Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Première partie. Antonin Jaussen : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe

Un jeu de regards : la photographie de Jaussen et Savignac à travers la croisière de l’École pratique d’Études bibliques autour de la mer Morte

A Mirror Effect: Jaussen and Savignac as Photographers at the Occasion of the Cruise of the “École pratique d’Études bibliques” of Jerusalem round the Dead Sea

Renaud Escande

Résumé

Jaussen participa à l’expédition qui devait conduire une vingtaine de jeunes étudiants de l’École pratique d’Études bibliques sur les bords de la mer Morte au début de ce siècle. Jaussen était le photographe “officiel” de la croisière ; il pouvait alors être intéressant de s’attarder au(x) regard(s) que portait le religieux sur la réalité qui s’offrait à lui, un regard particulier, étranger au courant orientaliste, traduisant l’intérêt de Jaussen pour l’ethnographie. À travers le récit de l’expédition que donne le jeune abbé Loth, lui-même en mal d’Orient, se dessine la spécificité de l’approche ethnographique de Jaussen. Dès lors s’instaure un jeu de regards: regards de Jaussen sur une réalité particulière, regard de Loth sur cette réalité à laquelle participe Jaussen, regard de l’historien contemporain.

Jaussen was a member of the expedition organized by the “École pratique d’Études bibliques” to the Dead Sea shores in the early years of this century. As the “official” photographier of the cruise, the way the dominican friar observed the world that greeted his eyes is worth dwelling upon. Though a foreigner, he cannot be considered as belonging to an orientalist tradition. Through the account of the young abbot Loth who joined the expedition, yearning for the Orient, we may better comprehend the specificity of Jaussen’s approach as an ethnographer. The mirror effect can be extended through the glance of the contemporary historian looking at Loth observing Jaussen who, himself is looking at a particular reality.

Texte intégral

Enfin nous arrivâmes dans les lieux où fume encore la foudre vengeresse ; terre jadis féconde, pays charmant, que couvrent aujourd’hui des eaux bitumeuses et un lac stérile, d’où s’exhalent des vapeurs impures, empoisonnées, qui attestent les crimes des hommes et le courroux des cieux
Le Tasse
(Jérusalem délivrée, Chant X, 611).

1C’est d’un voyage qu’il faudra partir... d’une croisière, d’un périple autour de la mer Morte. Du 28 décembre 1908 au 8 janvier 1909, une vingtaine de jeunes gens, élèves de l’École pratique d’Études bibliques de Jérusalem, partirent à l’aventure sur le lac Asphaltite, guidés par quelques jeunes professeurs dominicains.

2Ce voyage « d’étude » entrait dans le programme des cours dispensés à l’École. Aux enseignements théoriques et spéculatifs de théologie et d’Écriture Sainte, venaient en effet s’agréger des cours pratiques, donnés sur le terrain. Cette caractéristique propre à l’École traduisait une conviction intime et profonde du Père Lagrange. Ce dernier pensait que pour comprendre le texte de la Bible, il fallait avant tout tirer parti du pays de la Bible : « On ne peut la connaître sans se placer dans son atmosphère, sans consulter à la fois l’hébreu et les autres langues sémitiques, les monuments et les mœurs de la Terre Sainte » (Montagnes, 1995 : 48)

3Il reste aujourd’hui quelques traces de ce glorieux périple. Le jeune Père dominicain, Félix-Marie Abel, accompagna la petite expédition, comme professeur de géographie biblique et chargé des excursions de l’École. Il rédigea, à la suite du voyage, un long récit très détaillé qui parut en cinq épisodes dès 1909 dans la Revue biblique, et dont l’intégralité fut publiée en 1911, dans les petits cahiers des « Études palestiniennes et orientales ».

  • 1 Aloys Loth était un pieux élève ! Né en 1881 à Louviers dans l’Eure, il fut le quatrième enfant d’ (...)
  • 2 « Nous sommes vingt voyageurs, dominicains, prêtres séculiers, laïques, bénédictins, lazaristes, r (...)

4A ce premier récit, il faut adjoindre un autre type de document sans doute plus anecdotique et encore inédit aujourd’hui. L’abbé Aloys Loth faisait partie de l’expédition. Étudiant à l’École biblique en 1908-1909, il participa aux voyages d’études proposés par l’École et, avec ses professeurs, s’embarqua lui aussi sur le bateau qui devait promener le petit groupe sur la mer de Sel durant une douzaine de jours1. Un lot de lettres, une trentaine de pages manuscrites, rédigées au cours de l’excursion à l’attention de ses proches restés en France, livrent les impressions et les réflexions de ce jeune étudiant en quête d’aventure. Moins docte que le récit du Père Abel truffé de longues digressions plus ou moins scientifiques, le récit du jeune Abbé Loth raconte un voyage et une odyssée. Le jeune étudiant fait part de ses nouvelles et offre à sa famille le récit détaillé et parfois pittoresque des nombreuses péripéties jalonnant l’expédition. La lecture d’une de ces missives permit de connaître la composition précise de la caravane2. Ces quelques jours de « travaux pratiques » sur la mer de Sel furent, et demeurent encore aujourd’hui, une des gloires de l’École biblique. Pour la première fois, un groupe de « chercheurs » s’aventurait sur les sombres fonds du lac maudit, réussissant à faire un tour complet de la mer Morte, ce que d’aucuns avaient essayé auparavant avec plus ou moins de succès (Abel, 1911 : 2-7).

5Pour qui voudrait s’intéresser à cette première génération de Pères dominicains formés par et dans la pensée du Père Lagrange, ces jeunes religieux qui firent l’École biblique aux côtés du Père fondateur, ces premiers disciples qui connurent les tribulations, les interdits et les combats, l’étude de la croisière autour de la mer Morte se révèle un angle d’approche privilégié et bien circonscrit, offrant aux lecteurs contemporains que nous sommes, de nous plonger dans l’univers et l’atmosphère magiques de ce temps qui a passé.

6Or cette excursion sur le lac Asphaltite nous semble jouer le rôle d’un miroir, dans lequel nous contemplerions à loisir tout l’univers de cette École biblique au seuil du nouveau siècle. Les quelques jours de voyage sur les eaux sombres et lourdes de la mer maudite révéleront bien vite combien ces premières années furent et pour l’École et pour le Père Jaussen un moment crucial : à côté d’éléments traduisant l’influence d’un Occident encore à l’heure du siècle finissant, apparaissent des traits caractéristiques annonçant déjà les premières lueurs de la modernité. Oui, ce voyage raconté par les récits des deux religieux deviendra le bref reflet d’une époque et la pierre de touche de toute une partie de la société : l’orientalisme, la vision et l’interprétation de cet « Est » mythique et fantasmé, l’appréhension de l’Autre et partant la définition du même, les avancées de la science, la crise moderniste, la lente constitution de tout un langage scientifique et objectif..., autant de réalités que livrent, en définitive, les événements de ce voyage. Son étude permettra de situer l’École et le Père Jaussen au sein de l’immense mosaïque que furent ces quelques décennies marquées par l’achèvement du xixe siècle et secouées par les premiers soubresauts du nouveau.

L’ORIENT DANS L’OBJECTIF DE JANSSEN ET SAVIGNAC

  • 3 À l’exception des photographies concernant le pèlerinage au Néby Mousa qui sont antérieures à l’ex (...)

7Le Père Jaussen fut de l’expédition. Pour l’heure, aucun texte rédigé par le religieux dominicain sur cette croisière ne nous est connu. Photographe officiel de l’expédition, il n’en fut pas le chroniqueur. Le Père Raphaël Savignac le seconda dans cette charge. Ce dernier s’occupant davantage des grandes chambres, le Père Jaussen, lui, des appareils de moindres dimensions. Quelques-unes de ces photographies prises au cours de l’excursion3 illustrent l’ouvrage du Père Abel, tandis que d’autres restent, encore aujourd’hui, entièrement inédites.

8« Aussi bien, devra-t-on me pardonner quelques descriptions et remercier, comme je le fais moi-même en cet instant, les compagnons de voyage qui ont eu l’amabilité de me communiquer les photographies prises au cours de la Croisière ou dans quelques expéditions antérieures » (Abel, 1911 : Avant-propos). Le Père Abel puisa abondamment dans le corpus des photographies prises par les Pères Jaussen ou Savignac. Il emprunta aussi quelques images à des étudiants membres de l’expédition.

9La majorité de ces vieilles images en noir et blanc, choisies par le Père Abel pour illustrer sa monographie, complètent l’immense corpus photographique que possède l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. L’inventaire du fond ancien de la photothèque de l’École est aujourd’hui achevé. Près de 18 000 plaques de verre de différents formats, rangées dans leur vieille boîte en carton, se répartissent encore aujourd’hui à l’intérieur des armoires de bois tapissant les murs blancs de la grande salle voûtée située sous l’escalier, près de la bibliothèque de l’établissement. La principale difficulté fut de constituer un système de classification adapté qui, tout en respectant les caractéristiques particulières des anciennes photographies et tout en gardant un souci de continuité intelligente et souple, offrît un apport équivalent au fond photographique contemporain. Une ancienne photographie, un négatif (voire un positif) sur plaque de verre, ne pouvait s’appréhender dans la plupart des cas, comme un simple négatif de film souple. Ces plaques de verre, en effet, gardent leur spécificité et leurs qualités propres dues à leur nature particulière. Aussi, afin de respecter l’objet dans sa spécificité, et de ne pas oublier la technique utilisée par le photographe, fallut-il constituer une grille d’analyse suffisamment large et souple, pour à la fois mieux cerner et comprendre l’image inventoriée, mais aussi permettre à l’utilisateur du fichier de réaliser une étude scientifique et objective.

10La photothèque de l’École biblique fut dès l’origine conçue comme un outil scientifique et didactique. La collection débuta avec la fondation de l’École par le Père Lagrange en 1890. Parmi tous les religieux dominicains qui alimentèrent la photothèque au cours des âges, deux noms dominent l’ensemble par la qualité et la quantité de leur production. Le Père Raphaël Savignac et le Père Antonin Jaussen travaillèrent ensemble et de façon complémentaire.

11Le Père Savignac préfère une approche frontale et statique de l’image. Ce choix est motivé sans doute par le matériel utilisé (la chambre sur trépied). Cette technique, difficile, nécessitait une certaine connaissance du matériel et un réel savoir-faire de la part de l’opérateur. Les chambres transportées sur les sites pouvaient être de dimensions parfois importantes. Il faut s’imaginer les difficultés que durent affronter ces religieux en robe blanche, perdus dans des milieux hostiles, voulant emporter avec eux les images et les souvenirs des paysages traversés ou des sites visités. La mise en place de l’appareil, la préparation de la plaque, le temps de la pose, demandaient en tout plus d’une demi-heure au photographe ! Sans compter le traitement de la plaque de verre après l’exposition qui se déroulait dans une tente du campement aménagée en laboratoire de fortune... Malgré cela, les appareils sont encore aujourd’hui dans un parfait état de conservation. Les Pères dominicains avaient conscience de la valeur de leur matériel et avaient le soin de l’entretenir régulièrement.

12A l’inverse, l’approche du Père Jaussen rappelle plus celle du reportage. Ethnographe avant la lettre, le Père Jaussen préférait un matériel plus maniable et plus rapide d’utilisation, qui répondît mieux sans doute au besoin de ses analyses. Il fut un adepte de la caméra stéréoscopique à plaques 7,5 x 13 ou 4,5 x 10,5, et devint un maître dans la technique de ce procédé, lui permettant d’obtenir des images en trois dimensions, beaucoup plus vivantes et attrayantes à regarder lorsqu’il s’agissait de représenter des personnages en situation.

  • 4 Nous suivrons pour la transcription des termes arabes l’orthographe choisie par les Pères dominica (...)

13Il ne faut pas dès lors s’étonner de reconnaître le Père Jaussen derrière l’objectif et suivant le pèlerinage au Néby Mousa4. Le religieux dominicain, fondu dans la foule, sans doute habillé de façon à passer le plus inaperçu, joue le rôle d’un « reporter ». Pour l’occasion, il n’utilise pas les appareils stéréoscopiques qui lui sont chers, mais préfère une chambre de moyenne dimension (11 X 15), relativement aisée d’utilisation et plus facile à transporter que les grandes chambres. Le Père doit se hâter. Il lui est impossible de se lancer dans de longues préparations, ni même de tenter une composition savante et recherchée. C’est une foule bigarrée qui marche, chante et danse devant ses yeux. Le principal désir du Père Jaussen est de traduire cette joyeuse cohue et non de composer un tableau qui aurait charmé les sens esthétiques de quelques occidentaux en mal d’Orient ! Il faut faire vite. Debout sur un talus de terre ou bien sur un muret de pierre, le religieux dominicain immortalise cet immense cortège, ce fleuve coloré et bruyant qui descend la vallée du Cédron et remonte lentement les pentes du mont des Oliviers.

14Dans les murs du sanctuaire, sur quelques hauteurs située près de la tombe de Moïse, il peut observer tout le groupe compact, qui se presse vers la tombe où l’on a coutume de pratiquer le rite de la circoncision. Des voyeurs, tout comme le Père Jaussen, se sont hissés sur le toit de la mosquée afin de mieux profiter du spectacle. Il y a aussi ces femmes vêtues de noirs, debout près des étals de friandises, regardant avec surprise l’objectif de l’appareil qui les immortalise. N’oublions pas les festivités de cette noce célébrées près du sanctuaire par quelques familles de paysans. Un jeune garçon, intrigué sans doute par l’appareil du religieux, observe l’objectif avec crainte, debout au premier plan. A l’arrière, dans un désordre que seul le Père Jaussen pouvait comprendre, toute une foule en liesse se livre aux joies de la noce.

15Aussi l’intérêt des photographies prises par le Père Jaussen durant l’expédition autour de la mer Morte réside-t-il ailleurs, dans l’anecdotique. Il photographie volontiers les hommes entassés sur le pont du navire en train de manger, la tête enroulée dans des écharpes ou des keffieh blancs. Il immortalise le campement dressé au milieu des roseaux sauvages et des tamaris près de la source à Ain Geddi, ou celui monté près du Qala’at Zoueïrah, ainsi que la halte bien méritée de la caravane au fond du ouâdy Oumm Bagged.

16Il serait impossible de passer en revue toutes les images du corpus Jaussen. Dans la petite jumelle stéréoscopique de bois sombre, nous avons pu assister à des scènes extraordinaires. Le réveil difficile des Pères, quelque part près d’Aïn Geddi. Certains dormaient encore, la tête coincée entre les sacs de toiles ou simplement posée sur une pierre recouverte d’un maigre tissu, le reste du corps enfoui sous d’épaisses couvertures. D’autres émergeaient à peine. La barbe hirsute, les cheveux poussiéreux partant en tout sens, et l’habit religieux tout froissé et maculé de taches. Il y a aussi cette photographie montrant un Père dominicain, en caleçon long, entouré de jeunes Arabes présents sur le bateau, essayant d’attraper des poissons dans une vasque naturelle au fond des gorges de l’Arnon. Nous savons que la pêche fut fructueuse, mais le poisson malheureusement immangeable (Abel, 1911 : 49). Une autre présente un religieux dominicain, portant rosaire et scapulaire, chassant quelques volatiles dans les grands roseaux qui bordent le Zerqa Ma’aïn.

  • 5 Il faudrait, pour s’en convaincre, regarder les magnifiques planches qui illustrent les trois gran (...)

17Combien les photographies prises par le Père Savignac peuvent-elles traduire un regard autre ainsi qu’une volonté différente de représenter la réalité. Il y a chez lui plus d’ampleur et d’envergure. Certes la technique qu’il utilise est pour une part responsable de ce type d’image. Ici le mouvement ne peut être rendu que difficilement, la réalité comme on l’a vu est appréhendée de façon frontale et statique. Tout y est muet, figé, mais quelle force et quelle rigueur dans le choix de la pose ! Le Père Savignac offre parfois des compositions savamment travaillées. Tout y est respecté selon les principes classiques de la photographie. La proportion accordée au ciel, les points de fuites, les cadres, les premiers plans introductifs, les verticales et les horizontales..., tout y est réfléchi, et chaque détail mis en valeur. De plus, le Père Savignac témoigne d’un véritable intérêt pour le paysage. On comprend, avec tout ceci, que le religieux devint le spécialiste de la photographie archéologique5.

18Toutes ces images présentent des qualités esthétiques indéniables. Le Père Savignac et le Père Jaussen avaient une solide culture photographique. Leur bonne formation scientifique aiguisa une grande qualité de la curiosité et du regard. On a le sentiment que les deux photographes dominicains eurent un profond souci du réel. Leur volonté commune fut de traduire une réalité qu’ils avaient le désir à la fois de comprendre et d’étudier. Ce monde, qu’ils observaient de derrière leurs objectifs, était la réalité, qui existait avec ses particularités, ses qualités et ses défauts, sa beauté et sa laideur peut être. Tout ce qui la constituait, chaque élément la caractérisant, pouvait et devait être rendu sur l’image. Les Pères dominicains, en bons scientifiques, voulurent témoigner au mieux de ce qu’ils avaient pu observer de leurs propres yeux. Certes l’objectivité en photographie est illusion, le choix d’un coin de la réalité à faire apparaître sur l’image, le regard de l’opérateur qui juge et sélectionne, la composition qu’il invente, l’objectif qui déforme..., tout contribue à rendre l’image artificielle et hyper-subjective. Pourtant, parce que l’image ne fut jamais conçue par les Pères dominicains comme une fin en soi et qu’elle participait comme objet didactique et d’analyse aux travaux de recherches des religieux, parce que n’était pas recherché tout d’abord l’effet esthétique (bien qu’il soit présent, c’est indéniable !), mais plutôt (en bon thomistes...) la vraie beauté d’une réalité qui s’offre aux regards, les Pères dominicains parvinrent à traduire un monde présent dans le temps et l’espace, et témoigner au mieux d’une réalité qu’ils aimaient profondément et dont ils respectaient l’histoire et l’être. Combien sommes nous éloignés des photographies « orientalistes » qui nourrissaient l’Europe de jolis fantasmes (Carney, 1978 ; Eyal, 1980 ; Khemir, 1984 ; Perez, 1988) !

19Il existe, dans la photothèque de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, une collection considérable de diapositives, réalisées par des photographes extérieurs à l’établissement, d’autant plus facilement identifiables, que la signature figure sur le cliché ou que leur production a été largement diffusée. Ce sont les œuvres des Frères Abdullah, de l’American Colony, de Bonfils et de Sebah pour ne citer que les plus importants. Sur ces images se déploient à l’envi des décors surfaits de carton-pâte. C’est un Orient rêvé, fantasmé, symbolique et construit de toute pièce que ces photographes proposaient à un Occident en mal d’exotisme. Un Orient différent par essence, contrasté, haut en couleur et en lumière. Un Orient de contes et de légendes, l’Orient des mille et une nuits...

20La poursuite, par les voyageurs occidentaux, d’une réalité imaginaire d’un Orient mythique, se laisse voir dans les images prises à l’époque. Ce sont les fantasmes de l’Occident qui se reflètent sur ces photographies en noir et blanc et que celui-ci se plaît à admirer, libéré de toute culpabilité. Aussi, pour répondre à ces désirs et correspondre à ces fantasmes, les photographes « orientalistes », par une série de clichés et de symboles bien répertoriés, n’hésitèrent-ils pas à manipuler une réalité parfois plate et sans saveur, afin de la hisser au niveau du mirage où elle fait sens. Car la photographie, médium par excellence, présente cet avantage unique de réduire les tensions entre une réalité subjective et objective, en offrant une image qui, tout en étant fabriquée de toute pièce, témoigne pourtant de la présence in situ du photographe, authentifiant de fait la réalité représentée. C’est la grande époque des studios photographiques en Europe ! Dans ces cadres artificiels, le photographe « créait » un Orient et, en se libérant de toutes contingences, pouvait s’amuser à inventer des travestissements et des déguisements les plus divers et les plus incongrus.

21Ainsi, à un Occident matérialiste, agité, industrieux et rationnel la littérature, la peinture, la musique et la photographie proposaient un Orient inversé, spirituel, passif, et irrationnel. Un Orient féminin aussi, car c’est à l’Est que régnent Shéhérazade, Isis et Salomé. L’érotisme occidental pouvait se plonger avec délice aux sources mythiques des harems clos et des prouesses sexuelles des orientaux... ! Combien d’images représentent des femmes à demi-couchées sur des coussins de soie ou des tissus damassés, légèrement vêtues, d’une morbidesse alanguie, regardant l’objectif dans des poses lascives...

  • 6 Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Paris, 1985, p. 2 (Préface).
  • 7 Voir l’inventaire du parc de matériel photographique placé en annexe de cette étude.

22Nous pourrions continuer longuement. Cet Orient « orientalisé » offert à des « armchair tourists », à des Des Esseintes ivres d’ennui, qui rêvent d’échafauds enfumant leur houka6, restait très loin des préoccupations scientifiques des Pères dominicains de l’École biblique. Il faut le répéter, le désir des Pères fut de témoigner au mieux d’une réalité qu’ils voulaient comprendre ! La photographie fut très vite considérée par les religieux comme un outil de travail privilégié et nécessaire. L’investissement financier considérable que demanda la création du parc de matériel photographique de l’École traduit sans doute cette intuition forte que la photographie pouvait et devait jouer un rôle essentiel dans les travaux archéologiques, épigraphiques et « ethnographiques » de l’École biblique7.

23Tout en révélant de grandes qualités esthétiques, les photographies des Pères de l’École dénotent un souci de vérité et de rigueur intellectuelle de la part des opérateurs. Elles se veulent didactiques, et gardent une réelle fonction scientifique. Offrant, de ce fait, une ouverture d’esprit et un regard plein de vérité nourri d’un réel respect de la différence sur le monde d’alors, ces photographies font de cette collection un des rares témoins de cette région du monde encore protégée des grands cataclysmes que les générations postérieures amenèrent avec elles.

JAUSSEN PAR LE REGARD DE L’ABBÉ LOTH

24Il eût été surprenant de ne pas trouver dans le texte du jeune abbé Loth quelques renseignements sur les Pères dominicains... Étudiant cette année-là, il était naturel qu’il parlât de ses professeurs, qu’il les décrivît et qu’il notât leurs qualités, leurs défauts, et leurs petits travers.

  • 8 Ainsi, dans un style plus sec, plus ramassé, comme des notes apprises par cœur qu’il faudrait glis (...)
  • 9 « Pendant ce temps nous causons, le temps est beau, la mer est calme, et à cette heure vous dînez (...)
  • 10 La nuit est tombée sur le lac Asphaltite. Le petit groupe s’apprête au repos. Aloys Loth accompagn (...)

25Inscrit comme étudiant au cours d’archéologie biblique, il était, comme on peut s’y attendre, parfois « sérieux », et il n’est pas rare de découvrir au beau milieu d’un texte où les descriptions lyriques et enthousiastes répondent aux anecdotes comiques quelques allusions aux leçons de géographie apprises sur les bancs de l’École biblique peu avant l’excursion8. Mais l’Abbé Loth n’écrit pas un récit à la manière du Père Abel. En effet, le jeune étudiant rédige des lettres qu’il destine à sa famille ou ses proches amis9. Il est donc compréhensible que l’auteur ne veuille pas lasser son correspondant avec des paragraphes et des digressions trop érudits et somme toute inintéressants pour qui ne connaît ni le pays ni la matière. Donner de ses nouvelles et raconter son expérience, telles étaient ses intentions premières. De plus la France est loin... De ceux qu’il connaît et aime en métropole, peu, voire aucun, ont foulé du pieds le pays de Jésus qui reste très éloigné dans la géographie sentimentale et religieuse de ceux-ci. Une terre qu’ils jugent sans doute inaccessible, idéale, mystérieuse et mythique même. Là bas, en France, le jeune abbé fait figure de héros. Et notre aventurier le sait. Il décrit ses aventures en forçant chaque détail qui pourrait montrer à tous sa grande bravoure et le périlleux de la situation10.

26Souvent, le Père Loth se lance avec emphase dans de longues descriptions. Il offre à la curiosité de son lecteur, le tableau de paysages qui défilent devant ses yeux depuis le pont du navire. Il décrit l’impression laissée par la découverte de ces sombres bords. Nous retrouvons ici cette importance accordée au style, si caractéristique des récits orientalistes, ce plaisir réel du bien écrire, et ce goût certain pour la belle rhétorique. Dire l’autre est déjà une tentative d’appropriation implicite de la part du voyageur (Berchet, 1991 : 151 et ss.). Mais dire l’autre « joliment », c’est l’appréhender à travers un prisme choisi, c’est préférer un éclairage jeté sur une réalité donnée plutôt qu’un autre. En ce sens, c’est aller au-delà d’une simple appropriation, c’est tendre vers une transformation voire même une création ou une recréation de l’autre. C’est le rendre agréable à nos yeux, beau ou laid, gentil ou violent ! Ajoutez à cela le plaisir narcissique de l’auteur-voyageur européen qui, en disant bien, croit souvent dire mieux une réalité jugée inférieure et observée de haut. Ainsi cette longue phrase ouvrant le début du périple, dans laquelle le fin lettré reconnaîtrait facilement protase et apodose !

« Quand souvent on a joui, du haut du mont des Oliviers et des cimes les plus élevées du désert de Juda, des perspectives fuyantes des montagnes découpées qui descendent jusqu’à la dépression du Jourdain et de la mer Morte ; quand on est resté sous le charme des couleurs éclatantes qui, pendant le jour, se réfléchissent sur ces monts de terre blanchâtre et brune ; quand on a vu, au lever et au coucher du soleil, le désert de Juda et les montagnes de Moab se nuancer successivement de teintes douces et si transparentes qu’il semble impossible au pinceau de les reproduire ; quand les yeux ont été attirés par la surface plane de la mer qui, tout en bas, reflète tour à tour les rayons du soleil et ceux de la lune ; quand on a joui avec intensité de ces spectacles magnifiques, on se demande quels doivent être les effets de cette lumière, vue près de ces côtes si merveilleusement éclairées, sur cette eau si transparente ».

27Mais outre les dangers et des beaux sentiments, le Père Loth se soucie de transcrire également les scènes cocasses et le temps accordé au rire.

28Il était nuit. Après un repas préparé par les Pères dominicains, et pris à la hâte sur le pont du bateau, le petit monde se prépare à passer la première nuit sur la mer Morte. Certains sont en bas dans la petite cabine, les autres, sur le pont, désirent dormir sous le ciel étoilé.

  • 11 Plus haut dans le récit, le Père Loth avait présenté cet autochtone : « Enfin nous embarquons. La (...)

« Le bateau se balance tout doucement comme un berceau et le bruit très léger de l’eau qui bat ses flancs est une chanson délicieuse. [... ] Mais quoi ? Que se passe-t-il donc ? Ce n’est plus Ibrahim11 seul, qui se charge de nous fendre l’âme par ses grognements sinistres. Il en vient de tous côtés : “Oh, là, là, je n’en peux plus”, “Eh bien, vous aussi, comment cela va-t-il ?”, “Oh, pas du tout !” Au dessus de nous les étoiles sont voilées de brume et de nuages. Le vent nous souffle violemment au visage, et le bercement du bateau est devenu une danse un peu déréglée qui a le plus funeste effet sur les voyageurs réveillés en sursaut. Le mal de mer ! Voilà le bouquet ! Plusieurs sont très sérieusement malades, et les autres ne valent guère mieux. Il est deux heures du matin. Je juge prudent de ne pas bouger et d’attendre sous mes couvertures les événements. Je suis mal à l’aise mais j’en serai quitte pour cela. Mais quel réveil le matin ! Une voix sinistre s’élève tout-à-coup : “menez-moi à terre, je veux retourner à Jérusalem”. C’est le plus intrépide d’entre nous, malade au dernier point, la figure décomposée, et tout près, si on ne l’empêche, à se jeter à la nage pour gagner la côte. Beaucoup sont découragés. Le Comte demande ce qu’il est venu faire en pareille bagarre, et je reste dans mes couvertures, sentant bien que le moindre mouvement serait désastreux ».

  • 12 Voir les ouvrages de Moussa, S. (1994) Une peur vaincue : l’émergence du mythe bédouin chez les vo (...)
  • 13 Le Père Jaussen lui-même, écrivait dans son introduction aux Coutumes des Arabes au pays de Moab, (...)

29Il faudrait s’intéresser au regard que portait Aloys Loth sur l’autre, l’homme du pays, l’Arabe, comme il le nomme si souvent dans son texte. Là encore, les récits de l’Abbé Loth ne se démarquent en rien de la majeure partie des écrits orientalistes du siècle dernier. On y retrouve tous les vieux clichés d’un orientalisme occidental12. L’Arabe est primitif, inintelligent, sauvage et pillard, sans scrupule et sans grâce. Jugeant le comportement d’Ibrahim sur le pont du navire quelque peu puéril et par trop expressif, l’Abbé Loth conclura l’anecdote par cette courte réflexion : « L’Arabe porte facilement les choses au tragique comme un enfant »13.

30Antonin Jaussen reste le héros de tout le récit du jeune abbé Loth. Curieux individu, que ce Père dominicain pour le jeune abbé Loth ! Un Lawrence d’Arabie more gallico ! C’est sans doute la première idée qui viendrait à l’esprit à propos de ce personnage. Et il est vrai que le Père Jaussen entre difficilement dans l’image étriquée, fausse sans doute, du « religieux fin de siècle » que l’on sait. Savant, aventurier, chercheur, agent de renseignement, la figure du Père Jaussen reste plurielle et malaisée à appréhender. Parfait connaisseur du monde arabe, arabisant distingué et ethnographe avant la lettre, il sut mettre ses connaissances au service de la France et de ses visées coloniales. Pour son rôle aux bureaux de renseignements des Forces françaises du Levant à Port Saïd, au cours de la Grande Guerre, il fut décoré de la Légion d’honneur. De quoi choquer une âme pieuse ! Le Père Jaussen sillonna l’ensemble du Moyen- Orient. Palestine, Jordanie, Syrie, Liban, Égypte, Arabie, Yémen, furent ses pays de prédilection. Curieux de tout, épigraphiste et archéologue, il fouillait l’histoire dans la terre, ethnologue il se passionnait pour l’observation des hommes.

31Dès les premières lignes de son récit, l’Abbé Loth attribue la réussite de l’expédition au rôle et à la personnalité du Père Jaussen.

« Ce sera une des gloires de l’École biblique de Saint-Étienne d’avoir, la première, entrepris un voyage sur la mer Morte pour en faire le tour complet et en explorer toutes les côtes, bien souvent inaccessibles par les chemins de terre. Le succès n’est point dû seulement à l’amour-propre scientifique, excité par le désir d’inaugurer cette excursion. S’il peut se réaliser, c’est qu’il y a, à la tête de l’expédition, un savant remarquable qui possède, à la suite de longs et périlleux voyages, une connaissance approfondie du pays et des mœurs arabes. Le R. Père Jaussen est peut-être le seul guide qui pouvait actuellement entreprendre une telle expédition, emmenant avec lui vingt voyageurs, jeunes pour la plupart. C’est donc avec fierté que ces voyageurs partaient avec leur chef ».

  • 14 Ce surnom de Cheikh Antoun est connu de tous les religieux de Saint-Étienne. Je l’ai retrouvé sur (...)

32Un chef ! un héros ! Un aventurier ! ces termes reviendront souvent sous la plume de l’étudiant. C’est que le Père Jaussen en imposait ! Physiquement d’abord. Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder les nombreuses photographies prises par le Père Savignac, son coéquipier... Des traits marqués et durs, un visage à moitié caché par une longue barbe, un corps massif et lourd, qui emplissait bien la vaste robe blanche ; tous ces traits faisaient du personnage un homme intimidant aux premiers abords mais inoubliable ensuite. Ajoutez à cela l’ascendant de l’âge (le Père Jaussen était de douze ans l’aîné de l’Abbé Loth), l’expérience acquise au cours de ses nombreux voyages, son appartenance au corps professoral, sa vive intelligence, ses connaissances multiples et son mauvais caractère : il est facile de comprendre l’intérêt de l’Abbé Loth pour celui qu’il nomme le Cheikh14 de la caravane :

« Le Père Jaussen, Cheikh de la caravane, connaît parfaitement les Arabes, leur langue et leur caractère. Il a voyagé seul jusqu’au bout de l’Arabie, échappant à la mort par son habileté et son talent pour discuter avec les bédouins. Il est très connu de tous maintenant et rencontre parfois des bédouins devenus ses amis, auquel il rappelle qu’un jour ils ont voulu le dépouiller, et peut-être le tuer. Cela se dit sans rancune, et ces pillards qui continuent leur métier sont les premiers à raconter les bonnes aubaines qu’ils ont eues en pillant telle ou telle caravane ».

  • 15 « De retour au camp, nous nous asseyons tous deux auprès du feu avec les Arabes et notre Cheikh. C (...)
  • 16 Nous savons que le Père Jaussen noua des relations amicales avec les Arabes chrétiens de Madaba. C (...)

33Parfait arabisant, le Père Jaussen fut pour le petit groupe l’interlocuteur privilégié auprès des populations locales. Au cours de cette belle soirée du 29 décembre, si bien décrite par le jeune abbé, le Père Jaussen, assis autour d’un grand feu de bois, aux côtés des Arabes accompagnants la caravane, joua le rôle d’interprète, du drogman, pour les jeunes religieux qui écoutaient les nombreuses histoires et les légendes racontées par les autochtones15. C’est encore le Cheikh Antoun qui reçut le cheikh Noury, maître de la région, et entama avec lui les salamalecs officiels. Et c’est toujours lui qui, ce fameux soir du 31 décembre, sous la tente de ce même cheikh Noury, fit les présentations, anima les discussions et indiqua aux jeunes étudiants les coutumes de table propres aux bédouins. Sur ces sujets le Père dominicain était intarissable. Il les connaissait bien « ses » bédouins. Certains, comme l’écrit l’abbé Loth, comptèrent même parmi ses amis16. Oui un curieux personnage que ce Cheikh Antoun, religieux dominicain qui n’hésitait pas à troquer sa robe blanche pour une longue galabiyé aux couleurs locales. Un occidental « orientalisé », plus oriental même, aux dires du jeune abbé, que tous ces autochtones avec qui le religieux savait si bien parler...

34Mais résumons. Une croisière autour de la mer Morte : deux rédacteurs, le Père Abel et le jeune abbé Loth, deux photographes le Père Jaussen et le Père Savignac. Un Orient à la croisée de quatre regards !

35Et s’il peut se trouver parfois quelques traits, quelques caractéristiques qui, dépassant la personnalité individuelle d’un auteur, rejoignent un champ plus large, l’arrière plan collectif de toute une époque nourrie d’influences, de représentations et de rêves partagés par tous, il est tout aussi nécessaire de maintenir une pluralité de descriptions particulières, produites par autant de sujets « décrivants » en face d’un réel à appréhender.

36Le Père Jaussen regarde l’Orient à travers son objectif. Un Orient qu’il aime et veut comprendre, en bref, l’Orient de l’oriental, perçu dans un regard respectueux d’une réalité donnée. Le religieux dominicain agit en scientifique ! Il analyse ce réel posé devant ses yeux, et tente de le traduire dans son objectivité. Paradoxe ! Objectivité de l’image, d’une photographie, d’un regard... objectivité d’un objectif !

37Le Père Jaussen regardant, le Père Jaussen regardé aussi, observé par ce jeune étudiant arrivé de France et ne devant demeurer que trop peu de mois dans cette région du monde. Venu étudier la Bible au pays de la Bible, il y rencontra l’autre, c’est autre mystérieux, étrange, mais ô combien captivant aussi. Le jeune occidental ne se démarque en rien des goûts de son époque. Sur cette terre orientale, il rencontra l’autre et le même à la fois, tant le Père Jaussen semble participer au décor qui l’entoure. Celui-ci fut une figure décisive pour le jeune étudiant. Par ses nombreuses expériences, ses multiples connaissances et ses manières de vivre, le Père dominicain était devenu « comme l’autre », un Cheikh, le Cheikh Antoun, un aventurier, le héros, gardant tout au long du récit d’Aloys Loth cette ambiguïté particulière toute enveloppée de mystère. Car tout en nourrissant les désirs d’un Orient fantasmé, et tout en accentuant une altérité radicale et séduisante quoique souvent jugée suspecte, le Père Jaussen, désormais figure complexe et de l’autre et du même, facilita une meilleure compréhension de l’autre et son approche – enfin ! – réelle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abel F.-M. (1911), Une croisière autour de la mer Morte, Paris, Gabalda.

Berchet J.-C. (1991), « L’Autre : Le voyageur et ses doubles. Le trouble des identités dans le récit de voyage romantique », in Zinguer I. (dir.) Miroirs de Valtérité et voyages au Proche-Orient, Genève, Slatkine, p. 151-163.

Carney G. (1978), « Bonfils and the Early Photography of the Near East », Harvard Library Bulletin, vol. 26, n°4, p. 442-470.

Itinéraires bibliques (1995), catalogue de l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe à Paris du 17 janvier au 30 avril 1995, photographies de la collection de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, publié avec le concours de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, de l’Institut du monde arabe et du Centre régional de la Photographie Nord Pas-de-Calais.

Deladalle G. (1991), « L’altérité vue par un philosophe sémioticien », in Zinguer I. (dir.), Miroirs de l’altérité et voyages au Proche-Orient, Genève, Slatkine, p. 9-15.

Eyal O. (1980), The Photographie Heritage of the Holy Land, 1839- 1914, Manchester, Manchester Polytechnic.

Jaussen A. (1908), Coutumes des Arabes au pays de Moab, Paris, Gabalda.

Khemir M. (1994), L’orientalisme. L’Orient des photographes au xixe siècle, Paris, Photo-Poche.

Loth A. (1908-1909), « Manuscrit relatant la croisière autour de la mer Morte », inédit.

Montagne B. (1995), Le Père Lagrange, (1855-1938). L’exgèse catholique dans la crise moderniste, Paris, Le Cerf.

Perez N.P. (1988), Focus East : Early Photography in the NearEast (1839-1885), New York, Harry N. Abrams in association with the Domino Press, Jerusalem, and The Israel Museum, Jerusalem.

Perez N.P. (1995) Visions d’Orient, Jérusalem, Israel Museum.

Potonnie G. (1940), Cent ans de photographie, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales.

Said E. (1980), L’Orientalisme, l’Orient crée par l’Occident, Paris, Seuil.

Annexes

ANNEXE : LE MATÉRIEL PHOTOGRAPHIQUE17

Les chambres

- 18 x 24 : deux chambres. Une avec obturateur à rideaux et objectif Berthiot Eurygraphe, d’ouverture 1 : 6,2, f. 250 mm ; l’autre avec obturateur à rideaux « G. Jousset, Paris » et optique Zeiss, Tessar, 1 : 6,3, f. 300 mm. La première des chambres a sa sacoche de transport d’origine, marquée : « Photo-Sport, Paris ».

- 13 x 18 : quatre chambres. Une en acajou, avec objectif à obturateur central, modèle Compur, et optique Zeiss Tessar, 1 :6, 3, f.210mm ; sacoche d’origine en cuir noir. Une autre, avec un obturateur à rideaux et optique Berthiot Périgraphe, 1 : 6, 8, f. 180 mm ; sacoche d’origine. Une chambre « Negretti & Zambra, London », sans optique ni obturateur ; sacoche d’origine. La dernière, assez rudimentaire, est marquée « J. Garcin, Lyon ».

- 11 x 15 et 10 x 15 : deux chambres. La première, marquée « E. Lorillon, Paris », avec un dos-obturateur, à rideaux, portant le nom « Le Klopcic, Paris ». Optique Zeiss Tessar, 1 : 6, 3, f. 167 mm. La seconde, avec le sigle « S O M » sur le rail où coulisse le soufflet, à l’optique fixe « Berthiot, Paris Flor F : 45F : 165 », sur obturateur « Compur » de chez F. Deckel (initiales entrelacées D&F).

- 9 x 13 et 9 x 12 : deux chambres. L’une est marquée « Louis Schrambach, Paris », à obturateur à rideaux, placé à l’arrière, sur le plan du négatif, et à optique « René Koch, Paris », 1 : 8, (pas de focale indiquée) ; sacoche d’origine. L’autre chambre a un obturateur à rideaux et une optique Zeiss Tessar, 1 : 6, 3, f. 136 mm.

- 6 x 9 : petite Linhof, à l’optique marquée : « Plasmatlinse 1 : 11F = 23 cm », et : « Dr. Rudolph Hugo Meyer & Co Görlitz Satz Plasmat 1 : 4,5 F = 23 / 17 = 113 cm », avec obturateur central : « F. Deckel – München ». Sacoche d’origine, six châssis pour plans-films. Par ailleurs, deux appareils de type folding, pour films rouleaux. Le premier, au format apparent de 9 x 10 (sic – peut-être utilisé comme 6 x 9), de marque Etablts Mackenstein, et optique « Luminor Orthoplanat Symétrique F : 8 » ; et le second, vrai 6 x 9, de marque Zeiss Ikon, modèle « Ikonta 520 / 2 », optique « Novar-Anastigmat 1 : 6.3 F = 10,5 cm ». Les deux ont leur sacoche en cuir brun.

- Les deux appareils stéréoscopiques sont de petits formats, chaque photographie ne faisant que 4 x 4 environ. L’un est de la marque « Le Glyphoscope, Jules Richard, Paris », l’autre « Zionscope, Paris ». Viseur sportif (pas de verre dépoli). Le Glyphoscope a une optique jumelle rudimentaire, simple loupe ; le Zionscope a une optique à plusieurs verres, marquée « J. Zion Opt. », de 1 : 2, f. 63 mm. Le Glyphoscope utilise des châssis métalliques simples, à un seul verre allongé recevant les photos jumelles ; le Zionscope a un magasin à 12 plaques allongées, se mettant en place par jeu de piston du tiroir. Chacun a sa sacoche d’origine.

- Deux appareils rigides (sans soufflets), avec gros châssis multi-plaques, de marque « Bellieni, Nancy ». L’un au format 9 x 12, avec un obturateur métallique de forme ronde, à deux lamelles se refermant en croissant de lune. L’optique manque. L’autre, 11 x 15, est sans obturateur ni optique. Tous deux ont des magasins pour 12 plaques de verre, avec leur support métallique. Chacun a sa sacoche d’origine. D’après la brochure publicitaire de Henri Bellieni, ces appareils portaient le nom de modèle « Jumelles simples », et devaient avoir une optique Berthiot Olor de 136 mm (9 x 12) et 165 mm (11 x 15).

- Une optique supplémentaire de chez Berthiot existe : un grand angle Périgraphe, 1 : 14, f. 135 mm, marqué « pour le 18 x 24 ». Elle se visse en effet sur la première des deux chambres 18 x 24, mais aussi sur la seconde des 13 x 18, chambres déjà équipées de leur Berthiot.

Notes

1 Aloys Loth était un pieux élève ! Né en 1881 à Louviers dans l’Eure, il fut le quatrième enfant d’une famille qui devait en compter onze. D’abord pensionnaire à la maîtrise de la cathédrale de Rouen, il entra par la suite au séminaire d’Évreux, pour terminer enfin sa dernière année de formation au séminaire des diacres d’Issy les Moulineaux (Rue du Regard). Il fut ordonné prêtre en 1906. Son évêque le voulait professeur d’exégèse, mais le jeune abbé fit remarquer à son supérieur « qu’on ne peut enseigner que ce que l’on sait déjà ». Il fut donc envoyé à l’École biblique pour un an, afin de se préparer à la fonction qu’il devrait occuper dés son retour. Ainsi il enseigna l’exégèse au grand séminaire d’Évreux jusque dans les années vingt. Il occupa ensuite le poste de directeur du petit séminaire jusqu’en 1932 (ou 1935) et fut pour finir nommé vicaire général jusqu’à sa mort survenue en 1961. Ces quelques renseignements biographiques ont été rassemblés par la sœur Rose-Andrée, dominicaine du monastère de la Croix (Évry, près de Paris), et petite nièce d’Aloys Loth. La dactylographie du manuscrit a été effectuée par le Dr. Roger Quéniart et son épouse, née Loth.

2 « Nous sommes vingt voyageurs, dominicains, prêtres séculiers, laïques, bénédictins, lazaristes, représentant huit ou neuf nationalités différentes presque tous jeunes. Cependant nous avons avec nous le Comte de Piellat, homme d’une soixantaine d’années qui vit depuis plus de trente ans en Palestine, intrépide, le plus endurant de tous, alerte à la marche, faisant habilement les croquis (...). En plus de ces vingt voyageurs et d’Ibrahim (l’homme atout faire), le bateau porte son équipage : le propriétaire, effendi de Jérusalem, un mécanicien allemand, venu exprès de Jaffa pour ce voyage, et quatre hommes : deux arabes, un nègre, Abou Samesa, et un maghrébin d’Algérie ; ce dernier est un type intrépide et nerveux qui sera toujours prêt à travailler et à s’exposer pour nous »

3 À l’exception des photographies concernant le pèlerinage au Néby Mousa qui sont antérieures à l’expédition. Le Père Abel a pris soin de les regrouper dans son ouvrage, la caravane de l’École ayant eu à passer par le sanctuaire sur le chemin du retour.

4 Nous suivrons pour la transcription des termes arabes l’orthographe choisie par les Pères dominicains.

5 Il faudrait, pour s’en convaincre, regarder les magnifiques planches qui illustrent les trois grands volumes consacrés aux sites archéologiques d’Arabie du Nord visités par les Pères Jaussen et Savignac au début du siècle. Jaussen A. et Savignac R., 1909, Missions archéologiques en Arabie (3 vol.), Publications de la société française des fouilles archéologiques, Paris, Leroux.

6 Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Paris, 1985, p. 2 (Préface).

7 Voir l’inventaire du parc de matériel photographique placé en annexe de cette étude.

8 Ainsi, dans un style plus sec, plus ramassé, comme des notes apprises par cœur qu’il faudrait glisser au milieu d’impressions grandioses, l’auteur ouvre le récit en rappelant l’histoire des recherches sur la mer Morte : « La mer Morte est encore un domaine peu exploré par la science. Les observations dues à l’expédition envoyée par le gouvernement des États-unis en 1848, les recherches poursuivies par Monsieur de Saulcy et la mission du Duc de Luynes, ont fournies des renseignements savants et précieux au point de vue géologique sur la formation du bassin de la mer Morte et la dépression du Jourdain. Les plans relevés par ces savants, les sondages qu’ils ont faits sont un acquis précieux. Mais la difficulté de ces opérations, le manque presque complet d’éléments de navigation, le danger réel des voyages, dans ces parages fréquentés par des tribus de bédouins pillards et assassins, empêchent de donner à ces études toute l’étendue qu’elles méritent ». (Il faudrait comparer ce texte qui ouvre le récit du Père Loth avec le long rappel sur l’histoire de la navigation sur la mer Morte qui introduit le récit du Père Abel).

9 « Pendant ce temps nous causons, le temps est beau, la mer est calme, et à cette heure vous dînez en famille les uns les autres ! Mais la prière et la beauté du site nous rapproche tous, et il me semble, quand je suis ému par ce que je vois, que je suis plus près de vous, qui auriez bien goûté toutes ces merveilles ». Ou bien : « Cependant le Père Lagrange a eu la délicate attention de nous apporter notre courrier. Je suis inondé de lettres et, sur le bateau où je suis remonté, voguant de nouveau sur le "Bahr Lût », je lis avec convoitise toutes ces pages qui me parlent de vous. Merci à vous tous de vos bons souhaits, merci de votre bonne affection ».

10 La nuit est tombée sur le lac Asphaltite. Le petit groupe s’apprête au repos. Aloys Loth accompagné de son jeune ami, a préféré coucher à la belle étoile. Il s’y est habitué depuis dix jours maintenant ! Quand : « au moment où nous allons cependant dormir, arrive de derrière la tente, sans que l’on ait entendu le moindre bruit, un bédouin le fusil au bras, puis un autre, puis un troisième... Ils se suivent à la file et viennent s’asseoir sans rien dire en face de nous. Nous nous gardons bien de les interroger et surtout de paraître inquiets. Cependant, combien sont-ils encore derrière la tente ? Leurs fusils sont bons, ils ont couteaux et revolvers. Mais au lieu de craindre, je ne sais pourquoi, nous continuons à plaisanter et à rire. L’un d’eux se décide à nous saluer : “Salamalek”. C’est un peu rassurant et après cela il serait bon de savoir à qui nous avons affaire. Nous réveillons, sans prévenir ceux qui sont sous la tente, un Arabe intelligent qui nous accompagne et nous le chargeons d’entrer en conversation. Le chef de la bande lui parle pendant dix minutes : “d’où venons-nous ? Où allons-nous ? Combien sommes-nous ? Avons-nous des armes ?” Telles sont ses questions ; puis un seul mot à ses compagnons : “Allez-vous en”, et tous partent en file et sans le moindre bruit dans la direction d’où ils sont venus. Que serait-il arrivé si nous avions été endormis ? Je ne le sais, mais il certain que ces gaillards venaient nous piller ». Il suffit d’imaginer l’impact de ce récit dans les chaumières d’Évreux !

11 Plus haut dans le récit, le Père Loth avait présenté cet autochtone : « Enfin nous embarquons. La mer est assez calme, mais le bateau n’avançant pas, le mouvement des vagues est très sensible, et déjà plusieurs se trouvent incommodés. Le plus malheureux de tous est Ibrahim, notre arabe. Le pauvre diable a fait autrefois la traversée de Jaffa à Port-Saïd et a été très malade. Aussi, est-ce la mort dans l’âme qu’il a dû venir ici. Il a fait ses adieux à sa femme, son unique car il est chrétien, et à ses enfants. Il est convaincu qu’il ne survivra pas à cette épreuve. Quand j’arrive sur le bateau, il est étendu à terre et râle comme un mourant ».

12 Voir les ouvrages de Moussa, S. (1994) Une peur vaincue : l’émergence du mythe bédouin chez les voyageurs français du xviiie siècle, in Berchtold, J. & Porret, M. (éds.), « La peur au xviie siècle », Genève : Droz, p. 193-212 ; (1995) La relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orient (1811-1861), Paris : Klincksieck.

13 Le Père Jaussen lui-même, écrivait dans son introduction aux Coutumes des Arabes au pays de Moab, alors qu’il évoquait la difficulté de se faire apprivoiser par l’autochtone : « Non seulement chez Talâl, mais auprès de beaucoup d’autres cheikhs, mes premières visites suscitèrent de semblables suspicions. On le comprendra sans peine, le premier travail consiste à rassurer ces esprits toujours accessibles au soupçon, à ouvrir ces cœurs habitués à la contrainte. Mes différents voyages chez les nomades m’ont permis de vaincre ce grand obstacle. Tandis que, dans mes premières visites, il m’était presque impossible de prendre une note, je pouvais ensuite, auprès des cheikhs dont j’avais fait la connaissance, étaler publiquement mon carnet et fixer par écrit mes impressions. Les bédouins sont de grands enfants ; en me regardant travailler, ils disaient : “sa plume ne marche pas comme celle de notre kâteb” ; quand j’avais fini : “écris encore ce détail, tu ne l’as pas noté” ; et ils me racontaient un autre fait. »
De même, avant d’embarquer sur le navire le 28 décembre, se promenant sur la plage, l’Abbé Loth découvrit dans une hutte de roseaux bâtie près de la tente des gardiens de sel, « un Rebab, instrument de musique primitif dont les Arabes se servent sans aucun art. Celui-ci est particulièrement pauvre : un bâton de bois supporte, comme boite de résonance, une vieille boite à sardines. Sur cette monture sont tendues, étroitement serrées, des cordes formées de crins. Avec d’autres crins, tendus en arc en forme d’archet, les Arabes tirent un son. Leur imagination ne va pas bien loin. Ils se contentent habituellement d’un ou deux sons qu’ils répètent en cadence pour accompagner leurs danses ou leurs chants monotones. J’essaye de faire mieux, et au grand étonnement de ces pauvres diables, je joue “j’ai du bon tabac” ». Comment douter de la supériorité de « j’ai du bon tabac », face à ces monodies languissantes et cycliques, ces mélopées envoûtantes telles des psalmodies mystérieuses et magique, que l’oreille occidentale commençait à peine à découvrir et apprécier...

14 Ce surnom de Cheikh Antoun est connu de tous les religieux de Saint-Étienne. Je l’ai retrouvé sur les titres donnés à des photographies écrits par les Pères, sur lesquelles on voit le Père Jaussen au cours de ses voyages. Interrogeant, à propos du caractère difficile du Père Jaussen, un vieux frère maintenant retiré au couvent de Toulouse mais qui vécut et travailla au Caire avec lui, je l’entendis s’écrier tout à coup : « Le Cheikh Antoun, c’était un bédouin ! » et continua en s’expliquant : « il était impossible de vivre avec lui »...

15 « De retour au camp, nous nous asseyons tous deux auprès du feu avec les Arabes et notre Cheikh. Celui-ci les fait causer et raconter des histoires. En face de moi, les dents blanches du nègre, seule partie visible de sa personne. Près de moi, un grand arabe de Madaba qui nous accompagne pendant tout le voyage. Il parle, je le comprends à peine, mais ses gestes, sa physionomie éclairée par les flammes, sont expressifs, et je devine ce qu’il raconte ».

16 Nous savons que le Père Jaussen noua des relations amicales avec les Arabes chrétiens de Madaba. Certains firent même le chemin jusqu’à Jérusalem, et de nombreuses photographies les montrent posant dans l’atrium du couvent Saint-Etienne. Il n’est qu’à lire l’appendice D qui clôt les Coutumes des Arabes au pays de Moab. Ce texte est entièrement consacré à Ibrahim at-Toual un bédouin chrétien de Madaba de la tribu des ‘Azeizat, ami du Père Jaussen. C’est avec des termes touchant que le religieux dominicain présente son ami juste avant d’exposer le long récit de sa vie qu’il tient de la bouche même du personnage. « C’est en 1896, lors de notre premier voyage à Pétra, que j’ai fait sa connaissance. De puis ce jour, Ibrahim est devenu un de mes guides chaque fois que la Providence m’a ramené en ces lieux pleins d’attraits. Pendant nos longues chevauchées de jour et de nuit, ce brave compagnon qui ne laissait passer aucune colline, aucune vallée sans m’en dire le nom et l’histoire, m’a raconté, dans un langage pittoresque, les événements auxquels il a été mêlé : guerres continuelles, razzias brutales, vengeances terribles, exploits audacieux ». De même à la fin de son récit, le Père Jaussen raconte quelques unes de ses expériences prouvant aux lecteurs la grande sensibilité et les sentiments très humains de ce personnage « à la nature de feu et au caractère indomptable ». « A Naplouse, j’ai vu pleurer cet homme sur la tombe de sa malheureuse sœur, cause principale de ses souffrances et de ses angoisses. À Madaba, sa maison est toujours ouverte aux voyageurs, arabes ou étrangers. Toute sa fortune a été dépensée en hospitalité ; il a construit une madafeh pour recevoir les hôtes. A l’église c’est un solitaire des vieux âges qui prie. (...) La religion a changé cette âme farouche, et en fait le secours des pauvres et des délaissés ». Pourtant le Père Jaussen à soin de terminer son récit en ajoutant : « Il a cependant pleine conscience de sa nature emportée ; et il attribue à la bonne influence des missionnaires latins le développements de ses vertus ».

17 L’inventaire des appareils photographiques a été dressé par le Père Jean-Michel de Tarragon, O.P., photographe conventuel. Nous ne donnons ici que la partie de son inventaire traitant des appareils photographiques d’avant les années 1950.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter