Version classiqueVersion mobile

La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H / 1076-1154)

 | 
Mariam Yared-Riachi

Première partie. Irruption des turcs, morcellement de la Syrie musulmane

Chapitre III. Ambitions de Tutuš en Syrie et au-delà

Texte intégral

I. INTERVENTION DU SULṬĀNA SALĞŪQIDE EN SYRIE

1Les sources donnent davantage de détails à cette époque sur le fonctionnement interne des nouveaux pouvoirs régionaux à Alep qu'à Damas. A Alep, l'installation de Qasīm al-Dawla Āq Sunqur, lieutenant militaire du sulṭān Malik Šāh, avec 4 000 de ses soldats à la place du chef arabe Muslim b. Qurayš et des hommes de sa tribu, provoqua de nombreux changements sur les plans politique, militaire et administratif.

  • 1 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 105.

2Davantage que Muslim b. Qurayš et que ses prédécesseurs, mirdāsides ou ḥamdānides, qui se préoccupaient avant tout de la défense de leurs sujets et de leurs territoires contre tout agresseur, Qasīm al-Dawla semblait s'intéresser aux affaires intérieures de la ville d'Alep. Assurer les soldes et approvisionner son armée fut le souci primordial de Qasīm al-Dawla. Il chargea alors Ibn al-Ḫallāl de lever les impôts à Alep. Par ailleurs, Qasīm al-Dawla Āq Sunqur assura l'ordre dans la ville et établit la sécurité des communications. La population vécut une période d'ordre et de stabilité inhabituelle. Le rétablissement de l'ordre ne se limitait d'ailleurs pas à Alep. En 481/1088-1089, Qasīm al-Dawla Āq Sunqur réprima un conflit entre la population de Šayzar et celle de Laṭmīn. Il fut vainqueur de Naṣr b. ‘Alī b. Munqiḏ, maître de Šayzar, tuant 130 de ses hommes et pillant le faubourg de la ville1.

3Du côté damascain, Tutuš, qui avait été pratiquement coupé de toute liaison avec les Salğūqides d'Iraq au temps de Muslim b. Qurayš, n'avait pu œuvrer en toute liberté, d'autant plus que Muslim b. Qurayš jouissait, en quelque sorte, de la protection du sulṭān Malik Šāh, qui ne voulait pas voir croître la force de son frère. Ainsi les tentatives de Tutuš, pour agrandir son domaine et affirmer son autorité, étaient restées limitées. Même la disparition de Muslim b. Qurayš n'apporta aucun profit à Tutuš. Il entra, bon gré mal gré, en collaboration avec les lieutenants du sulṭān, tout en obéissant aux ordres de ce dernier.

  • 2 IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 3, p. 330.

4La situation sociale et administrative réelle de Damas et la politique intérieure de Tutuš nous demeurent pratiquement inconnues. Aucune des sources consultées ne révèle le moindre détail de ce qui se passa à partir de la fin du gouvernement d'Atsiz, prédécesseur de Tutuš à Damas. Ibn ‘Asākir2 rapporte seulement, d'après Yaḥyā b. Zurayq, à la fin de la courte biographie de Tutuš, qu'à l'époque de Tutuš, la situation à Damas s'était améliorée.

Tutuš, maître de Homs en 483/1090-1091

  • 3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 198.

5Pour la population syrienne, épuisée par les troubles de la région, le sulṭān Malik Šāh représentait l'ordre et la stabilité. En 483/1090-1091, le sulṭān, recevant des accusations contre Ḫalaf b. Mulā‘ib, seigneur de Homs — célèbre pour ses méfaits de brigandage, routes coupées, voyageurs dévalisés —, ordonna à son frère Tutuš et à ses lieutenants, Āq Sunqur, Buzān et Yāġī Sayān, de marcher contre Ḫalaf. On bloqua alors Homs et son maître fut envoyé à Ispahan dans une cage de fer. L'emprisonnement de Ḫalaf dura jusqu'à la mort du sulṭān Malik Šāh en 485/1092 ; il fut relâché alors par la veuve du sulṭān. Trouvant refuge auprès de Badr al-Ğamālī en Égypte, il y séjourna quelque temps pour retourner, par la suite, en Syrie en 489/1095, et se rendre, par la ruse, maître d'Apamée3.

6Certes, Tutuš ne tirait aucun profit de la campagne du sulṭān en Syrie, mais il avait toujours le privilège d'être le frère de Malik Šāh. Ainsi, ce fut à lui de diriger les opérations ordonnées par le sulṭān en Syrie et de se rendre maître des territoires conquis. De ce fait, Homs lui fut octroyée.

Expédition fāṭimide contre le littoral syrien

7Tutuš, solidement installé à Damas, ne craignant plus rien de la Syrie du Nord et de l'Iraq, dominées par son frère, pouvait agir vers l'ouest et le sud pour agrandir sa principauté au détriment des Fāṭimides. En effet, la proximité de territoires tenus par des armées relevant du Caire constituait pour lui un danger menaçant.

8L'expansion turque en Syrie ne semble pas s'être nécessairement traduite par une forte pénétration numérique. Le seul nombre élevé, évoqué par nos sources, est celui des 4 000 hommes que laissait Malik Šāh à Alep. Les Turcs se trouvant en Syrie ne pouvaient alors que défendre leurs territoires et maintenir l'ordre dans leurs principautés. Il ne faut donc pas s'étonner d'apprendre que, juste après la campagne réussie de Malik Šāh en Djéziré et en Syrie, une autre expédition était partie d'Égypte fāṭimide contre les places côtières de la Syrie où se trouvaient des gouverneurs arabes, n'ayant ni force pour les défendre ni prestige pour les soutenir, comme les fils du cadi ‘Ayn al-Dawla b. Abī ‘Aqīl qui se trouvaient à Tyr.

  • 4 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 197 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 176.
  • 5 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, ms. 2141, fol. 203 b.

9Tyr et Sidon furent livrées, tandis que Ğubayl/Byblos et ‘Akkā/Acre furent enlevées de force4. Tutuš reçut alors du sulṭān l'ordre de diriger une expédition contre les Fāṭimides, de les chasser des places côtières et de les attaquer même en Égypte. Sibṭ b. al-Ğawzī5 rapporte qu'en 480/1087-1088, Tutuš envoya au sulṭān des messages, où il lui demandait de donner l'ordre à Āq Sunqur et à Buzān de l'aider à repousser les Fāṭimides qui s'étaient emparé des places du littoral et qui menaçaient Damas. L'action demandée eut lieu mais n'aboutit pas. La mort du sulṭān Malik Šāh et le trouble qu'elle provoqua au sein de l'Empire salğūqide réduisirent l'expédition à un échec. Ajoutons que Tutuš et les autres chefs de cette expédition, notamment Āq Sunqur, ne s'entendaient pas parfaitement entre eux.

Échec de l'expédition turque à Tripoli

10Après s'être rendu maître de Homs, Tutuš se dirigea vers l'ouest ; il s'empara de la citadelle de ‘Arqa et de celle d'Apamée, puis descendit avec les chefs qui l'accompagnaient vers Tripoli, pour s'en emparer et attaquer, de là, en longeant le littoral vers le sud, les places conquises récemment par les Fāṭimides et continuer, éventuellement, vers l'Égypte.

11Or, la conquête de Tripoli ne s'avéra pas très facile. Cette ville, où le cadi Amīn al-Dawla Abū Ṭālib al-Haṣan b. ‘Ammār s'était déclaré indépendant après la mort, en 462/1070, du préfet fāṭimide Muḫtār al-Dawla b. Bazzāl, parvenait à conserver cette indépendance au temps de Ğalāl al-Mulk b. ‘Ammār, neveu d'Amīn al-Dawla.

  • 6 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 19 b.

12Conscient de son impuissance vis-à-vis de l'adversaire, Ibn ‘Ammār essaya, par une ruse intelligente, de se rapprocher de Qasīm al-Dawla Āq Sunqur, moyennant un présent de 30 000 dinars6. De plus, il se procura des lettres, qu'il montra à Āq Sunqur, affirmant que le sulṭān le confirmait comme maître de Tripoli, invitant ses délégués en Syrie à aider Ibn ‘Ammār et à s'abstenir de toute attaque contre lui.

  • 7 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 202-203 ; AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 66.

13Prétextant qu'il ne pouvait s'opposer aux ordres du sulṭān, Āq Sunqur quitta Tāğ al-Dawla Tutuš et regagna Alep avec ses troupes, obligeant ainsi Tutuš et les autres à se retirer à leur tour7. En effet, sans l'aide de l'armée d'Āq Sunqur, Tutuš risquait d'échouer devant Tripoli, port maritime bien fortifié et recevant son approvisionnement par mer.

14Ainsi, dès son début, l'expédition de Tutuš et des émirs turcs contre les Fāṭimides connut un échec, puis la mort de Malik Šāh mit un terme à cette campagne. La mise au pas de l'Égypte fāṭimide ne devait se faire que trois quarts de siècle plus tard, sous Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zankī, grâce à Sīrkūh et à Saladin.

II. TUTUŠ RÉCLAME LE SULṬĀNA À LA MORT DU SULṬĀN MALIK ŠĀH, 485/1092

15De Damas, Tutuš demeurait très attentif aux nouvelles venant du centre de pouvoir salğūqide ; celui-ci pouvait soit lui venir en aide, soit à l'inverse avoir besoin de son intervention. Ainsi, en 485/1092-1093, le sulṭān Malik Šāh avait décidé de diriger personnellement l'expédition contre l'Égypte fāṭimide. Or l'assassinat de son vizir Niẓām al-Mulk Abū ‘Alī Ḥasan b. Isḥāq al-Ṭūsī changea radicalement les plans de Malik Šāh.

  • 8 AL-SUBKĪ, 1965, t. 4, p. 317 et t. 5, p. 314-316.

16Niẓām al-Mulk, vizir des Salğūqides pendant une trentaine d'années, au temps d'Alp Arslān puis de Malik Šāh, avait une grande influence dans l'empire. Ses fonctions dépassaient celles d'un vizir. Al-Subkī8 le comble d'éloges : « Il avait été vizir pendant trente ans durant lesquels ses fonctions dépassaient non seulement celles du vizir mais même celles du sulṭān. En effet, le pouvoir du sulṭān Ğalāl al-Dawla Malik Šāh b. Alp Arslān, qui s'étendait, en longitude, de Kašġar jusqu'à Jérusalem, et en latitude de Constantinople jusqu'à la mer indienne, ne fut qu'un pouvoir nominal, et c'était Niẓām al-Mulk qui tenait le pouvoir effectif. »

  • 9 MADELUNG, E.I.2, « Ismā‘īliyya », t. 4, p. 206-215.
  • 10 IBN AL-‘IBRÎ, 1890, p. 335-336 ; AL-ḎAHABÎ, ms. 226, fol. 20, a.

17Ce fut à cette époque que les Bāṭiniens ou Ismā‘īliens9 entamèrent leur série d'assassinats. Leur première victime fut un mu‘aḏḏin à Ispahan. Poursuivis par Niẓām al-Mulk qui donna l'ordre de mettre à mort l'assassin du mu'aḏḏin, les Ismà‘īliens se vengèrent et se débarrassèrent d'un gêneur en tuant Niẓām al-Mulk. On racontait aussi10 que le sulṭān Malik Šāh aurait pu être à l'origine de l'assassinat de son vizir, qui lui avait porté ombrage en se prétendant son associé à la tête de l'Empire salğūqide.

  • 11 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 200 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 205-206.

18Le 6 šawwāl 485/9 novembre 1092, environ un mois après la mort du vizir du sulṭān, ce dernier mourut des suites d'une maladie qu'il avait contractée au cours d'une sortie de chasse11.

Succession difficile

19Le prince de Damas ne pouvait demeurer indifférent aux événements qui se déroulaient en Iraq et en Iran. Avant la mort du sulṭān, l'apparition des Bāṭiniens à Ispahan et l'assassinat du vizir Niẓām al-Mulk avaient commencé à ébranler l'Empire salğūqide. Après sa mort se posa le problème de la succession au sulṭāna. D'abord entre les fils de Malik Šāh, Maḥmūd, Barkyāruq, Muḥammad et Sanğar, puis entre ceux-ci et les frères du sulṭān, Tutuš, maître de Damas, Takaš et Arslān Arġūn.

20L'épouse de Malik Šāh, Turkān Ḫātūn, avait au départ caché la nouvelle de la mort du sulṭān aux fils de celui-ci et avait emprisonné son fils aîné, Barkyārūq dont la mère, Zubayda, était une cousine germaine de Malik Šāh, afin de garder le sulṭāna pour son fils Maḥmūd, âgé alors de 4 ans et quelques mois. Or, lorsque se répandit la nouvelle de la mort de Malik Šāh, une émeute éclata. L'armée de Barkyārūq le libéra de sa prison, engagea un combat contre celle de Turkān Ḫātūn et remporta la victoire. Barkyārūq reçut alors la succession de son père au sulṭāna.

Tutuš revendique le sulṭāna

  • 12 AL-ḪALĪL, 1980, p. 67-68.

21Tutuš était en chemin pour Bagdad lorsque, arrivé à Hīt, il apprit la mort du sulṭān. Profitant du trouble qui ébranlait l'empire, il décida de s'emparer des territoires conquis par Malik Šāh en Djéziré. Sur sa lancée, il se rendit maître de Hīt, puis rebroussa chemin et rentra à Damas où il rassembla son armée. Son allié, Artuq b. Aksab, étant décédé à Jérusalem en 484/109112, il fit appel à Āq Sunqur, maître d'Alep et à Yāġī Sayān et Buzān, maîtres d'Antioche et d'Édesse. Faisant la ḫuṭba au nom de Tutuš dans leurs dépendances respectives, ces émirs firent leur jonction avec l'armée du maître de Damas, qui reprit la direction de Bagdad afin de réclamer la succession au sulṭāna.

  • 13 BIANQUIS, 1989-1990.
  • 14 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 21 a.
  • 15 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 219-220 ; AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 66-67.

22Arrivés en Djéziré, Tutuš et ses compagnons investirent la ville d'al-Raḥba13 en 486/1093, que Malik Šāh avait donnée en apanage à Muḥammad, fils de Muslim b. Qurayš. Ils s'en emparèrent et y installèrent une garnison pour la protéger. Arrivés à Naṣībīn, selon al-Ḏahabī14, Tutuš fut insulté par les habitants ; il s'empara de la cité par la force et massacra une partie de la population, puis il y laissa comme délégué Muḥammad b. Šaraf al-Dawla al-‘Uqaylī et poursuivit son chemin vers Mossoul15.

Tutuš investit les territoires d'Ibrāhīm b. Qurayš

23Ibrāhīm b. Qurayš b. Badrān avait reçu Mossoul en apanage en 479/1086-1087 du sulṭān Malik Šāh. Or, en 482/1089, Ibrāhīm fut convoqué par le sulṭān à Bagdad et y fut emprisonné. Après la mort de Malik Šāh, Turkān Ḫātūn relâcha Ibrāhīm qui, de retour à Mossoul, trouva sa femme Ṣafiyya et ‘Alī, le fils de celle-ci et de Muslim b. Qurayš, dont elle avait été l'épouse, en conflit avec Muḥammad, également fils de Muslim, sur la possession du Mossoul. Ṣafiyya et ses partisans l'emportèrent et éloignèrent Muḥammad. Il ne restait à Ibrāhīm qu'à se faire livrer Mossoul et ses provinces et à s'y installer.

  • 16 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 201.

24Il se heurta, selon Ibn al-Qalānisī, à la garnison de ‘Alī b. Qurayš, maître de Mossoul, qui s'y trouvait. Il livra alors l'assaut contre la ville, détruisit une partie de la muraille d'enceinte et s'en empara de vive force en ṣafar 486/mars 1093. 2 000 hommes furent tués ; les femmes furent emmenées en captivité et les jeunes filles furent violées16.

  • 17 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 203 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 107-108.

25Après s'être rendu maître de Naṣībīn, il ne restait à Tutuš qu'à supprimer Ibrāhīm b. Qurayš et à s'emparer de Mossoul. Celui-ci s'était préparé à l'affrontement et avait recruté un grand nombre d'hommes. Les deux forces se rencontrèrent le 2 rabī‘ I 486/2 avril 1093, sur le bord du Hirmās (affluent du Ḫābūr). Une âpre lutte s'engagea, entraînant la mort de bon nombre de Turcs et d'Arabes. Une seconde attaque surprise sur les camps des Arabes mit fin à la bataille. Les Arabes furent la proie du sabre ; l'émir Ibrāhīm b. Qurayš ainsi que plusieurs émirs ‘uqaylides périrent17. Tutuš se rendit maître de Mossoul, y laissa comme délégués ‘Alī b. Muslim b. Qurayš et sa mère Ṣafiyya.

  • 18 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 220-221.
  • 19 Chiffres donnés par AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 67, à al-Muḍayya‘.

26La version d'Ibn al-Aṯīr18 est différente quant au déroulement de cet événement. Selon lui, lorsque Tutuš s'empara de Naṣībīn, il demanda à Ibrāhīm de prononcer la ḫuṭba à son nom et de le laisser passer à Bagdad pour réclamer le sulṭāna, mais Ibrāhīm refusa. Ainsi, l'armée de Tutuš, à savoir 10 000 combattants, rencontra celle d'Ibrāhīm, qui en comportait 30 00019, à al-Muḍayya‘, dans la province de Mossoul. Ibrāhīm attaqua l'armée de Tutuš du côté gauche, où étaient placés l'émir Buzān et ses troupes, et la vainquit ; une contre-attaque de l'émir Āq Sunqur, placé du côté droit de l'armée, mit fin au combat en contraignant les Arabes à la déroute.

27Tutuš voulait se rendre maître de toutes les dépendances de son frère Malik Šāh avant de se proclamer sulṭān. Il poursuivit alors ses conquêtes dans la Djéziré ; il s'empara d'Āmid, de Mayāfāriqīn et des territoires qui en dépendaient, puis se fit livrer Ğazīrat Ibn ‘Umar par al-Kāfī b. Faḫr al-Dawla b. Ğahīr.

Āq Sunqur et Buzān quittent Tutuš

28Certes, Āq Sunqur et Buzān avaient pris parti pour Tutuš et l'avaient aidé à remporter ses victoires en Djéziré, mais Tutuš n'avait jamais obtenu une obéissance absolue de la part de ces émirs. En effet, au temps de Malik Šāh, ils n'aidaient Tutuš que pour obéir aux ordres du sulṭān. D'ailleurs, à Tripoli, Āq Sunqur n'avait pas hésité à déserter l'armée de Tutuš, prétextant qu'il obéissait ainsi à la volonté de Malik Šāh.

29La même chose se produisit sur la route pour le Ḫurasān. Qasīm al-Dawla Āq Sunqur, maître d'Alep et ‘Imàd al-Dawla Buzān, maître d'Édesse, se séparèrent de Tutuš et se joignirent au parti du sulṭān Barkyāruq.

  • 20 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 222.
  • 21 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 473.

30On évoque plus d'une raison pour cette séparation. Ibn Al-Aṯīr pense qu'Āq Sunqur voyait dans le conflit opposant les fils de Malik Šāh, Barkyārūq et ses frères, un élément de faiblesse, et en Tāğ al-Dawla Tutuš, au contraire, une force capable de s'emparer du sulṭāna ; il s'allia donc avec ce dernier, invitant Buzān et Yāġī Sayān à faire de même. Or, dès qu'on commença à s'approcher de l'Aḏarbayğān, Āq Sunqur apprit que Barkyārūq était investi du sulṭāna ; il changea alors de camp et se joignit, ainsi que Buzān, à l'armée de Barkyārūq20. Pour Ibn al-‘Adīm21, c'est parce qu'ils n'avaient reçu aucune des conquêtes de Tāğ al-Dawla en apanage, et qu'ils ressentaient, de la part de ce dernier, une certaine préférence pour Yāġī Sayān, qu'Àq Sunqur et Buzān se séparèrent de Tutuš. Quoiqu'il en soit, Tutuš, dépourvu d'une importante partie de son armée, retourna au Diyār Bakr et s'empara de Sarūg.

Tutuš se retire en Syrie

31Craignant la réaction de Tāğ al-Dawla Tutuš, les émirs Āq Sunqur et Buzān incitèrent le sulṭān Barkyārūq à marcher contre Tutuš avant que ce dernier ne parvînt à réorganiser son armée et à revenir à la charge. Tutuš, qui se trouvait alors à Raḥba, se replia vers Antioche à la nouvelle de l'arrivée du sulṭān. Or, ce dernier n'alla pas au delà de Raḥba ; il retourna en Iraq où il fut reconnu sulṭān par le calife ‘abbāsside. A Bagdad, la ḫuṭba fut prononcée, le 14 muḥarram 487/3 février 1094, au nom du Barkyāruq. Il reçut le surnom honorifique de Rukn al-Dawla, "le pilier de l'Empire". Le 15 muḥarram 487/4 février 1094, le calife ‘abbāsside al-Muqtadī bi-Amr Allāh décéda d'une mort subite. Son fils Abū al-‘Abbās Aḥmad al-Mustaẓhir bi-Allāh lui succéda.

32Āq Sunqur et Buzān rentrèrent dans leurs territoires, escortés par un certain nombre de Banū ‘Uqayl, échappés du combat de Mossoul avec Tutuš en 486/1093, et d'un détachement de l'armée de Barkyāruq. Āq Sunqur arriva à Alep en šawwāl 486/octobre-novembre 1093. Tutuš, qui se trouvait toujours à Antioche, ne rentra à Damas qu'en ḏū al-qa‘da/novembre-décembre 1093, après avoir tiré d'Antioche tout l'approvisionnement de son armée.

Mise à mort d'Āq Sunqur, conquête d'Alep en 487/1094

  • 22 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111 ; SEVIM, 1966, p. 102.

33Au printemps, Tutuš sortit de Damas en direction d'Alep. L'émir mirdāside Waṯṯāb b. Maḥmūd, qu'Āq Sunqur venait d'attaquer dans la citadelle d'Asfūnā et avait dépouillé de son apanage, se joignit, avec des Arabes de Banū Kilāb, à l'armée de Tutuš. De son côté, Āq Sunqur recruta une armée ; il fut rejoint par les émirs Karbūqā, nommé par Barkyārūq au gouvernement de Mossoul, Buzān, maître d'Édesse, et Yūsuf b. Abaq, délégué du sulṭān à Raḥba. Il rassembla également les ahdāt, jeunes gens d'Alep, et les Banū Kilāb, avec Šibl b. Ğāmi‘ et Mubārak b. Šibl. Mais ses relations avec les Kilābites n'étaient pas parfaites. Šibl et Mubārak, incarcérés dans la citadelle d'Alep en 485/1092 sur ordre d'Āq Sunqur, venaient d'en être libérés22.

  • 23 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 307 ; pour IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111, il dépassait 6 000 hommes.
  • 24 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111-112 ; SEVIM, 1966, p. 102.

34Le 9 ğumādā I 487/27 mai 1094, Āq Sunqur, à la tête d'un effectif qui dépassait, selon Ibn al-Qalānisī, 20 000 hommes23, sortit à la rencontre de Tutuš dont l'armée ravageait la province d'Alep. Āq Sunqur traversa le fleuve de Sab‘īn et donna l'assaut, contre l'armée de Tutuš. Faute d'organisation dans les rangs de l'armée d'Āq Sunqur, Tutuš l'emporta très rapidement. Les troupes de Karbūqā et de Buzān ne parvinrent pas à franchir le fleuve ; par ailleurs, les Arabes battirent en retraite. Āq Sunqur fut fait prisonnier puis mis à mort24.

  • 25 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 116.

35Tutuš se rendit maître d'Alep le 11 ğumādā I/29 mai 1094 ; il se rendit également maître d'Édesse et de Ḥarrān, après avoir mis à mort Buzān, seigneur de ces contrées. Quant à Karbūqā, il fut incarcéré à Alep et ne fut libéré qu'au temps de Ruḍwān b. Tutuš25

III. DÉFAÎTE ET MORT DE TUTUŠ EN 488/1095

36S'étant débarrassé de l'obstacle que représentaient les deux émirs Āq Sunqur et Buzān, Tutuš réunit leurs armées respectives avec la sienne et repartit pour la reconquête de la Djéziré.

  • 26 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 234.

37Les conventions qu'il avait établies avec Turkān Ḫātūn, veuve du sulṭān défunt, lui proposant le mariage pour abattre Barkyārūq à eux deux, ne purent aboutir. Turkān Ḫātūn fut emportée par une maladie. Tutuš reçut, malgré tout, une bonne partie de son armée ; sa puissance militaire en fut confortée. On disait la ḫuṭba à son nom en Syrie, en Djéziré et à Bagdad. Mais le destin joua au profit de Barkyārūq : son demi-frère, Maḥmūd, fils de Turkān Ḫātūn, auquel Barkyārūq voulait enlever le sulṭāna à Ispahan, décéda à la suite d'une varicelle. De ce fait, Barkyārūq fut accepté à Ispahan. Son armée, qui comptait 1 000 hommes et qui avait été mise en fuite, peu de temps avant, en šawwāl 487/octobre-novembre 1094, par celle de Tutuš26, atteignit alors un effectif de 30 000 hommes.

38Certes, l'armée de Tutuš restait plus nombreuse que celle de Barkyārūq ; selon Ibn Al-Aṯīr, elle comptait 50 000 combattants, mais elle comportait des éléments liés à Tutuš par la contrainte, entre autres l'armée d'Àq Sunqur et celle de Buzān. Ainsi, ces éléments firent pencher la balance à l'avantage de Barkyārūq, lors de l'affrontement des deux corps de bataille, le 17 ṣafar 488/26 février 1095, près d'al-Rayy, dont Tutuš s'était rendu maître en muḥarram 488/janvier-février 1095.

  • 27 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 211-212 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 118-119 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. (...)

39Tutuš était conscient de cette faille dans son armée, c'est pourquoi il avait appelé son fils aîné Ruḍwān pour lui venir en aide avec le reste de l'armée de Syrie. Mais ces renforts n'arrivèrent pas. Tutuš tomba dans le combat, probablement tué par l'un des compagnons de Qasīm al-Dawla Āq Sunqur ou de Buzān. Ruḍwān, arrivé alors en Djéziré, rebroussa chemin et rentra en Syrie27.

***

40Les ambitions de Tutuš s'étaient révélées de plus en plus larges depuis que son frère, le sulṭān Malik Šāh, lui avait donné la Syrie en apanage. Une grande force de détermination marqua son entrée à Damas. Il éloigna les Fāṭimides qui assiégeaient la ville et mit Atsiz à mort pour devenir l'unique et incontesté maître de Damas. Il n'avait pas pour visée première l'Égypte fāṭimide. Il aspirait avant tout à accéder au sulṭāna suprême salğūqide. Il voulait pour cela assurer sa puissance en se rendant maître des villes de la Syrie. Cela explique la peur qu'avait Malik Šāh de voir croître la force de Tutuš.

41De son vivant, Malik Šāh réussit à limiter la puissance de Tutuš, en éloignant plus d'une fois son frère de la possession d'Alep. Ainsi, Damas demeura le centre de la principauté qu'Atsiz avait créée autour d'elle. Tutuš rajouta à la principauté quelques villes en Syrie septentrionale, telle qu'Alep, mais ce n'est qu'après la mort de Malik Šāh qu'il prit la liberté de s'étendre plus loin, en Djéziré. Damas aurait pu contester la place qu'occupait Bagdad, comme capitale de l'Empire salğūqide, si Tutuš n'avait pas échoué dans son projet de se faire proclamer sulṭān.

42Néanmoins, malgré ses grandes ambitions, Tutuš ne parvint pas à faire de Damas une base assez forte pour mener une action au-delà de la Syrie. On ne sent se tisser aucun lien fondamental entre Tutuš et Damas, ville sur laquelle les circonstances lui ont permis de mettre la main et à partir de laquelle il tente de se créer un empire, mais une autre ville de la même importance et aussi bien située aurait sans doute fait également son affaire.

43Au terme d'une période d'une vingtaine d'années de troubles et de bouleversements, la situation de Damas illustre la réussite des Turcs dans leur tentative pour prendre possession de la Syrie. Mais cette époque consacre, avec l'échec de Tutuš qui avait pourtant réussi à unifier la Syrie sous son autorité et même à étendre sa domination dans la Djéziré, la faillite durable de tout projet de réunification du sulṭāna mené à partir de Damas, cité trop marginale pour une action efficace en Iraq et en Iran. Même la tentative de conquête du califat fāṭimide, à partir de Damas, dépasse les capacités politiques et militaires d'une ville qui était complètement ruinée, vingt ans plus tôt.

44Au moment où il accède au pouvoir à Damas, Duqāq et son atabeg Ṭuġtakīn ne peuvent plus avoir pour objectif que la défense et l'accroissement d'un émirat urbain face à l'ambition de ses rivaux en Syrie et aux menaces de la nouvelle puissance franque.

Notes

1 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 105.

2 IBN ‘ASĀKIR, 1911-1932, t. 3, p. 330.

3 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 198.

4 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 197 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 176.

5 SIBṬ B. AL-ĞAWZĪ, ms. 2141, fol. 203 b.

6 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 19 b.

7 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 202-203 ; AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 66.

8 AL-SUBKĪ, 1965, t. 4, p. 317 et t. 5, p. 314-316.

9 MADELUNG, E.I.2, « Ismā‘īliyya », t. 4, p. 206-215.

10 IBN AL-‘IBRÎ, 1890, p. 335-336 ; AL-ḎAHABÎ, ms. 226, fol. 20, a.

11 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 200 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 205-206.

12 AL-ḪALĪL, 1980, p. 67-68.

13 BIANQUIS, 1989-1990.

14 AL-ḎAHABĪ, ms. 226, fol. 21 a.

15 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 219-220 ; AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 66-67.

16 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 201.

17 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 203 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 107-108.

18 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 220-221.

19 Chiffres donnés par AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 67, à al-Muḍayya‘.

20 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 222.

21 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 473.

22 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111 ; SEVIM, 1966, p. 102.

23 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 307 ; pour IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111, il dépassait 6 000 hommes.

24 IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 111-112 ; SEVIM, 1966, p. 102.

25 AL-NUWAYRĪ, 1990, t. 27, p. 116.

26 IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 234.

27 IBN AL-QALĀNISĪ, 1983, p. 211-212 ; IBN AL-AṮĪR, 1965, t. 10, p. 118-119 ; IBN AL-‘ADĪM, 1954, t. 2, p. 118-120.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search