Version classiqueVersion mobile

La critique poétique des Arabes jusqu’au Ve siècle de l’Hégire (XIe siècle de J.C.)

 | 
Amjad Trabulsi

Conclusion

Texte intégral

1On a examiné dans ce qui précède les opinions des critiques arabes sur les principaux problèmes de poétique. Si l’on a négligé de parler de certains autres problèmes, comme celui des cadres poétiques par exemple, la faute en incombe surtout aux poéticiens arabes. On n’a pas voulu discuter ici des questions qu’eux-mêmes n’avaient pas soulevées.

2Peut-être reprochera-t-on à ce travail de s’être trop enfermé dans les limites de son sujet, et d’avoir négligé de rapprocher les conceptions arabes d’autres conceptions plus près de nous et, partant, plus connues. Les occasions ne manquent pourtant pas pour établir de tels rapprochements. La fonction de la poésie, la prévalence en poésie de la forme sur l’idée et le conflit entre Anciens et Modernes sont, entre autres, des sujets de parallèles d’autant plus intéressants que la solution de ces questions est — et demeurera peut-être encore longuement — en suspens. De telles analogies auraient sans doute contribué à rapprocher du lecteur ce travail aride.

3Bien que nous soyons convaincus de la continuité de la pensée humaine, nous nous sommes appliqués intentionnellement à donner à ce travail cette impression d’isolement. C’est que notre but n’est nullement de savoir si les données de la poétique classique des Arabes sont supérieures ou inférieures à celles d’autres poétiques, mais de savoir quelles sont ces données.

4D’autre part, dans un travail comme le nôtre, des analogies hâtivement établies risquent quelquefois de fausser la réalité. Prenons comme exemple le conflit entre Anciens et Modernes. Cet antagonisme qui, comme nous l’avons vu, a profondément marqué la critique arabe dès le ixème siècle, offre quelque ressemblance avec la querelle des Anciens et des Modernes en France au xviième siècle. Mais les deux querelles n’en diffèrent pas moins dans leurs fonds. Les Anciens que défendaient un Ibn al-A‘rābī ou un Ibn Qutayba étaient des Arabes. Leurs œuvres reflétaient aux yeux de leurs partisans la « splendeur » de la langue arabe exempte de toute immixtion étrangère. Elles étaient aussi pour eux d’une inestimable valeur philologique. C’est à elles qu’on avait recours pour expliquer le vocabulaire coranique ainsi que pour rédiger les dictionnaires et établir les règles de grammaire. Quant aux Modernes, ils étaient pour la plupart d’origine non-arabe et leurs œuvres, de ce fait, n’avaient pas la chance de faire autorité en philologie. Ils avaient toutefois le mérite d’exprimer des idées nouvelles que la vieille poésie ignorait. C’est pourquoi les partisans des Anciens affirmaient la prévalence, en poésie, de la forme (entendons : la forme ancienne) à l’idée( entendons : les idées modernes). Comme on le voit donc, les raisons de ce conflit au moyen âge arabe étaient à la fois philologiques, religieuses et racistes.

  • 1 Le souci de comparer ces deux conflits l’un à l’autre et de juger l’un d’après l’autre domine pour (...)

5Toute autre fut la querelle entre les Anciens et les Modernes en France. Les Anciens que défendaient Boileau écrivaient en latin, et Boileau n’avait pas la moindre intention de conseiller à ses contemporains de préférer le latin au français dans leur production en vers ou en prose. Il leur conseillait surtout de prendre les Anciens comme modèle de pensée, et de puiser des idées dans leurs œuvres. Ce qui déterminait donc la position des Anciens français, ce n’était ni la race, ni la religion, ni la philologie. L’enjeu de la lutte était le progrès de la pensée humaine et la question de savoir si l’on pouvait ou non surpasser les Anciens. C’est donc forcer l’histoire que de vouloir examiner le conflit arabe du moyen âge et le juger à la lumière de la querelle française qui lui est postérieure de huit siècles1.

6On peut faire la même remarque à propos du culte de la forme poétique chez les poéticiens arabes d’une part et chez les Parnassiens d’autre part. Ici encore le parallèle est possible seulement sur certains principes généraux, et les deux écoles demeurent différentes sur plusieurs points essentiels.

7Il était donc prudent de situer la critique classique des Arabes dans son temps et dans son milieu, et de l’étudier sans beaucoup se soucier des écoles postérieures.

8Ceci dit, essayons de résumer les caractéristiques de cette critique :

9A. — La critique poétique des Arabes au moyen âge est foncièrement « arabe ». — Comme on l’a vu, elle est toujours restée au cours de son évolution marquée de ses principes originels. Les différents Arts poétiques qui ont vu le jour au cours des trois siècles qu’on a étudiés ne présentent pas de sérieuses innovations. Ils se commentent et se complètent les uns les autres, et les prédécesseurs de chaque auteur constituent ses principales sources. L’influence de l’hellénisme était assez limitée. Si la Rhétorique d’Aristote a pu contribuer à l’évolution du badī‘, la Poétique est demeurée dans l’ensemble inaccessible aux critiques, parce qu’elle traitait d’un sujet qu’ils ignoraient complètement.

10L’une des raisons de ce « nationalisme » critique des Arabes est, sans doute, leur « nationalisme » poétique. Les arts poétiques émanent des œuvres et ne se font pas en dehors d’elles. Or, la poésie est peut-être, parmi les domaines de la pensée arabe, celui qui se laissa le moins contaminer par l’étranger. La rigueur de la rime et du mètre, la rigidité du cadre et la pérennité des thèmes sont, entre autres, les indices permanents d’un conservatisme désarmant. Certes, cette poésie a beaucoup évolué durant les quatre premiers siècles de l’Islam, et son évolution était dûe surtout à des poètes d’origine étrangère. Elle est toutefois demeurée essentiellement « arabe », et les poètes d’origine étrangère étaient eux-mêmes trop « arabisés » pour pouvoir modifier son caractère. Pour que la poésie étrangère eût pu exercer une véritable influence sur elle, il fallait traduire en arabe quelques œuvres grecques par exemple. Cela aurait pu suggérer aux Arabes des genres dont ils n’avaient aucune idée tels que le théâtre et l’épopée. Or, la traduction, du viiième au xème siècle, des ouvrages grecs a touché à tous les domaines intellectuels sauf à la poésie. Etait-ce une négligence ? Y a-t-on plutôt échoué ? Quoi qu’il en soit, la publication en arabe de la poésie grecque avait alors peu de chance de trouver bon accueil. Ni le polythéisme des Grecs, ni leur mythologie n’étaient de nature à être appréciés alors, voire compris, du monde musulman.

11Il y eut même des critiques arabes, et non des moins intelligents, pour renier l’existence de la poésie dans une autre langue que la leur. Al-Jāḥiẓ écrit au iiième siècle :

  • 2 Jāḥiẓ, Ḥayawān, Coll. Rawā’i’, XVIII, 33.

« La poésie est l’apanage des Arabes et de ceux qui parlent l’arabe. Elle ne peut pas être traduite. Il n’est même pas permis de la traduire, sous risque de voir sa structure disloquée, sans rythme et sans charme, et dépourvue de tout ce qui en fait un objet d’admiration. »2

12Au ivème siècle, aṯ-Ṯa‘ālibī écrit à son tour :

  • 3 ϒatīma, I, 1.

« La poésie est la base de la littérature ; c’est une « science » arabe qu’ignorent les autres nations. »3

13Certes, tous les critiques arabes n’ignoraient pas l’existence d’autres poésies que la leur. Nous sommes même enclins à ne voir dans ces lignes d’al-Jāḥhiẓ et d’aṯ-Ṯa‘ālibī que des déclarations de šu‘ubisme intégral. Cela n’en dénote pas moins un état d’esprit avec lequel il faut compter. Devant un tel « nationalisme », il n’est pas interdit de douter de la portée des influences étrangères qu’auraient pu subir la poésie et la poétique arabes.

  • 4 Ḍayf, Essai sur le lyrisme et la critique, etc., Préface, p. 11.
  • 5 Ibid., 81.

14Cependant, quand M. Ḍayf considère cette insuffisance d’influence étrangère comme étant la raison de « l’incapacité » de la critique arabe4, nous croyons qu’il se trompe. La critique, qui est censée émaner des œuvres mêmes, ne pouvait pas abandonner à son sort une littérature locale pour « s’élever à l’humanité pure.... et s’affranchir d’une étroite tradition nationale », afin de pouvoir « agir efficacement sur les esprits » et « soutenir et diriger l’effort des grands écrivains »5. La poétique des Arabes n’a pas subi largement d’influence étrangère pour la même raison que leur poésie, d’une façon générale, est demeurée inaccessible à une telle influence. Quant à « l’incapacité » de leur critique, on en discutera le jour où les penseurs tomberont d’accord sur la véritable fonction de la critique littéraire : est-elle de constater et d’étudier ou de diriger et de gouverner ?

***

  • 6 Voir ci-dessus, 156, n. 4.

15B. — Il était normal qu’une critique si « nationale » fut conservatrice et attachée à son passé. — Au cours de ce travail on a pu noter chez quelques critiques, tels que Qudāma et Ibn Rašīq, un certain modernisme. Ce modernisme était timide et limité. Sur les questions principales, tous les critiques se révélaient foncièrement anciens. On appréciait plus ou moins la poésie moderne, mais on ne contestait pas la supériorité de la vieille poésie. Celle-ci était déjà l’idéal et sa supériorité était admise comme postulat6.

16Ce conservatisme n’a rien d’étonnant. On a vu que la critique était la fille de la philologie, que les premiers poéticiens étaient des philologues, et que les jugements de « valeur » que ceux-ci émettaient étaient souvent fondés sur des raisonnements philologiques. Or, la philologie arabe était très conservatrice. La production ancienne en vers et en prose constituait son plus important champ d’expérience. Ayant pour but principal de préserver la langue du Coran et de la protéger contre les menaces réelles que faisait peser sur elle le mélange de langues et de races, les philologues ne pouvaient accorder d’importance qu’à la poésie ancienne qui, elle seule, était — tout au moins on le croyait — d’une pureté incontestable. Cette supériorité philologique de la poésie ancienne, proclamée et confondue avec la supériorité littéraire par les premiers philologues, fut admise par leurs successeurs presque sans discussion.

  • 7 Voir ci-dessus, 67 et suiv.

17La réaction antisu‘ūbite de certains philologues vient, comme on l’a vu, renforcer ce conservatisme (1)7. Proclamer la primauté des Anciens équivalait à la proclamation de la suprématie de la race arabe et à la réfutation des allégations contraires des Šu’ūbites.

18On peut trouver à ce conservatisme d’autres raisons d’ordre religieux, tel que le respect dont on entourait le Coran — texte sacré par excellence — ; ou d’ordre psychologique, tel que l’attachement de l’Arabe à son passé et la fierté qu’il en tire.

  • 8 Voir ci-dessus, 93 et suiv.
  • 9 Voir ci-dessus, 96 et suiv.
  • 10 Voir ci-dessus, 113-4.
  • 11 Voir ci-dessus, 190-191.

19Il faut toutefois reconnaître que malgré ce culte des Anciens, les critiques arabes entouraient la poésie moderne des soins qu’elle méritait. Depuis Ibn Qutayba qui accorde aux Modernes dans son ouvrage une place aussi importante que celle qu’il réserve aux Anciens, tous les critiques s’intéressent plus ou moins aux œuvres récentes. Les Anthologies de poésies modernes sont publiées au même rythme que celles de poésies anciennes. Les biographies des Modernes sont écrites avec les mêmes soins, et peut-être avec plus de détails, que celles des Anciens, et leurs diwāns sont collationnés et étudiés avec autant d’intérêt. La discussion de la valeur de ces œuvres mettait quelquefois aux prises les différentes écoles critiques et donnait naissance à d’intéressantes monographies telles que le Parallèle8 et la Médiation9. Ibn Rašīq faisait en outre de l’étude de la poésie moderne l’une des conditions de la formation poétique10. Enfin, des critiques tels qu’Ibn Rašīq et al-Jurjānī, bien qu’ils soient convaincus de la beauté idéale de la poésie ancienne, sont loin de croire à la supériorité absolue des Anciens et reconnaissent aux Modernes plusieurs qualités de forme ou de fond dont la poésie ancienne est privée11.

20Il ne faut donc pas comprendre du conservatisme des critiques et de leur culte des Anciens qu’ils dénigraient systématiquement tout ce qui n’était pas ancien. Leur conservatisme était nuancé, tantôt intransigeant, tantôt compréhensif, mais il a rarement signifié la condamnation catégorique de toute la poésie moderne.

***

21C. — Issue de la philologie, la critique poétique des Arabes a conservé longtemps son caractère philologique. — Ce mot est-il ou non employé à sa place ? Constitue-t-il un néologisme ? Est-il d’origine étrangère ? La construction de ce vers est-elle ou non correcte ? Ce vers est-il ou non conforme aux lois de la métrique ? L’idée exprimée dans ce vers est-elle ou non dûe au poète qui l’a écrite ? Est-elle ou non dans la tradition ? Lequel de ces deux vers exprimant le même thème est supérieur à l’autre et en quoi consiste cette supériorité ? Cet emploi de figure est-il ou non heureux et pourquoi ? etc... C’est surtout à des questions de ce genre que les critiques essayaient de répondre après un examen attentif des textes. C’est une critique de détails, certes, mais qui n’en est pas moins le point de départ de toute critique littéraire.

22Les critiques ne se sont pas contentés toutefois de cet examen de détails. De l’ensemble des réflexions formulées au sujet d’un grand nombre de vers d’un poète, on arrivait à émettre des jugements, souvents justifiables, sur la totalité de son œuvre. On disait par exemple qu’il excellait dans tel ou tel genre, que son œuvre était ou non dans la ligne des Anciens, qu’il s’intéressait surtout à la forme ou à l’idée, qu’il attachait beaucoup d’importance aux « artifices » du badī‘ ou qu’il préférait rester naturel, etc.. On le comparait aussi à ses contemporains ou à ses prédécesseurs et on essayait de savoir quelles étaient les caractéristiques de sa poésie.

23Partant de cette critique de textes les critiques sont enfin parvenus, comme on l’a vu, à formuler des principes généraux et à se constituer, au début du IVème siècle, un véritable art poétique.

***

24D. — Le quatrième trait de la critique poétique des Arabes au moyen âge est son dogmatisme. — Le ton qu’emploie un Ibn Qutayba ou un Qudāma est celui d’un législateur qui se croit à même d’imposer des lois. La poétique arabe est toute autre qu’une étude spéculative. C’est un ensemble de règles précises et souveraines ; et la poésie n’est bonne ou mauvaise qu’en fonction de sa conformation ou de sa dérogation à ces règles. Comme nous l’avons vu, les principes ne sont pas toujours strictement les mêmes pour tous les critiques ; cela ne diminue en rien le dogmatisme de la critique arabe dans son ensemble, puisque chaque critique entendait faire respecter ses règles et juger d’après elles les œuvres d’autrui.

25Ce dogmatisme ne doit pas toutefois nous faire oublier la souplesse d’esprit dont firent preuve certains critiques. C’est le cas d’Ibn Rašīq dont l’esprit éclectique était incompatible avec la rigueur et l’immuabilité des règles. Son ouvrage est, comme nous l’avons vu, la synthèse de tous les arts poétiques antérieurs, et les opinions contraires s’y côtoient, souvent défendues toutes par l’auteur. Mais c’est surtout le cas d’al-Jurjānī dont la Médiation révèle un effort de compréhension digne d’éloge. D’un bout à l’autre de cet ouvrage l’auteur hésite à prendre formellement position et accueille les affirmations des autres avec une sorte de doute scientifique qui lui fait honneur.

***

26Ce sont là les principaux traits de la critique poétique des Arabes jusqu’au vème siècle de l’Hégire (xième après J.C.). Ces traits peuvent être considérés comme défauts par les uns ou comme qualités par les autres ; cela importe peu. Le principal est que les critiques arabes ont réussi à se constituer alors un art poétique cohérent et quasi complet à la lumière duquel ils examinaient et jugeaient les œuvres anciennes et modernes.

27On a suivi dans la partie historique du présent travail le processus de cet art poétique de ses débuts jusqu’à sa pleine force, et on a pu se rendre compte de l’effort méritoire déployé dans ce sens par certains critiques. Dans la partie théorique, on a analysé les données de cet art poétique, et on a pu voir jusqu’à quel point le sens critique était développé chez les poéticiens arabes qui se sont sérieusement intéressés à tous les problèmes dont se constitue ordinairement une poétique. Dans la discussion de quelques-uns de ces problèmes, ils se sont arrêtés là où nous nous trouvons encore aujourd’hui.

***

28Maintenant que cette étude touche à son terme, il est préférable de laisser aux spécialistes de la littérature comparée le soin d’évaluer cette critique à sa juste mesure. Il est bon de rappeler toutefois qu’il serait injuste de la juger à travers nos conceptions critiques d’aujourd’hui, et qu’il est indispensable de la situer préalablement dans son époque.

Notes

1 Le souci de comparer ces deux conflits l’un à l’autre et de juger l’un d’après l’autre domine pourtant l’ouvrage d’Aḥ. Ḍayf : Essai sur le lyrisme et la critique littéraire chez les Arabes.

2 Jāḥiẓ, Ḥayawān, Coll. Rawā’i’, XVIII, 33.

3 ϒatīma, I, 1.

4 Ḍayf, Essai sur le lyrisme et la critique, etc., Préface, p. 11.

5 Ibid., 81.

6 Voir ci-dessus, 156, n. 4.

7 Voir ci-dessus, 67 et suiv.

8 Voir ci-dessus, 93 et suiv.

9 Voir ci-dessus, 96 et suiv.

10 Voir ci-dessus, 113-4.

11 Voir ci-dessus, 190-191.

© Presses de l’Ifpo, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search