Version classiqueVersion mobile

La création romanesque contemporaine en Syrie de 1967 à nos jours

 | 
Elisabeth Vauthier

Première partie : L'Impact de la guerre de juin 1967

Chapitre I. 1967 : un tournant pour la création

Texte intégral

1 - Le contexte d’avant-guerre

  • 1usām al-aib سبل المؤثرات الأجنبية و أشكالها في القصة السورية (Les voies et les formes des influe (...)

1Les années qui précèdent le conflit sont des années importantes dans l’histoire du roman syrien. Le désir de renouveler les contenus et les techniques d’écriture apparaît clairement dès le milieu des années soixante. Le critique syrien usām al-aṭῑb considère cette période comme une étape importante pour la littérature et y voit un réveil qualitatif du roman syrien1 Le pays reste ouvert sur l’extérieur. Les traductions vers l'arabe sont nombreuses et elles contribueront au développement de la prose romanesque. Le public des lecteurs évolue. Il reconnaît à la prose ses lettres de noblesse et se montre plus sensible aux formes littéraires modernes. En effet, le roman comme la nouvelle n’ont qu’un enracinement récent dans le patrimoine littéraire arabe. Le roman arabe prend son essor au début du siècle et il revient à Šakb al-Jābirī le mérite d’avoir écrit le premier représentant syrien du genre en 1937 avec نهم (Fringale).

2Pourtant, ce n’est qu’à partir des années soixante que le mouvement romanesque prend de l’ampleur en Syrie. Les ouvrages publiés alors font preuve d’une plus grande maturité. Les écrivains abordent de nouveaux thèmes, comme la lutte nationaliste et l’unité arabe, la libération de la femme, les tentatives d’évolution sociale, le sentiment de perte de sens qui habite la nouvelle génération. La construction des romans est plus élaborée et les personnages gagnent en profondeur psychologique. Ḥusām al-Ḫaṭῑb attribue à cette évolution diverses causes. La situation politique, sociale et culturelle de la Syrie a beaucoup changé depuis l’indépendance en 1946 et le pays commence à récolter les fruits, des efforts entrepris par les pouvoirs politiques depuis lors. Le niveau de vie et d’instruction des populations s’améliore ; la jeunesse et les classes défavorisées participent plus activement à la vie sociale et politique ; la pratique écrite se développe aux côtés de l’oral.

3Les lecteurs se montrent aussi réceptifs à des expériences artistiques plus mûres. L’œuvre littéraire prend une portée plus large qu’une simple réponse ponctuelle au contexte historique dans lequel ils vivent. Elle se nourrit de l’expérience humaine, replacée dans un cadre universel. La décennie précédente a profité à la nouvelle qui a trouvé force et maturité ; son exemple positif va donner confiance aux romanciers qui, pour la plupart, se sont essayés à l’écriture nouvellistique avant de se lancer dans le roman, ou pratiquent les deux genres. Ils bénéficient de conditions historiques favorables avec la montée en puissance de nouvelles forces politiques.

4En 1963, un coup d’État porte le Baath au pouvoir. La culture représente une des préoccupations fondamentales du parti, depuis sa fondation. Dans la constitution qu’il a adopté en 1947, il est inscrit qu’il incombe à l’État de protéger et d’encourager les intellectuels dans un climat de liberté de parole, de publication et de réunion, afin de créer une culture nationale arabe progressiste et humaniste. Ces grands principes se concrétiseront à partir des années soixante par une politique volontariste en faveur de l’enseignement et de la culture. Des mesures sont prises pour lutter contre l’analphabétisme et le manque d’instruction. De même, pour la première fois dans l'histoire de la jeune république, le ministère de la Culture définit les grandes lignes d’une politique générale de la traduction.

5Les ouvrages traduits du français représentent une part importante des publications, mais un effort particulier est aussi consenti vers les écrivains algériens d’expression francophone. Les littératures d’Amérique latine et du Japon ne sont pas oubliées. L’influence des écrits anglo-américains se développe rapidement et les écrivains de cette période citent souvent connue source d'influence les noms de Faulkner, Durrel, Joyce... Le ministère de la Culture s’efforce de promouvoir des activités culturelles ouvertes à tous, en soutenant les actions individuelles ou collectives entreprises dans ce domaine. Il encourage la formation de l’Union des écrivains arabes (اتحاد الكتاب العرب) qui entretient de nombreux liens avec les auteurs des autres régions du monde arabe. Il mène aussi une active politique de publication.

6La politique culturelle du Baath portera ses fruits. L’analphabétisme régresse, le taux d’instruction des populations s’élève. L’action entreprise permet aux écrivains confirmés de bénéficier de structures stables et aux plus jeunes de faire leurs premières armes, à travers les revues et les concours littéraires organisés régulièrement. En soutenant les auteurs, elle va aider le roman à progresser rapidement et à se développer dans différentes directions.

2 - Les grands courants des années soixante

  • 2 Le phénomène n’est pas propre à la Syrie. Il est perceptible dans d’autres régions du monde arabe e (...)

7L'essor du roman est marqué par la prise de conscience d'une nécessaire évolution des techniques et des contenus. La réflexion est conduite par une nouvelle génération d'écrivains syriens qui remettent en question l’approche traditionnelle de leurs aînés2. Ġāda al-Sammān, Zakariyyā Tāmir, Wald Iṣῑ, aydar aydar, par exemple, ont commencé à écrire à cette période. Ils ont une bonne connaissance des littératures occidentales dont les influences seront sensibles, même si leur familiarité avec le patrimoine littéraire arabe est indéniable

8usām al-aṭῑb dénombre cinq orientations distinctes pour cette période : la tendance didactique, le néo-classicisme, le réalisme (dont le réalisme socialiste), le modernisme, le mélange de plusieurs de ces tendances. Le réalisme reste cependant dominant dans l’écriture romanesque de cette période. Fortement articulé sur l'engagement politique et nationaliste de la décennie précédente, il trouve en annā Mina un représentant fécond et populaire qui ne publiera pas moins de six romans et deux recueils de nouvelles entre 1966 et 1977.

  • 3 Beyrouth, Dār Mağallat al-Ši'r, 1958, 146 p. La préface a été traduite par M. Barbot dans la revue (...)

9Mais l’engagement prend un sens nouveau au milieu de la période, avec la diffusion des idées existentialistes de Camus et de Sartre et le succès fulgurant du romancier anglais, Colin Wilson. Son livre, اللامنتمي (Le déraciné), nourrit l’inspiration et la réflexion de nombre d’écrivains et critiques qui voient dans l’existentialisme l’expression du malaise de l’individu arabe face à son histoire. L’écrivain palestinien Jabrâ Ibrahim Jabra écrit dès 1957 dans sa préface au recueil de nouvelles de alm Barakāt, الصمت والمطر (Le silence et la pluie)3 : « La création littéraire pose le problème de l’homme. » Il dresse un tableau sombre du contexte qui lui est contemporain, Privé de ses libertés, subissant l’oppression des pouvoirs en place, réduit à la pauvreté alors que quelques privilégiés vivent dans un luxe insolent, dépossédé de son humanité, l’individu n’est plus qu’un pion, un numéro perdu dans la foule soumise. Il incombe alors à l’écrivain de dénoncer cette situation, en dépassant son expérience personnelle pour dire celle du groupe et rendre sa dignité à l’individu en exprimant une alternative dans le futur de l’homme.

10Pour le réaliste comme pour l’existentialiste, l’intellectuel ne vit pas dans une tour d’ivoire. Il est clairement engagé dans et par son groupe. Depuis le renouveau de la culture arabe au dix-neuvième siècle, l’intellectuel joue un rôle de phare et de guide pour les membres de la communauté. Les courants de pensée qui vont se développer au vingtième siècle réaffirment son rôle de représentant du groupe, même si les littérateurs sont conscients des limites de leur action dans un pays où sévit l’analphabétisme et où leurs écrits ne touchent qu’une frange de la population. L’écrivain syrien installé au Liban, Halim Barakât, se fait l’écho de cette conception de l'écriture.

  • 4 « Arabic novel and social transformation », dans Robin Ostle (éd.), Studies in modern Arabic litera (...)

On the whole, however, the general inclination that permeated Arabic literature has been one of desperate search for a new order [...]. In this sense, contemporary Arab novelists could be considered as creative critics of their society and not as partisans of the established order. Furthermore, disappointments with Arab governments, especially after the June War of 1967, has added to the intensity of such critical stances. Contemporary Arab writers have been pre-occupied with themes of struggle, revolution, liberation, emancipation, rebellion, alienation. A writer could not be a part of Arab society and not concern himself with change4.

11Les intellectuels syriens, dans leur majorité, partage ce sentiment de responsabilité. Leur engagement signifie que leur réflexion ou leur art doit être positif. Ils doivent œuvrer pour l’amélioration des conditions d'existence des peuples, dénoncer les situations insupportables, affirmer des idées, proposer des alternatives. L’artiste, comme le philosophe ou le militant politique, a un rôle à jouer dans la société arabe, Pour cette raison, la responsabilité des intellectuels (et donc des écrivains) se trouvera engagée après la défaite de 1967.

3 - 1967 : le choc

12L’engagement des écrivains dans les grandes causes qui touchent les sociétés arabes est réel et général. Ils ne peuvent pas rester insensibles aux événements qui se déroulent en 1967. La défaite des armées arabes est un choc énorme pour tous les Arabes. Lorsque la guerre éclate le 5 juin 1967, l’espoir est grand de voir enfin l'ennemi israélien abattu et la terre arabe encore sous joug étranger rendue à ses enfants. L’espoir ne durera que peu de temps. L’annonce de la défaite, cuisante, humiliante, au bout de six jours de combat seulement, fait l’effet d’un coup de poing. Ce coup est d’autant plus violent que les informations transmises à la population n’en laissaient rien présager. La déroute était prévisible dès les premiers jours de combat et, pourtant, les autorités politiques et militaires arabes avaient décidé de cacher la vérité et de diffuser des communiqués de victoire.

  • 5 “Réveil. Renaissanee”. nom donné au renouveau culturel qui voit le jour au 19e siècle dans les pays (...)
  • 6 Pour aborder la réflexion de H. Sharabi, on peut se reporter par exemple à deux ouvrages :

13Comme tous leurs compatriotes, les intellectuels arabes se sentent dupés et humiliés. Ils voient dans cette défaite plus qu’une déroute militaire : il s’agit en fait de l’échec du système de valeurs qui régit les pays arabes depuis la Naha5. Mais l’écrivain n’est pas un simple citoyen. Il lui a été dévolu la tâche de donner corps écrit à un monde à édifier, à des idées et des valeurs à défendre. À la croisée entre sociétés et idéologies, il se sent une responsabilité dans le désastre. En effet, les discours tenus par les intellectuels, les idées et les valeurs qu’ils défendaient, Ont contribué à conduire le monde arabe à la situation de 1967. Quant à ceux, plus lucides, qui fustigeaient déjà les fonctionnements socio-politiques des pays arabes, ils n’ont pas su changer le cours de l’histoire. Certains écrivains se taisent momentanément. Ainsi, le poète Nizār Qabbān observe le silence pendant de longues semaines avant de dénoncer dans un poème qui fait scandale, هوامش على دفتر النكسة (En marge du registre du désastre), l’ordre ancien, le “néo-patriarcat” selon l’expression du penseur palestinien Hisham Sharabi6.

14D’autres font œuvre de “pénitence” et se livrent à leur auto-critique dans des écrits où ils dénoncent le rôle joué par les intellectuels dans le drame. C’est le cas de Walid Iṣῑ dans un court roman intitulé في أحضان السيدة الجميلة (Dans les bras de la belle dame) et paru en 1969. Dans ce livre achevé dès 1968, il dresse le portrait amer d’Ismā'l, un enseignant velléitaire, enfoncé dans le confort de sa vie et qui n’a connu le combat qu’à travers les idées qu’il diffuse dans ses écrits. Ismā'l se sent inutile et lâche. il est poursuivi par un sentiment de culpabilité, jusqu’à la dernière page où il subit avec joie le châtiment qui lui permettra de goûter enfin le repos.

  • 7 Dans حكايات النورس المهاجر (Histoires de l’oiseau migrateur), Damas, Manšūrāt wizārat al-aqāfa wa- (...)

15D’autres encore cherchent dans l’histoire arabe passée des modèles héroïques qui incarnent la grandeur du peuple syrien ou de la Nation arabe, pour dépasser l’abattement et le désespoir.الفهد (Le guépard)7 de aydar aydar, court roman d’une centaine de pages seulement, retrace l’épopée de Sâhïn (surnommé “le guépard”), un paysan de la montagne alaouite en rébellion contre les féodaux au pouvoir après la fin de l’occupation française. Il incarne d’ailleurs dans la mémoire populaire le héros luttant contre l'injustice. Il inspirera d’autres artistes : Mamdūḥ ‘Udwān en fait le héros d’une pièce de théâtre, Il sert de thème à un poème de Muammad ‘Umrān et son histoire est portée à l'écran par le réalisateur Nabl Māli.

16La dernière voie qui s’offre aux écrivains consiste à rechercher les causes de la défaite : insuffisances militaires ; conservatisme d'une société ligotée par ses tabous, repliée sur ses traditions ; corruption des classes dirigeantes ; etc. Mais un lien unit ces différentes attitudes : dans leur majorité, les écrivains arabes ont le sentiment que la guerre de 1967 n’est pas seulement une défaite militaire, mais bien l’échec d’une civilisation tiraillée entre les modèles anciens et les influences politiques, économiques et culturelles importées de l’Occident.

17La littérature se trouve ainsi à un moment historique qui va renforcer le besoin de renouvellement de récriture. La nouvelle génération d’écrivains va conduire cette recherche et remettre en question une certaine approche traditionnelle du roman, Pour la plupart, ils ont commencé à écrire dans les années soixante et se sont déjà signalés, comme Wald Iṣῑ avec شتاء البحر اليابس (L’hiver de la mer asséchée), par des tentatives novatrices qui se trouvent justifiées et encouragées a posteriori par l’impact de la guerre.

  • 8 انعكاس هزيمة حزيران على الرواية العربية (La répercussion de la défaite de juin sur le roman arabe), (...)
  • 9 ( ثب ساتتل ا لروايا ) ١و ٠ر ٦ ي ٨ة ٩٧٩ . (Recension des romans syriens 1865-1979), article cité.

18La défaite peut même apparaître comme un stimulant pour la production littéraire. Malgré la période de silence observée par certains, les années qui suivent la guerre sont fécondes qualitativement et quantitativement. Suhayr Qalamāw, dans sa préface à l’ouvrage de Šukri8, cite deux chiffres : 167 romans arabes ont été publiés entre 1968 et 1973 contre 92 entre 1961 et 1966. Pour ce qui concerne le domaine syrien, usām al-aṭῑb et Samar Rūḥῑ al-Fayal9 en recensent 31 dans la première période contre 53 dans celle d'après-guerre. Les chiffres se recoupent mais ils doivent être nuancés et replacés dans leur contexte. En effet, ces comptes ne portent que sur le roman et, de ce fait, ne rendent pas compte de la totalité des écrits du moment, en excluant la nouvelle qui constitue pourtant le médium privilégié des prosateurs pour l’époque concernée.

4 - Roman et nouvelle

19La nouvelle apparaît en effet plus adaptée pour exprimer à la fois la colère, l’humiliation, le désespoir et la perte de sens que ressentent les littérateurs. Cette forme d’écriture, par ses caractéristiques génériques, se prête mieux à l’explosion des sentiments que le roman, plus ample, moins souple, plus narratif qu’introspectif. Le roman trouve son épanouissement dans la stabilité, pas dans des contextes où les idées et les valeurs identitaires se trouvent ébranlées, sans disposer d’une alternative claire et construite, comme c’est le cas au lendemain de la guerre. La nouvelle, au contraire, offre un lieu d’expression souple, propice à l’expression du désarroi et de la perte de sens qu’éprouvent les Arabes.

20Dans l’histoire de la littérature arabe moderne, il n’existe pas de frontières étanches entre la nouvelle et le roman. Nombreux sont les écrivains qui pratiquent indifféremment les deux genres. Certains, comme Ġāda al- Sammān, ont débuté par la nouvelle avant de se lancer dans l’écriture du roman. Walīd Iṣī, de son côté, est à la fois nouvelliste, romancier et dramaturge, Plus symptomatique est de constater que Hānī al-Rāhib publie un recueil de nouvelles en 1969 (sans compter diverses nouvelles publiées dans des revues), soit un an avant la parution de son roman شرخ في تاريخ طويل (Faille dans une longue histoire), Pour Hānī al-Rāhib, en effet, la préférence va au roman dans sa pratique de l’écriture. Il constitue la forme achevée du texte qu’il veut écrire, du sens qu’il veut exprimer. Quant à la nouvelle, elle représente un moyen d’y parvenir. Il ne la rejette pas en tant que forme d’expression mais donne la priorité à la création romanesque. Il déclare ainsi dans la revue al-Ma‘rifa :

حاولت كتابة القصة القصيرة، لكن أغلب ما كتبت - كما اكتشف بدر الدين عرودكي -

21روايات ... وأنا أكتب القصة القصيرة لسببين : إما أن يكون هنالك هم صغير

أريد إخراجه من نفسي . أو لأني أريد التمرن على حل مسألة تكنيكية في رواية أكتبها .

  • 10 Hān al-Rāhib fait ici allusion à un article que le critique syrien a consacré au recueil La cité v (...)
  • 11 .شهادات الروائيين (Témoignages de romanciers), al-Ma'rifa, n° 146 (avril 1974), p.  204.

J’ai essayé d’écrire des nouvelles mais la plupart de ce que j’ai écrit — comme l’a découvert Badr al-Din ‘Arūdāki10— ne constitue que des romans condensés. (...) J'écris des nouvelles pour deux raisons : soit il y a un petit souci que je veux me sortir de la tête, soit je veux m’entraîner pour résoudre un problème technique dans un coman que je suis en train d’écrire11.

  • 12 Genre picaresque en prose rythmée et assonancée.
  • 13 Récit de voyage.
  • 14 Titre de la traduction par René Khawam, Paris, Phébus, 1991, 742 p.

22Les chiffres précédemment cités sont aussi à nuancer dans la mesure où le renouvellement auquel aspirent les romanciers syriens (le phénomène est aussi plus généralement arabe) a pour effet de réduire les écarts entre les différents catégories génériques de la littérature, tout particulièrement entre roman et nouvelle. Le mouvement n’est cependant pas nouveau : la littérature moderne est née d’une rencontre des genres, à la croisée des modèles occidentaux véhiculés par les traductions ou les adaptations d’ouvrages étrangers et des modèles d’écriture classique comme la maqāma12 ou la rila13 dont les livres de Muammad al-Muwayliḥῑ en 1898, حديث عيسى بن هشام Récit de ‘Īsā b. Hišām), ou de Fāris al-Šidyāq en 1855, الساق على الساق (La jambe sur la jambe)14, constituent l’illustration. Dans les années soixante, l’Égyptien Tawfq al-akim, de son côté, tente un rapprochement entre écriture théâtrale et roman. La jeunesse des genres modernes a ainsi profité aux écrivains arabes, leur donnant la liberté d’explorer des voies nouvelles sans s’enfermer dans des limites génériques closes, et le phénomène est renforcé après 1967 par le sentiment généralisé que la littérature n’a pas trouvé les formes adaptées à l’expression de la réalité vécue.

  • 15 انعكاس هزيمة حزيران على الرواية العربية (La répercussion de la défaite dejuin sur le roman arabe), (...)
  • 16 حكايا النورس المهاجر (Histoires de l’oiseau migrateur), Beyrouth, Dār al-aqā’iq, 1972 (2ème éd.), (...)
  • 17 C'est notamment l'opinion de Charles Vial dans « La littérature contemporaine en Syrie », article c (...)
  • 18 La dernière édition date de 1991.

23Certains ouvrages prêtent à confusion et sont répertoriés différemment selon les critiques. Ainsi, Šukrīḍī ouvre-t-il son propos sur les romans de l’après 67 par une étude sur فارس مدية القطرة (Le chevalier d’Alcantara), de ‘Abd al-Salām al-‘Ujaylī15, alors que ce texte est généralement considéré comme une nouvelle et publié dans un recueil qui porte le même nom. De la même manière, الفهد (Le guépard) de aydar aydar, a d’abord été publié dans un recueil de nouvelles16, puis de façon indépendante, ce qui a laissé la place à un certain flottement terminologique. Parfois considéré comme une nouvelle17, la dernière édition classe clairement l’ouvrage dans la catégorie des romans18 Un exemple encore plus frappant du mélange des genres est celui du texte intitulé المسافة (La distance) de Yūsuf al-ā’iġ, qui sera étudié plus loin. Il se situe à la confluence du roman, de la nouvelle et de l’expression théâtrale.

24Si l’on veut dessiner dans ses grandes lignes la silhouette du roman d’après 1967, on peut dire qu’il exprime, dans une composition qui a souvent perdu ses marques, volontairement floue, ambiguë ou même hermétique, le désarroi et la perte de sens ressentie par tous. L’injustice vécue au quotidien trouve sa traduction dans des récits qui semblent dénués de tout fil conducteur. Les temps, les lieux se mélangent et les êtres errent dans la confusion, poursuivis par le désespoir, la destruction et le sacrifice, n’ayant commis pour seul crime que d’être faibles et soumis. La littérature est dominée par un sentiment d’angoisse que Simon Ballas définit de la manière suivante :

  • 19 La littérature arabe et le conflit du Proche-Orient (1948-1973), Paris, Anthropos, 1980, p. 271-272

Par qalaq, l’Arabe entend exprimer ce trouble personnel ou social qui ne s’appuie pas particulièrement sur les données existentialistes empruntées à l’Occident. Ce trouble, en effet, ne débute pas en 1967, ni en 1948, il a pour origine le premier contact avec l’Occident qui a perturbé et ne cesse de perturber toujours davantage l’existence arabe19.

25La langue aussi se simplifie, se rapproche du discours courant, quotidien, celui des citoyens ordinaires, adoptant même parfois un style prosaïque, trivial. Elle cherche à rejoindre la langue du simple mortel pour enfin lui donner véritablement la parole à travers l’instance narratrice qui devient l’expression de sa conscience. Il ne s’agit pas simplement de coller de plus près au réel, de gagner en authenticité. Les écrivains s’inscrivent de cette manière en opposition avec les discours enthousiastes et pleins d’illusions de la période précédente. Ils s’inscrivent aussi en opposition avec les envolées fleuries des déclarations politiques, désormais démenties et déconsidérées.

  • 20 Sur le sujet, lire Muḥammad Dakrūb,آثار هزيمة حزيران في القصة العربية القصيرة (Les traces de la déf (...)

26Le réalisme dépasse la conception limitée qui l’animait jusqu’à présent. Il ne suffit plus de présenter des scènes de la vie quotidienne, de parler de son époque et de son environnement social de la façon la plus précise et la plus “neutre” possible, de saisir les paroles des hommes de la façon la plus authentique possible, pour être réaliste20. Désormais, l’écriture doit scruter le cœur de l'homme, sa raison, sa conscience, dans une langue adaptée à cette nouvelle tâche. Elle ne se contente plus d’évoquer la vie de l’être humain de l’extérieur mais veut en donner aussi une image de l’intérieur. Le roman réaliste dépasse le commentaire d’un moment partiel, ponctuel et superficiel de la vie des sociétés. Désigné comme une attitude face à la vérité et à l’existence, il doit appréhender les phénomènes individuels et collectifs à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. Il doit en exprimer la globalité.

5 - Conclusion

27Cette introduction a permis de tracer les grandes lignes de la création romanesque en Syrie juste après 1967. L’étude de quatre romans parus en 1969 et 1970, choisis à la fois pour leurs qualités artistiques et pour être représentatifs des orientations littéraires de l’immédiate après-guerre, permettra d’illustrer cette présentation et d’affiner notre connaissance des évolutions de la période choisie. Il s’agit des œuvres suivantes :

    • 21 L’ambiguïté inhérente à la relation d’annexion lorsqu’elle comporte un épithète fait que l’adjectif (...)

    قارب الزمن الثقيل (Vaisseau du temps lourd21),de ‘Abd al-Nab ijāz (1970) ;

    • 22 Charles Vial traduit le titre par « Accroc dans une longue histoire » (« La littérature contemporai (...)

    شرخ في تاريخ طويل (Faille dans une longue histoire22), de Hān al-Rāhib ( 1970) ;

  • الثلج يأتي من النافذة (La neige vient de la fenêtre), de annā Mina (1969) ;

  • المسافة (La distance), de Yūsuf al-ā’iġ (1970).

Notes

1usām al-aib سبل المؤثرات الأجنبية و أشكالها في القصة السورية (Les voies et les formes des influences étrangères sur la prose syrienne), op. cit., p. 31 -32.

2 Le phénomène n’est pas propre à la Syrie. Il est perceptible dans d’autres régions du monde arabe et notamment en Égypte (cf. Nadia Touche, Histoire de la littérature romanesque en Égypte, Paris, Maisonneuve et Larose, 1981, p. 141-143).

3 Beyrouth, Dār Mağallat al-Ši'r, 1958, 146 p. La préface a été traduite par M. Barbot dans la revue Orient.

4 « Arabic novel and social transformation », dans Robin Ostle (éd.), Studies in modern Arabic literature, Warminster, Aris and Phillips, 1975, p. 126.

5 “Réveil. Renaissanee”. nom donné au renouveau culturel qui voit le jour au 19e siècle dans les pays arabes.

6 Pour aborder la réflexion de H. Sharabi, on peut se reporter par exemple à deux ouvrages :

  • Arab intellectuals and the West: the formative years (1875-1914), Ann Arbor, 1983, 139 p.

  • Le néopatriarcat, Paris, Mercure de France, 1996, 273 p.

7 Dans حكايات النورس المهاجر (Histoires de l’oiseau migrateur), Damas, Manšūrāt wizārat al-aqāfa wa-l-Iršād al-qawm, 1968, p. 3-88.

8 انعكاس هزيمة حزيران على الرواية العربية (La répercussion de la défaite de juin sur le roman arabe), Beyrouth, al-Mu’assasa al-‘arabiyya li-l-dirāsāt wa-l-našr. 1978, p. 12.

9 ( ثب ساتتل ا لروايا ) ١و ٠ر ٦ ي ٨ة ٩٧٩ . (Recension des romans syriens 1865-1979), article cité.

10 Hān al-Rāhib fait ici allusion à un article que le critique syrien a consacré au recueil La cité vertueuse (المدينة الفاضلة), (cf.المدينة الفاضلة : بين لحظة القصة إلى ديمومة الرواية (La cité vertueuse : entre l’instantanéité de la nouvelle et la durée du roman), al-Ma 'rifa, n° 95 (janv. 1971), p. 109-121.

11 .شهادات الروائيين (Témoignages de romanciers), al-Ma'rifa, n° 146 (avril 1974), p.  204.

12 Genre picaresque en prose rythmée et assonancée.

13 Récit de voyage.

14 Titre de la traduction par René Khawam, Paris, Phébus, 1991, 742 p.

15 انعكاس هزيمة حزيران على الرواية العربية (La répercussion de la défaite dejuin sur le roman arabe), op. cit., p. 48 sq.

16 حكايا النورس المهاجر (Histoires de l’oiseau migrateur), Beyrouth, Dār al-aqā’iq, 1972 (2ème éd.), 120 p.

17 C'est notamment l'opinion de Charles Vial dans « La littérature contemporaine en Syrie », article cité, p. 419.

18 La dernière édition date de 1991.

19 La littérature arabe et le conflit du Proche-Orient (1948-1973), Paris, Anthropos, 1980, p. 271-272.

20 Sur le sujet, lire Muḥammad Dakrūb,آثار هزيمة حزيران في القصة العربية القصيرة (Les traces de la défaite de juin dans la nouvelle arabe), al-Ādāb, 10 (oct. 1969), p. 8-10.

21 L’ambiguïté inhérente à la relation d’annexion lorsqu’elle comporte un épithète fait que l’adjectif “lourd” peut aussi bien s’appliquer au “vaisseau” qu’au “temps”. Nada Tomiche traduit d’ailleurs le titre par « Le lourd bateau du temps » dans La littérature arabe contemporaine, op. cit., p. 94.

22 Charles Vial traduit le titre par « Accroc dans une longue histoire » (« La littérature contemporaine en Syrie », p. 415).

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search