Version classiqueVersion mobile

La création romanesque contemporaine en Syrie de 1967 à nos jours

 | 
Elisabeth Vauthier

Deuxième partie : Après 1967

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1La période qui suit ne va pas briser l’élan du “nouveau roman” syrien. Le mouvement s’installe de façon durable et les écrivains qui se sont exprimés avec force après la guerre continuent de publier régulièrement, approfondissant les voies qu’ils avaient commencé à explorer.

  • 1 « Commitment in Arabie Literature », Modern Arabic Literature and the West, Muḥammad Badawi (éd.), (...)

2La réflexion sur l’Histoire reste à la pointe de leurs préoccupations. L’engagement des auteurs dans le vécu quotidien ne faiblit pas et la défaite a renforcé leurs aspirations progressistes, comme leur volonté de mettre l’art au service de leurs idées. L’écrivain et critique Jabrā Ibrāhīm Jabrā décèle en cette période, une baisse d’intérêt pour l’engagement politique au profit de l’appel à la reconnaissance de l’existence individuelle1. Mais les deux aspects sont en réalité complémentaires. L’engagement des écrivains a, certes, changé dans ses formes et intègre dans ses préoccupations les êtres particuliers qui constituent le groupe social. Mais il demeure bien présent dans la production romanesque de la décennie qui suit la guerre et bien après. Les ouvrages que nous étudierons dans les prochaines pages en témoignent. Ils contiennent tous une vision du monde élaborée et des idéaux qu’ils veulent défendre à travers la création littéraire. Que ce soient Ḥaydar Ḥaydar, Hānī al-Rāhib, Ḫalīl al-Na‘īmī ou Ġāda al-Sammān, leur volonté de défendre leurs conceptions du monde et de la société ne fait aucun doute et enrichit leur expérience littéraire.

  • 2 Nous reprenons ici le titre adopté par Odette Petit pour sa traduction en français de l’ouvrage ch (...)

3Ils ne sont pas seuls. Nombreux sont les autres écrivains qui replongent dans les racines du vécu quotidien pour y trouver des explications et peut-être des voies nouvelles. Les représentants du réalisme comme Ḥannā Mīna, Fāris Zarzūr ou ‘Ādil Abū Šanab ne sont pas en reste, mais ils n’ont pas l’exclusivité de la démarche. ‘Abd al-Salām al-‘Ujaylī fait partie des représentants de la tradition dans le roman. Il publie cependant en 1974 قلوب على الأسلاك (Damas téléphérique2) un roman qui revient sur une période importante dans l’histoire syrienne, celle de l’union avec l’Égypte (1958-1962)

4L’engagement dans les grandes causes du pays et de la Nation arabe en général ne signifie pas pour autant que le message prime sur l’art. Tous sont conscients des limites qui existent entre les domaines. Ils souhaitent, certes, contribuer par leur écriture à changer le vécu de leurs concitoyens, mais en faisant œuvre d’artistes et en participant au développement littéraire national.

  • 3 Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres précis sur l’édition des ouvrages littéraires.

5Le public, même s’il reste encore en grande partie à conquérir, est avide de lecture et de découverte. Les livres sont à un prix très abordable, même pour des revenus modestes, ce qui encourage les tentatives littéraires des uns et des autres. Le gouvernement soutient l’édition3 et a, lui aussi, une activité de publication par l’intermédiaire du ministère de la Culture. Les rencontres littéraires sont courantes et l’ouverture sur les expériences modernistes à l’étranger (un certain nombre d’écrivains arabes en seront les traducteurs), la traduction de la nouvelle critique française et anglo-saxonne... contribuent à créer un climat stimulant pour le développement de l’activité littéraire.

6La production romanesque suit des directions initiées un peu auparavant. On peut isoler deux grandes tendances, qui se recoupent aussi souvent. D’une part, le roman continue à vouloir tenir les comptes de l’Histoire et cherche à fonder de nouvelles voies pour exprimer le temps présent dans la prose de fiction. D’autre part, il tente de dépasser le réalisme des apparences qui avait cours auparavant, en explorant les voies de l’intériorité et en tirant profit des modes d’expression de la subjectivité dans le roman.

Notes

1 « Commitment in Arabie Literature », Modern Arabic Literature and the West, Muḥammad Badawi (éd.), Londres, Ithaca, 1985, p. 23.

2 Nous reprenons ici le titre adopté par Odette Petit pour sa traduction en français de l’ouvrage chez Publisud (Paris) en 1984.

3 Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres précis sur l’édition des ouvrages littéraires.

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search