Version classiqueVersion mobile

La critique poétique des Arabes jusqu’au Ve siècle de l’Hégire (XIe siècle de J.C.)

 | 
Amjad Trabulsi

II. Les positions théoriques

Chapitre quatrième. La critique et le fond poétique

Texte intégral

A. — CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES :

  • 1 Voir ci-dessus 121-127.

1On a vu plus haut1 que le fond poétique a été relégué par les critiques au second plan, après la forme. Il n’en éveilla pas moins toutefois chez eux un assez grand intérêt. Le rôle et la valeur en furent si minutieusement examinés que chaque thème, dans ses moindres détails, se détachait à leurs yeux de son ambiance et prenait une valeur autonome, provoquant ainsi à travers les générations les analyses et les controverses les plus vives.

2C’est par le mot ma‘nā (plur. maānī) que les critiques arabes désignaient ce qu’on appelle aujourd’hui « fond poétique ». Ce mot dont la signification propre est « sens », veut dire dans le langage critique « idée » ou « thème ».

  • 2 Voir ci-dessus 172-174.

3Passionnée qu’elle était d’analyse et de détails, la critique arabe ne pouvait pas concevoir un fond poétique dans le sens général du terme, englobant tous les genres et toutes les poésies. Ce qui l’intéressait, c’était moins le fond de la poésie en général ou d’une œuvre poétique prise dans son ensemble, que le « thème » de chaque vers pris séparément des autres ; ce qui explique pourquoi cette critique proscrivait si rigoureusement l’enjambement censé porter atteinte à l’indépendance du vers2.

4Entendons-nous une fois pour toutes sur la signification prédominante, dans le langage critique, du mot « mana ». Prenons pour cela comme exemple ces quatre vers d’al-Mutanabbī dans la description d’un lion :

  • 3 Diwan, II, 169. La version française est de R. Blachère, Thèse, 99.

« Il était teint du sang de ses victimes ; dans son fourré, sa crinière faisait sur sa tête comme une autre forêt.
« On ne fixait point ses yeux sans les prendre pour les yeux d’une troupe campée dans les ténèbres.
« Il vivait seul comme les anachorètes, ignorant les lois divines.
« Dans son orgueil il posait ses pattes sur le sol avec lenteur, avec la précaution d’un médecin palpant un malade »3.

5Le ma‘nā ici, ou le thème, n’est pas la description du lion mais l’idée exprimée dans chacun de ces vers. Le premier vers contient même deux thèmes : d’une part, l’allusion aux exploits sanglants du fauve, et d’autre part, la comparaison de sa crinière à une forêt. La description des yeux étincelants du lion constitue le thème du deuxième vers, la description de sa solitude constitue celui du troisième, et celui du quatrième est la description de sa démarche orgueilleuse.

  • 4 Voir ci-dessus 26-28.
  • 5 Voir ci-dessus 22-23.

6Quand les critiques arabes parlent du ma‘nā, c’est de ces thèmes partiels dont se compose un poème qu’ils entendent nous parler. Ce sont ces thèmes là qu’ils étudient, analysent, admirent ou condamnent. Partout dans les ouvrages de critique, le thème est mis en relief dans ce sens. Même les anthologies, comme on l’a déjà noté, ne s’occupent plus, à partir de la Hamāsa d’Abū Tammām, que de morceaux plus ou moins courts choisis précisément en raison des thèmes partiels qui y sont développés4. Le titre Recueil de thèmes poétiques, donné alors à de nombreux ouvrages5, trouve ici sa pleine justification.

  • 6 Voir ci-dessus 121-127.

7On ne reviendra pas ici sur ce qu’on disait plus haut de l’importance secondaire que, d’une façon générale, les critiques accordaient au fond poétique6. Pour mieux illustrer cette attitude on résumera dans ce qui suit leur opinion, non moins défavorable, sur la valeur de la création des thèmes poétiques.

  • 7 Voir ci-dessus 72-73.
  • 8 Aš-šir wa-š-šuarā’, 8.

8Qu’un thème fût nouveau ou stéréotypé, cela intéressait moins la critique que la valeur du thème en lui-même. On peut même dire que dans l’ensemble, on se méfiait des thèmes nouveaux de peur qu’ils ne fussent pas dans la ligne de ceux des Anciens. Le critique le plus réactionnaire à ce sujet fut Ibn Qutayba. Ce vénérable « Ancien » et anti-šu’ūbite qui, comme on l’a vu plus haut7, fut le premier à vouloir fixer le cadre de la qaṣīda classique, semble en même temps condamner toute réforme touchant de près ou de loin le fond poétique. Les Anciens en tête de leurs qaṣīda pleuraient les traces des campements abandonnés, et décrivaient leurs rudes voyages effectués sur une chamelle ou un chameau à travers un désert parsemé d’absinthe, d’hypéricum ou d’autres plantes désertiques. Le poète moderne n’a donc pas le droit de passer outre et de pleurer des maisons solidement construites, ou de décrire de faciles promenades effectuées sur un âne ou sur un mulet à travers des jardins couverts de narcisses, de myrthes et de roses8.

  • 9 Naqd aš-šir, 36-40.

9Qudāma semble au contraire encourager la création des thèmes9. Mais, le critique intelligent qu’il est, ne se laisse pas abuser par les termes et sait habilement distinguer la valeur intrinsèque d’un thème du mérite qu’on a à le créer. Pour lui un thème beau et un thème nouveau font deux. Le fait qu’un thème est nouveau n’ajoute rien à sa valeur poétique.

  • 10 Naqd aš-šir, 54.

« Le mérite de la création, écrit Qudāma, revient au poète et non à la poésie elle-même... Beaucoup de critiques confondent poète et poésie et n’arrivent pas à les distinguer l’un de l’autre. Peut-être se rendraient-ils compte, s’ils réfléchissaient un peu, que c’est le poète qu’on doit louer d’avoir été le premier à trouver un « thème » et non la poésie »10.

  • 11 Ibid.

10Et Qudāma de profiter de l’occasion pour railler certains Modernes « qui furent les premiers à créer leurs froideurs et leurs inepties », et pour affirmer qu’un beau thème ancien conserve à jamais sa valeur, fût-il mâché et remâché par plusieurs générations de poètes11.

  • 12 Voir ci-dessus 102-103.

11Al-‘Askarī, à son tour, fait la même remarque qu’il emprunte sûrement à Qudāma, sans toujours mentionner sa source12.

12Aussi fallut-il attendre cette fois encore l’apparition au Maġrib de l’ouvrage d’Ibn Rašīq pour entendre sur ce point une opinion plus modérée. Celui-ci trouve en effet insensé de demander à un poète citadin, n’ayant peut-être jamais quitté sa ville, de commencer régulièrement chaque poème par la description des vestiges d’un campement abandonné imaginaire.

  • 13Umda, I, 151-153.

« Les Anciens, écrit-il, furent des nomades campant un jour par-ci un jour par-là. Ils évoquaient en tête de leurs poèmes les souvenirs de campements réels, ne ressemblant en rien à nos maisons de citadins. Il est donc insensé d’entendre un Moderne chanter les vestiges de sa maison que nī le vent ni la pluie ne sauraient effacer... En outre, les Anciens avaient comme montures des chameaux... Ceux-ci enduraient, jusqu’à l’extrême, la fatigue, la soif et la faim. On ne décrivait pas d’autres montures pour la simple raison qu’on ne voulait pas mentir en décrivant ce qu’on n’avait pas... Rien de nos conditions actuelles de citadins ne justifie la persistance d’une telle tradition. Qu’il est absurde de parler aujourd’hui de chameau et de désert, surtout quand le poète se trouve être le concitoyen du mécène qu’il rencontre à toute heure ! »13.

13Ces paroles sensées sont la réfutation directe du conservatisme d’Ibn Qutayba.

  • 14 Ibid., II, 183.
  • 15Umda, II, 185.
  • 16 Ibid., II, 183.

14Ibn Rašīq va encore plus loin dans son modernisme. Alors que les critiques avant lui s’acharnaient contre les Modernes qui n’étaient à leurs yeux que de misérables plagiaires de thèmes anciens, Ibn Rašīq reconnaît à ces mêmes Modernes le grand mérite d’avoir énormément enrichi de leurs thèmes le fond poétique. Il fit sienne cette parole d’Ibn Jinnī, « Si les Anciens font autorité en matière de vocabulaire, les Modernes, eux, font autorité dans le domaine des idées »14. Pour Ibn Rašīq, les idées poétiques ne peuvent pas être le monopole d’une quelconque génération de poètes. Bien au contraire, chaque génération contribue dans la mesure de sa force à l’enrichissement du patrimoine commun15. La contribution des Modernes y fut d’autant plus grande, que l’Islam, avec tout ce qu’il comporta de conquêtes, de progrès et de mélange de civilisations, a changé profondément les conditions sociales et intellectuelles du poète16.

  • 17 Ibid., I, 176-177.

15Poursuivant son idée, Ibn Rašīq nous apprend que le fond poétique s’enrichit en puisant à deux sources : l’invention (al-iḫtirā) et l’engendrement (at-tawlīd)17. Dans le premier cas, il s’agit de la création pure et simple de thèmes. C’est le cas par exemple de ce thème bachique où Abū Nuwās décrit la mousse sautillante du vin dont on vient de remplir sa coupe et celles de ses compagnons. Un portrait de Chosroès était gravé sur ces coupes :

« Nous élevâmes sur Chosroès un ciel où tout autour les étoiles scintillaient ».

16C’est le cas aussi de ce thème d’Abū Tammām :

« Pour mettre au jour le mérite d’une personne, Dieu en fait la proie des détracteurs.
« Si le feu ne brûlait pas ce qu’il touche, aurait-on jamais découvert la senteur de l’encens ? ».

17C’est encore le cas de ces vers d’Ibn al-Mu‘tazz décrivant une variété de raisin blanc nommé rāziqī.

« On dirait des petites fioles de cristal
« Dont la moitié inférieure est remplie de musc,
« Et la moitié supérieure d’eau de rose.
« Si les grains n’en étaient pas fragiles
« Les belles en feraient bien des pendants d’oreilles ».

18Dans le deuxième cas, il s’agit de puiser dans un thème déjà connu un second thème qui, tout en n’étant pas tout à fait nouveau, n’est pas non plus l’imitation servile du thème-source. Prenons comme exemple divertissant ce thème descriptif où Ru‘ba s’amuse à décrire sa désolante calvitie :

« Mon crâne n’est plus qu’un roc nu ; jusqu’à l’occiput on ne voit plus que mon front ».

19Ibn ar-Rūmī, décrivant aussi un chauve, réussit à puiser dans ce vers de Ru‘ba un thème non dépourvu d’originalité :

  • 18Umda, II, 188.

« Son visage empiète sur son crâne
« Comme, en été, le jour empiète sur la nuit »18.

  • 19 Voir ci-dessus, 126-7.
  • 20 Voir ci-dessus, 144-5, ce que dit Qudāma au sujet du renouvellement des thèmes comparatifs.

20Ainsi Ibn Rašīq adopte à l’égard de la création des « thèmes » la seule attitude qui peut découler de son opinion sensée sur la valeur du fond poétique en lui-même19. Exception faite de lui, et dans une certaine mesure, de Qudāma20, les critiques gardaient, comme on l’a vu, une attitude froide et peu favorable au renouvellement des thèmes poétiques.

B. — LE « PLAGIAT ».

21C’est surtout au sujet du « plagiat » que l’attitude froide de la critique à l’égard du fond poétique se trouve le mieux accusée.

22Essayons tout d’abord de préciser la signification que prend le mot « plagiat » dans la présente étude. Les critiques arabes usaient de deux termes : saraq ou sariqa (plur. : sariqāt) et ’aḫḏ. Le premier est un nom verbal de la racine srq (voler). Comme il s’agit en l’occurrence d’un vol littéraire, on peut traduire ce terme par « plagiat ». La signification du deuxième terme est moins sévère : c’est un nom verbal de la racine ‘aḫḏ (prendre). Le ‘aḫḏ c’est l’action de prendre, et dans le domaine de la critique, c’est la « reprise » d’un thème.

  • 21 Le titre de l’opuscule de Muhalhil ib. Yamūt contre Abū Nuwās est : Sariqāt Abī Nuwās (Les plagiat (...)
  • 22 Ṣinā‘atayn, 146.
  • 23 Ibid., 172.
  • 24 Ibid., 173.

23En principe, le premier de ces deux termes comporte une nuance péjorative dont le deuxième est exempt. Il figure d’ailleurs dans tous les titres des opuscules d’inspiration subjective composés sur ce sujet21. Cependant, ceux des critiques qui réussissaient souvent à demeurer objectifs, employaient indifféremment les deux mots : Al-‘Askarī intitule par exemple ainsi ses deux chapitres consacrés au plagiat : Ḥusn al-aḫḏ (la reprise heureuse des thèmes)22 et Qubḥ al-aḫḏ (la reprise malheureuse des thèmes)23. Alors qu’Ibn Rašīq choisit pour le chapitre qu’il consacre au même sujet ce titre : bāb as-sariqāt fi-š-šir (Chapitre sur les « plagiats » poétiques)24.

24D’autre part al-’Āmidī écrit :

  • 25Umda, II, 215.

« Le plagiat poétique (as-saraq fi-š-šir) consiste uniquement à reprendre de loin un thème quelconque à l’exclusion des mots dans lesquels il est conçu »25.

25Et al-Jurjānī d’écrire dans le même ordre d’idées :

  • 26 Wasāṭa, 157.

« Il faut se garder de considérer seulement comme plagiat (sariqa), les ressemblances flagrantes, en fermant les yeux sur celles qui sont adroitement dissimulées »26.

  • 27 Voir entre autre, Sināatayn, 179, et ‘Umda, II, 215-216 et 224.

26Dans ces deux endroits comme dans beaucoup d’autres27, les mots saraq et sariqa sont employés sans la moindre intention péjorative. Le mot sariqa semble donc avoir perdu sa signification pour constituer le terme scientifique le plus courant.

  • 28 Muwāzana, 35.
  • 29 Wasāṭa, 161.
  • 30Umda, II, 225.

27Chose encore plus curieuse, les termes « aḫḏ » et « sariqa » recevaient à égal titre l’éloge quand les critiques voulaient exprimer leur satisfaction d’un thème heureusement repris. On disait : ahṣana-l-aḫḏ. (Il a bien repris le thème)28. Mais on disait aussi : « wa min laṭīf as-saraq... (un exemple de fin plagiat...)29, et on disait encore : wa ajallu-s-sariqāti naẓmu-n-naṯr. (Le plagiat le plus méritant est celui qui consiste à mettre une prose en vers)30.

28C’est pourquoi, chaque fois que ce sera nécessaire, le mot « plagiat » sera dans cette étude entouré de guillemets pour indiquer cette signification atténuée.

***

  • 31 Cf. Fih., 116. L’ouvrage est cité dans Muwāzana, 111, 114, 121, 151.
  • 32 Cf. Fih, 73.
  • 33 Ibid., 146.
  • 34 Ibid., 156.
  • 35 Ibid., 71.
  • 36 Ibid., 111.

29Jamais problème ne fit peut être couler autant d’encre. Si l’on croit Ibn an-Nadīm, un Livre des Plagiats (Kitāb as-sariqāt) fut composé par chacun des auteurs suivants : Ibn al-Mu‘tazz31, Ibn as-Sikkīt32, Aḥ. ibn Abī Ṭāhir (3) et Ja‘far ibn Ḥamdān33. Ibn Kunāsa composa en outre un opuscule sur les plagiats d’al-Kumayt34. D’autres opuscules furent composés par az-Zubayr ibn Bakkar sur les plagiats de Kuṯayyir35 et par Ibn ‘Ammār sur ceux d’Abū Nuwās36.

  • 37 Ibid., 129.
  • 38 Ouvrage conservé en manuscrit. Voir Derenbourg, Cat. des Mss. ar. de l’Escurial, II, 772.
  • 39 Wasāṭa, 162-164.

30Il convient d’ajouter à cette liste l’Epître sur les plagiats d’Abū Nuwās (Risala fī sariqāt Abī Nuwās) de Muhalhil Ibn Yamūt37 dont les abus sont dénoncés par al-Jurjānī38, ainsi que les nombreux épîtres et opuscules qui furent écrits sur les plagiats d’al- Mutanabbī39.

31La plupart de ces écrits semblent être perdus, et il n’est pas sûr que ce soit là une énorme perte, les nombreuses allusions à ces opuscules, dans les ouvrages infiniment plus précieux qu’on a en mains, prouvent qu’ils étaient composés le plus souvent pour satisfaire une animosité personnelle. L’épître haineuse du Vizir Ibn ‘Abbād contre al-Mutanabbī en est un bon exemple.

  • 40Umda, II, 215-226.
  • 41 Ṣinā‘atayn, 149-176.
  • 42 Ṣinā‘atayn, 179.

32On a conservé par contre sur la question des écrits beaucoup plus sensés. Le problème du plagiat constitue par exemple le thème principal dans le Parallèle d’al-Āmidī ainsi que dans la Médiation d’al-Jurjānī. En outre, Ibn Rašīq consacre dans la Base un important chapitre à l’examen de ce même problème40. Enfin, Al-‘Askarī, dans l’ample chapitre qu’il lui consacre aussi dans les Deux Arts41, s’attribue à juste titre l’honneur d’avoir été le premier à traiter méthodiquement cette question42.

33Devant un tel enthousiame on ne peut s’empêcher de se demander : Pourquoi tant de bruits ? On n’étudie plus de nos jours des « plagiats » mais des influences. Et lorsqu’on établit des similitudes entre l’œuvre d’un écrivain et celles de ses contemporains ou prédécesseurs, on le fait moins pour l’accuser de « plagiat » que pour préciser la portée de l’influence que ceux-ci auraient exercée sur lui.

  • 43 Voir ci-dessus 187-8.
  • 44 Wasāṭa, 151.
  • 45 Wasāṭa, 152.
  • 46 Ibid., 152.

34Pour les critiques arabes du moyen âge la question paraissait autrement importante. On a parlé plus haut de l’importance que prenait à leurs yeux le thème poétique dans le sens le plus étroit du terme43. Cette conception de détails explique, à elle seule, ce vif intérêt qu’éveillait chez les critiques la question du « plagiat ». Car le seul « plagiat » qui intéressait alors réellement les critiques était la « reprise » des thèmes. C’est uniquement de cela qu’on entendait parler quand on s’accusait entre poètes de « plagiats », ou quand un critique traitait un poète de « mauvais plagiaire ». Quant au véritable et grave plagiat, celui qui consiste à s’attribuer la forme et le fond d’un vers ou d’un poème appartenant à autrui, il était condamné a priori et perdait de ce fait tout intérêt. Al-Jurjānī nous conseille de ne pas être de ceux qui croient que le « plagiat » consiste uniquement à s’attribuer bel et bien les vers des autres44 ; une telle rapine est maladroite et naïve ; elle ne demande qu’à être découverte et elle est généralement vite découverte. Abū Bujayla n’hésite pas, par exemple, à raconter tout bonnement l’histoire d’un grossier plagiat qu’il aurait voulu commettre, mais qui fut facilement découvert pas son mécène45. Et tout le monde jase des vers sonores qu’al-Farazdaq semblait ravir de force aux autres poètes en les menaçant, s’ils hésitaient à les lui céder, de décocher contre eux ses terribles satires46 :

« On raconte qu’al-Farazdaq dit un jour à Kuṯayyir : tu es le poète le plus illustre quand tu dis :
« Que je voudrais oublier son souvenir ! Mais là où je m’en vais l’image de Layla surgit devant mes yeux ».
— Et toi, répliqua Kuṯayyir, tu es le poète qui as le mieux chanté la gloire de sa tribu quand tu dis :
« Les autres peuples suivent nos traces tant que nous avançons. Un signe de nous suffit pour qu’ils s’arrêtent ».

  • 47 Amālī, Ḏayl, 119.

35La saveur du dialogue n’est appréciable que quand on en dévoile le secret : Le propos d’al-Farazdaq et la réplique de Kuṯayyir sont deux insinuations amères. Les deux poètes auraient respectivement pillé leurs vers de l’œuvre de Jamīl47.

36De pareilles histoires, on les racontait moins pour instruire que pour divertir.

***

37Mais les thèmes ne relevaient pas tous du domaine du plagiat.

  • 48 Muwāzana, 139-140 ; Wasāṭa, 144-146 et ‘Umda, 215-216.

38Les critiques sont unanimes pour en exclure les lieux communs48.

  • 49 Wasāṭa, 144.

« Si l’on réfléchit, dit al-Jurjānī, aux comparaisons suivantes : Il est beau comme le soleil, généreux comme la pluie ou la mer, paresseux et lent comme la pierre ou l’âne, courageux et décidé comme le sabre ou le feu... on s’aperçoit que ces thèmes sont a priori connus de tous, qu’ils sont à la portée de tout être parlant ou muet, éloquent ou bègue, poète ou non. De pareils thèmes ne peuvent donc pas relever du domaine du « plagiat ». Et il est absurde d’accuser quelqu’un d’avoir suivi en cela la trace d’un autre »49.

39Une autre catégorie de thèmes était assimilée par les critiques aux lieux communs, et de ce fait bannie, elle aussi, du domaine du « plagiat ». II s’agit d’un grand nombre de thèmes qui, au début, furent incontestablement créés. Ces thèmes furent depuis tellement repris qu’ils passèrent dans toutes les bouches, exactement comme les lieux communs eux-mêmes. Cela revient à dire qu’un thème s’exclut tout seul du domaine du « plagiat » dès le moment où il fait partie du patrimoine poétique commun. C’est le cas par exemple de ces thèmes qu’on rencontre à chaque pas dans la poésie ancienne :

  • 50 Wasāṭa, 144-145.

« Comparer les traces disparaissantes des campements à l’écriture qui s’estompent, ou à un tissu usé aux couleurs passées, ou aux points de tatouage clairsemés sur les mains. Comparer à des palmiers d’où pendent des régimes de dattes, les montures de la caravane auxquelles des ustensiles sont suspendus... décrire des caravanes fascinées par les mirages, faire allusion aux corbeaux, aux cigales et aux oiseaux de bon et de mauvais augure... comparer la gazelle bondissant à une étoile filante, et le vautour s’abattant au seau qui échappe à sa corde et se précipite au fond du puits, etc... »50.

  • 51 Wasāṭa, 164.

40Ces thèmes traditionnels diffèrent toutefois — quant à l’étendue de leur domaine — des lieux communs proprement dits. Ceux-ci sont en nous a priori, tandis qu’il faut apprendre les thèmes traditionnels. Cet apprentissage nécessite une certaine disposition. L’habitude et l’expérience y sont souvent indispensables. D’où vient que leur domaine est moins vaste que celui des lieux communs. Comparer par exemple une belle joue à une rose, cela nous paraît assez naturel ; mais il n’en est pas de même peut-être pour un poète de désert qui peut bien n’avoir jamais vu de rose. Comparer aussi une jeune fille gardée jalousement par les siens à l’œuf que l’autruche enfouit dans le sable ; si c’est là un thème commun pour les poètes de désert, il ne l’est pas pour les citadins qui peuvent n’avoir jamais vu un bel œuf d’autruche dans son berceau de sable. Il en est de même de tous les thèmes qu’on emploie dans la description des caravanes et du désert ; s’ils sont communs, c’est uniquement pour ceux qui connaissent le désert51.

41Excluons donc du domaine du plagiat les lieux communs et les thèmes traditionnels ; restent les thèmes originaux qu’on peut prétendre avoir créés, et que tous les poètes ne sont pas capables de manier avec le même succès. C’est précisément la « reprise » de tels thèmes qui passionnait les critiques arabes. Pour eux un poète « plagie » quand il emprunte à un autre une pensée ou une image, essayant de l’exprimer à sa façon avec plus ou moins de succès.

***

42Mais, objecterait-on, cet intérêt manifesté alors par la critique à ce sujet, n’était-il pas pour le moins incompatible, d’une part, avec leur culte des Anciens et, d’autre part, avec leur conception de la valeur secondaire du fond poétique ?

43Pour pouvoir répondre à une objection si bien fondée, essayons d’abord de comprendre comment se posait alors, pour les critiques, la question du « plagiat ».

44Le principe semble avoir été le suivant : Non seulement tous les poètes usent des thèmes de leurs prédécesseurs, mais aussi, tous les poètes sont dans la nécessité d’en user, et, partant tous les poètes ont le droit d’en user.

  • 52 Ṣinā‘atayn, 146.

« Personne, déclare Al-‘Askarī, ne peut se passer des thèmes de ses prédécesseurs... »52.

45D’autres critiques vont encore plus loin et déclarent :

  • 53Umda, II, 216. C’est l’opinion, citée par Ibn Rašīq, de son professeur ‘Abd al-Karīm an-Nahšalī.

« Si le poète qui ne compte que sur ses prédécesseurs fait preuve de paresse et d’incapacité, celui qui, par contre, prétend pouvoir se passer de tout thème dans lequel il a été précédé n’est qu’un imbécile »53.

  • 54 Voir entre autres, Sinā’atayn, 184, 195 et 341.
  • 55 Ibn al-Mu‘tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 10.
  • 56 Ibid., 8.
  • 57 Ibid., 9 ; voir d’autres exemples dans les pages 29, 31, 32, 33, 34, 45, 85.

46Souvent, quand les critiques étaient eux-mêmes poètes, ils nous indiquaient avec une placidité désarmante les sources de leurs thèmes. Des aveux de ce genre abondent par exemple dans les œuvres d’Al-‘Askarī54. Ibn al-Mu‘tazz, poète infiniment plus original, qui s’empressait quand il était le créateur d’un thème quelconque de le faire savoir55, n’éprouvait par contre aucune gêne à nous indiquer ses sources si modestes fussent-elles. Il nous avoue, par exemple, qu’en comparant des grappes de raisin à une chevelure touffue et frisée, il ne fait que mettre en vers une image déjà employée en prose par une bédouine décrivant la chevelure de sa fillette56. Il nous avoue aussi que lui et Muslim doivent leur comparaison d’une constellation à une grappe de raisin blanc à une prose de Ru‘ba57...

47Tous les poètes ont donc le droit d’user des thèmes de leurs prédécesseurs. Les Anciens eux-mêmes pratiquaient déjà ce droit. Les Modernes sont plus excusables s’ils en usent à leur tour :

  • 58 Wasāṭa, 166.

« Il arrive souvent à un poète moderne, après avoir pressuré son cerveau pendant plusieurs heures et trouvé une belle et nouvelle idée, de retrouver, à son désespoir, cette même idée dans la vieille poésie en feuilletant un jour l’un de ses recueils »58.

48Les « plagiats » des Modernes diffèrent cependant de ceux des Anciens, quant à la façon dont ils sont exécutés. Les Anciens « plagiaient » avec plus de franchise ou de naïveté. Leurs « plagiats » sautent aux yeux, et les critiques n’ont pas de peine à les dénicher.

  • 59 Wasāṭa, 166.

49Quant aux Modernes, ils « plagient » avec plus de subtilité et de raffinement, voire de dissimulation. Ils ont leur procédés, souvent habiles, pour recréer les thèmes qu’ils empruntent aux autres59. C’est pourquoi, les plagiats des Modernes, intéressaient d’autant plus les critiques qu’ils leur offraient l’occasion d’un subtil et difficile examen.

50Car il semble que cette question du plagiat constituait, dans une certaine mesure, aux yeux des critiques une recherche passionnante sur l’évolution et l’amélioration des thèmes ; recherche qui ne manquait pas de plaire à leur érudition. Ce thème exprimé dans ce vers, est-il dû au poète auquel appartient ce vers ? Sinon, à qui l’a-t-il emprunté ? Qui a créé ce thème pour la première fois et quelle est la valeur poétique de l’original ? Qui sont, chronologiquement si possible, les poètes qui s’employèrent depuis à développer ce thème ? Quelle est la valeur de chaque version ? Quel poète a pu rénover ce thème en y ajoutant une nouvelle nuance ? Quel poète n’a fait que répéter ses prédécesseurs et qui est celui qui a complètement échoué ? Ce sont là quelques-unes des questions que se posaient ces vieux explorateurs de « plagiats », et auxquelles ils s’efforçaient de répondre, grâce à des recherches laborieuses soutenues par une érudition des plus riches.

  • 60 Ibid., 143.
  • 61 Ibid.

51Ces critiques avaient pleinement conscience des difficultés que présentait ce problème. « C’est là une matière que seul peut manier un critique sagace et érudit »60, nous dit al-Jurjānī. Il accusait en même temps les adversaires d’al-Mutanabbī qui s’acharnaient à découvrir un « plagiat » dans chacun de ses vers, de « ne savoir du plagiat que le nom »61.

52L’étude, ainsi conçue, du « plagiat » nécessitait certes une incontestable érudition. La source d’un thème n’était pas toujours facile à découvrir, surtout quand l’emprunt était habilement déguisé. En outre, un vers n’avait pas toujours une seule source ; il pouvait être puisé en fragments dans plusieurs autres vers. C’est le cas de ce vers d’Abū Tammām :

« Ils les saluèrent avec les lances, puis, ils leur tendirent les pointes comme pour leur serrer la main ».

53D’après al-Āmidī, la première partie de ce thème serait dûe au vers suivant de Muslim :

« Ils se saluèrent avec les pointes des lances, et s’enlacèrent de haine non de sympathie ».

54Et la deuxième partie au vers suivant d’Abū Isḥāq at-Taġlibī :

  • 62 Muwāzana, 44.

« Je lui tendis ma blanche et tranchante épée, comme on tend la main à un ami »62.

  • 63 Ibid., 26-27.

55Il y avait aussi à établir la généalogie des thèmes ; passion étrange qui n’en demandait pas moins un savoir et une mémoire prodigieuse. En voici un exemple caractéristique. Il s’agit de décrire les bandes de rapaces qui s’abattent sur un champ de bataille pour se nourrir des cadavres des tués ; thème de guerre traditionnel dans la poésie arabe. Al-Āmidī63 tente d’établir la généalogie de ce thème à propos de ces deux vers où Abū Tammām décrit une armée en marche :

  • 64 Il faut sous-entendre que les vautours accompagnaient l’armée parce qu’ils étaient sûrs, qu’après (...)

« Au lever du jour, les vautours sanguinaires tournoyaient déjà au-dessus des vautours brodés sur les étendards.
« Comme s’ils faisaient partie de l’armée, ils l’accompagnaient, mais sans prendre part au combat »64.

56D’après al-Āmidī, ces vers seraient puisés par Abū Tammām dans le vers suivant de son contemporain Muslim :

« Il a l’habitude de vaincre. Les rapaces en sont sûrs. C’est pourquoi chaque fois qu’il part au combat ils l’accompagnent ».

57Le poète pré-islamique al-’Afwah al-’Awdī aurait été, d’après al-Āmidī, le premier à avoir créé ce thème. Il avait dit déjà :

« [Quand nous partons en guerre] tu vois les rapaces nous suivre de loin, sûrs qu’ils sont de trouver à manger... ».

58Après lui, un autre pré-islamique : an-Nābiġa, aurait repris ce thème et dit :

« Bande après bande, les rapaces tournoient au-dessus de leur armée partant en razzia.
« Ils sont sûrs que ces hommes sortiront victorieux du combat dès le premier choc ».

59C’est le poète islamique Ḥumayd ibn Ṯawr qui aurait depuis repris le thème dans la description d’un loup :

« Quand il va chasser, un nuage de rapaces le suit guettant ses exploits ».

60Après lui c’est Abū Nuwās qui reprend ce thème dans son célèbre panégyrique en l’honneur du général Abū Dulaf al-’Ijlī :

« Impatiemment les rapaces guettent ses batailles, étant sûrs d’être rassasiés de ses victimes ».

  • 65 Voir d’autres exemples dans aš-Šir wa-š-šuarā, 178-179, et Ṣinā‘atayn, 156-157, 178-179.

61C’est de ce vers d’Abū Nuwās que Muslim aurait tiré son vers cité plus haut, qui, à son tour, aurait servi de source à Abū Tammām65

62S’il nous est permis de douter de la valeur d’un tel dépouillement, reconnaissons au moins à ces généalogistes d’idées cette érudition étonnante et cette curiosité insatiable et laborieuse.

***

  • 66 Aš-Šir wa-š-šuarā’, 299.
  • 67 Muwāzana, 44.
  • 68 Ibid., 48.
  • 69 Ibid., 29.

63La recherche des sources des thèmes et l’établissement de leur généalogie furent, toutefois, moins des buts visés pour eux-mêmes, que des moyens servant à comparer l’habileté de deux ou de plusieurs poètes puisant dans la même source. Souvent, la découverte de la ressemblance de deux vers appartenant à deux poètes semble plus intéresser les critiques, que de savoir lequel de ces deux auteurs avait copié sur l’autre. Ibn Qutayba se contente de faire remarquer la similitude d’un vers d’al-Farazdaq et celui d’un poète anonyme sans chercher à savoir lequel des deux poètes est le véritable créateur du thème66. Al-Āmidī commence par désigner un vers de ‘Adiy ibn ar-Riqā’ comme étant la source d’un vers d’Abū Tammām67. Quelques pages plus loin le même vers d’Abū Tammām serait cette fois puisé dans un vers de Hassan68. Ailleurs, le même critique hésite à déterminer la source du thème d’un second vers d’Abū Tammām. Celui-ci a-t-il emprunté son thème à la poétesse Maryam bint Ṭāriq ou à Jarīr ? Et l’auteur d’ajouter : « Je ne sais pas non plus, si c’est la poétesse qui a emprunté son thème à Jarīr, ou si ce fut le contraire »69.

64Puisque le fait d’user des thèmes d’autrui était une nécessité et — partant — un droit, le « plagiat » ne constituait en principe pour la critique objective qu’un fait neutre ne souffrant en lui-même ni blâme ni éloge. D’ailleurs, même quand la « reprise » des thèmes en elle-même serait blâmable, aurait-on toujours suffisamment de preuves pour affirmer la culpabilité du poète présumé « plagiaire », alors que la possibilité d’une identité d’inspiration ne peut pas être écartée d’emblée ?

  • 70 Wasāṭa, 166.

« Je m’interdis, écrit al-Jurjānī, et je n’accorde pas aux autres le droit de condamner avec certitude, comme plagiaire, un poète quel qu’il soit »70.

65Le « plagiat », en lui-même, est donc un fait amoral exactement comme le fait d’écrire des vers. On ne condamne pas un poète parce qu’il use des thèmes de ses prédécesseurs, pas plus qu’on ne le condamne parce qu’il fait des vers. Mais, de même qu’il est légitime de louer un poète qui écrit de beaux vers et de censurer un autre qui n’en écrit que de mauvais, il est légitime aussi de distinguer le bon du mauvais « plagiaire ».

66Reprendre un thème est donc un fait qui en lui-même ne souffre pas l’évaluation. Ce qui la souffre c’est la façon dont on reprend ce thème. De là ces deux principes :

  1. Bien « plagier » est un mérite qui ne le cède en rien à celui de la création.
  2. Mal plagier est un défaut qui vaut le blâme, voire le ridicule.

67Bien plagier un thème, c’est rehausser la valeur de ce thème créé par autrui, soit en y ajoutant une nouvelle nuance, soit en la revêtissant d’une forme meilleure.

  • 71Umda, II, 223.

« Certes, dit Ibn Rašīq, le créateur d’un thème a son mérite... Mais celui qui, après lui, prend le même thème et le rend meilleur, soit en le rendant plus concis alors qu’il était d’une ampleur inutile..., soit en l’éclaircissant alors qu’il était confus, soit en lui choisissant un vocabulaire plus juste et un mètre plus gracieux alors que le vocabulaire en était banal et le mètre assez rude, celui-ci, plus que le véritable-créateur, peut en réclamer la paternité »71.

68Le poète pré-islamique as-Samaw’al dit :

« Nous aimons mourir [en héros] et cela raccourcit notre vie, alors que nos ennemis vivent parce qu’ils ont peur de la mort ».

69Abū Tammām reprend ainsi le thème :

« Pourquoi se réjouir de les voir tomber en pleine bataille ? Leur courage les fit périr et la peur vous sauva ».

  • 72 Ṣinā‘atayn, 149.

70Al-‘Askarī constate la supériorité incontestable d’Abū Tammām qui, d’une part, rend le thème plus énergique et plus expressif en le concentrant dans un seul hémistiche, et d’autre part, réussit cette heureuse antithèse : Courage-peur, faire périr-sauver72. Il en est de même d’Abū Nuwās qui concentre dans cet hémistiche :

«…,  et guéris-moi par celle [la boisson] qui fut la cause de ma maladie »

71Ce thème qu’al-A‘šā exprime dans un vers entier :

  • 73 Ibn al-Mu’tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 12-13.

« J’ai bu une première coupe pour mon plaisir, et une seconde pour me guérir de la première »73.

72Les critiques ne se contentaient pas de faire l’éloge du bon « plagiat » et d’en censurer le mauvais. Au fur et à mesure qu’ils les découvraient au cours de leurs recherches, ils expliquaient et enseignaient aux poètes les procédés discrets capables de tromper la critique sur l’origine du thème emprunté. Car, plus cette origine était difficile à découvrir, plus la « reprise » du thème offrait d’intérêt.

73Trois de ces procédés furent particulièrement mis à l’honneur :

74Le premier consiste à transférer un thème d’un genre à un autre ; à emprunter, par exemple, un thème érotique pour l’employer dans un poème bachique :

« Une beauté telle que, quand la nuit déploie ses ailes, son interlocuteur peut se passer de lumière ».

75Abū Nuwās aurait repris ainsi ce thème de Baššār dans un poème bachique :

  • 74 Il s’agit de la lumière du vin.
  • 75 Ibn al-Mu‘tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 37-38 ; voir d’autres exemples dans Sinā’atayn, 147-148.

« Cherche-moi la lampe, me dit-il. Doucement ! lui répondis-je, sa lumière74 nous suffit.
« Et j’en versai dans une coupe une gorgée qui, jusqu’au lever du jour, fut notre jour »75.

76Le deuxième procédé consiste à mettre en vers un thème n’ayant été antérieurement employé qu’en prose. En voici un exemple caractéristique d’Abū Tammām :

« Elle s’étonne de me voir un corps si chétif ; comme si la gloire n’était qu’une partie de lutte » !

77La source de ce vers serait d’après Al-‘Askarī l’anecdote suivante :

  • 76 Ṣinā‘atayn, 159 ; voir d’autres exemples dans ‘Umda, 225.

« Le gouverneur de l’Irak, Ziyad ibn Abīh, dit un jour à Abu-l-Aswad ad-Du’alī : si tu n’étais pas malingre, je te chargerais d’une administration quelconque. Et Abu-l-Aswad de lui répondre : si tu veux me mander pour une partie de lutte, je t’avoue que je ne suis pas bon lutteur. Mais si c’est pour commander, il ne me sera pas difficile de donner des ordres »76.

78Dans ces deux exemples, prétendent nos critiques, le « plagiat » est heureux, parce que dans la copie la forme est plus réussie que dans l’original, alors que l’idée reste strictement la même.

79Voici à présent un exemple où la copie vaut par la nouvelle nuance qu’elle ajoute au thème. Un poète nomade dit :

« La générosité est là où la foule se presse ».

80Baššār après lui écrit :

« Les oiseaux s’abattent là où l’on jette la graine... ».

81Enfin, un troisième exprime ainsi la même idée :

  • 77 Ṣinā‘atayn, 157.

« Une source douce connaît toujours la grande affluence »77.

82Les trois poètes traitent du même thème, mais chacun l’illustre d’une image différente.

  • 78 Ṣinā‘atayn, 174 ; voir dans la Wasāṭa, 150, des exemples de « mauvais » plagiat.

83Faire le contraire de ce qu’on vient de voir, c’est mal « plagier ». Un thème est mal repris quand il est médiocrement ou moins heureusement exprimé que l’original ; cela, soit en le rendant obscur et enchevêtré, soit en le revêtissant d’une forme défaillante78.

  • 79 Voir ci-dessus, 196.

84Mal « plagier » un thème c’est enfin le reprendre avec sa forme ; c’est du pur vol qui n’offre à la critique, comme on l’a noté plus haut79, aucun intérêt.

  • 80 Wasāṭa, 141.
  • 81 Muwāzana, 26.
  • 82 Ibid., 35.
  • 83 Ibid., 34.

85Ainsi, il nous est aisé de comprendre certaines expressions qu’on rencontre fréquemment dans les ouvrages critiques, et qui, de prime abord, paraissent comme contradictoires : Min laṭīf as-saraq (un exemple de fin plagiat)80, aḫaḏa -l-ma‘nā fa ajāda wa-aḥsana (il reprit le thème et le réussit à merveille)81, aḥsana-l-aḫḏa (il reprit bien le thème)82, aḥsana -l-ittibāa (il a bien suivi le modèle)83.

86L’inversion du thème constitue enfin le troisième de ces procédés. Ici le poète contredit un prédécesseur, tout en lui empruntant le thème. En voici un exemple pris à Abū Nuwās :

« Quand, de très bonne heure, tu m’offres une coupe de reproches, tâche au moins d’en couper le vin par le nom de ma bien-aiméee ».

87Deux poètes auraient repris ce thème : Abū-š-Šīṣ et al-Mutanabbī. Le premier n’aurait fait que le répéter exactement, moins la métaphore, en disant :

« J’aime à tel point entendre répéter ton nom, que je me délecte des rereproches qu’on m’adresse à ton sujet ».

88Le second aurait heureusement réussi l’inversion de ce thème en disant :

  • 84 Wasāṭa, 161, et ‘Umda, II, 220.

« Quoi ! Pourrais-je à la fois l’aimer et aimer les reproches qu’on m’adresse à son sujet. »84.

89On voit, jusqu’à quel point, les critiques poussaient leurs recherches, parfois trop subtiles.

***

90Nous nous sommes attachés jusqu’ici à parler du « plagiat » poétique tel que le concevait, jusqu’au milieu du Vème siècle, une critique s’efforçant dans la mesure du possible d’être objective. Un système si dangereusement subtil, ne pouvait pas aller cependant sans abus, surtout quand il était manié imprudemment et avec moins de compétence, ou quand il ne servait qu’à satisfaire des griefs et des rivalités personnels.

91Le système est en lui-même une pente glissante. Toute ressemblance entre deux thèmes constituait un soupçon de « plagiat ». Quelles étaient les limites de cette ressemblance ? Elles n’étaient pas très claires, ou plutôt il n’y en avait pas du tout. Une prudente objectivité, soutenue par une sûre compétence, était nécessaire pour retenir les pas du critique, qui se proposait de remonter cette pente sans accidents. Or tous les critiques n’étaient pas armés de cette objectivité ou de cette compétence, et les chutes étaient fréquentes. Cela surtout quand le soi-disant critique était, pour une raison ou pour une autre, le rival du poète. Il ne lui était pas alors difficile, quand il le voulait, et il le voulait souvent, d’accuser son rival d’être plagiaire et de le prouver, en trouvant presque à chacun de ses thèmes une origine plus ou moins confuse dans la poésie de ses prédécesseurs.

  • 85 Blachère, Thèse, 267-8.
  • 86 Ibid.

92Aussi, le jeune et ambitieux Secrétaire d’État Ibn ‘Abbād, excédé de voir l’orgueilleux al-Mutanabbī lui préférer le Vizir Ibn al-‘Amīd, décoche-t-il contre le poète son épître venimeuse pour déceler ses défauts et surtout ses prétendus larcins85. C’est vraisemblablement aussi le cas de l’épître qu’al-Ḥātimī a composée contre les plagiats du même poète. L’auteur ne fait que venger son amour-propre et celui de son mécène, le Vizir al-Muhallabī, blessés par l’arrogance et l’indifférence du grand poète86.

  • 87 Muwāzana, 129-139.
  • 88 Ibid., 55.
  • 89 Wasāṭa, 162.
  • 90 Ibid. Ibn Abī Ṭāhir est l’auteur d’un K. as-Sariqat (voir ci-dessus 194).
  • 91 Wasāṭa, 162. Ibn ‘Ammār a-t-il donc composé un opuscule sur les plagiats d’Abù Tammâm ? Toujours e (...)
  • 92 Wasāṭa, 162-164 ; sur l’opuscule de Muhalhil, voir ci-dessus, 194.
  • 93Umda, II, 216.

93Les autorités critiques les plus sûres de l’époque, dont on vient d’étudier l’opinion relativement modérée et loyale au sujet du « plagiat », ne manquèrent pas de mettre à l’index quelques opuscules haineux où l’abus était poussé à l’extrême. Al-Āmidī censure par exemple sévèrement les abus d’un certain Abū-ḍ-Ḍiyā Bišr ibn Tammām contre al-Buḥturī87. Il raille aussi Abū ‘Alī as-Sijistānī qui prétend que tous les « thèmes » d’Abū Tammām, exception faite de trois seulement, sont empruntés aux autres poètes88. Al-Jurjānī flétrit à son tour les abus du même Abū-ḍ-Ḍiyā89, s’élève en outre contre les excès d’Ibn Abī Ṭāhir90 et d’Ibn ‘Ammār91 à l’égard de l’œuvre d’Abū Tammām, et insiste surtout sur le ridicule acharnement de Muhalhil ibn Yamūt contre Abū Nuwās92. Enfin Ibn Rašīq met en doute l’impartialité d’un opuscule intitulé al-Munṣif (l’Impartial), qu’Ibn Wakī’ a composé contre les plagiats d’al- Mutanabbī93.

***

  • 94 Voir sur ce sujet : Garcin de Tassy, Rhétorique des Nations musulmanes, IVème partie, le plagiat, (...)

94Voici, étudié dans ses lignes essentielles, le problème du « plagiat » tel que nous le représentent les ouvrages arabes jusqu’au milieu du vème siècle de l’Hégire. L’étude du plagiat se développera plus tard et comportera des divisions et des subdivisions nettement définies et limitées, mais les lignes générales resteront les mêmes94.

95On est en mesure maintenant de répondre à la question qu’on s’est posée plus haut, à savoir si le grand intérêt que les critiques accordaient à ce problème n’était pas en contradiction à la fois : et avec leur culte des Anciens, et avec leur conception de la valeur secondaire du fond poétique ?

96La poétique arabe se montre de ce point de vue solidement cohérente. Encourager les poètes à bien « plagier » les vieux thèmes, et exiger d’eux de se faire un point d’honneur de les cultiver et de les remanier toujours, cela, loin d’être incompatible avec leur culte des Anciens, ne fait au contraire que mieux l’illustrer. Affirmer d’autre part le droit que tout poète a d’user des thèmes de ses prédécesseurs, et déclarer que celui qui rehausse la valeur d’une idée empruntée à un autre a souvent plus de mérite que celui qui l’a créée, cela accuse plus que jamais la valeur secondaire du fond poétique aux yeux des critiques.

97Ibn Rašīq lui-même, qui au sujet de la valeur du fond poétique se montre moins réactionnaire que ses prédécesseurs, tombe, comme par hasard, d’accord avec eux sur toutes leurs vues concernant le plagiat. Alors que ses prédécesseurs sont du moins systématiques dans leur réaction, Ibn Rašīq, Moderne ici Ancien là, tombe dans la contradiction. De là ce soupçon qu’on ose émettre ; le modernisme d’Ibn Rašīq sur certains points marque-t-il dans la poétique classique des Arabes un réel progrès, ou n’est-il plutôt qu’un modernisme oratoire, ayant pour seule raison le penchant naturel qu’on a à réagir contre la réaction ?

***

98Enfin, une dernière question à poser : Les poètes avaient-ils sur le « plagiat » le même point de vue que les critiques ? Ne subirent-ils pas une action ou une réaction ?

99Certes, les poètes n’hésitaient pas le moins du monde à user des thèmes de leurs prédécesseurs. Non seulement parce que les critiques les y encourageaient, mais aussi parce qu’ils y étaient forcés. Du moment qu’on se nourrit d’une même littérature et qu’on emploie une langue commune, la rencontre des idées est inévitable.

  • 95 Cité dans le Dictionnaire de la Conversation, Tome 44, art. plagiaire.

« Il se trouve des gens assez peu sensés — écrit La Mothe Le Vayer dans ses Pensées — pour soutenir qu’on ne doit jamais se prévaloir du travail des anciens auteurs, prétendant que nous devons produire de nous-mêmes des pensées qui égalent les leurs, en ajoutant que ceux qui se servent des productions des Anciens resteraient muets si ces anciens n’avaient pas parlé. Cela serait juste, sans doute, si ceux qui respectent l’antiquité se prévalaient crûment de ce qu’elle nous a laissé sans y rien mettre du leur. Mais ceux qui ont du goût sauront donner des applications neuves aux pensées des Anciens et illustrer souvent le travail de ceux qui les ont devancés »95.

100On peut donc seulement demander au poète, en échange de ces emprunts légitimes, d’illustrer les idées qu’il emprunte aux autres et de leur donner des applications neuves, ce dont les poètes arabes s’acquittaient à merveille.

101Mais les poètes ne paraissaient pas se contenter de ce rôle de décorateur ou de restaurateur. Un grand nombre d’entre eux faisaient de la création des thèmes nouveaux leur point d’honneur. Ils n’hésitaient pas au besoin — tel fut le cas d’Abū Tammām, dans certains de ses vers — à brusquer l’expression pour sauver l’idée.

102Voulant pour une fois être équitable à l’égard d’Abū Tammām al-Āmidī écrit dans son Parallèle :

  • 96 Muwāzana, 171.

« Les partisans d’al-Buḥturī de l’école de Baṣra, eux qui préfèrent en poésie le naturel à l’artifice, reconnaissent toutefois à Abū Tammām le mérite de savoir dégager et créer des thèmes subtils. Ils ajoutent que si quelques-uns de ses thèmes sont banaux ou condamnables, le plus grand nombre en est constitué par de véritables trouvailles. Le fond, ajoutent-ils encore, intéressait plus Abū Tammām que la forme... Ainsi les adversaires d’Abū Tammām eux-mêmes lui concédent le mérite auquel prétendent tous les poètes : à savoir, la création des idées »96.

  • 97 Voir ci-dessus 190-191.

103Cette dernière phrase a certainement sa valeur, surtout quand elle vient de la plume d’un critique généralement peu équitable à l’égard d’Abū Tammām. Tous les poètes voulaient être des créateurs d’idées. Et Ibn Rašīq nous entretient longuement, nous l’avons vu plus haut97, des Modernes qui ont enrichi de beaucoup le fond poétique.

  • 98 Cf. Blachère, Vue d’ensemble sur la poétique classique des Arabes, 16.

104On n’est pas d’accord donc avec M. Blachère quand il nous entretient du « dédain du poète arabe pour la qualité et l’originalité de l’idée »98. On inclinerait plutôt à croire que ce sont les critiques, et non les poètes, qui allaient quelquefois dans leur adoration de la forme jusqu’au dédain de l’idée :

  • 99 Ibid., 14.

« S’il reste entendu, écrit M. Blachère, que pour un Théophile Gautier, pour un Théodore de Banville, la grande loi est de faire des vers pour rien, pour le plaisir, sans souci d’édifier, d’instruire, néanmoins le souci de la forme ne fait pas oublier qu’un lieu commun, même coulé dans un moule impeccable, demeure malgré tout un lieu commun. Pour un poète arabe rien de semblable. La qualité de l’idée pour lui est sans importance. Al-‘Askarī, écrit en effet, « Aucun écrivain ne peut se dispenser d’emprunter ses idées à ses devanciers... »99.

105Dans la même page, Al-‘Askarī, est représenté comme « un critique arabe du xième siècle ». Son opinion donc est celle d’un critique et n’engage en rien les poètes

106Quelques poètes semblent avoir été plus ou moins paresseux. Mais il nous est très difficile de croire qu’un Abū Tammām, qu’un Ibn ar-Rūmī, qu’un Ibn al-Mu‘tazz, qu’un al-Mutanabbī, ou qu’un al-Ma‘arrī, fussent des poètes paresseux, et que leurs idées poétiques fussent uniquement celles des autres.

« Prince, si la poésie tarissait, ta générosité l’aurait déjà tarie, [tellement les poètes y puisent pour te couvrir de gloire].
« Mais elle est la pluie de l’esprit ; quand quelques-unes de ses nues se dissipent, d’autres immédiatement les remplacent ».

107Ainsi Abū Tammām, chantant son mécène, chantait en même temps le renouvellement éternel du fond poétique.

108Et l’orgueilleux poète al-Mutanabbī, célébrant les exploits de Sayf ad-Dawla n’oublie pas non plus de célébrer sa propre originalité :

« Délaisse toute voix autre que la mienne. C’est moi qui chante et les autres ne sont que mes échos ».

109Enfin la révolte du libertin Abū Nuwās contre les thèmes poétiques traditionnels qu’il excellait à ironiser, n’est un secret pour personne.

110Nous croyons que des poètes d’une telle trempe étaient loin de dénigrer l’originalité de l’idée.

111Ces poètes furent assez grands pour affronter sans chanceler les critiques qu’ils suscitaient par leur originalité. Car il fallait être grand poète pour pouvoir plus ou moins se soustraire à l’emprise des doctrines ambiantes. Et quand on ne l’était pas, il fallait chercher le salut, et surtout l’argent, en satisfaisant à ces doctrines qui étaient aussi celles de tous les plalais princiers ou royaux qui finançaient, souvent très largement, les poètes. Ces doctrines exigeaient avant tout une forme impeccable dans la ligne de la forme ancienne. Peu leur importait l’originalité de l’idée. Les poètes se pliaient sagement à ces exigences ou finissaient par s’y plier. C’est pourquoi d’ailleurs les clichés abondaient surtout dans la poésie de Cour.

Notes

1 Voir ci-dessus 121-127.

2 Voir ci-dessus 172-174.

3 Diwan, II, 169. La version française est de R. Blachère, Thèse, 99.

4 Voir ci-dessus 26-28.

5 Voir ci-dessus 22-23.

6 Voir ci-dessus 121-127.

7 Voir ci-dessus 72-73.

8 Aš-šir wa-š-šuarā’, 8.

9 Naqd aš-šir, 36-40.

10 Naqd aš-šir, 54.

11 Ibid.

12 Voir ci-dessus 102-103.

13Umda, I, 151-153.

14 Ibid., II, 183.

15Umda, II, 185.

16 Ibid., II, 183.

17 Ibid., I, 176-177.

18Umda, II, 188.

19 Voir ci-dessus, 126-7.

20 Voir ci-dessus, 144-5, ce que dit Qudāma au sujet du renouvellement des thèmes comparatifs.

21 Le titre de l’opuscule de Muhalhil ib. Yamūt contre Abū Nuwās est : Sariqāt Abī Nuwās (Les plagiats d’Abū Nuwās). Celui de l’épître d’al-Ḥātimī est : ar-Risāla al-Mūḍiḥa bi-ḏikr sariqāt Abi-ṭ-Ṭayyib... (Épître mettant au jour les plagiats d’Abū-ṭ-Ṭayyib...).

22 Ṣinā‘atayn, 146.

23 Ibid., 172.

24 Ibid., 173.

25Umda, II, 215.

26 Wasāṭa, 157.

27 Voir entre autre, Sināatayn, 179, et ‘Umda, II, 215-216 et 224.

28 Muwāzana, 35.

29 Wasāṭa, 161.

30Umda, II, 225.

31 Cf. Fih., 116. L’ouvrage est cité dans Muwāzana, 111, 114, 121, 151.

32 Cf. Fih, 73.

33 Ibid., 146.

34 Ibid., 156.

35 Ibid., 71.

36 Ibid., 111.

37 Ibid., 129.

38 Ouvrage conservé en manuscrit. Voir Derenbourg, Cat. des Mss. ar. de l’Escurial, II, 772.

39 Wasāṭa, 162-164.

40Umda, II, 215-226.

41 Ṣinā‘atayn, 149-176.

42 Ṣinā‘atayn, 179.

43 Voir ci-dessus 187-8.

44 Wasāṭa, 151.

45 Wasāṭa, 152.

46 Ibid., 152.

47 Amālī, Ḏayl, 119.

48 Muwāzana, 139-140 ; Wasāṭa, 144-146 et ‘Umda, 215-216.

49 Wasāṭa, 144.

50 Wasāṭa, 144-145.

51 Wasāṭa, 164.

52 Ṣinā‘atayn, 146.

53Umda, II, 216. C’est l’opinion, citée par Ibn Rašīq, de son professeur ‘Abd al-Karīm an-Nahšalī.

54 Voir entre autres, Sinā’atayn, 184, 195 et 341.

55 Ibn al-Mu‘tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 10.

56 Ibid., 8.

57 Ibid., 9 ; voir d’autres exemples dans les pages 29, 31, 32, 33, 34, 45, 85.

58 Wasāṭa, 166.

59 Wasāṭa, 166.

60 Ibid., 143.

61 Ibid.

62 Muwāzana, 44.

63 Ibid., 26-27.

64 Il faut sous-entendre que les vautours accompagnaient l’armée parce qu’ils étaient sûrs, qu’après sa victoire, ils seraient rassasiés des cadavres de ses ennemis.

65 Voir d’autres exemples dans aš-Šir wa-š-šuarā, 178-179, et Ṣinā‘atayn, 156-157, 178-179.

66 Aš-Šir wa-š-šuarā’, 299.

67 Muwāzana, 44.

68 Ibid., 48.

69 Ibid., 29.

70 Wasāṭa, 166.

71Umda, II, 223.

72 Ṣinā‘atayn, 149.

73 Ibn al-Mu’tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 12-13.

74 Il s’agit de la lumière du vin.

75 Ibn al-Mu‘tazz, Fuṣūl at-Tamāṯīl, 37-38 ; voir d’autres exemples dans Sinā’atayn, 147-148.

76 Ṣinā‘atayn, 159 ; voir d’autres exemples dans ‘Umda, 225.

77 Ṣinā‘atayn, 157.

78 Ṣinā‘atayn, 174 ; voir dans la Wasāṭa, 150, des exemples de « mauvais » plagiat.

79 Voir ci-dessus, 196.

80 Wasāṭa, 141.

81 Muwāzana, 26.

82 Ibid., 35.

83 Ibid., 34.

84 Wasāṭa, 161, et ‘Umda, II, 220.

85 Blachère, Thèse, 267-8.

86 Ibid.

87 Muwāzana, 129-139.

88 Ibid., 55.

89 Wasāṭa, 162.

90 Ibid. Ibn Abī Ṭāhir est l’auteur d’un K. as-Sariqat (voir ci-dessus 194).

91 Wasāṭa, 162. Ibn ‘Ammār a-t-il donc composé un opuscule sur les plagiats d’Abù Tammâm ? Toujours est-il que la Fih. ne mentionne de lui qu’un opuscule contre les plagiats d’Abū Nuwās, (voir ci-dessus 194).

92 Wasāṭa, 162-164 ; sur l’opuscule de Muhalhil, voir ci-dessus, 194.

93Umda, II, 216.

94 Voir sur ce sujet : Garcin de Tassy, Rhétorique des Nations musulmanes, IVème partie, le plagiat, 216 et suiv.

95 Cité dans le Dictionnaire de la Conversation, Tome 44, art. plagiaire.

96 Muwāzana, 171.

97 Voir ci-dessus 190-191.

98 Cf. Blachère, Vue d’ensemble sur la poétique classique des Arabes, 16.

99 Ibid., 14.

© Presses de l’Ifpo, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search