Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Deuxième partie. Relier le passe au présent : des usages de l'histoire dans quelques états de la péninsule arabe

Yémen et Arabie Saoudite : l’histoire nationale commence-t-elle avant l’Islam ?

Yemen and Saudi Arabia: Does National History Start Before Islam?

Christian Robin

Résumé

Le Yémen et l’Arabie Saoudite n’ont pas la même attitude à l’égard de l’Antiquité. Pour l’Arabie Saoudite, les périodes qui précèdent l’Islam n’ont pas le moindre intérêt, même si l’archéologie trouve progressivement sa place dans les institutions universitaires et dans l’administration. L’unité du royaume ne se fonde pas sur l’histoire, mais sur le lien qui lie les différentes provinces à la dynastie des Sa’ûd, qui se considèrent comme les héritiers naturels des premiers califes. Le Yémen, pour sa part, fonde son identité sur toute son histoire, y compris la période préislamique. De manière assez paradoxale, il est plus facile de se référer à l’Antiquité qu’à une quelconque période de l’histoire islamique, du fait des différends qui opposent les deux principales communautés religieuses, les zaydites et les sunnites de rite shâfi’ite.

Yemen and Saudi Arabia do not have the same approach as regards Antiquity. In Saudi Arabia, pre-Islamic eras are not deemed of any interest, even if archaeology as a scholarly discipline is starting to be considered by the academics and the administration. The unity of the Kingdom is not based on history, but on the bonds entertained between the various provinces and the Saudi dynasty, whose members see themselves as the natural heirs of the first caliphs. Conversely, Yemen’s identity appropriates the full scope of its history, including the pre- Islamic times. Paradoxically, it is easier there to refer to Antiquity than to any other period in Islamic history. This is due to the differences opposing the Zaydis to the Sunnis of the Shafi’i rite, the two main religious communities in the country.

Texte intégral

1On entend souvent dire que les pays musulmans, et particulièrement ceux où le Prophète de l’islam a vécu, sont allergiques à la valorisation et même à l’évocation de leur passé préislamique. Pour preuve, on rapporte de nombreuses anecdotes. Ici, une inscription antique aurait été intentionnellement martelée. Là, c’est un site datant du Prophète qui aurait été volontairement saccagé. De manière plus générale, les musulmans considéreraient la période préislamique comme l’âge de l’ignorance (Jâhiliyya).

2L’origine de l’expression Jâhiliyya mérite quelques mots de commentaires. Au moment de sa formation, la religion musulmane a été en concurrence avec trois religions bien implantées au Proche et au Moyen-Orient et pratiquant un prosélytisme actif : le judaïsme, de loin le mieux représenté en Arabie, le christianisme et le manichéisme. Les polémiques entre les propagandistes de ces diverses confessions ont été vives. Pour l’emporter sur leurs adversaires, leur argument le plus fort était évidemment de prouver une intervention directe de Dieu. Pour cela, il suffisait de mettre en parallèle la modestie, la médiocrité, pour tout dire la misère matérielle et morale de la situation initiale, et l’éclatante réussite de la nouvelle religion qu’ils défendaient.

3Pour l’islam, la tendance lourde de la tradition, relayée par la légende dorée, a été de démontrer le caractère miraculeux de la mission du prophète Muhammad en insistant sur le fait que celui-ci n’avait aucune culture savante (on le prétend souvent illettré) et que l’islam fut prêché à des populations attardées. L’islamologie occidentale a pris le relais de cette manière de voir en présentant l’islam comme une religion née dans un milieu de commerçants caravaniers et de pasteurs nomades, indifférents aux spéculations religieuses et philosophiques.

4Or cette image de l’Arabie est contredite par les découvertes archéologiques. À partir du début du Ier millénaire avant l’ère chrétienne, plusieurs régions de la péninsule connaissent des civilisations d’un niveau comparable à celles du Proche-Orient. Le premier État islamique est évidemment l’héritier de ces civilisations. Par ailleurs, l’islam n’est pas au premier chef une religion de nomades puisqu’il s’est développé en milieu semi-urbain à Médine (appelée précédemment Yathrib), puis à La Mecque.

5Les apports de la recherche en histoire ancienne, qui s’appuie principalement sur l’archéologie, peuvent donc représenter un argument important dans les affrontements idéologiques. Pour illustrer la manière dont les pays de la péninsule Arabique les considèrent, j’ai choisi de me concentrer sur les deux pays qui m’apparaissent les plus significatifs du fait de choix opposés, pays qui sont en même temps les plus importants, l’Arabie Saoudite et le Yémen.

L’ARABIE SAOUDITE : LA MÉFIANCE ENVERS L’ARCHÉOLOGIE

  • 1 Voir Laoust.
  • 2 Voir Sirriyeh.

6L’Arabie Saoudite est un pays relativement récent. Ses origines remontent au milieu xviiie siècle, quand un réformiste nommé Muhammad b. ‘Abd al-Wahhâb fait alliance avec Muhammad b. Sa‘ûd, un petit seigneur du Najd – plus précisément d’ad-Dir‘iyya1. Sous le règne de ‘Abd al-‘Aziz fils de Muhammad (1765-1803), l’ensemble du Najd, puis le Hijâz et l’Arabie orientale, passent sous le contrôle des réformateurs. Le royaume wahhâbite commence à menacer l’Irâq méridional, la Syrie et le Yémen. Mais ces succès inquiètent la Sublime Porte, qui charge le souverain d’Égypte, Muhammad‘All, d’une intervention en Arabie. L’État wahhâbite s’effondre en 1818, avec la prise d’ad-Dir’iyya. II faut attendre près d’un siècle, jusqu’en 1902, pour le voir renaitre lorsque ‘Abd al-‘Aziz s’empare d’ar-Riyâdh2.

7Le caractère le plus significatif du royaume d’Arabie saoudite est d’avoir pour fondement l’alliance étroite entre un mouvement réformiste de tendance radicale et une dynastie. Sous d’autres cieux, on dirait une alliance entre le sabre et le goupillon.

  • 3 Voir Kostiner.

8D’un point de vue géographique, le royaume dans ses frontières actuelles compte un certain nombre de régions plus ou moins hétérogènes3. Les deux principales sont le Najd et le Hijâz. Entre les deux le contraste est assez grand. Le Najd, qui occupe le vaste plateau au centre de la péninsule, est isolé, désolé et plutôt arriéré. En revanche, le Hijâz, une barrière montagneuse le long de la mer Rouge, est une région moins inhospitalière grâce aux précipitations en altitude. Fréquenté par les nombreux pèlerins qui visitent les Lieux saints, il a toujours été ouvert sur le monde extérieur. En 1924, lors de sa conquêt e par les Sa‘ûdites, on peut même dire qu’il était une région relativement développée, avec une administration, des établissements d’enseignement et des infrastructures importantes, comme le port de Jidda et le chemin de fer qui reliait la Syrie à Médine.

9En schématisant quelque peu, l’Arabie saoudite dans ses frontières actuelles correspond à l’ensemble de la péninsule Arabique, moins le Yémen et les territoires que contrôlaient les Anglais avant les années 1970. Ses frontières ne s’appuient pas sur des obstacles naturels. Elles ne sont pas le résultat d’une histoire ancienne. Le fondement de l’État est l’adhésion à une idéologie islamique réformiste et l’allégeance à une dynastie. Il est frappant également que le pays n’ait pas de véritable centre, mais plusieurs : Jidda pour l’économie, ar-Riyâdh pour la politique, La Mecque pour la religion.

10On peut se demander des lors s’il existe une identité nationale sa‘ûdienne et, si oui, comment elle s’affirme. À l’origine, l’Arabie saoudite se veut une structure étatique en expansion constante, sans frontières géographiques précises. Son ambition est de dominer progressivement l’ensemble du monde islamique et de le gagner à sa doctrine réformiste. En 1924, les souverains sa‘udites chassent la dynastie hâshimite du Hijâz et s’imposent comme les gardiens des Lieux saints de l’islam ; désormais, ils sont investis, en fait sinon en droit, de responsabilités religieuses éminentes. L’affirmation d’une identité nationale distincte d’une identité arabo-islamique n’entre pas dans les préoccupations de l’époque.

11Mais la nécessité de fonder une identité Sa‘ûdienne s’impose progressivement du fait de la stabilisation des frontières, effective à partir de 1934. Cette identité à bien évidemment deux dimensions principales, une dimension arabe puisque l’ensemble des Sa‘udiens sont des Arabes qui parlent l’arabe, et une dimension religieuse, puisque seule la religion musulmane est légale. Le problème est qu’il n’y a là rien qui soit spécifiquement sa‘ûdien.

12Dans ce contexte, l’histoire ancienne, ou plus spécifiquement l’archéologie, joue-t-elle un rôle ? Pour y répondre, j e propose deux démarches.

  • 4 Les plans d’ar-Riyâdh que j’ai utilises sont : 1. « Riyadh Map and Guide », Riyadh (Saudimap), s. (...)

13La première consiste à se demander quelle est la place du passe dans le vécu quotidien. Comme illustration, j’ai choisi d’observer comment sont appelés les rues et les monuments d’une grande ville, en l’occurrence ar-Riyâdh (mais les mêmes conclusions pourraient être tirées de la visite d’autres villes comme Jidda, La Mecque, Médine ou az-Zahrân)4. C’est un bon moyen de reconnaître quelles sont les personnalités dans lesquelles les responsables (et dans une certaine mesure la population) se reconnaissent. On y retrouve aisément ceux qui passent pour des héros et dont la célébration cimente l’unité nationale, ceux dont l’exemple inspire les dirigeants.

14Les noms de rues et de monuments à ar-Riyâdh renvoient souvent à des noms de personnes. Deux catégories prédominent largement : la famille royale, souverains et princes, d’une part ; des personnalités religieuses wahhâbites, historiques ou contemporaines d’autre part. En complément on trouve un certain nombre de personnages historiques : une épouse et une fille du Prophète, les premiers califes, les conquérants de l’empire islamique, deux fondateurs d’école juridique islamique (madhhab) et quelques figures emblématiques comme Hârûn ar-Rashid ou Salah ad-Dîn (Saladin). Aucun personnage préislamique n’a les honneurs d’une rue ou d’un établissement, pas même les prophètes qui ont précédé Muhammad.

15Il est clair que l’identité sa‘ûdienne a deux dimensions : l’islam avec de nombreux renvois aux fondateurs de l’empire musulman (mais non au Prophèt e) ; la dynastie avec ses princes et ses oulémas.

16Personnages historiques ayant une rue : ‘Amr b. al-‘Âs (conquérant de l’Égypte), Khâlid b. al-Walîd (conquérant de la Syrie), Abû Bakr as-Siddîq (premier calife, successeur de Muhammad, 632-634), ‘Â’isha bint Abî Bakr (épouse de Muhammad), Fâtima az-Zahrâ’ (fille de Muhammad), ‘Umarb. al-Khattâb (deuxieme calife, 634-644), ‘Uthman b. ‘Affân (troisième calife, 644-656), ‘Alî b. Abî Tâlib (cousin de Muhammad et quatrième calife, 656-660), Mu‘âwiya b. Abî Sufyân (fondateur de la dynastie umayyade, 661-680), Hârûn ar-Rashîd (calife ‘abbâsside, 786-809), Salâh ad-Dîn al-Ayyûbî (fondateur de la dynastie ayyûbide qui régna sur la Syrie, l’Égypte et l’Arabie occidentale, 1171 -1193 ; son nom désigne également un quartier), Ibn Khaldûn (savant maghrébin), al-imâm ash-Shâfi’î (fondateur de l’école shâfi‘ite), al-imâm Ahmad b. Hanbal (fondateur de l’école hanbalite)

17Membres de la dynastie ayant une rue :

  • rois : ‘Abd al-‘Azîz, Fahd, Faysal, Khâlid, Sa‘ûd
  • princes : ‘Abd al-‘Azîz b. Musâ‘id b. Jalawi, ‘Abd Allâh b. ‘Abd al-‘Azîz, ‘Abd Allâh b. ‘Abd ar-Rahmân b. Faysal, ‘Abd ar-Rahmân b. ‘Abd al-‘Azîz, Ahmad b. ‘Abd al-‘Azîz, Bandar b. ‘Abd al-‘Aziz, Fahd b. ‘Abd al-‘Aziz, Muhammad b. ‘Abd al-‘Azîz, Muhammad b. ‘Abd ar-Rahmân, Salmân b. ‘Abd al-‘Azîz, Sattâm b. ‘Abd al-‘Azîz, Sa‘ud b. Muhammad b. Muqrin, Sultân b. ‘Abd al-‘Azîz, Turkî b. ‘Abd al-‘Azîz

18Membres de la dynastie honores par un monument ou un quartier :

  • université : roi Sa‘ûd, Imâm Muhammad b. Sa‘ud
  • hôpital : roi Faysal, roi ‘Abd al-‘Azîz
  • aéroport : roi Khâlid
  • quartier : roi ‘Abd al-‘Aziz, roi Fahd, roi Faysal

19Autres : Abû ‘Ubayda ‘Âmir b. al-Jarrâh, al-Arqam b. Abî 1-Arqam, ‘Abd al-‘Azîz b. ‘Abd Allâh b. Turkî, Fahd b. Ibrâhim al-Mashârî, Ibn al-‘Amîd, imâm ‘Abd al-‘Azîz b. Muhammad, imam ‘Abd Allâh b. Sa‘ûd b. ‘Abd al-‘Aziz, imam Faysal b. Turkî b. ‘Abd Allâh, imam Muslim, imâm Sa‘ûd b. ‘Abd al-‘Azîz b. Muhammad, imâm Turkî b. ‘Abd al-‘Azîz (I), imam Turkî b. ‘Abd Allâh, Mûsà b. Nusayr, Sa‘d b. ‘Abd ar-Rahmân (I), Sa‘id b. Zayd, Sa‘ûd b. Faysal b. Turkî, ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azîz, ‘Uqba b. Nâfi‘

20L’absence du Prophète reflète l’une des obsessions des oulémas : il faut éviter à tout prix le développement de pratiques superstitieuses autour de son nom ou des lieux ou il a vécu. Ce souci a comme conséquence la condamnation de l’archéologie proto-islamique. C’est ainsi que l’agrandissement de la grande mosquée de Médine s’est fait sans fouilles archéologiques, bien au contraire en détruisant systématiquement les couches contemporaines du Prophète.

21La seconde démarche que je me propose de suivre est d’examiner la place de l’archéologie dans les institutions publiques.

22L’archéologie a connu deux développements importants à partir du début des années 1970 : la création d’un enseignement à l’université d’une part, celle d’un service des antiquités d’autre part.

23A l’université, la place de l’archéologie est encore relativement modeste. À ma connaissance, il existe une seule université possédant une section consacrée exclusivement à l’archéologie et à la muséographie, celle d’ar-Riyâdh, devenue au début des années 1980 Université du roi Sa‘ud. Cette section compte un peu moins de 20 enseignants, en majorité sa‘ûdiens, se répartissant également entre les périodes préislamique et islamique.

  • 5 al-Ansary [1982].
  • 6 AL-Rashid, s. d.

24Cette section d’archéologie a été fondée par ‘Abd ar-Rahmân at-Tayyib al-Ansârî, qui a soutenu une thèse d’épigraphie pré-islamique en Grande-Bretagne. Depuis 25 ans, elle a été le moteur de la recherche archéologique, avec deux actions parallèles. La première a été d’ouvrir deux chantiers-écoles, le premier sur un site pre-islamique, Qaryat al-Fâw5, dans le sud-ouest du royaume, le second sur le site islamique d’ar-Rabadha6 non loin de Médine. Tous les enseignants et tous les étudiants participent aux campagnes de fouilles et se forment aux techniques, avec éventuellement l’aide d’experts arabes. La seconde action a été d’envoyer auprès des meilleurs universitaires d’Europe et des États-Unis d’Amérique des étudiants qui constituent désormais l’armature de la section. Ces étudiants sont passes par Marburg-an-der- Lahn (R.F.A.), Durham (Royaume-Uni), Lyon, Aix-en-Provence, Paris, etc.

25La section a naturellement crée un musée pour recevoir les pièces archéologiques découvertes sur ses sites. Elle a enfin organise à partir de 1979 trois grand colloques internationaux qui ont amené à ar-Riyâdh les meilleurs spécialistes de l’Arabie préislamique et des débuts de l’islam.

26Cette politique graduelle et prudente se poursuit aujourd’hui avec les premiers enseignements de niveau doctoral délivrés aux jeunes filles. Elle a su s’imposer sans heurter les gardiens de la doctrine. La meilleure preuve en est que l’instigateur de cette politique, al-Ansan, est aujourd’hui membre de la plus haute instance consultative du royaume. Il n’est donc pas impossible d’être un spécialiste de l’Arabie préislamique et d’occuper des charges politiques importantes.

  • 7 La première livraison date de 1977 ; la revue en est aujourd’hui au volume 14.
  • 8 Les rapports de ces recherches sont publiés notamment dans la revue al-Atlâl.

27Parallèlement au développement de l’archéologie à l’université, des structures administratives ont été créées. Un service des antiquités a été fondé par ‘Abd Allâh al-Masrî, diplômé en préhistoire d’u n e université américaine. Ce service a organisé un premier musée (un nouveau est en cours de réalisation), a publié une revue savante (al-Atlal7) et a lancé un vaste programme de prospection, puis de fouilles8.

28Dans les provinces, des musées locaux ont également été constitués et plusieurs sites archéologiques ont été protégés et mis en valeur. Le plus spectaculaire est sans conteste celui qui s’étend d’al-‘Ulâ à Madâ’in Sâlih dans le nord du Hijâz. Il est manifeste cependant que ces opérations rencontrent davantage d’échos parmi les étrangers résidant en Arabie saoudite que parmi les habitants du pays.

29Le caractère majeur de ces recherches est un appel très limité à des experts étrangers, toujours maintenus dans une situation de prestataires de services et jamais en charge d’un projet. Il n’y a aucune mission étrangère en Arabie saoudite. Il n’y a pas même d’équipes associant des Sa‘ûdiens et des étrangers sur un pied d’égalité. Il y a seulement des équipes sa‘ûdiennes, plus ou moins accueillantes. Celles de l’Université du roi Sa‘ûd, par exemple, sont ouvertes aux étudiants étrangers arabophones : deux étudiants d’Aix-en-Provence ont ainsi participé à une campagne à Qaryat al-Fâw.

30Il est clair que le développement de l’archéologie n’est pas une réponse au besoin de fonder une identité sa‘ûdienne. Il est né d’initiatives individuelles, inspirées de modèles étrangers. De manière générale, les Sa‘ûdiens manifestent davantage d’intérêt pour les sciences religieuses que pour l’histoire. Il est frappant que les chroniques sur l’histoire ancienne et récente du pays soient relativement peu nombreuses.

31Cependant, l’intérêt pour l’histoire, et d’abord pour le passe proche, s’accroît proportionnellement à l’importance des bouleversements qui touchent le royaume. C’est ainsi que les rapports des trois voyages que les pères Jaussen et Savignac ont fait dans le nord du Hijâz dans les années 1907, 1909 et 1910 intéressent vivement les chercheurs sa‘ûdiens. Ils ont demandé que ces ouvrages soient traduits en arabe. Ils en attendent sans doute des lumières sur les sites étudiés, mais plus encore c’est la description des régions visitées et le témoignage ethnologique qui retiennent leur attention.

32Pour conclure sur l’Arabie saoudite, on peut dire que le passe ancien est mal connu, qu’il n’intéresse guère et que, de manière plus générale, l’archéologie n’occupe pas grand place dans l’imaginaire collectif.

LE YÉMEN OU LES DIFFICULTÉS D’UTILISER LE PASSÉ PRÉISLAMIQUE POUR FONDER UNE IDENTITÉ NATIONALE

  • 9 La civilisation du Yémen antique sombre dans le courant du vie s. de l’ère chrétienne ; pendant le (...)

33Contrairement à l’Arabie saoudite, le Yémen a la passion de l’histoire. Chaque époque, a partir du renouveau du ixe s. de l’ère chrétienne9, a produit ses chroniques historiques, surtout en milieu zaydite. Je rappelle que le zaydisme est un rameau modéré du shi‘isme, qui s’est épanoui en Iran et au Yémen et ne survit aujourd’hui que dans le quart nord-ouest de ce pays.

34Une visite dans une librairie de San‘a’ illustre l’abondance de la production locale de livres d’histoire : éditions de chroniques et d’ouvrages érudits, répertoires de savants d’époques variées, recherches en géographie historique, description des sites et monuments historiques, histoire des grandes familles ou tentatives de synthèses historiques. Rares sont les auteurs qui s’aventurent vraiment dans l’histoire préislamique, mais beaucoup y touchent plus ou moins, par le mythe, par les traditions ou par l’archéologie.

35L’intérêt pour le passe est partage par les campagnards, même s’il s’exprime de manière différente. Il est prestigieux de construire sa maison avec des pierres antiques récupérées sur les monuments ruinés. Les façades sont animées avec les inscriptions et les reliefs antiques, qui ne sont pas détruits, mais font la fierté de leurs propriétaires.

  • 10 Principal royaume du Yémen jusqu’au iiie s. de l’ère chrétienne : voir Beeston. Pour une première (...)
  • 11 Tribu qui unifia l’ensemble du Yémen à la fin du iiie s. de l’ère chrétienne et domina la moitié m (...)

36L’onomastique illustre aussi la familiarité avec le passe, y compris le plus ancien. Bien des enfants reçoivent le nom de tribus antiques : ainsi les deux fils d’un ancien président de la république furent-ils nommés Saba’10 et Himyar11.

  • 12 Son nom complet est as-Sayyida Arwâ bint Ahmad ; elle régna de 1074 (ou 1086) a 1138 (voir Smith).
  • 13 az-Zâfir ‘Amir b. ‘Abd al-Wahhâb (1489-1517).
  • 14 Voir par exemple City Map of San‘â’, San‘â’, The Survey Authority, 1982.

37Si le goût pour l’histoire se manifeste quelque peu dans les enseignes des hôtels ou des boutiques, qui s’appellent Arwâ (nom d’une reine sulayhide des xie-xiie s.12) ou ‘Amir b. ‘Abd al-Wahhâb (nom d’un souverain tâhiride du début du xvie s.13), en revanche la toponymie de San ‘â’ n’en révèle rien. Le visiteur qui consulte un plan de cette ville14 sera étonné de trouver très peu de personnages historiques dans la dénomination des rues ou des grands monuments. Ni l’aéroport, ni l’Université, ni les pares publics, ni les hôpitaux ne portent le nom de personnalités. Les exceptions sont rares. Elles concernent deux chefs d’État qui apportèrent leur soutien dans des moments cruciaux de l’histoire de la république :

  1. le président égyptien Jamâl ‘Abd an-Nâsir qui est honoré d’une rue centrale. Il faut rappeler que l’Égypte accorda une aide décisive, militaire et économique, lors de la création de la République yéménite après le coup d’État du 26 septembre 1962 qui renversa le régime des imams zaydites ;
  2. le shaykh Zayd b. Sultân Al Nahyân, président des Émirats arabes unis, dont l’aide économique a été considérable, notamment pour la construction de la nouvelle Digue de Ma’rib (inaugurée en 1986).
  • 15 Homme politique, écrivain et poète, 1919-1965 (al-Iryânî, 1992).
  • 16 Officier tué a Ma‘rib la première semaine d’octobre 1962, considéré comme l’un des premiers martyr (...)

38Elles concernent également deux révolutionnaires de la première heure, tués pendant la guerre civile : Muhammad Mahmûd az-Zubayrî15 et ‘Alî ‘Abd al-Mughnî16.

39Trois de ces quatre noms ont été donnés pendant la guerre civile, alors que la République yéménite était sous la tutelle de l’Égypte. Il faut noter qu’après la fin de la guerre civile et la réconciliation nationale, les autorités ne sont pas revenues sur ces appellations.

40Un seul personnage préislamique a les honneurs d’une rue : Sayf b. dhî-Yazan, un prince juif de la fin du vie s., qui fit appel aux Persans pour chasser les Abyssins. À son propos, il faut rappeler un peu d’histoire. Vers 380, la dynastie himyarite, qui domine la moitié méridionale de la péninsule Arabique, se convertit au judaïsme et cette religion s’implante solidement dans toute l’Arabie occidentale. Parallèlement, le christianisme, derrière lequel se profile Byzance, gagne des adeptes dans plusieurs régions du Yémen, le long de la mer Rouge, dans l’île de Suqutra et à Najrân principalement. La crise culmine en 523 avec le massacre des chrétiens de l’oasis de Najrân, martyrises par le roi juif Joseph (Yusuf). En réaction, à la demande de l’empereur byzantin, l’Abyssinie intervient au Yémen et le conquiert à la fin des années 520. Son occupation durera jusqu’à l’arrivée des Persans, au début des années 570.

  • 17 Voir Guillaume.

41La célébrité de Sayf b. dhî-Yazan peut apparaître paradoxale : il n’a pas libéré le Yémen, mais l’a fait passer de la domination abyssine à la tutelle persane ; par ailleurs, il était de confession juive. Mais sa popularité ne se fonde guère sur l’histoire : elle vient plutôt d’une geste qui a été composée à l’époque moderne en Égypte et dont Sayf est le héros17.

42En résumé, les personnalités honorées par une rue ou un monument de San‘â’ sont :

Étrangers : rue ‘Abd an-Nâsir ; rue shaykh Zayd
Yéménites contemporains : rue az-Zubayrî ; rue ‘Abd al-Mughnî
Personnages historiques : hôtel Arwâ ; hôtel al-Khayyâm ; rue et école Sayf b. dhî-Yazan

Portent souvent des noms de personnes : quartiers et immeubles, par référence a leur propriétaire ; mosquées, par référence au fondateur

43L’examen de la toponymie de San‘â’ révèle en fait que les Yéménites ne savent pas s’entendre pour reconnaître un tel ou un tel comme héros national. Pourtant, le Yémen a une histoire très riche et il ne serait pas difficile de trouver des personnalités qui ont joué un rôle majeur.

44On pourrait penser d’ abord aux héros de la révolution du 26 septembre 1962 au Yémen du Nord. En dehors des deux personnalités déjà mentionnées et tuées dans les premiers combats de la guerre civile, la réticence a été forte de célébrer les autres par ce moyen. On se contente de commémorations stéréotypées, en évitant tout retour trop précis sur le passe, car les mauvais souvenirs de la guerre civile sont encore très vifs. C’est ainsi que les étudiants qui souhaitent rédiger des thèses sur cette période en sont dissuades.

45Les héros de la guerre de libération du Yémen du Sud ne sont guère mieux traités. Célébrés par le régime communiste de ‘Adan qui leur avait élevé un monument à Habilayn, ils ont sombre dans l’oubli quand le régime s’est discrédité : je rappelle qu’en 1986, les luttes d’influence au sein du bureau politique se sont réglées a coup de mitraillette avant de dégénérer en un affrontement généralise qui a fait près de 10 000 morts, surtout à ‘Adan. L’abandon du monument de Habilayn fait aujourd’hui peine a voir. Mais ce n’est pas le Nord qui va rénover un monument à la gloire de combattants considérés comme socialistes.

  • 18 Voir Blackburn.
  • 19 Voir par exemple Baldry, 1984.
  • 20 Voir Strothmann-Smith-Blackburn.

46Les grands souverains du Yémen ne manquent pas. Deux ont libéré le pays de l’occupation turque. Le premier est l’imâm zaydite al-Mansûr bi-llâh al-Qâsim b. Muhammad (1597-1620)18 qui se lance dans la lutte dans les dernières années du xvie s. ; les derniers Ottomans quittent le pays en 1636 sous le règne de son fils. Le second est l’imam zaydite al- Mutawakkil ‘alà llâh Yahyà b. Muhammad (1904-1948)19 qui profite de l’effondrement de l’Empire ottoman en 1918. Il n’est pas question de célébrer ces personnages. Leur défaut, comme pour bien d’autres, par exemple l’imâm al-Mahdî li-Dîn Allâh Ahmad b. al-Hasan (1676-1681)20 qui conquit le Hadramawt en 1659, unifiant ainsi l’ensemble du Yémen, est d’être zaydites : ils sont donc récusés par le Yémen shâfi‘te et par tous ceux qui abhorrent le régime controversé des imams zaydites. Ce rejet interdit par exemple de mentionner sur les livres la titulature des imams dont on édite les œuvres.

47À ce propos, le Yémen pratique une censure assez curieuse. Il n’autorise pas les publications qui pourraient passer pour une glorification du régime imâmite, mais il les tolère, pour ne pas brimer la population zaydite, s’ils ne mentionnent ni le nom de l’éditeur, ni le lieu et la date de la parution.

  • 21 Yéménite de la tribu de ‘Ans qui se révolta contre le pouvoir musulman juste avant la mort de Muha (...)
  • 22 Sur ce propagandiste ismâ‘îlien du Yémen, mort en 915, qui rejeta à la fin de sa vie toute allégea (...)

48Si on se tourne vers des personnages fameux de périodes plus anciennes, on peut penser a al-Aswad al-‘Ansî21 ou à ‘Alî b. al-Fadl22, l’un et l’autre fort populaires chez les étudiants progressistes. Le premier se révolta du vivant même du Prophète et on y voit un précurseur du nationalisme yéménite. Quant au second qui vécut aux ixe-xe siècles, adepte de la doctrine ismâ‘îlienne, il fut accuse par ses adversaires de partager les biens et mêmes les femmes ; il devint naturellement Fun des héros du régime communisme. Mais on comprend aisément que tous les Yéménites ne se reconnaissent pas en eux.

  • 23 893-après 971 : voir Lofgren.
  • 24 Il en va de même pour Nashwân al-Himyarî (mort, semble-t-il, en juin 1178) : voir Lichtenstadter.

49Resteraient les grands savants du Moyen-Âge. Le plus illustre est l’encyclopédiste al- Hasan b. Ahmad al-Hamdânî23 qui, au xe siècle, rédigea une description des antiquités pré-islamiques du Yémen, ouvrage unique en son genre dans le monde islamique. Dans sa Description de la péninsule Arabique, le même al-Hamdânî fait pratiquement silence sur les Lieux saints de l’islam, contrairement aux pratiques imposées de l’époque. Il se signale enfin par son engagement dans les luttes politiques de son temps, célébrant les Arabes du Sud qui pouvaient se prévaloir de 2 000 ans de civilisation, raillant les Arabes du Nord, boutiquiers et chameliers, dont le seul titre de gloire était d’avoir donné naissance au Prophète. Cette personnalité considérable se heurta évidemment aux Zaydites qui le firent emprisonner sous l’accusation d’avoir blasphémé le Prophète. Il est évident que seule une fraction du Yémen se reconnaît en lui24.

50Avant l’Islam, deux souverains réussirent à unifier le Yémen : le sabéen Karib’îl Watâr (vers 700 avant l’ère chrétienne) et le himyarite Shammar Yuhar‘ish (vers 300 de l’ère chrétienne). Un autre, Abîkarib As‘ad, dit As‘ad al-Kâmil (vers 380-vers 450), étendit la domination himyarite sur l’Arabie occidentale et centrale. Ils présentent sans doute l’inconvénient d’avoir été païens ou, pour le dernier, juif.

51Cette difficulté des Yéménites à se reconnaître tous dans quelques personnages historiques marquants tient à la diversité du pays. J’ai déjà fait allusion à la diversité religieuse. Une petite moitié du Yémen est zaydite et une grande moitié est shâfi’ite. Même si l’écart n’est pas considérable entre les deux écoles juridiques, c’est une ligne de fracture. Une autre distinction vient de l’histoire récente : le yémen méridional, qui a été sous domination anglaise puis a eu un régime communiste, a une culture politique radicalement différente de celle du Yémen du nord, dominé par le système tribal et fermé au monde extérieur, à l’exception de la partie qu’occupèrent les Turcs ottomans pendant une cinquantaine d’années.

52La diversité de l’organisation sociale est également un facteur de division. Le pays zaydite est fortement tribalisé, bien que sa population soit en grande majorité composée d’agriculteurs ; ses valeurs premières sont la bravoure et la solidarité ; ses habitants se reconnaissent à leur goût pour les armes et pour les vastes demeures fortifiées. Dans le Yémen shâfi‘ite, la population, organisée en villages, est beaucoup moins belliqueuse.

53Enfin, les conditions naturelles sont fort contrastées quand on passe de la plaine côtière torride aux montagnes qui culminent à 3 700 m et au désert.

54On pourrait multiplier les exemples en rappelant que toute la population ne parle pas l’arabe : les vieilles langues de l’Arabie du Sud survivent encore au Mahra (où on parle mahrî) et à Suqutrâ (où on parle suqutrî). Ces langues sudarabiques appartiennent à la famille sémitique, mais sont éloignées de l’arabe. Un Arabe ne comprend pratiquement rien quand un Sudarabique s’exprime. C’est d’abord pour des raisons simplement phonétiques : le sudarabique, par exemple, compte trois sibilantes (deux sifflantes et une chuintante) alors que l’arabe n’en a que deux et les emphatiques sont glottalisées et non palatalisées.

55L’unité du Yémen est-elle donc un leurre ? J’observerai simplement que ce n’est pas l’avis de l’immense majorité des Yéménites qui la considère comme une évidence et un devoir sacré. En fait cette unité a deux fondements. Le premier tient à la géographie et à l’histoire. Le Yémen est fondamentalement l’arc de hautes montagnes qui occupe l’angle sud-ouest de la péninsule. Dans cet ensemble, il n’y a jamais eu de frontières stables, mais, en sens inverse, les habitants ont toujours eu le sentiment d’une communauté de destin.

56Le second ciment de l’unité yéménite est la volonté de résister à des voisins entreprenants, voire menaçants. L’annexion de Najrân et du ‘Asîr par l’Arabie Saoudite, consacrée par le traité de 1934, n’est pas encore pleinement acceptée par le pays. Cet antagonisme est d’autant plus fort qu’il plonge ses racines dans l’opposition traditionnelle entre Arabes du Nord et Arabes du Sud, bien documentée pour l’époque umayyade et les débuts du califat ‘abbâsside et toujours vivante au Yémen. C’est ainsi que les descendants du Prophète, appelés sayyid ou sharîf selon les régions, bien qu’installés au Yémen depuis 1 000 ans et plus, sont toujours considérés comme étrangers au pays, puisque Arabes du Nord (on dit ‘Adnânites, descendant de ‘Adnân, pour les Arabes du Nord, par opposition à Qahtânites, descendants de Qahtân, pour les Arabes du Sud).

57Rétrospectivement, il apparaît que les facteurs favorables à l’unification ont été plus forts que les ferments de division, même s’il a fallu plusieurs guerres entre le Nord et le Sud pour parachever l’unité, la première en 1972 et la dernière en 1994. L’union entre un Yémen du Nord tribal, au régime militaire, et un Yémen du Sud marxiste, conclue le 22 mai 1990, n’est pas aussi artificielle et fragile qu’on l’a cru.

58Cette unité nationale a évidemment besoin de symboles. L’histoire islamique, comme je l’ai indiqué, n’offre guère de personnalités consensuelles. Finalement, pour l’histoire, c’est l’antiquité qui est mise à contribution.

59Le premier symbole du régime est évidemment la fameuse digue de Ma’rib. La ville de Ma’rib, capitale du royaume de Saba’, à 120 km à l’est de San‘â’, est célèbre dans tout le monde arabe grâce à sa digue antique.

60Cette digue barrait le fleuve Dhana, à 7 km en amont de la ville. Elle permettait d’irriguer 9 000 à 10 000 hectares. Dans son dernier état, qui date des ve-vie s. de l’ère chrétienne, elle se composait de deux écluses de pierre ancrées dans les rochers des rives nord et sud du fleuve Dhana et d’un pesant mur de retenue fait de terre, long de 650 m et haut de 15, barrant le lit du fleuve entre ces deux écluses. La date de sa construction n’est pas connue. Sa dernière mention date de novembre 558. À l’époque de Muhammad, la digue avait cessé d’être en usage. Les traditions datent de la rupture de la digue la dispersion des tribus arabes.

61Pour renouer avec le passe, la République du Yémen du Nord a voulu construire une nouvelle digue a Ma’rib. L’entreprise présente évidemment un intérêt économique. Dans une région ou l’eau fait défaut, il est utile de retenir les eaux de ruissellement, abondantes au printemps et en été, pour irriguer l’oasis.

62Cependant, la motivation la plus forte pour reconstruire cette digue était de nature symbolique. Pendant près de deux décennies, après la révolution de 1962, les tribus nomades et semi-nomades du Yémen-Nord ont échappé à tout contrôle du pouvoir central et ont été diversement sollicitées par les Sa‘ûdiens. Pour manifester la renaissance d’un État yéménite et le rétablissement de son autorité sur les tribus dissidentes, le Président du Yémen s’est donc servi de cette digue, financée par les Émirats arabes unis.

63Une inscription écrite en arabe et en sabéen (la principale langue du Yémen antique, distincte de l’arabe même si elle lui est apparentée) commémore la pose de la première pierre en octobre 1984. Voici le début du texte sabéen, rédigé dans une langue excellente par un savant yéménite, Mutahhar ‘Alî al-Iryânî :

  • 25 Pour le texte complet, voir Robin, 1988. Une mise en perspective de ce document se trouve dans Lam (...)

Quant à cette inscription, elle a été écrite au nom du peuple yéménite ; ils y prient et implorent leur Seigneur qui est aux cieux de bénir et donner la victoire a leur seigneur le Président et le Chef de l’armée, le Colonel ‘Alî ‘Abd Allâh Sâlih Ibn Jura, Président de la République arabe yéménite, le jour où il a pris date, ordonné, décrété, décide, pris en main et stipule dans un acte qu’il a confirmé et un serment qu’il a prononcé, de bâtir, refaire et restaurer dans le pays de Ma ’rib la digue amont en travers du fleuve Dhana, pour la deuxième fois, à la manière de ses ancêtres Sumhû‘ali Yanûf et Yatha‘’amar, souverains de Saba’, qui s’illustrèrent avec cet ouvrage... etc. (pl. 1)25.

64Il est significatif que le chef de l’État soit appelé Ibn Jura, d’après le nom des princes antiques qui gouvernaient la région où il est ne, Sinhân, au sud de San‘â’.

65L’emploi de l’écriture sudarabique (l’écriture du Yémen antique, différente de l’écriture arabe qui dérive d’une variété de l’écriture araméenne) n’est nullement proscrit au Yémen, même si bien peu savent la lire : le ministère de la Culture l’utilise sur sa façade (pl. 2) ; l’Université de San’â’ en fait usage sur ses diplômes ; les cigarettes Saba’ s’en servent pour transcrire le nom de la marque.

66La nouvelle digue de Ma’rib et l’écriture sudarabique sont donc des symboles fréquemment employés. Un autre symbole, d’usage courant, est constitué par les cinq piliers de section carrée des propylées d’un temple de Ma’rib dédié au dieu Almaqah. Ces cinq piliers apparaissent sur les armoiries de la République du Yémen et ornent la voie triomphale au sud de San‘â’ (la piste du vieil aéroport) ou se font les défilés.

67Des objets antiques ornent une bonne moitié des billets de banque. Ce peut être une statue, mais aussi une inscription comme sur l’ancien billet de 10 buqshas.

68Le patrimoine architectural n’est pas délaissé, mais curieusement ce sont les villes (et l’architecture traditionnelle) et non les monuments islamiques qui sont à l’honneur. Le Yémen compte un grand nombre de mosquées historiques. Plusieurs remontent aux premiers siècles de l’islam. Mais elles sont liées à l’une des obédiences qui a dominé le Yémen : zaydites, shâfi‘ites, ismâ‘îliens (avec la dynastie sulayhide, 1047-1140) etc., ce qui en fait des symboles controversés. Il en est de même de l’architecture militaire islamique. De manière plus générale, l’archéologie islamique est le parent pauvre. Elle ne jouit pas d’un grand prestige et attire peu d’étudiants. Du point de vue institutionnel, également, sa situation n’est pas claire, puisque trois administrations se la disputent : les antiquités, le ministère des biens de main-morte (waqfs) et la haute autorité des villes historiques.

69En fait, comme je l’indiquais, l’intérêt des autorités se porte davantage sur l’architecture traditionnelle et sur les villes qui en sont la meilleure illustration. Le Yémen est le seul pays au monde à avoir trois villes inscrites au patrimoine mondial de l’humanité patronné par l’Unesco : deux inscrites du temps de la division, San‘â’ au Nord et Shibâm au Sud ; l’une après l’unification, Zabîd. Une sorte de préfiguration de ce choix somme toute judicieux se trouve dans le film de Pasolini intitulé « Les mille et une nuits », puisque les scènes tournées au Yémen se passent dans ces trois villes.

70Le passé est donc appelé à fonder l’identité yéménite. Le passé préislamique n’est pas récusé : bien au contraire, il apparaît comme plus consensuel que le passé islamique, marqué par tant d’affrontements violents entre obédiences islamiques jusqu’à une époque très récente. Cette situation est assez paradoxale. Le Yémen antique n’est évidemment pas musulman, mais païen, puis juif ou chrétien. Plus encore, il n’est pas vraiment arabe, puiqu’il parle et écrit diverses langues apparentées à l’arabe, mais très différentes ou assez différentes de lui. L’écriture aussi est différente. La relation entre le Yémen antique et le Yémen contemporain n’est pas sans évoquer celle de la Gaule et de la France (nom, religion et langue différents, mais continuité affirmée et revendiquée).

71Si on s’interroge maintenant sur la valorisation du patrimoine antique par les autorités yéménites, on peut noter tout à la fois un effort continu et un relatif échec.

72Avant la révolution de 1962, l’intérêt pour les antiquités était principalement le fait des étrangers de passage. Sans doute l’imâm avait-il ordonné d’entreposer les vestiges antiques découverts dans des réserves situées à Ma’rib et à San‘â’, mais il n’y avait aucun service de l’État en charge de ce secteur.

73L’État républicain du Nord fonde un service des antiquités peu après la révolution de 1962. Ce service est confié à un grand historien qui a fait de la prison pour s’être opposé au régime des imâms zaydites, le Qâdî Ismâ‘îl ‘Alî al-Akwa‘. Il croît rapidement, crée le Musée national, puis de nombreux musées en province. Mais il n’a pas encore été en mesure de lancer une opération scientifique significative, prospection, fouille ou même simple inventaire.

74Parallèlement l’enseignement supérieur se développe. Une section archéologique est organisée à l’Université de San‘â’, fondée en 1970. Cette section, qui délivre depuis 1989 des diplômes jusqu’au niveau du magistère, compte plusieurs centaines d’étudiants. Les enseignants furent d’abord égyptiens. Aujourd’hui, ils sont en passe de devenir majoritairement yéménites. La principale personnalité yéménite de l’Université est le professeur Yûsuf Muhammad ‘Abd Allâh, également directeur des antiquités depuis 1994. Dans l’enseignement secondaire, les problèmes à résoudre depuis la révolution étaient multiples, mais consistaient avant tout à trouver des enseignants et à rédiger des manuels. J’ai examiné il y a quelques années les ouvrages qui étaient utilisés dans l’enseignement secondaire. Rédigés par des Égyptiens qui n’avaient pas fait le moindre effort de documentation, ils étaient d’une indigence saisissante ; mêmes les cartes étaient un tissu d’inexactitudes et d’erreurs. J’espère que la situation s’est améliorée depuis lors.

75Si on évoque enfin la protection des sites archéologiques, la aussi la situation est désolante. Les sites les plus riches sont ceux qui ont été abandonnés depuis l’Antiquité. Ils se trouvent tous en bordure du désert, dans des zones ou l’emprise tribale est forte et l’autorité de l’État faible. Un habitant de ces régions qui emprunte pour acheter un tracteur, un camion ou une citerne peut rembourser rapidement ses dettes en vendant les pierres taillées des monuments antiques ou les pièces archéologiques qu’il peut découvrir. La tentation, irrésistible, n’est freinée que par les rivalités entre tribus : le pillage des sites antiques est donc très rapide et tend à s’accélérer.

  • 26 C’est le nom du palais dynastique des rois de Himyar à Zafâr.

76Avant l’unification, le Yémen du Sud avait pratique une politique volontariste et ambitieuse. Les sites étaient protégés. La recherche recevait un soutien constant, comme en témoigne notamment la publication d’une revue spécialisée, Raydân26. Le niveau des manuels scolaires, qui prenaient en compte le progrès des connaissances, était meilleur. L’Antiquité était régulièrement appelée en renfort pour fonder une identité sud-yéménite, notamment dans l’édition de timbres ou de médailles commémoratives.

77Comme on le voit, le problème majeur de l’archéologie au Yémen n’est pas un manque d’intérêt, mais un manque de cadres, qui commence seulement à être surmonté, et encore plus un manque de moyens. C’est la raison pour laquelle le pays a fait appel à des missions étrangères, les principales étant allemande, italienne, russe et française.

78Les nations de la péninsule Arabique n’ont pas la même attitude à l’égard de leur passe. L’une, l’Arabie saoudite, se considère comme le continuateur de l’empire islamique des premiers califes. Ses héros appartiennent à cette histoire des origines et au mouvement wahhâbite qui cherche à rétablir l’islam dans sa pureté originelle. Dans ce pays, l’histoire est une histoire sainte. On y craint que l’observation des vestiges anciens ne révèle des contradictions avec les enseignements de la tradition.

79Le Yémen fonde son identité sur toute son histoire, mais trouve moins de difficulté à valoriser l’Antiquité que son passe islamique. Le problème est que les Yéménites, bien que passionnés par l’histoire, n’ont guère de spécialistes de l’Antiquité et de l’islam classique. De ce fait, l’histoire du Yémen n’est pas encore véritablement écrite et enseignée ; on attend encore le Michelet qui composera la vulgate dans laquelle tout un peuple se reconnaîtra.

80Cependant, l’échec du socialisme et les difficultés économiques croissantes ont entraîné un fort mouvement de retour à l’islam qui prend des formes assez différentes dans le Yémen zaydite et dans le Yémen shâfi’ite. Dans les années à venir, il sera intéressant d’observer si les Yéménites continuent à cultiver leur singularité en s’appuyant sur l’histoire, ou s’ils se considèrent avant tout comme l’une des composantes de la famille islamique.

81Dans cette contribution, j’ai trop peu évoqué le père Jaussen. Ce n’est pas manque d’intérêt et d’estime. Étudiant faisant mon service militaire dans la coopération, j’ai enseigné la langue française pendant deux ans au Centre culturel français de ‘Ammân et j’ai assidûment pratique Coutumes des Arabes au pays de Moab. Quand je circulais de Mâdabâ à Karak et jusque dans les villages de Samakiyya ou de Hamûd, ce livre a été une utile introduction à un pays compliqué dont j’avais tout à apprendre. Par la suite au Yémen, dans les tribus turbulentes du Jawf, j’ai dirigé des prospections archéologiques dans des conditions aussi délicates que celles rencontrées par Jaussen. Mon seul regret sera de ne pas avoir su faire part de mon expérience comme lui l’a si bien réussi.

Fig. 1 – Façade du ministère de la Culture et du Tourisme à San ’â ’. Le nom du ministère est écrit en arabe (horizontalement : Wizârat ath-thaqâfa wa-s-siyâha) et en sabéen, l’une des principales langues du Yémen préislamique (verticalement : Wzrt thqft syht).

Fig. 2 – Texte commémorant la pose de la première pierre pour la nouvelle digure de Ma’rib, 1984. Il est rédigé en arabe et en sabéen.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

al-Ansary A. R., (1982), Qaryat al-Fau. A portrait of Pre-lslamic Civilisation in Saudi Arabia, University of Riyadh.

Baldry J., (1984), « One Hundred Years of Yemeni History 1849-1948 », Joseph Chelhod et alii, L’Arabie du Sud, histoire et civilisation, vol. 2, La société yéménite de l’Hégire aux idéologies modernes (Islam d’hier et d’aujourd’hui, 22), Paris (Maisonneuve et Larose), p. 69-111.

Beeston A. F. L., « Saba’ », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Blackburn J. R., « al-Mansûr bi-llâh al-Kâsim b. Muhammad », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Gajda I., (1997), « L’Arabie du Sud unifiée par Himyar », Yémen, au pays de la Reine de Saba, op. cit. ci-dessous, p. 188-192.

Geddes C. L., (1983), « The Apostasy of ‘Alî b. al-Fadl », Arabian and Islamic Studies. Articles presented to R. B. Serjeant on the occasion of his retirement from the Sir Thomas Adam’s Chair of Arabic at the University of Cambridge, Editors : R. L. Bidwell and G. R. Smith, London and New York (Longman), p. 80-85.

Guillaume J.-P, « Sayf ibn dhî Yazan (sîrat) », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

al-Iryânî M. A., (1992), « Muhammad ibn Mahmûd az-Zubayrî », al-Mawsû‘a al-yamaniyya, 1re éd., vol. 2, p. 832-835.

Laoust H., « Ibn ‘Abd al-Wahhâb », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Kostiner J., « al-Su‘ûdiyya, al-mamlaka al-‘arabiyya », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Lambert J., (1991), « Saba et le barrage de Mareb : récit fondateur et temps imaginé », Mythes et récits d’origine, Peuples méditerranéens 56-57, juillet-décembre 1991, p. 141-176.

Lichtenstädter I., « Nashwân b. Sa‘îd », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Löfgren O., « al-Hamdânî », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Madelung W., « Mansûr al-Yaman », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

al-Mu’ayyada. Q., (1992), « ’Alî ‘Abd al-Mughnî », al-Mawsû‘a al-yamaniyya, 1re éd., vol. 2, p. 673.

Pellat C, « al-Aswad b. Ka‘b al-‘Ansî », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

al-Râshid S., al-Rabadhah. A portrait of early Islamic civilisation in Saudi Arabia, Riyadh, King Saud University, s.d.

Robin C, (1988), « Le texte de fondation, en langue sabéenne, de la nouvelle Digue de Ma’rib, inaugurée en 1986 », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 18, p. 115-122.

Robin C. (éd.), (1991), L’Arabie antique de Karib’îl à Mahomet. Nouvelles données sur l’histoire des Arabes grâce aux inscriptions, Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 61.

Robin C, Dagron C, Antonini de Maigret S., de Maigret A., (1997), L’ABCdaire du Yémen, Paris (Institut du monde arabe et Flammarion).

Robin C, Vogt B. (éd.), (1997), Yémen, au pays de la Reine de Saba, Exposition présentée à l’Institut du monde arabe du 25 octobre 1997 au 28 février 1998, Paris (Institut du monde arabe et Flammarion).

Sirriyeh E. M., « Su‘ûd (Âl) » Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Smith G. R., « Sulayhides », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Strothmann R., Smith G. – R., Blackburn J. R., « al-Mahdî li-Dîn Allâh Ahmad, III », Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, s. v.

Notes

1 Voir Laoust.

2 Voir Sirriyeh.

3 Voir Kostiner.

4 Les plans d’ar-Riyâdh que j’ai utilises sont : 1. « Riyadh Map and Guide », Riyadh (Saudimap), s. d. (1979 ?) ; 2. Zakî Muhammad ‘Alî Fârisî, Atlas at-turuq as-sa‘ûdiyya wa-dalîl as-siyâha, ar-Riyâdh (Kharâ’it al-Fârisî) 1995 feuilles T 1-2.

5 al-Ansary [1982].

6 AL-Rashid, s. d.

7 La première livraison date de 1977 ; la revue en est aujourd’hui au volume 14.

8 Les rapports de ces recherches sont publiés notamment dans la revue al-Atlâl.

9 La civilisation du Yémen antique sombre dans le courant du vie s. de l’ère chrétienne ; pendant les trois siècles qui suivent, le pays est frappé de léthargie et ne renaît qu’aux ixe-xes.

10 Principal royaume du Yémen jusqu’au iiie s. de l’ère chrétienne : voir Beeston. Pour une première approche de l’histoire et des civilisations du Yémen antique, consulter Robin-Vogt 1997 ; Robin 1991 ; Robin-Dagron-Antonini de Maigret-de Maigret 1997.

11 Tribu qui unifia l’ensemble du Yémen à la fin du iiie s. de l’ère chrétienne et domina la moitié méridionale de la péninsule Arabique du ive au vie s. de l’ère chrétienne : voir Gajda, 1997.

12 Son nom complet est as-Sayyida Arwâ bint Ahmad ; elle régna de 1074 (ou 1086) a 1138 (voir Smith).

13 az-Zâfir ‘Amir b. ‘Abd al-Wahhâb (1489-1517).

14 Voir par exemple City Map of San‘â’, San‘â’, The Survey Authority, 1982.

15 Homme politique, écrivain et poète, 1919-1965 (al-Iryânî, 1992).

16 Officier tué a Ma‘rib la première semaine d’octobre 1962, considéré comme l’un des premiers martyrs de la révolution, 1935-1962 (voir al-Mu’ayyad, 1992).

17 Voir Guillaume.

18 Voir Blackburn.

19 Voir par exemple Baldry, 1984.

20 Voir Strothmann-Smith-Blackburn.

21 Yéménite de la tribu de ‘Ans qui se révolta contre le pouvoir musulman juste avant la mort de Muhammad et contrôla le Yémen pendant un mois ou deux, avant d’être assassiné : voir Pellat.

22 Sur ce propagandiste ismâ‘îlien du Yémen, mort en 915, qui rejeta à la fin de sa vie toute allégeance, voir Madelung ; Geddes 1983.

23 893-après 971 : voir Lofgren.

24 Il en va de même pour Nashwân al-Himyarî (mort, semble-t-il, en juin 1178) : voir Lichtenstadter.

25 Pour le texte complet, voir Robin, 1988. Une mise en perspective de ce document se trouve dans Lambert, 1991.

26 C’est le nom du palais dynastique des rois de Himyar à Zafâr.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Façade du ministère de la Culture et du Tourisme à San ’â ’. Le nom du ministère est écrit en arabe (horizontalement : Wizârat ath-thaqâfa wa-s-siyâha) et en sabéen, l’une des principales langues du Yémen préislamique (verticalement : Wzrt thqft syht).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 2 – Texte commémorant la pose de la première pierre pour la nouvelle digure de Ma’rib, 1984. Il est rédigé en arabe et en sabéen.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540