égyptien, un député précis, les États étrangers. C’est de manière formelle et routinière que la parole est adressée au président de l’Assemblée, ce qui le constitue en audience procédurale. Il convient toutefois de noter que c’est avec une certaine emphase que l’orateur y procède, ce qui laisse entendre qu’il n’est pas indifférent d’en obtenir le ralliement. Les députés de la majorité, les députés de l’opposition et les députés indépendants constituent des publics également présents physiquement. En s’adressant à eux, en tant que l’un des leurs, et en soulignant la convergence de leurs points de vue, l’intervenant projette l’existence d’une solidarité avec consensus3 sur la primauté et l’intangibilité de l’islam : les membres du Parlement sont d’accord, non seulement sur les valeurs, mais également sur les conduites qui doivent découler de leur reconnaissance. Le jeu des audiences lui permet de transcender les oppositions parlementaires classiques pour produire un « nous » dont aucun participant ne peut se dédire (lignes 581-582). Ce « nous », qui semble être ensuite réduit au seul PND (ligne 588) est en fait mis en équivalence avec l’ensemble du peuple égyptien (ligne 589) et avec toutes les forces parlementaires (ligne 591-592) pour projeter, une deuxième fois, une solidarité avec consensus qui, alliant, dans les termes de Heritage et Greatbatch (1986), la poursuite d’un thème énoncé précédemment dans son intervention (l’alliance de la majorité, de l’opposition et des indépendants) et une liste de trois contrastive (le martyr pour l’islam et pour la nation, mais pas pour le ministre), provoque des applaudissements (ligne 592). La voix d’un député précis, Zakariyâ ‘Azmî, figure importante du PND, est également incorporée intertextuellement, transformant cette figure, du simple fait de sa présence dans l’hémicycle et de cette référence à ses propos, en une audience dont le ralliement, comme c’était le cas avec le président de l’Assemblée, lui aussi membre important du parti, n’est pas indifférent. On remarque ainsi comment la sollicitation explicite d’une audience personnalisée procède, pour ‘A.R. al-Ghûl, député PND rallié, de sa connaissance des équilibres au sein du parti au pouvoir. Dernier cas de figure, dans cet extrait, du jeu des audiences et de leur imbrication avec les registres de pertinence, la référence aux États étrangers et européens intervient comme une sorte de mise en abîme : l’audience étrangère, à laquelle l’Égypte s’est adressée pour marquer son opposition, donne l’occasion à l’orateur d’établir une dichotomie entre le « nous » égyptien et musulman et le « eux » étranger et non musulman, posant les bases d’un renvoi de la personne du ministre dans la deuxième catégorie. Les pertinences islamique et nationale mobilisent, aux fins pratiques et immédiates du débat parlementaire en cours et par le truchement de catégorisations d’appartenance, l’usage d’audiences contrastées.

Les audiences virtuelles

9C’est une condition normale de la communication que de ne pas connaître exactement l’audience à laquelle on s’adresse ni les intentions des personnes avec lesquelles on interagit. Pour pallier ce défaut d’information, les interactants attribuent conventionnellement des traits et des attentes à cette audience, ils procèdent, si l’on veut, à une opération de catégorisation sommaire, leur permettant d’ajuster leurs discours à la situation. Cette audience supposée constitue ce que Pierre Livet nomme une « communauté virtuelle » (Livet 1994). Cette activité de catégorisation est une pratique ordinaire des membres de la société, consistant à produire une description intelligible, communément admise et allant de soi des situations et de leurs hommes.

10Les discours parlementaires s’orientent souvent vers une multiplicité d’audiences, ce qui témoigne du fait que les intervenants ne sont pas autonomes par rapport à des publics extérieurs à l’enceinte de l’activité en cours. Ces publics, tout au contraire, sont « impliqués », et c’est en ce sens que le contexte est contextualisé : l’activité qui se déploie sur le site parlementaire s’inscrit, en fait, dans une séquence bien plus longue (ce que nous appelons un tramage des pertinences ; voir chapitre VI) et se déroule donc en fonction des opportunités que la séquence offre et des contraintes qu’elle impose. En d’autres termes, les parlementaires ne disposent que d’une autonomie limitée, du fait de l’inscription de leur action orientée vers des audiences extérieures au parlement. On retrouve, ici, décrites en termes praxéologiques, deux des caractéristiques du régime représentatif mises en avant par Bernard Manin (1995) : l’autonomie des gouvernants en même temps que leur dépendance vis-à-vis du jugement de l’opinion. Il est troublant de constater que ces deux caractéristiques sont simultanément effectives dans un régime autoritaire où les élections sont truquées. Ceci suggère que les gouvernants autoritaires croient au « public » et reconnaissent, tout autoritaires qu’ils soient, une forme de dépendance vis-à-vis de lui. Que cette croyance soit sincère ou assimilable à la crainte précise de sanctions diffuses ou à la crainte diffuse de sanctions précises (Veyne 1976, p. 279) ne saurait être tranché d’un point de vue praxéologique et, à vrai dire, ceci importe peu dès lors que l’orientation est manifeste. L’attention accordée à cette audience virtuelle signifie indubitablement qu’ils se soucient de l’opinion des gouvernés et que gouvernants et opposants (relatifs) partagent les mêmes valeurs et la même conception de la réputation.

11Quand un parlementaire parle, son propos est indexé à la fois par ce à quoi il fait référence (les faits, les principes s’appliquant aux faits, etc.) et par les audiences qu’il se donne. Ces audiences ne sont pas toutes physiquement présentes, à vrai dire loin de là. Il est banal, en effet, de remarquer qu’un parlementaire ne parle pas uniquement pour ses collègues. Il parle aussi pour des abstractions : « le peuple », « nos concitoyens », « les musulmans » et pour des audiences, sinon coprésentes, du moins fondées sur des constituants réels : « les électeurs », « le gouvernement ». Il peut, en effet, penser (et sans doute ne se trompe-t-il pas) que des électeurs bien réels l’écoutent ou vont être informés de ce qu’il dit. Il peut aussi penser qu’il en est de mêmes des autres parlementaires à qui il s’adresse ou des membres du gouvernement. En d’autres termes, ces audiences absentes exercent une contrainte sur son discours comme sur l’attitude des audiences présentes auquel il s’adresse. Si un député dit, comme c’est le cas dans le débat parlementaire marocain que nous allons analyser maintenant, « les victimes de cet accident vous écoutent, vous ne pouvez pas ne pas me répondre », le ministre auquel il s’adresse ne peut rétorquer qu’il n’en a rien à faire, parce qu’il ne peut pas ne pas penser que sa réponse ne sera pas connue des « victimes ».

12Dans ce débat marocain, les parlementaires font référence à un incendie qui a eu lieu le 26 avril 2008 dans une usine de matelas, à Casablanca, et qui a fait 55 morts et 12 blessés. Le roi est intervenu personnellement pour demander aux « autorités » de mobiliser tous les moyens nécessaires pour apporter aux victimes les soins nécessaires. Le parquet a ouvert une enquête. Le chef d’entreprise a été arrêté. Sa responsabilité est mise en cause pour n’avoir pas respecté les règles de sécurité s’imposant à l’entreprise. L’important nombre de victimes est attribuable au fait que les portes de l’usine étaient bloquées, afin d’éviter que les employées ne puissent dérober des matières premières. L’affaire a révélé la cupidité de l’employeur qui sous-payait ses employés et ne le déclarait pas tous à la caisse de sécurité sociale. Au moment de l’incendie, le propriétaire passe pour avoir demandé aux pompiers de « sauver les meubles » sans se préoccuper de ses employés. Mais, au-delà des responsabilités imputables à l’employeur, s’est aussi posée la question de l’absence d’efficacité des contrôles de sécurité que devaient subir l’entreprise et qui relèvent de la responsabilité de l’État. Cette absence de contrôle ou tout au moins leur inefficacité met en cause l’administration, comme l’on souligné alors de nombreux commentateurs. De ce point de vue, l’incendie peut même apparaître exemplaire d’un dysfonctionnement de l’État social, puisque le nombre de victime s’expliquerait par la cupidité et l’absence de scrupule du chef d’entreprise. Cupidité et absence de scrupules auquel la puissance publique n’a pas été à même de s’opposer.

13À la Chambre des Représentant, le PJD (parti islamiste de l’opposition) a reproché en termes virulents au gouvernement d’avoir laissé passer sur les chaînes publiques des émissions montrant des fêtes de mariage alors qu’il y avait eu un « drame national » l’après-midi. Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement intervient alors : « On a dit que nous avions dansé (…) On a dit que le gouvernement dansait. Cela est honteux ». Il renvoie le reproche d’indignité aux parlementaires : « Cela est honteux, c’est un procédé indigne des représentants de la Nation ». Après une interruption, il reprend : « Il est honteux de dire les paroles que vous avez dites » et précise : « il y a commercialisation du malheur du peuple ». Cette question est reprise par le député PJD, lors de son intervention : « … mais l’accusation de commercialisation, c’est une autre affaire que nous n’accepterons pas ». Il ajoute : « Nous n’accepterons pas et nous demandons des excuses », remarquant : « vos propos à vous ne sont pas dignes d’un ministre et ils ne sont pas dignes du gouvernement ».

14À cette question de la dignité s’ajoute la question, plus directement politique, du contrôle de l’action gouvernementale. Elle figure dans l’intervention du député du PJD qui remarque, en parlant des « représentants de la Nation », que « c’est leur droit de demander des comptes mais [que] lui n’a pas le droit de leur en demander ». L’intervention d’un autre député de l’opposition (Mouvement Populaire) est, elle, entièrement centrée sur les droits du Parlement. Il reproche au ministre de vouloir empêcher les parlementaires de parler des « malheurs du peuple », parce qu’il a brandi (lors d’un échange précédent) la possibilité de poursuites judiciaires. Ces propos sur les droits du Parlement ne sont pas repris dans l’intervention conclusive du ministre qui en reste à la question de la dignité : il est prêt à s’excuser pour l’accusation de « commercialisation » si le PJD s’excuse pour avoir accusé le gouvernement de « danser » et de « manger l’argent du peuple ». On notera la manière dont un propos est d’emblée admis comme le centre de l’altercation plutôt qu’un autre. Autant la question de l’indignité du comportement de chacun est retenue par tous les intervenants, autant la question des droits du Parlement, qui est pourtant au centre de l’intervention du député MP et qui figure dans l’intervention du député PJD, ne semble pas représenter un enjeu pour le ministre, qui se focalise sur la question de la dignité.

15La dignité est une question davantage morale que politique. Nous avons donc affaire à un jeu de catégorisation morale des parlementaires et du gouvernement. « Digne » et « indigne » sont des propriétés indexicales qui se rapportent à des actions précises. Ce jeu de catégorisations implique une audience différente de l’audience impliquée par le fait de savoir si les droits du Parlement ont ou n’ont pas été respectés. Spontanément les participants à l’altercation sélectionnent donc le jeu de catégorisation qui leur semble à même de toucher le plus de personnes possible, celui qui est fondé sur des acceptions routinières de ce qui est bien ou n’est pas bien. Mépriser les morts n’est pas bien, cela renvoie à une expérience commune que tout un chacun peut avoir. La condamnation morale apparaît moins évidente si elle doit se fonder sur des considérations techniques de droit parlementaire, alors que le respect des morts mobilise ce que Bernard Williams (1990) nommait, un « concept éthique épais », c’est-à-dire à la fois descriptif et normatif, où l’affirmation de la norme découle de la seule énonciation du fait. Ce jeu de catégorisation est plus à même de correspondre à l’opinion commune et donc à la plus large audience. La sélection de cette audience est, certes, stratégique, mais elle témoigne du sentiment de contrainte dans lequel les députés se sentent vis-à-vis des gens ordinaires : aucun d’eux ne les constituerait en public de cette manière s’il ne pensait qu’il existe une relation entre ce que les gens peuvent penser de leur moralité et ce qui peut en découler pour eux. La sollicitation des audiences montre ainsi le lien de dépendance qui relie les acteurs politiques au monde de la vie quotidienne. Ce lien est si fort qu’il les conduit à faire prévaloir les catégorisations communes sur les catégorisations propres à l’activité politique.

La solidarité négative

16Certaines pertinences semblent se suffire à elles-mêmes, en ce sens qu’il n’est pas nécessaire pour l’intervenant qui l’invoque de s’en justifier. Ainsi en va-t-il, au Maroc, en Égypte et en Syrie, de la référence à l’islam, dont il ne semble jamais besoin de s’expliquer : le respect de ses prescriptions est une fin en soi. On peut, envisager deux motifs à cela, l’un et l’autre faisant appel à une séquence plus longue que le seul tour de parole parlementaire. Le premier motif est l’appartenance plus ou moins directe et explicite de la charia au corpus du droit positif. Ceci oblige le législateur à veiller à la pertinence coranique des lois et à s’orienter vers l’« audience » spécialisée qui aura, éventuellement, à en juger (c’est-à-dire, par exemple, dans le cas égyptien, à se prémunir contre un arrêt en inconstitutionnalité de la Haute Cour constitutionnelle). Le deuxième motif, qui renvoie à une séquence encore plus longue, procède de ce que le langage politique tend de manière marquée à la promotion d’une « réislamisation » de la société (Ferrié 1997). L’islam, sinon l’islamisme, est ainsi devenu le langage qui convient à toutes les situations, et surtout à celles dans lesquelles on souhaite paraître comme respectable auprès d’une large audience, le public virtuel étant, d’emblée, catégorisé comme « musulman » et pieux.

17Le paradoxe de cette omniprésence est qu’elle n’entraîne pas d’omnipotence. C’est ainsi que l’aspect décontextualisé et non substantialisé de la pertinence coranique fait qu’elle peut se rapporter à des positions normatives singulièrement différentes ; c’est ainsi, également, qu’elle est soumise à un ressort d’ordre qui en détermine drastiquement la portée à l’intérieur du contexte organisationnel dans lequel elle se déploie. Face à cela, la pertinence coranique ne trouve à s’appuyer que sur des audiences virtuelles. Certes, celles-ci paraissent suffisamment contraignantes pour imposer la rhétorique des débats ; mais elles s’avèrent bien insuffisantes pour en déterminer l’issue. En ce sens, la hiérarchie des pertinences s’avère strictement dépendante du contexte organisationnel dans lequel elle se situe (ce qui veut dire que ce ne sont pas les pertinences qui imposent leur hiérarchie).

18Ceci étant, la pertinence coranique met en place un mécanisme en tout point remarquable : la « solidarité sans consensus » et, plus exactement, la « solidarité négative » (voir supra). La solidarité sans consensus est évidente dans les échanges des parlementaires, ainsi qu’en attestent les deux interventions suivantes tirées du débat égyptien sur le divorce khul‘ :

Extrait (Égypte/khul‘)

Le ministre des Affaires religieuses

La discussion de ce projet à l’Académie de recherches islamiques

a duré trois mois pour permettre aux membres d’exprimer leurs opinions ;

nous avons voté à la majorité des voix, cela est normal ; c’est l’avis de la

majorité et cet avis engage (yulzim) tous les membres…

Je précise qu’il y a une très grande différence entre le khul‘ et le divorce pour

cause de préjudice et nous devons être conscients du fait que le recours à la

justice au cas où les époux ne parviennent pas à un accord en la matière est

une procédure légale qui ne contredit en rien la charia.

Le khul‘ est une sorte de divorce irrévocable pour lequel deux

conditions sont requises : premièrement, l’accord et le consentement

des deux conjoints et, deuxièmement, le divorce est entre les mains de l’époux

et c’est à l’époux et non au juge de prononcer d’une voix audible le mot

divorce, ce sur quoi les quatre doctrines sont unanimes. Le projet de loi, dans sa

forme actuelle, est contraire à la charia, en ce qu’il donne à la femme le droit

au khul‘ sans le consentement de son époux. La loi doit être modifiée pour être

conforme à l’avis unanime des jurisconsultes.

19D’une manière générale, d’ailleurs, l’ensemble du débat sur le khul‘ illustre cette forme de solidarité, dans la mesure où les tenants du projet de loi et ses adversaires s’ingénient à n’énoncer d’arguments non procéduraux que dans le registre de la pertinence coranique. Ils s’évertuent même à éviter d’entrer dans un débat substantiel à ce sujet, n’abordant que rarement le thème de l’équité liée à la pertinence démocratique. C’est ainsi que le développement d’une assertion fondée en pertinence coranique n’implique pas de référence directe à l’axiologie, mais seulement la réassurance de l’autorité de la référence par sa réitération sous une forme spécifiée :

Extrait (Égypte/khul‘)

… Le projet de loi, dans sa

forme actuelle, est contraire à la charia, en ce qu’il donne à la femme le droit

au khul‘ sans le consentement de son époux. La loi doit être modifiée pour être

conforme à l’avis unanime des jurisconsultes.

Membre de l’Académie de recherche islamique

… L’article 20, dans sa forme actuelle, n’est pas contraire aux dispositions de

la charia ; il est conforme à l’avis des imâms Mâlik et Shâfi’î qui, tous deux,

autorisent que la femme se rachète soit par consentement mutuel, soit en recourant

aux autorités.

Selon l’imâm Mâlik, le juge est tenu de se conformer à l’avis de deux arbitres : s’ils

s’accordent sur le divorce moyennant une somme d’argent, la décision devra être le khul‘.

Mais, en cas de divergence, il appartiendra au juge de trancher dans le sens qui lui paraît

conforme à la charia.

20La référence à l’imâm Mâlik ne fait, ici, que donner une profondeur référentielle à un argument qui n’est pas autrement justifié. De même, la référence à l’avis unanime des jurisconsultes ou des doctrines est techniquement un argument d’autorité contournant la justification et réitérant la référence à la Loi divine. C’est ici, d’ailleurs, que se manifeste le plus clairement l’influence de la solidarité négative : les élus sont, en effet, sommés de s’orienter, non plus vers des textes, mais vers une audience habilitée à juger de la pertinence coranique de leur position. C’est vers cette audience que s’oriente l’intervenant qui évoque l’avis unanime des jurisconsultes, et c’est vers cette audience autrement nommée que s’oriente son contradicteur, quand il évoque « l’avis unanime des quatre doctrines ». Ainsi, ce qui est bien demandé aux parlementaires, c’est d’adopter l’avis d’un collectif spécifié mais artéfactuel – celui d’une communauté professionnelle. La référence faite, en ouverture, à l’avis des membres de l’Académie de recherches islamiques est du même ordre. Si l’évocation d’un vote majoritaire renvoie à une agrégation de personnes physique réelles, l’affirmation qui suit, selon laquelle l’avis de la majorité engage l’ensemble des membres, constitue une communauté artéfactuelle, puisque ce n’est plus une agrégation de personnes qui est visée, mais une communauté fondée sur une injonction catégorielle : « appartenir-à-une-organisation-où-l’on-est-engagé-par-le-vote-d’autrui ».

21Dans la mesure où le consentement réel n’est pas attesté (puisque l’épreuve effective de l’accord s’arrête au vote majoritaire), cette communauté est, d’abord, au sens propre du terme, une vue de l’esprit opérant la réduction des divergences potentielles des votants et des idiosyncrasies de chacun d’eux à un trait commun déduit d’un principe : « être-engagé-par-le-vote-d’autrui ». Cette communauté s’avère manifestement artéfactuelle comme celle formée par les jurisconsultes. On touche ici du doigt – si l’on peut ainsi dire – la solidarité négative, entendue comme l’obligation de se conformer à l’avis d’une communauté intrinsèquement virtuelle, c’est-à-dire à l’avis supposé d’un groupe, plus ou moins spécifié, de personnes à l’opinion desquelles on ne peut accéder séparément. Cette communauté, faut-il le préciser, ne ressort pas de l’ontologie des analystes, puisqu’il apparaît maintenant que ce sont bien les acteurs qui s’orientent vers elles en l’investissant d’une autorité particulière. De même, on s’aperçoit que cette autorité même découle de la manière dont les acteurs s’y réfèrent en l’instituant comme ressource argumentative à l’intérieur d’une controverse. Le collectif vient toujours, en effet, renforcer un propos et ne se situe jamais en aval de celui-ci.

Audience virtuelle et moralité : le procès en scandale

22Le recours au tribunal de l’opinion, pour reprendre la formule de Baker (1993), c’est-à-dire à l’audience plénière des citoyens, provient donc généralement de ce qu’un registre de pertinence moral est mobilisé. Ainsi, quand un débat parlementaire porte sur une question morale, il prend fréquemment à témoin le Peuple et la Nation, c’est-à-dire la communauté virtuelle la plus large. En d’autres termes, il s’adresse à cette audience en espérant se la concilier et choisit les pertinences en fonction de ce dessein. Reprenons le débat égyptien dans l’affaire Fârûq Husnî. Son objet premier est le « scandale » suscité par la déclaration du ministre : il est donc moral. L’intervention de Mustafâ Bakrî, lors de la séance parlementaire du 20 novembre, en est l’illustration :

Extrait (Égypte, lignes 326-346)

M. l’honorable député M. Mustaphâ Bakrî

326- … C’est un ministre qui ne sait pas ce qu’il dit. Moi, je

327- parle dans la logique de la liberté personnelle. Quand il y a eu

328- l’affaire de Fâtima « la voilée » en France, le juge français a

329- abondé dans son sens, partant du principe

330- que cela [relève] de la liberté personnelle. Et moi, je n’ai pas

331- parlé de religion, parce qu’il n’a rien à voir avec la religion et

332- qu’il n’y comprend rien. Moi, je parle du point de vue du principe

  • 4 Expression signifiant plus ou moins « parvenus ou arrogants ».

333- de la liberté personnelle. Je parle aux beys4 néolibéraux qui ont

334- commencé à jouer aux Occidentaux et à agir de

335- concert, à cor et à cri, avec l’Occident

336- dans la confrontation avec notre religion, notre foi et

337- nos valeurs essentielles. Et toi, mon frère, ça ne t’a pas plu. Tu es

338- l’homme des artistes – et le costume, je ne sais pas d’où il vient ni

339- à qui il revient – l’homme qui, en Italie, sort dans de très jolies

340- manifestations. Alors, va là-bas et laisse-nous, mon frère ! À

341- chaque fois que tu te ramènes et que tu nous dis, je démissionne

342- du régime, je présente ma démission…•, c’est faux ! Il faut que

343- ce ministre démissionne et si le gouvernement voulait se respecter

344- lui-même, il démissionnerait le ministre de la Culture. Cette

345- affaire est inacceptable, parce qu’il a touché à la religion, il a

346- touché à la foi, il a touché aux valeurs.

• À l’endroit des points, des propos qu’il a été décidé de supprimer (sic).

23Le scandale du voile déclenché par la déclaration de Fârûq Husnî porte sur la définition de la norme islamique et sur les interprétations et mises en œuvre qu’elle permet. Le journal al-Misrî al-yawm a pu ainsi rapporter que « [les] propos [de Fârûq Husnî] sont la conséquence naturelle d’un régime qui participe avec le monde occidental à la guerre aux valeurs islamiques » (éditorial du 18 novembre 2006). Le député Mustafâ Bakrî y a vu, pour sa part, un problème lié à des « beys néolibéraux qui ont commencé à jouer aux Occidentaux et à agir de concert, à cor et à cri, avec l’Occident, dans la confrontation avec notre religion, notre foi et nos valeurs essentielles ».

24Nous avons affaire à un procès en scandale. L’article de Garfinkel sur « la cérémonie de dégradation de statut » (1956, p. 420-424) permet d’analyser les mécanismes de cognition de la moralité qui y sont à l’œuvre. En effet, il définit la dégradation statutaire comme « tout travail communicationnel entre des personnes, par lequel l’identité publique d’un acteur est transformée en quelque chose considéré comme inférieur sur l’échelle locale des types sociaux » (idem, p. 420). C’est un travail de déqualification et de requalification dont les critères sont le schème de motivations socialement imputé à la personne dénoncée. La dénonciation publique, qui constitue bien une convocation du « tribunal de l’opinion », vise à détruire un objet social pour en constituer un autre et, ce faisant, enclenche la dégradation de la personne dénoncée. La rhétorique de dénonciation combine souvent l’ironie et le réexamen biographique de celle-ci. Elle présente, par ailleurs, un certain nombre de caractéristiques : (1) l’événement et la personne dénoncés semblent sortir de l’ordinaire ; (2) la chose reprochée et la personne dénoncée sont placées dans un schème de préférence entre des types généraux appréciés en référence à une contrepartie dialectique ; (3) le dénonciateur se comporte en sorte d’apparaître comme une figure publique agissant en tant que telle ; (4) le dénonciateur rend saillantes les valeurs supra-personnelles de la « tribu » et effectue la dénonciation au nom de ces valeurs ; (5) le dénonciateur se présente comme investi du droit de parler au nom de ces valeurs ultimes ; (6) le dénonciateur est perçu par les témoins comme partisan de ces valeurs ; (7) le dénonciateur et les témoins établissent et perçoivent la distance qui les sépare du dénoncé ; (8) le dénoncé est rituellement séparé de la place qu’il occupe dans l’ordre légitime.

  • 5 Mosquée historique du Caire et principale institution islamique et universitaire d’Égypte.

25Ces caractéristiques se retrouvent très explicitement dans l’affaire Fârûq Husnî : (1) la personne dénoncée est un ministre au profil prononcé et atypique, à la longévité politique hors du commun, aux prises de position publique originales et non consensuelles : en effet, le port du voile fait partie des questions sensibles en Égypte aujourd’hui, c’est l’objet de polémiques récurrentes, et toucher à sa qualité d’obligation religieuse consiste à sortir du mécanisme habituel de la solidarité négative. (2) C’est bien un événement de type général – l’atteinte aux principes de la « vraie religion » – que les dénonciateurs rendent public ; ce n’est pas le seul Fârûq Husnî qui est attaqué, mais, au-delà de sa personne, ce courant qui « méprise » la religion et « singe l’Occident », jusque dans ses « valeurs dépravées » ; l’événement et la personne dénoncés ne sont pas des singularités, mais l’expression d’une tendance générique, bien que minoritaire ; ils sont systématiquement placés en contrepoint dialectique de principes et de modèles vertueux ; autrement dit, les caractéristiques de l’objet de scandale peuvent être lues comme symétriquement inverses de celles du citoyen honnête : le citoyen égyptien ne se voit pas offrir des alternatives sur un éventail de possibilités morales, mais est mis dans l’obligation de faire le choix du voile s’il veut garantir sa respectabilité. (3) Les dénonciateurs se présentent toujours comme des figures publiques agissant ès qualité et non à titre individuel, comme les gardiens statutaires de la moralité et non comme mues par des mobiles d’ordre personnel (le cheikh, le parlementaire, le Frère musulman, le citoyen, le journaliste intègre, les femmes, l’autorité intellectuelle, morale, religieuse, etc.). (4) Les dénonciateurs n’ont de cesse de mettre en avant les valeurs communes aux Égyptiens et, en tête de celles-ci, la piété ; la déclaration de Fârûq Husnî est dénoncée au nom de la vertu du pays d’al-Azhar5. (5) En déclarant leur propre vertu et leur qualité institutionnelle, les dénonciateurs affirment constamment leur droit à dénoncer ; ils en font même parfois un devoir, c’est-à-dire une obligation découlant du statut qu’ils occupent. (6) Les journalistes, quand ils ne sont pas eux-mêmes dénonciateurs, agissent comme les témoins de ce que la dénonciation procède de ces valeurs et de ce qu’ils en sont les défenseurs. (7) En produisant constamment de la distance entre « eux » (ceux qui, comme Fârûq Husnî, sont déviants) et « nous » (le vertueux peuple d’Égypte et ses représentants), les dénonciateurs fixent une ligne de partage dont le franchissement apparaît impossible. (8) Fârûq Husnî est constamment présenté comme indigne de la charge qu’il occupe, d’autant que la culture est un point de fixation autour duquel se cristallise une bonne part du débat sur la « réislamisation » ; cette indignité de fait implique de réclamer sa destitution de droit ; la dénonciation vise à souligner la distance qui, à présent, rend impossible, dans l’ordre légitime, que le ministre, se maintienne à son poste.

26La transgression qui est dénoncée dans le procès en scandale s’accompagne d’un appel à la sanction et à la dégradation du transgresseur. À l’Assemblée du Peuple, la conclusion de l’intervention de Mustafâ Bakrî en propose un bon exemple : « Il faut que ce ministre démissionne et si le gouvernement voulait se respecter lui-même, il démissionnerait le ministre de la Culture » (lignes 343-345). L’exigence de sanction n’aboutit cependant pas de manière automatique. La caractérisation de la norme transgressée ne procède en effet pas de manière linéaire, mais fait l’objet, comme on l’a déjà vu, de contestations et de conflits. En outre, une fois rendu public, le scandale peut gonfler ou stagner, selon que les conditions de félicité de la dénonciation sont satisfaites ou non. Ce n’est pas tant la question que la dénonciation fasse l’unanimité ou soit contestée qui est ici en cause, que la capacité des dénonciateurs à constituer la chose et la personne dénoncées en enjeu de société, à la faire monter en généralité jusqu’à éventuellement lui donner statut de cause publique qui puisse contrebalancer les intérêts propres du gouvernement (lesquels consistent à ne pas accepter la mise en cause d’un de ses membres qui plus est proche du couple présidentiel). Remarquons que la norme morale dont la transgression était à l’origine du scandale sort renforcée du procès, les transactions ne portant pas sur son existence ou son caractère obligatoire, mais sur le droit d’un ministre à prendre des positions personnelles et à tenir sur la norme un discours en marge du consensualisme que les entrepreneurs de morale tendent à promouvoir.

27En d’autres termes, tout procès en scandale ne réussit pas nécessairement à faire scandale et encore moins à entraîner des réparations. Il peut se heurter, tout d’abord, à de nombreuses résistances qui visent tantôt à contester la version des faits présentée par les accusateurs (la lettre du ministre à l’Assemblée est un exemple de pareille tentative : « cet avis, dont je répète qu’il est personnel, ne signifiait pas, comme certains ont tenté de le laisser entendre, une offense aux citoyennes égyptiennes qui ont choisi par conviction le voile comme costume »), tantôt à s’opposer directement à la norme morale que les dénonciateurs tendent à projeter comme donnée d’évidence (à l’image de cette intervention d’un député tentant d’introduire un espace de nuances dans la controverse : « je veux attirer l’attention [sur le fait que] ce sujet est un sujet de grande divergence entre les jurisconsultes et les imams »), tantôt encore à le détourner ou à en diffuser les effets (intervention du député Sayyid Zayd : « Le sujet soumis à la discussion maintenant n’oppose personne qui siège dans cette pièce, qu’il appartienne au parti de la majorité, aux indépendants ou à l’opposition, mais nous avons donné à ce sujet plus [d’importance] qu’il n’en mérite »).

28Le procès en scandale peut également ne pas produire les effets escomptés par ses instigateurs. Cela tient alors au choix de la norme morale dont l’atteinte est dénoncée. Pour que le procès aboutisse, cette norme doit en effet pouvoir être présentée, de manière crédible, comme partagée, même par ceux qui n’y adhèrent pas. En d’autres termes, elle doit être une norme propice au mécanisme de solidarité négative. Cela semble bien être le cas dans l’affaire Fârûq Husnî, en ce sens que tous les protagonistes s’accordent sur la primauté de la référence religieuse ( « La religion islamique est la religion de toutes les civilisations. La religion islamique, c’est toutes les civilisations. Et le progrès ne revient pas à s’éloigner des principes de l’islam. En fait, le progrès, c’est de rester attaché aux principes islamiques ») et sur l’infraction commise par le ministre (« j’adjure le Président Mubârak de venir en aide du peuple d’Égypte, de venir en aide de l’islam et que soit démissionné ce ministre déviant […] qui est sorti de ce que veut l’islam, qui est sorti du consensus du peuple égyptien »). De fait, nombre d’intervenants placent la norme objet du débat sur le registre de l’intangibilité (« La question du voile (hijâb) qui ne saurait être soumise à examen. C’est une question tranchée depuis 1400 ans. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on va examiner la question du voile. La question du voile est incontestable, c’est une question close »). Il est évident que cette intangibilité et la solidarité négative qui en découle ne sont pas des états de fait, mais une production, le résultat d’une entreprise argumentative de normalisation restreignant progressivement l’espace de la nuance et forçant l’expression d’un consensus de façade. Divers extraits du débat parlementaire pourraient servir à illustrer comment toute légère déviation par rapport à la norme axiologique promue par les dénonciateurs est sanctionnée par une interruption qui place l’orateur sur la défensive et le contraint à progressivement s’aligner sur la position de ceux qui l’interrompent. Dans une dynamique de sanctions successives imposant progressivement une restriction du champ des possibles ouverts à l’orateur, les dénonciateurs parviennent à ce que ce dernier se résolve au minimum consensuel dont le contenu apparaît, toutefois, du fait de la retraite qu’il a dû opérer pour garder la face, solidaire (quand bien même cela serait négativement) de l’axiologie morale promue par les entrepreneurs du procès en scandale.

29Le procès en scandale peut également aboutir sans que la sanction prônée n’ait pour autant été mise en œuvre. Le fait que Fârûq Husnî n’a ni démissionné ni été révoqué ne signifie nullement que le procès en scandale qui lui a été fait ait échoué. D’une part, comme le dit la sentence, « médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose ». Et, effectivement, certains effets du procès en scandale sur la question du port du voile seront certainement perceptibles à d’autres occasions futures ; celui-ci fera alors l’objet de reprises, tout comme il s’était appuyé lui-même sur la reprise d’affaires antérieures dont on retrouve la trace à différents moments du tramage des pertinences. C’est autant de l’accumulation de procès de ce genre que de la violence ou de l’acuité de l’un d’eux que peut résulter, à terme, la survenance d’un effet, escompté ou non à l’origine. Dans les termes de Jon Elster, on pourrait alors parler des effets indirects d’actions entreprises à d’autres fins (Elster 1987). De fait, il n’est pas sûr que les instigateurs du procès en scandale contre Fârûq Husnî aient véritablement cru à la possibilité de son renvoi. De même qu’à notre connaissance, Karam al-Hifyân, député du PND qui avait menacé de démissionner en cas d’absence de sanction du ministre, est resté membre du parti et continue à siéger à l’Assemblée :

Extrait (Égypte, lignes 737-751)

M. l’honorable Député K.H.M.Hasan (Karam al-Hifyân)

737- … Personnellement, je suspends mon appartenance [au

738- Parti] à la démission du ministre. Par Dieu, si le ministre ne

739- démissionne pas, je démissionnerai du Parti National. Merci.

740- (applaudissements)

Le Président de l’Assemblée

741- Je prie Monsieur l’honorable député al-Sayyid Zayd de [nous

742- faire part de ses] commentaires.

M. l’honorable député al-Sayyid I.M. Zayd

743- Merci Monsieur le Président.

744- Le sujet dont nous débattons maintenant n’oppose…

Le Président de l’Assemblée

745- Celui qui croit en son appartenance à un parti déterminé ne voit

746- pas son appartenance ébranlée par n’importe quelle circonstance.

747- Si sa croyance est vacillante, il doit faire ce qu’il veut.

748- (voix de Monsieur l’honorable député Karam al-Hifyân : Je jure

749- par le Dieu Puissant que, si Monsieur le ministre ne démissionne

750- pas, je démissionnerai du Parti National, parce que le ministre

751- est corrompu)

30Il ressort clairement de ceci que la sanction revendiquée par les dénonciateurs ne constitue pas nécessairement l’objectif du procès en scandale qu’ils ont déclenché ou nourri. L’appel à la sanction est constitutif de la grammaire de la « scandalisation », mais la finalité de cette dernière, assurément contingente et contextuelle, tient davantage à l’affirmation non contredite d’une norme et à la possibilité qui en découle de produire un état d’« unisson » entre les intervenants dans le débat et l’audience plénière qu’ils se prêtent. On notera une fois de plus, comme avec le débat marocain, que le choix de la pertinence morale entraîne la désignation d’une audience plénière, celle composée de toutes les personnes possédant une moralité de sens commun. Cette orientation vers une audience plénière n’est toutefois pas exclusive d’une orientation vers d’autres audiences spécifiques. Elle est une figure de la diversité de la sélection des audiences.

31D’une manière générale, cette orientation vers de multiples audiences, présentes et absentes, matérielles et virtuelles, permet donc aux intervenants de poser les termes du débat d’une manière sensible à ses destinataires présumés. La convocation de ces publics contribue à créer des alignements et des oppositions et donc à non seulement fixer les termes autorisés du débat, mais également à en inférer une série de conséquences. C’est en liaison à ces audiences que s’effectue la mobilisation de différents registres de pertinence, imbriqués les uns aux autres. Cette combinaison permet le déploiement de systèmes catégoriels déterminant les identités en présence, les gammes d’action interdites et autorisées, les légitimités, et l’ensemble des conséquences qui en découlent nécessairement.

32Les modes de déploiement du débat parlementaire, et particulièrement le jeu des audiences, attestent de l’autonomie partielle de ce site dialogique. Autonomie, parce que l’activité parlementaire est en quelque sorte bouclée, autosuffisante : elle s’appuie sur elle-même et renvoie à elle-même. Autonomie partielle, toutefois, dès lors que le débat parlementaire s’inscrit résolument dans une séquence large faite de pertinences et d’audiences extérieures à l’enceinte de l’assemblée.

Note

1 Ces audiences ont accès aux débats par le biais de leur retransmission (éventuelle) sur la chaîne hertzienne d’État, par leur retranscription accessible sur le site du Parlement ou reproduite dans la presse, et par la narration que des témoins directs ou indirects peuvent en faire.

2 ‘Âtif Sidqî fut Premier ministre de 1986 à 1996. Fârûq Husnî est ministre de la Culture depuis 1987.

3 Voir les chapitres II et III.

4 Expression signifiant plus ou moins « parvenus ou arrogants ».

5 Mosquée historique du Caire et principale institution islamique et universitaire d’Égypte.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search