Version classiqueVersion mobile

Délibérer sous la coupole

 | 
Baudouin Dupret
, 
Jean-Noël Ferrié

Chapitre III

L’orientation vers les pertinences

Texte intégral

1Durant les débats, les députés s’orientent non seulement vers les contraintes formelles – et notamment temporelles – de l’ordre parlementaire, mais également vers des contraintes discursives s’exerçant sur une partie du contenu de leurs propos et conditionnant l’admissibilité de ceux-ci par autrui. Ces contraintes, à l’instar des contraintes formelles, représentent aussi une opportunité, puisqu’elles contiennent la promesse d’un bon accueil du propos tenu comme de l’action entreprise. Les respecter, c’est donc bénéficier d’une « prévalidation » de ce que l’on dit comme de ce que l’on fait, puisque c’est dire et faire à l’intérieur d’une intelligibilité manifestement commune.

2Les pertinences sont les repères et les manifestations de cette orientation. Par pertinence, on entend donc l’orientation vers un cadre de référence dans lequel l’usage de certains principes, de certaines règles et de certaines procédures vont de soi, de sorte qu’ils n’ont pas à être justifiés à frais nouveaux. En d’autres termes, on s’oriente vers quelque chose de tenu pour commun. Cette opération implique de considérer les personnes ou, plus largement, les audiences auxquelles on s’adresse comme possédant des caractéristiques communes. Ainsi, choisir une pertinence, c’est simultanément sélectionner une identité catégorielle applicable à ceux à qui l’on s’adresse et les caractéristiques morales qui lui sont liées.

3Il faut toutefois rappeler que si les pertinences offrent un contenu directionnel et quelques mécanismes (le vote majoritaire pour la pertinence démocratique, par exemple), elles ne correspondent certainement pas à un contenu substantiel, cohérent et systémique que l’on pourrait considérer indépendamment des actions. En d’autres termes, c’est le contexte conversationnel qui substantialise les pertinences. Elles sont donc indexées au contexte en même temps qu’elles l’indexent. Les interactants s’orientent vers elles en fonction de la situation et de la dynamique des échanges.

Le déploiement des pertinences

4Afin d’observer dans le détail le déploiement des pertinences, on se penchera tout d’abord sur le débat syrien portant sur l’âge de la garde des enfants :

Extrait (Syrie, lignes 54-79)

Mme Wa‘d Khaddâm

54- Monsieur le Président – Chers collègues.

55- La garde est un droit de l’enfant et elle a été légiférée dans son intérêt. Tel est le principe

56- fondamental qu’ont établi le fiqh et la loi. L’interprétation se fait dans l’intérêt de

57- [l’enfant] gardé dans tous les domaines. Du fait que la question de l’éducation des enfants

58- diffère dans les sociétés modernes de ce qu’elle [était] dans les sociétés anciennes et

59- impose le changement de l’infrastructure de ces sociétés, on demande d’allonger la durée

60- de la garde.

61- Tout comme l’application de la loi sur l’enseignement fondamental obligatoire jusqu’à la

62- fin du cycle préparatoire, on demande l’allongement de la durée de la garde en sorte que

63- l’enfant] gardé n’ait pas à changer le lieu de résidence et de vie auquel il est habitué et,

64- en particulier, l’école et l’environnement scolaire.

65- À la base, les opinions des jurisconsultes et des législateurs ont différé sur la durée de la

66- garde en fonction des différences de situation sociale et des différences dans les besoins

67- éducatifs des enfants.

68- C’est pour cela que nous considérons que l’amendement proposé protège cet intérêt et je

69- demande que soit [donnée] au juge l’appréciation du meilleur intérêt de l’enfant] gardé

70- dans chaque affaire.

71- Avec l’augmentation de la pension alimentaire (nafaqa) destinée à chaque enfant et la

72- garantie du logement de l’enfant] gardé, ce qui est une question importante qu’on ne

73- peut pas supprimer ou absorber dans son règlement financier, dans la mesure où la

74- question du logement est devenue difficile et exorbitante et où la gardienne ne peut plus

75- la garantir dans la plupart des cas, en particulier si la mère a plus d’un enfant, si la maison

76- de sa famille est petite et si elle ne travaille pas. Cette question a été résolue en Tunisie,

77- Algérie, Égypte, Irak, Yémen, Koweït.

78- Pour tout ceci, je suis en faveur du projet de loi et de la vitesse de sa promulgation.

79- Merci.

5Quand elle prend la parole, Wa‘d Khaddâm apparaît explicitement comme une femme Cette évidence ouvre des possibilités argumentatives et entraîne un certain nombre de conséquences, notamment le recours à des pertinences et à des catégorisations thématisées par l’enfant, en tant que personne humaine titulaire de droits (ses besoins en matière d’éducation, d’enseignement, de moyens de subsistance, de garde) qu’il convient de préserver (Sacks 1995). C’est au droit, à la fois musulman et moderne, qu’il revient d’œuvrer à cette fin, mais c’est toutefois moins un droit précis qu’un principe juridique qui est en jeu (et le fait que ce soit un principe permet de l’appareiller à des droits différents). Remarquons, d’abord, que l’argument prend la forme d’un syllogisme à la logique implicite : (a) l’intérêt de l’enfant est d’être gardé en fonction de ses besoins spécifiques ; (b) dans une société moderne, l’enfant a besoin d’être gardé par sa mère plus longtemps ; (c) le droit syrien veille donc à l’intérêt de l’enfant en prolongeant la durée de sa garde maternelle. Le pivot du syllogisme réside dans la notion de « société moderne ». C’est parce que les enfants restent des « enfants » tant qu’ils sont en âge de scolarité, que les conditions de leur scolarisation ont changé avec les transformations du « monde moderne » et que le monde scolaire est devenu l’un des contextes durables de leur vie qu’ils ne doivent pas être séparés de leur mère.

6Autrement dit, le dispositif catégoriel que nous voyons à l’œuvre est celui qui unit l’enfant à sa mère pour les besoins d’une éducation dont la durée est censée augmenter avec la modernité de la société. C’est le même raisonnement qui est suivi par Ghâlib ‘Anîz, à ceci près (mais la différence est évidemment fondamentale dans ses implications) que c’est le père qui est présenté comme plus à même de former l’enfant aux difficultés de la vie moderne :

Extrait (Syrie, lignes 205-236)

M. Ghâlib ‘Anîz

205- Monsieur le Président – Mesdames et Messieurs, chers collègues (al-zamîlât wa’l-

206- zumalâ’).

207- Dieu a gratifié la femme de qualités et de mérites énormes et Il l’a élevée à une place

208- éminente dans la société. La réussite et le succès n’arrivent qu’avec l’accord des deux

209- parents, la mère et le père.

210- La femme constitue la moitié de la société et l’homme l’autre moitié. Le proverbe dit :

211- l’homme achète des grains, la femme en fait du pain. Qui pourrait priver la femme de son

212- droit ? Elle est l’artisane des hommes, elle est la mère, la sœur et l’épouse et, sans elle, ils

213- ne prospèrent pas. Le Prophète – que Dieu le bénisse et lui donne la paix – dit : « Les

214- femmes sont les compagnes des hommes ». La femme, c’est celle qui est tendre et

215- affectueuse, elle est la base et le fondement du succès des familles, de leur

216- développement et de leur bien-être.

217- Le bonheur de la femme se reflète positivement sur le bonheur de la famille.

218- Mais cette affection ardente et cette tendresse énorme la rendent incapable – je ne dis pas

219- toujours mais le plus souvent – de contrôler les jeunes garçons quand ils deviennent

220- adolescents, de même que les filles quand elles atteignent un âge plus avancé.

221- La garde, cela ressort de son nom même, concerne un âge précoce et non un âge plus

222- avancé. Il y a des femmes qui portent le bien en elle, tout comme des hommes, et

223- l’inverse aussi.

224- Peut-être que l’âge auquel ce projet est arrivé, après une étude extensive, est le plus

225- adéquat et le plus proche de la raison, de chaque opinion, de sa direction et de son but. Je

226- suis pour l’amendement de la Commission, mais [je souhaite] que cette extension soit

227- telle qu’il n’y ait pas lieu au différend judiciaire et à l’antagonisme, que cette extension

228- que la Commission a proposée se fasse à la demande et dans la chambre de délibération,

229- en sorte qu’aucun des deux époux ne soit contraint à présenter une requête et à la

230- poursuivre en longueur, que s’exprime l’opinion d’un comité de deux arbitres, comme

231- c’est le cas en matière de séparation (un arbitre de sa famille à lui et un arbitre de

232- sa famille à elle) et d’une personne distincte que les deux arbitres choisissent,

233- connu sous le nom de comité d’arbitres, un arbitre de sa famille à

234- lui, un arbitre de sa famille à elle et une personne distincte que choisissent les deux

235- arbitres. Peut-être le bien viendra-t-il de cela, Dieu est le Conciliateur. L’instruction n’a

236- pas de rapport avec ce sujet. Merci.

7Contrairement à l’oratrice, le député excipe tout d’abord d’une pertinence commune, c’est-à-dire des idées fondamentales et largement partagées sur l’organisation de l’activité humaine et la manière normale de se comporter dans la vie quotidienne : le fait que les femmes sont trop « maternelles » pour bien éduquer les adolescents. L’intervention du député, de nature nettement « patriarcale », porte, non plus sur les droits de l’enfant, mais sur ses devoirs. Il évoque le contrôle des jeunes garçons, mais aussi celui des filles devenant adolescentes. L’allusion au risque d’inconduite est, ici, évidente. La justification est implicite : le député se fonde sur ce qu’il considère comme une évidence commune, la nature des femmes ; Wa‘d Khaddâm, elle, renvoyait au droit des enfants à mener une vie protégée.

8Nous voyons dès lors comment le débat parlementaire fonctionne sur le mode de la solidarité sans consensus : solidarité sur les termes fondamentaux (modernité, droit, intérêt de l’enfant) ; dissensus sur les conséquences à en tirer (mère vs père). C’est, en quelque sorte, à une compétition sur la maîtrise de la définition des éléments propres à un dispositif catégoriel que nous assistons. Le dispositif en question est celui de la famille, avec sa collection d’éléments, dont certains sont appariés (père-mère, enfants-parents, frères/sœurs-frères/soeurs). Des activités sont liées aux catégories de ce dispositif : se marier, divorcer, vivre ensemble, éduquer, garder, entretenir, etc. Ce sont les relations entre les différents éléments appariés et les activités qui sont liées au dispositif et à ses catégories qui constituent l’enjeu de ce conflit, non pas de catégorisation, mais d’« attribution » des droits et devoirs liés à ces catégories tenues en partage. Ainsi, les catégories de sens commun trouvent à se déployer de manière clivée, sur la base des mêmes composantes et des mêmes jeux de rattachement, en prétendant toujours à la normalité/naturalité des configurations relationnelles qu’elles établissent. Ce que l’on observe, de la sorte, c’est l’existence de deux types symétriques de conflits : d’une part, les conflits de catégorisation (par exemple, la qualification d’« enfant », de « père », de « mère ») ; de l’autre, les conflits d’attribution, où ce n’est plus l’appartenance à une catégorie qui pose problème mais la détermination des droits et devoirs normaux/naturels qui s’y rattachent.

9Notons que les discours peuvent être porteurs de plusieurs pertinences, même si l’une d’elles semble occuper une place majeure. Cette agglutination pratique des pertinences est, pour une large part, liée à la dimension argumentative des propos. L’argumentation, c’est l’usage d’assertions prétendant à la validité (Elster 2005, p. 59). Ceci n’implique pas que l’argumentation soit moniste, au sens où l’on ne justifierait une proposition que par une seule raison. Au contraire, les raisons s’étayent du fait même de l’agglutination des pertinences, de sorte que même la pertinence islamique, que l’on pourrait croire suffisante, ne l’est pas. C’est ce que montre le discours de la députée Hûdâ al-Humsî :

Extrait (Syrie, lignes 81-141)

Mme Hûdâ al-Humsî

81- Monsieur le Président – Chers collègues.

82- Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux

83- « Notre Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants la joie des yeux et fais

  • 1 NdT : Coran, 25:74.

84- de nous un guide pour les pieux »1

85- Vérité du Dieu Majestueux

86- La Loi islamique (sharî‘a islâmiyya) indulgente confirme que la femme est un être

87- humain doué de dignité et d’une personnalité juridique indépendante. Elle a pratiqué,

88- depuis l’émergence de l’islam, c’est-à-dire depuis plus de mille quatre cents ans, la

89- politique, l’allégeance et le combat sur la voie de Dieu. Elle n’a jamais été éloignée des

90- affaires de la société et de la vie publique

91- Et Dieu – gloire à Lui le Très-Haut ! - quand Il a créé l’être et a créé un mode de vie et de

92- subsistance complémentaire, a regardé les gens avec équanimité, qu’ils soient hommes ou

93- femmes, et Il n’a pas distingué entre eux. Tous deux se complètent dans cette vie et

94- chacun a sa place.

95- Je demande protection à Dieu contre Satan le Lapidé

96- Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux

97- « Et celui qui fait de bonnes œuvres, homme ou femme, tout en étant croyant, ceux-là

  • 2 NdT : Coran, 4:124.

98- rentreront au Paradis et ne subiront pas l’injustice, fût-ce d’un creux de noyau »2

99- Vérité du Dieu Majestueux

100- (sourate des Femmes, verset 124)

101- L’Envoyé de Dieu – que Dieu le bénisse et lui donne la paix – a particulièrement

102- mentionné le dévouement de la mère, si bien qu’il a ordonné à celui qui lui posait la

103- question : ô Envoyé de Dieu, quelle est la personne la plus digne de mon compagnonnage

104- vertueux ? Il a dit : ta mère ; il a dit : qui ensuite ? Il a dit : ta mère ; il a dit : qui ensuite ?

105- Il a dit : ta mère ; il a dit : qui ensuite ? Il a dit : ton père.

106- Et parmi les propos de notre seigneur Jésus – sur lui soit la paix – dans la sourate de

107- Marie :

108- Je demande protection à Dieu contre Satan le Lapidé

109- Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux

  • 3 NdT : Coran, 19:32.

110- « Et la bonté envers ma mère, et Il ne m’a fait ni violent ni malheureux »3

111- (sourate de Marie, verset 32)

112- Il est rapporté par un des Compagnons que chaque fois qu’il s’en allait de chez sa mère, il

113- la saluait et disait :

114- « La paix soit sur toi ô mère, et la clémence de Dieu et Ses bénédictions, Dieu te fut

115- Clément de la façon dont tu m’as élevé [quand j’étais] petit ; et elle lui répondait en

116- disant :

117- sur toi soit la paix et la clémence de Dieu et Ses bénédictions : Dieu te fut Clément de la

118- façon dont tu m’as aimée filialement [quand tu étais] grand ».

119- (al-Adab al-mufrad de Bukhârî)

120- Dans les Lois célestes, est révélé ce qui est pour le bien de l’être humain et pour la

121- réalisation de la justice dans la société. Elles sont fondées sur ce qu’il y a de bon dans les

122- êtres humains. Les êtres humains sont toutefois faillibles et vulnérables, c’est pour cela

123- qu’il faut nécessairement que soit promulgué un texte organisateur qui règle les relations

124- des gens entre eux, et cela aussi à l’intérieur d’une seule et même famille.

125- Le projet de loi d’élévation de l’âge de la garde n’est pas une demande féminine. C’est

126- une aspiration de la femme aussi bien que de l’homme. Les femmes sont les compagnes

127- des hommes. L’homme, c’est le fils, le frère, l’époux et le père. Nous autres, par la grâce

128- de Dieu, nous jouissons dans cette région de liens familiaux importants qui font de nous

129- une société cohésive. Il est de notoriété dans notre pays que le père a de la peine lors du

130- mariage de sa fille, de peur qu’elle ne s’en aille vers une vie qui ne puisse s’apparenter à

131- celle que son père lui a offerte. C’est comment, alors qu’il la voit dans certains cas, elle

132- qui s’est habituée à lui, souffrir de la séparation, qu’il [en vient à] la garder [avec lui].

133- L’élévation de l’âge de la garde est à 15 ans pour la fille et à 13 ans pour le fils, après

134- quoi ils ont atteint un degré de développement psychique prescrivant de leur laisser le

135- libre choix de vivre chez leur mère ou chez leur père. C’est ce qu’a indiqué l’Envoyé –

136- que Dieu prie sur lui et lui donne la paix – quand lui est venue une femme qui a dit :

137- ô Envoyé de Dieu :

138- « Mon époux veut partir avec mon fils alors qu’un puits [qui] arrose ses raisins m’est

139- profitable. L’Envoyé a dit au fils : c’est ton père et c’est ta mère, prends la main de celui

140- des deux que tu veux. Il a alors pris la main de sa mère et elle s’est éloignée avec lui ».

141- Merci.

10Alors que, dans les deux discours précédemment cités, un seul faisait allusion au droit islamique, le discours de Hûdâ al-Humsî se situe résolument dans le registre de la pertinence islamique. Cette pertinence remplace la pertinence sociologique à l’intérieur d’un raisonnement semblable, si bien que le syllogisme prend la forme suivante : (a) l’intérêt de l’enfant est d’être gardé en fonction de ses besoins spécifiques ; (b) dans une société islamique, c’est la mère qui assure au mieux la protection des intérêts de l’enfant ; (c) le droit islamique veille donc à l’intérêt de l’enfant en prolongeant la durée de sa garde maternelle. La même forme syllogistique peut ainsi être investie par des pertinences différentes, ce qui veut dire que les pertinences sont dépendantes de formes de raisonnement qui leur sont extrinsèques.

11Dans l’ordre du raisonnement argumentatif pratique, les principes, les règles et les procédures liés à des pertinences dépendent ainsi de la dynamique d’une démonstration et de l’état de fait posé par la prémisse. En ce sens, les pertinences ne sont pas directrices, mais plutôt régulatrices : elles proposent des ajustements et des formulations acceptables par autrui ou qui s’imposent à lui, compte tenu d’une téléologie qui lui échappe en partie. C’est ici que l’on peut retrouver Elster et sa notion d’argumentation stratégique. Il est en effet clair que, dans les deux discours de Khaddâm et Humsî, l’accent est mis sur la validité du raisonnement avancé. Apparaît toutefois en filigrane l’objectif pratique (et évident dans un cadre parlementaire) d’appuyer le projet d’élévation de l’âge de la garde par la mère et d’ainsi amener une majorité de parlementaires à voter en ce sens. Une assemblée parlementaire est, par définition, composite. Il est bien peu probable qu’elle puisse être acquise unanimement à une seule cause soutenue par un argument unique. Il est en revanche probable qu’il faille trouver le moyen d’amener d’autres composantes du paysage parlementaire à se rallier à la cause que l’on porte. À cet effet, il convient aussi bien de négocier des compromis que d’argumenter stratégiquement. L’un des instruments les plus efficaces semble être, de ce point de vue, l’imposition d’un régime de solidarité négative (Ferrié 2004), c’est-à-dire d’un registre auquel on est astreint de l’extérieur, par le simple jeu d’une énonciation qui le projette à l’avant-plan et dont on peut difficilement se soustraire, quelles que soient ses préférences personnelles. En d’autres termes, les pertinences favorisent un impératif d’alignement sur des principes, des règles et des procédures indépendamment de ce que les gens pensent individuellement, mais de manière dépendante de ce qu’ils pensent que les autres pensent. Dans la logique du mécanisme décrit par Elster (2005), l’argumentation déborde ainsi du domaine de l’énonciation de propositions valides, c’est-à-dire à même de convaincre un auditeur raisonnable, pour rentrer dans celui de l’énonciation de propositions contraignantes, c’est-à-dire à même d’induire un alignement sur la position qu’elles soutiennent.

12Dans le débat qui nous occupe, la question de la pertinence du registre islamique n’est jamais posée. Elle est, au contraire, constamment avancée, sur le mode de l’évidence, comme dans l’intervention de Humsî qui voit se succéder des références religieuses donnant au discours la force d’un argument d’autorité, ou sur celui de l’argumentation, comme dans l’intervention de Muhammad al-Habash, que nous reproduisons ci-dessous :

Extrait (Syrie, lignes 149-197)

M. Muhammad Habash

149- Monsieur le président – Chers collègues.

150- L’article 2 de la constitution de la République arabe syrienne stipule que la religion du

151- Président de la République est l’islam. Le deuxième paragraphe de l’article 3 stipule que

152- le droit (fiqh) islamique est une source principale parmi les sources de la législation.

153- En réalité, la question de la garde, comme le savent les spécialistes, fait partie des

154- questions sur lesquelles la Loi (sharî`a) ultime n’a pas voulu prononcer de

155- propos définitif. Il n’y a pas de texte, ni dans le Saint Coran, ni dans la noble Sunna, qui

156- définisse l’âge de la garde. Dès lors, les vénérables jurisconsultes des

157- différentes écoles se sont lancées dans la définition de l’âge de la garde, du choix des

158- Shâfi‘ites pour [l’âge] de sept ans pour le garçon et dix ans pour la fille au choix des

159- Mâlikites qui ont été jusqu’à dire que la garde du jeune homme [allait] jusqu’à sa

160- majorité et pour la fille jusqu’à ce qu’elle se marie. Al-Hasan al-Basrî a même été au-delà

161- en prolongeant la garde de la fille même si elle se mariait.

162- De toute manière, les options du droit islamique sont larges sur cette question et je pense

163- que, quand nous ouvrons le corpus de droit islamique dans son ensemble et sans réserve,

164- nous trouvons les options qui conviennent à toute époque et à tout lieu. Pour ce qui est du

165- projet de loi qui est entre nos mains, j’ai participé à la discussion qui a eu lieu à la

166- commission des affaires constitutionnelles et législatives et j’ai été heureux du respect

167- [manifesté] par tout le monde pour le droit islamique comme source de la législation et de

168- l’attention [portée] aux options des imâms – sur eux soit la satisfaction de Dieu. En fait,

169- le [résultat] auquel la Commission est arrivée dans la définition de la durée de la garde à

170- onze ans pour le garçon et à treize ans pour la fille représente un pas

171- positif. Toutefois, s’agissant du paragraphe b de l’article (le juge a le droit d’étendre la

172- durée de la garde à treize ans pour le garçon et à quinze ans pour la fille s’il lui paraît que

173- l’intérêt de l’enfant gardé l’impose), je propose de ne pas soumettre cette disposition

174- parce qu’elle contraint la femme à en référer au juge pour la prolongation de sa garde des

175- enfants, alors que l’homme est davantage en mesure d’en référer au juge.

176- Pour cela, je propose que la disposition soit comme suit : (la durée de la garde s’achève

177- quand le garçon a atteint l’âge de treize ans et la fille l’âge de quinze ans). Je pense que

178- cet âge est celui qui correspond aux exigences et besoins qu’a la fille d’être sous la

179- surveillance de sa mère, à cet âge précis, tandis que le garçon a besoin d’être à l’ombre de

180- son père à treize ans pour plonger dans les tribulations de la vie, pour qu’il se prépare et

181- s’entraîne à ses échéances.

182- Je pense qu’il est utile que la durée de la garde du garçon soit de 13 ans et soit limitée

183- pour la fille à 15 ans, et qu’en référer au juge revienne à l’homme qui est plus apte à cela,

184- sachant que la loi a stipulé les échéances de la garde et qu’il est possible à l’homme de

185- réduire la garde s’il existe des causes impératives. C’est pourquoi j’engage à ce que nous

186- soyons à la recherche de la justice. La justice absolue, c’est quelque chose qui n’existe

187- pas, sauf chez Dieu Tout-Puissant. Nous nous efforçons de la chercher. De nombreuses

188- mères ne peuvent pas veiller sur un enfant plus de deux ans et de nombreux pères ne sont

189- pas en mesure de veiller sur un enfant.

Le président – interrompant

190- Cher collègue Muhammad, votre proposition est de supprimer la

191- mention (le juge a le droit d’étendre… etc.) et que [l’article] soit adopté sans elle. Est-ce

192- que ce n’est pas le résumé du propos ?

M. Muhammad Habash – poursuivant

193- Pour que je sois clair, je demande que l’article soit adopté comme suit :

194- (la durée de la garde s’achève quand le garçon a atteint l’âge de treize ans et la fille l’âge

195- de quinze ans) et la suppression complète du paragraphe b. Je marque ma sympathie pour

196- l’opinion de mon ami Monsieur ‘Abd al-‘Azîz al-Shâmî avec qui je suis d’accord quant à

197- cette option. Merci.

13L’intervention de Habash se présente comme une véritable argumentation fondée juridiquement. Elle inscrit, en effet, la légitimité du recours à la pertinence islamique dans la constitution elle-même. En ce sens, elle ne s’impose pas par l’effet d’une solidarité négative, mais par un critère de légalité. Il s’agit donc plutôt d’une solidarité positive, au sens où l’entend Locke, c’est-à-dire d’une solidarité fondée sur la citoyenneté et la moralité (islamique dans notre cas) d’individus œuvrant à la réalisation de l’intérêt général (Ferrié 2006).

14L’argumentaire de Habash suit le cours suivant : (1) le droit islamique est constitutionnellement une source de la législation syrienne ; (2) la question de l’âge de la garde relève du droit islamique, mais celui-ci n’a pas établi de règle intangible en la matière ; (3) il est important de légiférer dans le respect de l’islam ; (4) toute élévation de l’âge de la garde va dans le bon sens ; il faut toutefois tenir compte de l’accès inégal à la justice de l’homme et de la femme ; (5) mieux vaut donc éviter d’avoir à en recourir au juge et élever cet âge à sa limite « naturelle », qui varie entre filles et garçons ; (6) l’Assemblée à le devoir de tendre vers la justice, même si cela ne peut être absolu ; (7) il faut donc établir des principes, mais aussi faire en sorte qu’ils ne soient pas trop rigides. On remarquera, en premier lieu, l’agglutination des pertinences. L’argumentation de Habash s’inscrit au temps (1) dans la double pertinence du droit et de l’islam ; aux temps (2) et (3) c’est la seule pertinence islamique qui est invoquée ; aux temps (4) et (5), on entre dans le registre de la pertinence commune, en ce sens qu’il s’agit de considérations relevant de la factualité observable ; le temps (6) relève, pour sa part, de la pertinence démocratique, dans la mesure où il s’agit d’un devoir lié à l’activité parlementaire. Sur cette séquence plus longue que les syllogismes précédemment observés, nous pouvons constater comment une même démonstration est soutenue par plusieurs pertinences. On peut aussi constater que les énoncés ne se fondent pas logiquement dans l’énoncé précédent. C’est ainsi que (4) ne se fonde pas dans (3), même s’ils sont chacun une étape de la même démonstration. S’orienter vers une pertinence permet donc d’insérer des propositions pouvant prétendre à la validité commune, sans être pour autant être causalement dépendantes de la proposition précédente. Nous sommes en quelque sorte dans une forme de raisonnement qui n’est pas du type a + b = c mais du type a, b = c.

15Habash produit un faisceau de pertinence afin de soutenir son évaluation normative de l’âge normal de la garde des enfants par la mère (15 ans pour la fille, 13 ans pour le garçon). C’est en cela précisément qu’il se distingue de l’intervention précédente de Humsî, qui s’articulait à partir d’un simple syllogisme. Habash, lui, vise à faire correspondre, dans une démarche jusnaturaliste par excellence, nature, société, loi morale et loi divine. À la question du président qui l’interrompt, lui propose une synthèse de ce qu’il vient de dire et lui en demande confirmation, Habash donne une réponse technique et s’aligne sur la position d’un autre membre du Parlement (Shâmî). Ce dernier ne prend pas part au débat, ce qui laisse supposer qu’il est absent. Ce faisant, l’intervention de Habash montre comment le débat s’inscrit dans une séquence longue ou, si l’on préfère, un « contexte contextualisé » (Dupret 2006) où prennent place d’autres interventions relatives au même objet (qui forment, toutes ensemble, une trame de pertinences ; voir supra). C’est illustratif d’une des multiples façons dont les discours trouvent à se configurer intertextuellement et à s’appuyer les uns sur les autres, créant sans cesse le contexte de leur validation. L’incorporation de la voix d’autrui (Shâmî), d’une tradition textuelle (Hasan al-Basrî), de références dogmatiques abstraites (les Shâfi‘ites et les Mâlikites) et de la constitution permettent à Habash de proposer un discours argumenté dont la validité procède du cumul agglutinant de pertinences.

Le caractère agglutinant des pertinences

  • 4 Il convient de noter que la Loi religieuse (sharî‘a) jouit d’un statut constitutionnel en Égypte, (...)

16Une caractéristique majeure du travail parlementaire réside donc dans l’orientation des députés vers des pertinences multiples, agglutinantes et entremêlées. Prenons, maintenant, un débat qui a eu lieu, en janvier 2000, en Égypte, à l’Assemblée du Peuple. Celui-ci portait sur l’adoption d’une loi réformant certains aspects procéduraux du droit de la famille (aussi appelé droit du statut personnel). Une des dispositions du projet débattu (l’article 20) introduisait une forme particulière de divorce, le khul‘, en vertu duquel une femme peut obtenir du juge un divorce automatique en échange de sa renonciation à tous les avantages matériels issus du mariage. Le prononcé du divorce est de droit, après une tentative de réconciliation et la déclaration explicite par l’épouse que le maintien du lien conjugal lui est intolérable et qu’elle craint de ne pouvoir appliquer les prescriptions de Dieu en raison de son aversion pour son mari. À l’instar de la répudiation, le khul‘ permet une rupture unilatérale du lien matrimonial, mais elle intervient cette fois à l’initiative de l’épouse. C’est cet aspect unilatéral, négligeant l’avis de l’époux, qui fut principalement discuté au parlement, avec en arrière-plan la question de la conformité de la disposition avec le droit islamique4.

17Un exemple clair de l’agglutination des pertinences est donné par l’intervention de du ministre des Waqfs :

Extrait (Égypte/Khul‘)

Je précise qu’il y a une très grande différence entre le khul‘ et le divorce pour cause de

préjudice et nous devons être conscients du fait que le recours à la justice au cas où les

époux ne parviennent pas à un accord en la matière est une procédure légale qui ne contredit

en rien la charia.

18Son propos relève de la simple pertinence juridique. Il s’agit, en effet, de distinguer deux formes de dissolution du lien matrimonial. Pourtant, sa conclusion – sans que les prémisses ne l’impliquent – consiste à affirmer la conformité du khul‘ à la charia, c’est-à-dire à s’aligner sur la pertinence islamique.

19Un autre exemple figure dans l’intervention d’un membre de l’Académie de recherches islamiques :

Extrait (Égypte/Khul‘)

L’article objet de la discussion doit être adopté tel quel. L’approbation de l’Académie de

recherches islamiques coupe court à toute divergence et règle les différents ; il n’est absolument

pas permis de priver la femme du droit au khul‘ que lui confère la charia.

20L’intervenant fonde ici la nécessité de voter sur le résultat d’un avis qui relève à la fois de la pertinence islamique (l’avis de l’Académie de recherches islamiques) et de la pertinence démocratique (un avis adopté à la majorité par un vote intervenant après une discussion longue et ouverte). En outre, il entrelace subtilement ces deux pertinences, démocratique et islamique, pour aboutir à un argument de type jusnaturaliste affirmant l’impératif de ne pas priver un être humain d’un droit qui lui est accordé indépendamment de la société (l’impossibilité de dépouiller la femme de son droit). C’est une forme simplifiée de la figure du faisceau de pertinence que nous venons d’observer dans le débat syrien.

21Dans le débat portant sur « l’affaire Fârûq Husnî », dont nous avons déjà analysé des extraits, différents registres de pertinence sont utilisés. Le fait que la séance soit inaugurée au nom de Dieu établit d’emblée la légitimité du recours à la pertinence islamique. Qu’elle le soit aussi, légalement, au nom du peuple garantit parallèlement la validité de la pertinence démocratique, c’est-à-dire du respect du principe représentatif. Une fois de plus, nous constatons que le caractère agglutinant des pertinences répond à la configuration du contexte, la référence à Dieu, à l’islamité ostentatoire de mise en Égypte, et la référence au Peuple, au cadre institutionnel. De ce point de vue, certaines pertinences assurent la « modalisation » (au sens de Goffman 1991) des autres pertinences évoquées. En effet, les pertinences ne sont jamais données une fois pour toutes et valides en tant que telles, elles demeurent toujours émergentes. La seule invocation de la légitimité d’un registre de pertinence ne suffit pas à en assurer l’actualité ; il convient encore qu’il fasse l’objet d’une actualisation, d’un ajustement aux contours de la situation. La faculté de rajouter des pertinences permet de réaliser cet ajustement. Toujours dans ce débat, ce sont également des pertinences identitaires qui trouvent à s’afficher, qu’il s’agisse de l’identité égyptienne ou du nationalisme arabe. Ainsi, les registres de pertinence sont-ils multiples, imbriqués, modulables. Il faut les considérer à l’instar d’un jeu de construction évolutif, qui autorise l’adjonction de pièces mais où les possibilités d’adjonction sont dépendantes de l’architecture. Il en découle, ainsi que nous le notions, que seule l’étude de leur déploiement contextuel permet d’en mesurer l’importance et d’en observer le mécanisme. On ne peut ainsi pas prétendre faire avec les pertinences ce qu’un culturaliste interprétativiste – un Geertz, par exemple – ferait avec les cultures. Les pertinences ne se lisent pas comme un livre mais comme une performance sur un thème et dans un lieu, c’est-à-dire comme une improvisation guidée par la contextualité.

Extrait (Égypte, lignes 138-148)

M. l’honorable Député ‘A.D.I.’Abd al-Ghânî (‘Alâ’‘Awajah)

138- Monsieur le Président ceci est un sujet de la plus haute importance et

139- État islamique. Oui, notre constitution stipule que la charia est la

144- source principale de la législation. Oui, nous sommes tous

145- musulmans. Oui, nous tenons tous à la religion islamique, à la

146- prédication islamique et aux principes de l’islam. Pour nous

147- tous, notre relation à Dieu – qu’Il soit loué et exalté ! – est la relation

148- de tout individu musulman zélé à sa religion.

22Cet extrait manifeste l’étroite articulation des pertinences islamique et constitutionnelle et, de manière implicite, démocratique. L’affirmation de ce que l’Égypte est un État islamique renvoie aussi bien à une appartenance religieuse qu’à la disposition de la Constitution qui stipule, à son article 2, que la Loi islamique (charia) est la source principale de la législation, ce que l’orateur exploite pour souligner l’inscription du droit dans le cadre islamique. Le propre de la mobilisation d’un registre de pertinence est ainsi de projeter à l’avant-plan les termes dans lesquels le débat va pouvoir se déployer, tant et si bien qu’il devient impossible d’y prendre part autrement qu’en recourant aux ressources qu’il offre. C’est en ce sens que les pertinences procèdent à l’établissement de formes de solidarités négatives cumulatives qui circonscrivent ce qu’il est possible et impossible de dire. Que ce soit de manière consensuelle, pour marquer un désaccord ou par défaut, les termes du débat sont donc établis et il devient impossible d’y échapper. Cette projection à l’avant-plan recourt elle-même à diverses techniques rhétoriques telles que la scansion ( « Oui, nous… ») et la liste (« … tenons à la religion islamique, à la prédication islamique et aux principes de l’islam »).

23Les pertinences démocratique (qui s’articule au principe majoritaire) et constitutionnelle (qui s’articule au principe de légalité) constituent assurément un registre de choix sous la coupole de l’Assemblée du Peuple :

Extrait (Égypte, lignes 692-715)

M. l’honorable Député M.‘A.H. Dâwud

692- … c’est l’Assemblée du Peuple que le peuple a choisie

693- et c’est le ministre qui nous vient de l’époque du gouvernement

  • 5 ‘Âtif Sidqî fut Premier ministre de 1986 à 1996. Fârûq Husnî est ministre de la Culture depuis 1987

694- de ‘Âtif Sidqî5. Chaque Premier ministre qui est venu se

695- retrouvait avec un ministre imposé, Fârûq Husnî, celui qui peut

696- aujourd’hui mépriser la volonté du peuple d’Égypte, qui est la

697- terre d’al-Azhar, qui est la source de l’islam, qui est le phare de

698- l’islam. Aujourd’hui, nous nous levons pour protester contre

699- l’atteinte au voile en France ou dans n’importe quel pays.

700- Aujourd’hui, que ferons-nous, Monsieur le Président, comme

701- peuple d’Égypte, et qui répondra aux députés de l’Assemblée du

702- Peuple égyptien, de la majorité et de l’opposition ? Parce qu’il y

703- a une atteinte aux fondements de la religion, Monsieur le

704- Président. C’est ce qu’a dit le Dieu glorifié, le Très-Haut, ce

705- n’est pas Ahmad Nazîf qui l’a dit, non, Monsieur le Président, on

706- ne peut pas laisser passer ce sujet avec indifférence, sinon

707- l’islam sera un objet de moquerie pour le gouvernement du Parti

708- National. En même temps, je remercie mes collègues, les

709- députés du Parti National, les députés de l’opposition et les

710- indépendants, parce qu’il y a une position commune contre un

711- ministre qui a porté atteinte à la religion vraie.

712- Monsieur le Président, je suis prêt au martyr sur le chemin de la

713- religion et je suis prêt au martyr sur le chemin de la Nation, mais

714- je ne suis pas prêt au martyr sur le chemin…•. Merci Monsieur

715- le Président.

• À l’endroit des points, des propos qu’il a été décidé de supprimer (sic).

24Cette intervention est l’une des prises de position les plus explicitement politiques de la séance. Il n’est pas indifférent de savoir que son auteur est membre de l’un des partis d’opposition ultra-minoritaires de l’Assemblée du Peuple (Néo-Wafd). Son argumentaire consiste à établir un contraste entre les représentants de la Nation élus à l’Assemblée, issue de la volonté populaire, et Fârûq Husnî, membre inamovible du gouvernement égyptien depuis une vingtaine d’années. Sur la base de ce contraste, l’orateur entend faire ressortir le caractère imposé de la présence du ministre de la Culture et son indifférence à la volonté populaire. La volonté populaire est alors mise en équivalence de la nature islamique de l’Égypte, laquelle est soulignée par une liste de trois ( « [L’Égypte] qui est la terre d’al-Azhar, qui est la source de l’islam, qui est le phare de l’islam »). L’orateur crée ici un deuxième contraste entre le gouvernement qui, si le Parlement n’y prête garde, pourrait en finir par se moquer de l’islam, et les députés, toutes tendances confondues, qui font barrage aux atteintes à « la religion vraie ». En conclusion, le député procède à une dernière liste de trois où le martyr pour l’islam ou la Nation est opposé au martyr pour une vision perverse de la société. L’ensemble de l’intervention de Dâwud apparaît ainsi organisée autour de l’idée, d’une part, de la légitimité démocratique de l’Assemblée du Peuple qui, émanation de la volonté populaire, ne peut qu’être fidèle à la conception « vraie » de la religion et constitue, partant, l’ultime gardien de son respect et, d’autre part, l’illégitimité des gouvernements successifs auxquels le ministre de la Culture est imposé, dépourvus de représentativité populaire et donc toujours susceptibles de tourner la religion en dérision. Le registre de pertinence démocratique permet d’établir une ligne de partage entre la représentativité, émanant du principe électif, et l’autoritarisme, et son association au registre de pertinence islamique lui permet de mettre en équation démocratie et islamité authentique. Nous avons affaire, de nouveau, à un faisceau de pertinence : pertinence démocratique, pertinence islamique et pertinence nationale (affirmer que l’Égypte est la source de l’islam ressortit pour le moins du nationalisme). Et s’il est clair que la pertinence la plus mobilisée – celle vers laquelle s’orientent la majorité des propos – est la pertinence islamique, la pertinence modalisatrice est, néanmoins, la pertinence démocratique, puisque le nœud de l’argumentation est l’illégitimité du ministre par rapport à la légitimité des représentants élus du peuple, et que seule cette formulation de la situation et ce qu’elle implique contextuellement – une enceinte représentative – fonde l’intervention du député.

25L’usage de cette pertinence apparaît en outre plus directement lié au phénomène sur lequel nous reviendrons, les audiences. Cette orientation vers les audiences est d’autant plus marquée que les débats sont soit retransmis à la télévision, soit rapportés dans la presse. Parler en public, c’est ainsi toujours parler aux publics. L’ouverture sur les audiences est donc un des éléments structurants de l’ordre parlementaire (Heurtin 1999). Elle exerce une contrainte sur les propos et les positions des élus, dans la mesure où ils agissent, notamment lors des séances publiques, sous le regard générique de leurs électeurs ainsi que des personnes, identifiées de manière spécifiques, qui peuvent avoir une influence directe sur leur carrière personnelle comme sur la carrière de leurs idées ; certaines pertinences, telle la pertinence nationale, manifestent cette dépendance et cette orientation. C’est ce que montre l’extrait suivant, tiré d’un débat qui s’est tenu au Parlement afghan :

Extrait (Afghanistan)

M. Muhammad Yunis Qanuni

Chers députés, aujourd’hui le peuple afghan vous regarde attentivement

pour voir comment les premiers jours de l’Assemblée se déroulent

26L’évocation du peuple afghan apparaît, ici, très différente de l’évocation du peuple – « Au nom du Peuple » – qui permet d’ouvrir les débats au Parlement égyptien et qui relève de la pertinence démocratique, par la référence aux constituants de la représentation, ainsi que de la pertinence constitutionnelle, en ce qu’elle permet d’ouvrir les débats. Dans le cas qui nous occupe, l’évocation du peuple sert à rappeler que le peuple est le témoin de ce qui se dit et se fait au Parlement. Cette orientation vers une audience explicitement couplée à une pertinence apparaît de manière plus emphatique dans le discours de l’orateur suivant :

Extrait (Afghanistan)

Mme Malalai Joha

Avec la permission de nombreux députés véritablement élus par notre Peuple

et en remerciant mes chers compatriotes qui m’ont fait confiance

pour être le porte-parole de leurs peines

27On note que, dans ces deux cas, l’audience est étroitement liée à l’évocation d’une pertinence, la pertinence nationale. C’est le peuple afghan qui regarde les députés et le peuple afghan qui les élit. Contrairement à la pertinence démocratique qui fait référence à des pratiques relevant du système représentatif, de l’élection, de la prise de parole, indépendamment d’une histoire particulière, la pertinence nationale fait référence à l’histoire du pays, à ses caractéristiques communément reconnues. C’est ainsi que, quand Muhammad Yunis Qanuni indique que « le peuple afghan vous regarde attentivement pour voir comment les premiers jours de l’Assemblée se déroulent », il fait référence à l’histoire récente de l’Afghanistan, à la mise en place d’institutions nouvelles après la chute du régime des Talibans. C’est aussi à cette histoire récente que fait allusion Malalai Joya dans sa longue liste introductive :

Extrait (Afghanistan)

Mme Malalai Joha

Au nom de Dieu et que l’âme des martyrs de la liberté du pays soit en paix

et le salut sur pères, mères, frères, femmes, hommes et enfants

qui ont perdu leurs proches durant la guerre d’invasion,

à cause de l’égoïsme des groupes militaires dans le dernier quart de ce siècle

28À Chaque fois, le recours à la pertinence nationale s’accompagne de la désignation d’une audience, ce qui consiste à asseoir l’aspect intrinsèquement contraignant de la pertinence sur la présence d’un public concerné plutôt que simplement sur elle-même. Ce procédé est intéressant en ce qu’il suggère que même l’évocation emphatique de l’histoire et des devoirs par rapport à des idéalités comme l’« âme des martyrs » ou le « peuple afghan » s’accompagne d’un mécanisme d’actualisation causale, indiquant implicitement pourquoi il faut en tenir compte. Dans l’ordre discursif régulé par les pertinences, les « sacralités » – la religion, la Nation, etc. – apparaissent ainsi contenues dans les raisons de leur actualisation. On remarquera, pour conclure cette section, que l’agglutination des pertinences permet l’appropriation du propos non seulement à la situation, mais également aux différents états envisageables de l’opinion.

Remarques conclusives

29L’observation des pertinences nous permet de saisir la nature du lien pratique entre le discours et la « réalité ». Il existe deux grands types d’explications : selon le premier, les discours prennent leur source dans des systèmes d’idées que l’on peut retrouver derrière les énoncés particuliers, ces systèmes sont réels et ils structurent les actions ; selon le second, les discours ne sont que l’emballage de rapports de force et de stratégies qui trouvent ailleurs leur explication. Il y a, si l’on veut, une conception culturaliste du discours qui s’oppose à une conception structuraliste de la « réalité » (nous y reviendrons).

30La conception culturaliste des discours donne l’apparence de rendre justice aux idées, mais elle confond le commerce quotidien des idées, au sens où l’entend Winch (2009, p. 77) pour qui « les relations sociales sont des expressions des idées touchant la réalité », avec les systèmes de pensée, au sens où l’entend, par exemple, l’histoire des idées. Pour l’histoire des idées, les idées ne sont pas tant les « idées touchant à la réalité », bref ce qui fait que le monde est intelligible pour tout un chacun, que les « grandes idées », c’est-à-dire les systèmes de pensée élaborés par une personne pour expliquer aux autres de quoi la réalité serait faite. De ce point de vue, un comportement rationnel est forcément quelque chose comme un comportement cartésien, c’est-à-dire un comportement dont on pourrait rendre compte à partir de la pensée de Descartes. Dans la vie quotidienne, cependant, un comportement « rationnel » est un comportement « raisonnable » compte tenu des circonstances et considéré comme tel par les gens. Raisonnable ne signifie pas autre chose que « compréhensible par autrui comme approprié à la situation ». En effet, un comportement qui ne serait rationnel que pour soi ne serait rationnel pour personne, comme une règle que l’on serait seul à connaître et à suivre ne serait pas une règle que l’on suivrait. Il en découle que les idées qui « gouvernent le monde » ordinaire sont d’une nature différente que les « grandes idées » qui régissent l’histoire des idées. Elles sont comparables à des mots plutôt qu’à des phrases. Un mot, en effet, circonscrit un certain nombre de possibilités, mais c’est son insertion dans une phrase qui lui donne un sens actuel. Le mot « puits », dans le vers d’Emily Dickinson « Qu’un puits recèle de mystère ! », n’a pas le même sens que le mot « puits » dans un rapport agronomique qui établit que « le puits est tari ». En même temps, on ne peut pas tout faire de ce mot. On peut en surdéterminer ou en sous-déterminer le sens, comme le montre Livingston (1995) – un puits peut recéler du mystère – mais, à moins d’être un poète surréaliste recherchant une image surprenante, on ne dira pas de lui qu’il est un moteur à explosion. Les mots disposent en ce sens d’un champ sémantique préexistant à leurs actualisations dans des phrases. L’acceptabilité de celles-ci est fixée par des règles d’usage, mais la contrainte qu’elles imposent tient plutôt à ce que l’on ne peut pas faire compte tenu de ce qu’est un puits plutôt qu’à ce qu’on doit nécessairement faire. Les « grandes idées » nous font précisément croire que les idées sont des textes ou des esprits objectifs, alors qu’elles ne sont précisément que ce qui sert à les désigner, à s’orienter vers elles, autrement dit : des mots.

31Les pertinences nous aident ainsi à adopter une conception déflationniste des idées, parce qu’elles sont, comme les mots, une orientation vers un ensemble de possibilités prédéterminées ; le produit de cette orientation est une actualisation de l’idée dans un cours d’action et dans un discours précis. Cette actualisation est régulée par des attentes explicites et implicites, telles qu’elles sont notamment manifestées par des audiences. Le contenu d’une idée est donc toujours restreint et engagé dans un segment déterminé du réel, comme un mot est engagé dans la phrase qu’il contribue à formuler. Ce dernier caractère rend difficile, voire impossible, de décrire les idées indépendamment de la multiplicité de leurs occurrences. Ceci aussi, les pertinences contribuent à nous le montrer. Elles nous permettent de comprendre que les idées (les principes, les valeurs, les normes) auxquelles ont se raccroche sont toujours dépendantes d’un but pratique que l’on poursuit.

32Les idées relevant d’un même répertoire de pertinence n’ont d’autre contenu que celui requis par la situation en cours ; en quelque sorte, elles sont appellées par la situation, contrairement à ce que prétend la conception culturaliste pour qui ce sont les idées qui fabriquent la situation. En outre, les idées ne sont pas exactement cohérentes. Sans doute possèdent-elles un air de famille : tout ce qui ressortit, par exemple, de la pertinence islamique peut sembler plus ou moins appareillable. Ce n’en est pas pour autant nécessairement cohérent, puisque des opinions substantiellement divergentes en relèvent. Il n’existe pas de point de vue unitaire qui soit à la source de ces versions différentes, parce que la source de ces versions réside dans l’action qui les produit. Ce décentrage de l’origine (si l’on peut ainsi dire) apparaît également dans l’agglutination des pertinences. Passer d’une pertinence à l’autre, soutenir l’une par l’autre (les faisceaux de pertinences) ou placer l’une dans l’autre (les pertinences gigognes) n’est possible que si aucune pertinence ne détermine l’ordre du discours. Ce qui détermine l’ordre du discours, c’est le concours flottant des contraintes qui se manifestent au fur et à mesure que les pertinences s’agglutinent et que les orateurs prennent à témoin les audiences qu’ils se donnent.

33Ici se manifeste la relation des idées à la structure d’une manière qui ne fait pas l’impasse sur l’intelligibilité des idées qui sont censées animer les acteurs. L’utilisation des pertinences montre que les orateurs s’orientent de manière constante vers autrui : ils comptent sur des choses qui vont de soi. Compter sur des choses qui vont de soi, ce n’est pas compter sur des choses que l’on pense de manière inconsciente, mais sur des choses que l’on sait être consciemment partagées par tout un chacun. C’est activer des solidarités sur des idées, des principes, des valeurs ou des symboles. Et ce qui fonde ultimement la validité des pertinences, ce n’est pas d’être démontrées, mais d’être partagées.

Notes

1 NdT : Coran, 25:74.

2 NdT : Coran, 4:124.

3 NdT : Coran, 19:32.

4 Il convient de noter que la Loi religieuse (sharî‘a) jouit d’un statut constitutionnel en Égypte, l’article 2 de la loi suprême stipulant que « les principes de la sharî‘a islamique sont la source principale de la législation ».

5 ‘Âtif Sidqî fut Premier ministre de 1986 à 1996. Fârûq Husnî est ministre de la Culture depuis 1987.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search