Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kitāb al-Aġḏiya (Le livre des aliments)

 | 
Ibn Halsun

Quatrième partie. Le régime des saisons de l’année

Le printemps, l’été, l’automne et l’hiver

Texte intégral

1. LA PREMIÈRE SAISON, LE PRINTEMPS

  • 1 Le calendrier indien désigne sans doute le Sindhind, mentionné dans le Calendrier de Cordoue (p. 5 (...)
  • 2 Ibn Ḫalṣūn adopte la position de savants des époques antérieures, tels qu’al-Battānī, al-Ṭūsī, qui (...)

1Il débute, selon l’opinion générale, lorsque le soleil entre dans la première minute du signe du Bélier, mais les savants sont en désaccord quant à la date où cela se produit : Ptolémée indique le 15 mars et fixe le dernier jour du printemps au 14 juin ; le calendrier indien1 et Aristote donnent les dates du 23 mars au 22 juin. La première opinion est déterminée par l’astrolabe et la seconde est fondée sur l’expérience, ce qui est préférable2.

  • 3 Sur la date de l’équinoxe, on relève quelques divergences, que l’on retrouvera pour les autres sai (...)

2Le printemps est une saison chaude et humide, correspondant au tempérament du sang et de l’air, c’est la plus équilibrée et la meilleure. Le jour et la nuit sont égaux : c’est l’équinoxe de printemps, la température est modérée3. L’herbe et les fleurs poussent, les arbres se couvrent de leur feuillage, les animaux viennent au monde, les cours d’eau s’emplissent. Le sang devient plus abondant, les humeurs circulent, la force nutritive et celle de la croissance sont plus puissantes ainsi que les autres forces animales [ou végétatives] ; c’est, dans l’ordre de la nature, la saison de la génération.

  • 4 L’indication du régime approprié à la saison est un des objectifs majeurs des calendriers : tous s (...)

3Le régime4 doit s’orienter vers ce qui produit un sang pur et équilibré et assure une nutrition saine, sans oublier les aliments légèrement rafraîchissants. Ceux qui conviennent le mieux sont les poules, les poulets, la viande de chevreau et d’agneau de deux ans, les œufs à la coque, le lait de chèvre frais légèrement sucré et après lequel on sucera un peu d’oxymel ou de sel ; le perdreau est un excellent aliment, comme le pigeon ramier. Parmi les légumes, on choisira les asperges, la laitue, l’endive, le fenouil. D’une manière générale, aucun aliment, qu’il soit chaud, froid, humide ou sec, ne fera de mal, car la saison, par son propre équilibre, réparera toute erreur ou faute. On se méfiera cependant des têtes d’animaux, qui peuvent provoquer un ictère. On boira de l’eau ni trop froide ni chaude, plutôt légèrement fraîche ; le vin, en cette saison, est très bienfaisant.

4Les vêtements seront chauds et doux, de coton ou de drap doublé de lin.

5La nuit sera consacrée au sommeil et non à la veille, et l’on restera éveillé durant le jour, sans faire de sieste, excepté à la fin du printemps, durant son dernier tiers.

6On pratiquera davantage les exercices physiques et l’activité sexuelle, car c’est la saison de l’accouplement de tous les animaux ; le coït est donc naturel et à peu près inoffensif.

7Quant au bain, il sera pris à une température modérée, comme celle de l’air, et on pourra même se passer d’aller au ḥammām.

8Il faut sentir et contempler les fleurs, la verdure, les eaux et les jardins.

  • 5 Le mot šūǧah n’a pu être identifié. Probablement mis pour šūraǧ, forme arabe du persan šūra (= nit (...)

9Formule d’un savon pour le bain : graines de melon, de courge, de guimauve, écume de mer, une partie de chacun ; racine d’acore, coquillages, fiente de chèvre, le tout calciné, et rhubarbe, deux parties de chacun ; sel ammoniac, borax, šūǧah5, passerage, une demi-partie de chacun. Piler, tamiser et ajouter une quantité égale de farine de pois chiches et un tiers de miel. Garder la préparation et l’utiliser selon les besoins.

10Formule d’une poudre à priser : c’est un sternutatoire qui dégage les orifices du cerveau : saponaire, trois dirhams ; hellébore blanc, nigelle, castoréum, costus, un demi-dirham de chacun. Réduire en poudre, envelopper dans un morceau de tissu, faire macérer dans du lait de femme pendant une nuit et employer dès le lendemain.

  • 6 Ces considérations astrologiques sont inhabituelles dans notre traité ; elles donnent l’impression (...)

11Si cela est possible, bois au printemps le remède suivant qui nettoie l’estomac, chasse les humeurs corrompues, la bile noire brûlante, la bile jaune irritante, et la pituite altérée ; il assainit le corps et combat le prurit et la gale, éclaircit le teint et l’embellit. Voici sa composition : turbith en tige, dix dirhams ; agaric femelle, huit dirhams ; scammonée, quatre dirhams ; anis, gomme-mastic, safran, pétales de roses, myrobolan noir, cinq dirhams de chacun ; astragale-sarcocolle, quatre dirhams. Piler, tamiser, pétrir avec du miel écumé. La dose est de six drachmes, à prendre après avoir observé la diète et avec précaution. Après vingt jours de cette médication, pratiquer une saignée, en rapport avec la vigueur du patient, dans la dernière moitié du mois lorsque la lune est peu lumineuse et se trouve dans le signe de la Balance ou celui du Scorpion ; mais prends bien garde qu’elle ne soit dans le Taureau, la Vierge, le Capricorne ou les Poissons6.

  • 7 C’est un terme d’origine persane désignant un mélange d’ingrédients cuits ou une décoction (Ibn al (...)

12Le jour de la saignée doit être serein, ni nuageux, ni venteux, ni froid. Ton esprit doit être libéré de tout souci, colère, crainte, préoccupation ; ne te livre ni à une réflexion approfondie, ni à l’étude des livres et évite toute cause d’excitation mentale. Évite la fatigue, l’acte sexuel, la veille, le jeûne et toute perturbation physique. La saignée aura lieu au cours de la journée, ni au début, ni à la fin ; tu ne devras être ni affamé ni repu ; redouble d’attention envers ton propre organisme, car s’il est en état de rétention des déchets, la fièvre guette celui qui va subir la saignée. Tu te tiendras dans un endroit agrémenté de parfums et de plantes aromatiques variés, où tu pourras te divertir et te réjouir autant qu’il te sera possible. Ce jour-là et les deux suivants, tu te nourriras de chevreau accommodé avec de la laitue. Vingt jours après la saignée, tu prendras ce baḫtaǧ7 très utile contre les inflammations, les fièvres et toutes les douleurs corporelles. Il se compose de myrobolan jaune, myrobolan de Kaboul, emblic, belleric, dix dirhams de chacun ; cassia-fistula, cuscute de Crète, centaurée, polypode, huit dirhams de chacun ; tamarin, cinq dirhams ; prunes “œil de bœuf”, jujube, une poignée de chacun ; cuire le tout dans trois livres d’eau jusqu’à réduction aux deux tiers, laisser macérer, filtrer et dissoudre une demi-once de mauve laxative, un dirham de hiéra-picra en poudre, un demi-dirham de turbith blanc, un quart de dirham de scammonée bleue, un dirham d’agaric. Boire avec prudence, en observant la diète. Après les repas, prendre cet électuaire dont voici la composition, car il fortifie l’estomac, active la digestion, améliore le teint et équilibre le tempérament : cannelle de Chine, gingembre, galanga, safran, poivre long, girofle, noix de muscade, macis, rose rouge, myrobolan citrin, une once de chacun ; menthe, anis, fenouil, une once de chacun. Réduire en poudre, tamiser et pétrir avec du miel écumé. Prendre aux repas une dose d’environ deux dirhams. A la fin du printemps, prendre fréquemment de l’oxymel simple car il conserve la santé, résout les obstructions, nettoie l’estomac et le débarrasse de ses humeurs.

2. LA DEUXIÈME SAISON, L’ÉTÉ

  • 8 On retrouve pour les dates de l’été les mêmes divergences, peu importantes il est vrai, que pour l (...)

13Il débute lorsque le soleil entre dans la première minute du signe du Cancer. D’après Ptolémée, la durée de l’été se compte du 15 juin au 22 septembre8, d’après la doctrine indienne et celle d’Aristote, du 23 juin au 22 septembre.

14C’est une saison chaude et sèche, correspondant au tempérament de la bile et du feu. La longueur du jour et la brièveté de la nuit sont à leur point culminant, mais dès le début de l’été, la durée du jour diminue tandis que celle de la nuit augmente. La chaleur s’intensifie, l’eau se raréfie, les plantes se dessèchent.

  • 9 Ibn Ḫalṣūn marque ici nettement, par l’opposition des termes ġarīziyya, essentielle, et ‘araḍiyya, (...)

15La chaleur innée s’affaiblit tandis que la chaleur externe augmente9, l’appétit diminue, l’estomac est dérangé et la digestion insuffisante du fait de l’abaissement de la chaleur innée.

  • 10 La vertu rafraîchissante de l’orge est longuement exposée par Hippocrate dans plusieurs de ses ouv (...)
  • 11 Ḥiṣrim(iyya), le verjus, est employé dans nombre de préparations culinaires (Huici-Miranda). Faḍal (...)
  • 12 Les mets au vinaigre désignent peut-être ici les kawāmiḫ décrits dans la dernière partie de l’ouvr (...)

16Il faut écarter toutes les boissons et aliments chauds : le miel, l’ail, la moutarde, les oiseaux, les pigeons, le vin vieux pur. On consommera tout ce qui est frais et humide : la viande de veau gras accommodée au vinaigre et à la courge, les poulets engraissés accompagnés de bouillie et de pain d’orge10, les préparations au verjus11, le concombre long et le rond épluchés et accompagnés d’un peu de miel, le melon parfumé et mûr sans excès, mangé avec du sucre ou du miel et suivi d’une prise d’oxymel. Il ne faut surtout pas supprimer de ton alimentation les légumes verts : laitue, bettes, etc. Le matin, tu boiras du lait frais chaud, et du petit lait aigre au milieu du jour. Tu pourras manger des préparations au vinaigre variées12. Parmi les fruits, tu prendras des pommes amères, des poires, des grenades acides. Tu humeras l’odeur de la rose et de la violette. L’eau rafraîchie avec de la glace, dans la mesure du possible, sera préférée à l’eau tiède, à éviter car elle ne désaltère pas, débilite l’estomac et dilue les sucs digestifs. Tu pourras la mélanger avec du sirop de rose frais ou des sirops de julep, de tamarin, de nénuphar ou de violette. La confiture de roses sucrée convient très bien durant cette saison. Le vin de raisins secs ne présente aucun inconvénient.

17Les vêtements seront très légers, en lin usagé, ou décati s’il est neuf ; on les mettra de côté lorsque leur souplesse aura disparu. Il faudra veiller au froid des matinées, des soirées et de la nuit, car il est alors pire que celui de l’hiver.

18Il ne faudra pas veiller durant la nuit, car elle est courte, ni réduire la durée du sommeil qui serait alors insuffisant ; au contraire, l’organisme tire profit d’une sieste durant le jour, après le repas, lorsque les aliments sont descendus par le cardia et que l’on a bu de l’eau.

19Il faudra réduire les activités physique et sexuelle et n’aller au ḥammām qu’une fois par semaine, sans y séjourner longtemps et en utilisant de l’eau tiède ; à la fin du bain, on se lavera les extrémités à l’eau froide et on se massera à l’huile de rose.

20Formule d’un savon : graines de melon, de courge, de guimauve, écume de mer, santal blanc et rouge, une partie de chacun ; farine de lupin et sel, une demi-partie. Piler, tamiser, pétrir avec du miel et utiliser. On peut simplifier en employant le jus, la chair et les graines du melon avec un peu de miel et de sel ; c’est une préparation suffisante pour la saison, s’il plaît à Dieu.

21Formule d’un sternutatoire mentionnée par Galien dans son ouvrage Naṣā’iḥ al-ruhbān; il prémunit contre la migraine, le larmoiement, l’inflammation et les douleurs lancinantes de la tête. Composition : safran, un quart de dirham ; saponaire, un dirham ; camphre, un quart de dirham ; encens liquide, ambre, trois dirhams ; opium, deux dirhams. Piler les substances sèches et dissoudre les autres dans de l’huile de jasmin, ajouter du miel écumé. Prélever la valeur d’une noix, mélanger à du lait de femme et priser.

  • 13 Les tryphéras, à base des trois espèces de myrobolans, sont décrits dans le traité de Sahlān b. Ka (...)

22Au début de l’été, on prendra un tryphéras13 qui fortifie l’estomac, donne de l’appétit, fait grossir les individus maigres, préserve la santé et arrête le blanchiment des cheveux. Voici ses ingrédients : prendre dix dirhams de chacun des trois myrobolans, de belliric et d’emblic ; bdellium, pétales de roses, gomme-mastic, gingembre, cannelle, nard indien, poivre long, turbith, cuscute, safran, fleurs de violettes, cinq dirhams de chacun ; piler, tamiser et mélanger à la valeur de deux onces d’huile d’amandes douces ; malaxer avec du miel écumé. Garder la préparation et en prendre avant et après les repas.

23On emploiera aussi cet oxymel efficace : écorce de racine de céleri et de fenouil, une livre de chacune ; graines de ces deux plantes, cinq onces ; andropogon-schœnanthe, nard, rhubarbe de Chine, une once de chacun. Écraser les drogues et les cuire en les recouvrant de vinaigre, jusqu’à réduction de moitié ; laisser macérer, filtrer, et verser dessus une quantité égale de miel écumé ; faire cuire jusqu’à consistance d’un sirop ; en prendre la valeur d’une once avec trois fois son poids d’eau froide. Durant toutes les périodes de canicule, consommer de l’orge mondé et concassé cuit avec de la gomme-mastic et de l’anis ; en boire chaque matin. Rien ne s’oppose à la prise de médicaments laxatifs durant cette saison, et on purgera l’organisme sans inconvénient avec ce baḫtaǧ : fleurs de violette, une once ; bois de réglisse, une once ; prunes confites, une once ; jujube, une once ; pulpe de casse, une once ; raisins šamsī. Cuire, filtrer et faire macérer dans ce mélange une once de tamarin, une once de sucre et une once de julep. Boire à jeun en prenant garde de ne pas en abuser.

3. LA TROISIÈME SAISON, L’AUTOMNE

24Il débute à l’entrée du soleil dans le premier degré de la Balance et dure du 15 septembre au 14 décembre selon Ptolémée, et du 23 septembre au 22 décembre selon le calendrier indien et Aristote.

25Au début de cette saison, le jour et la nuit sont égaux : c’est l’équinoxe d’automne ; puis le jour commence à diminuer et la nuit à augmenter.

  • 14 Le mot ḥayawān désigne ici plus particulièrement les insectes, auxquels Ibn Māsawayh fait allusion (...)

26L’automne est froid et sec, correspondant au tempérament de la terre et de l’atrabile. C’est l’époque de la maturité et de la cueillette des fruits. Les plantes se dessèchent, les eaux sont basses, l’atmosphère change, le temps se dégrade, la plupart des insectes14 disparaissent : c’est par nature la saison de la mort, le mal l’emporte sur la force vitale et les organismes sont exposés aux maladies.

27Il faut éviter toute boisson ou aliment froid et sec, tel que le pain de sorgho, celui qui est très levé, la viande de chèvre âgée, de bœuf gras, de lièvre et de lapin, l’aubergine, le chou et la bette, toutes les préparations au vinaigre. On consommera ce qui est chaud et humide, comme les poulets gras avec du gruau de blé, les poules, l’agneau et le chevreau, le mouton de deux ans gras, surtout femelle, tout cela accommodé avec des navets, des carottes, beaucoup d’oignons et de l’huile ; les pois chiches sont un excellent aliment de saison, mais attention aux lentilles. Les meilleurs aliments sont les œufs à la coque. La consommation abondante de raisin sucré est très bénéfique durant cette période. Si tu peux avoir du lait frais, achète-le même à prix d’or. Tu te méfieras des fruits qui, en cette saison, peuvent causer des fièvres putrides, en particulier les pêches et les prunes ; mais les figues sèches, avec des amandes douces si possible, sont recommandées à la fin de l’automne. Le vin doux est excellent. Il te faudra boire de l’eau tiède, bien que l’eau froide étanche mieux la soif.

28Tu respireras le basilic et les plantes aromatiques fortes et tu feras des fumigations avec du bois d’aloès macéré dans de l’eau de rose. Le goudron végétal respiré de temps à autre chasse les maladies.

29Les vêtements pour cette saison seront de lin neuf séché au soleil, de drap fin ; on portera des manteaux en coton, car il faut se garder du froid, meurtrier à cette époque de l’année.

  • 15 Pour la nocivité absolue du coït en automne, on peut se reporter à la note 23, 3e partie, et noter (...)

30Tu ne veilleras pas durant la nuit et tu dormiras durant la journée, pendant le premier tiers de l’automne; ensuite, tu abandonneras la sieste. L’activité physique sera modérée et tu te méfieras de l’activité intellectuelle. Quant au coït, c’est un poison redoutable et une cause de mort prématurée en cette saison ; si cela est vraiment indispensable, on peut le pratiquer modérément durant le dernier tiers de l’automne15.

31Tu te rendras au ḥammām de temps en temps, si tu peux, l’estomac n’étant ni vide, ni surchargé ; tu t’aspergeras abondamment d’eau tiède et tu pratiqueras des massages avec la paume de la main.

32Formule d’un savon : racine d’acore grillée, écume de mer, fiente de chèvre, une partie de chacun ; borax, sel, une demi-partie de chacun ; farine de fève en quantité égale à l’ensemble. Faire une pâte avec du miel et du bouillon de bette, ajouter le tiers de son poids de bon savon et utiliser.

33Formule d’un sternutatoire : hellébore blanc, quatre dirhams ; saponaire, borax et castoréum, deux dirhams de chacun ; employer avec du lait de femme.

34Ceux qui ont l’habitude de pratiquer la saignée en cette saison devront progressivement cesser de le faire.

35Si tu en as la possibilité, prends des pilules qui protègent contre les maladies provenant du phlegme, de l’atrabile et de la bile jaune irritante, les douleurs de la tête, des pieds et de la colonne vertébrale. Composition : aloès socotrin rouge, cuscute, turbith en tiges, pulpe de coloquinte blanche, scammonée bleue, absinthe, myrobolan noir, deux dirhams de chacun ; sagapenum, opoponax, bdellium bleu, gomme-mastic, safran, anis, sarco-colle. Piler les matières sèches, dissoudre les résines dans un peu d’eau de céleri, de fenouil et de poireau, malaxer le tout, en faire des pilules comme des grains de poivre, les enduire d’huile de violette et les prendre avec prudence, en observant la diète, à raison de trois ou quatre dirhams selon la vigueur du sujet.

4. LA QUATRIÈME SAISON, L’HIVER

36Il débute dès que le soleil entre dans la tête du Capricorne, et dure du 15 décembre au 14 mars, d’après Ptolémée, et du 23 décembre au 22 mars d’après Aristote et le calendrier indien.

37L’hiver est froid et humide, conformément à la nature de l’eau et du phlegme. Les pluies sont abondantes, les cours d’eau sont en crue, le froid s’intensifie, les animaux cherchent un abri. La brièveté du jour et la longueur de la nuit atteignent leur point culminant, puis le jour commence à augmenter et la nuit à diminuer.

38C’est l’époque où le phlegme est abondant, où le tube digestif fonctionne bien : la digestion s’améliore, le corps est mieux nourri du fait que la chaleur innée reste à l’intérieur de l’organisme.

39La nourriture doit être plus abondante qu’il n’est requis pour les autres saisons. Tu veilleras à ce qu’elle ne comporte point d’aliments froids comme le lait, le fromage frais, le poisson d’eau douce, la viande de bœuf. Pour les légumes, il faudra éviter la laitue et les bettes. Tu préféreras les aliments chauds, comme les oiseaux en général, et plus particulièrement les pigeonneaux, les jeunes poulets, les passereaux, la viande de jeune mouton assaisonnée d’épices fortes : poivre, gingembre, galanga, moutarde, murri ; les amandes, les figues sèches, l’ail, l’oignon, la betterave, le navet, les œufs. Le miel est excellent en cette saison, ainsi que les robb, le vin pur doux et épais, ou vieux et limpide. Tu emploieras aussi des électuaires épicés, comme celui de cumin et d’anis, des poivres confits, de l’oxymel miellé qui tempère le phlegme et aide à son évacuation. Les amandes et les figues sèches sont recommandées. Méfie-toi de l’eau froide en cette saison, car elle est mauvaise pour les nerfs et les affaiblit, et elle est une cause de rhumes. Il te faudra inhaler de l’aloès, des parfums à brûler, de la nigelle bien écrasée et aussi du cotoneaster : tout cela dégage les orifices du cerveau.

40Les vêtements seront en lin épais, mais surtout en laine. Il faudra te couvrir la tête avec des manteaux et des voiles. Veille à ne pas te chauffer auprès du feu : cela affaiblit le corps et fait monter des vapeurs à la tête, ce qui provoque la migraine. Il vaut mieux te couvrir davantage. Si tu es obligé de te chauffer, le feu doit être faible et tu y répandras des parfums à brûler ; ne garde pas le brasero trop longtemps, mais éloigne-le un peu, puis reprends-le si tu en éprouves le besoin.

41Il n’est pas mauvais de veiller au début de la nuit, pas trop longtemps, mais il faut proscrire le sommeil dans la journée, et surtout bien se couvrir pour dormir, avec des vêtements chauds et des sous-vêtements pour l’extérieur, des couvertures et des manteaux pour l’intérieur. Les étreintes amoureuses avec des personnes grasses et bien en chair calment l’excès de chaleur et combattent le froid.

42Pendant l’hiver, l’exercice physique, l’activité sexuelle et l’alimentation doivent être plus importants que durant les autres saisons. Il ne faut ni te purger, ni vomir : cela est nocif. Prends des bains tempérés et restes-y assez longtemps ; asperge-toi abondamment d’eau chaude, reste dans la pièce chaude, puis passe dans le bassin. Garde-toi de sortir du bain pendant la nuit : le froid te saisirait et tu t’enrhumerais. Bouche tes narines, et habille-toi à l’intérieur du ḥammām ; sèche-toi la tête et couvre-la.

43En arrivant chez toi, ferme les ouvertures par où le froid pourrait pénétrer, place un réchaud devant toi et ferme les portes. Coiffe-toi en employant cette lotion : girofle, noix de muscade, cannelle, nard, une partie de chacun ; cotoneaster, deux parties ; une quantité égale à l’ensemble de lichen bouilli dans l’eau, séché à l’ombre et réduit en poudre, et une égale quantité de souchet broyé. Piler le tout en une poudre fine, tamiser et conserver la préparation.

44Emploie aussi ce gargarisme : cannelle de Chine, thym, borax, une partie de chacun ; écraser, tamiser et dissoudre dans du vinaigre et du miel. Tu te gargariseras tous les trois jours.

45Utilise cet électuaire efficace : prendre du poivre long, de la cannelle de Chine, du gingembre, du galanga, de la gomme-mastic, du girofle, de l’aristoloche, du safran, des graines de baumier, du nard, de la noix muscade, de l’asaret, du pyrèthre, de l’anis, du fenouil, deux dirhams de chacun. Écraser et tamiser. Prendre une livre de bon cumin, le faire macérer dans du vinaigre de vin un jour et une nuit, sécher à l’ombre, griller légèrement, broyer, tamiser et mélanger aux ingrédients mentionnés ci-dessus ; malaxer l’ensemble avec du miel écumé. Prendre le matin et après les repas la valeur d’une petite noix.

REMARQUE

46Il ne faut pas considérer les saisons selon la démarche des astronomes fondée sur des dates précises, mais plutôt selon celle des médecins, pour qui l’été est la période où la chaleur s’intensifie et où apparaît la canicule ; l’hiver est la saison du grand froid et des fortes pluies ; le printemps celle de l’éclosion des fleurs, de la croissance des plantes, des hautes eaux dans les rivières, le temps où le froid desserre son étreinte, où la durée du jour et de la nuit, la chaleur et le froid sont équilibrés ; l’automne est la période où le froid et la sécheresse augmentent, où les fruits se récoltent et où les pluies sont de courte durée.

47C’est en fonction de cela que sera établi le régime alimentaire : pour un jour de printemps particulièrement froid, on appliquera le régime d’hiver, et pour un jour chaud, celui de l’été. C’est ainsi que tu dois raisonner, non autrement ; en effet, quelle différence existe-t-il entre le 14 juin qui, pour les astronomes, appartient au printemps, et le 15 qui, pour eux, est en été ? Bien au contraire, aucun signe distinctif n’apparaît en quatre jours ou même en cinq ; l’influence de la saison ne se manifeste pas avant dix jours au minimum.

48Si tu veux un critère sur lequel tu puisses te fonder, sache que chacune des saisons de l’année se compose de trois mois, et que c’est à celui du milieu que tu dois appliquer le régime prescrit pour la saison donnée. Pour les deux mois extrêmes, tu dois tenir compte du régime des saisons auxquelles ils touchent. Ainsi, pour le premier mois du printemps, saison intermédiaire entre l’hiver et l’été, et qui compte trois mois, tu adopteras le régime de la saison précédente, c’est-à-dire l’hiver ; pour le second mois, celui du centre, ce sera le régime spécifique du printemps ; et pour le troisième et dernier, contigu à l’été, ce sera le régime estival. D’après cela, juge toi-même ce qu’il convient de faire.

49Ici prend fin le traité des Saisons, Dieu Très-Haut en soit loué !

Notes

1 Le calendrier indien désigne sans doute le Sindhind, mentionné dans le Calendrier de Cordoue (p. 59, 101, 143, 181). Zīǧ al-Sindhind est le titre d’un ouvrage de Ḫawārizmī rédigé vers 830 selon le modèle indien déjà très connu dans le monde arabe : dès 770 circulait une traduction du sanskrit de la Mahasiddantha, c’est-à-dire le calendrier indien. Durant une très longue période, il fut la base de l’astronomie, particulièrement en Andalousie (Eléments de l’histoire des sciences, p. 161).

2 Ibn Ḫalṣūn adopte la position de savants des époques antérieures, tels qu’al-Battānī, al-Ṭūsī, qui ont critiqué le côté trop théorique de l’Almageste, l’œuvre de Ptolémée, répandue très tôt chez les Arabes. Ibn Ḫalṣūn développe son opinion dans la remarque qui termine cette quatrième partie.

3 Sur la date de l’équinoxe, on relève quelques divergences, que l’on retrouvera pour les autres saisons, entre les calendriers que j’ai pu consulter : Calendrier de Cordoue (p. 57-59), Kitāb al-azmina (p. 243), Calendario anonimo (p. 30). Les différences reflètent celles qui existent entre l’Almageste, suivi par les astronomes, et le calendrier indien ; le Calendrier de Cordoue fait état aussi de « l’observation courante » et de « l’opinion des Arabes », c’est-à-dire des Bédouins nomades d’Arabie (p. 97-99). On y trouve aussi l’indication de la fête « du début des temps » chez les Chrétiens : 22 ou 25 mars (p. 59).

4 L’indication du régime approprié à la saison est un des objectifs majeurs des calendriers : tous s’accordent à recommander la phlébotomie, les ventouses, les bains, les aliments riches, le nabld. Le Kitāb al-azmina donne pour le mois de mars des conseils relatifs à la teinture des cheveux (p. 249).

5 Le mot šūǧah n’a pu être identifié. Probablement mis pour šūraǧ, forme arabe du persan šūra (= nitre). Cf. Šarḥ asmā’ al-‘uqqār, p. 110, n° 221.

6 Ces considérations astrologiques sont inhabituelles dans notre traité ; elles donnent l’impression d’avoir été copiées telles quelles d’après un autre ouvrage.

7 C’est un terme d’origine persane désignant un mélange d’ingrédients cuits ou une décoction (Ibn al-Bayṭār, I, p. 85).

8 On retrouve pour les dates de l’été les mêmes divergences, peu importantes il est vrai, que pour le printemps. Dans son calcul des saisons, Ibn Māsawayh compte les huit derniers jours du premier mois de la saison et les vingt-deux premiers jours du troisième mois (Kitāb al-azmina, p. 252 et 256 : l’été du 22 juin au 21 septembre). Il en est de même pour les autres saisons.

9 Ibn Ḫalṣūn marque ici nettement, par l’opposition des termes ġarīziyya, essentielle, et ‘araḍiyya, accidentelle, le concept exposé par Aristote (voir note 10, 1ère partie, et note 36, 3e partie).

10 La vertu rafraîchissante de l’orge est longuement exposée par Hippocrate dans plusieurs de ses ouvrages : Maladies, II, Régime, II (Catalogue des aliments, p. 41-42), Ancienne médecine. Ibn Māsawayh a écrit Le livre sur l’eau d’orge, édité et traduit par le Père P. Sbath (B.I.E., XXI, 1938-1939). Cette vertu est variable, suivant la préparation de l’orge, mondé ou non.

11 Ḥiṣrim(iyya), le verjus, est employé dans nombre de préparations culinaires (Huici-Miranda). Faḍalāt al-ḫiwān signale l’emploi en Andalousie comme au Maroc du verjus à la grenade acide et du vinaigre au verjus (p. d).

12 Les mets au vinaigre désignent peut-être ici les kawāmiḫ décrits dans la dernière partie de l’ouvrage, mais ce n’est pas certain, car il existait de nombreux plats préparés avec du vinaigre.

13 Les tryphéras, à base des trois espèces de myrobolans, sont décrits dans le traité de Sahlān b. Kaysān où l’on trouve la recette du petit tryphéras : myrobolans pulvérisés et malaxés avec du beurre ou de l’huile d’amandes et du miel ; et celle du grand tryphéras auquel sont ajoutées des drogues aphrodisiaques : poivre, poivre long, gingembre, carotte sauvage, etc. (p. 45-46).

14 Le mot ḥayawān désigne ici plus particulièrement les insectes, auxquels Ibn Māsawayh fait allusion, pour le mois de novembre : « Les insectes et les reptiles, tels que les sauterelles, les vers, les mouches [...] » (p. 243).

15 Pour la nocivité absolue du coït en automne, on peut se reporter à la note 23, 3e partie, et noter quelques divergences d’opinion avec les autres calendriers.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter