Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Cinquième partie. Fin de la Dynastie Buride Nür Al-Din Unifie la Syrie musulmane

Chapitre XV. Conquête de Damas par Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī

Texte intégral

I. FIN DE MU‘ĪN AL-DĪN UNAR (544/1149)

  • 1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 475-476.

1Mu‘īn al-Dīn, qui se trouvait toujours dans la région de Ḥawrān, fut amené à rentrer d'urgence à Damas à la fin du mois de rabī‘ I/début août 1149. Son séjour coïncida avec le retour de Muğāhid al-Dīn Buzān et des troupes envoyées avec lui. On fêta leur retour victorieux par des festins copieux à la suite desquels Unar fut pris d'une dysenterie aiguë. Malgré son mal, Unar repartit régler les affaires du Ḥawrān. Très vite, sa maladie s'aggrava et ses forces l'abandonnèrent. Le 7 rabī‘ II/14 août 1149, Unar rentra à Damas, transporté sur une litière, pour s'y éteindre au bout de quelques jours, la nuit de 23 rabī‘ II/30 août 11491.

2La disparition d'Unar, qui tenait officieusement le pouvoir et la direction des affaires à Damas, créa une situation trouble et compromit les relations avec les Zankīdes. La détérioration de ces relations amena la conquête de Damas par Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī, quatre ans plus tard.

II. PÉRIODE TROUBLE APRÈS LA MORT DE MU‘ĪN AL-DĪN UNAR

3Bien que le seigneur officiel de Damas fût Muğīr al-Dīn Abaq, celui-ci ne disposait d'aucune autorité du temps d'Unar. Aussi, la mort de ce dernier créa un vide que les principaux personnages et émirs de Damas, tels que le ra’īs Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, l'émir Muğāhid al-Dīn Buzān, et Husām al-Dīn Bulāq, essayèrent de combler. Ils se réunirent alors autour de Muğīr al-DīnAbaq et le soutinrent.

  • 2 IBN AL-QALĀNISĪ : 9 ragab qui tombe un samedi ; voir LE TOURNEAU, 1952, p. 309 ; IBN AL-QALĀNISĪ, (...)

4Pour consolider sa situation, Muğīr al-Dīn supprima les taxes prélevées sur la population de la principauté. Le texte porte également qu'il ferma l'hôtel de la monnaie, ibṭāl dār al-ḍarb ; peut-être s'agit-il simplement de la suppression d'une taxe indue sur la frappe du métal précieux. Un décret officiel fut rédigé dans ce sens et lu dans les mosquées après la prière de vendredi 8 rağab/11 novembre 11492.

5Toutefois, le 23 rağab/26 novembre, se méfiant de Muğīr al-Dīn, le ra’īs Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī provoqua une sédition. Il rassembla un grand nombre des jeunes gens en armes membres des milices, aḥdāṯ, pour défendre sa demeure ainsi que celle de son frère Zayn al-Dawla Hayḍara. La situation paraissait grave. A plusieurs reprises, lors des attaques contre Damas, les aḥdāṯ avaient participé aux combats, faisant preuve d'un grand courage. Ils formaient un précieux renfort pour l'armée régulière. Il fallait, à tout prix, éviter une confrontation entre ces aḥdāṯ armés et les troupes de Mugir al-Dīn. Or les tentatives de ce dernier pour engager des négociations furent un échec. La rébellion éclata, la nuit du 28 novembre. On força les serrures des prisons et libéra les prisonniers. Un appel général à la révolte fut lancé à toute la population. Les rues et les ruelles de Damas se remplirent de gens en armes.

6Muğīr al-Dīn Abaq pensa réprimer ce soulèvement par la force. Réunissant ses proches dans la citadelle de Damas, il décida avec eux de prendre les armes dans les réserves, de les distribuer aux soldats et d'attaquer la foule. Décision hâtive, qui allait causer la perte de la cité. Plusieurs officiers s'y opposèrent et arrivèrent à convaincre Muğīr al-Dīn d'y renoncer et d'éviter un bain de sang, des pillages, des incendies et des exactions dans la ville. On engagea de nouvelles tentatives de conciliation, pendant lesquelles il fut décidé que le ra’īs devait se tenir chez lui, ne se rendant à la citadelle, à cheval, qu'à la suite d'une convocation. Son frère et son fils seraient employés dans l'administration, al-dīwān.

7Malheureusement, les nouveaux pourparlers, alors qu'ils semblaient aboutir, furent très vite rompus. À nouveau, des rassemblements de soldats, d'officiers, de paysans et de gens du bas peuple, se firent autour du ra’īs, et la citadelle fut attaquée à la fin de rağab/début décembre 1149. La lutte s'engagea, un certain nombre de personnes furent blessées ou tuées, les pillards se servirent en toute liberté. Les demeures et les biens de Zayn al-Dīn Ismā‘īl, le siḥna, préfet, et celle de son frère, furent complètement dévastés, ces derniers s'étant enfuis vers la région de Ba‘labakk.

  • 3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 476-478.

8Cette malheureuse situation dura jusqu'à ce que les exigences du ra’īs fussent satisfaites. Les familiers de Muğīr al-Dīn furent alors exilés, le ra’īs, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, reçut des robes d'honneur et reprit ses charges de ra’īs et de vizir3.

9L'affaire fut ainsi réglée, mais les conséquences ne tardèrent pas à se manifester. Ces discordes intestines qui avaient opposé Mugir al-Dīn, maître de Damas, au plus fort parti damascain représenté par le ra’īs et ses aḥdāṯ, reflétaient bien l'image d'un pouvoir faible et relativement rejeté. Ce furent les ambitions extérieures, visant Damas, qui en tirèrent profit.

Ravages francs dans le Ḥawrān

10Cependant, la trêve conclue entre Unar et les Francs de Jérusalem venait à expiration. La situation qui se dégradait à Damas permettait aux Francs de dévaster, en toute liberté, la région agricole du Ḥawrān. Le désordre régnait et les gens étaient emmenés en captivité.

11Comme les dirigeants du pouvoir à Damas étaient occupés ailleurs ou incapables d'interdire ces mouvements au sud de la principauté, Nūr al-Dīn, lui, y trouva un prétexte pour s'introduire dans les affaires de Damas. Ayant réglé à Mossoul la succession après la mort de son frère Sayf al-Dīn en 1149, Nūr al-Dīn était libre pour réaliser le plan élaboré par son père, ‘Imād al-Dīn, et pour tenter d'occuper Damas, d'autant plus que la trêve conclue avec les Francs de la Syrie septentrionale le laissait tranquille de ce côté-là.

12L'ensemble des circonstances semblait favoriser une opération de Nūr al-Dīn contre Damas. Toutefois, il lui manquait un prétexte pour déclencher les hostilités. Mener la guerre sainte contre les infidèles, qui semaient le trouble et la ruine dans la province sud de Damas, devenait la "couverture" idéale.

Début des hostilités entre Damas et Nūr al-Dīn

13Faisant ses préparatifs pour marcher vers la Syrie centrale, Nūr al-Dīn envoya un message informant Damas de son intention de mener le ğihād contre les infidèles, et demanda à Muğīr al-Dīn de participer à cette opération et de mettre 1 000 de ses combattants sous les ordres de Nūr al-Dīn.

14Damas se trouva dans une situation délicate. Ayant connaissance des vraies intentions de Nūr al-Dīn, qui étaient de s'emparer de la cité, Muğīr al-Dīn ne tenait pas à rompre sa trêve avec Jérusalem. La trêve garantissait, dans ses clauses, l'engagement des deux partis dans un front commun, face à toute offensive musulmane dirigée contre l'un des deux. Invoquant de médiocres excuses, le maître de Damas essaya de se dérober, ce qui, évidemment, ne diminua pas la détermination de Nūr al-Dīn.

15Les circonstances qui justifiaient l'opération de Nūr al-Dīn contre Damas étaient bien différentes de celles qu'avait pu invoquer son père, Zankī. Ayant pour couverture la plus noble cause des musulmans, la guerre sainte, Nūr al-Dīn ne se heurta pas à l'hostilité de la population musulmane, beaucoup plus mobilisée en faveur du ğihād que vingt ans plus tôt. Au contraire, comme son arrivée à Ba‘labakk le 3 ḏū al-ḥiğğa 544/4 avril 1150 coïncida avec une abondante chute de pluie après une longue période de sécheresse qui avait causé une grave disette, la population attribua cette grâce divine à son arrivée. De plus, Nūr al-Dīn recueillit la sympathie croissante de la population, car ses troupes étaient interdites de pillage et leur présence fut légère.

16Arrivé à proximité de Damas, à Ğisr al-Ḫašab, Nūr al-Dīn adressa un message à la population de Damas faisant comprendre qu'il n'avait pas l'intention d'attaquer la ville et que sa présence était dictée uniquement par le sens du devoir envers la religion musulmane, mener la guerre sainte contre les infidèles. De plus, il insista sur le fait qu'il était là à la demande de la population des provinces atteintes par les exactions intolérables des Francs. Aussi demandait-il à Muğīr al-Dīn collaboration et assistance.

17La réponse négative, déclarant ouvertement les hostilités contre Nūr al-Dīn, irrita ce dernier. Or, d'importantes averses empêchèrent l'attaque décidée le 26 avril contre Damas. Le temps que les pluies cessent, le prince d'Alep revint sur sa décision, prétendant ne pas vouloir faire couler le sang des musulmans, et engagea des pourparlers avec Muğīr al-Dīn Abaq et le ra’īs Ibn al-Ṣūfī. Tactique intelligente qui donna ses fruits ultérieurement. Damas fut sauvée d'une attaque de vive force, mais cela ne fit qu'augmenter le nombre des sympathisants de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī parmi la population de la ville même.

Damas reconnaît la suzeraineté de Nūr al-Dīn

  • 4 SIBT B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 206 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 478-480.

18L'aboutissement des négociations engagées au début de muharram 545/début mai 1150 marque le premier pas, encore hésitant, vers l'unification des deux principautés de Damas et d'Alep. Damas reconnut la suzeraineté de Nūr al-Dīn, maître d'Alep, dont le nom fut cité dans la ḥuṭba, après ceux du calife ‘abbāsside et du sulṭan salğūqide, de même qu'il fut frappé sur la monnaie. Le 14 muharram/12 mai 1150, Nūr al-Dīn reprit le chemin d'Alep4.

19Certes, Damas vit Nūr al-Dīn s'éloigner de sa contrée mais ce fut une erreur de croire que ce dernier avait renoncé à ses ambitions concernant la principauté. Quoiqu'il fût parti pour Alep afin d'y régler des affaires urgentes, Nūr al-Dīn entretenait une situation trouble à Damas. Dirigée par ce prince très faible qu'était Muğīr al-Dīn Abaq, Damas fut la victime d'une multitude d'intrigues fomentées par Nūr al-Dīn même.

Querelles intérieures à Damas

20À peine Nūr al-Dīn avait-il quitté Damas que des querelles intestines surgirent. Les autorités de la ville souffraient de fragilité et de faiblesse, et les administrateurs en profitaient pour tirer des profits personnels.

  • 5 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482.

21En outre, entre Mugir al-Din, maître de la ville, et son ra’īs, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, l'instigateur de la rébellion de 1149, les relations étaient souvent tendues, situation qui permit à Yūsuf, chambellan de Muğīr al-Dīn Abaq, de semer la zizanie entre ce dernier et le ra’īs. Muğāhid al-Dīn Buzān avait quitté Damas pour régler quelques affaire à Ṣarḫad, son fief, où il était représenté par son fils ; il fut rappelé d'urgence à Damas. Buzān, pour calmer les choses, exigea l'exil du chambellan Yūsuf, sans toutefois que l'on s'en prît à ses biens. Yūsuf quitta Damas et trouva refuge auprès de ‘Aṭā, maître de Ba‘labakk5.

Troubles dans le Ḥawrān

  • 6 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482-483.
  • 7 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 484.

22La tactique de Nūr al-Dīn visait à affaiblir suffisamment Damas pour qu'elle lui fût offerte de plein gré. Il essaya de l'atteindre dans son ravitaillement, en poussant un chef turc, Mankūbars, à créer des troubles dans le Ḥawrān, principale source de ravitaillement de Damas. Sirğāl, gouverneur de Buṣrā, qui cherchait à échapper à la domination damascaine, fut un complice parfait. Tous deux dévastèrent plusieurs villages, dispersés dans tout le Ḥawrān, y compris dans le district de Ṣarḫadet empêchèrent les paysans de semer6. Un détachement de l'armée de Damas était sorti à la rencontre de l'émir Mankūbars, vers la dernière décade de rağab 545/13-22 novembre 1150. Le détachement de l'armée damascaine fut mis en déroute, son chef, al-Ḥāgī, fut gravement blessé et mourut sur le chemin de Damas. On l'ensevelit dans le cimetière de Bāb al-Farādīs, le 6 ša‘bān/28 novembre7.

III. DAMAS SUBIT À NOUVEAU LE SIÈGE DE NŪR AL-DĪN (546/1151)

  • 8 ‘Aḏrā, localité située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Damas ; voir DUSSAUD, 1927, p. (...)

23En janvier 1151, des chutes de neige inhabituelles avaient couvert le sol du Ḥawrān et de la Biqà‘. Les oueds du Ḥawrān s'étaient mis à couler, les puits avaient débordé et le Baradā avait grossi si bien que tout le monde s'était réjoui et s'était promis une récolte abondante. Or, le 13 muharram 546/2 mai 1151, période de récolte et de moisson, l'arrivée de l'armée de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī à ‘Aḏrā8 étouffa cet espoir. Bien entendu, Nūr al-Dīn avait invoqué une raison valable pour justifier ses mouvements auprès de la population. L'entente des Damascains avec les Francs de Jérusalem lui servait toujours de prétexte. Son intervention avait pour objectif, selon lui, d'interdire la reconduction possible de la trêve qui venait à expiration au printemps 1151, entre Francs et Damascains.

  • 9 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 464-470.

24Il est inutile de reprendre les détails du siège de Damas, rapportés avec précision par N. Élisséeff9. Néanmoins, le blocus de Damas se resserra, laissant libre cours au pillage dans les champs et dans les vergers. Les pires éléments des deux armées dévastaient les récoltes du Marğ, de la Ġūṭa et de la banlieue de la ville. Les prix en subirent fortement les conséquences.

  • 10 LE TOURNEAU, 1952, p. 320 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 486.

25Au fur et à mesure que la population marquait sa sympathie à Nūr al-Dīn, l'hostilité grandissait envers Muğīr al-Dīn et ses troupes. Selon Ibn al-Qalānisī, la nouvelle d'un recrutement de troupes franques pour porter assistance aux Damascains plongeait dans l'angoisse les gens de bien et les personnes pieuses10. Cependant, Nūr al-Dīn, se gardant de toute attaque par la force, adressait des messages aux Damascains, les invitant à collaborer avec lui pour mener la guerre sainte contre les polythéistes, but principal de ses opérations. Pendant tout le mois de mai, l'armée de Nūr al-Dīn se contenta de déplacer son camp, s'approchant de plus en plus de la ville sans jamais livrer d'assaut. Nūr al-Dīn ne voulait pas compromettre sa popularité parmi la population. Une timide sortie des troupes damascaines fut un échec total.

La coalition franco-damascaine choque les Damascains

26Les autorités de Damas avaient fait appel à Baudouin III, seigneur de Jérusalem, contre Nūr al-Dīn. Ce dernier échoua dans sa tentative pour intercepter, dans la région du Ḥawrān, la colonne franque progressant vers Damas. Ayant quitté son camp à Ğisr al-Ḫašab, il y fut remplacé par les Francs, le 3 rabī‘ I/20 juin 1151. Il fut fort surpris de ne pas les voir le poursuivre dans la région d'al-Zabadānī, comme il s'y attendait.

27Les Damascains supportaient mal la proximité des Francs, d'autant plus que ceux-ci exigèrent très vite une partie de la somme d'argent que Muğīr al-Dīn leur avait promise pour leur assistance. L'humiliation et l'indignation grandissantes de la population, causées par la présence des Francs dans la cité, qui venaient se ravitailler et visiter les lieux, ne firent qu'accroître le nombre des opposants à Muğīr al-Dīn Abaq et aux autorités damascaines. Par ailleurs, la modestie des effectifs que Baudouin III avait mobilisés pour aider Damas, ne répondait guère aux espoirs d'Abaq et du ra’īs Ibn al-Ṣūfī. Poursuivre Nūr al-Dīn serait donc vain.

  • 11 Sanamayn, à 60 Km au sud de Damas, DUSSAUD, 1927, p. 343.

28Si les effectifs francs étaient insuffisants pour poursuivre Nūr al-Dīn, Muğīr al-Dīnessaya de les utiliser pour ramener à son obédience l'émir Sirğāl, maître de Buṣrā. Arrivés au sud de Ṣanamayn11, les Francs furent mis en déroute par les Turcomans de Mankūbars, allié de Sirğāl, et regagnèrent Jérusalem dans la deuxième décade de rabi‘ I/28 juin-7 juillet 1151, dans de mauvaises conditions.

Damas reconnaît, une seconde fois, la suzeraineté de Nūr al-Dīn

29Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī s'était éloigné de Damas à la nouvelle de l'approche des Francs de Jérusalem, non sans laisser un détachement de 4 000 hommes de son armée pour surveiller leurs mouvements. Ils les avaient même suivis dans le Ḥawrān et ce fut sans doute pour cette raison que les Francs avaient regagné, en déroute, leur territoire, avant d'avoir même le temps d'être rejoints par l'armée de Damas. A peine Nūr al-Dīn eut-il connaissance de l'éloignement des Francs qu'il rebroussa chemin, alors qu'il progressait vers Ba‘labakk, et reprit la route de Damas.

  • 12 SIBT B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t.8, 210.

30Sibṭ b. al-Ğawzī12, précise que les effectifs de l'armée de Nūr al-Dīn, troupes régulières, Turcomans et autres, s'élevaient à 30 000 hommes. On pourrait être étonné qu'avec des effectifs aussi importants, Nūr al-Dīn ait laissé Damas sans affronter les troupes insuffisantes des Francs. Mais on doit se rappeler que Nūr al-Dīn ne voulait pas, à ce moment là, être amené à engager de vrais combats contre les Damascains. Toutefois, on peut aussi penser que Nūr al-Dīn ne disposait pas au départ de la totalité de ces troupes et qu'une bonne partie le rejoignit seulement après qu'il avait quitté Damas.

31Quoi qu'il en soit, Nūr al-Dīn revint à proximité de Damas et se posta à Mašhad al-Qadam. Les soldats et les aḥdāṯ de Damas, furent appelés pour sortir le combattre. L'appel eut peu de succès. Choquée par l'alliance de Muğīr al-Dīnet du ra’īs Mu’ayyad al-Dīn avec les Francs, la majeure partie de leurs troupes respectives, n'obéit pas à leur ordre.

  • 13 BIANQUIS et ATASSI-KHATTAB, 1978, p. 372-373.
  • 14 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 489-490.

32Encore une fois, Nūr al-Dīn s'abstint de tout assaut, et se limita à des escarmouches sans suite. Nūr al-Dīn ne se lassait pas de répéter aux Damascains qu'il ne voulait pas faire couler inutilement ce sang musulman qu'il préférait garder pour lutter contre les infidèles. En rabi‘ 11/17 juillet-14 août 1151, Nūr al-Dīn engagea des négociations. Le cadi hanafite de Damas, le faqīh Burhān al-Dīn al-Balḫī13, les deux grands officiers kurdes de Nūr al-Dīn, Nagm al-Dīn Ayyūb et son frère Asad al-Dīn Šīrkūh, furent chargés de mener les pourparlers. Le 10 rabī‘ II/27 juillet, on arriva à conclure un pacte de paix. Damas reconnut, une fois de plus, la suzeraineté de Nūr al-Dīn14.

33Avant de regagner Alep, Nūr al-Dīn fit une campagne contre l'émir de Buṣrā, Sirğāl, son allié de la veille. En effet, l'accord passé entre Nūr al-Dīn, qui appuyait Sirğāl, et Damas, pouvait avoir un retentissement sur les ambitions de Sirğāl qui œuvrait pour être indépendant de Damas. Celui-ci avait donc cherché un nouvel appui chez les Francs qui trouvaient tout intérêt à le soutenir. Une dépendance traditionnelle de Damas dans le Ḥawrān, ralliée à l'autorité franque, assurerait non seulement un avantage de ravitaillement mais aussi la protection des possessions franques de la rive orientale du Jourdain.

  • 15 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 490.

34Ibn al-Qalānisī nous raconte que Nūr al-Dīn avait demandé à Damas des machines de guerre et des mangonneaux et avait envoyé un détachement de son armée contre Sirğāl, mais il ne précise pas les résultats de ces opérations qui, sans doute, ne furent pas menées15 Nūr al-Dīn s'abstint, peut-être, de mener sa campagne jusqu'au bout et de combattre le gouverneur de Buṣrā, dans l'idée de maintenir un état de rébellion dans le Ḥawrān contre les autorités de Damas, et par là, d'entretenir une situation trouble dans le milieu gouvernemental damascain.

35En effet, l'émir de Buṣrā continuait à mener une politique indépendante. Il accablait la population de lourdes taxes et semait le désordre dans le district du Ḥawrān. A la fin de ṣafar 547/début juin 1152, Muğīr al-Dīn, accompagné par son vizir Mu’ayyad al-Din b. al-Ṣūfī, marcha à la tête d'une forte armée contre Sirğāl. Ils bloquèrent Buṣrā qu'ils bombardèrent à l'aide de mangonneaux et de machines de guerre pendant quelques jours. Finalement, on arriva à un arrangement selon lequel Sirğāl reconnaissait l'autorité de Damas.

  • 16 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 493-494.

36Cependant, Mugir al-Dīn, profitant de sa présence dans la région du Ḥawrān, s'était rendu à Ṣarḫad pour juger de la loyauté du maître de la citadelle, Muğāhid al-Dīn Buzān, qu'il soupçonnait d'être un agent zankīde. Rassuré par l'accueil très respectueux que lui réservèrent Muğāhid al-Din et le fils de celui-ci, délégué au commandement de la citadelle, Sayf al-Dīn Muḥammad, Muğīr al-Dīn les avait comblés de présents et était retourné dans son camp devant Buṣrā16.

Relation de vassalité entre Muğīr al-DīnAbaq et Nūr al-Dīn

  • 17 LE TOURNEAU, 1952, p. 325-326 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 491.

37Conscient que le nombre des partisans et des agents de Nūr al-Dīn grossissait à Damas, Muğīr al-Dīn dut se plier à la réalité des faits. Espérant renforcer sa popularité, Muğīr al-Dīn décida d'abandonner sa politique d'hostilité envers le maître d'Alep. Le 12 rağab 546/25 octobre 1151, en confirmation de l'accord conclu trois mois auparavant, Muğīr al-Dīn se rendit, avec sa suite, en visite officielle à Alep. Nūr al-Dīn l'accueillit avec égard et déférence, non sans obtenir, lors d'un entretien, la confirmation de certaines dispositions qu'il avait proposées à Mugir al-Dīn. Celui-ci se déclara, par un acte officiel, vassal de Nūr al-Dīn et son représentant à Damas. Après avoir reçu des marques d'honneur, Muğīr al-Dīn reprit le chemin de Damas et y arriva le 6 sa‘bān/28 novembre 115117.

38Toutefois, se déclarer vassal de Nūr al-Dīn ne devait pas compromettre la trêve de Muğīr al-Dīn Abaq avec les Francs de Jérusalem. Ainsi, lorsqu'à la fin de ša‘bān 546/début décembre 1151, un fort détachement de Turcomans turbulents attaqua la citadelle de Bāniyās, tuant plusieurs de ses gardiens et en emmenant d'autres en captivité, Damas, au nom de sa trêve avec les Francs, réprouva cette action et envoya un détachement de son armée contre les Turcomans. Ces derniers étant alors loin, on se saisit seulement de quelques traînards auxquels on enleva le butin qu'ils avaient amassé à Bāniyās.

  • 18 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 492

39En représailles, bon nombre de Francs firent des incursions dans la région de la Biqā‘ en ramadan 546/12 décembre 1151-10 janvier 1152. Plusieurs villages furent attaqués. Hommes, femmes et enfants furent emmenés en captivité ; on fit main basse sur les troupeaux, les bêtes de labour et les bêtes de somme. La sortie d'une armée de Ba‘labakk à la poursuite des Francs fut favorisée par la chute des neiges qui retarda ces derniers. Les musulmans mirent alors les Francs en déroute, délivrant les captifs et les bêtes qui avaient résisté au froid18.

IV. INTERVENTION DES FĀṬIMIDES D'ÉGYPTE SUR LA CÔTE PALESTINIENNE (546/1151)

  • 19 IBN ZĀFIR, 1972, p. 94-99.
  • 20 WIET, E. I2, « al-‘Ādil Ibn Salār », t. 1, p. 204 ; IBN MUYASSAR, 1981, p. 142.

40À cette époque, l'Égypte fāṭimide était en proie à une anarchie complète. La mort, en 515/1121, du vizir al-Afḍal b. Badr al-Ǧamālī, auquel revenait la direction de toutes les affaires au temps du calife al-Āmir bi-Ahkām Allāh, avait marqué le début du processus qui devait enfoncer le régime fāṭimide dans un désordre total. Une série d'assassinats de vizirs et de califes s'ensuivit. Muḥammad b. Fātik al-Baṭā’iḥi, connu sous le nom d'al-Ma’mūn, succéda à al-Afḍal comme vizir des Fāṭimides. En 519/1125, pris en aversion par le calife al-Āmir, al-Ma’mūn fut incarcéré puis mis à mort, en 522/1128. A partir de cette date, le poste de vizir resta vacant, al-Āmir dirigeant seul les affaires de l'empire jusqu'en 524/1129-1130, date à laquelle il fut assassiné. A la mort d'al-Āmir, des troubles éclatèrent en Égypte ; Abu ‘Ali Ahmad b. al-Afḍal b. Badr al-Ǧamālī, vizir d'al-Ḥāfiẓ, successeur d'al-Āmir, acquit un grand pouvoir et emprisonna le calife al-Ḥāfiẓ qui demeura captif jusqu'à l'assassinat d'Abū ‘Ali en 526/1131-1132. De nouveaux troubles éclatèrent alors en Égypte. La rivalité entre les deux fils d'al-Ḥāfiẓ, Abu Turāb Hayḍara et Ḥasan, provoqua la scission de l'armée et des combats entre les deux partis. A peine ces troubles avaient-ils pris fin, avec l'assassinat de Ḥasan, l'un des fils d'al-Ḥāfiẓ, que d'autres émeutes éclatèrent. Bahràm, un Arménien chrétien, récemment désigné au poste de vizir, fut évincé par Rudwān b. al-Walahsī. En 533/1138-1139, victime d'un complot fomenté par al-Ḥāfiẓ, le vizir Rudwān s'enfuit à Ṣarḫad en Syrie. Finalement, il revint en Égypte, mais les troupes d'al-Hāfīz le tuèrent en 542/1147-114819. En 544/1149, le calife al-Ḥāfiẓ mourut. Son fils, al-Ẓāfir, lui succéda et prit comme vizir Ibn Maṣāl, qui était chargé depuis 539/1144-1145 de la direction des affaires sans en avoir encore reçu le titre. Mais très vite, la même année, le vizirat fut arraché à Ibn Maṣāl par l'émir al-‘Ādil b. Salār, gouverneur d'Alexandrie20.

41La décadence politique s'était définitivement emparé du califat qui, pourtant, résistait relativement bien grâce aux ressources financières abondantes que lui assuraient la fertilité de l'Égypte, et surtout le rôle de l'Égypte, principal carrefour commercial entre la Méditerranée, l'Afrique nilotique, la Mer Rouge et le Yémen, à une époque où les échanges mondiaux s'accroissaient régulièrement. Grâce à un habile système de douanes, l'État fāṭimide prélevait sa part lors du passage obligé sur son territoire.

  • 21 Sur ces châteaux, voir ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 475.
  • 22 IBN MUYASSAR, 1981, p. 144.

42Ibn Salār s'intéressait aux affaires d'Ascalon, dernière dépendance fāṭimide en Palestine. En effet, Baudouin III de Jérusalem, voulant tirer profit du désordre qui régnait en Égypte, avait pensé à conquérir Ascalon. Il avait commencé par couper les communications de la cité avec l'Égypte en fortifiant Ġazza, au sud d'Ascalon. Cette initiative avait pour but de gêner le ravitaillement d'Ascalon, par terre, en vue d'une attaque contre la ville. Jusque-là, la série des châteaux forts construits par le roi Foulque d'Anjou, son père, ne jouait qu'un rôle défensif, prévenant toute attaque, par mer ou par terre21. En rağab 545/octobre-novembre 1150, un détachement de l'armée franque de Baudouin III avait marché sur al-Faramā, pillant, détruisant et incendiant partout22.

Campagne fāṭimide contre les places côtières

  • 23 IBN MUYASSAR, 1981, p. 145.

43En 546/1151-1152, le vizir fāṭimide al-‘Ādil b. al-Salār organisa une campagne contre les Francs de la côte palestinienne, en réponse à l'opération franque à al-Faramā. Le coût de cette expédition aurait été, selon Ibn Muyassar, de 300 000 dinars. En rabi‘ I/juin-juillet 1151, une importante flotte égyptienne de 70 navires bien équipés arriva à proximité du port de Jaffa. Nombre de Francs de Jaffa furent tués et emmenés en captivité. Les incendies détruisirent beaucoup de vaisseaux francs, sans compter ceux dont on s'était emparé. A tour de rôle, les autres places côtières d'Acre, de Sidon, de Beyrouth et de Tripoli subirent le même harcèlement. Cette campagne coïncida avec l'arrivée d'un certain nombre de pèlerins francs qui furent tous tués23.

44Al-Maqrīzī et Ibn Muyassar trouvent une bonne excuse pour justifier la neutralité de Nūr al-Dīn devant cette expédition. Ce dernier aurait voulu participer à cette campagne et mener une attaque par terre contre les Francs, mais il se trouvait accaparé par le siège de Damas.

45Toutefois, exercer des représailles en riposte aux exactions des Francs dans la région d'al-Faramā, n'était pas l'unique mobile de cette campagne des Fāṭimides ; Ibn al-Salār aspirait à réduire les fortifications de Gazza qui gênaient les communications terrestres d'Ascalon avec l'Égypte. Une diversion du côté de la Galilée pouvait réduire les effectifs francs de la côte. Nūr al-Dīn, maître de la première force musulmane en Syrie, fut sollicité pour cette mission. Ibn al-Salār lui avait envoyé, en vain, son ambassadeur, Usāma b. Munqiḏ, de la famille Munqiḏite de Šayzar, accompagné de cadeaux de prix et d'une somme de 6 000 dinars pour négocier les conditions de sa collaboration.

Conquête d'Ascalon par les Francs (548/1153)

46Ascalon, dernière dépendance fāṭimide au cœur des places côtières des Francs, était sujette en permanence aux attaques franques. Les Fāṭimides d'Égypte avaient pris un grand soin à la fortifier. Une relève de garnison se faisait tous les six mois et l'approvisionnement de la ville en argent et en vivre, par mer et par terre, était soigneusement assuré.

  • 24 IBN ẒĀFIR, 1972, p. 102-103.

47En 548/1153-1154, la garnison désignée pour assurer la relève à Ascalon fut conduite par ‘Abbās, beau-fils d'Ibn al-Salār, par Usāma b. Munqiḏ et par un troisième émir appelé Dirgām. ‘Abbās, peu désireux d'aller en Palestine et poussé par Usāma, complota pour assassiner son beau-père, Ibn al-Salār, et occupa son poste de vizir24.

48Les Francs profitèrent de cette agitation et bloquèrent Ascalon le 25 janvier 1153 par mer et par terre. Les troubles qui éclatèrent en Égypte rendirent impossible l'envoi de tout renfort pour Ascalon. Après le meurtre d'Ibn al-Salār par le fils de ‘Abbās, Naṣr, on poussa ce dernier à tuer également son amant, le calife al-Ẓāfir.

Coalition damasco-alépine, un échec total

  • 25 Āfis, située entre Sarmīn et Qinnasrīn, au sud d'Alep ; voir DUSSAUD, 1927, p. 237.
  • 26 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 495-496.

49Contraints par obligation de mener la guerre sainte et d'assister les musulmans d'Ascalon, Mugīr al-Din Abaq, maître de Damas, et Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī, maître d'Alep — auquel Ibn al-Qalānisī donne le titre de « sulṭān d'Alep et de la Syrie » —, organisèrent tous deux une opération de diversion contre Bāniyās. En faisant route pour opérer sa jonction avec l'armée damascaine, le maître d'Alep s'empara de la place forte d'Āfis25. A la tête de 6 000 cavaliers, les musulmans se présentèrent devant Bāniyās le 19 ṣafar 548/16 mai 1153. Puis, pour des raisons incompréhensibles, les musulmans s'éloignèrent de Bāniyās, sans engager de combat ni tenter un blocus. Pourtant, Bāniyās, pourvue d'une petite garnison et sans espoir de recevoir de renforts, les Francs assiégeant Ascalon, représentait une proie facile. Ibn al-Qalānisī explique ce refus du combat par une dissenssion qui avait surgi dans les rangs de l'armée musulmane. Les musulmans tentèrent une seconde fois de bloquer Bāniyās mais n'y parvinrent pas non plus. Le 11 rabī‘ 1/6 juin, Muğīr al-Dīn rentra à Damas tandis que Nūr al-Dīn reprenait la route de Homs26.

50Si l'on peut supposer que Mugir al-Dīn, maître de Damas, se dérobait à chaque fois pour sauvegarder la trêve avec les Francs bien que la conquête d'Ascalon dût avoir des conséquences sur Damas même, l'armée de Nūr al-Din aurait dû suffire à elle seule pour mener à bien le siège de Bāniyās. Ne s'était-il pas emparé de la puissante place d'Āfis, au sud d'Alep, avant de faire sa jonction avec l'armée de Muğīr al-Dīn Abaq ?

  • 27 Il est inutile de rapporter les détails ; voir ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 479-481 ; PRAWER, 1969, p (...)

51Quatre mois s'écoulèrent avant qu'Ascalon reçoive aucun renfort. Perchée sur une colline qui descend vers la mer et défendue du côté de la terre par une très forte muraille, la ville présentait de sérieux obstacles pour les assiégeants. Lorsqu'au mois de juin apparut la flotte égyptienne dans la mer d'Ascalon, les défenseurs de la place reprirent courage. Une vingtaine de navires francs furent anéantis en mer, mais l'intensité du pilonnage du côté terrestre s'accrut. Sept mois s'étaient écoulés lorsque les Ascalonites, effrayés par la perspective d'un assaut aboutissant à une occupation par la force avec toutes ses conséquences, demandèrent la vie sauve et offrirent la capitulation le 30 ğumādā 1/23 août 115327. Désormais, tout le littoral, depuis Sūwaydiyya, port d'Antioche, au nord, jusqu'à Ġazza, au sud, était sous la domination franque.

52Qui, parmi les musulmans, porte la responsabilité de la conquête d'Ascalon, dernier bastion fāṭimide sur le littoral palestinien, après cinquante ans de résistance ? Les Fāṭimides d'Égypte, absorbés par la dégradation de la situation intérieure, tardèrent à envoyer du renfort. Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī n'était pas prêt à s'investir dans une telle campagne contre les Francs quoiqu'il fît endosser par Muğīr al-Dīn Abaq, maître de Damas, toute la responsabilité de l'échec de l'opération contre Bāniyās. Quant à Abaq, comme le dit Ibn al-Qalānisī, il était contraint de participer à l'opération de diversion. En effet, dans cette affaire, Damas était prise entre deux maux : d'un côté Muğīr al-Dīn n'ignorait pas que Nūr al-Dīn continuait à nourrir le projet de se rendre maître de Damas. Dans ce cas, il lui importait peu de collaborer aux hostilités contre les Francs de Jérusalem sur lesquels il comptait pour former un contrepoids contre la force zankīde. D'un autre côté, si les Francs devenaient maîtres d'Ascalon, ils pourraient espérer annexer Damas à leur royaume. N'avaient-ils pas déjà essayé de le faire lors de l'arrivée de la deuxième croisade ?

53Quoi qu'il en soit, Damas, victime de conflits intérieurs et, entre autres, de la profonde déception qu'éprouvait la population à l'égard des autorités, représentait une proie facile, prête à tomber entre les mains de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī.

V. QUERELLES INTESTINES À DAMAS

  • 28 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 497.

54En 548/1153-1154, les conflits surgirent entre le ra’īs de Damas, Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī, et ses deux frères, Zayn al-Dawla et ‘Izz al-Dawla, sans doute sur des questions administratives. En effet, la dégradation de la situation à Damas encourageait les notables et les administrateurs à tirer le plus de profit possible de l'anarchie naissante. Bien que Muğīr al-DīnAbaq essayât de ramener la paix dans la famille d'al-Ṣūfī, ses anciennes dissenssions avec le ra 'īs le poussèrent à prendre parti pour les deux autres frères. Outré, le ra’īs Mu’ayyad al-Dīn tenta de provoquer une émeute en rassemblant les aḥdāṯ. Trop tard, car Muğīr al-Dīn et Zayn al-Dawla avaient réussi à l'expulser hors de la ville. Le ra’īs et les siens se rendirent le 19 gumàdà 1/12 août 1153, dans la citadelle de Ṣarḫadfief de Muğāhid al-Dīn Buzān. A Damas, Zayn al-Dawla Hayḍara b. al-Ṣūfī occupa les fonctions de ra’īs et de vizir qu'avait remplies son frère exilé28. Or, Hayḍara fut un mauvais administrateur. La situation empira au point qu'on se saisit de lui et qu'on le mit à mort, le 1er ḏū al-qa‘da 548/18 janvier 1154.

  • 29 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 500-501.

55La charge de ra’īs et le contrôle de la ville furent confiés à Radi al-Dīn Abū Gālib ‘Abd al-Mun‘im al-Tamīmī, et l'affaire fut ainsi réglée29.

  • 30 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 500.

56Toutefois, si les gens de Damas étaient satisfaits de la fin du ra’īs Zayn al-Dawla Hayḍara, ils l'étaient moins du comportement de Muğīr al-Dīn, maître de la ville. En effet, Muğīr al-Dīnfit venir à Damas l'eunuque ‘Atā, gouverneur de Ba‘labakk, et fit de lui son délégué pour les affaires administratives. Or, ‘Aṭā avait donné refuge au chambellan Yūsuf, exilé de Damas à l'instigation de Muğāhid al-Dīn Buzān. Aussi, craignant pour sa sécurité, Muğāhid al-Dīn ne rentra de Ṣarḫad à Damas qu'après avoir obtenu des serments assurant la sauvegarde de sa personne. Sur ces entrefaites, Muğāhid al-Dīn rentra à Damas à la fin de sa‘bān pour quitter la ville, à nouveau et en cachette, le 12 šawwāl/31 décembre 1153, mais il fut arrêté en route avant d'atteindre Ṣarḫadet fut ramené à Damas où il fut incarcéré dans la citadelle30.

57Entre temps, l'eunuque ‘Aṭā avait pris seul en main l'administration de la ville, faisant preuve d'injustice et de cupidité, si bien que Muğīr al-Dīn dut l'arrêter et le destituer de ses fonctions. On exigea de lui la cession de Ba‘labakk, laissant la plèbe et la pègre piller ses demeures et s'emparer de ses biens. Le 25 ḏū al-ḥiğğa 548/13 mars 1154, sur ordre de Muğīr al-DīnAbaq, ‘Aṭā fut mis à mort.

  • 31 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 503.

58Le 27 ḏū al-ḥiğğa /15 mars 1154, Muğīr al-Dīn convoqua al-Fadl, fils de Nafīs al-Mulk, pour lui confier le poste de receveur des finances, mustawfī, tâche que son père remplissait au temps de Tāg al-Mulūk Būrī, grand-père dAbaq. De même, on confia le poste de directeur des bureaux, isrāf al-dīwān, à Sa‘d al-Dawla Abū al-Ḥasan ‘Alī, fils du vizir Tāhir al-Mazdaqānī31.

59Les affaires intérieures semblaient s'arranger à Damas, mais la succession d'intrigues et de changements rapides de titulaires aux postes les plus importants n'avait pas aidé Muğīr al-Dīnà gagner la confiance et la sympathie de la population. Cette défiance permit à Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī de se faire livrer la ville.

VI. FIN DE LA DYNASTIE BŪRĪDE : DAMAS, POSSESSION ZANKĪDE (549/1154)

60À la fin de l'année 548/1154, Damas ne pouvait plus que tomber dans les filets de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī. Celui-ci, responsable du désordre qui s'était établi, avait continué sa pression sur la cité, invoquant la nécessité de restaurer la sunna et de reprendre la guerre sainte. Il avait coupé tout ravitaillement provenant du nord à Damas. Une hausse des prix considérable avait fait naître la disette dans la ville. Cependant, Damas payait un tribut aux Francs de Jérusalem pour s'épargner leurs exactions dans la principauté. Remis en confiance par la prise d'Ascalon, les Francs estimaient avoir des droits sur une partie des productions du Ḥawrān. Les gens de Damas, influencés par la propagande des agents zankīdes, accusèrent de leur misère Muğīr al-Dīn Abaq. Celui-ci, ayant mis à mort tous ses collaborateurs, se trouvait isolé. Alors se présenta le moment propice qui permit à Nūr al-Dīn de mettre à exécution le plan élaboré quelques années auparavant par son père Zankī.

61Au mois de muharram 549/mars-avril 1154, Nūr al-Dīn envoya son commandant en chef de l'armée, l'isfahsalār Asad al-Dīn Sirkūh, devant Damas à la tête d'une armée de 1 000 hommes. Muğīr al-Dīn, qui comprit que le maître d'Alep était décidé à s'emparer de Damas, blâma cette action et ne sortit pas à la rencontre de Sīrkūh, se refusant à toute négociation. Lorsque Nūr al-Dīn rejoignit Širkūh le 3 ṣafar/19 avril 1154, la misère et la famine s'étaient emparé de la population. Le lendemain de son arrivée, campé dans la Ġūṭa, Nūr al-Dīn livra l'assaut du côté est de la ville. La résistance des Damascains fut minime. Au septième jour des combats, le 10 ṣafar/26 avril, la population ouvrit deux portes situées à l'est, Bāb Sarqī et Bāb Tūmā, et fit entrer l'armée de Nūr al-Dīn. Ibn al-Qalānisī écrit : « Nūr al-Dīn fit son entrée accompagné de sa suite, à la grande joie de tous, des troupes et des mercenaires obsédés par l'idée de la famine et de la hausse des prix, et par la crainte d'être assiégés par les Francs infidèles. »

  • 32 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 503-505.

62Muğīr al-Dīn, qui s'était réfugié dans la citadelle de Damas, la livra à Nūr al-Dīn, ayant obtenu la promesse que sa personne et ses biens seraient épargnés. Aussitôt, Muğīr al-Dīn quitta Damas pour Homs qu'il reçut en apanage32. Peu après, soupçonné d'avoir tenté de compromettre la situation de Nūr al-Dīn à Damas, il fut éloigné à Bālis. Finalement, il partit pour Bagdad où il mourut en 564/1169.

  • 33 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 506.

63A Damas, on se réjouit de cette situation, Nūr al-Dīn voulant donner satisfaction à tout le monde. A son entrée, il interdit à son armée de piller. Peu après, il supprima les taxes et renforça la paix. Les partisans de vieille date de Nūr al-Dīn, à Damas, retrouvèrent leur situation d'antan. Muğāhid al-Dīn Buzān, gouverneur de Ṣarḫadfut libéré de la citadelle où on l'avait incarcéré, le ra’īs Mu’ayyad al-Dīn b. al-Ṣūfī quitta son exil et regagna Damas, mais sans vouloir reprendre ses anciennes fonctions de vizir ou de ra’īs. D'ailleurs, ses problèmes de santé ne le lui auraient pas permis, et le 4 rabī‘ I/19 mai 1154, il mourut33.

  • 34 LAOUST, 1950, introduction, p. IX et sq. ; DRORY, 1988.

64C'est ainsi que la dynastie būrīde prit fin à Damas, permettant de réaliser l'unification de la Syrie musulmane sous le règne de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī. Désormais, un grand nombre de musulmans vivant dans des régions sous domination franque trouvèrent refuge à Damas, entre autres, les Banū Qudāma qui quittèrent en 551/1156 leur village dans les environs de Jérusalem et vinrent s'établir à Damas où ils fondèrent le quartier d'al-Ṣāliḥiyya, au nord-ouest de la ville34.

***

65La conquête de Damas par Nūr al-Dīn clôt une période. Mais elle en ouvre une autre dans le nouvel empire syrien. Damas occupe, plus encore qu'Alep, une position de première ligne car elle commande l'accès à la Biqā‘ et au littoral franc de Tripoli à Tyr, à la Galilée, et, au-delà, aux communications avec l'Égypte, ainsi que la voie normale du pèlerinage par le plateau transjordanien. Après avoir longtemps résisté à l'unification de la Syrie musulmane, elle en devient le centre et, comme résidence de Nūr al-Dīn et de Ṣalāḥ al-Dīn, elle en redevient clairement la capitale.

Notes

1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 475-476.

2 IBN AL-QALĀNISĪ : 9 ragab qui tombe un samedi ; voir LE TOURNEAU, 1952, p. 309 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 476.

3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 476-478.

4 SIBT B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t. 8, p. 206 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 478-480.

5 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482.

6 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 482-483.

7 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 484.

8 ‘Aḏrā, localité située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Damas ; voir DUSSAUD, 1927, p. 263.

9 ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 464-470.

10 LE TOURNEAU, 1952, p. 320 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 486.

11 Sanamayn, à 60 Km au sud de Damas, DUSSAUD, 1927, p. 343.

12 SIBT B. AL-ĞAWZĪ, 1951, t.8, 210.

13 BIANQUIS et ATASSI-KHATTAB, 1978, p. 372-373.

14 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 489-490.

15 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 490.

16 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 493-494.

17 LE TOURNEAU, 1952, p. 325-326 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 491.

18 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 492

19 IBN ZĀFIR, 1972, p. 94-99.

20 WIET, E. I2, « al-‘Ādil Ibn Salār », t. 1, p. 204 ; IBN MUYASSAR, 1981, p. 142.

21 Sur ces châteaux, voir ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 475.

22 IBN MUYASSAR, 1981, p. 144.

23 IBN MUYASSAR, 1981, p. 145.

24 IBN ẒĀFIR, 1972, p. 102-103.

25 Āfis, située entre Sarmīn et Qinnasrīn, au sud d'Alep ; voir DUSSAUD, 1927, p. 237.

26 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 495-496.

27 Il est inutile de rapporter les détails ; voir ÉLISSÉEFF, 1967, t. 2, p. 479-481 ; PRAWER, 1969, p. 408-411.

28 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 497.

29 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 500-501.

30 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 500.

31 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 503.

32 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 503-505.

33 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 506.

34 LAOUST, 1950, introduction, p. IX et sq. ; DRORY, 1988.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search