Version classiqueVersion mobile

La création romanesque contemporaine en Syrie de 1967 à nos jours

 | 
Elisabeth Vauthier

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Luc-Willy Deheuvels, « Le témoignage littéraire : roman et théâtre entre Orient et Occident », Les (...)

Depuis le siècle dernier, Je visage de la littérature arabe a été profondément modifié par l’introduction de genres nouveaux comme le théâtre ou le roman, véritables greffes importées d’Europe. À travers eux se sont exprimés des projets qui se sont voulus formateurs, novateurs, modernistes, progressistes. Ils ont exprimé tant une quête identitaire qu’un dessein de changement, par la réforme ou la révolution. Toutefois, pour que le discours dont ils étaient porteurs trouvât un écho qui les fît échapper à la marginalité où leur origine exogène semblait devoir les confiner, il importait que ces genres nouveaux tissent des liens leur permettant de gagner une image reconnue dans leur propre société1.

1Ce jugement général sur le théâtre et le roman arabes modernes s’applique parfaitement à la situation du roman syrien et, à l’aube du troisième millénaire, on mesure le chemin accompli. Né au début du siècle à une époque de construction nationale, pris dans le tourbillon d’une histoire tourmentée et qui échappait souvent à ses acteurs, ce genre littéraire s’est affirmé en quelques décennies comme un vecteur incontournable de la vie culturelle. L’augmentation sensible des romans publiés en témoigne, la qualité de la production le confirme. Pourtant menacé par la pression sociale ou politique, par la cherté de la vie, un système de distribution parfois incohérent, un public encore relativement restreint ou l’exil de certains intellectuels, il a résisté à tous les assauts. Les œuvres évoquées au cours des pages précédentes montrent la vitalité d’un genre qui a désormais acquis ses lettres de noblesse.

2La génération d’écrivains qui ont percé au cours des années soixante a grandement contribué à l’évolution d’un genre qui, bien que d’abord perçu comme étranger, a pu se développer en recherchant un équilibre entre le vécu arabe, le patrimoine transmis de génération en génération et une ouverture sur la littérature mondiale. Les auteurs choisis pour illustrer les grandes problématiques des trente dernières années ont montré, chacun à leur façon, l’importance qu’ils attachaient à la forme romanesque et à son rôle social. Ouverts aux évolutions régionales et mondiales, ils ont permis au roman d’atteindre une maturité dont la jeune génération profite actuellement.

3Ces nouveaux auteurs entretiennent une filiation manifeste avec les orientations initiées quelques décennies plus tôt. Dans les exemples évoqués dans la dernière partie de l’étude, on a pu constater qu’ils suivent les traces de leurs aînés, poussant plus loin encore l’exploration des possibilités offertes par la prose romanesque. Nuancée, parfois contrastée (même si notre parti- pris novateur dans le choix des œuvres a pu gommer certaines divergences), l’image que donne le roman à travers les ouvrages évoqués fait ressortir que le genre a désormais une histoire et une esthétique propres. En témoigne le terme désormais courant de تقليدية (traditionalisme ou modèle traditionnel) dont le critique Samar Rūḥī al-Fayṣal s’est fait l’écho à plusieurs reprises. Certes, le nom se définit par opposition à une conception du romanesque différente. Le roman, par essence, recouvre une réalité mouvante en perpétuelle évolution qui ne peut être définie que lorsqu’elle est dépassée.

  • 2 الرواية العريية المعاصرة : استراف لآفاق التطور المستقبلي (Le roman arabe contemporain : horizons d (...)

4Cette situation n’est pas propre au domaine syrien, mais s’applique à la littérature arabe en général dans laquelle on peut remarquer des évolutions de même nature. Le roman syrien ne s’est pas cantonné dans une pratique régionaliste. Il a petit à petit pris du recul avec la description du quotidien national pour se rapprocher de réalités plus largement partagées. Sans se détacher de son vécu arabe. Il se tourne de plus en plus vers l’homme dans ce qu’il a d’intrinsèque et d’universel. De la défaite et la perte dans قارب الزمن الثقيل (Vaisseau du temps lourd) à révocation de l’exercice du pouvoir dans les sociétés post-coloniales dans التلال (Les tells), le cheminement est cohérent et s’inscrit dans un mouvement plus largement arabe. Ainsi, Muḥammad Barrāda dans un exposé qu’il consacre à l’avenir du roman arabe contemporain en général2 fait-il ressortir des traits qui caractérisent la production syrienne en particulier. L’Histoire est devenue la matière principale sur laquelle s’édifie le roman sans pour autant tomber dans l'évocation événementielle soucieuse d’imiter la réalité vécue. L’accent est aussi mis sur la narration et les composantes essentielles du récit, ainsi que sur la relation particulière qui unit l’auteur à son lecteur. Marqué par le dialogisme et la multiplicité des voix, le texte s’ouvre sur des discours différents et sur la rencontre des textes. L’intertextualité s’affirme alors comme une composante manifeste de l’écriture actuelle.

5À travers cette description générale des orientations générales de la littérature, se profile aussi son devenir futur auquel le roman syrien ne manquera pas d’apporter sa pierre.

Notes

1 Luc-Willy Deheuvels, « Le témoignage littéraire : roman et théâtre entre Orient et Occident », Les Arabes : du message à l’Histoire, P. Chevallier et A. Miquel (dir.), Paris, Fayard, 1995, p. 424.

2 الرواية العريية المعاصرة : استراف لآفاق التطور المستقبلي (Le roman arabe contemporain : horizons d’une évolution future), dans أسئلة الرواية أسئلة النقد (Questions du roman, questions de la critique), Casablanca, Ed. al-Rābiṭa, 1996, p. 54-81.

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search