Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Délibérer sous la coupole

 | 
Baudouin Dupret
, 
Jean-Noël Ferrié

Préface

Texte intégral

1Alors que l’on s’intéresse de plus en plus à la démocratie délibérative et participative, conçue comme un dépassement de la démocratie représentative, peut-être n’est-il pas inutile de revenir sur le contenu de celle-ci pour comprendre comment elle fonctionne, en s’intéressant au cœur même du dispositif qui la fonde, c’est-à-dire les discours parlementaires. Il ne s’agit donc pas, ici, de comparer une nouvelle fois les assemblées parlementaires à une tribu pour en décrire les rituels d’un point de vue prétendument exotique. Il s’agit de voir comment fonctionne, en situation et en contexte, l’activité délibérative elle-même. L’un des problèmes constants de l’analyse en sciences sociales est, en effet, que l’on y préfère trop souvent les idées aux mécanismes. Certains sujets s’y prêtent tout particulièrement comme la démocratie, l’autoritarisme ou la délibération. On s’attache ainsi à discuter des idées comme si les idées faisaient vraiment le monde, alors qu’elles permettent au mieux de le commenter.

2L’ouvrage qui suit se fonde sur une analyse de nature praxéologique de la « délibération » parlementaire. Il critique la conception de la délibération comme réflexion en commun. Il entend montrer que les prises de parole parlementaires sont plutôt destinées à convaincre et à satisfaire des audiences absentes (les « électeurs », tel ou tel groupe, etc.) qu’à convaincre les autres membres de l’assemblée, et que cela est repérable dans le contenu comme dans l’adresse des propos. Ceci explique le télescopage, dans une même intervention, de références et d’arguments qui n’ont pas nécessairement de cohérence logique les uns avec les autres. C’est dans cette relation à des auditoires externes que résiderait à proprement parler le phénomène délibératif. Il consisterait dans la sélection d’énoncés (sur des valeurs, des objectifs, etc.) en fonction de l’idée que l’on se fait de leur pertinence pour ces auditoires. Paradoxalement, un Parlement apparaît ainsi comme un lieu de contention de la parole tournée vers un débat qui lui est extérieur. Ceci nous invite à nous méfier de l’idéalisme de la délibération. Nous montrons notamment que les échanges parlementaires participent d’une séquence délibérative plus large, englobant l’ensemble des échanges médiatisés touchant une question d’intérêt général.

3Notre recherche se fonde sur une analyse détaillée des transcriptions de débats parlementaires (ainsi que sur des documents vidéos) ayant eu lieu en Égypte, en Syrie et en Afghanistan. Nous partons du principe – et nous montrons – que la forme parlementaire possède les mêmes propriétés de base dans des régimes de nature pourtant différente, de sorte que les différences s’inscrivent dans un continuum et non dans une opposition. Ce comparatisme s’inscrit donc dans la suite des travaux insistant sur l’existence de dispositifs autoritaires dans les démocraties et de dispositifs démocratiques dans les régimes autoritaires. En effet, si l’étude des débats parlementaires dans une démocratie montre que ceux-ci n’ont qu’une portée décisionnelle limitée – la majorité l’emportant indépendamment des points de vue argumentés –, cette même étude, poursuivie dans un autoritarisme, montre que les gouvernants sont contraints de respecter les formes parlementaires et de s’ajuster à celles-ci.

4Certes, il eut sans doute paru plus facile de se concentrer sur les régimes représentatifs démocratiques plutôt que de compliquer notre propos en étudiant des régimes représentatifs autoritaires – pour autant que cette appellation ne soit pas un pur oxymore. Nous ne sommes pourtant pas persuadés de la justesse de ce point de vue. Bien au contraire. Notre démarche provient, tout d’abord, de la conviction que le régime représentatif est un ordre institutionnel en soi et donc largement distribué, en ce sens qu’il n’est pas rigidement lié au contexte et à la culture démocratique « occidentale ». De fait, si l’on consulte l’organisation effective de la plupart des régimes actuels, ceux-ci sont représentatifs. Ce fait essentiel ne peut pas simplement être ignoré au prétexte qu’une partie d’entre eux ne serait que facticement représentative. L’argument de la facticité n’explique pas pourquoi ils sont « représentatifs » plutôt qu’autre chose et n’explique pas davantage comment ils fonctionnent sur cette base identitaire et organisationnelle. L’Égypte d’Hosni Moubarak était certainement un régime autoritaire, mais une fois que l’on a dit cela, on n’a pas expliqué le rôle qu’y jouaient le Parlement et ses élus. Même affirmer qu’ils n’en jouaient aucun n’est pas un argument : comme pour toute chose posée sous le regard critique de l’analyse, encore faut-il le montrer dans les faits. Montrer les choses dans les faits est, en effet, beaucoup plus compliqué qu’en disposer dans les mots et les formules bien polies. Mais c’est le travail des sciences sociales que de le faire. Nous avons donc essayé de décrire l’activité parlementaire dans son jeu de contraintes propres et d’en comprendre le sens. Cette approche nous apparaît finalement d’autant plus probante qu’elle se porte sur des pays où l’ordre parlementaire apparaît subordonné à un régime autoritaire. Le fait qu’il maintienne une part des contraintes formelles qui le caractérisent témoigne de son existence propre et de sa robustesse.

5Les travaux parlementaires sur lesquels nous avons travaillé proviennent principalement de deux pays, l’Égypte et la Syrie, fortement secoués par le « Printemps arabe ». Ils datent d’avant cette période. En Égypte, la crise ouverte en janvier 2011 ne se résoudra que dans le long terme. En Syrie, la crise est devenue une guerre civile. Ceci, pourtant, ne change rien à nos observations, car elles ne touchent pas à la nature des régimes mais au fonctionnement de l’instance parlementaire en leur sein. Une anecdote souligne cette permanence : lors d’une session de l’Assemblée du Peuple égyptienne, suivant les élections législatives de 2011-2012 qui donnèrent une large majorité aux islamo-conservateurs, un député salafiste prétendit faire la prière dans l’hémicycle du Parlement, pendant que celui-ci était en session. Le président de l’Assemblée, qui appartenait aux Frères musulmans, s’opposa à ce trouble de l’ordre parlementaire, en rabrouant vigoureusement le salafiste. Il est indéniablement intéressant qu’un partisan proclamé de l’application de la Loi divine (charia) considère spontanément, en se plaçant depuis un point de vue de membre, que l’ordre parlementaire est plus important que celle-ci. Très certainement, le président de l’Assemblée du Peuple n’avait pas l’intention d’établir une distinction entre les devoirs envers Dieu et l’attitude convenable s’imposant dans la sphère parlementaire. C’est pourtant ce qu’il a fait. Sans doute ce choix est-il contextuel, mais cela ne change rien à l’affaire, puisque les choix sont presque par nature liés aux contextes. C’est par leur capacité à engendrer et à maintenir des contraintes contextuelles que les institutions existent et ont prise sur la société. Sans cette capacité, aucune configuration institutionnelle n’existerait.

6Nous ne sommes pas entrés de manière documentée dans le détail des vies politiques de chacun des pays dont nous avons étudié les débats parlementaires. Ce n’était pas l’objet de cet ouvrage. Son objet, nous venons de le dire, était de montrer le fonctionnement d’un jeu de contraintes contextuelles liées à une forme, la forme représentative. C’est le même souci de rester centré sur notre objet qui nous a conduits à éviter toutes sortes de développements inspirés de la philosophie politique. Il est toujours tentant d’en passer par là lorsqu’on traite de certains sujets. Pourtant, il n’y a pas de philosophie dans les mécanismes et les dispositifs que nous évoquons. Ils possèdent, bien sûr, une cohérence et une logique qui peut être discutée a posteriori – nous le faisons, du reste, dans le dernier chapitre –, mais qu’il n’est pas nécessaire d’évoquer a priori pour comprendre ce qui se passe. Dès lors, il serait, non seulement inutile, mais surtout trompeur, de faire référence à la philosophie politique, tout au moins de manière consistante, dans nos développements.

7Pour conclure, une précision s’avère nécessaire : en décrivant la vie parlementaire de régimes autoritaires arabes, nous n’avons pas voulu sous-entendre que ceux-ci étaient d’une manière ou d’une autre des démocraties ou des démocraties en devenir. Nous n’avons pas davantage pris position ni pour ni contre la démocratie, ni pour ni contre l’autoritarisme. Ce n’est, pour tout dire, rigoureusement pas l’objet d’une analyse en sciences sociales. Nous avons simplement voulu voir comment le moteur fonctionnait.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540