Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Première partie. Antonin Jaussen : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe

Naplouse et son district : un essai de monographie urbaine

Naplouse et son district: An Attempt at an Urban Monograph

Jean Métral

Résumé

Au moment où l’anthropologie gagne progressivement sa place dans l’étude des villes du Proche et du Moyen-Orient, aux côtés de l’histoire, de la géographie et de la sociologie, cet article propose une lecture critique du livre du Père Jaussen: Naplouse et son district. Pourquoi ce travail fut-il “ oublié ” si longtemps et resta si longtemps sans postérité ? Ni les historiens, ni les géographes urbains ne l’inscrivent dans leur “généalogie”. Comment distribuer les raisons de cet “oubli” ? Quelles sont celles qui tiennent au livre lui-même, et celles qui lui sont extérieures mais pas étrangères? C’est le travail de Jaussen, recontextualisé (1923-1927) qui retient d’abord l’attention de l’auteur. Par une relecture critique et académique il examine successivement: la délimitation, la construction de l’objet, la pratique de terrain, les méthodes d’investigation et d’analyse, enfin les problèmes de restitution.

Traditionally, the study of urban life in the Middle East has been the domain of history, geography and sociology. However, recent years have witnessed a burgeoning interest for the subject on the part of anthropologists. In light of this trend, this contribution offers a critical reading of Jaussen’s Naplouse et son district. Why has Jaussen’s work been forgotten so long? Neither historians, nor geographers, include it in their “genealogy”. How to account for this exclusion? What are the reasons pertaining to the book itself and those which are exterior to it? Looking at Jaussen’s work (1923-1927) in its context, this paper examines critically and academically the delineation or construction of the object, the field work, the methods used for investigation and analysis, and the problems of restitution.

Texte intégral

1C’est moins de l’homme, Antonin Jaussen, que de son œuvre dont je souhaite vous entretenir. Mais l’homme ne peut être oublié tant il fut imposant et modeste à la fois. Dominicain mais pas missionnaire, grand professeur et grand orientaliste mais en marge de l’établissement universitaire, tellement ethnographe et si peu ethnologue. Un « homme transplanté » comme il se définit lui-même, qui arrive à Jérusalem en 1890 et meurt en 1962. Trois quarts de siècle entre Jérusalem, Le Caire et Alexandrie. Y a-t-il un autre orientaliste dans sa génération qui ait vécu sur place dans la continuité, sur le terrain, la succession, l’enchaînement d’événements qui ont bouleversé l’histoire du Proche et du Moyen-Orient ?

2Un homme imposant dont l’œuvre, ou plus exactement les écrits abondants et divers, les milliers de plaques photographiques n’ont éveillé que tardivement l’intérêt de la communauté scientifique. Je remercie les organisateurs de ce colloque de nous permettre, à nous anthropologues, d’accomplir notre devoir de mémoire, de reconnaître enfin notre dette à l’égard d’Antonin Jaussen.

3Le travail ethnographique de Jaussen, en dehors d’une série d’articles dans la Revue biblique et autres revues, de notes et notices éparses dans les « Itinéraires » et les « Missions archéologiques » est rassemblé dans deux ouvrages publiés à vingt ans de distance avant et après la première guerre mondiale : Coutumes des Arabes au pays de Moab, paru en 1908 chez Gabalda, éditeur spécialisé dans « l’histoire sainte » et l’histoire des religions et Naplouse et son district, paru en 1927 à la Librairie orientaliste Paul Geuthner, éditeur spécialisé dans les travaux d’érudition d’orientalistes savants. Le Père Jaussen les signe l’un et l’autre comme dominicain mais il ajoute, pour le second, son titre de Professeur à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, fonction qu’il exerçait déjà depuis plus de six ans en 1908, lors de la parution de Coutumes Arabes au pays de Moab. Le second ouvrage est aussi le dernier écrit ethnographique de Jaussen qui va quitter Jérusalem pour Le Caire où il va construire et fonder une antenne de l’École biblique qui deviendra l’Institut dominicain d’Études orientales (IDÉO). Quittant Jérusalem, il quitte « ses terrains » des deux rives du Jourdain qu’il parcourait depuis trente ans ; quittant la Terre sainte, il quitte définitivement l’ethnographie. Et pourtant, il va vivre encore près de trente ans au Proche-Orient. Il y a dans ce départ vers Le Caire un arrachement et une rupture, un exode peut-être, un exil non expliqué. Que s’est-il passé chez cet homme ?

  • 1 Voir la revue de J.-C. Passeron, Enquête, n° 3 Interpréter, sur interpréter, 1er semestre 1996, Pa (...)

4C’est donc Naplouse et son district que je vais vous présenter. Ma lecture de cet ouvrage sera académique. C’est dire que je me garderai autant que possible d’interprétations qui sont souvent des sur-interprétations1. Ma recension sera froide, distanciée, objective. Certains la trouveront trop peu ethnologique et pourtant ma lecture sera aussi celle d’un anthropologue de la ville et des citadins, dont la passion pour les villes et les citadins du Proche et Moyen- Orient n’exclut pas l’étude des villes et des citadins de France, donc d’un anthropologue urbain qui se voudrait un peu généraliste.

  • 2 p. 273. Cette question renvoie aux problèmes soulevés par A. Raymond dans un article récent où il (...)

5Après une présentation générale de l’ouvrage, je m’intéresserai à la manière dont Jaussen a délimité et « construit » son objet et son « terrain », à ses méthodes d’investigation et d’exposition. À partir de l’analyse un peu plus détaillée du chapitre IX de l’ouvrage, consacré à la vie sociale, je m’efforcerai de préciser ce que veut nous dire l’auteur lorsqu’il parle de « la ville musulmane »2.

UNE PREMIÈRE RUPTURE

6La première guerre mondiale change le paysage géopolitique de la région. Fin de l’Empire ottoman, nouvelles entités politiques sous Mandat britannique et français, nouvelles frontières, « la Terre sainte » est partagée. L’École pratique d’Études bibliques est devenue, en 1920, l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, sous l’autorité scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

7La première guerre mondiale semble aussi avoir changé beaucoup de choses dans la vie de Jaussen. Prisonnier des Turcs à l’automne 1914, il sera vite libéré puis mobilisé auprès du Service des Renseignements à Port-Saïd. Quand il revient à Jérusalem, il entre dans une nouvelle phase historique. Finis les caravanes archéologiques, les longs et fréquents séjours chez les bédouins de Moab et d’Arabie. Il semble même s’éloigner de ses chers amis chrétiens de Madaba. Il va désormais consacrer ses vacances d’été que lui laissent ses activités de professeur, à des travaux sur la rive occidentale du Jourdain. En Palestine occidentale, sous Mandat britannique, il va travailler non plus sur les bédouins et les paysans mais sur ce qui la différencie le plus de la partie orientale, transjordanienne : la ville.

POURQUOI NAPLOUSE ?

8Jaussen sait qu’il peut avoir ses « entrées » dans la ville. Là comme à Madaba, existe, depuis les années 1860, une petite mission catholique latine composée de quelques familles. L’évêque latin de Jérusalem y a nommé un missionnaire français qui a bâti une chapelle, ouvert une école de garçons et, avec l’aide des sœurs du Rosaire, une école de filles. Surtout, en 1904, sont arrivées à Naplouse trois sœurs françaises de Saint-Joseph qui ont ouvert un dispensaire. Très vite, elles vont bénéficier d’une grande considération et même d’une certaine affection des populations de la ville et de la région. On les appelle « les vierges de la Montagne » (banal al Jabal) (p. 127). Jaussen sait depuis 1914 que le dispensaire peut être un bon observatoire de la vie urbaine. Il est passé deux fois à Naplouse cette année là.

« Le 8 août 1914, je passais à Naplouse de retour de Palmyre... les bruits de guerre commençaient à circuler dans la ville. Les Turcs mobilisaient à outrance et la population très excitée réclamait l’expulsion des étrangers. Les sœurs très calmes continuaient à donner leurs soins aux malades. Le 14 décembre, je traversais de nouveau Naplouse, prisonnier de guerre cette fois, destiné à être envoyé dans un camp de concentration à Orfa ou à Konia. » (p. 251-2).

9À ses yeux, Naplouse est une ville protégée des bouleversements qui transforment la Palestine : « une cité perdue au milieu des montagnes (...) en dehors des grandes voies de communication, une cité presque séparée du grand mouvement du monde (...) elle conserve encore à peu près son antique organisation du travail » (p. 277) ; une ville que le déroulement de l’histoire aurait oublié, une ville « propre à évoquer pour nous, jusqu’à un certain point, l’état de vie industrielle et commerçante de l’antique Samarie. » (idem).

10Jaussen choisit Naplouse parce que, contrairement à d’autres villes de Palestine, elle résiste à ce qui, pour lui, est le plus grand bouleversement de la Terre sainte : « le sionisme n’a pas encore étamé le bloc naplousien. » (p. 16). Enfin, Naplouse est une ville de notables : « C’est une ville, on y porte le tarbouch » (p. 66-7).

OBJET ET MÉTHODE

11Jaussen change donc de terrain, il passe de l’est à l’ouest du Jourdain, du campement et du village à la ville. Change-t-il aussi d’objet et de méthode ? Remarquons qu’à Coutumes de Arabes au pays de Moab, répondent Coutumes palestiniennes, titre de la série dont Naplouse et son district est la première et la seule livraison.

12L’auteur nous éclaire sur ses intentions dans l’Avant-propos :

« L’enquête dont le résultat paraît aujourd’hui [...] forme comme le pendant de celle que j’ai menée chez les nomades. Ne pouvant entreprendre un travail d’ensemble sur la Palestine aux contours si multiples et aux aspects si divers, j’ai restreint mes observations à la région et surtout à la ville de Naplouse, en grande partie à l’abri des influences étrangères [...] Le présent livre constitue donc le premier volume d’une série à compléter ultérieurement ».

13Il précise aussitôt : « J’ai borné mon enquête à la connaissance des “us et coutumes” de cette ville » (p. viii). Cette formule « connaissance des us et coutumes » évoque évidemment la définition de « la culture » formulée par l’ethnologue anglais E. B. Tylor, et à laquelle se référaient la plupart des ethnologues du début du siècle. La composition de l’ouvrage de Jaussen (nous y reviendrons plus loin) rappelle et illustre cette définition selon laquelle la culture est conçue comme une addition, une somme d’éléments hérités et transmis, comprenant : la technique, l’économie, la famille, l’organisation sociale, la religion. Si Jaussen se singularise, c’est parce qu’il met en œuvre cette notion en milieu urbain.

14Puisque l’objet d’étude à Naplouse est le même que celui du pays de Moab, très logiquement, la méthode d’investigation sera la même : « la méthode employée déjà dans Coutumes des Arabes est reprise dans le travail actuel » (p. vii). Mais elle est, cette fois, décomposée et hiérarchisée en différentes procédures : « Étude objective des faits ; interrogations directe ; contrôle personnel ; discussion avec l’indigène des assertions un peu extraordinaires en vue d’atteindre à la vérité (...) Cette belle vérité ne devrait blesser personne » (p. vii). Comment (et l’emploi du terme « indigène » pour désigner la population étudiée nous y engage), ne pas penser à B. Malinowski que les ethnologues considèrent comme l’initiateur de la méthode d’observation directe, intensive de longue durée : « la méthode d’observation participante » ?

15Mais Jaussen va plus loin. Il emporte l’adhésion du lecteur d’aujourd’hui quand il formule clairement les risques et les limites de cette méthode et énonce les règles à respecter dans sa mise en œuvre. Il faudrait citer in extenso tout le début du chapitre premier. Je résume :

  • Il est indispensable à l’explorateur qui entreprend une enquête sur la vie et les coutumes d’un peuple de se rendre compte en premier lieu de l’origine de cette population, de ses relations, anciennes ou récentes, avec la terre.
  • Jaussen rajoute deux remarques qui révèlent le chercheur de terrain et l’ethnographe : tout en constatant ces principes qui doivent guider une enquête objective et scientifique, il serait peut-être imprudent d’en exagérer la portée et d’en exiger l’application rigoureuse ; la Palestine a vu dans le cours de l’histoire des contingents nouveaux de populations qu’elle a plus ou moins transformées et marquées de son empreinte.
  • Qui sera le plus à même de connaître les usages locaux, les coutumes de son clan, les lois naturelles de la région ? Non pas « l’homme transplanté » qui subira plus ou moins l’influence de ses propres habitudes, de sa mentalité, dont il aura une certaine difficulté à se débarrasser mais l’habitant autochtone, celui qui a toujours vécu sur ce sol, est attaché à cette terre par sa naissance et toute la série de ses ancêtres.
  • 3 Voir Naissance de la méthode critique, Colloque du centenaire de l’École biblique et archéologique (...)

16La démarche réflexive de Jaussen dans la construction de son objet et de sa méthode d’investigation peut surprendre. Par bien des aspects, elle anticipe celle qui marque la discipline ethnographique à la même époque. Mais la surprise s’estompe et apparaît une certaine logique si on veut bien se souvenir que Jaussen vit et parcourt le Proche et Moyen-Orient depuis trente ans déjà et qu’il le fait avec un regard formé très tôt à la méthode critique3 qui lui fut enseignée et qu’il enseigne à l’École biblique de Jérusalem.

UNE MONOGRAPHIE CLASSIQUE

17Jaussen met sa méthode en application d’une manière intensive au cours des mois de juillet, août et septembre des années 1923 et 1924 : « Les deux étés que j’ai passés à Naplouse ont été supportables, presque agréables » (p. 9). Il y revient en 1925 et 1926. Sans doute était-il hébergé au dispensaire des sœurs françaises de Saint-Joseph où il put s’entretenir « avec de nombreuses femmes musulmanes ». Il a aussi, semble-t-il, accompagné les sœurs lors de leurs visites dans les villages des alentours. Mais il avait par ailleurs l’aide d’un guide qui l’escortait en ville et dans les villages.

18À Naplouse, Jaussen nous laisse entendre qu’il a enquêté en se pliant à l’ordre hiérarchique de la société urbaine : les autorités religieuses d’abord et les familles de notables « qui m’ont beaucoup aidé » (p. 146).

19Lui qui se définit comme un « explorateur » comme « un homme transplanté », il sait que la population le perçoit comme un « khawadj », un étranger du dedans, bien qu’il vienne du dehors (p. 195) c’est ainsi qu’on s’adresse à lui : « Crois-moi, Khawadj, me répétait souvent sheikh Ahmad » (p. 196).

20Tout ce travail de terrain mis en forme et rédigé donne, en 1927, un ouvrage de 360 pages sans bibliographie (les quelques titres retenus portent sur l’archéologie de Naplouse et sont cités dans l’Avant-propos), avec un index de 14 pages. Huit planches, regroupant 20 photographies, illustrent le texte (« Le Père Savignac m’a prêté son assistance inlassable... ») ainsi qu’un croquis topographique du P. Lavergne, « à l’échelle approximative » où sont mentionnés les points d’eau, les portes, les restes des murs antiques et les douze quartiers non délimités. Le texte comporte dix chapitres précédés d’une « Introduction : description de Naplouse ». En dehors des deux premiers chapitres très brefs (« La population » – 5 p. – et « La maison » – 9 p.), un premier tiers du texte (100 p.) est consacré à la femme, à sa « vie privée » et à sa « vie domestique et sociale » ; « La religion » constitue à elle seule un second tiers (110 p.). Le dernier tiers compte cinq chapitres : « La famille » ; « Mentalités et traits de caractère » ; « Occupations » ; « La vie sociale », le dernier chapitre, « La mort et le deuil » clôt l’ouvrage sans que Jaussen lui-même tire le bilan de son travail.

21Dans le cadre conventionnel d’une monographie ethnographique classique, comment A. Jaussen dégage-t-il le caractère urbain de cet « établissement humain » ? Qu’est-ce qui fait à ses yeux de Naplouse une ville, plus précisément une ville musulmane, et de ces habitants des citadins ?

  • 4 Hannerz U. (1983), Explorer la ville, Paris, Ed. de Minuit.

22Certes je pourrais lire le texte de Jaussen en le passant au crible des cinq catégories d’analyse : famille et parenté, voisinage, approvisionnement, trafic (mobilités) et loisir que U. Hannerz4 propose à l’anthropologue pour appréhender la ville dans sa spécificité et sa totalité. Cette lecture serait peut-être moins anachronique qu’elle ne paraît. Sans qu’elles aient été formulées et conceptualisées, on pourrait voir ces catégories (sauf celle de mobilité) fonctionner en de très nombreux passages du texte qu’on qualifierait alors de précurseur. A ce titre, les premières pages de l’Introduction : « Description de Naplouse » surprennent. Elles anticipent un principe que U. Hannerz tient pour fondateur de l’anthropologie urbaine : « Vivre la ville du dedans en la regardant d’en haut ».

23C’est bien ainsi que procède A. Jaussen : « Le visiteur qui voudra se rendre un compte exact de la position de Naplouse [...] devra se résoudre à gravir le dernier contrefort de l’Ebal [...] Il prendra un petit sentier [...] un raidillon. De là haut, Naplouse apparaît semblable à une princesse indolente mollement étendue sur le bord de la vallée. » (p. 2).

24A. Jaussen nous a décrit la ville dans sa totalité ; il nous fait ensuite pénétrer à l’intérieur, pour la parcourir et y vivre : « Sans avoir l’intention d’entreprendre une description topographique, travail qui relève d’un autre genre d’étude [...] nous entrerons dans la cité par la porte de l’est [...] et après l’avoir traversée dans sa longueur nous en sortirons par la porte de l’ouest [...] Nous noterons les quartiers que nous indiquerons. » (p. 3).

25Il précise plus loin : « Vivre dans l’intimité du et avec le Naplousien serait l’unique moyen de pénétrer cette mentalité qui nous déroute si souvent. C’est dans le frottement banal des rapports quotidiens qu’elle peut se dessiner, se dévoiler. » (p. 261).

  • 5 L’École de Chicago, Présentation de Y. Grafmeyer et I. Joseph, Paris, Le Champ urbain, 1978.

26Même si le texte nous y invite parfois, je ne ferai pas cette lecture qui risque de mener à la sur-interprétation et aboutirait trop sûrement à faire de Jaussen, si ce n’est un précurseur, au moins l’égal des socio-anthropologues de l’École de Chicago5 qui, dans ces années 1920, posaient les premiers jalons de l’anthropologie urbaine. Plutôt que d’appliquer au texte des catégories qui lui sont étrangères et très postérieures, je préfère l’écouter et tenter d’en saisir la logique propre, la logique interne.

LA VILLE MUSULMANE TRADITIONNELLE

27Naplouse est « la ville de Palestine qui jusqu’à nos jours est restée le plus fermée aux idées occidentales » (p. 256) et qui, « à l’exception de 250 à 300 chrétiens et de 164 samaritains, appartient toute entière (25 000 habitants, p. 296) à la religion musulmane. » (p. 147).

28Pour A. Jaussen, ce qui donne à Naplouse son caractère citadin c’est d’abord sa très longue histoire. Sur son site se sont succédées, au cours des millénaires, des populations et des religions. De cette histoire, elle conserve les vestiges et les habitants, la mémoire souvent légendaire qu’il a recueillie et restitue tout au long de sa description. La mémoire des citadins l’intéresse beaucoup plus que l’histoire de la ville, car elle est ce qui fait sens pour eux.

29Naplouse contrôle un territoire, exerce son emprise sur « son district », l’ancienne Samarie. La mutasarrifieh dont elle est le centre, en 1923, compte 168 villages dont les paysans, sous la protection des grandes familles naplousiennes, sont aussi parfois leurs métayers endettés.

30L’espace de la cité, son territoire urbain, est découpé, organisé en 12 quartiers : certains de résidence, d’autres réservés à des artisans tels que les potiers ou à d’autres activités industrielles (les savonneries). « Ils sont surveillés et plus ou moins administrés par 6 mukhtars » (p. 4).

31La description des maisons, celles des pauvres et celles des riches, toutes à voûtes et à terrasses et qui le rebutent par le manque d’hygiène, illustre le caractère traditionnel de la morphologie urbaine que confirment les deux chapitres consacrés à la femme dans sa vie privée et domestique. « La loi de claustration et de séparation » (p. 114) limite son accès à l’espace public de la cité. La citadinité féminine, A. Jaussen la repère surtout dans la ritualisation de leurs sorties au hammam, au cimetière, aux mariages et même, durant la belle saison, sous les oliviers où elles aiment à se réunir en cercle et engager une conversation familière (p. 113).

32De cette citadinité ritualisée, des formes de « sociabilité » entre femmes, il donne une extraordinaire description d’une « soirée joyeuse : sahrah » qu’offre aux femmes l’épouse du mufti à son retour du Pèlerinage. Costumes, bijoux et parures, conversations, chants et danses et même travestissements pour parodier les maris absents, tout est montré de l’intérieur. A. Jaussen nous donne la clé de ce surprenant et long récit dans la dernière phrase : « Quand la dame qui me donna ces renseignements sortit de la séance à laquelle elle avait été aimablement invitée, elle constata à sa montre qu’il était quatre heures du matin. »

33L’espace public traditionnellement réservé aux hommes est marqué par des bâtiments et des équipements : ceux du pouvoir, les deux sérails et la municipalité ; ceux du commerce, de l’artisanat et de l’industrie : les suqs sur lesquels il passe beaucoup plus rapidement que sur les savonneries ; les khans et les cours qui servent d’entrepôts pour les marchandises. Avec le dispensaire des sœurs, Naplouse est équipée d’un hôpital public, de sept hammams et de quinze fontaines. Les habitants de Naplouse sont des citadins parce qu’ils sont instruits. La ville compte quinze écoles primaires en 1924 (p. 318), sept pour les garçons dont quatre publiques et trois chrétiennes ; sept pour les filles : 3 publiques et 4 chrétiennes et une école secondaire publique, l’école an-Najdah. Le pouvoir politique appartient aux familles de notables qui tiennent la municipalité et qui, quand elles sont unies, imposent leur volonté au mutasarrif. Propriétaires des savonneries et d’une partie des suqs, elles contrôlent aussi l’économie urbaine. Ainsi elles ont retardé longtemps à la fin de l’époque ottomane l’établissement d’une banque du gouvernement afin de ne pas avoir dans la ville un organisme de prêt concurrent. « Elles exerçaient un droit de protection sur les villages et l’une d’elle faisait planer son influence sur une trentaine de villages à l’est de Naplouse » (p. 140).

34Ces familles de notables que Jaussen nous présente longuement ont une très longue généalogie. Elles sont souvent d’origine tribale et installées à Naplouse depuis le xiie siècle. C’est Saladin qui, chassant ou massacrant les chrétiens, leur aurait ouvert la ville. Elles se répartissent les charges et règlent les conflits dans la ville et dans les villages selon la coutume arabe. « L’effusion de sang n’était pas considérée comme un attentat privé regardant strictement deux familles [...] La justice arabe locale dominée par la coutume et la justice du gouvernement [...] deux compartiments étanches » (p. 269). « Tout cela avant guerre ressemblait à une sorte de féodalité » (p. 140).

UN ISLAM URBAIN

35Pour A. Jaussen, Naplouse est la ville musulmane type. À cet islam urbain, il consacre rappelons-le, le tiers de son texte. Après une présentation rapide des autorités religieuses et de leurs fonctions, il décrit chacune des neuf mosquées et plus longuement les quinze sanctuaires, « tombeaux des saints » auxquels sont rendus des cultes particuliers. Imposants ou modestes, ces édifices organisent l’espace urbain selon leur implantation et les populations qui les fréquentent. Leur histoire ou les légendes de fondation, sur des sites où se succédèrent et parfois s’enchevêtrent diverses traditions religieuses, samaritaines, chrétiennes, musulmanes, sont restituées telles qu’elles lui furent racontées par les gardiens et les imams. A. Jaussen nous livre même le récit d’un débat théologique avec un sheikh auquel il fut convié lors d’une visite de mosquée (p. 151). Notons qu’il ne fait aucune mention des biens waqfs.

36Ce qui retient surtout son attention ce sont « les actes religieux », les pratiques « d’un peuple dominé par le sentiment religieux » (p. 154). A. Jaussen distingue les pratiques cultuelles et religieuses d’un usage commun (p. 154) qu’il rappelle brièvement, de celles qui le sont moins. Peut-être moins reconnues, moins orthodoxes, ces dernières sont cependant nombreuses et fréquentes. « Sans avoir la prétention de donner une étude complète », il dresse un inventaire d’une vingtaine de ces pratiques. Fidèle à sa méthode, A. Jaussen accumule récits et anecdotes pour nous faire comprendre les croyances au « mauvais œil » et les moyens de le conjurer (p. 191-202). Les techniques de divination et de prévision de l’avenir (mandai, p. 202-219) « sont exposées [...] dans le détail, d’après les explications du sheikh Hasan de Jérusalem et des deux sheikhs Ali et Sa’ad ad-Din de Naplouse [...] nous serons bien renseignés ! ». Il a même recours ici afin de mieux exposer les singularités de ces techniques palestiniennes, à la comparaison avec ce qui se passe au Caire (p. 218) d’après les descriptions de E. Lane, le célèbre auteur de Manners and Customs of the Modem Egyptians publié en 1836. L’emploi de la méthode comparative est très rare chez A. Jaussen mais la citation de E. Lane pourrait laisser supposer que sa culture ethnologique était peut-être plus étendue qu’il ne le laisse paraître.

37Dès la page suivante, il revient à une méthode d’exposition qui lui est familière et qu’il a employée avec bonheur dans Coutumes des Arabes au pays de Moab : le portrait. Celui des deux sheikhs de Naplouse, cités plus haut comme informateurs de la divination. Celui de Sheikh Ali (p. 219-225) est un moyen personnalisé d’introduire le lecteur dans la vie des confréries : « Le sheikh Ali se donne comme étant, à Naplouse, le grand Maître de quatre confréries musulmanes ». Celui de Sheikh Sa’ad ad-Din (p. 225-236), plus détaillé encore que le précédent, nous fait pénétrer de l’intérieur dans l’univers des djinns.

38A. Jaussen termine cette très longue partie sur la religion musulmane d’une façon curieuse. Il donne un catalogue de formules de bénédiction en arabe, avec traduction mais sans commentaire, et de formules de malédiction (p. 238-247) avec une typologie selon le sexe et l’âge : « malédictions contre les femmes », « malédictions contre les hommes », « dans la rue les gamins chantent »...

39Naplouse est aussi une ville musulmane dans la place et le traitement qu’elle réserve aux non musulmans : les chrétiens et les Samaritains. A. Jaussen règle le problème des Samaritains en six lignes rappelant qu’ils sont 164, dans un état misérable, et qu’ils vont « logiquement disparaître bientôt en raison de mariages de plus en plus inféconds » parce qu’endogamiques. La note renvoie le lecteur au livre de Montgomery publié en 1907 à Philadelphie : The Samaritans.

40Les chrétiens (grecs-orthodoxes, latins et protestants) dont A. Jaussen parle souvent dans d’autres passages de son texte, n’ont droit, dans ce chapitre sur la religion, qu’à quelques pages (p. 247-255). Elles sont consacrées surtout aux latins. L’auteur souligne leur pauvreté et insiste sur les difficultés qui furent les leurs pendant la guerre. Avec la victoire des Alliés en 1918 « l’heure de la délivrance sonna ».

« CETTE MENTALITÉ NAPLOUSIENNE SI ÉTRANGE »

41Après la religion et comme si elle en découlait tout naturellement, A. Jaussen aborde « la mentalité (...) la description de l’état d’esprit du groupement humain que nous étudions » (p. 256).

42Par mentalité nous pouvons entendre ce que nous nommons aujourd’hui culture et identité urbaine ou « citadinité », et qui désigne ce que les habitants de Naplouse, par delà leurs différences de religion, d’activités et de statut auraient en commun et qui ferait qu’ils se reconnaissent comme naplousiens et sont reconnus de l’extérieur comme tels.

43Comment pénétrer « cette mentalité naplousienne si étrange, si particulière mais si orientale » ? « Par le récit, nous dit A. Jaussen, de quelques faits divers aptes à nous montrer certaines modalités d’une conscience mobile et intéressée dont les brusques revirements déjouent les déductions logiques de la raison occidentale » (p. 193).

44De « fait banal » en « fait divers », A. Jaussen va nous dessiner par petites touches le portrait du Naplousien qui tient sa cohérence d’un système de normes et de valeurs que lui dicte sa religion et ses origines tribales en arrière-plan. Naplouse apparaît d’abord comme une ville fermée, repliée sur elle-même. Les Naplousiens se définissent eux mêmes par des dictons qu’ils ont rapportés à l’auteur.

« Un interlocuteur me disait : “Le cheval a deux œillères qui empêchent son regard de s’écarter à droite et à gauche” ; l’œil du naplousien est arrêté au nord et au sud par l’Ebal et Garizim. Un habitant de Naplouse préfère les fonctions d’agent de police dans sa ville à la dignité de vizir dans une ville étrangère. A quoi attribuer cet attachement ? “A l’eau et à la terre” répondirent mes interlocuteurs (...) Ce même attachement empêche les jeunes gens de s’établir à l’étranger pour le commerce » (p. 260).

45Cet attachement renforcé par « le vieux principe constitutif de la tribu : appartenir par le sang et par le nom à un groupe et être l’ennemi de tout ce qui ne relève pas de ce groupe », qui habite encore les Naplousiens, crée entre eux et leurs lignages une compétition et une concurrence qui certes peuvent être une forme de dynamisme social mais engendrent aussi la jalousie et la haine. « Elle est bien vraie cette parole qui a retenti si souvent à mes oreilles : “Notre ville est bâtie sur le hasad wa-l fasad, sur la haine et l’intrigue” (....) Le Naplousien acquiert à un degré supérieur l’art de l’intrigue et nouer des intrigues est un plaisir » (p. 193). Réputation méritée nous dit A. Jaussen : « Quand le premier vizir de Saysal voulut déjouer les intrigues de ses ennemis, il établit un Naplousien son secrétaire particulier » (p. 260).

46Cette rivalité dans la ville devient solidarité au dehors, solidarité contre ceux du dehors, surtout s’ils représentent et sont les agents d’un pouvoir extérieur. Solidarité et identification avec « le brigand (...) terreur de la contrée » ; mais, me disaient ses admirateurs il ne s’attaquait pas aux petits, aux femmes, aux pauvres ; il s’en prenait aux grands, aux puissants, aux officiers du gouvernement » (p. 262).

47Cette ambivalence de la mentalité naplousienne A. Jaussen l’illustre par deux récits qui font référence dans la mémoire que la ville a d’elle-même. Le premier porte sur une série de meurtres provoqués par le mariage d’une jeune fille dont ni les médiations locales, ni la justice du gouvernement ne réussirent à rompre l’enchaînement « tant la haine des uns pour les autres était impitoyable ». Le second récit, au contraire, montre comment « la sincérité du pardon accordé » peut éteindre l’esprit de vengeance. Le jeune Husayn est assassiné dans une rue de Naplouse par deux jeunes gens qui se cachent pendant plusieurs semaines. L’aîné part se réfugier en Amérique, le plus jeune est capturé par la police et condamné à la pendaison. Les notables ne peuvent obtenir le pardon du père de la victime pour l’adolescent qui accompagnait le meurtrier en fuite. Au matin de l’exécution, la potence fut dressée et la foule se pressait au spectacle :

« Au moment où on passait la tête du condamné dans le nœud coulant, le père de la victime s’avance et d’une voix forte s’écrie : "Je pardonne en mon nom et au nom de ma parenté". Dans la foule stupéfaite règne un silence profond qui éclate bientôt en applaudissements pour bénir la magnanimité de cet homme qui prenant la main du condamné, demande la permission de l’emmener dans sa maison pour la journée. Connaissant les nobles usages de l’oriental au cœur magnanime, il donne des vêtements neufs au coupable... et offre un repas luxueux auquel sont invités les notables de la ville. Reconduit le soir à la prison où il devait rester un certain temps, d’après la loi, le condamné vit aujourd’hui tranquillement à Naplouse. » (p. 276).

48A. Jaussen s’intéresse aussi à la mentalité féminine qui ne s’exprime, elle, que dans « le secret du harem ». C’est la même ambivalence, la même mobilité.

OCCUPATION ET VIE SOCIALE

49Si A. Jaussen enchaîne occupations et vie sociale comme il a enchaîné religion et mentalité, il ne leur donne pas le même développement. Il accorde moitié moins d’importance aux premières (55 p.) qu’aux secondes (120 p.) dans son texte. Pour quelle raison ? Peut-être parce que la pression moderne s’exerce d’abord sur l’artisanat et le commerce plus qu’ailleurs et qu’il s’intéresse surtout « au maintien des anciens procédés dans les diverses branches d’activité » (p. 277). C’est la vie traditionnelle d’une ville palestinienne qui retient son attention plus que les transformations de l’économie urbaine assez profondes, semble-t-il, dans ces années 1920. Nous y reviendrons plus loin.

50Sa description du travail agricole est moins technique que juridique. Les différents contrats passés entre les propriétaires urbains et leurs métayers « font du paysan la victime du citadin, plus riche, plus instruit plus habile qui veille à tirer de ses terres le plus de revenus possibles » (p. 279).

51En conduisant son lecteur dans les boutiques des suqs, A. Jaussen lui présente brièvement les activités artisanales, industrielles et commerciales de Naplouse. Les suqs ne sont pas, pour lui, un espace urbain singulier, l’espace public majeur de la ville arabo-musulmane. Il les observe comme un simple conservatoire des métiers traditionnels qu’il décrit en quelques lignes, parfois en une phrase : « l’étameur, al mubayyed, ne chôme jamais » (p. 282). Les potiers et savonneries le retiennent un peu plus longuement. Les potiers occupaient « tout un vieux quartier de Naplouse qui porte encore leur nom, preuve de l’extension et de l’intensité de la fabrication de la poterie dans cette ville autrefois » (p. 284).

« La fabrication du savon est la principale pour ne pas dire l’unique industrie de Naplouse. Les savonneries de cette ville ont acquis depuis longtemps une réputation méritée [...] en Palestine, en Syrie et en Égypte [...] deux facteurs y ont contribué : le sérieux de la fabrication et la qualité de la matière première [...] “Nous avons de vieux oliviers me disait Tuqqân, que nous appelons rûmany et que nous gardons avec une sainte jalousie, car ils nous fournissent une huile merveilleuse”. J’écoute et je manifeste le désir de connaître les détails de cette fabrication » (p. 228) dont l’auteur nous restitue minutieusement les détails dans les pages qui suivent.

52On le devine inquiet et dubitatif. Le commerce du savon apportait à la ville une certaine prospérité que la guerre a cassée en coupant les relations avec les autres pays. « Mon interlocuteur m’affirme que sur les 2 500 tonnes de savon exportées chaque année, les trois quarts arrivent sur les bords du Nil » (p. 290). Ne faut-il pas moderniser la fabrication ? « Tuqqan effendi me répondit : la méthode arabe est très perfectionnée, je ne vois pas la nécessité de changer de procédé » (p. 291).

53En dehors des exportations du savon et de la concurrence des productions étrangères qu’elles rencontrent sur le marché, A. Jaussen limite sa présentation au commerce du grain, pour nous dire encore une fois que les marchands citadins exploitent durement les pauvres paysans.

54Les pages consacrées à l’alimentation et aux techniques culinaires le conduisent à préciser que les musulmans de Naplouse observent scrupuleusement « les prescriptions coraniques relatives aux aliments » (p. 311).

55A. Jaussen insiste aussi sur le sens de l’épargne des Naplousiens, « pratiqué parfois avec une telle ladrerie qu’il a fait éclore un proverbe piquant : “Ils honorent l’hôte, quand il apporte sa nourriture avec lui” » (p. 313), ce qui les distingue des nomades à l’hospitalité généreuse. Il existe aussi un sens de l’épargne judicieux. C’est la qualité caractéristique du citadin selon l’auteur, (p. 312).

LA VIE SOCIALE : TELLE QU’ELLE ÉTAIT... TELLE QU’ELLE POURRAIT ÊTRE...

56Le court chapitre (9 p.) sur la vie sociale est l’un des plus intéressants du livre. Pour une bonne compréhension de ce qu’elle était sous les Ottomans et de ce qu’elle pourrait être, A. Jaussen renonce à 1’inventaire descriptif et choisit deux exemples de situations significatives, deux analyseurs dirions-nous aujourd’hui :

  • « la collecte des impôts » pour illustrer ce qu’était la position du citadin (percepteur) dans le système des rapports sociaux globaux ;
  • « les droits du voisin » pour suggérer ce que devrait être, dans la cité, les relations entre citadins.

57A. Jaussen n’analyse pas le système fiscal, il raconte le passage du percepteur (« qui rappelle un fermier général sous l’ancien régime », p. 324) dans un village, avec son escorte de trois ou quatre gendarmes, ses ruses et ses violences pour extorquer aux villageois une somme d’argent deux à trois fois supérieure à celle qu’il doit ou qu’il a déjà versée au Trésor. Il doit calculer : un cadeau pour le gouverneur, une « reconnaissance » pour ceux qui l’ont aidé à obtenir cette charge, pour le mukhtar du village suivant le concours qu’il lui a donné sur place. « Et puis il lui faut tenir son rang ». Les villageois subissent non seulement « les procédés tyranniques du percepteur » mais aussi « les exigences de chaque soldat (...) la table, le coucher, la nourriture du cheval [...] et chaque soir un mejidy » (p. 326). Très concrètement, en situation, le lecteur voit comment se construisent et se reproduisent les rapports de pouvoir et de domination, du sommet de la société (le gouverneur) à la base (le paysan), le citadin jouant l’intermédiaire pour son profit qui n’est pas toujours le plus grand.

58Après les rapports sociaux, A. Jaussen traite des relations sociales horizontales entre citadins : les droits du voisin (huqûq al jâr). Changeant de méthode d’exposition il adopte quasiment la position du moraliste, si ce n’est celle du juriste, pour énoncer les règles d’une bonne cohabitation. C’est presque un code des civilités urbaines qu’il nous propose. Il rappelle d’abord quelques proverbes : « Respecte ton voisin, quand même il serait injuste, quand même il te lapiderait ». « Ton voisin est celui qui est proche, il n’est pas ton frère celui qui est loin » (p. 327). Puis il cite les droits et les devoirs « admis en théorie » et les usages prescrits-entre voisins quelle que soit leur religion.

59Les « manquements » sont classés en trois catégories : les injures, le larcin (la « mainmise sur un objet à l’abandon ») et le vol « qui sera traité dans un chapitre spécial » (p. 330), jamais rédigé. Après les récits d’un vol et de la restitution des objets et du conflit légendaire qui oppose au paradis terrestre Adam et Gabriel sur les limites de leur jardin, A. Jaussen termine par la citation du hadith : « Le voisin s’associe au voisin dans la joie et dans la douleur. ».

« MALGRÉ LA MASSE IMPOSANTE DES TRADITIONS », UNE VILLE QUI CHANGE

60Dans Naplouse et son district, A. Jaussen s’efforce de dresser un tableau minutieux, pointilleux et complet d’une ville musulmane traditionnelle de Palestine.

61Pour cela, il lui faut souvent remonter au début du siècle, « aux années d’avant-guerre » car Naplouse, au moment où il l’observe, entre 1923 et 1926, est déjà entrée dans une phase de changements avec l’établissement du Mandat britannique et la montée du sionisme. Il n’a pas pour objet de nous décrire ces changements ni le goût de les analyser. Observateur perspicace qui se veut « objectif », il n’hésite cependant jamais à les signaler dans son texte, soit pour les déplorer, soit pour les souhaiter.

62Il souhaite une modernisation des maisons qui les rendraient moins insalubres comme il en existe déjà quelques-unes dans un nouveau quartier en construction sur les pentes du Mont Ebal (p. 23). Il souhaite la modernisation des métiers et des industries qui ne pourront résister à l’importation des produits étrangers, plus redoutable encore que la concurrence des productions locales que les sionistes développent avec beaucoup de dynamisme et de modernisme (p. 291), surtout dans le secteur agricole : « Maintenant que les sionistes font usage des instruments d’agriculture perfectionnés, les indigènes suivront sans doute la marche du progrès. On m’informe qu’en septembre 1925, six jeunes gens de Naplouse sont partis pour l’école d’agriculture de Montpellier. » (p. 279).

63Le début du paragraphe 7 « Les carrières libérales » à la fin du chapitre VII : « Occupations », mérite une citation in extenso :

« Tout indigène qui se destine à une carrière libérale doit sortir de son pays et demander à des écoles étrangères la formation requise et l’instruction nécessaire [...]. En 1925,8 médecins exerçaient leurs fonctions dans notre ville ; 4 seulement étaient officiellement reconnus et recevaient un traitement régulier ; 3 dentistes avaient ouvert un cabinet. Aucun de ces docteurs ou dentistes n’avait acquis son diplôme en Palestine. Tous avaient suivis les cours des universités étrangères : qui à Beyrouth, à l’Université catholique des Pères Jésuites où à l’Université américaine, qui à la Faculté de Montpellier en France. » (p. 315).

64Ces jeunes, tous fils de grandes familles, qui ont fait leurs études à l’étranger n’ont pas les mêmes loisirs que les autres :

« Ils ont respiré en Europe, en Égypte un air de liberté dont leur jeunesse ressent vivement la privation. Pas assez forts pour modifier la masse imposante des traditions et manquant de détermination pour braver l’opinion publique, ils se retirent pour chercher à la campagne un endroit solitaire auprès d’une source d’eau fraîche. Par groupes, ils s’installent à l’ombre d’un vieux caroubier et dégustent ensemble une bouteille de raki » (p. 320).

65Autres nouveautés, le développement des idées et du mouvement nationaliste sous l’action d’un comité, jama’iyah, créé juste avant la guerre, à un moment où « le terme patrie, watan, était à peine connu et prononcé [...]. Depuis la déclaration par les alliés du principe de nationalité, le terme watan est en Palestine d’un usage constant, surtout en face de l’établissement du “foyer national” juif (p. 356). Actuellement le comité s’est posé comme étant “antisioniste”. Il organise des conférences à son siège, le Nady al-ʻArabi pour exciter la jeunesse naplousienne à aimer et à défendre sa patrie. » (p. 357).

66Les Naplousiens sont hostiles aux sionistes au point de leur interdire l’accès de leur ville, même pour s’y restaurer et s’y reposer un peu. Cette hostilité est tellement violente qu’elle engendre des méprises : plusieurs membres du Consulat de France faillirent en être victimes. L’automobile qui les portait fut prise pour une voiture juive. « En un instant 300 personnes s’élancèrent contre cette automobile qui, sur l’invitation de la police, se réfugia dans la cour de la caserne » (p. 257).

67A. Jaussen déplore que « les Arabes incultes confondent la patrie et la religion et au nom de cette idée chassent de sa patrie l’Arabe chrétien. C’est ainsi que les maîtresses chrétiennes furent renvoyées des écoles publiques » (idem).

68Comment conclure sur cette monographie que son auteur nous a livrée sans conclusion, inachevée, ouverte, comme s’il nous invitait à poursuivre le travail de description. La vraie conclusion ne serait-elle pas de « revisiter » aujourd’hui Naplouse, d’en reprendre l’étude, trois quarts de siècle après Jaussen ? Dans l’attente et avec l’espoir qu’un chercheur courageux se mette bientôt au travail, je me limiterai à quelques remarques générales. En choisissant une ville moyenne pour étudier « la ville musulmane », plutôt qu’une métropole difficile à appréhender dans sa totalité, Jaussen est d’abord fidèle à lui-même. Il est un homme de religion, catholique, et cherche à comprendre de quelles manières, selon quels processus, une autre religion, l’islam, imprègne la culture des citadins, leurs pratiques au jour le jour, leurs sociabilités et leurs civilités. Cette approche de la ville par la religion n’est pas indépendante, chez l’auteur, d’une conception normative de la culture. Ce n’est pas seulement une description des choses comme elles sont qu’il nous restitue, mais aussi comme elles devraient être. Et si elles ne sont pas ce qu’elles devraient être c’est qu’on ne se conforme pas aux normes dont le fondement est dans la religion. Et là, il me semble que Jaussen, qui ne se risque jamais à dire que les normes du christianisme pourraient être supérieures à celles de l’islam, n’est cependant pas loin de penser qu’elles sont plus ouvertes que celles d’un islam trop légaliste. Il est aussi de son époque et il peut apparaître comme un des premiers orientalistes qui, à peu près au même moment, passant du texte au terrain, vont se poser la même question : qu’est-ce que « la ville musulmane » ? Mais s’il partage avec W. Marçais, J. Sauvaget, J. Weulersse la même interrogation, il n’a pas le même regard, les mêmes présupposés, les mêmes a priori.

69En me référant à A. Raymond, je dirais que Jaussen me semble échapper aux « mythes orientalistes » pour trois raisons au moins : il ne disqualifie pas la ville musulmane au nom d’un urbanisme antique, ordonné et organisé que l’islam aurait recouvert et détruit en introduisant, par défaut de pensées et d’institutions urbaines, le désordre et l’anarchie. Naplouse a ses institutions, et ses espaces urbains sont structurés. Ce n’est pas un labyrinthe pour l’auteur. Jaussen ne voit pas « la ville musulmane traditionnelle » comme une entité étrangère, hétérogène à son environnement. Certes, entre la campagne et la ville les différences sont profondes mais elles s’inscrivent dans des systèmes de relations multiples, de domination et d’exploitation mais aussi d’échanges. La centralité de Naplouse est à la fois la cause et la conséquence d’une certaine organisation de l’espace à l’échelle locale en des territoires différenciés : la campagne des villages d’un coté, la steppe des tribus de l’autre. Enfin, Naplouse n’est pas une simple juxtaposition de communautés lignagères ou tribales, professionnelles et confessionnelles, communautés séparées, autonomes qui fragmenteraient la ville au point de lui enlever toute unité. Malgré toutes ces différences, le terme « naplousien » a un sens, pas nécessairement le même, pour ceux qui habitent la ville et ceux qui habitent au dehors. Pour Jaussen, Naplouse est dotée d’une identité et d’une image fortes et pas toujours positives.

70Comment expliquer que Jaussen ait évité les pièges de l’orientalisme de son temps ? Pour moi, il y a une seule explication : le terrain. Formé à « la méthode critique » par le Père Lagrange à l’École pratique d’Études bibliques, il sait que le texte une fois soumis à la critique interne doit être confronté au « site », mis à l’épreuve du terrain. Cette règle méthodologique a sans doute fait écho en lui à une prédisposition profonde pour le concret et le factuel. Responsable des caravanes archéologiques à l’École, chaque été pendant de longues années il a pratiqué les relevés topographiques, traqué les objets et les inscriptions sur les sites bibliques. Mais le terrain, pour Jaussen, c’était d’abord les gens rencontrés sur les pistes, au campement, sur les chantiers archéologiques décrivant les bédouins, les villageois, les paysans, les commerçants, etc., notes qu’il a réunies en volume (Coutumes des Arabes au pays de Moab en 1908 et Coutumes des Fuqara en 1914) ou qu’il a publiées dans la Revue biblique. A Naplouse, libéré de tout travail archéologique, il a pu consacrer tout son temps aux habitants. Plus que son objet scientifique, ce sont eux les vrais sujets de son texte : les hommes et les femmes, les enfants et les vieillards, les riches et les pauvres, les savants et les ignorants, les musulmans et les chrétiens. Les Naplousiens dans la diversité de leurs appartenances et l’unité de leur identité, dont il décrit l’existence au quotidien dans une succession pas toujours organisée de récits et d’anecdotes. Voilà pourquoi cette monographie, une des premières consacrées à une ville musulmane, reste aujourd’hui encore, malgré ses imperfections, un livre précieux, parce que vivant de la vie que Jaussen a vécue à Naplouse, « notre ville », dit-il.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdel Nour A. (1982), Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, (xviie-xviiie s.), Beyrouth, Librairie orientale.

Depaule J.-C. (ed.) (1994), « Monde arabe, villes, pouvoirs et sociétés », Monde arabe – Maghreb Machreq, janvier-mars, n°143.

Grafmeyer Y. & Joseph I. (1979), L’école de Chicago, Paris, Le Champ urbain. Hanners U. (1983), Explorer la ville, Paris, Editions de Minuit.

Iilbert R. (1982), « La ville islamique : réalité et abstraction », Cahiers de la recherche architecturale, n° 10-11, p. 6-13.

Jaussen A. (1914), « Coutumes des Fuqarâ », in Jaussen A. & Savignac R. Mission archéologique en Arabie, Paris, Paul Geuthner, supplément au vol. II.

Jaussen A. (1927), Naplouse et son district, Paris, Paul Geuthner.

Lane E. (1954), Manners and Customs of the Modem Egyptians, réédition, Londres.

Marçais W. (1928), L’islamisme et la vie urbaine, Paris, Compte-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Montagnes B. (1995), Le Père Lagrange (1885-1938). L’exégèse catholique dans la crise moderniste, Paris, Editions du Cerf.

Sauvaget J. (1934), « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », Revue d’Études islamiques, n° 4, p. 426-480.

Sauvaget J. (1941), Alep. Essai sur le développement d’une grande ville syrienne, Paris, Bibliothèque archéologique et historique.

Tamari S. (1995), « Une citadinité en récession : la culture des petites villes de Palestine », Peuples méditerranéens, n° 72-73, p. 283-300.

Tamari S. (1995), « D’Emma Bovary à Hassan al-Banna : dynamiques culturelles des petites villes en Méditerranée orientale », Peuples méditerranéens, n° 72-73, p. 271- 282.

Weulersse J. (1934), « Antioche. Essai de géographie urbaine », Bulletin d’Études orientales, p. 26-80.

(1992), Naissance de la méthode critique, Colloque du centenaire de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, Paris, Éditions du Cerf.

Notes

1 Voir la revue de J.-C. Passeron, Enquête, n° 3 Interpréter, sur interpréter, 1er semestre 1996, Paris, EHESS, Éditions Parenthèses.

2 p. 273. Cette question renvoie aux problèmes soulevés par A. Raymond dans un article récent où il fait une synthèse magistrale et vigoureuse des études sur les villes de l’aire arabo-musulmane, depuis la première guerre mondiale jusqu’aux travaux actuels : « Villes musulmane, villes arabes : mythes orientalistes et recherches récentes » in Biget J.-L. et Hervé J.-C. (éds.), Panoramas urbains-Situation de 1’histoire des villes, Fontenay- St. Cloud, ENS Éditions, 1995, p. 309-336. Notons que A. Raymond ne cite pas Jaussen.

3 Voir Naissance de la méthode critique, Colloque du centenaire de l’École biblique et archéologique française à Jérusalem, Paris, Le Cerf, 1992.

4 Hannerz U. (1983), Explorer la ville, Paris, Ed. de Minuit.

5 L’École de Chicago, Présentation de Y. Grafmeyer et I. Joseph, Paris, Le Champ urbain, 1978.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540