Version classiqueVersion mobile

Ǧurǧī Zaydān (1861-1914)

 | 
Anne-Laure Dupont

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue en 2001 à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Ma reconnaissance va à tous ceux qui ont contribué à sa réalisation. J’ai une grande dette envers mon professeur, Dominique Chevallier, qui n’a cessé de me soutenir par son enseignement, son amitié et sa confiance. Je lui dis toute ma gratitude. Jacques Frémeaux a bien voulu s’associer à ce travail et lui a manifesté une attention régulière. Luc Deheuvels, avec Henry Laurens, m’a conduite à Ǧurǧī Zaydān et à l’époque dont il fut le témoin, et Thomas Philipp a accepté de partager avec moi son intime connaissance du sujet. Je les en remercie très vivement, ainsi que Catherine Mayeur-Jaouen dont les conseils amicaux, l’exigence et une longue collaboration dans l’enseignement et dans la recherche m’ont été des plus précieux. Mes remerciements s’adressent également à mes amis du Liban et d’ailleurs, Hana Jaber et Khalil Kamouk, Mounzer et Ange Jaber, Souad et Salim Slim, Ahmad et Siham Lakkis. Les collègues et étudiants, avec lesquels j’ai pu discuter de mon travail, qui m’ont envoyé des articles ou signalé une référence, sont trop nombreux pour que je les cite tous. Qu’ils soient remerciés à travers Dagmar Glass et Nadia Elissa-Mondeguer avec lesquelles mes échanges ont été particulièrement fructueux.

2Cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour sans l’aide de nombreuses institutions. Le Centre d’histoire de l’islam contemporain de l’université de Paris-Sorbonne, le CNRS et le ministère des Affaires étrangères ont facilité mes séjours au Proche-Orient. L’Institut français du Proche-Orient à Damas et le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice Sophia-Antipolis ont permis que mon travail soit publié. J’en remercie tout spécialement Floréal Sanagustin et Robert Escallier. Asma Fathallah et le personnel de la Jafet Library, à l’université américaine de Beyrouth, m’ont chaleureusement accueillie et la bibliothèque de l’INALCO à Paris m’a offert régulièrement un agréable cadre de travail. Merci à tous.

3Je redis mon affectueuse reconnaissance à Bernadette Dupont, en union avec Serge Dupont, à Frédérique Valentin-Seydoux et à Olivier de Hillerin. A travers eux, je remercie ma famille et mes amis pour leur confiance et leur disponibilité.

4Gilbert Delanoue n’a jamais ménagé son temps pour moi lorsque je rédigeais ce travail. Ses relectures et ses conseils m’ont beaucoup guidée. Il était toujours disponible aux jeunes chercheurs avec lesquels il partageait volontiers sa science et son enthousiasme. Je dédie ce livre à sa mémoire.

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search