Version classiqueVersion mobile

Zandaqa et Zindīqs en islam au second siècle de l’Hégire

 | 
Melhem Chokr

Troisième partie. Le courant libertin et ses représentants

Chapitre V. Les libertins "zindiqs III". Les Libertins de Basra

Texte intégral

BAŠŠĀR B. BURD

  • 1 Sur Baššār b. Burd, voir : Ğāḥiz, Bayān, I, 16, 24-25, 29-31, 41 ; idem, Hayawān, I, 239-242 ; IV, (...)

1Abū Mu‘āḏ Baššār b. Burd, surnommé "al-Mura"aṯ", le plus grand poète de son temps et l'un des plus grands génies de la poésie arabe de tous les temps, était un client d'origine iranienne de ‘Uqayl né, aveugle, dans une famille très modeste à Basra dans les dernières années du ier/viie siècle1.

  • 2 Aġāni, III, 217.
  • 3 Voir plus loin, p. 291.
  • 4 Ğāḥiẓ, Bayān, I,49; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 643.
  • 5 Aġānī, III, 165.
  • 6 Ibn al-Mu῾tazz, Ṭabaqāt, 21, Tārīḫ Baġdād, VII, 117-118.

2Sous les Umayyades, il adressa des poèmes panégyriques à Sulaymān le fils de Hišām et à ‘Umar b. Hubayra le gouverneur de l'Irak2. Par la suite, après avoir sympathisé avec le Ḥasanide et attaqué al-Manṣūr3, il se rallia comme tous les poètes aux Abbasides, et il eut ses entrées, à Basra, auprès du gouverneur ‘Uqba b. Salm4, et à Baġdād, auprès de Ḫālid le barmakide5. Jusqu'à ses dernières années, ses relations avec al-Mahdī furent bonnes ; le calife appréciait sa poésie laudative, le récompensait généreusement et l'invitait parfois à amuser ses esclaves6.

3Baššār était dans le fait un libertin, d'une moralité douteuse. Mais il n'était pas un libertin du genre bouffon. Grand, plein, aveugle, le visage variolé et très laid, il n'était pas fait pour jouer le nadīm avec son éternelle tunique crasseuse.

  • 7 Aġānī, III, 136, 141, 159, 249 ; mais surtout les satires de Ṣafwān et de Ḥammād ‘Ağrad, chez Ğāḥi (...)

4Il n'avait pas non plus la grâce ou l'humour d'un Muṭī‘ b. Iyās ou d'un Yaḥyā b. Ziyād. De caractère difficile, irascible, inconstant, facilement injurieux, il était un misanthrope redouté pour ses répliques sarcastiques et ses satires féroces. Les honnêtes gens de Basra fêtèrent sa mort, rapporte la tradition, tellement il était haï7.

  • 8 Baššār, Diwān, II, 297 ; Aġānī, III, 185.
  • 9 Ibid, III, 185.

5Sans être un poète bachique, et sans avoir la possibilité d'errer à l'aventure dans les tavernes et les maisons des qayyān-s, il était adonné au vin, et avait pour ses beuveries des nadīm-s intimes8. L'épisode du pèlerinage fait à la taverne du couvent de Zurāra se trouve dans sa biographie9.

  • 10 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 49 ; Aġānī, III, 138,139,203.

6Il était šu‘ūbite, mais à ses heures. Tantôt il se disait client de ‘Uqayl (de ‘Ᾱmir de Hawāzin), tantôt de Sadūs (de Bakr). Tantôt il composait des poèmes à la gloire de Muḍar, tantôt il satirisait les ‘urayb, et se vantait d'appartenir à qurays al- Ağam. Il incitait même, selon certains, les clients à rejeter le système du walā’10.

  • 11 Ibid, III, 211,212, 215,222, mais aussi 160.

7Son esprit irrespectueux à l'égard de la religion est illustré par plusieurs historiettes. En écoutant une qayna chanter ses vers, il s'exclama : « Par Dieu ! c'est plus beau que la sourate du Rassemblement » ou : « C'est plus beau que le salut le jour du jugement ! »11. Nous verrons plus loin sa défense d'Iblīs.

  • 12 Ibid, III, 186.
  • 13 Ibid, III, 186.
  • 14 Voir plus haut, p. 270.

8Comme tout libertin, il est censé avoir négligé la prière12. Il disait ironiquement : « Celui qui accepte (les prières) faites chacune en son temps, les acceptera faites une seule fois », prétendant ainsi qu'il priait une seule fois dans la journée13. Nous avons vu Ḥammād ‘Agrad l'accuser de négliger ses devoirs religieux et de se désintéresser totalement du Coran14.

  • 15 Baššār, Diwān, II, 206.
  • 16 Ibid, II, 15.
  • 17 Ibid, II, 58.
  • 18 Aġāni, III, 182; VI, 244, 245.
  • 19 Ch. Pellat, Milieu, 256-257.
  • 20 Aġānī, III, 170,182 ; VI, 244, 245.
  • 21 Baššār, Dīwān, II, 26, 107,119.

9Poète erotique audacieux, usant d'une langue pure, élégante et maniée avec une puissance supérieure, Baššār, aussi psychologue que Satan, excellait dans la description des relations amoureuses et de la vie intime des femmes, description vivante et pimentée de blasphèmes. Pour une visite d'une Umm Muḥammad, il se dit prêt à négliger le jeûne et la prière15 ; « Tu es, dit-il à une autre, la Pierre noire que j'aime embrasser »16 ; accomplir telle et telle chose avec une troisième, est plus agréable que les cérémonies de ‘Arafāt17 ; etc. Sa poésie séduisait la jeunesse basrienne18, au sein de laquelle il avait des admirateurs reconnaissants et des admiratrices : chanteuses et mutaẓarrifa-s, et même des femmes mariées avec qui, malgré son physique bien peu gracieux, il entretenait des relations douteuses19. Les censeurs des mœurs s'inquiétaient. « La poésie de cet aveugle incite à la débauche » disaient-ils. Wāṣil le menaça ; Mālik b. Dīnār (m. avant 131/749), Sawwār b. ‘Abd Allāh le cadi de Basra (m. 158/775) et, selon une tradition peu authentique, Ḥasan al-Baṣrī le sermonnèrent20. Par la suite, al-Mahdī lui imposa une auto-censure ; à plusieurs reprises, il dit dans ses poèmes qu'al-Mahdī lui interdit de parler des femmes21.

10En résumé, Baššār était un fāsiq, un authentique libertin.

  • 22 On n'en connaît que des poèmes très brefs, de simples vers ; ils sont chez : Ṭabarī, Tārīḫ, III1, (...)
  • 23 Tārīḫ Baġdād, XIV, 263; Ṭabarī, Tārīḫ, III1, 538 ; Aġānī, III, 244.
  • 24 Ṭabarī, Tārīḫ, III1, 538 ; il le jette à l'eau.
  • 25 Aġānī, III, 246, 247, 250.
  • 26 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 21.
  • 27 Ibid, 21.
  • 28 Aġānī, III, 250.
  • 29 Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 646.
  • 30 Ibn al-Mu‘tazz, Tabaqāt, 22 ; Agānī, III, 249.

11Ce fut sa poésie satirique, et non sa religion qui fut la cause de sa mort. Les sources sont unanimes sur ce point. Dans des moments de colère et de mauvaise humeur, il composa des diatribes contre le vizir d'al-Mahdī, Ya‘qūb b. Dāwūd, son frère Salih gouverneur de Basra (en 164/781), et contre le calife lui-même accusé de passer son temps entre la coupe et le luth et de commettre l'inceste avec ses tantes22. Le vizir rapporta ses satires au calife, en inventa, dit-on, d'autres, et lui dit : « Cet aveugle associationniste (mušrik) » ou « mulhid zindiq t'a satirisé »23. Selon Ṭabarī, al-Mahdī ordonna d'amener Baššār ; mais le vizir, craignant que le poète n'arrivât à apaiser avec ses beaux poèmes la colère du calife, se hâta de le faire mettre à mort24. En fait, cette tradition est un anachronisme, car Baššār fut exécuté en 167/784 ou 168/785, et à cette date, Ya‘qūb b. Dāwūd, nous l'avons vu, était depuis déjà 166/783 en prison. Selon d'autres traditions plus vraisemblables, ce fut al-Mahdī lui-même, monté contre le poète par son ancien vizir, qui, lors d'une visite à Basra, trouvant Baššār ivre en train d'appeler à la prière en dehors de l'heure normale, ordonna au Ṣāḥib al-zanādiqa (qui devait être le muḥtasib ‘Abd al-Ğabbār ou ‘Umar al-Kalwādī) ou bien au chef de sa garde personnelle ‘Uṯmān b. Nahīk25, de lui donner 70 coups de fouet26, ou de le décapiter27, ou de le fouetter jusqu'à la mort28, ou de le jeter à l'eau29, bref de le mettre à mort. Plus tard, lorsqu'on trouva dans les papiers de Baššār une note confidentielle prouvant qu'il était fidèle au Prophète, le calife regretta la mort de son poète et en rendit le rancunier Ya‘qūb b. Dāwūd responsable30.

12Concernant la religion de Baššār, on peut distinguer dans sa biographie d'un côté les traits impersonnels et thématiques attribuables aux libertins, et de l'autre, des éléments tirés de témoignages sûrs.

  • 31 Mubarrad, Kāmil, III, 923; al-Murtaḍā, Amālī, I, 138.
  • 32 Agānī, III, 227 ; voir plus haut, p. 245.

13Comme libertin classique, Baššār est censé appartenir à la religion des zindiqs : on lui demande comment il se fait qu'il mange de la viande, chose illicite d'après sa religion ; il répond que cela éloigne de lui le mal de "l'obscurité"31. D'autre part, il est un matérialiste ne croyant qu'aux choses sensibles : « Je ne crois qu'à ce que je vois ou à ce qui lui est semblable », soutient-il32. Des légendes.

  • 33 Gāḥiẓ, Bayān, I,49.

14En fait, d'après les nombreux passages de Ğāḥiẓ, qui constituent notre source principale sur la religion de Baššār, ce dernier n'apparaît pas comme un vulgaire libertin qui se désintéresse de la réflexion. Sans être un mutakallim au sens technique, Baššār était un personnage cultivé et capable de nazar. Ğāḥiẓ, qui l'estime à sa juste valeur, écrit qu'il était poète, orateur et auteur de "Rasa’il connues"33. Sa poésie est parfois celle d'un sage de la trempe de Ma‘arri. Son évolution spirituelle, que nous allons dégager des témoignages rapportés par Ğāḥiẓ, est semblable à celle de son contemporain Ibn Abī l-‘Awğā’.

  • 34 Ibid, I, 24.
  • 35 Ibid, I,24.
  • 36 Aġānī, III, 146,147 ; voir plus haut, p. 213.

15À ses débuts, Baššār fut pro-mu‘tazilites et composa des poèmes en l'honneur de Wāṣil b. ‘Aṭā’34. Dans trois poèmes au moins, il fit l'éloge d'Abū Ḥuḏayfa au sujet de son discours prononcé entre 126/744 et 129/747 devant ‘Abd Allah b. ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, le gouverneur de Basra35. La tradition rapportée dans les Agānī selon laquelle Baššār était l'un des six mutakallim-s de Basra à côté des "deux Wāṣil", d'Ibn Abī l-‘Awgā’ et autres, renvoie sans doute à cet épisode pro-mu‘tazilites de sa vie. Ses vers satiriques contre Ibn Abī l-‘Awğā’ dateraient probablement de cette époque36.

  • 37 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 16, 25, 29.

16Mais voilà : du vivant même de Wāṣil, c'est-à-dire avant 131/749, Baššār se brouilla avec ses amis. Il s'attaqua à Wasil, à son origine sociale de gazzāl (filateur), à son cou semblable à celui de l'autruche ou de la girafe, et à sa doctrine37.

  • 38 Aġānī, III, 147.
  • 39 Ibn al-Mu‘tazz, Tabaqāt, 22.
  • 40 Aġānī, III, 217.
  • 41 Voir plus loin, p. 291.
  • 42 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 27, 29, 30. La traduction, celle du dernier vers exceptée, est de Ch. Pellat, Mil (...)

17Selon la tradition des Aġānī, Baššār, comme Ibn Abī l-‘Awğā’ après sa rupture avec Ḥasan al-Baṣrī, perdit la foi et sombra dans le taḫlīṭ : la confusion38. Mais cela, à ce stade, n'est pas exact. Le neveu de Baššār rapporte que ce dernier, après avoir été un honnête et savant musulman, pro-mu‘tazilites sans doute, se corrompit du point de vue religieux sous l'influence des Ḥarrāniyya qu'il fréquentait39. En effet, Baššār s'était rendu à Ḥarrān sous les derniers Umayyades40 et peut-être plus tard41. C'est à Ḥarrān sans doute qu'il apprit la légende relative au culte de la tête. D'après l'un des nombreux poèmes dans lesquels le poète mu‘tazilites Ṣafwān al-Anṣāri attaqua Baššār en prenant la défense de Wāsil, et d'après les remarques de Ğāḥiẓ sur ce poème, il apparaît que cette corruption de la religion de Baššār consista dans sa conversion à une secte sī‘ites extrémiste. Les sī‘ites extrémistes étaient très actifs à cette époque, et avaient des rapports évidents avec les cercles hermétistes de l'Irak. Voici les vers où Ṣafwān, s'adressant à Baššār, dénonce sa doctrine42 :

« Tu prétends que le feu est plus noble que la terre ;
Mais le feu se trouve dans la terre, les pierres et les briquets (...)
Tu te glorifies d'al-Maylā’ et de ‘Aṣim ce métèque (...)
Tu satirises Abū Bakr et tu renies ensuite ‘Alī,
Et tu attribues tout cela à Burd ?
Tu fais de Layla al-Na'itiyya une abeille, ainsi que de chacun
Des partisans de la métempsycose et de radd.
Occupe-toi de Da'd, d'al-Sadūf, de Fartana, des deux
Nourrices d'al-Kisf et des deux compagnons de Hind ! »

18La première thèse consiste à soutenir que le feu est plus noble que la terre. On imagine souvent que c'est une doctrine manichéenne ou mazdéenne et que Baššār était par conséquent de la première tendance ou de l'autre. Erreur.

  • 43 Gāḥiẓ, Bayān, I,16.

19Le poème dans lequel Baššār a lancé cette idée est perdu ; il n'en reste qu'un seul vers rapporté par Ğāḥiẓ43 :

« La terre est ténébreuse et le feu est lumineux,
Et le feu est adoré depuis qu'il existe ».

  • 44 Ibid, I, 27-31, 32.
  • 45 Ibid, I,16.
  • 46 Ibid, I,27.
  • 47 Ibid, I, 32.
  • 48 Ibid, I,31.
  • 49 Ibid, I, 32.

20Ce poème était assez long ; il a fait en tout cas sensation et a provoqué plusieurs répliques. À partir de ces répliques et des remarques de Ğāḥiẓ, on peut se faire une idée de son contexte et de sa portée théologique. Dans deux de ses nombreuses réfutations, Ṣafwān défend et Wāṣil et la terre44. De même, il ressort des observations de Ğāḥiẓ que Baššār dans le même poème a satirisé Wāsil et soutenu la supériorité du feu sur la terre. En effet, l'auteur du Bayān présente le vers de Baššār et les répliques de Ṣafwān avec les même mots : « Lorsque Baššār a satirisé Wāsil et donné raison à Iblīs selon qui le feu est plus noble que l'argile"45 ; « Lorsque Baššār s'est employé à justifier l'opinion d'Iblīs selon laquelle le feu est plus noble que la terre, et a dit de Wāṣil ce qu'il a dit »46 ; « Concernant Wāsil et Baššār, le feu et l'argile, Ṣafwān dit... »47. À propos de cette polémique, Ğāḥiẓ cite deux fragments d'un poète proche de Baššār, Sulaymān al-A‘mā, et deux vers d'un libertin Baġdādien. Dans le premier poème de Sulaymān, ce dernier réplique à Baššār et démontre comme Ṣafwān la supériorité de la terre sur le feu avec des "arguments qui font rire d'Iblīs", dit-il48. Dans le second poème, Sulaymān dit49 :

« Par orgueil, il (Iblīs) a refusé de se prosterner devant lui (Adam),
Pour se transformer par la suite en proxénète ».

  • 50 Ibid, I, 32.

21Le libertin Baġdādien, qui ne semble pas avoir été engagé dans la polémique, dit50 :

« L'orgueil et la mauvaise foi d'Iblīs m'étonnent,
Il a dédaigné de se prosterner une seule fois devant Adam,
Puis il est devenu le proxénète de sa progéniture ».

  • 51 Ma‘arrī, Ġufrān, 432.
  • 52 Ibid, 310.

22Plus tard, Ma‘arri, qui place Baššār dans l'Enfer tout en éprouvant une certaine pitié à son égard51, lui attribue ces deux vers qui ne proviennent pas, s'ils sont authentiques, du même poème d'où provient le vers rapporté par Ğāḥiẓ52 :

« Iblīs est meilleur que votre père Adam,
Comprenez-le, espèce de méchants !
Le feu est son élément tandis qu'Adam est d'argile,
Et l'argile n'a pas l'élévation du feu ».

  • 53 Ibid, 310.

23Du fond de l'abîme, Iblīs récite ces deux vers et exprime sa gratitude envers Baššār53.

24De tout cela, il ressort qu'il y a d'abord un rapport étroit entre le higā’ de Wāṣil et la défense du feu contre la terre ; que le feu dont il s'agit n'est pas le feu sacré des mazdéens ou des manichéens qui, du reste, ne vouent pas un culte au feu. Ni Wāṣil, ni Sulaymān al-A‘ma, ni Ğāḥiẓ ne font allusion à des rapports entre la boutade de Baššār et les croyances des mazdéens et des manichéens. Le contexte est purement islamique ; le feu et la terre ont tous les deux leurs identités coraniques : Feu-Iblīs et Argile-Adam. Il s'agit tout simplement d'un commentaire sur le verset coranique d'après lequel Iblīs, tel un mutakallim pratiquant le qiyās, a refusé de se prosterner devant Adam en arguant : « Je suis meilleur que ce que Tu as créé. Tu m'as créé de feu alors que tu l'as créé d'argile » (7/12 ; trad. Blachère). Pourquoi Baššār a-t-il défendu Iblīs en satirisant Wāṣil ? Il s'agirait peut être d'une réplique à un discours d'Abū Ḥuḏayfa. Il reste en tout cas que Baššār s'est fait l'avocat du diable ou plus précisément son théologien ; tel un mutakallim, il a développé la thèse d'Abū Murra et s'est efforcé de démontrer qu'il a malgré tout raison. Ce n'est donc qu'un hommage rendu à l'ennemi du genre humain de la part d'un misanthrope, hommage qui correspondait parfaitement au statut accordé à Iblīs par les libertins qui prenaient, nous l'avons vu, le contrepied des valeurs établies et faisaient de lui leur patron.

  • 54 Ğāḥiẓ, Bayān, I,16.

25La deuxième thèse consiste à satiriser Abū Bakr et à renier ‘Alī. À ce propos Ğāḥiẓ écrit que Baššār prétendait que tous les musulmans étaient devenus des infidèles après la mort du Prophète ; et lorsqu'on lui demanda : « ‘Alī aussi ? », il répondit par ce vers de l'ancien 'Amr b. Kultūm54 :

« Le pire de trois amis, Umm ‘Amr, n'est pas celui à qui tu ne sers pas la coupe du matin ».

  • 55 Ibid, I, 16.

26Ce qui revient à dire, d'après l'emploi coutumier de ce vers, devenu proverbe, que ‘Alī est à mettre dans le même sac que les autres, le troisième ami d'Umm ‘Amr n'était ni meilleur ni pire que les deux autres. Baššār lui-même fait allusion à cette doctrine dans le même poème dirigé contre Wāṣil55 :

« (...) Taxez-vous d'infidélité (kufr) des hommes,
Parce qu'ils ont taxé d'infidélité un seul homme ? »

  • 56 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 21.

27Le "seul homme" serait ‘Alī, taxé d'infidélité par les partisans de la secte à laquelle appartenait Baššār, et qui étaient pour cette raison taxés d'infidélité par les mu‘tazilitess et autres. Comme, à première vue, ces gens paraissaient être les hāriğites, Ibn al-Mu‘tazz rapporte que Baššār fut soupçonné de ḫāriğisme56. Mais cela n'est pas exact, car les ḫāriğites, s'ils renient ‘Alī, ne satirisent pas Abū Bakr.

  • 57 Qummī, Maqālāt, 14 ; Šahrastānī, Religions, I, 511-512, et les notes de Gimaret ; Ibn Ḥazm, Fiṣal, (...)
  • 58 Baġdādī, Farq, 39-42.

28D'après les hérésiographes, la secte šī‘ite qui soutenait cette hérésie était celle des Kāmiliyya. Selon ces derniers, comme pour les šī‘ites en général, les Compagnons avaient renié l'Islam après la mort du Prophète en refusant de prêter le serment d'allégeance dû à ‘Alī formellement désigné par le Prophète pour le remplacer à la tête de la communauté. Les Kāmiliyya ajoutaient que‘Alī, du fait qu'il avait négligé de faire valoir ses droits et de se désigner par la force comme calife, avait renié lui aussi l'Islam. Cependant, en combattant par la suite Mu‘āwiya, il aurait retrouvé la foi, et par conséquent, il n'était un kāfir que sous les trois premiers califes57. Selon Baġdādī, Baššār était initié à cette secte des Kāmiliyya58.

  • 59 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 24.
  • 60 Nawbaḫtī, Firaq, 44,46, 50, 57.

29La troisième thèse consiste à croire à la métempsycose (al-tanāsuḫ) et à alradd, c'est-à-dire selon Ğāḥiẓ, al-rağ‘a59. La doctrine de la métempsycose était soutenue par tous les groupes šī‘ites extrémistes de la première moitié du iie/viiie siècle, nous l'avons vu. La deuxième doctrine également. Entre autres choses, al-radd ou al-rağ‘a (le retour, la parousie) signifie que l'imām, ainsi que ses ennemis, reviendront à la vie avant le jour du jugement dernier pour régler leurs comptes60.

  • 61 Ğāḥiẓ, Hayawān, VI, 391 ; Ch. Pellat, Milieu, 200.
  • 62 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 365.
  • 63 Idem, Hayawān, VI, 391, où l'auteur cite également Ḥumayda, la disciple de Laylā, vénérée par les (...)
  • 64 Ğāḥiẓ, Buḫalā’, 31 ; Ch. Pellat, Milieu, 200, n. 9 ; Qādī, op.cit., 166.
  • 65 Ibid, 126, 147,166,206.
  • 66 Baġdādī, Farq, 236 ; Šahrastānī, Religions, I, 524 ; voir plus loin, 292.

30Enfin, les hommes et les femmes cités par Ṣafwān, et à qui Ğāḥiẓ consacre quelques notices, appartenaient également au šī‘isme extrémiste. Le "métèque" ‘Ᾱṣim nous est inconnu, mais al-Maylā’ était la nourrice d'Abū Manṣūr al-‘Iglī surnommé "al-Kisf", chef et prophète des Manṣūriyya61 dont Da‘d et Fartana faisaient probablement aussi partie. Laylā, al-Ṣadūf et Hind sont citées parmi les femmes ascétiques dans le Bayān62. La première, de Nā‘it, est citée dans le Ḥayawān63 comme dans les Buḫala’64 et est qualifiée de šī‘ite extrémiste. Hind, kūfite également de Nā‘iṭ, aurait été une prophétesse extrémiste65. Le mot "abeille" appliqué à Laylā, fait allusion à l'interprétation ésotérique des šī‘ites du verset coranique : « Ton Seigneur a révélé aux abeilles... » (16/68)66. "Abeille" aurait le sens de "croyante" initiée à la science de l'imām, ou Élue recevant par inspiration directe la science. Chez les šī‘ites, ‘Alī est couramment désigné par amīr al-naḥl (le Commandeur des Abeilles = des Croyants), ya‘sūb al-mu’minin (le chef de la ruche des Croyants).

31On doit préciser que la première thèse est sans rapport avec les autres. Les šī‘ites extrémistes ne reconnaissaient pas à Iblīs un statut particulier positif. Sulaymān al-A‘ma qui répliqua à Baššār et défendit Adam, appartenait, comme nous le verrons, à la même secte que Baššār.

  • 67 Ğāḥiẓ, Hayawān, IV, 195.
  • 68 Ibid, IV, 195-196.
  • 69 Aġānī, III, 247.
  • 70 Ibid, III, 233.

32En résumé, Baššār renia les mu‘tazilitess pour adhérer à une secte šī‘ite extrémiste, celle des Kāmiliyya selon toute vraisemblance, Ğāḥiẓ écrit qu'il communiqua ses croyances à cet autre poète aveugle qui le fréquentait, Sulaymān b. al-Walīd (m. 173/789)67, et rapporte de lui un petit poème où une allusion claire est faite à la thèse spiritualiste et hermétiste anti-manichéenne selon laquelle le corps est le "temple" de l'âme68 On connaît également un autre basrien : Muḥammad b. ‘Awn qui appartenait à la même secte69 et qui avait des coreligionnaires à Kūfa70.

  • 71 Ğāḥiẓ, Bayān, I,16.
  • 72 Ibid, I, 25.
  • 73 Selon Ben ‘Ᾱšūr qui ne donne pas ses sources, Introduction au Diwān de Baššār, I, 24.

33Satiriser Wāṣil et sa doctrine, défendre Iblīs contre Adam, s'initier au šī‘isme extrémiste qui se conjugue bien, nous l'avons vu, avec le libertinage, c'était grave. Wāṣil se mit en colère ; il qualifia Baššār de mulḥid et se dit prêt à lui envoyer un Arabe de ‘Uqayl ou de Sadūs (qui devaient en principe protéger leur client) pour le tuer la nuit dans son lit. Mais il ne le fit pas, car cette méthode d'assassiner les gens est propre, dit-il, aux extrémistes71. Il l'obligea à s'exiler72, à Ḥarrān peut-être73.

  • 74 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 29.
  • 75 Ibid, I, 25.
  • 76 Marzubānī, Muwaššaḥ, 247-248.
  • 77 Aġānī, III, 156.

34Baššār ne revint à Basra qu'après la mort de Wāṣil, selon Ṣafwān74, ou de ‘Amr, selon Ğāḥiẓ75. Il était toujours fidèle à ses convictions šī‘ites puisque ce fut après ce retour qu'il subit en hérétique šī‘ite les attaques de Ṣafwān, qu'il fréquenta en 145/762 les insurgés hasanides76, et qu'il attaqua dans un poème al-Manṣūr, ce tyran qui cherchait à démolir l'Islam77.

  • 78 ‘Abd al-Ğabbār, Muġnī, V, 9, 20 ; la traduction est de G. Monnot, Penseurs, 173.
  • 79 Baššār, Dīwān, I, 246.

35Alors que Ğāḥiẓ laisse penser que Baššār demeura toujours fidèle à sa religion, d'autres indices suggèrent par contre qu'il perdit ses illusions après l'écrasement des šī‘ites, des šī‘ites extrémistes en particulier, par al-Manṣūr. Dans les sources hérésiographiques utilisées par ‘Abd al-Ğabbār, "le poète aveugle" est considéré comme un mutakallim dualiste à l'instar d'Ibn Abī l-‘Awğā’ ; on lui attribue une doctrine qui, cependant, ne peut être qualifiée de dualiste. Selon lui, rapporte-t-on, « les hommes n'ont d'autre devoir que la connaissance (de Dieu) et que l'abstention de ce qui répugne naturellement : meurtre, violence, vol, corruption. Il désapprouva que la substance de la lumière, comme le tiennent les dualistes, soit à la fois un dieu et ayant un dieu... »78. En fait nous n'avons aucun témoignage qui confirme cette nouvelle prise de position de la part de Baššār. Plus probablement, Baššār perdit avec ses illusions šī‘ites sa foi, et sombra dans le taḫlīṭ. Agnostique et fataliste, ainsi apparaît-il dans ces vers79 :

« J'ai été créé tel que je suis sans avoir eu la possibilité de choisir ;
Si le choix m'avait été donné, j'aurais choisi d'être créé parfait.
Ce que je voulais, cela ne m'a pas été donné ;
Et il m'a été donné ce que je ne désirais pas.
Je suis incapable de connaître ce qui est caché.
Et alors que mon entendement me fait croire que je pourrais arriver à mes desseins, je m'en trouve détourné ;
Je ne recueille que l'étonnement ! »

  • 80 Aġānī, III, 227.
  • 81 Baššār, Diwān, I, 166, 168, 240-241, 309, 355, 366 ; II, 162.

36"L'étonnement" ou la perplexité. Dans un bref commentaire sur ces vers, il qualifie cet état de la condition humaine de ḫiḏlān (abandon)80. On peut rapprocher de cette réflexion l'impression générale qui se dégage de ses poèmes composés à l'âge mûr. On y trouve un homme déçu mais résigné pour qui sont égales la bonne ou la mauvaise fortune ; il faut, conseille-t-il souvent, s'adapter à son temps, bon ou mauvais, et prendre ce monde comme il est, sans illusions81. C'est ce qu'on appelle la philosophie de Baššār.

  • 82 Ibid, II, 86, 286.
  • 83 Agānī, III, 167-168.
  • 84 Ibid, III, 158.

37Avec l'arrivée d'al-Mahdī au pouvoir, Baššār observa sagement, dans sa poésie au moins, un conformisme strict. Comme d'autres poètes, il qualifia le fils d'al-Manṣūr de mahdī qui « corrige les corrompus » et « verse le sang de ceux qui s'écartent de la bonne voie »82. On le voit conseiller à un rāfiḍite de retourner à son ancien métier de voleur d'ânes, car c'est mieux que le rafd83. Il se moqua aussi de ses anciennes croyances : comme un šī‘ite abbaside soutenait devant lui à la cour d'al-Mahdī que les "abeilles" du Coran sont les Hāsimites et que « ce qui sort de leur ventre » (Coran, 16/69) est la science, il lui dit : « Tu peux manger à satiété de ce qui sort des ventres des Hāsimites » !84. Bref, il se mit en ordre. Il aurait pu mourir de vieillesse si son démon n'avait pas été plus fort que lui.

38En conclusion : pro-mu‘tazilites, puis šī‘ite extrémiste, puis sceptique et agnostique, puis orthodoxe strict, Baššār, dans son évolution spirituelle comme dans sa vie, résume son temps.

MUḤAMMAD B. MUNᾹḎIR

  • 85 Sur Ibn Munāḏir, voir : Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 119-126 ; Ibn Qutayba Ši‘r, II, 747-749 ; Aġānī, (...)

39De la troisième génération des poètes libertins, Abū Ğa‘far Muḥammad b. Munāḏir était un client yemenite de Tamīm ou d'un client d'Ibn Abī Bakra, donc client au troisième degré. Il quitta son ‘Adan natal pour Basra, en vue de s'instruire. Et de fait, en pieux musulman, il acquit une solide formation en hadith, jurisprudence, métrique et surtout en philologie85.

  • 86 Sur ce personnage, voir : Tārīḫ Baġdād, XI, 18-19.
  • 87 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 119 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 747 ; Aġānī, XVIII, 169 ; etc.
  • 88 Ch. Pellat, Milieu, 169.
  • 89 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 122.
  • 90 Aġānī, XVIII, 180, 184.
  • 91 Ibid, XVIII, 194, 199 ; Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 120.
  • 92 Aġānī, XVIII, 188.
  • 93 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121.
  • 94 Aġānī, XVIII, 170, 183 ; Yāqūt, Irsād, VII, 107, 109.
  • 95 Aġānī, XVIII, 209

40On ne sait quand il tomba amoureux du beau muhaddiṯ ‘Abd al-Mağīd b. ‘Abd al-Wahhāb le ṯaqafite, qui était pourtant plus âgé que lui86. Cette passion contre nature lui fit perdre son équilibre totalement et définitivement, et passer d'un extrême à l'autre. Dévot et réservé, il bascula dans la ḫalā'a87, et se lança dans la diffamation ordurière des basriens ; personne n'y échappa : le gouverneur88 et le cadi89, Abū ‘Ubayda et al-Ḫalīl90, ses amis91, le frère du ṯaqafite92, et même le cordonnier du quartier93. Les mu‘tazilitess essayèrent avec ce fāsiq les sermons, mais en vain, les menaces, mais sans résultat ; on lui interdit l'accès à la mosquée où il jouait de mauvais tours aux fidèles, il répondit par des injures ; on le chassa enfin de la ville94. Son ami étant mort en 194/810, il se rendit à la Mecque où il mourut dans un état de misère vers 198/81495.

  • 96 Il ne comportait que 70 feuillets, Fihrist, 186.
  • 97 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121, 125 ; Aġānī, XVIII, 184, 198.
  • 98 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 122-123 ; Aġānī, XVIII, 198.

41De son Dīwān96, il reste des morceaux érotiques, des panégyriques adressés aux Barmakides et à al-Rašīd97, et des oraisons funèbres composées notamment après la mort du ṯaqafite98.

  • 99 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 749 ; Aġānī, XVIII, 192.

42Hormis ces dernières pièces, la poésie d'Ibn Munādir se caractérise par son aspect humoristique souvent réussi. Même dans ses panégyriques où l'on doit respecter certaines règles, il s'exprime avec humour ; il interpelle al-Rašīd par ce vers99 :

« Avez-vous une autorisation pour le lahw (v. : ‘išq : amour).
Émanant de Ḥasan al-Baṣrī ou d'Ibn Sīrīn ? »

  • 100 Ibid, XVIII, 207.

43Etant un ancien muḥaddiṯ, il profite de ses connaissances en la matière pour se montrer original : il parodie un hadith avec sa chaîne de transmetteurs ; sans remonter toutefois jusqu'au Prophète, il "transmet" à l'adresse des éphèbes un conseil d'indulgence100.

  • 101 Ibid, XVIII, 188.
  • 102 Ibid, XVIII, 209.
  • 103 Ibid, XVIII, 200.

44Comme tout libertin, il était soupçonné de zandaqa. Le voyant un jour porter un cahier de métrique où étaient dessinés les cercles de la versification, le frère du ṯaqafite, estimant que ce livre mystérieux ne pouvait être que le Livre de la zandaqa, le qualifia de zindiq101. A leur tour, les disciples du grammairien Yūnus b. Ḥabīb (m. 183/799), le dénoncèrent au maître comme tel ; mais on s'avisa ensuite que l'accusation était injustifiée et que l'homme ne négligeait pas vraiment ses devoirs religieux102. D'autres croyaient qu'il était un dahrite. Dans l'un de ses poèmes, il dit103 :

« Je m'aperçois que nous sommes semblables aux plantes que le Temps moissonne ; une partie sur les tiges, une partie fauchée ».

45Mais l'auditeur, choqué par ces propos indignes d'un musulman, trouva son calme en écoutant le vers suivant où le poète disait s'abandonner à la volonté divine.

Notes

1 Sur Baššār b. Burd, voir : Ğāḥiz, Bayān, I, 16, 24-25, 29-31, 41 ; idem, Hayawān, I, 239-242 ; IV, 448 ; Ibn al-Mu‘tazz, Tabaqāt, 21-30 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 643-646 ; Agānī, III, 135-250 ; Fihrist, 181 ; Tārīḫ Baġdād, VII, 112-118 ; al-Murtaḍā, Amālī, I, 138-141 ; Ma῾arrī, Ġufrān, 430-432 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, 424 ; Ṣafadī, Wāfī, X, 135-139 : M.T. b. ‘Ašûr, Introduction au Dīwān de Baššār, Caire, 1950,I, 11-28 ; M. al-Nuwayhī, Sahsiyyat Baššār, Caire, 1951, nous n'avons pas pu consulter cet ouvrage ; Ch. Pellat, Milieu, 177,178, 256-257 ; A. Roman, Baššār, son expérience courtoise, les vers à ῾Abda, texte arabe, traduction et lexique, Beyrouth, 1972 ; R. Blachère, E.I.2, I, 1112-1114, cet article, concernant la religion de Baššār, est dénué de valeur.

2 Aġāni, III, 217.

3 Voir plus loin, p. 291.

4 Ğāḥiẓ, Bayān, I,49; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 643.

5 Aġānī, III, 165.

6 Ibn al-Mu῾tazz, Ṭabaqāt, 21, Tārīḫ Baġdād, VII, 117-118.

7 Aġānī, III, 136, 141, 159, 249 ; mais surtout les satires de Ṣafwān et de Ḥammād ‘Ağrad, chez Ğāḥiẓ, Bayān, I,30-31.

8 Baššār, Diwān, II, 297 ; Aġānī, III, 185.

9 Ibid, III, 185.

10 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 49 ; Aġānī, III, 138,139,203.

11 Ibid, III, 211,212, 215,222, mais aussi 160.

12 Ibid, III, 186.

13 Ibid, III, 186.

14 Voir plus haut, p. 270.

15 Baššār, Diwān, II, 206.

16 Ibid, II, 15.

17 Ibid, II, 58.

18 Aġāni, III, 182; VI, 244, 245.

19 Ch. Pellat, Milieu, 256-257.

20 Aġānī, III, 170,182 ; VI, 244, 245.

21 Baššār, Dīwān, II, 26, 107,119.

22 On n'en connaît que des poèmes très brefs, de simples vers ; ils sont chez : Ṭabarī, Tārīḫ, III1, 538 ; Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 24 ; Aġānī, III, 242, 244 ; al-Murtaḍā, Amālī, I, 141 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 646, fait allusion à ces satires sans les citer.

23 Tārīḫ Baġdād, XIV, 263; Ṭabarī, Tārīḫ, III1, 538 ; Aġānī, III, 244.

24 Ṭabarī, Tārīḫ, III1, 538 ; il le jette à l'eau.

25 Aġānī, III, 246, 247, 250.

26 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 21.

27 Ibid, 21.

28 Aġānī, III, 250.

29 Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 646.

30 Ibn al-Mu‘tazz, Tabaqāt, 22 ; Agānī, III, 249.

31 Mubarrad, Kāmil, III, 923; al-Murtaḍā, Amālī, I, 138.

32 Agānī, III, 227 ; voir plus haut, p. 245.

33 Gāḥiẓ, Bayān, I,49.

34 Ibid, I, 24.

35 Ibid, I,24.

36 Aġānī, III, 146,147 ; voir plus haut, p. 213.

37 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 16, 25, 29.

38 Aġānī, III, 147.

39 Ibn al-Mu‘tazz, Tabaqāt, 22.

40 Aġānī, III, 217.

41 Voir plus loin, p. 291.

42 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 27, 29, 30. La traduction, celle du dernier vers exceptée, est de Ch. Pellat, Milieu, 177 ; elle est légèrement remaniée.

43 Gāḥiẓ, Bayān, I,16.

44 Ibid, I, 27-31, 32.

45 Ibid, I,16.

46 Ibid, I,27.

47 Ibid, I, 32.

48 Ibid, I,31.

49 Ibid, I, 32.

50 Ibid, I, 32.

51 Ma‘arrī, Ġufrān, 432.

52 Ibid, 310.

53 Ibid, 310.

54 Ğāḥiẓ, Bayān, I,16.

55 Ibid, I, 16.

56 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 21.

57 Qummī, Maqālāt, 14 ; Šahrastānī, Religions, I, 511-512, et les notes de Gimaret ; Ibn Ḥazm, Fiṣal, IV, 183 ; Ch. Pellat, Milieu, 201.

58 Baġdādī, Farq, 39-42.

59 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 24.

60 Nawbaḫtī, Firaq, 44,46, 50, 57.

61 Ğāḥiẓ, Hayawān, VI, 391 ; Ch. Pellat, Milieu, 200.

62 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 365.

63 Idem, Hayawān, VI, 391, où l'auteur cite également Ḥumayda, la disciple de Laylā, vénérée par les Manṣūriyya ; Ch. Pellat, Milieu, 199.

64 Ğāḥiẓ, Buḫalā’, 31 ; Ch. Pellat, Milieu, 200, n. 9 ; Qādī, op.cit., 166.

65 Ibid, 126, 147,166,206.

66 Baġdādī, Farq, 236 ; Šahrastānī, Religions, I, 524 ; voir plus loin, 292.

67 Ğāḥiẓ, Hayawān, IV, 195.

68 Ibid, IV, 195-196.

69 Aġānī, III, 247.

70 Ibid, III, 233.

71 Ğāḥiẓ, Bayān, I,16.

72 Ibid, I, 25.

73 Selon Ben ‘Ᾱšūr qui ne donne pas ses sources, Introduction au Diwān de Baššār, I, 24.

74 Ğāḥiẓ, Bayān, I, 29.

75 Ibid, I, 25.

76 Marzubānī, Muwaššaḥ, 247-248.

77 Aġānī, III, 156.

78 ‘Abd al-Ğabbār, Muġnī, V, 9, 20 ; la traduction est de G. Monnot, Penseurs, 173.

79 Baššār, Dīwān, I, 246.

80 Aġānī, III, 227.

81 Baššār, Diwān, I, 166, 168, 240-241, 309, 355, 366 ; II, 162.

82 Ibid, II, 86, 286.

83 Agānī, III, 167-168.

84 Ibid, III, 158.

85 Sur Ibn Munāḏir, voir : Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 119-126 ; Ibn Qutayba Ši‘r, II, 747-749 ; Aġānī, XVIII, 169-211 ; Yāqūt, Iršād, VII, 107-110 ; Ṣafadī, Wāfī, V, 63-64 ; Ch. Pellat, Milieu, 169.

86 Sur ce personnage, voir : Tārīḫ Baġdād, XI, 18-19.

87 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 119 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 747 ; Aġānī, XVIII, 169 ; etc.

88 Ch. Pellat, Milieu, 169.

89 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 122.

90 Aġānī, XVIII, 180, 184.

91 Ibid, XVIII, 194, 199 ; Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 120.

92 Aġānī, XVIII, 188.

93 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121.

94 Aġānī, XVIII, 170, 183 ; Yāqūt, Irsād, VII, 107, 109.

95 Aġānī, XVIII, 209

96 Il ne comportait que 70 feuillets, Fihrist, 186.

97 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121, 125 ; Aġānī, XVIII, 184, 198.

98 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 122-123 ; Aġānī, XVIII, 198.

99 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, 121 ; Ibn Qutayba, Ši‘r, II, 749 ; Aġānī, XVIII, 192.

100 Ibid, XVIII, 207.

101 Ibid, XVIII, 188.

102 Ibid, XVIII, 209.

103 Ibid, XVIII, 200.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search