Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Annexe II. Essai pour une analyse épigraphique

Texte intégral

  • 1 t. VII,.p. 214-250 et t. VIII, p. 33-257.
  • 2 VAN BERCHEM, 1900, p. 438.

1L'étude des inscriptions découvertes à Damas et dans ses dépendances n'a pas pour objet l'examen du style ou des caractères scripturaires, puisque cette étude a été déjà entreprise par plusieurs chercheurs. Notre travail s'intéresse essentiellement aux titulatures accordées à chacun des personnages concernés par une des inscriptions. C'est donc un essai pour mieux comprendre l'importance de ces personnages, leur situation, leurs actions et surtout l'influence qu'ils exerçaient sur le peuple, et même parfois les titres posthumes que leur réputation leur avait acquis. Nous nous limitons à reproduire les inscriptions qui concernent l'époque de notre étude et qui ont, pour la plupart, été présentées et traduites par j. Sauvage et G. Wiet dans le Répertoire Chronologique épigraphe Arabe1. En général, ces inscriptions appartiennent au groupe épigraphique des Salğūqides et des atabegs de Damas. Elles sont écrites en coufique que des spécialistes dans ce domaine appellent « le coufique des atabegs ou des Būrīdes de Damas ». Celui-ci est, selon Van Berchem2, pratiquement similaire au coufique fatimide égyptien, à quelques différences près, comme par exemple l'absence d'ornement et de queues pour les lettres en rinceaux.

  • 3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 442-443.

2Dans ces inscriptions, il est important de signaler l'introduction des mots persans dans la titulature des princes et des émirs turcs. Outre les mots atabeg et ātūn qu'on suppose courants à cette époque, d'autres titres y figurent comme alp gāzī, le guerrier ; bahlawàn, héros ; asrū, souverain, etc. Ibn al-Qalānisī nous montre à quel point la titulature des souverains s'est enrichie, d'une manière excessive, depuis l'avènement, en force, des Turcs salğūqides et leur installation en Iraq. Il dresse toute une liste de titres qu'on accordait au sultān salğūqide, aux maîtres de la Syrie et à ceux de Damas3.

3Les inscriptions qui offrent un intérêt direct pour notre étude sont reproduites en premier, en commençant par celles qui concernent les princes et les émirs de Damas, puis viennent celles qui concernent les émirs des dépendances damascaines et les personnages dont l'importance est moindre. Enfin viennent des inscriptions qui ont peu d'intérêt pour notre étude mais qui appartiennent à l'époque que nous traitons et qui, pour cette raison, seront également reproduites ici mais sans être spécialement analysées, faute de documents.

4Les inscriptions retrouvées dans les dépendances de la principauté mais datées d'une époque où ces dépendances étaient sorties de l'orbite du pouvoir de Damas ne sont pas présentées dans cette étude.

5Il nous a semblé important de reproduire une inscription qui n'appartient pas au RCEA et qui concerne l'émir Faḫr al-Dawla Ǧumuštakīn (ou Kumuštakīn), gouverneur de Ba‘labakk. Elle est éditée par s. Ory dans son ouvrage, Cimetières et inscriptions du Hawrān et du Gabal al-Durūz.

N°2734. Texte de Construction. DAMAS

6Mosquée des Umayyades : plaque de marbre, 60 X 100, sur le pilier sud-ouest, face nord. Dix-sept lignes en coufique simple ; petits caractères, en relief (Musée de Damas).

7Publication : VAN BERCHEM, « Notes d'archéologie », JA, I. p. 421 ; 1892, I, p. 395 ; VAN BERCHEM, « inscription arabes de Syrie », MIE, III, p. 430 ; Revue de l'Académie arabe, I, p. 14 ; ǦA‘FAR HASANĪ, Dalīl, p. 21.

8Reproduction : VAN BERCHEM, op. cit., MIE, III, pl. IV.

أمر بعمارة هذه القبة و المقصورة c. III,16,17 (4-1) بسمله -
والسقف والطاقات (6) والأركان في خلافة الدولة العباسية أيام (7) الإمام
المقتدى بأمر الله أمير المؤمنين وفي (8) دولة السلطان المعظم شاهنشاه
الا(9)عظم سيد ملوك، الأمم أبي الفتح ملك (10) شاه بن محمد وأيام أخيه
الملك الأجل المؤيد (11) المنصور تاج الدولة وسراج الملة وشرف الأ(12)مة
أبي سعيد ننش بن ملك الإسلام ناصر أمير المؤ(13)منين وفي أيام وزارة
الشيخ الآجل نظم الملك (14) أتابك أبي علي الحسن بن علي الوزير الآجل
السيدة (15) فخر المعالي ناصح الدولة عميد الحضرتين أبو (16) نصر أحمد بن
الفضل من خالص ماله ابتغاء ثواب (17) الله عز وجل في شهور سنة خمس
وسبعين وأربع مائة

[…] La construction de cette coupole, de la maqsūra, du plafond, des fenêtres et des piliers a été ordonnée pendant le califat de l'empire ‘abbāsside, aux jours de l'imām al-Muqtadī bi-amr Allāh, émir des croyants, sous l'empire du sulṭān magnifié, l'auguste roi des rois, le seigneur des rois des nations, Abū al-Fatḥ Malik Sāh, fils de Muhammad, aux jours de son frère, le roi très illustre, assisté de Dieu, le vainqueur Tāg al-Dawla, le flambeau de la communauté, la noblesse de la nation, Abū Sa‘īd Tutus, fils du roi de l'islam, le défenseur de l'émir des croyants, et dans les jours du vizirat du sayḫ très illustre, Nizām al-Mulk, l'atabeg Abū ‘Alī al-Ḥasan, fils de ‘Alī, par le vizir très illustre, le seigneur, l'orgueil des hautes qualités, le loyal conseiller de l'empire, l'homme prépondérant des deux majestés, Abū Naṣr Aḥmad, fils d'al-Faḍl, du plus pur de sa fortune, dans le désir de la récompense de Dieu, dans les mois de l'année 475/1082.

N° 2735. Texte de construction. DAMAS

9Mosquée des Umayyades : plaque de marbre sur le pilier sud-ouest, face sud. Seize lignes en coufique simple ; petits caractères, sculptés en relief (Musée de Damas).

10Publication : KAY, « Seljukite inscription », JRAS, 1897, p. 337 ; Recueil SCHEFER, n° 2 : Revue de l'Académie arabe. I. p. 13 : ǦA‘FAR HASANĪ. Dalïl. d. 20.

أمر بعمارة هذه المقصورة و ترخيم الأ(5) ركان في C, XLVIII,18 — بسملة (1-4)
خلافة الدولة العباسية أيام الامام(6) المقتدى بأمر الله أبي القاسم عبد الله أمير(7)
المؤمنين و في دولة السلطان المعظم (8) شاهنشاه الأعظم
سيد ملوك الأمم مولى (9) العرب والعجم أبي الفتح ملكشاة بن محمد بن (١٧) داود يمين
أمير المؤمنين وأيام اخيه الملك الأجل المؤيد المنصور
تاج الدولة وسراج الملكة و شرف الأمة أبي سعيد (12) تنش بن ملك الإسلام ناصر أمي
ر المؤمنين الوزيرالإ(3ا)جل السيد، فخر المعالى ناصح الد(14)ولة عميد الحضرتين أبو
نصر أحمد بن الفضل (15) من خالص ماله، ابتغاء ثواب الله عز وجل في (16) شهور سنة
خمس وسبعين و أربعمائة

[...] La construction de cette maqsūra et le revêtement de marbre des piliers ont été ordonnés pendant le califat de l'empire ‘abbāsside, aux jours de l'imām al-Muqtadī bi-amr Allāh, Abu al-Qāsim ‘Abd Allāh, émir des croyants, sous l'empire du sulṭān magnifié, l'auguste roi des rois, le seigneur des rois des nations, le maître des Arabes et des Persans, Abū al-Fatḥ Malik Sāh, fils de Muhammad, fils de Dāwūd, le bras droit de l'émir des croyants, aux jours de son frère, le roi très illustre, assisté de Dieu, vainqueur, Tāg al- Dawla, le flambeau de la communauté, la noblesse de la nation, Abū Sa‘īd Tutus, fils du roi de l'islam, le défenseur de l'émir des croyants, par le vizir très illustre, le seigneur, l'orgueil des hautes qualités, le loyal conseiller de l'empire, l'homme prépondérant des deux majestés, Abū Naṣr Ahmad, fils d'al-Faḍl, du plus pur de sa fortune, dans le désir de la récompense de Dieu, dans les mois de l'année 475/1082.

N° 2778. Texte de restauration. DAMAS

11Grande mosquée : sous le portique nord de la cour.

12Publication : Recueil SCHEFER, n° 3 ; VAN BERCHEM, « Inscriptions arabes de Syrie », MIE, III, p. 509.

بسملة أمر بتحديد هذا الحائط الملك الأجل المظفر المنصور المؤيد عضد الدين تاج الدولة
وسراج الملة شرف الأمة أبو سعيد تتش بن ملك الإسلام ناصر أمير المؤمنين البارسلان
محمد بن داود من ماله في شهور سنة اثنين و ثمانين و أربعمائة

[...] La réfection de ce mur a été ordonnée par le roi très illustre, victorieux, vainqueur, assisté de Dieu, ‘Addud al-Dīn Tāg al-Dawla, le flambeau de la communauté, la noblesse de la nation, Abū Sa‘īd Tutus, fils du roi de l'islam, défenseur de l'émir des croyants, Alp Arslān, fils de Muhammad, fils de Dāwūd, sur sa fortune, dans les mois de l'année 482/1089.

N° 2860. Inscription souveraine. DAMAS

13Mosquée Darwïsiyya : pierre d'autel, à gauche du mihrāb. Bandeau faisant le tour de la pierre, de droite à gauche (A) et en bas (B). Coufique fleuri.

14Publication : VAN BERCHEM-OPPENHEIM, n° 190.

15Reproduction : VAN BERCHEM-OPPENHEIM, p. 151.

بسملة عز و إقبال و دولة عالية و نصر دائم لمولانا الملك المعظم المنصور المظفر (A)تاج الدولة سراج الملة شرف الأمة أبو سعيد (B) عضد الدين شر [تن]

  • 4 Nous proposons de traduire le mot nasr par victoire.

[...] Gloire, prospérité, empire élevé, secours4 permanent, à notre maître le roi magnifié, vainqueur, victorieux, ‘Adud al-Dīn Tāg al-Dawla, le flambeau de la communauté, la noblesse de la nation, Abū Sa‘īd Tutus !

  • 5 Nous n'avons reproduit ici que deux de ces quatre inscriptions, n° 2734 et 2735, puisque les deux a (...)
  • 6 VAN BERCHEM, 1900, p. 428.

16Les inscriptions (n° 2734 à 2737)5 étaient gravées sur les piliers de la coupole de la grande mosquée de Damas. Détruites parmi d'autres inscriptions lors de l'incendie de la mosquée en 18936, celles-ci avaient été copiées par Van Berchem en 1893 juste avant l'incendie.

  • 7 VAN BERCHEM, 1900, p. 432 et sqq.

17Ces inscriptions représentant des textes de constructions effectuées à la grande mosquée de Damas (ce sont plutôt des travaux de restauration ou de réfection qui ont été effectués à la coupole7), au temps du règne de Tutus, accordent à celui-ci la titulature honorifique du « roi illustre, flambeau de la communauté et noblesse de la nation ». Mais Tutus n'est que le troisième personnage à être cité après le calife ‘abbāsside al- Muqtadī bi-Allāh, qui jouissait alors d'un grand prestige religieux, et le sulān salgūqide Malik Sāh, dont la titulature est plus honorifique que celle de Tutus : « sulān magnifié, auguste roi des rois, seigneur des rois des nations. » En effet, à cette époque, Tutus n'était que le feudataire de son frère Malik Sāh en Syrie.

18Dans l'inscription (n° 2778) où figure un texte de restauration d'un des murs de la cour de la grande mosquée de Damas, Tutus est le seul personnage à figurer. Ce fut sur son ordre que ces travaux furent effectués en 482/1089, époque où Tutus commençait à agir plus librement en Syrie. Certes, l'empire de Malik Sāh pesait encore sur les actes de Tutus, mais ses occupations en Iraq le détournaient petit à petit des affaires syriennes.

  • 8 La première étant datée de 482/1089, cela nous mène à supposer qu'il s'agissait de la dernière déce (...)

19La titulature qu'on accorda à Tutus dans cette inscription ainsi que dans l'inscription souveraine (n° 2860) est plus honorifique qu'elle ne l'était dans les inscriptions précédentes ; on lui décerna en plus le titre de ‘Adud al-Dīn, bras de la religion. Cette dernière titulature fut décernée à Tutus durant les dernières années de son règne8 où il avait acquis une plus grande liberté pour agir en Syrie et un grand pouvoir, surtout après la mort du sulān Malik Sāh en 485/1092.

N° 2942. Texte de fondation. DAMAS

20Madrasa Zāhiriyya : sur la porte de la face nord, très jolie inscription, 200 x 40 ; quatre lignes en coufique fleuri ; petits caractères, élégants.

21Publication : Collection VAN BERCHEM, carnet IV, p. 2 ; V, p. 8.

- أمر بعمارة هدا المشهد و التربة (؟) الحاتون G,u,2561) بسمله- )
الأجلة السيدة صفوة الملك عز نساء العالمين(2)والدة الملك دقاق بن
تاج الدولة ووقفت عليه جميع البستان المجاور لذلك وجميع البستان
…(4) وقفا مؤيدا محرما لا يباع و لا يشترى و لا يبادل به يصرف علي
. ذلك ووقف المحة (5) وأجرة المقرر فيه على ما نسخ في كتاب الوقف دائما
أبدا أثابها الله ووقفها ولعنة الله على من..... على ذلك(و)أبدله ذلك
في سنة أربع وخمسمائة

[...] La construction de ce martyrion et de ce mausolée, coupole de la princesse très illustre, a été ordonnée par ( ?) la dame, la pureté de la royauté, la gloire des femmes des mondes, mère du roi Duqāq, fils de Tāg al-Dawla.
Elle a constitué en waqf, en sa faveur, la totalité du verger qui lui est voisin ; la totalité du verger qui se trouve dans le village de Kusfāniyya, connu autrefois sous le nom de [...] ( ?) ; la totalité du pressoir, la totalité des maisons, la totalité de la maison, dans le voisinage de la totalité du verger susdit. C'est un waqf perpétuel, respectable, qui ne pourra ni être vendu ni acheté, ni susceptible d'échange. On y dépensera [...] ( ?). Son salaire y est fixé, selon ce qui est transcrit dans l'acte de waqf, pour toujours et à jamais, que Dieu la récompense ! [...] ( ?). Que [la malédiction de Dieu soit sur quiconque] [...] cela et le modifiera ! Cela fut constitué en l'année 504/1110- 1111.

  • 9 Sur ce mausolée, voir SAUVAGET, 1932, p. 49.
  • 10 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 154.

22Il s'agit de la construction du mausolée de Ṣafwat al-Mulk9, femme de Tāg al-Dawla Tutus et mère du roi Duqāq, en 504/1110-1111. Actuellement disparu, ce monument était situé dans un jardin à l'ouest de la ville, dans un lieu dit Zuqāq Sahr10.

23Dans cette inscription est cité en premier le nom de Safwat al-Mulk à laquelle était due cette construction, mais n'y figure pas le nom de Tugtakīn, alors souverain de Damas et époux de Safwat al-Mulk. En revanche, on mentionne le nom de Duqāq, mort en 497/1104 environ six ans avant la construction de ce mausolée, précédé par le seul titre de roi (malik), titulature honorifique, certes, mais modeste en comparaison de celle de son père Tutus. Toutefois, il ne faut pas oublier que six ans s'étaient écoulés depuis la mort de Duqāq et la construction de ce mausolée, et que pendant son court règne à Damas, environ neuf ans, ce fut son atabeg Ṭugtakīn qui dirigea en fait les affaires de la principauté.

N° 2933. Texte de restauration. DAMAS

24Grande mosquée : sous le portique nord, linteau de pierre, 180 x 40. Six lignes en coufique fleuri ; petits caractères.

25Publication : Recueil SCHEFER, n° 4 ; VAN BERCHEM, Épigraphie des atabeks, n° 1 ; SAUVAGET, Monnaies de Damas, p. 26 ; collection VAN BERCHEM, carnet IV, p. 9.

(3) أمر بعمارة هذا الحائط في خلافة— C, IX, 18 — بسملة(1-4)

(4) الدولة العباسية أيام الإمام المستظهر بالله أمير المؤمنين الأمير

(5) الاسفهسلار الأجل السيد ظهير الدين عضد الإسلام معتمد

(6) الدولة شرف الملة فخر الأمة قوام الملوك عماد الأمراء أمير الجيوش

قتلغ أتابك أبو سعيد طغتكين سيف أمير المؤمنين وذلك في سنة ثلاث وخمس مائة

  • 11 Nous traduisons le mot mulūk par rois.

[...] La construction de ce mur a été refaite sous le califat de l'empire ‘abbāsside, aux jours de notre maître l'imām al-Mustaẓhir bi-Allāh, émir des croyants, par l'émir, le général très illustre, le grand seigneur, ẓahīr al-Dīn, l'avant-bras de l'islam, l'étai de l'empire, la noblesse de la communauté, l'orgueil de la nation, la solidité des princes11, l'appui des émirs, l'émir des armées, l'heureux atabeg Abū Sa‘īd Ṭuġtakīn, l'épée de l'émir des croyants. Cela [a été achevé] en l'année 503/1109-1110.

N° 2976. Texte de restauration. DAMAS

26Grande mosquée : sous le portique nord, linteau, 130 x 40. Cinq lignes en coufique fleuri ; petits caractères, épais et trapus.

27Publication : VAN BERCHEM, Épigraphie des atabeks, n° 2.

محمد خاتم (2) بسمله و الحمد لله رب العالمين و صلى على سيدن
في (3) النبيين و على اله و أصحابه أجمعين أمر بتجديد هذا الحائط
(4) خلافة أبي العباس أحمد الإمام المستظهر بالله أمير المؤمنين الأمي
…..(5)
الإسفهسلار لأجل السيد الكبير ظهير الدين عضد الإسلام

( [...] La construction de ce mur a été refaite sous le califat d'Abū al-‘Abbās Ahmad, l'imam al-Mustaẓhir bi-Allāh, émir des croyants, par ordre de l'émir, le général très illustre, le grand seigneur, ẓahīr al-Dīn, l'avant-bras de l'islam [...].

N° 2981. Texte de construction. DAMAS

28Cimetière Dahdāh : cinq lignes.

29Publication : Recueil SCHEFER, n° 425-426 ; VAN BERCHEM, Épigraphie des atabeks, n° 4.

(1) بمطه أم بمل مذر المغذ ق أتام الامير الآجل المشد الإسغهسلار اسر ظهير الدين معس الدولرد (2) شرف الني فر الآتفد قرام اللوك عاد الامراء أمير لبيرش أصر انحاصمدين ننلغ اابك أي عيذ طعنض (3) سيف أمير المؤمنش نحاتون الأجل السيدة زبن تفرانش خر باء العابين واللاﺓ الامحير الآجل اليد غر الدين (4) نمر الإسلام سراج الدولد بهاء المنع طام ١لآمي طج الملوك مهس الآعراء ٱمبر ييوش أق سعبمد بررى بن (5) اس حام أمير انؤمفد وذلك ذ شهور سمه أربع يثرن وضمائر لمحرﺓ الصطز محنمد

  • 12 Nous traduisons le mot isfahsalâr, maréchal dans le RCEA, par Commandant en chef.

[...] Cette coupole a été faite durant les jours de l'émir très illustre, le seigneur, le grand maréchal12, ẓahīr al-Dīn, l'étai de l'empire, la noblesse de la communauté, l'orgueil de la nation, la solidité des princes, l'appui des émirs, l'émir des armées, le défenseur des champions de la foi, l'heureux atabeg Abū Sa‘īd Tugtakīn, l'épée de l'émir des croyants, par la princesse très illustre, la dame, l'ornement des princes, l'orgueil des femmes des mondes, la mère de l'émir très illustre, le seigneur Faḫr al-Dīn, l'excellence de l'islam, le flambeau de l'empire, la splendeur de la communauté, l'ordonnance de la nation, la couronne des princes, le soleil des émirs, l'émir des armées, Abū Sa‘īd Būrī, fils de l'atabeg, le glaive de l'émir des croyants. Cela [fut achevé] dans les mois de l'année 514 de l'hégire de Mahomet l'élu [1120].

  • 13 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 303, note n° 5 ; sourdel et sourdel-thomine, 1979, p. 157.

30Nous avons affaire ici au mausolée de Ḫātūn, mère de Būrī et femme de Ṭuġtakīn, situé dans le cimetière dont l'appellation actuelle est Daḥdāḥ et qui était l'ancien cimetière de Bāb al-Farādīs13. Ce mausolée fut construit sur l'ordre de cette princesse en 514/1120.

  • 14 Il avait conduit les armées damascaines pour porter secours à Tripoli. Il accompagnait son père dan (...)

31Dans cette inscription, on cite d'abord ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, souverain de Damas, puis la personne responsable de cette construction, l'épouse de Ṭuġtakīn, qui reçut une importante titulature, et enfin leur fils Būrī qui jouait déjà, huit ans avant son accession au pouvoir, un rôle important comme chef de l'armée14. La titulature qu'on lui décerna est aussi honorable et aussi développée que celle de son père. On lui donne déjà le titre de seigneur, sayyid, sans doute parce qu'il était le fils aîné du souverain et son successeur présumé.

N° 3025. Texte de construction. DAMAS

32Quartier du Sūq Sārūgā : deux grandes pierres noires, 140 x 55. Sept lignes en coufique fleuri ; petits caractères.

33Publication : Recueil SCHEFER, n° 391 ; VAN BERCHEM, Épigraphie des atabeks, n° 3 ; collection VAN BERCHEM, carnet VI, p. 144.

34Reproduction : VAN BERCHEM, op. cit., pl. I.

الاسفهسلار (2) بسمله عمر هدا المسجد المبارك في أيام مولانا الأمير(1)
وشرف (3) الأجل السيد الكبير ظهيرا الدين عضد الإسلام معتمد !لدولة
المجاهدين (4) الملة و فخر الأمة قوام الملوك عماد الامراء أمير الجيوش ناص
قتلع أتابك أبي منصور طغتكين سيف أمير المؤمنين(5) فرحهم الله م
د أعز الإسلام و أذل [trois ou quatre lettres] صلا فيه و دعا له بالتأييد و النصر
الشرك (6) ورحم الله ، الوزير الفقير إلى رحمة الله تعا[لى] أبا علي
،بناه الله و في [deux lettres] بن علي المزدقاني بن طا [هر] 7) طاهر بن سعد(
سبيل الله و أنفق عليه من خالص ماله

[...] Cette mosquée bénie a été construite durant les jours de notre maître l'émir, le maréchal très illustre, le grand seigneur, ẓahīr al-Dīn, l'avant-bras de l'islam, l'étai de l'empire, la noblesse de la communauté, l'orgueil de la nation, la solidité des princes, l'appui des émirs, l'émir des armées, l'heureux atabeg Abū Sa‘īd Ṭuġtakīn, l'épée de l'émir des croyants. Que Dieu ait pitié de quiconque y priera et invoquera pour l'[intéressé] le soutien et la victoire, [...] qu'il glorifie l'islam et avilisse le polythéisme ! Que Dieu ait pitié de son esclave, le vizir avide de la miséricorde de Dieu, Abū ‘Alī Ṭāhir, fils de Sa‘d, fils de Ṭāhir, fils de ‘Alī, al-Mazdaqànï, qui [...] sa construction pour Dieu et dans la voie de Dieu et a dépensé pour elle du plus pur de sa fortune !

  • 15 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 124, note n° 1.
  • 16 D'après SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 159 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 160.

35Il s'agit de la mosquée d'Abū ‘Alī al-Mazdaqānī, vizir de Ṭuġtakīn puis de son fils Būrī. Cette mosquée se trouvait à l'intérieur de Bāb al-Salām15. La date de la construction de cette mosquée n'est pas signalée dans le texte mais on peut la dater approximativement de 521/1127-112816.

36Dans cette inscription, le vizir al-Mazdaqānī ne reçut aucune titulature honorifique malgré l'importante fonction de vizir de Damas qu'il occupait. Il y est appelé l'esclave de Dieu qui aurait besoin de la pitié et de la miséricorde divines. À cette époque, le soutien qu'apportait ce vizir aux adhérents de l'ismā‘īlisme, secte redoutée et rejetée à Damas, n'était plus un secret. D'ailleurs, al-Mazdaqānī fut mis à mort par Būrī, maître de la ville, en 1129 pour ses activités pro-ismà‘ïliennes.

N° 3033. Texte de construction. DAMAS

37Madrasa près de Bāb al-Barīd : coufique.

38Publication : Recueil SCHEFER, n° 391 ; van BERCHEM, « Inscriptions arabes de Syrie », MIE, III, p. 448 ; SAUVAIRE, « Description de Damas », JA, 1894, II, p. 321.

بسمله أنشأ هذه المدرسة المباركة الأمير الكبير الاسفهسلار معين الدين
انر بن عبد االله عتيق الملك المجاهد المرابط المغازى طغتكين من خيرات
سيدة المرحوم وذلك في سنة أربع وعشرين و خمسمائة

  • 17 Nous traduisons le mot malik par roi.

[...] Ce collège béni a été fondé par le grand émir, le maréchal, Mu‘īn al-Dīn Unar, fils de ‘Abd Allāh, affranchi du prince17, champion de la foi, combattant, guerrier, Ṭuġtakīn, des bienfaits de son défunt maître. Cela en l'année 524/1130.

  • 18 Dans le RCEA de sauvaget et wiet, 1937, t. 8, p. 165, on traduit le mot al-malik par le prince.

39Les inscriptions (n° 2933 et 2976) commémorant les importants travaux de restauration effectués sur l'ordre de Ṭuġtakīn à la grande mosquée de Damas ainsi que les inscriptions des constructions élevées à Damas (n° 2981 et n° 3025) accordent souvent la même titulature à Ṭuġtakīn. Ce qu'il faut remarquer, c'est la richesse de la titulature et son développement à partir de la dynastie būrīde. Néanmoins, Ṭuġtakīn n'appartenant pas à la famille du sulṭān salgūqide, il ne reçoit pas le titre de roi accordé à Tutus et à son fils Duqāq. Seule l'inscription (n° 3033) de construction de la madrasa de l'émir Mu‘īn al-Dīn Unar décerne à Ṭuġtakīn le titre de roi, malik18.

40Cette construction étant achevée en 524/1130, Ṭuġtakīn reçut ce titre de roi deux ans après sa mort (1128), ce qui voulait sans doute exprimer la grande désolation du peuple damascain, perdant ce personnage tant admiré. Ce qui est intéressant à signaler à propos de cette inscription est qu'il suffisait de donner ce titre de roi à Ṭuġtakīn pour supprimer du même coup son titre d'atabeg qui marque une dépendance envers un héritier salgūqide. En effet, ce dernier se trouvait automatiquement dans toutes les inscriptions précédentes — sauf dans l'inscription n° 2976, sans doute parce qu'une partie manque à la fin de celle-ci.

  • 19 Traduction de Van Berchem : isfahsalàr = général.

41Quant au titre d'isfahsalār, commandant en chef19, il est pratiquement présent dans toutes ces inscriptions rappelant le grade et les qualifications militaires de Ṭuġtakīn. D'ailleurs, la titulature accordée à Ṭuġtakīn le présente avant tout en tant que prince, seigneur et maître des Damascains. Ces titres sont très souvent suivis par d'autres mettant en évidence les qualités militaires de Ṭuġtakīn et son image de défenseur de la communauté et de la foi.

N° 3072. Acte de fondation. DAMAS

42Dans une rue au sud-ouest de la grande mosquée. Linteau de porte, 130 x 50. Sept lignes en coufique fleuri ; petits caractères.

43Publication : VAN BERCHEM, Épigraphie des atabeks, n° 5 ; collection VAN BERCHEM, carnet II, p. 16.

44Reproduction : VAN BERCHEM, op. cit., pl. II.

بسمله وقف هده المدرسة المباركة طلبا لثواب الله تع وابتغاء (1)
في أيام مولانا الأمير الأجل السيد الإسفهسلار الكبي (sic) مرطاقة
شهاب الدين سيف الإسلام قوام الدولة نظام الملة فخر الأمة شرف الملوك
والجيوش الب قنلغ بك أي القسم محمود بن(3) والسلاطين عماد الأمراء
بورى بن أتابك حسام أمير المؤمنين الأمير الأجل المخلص مجاهد الدين
السلاطين صارم الدولة شجاع الملك سيف الأمراء عز الخواص أبو(4) ثقة
الشهابي تقبل الله منه (5) الفوارس بزن بن مامين بن علي الكردى الجلالي
أبي (6) وجازاه ألإحسان على جماعة الفقهاء و المتفقة على مذهب الإمام
عبد الله محمد بن إدريس الشافعي ألمطلبي رضي الله عنه و أرضاه و جعل
و دلك في شهور ربيع الأول سنة تسع و عشرين و خمس مائة (7)[ ه] الجنة مأوا
لهجرة سيدنا محمد صلى الله عليه

[...] Ce collège béni a été constitué en waqf, dans la recherche de la récompense de Dieu et dans le désir de Son agrément, durant les jours de notre maître l'émir très illustre, le seigneur, le grand maréchal, Šihāb al-Dīn, l'épée de l'islam, la solidité de l'empire, l'ordonnance de la communauté, l'orgueil de la nation, la noblesse des rois et des sulṭān-s, l'appui des émirs et des armées, le veillant, l'heureux beg Abū al-Qāsim Maḥmūd, fils de Būrī, fils de l'atabeg, le glaive de l'émir des croyants, par l'émir très illustre, le fidèle, Muğāhid al-Dīn, la confiance des sulṭān-s, la rapière de l'empire, le brave de la royauté, l'épée des émirs, la gloire des courtisans, Abū al-Fawāris Buzān, fils de Māmīn, fils de ‘Alī, le Kurde Galālī, [serviteur de] Sihāb al-Dīn [Maḥmūd] — Que Dieu agrée de lui [cette œuvre] et lui donne en compensation Sa bienfaisance ! En faveur du groupe des juristes et des étudiants en droit selon le rite de l'imâm Abū ‘Abd Allāh Muhammad, fils d'Idrīs al-Sāfi‘ī al-Muṭṭalibī, que Dieu soit satisfait de lui, qu'il le satisfasse et lui destine le paradis comme gîte ! Cela [a été fait] dans le mois de rabī‘ I de l'année 529 de l'hégire de notre seigneur Muhammad/ décembre 1134-janvier 1135 [...].

  • 20 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132, note n° 2 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 164 ; SAUVAGET et WIET, 1 (...)

45Nous possédons ici l'acte de waqf concernant la madrasa Muğāhidiyya dont la construction en 529/1134-1135 est due à l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān b. Māmīn le Kurde. Portant actuellement le nom d'al-Qalbaqğiyya, cette madrasa est située au sud- ouest de la grande mosquée près de Bāb al-Hawwāṣīn (les vanniers)20.

46Dans cette inscription, on cite d'abord le maître de Damas, Sihāb al-Dīn Maḥmūd, avec tous les titres dignes de son rang : « notre maître, l'émir très illustre, le seigneur, le grand maréchal [...] », sans compter une série de titres présentant ses qualifications de guerrier vaillant et de défenseur de la religion. Après Sihāb al-Dīn Maḥmūd, on cite le personnage responsable de l'acte de waqf, l'émir Buzān. La titulature accordée à ce dernier est moins riche que celle du maître de Damas mais aussi honorifique.

47Chef des troupes militaires, au service de la dynastie būrīde à Damas, l'émir Buzān constitua en waqf cette madrasa pour favoriser l'enseignement du rite šāfi‘īte à Damas.

N° 3117. Texte de construction DAMAS

48Ğāmi‘ al-Sādāt : linteau de la porte ; cinq lignes en nasḫī grossier ; petits caractères, très frustes. (La ligne 1 d'après le recueil Schefer.)

49Publication : Recueil SCHEFER, n° 309 ; collection VAN BERCHEM, carnet II, p. 129.

(1) بسمله أمر بعمارة هدا الباب و الصور المبارك الأمير الأجل الاسفهسلار
الكبير ....(2) المخلص المختار (?) الموفق السعيد المقبل المجاهد الدين
الأمة مجد الملوك (3) [un mot] جمال الإسلام صارم(?) الدولة نصرة الملة
بزن (4) ثقة السلاطين شرف الأمراء فخر المعالي أعز الخواص أبو الفوارس
بن مامين بن علي بن محمد الكردي الجلالي ناصر أمير المؤمنين طلبا لثواب
— صدق الله العظم C, XVIII, 29 — ان الله لا يضيع5)) الله و ابتغاء لمرضاته
وذلك في سنة ثمان و ثلثين و خمس مائة

  • 21 Nous proposons de traduire le mot magd, majesté dans le RCEA, par gloire.

La construction de cette porte et de la muraille bénie a été ordonnée par l'émir très illustre, le grand maréchal, [...], le fidèle, le choisi ( ?), le favorisé, le bienheureux, le prospère, Muğāhid al-Dīn, la beauté de l'islam, la rapière ( ?) de l'empire, le secours ( ?) de la communauté, [...] de la nation, la majesté21 des rois, la confiance des sulṭān-s, l'auxiliaire des champions de la foi, la noblesse des émirs, l'orgueil des hautes qualités, le plus glorieux des courtisans, Abū al-Fawāris Buzān, fils de Māmīn, fils de ‘Alī, fils de Muhammad, al-Kurdī al-Gilālī, le défenseur de l'émir des croyants, dans la recherche de la récompense de Dieu et le désir de Sa satisfaction. [...] Cela [a été achevé] en l'année 538/1143-1144.

  • 22 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 167.

50Il s'agit de la madrasa Mugāhidiyya qui était située extra-muros, à l'emplacement actuel de Ğāmi‘ al-Sādāt, à l'intérieur de la deuxième porte de Bāb al-Farādīs22.

51Dans cette inscription, la titulature qu'on donne à l'émir Buzān est sensiblement plus riche et plus honorifique que celle qu'on lui accorde dans l'inscription n° 3072, et d'ailleurs, son nom n'y est plus précédé de celui d'un prince būrīde. En effet, à cette époque, la dynastie būrīde était en décadence, et le pouvoir était échu à l'émir Mu‘īn al-Dīn Unar depuis la mort de Šihāb al-Dīn Maḥmūd en 533/1139. De toute évidence, le rang de Buzān dans l'armée s'était élevé depuis la première inscription, c'est-à-dire neuf ans auparavant, et il avait commencé à jouer un rôle militaire si important qu'il fut désigné comme gouverneur de l'importante citadelle de Ṣarḫad en 542/1147.

N° 2934. Texte de restauration. DAMAS

52Grande mosquée : sur le portique nord. Cinq lignes en coufique.

53Publication : Recueil SCHEFER, n° 5 ; SAUVAGET, Monnaies de Damas, p. 25 ; collection VAN BERCHEM, carnet IV, p. 10.

- أمر بتجديد عدا الحائط المبارك السلطان المعظم شاهنشاه الأعظم - C, XXXIII, 56- (ا) بسمله
العرب و العجم جلال دين السلطان أرض الله ظهير عباد الله معين خليفة (3) مولى الأمم مالك رقاب
الإسلام والمسلمين محيي الدولة القاهرة و معين الملة الزاهرة (4) الله غياث الدنيا والدين ناصر
ملك شاه قسيم أمير المؤمنين أعز الله أنصاره و أعلى (5) وعماد الأمة الباهرة أبو شجاع محمد بن
منارة و ثبت سلطانه و ضاعف برهانه وذلك في

[...] La réfection de ce mur béni a été ordonnée par le sulṭān magnifié, l'auguste roi des rois, le maître des nations, le souverain des nuques des Arabes et des Persans, l'éclat de la religion de Dieu, le sulṭān de la terre de Dieu, l'auxiliaire des adorateurs de Dieu, l'aide du calife de Dieu, Ğiyāṯ al- Dunya wa al-Dīn, le défenseur de l'islam et des musulmans, le vivificateur de l'empire triomphant, l'aide de la communauté florissante, l'appui de la nation brillante, Abū Šuğā‘ Muhammad, fils de Malik Sāh, associé de l'émir des croyants, que Dieu glorifie ses victoires, élève ses marques, assujettisse sa souveraineté et double sa preuve ! Cela [fut achevé] dans les mois de l'année 503/1110.

  • 23 LE TOURNEAU, 1975, p. 90-91.

54Il s'agit de la réfection d'un des murs de la grande mosquée de Damas. Cette restauration aurait été faite sur l'ordre du sulān de Bagdad, Ğiyā al- Dunya wa al-Dīn Muhammad, en 503/1109-1110. Or, le sulān salğūqide de Bagdad ne s'est jamais rendu à Damas à cette époque. En revanche, c'est Ṭuġtakīn, souverain de Damas, qui s'apprêtait à se rendre en visite officielle à Bagdad en 503/1109-1110. Retardé par un empêchement, Ṭuġtakīn ne put se rendre à Bagdad que le sulān quitta pour Ispahan en sawwāl 503/avril-mai 111023.

55La titulature accordée au sulān dans cette inscription est plus riche et plus développée que celle qu'on a décernée au sulān Malik Sāh dans les inscriptions de Tutus (n° 2734 à 2737). Certes, le prestige et surtout l'influence du sulān de Bagdad sur les princes de Damas étaient encore très grandes à cette époque. Il faut aussi signaler que la titulature s'était beaucoup développée à partir du règne de la dynastie būrīde à Damas.

N° 3085. Acte de fondation DŪMĀ24

  • 24 Faubourg de Damas silué sur la route de Damas à Homs. ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 253.

56Grande mosquée : dalle sur le mur sud de la cour, 32 x 74. Six lignes en coufique simple.

— () هدا ما أوقفه و حبسه و تصدق به ملك C, M. 18 — بسمله (1-2)
الأمراء الب (4) طغر لدكين بهلوان جهان محمود بن بورى بن أتابك حسام
(6) (sic) المتلاصقين(sic) أمير المؤمنين لعنة الله على من بدل أو غير القطعتين الأرض (5)
شرقي الجسر في شهور سنة أحد و ثلثين و خمسمائة

[...] Voici ce qu'a constitué en waqf, immobilisé et donné en aumône, le roi des émirs, le prince Ṭuġruldakīn, le parangon du monde, Maḥmūd, fils de Būri, fils de l'atabeg, le glaive de l'émir des croyants — que la malédiction de Dieu soit sur quiconque modifiera ou altérera les deux portions contiguës de cette terre, à l'est du Pont ! Dans les mois de l'année 531/1137, en faveur de la mosquée de Dūmā.

  • 25 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 253.

57Il s'agit d'un acte de waqf concernant deux terrains contigus que l'émir de Damas, Šihāb al-Dīn Maḥmūd, avait constitués en waqf en 531/1137 en faveur de la mosquée de Dūmā. L'emplacement de ces deux terrains n'est pas précisé, le texte se contentant de mentionner qu'ils se trouvent à côté du "Pont", al-Ğisr. Il s'agit sans doute d'un pont qui se trouvait sur la route de Damas à Dūmā25.

58La titulature que reçoit le souverain de Damas, Šihāb al-Dīn Maḥmūd, dans cette inscription, est beaucoup moins riche que celle qu'on lui accorde dans l'inscription (n° 3072) de l'émir Buzān, écrite en 529/1134-1135, année où Šihāb al-Dīn Maḥmūd succéda à son frère Ismā‘īl au gouvernement de Damas. À cette date, les Damascains qui avaient souffert de la conduite tyrannique d'Ismā‘īl mettaient tout leur espoir dans le règne de Šihāb al-Dīn. Ce dernier n'avait pas suivi le chemin de son frère, mais il était loin d'avoir l'autorité et l'envergure de son père Būrī ou de son grand-père Ṭuġtakīn. Il se laissait toujours encadrer et conseiller d'abord par sa mère, Ṣafwat al-Mulk, puis, après le mariage de celle-ci avec ‘Imād al-Dīn Zankī en 432/1137-1138, par l'éminent émir Mu‘īn al-Dīn Unar. Ce qu'il faut toutefois signaler dans cette inscription, c'est le titre inhabituel décerné à Šihāb al-Dīn Maḥmūd de "roi des princes", malik al-umarā’.

N° 3093. Texte de construction. DAMAS

59Madrasat al-Sādāt.

60Publication : Recueil SCHEFER, n° 94-95.

العادل (??) بسمله أمر بعمارة هدا المشهد المبارك في أيام الملك السلطان
المجاهد الغازي المرابط ناصر الملة و الدين قامع المشركين مبيد الملحدين
•••أمير المؤمنين عماد الدين زنكى بن اقسنقر الجمالي خلد الله ملكه
الأميري الكبيري المقدمي السيفي رستم بن علي بن محمد بن مروان
الكردي الجلالي ناصر أمير المؤمنين و ذلك في ثلاث سنوات و ثلثين
و خمس مائة

[...] La construction de ce martyrion béni a été ordonnée durant les jours du roi, le sulṭān (?), le juste, le champion de la foi, le guerrier, le combattant, le défenseur de la communauté et de la religion, le subjugueur des polythéistes, l'exterminateur des hérétiques, [...] de l'émir des croyants, ‘Imād al-Dīn Zankī, fils d'Āq Sunqur, al-Gamālī — que Dieu éternise son règne ! — par le grand émir, le commandant, Sayf al-Dīn Rustam, fils de ‘Alī, fils de Muhammad, fils de Marwān, al-Kurdī, al-Galālī, le défenseur de l'émir des croyants. Cela [a été achevé] le 10 rabī‘ II de l'année 533/15 décembre 1138.

61En raison des lacunes qui ne manquent pas dans cette inscription, on la considère avec méfiance. Il s'agit d'un texte de construction d'un martyrion qui serait rédigé en rabī‘ II 533/décembre 1138.

62Curieusement, le nom de Šihāb al-Dīn Maḥmūd, alors souverain de Damas, ne figure nullement, alors qu'on accorde à Zankī, qui est souverain d'Alep, une place et des louanges développées. Cette anomalie s'explique peut-être par l'emprise croissante du souverain d'Alep sur Damas et son prestige, d'autant que cette même année (1138), Zankī épousait Ṣafwat al-Mulk, mère du souverain de Damas.

  • 26 À celte époque, le sulān salgūqide d'Iraq est Mas‘ūd b. Muhammad b. Šāh Ġiyāṯ al-Dunya wa al-Dīn. (...)

63D'autre part, le titre de sulān26, suivi d'une lacune qui introduit beaucoup d'incertitudes, ne saurait être attribué à Zankī, puisque réservé aux sulān-s salġūqides de Bagdad, non plus que celui d'émir des croyants réservé aux califes ‘abbāssides.

N° 2721. Texte de construction. DAMAS

64Fontaine dans le quartier ‘Amāra.

65Publication : Recueil SCHEFER, n° 84.

أنشأ هدا السبيل المبارك العبد الفقير إلى الله تع الحاج محمد الجبوري عفي الله عنه
سنة سبعين و أربع مائة

Cette fontaine bénie a été fondée par l'esclave avide de Dieu, le pèlerin Muḥammad al-Ğabūrī — que Dieu lui soit indulgent ! — en l'année 470 [1077-1078].

66On n'a pas pu identifier ce personnage, mais d'après l'inscription, il s'agit d'un pèlerin qui construisit une fontaine dans le quartier ‘Amāra à Damas.

N° 2891. Texte de construction. DAMAS. Collaboration de Zaky M. Hassan.

67Maqsūra du musallā : tablette de bois. Une ligne en coufique légèrement fleuri ; petits caractères. Musée de Damas.

68Publication : ĞA‘FAR ḤASANĪ, Dalil, p. 103-104.

69Reproduction : ĞA‘FAR ḤASANĪ, Dalil, pl. 10-11 ; LAMM, Fat. Woodwork, Bulletin d'information d'Egypte, XVIII, pl. VIII ; Musée national syrien de Damas (Damas, 1931), pl. XVI.

... صر ﻜﺘﻼ بن الحسن بن علي صفى أمير المؤمنين تقبل الله منه وذلك في
شعور سنة سبع و تسعين و أربع مائة

[...] ( ?) Muḥammad, fils d'al-Hasan, fils de ‘Alī, l'intime de l'émir des croyants, que Dieu agrée de lui [cette œuvre] ! [Cela fut achevé] dans les mois de l'année 497 (1104).

  • 27 IBN AL-IMĀD AL-HANBALI, 1931-1932, 1. 4, p. 81 ; IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t. 10, p. 33-34.
  • 28 Mazraq : localité située entre Bagdad et ‘Akbara.

70La lacune au début de cette inscription nous empêche d'identifier le personnage qui y est cité. On suppose que les deux lettres (s et r) au début du texte forment la terminaison de sa kunya qui pourrait être Abū Nasr ou Abū Nāsir. Dans les obituaires d'ibn al-‘Imād et d'Ibn al-Ğawzī27, nous trouvons un personnage qui porte le nom de Muhammad b. al-Hasan b. ‘Ali b. Ibrāhīm b. ‘Ubayd Allāh al-Šaybānī al-Mazraqī28, ascète hanbalite né en 439 h et mort en 527 h. Le personnage de l'inscription était un ami dévoué (safī) du prince des croyants, et le Muhammad des chroniqueurs pourrait l'être en tant qu'ascète.

  • 29 IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t. 10, p. 23.

71Malheureusement, cette hypothèse reste incertaine. Un autre Muḥammad b. al-Ḥasan est retrouvé dans les obituaires d'al-Muntaam d'ibn al-Ğawzī, mais la kuny.a Abū Gālib ne se termine pas par un "r". Ce dernier était un copiste et passait son temps entre Basra, Bagdad et Ispahan pour assister au cercle du adīt29 ; il mourut en 525 h.

N° 2980. Épitaphe. DAMAS

72Cimetière de Bāb al-Sagīr : dalle de marbre. Trois lignes dans un cadre polylobé et deux autres lignes dans les écoinçons (A et B) ; coufique fleuri.

(A) لا الاه إلا الله محمد رسول الله (1) بسمله هذا قبر الأمير الأجل نصير الدين بهاء الأمة
أبي
منصور التنتاش بن (5) عبد الله التاجي توفي في الحادي عشر من صفر سنة أربعة عشر
(B) و خمس مائة رحمه الله و ...

[...] Ceci est la tombe de l'émir très illustre, Nāsir al-Dīn, la splendeur de la nation, Abū Mansūr al-Tuntās, fils de ‘Abd Allāh, al-Tāgī, décédé le 11 ṣafar de l'année 514/12 mai 1120, que Dieu ait pitié de lui et [...] !

  • 30 Voir MOAZ et ORY, 1977, p. 29-30.

73Cette épitaphe dans le cimetière de Bāb al-Ṣagīr30 à Damas désigne un personnage important du nom d'Abū Mansūr al-Tuntās b. ‘Abd Allāh. Ce fut sans doute un émir au service de Tāğ al-Dawla Tutus comme l'indique sa nisba, al- Tāğī. Nous ne connaissons, d'après nos sources arabes, qu'un dénommé al-Tuntās ou al-Yunyās qui succéda à Amīn al-Dawla Ğumuštakīn en 541/1146-1147 au gouvernement de Buṣrā et de Ṣarḫad.

  • 31 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 267.

74Il ne peut donc s'agir du même personnage puisque celui de l'épitaphe décéda en 514/1120. Or, comme il est étonnant de ne pas trouver de trace de notre personnage dans nos sources, on peut peut-être l'identifier à l'émir Baltās qui accompagna Ṭuġtakīn, maître de Damas, dans son expédition pour soumettre Ba'labakk en 503/111031. Mais malheureusement, nous ne connaissons pas la date de la mort de Baltās.

N° 2916. Signature DAMAS

75Madrasa dans le quartier ‘Amāra. Publication : Recueil SCHEFER, n° 97.

عمل عمر بن حسين الجبيري في جماد الأخر سنة خمسمائة

Œuvre de ‘Umar, fils de Ḥusayn al-Ğubayrī, en ğumādā II de l'année 500/janvier 1107.

  • 32 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 148.

76Selon D. Sourdel et j. Sourdel-Thomine, cette inscription serait douteuse d'après l'origine de sa copie (recueil Schefer). La madrasa dont il s'agit étant disparue, sa localisation exacte reste mal connue32.

N° 2917. Texte de restauration. DAMAS

77Fontaine dans le quartier de Bāb al-Šāgür.

78Publication : Recueil SCHEFER, n° 144.

بسمله جدد هدا السبيل المبارك الحاج خيرو ابن عبد الله يرحم من كان السبب في الماء ومن
أعان
على مصالحة و لجميع المسلمين في سنة خمسمائة

[...] Cette fontaine bénie a été refaite par le pèlerin Hayrü, fils de ‘Abd Allāh, que Dieu ait pitié de celui qui a été la cause de [l'adduction de] l'eau, de celui qui a aidé à sa mise en état, et de la totalité des musulmans ! En l'année 500/1107.

  • 33 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 149.

79Cette inscription disparue serait douteuse selon D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine quant à l'origine de sa copie (recueil Schefer)33.

N° 2918. Texte commémoratif. DAMAS

80Mosquée de Hālid : quatre lignes en coufique fleuri.

81Publication : Recueil SCHEFER, n° 124, 126.

(1-9)بسمله — C,11,256 et III,17 —(3)هذا مسجد خالد بن الوليد
صاحب رسول (4) رسول الله صلى الله عليه و رضي عنه و عن جميع الصحابة

[...] Ceci est la mosquée de Ḫālid, fils d'al-Walīd, le compagnon de l'Envoyé de Dieu, que Dieu lui accorde sa bénédiction, soit satisfait de lui, ainsi que de la totalité des compagnons !

  • 34 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 148, n° 4.

82Il s'agit de la mosquée connue sous le nom de Ḫālid b. al-Walīd. Elle est située dans le cimetière de Šayḫ Raslān34 près de Bāb Šarqī.

  • 35 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 150.

83Cette inscription non datée ne présente pas un grand intérêt pour notre étude. On la classe dans le RCEA parmi celles supposées écrites en 500 de l'hégire, sans doute d'après son style assimilable au coufique salğūqide. La lacune au début de cette inscription est comblée dans Dossiers pour un corpus des inscriptions arabes de Damas par deux versets du Coran35.

N° 3003. Épitaphe. DAMAS

84Tombeau à Ṣāliḥiyya.

85Publication : Recueil SCHEFER, n° 474.

بسمله هذه تربة العبد الفقير إلى الله أحمد بن محمد
بن علي بن يحيى بن صدقة التغلمي توفي في حادي عشر شهر رمضان
سنة سبع عشرة و خمس مائة

[...] Ceci est le mausolée de l'esclave avide de Dieu, Abū ‘Abd Allāh Ahmad, fils de Muhammad, fils de ‘Alī, fils de Yaḥyā, fils de Ṣadaqa, al- Taġlibī, décédé le 11 du mois de ramaḍān de l'année 517/2 novembre 1123.

  • 36 SOURDEL (SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 159, situent l'emplacement de ce mausolée d'après le recueil Sch (...)
  • 37 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 159.

86Il s'agit d'un mausolée avec fenêtre grillagée qui était situé dans le quartier d'al- Sàlihiyya36. D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine37 considèrent ce texte avec méfiance. Il ne repose que sur l'autorité du recueil Schefer et le personnage qu'on y cite est non identifié.

N° 3041. Épitaphe. DAMAS

87Tombeau dans le cimetière de Bāb al-Ṣaġīr.

88Publication : Recueil SCHEFER, n° 201.

بسمله هدا قبر العبد الفقير إلى الله تع الحاج أبو بكر بن إسماعيل بن عثمان الضبي توفي في
سلخ
شوال سنة خمس و عشرين و وخمسمائة

[...] Ceci est la tombe de l'esclave avide de Dieu, le pèlerin Abū Bakr, fils d'Ismā’īl, fils de ‘Uṯmān, al-Ḍabbī, décédé le dernier jour de šawwāl de l'année 525/24 septembre 1131.

  • 38 MOAZ et ORY, 1977, p. 34.

89Malheureusement, nous n'avons pas pu identifier ce pèlerin originaire du village de Ḍabba situé sur le bord de la mer dans le Ḥiğāz38. Nous classons toutefois cette épitaphe parmi nos textes, sa date s'insérant dans l'époque de notre étude.

N° 3121. Épitaphe. DAMAS

90Cimetière d'al-Bāb al-Ṣaġīr : dalle, 56 x 63. Huit lignes en coufique simple.

(1-6) بسمله - c, III,182— هذ| قبر [Deux à trois mots بن هبة (7) الله
توفى في سنة ----- وثلثين و خمس(8) مائة رحمه الله و رحم من ترحم
عليه

[...] Ceci est la tombe de [...], fils de Hibat Allāh, décédé en l'année 533, que Dieu ait pitié de lui et ait pitié de quiconque récitera une formule de miséricorde en faveur du [défunt] !

  • 39 MOAZ et ORY, 1977, p. 35.
  • 40 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 418 ; IBN AL-‘IMĀD, 1931-1932, t. 4, p..10

91Il s'agit de la tombe d'un personnage dont l'identification est difficile à déterminer. L'inscription pourrait concerner un cadi, Abū al-Fatḥ Muḥammad b. Hibat Allāh al- Tamīmī qui, selon Ibn al-Qalānisī, mourut en 533/1138. L'inscription reproduite par le RCEA présente plusieurs lacunes qui rendent cette identification imprudente, s. Ory39 offre une publication plus complète du texte de cette même épitaphe. Or, la kunya Abū al-Barakāt que donne Ory à notre personnage n'est pas la même que celle donnée par Ibn al-Qalānisī40. Même si on admettait que ce personnage avait plusieurs kunya-s, il serait hasardeux d'affirmer son identité puisqu'on n'est assuré que du nom de son père, Hibat Allāh. Sur la date de sa mort, le RCEA ne donne que le chiffre des centaines et des dizaines. Bien que S. Ory comble la lacune du chiffre des unités par le chiffre 3 parfaitement identifiable, on ne peut se baser sur cette date pour identifier notre personnage à Muhammad b. Hibat Allāh sous prétexte qu'lbn al-Qalānisī donne la même date pour la mort de ce dernier. Ainsi, cette identification reste hypothétique d'autant plus qu'Ibn al-‘Imād donne la date de 532 h pour la mort de Muhammad b. Hibat Allāh.

N° 3148. Épitaphe. DAMAS

92Tombeau dans te cimetière de Bāb al-Ṣaġīr.

93Publication : Recueil SCHEFER, n° 202.

الحمد لله هذا قبر الشيخ الإمام الهمام العالم العامل العارف الورع
الزاهد الكامل الولي الرباني أبو المظفر حماد رضي الله عنه وأرضاه وأكرم
مثواه وجمعنا و اياه جنات النعيم بحرمة سيد المرسلين الكرام الأكرمين
توفى في شوال سنة خمس وأربعىن و خسمائة

[...] Ceci est la tombe du šayḫ, l'imām, le héros, le savant, le pratiquant, le contemplatif, le scrupuleux, l'ascète, le parfait, l'ami [de Dieu], le docteur de la loi, Abū al-Muẓaffar Ḥammād — Que Dieu soit satisfait de lui, le satisfasse, honore son lieu de repos et nous réunisse à lui dans les jardins de délices, par la respectabilité du seigneur des envoyés honorables et très honorables ! Décédé en šawwāl de l'année 545/février 1151.

94Cette inscription diffère des autres par la nature des qualifications qui appartiennent au vocabulaire des mystiques. S. Ory déduit qu'il s'agit d'une personne dont l'importance explique le nombre de ses qualificatifs.

  • 41 IBN AL-ATĪR, 1965, t.10110, p. 671 ; IBN AL-IMĀD, 1931-1932, t. 4, 73 et sqq ; IBN AL-ATĪR, 1966, t (...)

95Pour ce qui est de l'identification du šay Ḥammād dont il est question dans cette inscription, nous rejoignons l'opinion de S. Ory qui montre qu'il s'agit d'un certain šay Ḥammād al-Dabbās, ṣūfi très renommé pour sa piété. Mais la date de la mort de ce personnage donnée par les chroniqueurs arabes41 est 525/1131 ; le texte comporte donc une erreur de vingt ans. De la même façon, il donne une kunya (Abū al-Muẓaffar) différente de celle donnée par le chroniqueur Ibn al-‘Imād (Abū ‘Abd Allāh).

N° 2951. Texte de construction. BUṢRĀ. Communication d'Enno Littmann.

96Mosquée de ‘Umar : dalle sur le mur est. Six lignes.

(1)بسمله أمر بتجديد هدا المسجد (2) المبارك بعد نقصه الأمير الاسفهسلار الأجل السيد

الكبير (3)القائد المختار عز الدين ربيع الإسلام أمين الدولة أبو منصور (4) كمتكين الاتابكي

معين أمير المؤمنين رغبة في ثواب الله تع (5)و غفرانه في أيام مولانا المالك ظهير الدين

طغتكين (6) أتابك سيف أمير المؤمنين في شهور سنة ست و خمسمائة

[…] La réfection de cette mosquée-cathédrale bénie a été ordonnée, après son insuffisance, par l'émir, le très illustre maréchal, le grand seigneur, le qā’id choisi, ‘Izz al-Dīn, le printemps de l'islam, l'homme sûr de l'empire, Abū Mans[ū]r Kumuštakīn al-Atābak[ī], l'aide de l'émir des croyants, dans le vif désir de la récompense et du pardon de Dieu, durant les jours de notre maître, le souverain Zahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, l'atabeg, l'épée de l'émir des croyants, dans les mois de l'année 506/1112.

N° 3063. Texte de restauration. BUṢRĀ

97Mosquée al-Ḥiḍr : six lignes en coufique ; petits caractères.

98Publication : VAN BERCHEM, « Ar. Inschr. aus Syrien », ZDPV, XIX, p. 107 ; BRÜNNOW et DOMASZEWSKI, III, p. 210 ; collection VAN BERCHEM, carnet VI, p. 43.

المبارك الاسفهسلار الأجل السيد الكبير االمخلص المختار عز (2) بسمله أمر بتجديده لأمير (1)

ربيع الإسلام أمين الدولة عضد الملة سيف ((3 الدين

الأمة شجاع الملوك(4) تاج الأمراء شرف الخواص فخر الجيوش ظهير المجاهدين ذي

العزيمتين(5)أبي منصور كمشتكين الأتابكي الظهيري معين أمير المؤمنين

من (6) خاص عتيقية أمين (.?) في شهر رمضان سنة ثمان و عشرين و خمس مائة

[...] La réfection de ceci a été ordonnée par l'émir, le maréchal très illustre, le grand seigneur, fidèle, distingué, ‘Izz al-Dīn, le printemps de l'islam, l'homme sûr de l'empire, l'avant bras de la communauté, l'épée de la nation, le brave des rois, la couronne des émirs, la noblesse des courtisans, l'orgueil des armées, l'auxiliaire des champions de la foi, l'homme aux deux résolutions, Abū Manṣūr Kumuštakīn, serviteur de l'atabeg ẓahīr al-Dīn [Ṭuġtakīn], l'aide de l'émir des croyants, un de ses deux affranchis, [...] dans le mois de ramadan de l'année 528/juillet 1134.

N° 3077. Texte de construction et de fondation. BUṢRĀ

99Mosquée al-Mabrak : au-dessus d'une fenêtre ; dix lignes en coufique ; petits caractères.

100Publication : VAN BERCHEM, « Ar. Inschr. aus Syrien », ZDPV, XIX, p. 107 ; BRÜNNOW et DOMASZEWSKI, III, p. 211 ; collection VAN BERCHEM, env. 3 et carnet VI, p. 33.

101Reproduction : BRÜNNOW et DOMASZWSKI, III, p. 211, fig. 1097.

(1) يسمله أمر بعمارة هذه المدرسة المباركة (2) من خالص ماله الأمير
الإسفهسلار الأجل الكبير المخلص انا (3) بك عز الدين ربيع الإسلام أمين
الدولة عضد الملة سيف (4) الأمة شجاع الملوك تاج الأمراء شرف الخواص
ظهير المجاد (5)هذبن فخر جيوش ذي العزيمتين أبي منصور كمشتكين الأتايكم
(ا) معين أمير المؤمنين وفقه الله وأسعد وففا على الفقهاء (7) والمتفقة
الذين يلازمون درس العلم و تلاوة كتاب الله (8) تع على مذهب الإمام
أبي حنيفة النعمان بن ثاب(5) ابتغاء ثواب الله و رضوانه و رحمته و غفرانه وذلك في
(10) شهر رمضان من سنة ثلثين و خمسمائة للهجرة

[...] La construction de ce collège béni a été ordonnée, du plus pur de sa fortune, par l'émir, le maréchal très illustre et grand, le fidèle, l'atabeg ‘Izz al-Dīn, le printemps de l'islam, l'homme sûr de l'empire, l'avant-bras de la communauté, l'épée de la nation, l'homme brave des rois, la couronne des émirs, la noblesse des courtisans, l'auxiliaire des champions de la foi, l'orgueil des troupes, l'homme aux deux résolutions, Abū Manṣūr Kumuštakīn, serviteur de l'atabeg, l'aide de l'émir des croyants — que Dieu le fasse réussir et lui procure bonne chance ! —, comme waqf, en faveur des juristes et des étudiants en droit qui se consacrent à l'étude de la science [divine], à la récitation du livre de Dieu, selon le rite de l'imām Abū Hanīfa al-Nu‘mān fils de Ṯābit, dans le désir de la récompense, de la satisfaction, de la miséricorde et du pardon de Dieu. Cela [a été achevé] dans le mois de ramadan de l'année 530 de l'hégire/juin 1136.

N° 3078. Texte de construction. MU‘ARRIBA

102Champ de l'inscription, 121 x 25. Trois lignes en coufique ; petits caractères.

103Publication : VAN BERCHEM, « Ar. Inschr. aus Syrien », ZDPV, XIX, p. 105.

104Reproduction : VAN BERCHEM, loc. cit., pl. V.

بسمله أمر بعمارة هذا المسجد المبارك وبنائه (2) من خالص مالها (1)
أم الأمير علي ولد الأمير الحاجب الأجل فارس الد(و)لة حسام الم(ل)ك وهي (2)
الداركة (3) جارية الأمير الإسفهسلار الأجل السيد الكبير المخلص المختار عز الدين ربيع
الإسلام أمين الد(و)لة.....

[...] La construction de cette mosquée bénie a été ordonnée par la mère de l'émir ‘Ali, enfant de l'émir, le chambellan très illustre, Fāris al-Dawla, le glaive du royaume, c'est-à-dire al-Dārika ( ?), esclave de l'émir, le maréchal très illustre, le grand seigneur, fidèle choisi, ‘Izz al-Dīn, le printemps de l'islam, l'homme sûr de l'empire [...].

  • 42 À l'exception du mot sayyid, seigneur, devant le mot al-kabīr, le grand.

105Ces quatre inscriptions (n° 2951, 3063, 3077, 3078) concernent l'émir Kumuštakīn ou Ğumuštakīn al-Atābakī. La première inscription (n° 2951), datée de 506/1112, nous permet de connaître pour la première fois cet important personnage qui joua un grand rôle dans l'histoire de la principauté de Damas à l'époque des Būrīdes. Dans ces inscriptions qui témoignent des activités de constructeur de Ğumuštakīn à Buṣrā, la titulature de notre personnage s'enrichit avec le temps. Dans la première inscription de 506/1112, Ğumuštakīn était gouverneur de Buṣrā ; il accéda sans doute à cette fonction, après Aytakīn al-Hādim que Ṭuġtakīn avait destitué à la suite d'une trahison en 499/1105. Déjà, dans cette première inscription, la titulature qu'on lui accorde est très honorifique ; il est l'émir très illustre, le commandant en chef isfahsalār, le grand seigneur... Ces titres qui prouvent ses qualités militaires sont assortis d'autres qui témoignent de ses qualités religieuses, comme ‘Izz al-Dīn, honneur de la religion, et Rabī‘ al-islām, printemps de l'islam. Dans l'inscription (n° 3063) datée de 528/1134, la titulature de Ğumuštakīn est plus importante que celle de la première inscription. En effet, notre personnage avait acquis plus d'importance auprès de Ṭuġtakīn, maître de Damas. Il fut l'ambassadeur du prince būrīde auprès des Fātimides d'Egypte et se fit octroyer Ṣarḫad en plus de son fief de Buṣrā, probablement en 525/1131 à la mort de Faḫr al-Dawla Ğumuštakīn, ancien gouverneur de Ṣarḫad. Il est, en plus des titres énoncés plus haut, le bras de la communauté, l'épée de la nation, le brave des rois... Le mot "roi" désigne peut-être spécialement Ṭuġtakīn de Damas, parce que Ğumuštakīn, ancien affranchi du prince būrīde, fut son très fidèle serviteur. Dans la troisième inscription (n° 3077), conservant les titres déjà énumérés dans la deuxième inscription (n° 30 63)42 ainsi que sa nisba (Atabaki) qui indique qu'il était l'affranchi de Ṭuġtakīn, Ğumuštakīn reçoit un nouveau titre (atabeg). C'est en 530/1136, au temps de Šihāb al- Dīn Maḥmūd, que Ğumuštakīn se vit conférer solennellement le titre d'atabeg ainsi que la charge d'isfahsalār de l'armée damascaine.

  • 43 ORY, 1967, p. 128.

106La dernière inscription (n° 3078) n'est pas complète, le nom de Ğumuštakīn n'y figure pas, mais les titres qui s'y trouvent sont les mêmes que ceux qu'on lui avait déjà accordés. Il s'agit de la construction d'une mosquée à al-Mu‘arriba, localité située au nord-ouest de Buṣrā, sur ordre d'une esclave de Ğumuštakīn, la princesse mère de son fils, l'émir ‘Alī43. Cette inscription, incomplète, est non datée. Les titres qui y figurent s'arrêtent juste après la kunya de Ğumuštakīn, Amīn al-Dawla. Elle pourrait attester exactement les mêmes titres que la première inscription (n° 2951) comme elle pourrait comporter d'autres titres et s'assimiler à la deuxième (n° 3063). On peut donc la situer entre 506/1112 et 530/1136, mais pas au delà puisqu'en 530 h, Ğumuštakīn fut investi du titre d'atabeg et ce titre, qui précède celui de ‘Izz al-Dīn, ne figure pas dans la quatrième inscription.

N° 3146. Texte de construction et de fondation. BUSRÀ

107Mosquée Dayr al-muslimīn : bloc de basalte, 118 x 66. Douze lignes en coufique ; petits caractères, gravés en creux.

108Publication : VAN BERCHEM, « Inscriptions arabes de Syrie », MIE, III, p. 437 ;

109BRÜNNOW et DOMASZEWSKI, III, p. 212.

110Reproduction : VAN BERCHEM, loc. cit., pl. III ; BRÜNNOW et DOMASZEWSKI, III, p. 212, fig. 1098.

(1)بسمله أمر بعمارة هدا الفرن و المدار المبارك المولى الملك العالم العادل المؤيد المظفر
ناصر الحق معين الدين سيف شد (3) المظفر المنصور المجا المؤ أبي المنصور ادر أعمدة،
المنصور المجاهد ناصر الحق معين الدين سيف الإسلام بهلوان الشام إلى غازي (4) أتابك
أبي المنصور ادر أعمدة، أمير المؤمنين و حسبهما و أوقفهما (5)لوجه الله تع وجعل مستغلهما
برسم فكاك المسلمين من حبوس الكفار(6) لمن لا يكون له أهل ولا يقدر
على فكاك نفسه و يخس بذلك أهل السنة و الجماعة و(7)حفظة القرآن و أبناء السبيل و ألحق
هل وااسا يى(8) الاسرى فيصرف الغل ق!ليتامئ ﻭﺍﻷآرا طۘﻦ سۘﮭل الله وصدم
بها و أوقف العبد الفقير إلى الله سرخك وأبناء السبيل وألحق
السدس من الجديدة المعروفة بمرج حراسة على من تقدم ذكره في هذا
الو(12-10)قف فمن غير شيء من هذه الأوقاف —c,u,177 et 231 — ودخل
في سخط الله و في دم الحسن و الحسين — c, II,299 — و كان عمارة ذلك على يد العبد
الفقير إلى الله سرخك

  • 44 Il s'agit sans doute d'une erreur puisque le RCEA repose sur la publication de Van Berchem reprodui (...)

[...] La construction de ce four et du moulin béni a été ordonnée par le maître, le roi44 savant, le juste, l'assisté de Dieu, le victorieux, le vainqueur, le champion de la foi, le combattant, le défenseur du droit, Mu‘īn al-Dīn, l'épée de l'islam, le parangon de la Syrie, le brave guerrier, le sage prince, l'atabeg Abū Mansūr Unar, le soutien de l'émir des croyants. Il les a immobilisés et consacrés en waqf, pour l'amour de Dieu, et en a destiné le revenu à la libération des musulmans des prisons des infidèles, de ceux qui sont sans famille et qui ne peuvent se libérer eux-mêmes. Il réserve cela aux sunnites, à ceux [qui ne s'écartent pas] de la communauté et à ceux qui savent le Coran par cœur. Si Dieu améliore [la situation] et qu'il n'y a pas de prisonniers, le revenu sera dépensé pour des orphelins, les veuves, les indigents et les voyageurs. En surplus de cela, le serviteur avide de Dieu, Surḫak, a constitué en waqf le sixième du petit village connu [sous le nom de] Marğ Harāsa, en faveur de ceux qui ont été mentionnés ci-dessus dans cet [acte de] waqf. Quiconque altérera quelque chose [des dispositions] de ce waqf, [...] s'attirera la colère de Dieu et le sang d'al-Hasan et d'al-Husayn. [...] La construction de cela a eu lieu par la main du serviteur avide de Dieu, Surḫak.

  • 45 VAN BERCHEM, 1900, p. 438.

111Il s'agit de la construction d'un four et d'un moulin que l'émir Unar constitua en waqf en faveur des musulmans retenus prisonniers par les Francs. Le revenu de ces constructions était destiné essentiellement à la délivrance des prisonniers45. De plus, un certain Surḫak constitua en waqf, pour la même raison, le sixième d'un petit village appelé Marğ Harāsa qui pouvait être situé aux environ de Buṣrā.

  • 46 VAN BERCHEM, 1900, p. 448.

112Il ne s'agit pas de la première inscription présentée dans le RCEA et qui concerne Mu‘īn al-Dīn Unar ; l'inscription (n° 3033) qu'on a classée plus haut concerne aussi notre personnage. Elle est datée de 524//1130, époque à laquelle Mu‘īn al-Dīn Unar, affranchi de Ṭuġtakīn, n'avait pas beaucoup de pouvoir. Les titres qu'on lui accorda se limitèrent à "grand émir", al-amīr al-kabīr, al-isfahsalār, tandis que, dans cette inscription, Unar est comblé de titres honorifiques dont plusieurs titres persans (alp gāzī, bakābak). Cette série de titres témoigne de la grandeur du pouvoir d'Unar ; ainsi, on peut supposer qu'il se situe à la période du règne de Muğīr al-Dīn Abaq, où Unar avait acquis une grande puissance. La date de cette inscription doit être située entre 533/1139 et 544/1149. Van Berchem démontre avec beaucoup de conviction que cette inscription doit être datée de 544/1149, date à laquelle Unar conduisit une expédition dans le Hawrān pour attaquer les Francs de Jérusalem en passant par Buṣrā. Selon Van Berchem, le but de cette expédition était de dégager une partie de la route du pèlerinage entre Damas et la Mecque, où les pèlerins se faisaient capturer par les Francs46.

N° 2932. Texte de fondation et de restauration. BUṢRĀ Communication d'Enno Litmann.

113Sarcophage sis à proximité de la Birkat al-Ḥağğ, 100 x 46. Sur la plus grande face, quatre lignes à la tête, quatre lignes.

بسمله المدرسة (2) وقف الأمير الكبير همس الدين سنقر(1)— A —
الحكي[مى] (3) على الفقراء الحنفية رحمه الله تع و جدد هذه (4) التربة
المباركة الشيخ صفى الدين أبو الشيخ أيوب في سنة ثلث و خمس مائة
(2) إلى الهدى (3) وأمانة الدين رحمه (4) الله (1) توفي —B —

[...] Le collège est le waqf du grand émir Sams al-Dīn Sunqur al- Hakī[mī], en faveur des pauvres du rite hanafite —que Dieu ait pitié de lui !— Ce mausolée béni a été refait par le šayḫ Safī al-Dīn, père du sayh Ayyūb, en l'année 503/1109-1110. Il est décédé dans la bonne voie et dans la sécurité de la religion —que Dieu ait pitié de lui !—

  • 47 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 126.
  • 48 Voir plus haut l'émir Šuğā‘ al- Dawla Bazwāğ.

114Le personnage, Sunqur al-Ḥakīmī, qui figure au début de cette inscription, est sans doute Sunqur, le chambellan de Damas en 530/1136, sous Šihāb al-Dīn Maḥmūd. Il constitua en waqf la madrasa connue sous le nom de la maison de Tarḫān47, en faveur des pauvres du rite hanafite. Nulle part on ne trouve, dans la chronique d'ibn al-Qalānisī, le nom de Sunqur précédé du titre d'émir ; il est souvent précédé de la mention de chambellan, āğib, mais à part celui-ci, il est dépourvu de tout autre titre. Or, à cette époque, étant le bras droit de l'émir Bazwāğ48 dont le pouvoir était très étendu à Damas, Sunqur jouissait d'une grande puissance. Il n'est donc pas très étonnant qu'on lui ait accordé le titre de grand émir dans cette inscription.

115Le texte parle aussi de la restauration du tombeau où l'on a trouvé cette inscription. La date de la restauration, effectuée par un certain šay Ṣafī al-Dīn, remonte à l'an 503/1109-1110. Il ne peut donc s'agir du tombeau de Sunqur, premier personnage du texte, sauf si l'inscription a été réalisée bien après l'an 530/1136, date à laquelle Sunqur était toujours en vie et occupait la fonction de chambellan de Damas.

N° 2995. Épitaphe. BUṢRĀ. Communication d'Enno Litmann.

116Stèle dans la mosquée al-Mabrak, 50 x 30. Sept lignes.

(1) بسمله (2) هذا بيت الحق بيت (3)إسحاق بن الأمير مجاهد الدين
ذي القعدة سنة (7) (?)ممهل (6) رحمة الله توفي شهر (5) (?)الجمالي الملكي
عشر و خمسمائة (?)ستة

[…] Ceci est la maison de vérité, la maison d'Isḥāq, fils de l'émir Muğāhīd al-Dīn al-Ğamālī al-Malakī ( ?) — que Dieu ait pitié de lui ! —, décédé dans le mois [...] ( ?) de ḏū al-qa‘da de l'année 516/janvier 1122.

  • 49 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194, n° 3072.

117Il s'agit du mausolée d'un personnage du nom d'Isḥāq, fils de l'émir Muğāhid al-Dīn al-Gamali al-Malakï, décédé en 516/1122. Il est difficile d'identifier ce personnage qui, dépourvu de tout titre, ne pouvait être une personnalité importante. Néanmoins, son père, Muğāhid al-Dīn, doté du titre honorifique d'émir, devait avoir de l'influence, grâce à son rang. Quant à l'identification de cet émir Muğāhid al-Dīn, elle s'avère assez délicate. Il peut s'agir de l'émir Muğāhid al-Dīn Buzân b. Mâmin, émir au service de la dynastie būrīde de Damas. Qr, nous connaissons ce dernier seulement à partir de 529/1134-1135 d'après une inscription trouvée à Damas et qui célèbre la construction d'une madrasa par cet émir en faveur des Sâfi‘ites49 nisba de Muğāhid al-Dīn Buzān qui accompagne souvent ses laqab-s, al-Galālī, est assez proche de la nisba al-ğamālī accordée à l'émir de l'inscription. Il est même tentant de croire à une légère erreur de graphie commise par l'auteur de l'inscription. Il faut peut-être soulever un autre problème : l'inscription a été trouvée à BUṢRĀ et nous savons que l'émir Buzān réside à Damas, sauf pour quelques occasions où on le trouve à Ṣarḫad, son fief dès 544/1149. Une hypothèse reste possible : c'est que l'émir Buzān ait habité BUṢRĀ avant qu'on le connaisse comme émir de Damas. Il s'agirait alors d'un de ses fils (Isḥāq), décédé très jeune Malheureusement, ces données restent douteuses.

N° 2704. Texte de Construction. ṢARḪAD

118Publication : SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, manuscrit arabe, Paris, n° 1506, f° 148 ; abū AL-MḤĀSIN, éd. Popper, II, p. 253.

أمر بعمارة هدا الحصن المبارك الآمر الآجل مقدم العرب عز الدين فخر
المؤمنين الدولة عدة أمير

La construction de cette forteresse bénie a été ordonnée par l'émir très illustre, le commandant des Arabes, ‘Izz al-Dīn, l'orgueil de l'empire, le viatique de l'émir des croyants.

119Cette inscription incomplète concerne l'ordonnateur de la construction de la Ṣarḫad. Bien qu'on ne dispose que de la kunya ‘Izz al-Dīn de ce personnage citadelle de il n'est pas difficile de deviner qu'il s'agit, sans aucun doute, de l'émir arabe, comme l'indique sa qualification : muqaddam al-‘Arab, "commandant des Arabes", Ḥassān. Mismār b. Sinān al-Kalbī.

  • 50 SIBT B. AL-GAWZĪ, ms. 2141, fol. 35.
  • 51 BIANQUIS, 1989, t. 2, p. 641, note n° 2, où est mentionné également un ‘Āmir b. Ḥassān b. Mismār al (...)

120Sibṭ b. al- Ǧawzī50 relate la construction de cette citadelle en 466 et reproduit le texte de l'inscription qui se trouve sur sa porte : « A ordonné la construction de cette - citadelle l'émir très illustre, le commandant des émirs des Arabes, ‘Izz al-Dīn, Faḫr al-Dawla, ‘Uddat Amīr al-Mu’minīn. » Sibt raconte que le texte révèle le nom du prince d es croyants et qu'il s'agissait de l’imām fāṭimide d'Égypte, al-Mustanṣir. Or, à cette é poque, les Banū Kalb ainsi que d'autres tribus arabes de la Syrie centrale et méridionale s,' opposaient fortement à Badr al-Ǧamālī, représentant des Fāṭimides en Syrie. Ainsi, l'expression ‘uddat amīr al-mu’minīn devait sans doute désigner le calife ‘abbāsside51.

  • 52 ORY, 1989, p. 30-31.

121L'inscription suivante présentée par s. Ory52 ne figure pas parmi les inscriptions du RCEA.

ṢARḪAD. Inscription n° 11 : épitaphe n.d. 525/113153.

  • 53 n.d. : date approximative donnée par s. Ory.

122Stèle en basalte, de forme circulaire, adhérant à un petit bloc taillé qui lui sert de socle. Champ épigraphique excisé. Une moulure dessine le contour de la stèle.

123État de la stèle : l'érosion a beaucoup endommagé la partie supérieure du texte et rend difficile son déchiffrement.

124Localisation : remployée comme élément décoratif sur la terrasse d'une tombe druze en forme de maison, située sur la lisière nord du cimetière.

1 — لا اله إلا [ا]لله Il n'est point de divinité hormis Allāh
2 — سم الله الرحمن الرحيم Au Nom de Dieu le Bienfaiteur, le Miséricordieux
3 — هذا قبر الأمير الكبير Ceci est la tombe du grand émir
4 — السعيد فخر الدولة كمشتكين l'heureux Far al-dawla Kumuštakin
5 — التاجي توفي شهر جمادى al-Tāǧī. Il est mort le mois de ğumādā II
6 — الاخر سنة خمس و عشرين de l’année 525 / mai 1131.
7 — وخمس مائه رضي الله Que Dieu l'agrée
8 — عنه و ارضاه et le rende satisfait

125Nous n’avons rien à ajouter à propos de ce personnage sinon une réflexion à propos de sa titulature qui est sensiblement moins riche que celle accordée à ses homologues, l'émir Amīn al-Dawla Ǧumuštakīn ou l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān. Ceci est dû probablement à la trahison de Faḫr al-Dawla qui s'est compromis avec les Francs et les a incités à attaquer Damas au temps de son gouvernement à Ba‘labakk.

N° 3055. Texte de construction. BĀNIYĀS

126Château : cinq lignes en coufique fleuri.

127Publication : VAN BERCHEM, « Inscriptions arabes de Banias », Revue biblique, 1903, p. 422 ; ZDPV, Mu. N., 1903, p. 76.

128Reproduction : VAN BERCHEM, loc. cit., p. 421.

قسم الدولة ن (3) أمر بعمارته الأمير الأجل نجم الدين(2) (1) بسمله هذا ما
(?)الخاص (?)فخر الملك عز الأمراء زين(4)الخواص أبو ،إسحاق ابراهيم بن ملاعب
و عشرين وخمسمائة (?)سنة سبع (5) أمير المؤمنين عزة

[...] Voici ce qu'a ordonné de construire l'émir très illustre Nağm al- Dīn Qasīm al-Dawla, l'orgueil de la royauté, la gloire des émirs, l'ornement des courtisans, Abū Ishāq Ibrāhīm, fils de Mulā‘ib ( ?), le courtisan ( ?), la gloire de l'émir des croyants, en l'année 527 ( ?)/ 1133.

  • 54 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 413; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 264.

129Cette inscription concerne la construction d'un château à Bāniyās en 527/1133 sur l'ordre de l'émir Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Mulā‘ib. Il s'agit sans doute d'Ibrāhīm b. Turġut que nous connaissons comme gouverneur de Bāniyās, d'après nos sources arabes54, à partir de 532/1137, date à laquelle Ibrāhīm sortit de l'orbite de l'autorité damascaine pour déclarer sa vassalité à ‘Imād al-Dīn Zankī, maître d'Alep.

  • 55 IBN AL-QALĀNISĪ. 1983, p. 375-376 ; IBN AL-ATĪR, 1965, t. 10, p. 684-685.

130La construction de ce château en 527/1133 est due probablement à la prise de Bāniyās par Ismā ‘īl b. Būrī en décembre 113255, des mains des Francs.

131La titulature honorifique accordée à notre personnage dans cette inscription confirme le fait qu'Ibrāhīm était alors désigné comme gouverneur de Bāniyās.

N° 3056. Texte de construction. PALMYRE

132Temple de Bêl : au-dessus de la porte, sept lignes en coufique fleuri ; petits caractères ; les six premières lignes, sculptées en relief ; la dernière, gravée en creux.

133Publication : huart, « Inscriptions de Palmyre », RFA, 1929, p. 237 ; sauvaget, « Inscriptions du temple de Bêl », Syria, XII, p. 143 ; sauvaget, in cantineau, Inventaire des inscriptions de Palmyre, p. 60, n° 54.

134Reproduction : huart, loc. cit., pl. VII ; sauvaget, loc. cit., p. 144 ; cantineau, op. cit., planche.

وإنشاء لحائط الشرقي الأمير (2) بسملة أمر بإنشاء ذلك الحائط المعمور (1)
الإسلام سيف السيد الكبير المؤ (3) الحاجب الأجل
الجيوش ذو (5) الدولة معتمد الملك معين المجاهدين شرف الأمراء (4)
و لى أمير المؤمنين (?)الأتابكي (6) النجابتين أبو الحسن يوسف بن فيروز
سبع وعشرين وخمس مائة (7)من خالص ماله في شهور سنة

La fondation de ce mur prospère et celle du mur oriental ont été ordonnées par l'émir, le chambellan très illustre, le grand seigneur, assisté de Dieu, Nāsir al-Dīn, le viatique de l'islam, l'épée de l'empire, l'étai du royaume, l'aide des champions de la foi, la noblesse des émirs, l'orgueil des armées, l'homme aux deux nobles origines, Abū al-Ḥasan Yūsuf, fils de Fayrūz, al-Atābakī ( ?), l'ami de l'émir des croyants, sur le plus pur de sa fortune, dans les mois de l'année 527/1133.

135Le personnage cité dans cette inscription est Sayf al-Dawla Yūsuf b. Fayrūz, personnalité importante de l'élite damascaine. Il occupa à la fois les deux tâches de šina, préfet, et de āġib, chambellan de Damas. Il jouissait d'un grand pouvoir qui lui permettait de s'occuper de toutes les affaires de la principauté sous le règne du deuxième prince būrīde Tāğ al-Mulūk Būrī (1128-1132). Il réussit alors à se faire octroyer le gouvernement de Palmyre, dépendance de Damas. Sa situation remarquable explique la richesse de la titulature qu'on lui accorde dans cette inscription. Il est l'émir, le chambellan très illustre, le grand seigneur, etc., et d'autres qualifications qui mettent en valeur aussi bien ses qualités militaires que religieuses. Le titre de ū al-naābatayn, "l'homme aux deux origines nobles", qui n'est pas fréquent, semble désigner une double réalité. La noblesse de la naissance, car Yūsuf b. Fayrūz est issu d'une famille noble puisqu'il hérita de son père les fonctions de préfet et de chambellan, mais aussi une noblesse récompensant ses propres fonctions honorifiques.

N° 2955. Épitaphe. PALMYRE. Communication de Louis Massignon.

136Dalle de marbre. Huit lignes en coufique grossier ; petits caractères, gravés en creux.

ب[ك]ر بن عبد الملك مات (6) ..... (5) هذا قبر لأبي….. (1-4)…..
سبعة و خمس مائة (8) في رمضان سنة……(7) رحمه الله

[...] Ceci est une tombe à Abū [Bak]r, fils de ‘Abd al-Malik, mort [...] — que Dieu ait pitié de lui ! [...], en ramaḍān de l'année 507/février 1114.

137Il s'agit de la tombe d'un certain Abū Bakr b. ‘Abd al-Malik, non identifié.

N° 2959. Texte de construction. SALAMIYYA. Communication d'Adolphe Grohmann.

138Pierre encastrée à l'entrée de la citadelle, 70 x 35. Cinq lignes en coufique simple ; petits caractères.

139Publication : littman, Semitic inscriptions, n° 1 ; karabacek, Problem, p. 9-10.

140Reproduction : littman, op. cit., p. 170, fig. 145 ; herzfeld, « Dei Tabula ausata, Islam », VI, p. 191, fig. 1 ; karabacek, Problem, p. 9.

سنة ثمان و خمس [مائة] المسجد (4) عمر هدا — C, iv, 104, — بسمله (3-1) الدعاء يدعا (5)

[Cette] mosquée a été construite en l'année 508/1114-1115. La prière est exaucée.

  • 56 On n'a pas de précision sur la date à laquelle Salamiyya devint possession de Damas, mais on sait q (...)

141Cette inscription célèbre la construction d'une mosquée à Salamiyya en 508/1114-1115 sans mentionner le nom du responsable de cette construction. À cette date, Salamiyya dépendait de la principauté de Damas56.

N° 2738. Épitaphe. BA‘LABAKK

142Fragment de marbre, 40 x 30. Quatre lignes en coufique fleuri ; petits caractères, sculptés en relief.

143Publication : Mašriq, III, p. 514.

144Reproduction : Mašriq, III, p. 517.

….،٠٠٠٠حسين ، ابن أبو الحسن(2)…. توف [deux à trois mots ] (1)….
عنه في رجب (4) [ورضي] ى رحمه الله [une lettre ] ال [deux lettres] الس (3)
….( ?) عش [ deux lettres]

[...] Ḥusayn, fils d'Abū al- Ḥasan, [...] — que Dieu ait pitié [et soit satisfait] de lui ! — est décédé en rağab [...].

  • 57 La traduction française donnée par le RCEA s'arrête juste après la lacune qui précède le mot ašār.
  • 58 IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t.9, p. 194.

145Le style coufique fleuri de cette inscription est similaire au coufique des Salğūqides. Ainsi, on suppose qu'elle appartient à la période que nous traitons. Nous n'avons pu identifier le personnage de cette épitaphe, Ḥusayn, fils d'Abū al- Ḥasan. Les lacunes qui jalonnent le texte ne permettent pas de déterminer la date de la mort de notre personnage. On ne dispose que du chiffre des dizaines57, ‘asar, "dix", qui peut être incomplet et former le début du mot ‘išrūn, "vingt", ce qui nous mène à limiter nos recherches aux obituaires des années comprises entre 510 et 530. Dans les obituaires de l'année 511 d'al-Muntaam58, nous trouvons un personnage du nom d'al-Ḥusayn b. al-Ḥasan Abū al-Qāsim al-Qaṣṣār qui, comme al-Ḥusayn de l'inscription, mourut au mois de rağab. Mais ce dernier est le fils d'Abū al-Ḥasan.

146De toute évidence, cette identification reste hypothétique puisque les éléments dont nous disposons, d'après le texte (le mois du décès de notre personnage, son nom al-Ḥusayn et la kunya de son père, Abū al- Ḥasan), sont insuffisants.

N° 2748. Épitaphe. BA‘LABAKK. Collaboration de Noël Aimé-Giron.

147Pierre, 30 x 22. Quatre lignes en coufique fleuri.

148Publication, Mašriq, III, p. 38.

149Reproduction : Mašriq, loc. cit.

حسين ابن عبد الله رضي (2) الله عنه في ذي الحجة (3) سنة(1)…..
سبع وسبعين وأربع [مائع] (4) لرب اغفر له و ارحمه

[...] [Est décédé] [...]Ḥusayn, fils de ‘Abd Allāh — que Dieu soit satisfait de lui ! – en ḏū al- ḥiğğ[a] de l'année 477/avril 1085. Seigneur, pardonne-lui et aie pitié de lui !

150Cette inscription incomplète rend très difficile l'identification du personnage, Ḥusayn b. ‘Abd Allāh, qui y figure. Dans les obituaires présentés par nos chroniqueurs, nous n'avons trouvé aucun personnage du nom de Ḥusayn b. ‘Abd Allāh décédé en 477/1084-1085. À cette date, la ville de Ba‘labakk dépendait du prince salġūqide de Damas, Tāğ al-Dawla Tutuš.

Notes

1 t. VII,.p. 214-250 et t. VIII, p. 33-257.

2 VAN BERCHEM, 1900, p. 438.

3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 442-443.

4 Nous proposons de traduire le mot nasr par victoire.

5 Nous n'avons reproduit ici que deux de ces quatre inscriptions, n° 2734 et 2735, puisque les deux autres donnent respectivement les mêmes textes.

6 VAN BERCHEM, 1900, p. 428.

7 VAN BERCHEM, 1900, p. 432 et sqq.

8 La première étant datée de 482/1089, cela nous mène à supposer qu'il s'agissait de la dernière décennie du règne de Tutus.

9 Sur ce mausolée, voir SAUVAGET, 1932, p. 49.

10 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 154.

11 Nous traduisons le mot mulūk par rois.

12 Nous traduisons le mot isfahsalâr, maréchal dans le RCEA, par Commandant en chef.

13 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 303, note n° 5 ; sourdel et sourdel-thomine, 1979, p. 157.

14 Il avait conduit les armées damascaines pour porter secours à Tripoli. Il accompagnait son père dans des missions militaires importantes, où dans des visites officielles au sulṭān salġūqide de Bagdad.

15 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 124, note n° 1.

16 D'après SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 159 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 160.

17 Nous traduisons le mot malik par roi.

18 Dans le RCEA de sauvaget et wiet, 1937, t. 8, p. 165, on traduit le mot al-malik par le prince.

19 Traduction de Van Berchem : isfahsalàr = général.

20 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132, note n° 2 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 164 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194-195.

21 Nous proposons de traduire le mot magd, majesté dans le RCEA, par gloire.

22 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 167.

23 LE TOURNEAU, 1975, p. 90-91.

24 Faubourg de Damas silué sur la route de Damas à Homs. ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 253.

25 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 253.

26 À celte époque, le sulān salgūqide d'Iraq est Mas‘ūd b. Muhammad b. Šāh Ġiyāṯ al-Dunya wa al-Dīn. BSWORTH, EI2, « Mas'ūd b. Muḥammad b. Malik Shāh », t. 6, p. 771-772.

27 IBN AL-IMĀD AL-HANBALI, 1931-1932, 1. 4, p. 81 ; IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t. 10, p. 33-34.

28 Mazraq : localité située entre Bagdad et ‘Akbara.

29 IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t. 10, p. 23.

30 Voir MOAZ et ORY, 1977, p. 29-30.

31 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 267.

32 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 148.

33 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 149.

34 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 148, n° 4.

35 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 150.

36 SOURDEL (SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 159, situent l'emplacement de ce mausolée d'après le recueil Schefer.

37 SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 159.

38 MOAZ et ORY, 1977, p. 34.

39 MOAZ et ORY, 1977, p. 35.

40 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 418 ; IBN AL-‘IMĀD, 1931-1932, t. 4, p..10

41 IBN AL-ATĪR, 1965, t.10110, p. 671 ; IBN AL-IMĀD, 1931-1932, t. 4, 73 et sqq ; IBN AL-ATĪR, 1966, t. 11, p. 202.

42 À l'exception du mot sayyid, seigneur, devant le mot al-kabīr, le grand.

43 ORY, 1967, p. 128.

44 Il s'agit sans doute d'une erreur puisque le RCEA repose sur la publication de Van Berchem reproduit ce même texte avec le mot mālik, souverain, au lieu de malik, roi ;VAN BERCHEM, 1900, p. 437.

45 VAN BERCHEM, 1900, p. 438.

46 VAN BERCHEM, 1900, p. 448.

47 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 126.

48 Voir plus haut l'émir Šuğā‘ al- Dawla Bazwāğ.

49 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194, n° 3072.

50 SIBT B. AL-GAWZĪ, ms. 2141, fol. 35.

51 BIANQUIS, 1989, t. 2, p. 641, note n° 2, où est mentionné également un ‘Āmir b. Ḥassān b. Mismār al-Ḥawrānī.

52 ORY, 1989, p. 30-31.

53 n.d. : date approximative donnée par s. Ory.

54 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 413; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 264.

55 IBN AL-QALĀNISĪ. 1983, p. 375-376 ; IBN AL-ATĪR, 1965, t. 10, p. 684-685.

56 On n'a pas de précision sur la date à laquelle Salamiyya devint possession de Damas, mais on sait qu'en 503/1110, Tuġtakīn, maître de Damas, y avait établi son camp pour couper la route aux renforts francs de la Syrie qui se dirigeaient vers Édesse, alors assiégée par les musulmans. Voir LE TOURNEAU, 1952, p. 96-97.

57 La traduction française donnée par le RCEA s'arrête juste après la lacune qui précède le mot ašār.

58 IBN AL-ĞAWZĪ, 1940, t.9, p. 194.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search