Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Deuxième partie. Damas, Principauté Indépendante

Chapitre VI. Duqāq et les Croisés

Texte intégral

I. LES DAMASCAINS FACE À LA CONQUÊTE DE JÉRUSALEM

1Bien que la conquête de Jérusalem ait eu un grand retentissement, les réactions du monde musulman furent presque nulles. Damas, qui était maîtresse de la principauté de Jérusalem, au temps d'Atsiz et de Tutuš, père de Duqāq, resta sans réaction. D'autant plus que Jérusalem était alors aux mains des Fâtimides.

  • 1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 222-223.

2La brièveté avec laquelle Ibn al-Qalānisī, le chroniqueur damascain, rapporte la conquête de Jérusalem1 témoigne à quel point Damas ne tenait alors à sauvegarder que ses propres intérêts. Ṭuġtakīn, atabeg de Duqāq, ne s'opposa aux Francs que lorsque ceux-ci eurent mis en péril l'approvisionnement de la ville en s'attaquant à la plaine de la Biqā‘ et au Ḥawrān.

  • 2 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 289
  • 3 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 279.

3Toutefois, on peut discerner une protestation de la part de la population damascaine contre l'invasion franque. Une délégation, conduite par le cadi Abū Sa‘d al-Harawī, se présenta en ramaḍān 492/juillet-août 1099, devant la cour califienne à Bagdad. Le calife ‘abbāsside, al-Mustaẓhir bi-Allāh, fut ému par leurs plaintes. Il essaya, en vain, d'obtenir une action militaire du sulṭān Barkyāruq. Celui-ci était occupé par ses conflits avec son frère Muḥammad, ou encore par des intrigues intestines entre ses sujets et ses émirs. Ainsi, Mağd al-Mulk al-Balāsānī fut mis à mort. Ayant acquis un certain pouvoir dans l'empire du sulṭān Barkyāruq, il fut accusé d'être l'instigateur des assassinats de plusieurs émirs, entre autres l'émir Bursuq, perpétrés par les Bāṭiniens2. Cependant, ce n'était pas la première fois que le sulṭān Barkyāruq faisait la sourde oreille aux sollicitations du calife ‘abbāsside au sujet du danger franc, menaçant en Syrie après la chute d'Antioche, et des exactions dont ils étaient responsables3.

II. RÉACTION FĀṬIMIDE APRÈS LA CHUTE DE JÉRUSALEM

  • 4 PRAWER, 1969, p. 286.
  • 5 HARTMANN et LEWIS, E. I²-, « ‘Asḳalān », t. 1, p. 732.

4Le royaume franc de Jérusalem était déjà en place lorsqu'en ramaḍān, le chef de l'armée égyptienne, Al-Afḍal, arriva à la tête de son armée à ‘Asqalān/Ascalon. Les Fāṭimides croyaient que des négociations avec les Francs ou même, le cas échéant, des menaces, pouvaient toujours aboutir. Or, à peine leur messager envoyé dans ce but était-il revenu dans le camp égyptien situé à l'extérieur d'Ascalon que les Francs les attaquèrent par surprise. La flotte et les renforts de Bédouins, al-‘Arab, ralliés au camp fāṭimide, et tant attendus par Al-Afḍal, se faisaient attendre. Son armée mise en déroute, Al-Afḍal s'enfuit à Ascalon, puis de là en Égypte, laissant la ville subir un dur siège. Ascalon aurait dû acquitter un tribut de 20 000 dinars pour obtenir la levée du blocus, si des conflits intervenus entre les chefs francs4 ne l'avaient sauvée. Ainsi, Ascalon, située sur le littoral palestinien, échappa à la domination des croisés et continua à représenter une menace pour ceux-ci puisque, recevant des hommes, des armes et de l'équipement par mer, elle allait servir de base militaire pour les offensives égyptiennes5.

5Somme toute, l'invasion franque ne se heurta à aucune opposition du monde musulman capable de stopper sa progression. A part la campagne dirigée par Karbūqā, maître de Mossoul, pour sauver Antioche, l'attitude du sulṭān salğūqide Barkyāruq fut marquée par un total désintérêt vis-à-vis de cette expansion. Karbūqā, lui-même, n'alla pas au-delà de la bataille d'Antioche contre les Francs. En effet, Karbūqā, le maître de Mossoul et l'homme fort de la région, avait été un des principaux ennemis de Tutuš. Il n'avait aucun intérêt à combattre aux côtés de Ruḍwān, maître d'Alep, ni de Duqāq, maître de Damas, ces émirs étant les fils de son ancien ennemi, pas plus que de se tailler à Antioche une dépendance, qui serait difficile à défendre de Mossoul. Du côté égyptien, on commença très tard à comprendre les implications de l'action des croisés, ce qui explique pourquoi la réaction fāṭimide fut complètement inefficace. Duqāq et Ruḍwān restèrent neutres, à part les tentatives, vouées à l'échec, de Ruḍwān pour dégager les dépendances de sa principauté, que les Francs avaient enlevées. Alep même échappa de justesse au siège des Francs. Finalement, la capture de Bohémond par al-Dānišmand donna à Ruḍwān la possibilité de se ressaisir.

  • 6 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 223.

6Quant à Duqāq, qui nous intéresse ici au premier chef, profitant du désarroi dans lequel se trouvait Ruḍwān, il quitta la Syrie en 493/1099-1100 pour la conquête du Diyār Bakr, héritage de son père Tutuš. Il parvint à al-Raḥba puis au Diyār Bakr, et s'empara de Mayāfāriqīn6. Visiblement, ses préoccupations, comme celles de nombre de Salğūqides, étaient davantage tournées vers la Djéziré et l'Iraq que vers la Syrie littorale. Damas demeurait pour lui plus une base d'intervention en direction de l'est qu'un centre de régulation de l'espace syrien.

  • 7 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 227 ; IDN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 311-312.
  • 8 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 310.

7Néanmoins, cette expansion franque inquiéta les gouverneurs arabes des villes moyennes dont la politique visait à maintenir une certaine autonomie, par exemple à Šayzar et à Tripoli. Les villes portuaires couraient un risque direct et imminent : Ǧabala, petit port du littoral, au sud de Lattaquié, avait à subir les attaques des garnisons franques d'Antioche. Son gouverneur chiite, le cadi Ibn Ṣulayḥa, avait réussi à les repousser par la ruse, à trois reprises. Finalement, en 494/1100-1101, il adressa un message à Ṭuġtakīn, atabeg de Duqāq, maître de Damas, ce dernier étant toujours à al-Raḥba. Ibn Ṣulayḥa lui offrait la possession de la ville. Ṭuġtakīn y envoya son fils aîné, Būrī, qui maltraita la population et ne put, par conséquent, y séjourner longtemps. Faḫr al-Mulk b. ‘Ammār, maître de Tripoli, dont Ǧabala dépendait avant qu'Ibn Ṣulayḥa ne se rebellât et ne devînt indépendant, profita de la situation et se fit livrer la ville. Il emmena Būrī en captivité et le renvoya à Damas en exposant adroitement la situation à Ṭuġtakīn, afin de maintenir ses bonnes relations avec Damas7. De toute évidence, le cadi de Ǧabala, Ibn Ṣulayḥa, n'avait pas d'autre solution que l'appel à Ṭuġtakīn pour sauver sa ville des Francs. Ses relations avec Duqāq et son atabeg, Ṭuġtakīn, étaient mauvaises ; quelque temps auparavant, ils l'avaient bloqué à Ǧabala pour le compte d'Ibn ‘Ammār, sans rien obtenir de lui8.

III. LES FRANCS ATTAQUENT LES PLACES CÔTIÈRES DE PALESTINE

8Plus au sud, également, les places côtières de la Palestine étaient sujettes aux attaques des Francs de Jérusalem. Godefroy voulait se tailler un chemin vers la mer et s'approprier des ports pour assurer l'arrivée des renforts et du ravitaillement par voie maritime. En 493/1100, la mort de Godefroy, seigneur de Jérusalem, empêcha de mener à terme les attaques contre l'important port d'Acre. Les contingents francs se contentèrent alors de s'emparer de Ḥayfā, vers šawwāl 493/août 1100, port maritime de moindre importance mais utile. Godefroy fut remplacé par son frère le comte Baudouin, seigneur d'Édesse. La traversée de Baudouin jusqu'à Jérusalem avec 500 de ses hommes fut entravée près de la place côtière de Beyrouth, et ses hommes furent mis en déroute par les troupes musulmanes de Ğanāḥ al-Dawla, maître de Homs, et par celles de Duqāq, maître de Damas. Désormais, il fallait compter sur des réactions musulmanes contre l'ennemi franc, mais elles restaient isolées.

9La manœuvre de Duqāq et de Ğanāḥ al-Dawla contre Baudouin n'empêcha pas celui-ci, une fois arrivé et installé à Jérusalem, de poursuivre les opérations contre les villes côtières qu'avait entreprises son prédécesseur. Il assura la sécurité des routes entre Jérusalem et Jaffa, et repoussa les frontières de sa nouvelle principauté du côté sud jusqu'à Hébron, puis s'empara du port d'Arsūf et de la ville de Qayṣāriyya/ Césarée. La conquête de la côte palestinienne poussa l'Égypte fāṭimide à réagir.

IV. EXPÉDITION FĀṬIMIDE CONTRE LES FRANCS

  • 9 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, le désigne comme al-‘Awāṣi.
  • 10 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 364.
  • 11 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 227; AL-MAQRĪZĪ, 1973, t. 3, p. 26; IBN MUYASSAR, 1981, p. 68.

10Au début du ramaḍān 494/début juillet 1101, une grande armée égyptienne arriva à Ascalon sous le commandement de Sa‘d al-Dawla, connu sous le nom d'al-Qawāmisi9, ancien gouverneur de Beyrouth10. En ḏū al-ḥiğğa/septembre-octobre 1101, 1 000 cavaliers francs et 10 000 fantassins vinrent à la rencontre de l'armée musulmane ; après plusieurs combats, nul ne l'emporta. Les musulmans résistèrent malgré de grosses pertes, mais leur commandant fut tué. Les Francs furent obligés de se réfugier à Jaffa. Plusieurs de leurs combattants furent tués ou emmenés en captivité11.

  • 12 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 345-346.
  • 13 IBN MUYASSAR, 1981, p. 74.

11En rağab 495/21 avril-20 mai 1102, une nouvelle armée fāṭimide arriva à Ascalon, sous le commandement de Šaraf al-Ma‘ālī, fils du vizir Al-Afḍal. Baudouin, à la tête de 700 cavaliers, se porta rapidement à la rencontre de l'armée égyptienne qui progressait vers Ramla. Or, cette fois, les musulmans triomphèrent. Baudouin réussit à s'enfuir et à se réfugier à Ramla que Šaraf al-Ma‘ālī bloqua. Or, avant que Ramla ne fût conquise par les musulmans, Baudouin put s'en échapper et parvenir à Jaffa, après avoir subi des pertes considérables : soldats tués sur le champ de bataille, soldats faits prisonniers et emmenés comme esclaves en Égypte, à la fin de rağab/mi-mai 110212. Ibn Muyassar13 donne le chiffre de 900 captifs francs. Ibn al-Aṯīr rapporte que les musulmans avaient attaqué un château à Ramla où se trouvait une garnison franque de 700 hommes ; 400 d'entre eux furent tués et les 300 survivants furent emmenés en captivité.

12Toutefois, les musulmans ne surent pas exploiter leur victoire. Les chefs de l'armée égypienne étaient partagés entre deux opinions : les uns optaient pour livrer assaut contre Jérusalem, les autres contre Jaffa. Cependant, Baudouin saisit l'occasion de l'arrivée d'un grand nombre de pèlerins francs à Jérusalem, et marcha à leur tête contre Šaraf al-Ma‘ālī, le chassa de Ramla et le poursuivit jusqu'à Ascalon, qu'il attaqua sans succès.

13Quelques mois plus tard, les attaques des Francs reprirent contre les places côtières de Palestine. Une attaque contre Acre en ğumādā II 495/mars-avril 1102 échoua. Ibn al-Aṯīr rapporte que les musulmans du littoral s'étaient opposés à cette attaque et que seize navires francs furent brûlés ainsi que les mangonnaux et les tours que Baudouin avait dressés pour le siège de la ville.

14En 496/1102-1103, une nouvelle expédition partit d'Égypte pour la Palestine. Sous le commandement d'un mamelouk, esclave d'Al-Afḍal, appelé Tāğ al-‘Ağam, 4 000 cavaliers parvinrent à Ascalon par terre, tandis qu'une flotte sous le commandement du cadi Ibn Qādūs était arrivée au port de Jaffa. Or, l'armée de terre, qui devait progresser vers Jaffa pour faire sa jonction avec les forces maritime, ne le fit pas, et cette opération resta sans effet.

V. LES AUTORITÉS DAMASCAINES FACE À L'INVASION FRANQUE

15Damas ne se départit pas de sa neutralité lors de ces derniers événements. Certes, on mentionne une faible tentative de la part de Duqāq pour barrer la route à Baudouin pendant qu'il traversait la Syrie pour Jérusalem, mais cette intervention n'avait pas pour objectif de s'opposer aux manœuvres des Francs en Palestine. Duqāq voulait, par là, affirmer aux Francs sa présence et sa capacité à défendre ses propres dépendances. Ainsi, Duqāq ne répondit pas aux appels d'Al-Afḍal, vizir fāṭimide d'Égypte en 496/1102-1103, et vit en la mort de Karbūqā, maître de Mossoul, une bonne excuse pour quitter la Syrie et se rendre en Djéziré afin de s'emparer d'al-Raḥba.

16Toutefois, jusque-là, Damas ne semblait pas concernée par la progression franque en Syrie et en Palestine. D'ailleurs, les commentaires d'Ibn al-Qalānisī, le chroniqueur damascain, sont toujours brefs sur le sujet. Pour les événements de l'an 496/1102-1103, Ibn al-Qalānisī commence sa chronologie par la réflexion suivante : « Cette année, on eut des renseignements sur la situation dans le Ḫurasān, l'Iraq et la Syrie. Les habitants de ces contrées étaient la proie de conflits sans fin, de haine, de guerres, de violences, et se craignaient les uns les autres, parce que leurs gouverneurs, au lieu de s'occuper d'eux et de leurs affaires, passaient leur temps en querelles et en luttes. » On a l'impression que Damas ne faisait pas corps avec la Syrie et ne vivait pas les malheurs de ses voisins. Certes, elle accueillait les réfugiés qui fuyaient les massacres qu'exerçaient les Francs sur les non-chrétiens après chaque conquête ; mais Damas ne se sentait pas tenue, même par solidarité religieuse, à s'engager dans des hostilités contre les croisés.

  • 14 CAHEN, 1940, p. 219.
  • 15 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 225 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 324.

17On peut à la rigueur comprendre que Damas ne voulut pas répondre aux appels des Fāṭimides d'Égypte, premiers ennemis des Salğūqides, mais on le peut moins lorsqu'il s'agit, par exemple, de Suqmān b. Artuq qui, avec son frère Ilġāzī et son père, avaient servi Tutuš, père de Duqāq. Après la prise d'Édesse, les Francs avaient conquis Sarūğ, apanage de Suqmān, en 109814. En rabī‘ I 494/janvier-février 1101, Suqmān voulut profiter de la capture de Bohémond par al-Dānišmand. Le changement de seigneur d'Édesse — Baudouin s'était établi à Jérusalem pour succéder à Godefroy — favorisait également son dessein. Suqmān essaya de reprendre Sarūğ. Il y parvint mais en fut très vite expulsé, de nouveau, par Baudouin de Bourg qui avait remplacé Baudouin Ier à Édesse15. Les Francs avaient reçu des renforts d'Antioche, tandis que le corps des Turcomans qui combattait avec Suqmān, ne recevant aucun renfort, fut pris de panique et abandonna Suqmān qui battit en retraite.

VI. DUQĀQ, MAÎTRE D'AL-RAḤBA ET DE HOMS

  • 16 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 73-74.

18Karbūqā, maître de Mossoul, était mort en dû al-qa‘da 494/septembre 1101 ; des troubles s'en étaient suivis en Djéziré. Finalement, Ǧakirmīš, maître de Ǧazīrat Ibn 'Umar, se rendit maître de Mossoul. De son côté, Duqāq quitta Damas et se rendit au Diyār Bakr pour avoir droit au partage. En 496/1102-1103, lorsqu'il arriva à Raḥba, la ville était déjà occupée par Qāymāz, un des Mamelouks d'Alp Arslān. Duqāq assiégea la ville et s'en empara16. Il avait, sans doute, l'intention de continuer sa campagne vers l'est, lorsqu'il apprit la nouvelle de l'assassinat de Ğanāḥ al-Dawla, maître de Homs. Il lui fallait devancer son frère Ruḍwān, maître d'Alep, pour prendre possession de Homs ; il revint donc en Syrie.

19Ğanāḥ al-Dawla, maître de Homs, s'apprêtait à aller défendre la forteresse du futur Crak des chevaliers, Ḥiṣn al-Akrād, bloquée par le chef franc, Raymond de Saint-Gilles, lorsqu'il fut assassiné par des Bāṭiniens le vendredi 22 rağab 496/1 mai 1103. Les relations entre Ruḍwān, maître d'Alep, et son atabeg étaient très tendues, surtout après la défaite qu'avait infligée Ğanāḥ al-Dawla à l'armée de Ruḍwān à Sarmīn. Par conséquent, Ğanāḥ al-Dawla exerçait des droits sur les récoltes de Sarmīn, de Ma‘arrat al-Nu‘mān, de Kafarṭāb et de Hama. Entre temps, les Bāṭiniens se multiplièrent à Alep et leur secte fut de mieux en mieux tolérée par Ruḍwān.

  • 17 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 146.

20Quoiqu'une sorte de réconciliation se fût produite entre les deux adversaires peu de temps avant l'assassinat de Ğanāḥ al-Dawla, Ruḍwān ne devait pas avoir été étranger à celui-ci17.

  • 18 SIBṬ B. AL-ǦAWZĪ, 1951, t. 8, p. 84 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 363 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. (...)

21Le lendemain de la mort de Ğanāḥ al-Dawla Husayn, Saint-Gilles s'empressa de marcher sur Alep. Ḫātūn, épouse du défunt et mère de Ruḍwān, dépêcha un message à ce dernier l'invitant à venir repousser les Francs et à prendre possession de Homs. Or les notables, anciens officiers de son mari, préféraient Duqāq auquel ils restituèrent la ville. Saint-Gilles s'en éloigna aussitôt et Ruḍwān regagna Alep18.

VII. MORT DE DUQĀQ B. TUTUŠ

  • 19 Pour IBN AL-WARDĪ, 1868, p. 15, et SIBṬ B. AL-ǦAWZĪ, 1951, t. 8, p. 9, Duqāq mourut le 22 ramaḍan.

22Le 12 ramaḍān 497/8 juin 1104, Šams al-Mulūk Duqāq b. Tutuš b. Alp Arslān, maître de Damas mourut19. Il avait désigné son atabeg, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn pour exercer le pouvoir à Damas et veiller sur son jeune fils Tutuš, âgé d'un an, jusqu'à sa majorité.

  • 20 IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 5, p. 247
  • 21 IBN MANẒŪR, 1984-1990, t. 4, p. 232 ; AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 46.

23La cause exacte de la mort de Duqāq est obscure. Il est possible qu'une longue maladie l'ait emporté. Mais Ibn ‘Asākir20 rapporte que Duqāq, selon certaines rumeurs, mourut empoisonné sur ordre de sa mère Ṣafwat al-Mulk, qui était la femme de Ṭuġtakīn. Ṭuġtakīn aurait inspiré l'assassinat de Duqāq pour s'emparer définitivement du pouvoir, ce qui peut expliquer, d'une part, la mort subite du jeune Tutuš, fils de Duqāq, peu après la mort de son père, et d'autre part, les craintes d'Irtāš, frère de Duqāq, tenu jusque-là prisonnier dans la citadelle de Ba‘labakk sous la surveillance de son gouverneur, Ǧumuštakīn, eunuque de son père, Tutuš b. Alp Arslān. En effet, après la mort de Duqāq, le 24 dû al-ḥiğğa 497/17 septembre 1104, Ṭuġtakīn avait fait venir Irtāš à Damas pour lui restituer l'héritage de son frère. Or, suspectant un complot entre Ṭuġtakīn et Ṣafwat al-Mulk, Muḥyī al-Dīn Irtāš quitta en cachette Damas en ṣafar 498/octobre-novembre 110421.

24Désormais, Ṭuġtakīn garda seul l'héritage de Duqāq b. Tutuš. Une ère nouvelle commençait pour Damas sous la dynastie būrīde qui devait durer un demi-siècle, de 1104 jusqu'à 1154.

25A la mort de Duqāq, il se révéla qu'il était très difficile d'éviter la rivalité entre les deux principautés syriennes de Damas et d'Alep. De ce fait, il était presque impossible d'assurer la stabilité de l'une comme de l'autre de ces principautés. En outre, l'irruption des croisés en Syrie avait aggravé leur fragilité. Duqāq ne comprit pas la gravité de la menace que représentait pour Damas la présence des croisés. Il ne se préoccupa guère que d'agrandir son domaine syrien vers le nord, au détriment de son frère, maître d'Alep, ou encore d'aller chercher aventure à l'est, sur l'Euphrate ou en Djéziré, afin de rappeler son existence aux autres princes issus de l'Empire salğūqide. Cette attitude irrationnelle comportait un danger qui s'accrut encore à l'époque des Būrīdes.

Notes

1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 222-223.

2 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 289

3 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 279.

4 PRAWER, 1969, p. 286.

5 HARTMANN et LEWIS, E. I²-, « ‘Asḳalān », t. 1, p. 732.

6 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 223.

7 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 227 ; IDN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 311-312.

8 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 310.

9 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, le désigne comme al-‘Awāṣi.

10 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 364.

11 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 227; AL-MAQRĪZĪ, 1973, t. 3, p. 26; IBN MUYASSAR, 1981, p. 68.

12 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 345-346.

13 IBN MUYASSAR, 1981, p. 74.

14 CAHEN, 1940, p. 219.

15 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 225 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 324.

16 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 73-74.

17 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 146.

18 SIBṬ B. AL-ǦAWZĪ, 1951, t. 8, p. 84 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 363 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 230.

19 Pour IBN AL-WARDĪ, 1868, p. 15, et SIBṬ B. AL-ǦAWZĪ, 1951, t. 8, p. 9, Duqāq mourut le 22 ramaḍan.

20 IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 5, p. 247

21 IBN MANẒŪR, 1984-1990, t. 4, p. 232 ; AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 46.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search