Version classiqueVersion mobile

La création romanesque contemporaine en Syrie de 1967 à nos jours

 | 
Elisabeth Vauthier

Troisième partie: Synthèses et perspectives

Chapitre 1. L’histoire

Texte intégral

1Depuis la guerre de 1967, nous l’avons vu, la littérature s’emploie à retrouver le lien signifiant entre l’homme et son environnement (social comme naturel). L’image d’une existence privée de sens parcourt les écrits. Cette tentative s’inscrit dans un contexte temporel qui convie l’Histoire à l’intérieur du roman pour y retrouver les traces d’une dialogue interrompu ou d’une adéquation annihilée. La quête qui motive les personnages, comme Fayyâd dans الثلج يأتي من النافذة (La neige vient de la fenêtre) par exemple, passe ainsi par la recherche d’une signification que le héros ne peut trouver que dans le combat pour le changement et le progrès d’une part, dans l’attachement à la patrie d’autre part.

1 - La désillusion

2Le roman syrien raconte sans relâche les innombrables défaites subies : collectives lors des différents conflits qui ont traversé la période et l’échec du nationalisme ; quotidiennes et individuelles, subies par la population ordinaire que domine un ordre social, politique et économique perçu comme aliénant. Les ouvrages que nous avons étudiés, quels que soient leur auteur ou la date de leur rédaction, témoignent de cette permanence dans l’histoire syrienne et en font un thème primordial omniprésent dans le récit romanesque. La critique balaye à la fois le champ politique et le domaine du social. Dénonciation des hiérarchies, d’un pouvoir oppressif et corrompu, évocation des rapports sclérosés entre les sexes, incompréhension entre les générations : chacun rappelle les maux d’une société engluée dans un passé qu’elle dénature. Cette critique n’est pas seulement le fait d’une avant-garde progressiste, en marge de la littérature et de son public. Tous les grands noms de l’écriture évoquent à cette période les frustrations et les désillusions d’un monde pris entre deux rêves.

  • 1 Damas, Mansūrāt Ittiād al-kuttāb al-’arab, 1985. 192 p.

3Nabīl Sulaymān, par exemple, dresse une longue liste de ces désillusions dans un livre dont le titre fait encore une fois référence à la “défaite” : هزائم مبكرة (Défaites de bonne heure)1. Il y évoque l’amertume d’un patriote ordinaire qui voit ses espoirs anéantis les uns après les autres, jour après jour. Comme lui, le roman en Syrie dresse ainsi une ligne de partage entre un “avant" disparu porteur d’espoir (n’est-il d’ailleurs pas une utopie ; a-t-il jamais existé ?) et un présent dont il recense tes insuffisances. Certes, tous les ouvrages ne suivent pas ce schéma à la lettre, en particulier الثلج يأتي من النافذة (La neige vient de la fenêtre) dont le récit projette vers le futur l’espoir d’une amélioration. Mais, dans son ensemble, la production littéraire se fait l’écho d’une insatisfaction, voire d’un mal-être, dont la fin n’est pas proche. La notion de passé est elle aussi à relativiser. Car il est en fait de deux sortes : un passé sclérosé, englué dans des valeurs collectives dépassées, asservissantes, qui servent les structures sociales et politiques en place, opposé à un passé bénéfique et libérateur dans la mesure où il porte en lui l’image de ce qui devrait être. Ce dernier visage du passé renvoie principalement aux origines : commencement du monde, fondements du cycle naturel ; organisation primordiale du collectif ou fondation nationale...

4Le récit puise ainsi dans la mémoire collective pour faire ressurgir des personnalités historiques emblématiques qui servent de modèles positifs dans un univers plutôt sombre. La référence régulière au calife al-Mu’taim dans ألف ليلة وليلتان (Les Mille et Deux Nuits) est un exemple de cette démarche. Les thèmes messianiques, l’image du Christ dans الثلج,يأتي من النافذة (La neige vient de la fenêtre) ou celte de l’imam chiite et du Léviathan dans وليمة لأعشاب البحر (Festin d’algues) sont à placer dans cette catégorie car le Messie et le Léviathan constituent à la fois le début et l’aboutissement d’un devenir instauré dès les origines. Avec le sacrifice du Christ et la disparition de l’imam est inaugurée une nouvelle façon d’être dans le monde qui va de pair avec l’attente de la fin des temps et, donc, avec l’arrivée du Léviathan qui la précède. Ainsi, à travers les enseignements du temps, affleurent les contours de la légende ou du mythe qui interviennent dans récriture du temps collectif, ou en d’autres termes l’Histoire, pour en proposer une image particulière.

5À ce visage d’une histoire lointaine s’oppose celui d’un passé pérennisé dans le présent, comme installé une fois pour toutes. Ce passé- présent repose sur un univers figé, replié sur lui-même, sans aucune créativité, simplement occupé à reproduire les modèles anciens. La pression sociale, forte, permet l’instauration de pouvoirs politiques oppresseurs qui, à leur tour, diffusent une conception immobiliste de l’homme et de la société. L’histoire officielle devient une contre-histoire, au sens où elle dénie finalement au temps sa fonction de changement et d’évolution, comme elle dénie toute légitimité au progrès humain. Le roman met en scène une société à deux vitesses où règne la loi du plus fort et où les faibles ne peuvent que subir. La richesse et le pouvoir qu’elle procure y règnent sans partage, corrompant tous ceux qui l’approchent, même les plus purs.

2 - Peinture du pouvoir

  • 2 Beyrouth, Manšūrāt Ġāda al-Sammān, 1986, 493 p.

6Ce thème devient récurrent dans l’œuvre de Ġāda al-Sammān à partir de son recueil de nouvelles intitulé رحيل إلى المرافئ القديمة (Voyage vers les ports anciens) et publié en 1973. Dans بيروت ٧٥ (Beyrouth 75), elle décrit l’existence sans scrupules des riches qui envahissent aussi les sphères du pouvoir et n’accordent de valeur aux êtres que s’ils ont un solide compte en banque. Ils créent ainsi une nouvelle société où la recherche de la gloire et de la fortune constitue la seule occupation valorisée, au détriment de la vie, du respect des autres, de la sauvegarde de l’identité nationale et de l’unité arabe. La situation est identique dans ليلة المليار (La nuit du Milliard)2, pourtant paru plus de dix ans après. À Genève où ils ont fui la guerre libanaise, les personnages recherchent les faveurs du milliardaire Raġīd qui utilise les êtres comme des pions, prenant un plaisir malsain à torturer les faibles et à les soumettre à ses caprices. Ils sont pourtant, pour la plupart, prêts à toutes les concessions pour obtenir les faveurs du milliardaire et grappiller les miettes de sa richesse. Ils vendent leur âme, parfois aussi leur corps, et perdent toute chance de connaître le bonheur en se rapprochant de leur but. Parmi la dizaine de personnages mis en scène, un seul parvient à échapper à l’appât du gain et préfère risquer la mort en retournant à Beyrouth, plutôt que continuer la vie qu’il a menée.

7L’argent aliène. Cette formule, constante chez Ġāda al-Sammān, est finalement moins exploitée par les autres romanciers qui l’intègrent à une réflexion plus large. La richesse aliène les hommes parce qu’elle confère du pouvoir. Et c’est ce pouvoir, sous toutes ses formes, qui, en donnant barre sur autrui, aliène l’entourage et le dépossède de lui-même. La vie moderne paraît gouvernée, dans le roman syrien, par des rapports de force qui séparent les hommes en deux camps. Il y a d’un côté les puissants, qui disposent d’un pouvoir quasiment sans limites, au-dessus de toute toi, soit-elle morale, juridique ou simplement humaine... De l’autre côté sont regroupés tous ceux qui subissent la domination des puissants, sans pouvoir réellement lutter contre elle, ni même parer les coups qui s’abattent sur eux.

8Le roman remplit donc toujours le rôle d’historien du présent. À travers l’évocation de la vie des personnages, c’est l’image contemporaine du monde et de l’existence arabe qui se profile. La littérature dessine ainsi l’action néfaste du pouvoir sur le groupe qu’il disloque et prive de ses liens naturels. Ouvrage après ouvrage, les écrivains tracent la défaite d’une cité idéale où l’homme rencontrerait respect, tolérance, solidarité, sans considération d’origine, de classe sociale ni de sexe. La réalité moderne n’est, par contraste, que mensonge, violence et asservissement.

9La société apparaît profondément structurée par ces rapports de force qui ne se situent pas seulement à la ligne de partage entre faibles et puissants, mais à l’intérieur de ces mêmes groupes. On les retrouve ainsi au sein des familles. La génération des parents est présentée de façon ambiguë, rarement tout à fait positive. Dans le meilleur cas, ils incarnent une grandeur passée ou la mémoire d’un univers perdu que les enfants ont pour mission de ressusciter (c’est le cas, par exemple, de la mère d’Imām dans ألف ليلة و ليلتان (Les Mille et Deux Nuits). La catégorie des parents se trouve, de fait, dévalorisée puisque impuissante, exclue de l’action qui pourrait ramener ce qui a été perdu. Souvent aussi, elle se trouve ouvertement dénoncée. La mère de Nawal dans قارب الزمن الثقيل (Vaisseau du temps lourd) est un personnage versatile et peureux, plus préoccupée du “qu’en-dira-t-on” que de la sauvegarde de sa fille. La génération des parents est souvent montrée à travers les rapports qu’elle entretient avec les filles, mariées contre leur gré pour procurer à leur famille revenus et avantages. Les pères, figures préférentielles du pouvoir familial, sont souvent autoritaires, violents, parfois corrompus ou alcooliques. Le pouvoir que le beau-père d’Āsiyā, dans وليمة أعشاب البحر (Festin d’algues), exerce sur elle l’empêche de s’épanouir et de jouir d’une liberté qu’elle est en droit d’attendre. Quant à Mahdī, il est poursuivi par le souvenir de son père, alcoolique, qui frappait sa mère et jetait sa famille à la rue, les jours d’égarement.

  • 3 Cf. par exemple Muammad Kāmil al-Hatïb dans الرواية والواقع (Le roman et le réel), Beyrouth, Dār a (...)

10La révolte des filles (plus rarement des femmes) contre le sort qui leur est imposé est souvent dérisoire, vouée à un échec rapide. Elle est la plupart du temps liée à des situations particulières : éloignement (c’est notamment le cas de Yāsmīna), absence du père (Āsiyā, Nawal...). Le personnage de Sanā dans آلف ليلة و ليلتان (Les Mille et Deux Nuits), dont les conditions d’existence dans le roman sont banales, a par contre été rejeté par la critique comme artificiel, impossible à rencontrer dans la vie réelle3. Comment une jeune fille ordinaire aurait-elle pu avoir des relations sexuelles hors mariage à Damas à la fin des années soixante ! Quant à Faya, elle est sans famille et se trouve marginalisée par son appartenance aux Ġajar et sa fonction allégorique dans te récit.

11L’autorité dans la sphère familiale peut prendre d’autres visages. Dans ألف ليلة وليلتان (Les Mille et Deux Nuits), c’est te mari qui catalyse les caractéristiques du mal en essayant d’imposer sa volonté à sa femme. ملكوت البسطاء (Le royaume des simples) offre un schéma plus original. Cette fois, le mari jouit d’une présentation positive, faisant preuve de tolérance et de franchise. La mère est, par contraste, l’élément qui menace la structure familiale. C’est elle qui détient en fait l’autorité et le pouvoir que lui a laissés la mort du père. Elle les exerce pour son bien propre, pas pour celui de ses proches. Elle assume ainsi un rôle souvent dévolu aux hommes dans le roman syrien et témoigne des ravages que peuvent causer possessivité et égoïsme.

12L’écrivain alīl al-Na’īmī est représentatif de la place qu’occupe dans la littérature la réflexion sur les rapports de pouvoir qui structurent la vie en groupe. Dès son premier roman الرجل الذي أكل نفسه (L’homme qui se dévore), en 1971, il aborde le sujet, à travers le prisme de la relation père- fils. Dans الخلعاء (Les réprouvés), il élargit son champ d’action à tous les domaines qui peuvent être atteints par ce qu’il perçoit comme un fléau. Il rejette toutes les formes de pouvoir que chacun peut exercer sur autrui, même à son insu, dans sa vie privée comme dans sa vie sociale. Il ne se livre pourtant pas à une réflexion abstraite sur le concept de pouvoir et sa démarche reste profondément ancrée dans l’expérience réelle, même si elle se déroule dans une sorte de huis clos intérieur entre lui et la femme qu’il aime.

13Le pouvoir peut être exercé par l’être aimé ; il peut jouer des sentiments de l’autre pour établir une domination. Mais il déborde la sphère des sentiments privés et trouve sa place dans tous les types d’autorité auxquels est soumis l’homme. Il s’agit parfois de l’autorité morale que le corps social exerce sur les individus en décrétant ce qui est licite ou ce qui ne l’est pas. Le regard des autres, thème constant quelle que soit la forme qu’il prend, symbolise le pouvoir qu’exerce le groupe sur l’individu, l’obligeant à se couler dans un moule qu’il n’a pas librement choisi. Cette forme d’autorité est particulièrement sensible dans tout ce qui a trait à la corporalité et aux relations hommes/femmes. Les rencontres entre les deux sexes sont quadrillées par un code moral intransigeant. Il faut, pour qu’elles soient licites, qu’il y ait toujours un tiers, un témoin, et il ne peut y avoir de geste de tendresse entre deux êtres qui s’aiment. Les amoureux sont obligés de se cacher et subissent la réprobation des censeurs, poursuivis par ces “yeux” qui exercent une surveillance serrée sur les personnes.

  • 4 C’est le cas par exemple dans الخيول (Les chevaux) d’Amad Yūsuf Dāwūd, Damas, Dāral-aād, 1992 (1(...)

14Le cadre de ces contraintes paraît essentiellement purement moral et rattaché à un code social, plus qu’à des valeurs religieuses. Le domaine du religieux est rarement investi par la littérature contemporaine et quand il y a critique4, elle s’applique à un corps socialement constitué et non pas à des comportements dogmatiques. Dans notre corpus, seul التلال (Les tells) aborde le territoire de la croyance religieuse à travers le groupe des Derviches. Leurs enseignements doctrinaux sont totalement occultés par le roman et ils sont simplement présentés comme une subdivision du groupe des puissants qui veulent capter le pouvoir politique à leur profit. Ils sont en effet, comme les pachas, animés du désir de dominer la population pour s’enrichir et prospérer. Ils n’hésitent pas à faire alliance avec le parti des pachas lors des luttes politiques qui marquent la vie de Ba’lītā. De la même façon, le thème christique que développe le récit dans الثلج يأتي من النافذة (La neige vient de la fenêtre) ne met pas en avant une doctrine religieuse, mais il est utilisé comme modèle symbolique du sacrifice et de l’abnégation dont doit faire preuve le militant.

15On trouve aussi dans الخلعاء (Les réprouvés) une critique de l’autorité politique (et militaire), qui s’exprime par l’intermédiaire du personnage du colonel et des armées qui traversent parfois tes scènes du récit, défaites, épuisées, sans crédibilité. Ce dernier type de manifestation du pouvoir est largement représenté dans tes romans syriens et dans notre corpus en particulier, même s’il offre plus de risques pour l’écrivain, soumis à la censure et aux représailles des structures politiques, Pour cette raison, la critique emploie parfois les chemins détournés du symbole et de l’ironie ou choisit de “s’expatrier” en plaçant les événements romanesques à l’étranger. Lite prend des formes assez différentes dans notre corpus et s’intègre la plupart du temps dans une critique sociale large.

16On peut cependant remarquer qu’avec le passage du temps elle s’éloigne progressivement de la simple dénonciation d’une situation présente insupportable, pour incarner une constante du réel arabe moderne. Ainsi, les derniers ouvrages étudiés, وليمة لأعشاب البحر (Festin d’algues) et التلال (Les tells), tranchent-ils avec les premiers ouvrages abordés dans la première partie. La réalité mise en scène y est toujours aussi noire, mais le récit prend ses distances avec l’horreur de l’oppression en la rejetant à l’extérieur du couple Āsiyā-Mahdī, ou en la dédramatisant par l’utilisation du discours purement historique ou mythique. Dans التلال (Les tells), le court passage qui retrace le viol de ayāt, la femme de Mu ’ab, témoigne de cette volonté de ne pas susciter une émotion facile à faire naître chez le lecteur. Le paragraphe qui évoque ce terrible événement se trouve dépouillé par la narration de tout affect et se contente d’énoncer les faits sans les détailler ni les décrire. Le narrateur se place ainsi du point de vue de Mu ’ab et lui fait perdre connaissance, ce qui lui permet d’omettre les détails de la scène et de centrer la signification sur la sauvagerie du général et le type de pouvoir qu’il représente.

لم تدم يقظته طويلا. بعد أن كمموه وشدوا وثاقه , أدخلوه غرفة حياة. وكان حنا أن يمتلك المرء نعمة الإغماء قبل أن يرى اللواء مأمون ملحم وهو يغتصب زوجته.

  • 5 التلال, p. 294.

Il ne resta pas conscient bien longtemps. Après qu’ils l’eurent bâillonné et solidement ligoté, ils le firent entrer dans la chambre de ayāt. Et c’était un bienfait que l’homme ait été doté de la capacité de s’évanouir avant de voir le général Ma’mūn Mulim violer sa femme5.

  • 6 صورة الروائي (Portrait du romancier), Damas, Dār ’Aiyya li-l-našr, 1998, 254 p.

17Le roman des années quatre-vingt-dix suit cette voie et se détache nettement de la dénonciation de l’oppression politique. Elle n’en est pas pour autant occultée. Elle constitue un paramètre connu que la littérature a vainement combattu dans les années précédentes. Présente comme un arrière-plan incontournable, elle n’est plus au centre du récit. Un roman de Fawwāz addād, intitulé صورة الروائي (Portrait du romancier)6, est symptomatique de cette nouvelle attitude. Le livre se penche sur la période de la fin de l’union entre l’Égypte et la Syrie et aborde largement la question de l’arbitraire politique à travers le roman qu’est censé écrire son personnage principal, mais le thème n’est plus prédominant. Il vient nourrir une réflexion sur l’écriture, objectif principal de l’auteur.

3 - La révolte

18Nous l’avons vu, les préoccupations du roman ont évolué. La conception de l’auteur, guide éclairé de ses concitoyens vers le progrès, n’a pas résisté à la défaite de 1967 et aux crises qui ont jalonné la période étudiée. Le littérateur reste cependant conscient de la responsabilité qui lui incombe vis-à-vis des siens. Il sait qu’énoncer des faits ou même les dénoncer n’était pas suffisant pour faire évoluer la situation, mais il a toujours un rôle à jouer, en amenant les lecteurs à prendre conscience qu’une autre réalité est possible. La critique sociale, toujours intimement liée à son corollaire politique, demeure une des composantes essentielles du discours romanesque, comme nous avons déjà pu le constater. La description du fonctionnement social est souvent la plus visible, car peut- être moins soumise aux foudres de la censure officielle, plus tatillonne sur les questions de politique qui la touchent de près. Elle est sous-tendue par l’idée que les pratiques collectives sont fortement entachées de conservatisme et elle réclame plus de liberté pour chacun, car tous les êtres humains sont capables de décider de leur avenir sans être soumis aux décisions de l’entourage plus ou moins proche et aux normes morales dominantes qui régissent jusqu’à son existence privée.

19La critique politique prend plus souvent des chemins détournés, jouant beaucoup sur l’antiphrase et les attentes du lecteur. Le portrait de personnages représentatifs du pouvoir politique (souvent militaire) est présenté de façon négative par allusions ou par omissions de certains détails qui semblent aller de soi, mais qui prennent une signification particulière lorsqu’ils se trouvent occultés par le discours narratif. L’image du colonel plus soucieux de la respectabilité de son épouse que de soutenir le front, chez al-Na’īmī, fait par exemple partie de cette stratégie. En énumérant toutes les activités quotidiennes auxquelles il se livre, il établit un contraste entre la minutie qu’il met à énumérer des actions anodines et la rapidité avec laquelle il évoque, en passant, les responsabilités de l’officier dans les combats. Il pose ainsi une hiérarchie inattendue entre les actes du personnage et souligne les motivations personnelles qui l’animent, aux dépens du patriotisme dont il devrait faire preuve. L’image des armées défaites qui traversent les scènes renforce l’ironie de situation, même si le lien entre personnages et événements n’est pas explicite, et illustre la manière détournée qu’utilise le discours critique de l’auteur pour passer le filtre de la censure.

20À côté de cela, les écrivains ont aussi recours à un autre type d’ironie qui s’appuie sur une lecture à deux niveaux. À un premier niveau, le texte semble anodin parce qu’il mime le discours officiel. La répétition confère légitimité et réalisme à la parole ainsi retranscrite, reconnue comme conforme à un modèle extérieur. Elle transmet un instantané de réel connu et ne demande pas d’interprétation. Mais la lecture peut dépasser la littéralité du texte pour repérer les signes de l’ironie et déceler un nouveau discours sous te précédent. Ce deuxième niveau de compréhension anéantit les significations antérieures et en crée de nouvelles, souvent par une relation de contradiction qui nécessite, cette fois, la participation du lecteur. Cette participation s’apparente d’ailleurs à une complicité. Car, pour accéder à ce second niveau de signification, il faut décrypter le message ironique, et donc partager les convictions de l’auteur, au moins en partie. Si le lecteur n’est pas en désaccord avec l’énoncé littéral, il n’ira pas plus loin dans sa compréhension du texte et ne décodera pas le message sous-jacent. L’ironie contribue donc à créer une nouvelle relation entre l’auteur et son lecteur.

  • 7 Beyrouth, Dār al-ādāb, 1992, 235 p.

21La séparation entre critique sociale et contestation politique directe est artificielle. Le politique et le social sont intimement liés dans le traitement de la situation historique auquel se livre le roman. Hāni al-Rāhib est un écrivain qui, lors de la parution de la plupart de ses livres, a eu à subir la censure étatique en Syrie et ailleurs, pour des raisons très diverses. L’orientation politique de son œuvre intervient sans conteste. Mais sa critique sociale est aussi cause de bien des désagréments. L’un de ses romans récents خضراء كالمستنقعات (Verte comme les marais)7 publié en 1992, est encore interdit dans plusieurs pays arabes, car il y évoque le désir sexuel féminin. Le roman التلال (Les tells) a aussi beaucoup choqué, malgré le caractère exemplaire et général des situations. Pour la première fois, un écrivain entrait dans le monde intérieur d’un dictateur pour évoquer ses frustrations et ses problèmes psychologiques.

22La contestation se bat sur plusieurs fronts. Elle met en cause un certain mode de vie et des valeurs, sur lesquels repose une société, et différents aspects de l’existence commune se trouvent réunis dans la même condamnation, car les structures collectives, quelle que soit leur nature, sont le produit de cet ordre global partagé. Le pouvoir étatique repose sur une conception particulière de l’existence avant même de servir de support à un projet purement politique. Tel qu’il transparaît dans la littérature syrienne, il nie la valeur de l’homme en tant qu’être particulier intégré à une communauté. L’être humain n’existe qu’en tant que membre d’un ensemble qui conditionne tous les domaines de son existence. Cette situation ne peut que générer obscurantisme, oppression, absence de respect envers autrui.

23Convaincu que toute forme de pouvoir repose sur un modèle social particulier, le roman s’empare des lieux communs de la pensée pour les stigmatiser et, peut-être, parvenir à les modifier. C’est la mission à laquelle s’attache المسافة (La distance) de Yūsuf al-ā’ig. La notion d’héroïsme y subit une réévaluation radicale, à l’encontre des valeurs communes, pour mettre l’accent sur le choix et la liberté individuelle. Allant plus loin encore, récriture s’empare des lieux communs de la langue pour les réécrire. alīl al-Na’īmī s’attaque dans الخلعاء (Les réprouvés) aux énoncés proverbiaux qui émaillent la conversation courante pour les reformuler dans le sens qu’il souhaite.

24Car ces énoncés, anodins à première vue, sont accusés de véhiculer les valeurs dominantes et de les imprimer dans les esprits pour modeler la pensée de chacun. Par exemple, le dicton « Le silence est d’or et la parole d’argent », évoqué à plusieurs reprises, est représentatif de ce mode de pensée que rejette l’écrivain. À travers la valorisation du silence transparaît une logique de l’obéissance et de l’acceptation. Il témoigne d’un fonctionnement collectif fondé sur le règne du plus fort et où la liberté d’expression n’est pas respectée. En parlant, l’individu s’expose à des représailles ; il vaut donc mieux qu’il se taise. L’auteur récuse ce mode d’existence et proclame au contraire la nécessité de la parole, première étape dans le combat contre l’attentisme et la docilité, en détournant le dicton qui devient :

إذا كان الكلام من فضة فالسكوت من حديد

  • 8 الخلعاء, p. 112.

Si la parole est d’argent le silence est de fer8

25De la même manière, la précipitation devient une vertu, alors que la lenteur ou la patience sont fustigées.

الصبر مفتاح الكرب في العجلة السلامة وفي التأني الندامة

  • 9 Ibidem, p. 99. L’énoncé reprend الخبر مفتاح الفرج « La patience est la clef du soulagement ».
  • 10 Ibidem, p. 99.il fait contrepoint à العجلة عطلة « La précipitation empêche de parvenir à ses fins »

La patience ouvre la porte aux tourments9
La précipitation apporte le salut et la lenteur amène le regret10

  • 11 من يتنازل في اللغة يتنازل في الحياة., ibidem p. 86.

26La révolte contre l’ordre établi que l’écrivain appelle de ses vœux passe donc par un réinvestissement de la langue et des énoncés partagés par le groupe. La prise de conscience du rôle que joue le langage est un premier pas vers la redécouverte de soi ainsi que vers la libération individuelle et collective à laquelle elle conduit. Car « quiconque accepte des compromissions dans la langue, en fait autant dans la vie11 ».

4 - L’amour comme signe d’un manque

27L’amour (et sa composante sexuelle) est omniprésent dans les romans étudiés. Il sert généralement de vecteur pour exprimer le sentiment d’emprisonnement ou de limitation de la liberté dont souffrent les personnages. Car il représente un domaine où l’indépendance et la responsabilité personnelle de chacun sont le plus intimement bafouées. Mahdī et Āsiyā, Nawāl et Amad ne peuvent se rencontrer hors de la présence d’un chaperon sans encourir la colère ou même la haine de leur entourage. abība doit cacher son amour pour Sa’īd et épouser son frère afin d’éviter le scandale d’un enfant sans mari, c’est-à-dire en dehors de l’approbation familiale et sociale. Le couple qui apparaît dans الخلعاء (Les réprouvés) est constamment poursuivi par les yeux du raqīb, “celui qui surveille”, le représentant du regard social sur les agissements des amoureux.

  • 12 Le débat, selon lui, doit quitter la sphère du moral ou du religieux pour être traité au niveau pol (...)

28La question est constamment rattachée à celle de la condition féminine que le sociologue Hisham Sharabi considère comme un sujet primordial dans l’évolution du monde arabe12. Dans la littérature syrienne, la femme possède un statut ambigu. À quelques exceptions près, elle n’est jamais dotée d’une personnalité totalement positive et elle a souvent des comportements sulfureux. Elle joue notamment le rôle de séductrice (avec toute l’ambiguïté que comporte le terme en français) et peut donc détourner l’homme de sa voie ou, au contraire, le remettre sur te bon chemin. On a un bon exemple de la dualité des personnages féminins avec Nawāl qui oscille en permanence entre le statut de victime et celui d’être diabolique. De manière plus générale, la femme apparaît sous les traits d’une victime qui souffre doublement car elle subit à la fois les maux qui touchent la société en général et le statut d’infériorité qui est spécifiquement imposé au sexe féminin. Et pourtant, paradoxalement peut-être, lorsqu’elle occupe une fonction importante dans le récit, elle donne souvent l’image d’un être indépendant et libre au fond de lui-même, malgré les entraves que lui impose son environnement.

29Ce type de personnalité féminine, volontaire, apparaît bien décidé à défendre chèrement ce qu’il considère comme son droit ou son dû. C’est ainsi que la femme fait parfois fi des conventions pour exercer pleinement son indépendance. Les personnages d’Asmā dans ألف ليلة و ليلتان (Les Mille et Deux Nuits), de Yāsmīna dans بيروت ٧٠ (Beyrouth 75) ou d’Āsiyā Laḫḍar dans وليمة أعشاب البحر (Festin d’algues) font partie de cette catégorie. Certes, celui d’Asmā est peu développé et les critiques n’ont pas eu de mal à stigmatiser son manque de crédibilité. La liberté que lui laisse son entourage dans le roman paraît impensable dans le monde réel. Les deux autres personnages de femmes, au contraire, semblent plus en conformité avec la réalité sociale de leur époque.

  • 13 Miriam Cooke souligne aussi ce trait quand elle étudie la littérature produite pendant la guerre du (...)

30Yāsmīna dispose d’une relative indépendance parce qu’elle vit loin de sa famille, mis à part la présence d’un frère à Beyrouth qui garantit la sauvegarde de l’honneur familial. Il ferme les yeux sur la relation de la jeune femme avec Nimr al-Sakīnī parce qu’il y trouve un intérêt financier. Āsiyā est surveillée par son beau-père qui veille jalousement sur la réputation de la famille de sa seconde épouse. Les deux femmes sont des personnages attachants parce qu’entières, sincères ; elles ont des idéaux et refusent la compromission ou le mensonge. Leurs souffrances et leurs peurs attirent la sympathie du lecteur. Leur intégrité, elle, suscite l’admiration. Elles témoignent toutes deux d’une force intérieure qui caractérise finalement assez souvent les personnages féminins d’une certaine importance dans le roman arabe13, qu’il soit écrit par des femmes ou par des hommes.

31La femme a donc un visage variable : elle apparaît à la fois comme celle qui supporte la plus grande part d’oppression mais, en même temps, elle dispose d’une force et d’une liberté intérieure à la mesure de ce qu’elle subit. Elle est douée d’une capacité étonnante à survivre et à résister aux effets de sa condition pourtant décrétée inférieure. L’amélioration de sa situation est un sujet présent dans nombre d’ouvrages mais il n’est pas la préoccupation des seules femmes. Il alimente la contestation d’une bonne partie des écrivains de sexe masculin. Hānī al-Rāhib, par exemple, rejoint Ġāda al-Sammān lorsqu’il considère que la libération de la femme n’est qu’un des aspects de l’oppression générale que subissent les Arabes et qu’elle fait partie intégrante du combat pour le changement et le progrès. Tous ses romans pratiquement évoquent cette question. Il n’est pas le seul, alīl al-Na’īmī, ’Abd al-Nabī ijāzī, aydar aydar, et bien d’autres encore, font ressortir comment la société cantonne la femme dans une condition inférieure.

5 - Les périodes évoquées

32Les romans de la défaite, dans leur grande majorité, prenaient pour cadre temporel la période qui leur était contemporaine ou les quelques années qui l’avaient précédée. Les romans ultérieurs, surtout à partir des années quatre-vingt, s’octroient plus de distance avec leur réalité immédiate, adoptant même parfois un cadre temporel indéfini comme c’est le cas pour الخلعاء (Les réprouvés) ou التلال (Les tells) qui se déroulent à l’époque moderne sans qu’on puisse les replacer dans une période historique précise. L’évocation historique dans le roman se mue ainsi progressivement en analyse des mécanismes qui animent le groupe, induisant des continuités et des permanences dans la description qui est faite de la situation arabe depuis la constitution des États nationaux. Elle perd en actualité mais gagne en profondeur. Car, pour comprendre la situation présente, les écrivains se posent désormais la question de la généalogie des faits. Ils replongent dans un passé fondateur qui a conditionné le présent immédiat. Pour changer le monde, il faut d’abord comprendre comment il en est arrivé là et se replonger dans le passé rejeté qui a contaminé le présent. À côté d’œuvres qui décrivent des situations contemporaines, comme par exemple قارب الزمن الثقيل (Le vaisseau du temps lourd), la littérature syrienne évoque aussi l’histoire passée, plus ou moins récente, du pays. Ce passé n’est pas dépourvu d’un certain attrait nostalgique, mais il apparaît surtout comme portant déjà en gestation les problèmes et les crises qui marqueront la période ultérieure.

  • 14 Les troupes ottomanes sont définitivement vaincues en septembre 1918 et l’émir Fayal entre dans Da (...)

33Diverses époques sont abordées. Elles remontent rarement au-delà du début du vingtième siècle, lorsqu’à commencé à se constituer l’État syrien. On a pu ainsi remarquer que la période sous domination ottomane, qui s’est achevée au début de ce siècle14, sert de cadre au roman de ayrī al-ahabī, ملكوت البسطاء (Le royaume des simples). Cette époque, marquée pour les littérateurs du sceau de l’oppression et de la régression, n’a pas servi les espoirs du patriotisme arabe. Elle est perçue au contraire comme ayant permis l’installation du colonialisme et de l’impérialisme étranger dans la région. Elle sert de cadre historique à plusieurs romans, mais c’est le moment charnière qui voit l’effondrement de l’Empire et l’installation des Français en Syrie qui est le plus fréquemment évoqué.

34Dans ملكوت البسطاء (Le royaume des simples), si l’action se déroule principalement sous la domination ottomane, la dernière partie a également lieu après que les Français ont établi leur mandat sur le pays. Il y a très peu de représentants du pouvoir en place à Istanbul parmi les personnages. Ce sont des acteurs secondaires qui traversent l’intrigue de façon fugitive et la présentation qui en est faite paraît sévère. Ils sont brutaux et sans compassion, pratiquent la désinformation et profitent sans scrupule de la population locale. Il y a un décalage, souligné par la quasi-absence de personnages turcs dans l’histoire relatée, entre les représentants du pouvoir ottomans, isolés, ne pariant pas l’arabe, et les sujets du sultan, loyaux à leur dirigeant comme le montre l’exemple du personnage de Yūnus. Le déséquilibre souligne l’importance de l’élément arabe. Le récit ne s’intéresse pas à la décadence et la disparition de l’Empire ottoman ; il retrace au contraire l’émergence d’une nouvelle identité, arabe cette fois. En parallèle à cette description, le roman montre aussi la naissance d’un nouveau Syrien, fort, fidèle, capable de prendre ses responsabilités et d’assurer la subsistance des siens, grâce au personnage de Sa’īd qui lutte contre le pouvoir ottoman, à sa manière, pendant la guerre. Après l’effondrement des anciens chefs musulmans, c’est son frère Yūnus qui reprend le flambeau de la lutte et combat la présence française. Ils symbolisent à eux deux les forces concurrentes qui ont fait la nation ainsi que les qualités du nouveau citoyen arabe syrien : la volonté de parvenir à son but, la fidélité à des idéaux et à l’islam.

  • 15 Citons par exemple لن تسقط المدينة (La ville ne tombera pas) de Fāris Zarzūr en 1969,ينداح الطوفان (...)

35La période de la fin du Mandat et des débuts de l’indépendance fait couler plus d’encre15. Elle n’est traitée de façon directe dans aucun des romans de notre corpus, mais il y est fait allusion dans التلال (Les tells). Le livre l’évoque de façon générale, à travers l’exemple de ce qu’a vécu la ville imaginaire de Ba’lītā, en s’inspirant des différentes expériences que le monde arabe a connues. C’est une époque où tout est possible, où les espoirs en l’avenir n’ont pas encore été déçus par la réalité, où il existe de véritables échanges d’opinions... Les ouvrages qui en traitent sont de nature plutôt optimistes. Les bons et les pauvres triomphent souvent des méchants et la pureté l’emporte sur la corruption. Dans معكرات الأبد (Campements d’éternité), le schéma narratif suit un cheminement différent et n’oppose pas les groupes en présence, mais le choix de ce moment comme arrière- plan temporel à une histoire qui raconte un changement décisif dans le destin des hommes est représentatif de la charge symbolique que supporte cette période.

  • 16 Lattaquié, Dār al-Hiwār, t. 1 :1990, 487 p. ; t. 2 : 1990, 579 p. ; t 3 : 1993, 680 p. ; t.4 : 1993 (...)

36Les autres ouvrages traitent de cette époque exaltent souvent la force héroïque des Syriens en lutte qui contre l’occupant ou contre le féodalisme qui perdure. C’est le cas notamment en 1969 de لن نقط المدينة (La ville ne tombera pas) de Fāris Zarzūr ou en 1968 de الفهد (Le guépard) de aydar aydar. Récemment, Nabīl Sulaymān s’est replongé dans cette époque et a produit les quatre tomes d’un cycle intitulé مدارات الشرق (Tourbillons d’orient)16 qui représente près de 2 400 pages au total. À partir de quatre personnages principaux, quatre amis, dont les destins se croisent ou se séparent selon les aléas de l’existence, il évoque le féodalisme des campagnes, les évolutions politiques dans les villes, la montée d’une bourgeoisie qui finit par supplanter l’ancienne aristocratie, l’impossibilité d’instaurer le droit et la justice sur la terre syrienne. Les faibles sont toujours opprimés et les puissants demeurent sans scrupules.

  • 17 Lettré de la Naha, Ila fondé le roman historique arabe (1861-1914).

37L’ouvrage fait grand bruit, non seulement parce qu’il traite d’une période fondatrice pour l’Identité nationale du pays, mais aussi parce qu’il renouvelle la tradition du roman historique inaugurée à la fin du dix-neuvième siècle par Jurjī Zaydān17. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’au même moment paraissent d’autres ouvrages qui traitent de la même période :رياح الشمال (Les vents du nord) de Nuhād Sīrīs en 1989 et surtout فياض (Fayyā) en 1990, deuxième tome d’une trilogie intitulée التحولات (Mutations). Ce dernier livre de ayrī al-ahabī est intéressant car il mène de front deux récits distincts qui s’entrecoupent constamment. L’un met en scène Usāma b. Munqi, prince syrien qui s’est illustré dans la lutte contre les croisés, et l’autre raconte l’histoire d’un enfant adopté par un officier français et sa femme durant le Mandat. En juxtaposant les situations, l’auteur établit un parallèle entre la période des croisades et celle de la présence française en Syrie, exprimant ainsi avec force sentiment d’identité nationale et volonté d’indépendance.

38L’ouvrage a parfois été qualifié de roman historique. Il met cependant en scène des situation trop individualisées pour que l’on puisse le classer dans cette catégorie.مدارات الشرق (Tourbillons d’Oient) correspond mieux à la définition du genre et veut traduire un état social à travers les parcours parallèles de différents personnages. Contrairement à ce se passe aux débuts du roman historique, l’écrivain ne cherche pas à faire revivre le passé pour conjurer le mauvais sort qui s’abat sur le présent et retrouver l’image du Paradis perdu. Il fait l’histoire d’un pays qui se cherche, au lendemain de l’effondrement d’un ordre féodal et profondément inégalitaire. Le constat est amer : il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

  • 18 الفلكيون في يوم ثلاثاء الموت (Les astronomes, le mardi de la mort), composé de عبور البشروش (Le pas (...)

39Les particularités de ces ouvrages témoignent d’une évolution notable dans le rapport que les écrivains entretiennent avec leur Histoire. De la dénonciation d’une réalité immédiate après 1967, ils sont passés progressivement à des ouvrages qui dépassent l’expression d’un mal-être contemporain. La tension douloureuse qui se dégageait de قارب الزمن الثقيل (Vaisseau du temps lourd) s’est quelque peu apaisée avec le passage du temps ; elle demeure présente, mais la réflexion des littérateurs s’est enrichie d’une volonté de porter sur la situation actuelle un regard plus analytique. Le choc s’est produit à un moment précis dans le temps, mais il était le résultat d’un long cheminement historique auquel la littérature du témoignage immédiat n’a pas accordé assez d’intérêt. L’écrivain continue à parier du monde qui l’entoure, mais fait œuvre d’historien en tentant de découvrir les racines du réel vécu dans un passé où survit l’âme collective à travers l’imaginaire ou le mythe. Le roman s’étire dans le temps, établit des parallèles historiques, diversifie ses personnages. Il gagne aussi en longueur : on assiste au retour d’ouvrages de plusieurs centaines de pages et même à la multiplication des cycles : مداراتالشرق (Tourbillons d’orient) compte quatre tomes, الفلكيون في يوم ثلاثاء الموت (Les astronomes, le mardi de la mort) de Salim Barakāt en regroupe trois18 التلال (Les tells) est présenté par l’éditeur comme le premier ouvrage d’une série de quatre... L’évolution, sensible dès les années quatre-vingt, s’accentue dans la décennie suivante.

  • 19 مرايا النار (Miroirs de feu) de aydar aydar, Beyrouth, Dār Amwāj, 1992, 141 p.

40La période des années soixante est également très largement évoquée dans le roman, on a pu le constater, car elle représente en quelque sorte les débuts de la maturité politique, après la naissance de 1946. Elle illustre aussi le présent, car c’est également à cette époque que la petite bourgeoisie a pris le pouvoir pour ne plus le laisser, avec le succès que l’on sait, puisqu’elle aura à assumer le poids de la défaite de 1967. Elle est la cible des romanciers présents dans notre corpus de textes. Ils lui reprochent d’avoir confisqué la révolution à son profit. La situation n’est pas unique comme le montrent leurs romans, وليمة لأعشابالبحر (Festin d’algues), بيروت ٧٥ (Beyrouth 75) ou التلال (Les tells) par exemple. Le marché de dupes passé avec le peuple qui les a portés au pouvoir a été le lot d’autres pays arabes.وليمة لأعشاب البحر (Festin d’algues), entre autres, sort des limites territoriales de la Syrie (et du Liban, débouché “naturel” des Syriens avant la guerre civile) pour trouver ses marques en Iraq et en Algérie. Il prend ses distances avec une réalité trop circonscrite pour intégrer son récit à un cadre géographique et historique global, celui des indépendances arabes. Le roman trouve son prolongement dans مرايا النار (Miroirs de feu)19, du même auteur. L’absence d’indications historiques place le récit dans le présent du lecteur ; le lieu, par contre, est défini : l’action se déroule principalement au Maroc, autour d’un personnage central d’origine libanaise.

6 - L’Histoire et l’exil

41L’engagement des écrivains dans l’histoire arabe moderne explique les évolutions que nous avons constatées à la fois dans les thèmes et les limites spatio-temporelles que la littérature syrienne se donne. il génère aussi un profond sentiment d’exil, dont les marques sont sensibles dans pratiquement tous les ouvrages étudiés. L’homme arabe ne se sent pas à l’aise dans l’univers qu’il habite et éprouve même un sentiment de dépossession qui se traduit dans les romans par un exil intérieur et géographique.

  • 20 أنماط رؤية العالم في رواية السبعينات (Typologie de la vision du monde dans le roman des années soix (...)

42Déjà dans les années soixante, les intellectuels évoquaient les trois grands tabous qui sclérosaient la société : le sexe, la religion, la politique. ’Abd al-Nabī ijāzī soulignait encore en 1980 dans un article portant sur la période des années soixante-dix20 que le littérateur butait sur ces écueils dès qu’il prenait la plume. Selon lui, il devait accepter d’amères concessions pour pouvoir être lu. Les choses ne semblent pas changer dans les romans de la décennie suivante et on retrouve les mêmes problèmes, à la fois dans l’univers romanesque et dans le quotidien de l’auteur. Les personnages se trouvent toujours en butte aux mêmes difficultés et aux mêmes incompréhensions. L’écrivain lui-même se heurte aux murailles érigées autour de lui par la morale, les convenances sociales et l’absence d’une véritable démocratie. Il écrit constamment sous la menace de la censure ou, pire, de représailles possibles. La situation a peut-être même empiré si l’on en croit Hānī al-Rāhib. Dans l’entretien qu’il accorde au nouvelliste koweïtien ālib al-Rifā ’ī, il reconnaît qu’il ne s’exprime pas en toute liberté dans ses romans. Il affirme que lorsqu’il a écrit المهزومون (Les vaincus), il disposait d’une marge de manœuvre plus grande qu’à l’heure actuelle.

Il قبل أربعين عاما كنا لا نزال ننعم بمساحة واسعة من الحرية، وهي مساحة اكتسحتها حركة النهضة العربية التي اندحرت الآن. لقد تسلطت الأنظمة واقتصاد السوق على الحرية. أعني أنه حتى لو سمحت لأبطالي بالتفكير بصو ت مسموع، فلن يقبل الناشر بطباعة كتاب يتصدى بصدق وعمق لهذه الحرمات الثلاثة. فإن العنف، يختلف تجسداته، سيمارس ضدي وضده بلا تلكؤ

  • 21 وجها لوجه : الدكتور هاني الراهب وطالب الرفاعي (Face à face : Hānī al-Rāhib et ālib al-Rifā’ī), al- (...)

Il y a quarante ans nous jouissions encore d’un large espace de liberté, un espace conquis de haute lutte par le mouvement de la Nada, maintenant disparu. Les institutions et l’économie de marché régissent la liberté. Ce que je veux dire, c’est que même si je laissais mes personnages réfléchir à haute voix, aucun éditeur n’accepterait d’imprimer un livre qui attaque avec sincérité et en profondeur ces trois tabous. Car la violence, sous ses différentes formes, serait exercée sans délai contre lui et contre moi21.

43Le parcours individuel des écrivains constitue peut-être un indice de la situation. Parmi les auteurs cités dans cette étude, combien ont mené une vie paisible en Syrie ? Ġāda al-Sammān réside au Liban depuis des années ; elle ne l’a même pas quitté aux plus forts moments de la guerre civile, Ḥaydar Ḥaydar s’est retiré dans son village natal près de Ṭarṭūs sur la côte syrienne, mais il avait auparavant connu un grand nombre de résidences à l’étranger (Liban, Chypre, Algérie...). Hānī al-Rāhib a du quitter son emploi à l’université de Damas et il a enseigné dans un pays du Golfe jusqu’à sa mort en 2000. Salīm Barakāt, d’abord exilé à Chypre, vit actuellement à Stockholm sans espoir de retourner en Syrie dans un avenir proche...

44Par un effet de miroir, l’œuvre des romanciers syriens est fortement travaillée par le thème de l’exil, ou ses formes plus édulcorées du voyage et du dépaysement. L’exil intérieur, c’est-à-dire l’impossibilité de s’exprimer ou le sentiment d’être coupé de son environnement, de son histoire... se traduit aussi dans l’espace du roman par le déplacement des personnages ou l’absence d’un heu où ils puissent s’arrêter définitivement. Les critiques des années qui ont suivi 1967 reprochaient aux écrivains de ne donner à voir que des scènes d’errance dans la ville. Poursuivis par la police ou par l’ennui, les personnages passaient le plus clair de leur temps à parcourir les rues, à la recherche d’un abri et de réconfort, prisonniers de leur solitude. Avec le temps, la situation ne change pas vraiment. Comme “Lui” dans المسافة (La distance), alīl, dans الخلعاء (Les réprouvés), cherche à échapper à la séparation en roulant dans les rues de Damas avant de finalement s’engager sur la route de la mer. Mahdi erre d’exil en exil, de demeure en demeure, d’espoir en espoir. Le voyageur de مرايا النار (Miroirs de feu), n’espère plus rien, mais il ne peut pour autant poser sa valise et passe toute la durée du roman dans un train, traversant des terres étrangères, sans s’arrêter.

  • 22 Beyrouth. Dār al-ādāb, 1986, 207 p.
  • 23 Beyrouth, Dār al-ādāb, 1989, 245 p.

45Au thème de l’exil se rattache celui du dépaysement. Nous avons déjà noté que l’action quittait progressivement l’espace syrien vers d’autres territoires arabes (Liban, vallée du Nil, Algérie, Iraq, Mauritanie...), guidée par un souci de l’écrivain de mieux intégrer l’écriture romanesque au monde arabe en général. Il y a aussi une autre raison à cet élargissement du champ géographique. À l’instar de leurs créateurs, les personnages sont marqués du sceau de l’errance comme une caractéristique fondamentale de la vie moderne. Leurs personnalités se nourrissent de la rencontre avec leurs frères arabes, mais aussi avec l’étranger, dans des contrées plus lointaines comme Chypre, l’Europe ou les États-Unis... La romancière amīda Na’nā’, par exemple, a publié sur ce thème trois ouvrages : deux romans et un recueil d’anecdotes et de réflexions diverses ramenées de son séjour d’études à Paris. Tous sont travaillés en profondeur par la rencontre avec l’Autre et mettent en scène l’exil en Europe. Les titres en sont évocateurs. Le premier s’intitule الوطن فى العينين (La patrie dans les yeux)22. Quant au second, من يجرؤ على الشوق (Qui ose aimer)23, son titre est imprimé deux fois sur la couverture : une fois en gros mais sous une forme inversée, comme dans un miroir, puis dans le sens normal de l’écriture, sous la première inscription mais en plus petits caractères, signifiant ainsi visuellement la confrontation avec l’Autre.

  • 24 Le Caire, Dār šarqiyyāt, 1995, 167 p.

46La comparaison entre la patrie et le pays d’exil est souvent à l’avantage de la première. Malgré les vicissitudes de l’existence, le roman syrien reste très attaché à sa terre originelle. En témoigne notamment الزمن الموحش (Le temps dévasté) qui donne de Damas l’image d’une amante ô combien désirée. Car le pays d’origine ne quitte jamais le cœur des personnages et sert de repère à la narration. Le texte de alīl al-Na’īmī, dans الخلعاء (Les réprouvés), est balisé par des indications de lieux précis situés à Damas, comme si le narrateur voulait marquer l’itinéraire exact de son tour dans la ville. Le Qassioun, Abū Rummāneh, al-Rawda, Marge, etc., autant d’endroits qui enracinent le récit dans une ville, alors que le temps, les personnages et leurs motivations demeurent flous, indéfinissables. Dans تفريغ الكائن (Épanche ment de l’être)24 du même auteur, l’histoire-cadre se déroule en France, mais Damas est constamment conviée par le souvenir dans la narration.

47Parallèlement à cette situation, on remarque que les lieux originels sont remplacés depuis quelques années par des villes imaginaires. Ces espaces renvoient souvent à l’idée d’un lieu primordial où une histoire particulière a vu le jour. C’est le cas, dans التلال (Les tells), de Ba’lïtà qui porte en elle les traces du développement de l’humanité, depuis l’apparition de la première cellule vivante qui donnera naissance au premier homme, jusqu’à l’époque actuelle. Monde en miniature, elle témoigne du passage de l’Histoire, des débuts jusqu’à nos jours.

48Dans un mouvement inverse, une autre ville imaginaire retrace les origines de l’homme, dans un roman récent de Salīm Barakāt عبورالبئروش (Le passage du flamant rose). Le personnage principal, au lieu de parcourir l’Histoire de l’humanité de ses débuts jusqu’à l’époque contemporaine, remonte le temps, s’inspirant de ses connaissances actuelles pour revenir au déluge originel. Dans une ville chypriote sans traits distinctifs se trouve réuni un groupe d’ingénieurs travaillant à la construction d’un musée. Dans cette localité bien banale, le projet immobilier se mue petit à petit en entreprise exceptionnelle qui consistera en fait à édifier une nouvelle arche de Noé. Du bâtiment s’élancera un grand oiseau, surgi de la paroi, comme l’avait fait la colombe de Noé partant à la recherche d’une terre émergée. Le personnage principal du roman est un de ces ingénieurs, un Kurde expatrié, habité par te souvenir quasi obsessionnel d’un traité de génie civil qui a suscité son goût pour son travail actuel et qui lui servira de guide spirituel aux cours des étapes successives de la construction, Petit à petit, il progresse dans la connaissance du véritable projet sur lequel il travaille comme il s’élève dans sa connaissance de soi et de l’univers, jusqu’à l’épreuve finale : l’achèvement réussi de l’arche qui fera de lui un nouveau créateur. L’exil dans le roman joue un rôle important dans la formation du personnage. Car il permet à l’être humain de prendre conscience de son universalité et des valeurs essentielles qui te fondent. D’instrument ignorant d’un dessein imposé de l’extérieur, il devient à la fois auteur et objet de sa quête. Dans et par l’exil, le personnage apprend à se connaître lui-même et à répondre aux questions qui jalonnent son existence.

Notes

1 Damas, Mansūrāt Ittiād al-kuttāb al-’arab, 1985. 192 p.

2 Beyrouth, Manšūrāt Ġāda al-Sammān, 1986, 493 p.

3 Cf. par exemple Muammad Kāmil al-Hatïb dans الرواية والواقع (Le roman et le réel), Beyrouth, Dār al-adāa, 1981, 123 p.

4 C’est le cas par exemple dans الخيول (Les chevaux) d’Amad Yūsuf Dāwūd, Damas, Dāral-aād, 1992 (1er édition : 1976), 212 p.

5 التلال, p. 294.

6 صورة الروائي (Portrait du romancier), Damas, Dār ’Aiyya li-l-našr, 1998, 254 p.

7 Beyrouth, Dār al-ādāb, 1992, 235 p.

8 الخلعاء, p. 112.

9 Ibidem, p. 99. L’énoncé reprend الخبر مفتاح الفرج « La patience est la clef du soulagement ».

10 Ibidem, p. 99.il fait contrepoint à العجلة عطلة « La précipitation empêche de parvenir à ses fins ».

11 من يتنازل في اللغة يتنازل في الحياة., ibidem p. 86.

12 Le débat, selon lui, doit quitter la sphère du moral ou du religieux pour être traité au niveau politique. « La condition première pour la libération de la société arabe est la politisation de la question féminine, primordiale pour la transformation de la société. » Le néopatriarcat, Paris, Mercure de France, 1996, p. 2.37.

13 Miriam Cooke souligne aussi ce trait quand elle étudie la littérature produite pendant la guerre du Liban. À l’homme qui baisse les bras s’oppose le personnage féminin qui fait front et refuse de quitter le pays. Cf. Women Write war : the centring of Beirut decentrists (Des femmes écrivent la guerre : le centrement des décentreurs de Beyrouth), Oxford, Center for Lebanese Studies, 1987, 22 p.

14 Les troupes ottomanes sont définitivement vaincues en septembre 1918 et l’émir Fayal entre dans Damas libérée le mois suivant. Après une courte période de gouvernement autonome, la Syrie passe sous mandat français, non sans des affrontements, dont la célèbre bataille de Maysaloun qui voit la victoire française contre les Syriens et reste une plaie ouverte dans la mémoire collective.

15 Citons par exemple لن تسقط المدينة (La ville ne tombera pas) de Fāris Zarzūr en 1969,ينداح الطوفان (Le déluge s’étend) de Nabīl Sulaymān en 1970, فياض (Fayyā) de Hayrī al-Dahabī en 1990, مدارات الشرق (Tourbillons d’Orient) de N. Sulaymān en 1990 et 1993. De façon moins “historique”, elle sert de point d’ancrage aux معسكرات الأبد (Campements d’éternité) de Salīm Barakāt en 1992.

16 Lattaquié, Dār al-Hiwār, t. 1 :1990, 487 p. ; t. 2 : 1990, 579 p. ; t 3 : 1993, 680 p. ; t.4 : 1993, 624 p.

17 Lettré de la Naha, Ila fondé le roman historique arabe (1861-1914).

18 الفلكيون في يوم ثلاثاء الموت (Les astronomes, le mardi de la mort), composé de عبور البشروش (Le passage du flamant rose), Beyrouth, al-Mu’assasa al-’arabiyya li-l-dirāsāt wa-l-našr, 1994, 251 p. ; الكون (L’univers), Beyrouth, Dār al-Nahār, 1996, 228 p. et كبد ميلاؤس (Le foie de Milā’us), Beyrouth, Dār al-Nahār, 1997, 237 p.

19 مرايا النار (Miroirs de feu) de aydar aydar, Beyrouth, Dār Amwāj, 1992, 141 p.

20 أنماط رؤية العالم في رواية السبعينات (Typologie de la vision du monde dans le roman des années soixante-dix), al-Adāb, n° 2-3 (1980), p. 52-93.

21 وجها لوجه : الدكتور هاني الراهب وطالب الرفاعي (Face à face : Hānī al-Rāhib et ālib al-Rifā’ī), al-’Arabī, n° 443 (octobre 1995), p. 69.

22 Beyrouth. Dār al-ādāb, 1986, 207 p.

23 Beyrouth, Dār al-ādāb, 1989, 245 p.

24 Le Caire, Dār šarqiyyāt, 1995, 167 p.

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search