Version classiqueVersion mobile

Délibérer sous la coupole

 | 
Baudouin Dupret
, 
Jean-Noël Ferrié

Chapitre I

Analyse praxéologique et délibération parlementaire

Texte intégral

1Ce que l’on peut comprendre d’un phénomène est étroitement lié à la manière dont on le considère et aux instruments avec lequel on l’analyse. De ce point de vue, il n’est pas juste de considérer que les différentes approches de la délibération sont cumulatives. Lire les phénomènes avec certains outils, c’est ne voir que les propriétés que ces outils permettent de détecter ; de plus, certaines propriétés n’existent que du point de vue des outils qui en affirment l’existence. Cela ne signifie pas que les phénomènes identifiés par la théorie sont dénués d’existence ; cela signifie que l’ontologie de cette théorie – les êtres sociaux qu’elle identifie – n’est pas l’ontologie des phénomènes. Si je parle, par exemple, de la « classe ouvrière », je ne parle pas des « ouvriers » qui sont devant moi ; je parle des éléments de l’ontologie marxiste. Et si je m’intéresse à la « classe ouvrière », je ne dois pas traiter des « ouvriers » mais de la production de la classification « classe ouvrière » par les sociologues qui usent de ce terme. De même, si je parle du « législateur » comme le font souvent les constitutionnalistes, je ne parle pas du député qui participe au travail parlementaire ; je parle d’un jeu de catégorisation en usage chez les juristes dont on ne peut rendre compte qu’en considérant leur activité et non l’activité d’un parlementaire. Pour comprendre, ce que fait un parlementaire, il faut d’abord s’intéresser au « comment » de son activité. De même, penser la délibération, c’est s’intéresser à ce que font des gens en train de délibérer.

2Or, au fur et à mesure qu’elle attire les chercheurs, la délibération politique suscite des études normatives et prescriptives. Sans doute ceci est-il bon du point de vue du mouvement des idées et de l’émulation citoyenne. Cela ne nous avance toutefois guère en ce qui concerne la connaissance des processus délibératifs, c’est-à-dire du « comment ». En fait, la théorie normative appliquée à la description des comportements relève de l’abstraction mal placée là où il s’agit avant tout de sauver les phénomènes. Une approche analytique conséquente de la délibération en contexte parlementaire, qui ne cède pas à l’abstraction mal placée et sauve les phénomènes, réside dans la démarche praxéologique, fondée sur l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation. Cette démarche implique donc, ex ante, une rupture radicale avec une certaine philosophie politique et ses avatars sociologiques. Nous allons tout d’abord indiquer sur quels principes se fonde l’approche praxéologique ; nous indiquerons, ensuite, les grandes lignes de son application à l’analyse de la délibération, telle qu’elles seront développées dans les chapitres suivants.

L’approche praxéologique

3L’objectivité des faits sociaux est, du point de vue praxéologique, le produit, chez des gens engagés dans un cours d’action donné, d’une « thématisation » qui s’organise d’une manière contrainte par les conditions, le contexte et les fins de sa production, ce que l’on pourrait appeler sa grammaire pratique. Celle-ci s’inscrit dans une dynamique dialogique mettant en relation des temps et des sites multiples. Dans cette structure réticulaire, le présent organise le passé de référence à l’intérieur d’une structure de pertinence. La sociologie praxéologique démonte les mécanismes endogènes de production de sens et d’accomplissement ordonné de l’action. Elle « respécifie » l’aphorisme de Durkheim en vertu duquel la réalité objective des faits sociaux constitue le principe fondamental de la sociologie, l’objectivité devant être prise, ici, comme une orientation épistémique des gens et non comme le point de vue surplombant des sciences sociales. C’est ainsi que la fabrique législative du droit par les assemblées parlementaires, ne saurait se confondre avec la pratique judiciaire du droit, quasi-monopole des cours et tribunaux. Cette affirmation, pour triviale qu’elle paraisse, permet d’échapper au risque du nominalisme – l’activité dans des enceintes différentes serait identique en raison de ce qu’on y pratique des choses regroupées sous un même vocable – tout en soulignant la dimension téléologique de l’action située.

4Décrire la grammaire pratique d’une activité politique située comme l’activité parlementaire signifie donc s’attacher aux méthodes déployées contextuellement pour « faire de la politique », « pour délibérer » et « être démocrate » par les gens engagés dans une action dont la dimension politique ressort manifestement, bien que souvent implicitement, de leur façon d’identifier des règles, de s’y rapporter et de les mettre en œuvre. On peut parler d’« ethnométhodes » politiques, c’est-à-dire de moyens ordinaires, bien qu’en partie spécialisés, de faire sens d’une situation de manière qu’elle puisse être saisie et traitée dans les termes et les finalités de l’activité politique. La démarche praxéologique se situe donc explicitement dans la ligne d’une ethnométhodologie appuyée sur Wittgenstein, notamment sur les Recherches philosophiques (1967). Rappelons-en les points fondamentaux : la respécification de l’objet ; l’attention portée à la grammaire pratique de cet objet saisi en action ; le refus du surplomb scientifique.

5L’ethnométhodologie s’intéresse aux façons de faire mises en œuvre par les membres d’un groupe pour comprendre leur environnement, analyser les situations dans lesquelles ils se trouvent, et concevoir et mettre en œuvre des modes d’action. Elle vise donc à prendre en considération ce que Husserl appelle l’« attitude naturelle » des gens, c’est-à-dire le cadre « mondain » d’appréhension, de perception, d’interprétation du monde dans lequel on se trouve, ainsi que d’intervention sur celui-ci. Les faits sociaux sont considérés comme des accomplissements pratiques : « la réalité objective des faits sociaux, en tant que réalisation continue des activités concertées de la vie courante – étant entendu que les membres connaissent, utilisent et prennent comme allant de soi les manières ordinaires et ingénieuses de l’accomplir – est le phénomène fondamental pour ceux qui font de la sociologie » (Garfinkel 2007, p. 45). La réalité objective des faits sociaux signifie l’ensemble des thèmes pouvant être rapportés dans chaque cas concret à une production autochtone d’ordre, effectuée localement, de manière collaborative et descriptible dans le langage naturel. Ainsi, quand, un homme politique déclare, lors d’un entretien donné à un journaliste : « le gouvernement ne doit pas se substituer aux acteurs privés », l’attitude praxéologique consiste à analyser cette affirmation dans son sens ordinaire, tout en remarquant qu’elle est formulée dans un cadre spécifique (une émission de télévision), dans le contexte d’une activité précise (un entretien avec un journaliste) et à des fins pratiques (justifier une politique). Il n’est pas nécessaire de se référer à Hayek pour comprendre ce que l’homme politique veut dire. En revanche, on ne peut dissocier ce qu’il dit du fait qu’il s’adresse à un public dans le cadre d’un entretien avec un journaliste. La sémantique de son propos est inséparable du cadre et du contexte de son énonciation ; elle est, en revanche, parfaitement séparable de la théorie économique.

6Cette attention pour la façon dont les gens conduisent leurs activités méthodiques, en établissant de manière pragmatique ce qui peut être tenu pour précis et approprié, suppose que l’analyse répudie la recherche de critères extérieurs à l’établissement de la vérité et de l’intelligibilité et ne s’intéresse qu’aux modes ordinaires de raisonnement sociologique pratique. Il convient de traiter les détails d’événements naturels d’une manière telle qu’en allant sur le terrain, on puisse y observer ce qui s’y passe et le décrire en termes ordinaires (Sacks 1995, leçon 33). De ceci procède la conviction que la manière de disposer de descriptions stables de cours d’action humains consiste à faire le compte rendu des méthodes et des procédures utilisées par les gens pour produire ces cours d’action (Schegloff 1995). Ceci est rendu possible par le fait que les actions de sens commun sont ordonnées, descriptibles, reconnaissables et reproductibles (Lynch 2001, p. 265). Elles procèdent de compétences interactionnelles ordinaires et routinières, structurellement organisées et contextuellement orientées. De ce point de vue, l’importance du contexte et, en particulier, du contexte institutionnel doit être soulignée, tout en insistant sur le fait que le contexte est entendu comme chacune des contraintes vers lesquelles les gens s’orientent effectivement et non comme l’ensemble des facteurs et structures dont la pertinence est postulée par le sociologue. Il en va de même de la notion d’institution, dont aussi bien l’objectivité que le caractère socialement construit ne sauraient être mis en cause, mais qu’il convient de spécifier en tant qu’accomplissement et orientation pratiques, c’est-à-dire comme réalisation par les gens qui y travaillent et s’y réfèrent dans le cours de leur travail ordinaire. D’où l’intérêt pour ce en quoi consistent ces pratiques, sans aucune prétention essentialiste cependant. Dès lors, si l’on veut procéder à la description de ce que font des parlementaires, par exemple au sein de l’Assemblée du Peuple égyptienne, il convient de montrer comment une déclaration comme « Le projet de loi, dans sa forme actuelle, est contraire à la charia (…) La loi doit être modifiée pour être conforme à l’avis unanime des jurisconsultes » manifeste la volonté du parlementaire concerné, non seulement de produire un énoncé doté d’un sens intelligible par ses collègues (la non-conformité du projet à la Loi islamique), mais aussi et surtout d’agir comme un parlementaire engagé dans l’accomplissement adéquat d’un travail (voter un projet de loi conforme à la Constitution).

7Là où la sociologie se voit généralement enjoindre de trouver une position à partir de laquelle elle puisse jeter un regard qui transcende la contingence mondaine ou corrige les égarements du sens ordinaire, la démarche praxéologique prend acte de ce que le sociologue est projeté au cœur du phénomène qu’il se propose d’analyser, ce qui exclut qu’il puisse mener son enquête en dehors de la compréhension de sens commun et des attentes d’arrière-plan qui sont les siennes en tant que membre (compétent) de la société à laquelle il appartient. L’étude praxéologique part ainsi du principe qu’elle ne peut se situer ni hors du lieu ni hors du temps et que le cadre analytique qu’elle propose n’a pas pour objet de venir concurrencer celui des membres ordinaires de la société. Il en résulte une réticence marquée à l’égard des constructions théoriques proposant une modélisation du social. Il est impossible d’isoler une question des détails circonstanciels qui ont entouré son émergence. En faisant référence à des situations locales comme à des instances d’un modèle général, on en arrive à des processus autoritaires de catégorisation où la relation entre l’observation et l’observé est présumée à partir de postulats concernant aussi bien le modèle que ses instances. Le résultat est que l’on ne sait ce à quoi ressemblent les phénomènes qu’au travers du prisme du format qu’on leur impose, mais qu’on sait peu de choses sur les propriétés des phénomènes sous-jacents à ce format (Benson et Hugues 1991, p. 121). Ce qui est supposé être l’objet même de l’enquête n’est plus alors que fonction du format imposé et de la théorisation implicite adoptée par le chercheur, plutôt que d’être un objet de recherche en lui-même et pour lui-même. Tout à l’inverse, l’approche praxéologique considère que la tâche du chercheur en sciences sociales n’est pas de trouver le modèle dont tel ou tel événement est l’instance, mais de chercher à retrouver les mécanismes sociaux qui ont produit cet événement tel qu’il s’est produit.

8Nous prenons donc pour cibles ces « grands concepts », construits comme des entités flottantes, décontextualisées et rétroprojetées sur le monde comme si elles en étaient la nature même, comme s’il s’agissait de « quelque chose se trouvant en dessous de la surface » (Wittgenstein 1967, § 92). Plutôt que de chercher sous la surface, nous nous intéressons à ce qui se donne à voir. Autrement dit, notre démarche consiste à étudier les formes de vie et les jeux de langage qui leur sont associés (ibid.), dans lesquels les usages linguistiques et les conduites pratiques s’entremêlent de manière complexe. Nous nous attachons à observer et à décrire la grammaire pratique du faire et du dire en contexte :

9Les grammaires de concepts sont des règles qui non seulement spécifient les cadres linguistiques à l’intérieur desquels les mots, phrases et types de mots ou phrases peuvent être utilisés, mais aussi “ce qui compte comme une application” de pareilles expressions. Les grammaires pratiques révèlent les connexions multiples entre des mots et d’autres mots, phrases, expressions et façons de faire telles qu’ils sont utilisés par 'ceux qui maîtrisent le langage naturel', ainsi que les connexions multiformes entre des types d’expression et les sortes de circonstances dans lesquelles et à propos desquelles elles peuvent être employées (Coulter 1989, p. 49).

Mener une enquête sur la grammaire pratique d’une activité suppose ainsi, de manière descriptive et non explicative (Wittgenstein 1967, § 496), de « problématiser l’épistémologie en montrant, dans l’usage quotidien des expressions « épistémologiques », les variations, les ambiguïtés systématiques et les sensibilités manifestes » (Lynch 1993, p. 199). C’est ainsi que la description d’activités situées accomplissant l’une ou l’autre tâche épistémologique – par exemple, savoir, déduire, trouver des causes – permet de voir la pertinence prise par le concept dans certains contextes d’activité. La respécification de la démarche sociologique et l’analyse de la grammaire pratique des concepts épistémologiques conduisent de la sorte à étudier les usages situés des thèmes épistémiques, dans des cas réels de leur déploiement, à l’aide de modes ordinaires d’observation, de description, de comparaison et de lecture.

10Mener l’étude praxéologique d’une activité politique, délibérative ou autre, suppose d’envisager, de manière préjudicielle, ce qu’on pourrait appeler, à la suite de John Heritage, la moralité de la cognition (Heritage 1984). Par cette expression, il faut entendre que l’activité des membres compétents d’un groupe social donné est, de part en part, traversée d’une composante normative reposant sur un certain nombre d’attentes d’arrière-plan actualisées, homologuées ou contredites, qui servent, à leur tour, de support à d’autres actions subséquentes. Cette normativité de l’interaction, qu’elle soit banale ou extraordinaire, s’appuie sur des méthodes « mondaines » de raisonnement, de compréhension, d’interprétation, de catégorisation et d’inférence, qui toutes s’orientent par rapport à un horizon, intersubjectivement constitué, de normalité. Cette dernière est un accomplissement continu, sans temps mort, qui actualise en permanence des schèmes d’interprétation sous-jacents et partagés et les projette à son tour sur l’avenir, dans le fil même de l’interaction, de sorte que ces pertinences sont toujours à la fois déjà là et émergentes. Plus précisément, une activité, quelle qu’elle soit, déploie ses différentes grammaires en fonction des contextes variés dans lesquels elle s’inscrit, contextes dont il s’agit de décrire la contrainte, non pas comme une donnée statique de l’interaction, mais bien comme un cadre réflexif et fluctuant que les acteurs réévaluent en permanence et par rapport auquel ils opèrent des réalignements constants. Quand le Président de l’Assemblée du Peuple égyptienne déclare, par exemple, que « la modification proposée par le gouvernement est conforme à la doctrine malékite en vigueur dans le Royaume du Maroc ainsi que dans plusieurs autres pays arabes et répond bien aux suggestions des députés », il manifeste et actualise le contexte institutionnel dans lequel il intervient. En ce sens, son intervention est contextualisante, puisqu’elle rend disponible le contexte de cette affirmation, et contextualisée, puisqu’elle situe l’intervention rétrospectivement – ce qui se fait dans d’autres pays et ce qu’ont suggéré des députés – et prospectivement – elle insère cette intervention dans la perspective prolongée de l’adoption d’une loi au Parlement

Analyser la délibération

11L’abstraction mal placée et ses diverses manifestations, à laquelle l’approche praxéologique entend échapper, peuvent conduire à croire que la délibération consiste dans l’élaboration d’une meilleure solution par le concours des esprits dans un site dédié à la discussion, comme l’enceinte parlementaire, ainsi que dans la théorisation de ce qu’est ou devrait être une délibération bien conduite et de qualité (par ex. Steiner, Bächtiger, Spörndli et Steenbergen 2004). En ce sens, l’abstraction mal placée idéalise la délibération, en la retirant presque entièrement de l’ordre normal des interactions et des cadres quotidiens. Ce retrait s’explique en partie par la nature spécialisée des délibérations, chaque fois soumises aux contraintes d’un ordre situé. Toutefois, la spécificité de cet ordre est surinvestie au détriment de sa contextualité ; il s’en ensuit une évaluation imparfaite de la nature des pratiques propres au site. Certes, Bernard Manin (1995) a montré que le système représentatif organise l’épreuve de la discussion sans qu’il en découle que celle-ci ait nécessairement lieu dans le site parlementaire lui-même, notant :

12L’analyse du dispositif qui règle la décision publique dans le gouvernement représentatif montre donc que, contrairement à ce qu’affirment le sens commun comme l’idéologie démocratique, la démocratie représentative ne constitue pas une forme indirecte ou médiatisé du gouvernement par le peuple. Mais cette analyse fait aussi apparaître ce qui caractérise positivement la démocratie représentative : le rôle central qu’y joue le jugement de la collectivité (Manin 1995, p. 245).

13Il montre, en effet, que les décisions prises par l’instance « délibérative » peuvent ne pas y avoir été discutées ou que les arguments présentés dans la discussion peuvent avoir été anticipés et préparés dans d’autres sites (ibid., p. 243) et en référence à l’opinion. De ce point de vue, ce qui se passe dans une instance parlementaire ne peut être compris qu’en référence à un mécanisme plus vaste de fabrication de la décision. L’approche praxéologique paraît particulièrement à même de décrire cette spécificité de pratiques situées, adaptées à un site, et, en même temps, s’inscrivant dans une trame de pertinences qui renvoie aux opinions communément tenues pour valides. Cette trame n’est pas délibérative au sens classique de la délibération conçue comme un « examen judicieux ».

14Du point de vue de l’analyse de conversation, dans la suite des travaux d’Harvey Sacks (1995), la délibération est une forme particulière d’allocation de tours de parole. Une conversation est la distribution séquentielle et contextualisée de propos liés les uns aux autres et s’orientant vers des pertinences communes. L’ordre de la conversation est ainsi créé par la succession des tours de paroles, c’est-à-dire par le fait que les participants s’appuient sur les propos précédents et s’orientent à la fois vers les propos suivants. Les propos que l’on peut échanger comme les régularités sur lesquelles on peut s’appuyer sont sélectionnés par le contexte. Prenons un exemple parlementaire :

Le Président

La parole est à [notre] collègue Ramadân ‘Atiyya.

M. Ramadân ‘Atiyya

Monsieur le Président – Chers collègues.

15Comme on le remarque, le second propos s’appuie sur le premier : l’ordre des échanges est celui du « tour de parole », formellement construit par des exigences procédurales, propres au site, virtuellement connues de tous (le Règlement intérieur) et vers lesquelles il est toujours possible de s’orienter pour intervenir dans la substance même du débat : interrompre une argumentation (c’est le rôle du Président), ajouter un argument (et donc demander la parole), proposer une motion transformant le cours du débat (passer au vote, limiter le temps de paroles, etc.).

16Le fait que les propos de chacun des intervenants s’appuient sur des pertinences communes et s’orientent rétrospectivement et prospectivement vers les propos des autres intervenants (comme vers les réactions des audiences présentes ou absentes) n’implique pas que ceux-ci soient concordants ou monophoniques et, notamment, qu’ils relèvent de la même pertinence. Pour dire les choses rapidement, on nomme « audiences » les publics, réels (les participants et les assistants à la séance) et virtuels (les « électeurs » ainsi que telle ou telle catégorie plus précise de la population) auxquels s’adresse l’orateur. Par ailleurs, on nomme « pertinence » un répertoire sur lequel s’opère un alignement argumentatif et dont on revendique discursivement l’observance, y compris pour les principes qui relèvent de l’ordre de vérité qu’il établit (le principe majoritaire, par exemple, si l’on réfère à la pertinence démocratique). C’est le contexte conversationnel qui crée les pertinences. Elles sont donc indexées au contexte en même temps qu’elles l’indexent. Les interactants s’orientent vers elles en fonction de la situation et de la dynamique des échanges. En un mot, on dira que les pertinences n’existent pas antéprédicativement. Elles ne sont pas comparables, par exemple, aux « cités » et aux « mondes » décrits par Boltanski et Thévenot (1991). Il n’est pas possible de dire ce qui les compose indépendamment de ce qui en apparaît ponctuellement dans les performances des acteurs. En d’autres termes, elles ne s’adossent pas à des corpus de philosophie politique. Il en découle qu’il n’existe pas de typologie des pertinences. Il en découle ensuite que la « pertinence démocratique » visée par un parlementaire égyptien peut être différente de la « pertinence démocratique » visée par un parlementaire français ou encore semblable, parce que faisant référence dans l’un et l’autre cas au principe majoritaire. En ce sens, les pertinences ne circonscrivent pas une culture politique.

17Prenons l’exemple suivant d’un ministre égyptien des Affaires religieuses présentant à l’Assemblée du Peuple un projet de loi :

Le ministre

La discussion de ce projet à l’Académie de recherches islamiques a duré trois mois pour permettre aux membres d’exprimer leurs opinions ; nous avons voté à la majorité des voix, cela est normal ; c’est l’avis de la majorité et cet avis engage tous les membres.

18Si l’on considère les pertinences évoquées par l’orateur, elles sont de deux ordres : la pertinence coranique, tout d’abord, puisqu’il affirme que le projet de loi a été examiné par une assemblée d’experts religieux, et la pertinence démocratique, ensuite, puisqu’il affirme que l’avis a été adopté à la majorité des voix. Rien dans la délibération entre experts religieux n’implique, en effet, qu’un avis en matière religieuse doive être adopté en fonction du nombre de ses partisans (c’est suggérer que la vérité s’établit par le décompte, alors que, d’un point de vue religieux, elle préexiste à sa reconnaissance). Toutefois, la pertinence démocratique vers laquelle s’oriente le ministre a l’avantage d’invalider toute poursuite de la discussion : « c’est l’avis de la majorité et cet avis engage tous les membres ». Si ces deux pertinences sont simultanément « audibles » et efficaces, ce n’est pas parce que la délibération démocratique a besoin de l’avis des experts religieux ou que l’avis de ceux-ci peut résulter validement d’un vote, c’est parce que chacune de ces pertinences s’adresse à une audience précise, comprenant une collection d’individus réunis par une même appartenance catégorielle : les musulmans et les démocrates. Pour l’audience musulmane, il est nécessaire que les experts religieux soient d’accord ; pour l’audience démocratique, il va de soi que le vote majoritaire détermine les choix. L’islam et la démocratie ne sont pas unis par une procédure, mais deux audiences supputées sont sollicitées par un même discours.

19Dans une assemblée parlementaire, les audiences peuvent, du reste, être plus nombreuses ; elles le sont généralement. Un député, parlant à la tribune, s’adresse en effet à ses collègues qui peuvent appartenir à plusieurs collections d’individus (ethniquement, religieusement, sexuellement, etc.) et, au-delà de ces collègues, il s’adresse à la communauté virtuelle des électeurs, qui est à la fois une (« la Nation », « le Peuple souverain », etc.) et diverse, au sens des collections d’individus relevant d’appartenance catégorielles différentes. C’est ainsi qu’un homme de religion, élu à l’Assemblée du Peuple et défendant l’application de la Loi divine (charia) auprès de ses collègues, commence son intervention de la manière suivante (Helmy 2004) :

Le cheikh Sakr

Ô musulmans, ô citoyens, ô collègues [...] lorsque Dieu a interdit aux associationnistes d’entrer dans la mosquée sainte, les croyants ont eu peur que cette interdiction influence leur situation économique.

  • 1 Sur ce phénomène, voir aussi Dupret 2006.

20La liste des trois termes d’adresse utilisée par le cheikh Sakr renvoie à trois pertinences : la pertinence coranique (« musulmans »), la pertinence démocratique (« collègues ») et la pertinence nationale (« citoyens »). Les pertinences sélectionnées apparaissent ainsi choisies en fonction des appartenances catégorielles s’appliquant manifestement à un auditoire (partie présente, les « collègues », et partie absente, les citoyens qui seront informés de ces propos). Elles ne sont pas seulement descriptives d’un état du public dont on veut attirer et conserver l’attention ; elles instaurent une contrainte discursive. Ce mécanisme peut être décrit ainsi : la sélection des propos que l’on tient en fonction de ce que l’on croit savoir des personnes à qui l’on s’adresse. Ce n’est pas seulement une nécessité de l’interaction stratégique mais une condition même de la communication, comme l’a noté Pierre Livet (1994). Dans un échange communicationnel, on s’ajuste nécessairement à son interlocuteur pour être compris de lui (et aussi ne pas faire d’impair) ; cet ajustement implique que l’on attribue des attentes conventionnelles à ceux à qui on parle, en fonction de leur identité manifeste. En termes ethnométhodologiques, l’appartenance catégorielle des interactants incorpore toujours, comme l’a montré Lena Jayyusi (1984)1, des caractéristiques morales « conséquentielles » dans le déroulement de l’interaction. Ces considérations morales exercent une contrainte sur mon argumentation, dans la mesure où il existe des choses que je sais communément ne pas pouvoir dire en fonction des préférences morales de mes interlocuteurs et des pertinences présélectionnées par leur appartenance catégorielle et le contexte de l’interaction.

21Un exemple caricatural apparaît dans cette intervention d’un député copte (c’est-à-dire chrétien), Istifân Bâsilî, dans un autre débat parlementaire sur l’application de la Loi divine (Helmy 2004, p. 56 suiv.) :

Istifân Bâsilî

Ce jour où la shari’a islamique domine nos législations est un jour glorieux et ceux qui ont fait un effort pour voir ce jour méritent la satisfaction de Dieu.

22Prenant la parole devant une audience qu’il identifie comme « musulmane », le député s’oriente vers la pertinence coranique. Cette orientation le contraint à adopter un discours de « solidarité négative », une forme particulière de « solidarité sans consensus ». Par cette dernière, on entend que les membres d’une communauté reconnaissent les mêmes références et les mêmes symboles, mais les interprètent différemment (Kertzer 1988, p. 57-76). Par solidarité négative, on entend le fait supplémentaire que des membres usent de ces références et symboles parce qu’ils pensent que les autres membres s’attendent à ce qu’ils le fassent et ne les considéreraient donc pas comme des membres respectables s’ils ne le faisaient pas (Ferrié 2004). Cependant, quelle que soit la tendance naturelle des acteurs à s’ajuster à la normativité du contexte, on peut imaginer que la déclaration du député eut paru incongrue s’il eut été simplement identifié comme copte. Ce n’est pas le cas, parce que cette phrase ressortissant de la pertinence coranique a été introduite par une précédente déclaration inclusive du président de la Commission chargé de la codification du droit pénal en fonction de la Loi divine, déclaration ressortissant, elle, de la pertinence nationale :

Le président

À mon avis et j’espère que j’exprime également les vôtres, ce jour représente une fête nationale car il a vu la réalisation du grand rêve de chaque citoyen de notre peuple.

  • 2 Pour reprendre la formule de La Rochefoucauld sur le vrai : « Le vrai, dans quelque sujet qu’il se (...)

23Cet enchaînement de pertinences incommensurables – chaque pertinence est vraie dans son ordre et non par rapport à une autre2 – donne, néanmoins, lieu à la création collaborative d’un discours collectif – grosso modo : « nous sommes contents de l’application de la Loi divine » – où la pertinence nationale sert de fondement à la mise en commun de la pertinence coranique. Le passage de l’une à l’autre n’est pas argumentatif (ni logique, ni rhétorique) mais strictement lié à la dynamique des tours de paroles. Ainsi que l’a montré Sacks, le « nous », dans une interaction, est un fait de collaboration et non une propriété sémantique de la phrase que l’on pourrait considérer indépendamment (Sacks 1995, leçon 33). Sa signification est dans la collaboration et non dans la phrase.

24Prenons maintenant pour exemple une séance de questions orales à l’Assemblée nationale :

Député socialiste

Les conséquences de l’hémorragie que vous faites subir à l’école depuis 2002 se résument en deux mots : échec et renoncement. Renoncement à la lutte contre l’échec scolaire, tout d’abord, à cause de votre manque d’ambition pour une véritable éducation prioritaire.

Vos collèges « ambition réussite » ne sont qu’un nouvel effet d’annonce, sans moyens réels, sauf ceux que vous prenez aux autres établissements, au risque de les déstabiliser.

(« C’est faux ! » sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.) Échec de la lutte contre la violence à l’école, qui ne cesse d’augmenter, alors que votre majorité en avait fait une priorité. Remise en cause de l’école maternelle, qui est pourtant reconnue dans le monde entier comme exemplaire. Or, depuis quatre ans, la scolarisation des jeunes enfants diminue ». (Protestations sur les bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire).

Le Ministre

Qu’en est-il de la dépense publique en matière d’éducation ? 59 milliards d’euros ! La part de la richesse nationale consacrée par notre pays à l’éducation est la plus élevée au monde !

(Exclamations sur les bancs du groupe socialiste. - Applaudissements sur divers bancs du groupe de l’Union pour un mouvement populaire.)

Nous y consacrons un montant supérieur à la totalité du produit de l’impôt sur le revenu.

(Exclamations sur les bancs du groupe socialiste)

Mesdames et Messieurs les députés, n’est-il pas du bon sens le plus élémentaire d’adapter les effectifs des enseignants aux effectifs des élèves ? Cela témoigne de la bonne gestion de l’argent des Français ! ! Monsieur le député, contrairement à ce que vous croyez avec vos collègues du même côté de l’hémicycle, tout n’est pas une question de moyens financiers. Les réformes utiles à l’école que nous avons lancées – comme l’apprentissage de la lecture.

(Exclamations sur les bancs du groupe socialiste)

le socle de connaissances, le remplacement des professeurs absents,

(Mêmes mouvements)

la bivalence des enseignants, la meilleure répartition au profit de l’enseignement prioritaire –, sont utiles au succès scolaire de nos enfants !

(Séance du 28 juin 2006, « Questions au Gouvernement »)

25L’intervention du député est principalement conduite dans le registre de la pertinence sociale, c’est-à-dire de l’utilité pour la société. On notera, cependant, l’interpolation d’une phrase relevant de la pertinence sécuritaire. La réponse du ministre enchaîne sur d’autres pertinences. Il réplique en utilisant des arguments relevant de la pertinence gestionnaire : « Qu’en est-il de la dépense publique en matière d’éducation ? » et de la pertinence réformatrice : « les réformes utiles à l’école que nous avons lancées ». Il utilise aussi la double pertinence démocratique et gestionnaire quand il évoque la bonne gestion de « l’argent des Français ». Plusieurs pertinences peuvent ainsi être articulées dans une même phrase. Ces pertinences sont destinées à des audiences bien plus qu’elles ne constituent une réplique au député, même si le ministre s’adresse à lui. On notera, en outre, que les pertinences ne sont pas développées de manière argumentative. On ne cherche pas à dire pourquoi et dans quelle mesure elles doivent être considérées ; les raisons de leur qualification ne sont pas explicitées, elles relèvent de l’arrière-plan d’intelligibilité.

26La leçon de ces exemples est que les parlementaires n’argumentent pas ; leurs propos ne visent à aucune efficacité « communicationnelle » au sens d’Habermas ; il ne s’agit pas de se mettre d’accord sur la meilleure solution communément acceptable. Du reste, les propos ne sont pas destinés aux autres protagonistes présents, même s’ils s’adressent à eux. Ils sont destinés à des audiences absentes – les électeurs, les citoyens, les militants – qui se reconnaissent dans les pertinences mises en œuvre. C’est pour cela que la forme des propos des parlementaires n’est ni argumentative ni même rhétorique. Ils ne visent pas à convaincre. Prendre la parole dans une assemblée parlementaire consiste à accomplir un parcours qui, tout en suivant l’ordonnancement des tours de paroles, fait état des mentions nécessaires pour obtenir ou conserver l’attention et l’assentiment d’audiences absentes – donc virtuelles – en se référant aux caractéristiques morales qu’on leur prête. Il n’y a pas d’argumentation rationnelle, puisqu’il s’agit uniquement de manifester une forme de concordance avec les attentes conventionnelles des différentes collections d’individus qui constituent les audiences envisageables du débat. Pourquoi cet effort ? Tout simplement parce que la plupart des membres de ces audiences sont des électeurs ou des « relais d’opinion » disposant d’une influence (supposée) sur les électeurs et que le député craint une sanction rétrospective négative (Fiorina 1981), c’est-à-dire perdre les élections.

  • 3 Ceci n’implique toutefois pas que cette analytique, dans son déploiement, rende adéquatement compte (...)

27Cette extraversion du discours des députés n’est pas irrationnelle, puisque, dans la plupart des cas, la logique du vote, qui est l’affaire propre du Parlement, est distincte de toute argumentation et relève de l’état des majorités et des coalitions en présence. Leur éloquence n’est pas utile vis-à-vis de leurs collègues. Les auteurs qui accordent trop d’importance à la part « romantique » de l’activité parlementaire – discourir dramatiquement pour convaincre ses collègues – perdent généralement de vue que celle-ci est moins orientée vers le débat que vers le vote, puisque tout débat, du fait même de l’application du règlement, peut être écourté pour voter et que les échanges même d’arguments ne sont que la préparation du vote. Cette primauté du vote dans l’activité parlementaire pèse d’un poids particulier : dans une assemblée délibérative, il ne s’agit pas, en effet, « d’avoir raison » mais, plus prosaïquement, « d’avoir le pouvoir », c’est-à-dire la majorité. De ce point de vue, les présentations formalisées de la vie politique, toutes centrées sur le calcul des votes, ne sont pas seulement des abstractions de chercheurs ; elles sont directement rattachées à l’activité pratique des acteurs qui consiste avant tout à se compter. Il y a une analytique mathématique de la politique parce qu’il y a une règle majoritaire (Laslier 2004)3. Du reste, le caractère pragmatique de l’orientation vers le comptage majoritaire se montre dans l’adresse systématique, directe ou indirecte, à des audiences variées que l’orateur tente toujours de cumuler.

  • 4 C’est ainsi que, sur 287 députés socialistes, 283 votèrent en faveur de l’abolition. Cette majorité (...)

28Le parlement n’est donc pas, au sens où on l’entend souvent, un lieu de délibération. Prenons un grand débat fondé sur un principe hautement estimable : l’abolition de la peine de mort. Cette abolition a eu lieu, en France, en 1981. Quoiqu’il en fût de la qualité des débats et des nombreuses références littéraires qui l’émaillèrent (Micheli 2010), elle n’est, cependant, pas issue d’une délibération ; elle fut actée par une majorité parlementaire contre une majorité d’opinion, parce que les conditions procédurales du choix – et le moment de celui-ci – protégeaient la majorité parlementaire de l’opinion. Certes, les députés bénéficièrent de la liberté de vote, mais la quasi-totalité des élus socialistes fit le choix défendu par leur candidat à l’élection présidentielle et présenté par le gouvernement qu’ils soutenaient4. C’est l’arrivée à l’Assemblée nationale d’une majorité préalablement décidée à abolir la peine capitale qui a permis l’abolition et non la qualité des débats. Ceci apparaît clairement dans le fait que les prises de paroles étaient essentiellement orientées vers un public absent, vers la « France profonde » ou vers les « Grands hommes », et non vers les autres députés (Micheli 2010). Au mieux, s’agissait-il de convaincre les électeurs que le choix qui était fait était conforme à la « France », quand bien même ne respectait-il pas la préférence majoritaire des Français. Si l’on considère donc le dispositif de ce choix dans toute son étendue, les parlements n’apparaissent que comme la partie la plus visible d’un mécanisme complexe où, certes, les idées jouent un rôle – c’est, somme toute, pour des idées et valeurs que l’on vote – mais où ce rôle se joue bien plus à l’intérieur de trames et réseaux complexes et hybrides, souvent évoqués par Latour (2005), qu’à l’intérieur de l’hémicycle.

29Une trame de pertinence est un dispositif dialogique particulier. L’analyse de conversation s’attache, depuis les travaux de Sacks, à décrire les échanges discursifs au sein d’une conversation comme autant de tours de parole dont il convient d’analyser l’articulation des uns aux autres, de manière séquentielle. Cette notion de tours de parole est entendue, dans son sens le plus ordinaire, comme un énoncé formulé par un intervenant coprésent et répondant à un énoncé formulé par l’intervenant précédant. Plusieurs auteurs ont développé l’idée de « réseau dialogique », qui consiste à étendre le système des tours de parole, au-delà de la coprésence, aux échanges médiatisés. En d’autres termes, les différentes parties à l’échange ne doivent plus être physiquement réunies. La notion de réseau dialogique vise ainsi à décrire le fonctionnement réticulaire de reprises conformes ou contrastives d’énonciations sur un sujet d’actualité, qui court les médias et les propos rapportés par les médias, les livres, les enseignements et même les discours de café du commerce.

30Nous préférons toutefois l’idée d’un « tramage des pertinences » dans lequel les membres de l’assemblée rattachent la discussion en cours aux débats sociaux et politiques qui se sont développés en dehors de l’enceinte. Notre idée s’inspire de la notion de réseau dialogique (Leudar et Nekvapil 2002 ; Leudar, Marsland et Nekvapil 2004 ; Leudar et Nekvapil 2008), qui elle-même s’inscrit dans le prolongement de l’analyse de conversation. Cette dernière envisage les échanges discursifs au sein d’une conversation comme autant de tours de parole dont il convient d’analyser l’articulation les uns aux autres, de manière séquentielle. Le tour de parole s’entend, dans son sens le plus ordinaire, comme un énoncé par une partie coprésente à la conversation. L’on peut toutefois remarquer qu’il existe un système de tours de parole s’étendant à l’ensemble des échanges médiatisés sans coprésence, c’est-à-dire sans que les différentes parties à l’échange ne soient physiquement réunies. Le réseau dialogique met en relief le complexe des échanges qui, dans le discours public, transitent par les médias. Autrement dit, la notion permet de décrire le fonctionnement en réseau d’occurrences (conférences de presse, communiqués, interviews, etc.) distantes dans le temps et dans l’espace, médiatisées et connectées entre elles thématiquement, interactivement et argumentativement.

31En dépit des gains heuristiques certains que permet la notion de réseau dialogique, nous nous abstenons d’y recourir en raison de ses prétentions théorisantes et formalistes. Le réseau dialogique est, en effet, une construction académique qui ne rend pas compte adéquatement de l’orientation active des parlementaires vers le droit, de leur contribution au tissage collaboratif de celui-ci et de leur reconnaissance de cette participation. La différence entre le concept de réseau dialogique et l’idée d’un tissage collaboratif du droit par les parlementaires s’apparente à la différence que l’on perçoit entre le concept d’embouteillage de la circulation en tant que phénomène physique observé de manière surplombante à partir d’un hélicoptère et la description de ces mêmes embouteillages en tant que phénomène d’ordre auquel chaque conducteur participe de façon active et plus ou moins compétente (Livingston 1987).

  • 5 Ce terme demanderait sans doute à être précisé. Disons simplement, de manière préjudicielle, qu’une (...)
  • 6 Certes, on peut objecter que certains débats présentent des caractères réellement « délibératifs ». (...)

32C’est cette course d’énonciations qui aboutit au parlement, les députés s’inscrivant à leur tour dans le jeu d’échanges discursifs avant de stabiliser une opinion commune5 en lui donnant le cas échéant, au sens propre du terme, force de loi. De ce point de vue, le parlement n’est tout simplement pas le lieu par excellence de la délibération mais, au contraire, le lieu spécifique où la délibération est arrêtée par le comptage des voix. À perdre de vue cette évidence pratique, on s’égare à la recherche de qualités argumentatives et délibératives qui n’ont tout simplement pas lieu d’être6.

  • 7 En ce sens, il s’agit d’un « avertissement » et non d’une « menace », comme dans le cas de la négoc (...)

33Il n’en découle pas que les délibérations sont dénuées de prétention à énoncer le point de vue impartial de l’intérêt commun ou que les actions des députés ne sont pas rationnelles. Ainsi que le souligne Elster, il y a deux façons de considérer la raison dans l’action : on peut agir « conformément à la raison » ou « pour de bonnes raisons » (Elster 2006, p. 13-15). Agir conformément à la raison consiste à considérer l’action d’un point de vue impartial, c’est-à-dire indépendamment des « bonnes raisons » que l’on aurait d’agir. Agir conformément à ces « bonnes raisons » consiste, au contraire, à agir en fonction de ses croyances et de ses intérêts. Il n’est donc pas irrationnel, en ce sens, de poursuivre un but conforme à ses intérêts et opposé à la raison. Cependant, les partisans de la délibération rationnelle ont tendance à croire (ou à croire devoir croire) que la rationalité implique de se conformer à la raison, ce qui n’est pas forcément le cas puisque rationalité et raison sont deux choses différentes. Toutefois, agir selon la rationalité peut conduire à agir conformément à la raison ; c’est ce que soutient Elster en affirmant que l’argumentation (c’est-à-dire l’appel à la raison impartiale) peut être stratégique (Elster 1994). Il est ainsi toujours possible, dans le cadre d’un débat, d’user d’arguments se référant à l’impartialité de l’intérêt général ou présentant les risques collectifs d’un choix7. Ceci suppose qu’il existe, parmi l’assistance, des personnes qui peuvent être sensibles à l’impartialité (Urfalino 2005, p. 111). Si ces personnes existent et si elles peuvent influer sur le choix final en fonction de leur sensibilité aux arguments impartiaux, la délibération existe (au sens habermassien). Toutefois, cette éventualité apparaît bien improbable, car l’opinion indéterminée, si elle y existe, est trouvée toujours contrainte.

  • 8 C’est, au demeurant, une évolution déjà ancienne, comme le montre la tendance à restreindre les déb (...)
  • 9 Voir Colomer 2004. Cependant, il peut exister des systèmes électoraux aberrants (du moins appliqués (...)
  • 10 Comme l’a montré Pizzorno à propos des choix électoraux qui ne relèvent donc pas du paradigme du «  (...)
  • 11 Voir Livet 2002. L’idée de « source de normativité » est reprise de Korsgaard (1996) dans l’accepti (...)

34En effet, dans tous les parlements, il existe soit des majorités, soit des coalitions majoritaires plus ou moins stables, qui garantissent la détermination des opinions, indépendamment des préférences et des convictions personnelles8. Garantir la formation et le maintien de telles majorités est le but normal des élections dans les régimes démocratiques9. L’identité partisane, constitutive tant du vote pour le choix des représentants que des votes des représentants eux-mêmes, s’avère ainsi particulièrement contraignante, puisqu’elle lie le vote à l’identité10, éliminant (pour l’essentiel) la possibilité de se déterminer individuellement au cas par cas, sauf si l’on est prêt à réviser son identité. De telles révisions, qui conduisent l’acteur à modifier radicalement la hiérarchie de ses préférences et à préférer son sentiment sur un sujet précis à la constance de son engagement, peuvent advenir sous le coup de l’émotion et en relation avec une source de normativité11. C’est pour cela, du reste, que l’ordre parlementaire a été, dès l’origine, élaboré à l’encontre, sinon des émotions individuelles venues du for intérieur, du moins de la manifestation en séance publique des émotions collectives pouvant entraîner de telles révisions (Heurtin 1999). En d’autres termes, cet ordre est fondé sur des dispositifs restrictifs, limitant aussi bien l’indétermination que les révisions entraînées par l’émotion. La division par Napoléon du parlement en un Tribunat, qui discute sans voter, et en un Corps législatif, qui vote sans discuter, après avoir entendu l’avis du Tribunat, découle directement de la volonté d’empêcher un tel entraînement. Dans ses souvenirs, Chaptal notait que « ce mode excluait le jeu des passions et l’influence des partis » (cité par Lentz 2007, p. 111).

35On retrouve de semblables préoccupations de contention dans le déroulement des tours de parole lors des débats ainsi que dans l’attachement à la « correction procédurale » (Dupret 2006) (mise en œuvre à partir du « Règlement intérieur ») qui assure le respect de leur finalité (parvenir à une décision) : d’abord, les interventions sont limitées dans le temps et dans l’objet ; ensuite, tout le monde ne peut pas parler (Jouvenel 2005) ; enfin, le débat ne peut revenir sur lui-même, puisqu’il est ponctué de décisions votées qui restreignent progressivement le champ de la discussion.

  • 12 Considérée, ici, de manière simplifiée.
  • 13 Le taux d’escompte du futur variant en fonction du temps séparant le vote de la loi des prochaines (...)

36Les mêmes limitations apparaissent dans d’autres lieux que la salle des séances publiques, ceux où se déroule le travail parlementaire quotidien, qu’il s’agisse des commissions ou des bureaux et couloirs de l’assemblée. En effet, les articles d’une loi sont évalués et discutés préalablement, d’une manière incontestablement plus précise que lors des séances plénières. La question, ici, n’est pas nécessairement de « faire majorité », mais de tenir compte des détails de la loi, de ses conséquences précises, économiques, sociales, juridiques et certainement aussi électorales, aussi bien nationalement que du point de vue des circonscriptions dont chaque député est l’élu. Cette approche technique pourrait favoriser la prévalence de l’argumentation, de sorte qu’il serait possible de se mettre d’accord sur le meilleur choix impartial et non de prendre des positions en fonction de ses intérêts électoraux ; mais une simple considération séquentielle montre assez les limites de cette opportunité. Référons-nous, par exemple, à la procédure législative française, sous la VRépublique12 : les débats en commission s’appuient rétrospectivement, du point de vue de la pertinence juridique, sur l’avis du Conseil d’état et, du point de vue de la pertinence démocratique, sur ce que l’on sait de l’opinion par les sondages et les médias ; prospectivement, ils s’appuient, du point de vue de la première pertinence, sur une possible saisine du Conseil constitutionnel fondée sur l’avis du Conseil d’état (s’il est négatif) et, du point de vue la seconde, sur l’état de la majorité parlementaire et l’anticipation des conséquences13 sur elle du vote d’une loi ou d’un article controversé. Certains intérêts (comme ceux des buralistes) ou certaines croyances (comme les conséquences « néfastes » de l’homoparentalité) sont relativement dépolitisés – en ce sens que leurs représentants peuvent avoir des identités politiques différentes – et sont alors susceptibles de se prêter à des accords entre membres de coalitions différentes. La répartition de ces intérêts entre diverses identités politiques peut (a priori) conduire le gouvernement à ne pas refuser les amendements proposés par ceux qui entendent les préserver, même s’ils viennent de l’opposition. Les membres de la coalition majoritaire peuvent également regimber à voter une loi, par crainte de ses conséquences électorales. Le gouvernement se trouve alors dans la position de devoir la transformer, la retirer ou recourir à des contraintes constitutionnelles exorbitantes de la pertinence démocratique : le vote bloqué ou l’engagement de sa responsabilité sur le projet de loi, de sorte que la loi est considérée comme adoptée si le gouvernement n’est pas renversé.

  • 14 De plus, les délibérations en commissions s’avèrent biaisées par l’inégale distribution de l’inform (...)

37Nous avons donc bien moins affaire à une situation d’indétermination, même relative, qui autoriserait le déploiement d’une rhétorique apte à entraîner une révision des convictions, qu’à la négociation des modalités d’un choix contraint (concrètement l’adoption d’amendements), toujours déterminé par l’existence de coalitions stables. Les limites de la négociation sont ainsi posées par les procédures du travail parlementaire et la double obligation de satisfaire ses électeurs tout en préservant la coalition à laquelle on appartient (Baron et Ferjohn 1989)14. Ce jeu de négociation est, certes, susceptible d’aboutir à des aménagements précis, mais n’apparaît pas conçu pour donner lieu à des révisions.

  • 15 Ce qu’illustre le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, puisqu’il impose la formation des co (...)
  • 16 Cette contrainte, du reste, évolue au fur et à mesure que les élus sont de plus en plus dépendants (...)

38Certes, la limitation des possibilités de révision varie en fonction des combinatoires institutionnelles, soit parce qu’elles sont conçues dans ce but (ce qui est généralement le cas), soit aussi parce qu’elles ont des conséquences imprévues. Indéniablement, le mode de désignation du parlement exerce-t-il une influence considérable, dans la mesure où il détermine à la fois la formation de majorités stables et l’importance des divisions partisanes. Le scrutin majoritaire uninominal (à un ou à deux tours) a ainsi comme conséquence de favoriser la stabilité des gouvernements, contrairement au scrutin proportionnel. Sur ce dispositif électoral peuvent, en outre, se greffer des mécanismes institutionnels établissant une contrainte forte au bénéfice de l’Exécutif (gouvernement ou chef de l’État). L’effet de cette contrainte est de restreindre drastiquement le choix laissé à la délibération parlementaire. Le parlementarisme rationalisé de la Cinquième République en offre un évident exemple. Du reste, les contraintes institutionnelles, qui s’ajoutent au mode de scrutin, consistent moins dans la mise en place d’une domination du Législatif par l’Exécutif que dans la domination de la majorité par le gouvernement qui en est issu (Huber 1996). En ce sens, c’est la conception même des élections législatives comme devant directement aboutir à la formation d’une majorité15 consistante, ainsi que sa mise en œuvre efficace, qui aboutit à limiter drastiquement la capacité des parlements à opérer des révisions de manière autonome. Cette limitation – qui peut donc varier en fonction des combinatoires institutionnelles – est possible, toutefois, parce qu’il est dans la nature même du travail parlementaire d’être contraint16. À cette consolidation institutionnelle s’ajoute une consolidation partisane fondée sur la discipline de vote : le député est contraint de voter comme la coalition à laquelle il appartient, la sanction d’un vote contraire pouvant être l’exclusion de son parti. La combinaison de ces mécanismes (la France en offre un cas remarquable) aboutit à une telle limitation de l’indétermination chez les élus que le simple comptage des sièges de la coalition majoritaire suffit à prédire le sort parlementaire de la loi, durant la totalité d’une législature.

39Comment expliquer que, malgré l’évidence contraire, nombre de travaux en reviennent toujours, d’une manière ou d’une autre, à l’idée que l’éloquence parlementaire aurait un effet ? Il existe une nostalgie s’attachant aux vertus supposées de la prise de parole dans l’hémicycle, sorte de « lieu de la mémoire » démocratique (par ex. Roussellier 1999) et, plus largement, de la discussion, du débat et de la dispute dans des instances publiques. Or, ce qui se passe effectivement (et ce qui s’est passé) dans les parlements, de par le monde, ne permet en rien de valider la croyance en cette vertu ni même de croire qu’elle relèverait d’un mode de fonctionnement normal qui se serait malheureusement perdu.

40Ainsi que l’a montré William H. Riker, le travail parlementaire et, plus largement, le travail politique sont fondés sur l’héresthétique (heresthetics) et non sur l’argumentation, c’est-à-dire sur la manipulation plutôt que sur la persuasion. L’héresthétique consiste ainsi à modifier la structure d’une situation (ou sa perception), pour amener les parties prenantes d’un choix à revoir leurs préférences sans avoir à arguer afin de les convaincre. Elle consiste dans la création d’une évidence plutôt que d’une conviction (Riker 1984, 1986 et 1996). On objectera que, dans l’ordre parlementaire, l’héresthétique implique aussi la présence d’une certaine indétermination, aucune manipulation n’étant possible si les acteurs ne peuvent changer d’avis. Mais, précisément, l’héresthétique n’opère pas que dans le cadre législatif : dans la mesure où elle vise à modifier les situations, elle s’étend à ce qui les constitue, aux personnes, aux événements, à la scène et aux coulisses, à des choses hétéroclites ne se laissant pas enfermer dans les contraintes de la cohérence argumentative. Si l’on revient, maintenant, à ce que font les parlementaires, quand ils prennent la parole en séance plénière, il est manifeste qu’ils inscrivent leur propos, non dans un échange introverti – leurs pairs, leur for intérieur et la raison –, mais dans un échange extraverti, porté par une trame de pertinence et créateur de celle-ci. Ils reprennent des propos circulant à l’extérieur et s’adressent à des audiences absentes. Ces sortes d’échanges n’impliquent en rien une fondation argumentée, cohérente et logique des préférences comme des assertions. Ils n’impliquent pas cet « examen judicieux », dont parlait Bayle, mais le tissage des « reprises » de l’opinion d’autrui ; précisément ce que condamnait l’auteur des Pensées diverses sur la comète et que condamnent après lui ceux qui croient que l’argumentation rationnelle est la manière normale de sélectionner les croyances et les préférences, notamment dans le cours de l’activité parlementaire :

Je vous l’ai déjà dit et je le répète encore ; un sentiment ne peut devenir probable par la multitude de ceux qui le suivent qu’autant qu’il a paru vrai à plusieurs indépendamment de toute prévention et par la seule force d’un examen judicieux […] on peut assurer qu’un habile homme qui ne débite que ce qu’il a extrêmement médité […] donne plus de poids à son sentiment, que cent mille esprits vulgaires qui se suivent comme des moutons, et se reposent de tout sur la bonne foi d’autrui.

41Or, c’est jusqu’à un certain point ce qui se passe dans pareille trame de pertinence : on y répète ce que d’autres on dit, non pour l’examiner, mais pour en présenter une version plus ou moins conforme ou plus ou moins contrastive. Prendre la parole dans une telle trame (comme, du reste, dans toute situation impliquant un collectif) consiste nécessairement à s’identifier comme membre d’un « nous » en reprenant des phrases ou en continuant des propos (Sacks 1995, leçon 33). L’avantage de cette identification est que l’on accède au bénéfice d’une moralité inférentielle, là où l’on pourrait craindre de devoir la justifier à frais nouveaux. Si une appartenance catégorielle – « docteur », « pompier », « mère », « épouse » ou « un des nôtres » – implique naturellement la possession de caractéristiques morales (Jayyusi 1984), alors s’identifier comme tel décharge d’avoir à prouver que l’on est une personne dotée de qualités morales. On ne demande pas à un « curé » de réciter le catéchisme ni à une « mère » de prouver qu’elle aime ses enfants. Sauf expérience disruptive, la connaissance du catéchisme ou l’amour maternel vont de soi ; et, même en cas d’expérience disruptive, la recherche de réparations rétablissant ce que l’on tenait pour allant de soi l’emporte (généralement) sur la renégociation des évidences nécessaires de la vie quotidienne (Garfinkel 1963). La réponse apportée ne consiste pas à faire cet « examen judicieux » voulu par Bayle mais, tout au contraire, à exciper d’une appartenance catégorielle, c’est-à-dire à manifester une évidence n’appelant pas d’examen : partager la même indignation morale, c’est être des « nous » et se distinguer radicalement des « eux ». On affiche, mais on n’argumente pas.

  • 17 On observera la même pratique dans les débats judiciaires. C’est ce que montrent les travaux de Gre (...)

42On constate que les propos des parlementaires en séance ne s’inscrivent pas exclusivement dans l’activité communicationnelle interne du Parlement, mais aussi dans l’activité communicationnelle d’une trame de pertinence, et qu’ils ne peuvent être compris que dans ce contexte. En outre, ces propos ne se caractérisent pas par une volonté de persuader fondée sur un examen judicieux ; au contraire, ils évitent prudemment l’argumentation. Le troisième constat porte sur la technique discursive utilisée pour ce faire : une succession de versions contrastives d’un même événement, chacune référée aux versions précédentes, à l’intérieur d’un tramage des pertinences. Ceci n’a bien évidemment rien à voir avec l’examen judicieux de Bayle ou le souci de justification argumentée, puisque le fond de l’opération consiste à s’appuyer sur des repères partagés, naturels et évidents, bref à faire référence à l’opinion commune. C’est en cela et pour cela que les discours parlementaires sont insérés dans des trames dialogiques ; et c’est pour cela aussi que ces tramages ressortissent d’une héresthétique généralisée, puisque chaque intervenant tente de s’appuyer sur une habile utilisation de repères partagés pour assurer et, si possible, imposer son point de vue. Cette opération vise un résultat synthétique et non analytique ; elle entend produire une évidence et non la démontrer17.

  • 18 Il est clair que la question de l’extériorité de l’esprit est étroitement liée à la question des co (...)
  • 19 Ce qui renvoie, bien sûr, à la position de Bernard Manin (1995, p. 243).
  • 20 A priori, ceci devrait avoir des conséquences sur l’analyse et l’évaluation des expérimentations dé (...)

43Il reste, maintenant, à évoquer une question de philosophie politique qui paraît à l’origine de bien des approches erronées des débats parlementaires et, plus largement, des délibérations. Cette question est, bien sûr, celle de la qualité des échanges argumentatifs. Pour des raisons historiques, généalogiques au sens où l’entend Williams (2006), c’est la position citée de Bayle (et d’autres, bien évidemment) qui domine notre conception savante de la formation des croyances et des préférences valides opposées aux croyances et aux préférences communes de l’opinion. Ces croyances et ces préférences valides ne semblent devoir provenir que de la délibération, c’est-à-dire d’un examen judicieux des faits, conduits par des personnes raisonnables, conformément à certaines procédures garantissant qu’il ne s’agit pas de simples reprises de l’opinion commune. De ce point de vue, la délibération est conçue de manière fondamentalement élitiste, puisqu’elle se voit assigner d’être autre chose qu’une reprise de l’opinion. Or ce n’est pas exactement ce qui se passe ; ce qui se passe, si l’on suit ce que nous suggère l’analyse des trames de pertinence, c’est que même les choix publics se forment de manière extravertie, en continuité et non en rupture avec l’opinion commune. En ce sens, il nous faut croire, ou que cette opinion domine, quelque médiocre qu’elle soit, et que la majorité gouverne en fonction de ses fluctuations (ce que Tocqueville ne pouvait s’empêcher de penser), ou que l’esprit est collectif et se déploie selon des processus externes dans l’interaction sociale (Descombes 1995 ; Leca 2001)18. Peut-être y a-t-il davantage de raisons pratiques de considérer que le second point de vue l’emporte sur le premier. En effet, contrairement à ce que suggère l’idée de majorité d’opinion, la prise en considération d’une diversité d’énoncés dans les discours montre que de nombreuses opinions divergentes existent et que l’apparence de dire le même n’est, pour l’essentiel, qu’une précaution d’acceptabilité ; certes, le but poursuivi est d’établir une évidence plutôt que de convaincre, mais comme il est poursuivi par les tenants de préférences contraires, le pluralisme n’en est pas réduit pour autant. Du reste, la recherche d’évidences admissibles pour défendre une préférence est aussi une épreuve digne de considération19. La seule chose qui se perd, ce n’est donc pas la qualité de la délibération, c’est une certaine idée de la délibération qui préfère le concours des esprits de « qualité » à l’esprit qui naît du commerce quotidien de la multitude des membres d’une société. Ce qu’il nous faut reconnaître, c’est que la délibération n’est pas un processus intellectuel ou un exercice de vertu ; c’est une activité pratique, séquencée, dialogique et diachronique se déployant de manière tramée entre plusieurs sites, dont le site parlementaire. Ce site possède un effet propre de stabilisation dans la formation des choix publics, mais il n’est pas isolé du reste des échanges sociaux. Certes, les conséquences en sont diverses – elles peuvent consister dans un choix conforme à l’opinion ou contraire à elle, conforme aux souhaits d’une majorité ou encore d’une minorité – et cette diversité est également dépendante du mode de composition, de la dynamique et de la viabilité des majorités parlementaires (Huber 1996), mais il n’en demeure pas moins que la délibération est bien davantage un fait de trame de pertinence et le produit d’opérations héresthétiques qu’une activité strictement localisée dans les instances qui lui sont dédiées et orientée vers l’obtention rationnelle d’une solution moralement préférable20.

Notes

1 Sur ce phénomène, voir aussi Dupret 2006.

2 Pour reprendre la formule de La Rochefoucauld sur le vrai : « Le vrai, dans quelque sujet qu’il se trouve, ne peut être effacé par aucune comparaison d’un autre vrai, et quelque différence qui puisse être entre deux sujets, ce qui est vrai dans l’un n’efface point ce qui est vrai dans l’autre : ils peuvent avoir plus ou moins d’étendue et être plus ou moins éclatants, mais ils sont toujours égaux par leur vérité, qui n’est pas plus vérité dans le plus grand que dans le plus petit » (La Rochefoucauld, 1964, p. 503).

3 Ceci n’implique toutefois pas que cette analytique, dans son déploiement, rende adéquatement compte de l’épaisseur phénoménologique de l’activité elle-même.

4 C’est ainsi que, sur 287 députés socialistes, 283 votèrent en faveur de l’abolition. Cette majorité était suffisante pour que la loi soit adoptée. Les membres de l’opposition qui votèrent en faveur de l’abolition s’étaient déjà (pour l’essentiel) déclarés contre. Ils n’ont pas changé de conviction à l’occasion du débat, mais on simplement exprimé celle-ci.

5 Ce terme demanderait sans doute à être précisé. Disons simplement, de manière préjudicielle, qu’une opinion commune n’est pas nécessairement une opinion communément partagée ou encore une opinion majoritaire. C’est une opinion « audible » du point de vue du sens commun et jouissant d’un certain crédit auprès d’une partie de l’opinion. Si je dis, par exemple, qu’il faut diminuer les impôts pour provoquer la relance, tout le monde me comprend, même si tout le monde ne partage pas mon point de vue (première condition), et je peux croire qu’une partie de l’opinion est d’accord avec moi (seconde condition).

6 Certes, on peut objecter que certains débats présentent des caractères réellement « délibératifs ». On citera, par exemple, le débat sur la légalisation de l’avortement en France, en 1974. Une partie du caractère passionné de celui-ci provient, toutefois, de ce qu’il allait être suivi d’un vote sans « consigne de vote », c’est-à-dire d’un vote sans que l’on puisse connaître, a priori, la majorité ; toutefois, cette méconnaissance n’était que partielle, puisque les promoteurs de la loi savaient qu’ils pouvaient compter sur le vote des groupes de gauche.

7 En ce sens, il s’agit d’un « avertissement » et non d’une « menace », comme dans le cas de la négociation, puisque l’on ne prétend pas que l’on va faire quelque chose mais que quelque chose va arriver que l’on ne souhaite pas (Voir Elster 2005, p. 75 suiv.).

8 C’est, au demeurant, une évolution déjà ancienne, comme le montre la tendance à restreindre les débats à la Chambre des Représentants, dès la première partie du dix-neuvième siècle (voir par ex. Fink 2000).

9 Voir Colomer 2004. Cependant, il peut exister des systèmes électoraux aberrants (du moins appliqués à un régime démocratique) fondés sur l’évitement des majorités et des coalitions partisanes. C’est la cas du système électoral afghan, relevant pour l’essentiel de l’« expertise » américaine, qui fonde le vote sur l’unique choix des personnes, voir Reynolds 2006.

10 Comme l’a montré Pizzorno à propos des choix électoraux qui ne relèvent donc pas du paradigme du « choix rationnel » (Voir Pizzorno 1986 ; voir aussi le point de vue critique de Fernando Aguiar et Andrés de Francisco 2002).

11 Voir Livet 2002. L’idée de « source de normativité » est reprise de Korsgaard (1996) dans l’acception élargie que lui donne Elster.

12 Considérée, ici, de manière simplifiée.

13 Le taux d’escompte du futur variant en fonction du temps séparant le vote de la loi des prochaines élections. Ce taux d’escompte augmente de manière exponentielle avec l’arrivée de l’échéance, de sorte que l’on vote, au tout début de la législature, des lois que l’on pense être « impopulaires » et que l’on tente, en fin de législature, de s’attirer les faveurs des électeurs en votant des lois qui paraissent « populaires », mais qui bénéficient rarement à la cause de leur initiateur, tant il apparaît qu’elles ne découlent pas d’une intention vertueuse.

14 De plus, les délibérations en commissions s’avèrent biaisées par l’inégale distribution de l’information entre les membres, facilitant la manipulation de la majorité par une minorité mieux informée : voir Austen-Smith et Riker 1987, ainsi que Hall 1987.

15 Ce qu’illustre le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, puisqu’il impose la formation des coalitions dans la gestion des désistements, c’est-à-dire qu’il fait l’électeur juge de la coalition.

16 Cette contrainte, du reste, évolue au fur et à mesure que les élus sont de plus en plus dépendants des partis politiques et du jugement de l’opinion, comme le montre Bernard Manin dans sa récapitulation des métamorphoses du gouvernement représentatif : voir Manin 1995, chapitre VI.

17 On observera la même pratique dans les débats judiciaires. C’est ce que montrent les travaux de Gregory Mataosian sur l’« affaire Kennedy Smith ». Il analyse comment l’avocat réussit à innocenter son client accusé de viol, en faisant apparaître que la meilleure amie de la victime était allé, peu après le « viol », rechercher chez le « violeur » les chaussures que celle-ci avait laissées au bord de la piscine et qu’elle n’avait éprouvé aucune crainte à le suivre dans la maison ni aucune répulsion en sa présence. La normalité de l’action rendait d’un coup très improbable la monstruosité de l’accusation : voir Mataosian 1997.

18 Il est clair que la question de l’extériorité de l’esprit est étroitement liée à la question des conditions historiques et sociales de la véracité. C’est donc évidemment vers ce débat qu’il convient in fine de s’orienter à propos de la « délibération » parlementaire.

19 Ce qui renvoie, bien sûr, à la position de Bernard Manin (1995, p. 243).

20 A priori, ceci devrait avoir des conséquences sur l’analyse et l’évaluation des expérimentations délibératives. Sur ces expérimentations et leur contexte idéel et politique, voir Blondiaux et Sintomer 2002.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search