Version classiqueVersion mobile

Zandaqa et Zindīqs en islam au second siècle de l’Hégire

 | 
Melhem Chokr

Troisième partie. Le courant libertin et ses représentants

Chapitre I. Exposé des sources

Texte intégral

I. PROBLÈMES POSÉS PAR LES SOURCES

1La littérature qui nous renseigne sur les libertins, ces poètes bachiques et satiriques appartenant au courant dit de muğūn ou de ḫalā‘a répandu au milieu du iie/viiie siècle, est constituée des aḫbār et des aš‘ār de ces poètes, c'est-à-dire des traditions historiques contenant des notices biographiques et des anecdotes amusantes brodées sur des morceaux poétiques choisis. Comme ces poètes étaient des vedettes de la vie mondaine, leurs aḫbār et aš‘ār furent recueillis par des nadīm-s au iiie/ixe siècle dans le cadre d'une littérature consacrée à la vie ludique de la Cité et destinée à divertir la haute société. Dans cette littérature est dressé un portrait-type du libertin tiré des aḫbār et des aš‘ār de grands maîtres de la ḫalā‘a ; le libertin-type est qualifié de "zindiq" dans un sens complexe fondé essentiellement sur son attitude agressive à l'égard de la religion officielle.

2Cette littérature nous pose trois problèmes. Le premier concerne son authenticité. Le poète libertin était le héros d'une littérature de divertissement. La légende d'Abū Nuwās-bouffon en constitue un bel exemple. Les premiers compilateurs auraient pu inventer mille anecdotes blasphématoires amusantes suivant des thèmes anciens et les attribuer à leurs héros ; le blasphème entraînant une accusation de zandaqa était un thème très répandu dans la littérature des nawādir. Le second problème est relatif au sens du mot "zindiq" appliqué au libertin. Certains auteurs de nos sources, les tardifs surtout, ceux qui nous offrent des listes de zindiqs, bien qu'ils se réfèrent tous à la même matière documentaire, interprètent chacun à sa guise ce mot : cryptomanichéen, manichéo-daysano-marcionite, athée, etc. Le troisième problème concerne les libertins qualifiés effectivement en leur temps de "zindiqs". Nous avons dit que les compilateurs anciens ont dressé un portrait-type du libertin zindiq. Or, les transmetteurs tardifs, ayant devant les yeux ce paradigme, et faisant usage de qiyās, qualifiaient de zindiq tout poète dont la sīra ou la poésie leur paraissait conforme au portrait-type. Cette intervention des transmetteurs a fait augmenter considérablement le nombre des zindiqs, et est également à l'origine des divergences qui existent entre les listes de zindiqs établies par les différents auteurs.

3Face à ces problèmes, notre méthode consistera à mettre entre parenthèses et les interprétations arbitraires du mot "zandaqa", et les listes non moins arbitraires et particulières des zindiqs, pour nous en remettre à la matière documentaire sur laquelle sont fondées et les interprétations et les listes ; et à considérer cette matière comme décrivant le style de tout un courant dont il est impossible d'identifier tous les membres. Dans cette littérature exemplifiée nous pouvons saisir les traits caractéristiques du libertinage dans sa relation avec la religion, les multiples aspects de la zandaqa dans sa confusion avec la ḫalā‘a, et enfin les limites historiques et conceptuelles dans lesquelles cette confusion avait lieu.

II. LES SOURCES

4Notre documentation comprend :

  1. La littérature biographique.
  2. Les listes de zindiqs.
  3. La poésie conservée des libertins.

1. La littérature biographique

5Certains ouvrages anciens sont perdus, mais ils sont exploités dans des sources plus tardives. Nous en citons les auteurs par ordre chronologique, et par "classe".

a. Les compilateurs de la première classe

61. Isḥāq al-Mawṣilī (m. 235/849), célèbre musicien et nadīm.

7— K. aḫbār Ḥammād ‘Ağrad (Fihrist, 158). Perdu.

82. Auteur anonyme du iiie/ixe siècle sans doute.

9— Nawādir Yaḥya b. Ziyād (ibid, 96). Perdu.

103. Ibn Qutayba (m. 276/889).

11— K. al-ši‘r wa al-šu‘arā'. La seconde partie notamment.

124.Ibn Ṭayfūr (m. 280/893).

13— K. al-ğāmi‘ fi al-u'arā' wa aḫbārihim (ibid, 163). Perdu.

145. Hārûn b. ‘Ali b. Yaḥya al-Munaggim (m. 288/901), nadīm connu.

  • K. al-bāri', consacré aux poètes "modernes" (ibid, 160-161). Perdu.
  • K. al-šu‘arā' al-kabīr, sur la classe d'Abū Nuwās et d'Abū 1-‘Atāhiya (ibid, 160-161). Perdu.

156. Ibn al-Mu‘tazz (m. 296/908).

16— Ṭabaqāt al-šu‘arā'. Très important.

177. Ibn al-Ǧarrāḥ (m. 296/908), nadīm connu.

18— K. al-waraqa fī aḫbār al-šu‘arā'. La partie consacrée à nos poètes (d'après ibid, 183-184) est perdue.

19— K. al-ši'r wa al-šu‘arā'. (ibid, 142). Perdu.

208. Yaḥya b. ‘Alī b. Yaḥya al-Munağğim (m. 300/912) et son fils Aḥmad.

21— K. al-bāhir fī aḫbār wa aš‘ār šu‘arā' muḫaḍramī al-dawlatayn, consacré aux poètes umayyades-abbasides. (ibid, 160). Perdu.

229. Abū Bakr al-Ṣūlī (m. 336/947), nadim célèbre.

23— K. al-awrāq : 1. aḫbār al-šu‘arā' al-muḥdaṯīn.

242. aš‘ār awlād al-ḫulafā'.

b. Les compilateurs de la deuxième classe

25La masse documentaire compilée au iiie/ixe siècle par les auteurs précédents a été recueillie et cataloguée au ive/xe siècle par deux grands auteurs : Iṣfahānī et Marzubānī.

261. Iṣfahānī (m. 356/967).

  • K. al-aġānī. Cette encyclopédie constitue notre source principale.
  • K. al-ḥammādīn (ibid, 128) : les trois libertins très célèbres : Ḥammād ‘Ağrad, Ḥammād al-Zibriqān et Ḥammād al-Rāwiya. Perdu.
  • K. al-diyārāt (ibid, 128) : Les couvents où se déroulaient les aventures des poètes libertins. Perdu, mais exploité par Šābušti.

272. Marzubānī (m. 384/994).

28Plus érudit qu'Iṣfahānī, cet auteur a catalogué son immense documentation dans une dizaine d'ouvrages en 22 000 feuillets (ibid, 146-147) ; les livres qui subsistent et qui nous intéressent sont :

  • K. mu‘ğam al-šu‘arā', partiellement conservé.
  • al-Muwaššaḥ fī ma'āḫiḏ al-‘ulamā' ‘ala al-šu‘arā'.

c. Les compilateurs tardifs

29Les auteurs tardifs de nos sources, lesquelles sont souvent des dictionnaires biographiques, puisent dans les ouvrages d'Iṣfahānī et de Marzubānī principalement.

301. Šābuštī (m. 388/998).

31— K. al-diyārāt : en marge de son œuvre de géographe, cet auteur rapporte les aventures des poètes libertins et leurs poèmes composés dans les couvents de l'Irak et de la Syrie.

322. Al-Ḫaṭīb al-Baġdādī (m. 463/1071).

33— Tārīḫ Baġdad. Dictionnaire biographique.

343. Ibn al-Qāriḥ (la seconde moitié du ive/xe siècle).

35— Dans sa Risāla à Ma‘arrī, ce disciple de Marzubānī rapporte des traditions sur certains poètes zindiqs.

364. Ma‘arrī (m. 449/1057).

37— R. al-ġufrān. L'auteur, qui dépend de K. al-waraqa et de Marzubānī, engloutit dans son Enfer certains zindiqs ; nous parlerons de sa conception de la zandaqa et de sa liste de zindiqs.

385. Yāqūt (m. 626/1228).

39— Iršād. Dictionnaire biographique.

406. Citons enfin Ibn Ḫallikān (m. 681/1282) et ses Wafayāt, Ṣafadī (m. 764/1363) et son Wāfī, et Ibn Ḥağar (m. 852/1449) et son Mīzān. Les ouvrages de ces auteurs sont des dictionnaires biographiques.

2. Les listes de zindiqs

a. La liste de Ǧāḥiz

41La première liste de libertins est donnée par Abū Nuwās dans sa satire contre Abān b. ‘Abd al-Ḥamīd, où le poète mentionne les noms de certains membres de la "bande des libertins" du milieu du iie/viiie siècle. Ǧāḥiẓ, qui rapporte cette satire et d'autres appartenant à la même littérature, dresse dans ses commentaires une liste de libertins zindiqs étoffée des aḫbār et des aš‘ār des membres de la "bande" (Ḥayawān, IV, 443-456). Ce passage du Ḥayawān est d'une grande importance.

b. La liste d'Iṣfahānī

42Sur l'autorité de Ǧāḥiẓ, Iṣfahānī reproduit cette même liste, mais il passe sous silence certains noms et en ajoute d'autres ; certains noms sont altérés. Cette version est de très peu de valeur.

c. La liste d'al-Murtaḍā (m. 436/1045)

43Dans un long passage de ses Amālī, I, 131, ce disciple de Marzubānī reproduit la liste de Ǧāḥiz dans la version d'Iṣfahānī en y introduisant des modifications et en y ajoutant les noms de tous les personnages qui furent soupçonnés de zandaqa dans l'histoire de l'Islam, poètes, théologiens, hommes d'État, etc.

d. La liste d'Ibn al-Nadīm (m. 380/990)

44Nous avons déjà parlé de cette liste vraiment folle de cryptomanichéens où l'auteur du Fihrist (401) a rassemblé tous les suspects dans l'histoire de l'Islam ; il y introduit quelques poètes dont certains, des libertins de second degré, n'avaient jamais été soupçonnés de zandaqa. Le plus étrange est que l'auteur rend systématiquement "zindiq" par "manichéen". Liste sans aucune valeur.

e. La liste de Ma‘arrī

45Par contre, Ma‘arrī comprend la zandaqa dans un sens athéiste ; c'est un mal très ancien et inhérent à la nature des fils d'Adam, pense-t-il (Ġufrān, 429). Ayant cette conception de la zandaqa, et bien qu'il se réfère à des sources classiques, il en taxe pêle-mêle, à côté des libertins célèbres, les seigneurs de la Mecque (421), les poètes ši‘ites Di‘bil (420), et ‘Abd al-Salām b. Raġbān dit Dīk al-Ǧinn (446), Abū 'Īsā le fils d'al-Rašīd (445), Abū Nuwās (420)...

46À partir de la même conception, il invente des zindiqs selon son goût. Les poèmes blasphématoires qu'il attribue à un poète juif, contemporain selon lui de ‘Umar (442), à ‘Abd Allāh b. Maymūn al-Qaddāḥ, apostat et sceptique selon lui (467-468), à Ibn al-Rāwandī ironisant sur la justice divine (495), et au père, complètement inconnu par ailleurs, de Ṣāliḥ b. ‘Abd al-Quddūs (436), poèmes animés par la même pensée, sont très vraisemblablement de son cru. Ma‘arrī, comme informateur, n'est pas toujours fiable.

3. La poésie conservée des libertins

47À part le Diwān d'Abū Nuwās, et une partie importante de ceux de Walīd b. Yazīd, de Baššār et d'Abū l-'Atāhiya, les dīwān-s de nos poètes, cités dans le (Fihrist 184,186) sont perdus ; il n'en reste que des morceaux dispersés dans les sources et qui attendent d'être recueillis.

48Comme certains étaient des secrétaires, des morceaux de leur prose ont été compilés principalement par Ibn Ṭayfūr.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search