Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Deuxième partie. Damas, Principauté Indépendante

Chapitre IV. Situation confuse en Syrie à la mort de Tutuš

Texte intégral

1Les conséquences de la mort de Tutuš furent graves pour la Syrie. L'union du nord de la Syrie, représentée par Alep, et du sud, représentée par Damas, que Tutuš avait pu réaliser un moment, s'effondra.

I. RUḌWĀN À ALEP

  • 1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 212.

2Tutuš avait désigné son fils aîné Ruḍwān pour lui succéder au gouvernement de ses dépendances. Né en 475/1082-1083 à Damas, Ruḍwān avait treize ans lorsque son père mourut ; il manquait d'expérience politique. A son retour à Alep, Abū al-Qāsim b. Badī‘, le vizir de son père, lui abandonna la ville en 488/1095, mais ce fut son beau-père et tuteur, l'atabeg Ğanāḥ al-Dawla Ḥusayn b. Aytakīn, qui dirigea effectivement les affaires de la principauté1

3Or, certains des émirs qui accompagnaient Tutuš dans sa campagne contre son neveu Barkyāruq, comme Yāġī Sayān, maître d'Antioche, Suqmān b. Artuq, auquel Tutuš avait donné Sarūğ en apanage, et Yūsuf b. Abaq, avaient regagné la Syrie. Ils tentèrent de l'emporter sur Ğanāḥ al-Dawla, de prendre les affaires du jeune Ruḍwān en main pour, éventuellement, l'évincer et mettre la main sur l'héritage de Tutuš. Leurs tentatives pour s'emparer de Ğanāḥ al-Dawla, en Djéziré, alors qu'il dirigeait la campagne de Ruḍwān destinée à prendre possession des dépendances de son père, furent cependant un échec. En revanche, ils réussirent à éloigner Ruḍwān de la Djéziré et l'empêchèrent de poursuivre sa campagne, puisqu'il accompagna son atabeg qui s'était enfui et était rentré à Alep rejoindre sa femme, la mère de Ruḍwān.

4La disproportion entre la maturité politique et la capacité militaire des grands lieutenants de Tutuš et la jeunesse inexpérimentée de ses fils a joué contre la transmission d'un pouvoir fort. Cela marqua le début de l'effritement de l'État relativement étendu que Tutuš avait réussi à réaliser.

Destinée de l'héritage de Tutuš

  • 2 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 258-259.
  • 3 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 246-248.

5Après la mort de Tutuš, son héritage fut contesté par plusieurs personnes. Son fils Ruḍwān, désigné pour lui succéder, n'avait pu prendre possession que d'Alep. Déjà, Sarūğ, apanage de Suqmān, lui était interdite. Édesse se rendit, mais Yāġī Sayān exigea qu'on lui donnât la citadelle où il laissa une forte garnison. À Ḥarrān, Qarāğa, maître de la cité, mit à mort les sujets qui projetaient de la livrer à Ruḍwān. L'émir Karbūqā, que Tutuš avait incarcéré après la mort d'Āq Sunqur, fut libéré au temps de Ruḍwān. En 489/1096, il enleva Nasībīn à Muḥammad b. Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš, et fit entrer dans son obédience Ğakirmīš, maître de Ğazīrat Ibn ‘Umar, puis s'empara de Mossoul et d'al-Raḥba2. Finalement, le frère cadet de Ruḍwān, Duqāq, prit possession de Damas3.

  • 4 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 124.

6La rapidité des retournements d'alliance en cette période était incroyable. Yāġī Sayān et Yūsuf b. Abaq, tous deux alliés de Ruḍwān, devinrent ses ennemis, après avoir intrigué contre son atabeg, Ğanāḥ al-Dawla. Yāġī Sayān, de retour à Antioche, devint allié de Duqāq, à présent adversaire de Ruḍwān. Suqmān b. Artuq, appelé en Syrie par Ruḍwān, s'allia avec Yūsuf b. Abaq, évitant ainsi un accrochage puisque les troupes de celui-ci lui avaient coupé la route vers Alep. Ğanāḥ al-Dawla ne laissa pas à cette alliance le temps de se concrétiser, car elle aurait pu représenter un sérieux danger. Renforcé par les contingents du Kilābite Waṯṯāb b. Mahmùd venus l'assister, il se précipita à la rencontre d'Ibn Abaq, près de Marğ Dābiq, et mit son armée en déroute. Suqmān se rangea du côté du vainqueur et reçut en apanage Ma‘arrat al-Nu‘mān, que Ğanāḥ al-Dawla venait d'enlever au fils de Yāġī Sayān 4.

7Peu de temps après, on vit Yūsuf b. Abaq rentrer dans le rang. Il demanda à Ruḍwān la permission de rentrer à Alep où, sur ordre de Ruḍwān et de son atabeg, il fut assassiné par le ra‘īs de la ville, Barakāt b. Fāris, plus connu par son surnom d'al-Miğann. Ruḍwān prit alors possession des dépendances de l'émir défunt, Buzā‘a et Manbiğ.

Ğanāḥ al-Dawla se sépare de Ruḍwān

  • 5 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 216.
  • 6 AL-DAHABĪ, ms. 226, fol. 24 a.
  • 7 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 127.

8Après avoir assassiné Yūsuf b. Abaq, al-Migann Barakāt b. Fāris s'empara de tous ses biens. Il se croyait assez fort pour l'emporter sur Ruḍwān et exercer le pouvoir suprême à Alep. Il devait écarter d'abord Ğanāḥ al-Dawla, en lui laissant entendre que Ruḍwān voulait s'en débarrasser. Le ra‘īs des aḥdāṯ réussit sa manœuvre : l'atabeg de Ruḍwān quitta Alep en 490/1097 et s'établit à Homs qu'il avait reçue en apanage5. Selon al-Ḏahabī6, Ğanāḥ al-Dawla se sépara de Ruḍwān parce que celui-ci avait établi la ḫuṭba à Alep en faveur des Fāṭimides d'Égypte. Or, Ğanāḥ al-Dawla quitta Alep en 490 h alors que la ḫuṭba à Alep, en faveur des Fāṭimides, ne fut prononcée qu'en 492 h. Quant à Ibn al-‘Adīm7, il ne donne pas de raison bien déterminée à cette séparation.

  • 8 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 255-256; AL-ṬABBĀḪ, 1923, t. 1, p. 374-375

9Cependant, al-Miğann n'exerça que très brièvement la direction des affaires de la principauté. Ruḍwān, quelque peu offensé par son action, lui ordonna de quitter la ville. al-Miğann refusa et se préparait à combattre pour garder son poste, mais il fut lâché par ses propres compagnons qui, sur ordre de Ruḍwān, s'emparèrent de son argent et de ses biens. al-Miğann se cacha pendant trois jours, mais fut retrouvé et mis à mort avec ses fils8.

II. DUQĀQ À DAMAS

10Duqāq, fiancé de la fille du sulṭān Malik Šāh, était au service de son oncle lorsque celui-ci mourut. Il s'était rangé alors, tantôt avec Turkān Ḫātūn, tantôt avec Barkyāruq, et avait pris enfin le parti de son père, Tutuš, dans sa guerre contre Barkyāruq. Tutuš vaincu et tué, Duqāq avec d'autres lieutenants battirent en retraite et rentrèrent à Alep.

11À Damas, Sāwtakīn al-Ḫādim, l'eunuque délégué de Tutuš au gouvernement de la citadelle et de la ville, redoutait la mainmise de Ruḍwān, avec les émirs qui l'entouraient, sur Damas. En revanche, Duqāq, frère de Ruḍwān, dont le tuteur, l'atabeg Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, était prisonnier chez Barkyāruq, représentait une autorité politique plus fragile. Il pouvait lui livrer la ville, sans toutefois perdre la réalité de ses pouvoirs qu'il continuerait à exercer officieusement. Il dépêcha, secrètement, un courrier à Alep, invitant Duqāq à venir prendre possession de Damas. Duqāq s'y rendit avant que son frère Ruḍwān ne puisse le rattraper, mais ce dernier se vengea sur ses deux plus jeunes frères, Abū Ṭālib et Bahrām, et les mit à mort.

  • 9 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 71 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 213.

12Le plan qu'avait dessiné Sāwtakīn ne tarda pas à s'écrouler. A la suite d'un accord passé entre Ruḍwān et Barkyāruq pour échanger leurs prisonniers respectifs, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn retrouva sa liberté et rentra à Damas où il mit fin aux ambitions de Sāwtakīn en le tuant9

Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, atabeg de Duqāq

  • 10 LE TOURNEAU, 1952, p. 33-34 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 213-214.

13Si l'on en croit les éloges que lui décerne Ibn al-Qalānisī, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn était une personnalité très brillante, gérant les affaires administratives à Damas, en l'absence de Tutuš, avec habileté et courage. Il fut également isfahsalār, commandant en chef des troupes : « Tāğ al-Dawla lui donna délégation pour administrer Damas et veiller sur elle en son absence ; il s'y prit parfaitement, traitant ses administrés avec équité et rendant la justice à tous ceux qui y vivaient, ce qui lui valut nombre de louanges et d'invocations à Dieu en sa faveur. » Il fut nommé gouverneur de Mayāfāriqīn où il adopta une politique d'ordre, assurant le bien-être de la population, jusqu'au moment où il accompagna Tutuš à al-Rayy. Étant chargé, au temps de Tutuš, de l'éducation et de la formation de Duqāq, il épousa Ṣafwat al-Mulk, mère de ce dernier, et devint son atabeg10. Certes, on ne dispose pas d'informations sur la situation à Damas proprement dite, depuis le début du gouvernement de Tutuš, mais l'absence de ces informations dans les sources consultées, ajoutée aux louanges décernées à Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, donne à penser que la ville avait vécu une période de tranquillité et d'ordre.

Campagnes de Ruḍwān contre Damas

  • 11 SEVIM, 1966, p. 139 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 125.
  • 12 Plaine située au sud, à 33 km de Damas.
  • 13 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 124.

14Profitant d'un moment d'absence de son frère Duqāq et de ses alliés Yāġī Sayān et Naǧm al-Dīn Ilġāzī, fils d'Artuq et son successeur au gouvernement de Jérusalem, Ruḍwān marcha avec Suqmān pour reprendre Damas, sa ville natale. En route, il pratiqua le pillage dans la province d'Antioche et enleva Tall Bāšir et Šīḥ al-Dayr aux délégués de Yāġī Sayān, puis reprit la direction de Damas11. Ruḍwān avait grandi à Damas ; on l'y connaissait bien plus que son frère cadet Duqāq, qui avait été un certain temps au service de son oncle Malik Šāh. Or, cela ne fut pas pour autant un avantage pour Ruḍwān. La résistance à l'attaque de Ruḍwān en ramaḍān 489/août-septembre 1096, organisée par le vizir Zayn al-Dawla Muḥammad avec quelques mercenaires, ‘askariyya, auxquels s'ajouta un corps composé d'appelés, al-ağnād, de jeunes gens, al-aḥdāṯ, et de gens de la ville, obligea Ruḍwān à s'éloigner de la cité. Son chambellan, ḥāğib, fut d'ailleurs tué par une pierre de mangonneau. Damas fut sauvée, mais l'arrière-pays, Marğ al-Ṣuffar12 et Ḥawrān, fut pillé par l'armée de Ruḍwān. De retour à Damas, Duqāq chassa son frère et l'empêcha de s'emparer de Jérusalem13.

  • 14 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 124

15Selon Ibn al-‘Adīm14, Ruḍwān avait organisé une première fois une incursion contre Damas. Mais son action n'avait pas abouti. En effet, arrivé aux murailles de Damas, accompagné par l'émir Suqmān b. Artuq, ils apprirent que Duqāq, pour une raison quelconque, avait incarcéré l'émir Ilġāzī b. Artuq, frère de Suqmān. Ce dernier marcha en direction de Jérusalem, apanage d'Ilġāzī, et s'en rendit maître, mais dut la quitter aussitôt, reprenant la direction d'Alep. Quand à Ruḍwān, il rentra à Alep pour en ressortir avec son atabeg et ils commirent des ravages dans la principauté d'Antioche. Par suite de l'incarcération d'Ilġāzī, son fils Sulaymān, maître de Sumaysāṭ, se rangea aux côtés de Ruḍwān contre Duqāq, quelques mois plus tard.

  • 15 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 72

16Informés de l'intention de Ruḍwān d'attaquer une seconde fois Damas, Duqāq et son atabeg, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, marchèrent à la rencontre du premier au début de rabī‘ I 490/février 1097. Deux villes, situées entre les principautés rivales, Hama et Kafarṭāb, connurent le pillage. Ma‘arrat al-Nu‘mān fut enlevée à Suqmān b. Artuq par Yāġī Sayān, qui s'était joint à l'armée de Duqāq. Les pourparlers engagés pour éviter l'affrontement entre les deux frères échouèrent, et le combat fut alors engagé. Ruḍwān l'emporta, ayant recruté une armée nombreuse en faisant appel à Sulaymān b. Ilġāzī b. Artuq, aux Arabes et aux aḥdāṯ de la ville. Finalement, les deux frères se mirent d'accord pour qu'on citât le nom de Ruḍwān à la ḫuṭba avant celui de Duqāq dans les villes de Damas et d'Antioche15.

III. NOUVELLE ACTION FĀṬIMIDE EN SYRIE : LES TURCS CHASSÉS DE JÉRUSALEM (491/1098)

  • 16 IBN MUYASSAR, 1981, 50-51 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 223.

17Dans cette période où la Syrie était victime de plusieurs intrigues et d'ébranlements répétés, l'Égypte fāṭimide essaya de s'y introduire à nouveau. En 482/1089, au temps de Tutuš, les Fāṭimides avaient réussi à lui enlever les places côtières de Tyr, de Sidon, de Byblos et d'Acre. Le 14 ğumādā II486/12 juillet 1093, une rébellion de la part du délégué fāṭimide à Tyr, Munīr al-Dawla al-Ǧuyūsī, contre le calife al-Mustanṣir et son vizir Badr al-Ǧamālī, amena ces derniers à envoyer une armée pour assiéger Tyr. La population qui s'opposait à cette rébellion se révolta contre le gouverneur al- Ǧuyūsī et livra la ville à l'armée fāṭimide, ce qui ne lui évita pas les pillages, de nombreux morts, et le paiement d'un tribut de 60 000 dinars16.

  • 17 IBN MUYASSAR, 1981, p. 53.

18En 487/1094 mourut celui qui avait réédifié sur un nouveau modèle le pouvoir fāṭimide en Égypte, Badr al-Ǧamālī Amīr al-Ǧuyūš. Selon Ibn Muyassar17, « c'est grâce à lui que l'ordre s'était rétabli après la déroute en Égypte et que le pays avait été reconstruit après sa destruction ». Son fils, Al-Afḍal, lui succéda comme vizir militaire de l'Empire fāṭimide. La même année 487/1094, huit mois après la mort de Badr al-Ǧamālī, mourut le calife fāṭimide al-Mustanṣir. Al-Afḍal s'étant brouillé avec Nizār, le fils aîné d'al-Mustanṣir, plaça son plus jeune frère, Abū al-Qāsim Aḥmad, au califat fāṭimide et lui donna le surnom d'al-Musta‘lī.

  • 18 IBN MUYASSAR, 1981, p. 62-63.

19Bien que l'Égypte fāṭimide fût agitée par les successions mouvementées au vizirat et au califat et par les affrontements entre Nizār et Al-Afḍal en 488/1095, les Fâtimides purent s'introduire, timidement, en Syrie. Ḫalaf b. Mulā‘ib, ancien maître de Homs, incarcéré à Ispahan par le sulṭān Malik Šāh, puis libéré après la mort de ce dernier, s'était installé en Égypte, son rapprochement avec les Fāṭimide s'expliquant par son chiisme et ses tendances ismā‘īliennes. En 489/1096, il fut rappelé en Syrie par la population d'Apamée, qui adhérait à l'ismā‘īliyya, doctrine prêchée par les partisans de l'imām disparu Nizār, et qui lui offrit d'être le maître de cette cité18

20Ces tentatives d'infiltration menées par le pouvoir fāṭimide en Syrie auraient pu être plus puissantes si la ḫuṭba en faveur des Fâtimides, établie à Alep en 489/1096 par Ruḍwān dans l'espoir de s'emparer de Damas avec l'aide fāṭimide, avait duré longtemps. Au bout de quatre semaines, Ruḍwān céda devant les pressions des émirs, Yāġī Sayān et Suqmān b. Artuq, et reprit la ḫuṭba au nom du calife ‘abbâsside. L'événement avait en tout cas confirmé que la conquête de l'Égypte fāṭimide par les Salğūqide n'était plus dans leurs projets.

21L'apparition des premiers croisés, au nord de la Syrie en 1097, joua en faveur du retour sur scène des Fâtimides dans cette région. Jérusalem fut alors leur première cible.

22Donnée en apanage à l'émir Artuq en 479/1086, par Tāğ al-Dawla Tutuš, Jérusalem, dont la défense avait été renforcée par une garnison turcomane, put jouir de cette protection contre les Fâtimides pendant toute la période du gouvernement d'Artuq et durant une partie de celui de ses fils. Décédé en 484/1091, Artuq laissa Jérusalem à ses deux fils Ilġāzī et Suqmān. Les deux émirs se mirent au service de Tutuš comme l'avait été leur père. Ainsi, Suqmān reçut Sarūğ en apanage, lors de la conquête du Diyār Bakr par Tutuš en 486/1093. Quant à Ilġāzī, il accompagnait Ruḍwān, fils de Tutuš, en direction de Bagdad, lorsqu'ils apprirent la mort de ce dernier. A l'exemple des autres émirs qui étaient au service de Tutuš, les deux fils d'Artuq essayèrent d'acquérir une certaine autonomie. Suqmān aidait Ruḍwān dans ses conflits avec son frère Duqāq, mais lui interdisait de s'emparer de Sarūğ. Ilġāzī, qui était resté à Jérusalem, prit parti pour Duqāq quand, soudain, Ilġāzī fut incarcéré à Damas. Cette tentative d'autonomie pouvait avoir été un motif indirect de son incarcération, pour laquelle nos sources ne donnent aucune explication.

  • 19 SETTON, 1969, Sir HAMILTON et A. R. GIBB, «The Califate and the Arab states », p. 95.

23D'un côté, la garnison turcomane qui se trouvait à Jérusalem avait été réduite de moitié lorsque Suqmān se fut séparé de son frère Ilġāzī pour se rendre maître de Sarūğ ; d'un autre côté, les conflits qui avaient surgi, entre les émirs turcs, à la mort de Tutuš, privèrent Jérusalem, promue ville stratégique surveillant la frontière entre l'espace dominé par les Fāṭimides et l'espace dominé par les Turcs sunnites, d'une protection efficace contre les Fāṭimides d'Égypte. Finalement, la défaite des Turcs et la prise d'Antioche en 491/1098 par les croisés offrirent l'occasion rêvée pour une intervention fāṭimide contre les Artuqides de Jérusalem19.

  • 20 IBN MUYASSAR, 1981, p. 65-66.

24Les deux émirs ayant recruté un grand nombre de Turcomans pour la défense de Jérusalem et certains de recevoir du renfort de Duqāq, maître de Damas, refusèrent toute négociation avec Al-Afḍal. Les hostilités furent alors engagées. Plus d'une quarantaine de mangonneaux Fāṭimides furent mis en batterie, les renforts attendus n'arrivèrent pas et la force turcomane s'écroula aussitôt. En sa‘bān 491/juillet 1098, Jérusalem redevint une dépendance fāṭimide20.

25L'apparition des croisés en Syrie à une époque où la principauté de Damas essayait de s'affirmer vis-à-vis des multiples forces qui l'entouraient allait avoir des conséquences importantes. Damas était arrivée à résister aux tentatives de Ruḍwān d'Alep. Elle avait commencé à réduire à l'obéissance les maîtres et gouverneurs de ses propres dépendances comme l'artuqide de Jérusalem. Mais la principauté de Damas n'était pas encore prête à affronter ce nouveau danger que constituaient les croisés. Encore est-il peu probable qu'elle ait pris conscience de ce danger.

26Dans quelle mesure la principauté de Damas arriverait-elle à agir au cœur de tous ces événements enchevêtrés ? Convoitée par plusieurs forces qui l'entouraient, réussirait-elle à conserver son indépendance et son statut de principauté ?

Notes

1 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 212.

2 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 258-259.

3 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 246-248.

4 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 124.

5 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 216.

6 AL-DAHABĪ, ms. 226, fol. 24 a.

7 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 127.

8 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 255-256; AL-ṬABBĀḪ, 1923, t. 1, p. 374-375

9 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 71 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 213.

10 LE TOURNEAU, 1952, p. 33-34 ; IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 213-214.

11 SEVIM, 1966, p. 139 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 125.

12 Plaine située au sud, à 33 km de Damas.

13 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 124.

14 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 124

15 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 72

16 IBN MUYASSAR, 1981, 50-51 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 223.

17 IBN MUYASSAR, 1981, p. 53.

18 IBN MUYASSAR, 1981, p. 62-63.

19 SETTON, 1969, Sir HAMILTON et A. R. GIBB, «The Califate and the Arab states », p. 95.

20 IBN MUYASSAR, 1981, p. 65-66.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search