Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Annexe I. Biographies et fonctions publiques

Texte intégral

1Le lecteur trouvera ici une liste des princes et des émirs de Damas ainsi qu'une liste des personnages ayant exercé les fonctions de qāḍī/cadi/juge, de wazīr/vizir/ministre, de ra’īs/chef des milices, de šiḥna/gouverneur militaire et de ḥāğib/chambellan de Damas, pendant la période étudiée. La biographie de ces personnages apporte, nous l'espérons, une lumière sur l'importance de ces institutions et leur fonctionnement au sein de la principauté de Damas.

I – PRINCES SALĞŪQIDES DE DAMAS

2Pour Claude Cahen, « le gouvernement est un prince turc enfermé, presqu'à la chinoise, dans une citadelle ». Le premier souci d'un prince turc était de sauvegarder sa principauté et ses dépendances, ou sa ville s'il n'en possédait qu'une. Ainsi, ses occupations étaient essentiellement militaires. Il devait organiser une armée suffisante pour la défense de ses dépendances. Mais l'entretien d'une armée exigeait des dépenses que le prince prélevait sur la population en impôts. De toute façon, le prince turc n'avait pas les moyens financiers d'entretenir en permanence une très grande armée ; en cas de besoin, il recrutait des mercenaires turcomans ou autres. Ainsi, l'administration intérieure de sa principauté n'était pas au centre de ses préoccupations. Dès lors, si le prince était faible ou peu populaire dans la ville qu'il dominait, il pouvait se heurter à des révoltes de la part des administrateurs locaux et même du peuple. Ce fut le cas de la révolte dirigée par le ra’īs de Damas, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī en 544/1149-1150, au moment où le prince būrīde Muğir al-Dīn Abaq régnait sur Damas. Mais quoique l'administration ne relevât pas des fonctions du prince turc, celui-ci avait le pouvoir de désigner ou de destituer de leurs fonctions ses administrateurs.

  • 1 Cf. la victoire de Tuġtakīn et de Mawdūd, maître de Mossoul, sur Baudouin, seigneur de Jérusalem, (...)

3Par ailleurs, les princes de Syrie, à l'époque qui fait l'objet de cette étude, s'efforçaient d'acquérir une autonomie indépendante de la puissance centrale des Salğūqides d'Iraq, tout en observant une vassalité officielle à l'égard du sulṭān. En effet, les princes de Syrie, disposant d'une armée modeste, étaient parfois obligés de demander l'aide de l'armée du sulṭān pour freiner la poussée des croisés en Syrie, d'autant plus que les relations avec les autres princes turcs de Syrie étaient souvent tendues. Ainsi, les princes de Damas tenaient toujours la cour de Bagdad informée de leurs guerres contre les croisés, et surtout de leurs victoires. Ils envoyaient alors au sulṭān des prisonniers, des cadavres ou des têtes de soldats ennemis et une partie du butin qu'ils avaient amassé, avec d'autres présents de valeur1. L'échange des présents de valeur marquait aussi fortement ces relations entre les sulṭān-s et les princes des autres contrées. Une visite officielle des princes à la cour du sulṭān était toujours accompagnée par des cadeaux, en chevaux de prix, armes, argent, tissus précieux, etc. Les présents, outre leur caractère honorifique, confirmaient la vassalité des princes à l'égard des sulṭān-s ; en revanche, les présents que le sulṭān offrait aux princes turcs signifiaient la confirmation de ces princes dans leurs dépendances.

4Souvent, le prince désignait lui-même son successeur sauf dans le cas où il mourait de mort soudaine sur un champ de bataille, ou assassiné. Presque toujours, ce successeur était son fils. Évidemment, le successeur n'était pas toujours à la hauteur des tâches attachées à son rang. Un tel prince était considéré comme faible et indigne, et les hauts fonctionnaires pouvaient le manipuler facilement.

Atsiz b. Uwaq (ou Uvaq)

  • 2 CAHEN, E.I.2, « Atsiz », t. 1, p. 773 ; CAHEN, 1073, p. 27-28 ; SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, ms. 2141, fol. 1 (...)

5Atsiz b. Uwaq al-Ḫawārizmī était un chef turcoman. Contrairement à ce que la plupart de nos sources arabes prétendent, Atsiz n'était pas un des lieutenants du sulṭān salğūqide Alp Arslān, mais sans doute un des lieutenants d'Arisġī, dirigeant d'une fraction de Turcomans qu'on appelait Nāwakiyya, rebelles au sulṭān salğūqide Alp Arslān2.

6Atsiz, ne voulant pas être au service des Byzantins d'Anatolie où les Nāwakiyya s'étaient réfugiés, se retrouva en Palestine avec mission d'y soumettre les Arabes des tribus pour le compte des Fāṭimides d'Égypte. Mais, très vite, Atsiz œuvra pour son propre compte. A partir de 1070, il devint maître de plusieurs villes de Palestine. Faisant régner la disette dans les villes par des dévastations répétées, Atsiz conquit Ramla, Tibériade, Jérusalem et d'autres cités. Seules les places portuaires recevant leur ravitaillement par mer ne subirent pas l'envahissement.

7En 1076, Atsiz s'empara de Damas et s'y installa comme représentant de la puissance salğūqide de Bagdad, après avoir rétabli de bonnes relations avec le sulṭān Malik Šāh, successeur d'Alp Arslān en 1072.11 fut donc le premier chef turc qui occupa Damas après les Fāṭimides et y établit la ḫuṭba ‘abbāsside.

8En 1077, l'attaque d'Atsiz contre l'Égypte fāṭimide échoua. Il y perdit l'essentiel de son armée. Sa déroute incita les habitants des villes palestiniennes à se révolter. Les représailles d'Atsiz furent cruelles : il fit couler un bain de sang dans ces villes et les ramena à son obédience.

  • 3 IBN MANẒŪR, 1987, t. 4, p. 204-205.
  • 4 AL-MAQRĪZĪ-ZAKKĀR, 1973, p. 268.

9En 471/1078-1079, les Fāṭimides enlevèrent à Atsiz les villes de Palestine et menacèrent Damas. Atsiz dut faire appel au sulṭān salğūqide Malik Sān. Certes, une emprise salğūqide sur Damas était prévisible mais Atsiz espérait conserver la ville en tant que vassal du sulṭān. Or, Tāğ al-Dawla Tutuš, frère du sulṭān, qui avait reçu la Syrie en apanage, se débarrassa d'Atsiz en le faisant mettre à mort en rabī‘ I 471/11 septembre-10 octobre 10783. Le règne d'Atsiz b. Uwaq sur Damas dura trois ans, six mois et vingt et un jours4.

10Plusieurs éléments firent qu'Atsiz fut détesté de la population. Atsiz fut le premier chef turc sunnite à envahir des villes de Syrie et de Palestine dont certaines étaient encore imprégnées par le chiisme fāṭimide. De plus, sa politique, dès l'abord dévastatrice, ne parut pas être de bon augure. Ses efforts ultérieurs pour faire revivre l'agriculture des territoires dévastés ne remédièrent pas aux sentiments d'hostilité de la population.

  • 5 IBN KAṮĪR, 1966, p. 112-113.
  • 6 SAUVAGET, 1930, p. 62-63.

11Il faut toutefois mettre à son actif d'avoir lancé la construction de la citadelle de Damas5. C'est dans cette citadelle que les princes būrīdes eurent leur demeure, et ils y effectuèrent des agrandissements en 527/11326.

Tutuš b. Alp Arslān

  • 7 IBN 'ASĀKIR, 1911-1932, 1. 3, p. 340.

12Tāğ al-Dawla Abū Sa‘īd Tutuš b. Alp Arslān b. Dāwūd b. Mīkā’īl b. Salgūğ b. Duqmāq al-Salgūğī. En 470/1077-1078, il arriva en Syrie, terre que son frère le sulṭān Malik Šāh lui avait donnée en apanage. Alors qu'il essayait en vain d'enlever Alep au mirdāside Sābiq b. Maḥmūd, il reçut l'appel au secours d'Atsiz, maître de Damas, afin de repousser les Fāṭimides qui menaçaient la ville7.

  • 8 IBN ḪALLIKĀN, 1948, t. 2, p. 264.

13À Damas, Tutuš fit mettre à mort Atsiz et se rendit maître de la ville et de ses dépendances8. Ibn al-Qalānisī rapporte que les relations de Tutuš avec la population furent excellentes, contrairement à celles d'Atsiz.

14En 475/1082-1083, Tutuš battit Muslim b. Qurayš qui attaquait la ville de Damas. Le règne de Tāğ al-Dawla Tutuš fut marqué par plusieurs conquêtes. En 483/1090-1091, il se rendit maître de Homs, et investit à partir de 485/1092-1093 al-Raḥba et Naṣībīn dans la Djéziré. En 487/1094, Tutuš remporta une victoire contre la coalition d'Alep, d'Édesse, de Mossoul et d'al-Raḥba, et conquit toutes ces contrées. Son royaume comprenait alors toute la Syrie du Nord jusqu'au Diyār Bakr dans la Djéziré. En 488/1095, Tutuš marcha contre son neveu Barkyārūq, lui contestant le sulṭāna après la mort de son frère le sulṭān Malik Šāh. Cette campagne, au cours de laquelle Tutuš fut tué, mit fin à ses ambitions et condamna son royaume à l'effritement.

Duqāq b. Tutuš

15Šams al-Mulūk Abū Naṣr Duqāq (ou Duqmāq) b. Tutuš b. Alp Arslān accéda au pouvoir de Damas après la mort de son père Tutuš en 488/1095. L'empire que Tutuš était parvenu à constituer se disloqua à sa mort. Duqāq s'installa à Damas, son aîné Ruḍwān s'installa à Alep, et les dépendances de Djéziré furent prises par des émirs de Tutuš. En 493/1099-1100, Duqāq put reconquérir le Diyār Bakr.

16À Damas, la direction des affaires administratives fut confiée à l'atabeg de Duqāq, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn. Durant son règne, Duqāq fut en conflit avec son frère Ruḍwān b. Tutuš, maître d'Alep, qui s'estimait en droit de prendre possession de Damas. Le 12 ramaḍān 497/8 juin 1104, Duqāq mourut empoisonné, à l'instigation de sa mère.

  • 9 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132, note n° 7, p. 132-133.

17Sous le règne de Duqāq fut construite la madrasa ḥanafite al-Sādiriyya appelée aussi al-‘Ādiliyya al-Sādiriyya, en 491/1098. Fondée par l'émir Šuğā‘ al-Dawla Ṣādir b. ‘Abd Allāh, ce fut une des premières madrasa-s de Damas9.

Irtāš (ou Artāš) b. Tutuš

  • 10 IBN MANẒŪR, t. 4, 1987, p. 232.

18Irtāš b. Tutuš b. Alp Arslān est le frère de Duqāq, maître de Damas. Ce dernier le tenait prisonnier dans la citadelle de Ba‘labakk. A la mort de Duqāq en 497/1103-1104, Ṭuġtakīn, atabeg de Duqāq, libéra Irtāš, le fit venir à Damas et le plaça sur le trône de Damas le 24 dū al-ḥiğğa 497/17 septembre 1104, par égard envers la famille de son maître Tutuš. Au bout de quelques mois, en ṣafar 498/octobre-novembre 1104, Irtāš s'enfuit de Damas, soupçonnant que sa mère, Ṣafwat al-Mulk, et son époux, Ṭuġtakīn, tramaient un complot contre sa personne. Irtāš prit contact avec Baudouin, seigneur de Jérusalem, l'incitant à marcher contre Damas, mais son plan échoua. Il quitta donc la Syrie pour al-Raḥba dans la Djéziré10.

Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn

19Ẓahīr al-DīnAbū Mansūr Ṭuġtakīn est un mamlūk de Tāğ al-Dawla Tutuš. Sa bravoure et sa fidélité le firent monter en grade et il devint le commandant en chef de l'armée de Tutuš, ainsi que le délégué administratif de ce dernier à Damas. Peu après, il reçut le gouvernement de Mayāfāriqīn dans le Diyār Bakr et fut nommé atabeg de Šams al-Mulūk Duqāq, fils de Tutuš. Il épousa donc la mère de ce dernier, Ṣafwat al-Mulk. Ṭuġtakīn avait participé à la campagne de Tutuš contre son neveu Barkyārūq à al-Rayy en 487/1094, campagne dans laquelle Tutuš trouva la mort et Ṭuġtakīn fut fait prisonnier. En 488/1095, Ṭuġtakīn avait obtenu sa liberté et était rentré à Damas pour prendre les affaires de la principauté en main, comme atabeg de l'émir Duqāq, maître de Damas.

20À la mort de Duqāq et de son fils Tutuš la même année, Ṭuġtakīn se rendit maître absolu de la ville de Damas et de ses dépendances. Il fut donc le fondateur de la dynastie būride qui régna à Damas de 497/1104 à 549/1154.

21Durant toute la durée de son règne, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn connut une popularité réelle si bien que sa situation fut très solide à Damas. Ibn al-Qalānisī, notre chroniqueur damascain, fait son éloge à plusieurs reprises.

22Le premier soin de Ṭuġtakīn fut de préserver sa principauté, à la fois d'une emprise directe de la puissance salğūqide d'Iraq, par l'intermédiaire des émirs de Mossoul, et aussi des croisés qui entrèrent en Syrie en 490/1097-1098. Avec les émirs de Mossoul, Ṭuġtakīn adopta une politique de collaboration à la guerre sainte, tout en s'efforçant de conserver une certaine neutralité avec les Francs de Syrie. En effet, la principauté de Ṭuġtakīn jouxtait les États francs de Jérusalem, de Tripoli et d'Antioche, et les sources de ravitaillement de la principauté de Damas, la Biqā‘ et le Ḥawrān, étaient menacées en permanence par les attaques des Francs de Jérusalem. Ṭuġtakīn était donc souvent amené à conclure des trêves et des traités de paix avec les Francs.

23En 509/1115-1116, Ṭuġtakīn reçut du calife ‘abbāsside et du sulṭān salğūqide de Bagdad l'investiture officielle du gouvernement de Damas. Jusque-là, il n'était qu'un atabeg ; ensuite, tout en conservant ce titre, il fut reconnu par Bagdad comme prince autonome. En 520/1126, Ṭuġtakīn se heurta au problème de la présence envahissante des ismā‘īliens à Damas, auxquels il céda l'importante citadelle de Bāniyās.

24Le 8 ṣafar 522/11 février 1128, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn mourut des suites d'une maladie. La profonde sympathie des Damascains pour Ṭuġtakīn, répondant à sa politique de bienveillance, se manifesta à sa mort par un deuil général à Damas. Ṭuġtakīn avait désigné son fils Tāğ al-Mulūk Būrī pour lui succéder à la tête de la principauté.

25Pendant le règne de Ṭuġtakīn avait été réalisées les constructions suivantes à Damas :

  • La madrasa Amīniyya, madrasa Šāfi‘ite construite par l'émir Amīn al-Dawla Ğumuštakīn b. ‘Abd Allāh en 514/1120, au sud de la grande mosquée de Damas11. Il la constitua en waqf en faveur de l'enseignement du rite Šāfi‘ite.
  • La mosquée de Fayrūz, appelée aussi le minaret de Fayrūz, construite par le chambellan Fayrūz, šiḥna de Damas, qui mourut en 516/1122.
  • Une mosquée construite parAbū ‘Alī al-Mazdaqānī, le vizir de Ṭuġtakīn, à l'étage de la maison de ce dernier12.
  • 13 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 321 ; SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 79 ; AL-MUNAĞĞID, 1949, p. 59 ; S (...)
  • 14 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 80-82.

26L'épouse de Ṭuġtakīn, Ṣafwat al-Mulk, fit construire en 504/1110-1111 un mausolée, en dehors de la porte d'al-Farādīs au nord de Damas13. En 503/1109-1110, Ṭuġtakīn fit restaurer la grande mosquée de Damas14.

Tāğ al-Mulūk Būrī

  • 15 Selon IBN TAĠRĪ BIRDĪ, 1929, t. 5, p. 249, Būrī aurait régné seulement trois années et quelques mo (...)

27Tāğ al-MulūkAbū Sa‘īd Būrī accéda au pouvoir de Damas après la mort de son père Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, le 12 février 1128. Tāğ al-Mulūk Būrī mit fin au pouvoir croissant des ismā‘īliens à Damas par un massacre effroyable. Il fit disparaître aussi son vizir, Abū ‘Alī al-Mazdaqānī, qui soutenait fortement les ismā‘īliens. En 523/1129, Būrī brisa l'offensive des Francs contre Damas. En 525/1131, Tāğ al-Mulūk fut victime d'un attentat organisé par les ismā‘īliens. Il fut blessé et mourut des suites de ses blessures le 21 ragab 526/7 juin 1132. Son fils Abū al-Fatḥ Ismā‘īl lui succéda. Le règne de Tāğ al-Mulūk Būrī à Damas dura quatre ans et quatre mois environ15.

  • 16 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 135.
  • 17 BIANQUIS et ATASSI-KHATTAB, 1978, p. 366.

28Sous le règne de Tāğ al-Mulūk Būrī, l'émir Mu‘īn al-Dīn Unar fonda la madrasa al-Mu‘īniyya à Damas en 524/113016. Une autre madrasa y fut également construite, la madrasa al-Ḥanbaliyya al-Sarafiyya, première madrasa ḥanbalite à Damas. Elle fut construite par le jurisconsulte ‘Abd al-Wahhāb al-Ḥanbalī, au nord-est de la mosquée des Umayyades17.

Šams al-Mulūk Ismā‘īl

29Šams al-MulūkAbū al-Fatḥ Ismā‘īl b. Būrī b. Ṭuġtakīn avait été désigné par son père Būrī pour le remplacer comme prince de Damas ; il accéda au pouvoir en ragab 1126/juin 1132. Ce fut par la force qu'Ismā‘īl ramena à son obédience toutes les dépendances qui étaient entrées en rébellion à la mort de son père. En 527/1132-1133, il recouvra la citadelle de Bāniyās remise aux Ismā‘iliens au temps de son grand-père Ṭuġtakīn, en 520/1126, et qui était devenue possession franque après le massacre des ismā‘īliens à Damas en 522/1128. De même, Ismā‘īl se rendit maître de Hama en sawwāl 527/août 1133.

  • 18 SEVIM, 1966, p. 222-223 ; IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 3, p. 15.

30En 528/1133-1134, un attentat manqué contre la personne d'Ismā‘īl lui offrit un prétexte pour faire tuer son propre frère Sūng ainsi que plusieurs esclaves innocents. La tyrannie de l'émir de Damas prit forme et se développa si bien que le 14 rabī‘ II 529/1er février 1135, Ismā‘īl fut assassiné sur l'ordre de sa propre mère, Ṣafwat al-Mulk, juste à temps pour l'empêcher de livrer la ville à ‘Imād al-Dīn Zankī, maître d'Alep, dont les visées sur Damas étaient bien connues. Sur le trône de Damas, Ṣafwat al-Mulk plaça son autre fils Šihāb al-Dīn Maḥmūd18.

  • 19 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 181.
  • 20 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194.

31Sous le règne d'Ismā‘īl b. Būrī et sans doute après qu'il eut recouvré la citadelle de Bāniyās, un château avait été construit à Bāniyās sur l'ordre de l'émir, Abū Ishāq Ibrāhim b. Mulā‘ib19. En rabī‘ I 529/décembre 1134-janvier 1135, l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān construisit à Damas la madrasa Muğāhidiyya intra-muros pour l'enseignement du rite Šāfi‘ite20.

Šihāb al-Din Maḥmūd

32Šihāb al-Dīn Abu al-Qāsim b. Būrī b. Ṭuġtakīn, atabeg, accéda au pouvoir de Damas après la mort de son frère Ismā‘īl, assassiné en rabī‘ II 529/février 1135. Sa mère Zumurrud Ḫātūn Ṣafwat al-Mulk, qui avait organisé l'assassinat d'Ismā‘il et l'accession de Šihāb al-Dīn Maḥmūd au pouvoir, prit une part importante à la direction des affaires de la principauté jusqu'au moment où elle quitta Damas pour épouser ‘Imād al-Dīn Zankī, maître d'Alep en 532/1137-1138. Šihāb al-Dīn eut alors un autre conseiller pour diriger ses affaires, Mu‘īn al-Dīn Unar, un ancien mamlūk de son grand-père Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn.

33À l'époque de Šihāb al-Dīn, Damas était hantée par la menace que Zankī d'Alep faisait peser sur elle. Par ailleurs, la rébellion de l'un de ses propres émirs, Bazwāğ, créa des troubles dans la principauté même. Šihāb al-Dīn dut réprimer ces troubles en donnant à Bazwāğ un pouvoir qui devint si dangereux que Šihāb al-Dīn fut obligé d'y mettre fin en faisant disparaître Bazwāğ.

  • 21 IBN MANẒŪR, 1989, t. 24, p. 116-117.

34La nuit de 23 sawwāl 533/23 juin 1139, Šihāb al-Dīn Maḥmūd mourut assassiné par trois de ses esclaves. Son frère Muḥammad b. Būrī, maître de Ba‘labakk, fut invité à le remplacer à Damas21.

  • 22 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 206.

35En 531/1137, Šihāb al-Dīn Maḥmūd b. Būrī constitua en waqf deux portions de terre en faveur de la grande mosquée de Dūmā. Cet acte fut gravé, en écriture coufique, sur une dalle qu'on fixa sur le mur sud de la cour de la grande mosquée de Dūmā22.

Ğamāll al-Dīn Muḥammad

36Ğamāll al-Dīn Muḥammad b. Būrī b. Ṭuġtakīn, atabeg, régna sur Damas après l'assassinat de son frère Šihāb al-Dīn Maḥmūd le 23 juin 1139. Il ne détenait le pouvoir que nominalement, car c'était Mu‘īn al-Dīn Unar, ancien mamlūk de Ṭuġtakīn, qui dirigeait les affaires de la principauté. Muḥammad fut appelé d'urgence à Damas pour éviter des troubles qui auraient pu profiter aux ambitions de Zankī, maître d'Alep, lequel, à la mort de Šihāb al-Dīn Maḥmūd, était accouru pour s'emparer de Damas et de ses dépendances. La ville de Ba‘labakk tomba entre ses mains. Le 8 ša‘bān 534/29 mars 1140, Ğamāll al-Dīn Muḥammad mourut de maladie alors que Zankī bloquait la ville de Damas. On le remplaça par son fils Abū Sa‘īd Abaq.

Abū Sa‘īd Abaq

  • 23 IBN MANẒŪR, 1987, t. 4, p. 191-192.

37Abū Sa‘īd Abaq b. Muḥammad b. Būrī b. Ṭuġtakīn, atabeg, né à Ba‘labakk, était venu à Damas avec son père Muḥammad, lorsqu'on y appela ce dernier pour se rendre maître de la ville en 1139. En 1140, Muḥammad mourut et le pouvoir de Damas échut à Abaq. Encore très jeune, Mu‘īn al-Dīn Unar, qui dirigeait effectivement les affaires de la principauté au temps de son père, prit cette fois encore les affaires en main. L'ordre régna jusqu'à la mort de Mu‘īn al-Dīn Unar. Abaq fut libre de gouverner seul la principauté de Damas et fut d'ailleurs un mauvais administrateur. Il exila le ra’īs de Damas, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, et le remplaça par un frère sans valeur et malhonnête dont il fut obligé de se débarrasser très vite. La popularité d'Abaq parmi les habitants de Damas fut très faible. Ainsi, Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī, maître d'Alep, dont les attaques se répétèrent contre la ville, n'eut aucune difficulté à se la faire livrer le 11 ṣafar 549/27 avril 1154. Abaq quitta alors Damas pour Homs qu'il reçut en échange de Damas puis il partit pour Bālis sur l'Euphrate, et enfin, il s'installa définitivement à Bagdad où il mourut en 564/1168-116923

38Au temps de Muğīr al-Dīn Abaq, en 539/1145, fut achevée la construction de la madrasa Muğāhidiyya, extra-muros, en dehors de la porte d'al-Farādīs, sur ordre de l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān.

***

39Pendant le règne des princes salğūqides et de la dynastie blinde à Damas furent construites bon nombre de mosquées. Citons entre autres :

  • La mosquée construite par Yūsuf b. Fayrūz qui fut šiḥna de Damas et fut assassiné en 530/113624.
  • La mosquée construite par l'émir Ukuz, chambellan de Šihāb al-Dīn Maḥmūd en 531/1136-1 13725.
  • La mosquée bâtie par Hibat Allāh b. Aḥmad b. ‘Abd Allāh b. ‘Ali b. Ṭāwūs Abu Muḥammad al-Baġdādī, le traditionniste qui fut un des maîtres d'Ibn ‘Asākir, et qui mourut en muḥarram 536/août 114126.
  • La mosquée de l'eunuque ‘Aṭā, qui fut gouverneur de Ba‘labakk délégué par Muğīr al-Dīn Abaq en 545/1150-5127.
  • La mosquée bâtie pour l'ascète ‘Abd al-Raḥmān al-Ḥalḥūlī, qui mourut en martyr lors d'une sortie contre les croisés qui assiégeaient Damas en 543/1148. L'ascète fut enseveli dans cette mosquée28.

II – ÉMIRS ET GRANDS OFFICIERS DES PRINCES SALĞŪQIDES DE DAMAS

40L'amīr/émir d'un prince est un des chefs militaires de ce prince. Comme les princes salğūqides étaient des nouveaux venus, étrangers dans leur propre principauté, leur autorité et leur pouvoir ne pouvaient s'imposer que par le truchement de leur armée. Leurs chefs militaires étaient donc les personnages les plus puissants, après eux. C'était parmi eux que le prince choisissait un délégué pour gouverner et défendre une ville conquise ou une place frontière. Les émirs, turcs en général, pouvaient, dans certains cas, acquérir un très grand pouvoir qui surpassait celui du prince officiel, et qu'ils pouvaient exercer effectivement, comme ce fut le cas de Mu‘īn al-Dīn Unar. Un officier militaire, ayant mérité la confiance de son prince, et doté de bravoure et d'intelligence, pouvait monter en grade jusqu'à devenir atabeg de l'un des fils du prince. Ṭuġtakīn, qui à l'origine n'avait été qu'un mamlūk de Tutuš b. Alp Arslān, était devenu un de ses plus éminents lieutenants, puis l'atabeg de son fils Duqāq ; enfin, son intelligence, qui lui permettait de se saisir de toutes les opportunités, fit de lui le prince de Damas.

41II est très difficile de dresser une liste complète de tous les chefs militaires des princes salğūqides de Damas. Ainsi, nous nous limiterons à citer les principaux grands officiers ayant joué un rôle important par rapport à la politique générale des princes salğūqides de Damas.

LES ÉMIRS D'ATSIZ B. UWAQ

42À ses début en Syrie, Atsiz n'avait pas le titre de prince. Il était simplement le chef des Nāwakiyya en Syrie. Ses principaux collaborateurs militaires furent ses quatre frères, Gāwali, al-Ma’mūn, Qaralū et Šaklī. Parmi ces quatre frères que nous pouvons considérer comme les chefs militaires d'Atsiz, seul Šaklī eut, selon nous, une importance notable pour le rôle qu'il joua en se révoltant contre Atsiz. Les autres demeurèrent de simples chefs militaires participant effectivement aux campagnes d'Atsiz. Al-Ma’mūn périt lors de la campagne d'Atsiz contre l'Égypte en 469/1077 ; l'un des deux autres fut mis à mort, avec Atsiz, par Tutuš en 1078.

43Šaklī, lui, jaloux du succès de son frère Atsiz, en Palestine, voulait faire cavalier seul. En 1074, prenant Atsiz de vitesse, il s'empara d'Acre sur le littoral palestinien et entra en rébellion ouverte contre son frère. Il lui enleva Tibériade où, peu après, il fut battu et mis à mort par Atsiz en 1075.

LES ÉMIRŠ DE TUTUŠ B. ALP ARSLĀN

44Parmi les émirs de Tutuš, on doit citer en premier Ṭuġtakīn, dont la biographie figure parmi celles des princes de Damas, et Ġanāḥ al-Dawla Ḥusayn, atabeg de son fils aîné Ruḍwān.

Ğanāḥ al-Dawla Ḥusayn

  • 29 SEVIM, 1966, p. 120-124.

45Atabeg de Ruḍwān b. Tutuš, Ğanāḥ al-Dawla, dont le second laqab était Bāqī al-Dawla, était un officier de valeur dans l'armée de Tutuš. Après la mise à mort d'Āq Sunqur Qasīm al-Dawla, maître d'Alep et de Homs, Tutuš donna cette dernière en apanage à Ğanāḥ al-Dawla. Après la mort de Tutuš, les dissensions surgirent entre Ruḍwān et son atabeg, des accrochages ayant même eu lieu entre les armées des deux adversaires, jusqu'à ce que Ğanāḥ al-Dawla fût assassiné par des ismā‘īliens, à l'instigation de Ruḍwān, dans la grande mosquée de Homs le 22 ragab 496/1er mai 110329.

Les Artuqides : Artuq b. Aksab et ses deux fils, Suqmān et Ilġāzī

46Artuq b. Aksab (ou Aksak) était un chef d'une des tribus turcomanes qui s'étaient mises au service du sulṭān salğūqide, Malik Šāh. Artuq participa à la plupart des campagnes de Malik Šāh contre les Byzantins en Asie Mineure comme il fut chargé, en 470/1077, de soumettre les Qarmates de Bahrayn à l'obédience salğūqide, et s'empara de Ḥulwān, à l'est de l'Iraq, pour le compte du sulṭān. En 472/1079, Artuq entra, par ordre de Malik Šāh, au service de son frère Tutuš, pour l'assister dans sa campagne en Syrie, et il fut aussi chargé d'assister Ibn Gahīr dans son expédition à Diyār Bakr. Par la suite, les relations d'Artuq avec le sulṭān commencèrent à se détériorer, à cause de ce qu'il avait entrepris avec Muslim b. Qurayš al-‘Uqaylī et Tutuš, et de leur projet de s'allier avec les Fāṭimides d'Égypte. Ce projet échoua d'ailleurs mais Artuq quitta alors définitivement le service du sulṭān pour se mettre sous les ordres de Tutuš, qui lui donna en apanage Jérusalem en 1086. En 1091, Artuq mourut, laissant son apanage à ses deux fils, Suqmān et Ilġāzī.

47Suqmān b. Artuq était resté avec son frère Ilġāzī au service de Tutuš et reçut Sarūg en apanage, après que Tutuš se fut saisi de son maître Buzān et l'eut mis à mort en 486/1093. Après la mort de Tutuš, Suqmān et Ilġāzī se trouvèrent mêlés aux conflits des deux frères Ruḍwān et Duqāq. Suqmān assista Ruḍwān dans son attaque contre Damas. A cette occasion, Ruḍwān lui donna Ma‘arrat al-Nu‘mān en apanage en 1095. En 1097, al-Ma‘arrat lui fut enlevée par Yāgī Sayān. En 1098, les Artuqides perdirent Jérusalem au profit des Fāṭimides. Suqmān essaya alors de se tailler un domaine au Diyār Bakr, et s'empara de la citadelle de Ḥiṣn Kayfā et de celle de Dārā en 1101. En 1102, il mit la main sur Mārdīn, et fonda ainsi l'Etat des Artuqides dans le Diyār Bakr. En 1104, Suqmān mourut à Qaryatayn de maladie, tandis qu'il se trouvait en route pour Damas.

  • 30 LE TOURNEAU, 1952, p. 158.

48Ilġāzī b. Artuq : après la mort de Tutuš, il se mit au service de Duqāq, mais après la prise de Jérusalem par les Fāṭimides, Ilġāzī partit pour l'Iraq et prit parti dans les querelles intestines entre Barkyārūq et Muḥammad sur le sulṭāna salğūqide. En 501/1107, Ilġāzī prit possession de Naṣībīn et devint le maître de Ḥarrān. En 502/1108, Mawdūd lui enleva Naṣībīn, qu'il recouvra en 508/1114 mais pour la perdre, encore une fois, au bénéfice d'Āq Sunqur al-Bursuqī, en 516/1122. En 511/1117-1118, Ilgāzī prit possession d'Alep et eut à lutter contre les Francs de la Syrie. En 516/1122, Ilġāzī mourut au Diyār Bakr d'une grave maladie30.

Faḫr al-Dawla Ğumuštakīn, al-Ḫādim al-Tāğī

  • 31 CAHEN, 1937-1938, p. 115 ; ORY, 1989, p. 31.
  • 32 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 239.
  • 33 LE TOURNEAU, 1952, p. 91-92.
  • 34 ORY, 1967, p. 124 et sqq. ; LE TOURNEAU, 1952, p. 195.

49Eunuque affranchi de Tāğ al-Dawla Tutuš, il fut gouverneur de Ba‘labakk dès 496/1102-110331. Sous le règne de Ṭuġtakīn à Damas, Ğumuštakīn essaya, à plus d'une reprise, d'échapper au pouvoir qu'exerçait sur lui le maître de Damas. En 498/1105, il eut à exprimer l'assurance de son obédience à l'atabeg Ṭuġtakīn afin d'éviter l'attaque de celui-ci contre la ville de Ba‘labakk32. Une seconde fois, la rébellion de Ğumuštakīn amena l'armée damascaine à attaquer Ba‘labakk en 503/1110. Des négociations aboutirent à ce résultat : Ba‘labakk fut livrée à Ṭuġtakīn et Ğumuštakīn reçut la citadelle de Ṣarḫad en apanage33. En ğumādā II 525/mai 1131, Ğumuštakīn mourut dans la citadelle de Ṣarḫad34.

  • 35 LE TOURNEAU, 1952, p. 28 ; SEVIM, 1966, p. 96-110.
  • 36 LE TOURNEAU, 1952, p. 35.

50D'autres grands officiers méritent d'être cités, qui ne faisaient pas partie de l'armée de Tutuš, mais qui avaient reçu l'ordre du sulṭān salğūqide Malik Sān d'assister Tutuš dans ses campagnes en Syrie. Parmi eux, l'émir ‘Imād al-Dawla Buzān, l'émir Yāgī Sayān et l'émir Āq Sunqur Abu‘Abd Allāh, connu sous le nom de Qasīm al-Dawla. Tous trois furent des émirs du sulṭān salğūqide Malik Šāh. Ils l'accompagnèrent lors de son expédition en Djéziré et en Syrie en 479/1086-1087. L'émir Āq Sunqur se vit octroyer Alep pour le compte du sulṭān, et Yāgī Sayān, Antioche. Finalement, le sulṭān prit possession d'Édesse et Buzān y fut désigné comme gouverneur. En 483/1090-1091, les trois émirs, sur ordre du sulṭān Malik Šāh, aidèrent Tutuš, maître de Damas, dans sa campagne pour soumettre des villes de Syrie d'obédience fāṭimide. A la mort de Malik Šāh, Āq Sunqur, Buzān et Yāgī Sayān se trouvèrent engagés avec l'armée de Tutuš, dans une expédition en direction du Ḫurasān. Tutuš voulait abattre son neveu Barkyārūq, fils de Malik Šāh, et se proclamer sulṭān. Mais les trois émirs, avec leur armée, se séparèrent de Tutuš et firent échouer son expédition. La vengeance de Tutuš fut sanglante. II marcha contre Āq Sunqur, le vainquit, s'empara de lui et lui fit couper la tête en 587/109435. Buzān et Yāgī Sayān ne furent pas épargnés. Le premier fut aussi mis à mort. Quant à Yāgī Sayān, il fut incarcéré dans la citadelle d'Alep jusqu'à la mort de Tutuš en 487/1095. Peu après, on vit Yāgī Sayān mettre son armée à la disposition de Duqāq36. En 491/1098, les Francs enlevèrent Antioche à Yāgī Sayān qui s'enfuit de la ville et fut tué lors de sa fuite.

DES ÉMIRS DE DAMAS AU TEMPS DE LA DYNASTIE BŪRĪDE

  • 37 LE TOURNEAU, 1952, p. 80-81.
  • 38 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 263.

51Artuq b. ‘Abd al-Razzāq fut un des émirs de Damas au temps de Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn. Alors que les Francs assiégeaient Tripoli en 501/1108, l'émir Artuq fut sollicité par Faḫr al-Mulk b. ‘Ammār, alors maître de Tripoli, qui lui demanda de venir avec son armée l'escorter jusqu'à Damas. Faḫr al-Mulk s'apprêtait alors à se rendre à Bagdad pour demander l'aide du calife ‘abbāsside et du sulṭān salğūqide37. En 502/1109, Artuq b. ‘Abd al-Razzāq fut emporté par une grave maladie38.

Baltāš

  • 39 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 267.

52Cet émir fut l'un des principaux chefs militaires de Damas. Il accompagna Ṭuġtakīn en 503/1110 pour bloquer Ba‘labakk. Selon Ibn al-Qalānisī, le rang de Baltāš dans l'État lui permit d'être chargé du rôle de médiateur, menant les négociations entre le maître de Damas et Ğumuštakīn, maître de Ba‘labakk39.

Amīn al-Dawla Kumuštakīn (ou Ğumuštakin)

  • 40 BUSCHNER, E.l., « Salār », t. 4, p. 99.
  • 41 CAHEN, E.I.2, « Atabak ou atabeg », t. 1, p. 753 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 228.
  • 42 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 398-402.
  • 43 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 451.

53Ne pas le confondre avec Faḫr al-Dawla. Il fut gouverneur des deux citadelles de Ṣarḫad et de Buṣrā pour le compte des Būrīdes de Damas. En 530/1136, il fut gratifié de robes d'honneur par Šihāb al-Dīn Maḥmūd, maître de Damas, qui lui conféra aussi le grade d'isfahsalār dans l'armée, commandant en chef40. De même, il reçut le titre d'atabeg de Damas et fut invité à loger dans le grand palais de l'atabeg de Damas41. Mais peu après eut lieu la révolte de l'émir Bazwāğ et des esclaves à Damas ; Ğumuštakīn s'enfuit alors pour Ṣarḫad, laissant l'émir Bazwāğ s'emparer du poste d'isfahsalār42. En 531/1136-1137, Ğumuštakīn se fit médiateur afin d'obtenir pour les exilés de Ṣarḫad, les Banū al-Ṣūfī, l'autorisation de revenir à Damas. Amīn al-Dawla mourut à Ṣarḫad en 541/1146-1147, et son esclave al-Tuntāš (ou al-Yunyās) lui succéda au gouvernement des deux citadelles de Buṣrā et de Ṣarḫad43.

  • 44 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 270.

54À Buṣrā, l'émir Ğumuštakīn avait ordonné les travaux de restauration pour la mosquée al-‘Umarī en 506/1112 et pour la mosquée de Hidr en 528/1134. De même, il fit construire en 530/1136 une madrasa ḥanafite contre le mur oriental de la mosquée Mabrak al-Nāqa44.

Sawār b. Aytakīn

  • 45 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 245.

55Sayf al-Dīn Mas‘ūd Sawār fut l'un des émirs de Tāğ al-Mulūk Būrī, maître de Damas. Se prenant d'aversion contre Tāğ al-Mulūk, Sawār le quitta pour Alep où il se mit au service de l'atabeg ‘Imād al-Dīn Zankī45. Devenu délégué de Zankī à Alep pendant les absences de celui-ci, Sawār eut à défendre la ville et ses dépendances contre les attaques des Francs, et à mener également des incursions contre les territoires francs en Syrie septentrionale. Après la mort de l'émir ‘Imād al-Din Zankī, Sawār aida Nūr al-Dīn Maḥmūd à s'installer à Alep et demeura commandant en chef de l'armée de la ville.

Muğāhid al-Dīn Buzān

  • 46 Dans LE TOURNEAU, 1952 : Muğāhid al-Dīn b. Buzān.
  • 47 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132 note 2 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 164 ; SAUVAGET et WIET, 1937 (...)

56L'émir Muğāhid al-Dīn Buzān b. Māmin al-Kurdī46 fut le chef des troupes kurdes à Damas où il construisit deux madrasa-s, l'une intra-muros située au sud-ouest de la grande mosquée près de Bāb al-Ḫawwāṣīn47 en 529/1135, et l'autre en 539/1145, extra-muros, à l'extérieur de Bāb al-Farādīs au nord de Damas. En 542/1147, Muğāhid al-Dīn obtint, moyennant paiement d'argent, l'attribution du commandement de la forteresse de Ṣarḫad. En 544/1149, il fut envoyé à Alep avec mission d'aider Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī à affronter les Francs d'Antioche. Soupçonné de faire partie des sympathisants de Nūr al-Dīn Maḥmūd qui aspirait à se rendre maître de Damas, Muğāhid al-Dīn dut, à plusieurs reprises, quitter sa demeure de Damas et se réfugier à Ṣarḫad où il avait délégué son fils pour garder la forteresse. En 548/1153, Muğāhid al-Dīn reçut des assurances des autorités damascaines l'invitant à rentrer en toute confiance à Damas. Muğāhid al-Dīn accepta mais, une fois de plus, craignant pour sa vie à cause de Muğīr al-Dīn Abaq, maître de la ville, il s'enfuit. On le poursuivit et on le ramena à Damas où il fut incarcéré. Son emprisonnement dura jusqu'à la prise de Damas par Nūr al-Dīn Maḥmūd en 1154.

‘Aṭā

  • 48 LE TOURNEAU, 1952, p. 339-340.

57Eunuque anciennement au service des Būrīdes, connu sous le nom de ‘Aṭā al-Ḫādim, il fut gouverneur de Ba‘labakk après 530/1135-1136. En 548/1153, ‘Aṭā fut ramené à Damas par Muğīr al-Dīn Abaq, dernier prince būrīde, qui fit de lui son délégué dans l'administration. Mais ‘Aṭā prit seul en main l'administration et usa d'une telle injustice que Muğīr al-Dīn se saisit de lui, l'incarcéra et donna l'ordre de lui couper la tête à la fin de 548/115448.

Šams al-Umarā’ al-Ḫawāṣṣ

  • 49 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 392.

58Il fut gouverneur de Rafaniyya, nommé par Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, maître de Damas, sans doute après que ce dernier eut chassé les Francs de cette ville et l'eut investie en 498/1105. Mais les Francs purent recouvrer Rafaniyya en 520/1126, et Šams al-Ḫawāṣṣ se retrouva à Damas comme chef de l'armée. En 524/1130, il fut envoyé à Alep pour se mettre sous les ordres du maître de la ville, ‘Imād al-Dīn Zankī, qui, usant de ruse, l'incarcéra avec Bahā' al-Dīn Sūng, fils de Tāğ al-Mulūk, maître de Damas. Après 527/1133, Šams al-Ḫawāṣṣ devint gouverneur de Hama mais fut destitué de la charge de gouverneur par Šihāb al-Dīn Maḥmūd en 529/113549.

Šuğā‘ al-Dawla Bazwāğ

  • 50 LE TOURNEAU, 1952, p. 244.

59Il fut un des émirs les plus éminents de Damas. Sous Šihāb al-Dīn Maḥmūd, il avait fait preuve de zèle en défendant la ville contre l'assaut de ‘Imād al-Dīn Zankī en 529/1135. Sa bravoure et son talent dans le commandement des troupes lui permirent d'être bien considéré par son souverain. Mais Bazwāğ exploita cet ensemble de chances pour tenter d'acquérir un plus grand pouvoir. Ainsi, en 530/1136, Bazwāğ provoqua une révolte contre les autorités damascaines en assassinant Yūsuf b. Fayrūz, šiḥna de Damas. Sa révolte contraignit le souverain, Šihāb al-Dīn, à se plier aux conditions de Bazwāğ. Il fut alors nommé à la tête de toutes les troupes de Damas, investi du titre d'atabeg et reçut le surnom de Ğamāl al-Dīn, beauté de la religion. Ayant atteint cette puissante situation, Bazwāğ essaya d'évincer les autres émirs et personnalités importantes de Damas. Il fomenta l'assassinat du ra’īs Abu al-Ḏawwād al-Mufarrağ b. al-Ṣūfī et exila sa famille de Damas un certain temps. En 531/1137, Bazwāğ mena une offensive réussie contre les Francs de Tripoli mais, à Damas, l'ampleur de la puissance de Bazwāğ effraya Šihāb al-Dīn Maḥmūd qui le fit disparaître en 113850.

Mu‘īn al-Dīn Unar

60Mu‘īn al-Dīn Unar b. ‘Abd Allāh était mamlūk de l'atabeg Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn. Il prit part au gouvernement de la principauté au temps de Šihāb al-Dīn Maḥmūd. Après l'assassinat de ce dernier en juin 1139, Unar le remplaça habilement par son frère Muḥammad, évitant ainsi que n'éclatent des troubles. Quelques mois après, en mars 1140, Muḥammad mourut. Son jeune fils Mugir al-Dīn Abaq lui succéda. Unar gouvernait toujours officieusement à Damas et son administration fut irréprochable. En 534/1139-1140, Unar fit alliance avec les Francs et réussit à éloigner ‘Imād al-Dīn Zankī de Damas. Profitant de l'assassinat de ce dernier, Unar se hâta en 541/1146-1147 de recouvrer Ba‘labakk et de conclure des traités de paix avec les gouverneurs de Homs et de Hama. Il s'efforça d'établir une entente avec Nūr al-Dīn Maḥmūd, fils de Zankī, et son successeur à Alep. Il lui livra le meurtrier de son père Zankī et lui donna sa propre fille en mariage. De plus, les deux émirs collaborèrent pour défaire les Francs qui assistaient al-Tuntāš, maître des deux citadelles de Ṣarḫad et de Buṣrā dans la région du Ḥawrān, en rébellion contre les autorités de Damas. En 542/1147, Unar reçut des diplômes d'investiture de la cour de Bagdad et des Fāṭimides d'Égypte, consolidant sa situation à Damas. En 543/1148-1149, Unar réussit ingénieusement à éloigner la deuxième croisade qui attaquait la ville de Damas. En 544/1149, Mu‘īn al-Dīn Unar mourut de maladie, et Muğīr al-Dīn Abaq se retrouva seul à gouverner Damas.

  • 51 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 165.

61Mu‘īn al-Dīn Unar avait fondé une madrasa à Damas, près de Bāb al-Barīd, en 524/1130, au temps de Tāğ al-Mulūk Būrī, fils de Ṭuġtakīn51.

III - CADIS DE DAMAS

  • 52 TYAN, 1960, p. 101.

62D'après E. Tyan52, un cadi/qāḍī est essentiellement un nā’ib, lieutenant, délégué ou vicaire, pour rendre la jusice à la place de celui qui exerce légitimement l'autorité sur les musulmans. Sa situation n'est donc pas autonome. À l'origine, le cadi était le délégué et représentant du gouverneur. Si le calife instituait un juge, il était alors un délégué direct du calife. Les cadis de Damas étaient des délégués indirects nommés par les émirs turcs de la principauté. À son tour, un cadi pouvait sous-déléguer un représentant qui pouvait exercer personnellement la justice.

63En général, un cadi musulman devait connaître le Coran et les lois islamiques. Les cadis de l'époque qui font l'objet de notre étude étant à peu près tous des faqīh-s, leurs connaissances en jurisprudence étaient fort étendues et attachées, pour chacun d'entre eux, à leur école religieuse, et cela influençait leur façon de juger. Par exemple, si un cadi n'appartenait pas à la même école religieuse que la population de la province ou de la ville où il exerçait ses fonctions de juge, et que ses sentences épousaient trop les principes de son école, son jugement pouvait alors rencontrer le refus de la population et il pouvait être destitué de ses fonctions de cadi.

64Voici la liste des cadis de Damas établie par Ibn Ṭūlūn :

‘Abd al-Ğalīl al-Marūzī

  • 53 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 42.

65‘Abd al-Ğalīl b. ‘Abd al-Gabbār al-Marūzī al-Šāfi‘ī, connu sous le nom d'al-Muwaffaq, accéda aux fonctions de cadi de Damas après la mort du cadi Aḥmad b. ‘Alī b. Abī ‘Ubayd Allāh Muḥammad b. al-Ḥusayn al-Naṣībī en 468/1076, année où la ville fut prise par Atsiz b. Uwaq al-Ḫawārizmī. Sous le règne de Tāğ al-Dawla Tutuš, ‘Abd al-Ğalīl fut destitué de ses fonctions. Il mourut en ṣafar 489/février 109653.

‘Alī b. Muḥammad al-Ġaznawī

  • 54 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 42. Ibn Ṭūlūn ne précise pas In raison pour laquelle ‘Alī b. Muḥammad fut inca (...)

66‘Alī b. Muḥammad Abū al-Ḥasan al-Ġaznawī fut nommé cadi de Damas par Tāğ al-Dawla Tutuš, mais en 477/1084, ‘Alī fut incarcéré et destitué de ses fonctions54.

Al-Ḥusayn b. al-Ḥasan

  • 55 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 4 ; AL-SUBKĪ, 1970, t. 7, p. 73-74.

67Al-Ḥusayn b. al-Ḥasan Abū‘Abd Allāh al-Šahrastānī al-Šāfi‘ī, fut investi des fonctions de cadi de Damas en 477/1084-1085, sous le règne de Tutuš. Al-Šahrastānī mourut, martyr, dans le faubourg d'Antioche lors du combat contre les Francs en 491/109855.

Muḥammad b. Mūsā, cadi ḥanafite

  • 56 Balāsāġūn, pays turc au delà du fleuve de Sayḥān.
  • 57 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 292.
  • 58 SIBṬ b. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 44 ; IBN MANẒŪR, 1988, t. 23, p. 268-269 ; IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 43 (...)

68Abū‘Abd Allāh Muḥammad b. Mūsā b ‘Abd Allah al-Balāsāgūnī56, cadi turc ḥanafite, fut nommé cadi à Jérusalem. Mais les multiples plaintes de la population adressées contre lui à Suqmān b. Artuq firent qu'il y fut destitué de ses fonctions. Il partit alors à Damas oū Tāğ al-Dawla Tutuš le nomma cadi. Là aussi, la population damascaine, à majorité Šāfi‘ite, accepta mal ce cadi extrêmement attaché à ses principes ḥanafites. Muḥammad nomma un imām ḥanafite pour diriger la prière dans la grande mosquée de Damas, mais la foule n'accepta pas de prier derrière cet imām et fit sa prière dans la maison des chevaux, Dār al-ḫayl, située à côté de la mosquée. On racontait qu'il voulait faire payer par les šāfi‘ites une capitation, semblable à celle exigée des chrétiens et des juifs, s'il y était autorisé. Il n'appréciait pas non plus les mālikites. Ce fut sans doute pour ces raisons qu'on le destitua de ses fonctions de cadi à Damas57. D'ailleurs, Sibṭ b. al-Gawzī met même en doute les compétences de Muḥammad b. Mūsā en tant que juge. Muḥammad mourut le 13 ğumādā II 506/5 décembre 111258.

Muḥammad b. Naṣr

  • 59 Nom venu de celui de Biskān, un village de Harāt.
  • 60 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 115.
  • 61 SIVAN, 1968, p. 30 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 284.
  • 62 SIBṬ B. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 115.
  • 63 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 44.

69Muḥammad b. Naṣr b. Mansūr Abu Sa‘d al-Harawī al-Biskānī59, né en 458/1065-1066 dans un milieu pauvre, était warrāq60, marchand ou fabricant de papier ou encore copiste, puis devint éducateur des garçons, mu’addib al-ṣubyān. Cadi de Damas, al-Harawī partit en 492/1099 pour Bagdad, à la tête d'une délégation damascaine, pour demander l'aide du calife ‘abbāsside contre les croisés en Syrie61. Le 6 ḏū al-qa‘da 502/7 juin 1109, il fut nommé cadi à Bagdad et reçut le titre de Zayn al-islām (beauté de l'islam). Muḥammad b. Naṣr était aussi un poète de valeur (Sibṭ b. al-Gawzī nous rapporte un extrait d'un de ses poèmes62). En 504/1110-1111, Muḥammad fut destitué de ses fonctions de cadi de Bagdad ; il revint alors à Damas où il reçut, à nouveau, les fonctions de cadi. Mais il ne s'y fixa pas longtemps ; il y laissa un délégué, le cadi Šāfi‘ite Zakī al-Dīn Abū al-Faḍl Yaḥyā b. ‘Alī al-Qurašī et retourna à Bagdad. En ša‘bān 519/septembre 1125, Muḥammad b. Naṣr fut assassiné par les ismā‘īliens à Hamadān. À Damas, il fut remplacé par son délégué Yaḥyā b. ‘Alī al-Qurašī63.

Yaḥyā b. ‘Alī

  • 64 IBN AL-‘IMĀD, 1350-1351/1931-1932, t. 4, p. 95.
  • 65 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 176 ; IBN TAGRĪ BIRDĪ, 1929, t. 5, p. 535 ; IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 4 (...)

70Zakī al-DīnAbū al-Faḍl Yaḥyā b. ‘Alī b. ‘Abd al-‘Azīz al-Qurašī al-Dimasqī naquit en 444/1052-1053. C'était le grand-père maternel de l'historien Ibn ‘Asākir. A côté de ses fonctions de juge, il était à la fois faqīh et imām. Son fils, Abū al-Makārim Sultān, fut son délégué dans les fonctions de cadi jusqu'à sa mort en 530/1135-113664. Yaḥyā mourut à Damas en 534/1139-1140 et fut inhumé dans Maydān al-Qadam, l'hippodrome d'al-Qadam au sud de Damas65.

Muḥammad. b. Yaḥyā

  • 66 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 45 ; IBN AL-‘IMĀD, 1350-1351/1931-1932, t. 4, p. 95 ; IBN TAĠRĪ BIRDĪ, 1929, t (...)

71Abū al-Ma'ālī Muḥammad b. Yaḥyā b. ‘Ali b. ‘Abd al-‘Azīz, connu sous le surnom d'Ibn al-Ṣā’iġ, fut surnommé al-qāḍī al-muntahab, le juge élu, quoiqu'il ait simplement remplacé son père. Il naquit en 467/1074-1075 et fut cadi et faqīh à la fois. Muḥammad mourut en 537/1142 à l'āge de soixante-dix ans66.

Zakī al-Dīn ‘Alī

  • 67 LE TOURNEAU, 1952, p. 263.
  • 68 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 46.

72Zakī al-DīnAbū al-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. Yaḥyā al-Qurašī naquit en 507/1113-1114 et fut cadi de Damas en 537/1142 comme son père et son grand-père. Il reçut alors du grand cadi (qāḍī al-quḍāt) de Bagdad un diplôme d'investiture67. En 555/1160, Zakī al-Dīn démissionna de ses fonctions de cadi et ce fut ainsi que cette fonction sortit de la famille des Qurašī pour être occupée par la suite par des membres de la famille d'al-Šahrazūrī au temps de Nūr al-Dīn et de Salāh al-Dīn. Zakī al-Dīn fut un très sage faqīh ; il s'installa, après sa démission, en Iraq d'où il partit pour faire son pèlerinage. Il mourut à Bagdad en 564/116968.

***

73Il existait d'autres cadis à Damas à l'époque des princes salğūqides et būrīdes mais nous ne connaissons pas la date exacte de leur accession aux fonctions de cadi ; parmi eux, nous citerons :

  • Faḫr al-Mulk Abū al-Faḍl Ismā‘īl b. Ibrāhīm b. al-‘abbās b. Abī al-Ginn naquit en 420/1029 et mourut en 503/1109-111069.
  • Bahā' al-Dīn ‘Abd al-Malik, fils du jurisconsulte ḥanbalite ‘Abd al-Wahhāb al-Ḥanbalī, mourut en 545/1150-1151 pendant un séjour dans le Ḫurasān70.
  • Faḫr al-Dawla Abū al-Ḥusayn, fils du cadi Ibn Abī al-Ginn, mourut en 545/1150-115171.
  • Abū al-Barakāt Maḥfūẓ, fils du cadi Abū Muḥammad b. Ḥasan al-Miṣrī, mourut le 3 ḏū al-ḥiğğa 545/23 mars 115172.
  • -Abū al-Fatḥ Muḥammad b. Hibat Allāh b. Ḫalaf al-Tamīmī mourut le 15 ramaḍān 533/16 mai 113873.
  • -Abū al-Ḥusayn b. Abū al-Hadīd fut cadi et prédicateur de Damas ; il mourut le 2 ğumādā II 546/16 septembre 1151. Son petit-fils, Abu al-Ḥasan al-Faḍl, le remplaça comme prédicateur74.

IV-VIZIRS

  • 75 SOURDEL, 1959, t. 1, p. 58

74Les souverains avaient l'habitude d'associer à l'exercice de leur pouvoir un ministre appelé wazīr, vizir. Pour Dominique Sourdel75, le mot wazīr a pris le sens général d'aide ou de soutien. Comme les princes turcs ne s'occupaient pas de l'administration de leur principauté, cette tâche revenait aux vizirs ; c'est pour cette raison que D. Sourdel les définit comme des secrétaires d'une compétence reconnue, recrutés souvent dans le personnel de l'administration. Le vizir devait donc être intelligent, sage, doté de courage et d'une compétence générale. Un vizir devait conseiller au mieux le souverain ; de ce fait, il devait avoir une certaine influence sur son souverain et le pouvoir de le convaincre pour ce qui est du bien de la communauté. Parfois, le pouvoir des vizirs fut si grand qu'ils représentaient eux-mêmes un danger difficile à contenir.

75La liste des vizirs que nous allons dresser est très restreinte parce qu'assez souvent, la fonction du vizir était associée à celle du ra’īs. Étant donné que ces vizira-ra’īs-s étaient d'abord des ra’īs-s et avaient reçu, par la suite, les charges de vizir, nous les nommerons dans la liste des ra’īs-s de Damas.

Zayn al-Dawla Muḥammad

  • 76 CAHEN, 1940, p. 195.
  • 77 LE TOURNEAU, 1952, p. 35.

76Il fut vizir de Duqāq, fils de Tutuš, prince de Damas. Son père, Abū al-Qāsim, était aussi vizir. En 489/1096, Zayn al-Dawla joua un rôle important dans la défense de la ville de Damas contre l'attaque de Ruḍwān b. Tutuš, maître d'Alep et frère de Duqāq, ce dernier étant absent de la cité. Avec un certain nombre de mercenaires, un corps d'ağnād, soldats d'armée territoriale76, et les aḥdāṭ, "jeunes gens" de la milice de la ville, le vizir participa à la défense de la ville jusqu'au retour de son maître Duqāq77.

Abū Nağm Hibat Allāh b. Badī‘ al-Iṣfahānī

  • 78 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 257-261 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 82-85.

77Au temps de Tutuš, Abū Nağm avait occupé une fonction administrative comme maître des comptes, mustawfī, puis il avait rempli les fonctions de vizir auprès de Ruḍwān b. Tutuš, maître d'Alep. En 501/1107-1108, il fut chargé des fonctions de vizir par Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn pour une mission précise. Il devait être le vizir de Tāğ al-Mulūk Būrī, fils de Ṭuġtakīn, et son conseiller pendant son voyage à Bagdad, accompagné par Faḫr al-Mulk b. ‘Ammār, alors maître de Tripoli, pour solliciter l'aide du sulṭān salğūqide Muḥammad contre le danger franc. Abū Nağm était aussi chargé de jouer le rôle d'intermédiaire entre Būrī et le sulṭān. En 502/1108-1109, Abū Nağm fut nommé vizir de Ṭuġtakīn, mais pour une très courte durée. En cette même année 502, suscitant l'irritation du maître de Damas, il fut arrêté, emprisonné puis mis à mort. Toute sa fortune et ses biens furent confisqués78.

Abū ‘Alī al-Mazdaqānī

  • 79 LE TOURNEAU, 1952, p. 181-182.

78Abū ‘Alī Tāhir b. Sa‘d al-Mazdaqānī fut vizir de l'atabeg Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn et par la suite de son fils Tāğ al-Mulūk Būrī. Al-Mazdaqānī fut impliqué dans l'affaire des ismā‘īliens à Damas. Al-Mazdaqāni joua un rôle très important dans l'extension du dangereux mouvement Ismā‘īlien à Damas et soutint fortement les chefs de cette secte. Tāğ al-Mulūk Būri, prince de Damas, fomenta secrètement la mise à mort du vizir et donna l'ordre de l'exécuter en ramaḍān 523/septembre 1129, juste après une réunion habituelle dans la citadelle de la cité. L'assassinat d'al-Mazdaqāni provoqua à Damas un soulèvement des habitants. En l'occurrence, les aḥdāṭ, "jeunes gens" de Damas, avec leur ra’īs, eurent une grande part dans cette révolte contre les adeptes de l'Ismā‘ilisme et dans leur massacre79.

Aḥmad b. ‘Abd al-Razzāq

  • 80 SIBṬ b. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 145-146 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 210.

79Karīm al-Mulk Abū al-Faḍl Aḥmad b. ‘Abd al-Razzāq al-Mazdaqānī, cousin d'Abū ‘Alī Tāhir, accéda au poste de vizir de Damas en 525/1131. Ce poste avait été occupé depuis la mise à mort de Tāhir al-Mazdaqānī, jusqu'à cette date, par le ra’īs al-Mufarrağ b. al-Ḥasan b. al-Ṣūfī. Le passage qu'Ibn al-Qalānisī consacré à Karīm al-Mulk ne laisse aucun doute sur ses capacités administratives, entre autres. Sa mort survenue le 21 dū al-ḥiğğa 527/23 octobre 1133 à la suite d'une grave maladie causa beaucoup de regret dans le milieu damascain80.

Abu al-Karam (ou Abū al-Kirām) al-Ba‘labakkī

  • 81 CAHEN, 1937-1938, p. 125.
  • 82 Ibid. p. 127 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 263.

80Ce personnage nous est connu par al-Bustān al-Gāmi‘ qui relate son accession au poste de vizir de Damas en 533/1138-1139. Cette même source nous apprend aussi que ce vizir a été expulsé de Damas en 539/1144-114581. Ibn al-Qalānisī mentionne parmi les événements de l'année 538/1143-1144 qu'au mois de ramadān/mars-avril 1144, un certainAbū al-Kirām fut destitué de sa charge de vizir au dīwān-conseil de Damas. Il s'agit sans aucun doute du même personnage82.

V- RA’ĪS

  • 83 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 3, p. 833.
  • 84 Sur les origines des Aḥdāṭ et des ra’is-s et leur rôle à l'époque fāṭimide, voir BIANQUIS, 198°, t (...)

81On appelait ra’īs le chef d'une communauté professionnelle et locale. Il s'occupait de l'administration locale de la communauté. Vu l'importance de la ville de Damas, son ra’īs joua un rôle important surtout à l'époque būrīde. Après cette époque, au temps de Nūr al-Dīn Zankī, la fonction de ra’īs commença à perdre de son importance au profit de celle du šiḥna83. Les Banū al-Ṣūfi qui exerçaient cette fonction à Damas eurent beaucoup d'influence sous la dynastie būrīde. La fonction de ra’īs était héréditaire, les Banū al-Ṣūfi se la transmettant de père en fils. Il n'était pas facile pour les princes būrīdes de destituer un ra’īs de ses fonctions parce que ce dernier disposait d'une milice parmi la jeunesse de la population qui pouvait provoquer des révoltes et des troubles intestins. Le ra 'īs et sa milice, les aḥdāṭ, participaient souvent aux combats contre les Francs, surtout quand il s'agissait d'une attaque contre la ville même de Damas. Leur rôle était alors important : ils surveillaient les mouvements de l'adversaire en faisant le guet sur les remparts et assuraient la défense des rues et ruelles des environs de la ville si l'ennemi avançait. À l'origine, ces aḥdāṭ n'étaient que des ruraux regroupés en bandes qui s'étaient infiltrés en ville à la recherche de petits travaux. A l'époque trouble de l'occupation fāṭimide, le rôle de ces jeunes gens était d'assurer la garde des quartiers damascains moyennant quelque rémunération, et d'animer les révoltes contre les troupes d'occupation. Ainsi, ils se chargeaient de la défense de la ville contre toute menace84.

  • 85 HAVEMANN, 1989, p. 234-237.

82La participation du ra’īs et de sa milice d'une façon directe aux combats pour la défense de la ville donnait une très grande importance à ce personnage qui finissait par occuper aussi les fonctions de vizir85.

Amīn al-Dawla b. al-Ṣūfi

  • 86 LE TOURNEAU, 1952, p. 47.

83Amīn al-Dawla Abu Muḥammad b. al-Ṣūfi fut ra’īs de Damas au temps de Duqāq b. Tutuš, émir de Damas. En 489/1095, avec sa milice urbaine, les aḥdāṭ, Amīn al-Dawla participa efficacement à la défense de la ville contre les troupes de Ruḍwān, maître d'Alep, qui attaquaient la cité en l'absence de son maître Duqāq. En 494/1100-1101, pris en aversion par Duqāq, Amīn al-Dawla fut incarcéré sans toutefois être destitué de ses fonctions de ra’īs. Moyennant le versement d'une certaine somme d'argent au trésor de l'émir Duqāq, il fut remis en liberté cette même année86. Atteint d'une grave maladie, Amīn al-Dawla Abū Muḥammad mourut en 497/1104, laissant son fils Abū al-Magālī Sayf et son frère Abu al-Ḏawwād al-Mufarrağ se partager la tâche de ra’īs. Bien qu'un diplôme officiel eût été rédigé par le pouvoir central de Damas confirmant le partage de la charge de ra’īs entre les deux successeurs d'Amīn al-Dawla, il semble qu'Abū al-Magālī Sayf n'avait pas le même poids que son oncle Abū al-Ḏawwād en tant que ra’īs. Le manque d'informations sur Abū al-Magālī dans nos chroniques laisse à croire que celui-ci avait été pratiquement évincé par son oncle, ou bien réduit au rôle d'assistant.

Al-Mufarrağ b. al-Ḥasan b. al-Ṣūfī, ra’īs et vizir

  • 87 LE TOURNEAU, 1952, p. 235-236.

84Ṯiqat al-Mulk Abū al-Ḏawwād al-Mufarrağ b. al-Ḥasan b. al-Ṣūfi accéda au poste de ra’īs de Damas en 497/1103-1104, période à laquelle Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn prit le pouvoir après la mort de Duqāq. Abu al-Ḏawwād joua un rôle primordial lors du massacre des ismā‘īliens à Damas en 522/1128. Il avait vivement poussé Tāğ al-Mulūk Būrī, alors maître de Damas, à prendre les mesures nécessaires pour l'extermination de cette secte. En 524/1130, Ṯiqat al-Mulk fut investi de la charge de vizir de Damas après la mise à mort de l'ancien vizir Abū ‘Alī b. Sa‘d al-Mazdaqānī en 523/1129. Il reçut à cette occasion le titre honorifique de Muḥyī al-Dīn, vivificateur de la religion. La conduite d'Abū al-Ḏawwād en tant que ra’īs ou vizir fut irréprochable ; il fut toutefois victime d'un complot tramé par l'émir Šihāb al-Dīn Maḥmūd et son chef militaire l'émir Bazwāğ, et fut assassiné en 530/1136. Ses proches et ses familiers furent emprisonnés, puis autorisés à quitter Damas pour Ṣarḫad87. A Damas, le poste de ra 'īs ne fut octroyé à personne jusqu'à ce que l'un des Banū al-Ṣūfi, Šuğā‘ al-Dawla, obtînt de récupérer les fonctions de ra’īs en 531/1137.

Abū al-Fawāris al-Musayyab

  • 88 LE TOURNEAU, 1952, p. 240.

85Šuğā‘ al-Dawla Abā al-Fawāris al-Musayyab b. ‘Ali b. al-Ḥusayn al-Ṣūfī se réfugia à Ṣarḫad après la mise à mort de son prédécesseur à Damas en 1136. Mais Šuğā‘ al-Dawla œuvra pour que la charge de ra’īs revînt à la famille des Banū al-Ṣūfi, ainsi que les biens qui leur avaient été enlevés. En 531/1137, Šuğā‘ al-Dawla fut autorisé à rentrer à Damas et nommé ra’īs de Damas88. Connu aussi sous le laqab de Mu’ayyad al-Dīn, il réussit à redresser sa situation que quelques hauts fonctionnaires avaient essayé de compromettre à Damas en 539/1144. En 544/1149-1150, Mu’ayyad al-Dīn organisa une révolte armée contre les autorités de Damas et son prince Muğīr al-Dīn Abaq. Il obtint, en conséquence, qu'on lui accordât les charges de vizir. A partir de ce moment, le ra’īs-vizir s'introduisit effectivement dans les affaires de la principauté. En 546/1151-1152, il collabora avec Muğīr al-Dīn Abaq pour conclure une alliance avec les Francs de Jérusalem afin de repousser les attaques de Nūr al-Dīn b. Zankī, alors maître d'Alep. Peu après, on le vit accompagner Muğīr al-Dīn Abaq pour soumettre le gouverneur de Buṣrā. En 548/1153-1154, Mu’ayyad al-Dīn fut remplacé aux charges de ra’īs et de vizir par son frère Zayn al-Dawla Ḥaydara b. al-Ṣūfī et fut expulsé de Damas. Il n'y retourna qu'après la conquête de la ville par Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī, sans toutefois reprendre ses fonctions passées. Il mourut à Damas, emporté par une maladie en rabī‘ I 549/mai 1154.

Zayn al-Dawla Ḥaydara b. al-Ṣūfī

  • 89 LE TOURNEAU, 1952, p. 333.
  • 90 LE TOURNEAU, 1952, p. 337-338.

86En ğumādā I 548/août 1153, Zayn al-Dawla Ḥaydara accéda au poste de ra’īs de Damas89. Il fit preuve d'incapacité et de cupidité si bien que l'émir Muğīr al-Dīn Abaq le convoqua à la citadelle et le fit tuer le 1er ḏū al-qa‘da 548/18 janvier 1154. La population damascaine se réjouit de la chute de ce vizir et en fut soulagée. La charge de ra’īs de Damas fut alors confiée à Radī al-Dīn Abū Gālib ‘Abd al-Mun‘im b. Muḥammad b. Asad b. ‘Alī al-Tamīmī, frère de notre chroniqueur damascain Ibn al-Qalānisī90.

VI - ŠIḤNA ET ḤĀĞIB

  • 91 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 316.
  • 92 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 3, p. 787-788 ; E.I.2, « Hādjib », t. 3, p. 49-51.

87Il convient finalement de donner quelques explications sur les fonctions de šiḥna et de ḥāğib qui eurent de l'importance pendant l'occupation salğūqide. Un šiḥna était un militaire qui représentait le prince turc au gouvernement d'une région qui faisait partie des dépendances de ce prince. Il disposait d'une garnison pour la défense de cette région. Le šiḥna de la ville où résidait le prince était également le représentant de celui-ci pour l'administration91. Il s'occupait en même temps de la fiscalité et de la surveillance de l'ordre dans la cité. Dans le cas de l'absence du prince, c'était ce préfet qui se chargeait de la garde et assurait la défense de la ville contre une attaque de l'extérieur. Sous les Salgūğides, les deux fonctions de šiḥna et de ḥāğib se distinguaient mal. Un ḥāğib était nommé en même temps šiḥna comme Fayrūz et son fils Yūsuf b. Fayrūz. La signification du terme ḥāğib a beaucoup évolué. À l'origine, ce terme désignait l'homme qui était chargé de garder la porte du souverain et ne devait laisser entrer que les gens autorisés. Parfois, cela qualifiait un militaire particulièrement fort et expert dans l'usage des armes, qui exerçait la surveillance rapprochée du souverain en ville ou sur le champ de bataille. Puis le ḥāğib devint maître de cérémonie, intendant du palais, ou même premier ministre. Sous les Salgūğides outre les fonctions de šiḥna, le ḥāğib occupait aussi parfois celles d'ambassadeur92.

88Parmi les šiḥna-s de Damas, on peut citer :

Le salār Ḥiṣn al-Dawla Baḫtiyār

  • 93 IBN AL-QALĀNISĪ 1983, p. 316.

89C'était un militaire qui occupait, sans doute déjà, les fonctions de šiḥna de Damas sous le règne de Tutuš. Ibn al-Qalānisī raconte que Ḥiṣn al-Dawla était sorti à la rencontre de Ṭuġtakīn, qui venait d'être libéré de sa captivité, après le désastre de Tutuš et sa mort à al-Rayy, et qu'il s'était remis au service de Ṭuġtakīn. En 488/1095, en collaboration avec le ra’īs de Damas, Amīn al-Dawla b. al-Ṣūfi, et en l'absence du maître de la ville, Šams al-Mulūk Duqāq, Bahtiyār prit en main la défense de la ville contre l'attaque de Ruḍwān, maître d'Alep. En 511/1118, Bahtiyār mourut, ce qui peina beaucoup Ṭuġtakīn, maître de Damas93. Ibn al-Qalānisī rapporte que le salār ‘Umar, fils de Ḥiṣn al-Dawla Bahtiyār, fut investi de sa charge. Il s'agit sans doute de la charge de salār, et non de celle de šiḥna. En effet, si Ibn al-Qalānisi ne donne plus aucune information sur 'Umar, en revanche, il nous apprend que le ḥāğib, le chambellan Fayrūz, šiḥna de Damas, mourut en 516/1122.

  • 94 IBN AL-QALĀNISĪ 1983, p. 330.

90Quant à Fayrūz, à part la date de sa mort à la fin de rabī‘ Il/fin juin-début juillet 1122, nous ne savons rien de lui sinon qu'il occupa en même temps les charges de ḥāğib et de šiḥna de Damas94.

Yūsuf b. Fayrūz Sayf al-Dawla

  • 95 LE TOURNEAU, 1952, p. 200.
  • 96 LE TOURNEAU, 1952, p. 228-230.

91Il fut, comme son père, à la fois ḥāğib et šiḥna de Damas. En 522/1128, Yūsuf joua un rôle très important, avec le ra 'īs et les aḥdāṭ de la ville, dans l'opération qui mit fin aux activités des ismā‘īliens à Damas. Sous le règne de Tāğ al-Mulūk Būrī (1128/1132), Yūsuf b. Fayrūz gagna la confiance totale du souverain qui lui laissa le règlement de toutes les affaires de la principauté95. Sa situation s'en trouva renforcée et il se fit octroyer le gouvernement de Palmyre. Sous le règne de Šams al-Mulūk Ismā‘īl, il fut soupçonné d'avoir des relations intimes avec la mère du prince, Ṣafwat al-Mulk Zumurrud Ḫātūn. Craignant les réactions d'Ismā‘īl, Yūsuf s'enfuit de Damas et s'établit à Palmyre, le 2 muḥarram 529/23 octobre 1134. En 530/1136, sous le règne de Šihāb al-Dīn Maḥmūd (1135-1139), Yūsuf b. Fayrūz reçut en échange de sa place de Palmyre la charge de gouverneur délégué de Homs, apanage de l'émir de Damas, Mu‘īn al-Dīn Unar. Mais Yūsuf avait été, en 528/1134, mêlé à une affaire qui avait causé l'exécution d'un certain nombre d'esclaves, soupçonnés à tort d'une tentative d'assassinat contre la personne du prince, Šams al-Mulūk Ismā‘īl. Le 17 ğumādā II 530/23 mars 1136, Ibn Fayrūz fut assassiné par l'émir Bazwāğ qui soutenait la cause des esclaves96.

Le salār Zayn al-Dīn Ismā‘īl

  • 97 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 477.

92Il fut šiḥna de Damas après la fuite de Yūsuf b. Fayrūz de la ville. Ibn al-Qalānisī ne précise pas la date à laquelle il fut investi de ces fonctions. Mais il nous apprend que lors de la révolte du ra’īs de Damas, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, contre Muğīr al-Dīn Abaq, dernier prince būrīde, en 544/1149-1150, le šiḥna Zayn al-Dīn Ismā‘īl s'enfuit de la ville accompagné par son frère vers la région de Ba‘labakk. Leurs demeures furent dévastées par les pillards97.

‘Ali b. Ḥāmid

  • 98 IBN AL-QALANISĪ, 1983, p. 404-405.

93Il fut ḥāğib à Damas sous le règne de Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn qui l'envoya en ambassadeur en Égypte en 518/1124-112598. Ibn al-Qalānisī ne donne aucun détail à propos de cette mission en Égypte, ni d'autres informations sur sa personnalité. Son nom même, très commun, ne nous permet pas d'élargir de recherches à son sujet.

Sunqur

  • 99 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 404-405.

94Ḥāgib de Damas sous le règne de Šihāb al-Dīn Maḥmūd, Sunqur collabora avec l'émir Bazwāğ pour assassiner l'ancien šiḥna de Damas, Yūsuf b. Fayrūz, en 530/1136. De même, il participa à la rébellion de Bazwāğ contre le souverain de Damas. Effectivement, Sunqur joua le rôle de bras droit de l'émir Bazwāğ qui avait acquis un pouvoir plus grand que celui même de Šihāb al-Dīn Maḥmūd, maître de Damas. Ainsi, Sunqur contribua à ruiner la situation du ra’īs Muḥyī al-Dīn Abū al-Ḏawwād b. al-Ṣūfī et prêta la main à son assassinat en 530/113699 Après la mise à mort de l'émir Bazwāğ par Šihāb al-Dīn Maḥmūd en 532/1138, Sunqur fut sans doute destitué de ses fonctions puisqu'on nomma alors Asad al-Dīn Ukuz chambellan de Damas.

  • 100 Nisba tirée de Mawṣil, Mossoul.
  • 101 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 126 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 80.

95Une inscription trouvée sur un sarcophage nous fait connaître la kunya Šams al-Dīn et la nisba al-Ḥakīmī de Sunqur. Ibn ‘Asākir lui donne la nisba d'al-Mawṣilī100. Sunqur avait constitué en waqf une madrasa en faveur des pauvres du rite ḥanafite101.

Asad al-Dīn Ukuz

  • 102 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 415.
  • 103 Il s'agit de Šihāb al-Dīn Maḥmūd. SIBṬ b. AL-ĞAWZĪ, 1951,1. 8, p. 164.
  • 104 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 433.

96Ukuz fut émir, chef militaire de Damas, et occupa les fonctions de ḥāğib sous le règne de Šihāb al-Dīn Maḥmūd. Selon Ibn al-Qalānisī, en 531/1136-1137, il se vit sollicité, ainsi que le souverain de Damas et son émir Bazwāğ, par' le maître de Ṣarḫad, Ğumuštakīn et les Banū al-Ṣūfī. Il s'agissait d'autoriser les Banū al-Ṣūfī, exilés de Damas, à y retourner. Affirmation erronée puisqu'à cette date, Ukuz n'avait pas encore reçu la charge de ḥāğib. Il s'agit, sans doute, de son prédécesseur Sunqur. Ce n'est qu'en 532/1138, que Šihāb al-Dīn confia la charge de ḥāğib à Asad al-Dīn Ukuz102. Ce qui est également fort probable, c'est qu'Ukuz a pu être ḥāğib de Damas avant que mention soit faite de Sunqur à cette fonction, et qu'on lui a, par la suite, restitué cette charge ce que suggère l'expression de Sibṭ b. al-Gawzī : « Radda al-ḥugūba ilā Asad al-Dīn Ukuz » (il rendit à Ukuz son poste de chambellan)103. En 538/1143, sans en préciser les raisons, Ibn al-Qalānisī rapporte qu'Ukuz fut incarcéré et qu'on lui creva les yeux104.

  • 105 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 458.
  • 106 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482.

97Des deux derniers chambellans qui avaient servi les souverains būrīdes, nous ne connaissons que les noms, Maḥmūd et Yūsuf. En 542/1147, Maḥmūd fut envoyé en tant qu'ambassadeur à Bagdad par l'émir Mu‘īn al-Dīn Unar. Lorsqu'il revint à Damas, il était accompagné de deux envoyés du calife et du sulṭān qui portaient un diplôme d'investiture et une robe d'honneur pour Unar105. Quant à Yūsuf, il fut au service de Muğīr al-Dīn Abaq. Exilé de Damas en 545/1150-1151, sans doute à cause des calomnies qu'il avait portées à la connaissance des autorités damascaines au sujet de l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān, Yūsuf partit alors avec ses compagnons pour Ba‘labakk106.

Notes

1 Cf. la victoire de Tuġtakīn et de Mawdūd, maître de Mossoul, sur Baudouin, seigneur de Jérusalem, en 506/1112-1113.

2 CAHEN, E.I.2, « Atsiz », t. 1, p. 773 ; CAHEN, 1073, p. 27-28 ; SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, ms. 2141, fol. 108 b.

3 IBN MANẒŪR, 1987, t. 4, p. 204-205.

4 AL-MAQRĪZĪ-ZAKKĀR, 1973, p. 268.

5 IBN KAṮĪR, 1966, p. 112-113.

6 SAUVAGET, 1930, p. 62-63.

7 IBN 'ASĀKIR, 1911-1932, 1. 3, p. 340.

8 IBN ḪALLIKĀN, 1948, t. 2, p. 264.

9 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132, note n° 7, p. 132-133.

10 IBN MANẒŪR, t. 4, 1987, p. 232.

11 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 131 ; ORY, 1967, p. 127.

12 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 124 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 159-160.

13 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 321 ; SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 79 ; AL-MUNAĞĞID, 1949, p. 59 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 86-87 ; SAUVAGET, 1932, p. 49.

14 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 80-82.

15 Selon IBN TAĠRĪ BIRDĪ, 1929, t. 5, p. 249, Būrī aurait régné seulement trois années et quelques mois.

16 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 135.

17 BIANQUIS et ATASSI-KHATTAB, 1978, p. 366.

18 SEVIM, 1966, p. 222-223 ; IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 3, p. 15.

19 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 181.

20 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194.

21 IBN MANẒŪR, 1989, t. 24, p. 116-117.

22 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 206.

23 IBN MANẒŪR, 1987, t. 4, p. 191-192.

24 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 121.

25 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 137.

26 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 155, note 7.

27 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 146.

28 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 159.

29 SEVIM, 1966, p. 120-124.

30 LE TOURNEAU, 1952, p. 158.

31 CAHEN, 1937-1938, p. 115 ; ORY, 1989, p. 31.

32 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 239.

33 LE TOURNEAU, 1952, p. 91-92.

34 ORY, 1967, p. 124 et sqq. ; LE TOURNEAU, 1952, p. 195.

35 LE TOURNEAU, 1952, p. 28 ; SEVIM, 1966, p. 96-110.

36 LE TOURNEAU, 1952, p. 35.

37 LE TOURNEAU, 1952, p. 80-81.

38 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 263.

39 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 267.

40 BUSCHNER, E.l., « Salār », t. 4, p. 99.

41 CAHEN, E.I.2, « Atabak ou atabeg », t. 1, p. 753 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 228.

42 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 398-402.

43 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 451.

44 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 1, p. 270.

45 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 245.

46 Dans LE TOURNEAU, 1952 : Muğāhid al-Dīn b. Buzān.

47 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 132 note 2 ; SOURDEL et SOURDEL-THOMINE, 1979, p. 164 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 194-195, n° 3072, et p. 238, n° 3117.

48 LE TOURNEAU, 1952, p. 339-340.

49 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 392.

50 LE TOURNEAU, 1952, p. 244.

51 SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 165.

52 TYAN, 1960, p. 101.

53 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 42.

54 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 42. Ibn Ṭūlūn ne précise pas In raison pour laquelle ‘Alī b. Muḥammad fut incarcéré et ne donne pas non plus la date de sa mort.

55 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 4 ; AL-SUBKĪ, 1970, t. 7, p. 73-74.

56 Balāsāġūn, pays turc au delà du fleuve de Sayḥān.

57 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 292.

58 SIBṬ b. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 44 ; IBN MANẒŪR, 1988, t. 23, p. 268-269 ; IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 43 : Ibn Ṭūlūn se trompe en effet sur la date de la mort de Muḥammad b. Mūsā, donnant celle de 556 au lieu de 506.

59 Nom venu de celui de Biskān, un village de Harāt.

60 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 115.

61 SIVAN, 1968, p. 30 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 284.

62 SIBṬ B. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 115.

63 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 44.

64 IBN AL-‘IMĀD, 1350-1351/1931-1932, t. 4, p. 95.

65 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 176 ; IBN TAGRĪ BIRDĪ, 1929, t. 5, p. 535 ; IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 44-45 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 263.

66 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 45 ; IBN AL-‘IMĀD, 1350-1351/1931-1932, t. 4, p. 95 ; IBN TAĠRĪ BIRDĪ, 1929, t. 5, p. 272 ; IBN MANẒŪR, 1988, t. 23, p. 337.

67 LE TOURNEAU, 1952, p. 263.

68 IBN ṬŪLŪN, 1956, p. 46.

69 LE TOURNEAU, 1952, p. 89 ; IBN MANẒŪR, 1987, t. 4, p. 339 ; BIANQUIS, 1989, t. 2, p. 636.

70 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 483.

71 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 483.

72 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 484 : IBN MANẒŪR. 1989, t. 24. p. 115, ne mentionne pas les fonctions d'Abū al-Barakāt.

73 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 418.

74 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 491.

75 SOURDEL, 1959, t. 1, p. 58

76 CAHEN, 1940, p. 195.

77 LE TOURNEAU, 1952, p. 35.

78 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 257-261 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 82-85.

79 LE TOURNEAU, 1952, p. 181-182.

80 SIBṬ b. AL-GAWZĪ, 1951, t. 8, p. 145-146 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 210.

81 CAHEN, 1937-1938, p. 125.

82 Ibid. p. 127 ; LE TOURNEAU, 1952, p. 263.

83 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 3, p. 833.

84 Sur les origines des Aḥdāṭ et des ra’is-s et leur rôle à l'époque fāṭimide, voir BIANQUIS, 198°, t. 2, p. 679-680.

85 HAVEMANN, 1989, p. 234-237.

86 LE TOURNEAU, 1952, p. 47.

87 LE TOURNEAU, 1952, p. 235-236.

88 LE TOURNEAU, 1952, p. 240.

89 LE TOURNEAU, 1952, p. 333.

90 LE TOURNEAU, 1952, p. 337-338.

91 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 316.

92 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 3, p. 787-788 ; E.I.2, « Hādjib », t. 3, p. 49-51.

93 IBN AL-QALĀNISĪ 1983, p. 316.

94 IBN AL-QALĀNISĪ 1983, p. 330.

95 LE TOURNEAU, 1952, p. 200.

96 LE TOURNEAU, 1952, p. 228-230.

97 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 477.

98 IBN AL-QALANISĪ, 1983, p. 404-405.

99 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 404-405.

100 Nisba tirée de Mawṣil, Mossoul.

101 ÉLISSÉEFF, 1959, p. 126 ; SAUVAGET et WIET, 1937, t. 8, p. 80.

102 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 415.

103 Il s'agit de Šihāb al-Dīn Maḥmūd. SIBṬ b. AL-ĞAWZĪ, 1951,1. 8, p. 164.

104 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 433.

105 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 458.

106 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search