Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kitāb al-Aġḏiya (Le livre des aliments)

 | 
Ibn Halsun

Première partie. La nature de l’homme : anatomie et physiologie

Texte intégral

1. [LA CONCEPTION, LE FŒTUS]

  • 1 Le calcul des temps de formation, de développement et d’achèvement de l’embryon et du fœtus a été (...)

1Sache que Dieu – qu’il soit loué et exalté ! – a créé le corps humain selon Sa parole, d’une goutte de liquide, et j’entends par là les humeurs : c’est la semence de l’homme qui est déposée dans l’utérus de la femme ; cet organe se contracte pour la retenir, l’amène à maturité grâce à sa chaleur, la fait grossir uniformément ; elle ressemble alors à une boule autour de laquelle se forme une fine membrane qui la protège et la consolide. L’embryon devient alors un caillot, c’est-à-dire une goutte de sang coagulé, en une période de quatorze jours environ, puis se transforme en une petite masse de chair en vingt et un jours1.

  • 2 Le sexe de l’embryon déterminé par la qualité du sperme est une idée développée par Hippocrate : « (...)

2La nature lui donne alors la forme d’un mâle ou d’une femelle, selon le projet divin et la vigueur de la semence2.

3S’il s’agit d’un mâle, son être s’organise et ses parties prennent forme en une période de trente à quarante jours, et il commence à bouger après une période égale à celle de sa formation. La femelle s’organise durant quarante à cinquante jours et elle bouge après une autre période égale. Le fœtus qui s’est formé en trente-cinq jours a bougé au bout de soixante-dix jours, naîtra à sept mois et sera viable. Celui qui s’est formé en quarante-cinq jours a bougé au bout de quatre-vingt-dix jours, naîtra à neuf mois et sera viable avec davantage de chances de survie.

2. [ORGANISATION DE L’ÊTRE HUMAIN]

  • 3 Aristote, lorsqu’il décrit l’organisation des animaux, distingue les parties homéomères, ou tissus (...)

4L’homme est formé d’organes de parties dissemblables [ou organes-instruments] et d’organes de parties semblables [ou tissus]3.

5Les organes formés de parties semblables sont ceux dont chacune des parties est semblable à l’ensemble. Ils sont au nombre de dix-huit : les os, les nerfs, les ligaments, les tendons, les muscles, les vaisseaux, la graisse, la chair, les membranes, la peau, les poils et les ongles, le sang, le flegme, l’atrabile, la bile, la substance cérébrale, le souffle vital.

6Les organes-outils sont formés de parties différentes les unes des autres; ainsi la main composée de chair, de peau, de nerfs, d’os, dont chaque partie diffère des autres et de l’ensemble.

7Ces organes sont : le cerveau, les yeux, la langue, les oreilles, le cœur, les poumons, le diaphragme qui sépare la poitrine de l’abdomen, l’estomac, les intestins, le foie et la vésicule biliaire, la rate, les reins, la vessie, les testicules ou les ovaires, la verge pour l’homme, l’utérus pour la femme.

3. [LES ORGANES DE PARTIES SEMBLABLES]

  • 4 Le mot simsimiyya désigne probablement les petits os décrits par Galien dans le Livre des os, où i (...)

8Les os : la totalité des os du corps est de deux cent quarante-huit, sans compter les très petits os que Galien nomme simsimiyya4. Ils ont une complexion froide et sèche. Leur fonction est le soutien du corps humain, comme les piliers supportent les constructions. Ils ont aussi un rôle de protection et de mouvement comme ceux du thorax. Il existe une catégorie d’os plus souples et moins secs : ce sont les cartilages, situés à la jonction des os et des muscles pour les relier entre eux.

9Les nerfs sont également froids et secs, mais à un degré moindre que les os, avec une tendance à la chaleur et à l’humidité. Ce sont les organes de la sensation et du mouvement; pour cette raison, lorsque le nerf d’un organe est rompu, celui-ci se trouve privé de ses deux facultés.

  • 5 Pour Galien, « l’encéphale est le principe des nerfs, le cœur celui des artères et le foie celui d (...)
  • 6 Voir infra, note 28.

10L’ensemble des nerfs comporte trente-huit paires et un nerf unique5. Du cerveau sortent sept paires qui vont aux cinq organes des sens et aux organes voisins ; ces nerfs sont sensitifs et moteurs. Les trente et une autres paires et le nerf unique sortent de la moelle épinière. L’os à l’intérieur du creux de la nuque forme l’articulation entre les vertèbres cervicales et les dorsales. Tous les nerfs sortent vers l’arrière; c’est pour cela que lorsque quelqu’un est décapité par le sabre, en arrière du cou, il est privé instantanément de sensibilité et de mouvement et la mort est immédiate. Aussi la loi a-t-elle préconisé cette méthode d’exécution qui adoucit le sort du condamné. La substance du nerf est dure, résistante, blanche, compacte et non creuse, excepté pour la première paire partant du cerveau vers les yeux : elle est creuse pour permettre le passage du pneuma lumineux6.

  • 7 Chez Galien, les rôles respectifs des ligaments et des tendons sont décrits minutieusement à propo (...)

11Les ligaments ressemblent à des nerfs petits et fins qui prennent naissance à l’extrémité des os pour les relier et les rattacher fermement à d’autres os, comme dans les articulations. Leur tempérament est froid et sec, semblable à celui des nerfs ; ils sont cependant un peu moins froids et secs que ceux-ci. Leur fonction est indiquée clairement par leur nom7.

12Les tendons, comme les ligaments, sont semblables à des nerfs petits et minces ; mais ils diffèrent des ligaments en ce que ceux-ci se trouvent aux extrémités des os des articulations, tandis que les tendons prennent naissance sur les muscles. Leur complexion est semblable à celle des ligaments, mais à un degré moindre de froid et de sécheresse. Leur rôle est du même genre que celui des ligaments, c’est-à-dire qu’ils relient entre eux les éléments des articulations et qu’ils permettent les mouvements.

  • 8 Galien ne précise pas le nombre des muscles : « Leur nombre est si considérable qu’il n’est même p (...)
  • 9 La chaleur innée, ou essentielle, opposée à la chaleur accidentelle ou étrangère, ou externe, est (...)

13Les muscles constituent la masse de chair la plus importante du corps humain, leur substance étant de la chair rouge pure, des vaisseaux, des nerfs, des ligaments, des tendons, entrelacés les uns aux autres. Selon Galien, la totalité des muscles est de cinq cent vingt-neuf8. Une de leurs fonctions consiste à faire mouvoir les articulations par le jeu des tendons et des ligaments ; une autre est la protection des os et la troisième consiste à emmagasiner la chaleur innée9 afin qu’elle ne s’échappe pas du corps.

14Les vaisseaux sanguins sont de deux sortes: ceux qui n’ont aucun mouvement et ceux qui battent. Les premiers prennent naissance dans le foie et sont appelés les veines: elles acheminent le sang dont se nourrit l’organisme ; elles sont apparentes sur le corps et sur certaines d’entre elles, on peut pratiquer la saignée : ce sont les grosses veines. Le nombre total des veines est de trois cent soixante, dont quarante-deux, selon l’usage admis, se prêtent à la saignée ; nous les mentionnerons ailleurs. Dans le corps, hormis ces veines, il existe dans la chair un réseau de vaisseaux extrêmement fins : c’est d’eux que s’écoule le sang lorsqu’on pratique une scarification avec ou sans ventouses.

  • 10 De nombreux médecins grecs, puis arabes, ont écrit des traités sur le pouls. Celui de Galien faisa (...)
  • 11 Ce que dit Ibn Ḫalṣūn au sujet des artères est bien conforme aux vues de Galien qui le premier a m (...)

15Les vaisseaux pulsatiles viennent du cœur : ce sont les artères qui contiennent du sang rouge vermeil en petite quantité et beaucoup de pneuma. Ce sont elles qui fournissent au corps la chaleur innée. Leur pulsation est perceptible et informe sur la complexion du cœur et l’état du reste de l’organisme10. Elles se contractent et se dilatent et sont au nombre de trois cent soixante11.

16La graisse n’est autre que du sang ayant subi une coction très poussée. Elle représente une superfluité de l’organisme consécutive à la nutrition : c’est pour cette raison qu’elle n’existe que chez les individus suralimentés. Son tempérament est froid et humide, avec une tendance vers la chaleur. Elle sert à réchauffer les organes, grâce au pneuma animal qu’elle retient dans son tissu compact. Elle conserve l’humidité du corps, mais lorsqu’elle est en excès, elle étouffe la chaleur et l’éteint : le corps se refroidit et l’être meurt. C’est ainsi qu’Hippocrate a déclaré que la mort se hâte vers les corps gras plus que vers les faibles.

  • 12 Ibn Rušd distingue trois sortes de chairs : celle qui constitue les muscles, al-laḥm al-aḥmar ; le (...)
  • 13 al-Ḥakīm, chez les auteurs arabes, désigne le plus souvent Aristote, mais quelques-uns l’emploient (...)

17La chair a une complexion variable selon les différentes formes qu’elle présente : lorsqu’elle est rouge, elle est chaude et humide ; celle qui est mêlée de graisse a un manque de chaleur et un excès d’humidité, comme le tissu lymphoïde12. Les fonctions de la chair sont connues. Selon le Sage13, elle est l’organe du toucher, au même titre que l’œil est celui de la vue ; les médecins ne l’ont pas suivi et ont prétendu que c’est la peau qui est l’organe du toucher. L’opinion du Sage est la plus juste, mais ce n’est pas ici notre propos de le démontrer.

18Les membranes sont formées d’une substance bien innervée et fine et sont comparables à une peau intérieure sous la peau superficielle. Leur tempérament est chaud et sec, avec une légère tendance vers le froid. Leur rôle est la protection et l’isolation des organes.

19La peau est également bien innervée et très sensible. Son tempérament est analogue à celui des membranes, mais plus sec. Sa fonction est comparable à la leur. Elle possède de nombreux pores : ce sont les orifices du corps par où sont évacués les déchets gazeux; les résidus compacts et brûlés forment les poils et sont ainsi rejetés vers la surface du corps.

  • 14 L’explication de la formation des poils est classique. On la retrouve chez Galien, commenté par Ib (...)

20Les poils, comme nous venons de le dire, croissent comme une végétation issue des déchets brûlés provenant du corps. Leur tempérament est froid et sec avec une tendance à la chaleur due à leur substance calcinée14. Ils ont pour fonctions la protection, l’isolement, l’ornement et l’épuration du corps en empêchant les déchets nocifs d’y séjourner.

  • 15 Hippocrate apporte aux ongles une attention particulière : « Les ongles ne doivent ni dépasser la (...)

21Les ongles poussent et sont formés d’une substance sèche, dure et privée de sensibilité. Leur tempérament est froid, sec et compact. Ils protègent les extrémités [des doigts] à la manière des couronnes d’or ou d’argent posées sur les dents15 ; ils sont une parure et ils aident les doigts à se saisir des objets.

22La moelle. Il en existe deux catégories : la moelle cérébrale qui est un organe vital, siège de la faculté sensorielle ; son tempérament est chaud et humide, avec une tendance au froid ; la moelle osseuse, froide et humide, tendant vers le chaud ; c’est un surplus de la nutrition que la nature a placé là pour hydrater les os et conserver l’humidité du corps.

  • 16 Le pneuma est bien décrit par Ibn Ḫalṣūn comme un principe matériel et non un souffle immatériel c (...)

23Le pneuma16. Selon les médecins, c’est une vapeur subtile qui provient du ventricule gauche du cœur ; ils distinguent trois pneumas : un vital qui vient du cœur, un naturel qui vient du foie, un psychique qui vient du cerveau. Mais Aristote a une opinion différente : le pneuma vient exclusivement du cœur, et sa partie sensorielle monte dans le cerveau ; quant au foie, il n’est le siège d’aucun pneuma. C’est Aristote qui a raison, mais ce n’est pas ici le lieu d’une démonstration. La fonction du pneuma est celle d’un principe vital; c’est la première manifestation de l’âme, celle qui permet le fonctionnement du corps. Lorsque le pneuma s’éteint complètement, l’âme se débarrasse du corps et l’être meurt.

4. LES QUATRE HUMEURS

  • 17 On retrouve là le principe fondamental de la philosophie et de la médecine grecques, développé lon (...)

24Sache que le corps humain, tous ses tissus formés de parties semblables et ses organes-outils, sont constitués avant toute chose des quatre humeurs : le sang, le phlegme, les deux biles : la bile jaune et l’atrabile noire ; comme l’ensemble de tout ce qui existe est formé des quatre éléments : l’eau, le feu, la terre et l’air17.

  • 18 La saveur sucrée du sang est notée par Ibn Māsawayh (Kitāb al-azmina, p. 239). On trouve aussi plu (...)
  • 19 À propos des différentes sortes de sangs, voir infra, note 34.

25Le sang est chaud, humide, conformément au tempérament de l’air. Sa saveur est sucrée18. Il en existe deux catégories : le sang du cœur et celui du foie. Le premier est très fluide, rouge vermeil et peu abondant ; il véhicule le pneuma dans les artères ; le second est rouge foncé, épais, abondant, et nourrit le corps entier19.

  • 20 L’état “non naturel”, ġayr ṭabī‘ī, des humeurs est une notion importante, qui rejoint celle d’équi (...)

26Le phlegme est froid, humide, conforme à la nature de l’eau. Le phlegme normal est blanc, épais, sans saveur ; celui qui sort de la norme20 comporte trois catégories: le vitreux, le plus froid et le plus humide de tous, l’acide, moins froid et moins humide, le salé, chaud et sec par rapport aux autres, et qui provient de l’adjonction de bile.

  • 21 Les différentes variétés de phlegme, de bile jaune et d’atrabile ont fait l’objet de nombreux trai (...)

27La bile est chaude et sèche, comme le feu ; sa saveur est amère. Il en existe deux sortes : la bile normale et celle qui ne l’est pas. La première est d’un rouge pur et se trouve dans la vésicule biliaire ; Galien la nomme la bile rouge. La seconde se présente sous quatre formes : l’une, de couleur jaune, moins chaude que la bile normale du fait de son mélange avec l’humeur aqueuse ; une autre catégorie connue sous le nom de vitelline, à cause de sa ressemblance avec le jaune d’œuf ; pour Galien, c’est la plus irritante de toutes, et il pense que c’est la chaleur qui l’a épaissie, alors que Ḥunayn, au contraire, prétend qu’elle est plus froide et épaisse du fait de son mélange avec le phlegme. Il en existe une autre sorte connue sous le nom de porracée, car elle a la couleur des feuilles de poireau ; une autre encore est vert-de-gris. Ces deux dernières variétés sont les plus abondantes et les plus nocives et sont produites dans l’estomac. Toutes ces catégories de bile sont bien connues. Ibn Sīnā mentionne une autre sorte de bile jaune, couleur de fumée, mais Abū al-Walīd b. Rušd dit qu’il ne l’a trouvée dans aucun livre de médecine ; cependant, je l’ai vue dans un des ouvrages des Grecs, mentionnée par Qusṭa b. Lūqā, dans son Livre de la soif21. Il y dit ceci : « La bile jaune présente une variété de couleur noire, la plus irritante, la plus sèche et la plus brûlante. »

  • 22 La mauvaise réputation de l’atrabile s’est perpétuée jusqu’à nos jours, depuis Galien qui déclare (...)

28L’atrabile22 est sèche et froide, conformément à la nature de la terre ; sa saveur est acide. Il en existe deux sortes : la normale et celle qui ne l’est pas. La première se trouve dans la rate, c’est un dépôt du sang. La seconde est la partie du sang qui a été durcie par la combustion et elle est noire.

5. TRAITÉ DES FACULTÉS DE L’HOMME23

  • 23 Le terme arabe quwwa a un sens étendu : pouvoir, faculté en général ; force ayant une action parti (...)

29L’homme possède trois facultés : la faculté psychique qui a son origine dans le cerveau, la faculté animale [ou vitale] qui naît du cœur, et la faculté naturelle [ou végétative] qui vient du foie.

  • 24 La notion de mouvement comporte plusieurs aspects définis par Galien : taġayyur, changement de con (...)

30La faculté psychique qui siège dans le cerveau est composée de trois forces : sensorielle qui intéresse les cinq sens, intellectuelle qui se manifeste par l’imagination, le raisonnement et la mémoire, motrice qui commande le mouvement dans l’espace24, et qui, lorsqu’elle est associée à la pensée et à l’imagination, est appelée force impulsive.

  • 25 Il faut noter que force active et force passive n’ont pas ici le même sens que dans l’exposé de Ga (...)

31La faculté animale qui siège dans le cœur se compose de deux forces, l’une “active” et l’autre “passive”25. La première est la force pulsatile qui produit la dilatation et la contraction du cœur. La seconde est à l’origine des sentiments : colère, satisfaction, amour et haine.

32La faculté naturelle dont le siège est le foie rassemble la force de la nutrition, celle de la croissance et celle de la reproduction, forces qui sont elles-mêmes “servies”. La force nutritive s’exerce au moyen de quatre autres : attractive, rétensive, digestive et propulsive.

  • 26 Ces “autres auteurs” pourraient désigner Ibn Sīnā (Urǧīza, vers 112 à 130), Rāzī (Madḫal, chap. 14 (...)

33D’autres auteurs que Galien26 ajoutent une cinquième force qu’ils nomment sélective, une sixième appelée distributive, et une septième, assimilatrice.

34La force attractive attire les aliments ; la rétensive les retient en vue de la digestion; la digestive leur fait subir la digestion, c’est-à-dire une coction ; la propulsive fait circuler la partie épurée des aliments et la dirige vers les parties du corps appropriées.

35La force sélective sépare les humeurs après la coction ; la distributive répartit l’aliment entre les organes, et l’assimilatrice rend cet aliment semblable à l’organe.

36La force de croissance est “servie” par une autre force qui accroît l’organe nourri dans ses trois dimensions, longueur, largeur, épaisseur.

37La force reproductrice est servie par la modificatrice et la modélatrice. La première transforme le sperme dans l’utérus d’une goutte de liquide en un caillot, et celui-ci en une petite masse de chair, mais sans donner de forme. La force modélatrice façonne la chair en lui donnant forme, dimension et nombre.

38C’est le discours des médecins qui distingue ces facultés humaines, mais Aristote le conteste sur deux points : il localise la force appétitive non point dans le cerveau comme eux, mais dans le cœur, où elle appartient à la force dite passive qui commande l’amour et la haine; la force active du cœur qui produit les pulsations sert la force nutritive, qu’eux-mêmes placent dans le foie. C’est la parole du Sage qui est la plus véridique.

6. DESCRIPTION DE L’ŒIL

  • 27 La théorie galénienne de la vision est exposée dans un ouvrage aujourd’hui perdu : al-Burhān (De d (...)

39L’œil est formé de sept tuniques, de trois humeurs, de neuf muscles, et de nerfs dont certains sont fins et reliés aux muscles, et un autre, creux et qui existe dans chacun des yeux. On ne trouve dans le corps aucun autre nerf creux27.

  • 28 Actuellement, c’est la partie antérieure de la sclérotique, transparente, qui est appelée cornée. (...)

40La première tunique contiguë à l’air est la sclérotique, ou blanc de l’œil. La seconde est la cornée28 ; elle est dure et possède la blancheur et la transparence de la corne.

41La troisième est l’iris percé de la pupille ; sa couleur varie selon les personnes : chez certaines, il est noir, chez d’autres, gris, et chez d’autres encore, bleu. À l’intérieur de cette membrane se trouve l’humeur aqueuse dont la couleur rappelle le blanc d’œuf. La quatrième membrane est la choroïde, appelée “toile d’araignée” en raison de la finesse de sa texture. Derrière cette membrane se trouve l’humeur cristalline qui a la blancheur et la limpidité de la glace ; c’est le siège de la vision. Derrière, on trouve l’humeur vitrée qui a l’aspect d’une matière vitreuse coagulée. La cinquième tunique est un réseau de petits vaisseaux enchevêtrés qui la font ressembler à un filet de pêche. La sixième tunique est appelée “placenta” parce qu’elle en a la couleur et les vaisseaux. La septième est la membrane dure ; elle enveloppe l’œil d’une coque osseuse.

7. COMMENT S’EFFECTUE LA DIGESTION DES ALIMENTS À PARTIR DE LEUR ARRIVÉE DANS L’ESTOMAC

42Sache que les médecins sont unanimes à déclarer que la digestion des aliments s’effectue dans trois lieux du corps: la première se fait dans l’estomac, la seconde dans le foie, la troisième dans les organes. Certains mentionnent une quatrième digestion qui se fait dans les vaisseaux, mais cela n’a pas de sens, car les vaisseaux sont présents dans tous les organes et il s’agit d’une seule et même digestion. Tous s’accordent à dire que la digestion met en œuvre quatre forces: attractive, rétensive, digestive et propulsive.

  • 29 Je pense qu’Ibn Ḫalṣūn compare implicitement le tube digestif humain à celui des ruminants et celu (...)
  • 30 Le terme dawāra évoque les enroulements, les circonvolutions de l’intestin grêle.
  • 31 Nous trouvons là une idée essentielle pour l’explication de la nutrition : les organes prennent, d (...)
  • 32 Le terme māsarīqā, mésaraïque ou mésentérique, est employé par Ibn Sīnā (Urğūza, vers 487). Rāzī e (...)

43Lorsque l’homme introduit les aliments dans sa bouche et les mastique, la force attractive entre en action et les attire vers l’œsophage ; c’est ainsi que lorsque la personne affamée mâche ses aliments, elle ne peut, la mastication terminée, les garder dans la bouche, mais les avale globalement, car l’action de la force attractive s’exerce à ce moment précis. Lorsque le repas est terminé et que tous les aliments sont parvenus dans l’estomac, la force attractive cesse et la force rétensive les y maintient pour provoquer la contraction de cet organe ; si ce processus n’avait pas lieu, les aliments descendraient directement [dans l’intestin], car l’homme a une cavité abdominale unique29. Lorsque l’estomac s’est contracté sur les aliments, la force rétensive s’arrête, la force digestive se déclenche et commence leur coction ; cette phase achevée, les aliments ont l’aspect d’une bouillie d’orge que les gens de la médecine appellent chyme stomacal : il ressemble à du lait de chaux avec du sable et du plâtre en suspension. Lorsque cette transformation est achevée, la force digestive s’arrête, et la force propulsive s’exerce et pousse tout le bol alimentaire de l’ouverture inférieure de l’estomac, le pylore, vers la partie de l’intestin qui lui fait suite, le duodénum, ainsi appelé parce que chez tout individu, il a la taille de douze de ses doigts. Le duodénum absorbe ce qui, dans ces aliments, s’accorde à sa propre nature, et le reste va dans une autre partie de l’intestin, le jéjunum, appelé communément dawāra30. Là, la partie humide des aliments qui convient au foie31 est attirée vers celui-ci au moyen de fins vaisseaux qui s’étendent entre l’intestin et lui: ce sont les veines mésentériques32 qui retiennent le meilleur; le résidu sec est rejeté vers l’intestin et la partie humide des aliments est dirigée dans les vaisseaux du foie, lieu de la deuxième digestion.

  • 33 Galien résume ainsi le processus de la circulation et de l’utilisation du sang dans les organes : (...)

44Les médecins appellent chyme cette substance nutritive molle, qui, dans les vaisseaux du foie, subit la seconde coction, effectuée par cet organe; il transforme le chyme en sang dont il absorbe la partie correspondant à sa propre structure. Puis le foie sélectionne et extrait du reste trois sortes de sangs33 : l’un chargé de sédiments, épais et noir, l’autre très fluide, jaune, riche en eau, en écume et en graisse blanche, le troisième, rouge vermeil et pur. La rate attire le sang épais à travers son orifice contigu au foie et elle se nourrit de ce qui est semblable à sa propre substance, le reste constituant l’atrabile. La vésicule biliaire attire le sang fluide, de couleur jaune et chargé d’eau par son ouverture près du foie, et elle assimile ce qui lui convient ; le résidu forme la bile jaune, mais sa partie épurée et aqueuse va vers les reins où des traces de sang la teintent en rouge. Le rein absorbe ce qui reste d’énergie dans ce sang, et le liquide aqueux, limpide et pur, est poussé vers la vessie : il y subit une coction et prend une couleur jaune; c’est l’urine.

45Les poumons attirent l’écume et la graisse du sang pour les transformer en phlegme par une coction, ainsi leur tissu s’hydrate pour combattre les effets de la sécheresse due à leur intense activité.

  • 34 Le sperme est le résultat de la coction parfaite du sang. « En effet, le lait et le sperme sont pr (...)

46La partie la plus subtile du sang vermeil, parfaitement purifiée de toutes les humeurs, est dirigée vers le cœur qui en absorbe la partie similaire à sa substance. Il envoie le reste dans les artères pour y servir de véhicule à l’esprit vital. Ce qui reste dans le foie, c’est le surplus qu’il distribue par les veines porte à tous les organes où a lieu la troisième digestion. Chaque organe retient ce qui est analogue à sa nature et lui fait subir une coction ; le produit obtenu est blanc et pur : c’est le sperme34 que l’organe transforme à sa ressemblance et dont il se nourrit. De la même manière, la nourriture de l’arbre est l’essence même de l’eau, de la terre et des autres éléments, essence qui devient bois dans le bois, feuille dans la feuille, fleur dans la fleur, fruit dans le fruit, sucrée dans le sucré, acide dans l’acide [...]. Ainsi, la quintessence des aliments, le sperme, est transformée par chaque organe en sa propre substance et devient peau dans la peau, os dans l’os, chair dans la chair, nerf dans le nerf. Si, après la nutrition des organes, il reste une partie superflue, elle est conduite par des vaisseaux très fins vers les canaux spermatiques : c’est le sperme expulsé au fur et à mesure des besoins, soit par le coït, soit par la pollution nocturne. La partie des superfluités qui reste dans les organes est rejetée vers les orifices du corps. Ce qui est liquide est évacué sous forme de sueur par la peau, de larmes par l’œil, de cérumen par l’oreille, d’excrétion d’humeurs et de mucus par les narines et les cartilages du nez, de salive par la bouche, de crachats par la gorge au moyen de la toux. La partie sèche des superfluités est expulsée par les exhalaisons gazeuses. La nature, à partir des résidus solides, crée les poils afin d’éliminer les déchets du corps, tout comme dans le règne végétal, le résidu de la nourriture des arbres est drainé vers la partie superficielle et donne naissance à l’écorce, aux fibres, à la résine, etc.

  • 35 À travers les mots déformés et non identifiables des manuscrits, je crois pouvoir lire : yabdū sā‘(...)

47Voilà donc la façon dont s’opère la digestion des aliments dans les trois lieux de la coction. Si le bol alimentaire subit une altération dans un des organes, elle se poursuit dans les autres ; la digestion ne se fait pas, alors apparaissent des troubles et des maladies, comme cela se produit par exemple si une personne prend de la nourriture et, au début de la digestion stomacale, mange à nouveau : lorsque les premiers aliments sont digérés et sortent de l’estomac, ils entraînent avec eux les seconds non digérés. Lorsqu’ils arrivent au foie, celui-ci ne peut effectuer la seconde digestion ; il se fatigue et ne peut produire de sang pur, au contraire, celui-ci reste grossier et épais, et lorsqu’il parvient dans cet état aux organes, ceux-ci ne peuvent mener à bien la troisième digestion ; l’assimilation des aliments est retardée et les organes en sont affectés. S’ils en ont la capacité, ils repoussent ces aliments mal digérés et les expulsent hors du corps ; sinon, ceux-ci s’accumulent, soit dans la cavité abdominale, soit à l’intérieur des vaisseaux, avec le sang. Alors, les maladies et les douleurs se manifestent selon l’élément dominant du tempérament. Si ce sont la chaleur et la sécheresse, elles engendrent des résidus biliaires qui stagnent dans les organes, et, augmentés des aliments et de l’air, se corrompent, s’échauffent et produisent une fièvre bilieuse putride. Si la chaleur et l’humidité dominent, elles produiront une fièvre sanguine. Le froid et le sec donneront une fièvre atrabilaire, le froid et l’humide une fièvre pituiteuse. Si l’infection atteint un organe particulier, elle y produira une inflammation dont la nature dépend du tempérament : le sanguin aura une tumeur appelée abcès pituiteux; le bilieux aura une tumeur inflammatoire (ou de l’érysipèle) ; le phlegmatique sera atteint d’une inflammation mobile35, et l’atrabilaire d’une tumeur dure et squirreuse, telle qu’un cancer.

48Si le tempérament est assez fort pour chasser ces superfluités vers la surface du corps, mais que la peau ne peut les expulser par les pores, elles s’y accumulent et l’infection cause des maux tels que démangeaisons, boutons, gale, impétigo, dartres farineuses, lèpre, verrues.

49S’il reste des parcelles de ces impuretés à l’intérieur du corps au contact de la chair, il se produira des abcès ou des ulcères, des hémorragies, des écrouelles, des cancers, des excroissances charnues et autres maux de ce genre.

8. [INDICES DES DIFFÉRENTS TEMPÉRAMENTS]

Signes du tempérament sanguin36

  • 36 La classification établie par Ibn Ḫalṣūn est basée sur les caractères morphologiques et pathologiq (...)

50Pléthore des vaisseaux sanguins, rougeur du visage, chaleur du corps, contracture, extension des mains, crampes et baîllements, excès de sommeil, hémorragies nasales et gingivales, lourdeur de la tête et des yeux, puissance du pouls, troubles cérébraux et sensoriels, démangeaisons aux endroits où se pratique la saignée et où l’on a coutume de prélever du sang, goût sucré et aphtes dans la bouche, furoncles, urine rouge et trouble. Si le sujet est jeune, le corps florissant et l’alimentation propre à générer du sang, le diagnostic est encore plus sûr.

Signes du tempérament biliaire

51Couleur jaune du teint, amertume et grande sécheresse de la bouche, accompagnées de soif intense, inappétence, vertiges, vomissements jaunes ou verdâtres, sécheresse et rugosité de la langue, teinte jaune du blanc de l’œil, urine brûlante et rare. Si c’est l’été, si le sujet est jeune, l’alimentation chaude, sèche et peu abondante, la fatigue intense et le sommeil rare, la certitude sera plus forte.

Signes du tempérament atrabilaire

52Teint terreux et sombre, corps maigre, cheveux noirs et peu épais, brûlures d’estomac, accès violents de fausse faim, urine foncée, peu abondante et irritante, tendance au froid. Si l’homme est d’âge mûr, la saison l’automne et la nourriture malsaine, produisant des humeurs, le diagnostic de ce tempérament sera plus sûr.

Signes du tempérament phlegmatique

53Teint pâle, corps épais et bien hydraté, cheveux souples, salive abondante, soif peu fréquente, urine pâle, nonchalance, apathie, sommeil excessif et faiblesse de l’appétit. Si l’on est en hiver, si le sujet est âgé, sa nourriture froide et humide et son activité restreinte, la certitude se renforce.

Signes du tempérament équilibré

54Teint clair partiellement coloré, yeux bleu foncé, corps ni trop gras ni maigre, cheveux chatains, ni crépus ni plats, d’une épaisseur moyenne, urine jaune citron, ni trop limpide ni épaisse, sommeil nocturne et non diurne, sens bien développés, esprit clair, caractère paisible, maladies rares. Ce sont là les signes les plus nets de ce tempérament.

Notes

1 Le calcul des temps de formation, de développement et d’achèvement de l’embryon et du fœtus a été exposé de façon très détaillée par Hippocrate, puis Galien. ‘Arib b. Sa‘îd, dans son ouvrage Génération du fœtus et traitement des femmes enceintes et des nouveaux-nés, reprend fidèlement les principes des Grecs et fait de nombreuses citations. Les ouvrages qu’il mentionne explicitement (p. 29, 31, 40) sont : pour Hippocrate, Le livre de la diète, Le livre des épidémies, Le livre des fœtus, Le livre des septénaires; pour Galien, les Commentaires sur le Livre des fœtus et le Livre de la diète. Pour les médecins grecs, suivis par les Arabes, le nombre sept est la base de tous les calculs : « Le temps de l’homme est de sept jours. D’abord, dès que l’embryon est dans la matrice, il a en sept jours toutes les parties que le corps doit avoir » (Hippocrate, Des chairs, p. 200-201). Se fondant sur ces déclarations, ‘Arib écrit : « A partir du moment où l’utérus a reçu la semence, avec la permission de Dieu Très-Haut, le sperme devient semblable à de l’écume après six jours, puis ressemble à du sang après quatorze jours, prend l’aspect de la chair au bout de vingt-six jours ; les caractères sexuels masculins apparaissent après trente jours et les féminins après quarante jours. » Comme on le voit, ce décompte manque de rigueur mathématique par rapport à la théorie fondée sur sept, mais il est peut-être plus proche de la réalité biologique. Pour la suite de la grossesse, revenons à Hippocrate : « Parmi les fœtus, certains bougent à soixante-dix jours, d’autres à quatre-vingts jours, quatre-vingt-dix ou cent » (Livre de la diète). Galien commente : « Le mouvement est lié à la formation des organes : si l’embryon a pris forme en trente-cinq jours, il bougera à soixante-dix jours [...]. Le mouvement se manifeste au bout d’une période double de celle de la formation, et la naissance surviendra dans un temps triple de celui qu’a nécessité le mouvement », c’est-à-dire sept mois, et c’est précisément ce que dit Ibn Ḫalṣūn. Pour la viabilité du fœtus, Hippocrate se fonde toujours sur le principe des hebdomades : « L’enfant né à sept mois naît et vit suivant la proportion numérique qui correspond en lui aux hebdomades ; mais, des enfants nés à huit mois, aucun ne vit jamais, au lieu qu’au bout de neuf mois et dix jours, l’enfant vit [...] » ; et plus loin : « L’enfant né au bout de cette période [deux cent quatre-vingts jours] sera plus fort et aura plus de chances de survie » (Des chairs, p. 608- 614 ; Du fœtus de huit mois, p. 453 et 459). Ibn Ḫalṣūn suit donc Hippocrate et Galien de très près, mais on relève dans ce texte des erreurs dues probablement aux copistes. Dans le manuscrit A : le fœtus né à huit mois est viable ; je pense qu’il faut lire : né à sept mois. Dans le manuscrit B : le fœtus de sept mois n’est pas viable ; il faut lire : est viable ; c’est la leçon du manuscrit J en accord avec le texte d’Hippocrate.

2 Le sexe de l’embryon déterminé par la qualité du sperme est une idée développée par Hippocrate : « Le sperme qui donne naissance à un mâle est plus chaud, plus fort, plus prompt à acquérir une forme, plus épais et visqueux, plus mûr, que celui dont procédera une fille » (cité par ‘Arïb, p. 30). Galien a commenté ces affirmations au sujet du développement plus rapide de l’embryon mâle.

3 Aristote, lorsqu’il décrit l’organisation des animaux, distingue les parties homéomères, ou tissus, et les parties anoméomères, ou organes (Parties des animaux, II, p. 21-22 ; Météorologiques, IV, 12, p. 72). Galien reprend et développe cette idée. Dans un article de F. Dubois (Bulletin de l’Académie de médecine, 1841-1842, 7, p. 290), on relève cette distinction : « Les parties similaires ou communes : artères, veines, nerfs, os, cartilages, etc. ; les parties instrumentales ou organiques : cerveau, cœur, poumons, foie, rate, reins, etc. Les éléments, distribués d’abord à l’état de tissus, entrent comme parties constituantes dans toute l’économie animale ; ces tissus sont partout analogues, quelles que soient les parties qu’ils concourent à former ; de là le nom de similaires. Ces tissus se forment en appareils que Galien appelle les parties instrumentales, c’est-à-dire les organes. » Elle a été reprise par Ibn Sīnā (Urğūza, p. 25-26) à propos des maladies qui affectent ces deux catégories d’organes. On la trouve chez Rāzī (Madḫal, p. 118) et Ibn Rušd (Talḫīsāt, p. 19-21, 22-27 et suiv.).

4 Le mot simsimiyya désigne probablement les petits os décrits par Galien dans le Livre des os, où il ne leur affecte pas un nom spécial : ce sont les os de la face, du carpe, des doigts, de l’avant-pied, des doigts de pied, les trois os du tarse “sans nom”, les spondyles, l’os du “croupion” (p. 8 du texte français). Dozy donne pour simsimānī : condyles des articulations. Le nombre total des os n’est pas précisé par Galien, mais al-Zahrāwī l’évalue à deux cent quarante-huit « sans compter les simsimiyya ».

5 Pour Galien, « l’encéphale est le principe des nerfs, le cœur celui des artères et le foie celui des veines » (Utilité des parties du corps, 1, I, 16, p. 158). Dans le même ouvrage (1, XII, 15, p. 40) se trouve une note du traducteur de Galien, Ch. Daremberg : « Galien compte cinquante-huit nerfs rachidiens, soit vingt-neuf paires ; par ailleurs, il en décrit trente paires, la dernière étant la terminaison même de la moelle. » On notera qu’Ibn Ḫalṣūn, comme al-Zahrāwi et Ibn Rušd, donne un nombre différent : trente et une paires, plus le nerf unique qui correspond probablement à cette terminaison de la moelle dont parle Galien. Dans Utilité des parties du corps, on relève aussi que l’articulation de la tête avec le cou se fait par la première vertèbre, ou atlas, qui ne pourrait supporter une inflexion quelconque ; « aussitôt, en effet, l’animal perd la respiration, il devient aphone, immobile et insensible, attendu que la racine même des nerfs est atteinte » (Utilité des parties du corps, 1, XII, 4, p. 8) ; et plus loin : « en cas de désordre, une mort instantanée atteint l’animal » (idem, 1, XII, 5, p. 13).

6 Voir infra, note 28.

7 Chez Galien, les rôles respectifs des ligaments et des tendons sont décrits minutieusement à propos de la main et du fonctionnement des doigts (Utilité des parties du corps, 1, I, 17, p. 142-143).

8 Galien ne précise pas le nombre des muscles : « Leur nombre est si considérable qu’il n’est même pas facile de les compter » (Mouvement des muscles, 1, I, p. 321 dans la traduction Daremberg). Ibn Rušd fait état de cinq cent vingt-neuf ; al-Zahrāwī de cinq cent dix-sept.

9 La chaleur innée, ou essentielle, opposée à la chaleur accidentelle ou étrangère, ou externe, est une notion qui intervient tout au long de notre traité. Hippocrate situe la chaleur innée dans le cœur : « Le feu inné et l’intelligence sont un seul et même principe dont le siège est le ventricule gauche alimenté par la partie la plus pure et la plus subtile du sang » (Cœur, 1, IX, p. 84-88). Galien écrit : « [...] le cœur étant comme le foyer et la source de la chaleur innée qui vivifie l’animal ; à ce titre, toutes ses parties ont une importance capitale » (Utilité des parties du corps, 1, VI-VII, p. 399).

10 De nombreux médecins grecs, puis arabes, ont écrit des traités sur le pouls. Celui de Galien faisait partie des Seize livres étudiés à Alexandrie ; il y décrit vingt-sept pouls. Garcia-Ballester a mis en évidence la doctrine du pouls et de sa fonction sémiologique dans son étude sur le galénisme arabe aux ixe et xie siècles (Al Andalus, 1972, p. 337-351) ; il cite Galien : « Le signe le plus sûr pour l’établissement du diagnostic est l’état du pouls pendant toute la durée de la maladie. » Ibn Sīnā distingue dix pouls dont il étudie les caractéristiques en rapport avec l’âge, les saisons de l’année, les pays, et la signification de ses variations (Urğūza, p. 34-38). Rāzī considère le pouls comme un signe certain de santé ou de maladie (Madḫal, p. 77 et 118).

11 Ce que dit Ibn Ḫalṣūn au sujet des artères est bien conforme aux vues de Galien qui le premier a montré qu’elles charrient non seulement le pneuma (air) venant du cœur, mais aussi du sang ; ce sang, dans les veines pulmonaires, appelées artères veineuses par Galien, est aéré, de couleur claire (Révillout, « Étude sur Galien », Gazette des hôpitaux, 1879, p. 809 et suiv.). Le nombre des vaisseaux sanguins n’est pas mentionné par Galien dans le chapitre « Des nerfs, des artères et des veines », où il dit seulement : « Vous ne trouverez aucune artère sans veine conjointe » (Utilité des parties du corps, 1, XVI, p. 197-200) ; il mentionne parfois deux veines pour une seule artère. Le nombre de trois cent soixante, cité deux fois par Ibn Ḫalṣūn, est suspect : peut-être faut-il y voir une réminiscence des trois cent soixante degrés du Zodiaque ?

12 Ibn Rušd distingue trois sortes de chairs : celle qui constitue les muscles, al-laḥm al-aḥmar ; le tissu riche en fibres, al-mufrad ; le tissu glandulaire ou lymphoïde qui englobe les parties molles du corps, al-laḥm al-ġudadī (al-Kulliyyat fi al-ṭibb).

13 al-Ḥakīm, chez les auteurs arabes, désigne le plus souvent Aristote, mais quelques-uns l’emploient pour Galien (Maria Vazquez de Benito, Kitāb al ’amal, p. xxx). On peut remarquer que dans notre texte, ce dernier est toujours nommé Ǧālīnūs; je pencherais donc pour Aristote. Galien attribue le sens du tact aux membranes enveloppant les muscles et qui sont les ramifications des nerfs (De utilitate respirationis).

14 L’explication de la formation des poils est classique. On la retrouve chez Galien, commenté par Ibn Rušd (Talḫīṣāt, p. 69), chez Ibn Sīnā (Urǧūza, p. 18) et Rāzī (Madḫal, p. 11, § 2).

15 Hippocrate apporte aux ongles une attention particulière : « Les ongles ne doivent ni dépasser la pulpe des doigts ni la laisser à nu » (De l’officine, parag. 4), ceci afin de faciliter leur rôle de protection et de préhension. Galien reprend tout à fait cette opinion (Utilité des parties du corps, I, « La main », p. 121). Platon (Timée) puis Empédocle et Galien décrivent la formation des ongles et la donnent pour la dernière étape de la formation du fœtus.
Quant à la métaphore employée ici, on peut l’interpréter de deux façons différentes : si l’on s’en tient aux termes du manuscrit, marākiz désigne une chose qui étaye, soutient, consolide, et al-asnān sont les dents, ce qui permet de penser aux couronnes dentaires. Mais dans al-Kulliyyāt fī al-ṭibb, Ibn Rušd compare les ongles aux pieux de bois des lances, al-marākiz allatō tuǧ‘alu fī al-rimāh (M. A. al-Ḫaṭṭābī, al-Ṭibb wa al-aṭibbā’..., I, p. 381). Il est possible que la métaphore d’Ibn Rušd ait été déformée ou mal comprise.

16 Le pneuma est bien décrit par Ibn Ḫalṣūn comme un principe matériel et non un souffle immatériel comme on pourrait l’imaginer. C’est la conception d’Aristote, reprise par Galien, qui est exposée ici (se reporter à la note 12 sur les artères). Le pneuma joue le rôle d’agent de la faculté qui s’exerce dans chaque organe et se manifeste ainsi sous des formes diverses : ce sont les “souffles” ou esprits vitaux, arwāḥ, qui assurent le fonctionnement du corps.
Les médecins arabes s’accordent sur la distinction tripartite : esprit animal, esprit naturel et esprit psychique qui correspondent aux trois facultés de l’homme (voir note 24), mais Ibn Sīnā pense que « l’esprit naturel naît de la vapeur du foie » (Urǧūza, p. 418), et Rāzī précise que l’esprit naturel est transporté du foie vers les organes (Madḫal, p. 82, 115, 116).

17 On retrouve là le principe fondamental de la philosophie et de la médecine grecques, développé longuement par Galien dans le Kitāb al-mizāǧ : « Tout, dans l’Univers, existe en fonction des quatre éléments » (Talḫīṣāt, p. 40). Cette théorie des humeurs en relation avec les quatre éléments a été en faveur dans la médecine occidentale jusqu’au xviiie siècle au moins (D. Jacquart : Le milieu médical en France du xiie au xve siècles).

18 La saveur sucrée du sang est notée par Ibn Māsawayh (Kitāb al-azmina, p. 239). On trouve aussi plusieurs fois cette observation chez Ibn Ḫalṣūn, ce qui m’autorise à préférer la lecture ḥalw du manuscrit B, à celle du manuscrit A : ḥārr.

19 À propos des différentes sortes de sangs, voir infra, note 34.

20 L’état “non naturel”, ġayr ṭabī‘ī, des humeurs est une notion importante, qui rejoint celle d’équilibre et de non-équilibre, ḫāriǧ (ou munḥarif) ‘an al-i‘tidāl, longuement discutée par Galien et Ibn Rušd (Talḫīsāt, p. 37). Rāzī, suivant fidèlement Galien, déclare que l’état anormal des trois constituants du corps, les organes, les humeurs et les pneumas, est la cause des maladies ; cet état non naturel concerne la qualité des constituants et leur quantité respective, c’est-à-dire leur équilibre (Madḫal, p. 119, parag. 5).

21 Les différentes variétés de phlegme, de bile jaune et d’atrabile ont fait l’objet de nombreux traités dans l’Antiquité : Ibn al-Nadīm signale pour Hippocrate le Livre des humeurs, commenté par Galien, et pour ce dernier, le Livre de l’atrabile. Dans le monde arabe, tous les grands médecins ont composé des livres de la bile, associée souvent à la soif, comme dans l’ouvrage cité par Ibn Ḫalṣūn. (On n’en trouve aucune mention dans le Fihrist, mais Leclerc le cite dans son Histoire de la médecine arabe, p. 157.)

22 La mauvaise réputation de l’atrabile s’est perpétuée jusqu’à nos jours, depuis Galien qui déclare que l’atrabile contient un pigment noir dont la surabondance détermine des états morbides (Utilité des parties du corps, IV, xv, p. 318-319). L’atrabile non naturelle serait à l’origine de nombreuses maladies du cerveau : mélancolie, épilepsie, agitation, délire (Rāzī, Madḫal, p. 87).

23 Le terme arabe quwwa a un sens étendu : pouvoir, faculté en général ; force ayant une action particulière ; vigueur, puissance. Ibn Ḫalṣūn dit bien nettement que chacune des trois facultés est la manifestation du pneuma correspondant. Galien a écrit un Traité des forces naturelles en trois parties, commenté par Ibn Rušd. Il commence par bien définir les termes se rapportant à ces forces et à leurs actions : fi‘l, l’action en œuvre, ‘amal, le résultat de l’action, istihāla, le changement d’état, namwū, la croissance, naqṣ, la diminution, kawn, la génération, fasād, la corruption. Puis il montre ces forces en œuvre dans les êtres vivants. Il définit la force active et la force passive (Talḫisāt, p. 81 et 96), et Ibn Rušd commente l’interdépendance des forces, rapportant l’opinion d’Hippocrate, reprise par Aristote : « Toutes les propriétés agissent les unes sur les autres ; toutes subissent réciproquement leurs actions [...] » (Talḫīṣāt, p. 96). C’est l’idée contenue dans le couple : maḫdūma-ḫādima, force servie par les forces auxiliaires (Talḫiṣāt, p. 102). Toutes ces questions sont exposées aussi dans Utilité des parties du corps: Galien explique l’accroissement de l’être dans ses trois dimensions.
La force animale qui naît du cœur est celle que possèdent les êtres animés par opposition aux végétaux.

24 La notion de mouvement comporte plusieurs aspects définis par Galien : taġayyur, changement de constitution ou de forme des corps ; naqla, changement de lieu dans l’espace.
La force impulsive est nommée “appétitive” par A. M. Goichon (Vocabulaire comparé d’Aristote et d’Ibn Sīnā).

25 Il faut noter que force active et force passive n’ont pas ici le même sens que dans l’exposé de Galien ; on pourrait parler plutôt de “force physique motrice” et “force psychique”.

26 Ces “autres auteurs” pourraient désigner Ibn Sīnā (Urǧīza, vers 112 à 130), Rāzī (Madḫal, chap. 14, et pour les forces “servies” et celles qui “servent”, p. 74, parag. 7), Ibn Rušd (Talḫīṣāt, p. 101-102), qui ont classé toutes les forces avec quelques variantes.

27 La théorie galénienne de la vision est exposée dans un ouvrage aujourd’hui perdu : al-Burhān (De demostracione) dont des fragments ont été édités et traduits en allemand par V. Muller en 1894-1895, et dans le Commentaire de Galien sur Aristote et Hippocrate, livre VII : « Il sort de la pupille de l’œil une lumière qui transmue en sa propre nature l’air s’interposant entre le sujet qui voit et l’objet de la vision. » Cette “lumière” qui transforme l’air, c’est l’esprit animal contenu dans les nerfs optiques creux. Pour Rāzī, suivant en cela Aristote, l’image de l’objet s’imprime dans les couches d’air et parvient instantanément à l’œil ; de là, par les nerfs optiques, elle parvient à l’esprit animal enfermé dans les ventricules du cerveau. Cette théorie nie l’existence du pneuma contenu dans les nerfs optiques (S. Pinès, « Rāzī, critique de Galien », Actes du viie congrès international d’histoire des sciences, 1953). Ibn Ḫalṣūn adopte la théorie de Galien en ce qui concerne la circulation du pneuma dans les nerfs optiques. Ces nerfs sont décrits par Galien : une paire dure motrice et une paire molle et creuse insérée dans l’œil (Utilité des parties du corps, 1, XVI, 3, p. 163-164).

28 Actuellement, c’est la partie antérieure de la sclérotique, transparente, qui est appelée cornée. La cinquième et la sixième tuniques constituent ensemble la rétine.

29 Je pense qu’Ibn Ḫalṣūn compare implicitement le tube digestif humain à celui des ruminants et celui des oiseaux qui comportent plusieurs “estomacs”.

30 Le terme dawāra évoque les enroulements, les circonvolutions de l’intestin grêle.

31 Nous trouvons là une idée essentielle pour l’explication de la nutrition : les organes prennent, dans le bol alimentaire et les produits de la digestion, ce qui est conforme à leur propre nature. C’est la force assimilatrice, mušabbiha, qui entre en action à ce stade de la digestion, dans tous les organes successivement. L’aboutissement de ce processus est le sperme, quintessence de l’aliment et du sang. La force assimilatrice s’exerce dans les végétaux, comme le souligne Ibn Ḫalṣūn un peu plus loin (p. 22). Cette comparaison avec le règne végétal a été employée par Hippocrate (Nature de l’enfant, VII, p. 515; Génération, VII, p. 483-485). Ibn Baǧǧa a recours également à la botanique pour expliquer les processus biologiques animaux (Miguel-Asin, « Avempace botanico », Al Andalus, V, 1940, p. 273, et note 1, p. 293).

32 Le terme māsarīqā, mésaraïque ou mésentérique, est employé par Ibn Sīnā (Urğūza, vers 487). Rāzī emploie le mot marābid (Madḫal, p. 61-62).

33 Galien résume ainsi le processus de la circulation et de l’utilisation du sang dans les organes : « En résumé, voilà comment sont nourris les trois viscères : le foie tire sa nourriture d’un sang rouge et épais, la rate d’un sang ténu mais noir, le poumon d’un sang parfait, élaboré, jaune rougeâtre, ténu, chargé de pneuma et pur. La substance de ces viscères répond, par son aspect, à celui de l’humeur qui les nourrit » (Utilité des parties du corps, 1, IV, 15, p. 321).

34 Le sperme est le résultat de la coction parfaite du sang. « En effet, le lait et le sperme sont produits par un sang parfaitement élaboré. Cette élaboration parfaite résulte de leur séjour prolongé dans le vaisseau qui les apporte » (Utilité des parties du corps, 1, XVI, p. 188). Mais l’expression d’Ibn Ḫalṣūn est confuse : il déclare que c’est le sperme qui subit l’assimilation et sert à la nourriture de l’organe.

35 À travers les mots déformés et non identifiables des manuscrits, je crois pouvoir lire : yabdū sā‘in, mot attesté par Ibn Sīnā (Urǧūza, vers 1199).

36 La classification établie par Ibn Ḫalṣūn est basée sur les caractères morphologiques et pathologiques inhérents aux tempéraments non équilibrés du fait de la forte prédominance d’une humeur sur les trois autres. Galien expose une autre classification basée sur la correspondance entre les quatre qualités et les quatre humeurs : chaud et humide : sang ; chaud et sec : bile ; froid et humide : phlegme ; froid et sec : atrabile. Le tempérament équilibré correspond à une répartition correcte des humeurs. Galien définit l’équilibre comme un état intermédiaire par rapport aux extrêmes. La prédominance d’une humeur ou de deux détermine les tempéraments “hors de l’équilibre” : « Nous déclarons qu’il existe nécessairement neuf tempéraments : un équilibré et huit en dehors de l’équilibre » (Talḫīṣāt, p. 48). Ibn Rušd commente en exposant l’opinion des tenants de cinq tempéraments et celle des tenants de neuf tempéraments. Dans la suite de l’ouvrage, on trouve l’exposé des signes des tempéraments : corpulence, vaisseaux sanguins, etc., en tenant compte du climat et de l’âge (Talḫīṣāt, p. 64-65 et 68-73). C’est là le point de vue d’Ibn Ḫalṣūn. Rāzī et Ibn Sīnā ont repris cette classification. Ce dernier montre que la détermination du tempérament est indispensable pour le pronostic et le traitement des maladies (Urǧūza, vers 1132, 1133, 1139, 1140, 1145).

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter