Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kitāb al-Aġḏiya (Le livre des aliments)

 | 
Ibn Halsun

Deuxième partie. Hygiène de toutes les parties du corps

Du cuir chevelu aux pieds

Texte intégral

1. [HYGIÈNE DE LA TÊTE]

A. Le système pileux

1Il exige des soins locaux pour les cheveux et la barbe, les sourcils, les cils qui bordent l’œil.

  • 1 Ibn Ḫalṣūn prend soin d’indiquer les noms populaires des plantes d’al-Andalus, le lexique botaniqu (...)
  • 2 La plante appelée silq est la bette, beta sicla, dont l’espèce noire est la betterave ; la bette e (...)
  • 3 Il s’agit du suc exsudé par la vigne. Ibn al-Bayṭār (III, p. 56) le décrit comme semblable à la ci (...)
  • 4 Le verre “antique” dit aussi “pharaonique” provenait de sites anciens d’Orient et était employé, p (...)

2Les soins des premiers consisteront à les démêler fréquemment avec un peigne à dents nombreuses et à les laver avec des émulsions adoucissantes telles que le mucilage de plantain psyllium, de graines de lin, de fenugrec, de sésame (appelé aussi ǧulǧulān), de graines de guimauve dites aussi ward al-zawān (rose des prostituées), de racines de guimauve sauvage, appelées communément graisse des prés1. La pousse des cheveux sera activée par l’application de henné mélangé à un tiers de son poids de cendres de feuilles d’olivier ou d’armoise aurone ou d’adiante capillaire, d’écorce de noyer ou de racine d’asphodèle, appelée aussi barwāq. Le henné sera ensuite rincé avec une décoction de feuilles d’azaderach ou avec du jus de bettes2. On entretiendra leur couleur foncée en les huilant et en appliquant du henné avec des feuilles de myrte et de lentisque macérées dans du vinaigre, ou bien en faisant une décoction de feuilles de mûrier et de ronce que l’on emploiera en la saupoudrant de “larmes” de vigne3 ou de mélilot et en l’étalant avec de la poudre de verre4.

3Les sourcils seront entretenus avec du henné additionné de la moitié de son poids de cresson alénois en poudre ; on rincera ensuite avec de l’eau légèrement salée, puis avec de l’eau douce, puis on appliquera de l’huile de nigelle. La préparation qu’emploient les femmes, à base de noix de galle et de cuivre calcinés, [connue sous le nom de ḥadīda], est un excellent remède pour les sourcils ; on peut aussi, après les avoir lavés, les enduire d’huile de nigelle additionnée d’une quantité égale d’huile d’olives sauvages, ou zanbūǧ.

  • 5 Chez Dioscoride, zabad-al-bahr est un mélange d’éponges, d’algues et de polypiers rejetés par la m (...)

4Les cils seront traités avec du mélilot pulvérisé et mélangé à un peu d’antimoine et d’écume de mer5 : c’est le remède appelé collyre, šāfiyā.

  • 6 Les manuscrits divergent sur le titre de l’ouvrage de Galien ; A et J : Naṣâ’iḥ al-ruhbān, B : Naṣ (...)
  • 7 Milh al- ‘aǧīn est le sel provenant de lacs salés ou de marais qui se dessèchent en été (Dozy). Ib (...)
  • 8 Sādaǧ est le malabathrum, plante du genre cinnamomum (Sérapion, p. 459). Il s’agit de feuilles de (...)

5Le cuir chevelu, également, est entretenu par l’usage régulier du peigne et le lavage de la tête dans le bain avec de la terre à foulon délayée dans du suc de bettes avec un peu de sel et de miel : cela élimine les croûtes et pellicules, guérit la gale et les ulcérations. Les médecins assurent que si l’on se verse sur la tête, en entrant dans le bain, sept cuillerées d’eau chaude, cela protège contre la céphalée. On peut éviter la migraine et la cataracte en humant de la marjolaine matin et soir. Galien, dans son livre Nasā’iḥ al-ruhbān6, mentionne un savon d’une efficacité incomparable : il assèche les suintements qui apparaissent sur la tête, fortifie le cerveau et l’isole des vapeurs et des exhalaisons qui sont causes de rhumes, et guérit la céphalée. Voici ses ingrédients : sel gemme, sel de marais7, natron brûlé, os de seiche, borate de soude blanc, une partie de chacun ; hellébore blanc, soufre, rose, noix de galle, sumac, henné, schœnanthe (ou jonc odorant), marrube, gomme arabique, encens, girofle, bois d’agalloche, aloès, réglisse, arsenic, alun, malabathrum8, nard, noix muscade, une demi-partie de chacun ; saponaire, staphysaigre, graine de moutarde, marc de vin, une partie de chacun. Piler, tamiser, ajouter quatre parties de savon ordinaire avec du vinaigre de vin vieux, et pétrir avec cela tous les ingrédients ensemble, façonner des boulettes de cinq dirhams chacune et les faire sécher à l’ombre. Lorsqu’on en a besoin, on écrase une boulette, on la dissout dans de l’eau chaude pour se laver la tête, en prenant garde d’en faire couler dans les yeux et de ne l’utiliser que si l’on ne souffre pas de constipation.

B. La substance cérébrale

6Elle est protégée par l’absorption de cervelles de jeunes poules, qui équilibrent sa complexion, augmentent l’acuité d’esprit et la mémoire d’une façon extraordinaire. Un autre soin du cerveau consiste à humer la fumée de bois d’agalloche et de castoréum, ainsi que le musc et les substances aromatiques ; il convient également de se préserver des mauvaises odeurs car elles corrompent l’esprit et engendrent des épidémies.

7L’éminent Hippocrate préparait pour lui-même une formule merveilleuse qu’il appelait le remède pour l’année ; on ne le découvrit qu’après sa mort dans sa bibliothèque. On confectionne trois cent soixante pilules, une pour chaque jour. Ses effets sont les suivants : le premier mois, il débarrasse le cerveau de la pituite et protège contre les rhumes, il améliore la mémoire et aiguise l’intelligence ; le deuxième mois, il soigne les sens, améliore la vue et stimule l’esprit ; le troisième mois, il clarifie la voix, fortifie le tissu pulmonaire, protège contre la toux, la pleurésie, la pneumonie et les douleurs de poitrine ; le quatrième mois, il fortifie le cœur et le foie, éclaircit le teint jaune et prémunit contre les palpitations, l’abattement, les pleurésies, la phtisie, la débilité ; le cinquième mois, il élimine du corps la bile jaune et l’atrabile, guérit les démangeaisons, la gale, les éruptions cutanées et prévient l’éléphantiasis, la lèpre, le vitiligo, les dartres ; le sixième mois, il fortifie les organes vitaux, purifie le sang, augmente la force et la vitalité ; le septième mois, il fortifie les reins, élimine les humeurs épaisses qui les engorgent, évite la formation des calculs et les brûlures urinaires et augmente la puissance sexuelle ; le huitième mois, il équilibre le tempérament, fortifie l’estomac et les organes internes et externes ; le neuvième mois, il dispense de la saignée, de la prise de médicaments et de tout autre soin ; le dixième mois, il rectifie et améliore la morphologie des membres, fait repousser les cheveux, affine et éclaircit la peau ; le onzième mois, il libère l’âme de ses troubles et normalise les rêves, permettant ainsi d’accorder du crédit aux songes et aux visions ; le douzième mois, il dispose l’âme à l’étude des sciences et rend l’intelligence très aiguë, de sorte que l’homme connaît presque tout sans avoir appris.

8Voici les ingrédients : myrobolan jaune et noir, et emblic, trente-six miṯqāl-s de chacun ; nigelle, vingt-quatre miṯqāl-s ; cubèbe, fleurs de grenade, souchet, cardamome, noix de cajou, noix muscade, encens, six miṯqāl-s de chacun ; poivre blanc, poivre long, polypode, gingembre, douze miṯqāl-s de chacun. Piler, tamiser et ajouter six miṯqāl-s de sucre candi ; faire épaissir sur feu doux avec du miel écumé. Façonner trois cent soixante pilules et en prendre une chaque jour à jeun.

2. HYGIÈNE DE LA VUE

  • 9 Les notations relatives au rôle bienfaisant ou nocif des couleurs, des odeurs et des sons, sont as (...)
  • 10 La méfiance à l’égard du poisson est une attitude constante chez Ibn Ḫalṣūn (voir la ve partie, «  (...)

9Qui veut préserver sa vue doit éviter les excès alimentaires, les indigestions, le sommeil lorsque l’estomac est surchargé ; il ne doit pas abuser du sommeil ni de la veille ; il doit fuir l’exposition au soleil très chaud, à la poussière et à la fumée, ainsi que la fixation du regard sur les couleurs blanche, jaune et rouge et les fleurs éclatantes9, et la lecture des caractères très fins. Les aliments qui affaiblissent la vue sont l’oignon, l’ail, le poireau, la moutarde, le chou, les lentilles, les fèves, les aubergines, la laitue, les dattes, les viandes compactes comme celle des chèvres et des bœufs âgés. Le gibier, quel qu’il soit, obscurcit la vue. Tous les laitages envoient vers la tête et le cerveau des vapeurs nuisibles pour la vue ; il en est de même du poisson et de tous les produits de la mer qui provoquent la cataracte, cause de cécité10, et également des nourritures salées, fortement épicées, du pain sans levain et de tout aliment long à digérer. L’activité sexuelle intense fait disparaître le gonflement des yeux chez les individus puissants et corpulents, mais les maigres et les faibles doivent la fuir comme on fuit le lion. L’exposition au vent du sud cause un choc au cerveau et affaiblit la vue, de même que le manque d’exercice physique.

10Les aliments qui augmentent l’acuité visuelle sont les navets, les bouillons de poule, le fenouil, le miel, les jaunes d’œufs, les raisins secs sans pépins, les cervelles d’oiseau, la canne à sucre que l’on mâche. Le suc amer du thym possède une vertu étonnante : il préserve les yeux et augmente leur éclat. Les gargarismes avec du vinaigre de scille ou des remèdes spécifiques évacuent le phlegme du cerveau, ainsi que l’usage de sternutatoires ; nous parlerons de tout cela dans le quatrième discours qui traite des saisons de l’année.

11Il est bon pour la pupille d’ouvrir les yeux dans l’eau pure et douce durant un moment. Les couleurs bienfaisantes pour les yeux sont le vert, le bleu, l’azur, le noir. Les Sages disaient que trois choses améliorent la vue et chassent la tristesse : contempler l’eau courante, la verdure et les beaux visages. Tous les aliments bons pour les yeux le sont aussi pour le cerveau, et ce qui nuit aux uns nuit aussi à l’autre, c’est pourquoi les mêmes soins, pour la plupart, leur sont appliqués.

  • 11 Les hiéras, leurs différentes variétés, leur préparation et leurs vertus font l’objet d’un petit t (...)

12Formule de pilules pour purifier le cerveau et fortifier la vue : écorce de myrobolan de Kaboul, cinq dirhams ; écorce de myrobolan jaune et d’emblic, deux dirhams de chacun ; pulpe de coloquinte blanche, trois dirhams ; agaric blanc, deux dirhams ; tige de turbith blanc, résine de tamarix, quatre dirhams ; cuscute rouge réduite en poudre, cinq dirhams ; aloès rouge socotrin, trois dirhams ; gomme-mastic blanche, deux dirhams et demi ; hiéra picra aromatique aux dix ingrédients11, dix dirhams. Piler ce qui doit l’être, tamiser, mélanger le tout et pétrir avec du suc de fenouil ou de céleri après l’avoir bien broyé dans de l’huile d’amandes douces ; former de grosses boulettes qui seront séchées à l’ombre. On en prendra, selon le tempérament et la vigueur, un à deux dirhams, une nuit sur deux après s’être abstenu de manger durant la nuit pour être à jeun. Après en avoir absorbé six ou huit doses, on prendra un bain qui provoquera une sudation.

13Un bon remède pour augmenter l’acuité visuelle est l’usage d’instillations d’antimoine dilué avec du suc de truffes pour les sujets jeunes, ou du suc de fenouil pour les vieillards. On peut aussi faire couler des larmes tous les trois jours avec du collyre de fiels ou du collyre aux deux grenades.

14Formule du collyre de fiels : fiel de bouc noir, une demi-once ; fiel de vautour et d’aigle, deux dirhams de chacun ; fiel de coq, un dirham ; mélanger dans un récipient vitrifié, ajouter de la chélidoine, de la pulpe de coloquinte blanche et fine, du sel ammoniac, de l’euphorbe blanche, de la résine de férule sagapenum blanche, un dirham et demi de chacun. Bien broyer, tamiser et mélanger le tout ; avec du suc de fenouil, façonner des comprimés de la grosseur d’une lentille ; selon le besoin, en dissoudre un et l’instiller dans l’œil le matin.

  • 12 Les grenades ont une place importante dans la pharmacopée depuis l’antiquité grecque. Hippocrate e (...)
  • 13 Les récipients destinés à garder les hiéras et autres préparations ont toujours été l’objet d’une (...)

15Formule du collyre aux deux grenades12 : prendre du jus de grenades douces et de grenades acides bien mûres en parties égales ; du suc de fenouil et de céleri, une demi-partie de chacun ; du miel rouge extrait à froid en quantité égale à celle des jus ; mélanger le tout dans un récipient en terre vernissée qui n’a jamais contenu d’aliments13, le placer sur feu doux et le remuer délicatement jusqu’à consistance de miel fin. Le verser dans un récipient de verre et l’instiller dans l’œil en cas de nécessité. Si ce remède provoque la rougeur de l’œil, y introduire du lait d’une femme au tempérament équilibré et sain, allaitant une fille.

16Formule du collyre dit “précieux”, utile, si Dieu veut, contre la cataracte et le larmoiement, et aiguisant la vue : hématite lavée, collyre sec d’Ispahan, cadmie dorée lavée, malabathrum, cuivre brûlé, aloès socotrin, scories de cuivre, un dirham de chacun ; poivre, poivre long blanc, tutie (oxyde de zinc), sel ammoniac, un demi-dirham de chacun ; safran, deux dirhams ; musc, une obole. Écraser le tout, tamiser plusieurs fois et employer matin et soir.

3. HYGIÈNE DES OREILLES

  • 14 Je propose comme traduction littérale, pour arḥiya, moulins à bras (Kazimirski, p. 838, Belot, p. (...)

17Qui veut préserver son ouïe doit s’abstenir de verser de l’eau froide sur sa tête, de s’exposer aux vents forts, d’endurer la faim ; il doit éviter les bruits effrayants comme le tonnerre et les vociférations. Les stations trop fréquentes au soleil et à la chaleur du feu sont nocives, ainsi que l’écoute prolongée de l’eau courante pour ceux qui se trouvent près des ruisseaux ou des torrents14. Tout ce que l’on porte sur la tête, turbans, bonnets ou autres coiffures, renvoie vers l’intérieur de la tête les excrétions gazeuses et altère l’ouïe. Celui qui ne souffre pas de rhume ne souffre pas non plus des oreilles. Les corps étrangers, poussière, terre, cailloux, mouches et autres insectes, en pénétrant dans l’oreille, gênent l’audition, de même que le cérumen qui se forme à l’intérieur et qui doit être nettoyé et enlevé à l’aide d’un instrument approprié. Il faut instiller dans l’oreille des gouttes de vinaigre très acide, additionné d’un peu de borax, pour dissoudre les dépôts de superfluités solidifiées et compactes et éviter l’obstruction en dégageant les pores ; l’huile d’amandes amères a la même utilité. Pour éviter les bourdonnements d’oreilles, il faut prendre du hiéra-picra et mettre de l’huile de jasmin dans laquelle on aura fait bouillir de la rue. Il est bon pour l’ouïe d’écouter des sons doux comme les voix de femmes, les mélodies rythmées, les refrains musicaux qui lui procurent du plaisir et entretiennent sa santé.

4. HYGIÈNE DU NEZ

18Qui veut protéger son nez doit le débarrasser des croûtes et des mucosités accumulées en le nettoyant et en humant des vapeurs décongestionnantes comme celle de bois d’agalloche, de castoréum, de racines à brûler de cyclamen ou d’autres plantes, de peucédan, d’anis, de tamarix. On peut aussi faire des fumigations de camomille qui préservent des odeurs pernicieuses. L’inhalation de nigelle et de cotoneaster broyés peut dégager le nez. Il faut instiller des gouttes d’huile bouillie pour dormir – elles dissolvent les dépôts et les croûtes épaisses – de même que les remèdes sternutatoires que nous indiquerons dans la quatrième partie. En résumé, il faut respirer des parfums agréables comme le musc et l’ambre qui réjouissent l’odorat et entretiennent sa santé. Respirer du goudron a l’étonnante vertu de protéger contre les épidémies et les maladies mortelles provenant des corruptions inhérentes à la nature.

5. HYGIÈNE DE LA BOUCHE, DES LÈVRES ET DES DENTS

  • 15 Ibn al-Bayṭār définit l’arāk comme un arbuste à branches épineuses aromatiques (livre I, p. 20). D (...)

19Il faut rincer très soigneusement la bouche avec de l’eau chaude afin qu’elle ne prenne pas une odeur fétide. On peut parfumer l’haleine en faisant chaque jour de la semaine un bain de bouche avec du sirop d’oxymel auquel on aura ajouté un peu de sel moulu. Les dents seront frottées avec du sucre écrasé grossièrement et brossées avec du bois d’arāk15, de lentisque ou de ronce, ou avec des racines de noyer : tout cela les polit et les blanchit. Le dentifrice à la poudre de gomme-mastic est bon pour les gencives, et celui de chardon bleu chasse les odeurs désagréables. La personne qui garde dans la bouche un clou de girofle ou un morceau de noix muscade aura l’haleine parfumée ; le souchet aromatique a le même effet, et il assainit les gencives, les fortifie et polit les dents.

20Si l’on veut préserver sa dentition, il faut se garder des sucreries, des laitages, des aliments acides qui les altèrent et provoquent des caries.

  • 16 On relève ici une contradiction avec la phrase précédente où il est dit que les aliments acides al (...)
  • 17 Le mot yattū‘ désigne les plantes à latex irritant, telles que les euphorbes (Tuḥfat al-aḥbāb, p. (...)
  • 18 Qīr est un des noms qui désignent la poix, qui peut être d’origine végétale (cèdre ou genévrier), (...)

21Les médecins affirment que celui qui se rince la bouche avec du vinaigre16 dans lequel a bouilli de l’écorce de racine d’euphorbe, appelée le feu froid17, ne souffrira pas des molaires durant toute l’année. Le henné possède la merveilleuse propriété de prévenir les ulcères de la bouche, ce qui a été souvent expérimenté. Quant aux crevasses des lèvres, elles relèvent simplement du remède suivant : dissoudre de la graisse d’oie et de poule et de la poix blanche18 dans de l’huile de violette ; lorsque le mélange est tiède, ajouter un peu de gomme adragante et d’amidon pulvérisés ; garder dans un récipient de verre et utiliser à la demande.

  • 19 Les deux manuscrits semblent présenter des erreurs, apparemment dues aux copistes hésitants : A do (...)

22Formule d’une pâte dentifrice qui fortifie les gencives, supprime l’infection, polit les dents, parfume l’haleine, dissout les mucosités de la bouche et en assure la protection : écorce de grenade, noix de galle, sukk musqué, une once de chacun ; alun du Yémen lavé19, fleurs de grenadier, noix d’arec, santal rouge, borax, un quart d’once de chacun ; piler, tamiser, se nettoyer les dents une fois par semaine. Autre formule : alun, gomme-mastic, souchet, une partie de chacun ; arsenic rouge, borax, une demi-partie de chacun ; piler, tamiser et employer une fois par mois.

6. HYGIÈNE DE LA LANGUE

  • 20 Šahd (šuhd), le rayon de miel, c’est-à-dire le gâteau de cire formé des alvéoles contenant le miel (...)

23On la soigne en la frottant à jeun avec du gingembre en poudre mélangé à du miel, en évitant les aliments pituiteux et en gardant dans la bouche du bois et du suc de réglisse. Hippocrate disait que celui qui prend à jeun trois gorgées de miel en rayon20, surtout pendant l’hiver, délie sa langue et accroît son intelligence. Les médecins prétendaient que l’usage habituel de figues sèches supprime la pesanteur de la langue, de même que le chou.

24Formule d’un gargarisme qui nettoie la langue : prendre du jus concentré de mûres, de l’alun, du cubèbe, du sukk, du safran, de l’iris bleu, de l’encens et se rincer la bouche avec cette préparation.

7. HYGIÈNE DE LA POITRINE21

  • 21 Ici, le mot ṣadr, la poitrine, représente pour Ibn Ḫalṣūn les poumons, alors que dans le paragraph (...)
  • 22 La bourrache est toujours réputée à notre époque pour soigner les affections des bronches. Un syno (...)

25On la préservera en évitant la poussière, la fumée, l’ardeur du soleil et du feu, l’absorption d’eau glacée, le froid excessif ; il ne faut pas boire de grandes quantités d’eau et se garder des exercices violents et de l’ascension de lieux élevés. La consommation de figues et d’amandes est favorable à la poitrine, ainsi que celle des bouillons de pois chiches avec de l’huile de noix, de l’aneth et du carvi ; on boira une gorgée d’eau chaude bouillie une fois par mois. Les aliments bénéfiques sont les épinards, la laitue avec de l’huile d’amandes, ainsi que la bourrache22.

8. HYGIÈNE DU LARYNX, DE LA VOIX ET DE LA TRACHÉE-ARTÈRE

26Pour conserver sa voix, on évitera de crier très fort et on consommera des soupes de farine de pois chiches cuite dans du lait, qui nourrissent la gorge et la fortifient. L’anis a l’étonnante propriété de la dégager et de libérer le passage de la voix, et aussi d’amplifier celle-ci ; le sorbier et le fenugrec ont la même action.

27Formule de pilules qui nourrissent et soignent la trachée-artère : graines de concombre long, de melon et de courge débarrassées de leur écorce, gomme adragante, gomme arabique, deux dirhams de chacun ; suc de réglisse, quatre dirhams ; pépins de coing, un dirham. Piler, tamiser, malaxer avec du mucilage de psyllium et former des pilules de la grosseur d’une graine de lupin ; en placer une sous la langue.

  • 23 Le chou est souvent conseillé, dans ce traité. Hippocrate lui attribue des vertus laxatives et éva (...)
  • 24 Les robs (rubūbāt) sont obtenus en faisant cuire des jus de fruits astringents (coing, pomme, gros (...)

28Le chou23 a la propriété remarquable d’éclaircir la voix et d’éviter l’enrouement. Les gargarismes à la graine de moutarde avec du miel et du rob24 ont le même effet.

29Si l’on garde de la myrrhe rouge, du cubèbe et du thapsia sous la langue et que l’on avale le suc qui s’en écoule, la voix se trouve éclaircie et améliorée.

  • 25 La Tradition rapporte que pour le Prophète, la talbīna atténuait le chagrin causé par un décès. Il (...)
  • 26 Les loochs (ou lok) étaient des préparations où entraient toujours la gomme arabique et la gomme a (...)

30La trachée-artère se soigne en suçant de la canne à sucre grillée sur le feu, en mangeant des raisins secs épépinés, des figues blanches, des amandes, des jujubes, des épinards, des bouillies de blé, de la talbīna25 au son, des haricots, de la bourrache, des œufs à la coque. On boira du lait de chèvre frais, des boissons douces, des loochs adoucissants : hysope, jujube, looch26 d’orobe officinal, de graines de coton, de gomme adragante et de grenade.

9. HYGIÈNE DU CŒUR

  • 27 Les mauvaises odeurs, les miasmes, étaient considérées comme la cause des épidémies jusqu’aux temp (...)

31Pour protéger le cœur, il faut respirer l’odeur du musc et sentir des fleurs parfumées, narcisse, rose et basilic ; il faut assainir l’air que l’on respire de sorte qu’il soit exempt de toute corruption et odeur infecte, surtout en été et dans les régions marécageuses et malsaines ; en effet, la plupart des épidémies sont le fait de ces miasmes qui s’en dégagent et se répandent dans l’air. Il convient aussi de désinfecter les endroits voisins en les lavant à l’eau et en faisant des fumigations de bois d’agalloche ; les lits seront aspergés d’eau de rose27. Il faut joncher la chambre à coucher de fleurs odorantes et de feuilles de vigne. Il est bon de humer du goudron végétal car c’est un remède à nul autre pareil pour chasser les exhalaisons putrides persistantes et les épidémies. Le sirop de myrte, qui est une substance aromatique, est merveilleusement efficace pour protéger le cœur, renforcer l’esprit vital et conserver la chaleur innée. Parmi les fortifiants du cœur, plus particulièrement pour les tempéraments chauds, on utilisera le cœur acide du cédrat, la grenade aigre, le safran et le carvi comme assaisonnement, ainsi que le coriandre frais, le girofle et le nard. Un des meilleurs remèdes et des plus efficaces, pour le cœur tout particulièrement, est le buglosse, ou bourrache : elle combat les palpitations, chasse la tristesse, le chagrin et les idées noires ; celui qui l’emploie comme boisson se sent optimiste et joyeux.

32Voici la copie de la formule d’un remède toni-cardiaque : zérumbet, doronic, soie écrue calcinée, castoréum, deux dirhams de chacun ; perles, corail, ambre jaune, safran, zédoaire, girofle, racine de behen blanc, cardamome, cubèbe, malabathrum, gomme de bambou, santal, myrobolan de Kaboul et myrobolan emblic, un dirham de chacun ; musc, un quart de dirham ; ambre, un quart de dirham ; camphre, un quart de dirham. Piler, tamiser, pétrir avec du miel écumé. La dose est d’un dirham ; prendre avec de l’eau chaude.

10. HYGIÈNE DU FOIE

  • 28 Les préparations à base de racines se faisaient avec l’écorce des racines de céleri, fenouil, caro (...)

33Si le tempérament est froid, on le soignera avec du sirop de rhubarbe dans une décoction de pois chiches, avec des câpres écrasés dans l’eau et également avec du sirop de miel aromatisé au schœnanthe, du sirop de racines28, de l’électuaire soufré.

34Si le tempérament est chaud, on prendra des pilules de camphre, de gomme de bambou, de santal, du sirop de julep, du sirop aux deux grenades sucré, du verjus sucré.

35Si le tempérament est froid et humide, on ajoutera de la laque, des pilules d’absinthe et d’anis avec du suc de chicorée et de fenouil. S’il est froid et sec, on boira du lait de chèvre avec du miel, on prendra des bains d’eau douce et on appliquera sur le foie de l’huile de camomille et de l’huile d’aneth en sortant du bain chaud.

36Si le tempérament est chaud et humide, on boira du verjus, du thapsia, du rob de grenade, et on pratiquera une saignée. S’il est chaud et sec, on boira des sirops de violette, de psyllium, du mucilage de coing dans du jus de pastèque et du mucilage de psyllium sucré.

37La protection du foie équilibré se résume en général par tout ce qui fortifie sa substance et lui fournit du sang, comme les bonnes viandes de chevreau, d’agneau de deux ans et de volaille. Le foie est très avide de miel et de tous les sucres ; aussi, lorsque tu décides de prendre un remède hépatique, il faut lui adjoindre quelque chose de sucré que le foie assimilera rapidement. Les médecins ont prétendu que les raisins secs engraissent le foie et que la rose le fortifie extraordinairement, ainsi que les autres organes ; aussi, ne néglige point tout ce qui est préparé à base de rose : sirop, confiture, électuaire, etc., car c’est le meilleur remède qui soit.

  • 29 Il existe en arabe plusieurs mots pour désigner la cannelle et ses différentes variétés, et la con (...)

38Les légumes qui conviennent au foie sont : la renouée, la morelle noire, la chicorée ; comme épices et condiments, on prendra la cannelle de Chine, l’écorce de cannelle29, le nard, la cardamome, le girofle, le schœnanthe. La grenade possède une propriété remarquable : elle protège contre l’inflammation du foie venant de la consommation de vin ou d’aliments irritants. L’eupatoire est capable de guérir l’engorgement du foie, ainsi que la bette et l’asperge. Le coing, la pomme et leurs confitures sont des fortifiants.

11. HYGIÈNE DE LA RATE

39Il faut boire peu d’eau, ne pas surcharger l’estomac, diminuer la consommation des aliments qui obstruent, des viandes lourdes et de nature atrabilaire, comme celle de bouc et de bovins gras. Il faut boire du lait frais sucré, spécialement celui de chamelle. Il est bon de manger les fruits du câprier avec la partie des fleurs qui y reste attachée, confits au vinaigre et pris au début du repas ; la potion de câpres et celle de tamarix combattent de la même façon l’engorgement de la rate. D’une manière générale, les mêmes traitements conviennent à celle-ci et au foie, si ce n’est que la rate supporte mieux les remèdes énergiques.

12. HYGIÈNE DE LA VESICULE BILIAIRE

  • 30 La muzūra était un plat maigre à base de légumes et de levain. Huici-Miranda en donne une recette (...)

40Elle consiste à évacuer la bile jaune par une purgation avec du petit lait et du sirop d’oxymel composé au suc de cuscute, ou bien avec du jus de chicorée pressé, filtré et cuit à feu doux avec du julep et de la pulpe de casse. Il faut éviter les aliments qui causent de la pesanteur, surtout en été, comme l’oignon, l’ail, la graine de moutarde, le miel, les salaisons, et ce qui est piquant. On prendra des plats maigres à base de légumes30 avec du vinaigre et des aliments acides qui chassent la bile jaune et apaisent son action. Les épinards, le pourpier, la renouée calment également l’ardeur de la bile, ainsi que la mûre et la grenade acide. D’une manière générale, il suffit d’appliquer à la vésicule biliaire les prescriptions que je t’indiquerai dans le régime d’été, s’il plaît à Dieu.

13. HYGIÈNE DE L’ESTOMAC

  • 31 L’oxymel était du miel dissous dans de l’eau et du vinaigre : c’était l’oxymel simple, sāḏaǧ. On p (...)

41On soigne l’estomac en se nourrissant d’aliments légers, vite digérés, émollients, en pratiquant un exercice modéré avant les repas, en ne mangeant pas exagérément, et surtout pas nourriture sur nourriture non digérée. On pratiquera le vomissement provoqué par l’eau chaude et l’oxymel31 pendant l’été, ou sinon une fois par mois. On prendra vingt raisins secs chaque jour à jeun en ayant soin d’ôter les pépins si l’on a tendance à la rétention. Il faut restreindre la boisson d’eau et ne boire que si l’on en a vraiment besoin, car elle noie la chaleur innée de l’estomac, le remplit et coupe l’appétit.

  • 32 Les électuaires : ǧawārišāt ou ǧawārišūnāt sont décrits dans le livre de Sahlān (chap. II, p. 47). (...)

42À chaque saison, il faut donner à l’estomac ce qui lui convient le mieux : en été, les sirops de rose, de pomme, de gomme-mastic et la confiture de coing ; en hiver, les sirops d’absinthe et de nard indien, les électuaires32 de cumin et de cannelle ; l’oxymel simple convient bien au printemps, et celui de racines à l’hiver, et l’électuaire de sucre candi à l’automne. Mais nous complèterons tout cela au chapitre des saisons, avec la grâce de Dieu Très Haut.

14. HYGIÈNE DES INTESTINS ET DU VENTRE

43Il faut lénifier le tempérament afin de faciliter l’évacuation des résidus du ventre et cela à l’aide des aliments émollients : légumes verts accommodés avec un corps gras, beurre frais, graisses, viandes grasses, décoctions de figues et de menthe, asperges bouillies, chou bouilli également ; les radis pris à la fin du repas sont émollients, de même que les pâtisseries, l’eau de cuisson des lentilles, le bouillon de coq gras, surtout si l’on y a ajouté du polypode. Il faut se protéger du froid et du vent pendant le sommeil, ne pas boire d’eau avec excès et porter une ceinture autour du ventre. Tout cela protègera les intestins, s’il plaît à Dieu.

15. HYGIÈNE DES REINS

44On les gardera en bon état si l’on évite les nourritures lourdes, les laitages, les eaux troubles et boueuses : tout cela entraîne la formation de calculs. On aura soin de prendre des aliments diurétiques, comme les asperges avec de l’huile, sans vinaigre, et le bouillon de pois chiches, surtout les noirs, le melon avec sa pulpe et son jus accompagné de sucre, les concombres longs et les ronds. On ira souvent au bain, on boira du vin à jeun, on ne se retiendra pas d’uriner ni d’évacuer le sperme, lorsqu’il se forme, par le coït.

16. HYGIÈNE DE LA VESSIE

  • 33 Les raisins dits šamsī sont probablement des raisins séchés au soleil. Je n’ai pu trouver de préci (...)

45Il faut s’abstenir de l’eau froide, du vinaigre et des boissons acides et manger des raisins secs šamsī33 noirs, des glands, des châtaignes grillées. Les soins de la vessie se confondent avec ceux des reins : veiller à l’évacuation de l’urine, pratiquer le coït lorsque c’est nécessaire, et sans retard, sinon les reins, la vessie et le foie sont exposés à des maladies qu’il serait long d’expliquer. Un médecin recommandait à son fils de ne pas contenir son besoin d’uriner lorsqu’il était sur sa monture, même pendant le temps nécessaire pour descendre, et d’uriner à cheval.

17. HYGIÈNE DES TESTICULES

46Elle sera assurée spécialement par la pratique modérée du coït, c’est-à-dire ne pas en abuser au point qu’il devienne douloureux et ne pas le négliger lorsqu’il est nécessaire. Il faut boire, à la suite de l’union sexuelle, de l’hydromel préparé avec des épices. Nous complèterons cet exposé lorsque nous traiterons du régime du coït, s’il plait à Dieu.

18. HYGIÈNE DE LA SURFACE DU CORPS

47Elle consiste à entrer dans le bain à jeun, dans une eau tempérée et à enduire le corps avec de l’huile douce, ancienne, pendant l’hiver, et de l’huile de roses pendant l’été, afin de le nourrir et de l’hydrater. Les médecins ont assuré que celui qui se plonge pendant une heure dans de l’huile douce est protégé contre l’apparition de douleurs. Le corps sera lavé dans le bain avec du miel et des substances assez actives pour éliminer les exhalaisons visqueuses et les déchets qui se trouvent entre la peau et la chair ; on évitera ainsi les ulcères et les prurits. Nous complèterons l’exposé sur ce sujet lorsque nous traiterons du régime du bain.

19. HYGIÈNE DES ONGLES

48Il faut couper les ongles chaque semaine, sans aller jusqu’à la chair. On leur évitera le contact de la terre, de l’eau, du plâtre, de la chaux et de tout ce qui peut les casser. On peut les protéger en leur appliquant du henné avec de la graisse de bovin : cela les fortifie et les embellit.

20. HYGIÈNE DE LA PEAU DU VISAGE

  • 34 Ce mot n’a été trouvé dans aucun lexique, classique ou dialectal. Peut-être est-ce une erreur ?

49Il apparaît toujours sur le visage des taches de rousseur ou d’autre nature, des lentilles, des dépôts d’impuretés, des boutons blancs appelés couramment bārū34. Tout cela vient des résidus épais et secs qui sont évacués par la peau. Il faut en conséquence prendre des bains fréquents pour les nettoyer et éliminer les pellicules sèches de la peau.

50Formule d’un remède qui débarrasse le visage des taches et des croûtes, embellit le teint, affine et éclaircit la peau et lui donne de l’éclat. Composition : prendre de la farine de fèves, de pois chiches, d’orobe, de blé, en parties égales ; des graines de chou, de melon, de concombre, de navet, des amandes amères, de la farine de lupin, du cumin, de la garance des teinturiers, de la racine de guimauve et de concombre sauvage, de l’hellébore blanc, une demi-partie de chacun ; bien écraser le tout, le malaxer avec du miel et l’étendre sur le visage durant le sommeil. Laver le lendemain avec de l’eau fraîche et lisser le visage avec de l’huile de jasmin.

Notes

1 Ibn Ḫalṣūn prend soin d’indiquer les noms populaires des plantes d’al-Andalus, le lexique botanique étant très complexe du fait de l’identification souvent difficile des plantes mentionnées par Dioscoride. On trouve par exemple : šaḥmat al-arḍ : lichen comestible, ou vers de terre, ou sorte de lézard, ou salamandre (Maïmonide, articles 69 et 402).

2 La plante appelée silq est la bette, beta sicla, dont l’espèce noire est la betterave ; la bette est aussi nommée baqla yamaniyya et yarbūz (Maïmonide, 53). D’autre part, silq désigne aussi diverses espèces d’oseille et épinard et d’autres plantes vertes, comestibles ou non (Tuḥfat al-aḥbāb, articles 377 et 397). On trouve chez Hippocrate de très nombreuses indications de la bette comme remède ou aliment, souvent associée à la courge (Joly, Maladies, IV; Jouanna, Maladies, II, p. 144, 194, 161, 206, 209, etc.).

3 Il s’agit du suc exsudé par la vigne. Ibn al-Bayṭār (III, p. 56) le décrit comme semblable à la cire et sécrété sur les rameaux, utilisé contre les croûtes et maladies de la peau et prélevé de préférence sur les rameaux tendres.

4 Le verre “antique” dit aussi “pharaonique” provenait de sites anciens d’Orient et était employé, pilé, pour soigner les yeux (Maïmonide, p. 146). S’agit-il ici du même produit ? Ibn al-Bayṭār (II, p. 157) signale l’emploi par Rāzī et par Ibn Sīnā du verre pilé comme remède pour les yeux, pour le cuir chevelu et la pousse des cheveux, et pour le polissage des dents.

5 Chez Dioscoride, zabad-al-bahr est un mélange d’éponges, d’algues et de polypiers rejetés par la mer (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 153, Maïmonide, p. 141). Il a été confondu avec lisān al-baḥr, l’os de seiche, dont l’usage est semblable.

6 Les manuscrits divergent sur le titre de l’ouvrage de Galien ; A et J : Naṣâ’iḥ al-ruhbān, B : Naṣā’iḥ al-burhān. Galien a bien écrit un ouvrage intitulé al-Burhān (traduit en latin de De demostracione) signalé par Ibn Gulgul (p. 41-50) et Ibn al-Nadīm (p. 403-405). Galien lui-même mentionne ce livre : « Les démonstrations que j’ai données ailleurs dans le XIIIe livre du Traité de la démonstration [...] » (Utilité des parties du corps, XVI, x, p. 164). D’autre part, il a été attribué à Galien (abusivement d’après Ibn Zuhr) le livre Naṣā’iḥ al-ruhbān. Voir al-Ḫaṭṭābī, al-Aġḏiya wa al-adwiya..., p. 137, note 37.

7 Milh al- ‘aǧīn est le sel provenant de lacs salés ou de marais qui se dessèchent en été (Dozy). Ibn al-Bayṭār donne comme synonymes milḥ sabḥa et milḥ al-ġarb (II, p. 166).

8 Sādaǧ est le malabathrum, plante du genre cinnamomum (Sérapion, p. 459). Il s’agit de feuilles de plantes aromatiques ; il est parfois identifié avec le nard indien dont il possède les propriétés ; il est mentionné par Galien et Dioscoride (Ibn al-Bayṭār, II, p. 2). Il s’orthographie sādaǧ ou sāḏaǧ.

9 Les notations relatives au rôle bienfaisant ou nocif des couleurs, des odeurs et des sons, sont assez nombreuses dans notre traité : dans le paragraphe sur l’ouïe, celui sur l’odorat, celui sur le cœur, dans le chapitre sur le régime du jeune enfant (iiie partie, note 29). On trouve dans le Livre des temps, d’Ibn Māsawayh, la recommandation de respirer, au mois de mai, des fleurs et des parfums (Kitāb al-azmina, p. 242, 251-252). Ibn Ḫalṣūn donne le même conseil pour le printemps, dans la quatrième partie du traité. J’ajouterai une remarque de L. Bolens au sujet du rôle supposé des couleurs : « Ces indications de couleur [pour les insectes] ne correspondent à rien de scientifique et se fondent sur une symbolique générale de la couleur » (Agronomes andalous, p. 78).

10 La méfiance à l’égard du poisson est une attitude constante chez Ibn Ḫalṣūn (voir la ve partie, « Les aliments »). Chez ses prédécesseurs, les opinions divergent quelque peu : Hippocrate (Catalogue des aliments, Régime, II) analyse les qualités de nombreux poissons d’eau douce ou salée sous l’angle de la sécheresse ou de l’humidité de leur chair, de leur valeur nutritive, diurétique, laxative ; il signale l’affaiblissement de la vue causé par « les polypes, les seiches et autres du même genre ». Rāzī (Sirr ṣīnā ‘at al-ṭibb, art. 424) met en garde contre plusieurs variétés de poissons, nocifs pour le tube digestif et la vue. Ibn Māsawayh (Ḫawāṣṣ) reconnaît au poisson des vertus digestives.

11 Les hiéras, leurs différentes variétés, leur préparation et leurs vertus font l’objet d’un petit traité de Rašid al-Dīn Abū Ḥulayqa, médecin chrétien melkite mort en 1277. D s’agit de remèdes composés de nombreux éléments et efficaces contre de non moins nombreuses maladies. Les différentes drogues étaient mélangées, puis pétries avec du miel écumé et conservées dans des récipients “aux parois lisses” et verts de préférence (p. 51 et 52).
La variété dite iyāriǧ fiqrā était très connue et utilisée dans la médecine occidentale sous le nom de hiérapicra, c’est-à-dire amer. Lorsqu’il était composé de dix éléments, on l’appelait ‘usārī (Dozy).

12 Les grenades ont une place importante dans la pharmacopée depuis l’antiquité grecque. Hippocrate en distingue trois variétés : la douce, l’acide et la vineuse (Jouanna, Maladies, II, p. 178, 180, 204, etc.).

13 Les récipients destinés à garder les hiéras et autres préparations ont toujours été l’objet d’une attention et d’un soin particuliers : ils doivent d’abord être neufs, ensuite être en terre vernissée ou en verre afin que leurs parois soient lisses. Cette terre, hantam, était une argile spéciale provenant surtout de Tolède (Dozy). On trouve cette même recommandation chez Hippocrate (Maladies III, VII, p. 156 et 158. Affections internes, VII, p. 238. Maladies des femmes II, VIII, p. 352).

14 Je propose comme traduction littérale, pour arḥiya, moulins à bras (Kazimirski, p. 838, Belot, p. 241).

15 Ibn al-Bayṭār définit l’arāk comme un arbuste à branches épineuses aromatiques (livre I, p. 20). Dozy lui donne pour synonyme siwāq, et précise que son bois est utilisé comme cure-dents et que ses baies sont comestibles (p. 18 et 707).

16 On relève ici une contradiction avec la phrase précédente où il est dit que les aliments acides altèrent les dents.

17 Le mot yattū‘ désigne les plantes à latex irritant, telles que les euphorbes (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 210, et Maïmonide, p. 178), mais l’expression al-nār al-bārida s’applique plutôt à une autre plante à suc vésicant, le “jasmin sauvage” (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 206).

18 Qīr est un des noms qui désignent la poix, qui peut être d’origine végétale (cèdre ou genévrier), épaissie par cuisson et de couleur noire ; blanc serait donc ici employé par antiphrase (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 150). La poix peut être aussi d’origine minérale : ce sont les goudrons et bitumes. Le synonyme zift est employé, ainsi que qār, mais il règne une grande confusion dans la dénomination de ces substances que les Grecs, puis les Arabes, n’ont pas réussi à identifier correctement (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 150, et Maïmonide, p. 138).

19 Les deux manuscrits semblent présenter des erreurs, apparemment dues aux copistes hésitants : A donne maṣūf, et B : ma‘ṣūf, mais la graphie n’est pas claire. Le manuscrit J donne en marge : muṣawwal, lavé, ce qui me semble plus plausible.

20 Šahd (šuhd), le rayon de miel, c’est-à-dire le gâteau de cire formé des alvéoles contenant le miel, est signalé par Hippocrate (Jouanna, Maladies, II, p. 177, 198, 203) et indiqué en cas de pleurésie. On peut en voir aujourd’hui encore chez les droguistes.

21 Ici, le mot ṣadr, la poitrine, représente pour Ibn Ḫalṣūn les poumons, alors que dans le paragraphe suivant, si l’on en juge par le contenu, ri’a, poumon, serait employé pour qaṣabat al-ri’a, la trachée-artère.

22 La bourrache est toujours réputée à notre époque pour soigner les affections des bronches. Un synonyme de kuhayla est lisān al-ṯūr, qui désigne aussi le buglosse, plante voisine (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 246, et Maïmonide, p. 211). La bourrache était très utilisée comme aliment dans les pays méditerranéens.

23 Le chou est souvent conseillé, dans ce traité. Hippocrate lui attribue des vertus laxatives et évacuatrices de la bile (Régime II, VI, p. 5).

24 Les robs (rubūbāt) sont obtenus en faisant cuire des jus de fruits astringents (coing, pomme, groseille, raisin) de pavot ou de myrte, et en ajoutant du miel ou du sucre (Sahlān, p. 60 ; Tuḥfat al-aḥbāb, p. 270 ; Huici-Miranda, p. 255-256).

25 La Tradition rapporte que pour le Prophète, la talbīna atténuait le chagrin causé par un décès. Il s’agissait d’un mélange de farine ou de son avec du beurre et du miel (J. Jouin, Symbolique alimentaire, p. 315, note 2).

26 Les loochs (ou lok) étaient des préparations où entraient toujours la gomme arabique et la gomme adragante additionnées de substances végétales, souvent mucilagineuses (pépins de coing, psyllium, julep), et de sucres (sucre blanc, candi, mélasse). Les loochs ont été employés durant très longtemps pour les affections de la gorge, des bronches et des poumons (Sahlān, p. 59-60).

27 Les mauvaises odeurs, les miasmes, étaient considérées comme la cause des épidémies jusqu’aux temps modernes. Ibn Ḫalṣūn en parle dans le passage ci-dessus : « Hygiène du nez », et dans celui qui traite de l’hygiène du cerveau. Cette pratique basée sur le rôle bénéfique ou néfaste des odeurs a été analysée par Alain Corbin dans Le miasme et la jonquille: l’odorat et l’imaginaire social aux xviiie et xixe siècles, Aubier, Montaigne, Paris, 1982.

28 Les préparations à base de racines se faisaient avec l’écorce des racines de céleri, fenouil, carottes, câprier, chicorée, etc. Huici-Miranda indique deux recettes de sirops de racines (p. 235-236) et Sahlān une décoction de racines (p. 52).

29 Il existe en arabe plusieurs mots pour désigner la cannelle et ses différentes variétés, et la confusion des termes est grande. Les mots qirfa (qarfa) et salīḫa (ou naǧab) ont le sens général d’écorces, qirfat al-ġalīẓa est donné comme synonyme de dàr sïnï (Tuḥfat al-aḥbāb, p. 112, 291, 369). Mais Maïmonide fait une distinction entre dār ṣīnī, la cannelle de Chine, et qirfa ou salīḫa qui étaient des espèces inférieures (Maïmonide, p. 95). Quoi qu’il en soit, la cannelle est l’écorce de différentes espèces de cinnamomum.

30 La muzūra était un plat maigre à base de légumes et de levain. Huici-Miranda en donne une recette aux pois chiches (p. 23) et Ibn al-Ḫaṭīb préconise pour les migraines “chaudes” la muzūra aux grenades ou aux épinards, mauve, bette, pourpier ou au bouillon de pois chiches (Kitāb ‘amal man ṭabba li-man ḥabba, p. 12, 24, 27).

31 L’oxymel était du miel dissous dans de l’eau et du vinaigre : c’était l’oxymel simple, sāḏaǧ. On pouvait y ajouter diverses substances, par exemple des racines comme il est dit dans ce paragraphe ; c’était alors l’oxymel composé, murakkab (recette dans Huici-Miranda, p. 244). Il faut distinguer l’oxymel, sakanǧabīn, et l’hydromel, ou eau miellée : mā’ al-‘asal.

32 Les électuaires : ǧawārišāt ou ǧawārišūnāt sont décrits dans le livre de Sahlān (chap. II, p. 47). C’est un mot persan qui signifie digestif. Il y entrait notamment les trois variétés de poivre, noir, blanc et poivre long, très souvent du coing, du gingembre, de la cannelle et autres drogues aromatiques. Les électuaires étaient réputés bons pour le cœur et le tube digestif, et aphrodisiaques parfois.

33 Les raisins dits šamsī sont probablement des raisins séchés au soleil. Je n’ai pu trouver de précision sur cette variété. Cependant, j’ai relevé dans un recueil ancien de recettes médicinales la mention d’un raisin kišmiš sans pépins, importé de Turquie (F. Sanagustin, B.E.O., 1984, XXXVI, p. 191, note 7). S’agirait-il ici d’une corruption de ce mot ?

34 Ce mot n’a été trouvé dans aucun lexique, classique ou dialectal. Peut-être est-ce une erreur ?

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter