Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Première partie. Antonin Jaussen : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe

Études bibliques, archéologie et ethnographie : Jaussen, un ethnographe chez les bédouins

Biblical Studies, Archaeology and Ethnography: Jaussen, an Ethnographer among the Bedouin

Françoise Métral

Résumé

Entre archéologie et études bibliques, l’étudiant, puis le jeune professeur, organisateur de “caravanes bibliques”, se fait ethnographe. Au moment où se construit le chemin de fer du Hedjaz, vingt ans seulement après que les Turcs aient pris le contrôle de la région, il observe, enquête, décrit les us et les coutumes des Arabes nomades et semi-nomades de Palestine “avant qu’ils ne se transforment”. Cet article se penche sur sa pratique de terrain, sa méthode, ses premiers écrits où l’observation ethnographique, marquée par la tradition des études sur le folklore, se conjugue avec des enquêtes sur la famille et l’économie familiale à la Le Play et s’enrichit de la méthode du linguiste. Jaussen est attentif aux termes, aux catégories de la pensée, aux récits et aux modes d’exposition des bédouins. Religieux, mais non missionnaire, savant, mais non universitaire, ethnographe plutôt qu’ethnologue, en marge de la tradition durkheimienne des sciences sociales Jaussen se distingue dans ses premiers écrits à la fois des orientalistes et des ethnographes de l’époque.

In between his studies of archaeology and the Bible, Jaussen, first as a student then as a young professor who organized “biblical caravans”, became an ethnographer. He observed, enquired about and described the manners and customs of the nomadic or semi-nomadic Arabs of Palestine “before they should change” following such transformations as the construction of the Hidjaz railway and the imposition of Ottoman rule on the region twenty years earlier. This contribution pays attention to his field work and method of investigation in his early works. His observations as an ethnographer are influenced by the tradition of folkloric studies. He investigates the family and the household economy in the manner of Le Play. But he also draws on linguistic analysis, paying attention to the terms used by the bedouin, their mental categories, their narratives and the way they state facts. Jaussen was a man of religion, yet not a missionary, he was a scholar, yet not an academic. More of an ethnographer than of an ethnologist, he remained at the margins of the social sciences in the tradition of Durkheim. In his early writings, he stands out from both orientalists and ethnographers who were his contemporaries.

Texte intégral

1C’est en tant qu’ethnographe, chercheur de terrain que je me situe pour parler de Jaussen, ethnographe parmi les bédouins. Coutumes des Arabes au pays de Moab (1908) est un des livres qui m’a permis l’approche de la région dans les années soixante à un moment où je m’initiais à l’arabe. La présentation d’un droit coutumier qui s’ordonnait à partir des catégories linguistiques des « Arabes » nous faisait pénétrer un autre mode de pensée, nous faisait découvrir des règles, « les lois du désert », des pratiques, des façons de dire et des façons de faire.

  • 1 Pas de recension à l’époque dans l’Année sociologique. En 1948, la réédition des Coutumes des Arab (...)
  • 2 Voir chap. 2 : « Intellectual Predecessors ; The Rediscovery of the Middle East », p. 27-44.
  • 3 En dépit de la très grande discrétion de l’auteur sur les événements politiques concernant le « go (...)

2Aussi, en 1983-84, lorsqu’un séminaire sur la Constitution des savoirs scientifiques sur l’Orient arabe (avant 1914) fut lancé à la Maison de l’Orient à Lyon, me suis-je proposée de revenir sur Jaussen et ses travaux ethnographiques sur les Arabes. Je me suis alors intéressée à la formation, à la méthode et au projet de l’auteur, au contexte historique et scientifique dans lequel ces premiers travaux d’ethnographie avaient été produits, enfin à la place accordée à ces travaux dans l’histoire de la discipline, en l’occurrence l’ethnologie et l’orientalisme. Je m’aperçus alors que si Coutumes des Arabes au pays de Moab figurait souvent dans les bibliographies des auteurs travaillant sur la région, Jaussen était quasiment absent des ouvrages plus généraux se rapportant à la discipline1 comme de ceux qui retracent la formation du savoir anthropologique sur le « Middle East ». Nulle référence dans les encyclopédies, nulle mention dans l’ouvrage, par ailleurs fort précieux, de Dale Eickelman, The Middle East, An Anthropogical Approach (1981) qui consacre pourtant un long chapitre aux « précurseurs »2 (Lane, Burton, Burchkardt, Doughty) et aux premiers universitaires (explorers and scholars) tel Robertson Smith. Les travaux ethnographiques de Jaussen n’étaient d’ailleurs guère mieux traités par ses confrères : la notice de quinze lignes consacrée à l’auteur et figurant dans Anthropologica catholica, de même que la notice nécrologique du MIDEO mentionnent à peine et avec un peu de condescendance, comme une originalité presque gênante, le titre de l’ouvrage Coutumes des Arabes et l’intérêt que l’auteur portait à « ses chers Arabes ». Les recherches effectuées du coté des archéologues et à la bibliothèque Salomon Reinach furent beaucoup plus fructueuses. Les travaux d’épigraphie et d’archéologie de Jaussen et Savignac y étaient bien connus. Le dépouillement de la Revue d’Études bibliques (1892-1922), et la lecture des Missions archéologiques en Arabie T. I (1907) et T. II (1914) me firent découvrir un autre aspect de ses travaux sur les bédouins, très étroitement lié à sa pratique archéologique. Les Itinéraires ou comptes-rendus des « caravanes bibliques » faisaient apparaître l’intérêt d’une recherche de terrain poursuivie sur une quinzaine d’années (1901-1914) et qui prend brutalement fin avec la guerre de 1914. On assistait, année après année, à l’arrivée du chemin de fer, à l’avancée du « gouvernement », aux tractations avec les tribus, aux changements dans le déroulement de la caravane du pèlerinage, aux rivalités entre les Banu Rashid et les Séoud ou les Bou Cha’alan etc. Tout un pan d’une histoire encore mal connue de cette région s’entrouvrait3

  • 4 Avec Jean Hannoyer et Jean Métrai.
  • 5 Le droit bédouin a été officiellement aboli en Syrie par décrets en 1958 et 1965.

3En 1985, nous4 entreprenions une enquête dans le désert syrien, nous interrogeant sur les changements qui avaient accompagné la fin de la période caravanière et qui avaient permis la survie des populations oasiennes pendant les décennies qui nous séparaient du présent. Sous couvert de modernité, loin de Damas, les repères que constituaient l’application des lois et des réglementations nationales5 étaient souvent brouillés par des références à la coutume bédouine. Les conflits à l’intérieur de la cité oasienne, ou entre sédentaires et ex-bédouins, se réglaient selon le « modèle bédouin ». Les autorités gouvernementales étaient contraintes à un subtil jeu de négociation, au cours des assemblées nocturnes qui se tenaient dans les madafa, pour trouver les points de rencontre ou de conciliation possible entre le règlement coutumier et la loi civile. Ces pratiques ne pouvaient se comprendre, se lire, que si nous arrivions à décrypter l’articulation des deux codes juridiques et les stratégies qui, d’un coté comme de l’autre, en fonction des situations, veillaient à leur maintien, du moins à leur coexistence. Les observations de Jaussen dans Coutumes des Arabes nous permirent d’éclaircir le rapport entre discours et pratiques ainsi que les contradictions auxquelles nous étions confrontés.

4Comment expliquer alors le silence, l’absence de traces laissées dans la discipline, par des travaux qui, trois quarts de siècles plus tard, ont encore une actualité pour les chercheurs travaillant sur la région ? Je tenterai d’expliquer ce paradoxe apparent en revenant, dans une première partie, sur l’auteur, sa formation, son projet ethnographique, sa pratique de terrain. Dans une deuxième partie, je me pencherai sur la méthode d’exposition de Jaussen et le contenu de ses écrits en m’arrêtant sur deux thèmes : le droit bédouin et la vie économique à travers Coutumes des Arabes au pays de Moab et l’article « La vie économique d’une famille demi-nomade de Madaba » (1914), le dernier et le plus achevé de ses écrits sur les « Arabes ».

ÉTUDES BIBLIQUES, ARCHÉOLOGIE ET ETHNOGRAPHIE

  • 6 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de J.-M. de Tarragon.

5C’est à 19 ans que Jaussen, fraîchement sorti de son Ardèche natale pour entrer chez les Dominicains, part en Terre sainte. Il est l’un des trois novices de la Province de Lyon envoyés à l’École pratique d’Études bibliques (EPEB) qui ouvre ses portes au couvent Saint Etienne de Jérusalem en novembre 1890, sous la direction du Père Joseph-Marie Lagrange6. Ces premiers étudiants sont formés en Orient en vue de constituer un corps professoral pour l’École pratique et une « mission scientifique permanente » qui enregistrera et centralisera les découvertes intéressant l’archéologie et la géographie bibliques. La formation, l’enseignement, le travail de recherche de Jaussen s’inscrivent donc dès le départ dans le projet scientifique de l’École défini ainsi par le Père Lagrange :

  • 7 Avant-propos de la Revue d’Etudes bibliques, (RB) n. 1, 1892.

« Étudier la Bible dans le pays de la Bible, avec toute les rigueurs de la critique textuelle et littéraire, avec tout l’équipement des langues bibliques et orientales, avec toutes les ressources de la géographie, de l’histoire, de l’archéologie. Toutes ces études étant placées sous le contrôle et au service de la théologie. »7

  • 8 Jaussen applique sans nul doute les consignes du Père Lagrange à qui on a précisé dans la mission (...)
  • 9 Par manque de financement, l’École biblique n’ouvre pas de fouilles (Souvenirs personnels du P. La (...)
  • 10 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de R. Escande.

6Entre 1890 et 1914, l’activité scientifique de Jaussen est entièrement circonscrite à l’EPEB. C’est là qu’il se forme pendant six ans, puis enseigne à partir de 1896 et devient recteur des études en 1906. C’est dans la Revue d’Études bibliques, l’organe que se donne l’École en 1892, qu’il publie ses premiers articles ethnographiques8. Pendant ses six années d’études, outre la philosophie et la théologie, Jaussen acquiert une formation de bibliste (hébraïsant) formé à l’exégèse et à la rigueur de la critique historique, de linguiste (philologue, grammairien) arabisant et spécialiste des langues sémitiques (syriaque, araméen) et du sudarabique et enfin d’archéologue9 d’homme de terrain, formé à l’observation et au travail en équipe au cours des caravanes bibliques. Sa spécialité est l’épigraphie. C’est dans la perspective de cette recherche que Jaussen et ses collègues Vincent et Savignac se forment à la photographie. Il en fera un usage systématique sur le terrain10.

  • 11 Les recensions que l’on trouve dans la Revue biblique, par exemple sur le Congrès international de (...)
  • 12 Les travaux ethnographiques de Jaussen sont circonscrits à la période de 33 ans qui sépare son arr (...)

7Jaussen est donc, par sa formation et ses fonctions, un personnage difficile à classer dans le champ et l’histoire de la discipline ethnographique. C’est un savant, un enseignant mais pas un universitaire11. C’est un religieux mais pas un missionnaire. A la différence d’autres ethnographes de l’époque tels que le Père Junod ou, plus tardivement, le pasteur M. Leenhardt qui eux se donnent pour mission « évangéliser et civiliser », il n’a pas de fonction auprès des populations qu’il observe et décrit. Mais sa résidence dans le pays lui donne l’opportunité d’une observation prolongée et répétée. Il se distingue ainsi à la fois des voyageurs et explorateurs, précurseurs d’une anthropologie du Moyen-Orient, ceux qui parlaient les langues de la région et qui du fait d’un séjour prolongé pouvaient décrire la société d’une manière relativement exacte, tels Burton, Burckhardt ou Lane, et des premiers universitaires à avoir une orientation théorique spécifique et consciente pour l’étude de la société arabe, comme Robertson Smith (Eickelman, 1981). C’est bien un homme de terrain et non de cabinet. C’est, comme nous le verrons, un ethnographe plutôt qu’un ethnologue. Arabisant, il a su se détacher de l’étude des textes, de la culture savante, pour privilégier un savoir basé sur l’observation et la tradition orale et s’intéresser à une société vivante. C’est ainsi qu’il nous livre un des premiers travaux ethnographiques « de professionnel » sur le monde arabe oriental (Irons et Dyson-Hudson, 1972). Pourtant, cette recherche12 que le R.P Jaussen mène, tantôt de manière personnelle pendant ses vacances de professeur, tantôt en équipe et en parallèle à l’archéologie au cours des missions et caravanes bibliques, est restée probablement secondaire par rapport à ses autres activités.

  • 13 Le deuxième volet de sa recherche ethnographique, qui touche à l’ethnographie urbaine, Naplouse et (...)
  • 14 Voir la bibliographie des travaux ethnographiques dans ce volume.
  • 15 Le terme « Arabe » est employé dans l’usage local au Moyen Orient pour désigner le monde des tribu (...)
  • 16 Voir Rogan, 1991.
  • 17 La présence des militaires est concentrée en quelques points, notamment dans les gares, le long de (...)
  • 18 Les tribus n’hésitent pas à faire le coup de feu pour préserver leur indépendance et échapper à l’ (...)
  • 19 En encourageant, notamment, le passage à l’agriculture et le travail des champs chez des demi-noma (...)

8Mon propos se limite ici au Jaussen ethnographe d’avant 191413, c’est à dire à ses travaux sur les bédouins14, ou les « Arabes »15 Dans un premier temps, entre 1896 et 1907, ses observations portent essentiellement sur une région aux limites du désert, celle de l’antique Moab, pays des tribus arabes à l’est du Jourdain. Puis, la participation à deux missions archéologiques effectuées avec le P. Savignac au Hedjaz, entre 1907-1911, lui permet d’étudier une petite tribu d’Arabie, les Fuqara, et de faire la comparaison avec les Arabes du pays de Moab. Il peut alors observer de près les changements rapides auxquels fait face le désert dans cette période troublée. L’installation du Gouvernement (« de Constantinople ») dans ces zones situées à la périphérie16 de l’Empire ottoman et jusque-là sous la domination des tribus, est toute récente. L’armée tente d’assurer la sécurité, notamment sur les routes, tandis que l’administration mise en place a pour objet de collecter l’impôt. Cette prise de contrôle très imparfaite17 ne se fait pas sans soulever des troubles au désert18 : razzias et guerres tribales sont avivées par la concurrence que suscitent les nouveaux enjeux liés à la construction du chemin de fer du Hedjaz et à une mise en culture de terres jusque-là dévolues au pâturage. Elle s’accompagne de la construction de nouveaux villages, du passage au semi-nomadisme, voire d’un début de sédentarisation des petites tribus. La pénétration européenne se manifeste à travers l’action des missionnaires latins qui apportent leur soutien aux tribus arabes chrétiennes de Terre sainte19. Le sud de la région est sous l’influence de l’Arabie et soumis à la pression wahhabite. Tous ces éléments n’échappent pas au jeune professeur qui en est le témoin conscient. Jaussen, entre ses travaux d’archéologie et les études bibliques, décide de consacrer une partie de son temps à la connaissance directe des « Arabes actuels » et se fait ethnographe.

Des caravanes bibliques aux Arabes actuels : le projet ethnographique

  • 20 L’École organisait pour les étudiants des sorties (« à la découverte du pays biblique ») hebdomada (...)
  • 21 Les « itinéraires » régulièrement publiés dans la Revue biblique nous renseignent à ce sujet. Voir (...)

9Les caravanes bibliques auxquelles il participe pendant plusieurs années comme étudiant20, puis comme professeur, lui ont fait découvrir le désert et les bédouins, les tribus avec qui il faut traiter, dont il faut connaître les usages, le territoire, les amitiés et les inimitiés, pour se protéger des risques encourus en cette période troublée. Responsable de l’organisation matérielle des caravanes, il doit trouver les mulets et les muletiers, réunir le matériel, choisir un rafik, prendre les contacts avec les autorités locales (qaimaqam), négocier le prix des passages avec les shaykhs des différentes tribus, obtenir les papiers officiels du gouvernement de Constantinople21. Il met alors à profit cette pratique du désert pour développer son projet scientifique personnel. Il délimite son terrain et oriente sa recherche sur les tribus à l’Est du Jourdain.

  • 22 A la différence de celles qui ont précédé, et qui ont fait l’objet d’articles dans la Revue bibliq (...)
  • 23 Les récits entendus dans la madafa du curé sur les événements du désert peuvent avoir motivé l’att (...)
  • 24 Au contraire, dans les Missions en Arabie, publiées avec Savignac, projet de l’École financé par l (...)

10En 1901, pendant ses vacances de professeur, hébergé à Madaba chez le curé latin, il entreprend des enquêtes personnelles systématiques sur les « nomades et semi-nomades ». Ne se contentant plus alors d’une observation au fil du chemin, il va au devant des « Arabes », chez eux, sous la tente (il visite treize tribus !), chercher directement l’information accompagné de son guide, le rafik, Awdeh ibn Saleh des Azeizat de Madaba. Il fait à nouveau des séjours prolongés à Madaba et à Kerak pendant les étés 1902 et 1905. Il revient en 1913 parachever l’enquête économique sur la famille de son rafik. Ces recherches ethnographiques, effectuées hors du contexte des caravanes et donc nettement détachées des « études bibliques »22 seront publiées dans Coutumes des Arabes. Dans l’introduction, Jaussen justifie ce travail mené en franc-tireur : « Désirant connaître les nomades, je me suis décidé à recourir à la source elle-même. Je suis allé au désert étudier les bédouins. » Il se donne pour objet d’étude leurs usages et leurs pratiques qu’il analyse à partir du récit des événements marquants23 de la vie du désert (comme par exemple, le conflit entre les Huwaytat et les Shararat en 1903). Le bibliste, l’archéologue qui se fait ethnographe chez les bédouins exprime son souci de séparer l’observation du présent, « la cueillette des faits », de l’approche livresque ou archéologique du passé : « Si parfois je signale un rapprochement avec un usage ancien, c’est en passant, dans le but de jeter une plus vive lumière sur les usages actuels, objet direct de ces études » (Jaussen, 1908 : 1)24.

  • 25 Il introduira d’ailleurs, lorsqu’il sera recteur des études, le résultat de ses recherches dans le (...)

11Le bibliste apparaît cependant lorsqu’il souligne l’attrait que représentaient pour lui « des tribus qui se situent à la limite de la Terre sainte et dans un pays mentionné dans la Bible ». Cette étude du présent se justifie en outre par deux intérêts plus généraux : apporter des éléments à la constitution d’un savoir scientifique général sur les religions et les sociétés orientales (ce qui rejoint le projet général de l’École25) et répondre à l’urgence de consigner par écrit des usages qui vont inévitablement être modifiés : « Comme l’établissement de la voie ferrée du Hedjaz ne manquera pas d’apporter d’importantes modifications dans la vie et les coutumes des habitants, bédouins et demi-sédentaires, il m’a semblé urgent de procéder à une enquête avant la pénétration d’idées étrangères dans une population restée neuve jusqu’à nos jours. » (Jaussen, 1908 : 2).

12Ou encore : « Malgré le soin jaloux des nomades à maintenir leurs usages, il est facile de concevoir que sous la pression du gouvernement, ils seront contraints de les modifier sous beaucoup de rapports. Il est donc urgent de les consigner par écrit. » (Jaussen, 1908 : 123, n. 2).

  • 26 Le deuxième ouvrage à caractère ethnographique, Naplouse et son district (1927), qui sera égalemen (...)
  • 27 La première, « folk-lore », renvoie à la tradition ethnographique allemande, la deuxième au couran (...)

13Dans ses premiers écrits, Jaussen ne rattache pas son étude sur les Arabes à une discipline scientifique reconnue. Il s’en tient aux « us et coutumes ». La plupart de ses articles de la Revue biblique paraissent sous l’intitulé « Coutumes arabes », tout comme l’ouvrage qui les rassemble, Coutumes des Arabes au pays de Moab. Ce n’est que dans les publications des années 1910-1914, lorsque sa recherche s’intègre au projet collectif de la mission archéologique en Arabie, que l’on voit apparaître le qualificatif « ethnographique » dans l’intitulé de la quatrième partie (« Notes ethnographiques »). Le terme est repris également dans l’article publié dans La Science sociale selon la méthode de l’observation, en 191426. Le R.P. Lagrange, dans sa préface aux Coutumes des Arabes, inscrit ce travail dans un double champ, celui du « folklore » et des « études sociales ». Ces deux orientations27, juxtaposées dans l’ouvrage de 1908, se retrouvent en alternance dans ses autres écrits. Les « Notes ethnographiques » des Missions en Arabie relèvent plutôt de la première, tout comme les articles de la Revue biblique sur la religion, le pèlerinage ou le mariage. La seconde est présente dans la partie « Itinéraires » des Missions en Arabie mais est plus particulièrement illustrée dans l’article sur « La vie économique et sociale d’une famille de demi-nomades » (1914).

Ethnographe plutôt qu’ethnologue

  • 28 Par la Revue biblique et par sa présence aux grands congrès internationaux, il est en contact avec (...)
  • 29 Jusqu’à Franz Boas au début du xxe siècle, la distinction entre « les hommes de terrain » collecta (...)
  • 30 Robertson Smith (1846-1894) a fait parti du comité d’universitaires chargé de la traduction en ang (...)
  • 31 Sur cette notion de « survivances » et leurs implications, voir la contribution de I. Maffi dans c (...)

14La formation donnée à l’École semble avoir insisté sur la nécessité d’allier rigueur dans l’observation et prudence dans l’interprétation. Lagrange a étudié les langues orientales à Vienne. Il est au fait des différents courants scientifiques. Il connaît28 les théories ayant trait à l’histoire des religions ou à l’histoire de la famille que les ethnologues intègrent dans la reconstitution des différents stades de l’évolution de l’humanité. On peut penser que s’il encourage Jaussen à satisfaire sa curiosité sur les bédouins, il le met en garde sur le danger de mêler les disciplines et les époques. Se faisant donc ethnographe plutôt qu’ethnologue29, l’archéologue Jaussen évite de tomber dans les biais méthodologiques et les spéculations des évolutionnistes du xixe siècle comme dans les conjectures en cours parmi les géographes diffusionnistes du début du xxe. Lorsqu’il aborde la famille ou les coutumes ayant trait au mariage et relève des pratiques « anciennes » ou « antiques », il n’en fait pas un matériau de reconstruction du passé, n’en tire pas des conclusions sur les stades antérieurs, primitifs, de la société. Son approche se distingue ainsi radicalement de celle d’un de ses illustres prédécesseurs, Robertson Smith30, bibliste lui aussi. Dans Kinship and Marriage in Early Arabia (1885), ce dernier se donne en effet pour objectif d’expliquer les mœurs des « anciens » Arabes. Il vient rechercher dans son voyage en Arabie « les survivances »31 qui peuvent étayer la théorie du matriarcat exposée dans Primitive Marriage par Mac Lennan et sur laquelle s’appuie son ouvrage.

15Jaussen s’écarte également de l’usage risqué de la comparaison de traits culturels que font à l’époque les ethnologues et géographes tenant des théories diffusionnistes. Lorsqu’il part à « la cueillette des faits » et note les variantes des différents usages à travers le désert, il se garde, à la différence de ces derniers, de toute conclusion ou même d’interrogations sur leur origine. Et l’on sent, là encore, la direction ferme et discrète du Père Lagrange qui, avec la rigueur et la prudence dont l’École a fait sa règle, pose les conditions de la validité de la méthode comparative :

  • 32 Au même moment Franz Boas, en introduisant dans son enseignement ces mêmes règles, ramènera l’ethn (...)

« Les exégètes (de la Bible)... ont, en particulier depuis le siècle passé, émaillé leurs commentaires de références aux usages des Bédouins. Il a semblé qu’il y avait intérêt à traiter ces sujets isolément. Un témoignage n’a toute sa valeur que si l’on connaît bien le témoin. La ressemblance entre certaines idées ou certains usages dénote-t-elle un emprunt ou un fond commun ? On ne le sait bien que lorsque les deux points de comparaison sont connus chacun dans l’organisme auquel il appartient. » (Préface de Coutumes des Arabes, p. 2)32.

  • 33 Il le rappellera dans l’introduction de chacun de ses chapitres (par ex. « La famille », p. 11 ; « (...)

16Jaussen appliquant à la lettre ces conseils se situe en marge de toute théorie. Il réaffirme à maintes reprises la modestie de son propos33 : « Je ne me suis proposé de soutenir aucune thèse ni d’étayer aucun système, j’ai voulu constater des faits, relever et noter des observations. » (1908 : 10).

17Aussi, contrairement à ce qui a fait l’intérêt et le succès ou la survie de Robertson Smith, nous n’avons pas de présentation synthétique d’un système social ou d’interprétation politique du fonctionnement d’une tribu ; l’auteur laisse au lecteur le soin de les dégager des règles de droit ou de conduite qu’il nous expose, des pratiques et des récits qu’il présente pour en illustrer les différentes applications.

D’Hérodote à Malinowski

18Ce que cherche Jaussen, et c’est en cela qu’il est véritablement ethnographe, c’est à pénétrer la pensée de l’Autre dans sa spécificité ; à donner au lecteur les moyens de la connaître et de la comprendre par la retransmission d’opinions, de manières de voir et de raisonner. Il nous le rappelle dans nombre de ses chapitres. Par exemple dans celui sur la famille : « Cette méthode consiste à enregistrer des faits et à rapporter les conceptions et les manières de voir des nomades sur un certain nombre d’objets, sans chercher à établir une thèse subjective, sans même apporter, sur des récits plus ou moins légendaires, une appréciation quelconque laissée à l’esprit critique du lecteur. » (1908 : 11).

19Ou encore dans le chapitre sur la tribu : « Je vais rapporter l’opinion des Arabes touchant l’origine de quelques tribus. Les légendes paraissent quelquefois se contredire ; si on les enregistre quand même, c’est qu’elles reflètent toujours la pensée du nomade et contribuent à le faire connaître. » (1908 : 107).

20Jaussen se limite donc à une observation aussi objective que possible. Une observation, située et répétée, de faits qu’il s’efforce de vérifier par un croisement de données et une diversification de ses sources : « Aucun détail n’a été décrit, avant d’avoir été contrôlé cinq ou six fois en des campements différents ; bien souvent les faits obscurs étaient discutés avec acharnement, en ma présence, à Kérak, Ma’an, à Iraq et à Madaba surtout. » (1908 : 6).

  • 34 Voir l’introduction à la présentation de la liste des tribus dans Coutumes des Arabes.

21L’observateur s’efface dans une relation « fidèle de faits », s’interdisant de juger, d’interpréter. Il livre au lecteur, sans discussion critique, « à la manière d’Hérodote » remarque Lagrange, ce qui se raconte parmi les Arabes. L’objectivité suppose une double distanciation. L’auteur prend la précaution d’avertir le lecteur des exagérations ou des approximations de ses interlocuteurs34 dont il n’est pas dupe ; mais il souligne aussi les présupposés dont est porteur le chercheur, « l’Européen », la logique dont il doit se défaire pour être à l’écoute des Arabes bédouins :

« Quelques jours passés avec les Arabes suffisent à montrer combien il est difficile d’arriver à la précision dans les renseignements. (...) telle tribu sera cotée par un cheikh, comme s’élevant au chiffre de trois cents tentes, tandis qu’un autre lui en donnera cinq cents. De ce manque de précision surgit un réel embarras pour l’Européen qui voudrait tout mesurer au millimètre. D’autre part, s’arrêter devant cette fluctuation, c’est renoncer à toute étude. J’ai cru préférable de livrer tels quels les enseignements qui m’ont été fournis, en indiquant les sources d’où ils découlent. » (1908 : 391).

22Pour pouvoir connaître l’Autre, comprendre ses modes de pensées, Jaussen s’est contraint à une pratique de terrain visant à une observation directe plus participante et qui n’a pas que des charmes :

« Entrer en rapport avec les Arabes paraît, au premier aspect, une entreprise fort aisée. L’accueil, sous la tente, est toujours conforme aux vieilles traditions de l’hospitalité décrites si souvent par les voyageurs. Mais manger une fois en passant le mouton rôti, (...) ce ne sera découvrir qu’un bien petit coin de cette existence bizarre. (...) Pour recueillir des renseignements, il faudra se résigner à passer de longues heures, presque en silence, accroupi sur un tapis, sous la "maison de poil" qui abrite à peine des rayons du soleil, il faudra répondre aux questions des curieux et des indiscrets ; il faudra écarter les soupçons éveillés par le seul fait de n’être pas de sang arabe. On sera contraint de se mettre au niveau du bédouin touchant la nourriture, insuffisante pour un européen, qui aura toujours de la répugnance à plonger la main dans le plat commun et à boire dans le vase qui porte à une quinzaine de convives une eau plus ou moins limpide. (...) Le chercheur, en quête de la vérité sur la vie et les institutions des nomades, sera obligé de surmonter ces multiples obstacles ayant trait à l’alimentation et se rapportant à la propreté. C’est en fréquentant les Arabes sous leurs tentes, en conversant avec eux dans leur propre langue, en demeurant en leur compagnie, en vivant en somme de leur vie, qu’il est possible de les observer avec justesse et de connaître sûrement leurs habitudes. » (1908 : 7).

  • 35 « Ce n’est qu’après un séjour prolongé que l’Européen, même au courant de la langue littéraire, pe (...)

23Dans le contact de deux cultures que comporte l’enquête de terrain, la durée est essentielle pour réduire la distance entre l’observateur et l’observé. Jaussen relate le processus de transformation de ces rapports dont un des éléments importants est la maîtrise de la langue dialectale35. Il note la méfiance de ses interlocuteurs dans les premiers contacts. Pour eux il était un khawag, frangi : Européen, qui connaît l’arabe et réside dans le pays, « mais qui n’est pas de sang arabe » :

« Ma première arrivée au campement de Talal excita toutes les méfiances. “Que voulait ce hawag ?” Les uns me prenaient pour un envoyé du gouvernement qui venait les trahir ; d’autres disaient : “C’est un frangy qui veut examiner nos terres pour les prendre”. Un autre groupe prétendait que j’étais un député des Beni Halal, qui, mécontents au Mogreb, avaient décidé de reconquérir l’Orient. Dans un terrain si fertile, je voyais éclore toutes les suppositions, et germer les soupçons les plus malveillants. » (1908 : 3).

  • 36 Voir la photo de Robertson Smith (1902) en « ‘Abdallah effendi » dans Eickelman (1981 : 35).
  • 37 Ceci lorsqu’ il se trouve dans le pays de Moab. La situation sera différente lors des voyages en A (...)

24Mais sa résidence permanente en Orient l’autorisant à des séjours sur le terrain prolongés et échelonnés sur plusieurs années, son identité est par la suite mieux connue de ses interlocuteurs ; il sera alors pour eux Sheikh Antoun, Abouna. C’est là une grande différence avec les voyageurs du xxe siècle qui l’ont précédé. Il n’a pas à se déguiser en arabe, à emprunter un costume,, un nom36 comme Burckhardt, Doughty et bien d’autres37 Grâce aux relations entretenues par des visites répétées, la défiance fait place à la confiance et même à la participation et les conditions de travail sur le terrain se transforment. C’est à la durée de son travail sur les bédouins, à la proximité et à la familiarité du terrain, que nous devons la richesse et la précision des détails, la finesse dans la compréhension que traduisent de nombreux passages de Coutume des Arabes.

Le champ de ses observations

25Pendant les vingt années que couvrent ces recherches, l’espace dans lequel Jaussen a approché les « Arabes actuels » et à l’intérieur duquel il a exercé ses comparaisons, est celui des trois déserts qu’il a parcourus avec les caravanes : le Negueb, Moab et l’Arabie. Nous limiterons nos remarques aux travaux concernant Moab, son terrain de référence, c’est à dire à l’ouvrage Coutumes des Arabes et à l’article de 1914 dans La Science sociale, deux écrits qui nous paraissent les plus caractéristiques du point de vue de l’ethnographie.

  • 38 « J’ai dû circonscrire le cadre de mes recherches, le temps et les ressources ne me permettant pas (...)
  • 39 Madaba et ses mosaïques ont été une des premières destinations des caravanes bibliques et devient (...)
  • 40 Les montagnards apparaissent à plusieurs reprises dans son texte, dans leurs interactions avec les (...)
  • 41 Dont il nous fournit la liste et celle de leurs propriétaires dans Coutumes des Arabes, dans le ch (...)
  • 42 « Aujourd’hui les conditions de l’existence entrent dans la voie des modifications, sous la double (...)

26Dans Coutumes des Arabes, son intention n’est ni de nous livrer un traité sur les Arabes en général, ni de faire une monographie de tribu ou de village mais de décrire les coutumes et les « usages bédouins » partagés et pratiqués, avec des variantes, par les tribus qui sont en relation dans un espace géographique déterminé, un « pays ». Le choix de son champ d’observations est dicté par des considérations pratiques38, une relative proximité par rapport à Jérusalem, des lieux déjà explorés par l’épigraphiste39 : C’est « le pays de l’antique Moab » qu’il nous présente dans son « aperçu géographique ». Il en décrit les contours et les ressources. C’est une vaste région, située à l’est du Jourdain entre Amman et Ma’an comprenant : le Balqa’, la Kourah, le territoire de Kérak, le Gebal et Ma’an. Jaussen précise et justifie les limites de son étude. Du Balqa’, il exclut la partie septentrionale et montagneuse, (« pays de physionomie différente ») et des localités comme Sait qu’il n’a pas étudiées faute de « loisir » et de moyens financiers suffisants et aussi par ce qu’« elles sortaient peut-être du cadre bédouin »40. Inversement, il inclut les localités de sédentaires qui s’inscrivent dans le champ de relations des tribus : des « localités récentes »41 peuplées de paysans « palestiniens », parce que ceux-ci sont « à la disposition des nomades », « obligés de se plier aux usages des bédouins et n’ont exercé aucune influence sur les mœurs » (1908 :7) mais aussi l‘oasis caravanière de Ma’an, parce que ce « carrefour bédouin » a conservé les usages bédouins en dépit de transformations récentes42.

  • 43 Le « pays » est une échelle qu’affectionnent dans leurs études les géographes du courant leplaysie (...)
  • 44 Jaussen préfère le terme de « demi-nomades », comme en témoigne son article de 1914.
  • 45 Il nous fournit une liste de ses informateurs dans les 12 ou 13 tribus qu’il a visitées. Le lieu o (...)

27Le « pays » apparaît donc pour lui comme un espace géographique relativement limité, défini par des traits physiques « une physionomie » et abritant des populations (des tribus) qui partagent un ensemble de coutumes et d’usages bédouins portant la marque de la « vie nomade »43. A l’intérieur de cet espace, il y a chez lui, la volonté d’une exploration aussi large que possible qui lui permette de vérifier et de croiser ses informations sur des champs thématiques définis. Ses observations sont glanées tour à tour chez les Bani Sakhr ou les Huwaytat ou encore parmi les sédentaires de l’oasis caravanière de Ma’an ou les semi-nomades44 de Madaba ou de Kérak ; chez les chrétiens comme chez les musulmans45. Car le terme « Arabes », qu’il associe au mode de vie « nomades et semi-nomades », s’applique indifféremment à des tribus chrétiennes et musulmanes. Les coutumes qui l’intéressent, de multiples exemples en attestent, sont partagées par les unes et par les autres.

28Conçue à l’échelle du pays, l’étude de Jaussen a le mérite de mettre en relief la diversité et la hiérarchie qui peut exister dans le désert entre les tribus, tout autant que la complémentarité économique entre les différents groupes.

CONTINUITÉ ET CHANGEMENTS : UNE ZONE DE MARGES DANS UNE PÉRIODE DE TRANSITION

29Quelle forme prend la restitution de sa recherche ? Que nous livre Jaussen sur les Arabes ? Quelle est sa méthode d’exposition ?

« Coutumes des Arabes au pays de Moab » : une monographie inachevée

  • 46 Auxquelles s’ajoutent trois annexes : l’inventaire des tribus de Moab, des tribus du Nequeb (sic) (...)
  • 47 Ce dernier champ sera approfondi par la suite dans l’article de 1914.

30Le plan général de Coutumes des Arabes s’apparente à celui d’une monographie classique. Les titres des six chapitres (Vie de famille ; La tribu ; Relations entre tribus ; Droits ; La vie économique ; Religion) balisent les grands champs de la vie sociale. Le politique, qui n’est jamais désigné comme tel, est remplacé par le juridique et une analyse des groupes constitutifs de la société (famille, tribu) de leurs relations et des droits. La première partie sur la vie de famille, et la dernière partie sur la religion46, chacune d’une centaine de pages, portent sur les deux premiers champs thématiques explorés par Jaussen et intègrent en les complétant des articles déjà publiés. Ces deux parties encadrent ce qui constitue le cœur de l’ouvrage, ce que l’auteur a plus spécifiquement travaillé lors de ses enquêtes : une partie sur la tribu et ce qu’on pourrait appeler le droit bédouin, (chapitres II à IV, 130 pages) et enfin une partie sur la vie économique (50 pages)47.

31L’ouvrage frappe par l’aspect peu élaboré de la composition, comme le souligne Lagrange : « Il nous ouvre ses carnets de notes », et il ajoute : « on aurait aimé une composition plus savante où les éléments auraient été fondus dans un tableau mieux ordonné ». Coutumes des Arabes est en effet un carnet de notes à peine recomposé. Jaussen s’excuse de cet aspect inachevé et s’en explique. Ce n’est qu’une première étape du travail qu’il nous livre là, pour parer au plus urgent : « Lorsque de plus amples renseignements auront été ramassés, il sera temps de penser à la composition d’un ouvrage bien ordonné et complet. Pour le moment, on relate des faits, parfois un peu au décousu, comme la marche du nomade à travers le désert. »

  • 48 Il récidive avec Les Foqqara (1914-1920) Mission en Arabie T. II, prévenant le lecteur quasiment d (...)

32N’oublions pas que l’ethnographie n’est que secondaire parmi ses activités. On peut penser que, par manque de temps (il devient recteur des études à l’École en 1906), et qu’avant d’entreprendre en 1907 les missions archéologiques en Arabie, il a voulu consigner les faits observés sur « le pays de Moab » et tourner une page48.

33En effet, les paragraphes, numérotés en continu de 1 à 50, du début à la fin de l’ouvrage, sans tenir compte des chapitres, se présentent comme une succession de fiches très inégales quant à l’élaboration, la longueur et le contenu : les unes documentées, argumentées, sont de véritables morceaux d’anthologie, les autres décrivant des traits culturels ou des détails sont sans grand rapport avec le reste du chapitre. C’est ainsi que, par exemple, dans le chapitre sur la famille, après des paragraphes essentiels sur le mariage, la répudiation, la femme etc., s’introduit un paragraphe sur « la chevelure » entre « l’hospitalité » et « la mort et les funérailles », sans aucune transition. De même dans le chapitre sur la vie économique, après des paragraphes très riches portant sur la propriété, l’agriculture, le commerce, puis sur le cheval, le chameau, on est surpris de voir apparaître « le chien », « les serpents », entrecoupés de deux paragraphes sur « les voyages » et « la chasse ».

34Outre les changements de niveaux que traduisent ces intitulés, il apparaît paradoxal que, dans un livre consacré aux nomades et semi-nomades, il n’y ait pas de paragraphe consacré à l’élevage et que « le petit bétail » (une page !), y tienne moins de place que les serpents (deux pages). Une telle composition interne invite donc le lecteur à utiliser l’ouvrage davantage comme un dictionnaire, une encyclopédie, à travers l’index, qu’à le lire dans sa continuité.

35Pourtant, malgré ces défauts c’est un ouvrage auquel on a goût à se référer et à revenir sur tel ou tel sujet précis. Pris isolément, les paragraphes sont souvent des documents extrêmement riches où transparaît la méthode de l’auteur, la formation du linguiste, le souci de faire parler, de laisser parler, et à travers la restitution des récits une sensibilité à l’esthétique de la parole, à la pédagogie du conte. Pour donner une idée plus précise de l’apport de l’ouvrage et de la composition des textes nous prendrons des exemples dans les chapitres centraux sur le droit coutumier bédouin et l’économie, deux domaines où l’ouvrage, selon nous, a été et reste encore très largement novateur en dépit de ce qui a été publié depuis.

Le droit coutumier bédouin : des usages conservés

  • 49 A la différence d’un autre ouvrage, beaucoup plus tardif, portant sur la question : J. Chelhod (19 (...)

36La richesse de l’ouvrage dans ce domaine témoigne de l’intérêt de Jaussen pour le juridique. Sous le titre de « coutumes », « usages » ce sont les règles non écrites, les normes, les valeurs, « l’état d’esprit », d’une société de l’oralité qu’il cherche à comprendre. Ce qu’il présente sans lui donner la forme d’un traité49 c’est la législation d’une société sans État ou plutôt qui se situe hors de l’État, cette société du désert composée de multiples tribus. Société qui apparaît turbulente, violente, rebelle à l’ordre du Gouvernement mais dont il nous montre qu’elle n’est nullement anarchique. Car pour lui, une société suppose « nécessairement » un ordre social. Ce qu’il recherche ce sont donc, d’une part, les principes, les règles qui jouent à l’intérieur des groupes constitutifs de la société et, d’autre part, ceux ou celles qui régulent les rapports entre ces groupes sociaux : « Le désert est habité par des tribus distinctes, plus ou moins autonomes (...) chacune est fière de son ancêtre et jalouse de conserver pur le sang qu’elle croit avoir reçu (...). Ce n’est donc pas sur les liens du sang que s’établissent, parmi les nomades, les relations qui doivent nécessairement exister entre ces petits états, à moins qu’on ne les suppose dans une hostilité perpétuelle les unes avec les autres, ce qui ne manquerait pas d’amener, à brève échéance leur destruction totale. Donc la paix règne aussi entre les tribus, surtout lorsqu’elles vivent côte à côte. Il s’établit alors des alliances qu’il est fort instructif de connaître si on veut juger les Arabes » (1908 : 149).

37Ce droit bédouin, il le découvre, l’appréhende et nous l’expose à partir des catégories du vocabulaire bédouin. Le chapitre sur « Les relations entre tribus » est ainsi découpé en une série de paragraphes dont les titres correspondent à des termes arabes définissant divers modes de relations entre les groupes (la khuwa), les types de contrats ou d’alliance (ben’ameh, sohba, qosra) ou les formes d’hostilité régulée telles que « la razzia » que les bédouins distinguent précisément du vol et de la guerre. Il en est de même dans le chapitre sur « La tribu », lorsque à propos du cheikh, il aborde paragraphe par paragraphe les vertus arabes (la générosité, l’intelligence, le courage guerrier, l’abondance des biens, le nombre des partisans) sur lesquelles se fonde le pouvoir, avant de traiter de manière plus générale de « l’autorité du chef », de ses « rapports avec le gouvernement » ou avec « les autres tribus ». De même, dans le chapitre sur les « Droits » où, après avoir traité du mode d’exercice de la justice bédouine à travers « le juge », « les témoins », il analyse une série de droits particuliers correspondant à des termes arabes (« droit de la tente », « droit du visage », « droit du dakhil ») ; droits qui protègent la vie familiale ou permettent à l’individu en difficulté dans sa tribu de trouver un refuge, une protection ou un appui auprès d’une autre et qui apparaissent comme un contrepoids à la rigueur des règles de la vengeance et du « droit du sang ».

  • 50 Ces textes pourraient aujourd’hui alimenter le courant de l’anthropologie compréhensive ou interpr (...)

38Les paragraphes qui composent les chapitres présentent une construction savante (constamment répétée) qui vise à faire comprendre les lois du désert, les principes et valeurs auxquelles elles se réfèrent, leur application, leurs variantes locales, les cas particuliers50, le tout au moyen d’exemples situés et datés, empruntés à des observations, aux récits recueillis auprès des bédouins. Cette méthode d’exposition mérite d’être analysée. Pour exposer et expliciter un de ces droits, contrats ou qualités, correspondant à un terme arabe, par exemple « le ben’ameh » l’auteur commence en général par quelques lignes introductives situant le sujet et/ou rappelant sa méthode et nous donne l’étymologie du terme qu’il va expliquer : « Si quelqu’un demandait le sens étymologique du mot ben’ameh, on pourrait peut-être lui donner l’explication suivante. Ben’ameh, ainsi écrit et prononcé par les bédouins du Belqa, parait être un mot d’origine populaire contracté de ben’ammeh, fils de l’oncle paternel. »

39Il présente ensuite les différentes compréhensions du terme, les usages qu’en font les Arabes, décrit au passage le rituel du serment après lequel ceux qui ont contracté l’alliance « se conduiront les uns envers les autres comme des parents ». De ces usages, il dégage les principes et une définition, il illustre enfin l’application de ce droit par les récits ou les anecdotes qu’il a recueillis ou observés : « Le ben’ameh se conçoit comme une sorte d’alliance offensive et défensive. Pour mettre plus de clarté dans le développement de cette définition je suivrai le procédé de mes interlocuteurs. Ils m’ont énuméré les conditions et les avantages de cette alliance et ont chaque fois confirmé leurs dires par des exemples connus de tous ; si cette méthode a ses défauts, elle a du moins le mérite de refléter l’état d’esprit de nos Arabes » (1908 : 150).

40De temps à autre, comme lorsqu’il souligne le caractère indissoluble du lien ainsi créé, et rapporte les discussions qui ont accompagné l’explication, il s’aventure à faire quelques commentaires personnels sur le caractère arabe : « L’Arabe à ses heures est un psychologue plein d’expérience, il connaît sa nature vive et emportée ; il sait que, dans un moment d’exaspération, il est homme à se porter aux derniers excès (...) c’est pourquoi il a la sagesse de se prémunir contre certains entraînements » (1908 : 151).

  • 51 « Cette alliance ne se contracte et en droit ne peut s’établir qu’entre des tribus voisines, vivan (...)
  • 52 « Au désert, comme dans les pays décorés du nom de civilisés, certains groupes d’êtres humains sem (...)

41Il rajoute des précisions sur l’exercice et les conditions de cette alliance, dégageant les règles qu’il a pu tirer de ses observations51. Au passage, il introduit ici ou là des remarques visant à guider l’interprétation du lecteur, à atténuer les préjugés, ou à nuancer la vision trop manichéenne que l’Européen, ou tout simplement le citadin, le « civilisé », se fait des nomades ; il rappelle par quelques piques que le nomade n’a pas le monopole de la violence52. Enfin, utilisant la comparaison avec un autre type de traité, celui de sohba (ou amitié) il montre qu’en cas d’infraction (agression, razzia, vol, etc.), la gravité des sanctions varie, pour un même acte, selon la nature des relations existantes entre les tribus de l’agresseur et de la victime. Les sanctions sont beaucoup plus sévères si les tribus sont liées par ben’ameh (considérées comme parentes) que si elle ne le sont que par amitié (sohba) (1908 : 153).

42Sa perspective est à la fois celle du juriste et du sociologue. Récits et anecdotes lui servent à présenter en situation les différents modes d’application des usages, les modes de régulation. Ce ne sont donc pas des règles de droit abstraites, figées qu’il nous présente mais une société en actes dont il s’efforce de comprendre les modes de fonctionnement, les pratiques, les règles du jeu et par delà leurs variantes, l’esprit des pratiques, ce qui relève pour lui de l’ethos bédouin. Il nous fait ainsi apparaître non seulement les aspects guerriers de cette société bédouine où la razzia est un jeu autorisé, mais aussi les règles d’une société de l’honneur et de l’hospitalité, enfin l’esprit et les formes de solidarité manifestes dans les contrats de pâturage (par exemple, la qosrah) qui lient les divers groupes et permettent aux nomades de faire face à la sécheresse ou aux diverses calamités que comportent la vie au désert.

La vie économique sur les marges arides

43Le deuxième champ thématique sur lequel je voudrais m’arrêter est celui que Jaussen appelle « la vie économique ». S’il aborde le droit bédouin à partir de la tente des nomades, Jaussen approche la question économique et les rapports de production à partir des villages de semi-nomades, en se centrant sur l’agriculture et le commerce. Il met en relief les contacts et les transformations qui s’opèrent à l’époque « aux limites du désert », dans cette zone où les pâturages sont gagnés par la culture, dans une zone qui est sous l’emprise des tribus bédouines mais sur laquelle le gouvernement s’efforce d’établir son contrôle. Il décrit bien ce pays de Moab comme une zone de marge en période de transition.

44Comme dans les monographies de pays que publie la revue des leplaysiens de La Science sociale Jaussen commence son étude de la vie économique par « la propriété » et les caractéristiques en rapport avec la vie nomade et l’organisation tribale. Il détaille les différentes formes de propriété ayant trait à la tente, au bétail et au sol ; il distingue les biens qui peuvent faire l’objet d’une appropriation individuelle (l’habitation, les objets, le bétail), de ceux qui sont indivis entre les membres de la tribu ou du clan. Il est particulièrement attentif à ce critère (divis/indivis) dans la typologie des régimes fonciers qu’il s’efforce d’établir à partir de ses observations et de ses enquêtes dans le pays. Sa typologie repose sur une double distinction : la première découle des usages du sol ou de la nature des terrains et oppose terres cultivées et pâturages, la deuxième renvoie à l’histoire des terres cultivées dans la région.

  • 53 Ce procédé est identique à celui que décrit J. Hannoyer (1979) pour les tribus de l’Euphrate qui o (...)
  • 54 « Il y a une quarantaine d’années seulement, la plupart de ces terres étaient reconnues se trouver (...)

45Pour les terres cultivées, il distingue « les vieux villages et les oasis » où la propriété de la terre est individuelle, des « grands espaces » où champs de labours et pâturages (ard shamsiyyeh) terres de tribu où la possession est indivise. Le procédé qu’il nous décrit, par lequel le chef de tribu opère traditionnellement53, chaque année avant les semailles, la subdivision des terrains cultivables entre les fractions puis les lignées de la tribu, exprime selon lui, « le collectivisme du désert ». C’est sur ces grands espaces de la steppe que se produit, depuis les années 1870, un développement qui engendre une modification progressive et diversifiée du rapport au sol54. « Entre le Gebel et Amman (...) où la culture n’est pas nouvelle mais progresse (...) les villages sont relevés (...) des fellahs s’y établissent ». Exemples précis à l’appui, l’auteur relève les décalages existants dans le processus d’individualisation du foncier selon les tribus et les localisations : à Kérak la possession des terres de steppe est encore en indivis, chez les semi-nomades de Madaba le processus de passage à la propriété individuelle est plus avancé. La propriété des pâturages, nous dit-il, est plus indéterminée. L’herbe est un don de Dieu et « résiste à l’appropriation » ; elle est à la disposition de tous, mais l’espace est territorialisé. Le droit de libre parcours est reconnu mais rencontre des limites liées à l’état des relations entre les tribus.

  • 55 Elle figure dans l’Annexe A de Coutumes des Arabes.

46Jaussen a établi la liste des tribus et de leur territoire55, précisé les lieux de leur « habitat ordinaire », mais nous dit avoir, à de multiples reprises, en de multiples endroits, rencontré dans le désert des troupeaux de tribus « qui n’avaient aucune prétention à la possession du terrain (sur lequel elles se trouvaient) et qui cependant n’étaient pas inquiétées pour la libre pâture. » (1908 : 239). De ses observations, il dégage une règle générale tout en précisant les limites et les conditions d’application :

« Il semble vrai de dire que le droit de pacage est concédé à toute tribu indistinctement. (...) les tribus (du Negueb) se compénètrent pour le pâturage et, suivant la belle remarque d’un Terabin “conduisent leurs troupeaux dans les vallées arrosées et fécondées par la pluie d’Allah”. (...) Si une restriction existe à cette liberté, elle provient d’un autre motif (l’état de guerre ou l’hostilité avec la tribu maître du territoire). Cette liberté autorise cependant la tribu maître des lieux à exiger un droit de voisinage, droit de tanib, sur ceux qui s’installent sur son territoire. La liberté de pâturage, tout en étant réelle, est soumise cependant à certaines restrictions pour les tribus éloignées. » (1908 : 240).

  • 56 Pour ce qui est de la Syrie voir. F. Métrai (1997).

47Et Jaussen conclut : « D’après ces données on pourrait peut-être formuler la règle suivante : le (sic) steppe herbu est à tous les nomades, avec un certain droit de propriété pour la tribu dans le territoire de laquelle il se trouve. » (idem). Le législateur ultérieur, soucieux de clarifier les droits fonciers et le statut du sol, aura donc le loisir de fixer ou d’interpréter la coutume dans l’un ou l’autre sens et l’ambiguïté demeurera bien souvent entre droit écrit et pratiques régies par cette coutume56.

48La revendication des terres de pâturages par les tribus bédouines ne signifie nullement que celles-ci soient opposées à leur mise en culture mais qu’elles veulent en garder le contrôle et le profit. C’est ce qui apparaît nettement et que Jaussen s’attache à souligner dans le paragraphe sur l’agriculture.

« L’agriculture et la vie nomade paraissent être opposées : l’une demande la vie sédentaire, fixée au sol (...) l’autre veut l’indépendance dans les mouvements, la liberté d’allure, la possibilité d’abandonner aujourd’hui une campagne où on a promené sa tente et son troupeau (...). Les orientalistes ne manquent pas de noter cet antagonisme, de l’accentuer même dans son application spéciale à l’histoire d’Israël. Pourtant, il ne me semble pas impossible de parler d’agriculture à propos des nomades ; on en cherchera la raison, dans la nature spéciale du pays sur lequel porte cette étude... » (1908 : 240).

  • 57 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de R. Abujaber.

49Cette remarque introductive donne le ton de l’étude. Jaussen ne s’enferme pas dans les catégories toutes faites ; de manière didactique, en partant de ses observations, il va nuancer les oppositions trop tranchées que les orientalistes, mais aussi les « tenants du progrès et de la civilisation », font entre nomades et sédentaires, pastoralisme et agriculture. Ce n’est pas parce que les Arabes, y compris les semi-sédentaires, dédaignent le travail agricole, ne veulent pas tenir la charrue et prétendent ne point passer pour fellahs qu’ils ne s’intéressent pas à l’agriculture et ne participent pas à un développement dont ils (notamment les semi-sédentaires) ont souvent l’initiative. Alors qui laboure ces nouvelles terres des plateaux de l’est ? Jaussen répond à la question en détaillant les deux systèmes d’exploitation en vigueur dans l’agriculture, le contrat au quart et le contrat au cinquième et leurs variantes et en localisant leur mise en application57. En effet, nomades et semi-nomades ne labourent pas. Dans le premier système, un contrat au quart associe un paysan-laboureur, fellah, harratin, qui se présente « avec ses seules forces et son bon vouloir » et le maître du champ qui lui remet en mains les instruments de travail (bœufs, charme, semences). Traditionnellement ce sont « les montagnards » des montagnes d’Hébron, de Jérusalem ou de Naplouse qui descendent dans la plaine au moment des travaux saisonniers (labours, semailles, moisson) pour louer leur force de travail. Ils auront droit en échange au quart de la récolte. Ces « murabayy » sont alors nourris par leurs maîtres, semi-nomades, (Majali de Kérak, Azeizat de Madaba). Le contrat peut aussi être au tiers ou à la moitié si le paysan arrive avec son attelage, s’il participe à l’achat des semences, etc.

50Mais la région attire aussi de nouveaux venus, notamment des « paysans palestiniens », qui arrivent avec leur famille et leur attelage et passent accord avec un chef bédouin dont ils deviennent les métayers contre la remise d’un cinquième de la récolte. L’exposé de ce deuxième contrat, le contrat au cinquième, donne à Jaussen l’occasion d’une page d’histoire immédiate sur le mouvement de population qui pousse des paysans de Palestine à traverser le Jourdain :

« Les paysans de nos jours quittent la Palestine et vont chez les Arabes demander les moyens de vivre à un travail plus rémunérateur et plus tolérable. Le fellah prend avec lui son petit avoir, son âne et son bœuf, emmène sa femme et ses enfants et se présente à un cheikh bédouin, le suppliant de lui permettre d’habiter sur ses terres, de se construire une cabane ou de demeurer dans une grotte et de cultiver un terrain pour vivre. Au début, les chefs arabes firent mauvais accueil à ces propositions ; à leurs yeux, ces fellahs étaient des maraudeurs (...), cependant comme il ne refusent jamais l’hospitalité, ils autorisèrent ces nouveaux venus à se fixer au milieu des ruines d’une ancienne localité, leur assignèrent un terrain cultivable, et les laissèrent travailler en paix. Lorsqu’ arriva le moment de la moisson, le cheikh réclama le cinquième de la récolte. En retour, il promit sa protection aux fellahs et les considéra bientôt comme ses serfs, obligés envers lui et pouvant compter sur sa protection. Les paysans de Palestine s’estimèrent heureux de cette situation nouvelle qui leur donne un maître, capricieux peut-être, auquel il faudra un mouton de temps en temps, mais moins despote que celui à la tyrannie duquel ils se soustraient. Le cheikh arabe en effet protège ses serfs, même contre le Gouvernement auquel ils ne paient plus d’impôts. » (1908 : 242-3).

  • 58 « La terre cultivable est fort appréciée des bédouins, c’est leur force, la source de leur vie, il (...)

51Les nouveaux venus s’installent avec l’accord et la protection d’un chef de tribu bédouine et/ou du Gouvernement. Ces deux pouvoirs, souvent concurrents, s’efforcent de contrôler l’accès au sol cultivable. Les chefs bédouins prélèvent 20 % de la récolte, il arrive aussi qu’ils vendent une terre ; le Gouvernement exige l’impôt. Labourer une terre est un moyen de mettre la main sur le sol ; dans le contexte de l’époque, une terre fertile devient un enjeu convoité. Le Gouvernement joue le rôle d’arbitre en cas de conflit armé entre deux groupes revendiquant une terre vacante58. S’efforçant à une neutralité impartiale, Jaussen note que : « La progression des cultures est aussi due à la paix relative imposée aux tribus remuantes par le Gouvernement installé à Madaba, Kérak et Ma’an ».

  • 59 Dans cette région joue également « l’exemple que donnait aux bédouins la colonie chrétienne de Mad (...)

52Le phénomène revêt une ampleur considérable : dans les seuls environs de Madaba, Jaussen compte « une vingtaine de localités, désertes et muettes il y a dix ans, relevées de leurs ruines aujourd’hui, et abritant des cultivateurs qui par le travail ont ramené la vie et la fertilité »59. Par la référence constante aux « localités qui renaissent de leur ruines » Jaussen met l’accent sur une histoire qui se répète, faite d’abandons et de renaissances des villages, de recul et d’avancée du front de culture. Il s’écarte d’une conception évolutionniste ou progressiste qui pousserait à une vision linéaire du passage du pastoralisme à l’agriculture, du nomadisme à la sédentarité. C’est l’instabilité du peuplement, caractéristique de ces zones de marge qui est ainsi mise en relief.

53Dans ce tableau des changements intervenus dans les différentes parties de ce pays à la lisière du désert, Jaussen met en relief les relations économiques qui se tissent entre les différents acteurs autour de l’agriculture : nomades et semi-nomades « arabes », paysans sédentaires palestiniens, saisonniers montagnards. Il fait apparaître les hiérarchies et les complémentarités que le processus de changement accentue ou établit entre les populations diverses qui composent cette société.

  • 60 Ce blé était destiné à nourrir la tribu pendant l’hiver ; il était aussi en partie revendu aux pèl (...)

54Mais il s’intéresse aussi de près aux cultures. Ce sont des cultures en sec. On cultive essentiellement « le blé », froment, orge, lentilles, sans apport d’engrais ; la terre est laissée en repos un an sur deux ; un labour de printemps kirab (labour croisé) est effectué entre la moisson et les semailles, pendant l’année de jachère. Labours, semailles et moissons entraînent une migration saisonnière des montagnards (harratin) qui exécutent les travaux. La moisson n’est jamais garantie. Jaussen insiste sur le côté aléatoire de la récolte, consacrant un paragraphe à chacun des fléaux qui la menacent : la sécheresse, les vents, les deux sortes de sauterelles, le ver du blé, etc. Son souci d’inventaire, qui s’appuie sur le vocabulaire arabe, se manifeste pleinement dans l’énumération des phases de la culture, des instruments agricoles (de même lorsqu’il nous fournit la liste des poids et mesures en usage dans le commerce du blé, ou encore quand, plus loin, il énumère les noms arabes des juments ou de la chamelle). Le blé produit est très largement exporté. Le commerce du blé met en relation les nomades et semi-nomades et sédentaires de Moab qui ont des terres dans les plaines avec les « tribus de l’est » qui viennent s’approvisionner dans les villages. Les achats se font en été pour toute la saison. Les chefs de tribus envoient leurs hommes dans les villages. Le blé rassemblé autour de la tente du chef est emporté en caravane vers Tebouk. Le jeune chef des Atawneh, chez qui Jaussen enquête, devait emmener 12 000 sacs de blé60. Des marchands de Damas, fournisseurs des négociants de Naplouse et Jérusalem, font aussi la tournée des villages. Des caravanes partent régulièrement de Kérak vers Jérusalem et Naplouse.

55Le commerce du petit bétail est également actif entre Jérusalem et les hauts plateaux et à destination de l’Égypte. Jaussen signale que la demande croissante des marchands égyptiens a fait doubler et tripler en deux ans les prix de l’agneau. Mais Jaussen passe très vite sur l’incidence de l’élevage, notamment moutonnier, dans la vie économique, alors qu’il a pris par ailleurs une grande peine à préciser les droits sur les pâturages et les contrats auxquels il donnent lieu. Faut-il voir la marque de son origine rurale dans l’intérêt assez exclusif que manifeste Jaussen pour l’agriculture et le commerce ? Ou a-t-il estimé que c’était là un domaine suffisamment connu et qui, ne faisant pas l’objet de transformations significatives, ne valait pas la peine qu’on s’y arrête ?

« La vie économique d’une famille demi-nomade »

56Cette lacune concernant l’élevage n’est que très partiellement comblée dans l’article présentant « La vie économique d’une famille demi-nomade à Madaba : les Sualha » (1914) qui vient pourtant fort bien compléter le tableau général du pays de Moab dressé dans Coutumes des Arabes.

  • 61 Voir l’introduction d’A. Savoye à la réédition de La méthode sociale de Le Play.
  • 62 Illustrée dès 1860 par la monographie d’une famille de paysans du Hauran.
  • 63 Antoine Savoye, (op. cit., p. 60). Publiée en 1886, La Nomenclature va être la méthode appliquée p (...)

57L’influence de la méthode mise au point par le courant sécessionniste des leplaysiens regroupés autour de la revue La Science sociale par la méthode de l’observation61 était perceptible dans Coutumes des Arabes. Nous l’avons signalée en particulier à propos de la vie économique. Elle est très précisément illustrée dans l’article que Jaussen publie six ans plus tard dans cette revue. La méthode de la « monographie des familles pour accéder à la connaissance des sociétés »62 mise au point par Tourville en 1886 dans sa Nomenclature des faits sociaux, à l’intention des chercheurs géographes et sociologues qui participent à la revue, s’appuie sur une relecture critique de La méthode sociale de Frédéric Le Play. Elle doit favoriser la description méthodique de la réalité, en isolant les faits sociaux essentiels, mais surtout permettre d’accéder à une explication, par l’étude de l’action et de la réaction des faits les uns sur les autres. La famille, qui est chez Le Play un objet à partir duquel on peut inférer le fonctionnement des sociétés, devient avec Tourville un moyen d’accès à l’organisation sociale. « La Nomenclature n’est donc pas un outil simplement descriptif ; après la phase de mise à plat, elle doit servir à recomposer le tout d’une manière explicative »63.

  • 64 (qui) « Étudie des organisations sociales, analysant leurs éléments constitutifs (le milieu physiq (...)

58Jaussen n’avait pu se livrer à cette recomposition au niveau du pays de Moab. Il s’est limité, dans Coutumes des Arabes, à la description et à l’analyse des éléments constitutifs (autrement dit à « la mise à plat ») ; il s’en explique et s’en excuse. La recherche d’explication à travers une mise en relation des éléments est toutefois constamment présente, comme nous l’avons vu à propos du droit. L’article consacré à la vie économique d’une famille demi-nomade est un texte beaucoup plus achevé qui offre à Jaussen l’occasion de cette recomposition. Il suit très étroitement la méthode du groupe de La Science sociale64.

59Jaussen ne reprend pas la présentation générale du pays qui a fait l’objet de l’ouvrage initial. Son article apparaît comme une étude localisée (à Madaba), menée à l’échelle de l’unité domestique, qui lui permet d’éclairer le fonctionnement et la vie économique d’une « communauté » de semi-nomades. Il s’attache à montrer les interactions entre le mode d’organisation sociale (celui d’un groupement patriarcal), la morale bédouine (l’attachement à l’honneur), et la vie économique (activités, ressources, dépenses).

60Le « groupement patriarcal » qui lui sert d’exemple est celui des quatre « iyâl » des fils du shaikh de la petite tribu semi-nomade des Azeizat venue s’installer à Madaba en 1879. Il en connaît l’histoire et les membres de longue date car c’est celui auquel appartient son guide. A la mort du père, les quatre frères sont restés groupés sous le même toit, continuant à faire pot commun. Les quatre points autour desquels s’organise l’étude de la vie économique sont : la composition de la famille, son travail, ses ressources et ses dépenses.

  • 65 Ce qui fait apparaître une mortalité infantile considérable : huit enfants morts sur treize ; cinq (...)

61L’unité domestique regroupe vingt et une personnes, cinq ménages et leurs enfants. Jaussen nous en détaille la composition, précisant sans commentaire, pour chaque ménage, le nombre d’enfants décédés et vivants65, la distribution de l’autorité entre les quatre frères, entre les hommes et les femmes, la manière dont se prennent les décisions, les motifs qui les inspirent. « Cette unité est aussi forte au point de vue moral et économique » (1914 : 6).

62Les attributions personnelles des quatre chefs de la communauté qui se répartissent rôles et fonctions vont de pair avec une diversification des activités et des ressources économiques (alliant élevage, agriculture, commerce) et le souci d’entretien des relations sociales indispensables à ces activités. La stratégie familiale et économique que cette répartition révèle est significative des réponses apportées aux conditions de vie précaires qui caractérisent ces marges arides et au rôle d’intermédiaire que peuvent jouer ces localités où se fixent les semi-nomades.

  • 66 « A toute réunion humaine il faut une autorité. Chez les Sualhah, le commandement appartient à l’a (...)

63L’aîné66, qui reste au village, reçoit dans sa madafa les bédouins et hôtes de passage, s’acquittant de la charge de représentation, d’hospitalité, en rapport avec le statut de chef tribal. C’est lui qui assure les relations avec les autorités gouvernementales. Il tient la boutique de tissus ouverte depuis peu par la famille.

64Le second, le guide de notre hôte, parcourt la steppe et a pour fonction d’entretenir les relations avec les bédouins ; il négocie avec les nomades « les conditions d’une entente pour l’ensemencement d’un terrain ou pour un prêt d’argent » ; il commerce avec eux, allant l’été, après les moissons, avec un mulet, vendre des étoffes aux Arabes du Belqa : « il est allé offrir la marchandise aux nomades, chez eux ».

65Le troisième est le muzar’i, celui qui « prend en mains le travail des champs », sur les terrains que la famille possède et sur ceux qu’elle a loués aux bédouins selon différentes formules (ce qui donne à Jaussen l’occasion de décrire un autre mécanisme d’acquisition des terres à défricher) ; il passe contrat de métayage (contrat au quart) à la saison des semailles avec les trois familles de harratin (fellahs de Palestine occidentale) qui effectuent le gros du travail (labours et moisson). Il y a donc bien une stratégie d’extension de la surface cultivée.

66Le quatrième a la surveillance du troupeau (250 brebis, un berger attitré loué à l’année), il passe six mois de l’année sous la tente, recueille le lait, prépare le beurre nécessaire à toute la famille pendant l’année.

67Chacun a son domaine de responsabilités et concourt, selon ses compétences, selon les besoins et les opportunités, à la bonne marche de l’ensemble : « Aux champs, à la boutique, dans les campements voisins, sur la route de Jérusalem, les quatre frères, chacun dans sa sphère travaillent au maintien et à l’accroissement du pécule familial. »

68Cette économie illustre bien au niveau d’une famille l’évolution générale de cette zone de transition que Jaussen nous a précédemment décrite. Les atouts de ces semi-nomades (connaissance du désert et des tribus bédouines) sont mis à profit dans les activités commerciales (boutique au village, commerce itinérant en tribus pour les étoffes achetées en gros à Damas, transport du blé par chameau en petite caravane jusqu’à Jérusalem). Commerçants en tribu et notables locaux, ils sont les intermédiaires obligés entre la ville et les bédouins auxquels ils consentent des avances saisonnières en argent ou en blé. Ce crédit rémunéré par un jeu sur les prix, est qualifié par Jaussen de « commerce d’argent ». Jaussen note cependant la modestie de ces divers activités commerciales : « Il ne saurait être question, dans cette communauté, de véritables entreprises commerciales : les moyens ne le permettent guère et le pays lui-même n’est pas encore ouvert au grand négoce. Il s’agit bien plutôt de la mise en œuvre dans un modeste rayon, de facultés chères aux Orientaux, pour s’adapter aux circonstances et tirer profit, avec intelligence de la situation actuelle. » (1914 : 14).

69L’année de l’étude, 1913, marque pour la famille des Sualhah un tournant (cependant nullement irréversible). Pour faire face à des dettes résultant de conflits avec d’autres groupes tribaux et sauver l’honneur familial (c’est là que nous retrouvons l’éthique et le droit bédouin, la solidarité du groupe, les luttes constantes entre groupes et leur modes de règlement), les deux aînés décident de vendre le troupeau et la tente devenue de ce fait inutile. Les cadets initialement opposés à cette décision s’y rallient. La vente du troupeau paie les dettes et permet d’acquérir un chameau supplémentaire. Le plus jeune des frères se met alors au transport caravanier. Les semi-nomades sont, par nécessité, devenus sédentaires. Mais rien ne nous dit qu’en des temps plus favorables quand ils auront pu réunir à nouveau un capital, ils ne rachèteront pas un troupeau.

70Jaussen établit, pour cette même année, un budget extrêmement précis des ressources et des dépenses allant de pair avec chaque activité, les conditions de chaque contrat. Il détaille les moyens de production dont dispose la famille : trois paires de bœufs pour le labour, deux mulets pour fouler le blé sur l’aire, trois juments pour faire les courses, cinq chameaux avec deux ânes pour le transport des gros fardeaux, un troupeau de chèvre qui fournit le lait à la famille. Il nous énumère enfin les menus dépenses ou les bénéfices qu’il n’a pu comptabiliser (les frais d’un voyage à Jérusalem, les travaux de tissage des femmes, le gain tiré de la vente d’une pouliche ou de l’entretien d’une basse-cour) « mais qui ne modifie pas d’une façon notable, les recettes budgétaires » : « Qu’il nous suffise, pour le moment, d’avoir montré comment, dans une maison patriarcale, 21 personnes, en dehors d’un berger et de trois laboureurs, ont eu, en commun, pour vivre, des revenus s’élevant au total de 6 860 francs. » (1914 : 20)

71Avec la même précision, Jaussen détaille ensuite les dépenses (de nourriture, de vêtements) sans oublier les impôts et les dettes (contractées à l’occasion du mariage du fils d’un des frères, ou pour régler les frais de justice permettant de sortir le plus jeune frère de prison) : « Cet argent fut emprunté aux dures conditions du taux des intérêts chez les Arabes ».

72L’auteur ne formule pas de jugement sur ce « système communautaire » ; il se garde, nous dit-il, d’en faire l’éloge ou de le blâmer. Il constate cependant « les avantages incontestables d’une vie commune pour diminuer les dépenses, faciliter l’existence et donner un appui aux membres faibles ». Autrement dit, pour faire face aux aléas des ressources et de la vie particulièrement importants dans ces zones de marges et à cette époque troublée. Il mentionne également les désavantages de « cette vie patriarcale : indolence, insouciance, manque d’énergie et d’élan dans la gestion des affaires et l’entretien de la maison ». Cette dernière remarque, qui est tout de même un jugement de valeur, renvoie à la description de l’habitat (une seule pièce pour ces cinq ménages et le bétail) et aux remarques du début sur l’aspect frustre ou frugal de leur genre de vie. La diversification des ressources ne doit pas en effet nous leurrer sur les conditions matérielles du groupe qu’il étudie. La période est difficile et les jeunes gens du village entrevoient l’émigration vers les Amériques comme une nouvelle ressource. Les départs se font en groupe : quarante-deux départs en 1912 à Madaba (dont le jeune marié de la famille) et il en prévoit plus encore pour le printemps 1913.

73Cet article, qui fournit à l’historien des données économique extrêmement précises, présente pour l’ethnologue un intérêt majeur. On ne peut en effet qu’être frappé par l’étroite similitude des stratégies familiales de ces populations des marges arides. Jordanie du début du siècle ou Palmyrène syrienne des années 1980, les modes de gestion du risque et de l’aléatoire, les pratiques économiques, mais également le conservatisme social, offrent de multiples points communs.

74Les études menées par Jaussen sur « les Arabes » au tournant du xxe siècle, avec le parti pris du refus de théorie, mais le souci d’une retransmission fidèle des faits, observés de manière méthodique, expliquent l’intérêt que le chercheur, ethnologue ou historien, peut avoir aujourd’hui à se reporter aux ouvrages susmentionnés.

  • 67 Parles précisions et les nuances qu’elle apporte sur « les Arabes », l’élevage pastoral et l’agric (...)

75En choisissant d’étudier un pays dans sa diversité et son unité, Jaussen se donne l’opportunité d’englober nomades, semi-nomades et semi-sédentaires67 et d’étudier leurs relations économiques dans une période de transition où les changements (politique, économique, technologique) appellent une transformation des modes de vie, mais où « les usages du désert », restent en vigueur.

76C’est dans les usages bédouins qui modèlent les relations et s’imposent aux différents groupes, que Jaussen saisit « l’état d’esprit du nomade », l’unité du pays étudié. Le droit bédouin qu’il reconstitue, dont il essaye de pénétrer les règles, les pratiques, les valeurs, est l’expression de la culture, de ce qu’il appelle le caractère « arabe ».

77La culture matérielle intéresse peu l’auteur. La vie économique, les transformations économiques, sont abordées moins par les techniques ou les productions que par les règles, les contrats, qui donnent forme aux relations entre les différents acteurs et modèlent les processus. L’économique s’inscrit dans le culturel. Cet angle d’approche met en relief les permanences.

78La variété des acteurs intervenant dans le Sud jordanien au début du siècle, les formes de complémentarité qui s’établissent entre eux pour répondre aux changements, le processus de la mise en culture des terres de steppe peuvent être mis en parallèle avec ce qui s’opère dans une zone périphérique similaire, au nord du désert syrien, à la même époque et avec ce qui s’est répété depuis, à différents moments de transformation et d’avancée du front de culture : même types d’acteurs, même répartition des rôles, mêmes contrats, lors de processus (réversibles) mais qui se répètent entre 1940-1955 et entre 1973-1989. Les innovations technologiques, la mécanisation, la motorisation ont, au cours du siècle, transformé les techniques agricoles, l’élevage, le transport, l’habitat ; les perspectives économiques de la région du Moyen Orient ont été bouleversées par le pétrole. Partout la présence autoritaire et « civilisatrice » de l’État s’est affirmée et la steppe est devenue un espace sûr, intégré dans l’ensemble national. Mais les formes culturelles dans lesquelles s’inscrivent les rapports sociaux et économiques des populations locales sont restées étonnamment stables.

79Leur permanence à travers le temps et l’espace semblent indiquer qu’elles se réfèrent à des valeurs communes, acceptées (ou imposées) mais connues et reconnues par les « gens du désert » ; elle traduit le maintien d’une culture de l’oralité encore partagée par ceux qui se désignent ou sont désignés comme ‘Arab « gens des tribus de la steppe », nomades, semi-nomades et sédentaires des cités-oasis au carrefour des circulations nomades telles que Ma’an (ou... Sukhné).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bocco R. (1985), « La notion de dirah chez les tribus bédouines en Jordanie. Le cas des Beni Sakhr », in Cannon B. (ed.) Terroirs et sociétés dans le monde arabe, Études sur le monde arabe, n° 2, Lyon, Maison de l’Orient, p. 195-217.

Bocco R. (1996), État et tribus bédouines en Jordanie 1920-1990, Thèse de Doctorat, Institut d’Études politiques, Paris.

Charles H. (1938), Tribus moutonnières du Moyen-Euphrate, Document d’Études orientales, T. VIII, Damas, Institut français.

Eickelman D. (1981), The Middle East, An Anthropological Approach, New Jersey, Prentice Hall.

Hannoyer J. (1979), « Essai d’histoire socio-économique des villages de la Basse-vallée de l’Euphrate », Revue de géographie de Lyon. Problèmes agraires en Syrie, l’eau, l’État et les paysans, n° 59, p. 271-280.

Hannoyer J. (1981), Campagnes et pouvoir en Syrie ; essai d’histoire socio-économique sur la région de Deir ez-Zor, Thèse de troisième cycle, EHESS, Paris.

Irons W. et Dyson-Hudson N. (1972), « The Study of Nomads », Journal of African and Asian Studies, n. 1 and 2, p. 2-11.

Jaubert R. (1993), « Évolution des systèmes agro-pastoraux et politiques de développement des régions sèches de Syrie », in Bocco R., Jaubert R. et Métral E (éd.) Steppes d’Arables. États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Genève, IUED et Paris, PUF, p. 161-175.

Jaussen A. (1908), Coutumes des Arabes au pays de Moab, Paris, Gabalda.

Jaussen A. (1914), « La vie économique d’une famille demi-nomade, les Sualha de Madaba », La science sociale par la méthode de l’observation, mars, p. 3-28.

Lagrange M.-J. (1967), Souvenirs personnels, Paris, Le Cerf.

Le Play F. (1989), La méthode sociale. Abrégé des ouvriers européens, Présentation d’A. Savoye, Paris, Méridiens-Klincksieck, coll. Analyse institutionnelle.

Lewis N. (1987), Nomads and Settlers in Syria and Jordan 1800-1980, Cambridge, Cambridge University Press.

Métral F. (1993), « Élevage et agriculture dans l’oasis de Sukhné (Syrie) ; La gestion des risques par les commerçants entrepreneurs », in Bocco R., Jaubert R. et Métral F. (éd.) Steppes d’Arables. Etats, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Genève, IUED et Paris, PUF, p.195-221.

Métral F. (1997), « Biens tribaux dans la steppe syrienne, entre Coutume et droit écrit », Revue d’études sur la Méditerranée et le monde musulman, n. 79-80, p. 83-106.

Métral F. (1998), « Zones arides du Proche-Orient, projets de développement et outils d’analyse », in Baland D. (éd.) Mélanges de Planhol, T. II, à paraître.

Robertson-Smith W. (1903), Kinship and Marriage in Early Arabia, Londres.

Rogan E. (1991), Incorporating the Periphery : The Ottoman Extension of Direct Rule over Southeastern Syria (Transjordan) 1887-1914, Ph.D. dissertation, Cambridge, Massachussets, Harvard University.

Notes

1 Pas de recension à l’époque dans l’Année sociologique. En 1948, la réédition des Coutumes des Arabes donne lieu à un compte-rendu, en parallèle avec l’ouvrage de Robert Montagne, La civilisation du Désert, dans la Revue biblique.

2 Voir chap. 2 : « Intellectual Predecessors ; The Rediscovery of the Middle East », p. 27-44.

3 En dépit de la très grande discrétion de l’auteur sur les événements politiques concernant le « gouvernement de Constantinople » ou encore « le gouvernement de l’Arabie centrale ». La révolte des Jeunes Turcs n’est mentionnée dans les Voyages en Arabie que par allusion « au vent de liberté qui soufflait... » et au relâchement des officiers turcs sur le chemin de fer. La seule référence à la révolte des Majali de Kérak apparaît en note dans l’article de 1914.

4 Avec Jean Hannoyer et Jean Métrai.

5 Le droit bédouin a été officiellement aboli en Syrie par décrets en 1958 et 1965.

6 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de J.-M. de Tarragon.

7 Avant-propos de la Revue d’Etudes bibliques, (RB) n. 1, 1892.

8 Jaussen applique sans nul doute les consignes du Père Lagrange à qui on a précisé dans la mission qui lui a été confiée : « Il sera important d’habituer vos élèves à tenir la plume pour rédiger un rapport scientifique ; ces travaux amassés au jour le jour seront plus tard des matériaux précieux pour une œuvre d’ensemble. » (...) Ne vous liez pas à ceux « qui ne comprennent pas la portée d’observations désintéressées qui préparent, mais à longue échéance, les conclusions vraiment scientifiques... créez un bulletin spécial pour vous. Il faut que vos renseignements, vos observations, vos rapports soient enregistrés quelque part ; ils le seront dans le bulletin que vous créerez... En Angleterre on a le Quarterly de l’Exploration Fund, en Allemagne le Palestina Verein, il faut avoir le nôtre en France. » Voir « Correspondance entre Dominicains, 1890 », publiée en annexe des Souvenirs personnels du P. Lagrange (1967).

9 Par manque de financement, l’École biblique n’ouvre pas de fouilles (Souvenirs personnels du P. Lagrange). Les missions archéologiques qu’elle mènera pendant toute cette période sont des missions d’exploration.

10 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de R. Escande.

11 Les recensions que l’on trouve dans la Revue biblique, par exemple sur le Congrès international des Orientalistes de 1903, nous montrent cependant, qu’à travers la revue et l’École, les Pères sont en contact avec le milieu orientaliste de l’époque.

12 Les travaux ethnographiques de Jaussen sont circonscrits à la période de 33 ans qui sépare son arrivée à Jérusalem en 1890 de son départ pour l’Égypte en 1928 à l’âge de 56 ans, sans renouveler les activités de recherche ethnographique de sa jeunesse.

13 Le deuxième volet de sa recherche ethnographique, qui touche à l’ethnographie urbaine, Naplouse et son district, coutumes palestiniennes et qui prend place après guerre, dans un contexte politique radicalement différent (celui du mandat britannique), sera le propos de J. Métrai dans cet ouvrage. Ses activités pendant la période de la guerre de 1914 sont traitées ici par H. Laurens.

14 Voir la bibliographie des travaux ethnographiques dans ce volume.

15 Le terme « Arabe » est employé dans l’usage local au Moyen Orient pour désigner le monde des tribus (arabes) nomades et semi-nomades, les gens vivant dans le désert et ses confins.

16 Voir Rogan, 1991.

17 La présence des militaires est concentrée en quelques points, notamment dans les gares, le long de la voie de chemin de fer. « Depuis l’établissement de la station de Qatraneh, dénommée pompeusement la gare de Kérak, à six heures de distance, la route du Mogib n’est plus gardée ; les pillards peuvent donc s’y donner libre carrière.. » (Jaussen, 1908 : 8).

18 Les tribus n’hésitent pas à faire le coup de feu pour préserver leur indépendance et échapper à l’impôt sur les troupeaux, voir l’épisode rapporté dans Coutumes des Arabes, p. 405

19 En encourageant, notamment, le passage à l’agriculture et le travail des champs chez des demi-nomades qui y répugnaient (Jaussen, 1908 : 240-1). Voir aussi la contribution de E. Rogan dans ce volume.

20 L’École organisait pour les étudiants des sorties (« à la découverte du pays biblique ») hebdomadaires le mardi et trimestrielles d’une durée d’une semaine.

21 Les « itinéraires » régulièrement publiés dans la Revue biblique nous renseignent à ce sujet. Voir, 1896, p. 440 et sq. « Itinéraire de Nakhal à ‘Ain Qedeis » ; 1903, p. 100 « Visite à Aqaba occupée par les Ottomans en 1902 » ; 1906, p. 442-464 « Itinéraire de Nakhel à Pétra ». Ainsi en 1906, pour mettre au point l’itinéraire de la caravane biblique à travers le Néguev, il doit s’adresser à quatre tribus différentes, en raison des guerres intestines entre elles. Voir Revue biblique 1906, p. 595-610 « Reprise de l’itinéraire de 1896 de Nakhel à Ain Qedeis ; notes destinées à expliquer la carte jointe ».

22 A la différence de celles qui ont précédé, et qui ont fait l’objet d’articles dans la Revue biblique, et des Missions archéologiques en Arabie qui vont suivre où l’observation ethnographique se fait « au fil du chemin » selon un itinéraire organisé en vue des relevés archéologiques et épigraphiques.

23 Les récits entendus dans la madafa du curé sur les événements du désert peuvent avoir motivé l’attention portée au droit et aux règles régissant les rapports entre tribus dans les enquêtes qu’ils mènent entre 1901 et 1905 (en 1898 sur le chemin de Pétra, les Pères Lagrange et Vincent avaient été victimes d’un rezzou qui a failli leur coûter la vie ; retournant sur place en 1903, Jaussen en recueillera le récit et identifiera les auteurs).

24 Au contraire, dans les Missions en Arabie, publiées avec Savignac, projet de l’École financé par l’Académie des Belles Lettres, Jaussen n’hésite pas à faire preuve de son érudition, à citer ou commenter les auteurs arabes classiques à propos de Teima (T. I). Il cite de même les voyageurs européens (Doughty, Hubert) auxquels il s’excusait de ne pas avoir eu accès dans Coutumes des Arabes. Il s’autorise enfin à faire des références à la Bible et au Coran.

25 Il introduira d’ailleurs, lorsqu’il sera recteur des études, le résultat de ses recherches dans les programmes d’enseignement, sous le couvert de l’archéologie et plus tard des études bibliques. Voir le programme de Licence et Doctorat de l’École en 1909 où un de ses enseignements s’intitule : « Archéologie biblique et orientale : usages et mœurs des Bédouins et des fellahs », ou encore le cours s’intitulant : « Législation et usage relativement au mariage » qu’il donnera entre 1910 et 1914. A la reprise de ses enseignements après la guerre, dans le programme de 1919-20, le cours s’intitulera « Législation et usages arabes en rapport avec la Bible ». Le savoir ethnographique produit est ainsi intégré dans les études bibliques.

26 Le deuxième ouvrage à caractère ethnographique, Naplouse et son district (1927), qui sera également un ouvrage personnel, reprendra dans son sous-titre le même terme, avec un qualificatif qui indique cette fois qu’il est passé de l’autre coté du Jourdain : Coutumes palestiniennes.

27 La première, « folk-lore », renvoie à la tradition ethnographique allemande, la deuxième au courant de la sociologie française initié par F. Le Play dans les années 1860 dont « La méthode sociale » est revue et corrigée par le groupe de la revue La Science sociale selon la méthode de l’observation, fondée par Tourville et Demolins en 1886. Nous y reviendrons plus loin. Notons, par ailleurs, que c’est en 1913 que renaît la société d’ethnographie française.

28 Par la Revue biblique et par sa présence aux grands congrès internationaux, il est en contact avec les milieux universitaires et orientalistes, comme en témoignent ses nombreuses recensions dans cette revue notamment son compte-rendu sur les différents ateliers du Congrès des Orientalistes de 1897 où il critique sévèrement les travaux de Frazer, Welhausen, etc.

29 Jusqu’à Franz Boas au début du xxe siècle, la distinction entre « les hommes de terrain » collectant les données ethnographiques et les hommes de cabinet, « les ethnologues en chambre », qui les rassemblent et les interprètent est nettement établie.

30 Robertson Smith (1846-1894) a fait parti du comité d’universitaires chargé de la traduction en anglais de la Bible (Eickelman, 1981 : 34).

31 Sur cette notion de « survivances » et leurs implications, voir la contribution de I. Maffi dans cet ouvrage.

32 Au même moment Franz Boas, en introduisant dans son enseignement ces mêmes règles, ramènera l’ethnologie ou l’anthropologie culturelle à une pratique plus scientifique et moins spéculative. De même, Durkheim et Marcel Mauss pousseront alors la discipline vers une approche plus positive des faits mettant en relief l’observation, la pratique de terrain et une vision plus holistique des sociétés. Le travail de Jaussen sur les bédouins, en dépit de sa marginalité, se retrouve ainsi par certains aspects, à l’époque, à l’avant-garde de la discipline.

33 Il le rappellera dans l’introduction de chacun de ses chapitres (par ex. « La famille », p. 11 ; « La religion, Allah », p. 287).

34 Voir l’introduction à la présentation de la liste des tribus dans Coutumes des Arabes.

35 « Ce n’est qu’après un séjour prolongé que l’Européen, même au courant de la langue littéraire, peut distinguer et percevoir nettement les sons de la langue parlée, d’autant plus que les bédouins en question diffèrent, d’une façon assez notable pour la prononciation et la tournure de la phrase, des fellahs de Palestine. » (1908 : 88).

36 Voir la photo de Robertson Smith (1902) en « ‘Abdallah effendi » dans Eickelman (1981 : 35).

37 Ceci lorsqu’ il se trouve dans le pays de Moab. La situation sera différente lors des voyages en Arabie. On prendra un temps les Dominicains pour des ingénieurs de la Compagnie du chemin de fer.

38 « J’ai dû circonscrire le cadre de mes recherches, le temps et les ressources ne me permettant pas de l’étendre davantage. Je me suis donc borné à étudier les nomades et les demi-sédentaires de Moab, sans m’interdire de fréquents rapprochements avec les habitants du Négeb » (1908 : 6).

39 Madaba et ses mosaïques ont été une des premières destinations des caravanes bibliques et devient le centre à partir duquel il rayonne ; Kérak, Ma’an, qui font pour ses enquêtes ethnographiques l’objet d’expédition spécifiques, ont été des étapes des itinéraires archéologiques et déjà visitées.

40 Les montagnards apparaissent à plusieurs reprises dans son texte, dans leurs interactions avec les bédouins, comme relevant d’un type distinct porteur d’autres caractères et d’autres mœurs.

41 Dont il nous fournit la liste et celle de leurs propriétaires dans Coutumes des Arabes, dans le chapitre sur la vie économique.

42 « Aujourd’hui les conditions de l’existence entrent dans la voie des modifications, sous la double influence du gouvernement et de la construction du chemin de fer du Hedjâz. Depuis l’installation du qaimaqam, les luttes intestines qui désolaient la région ont pris fin et la voie ferrée apporte rapidement les produits de Damas. Les magasins se sont multipliés et l’activité ne fait qu’augmenter ; mais les Arabes y conservent toujours intacts leurs usages et un rendez-vous si fréquenté de tous les bédouins ne saurait être négligé par celui qui veut connaître la vie nomade » (1908 : 10).

43 Le « pays » est une échelle qu’affectionnent dans leurs études les géographes du courant leplaysien de La Science sociale par la méthode de l’observation dirigé par Demolins, revue qui a probablement, déjà à l’époque, influencé la démarche de l’auteur ; nous y reviendrons plus loin.

44 Jaussen préfère le terme de « demi-nomades », comme en témoigne son article de 1914.

45 Il nous fournit une liste de ses informateurs dans les 12 ou 13 tribus qu’il a visitées. Le lieu ou la tribu concerné sont en général mentionnés dans son exposition des faits ; il précise également s’il s’agit de nomades ou semi-nomades. Cependant, si les faits sont situés, nous ne savons pas toujours qui les lui a rapportés ou dans quelles circonstances il les a observés. Le P. Lagrange, avec sa rigueur critique, lui en fait d’ailleurs le reproche. Dans le récit de l’exode des Azeizat ( 1908 : annexe), par exemple, il laisse au lecteur le soin de décrypter ce qui est la parole du cheikh et les ajouts ou apports du curé latin qui pourraient expliquer le glissement d’interprétation au cours du récit d’un conflit de tribus à un conflit confessionnel opposant chrétiens et musulmans, et faire apparaître l’influence politique des missionnaires.

46 Auxquelles s’ajoutent trois annexes : l’inventaire des tribus de Moab, des tribus du Nequeb (sic) et le récit de l’exode des Azeizat.

47 Ce dernier champ sera approfondi par la suite dans l’article de 1914.

48 Il récidive avec Les Foqqara (1914-1920) Mission en Arabie T. II, prévenant le lecteur quasiment dans les mêmes termes et repoussant à plus tard cette tâche que la guerre et ses autres fonctions ne lui laisseront pas le loisir d’accomplir.

49 A la différence d’un autre ouvrage, beaucoup plus tardif, portant sur la question : J. Chelhod (1971) Le droit dans la société bédouine, recherches ethnologiques sur le ‘orfou droit coutumier bédouin, Paris.

50 Ces textes pourraient aujourd’hui alimenter le courant de l’anthropologie compréhensive ou interprétative orientée sur la recherche de sens, du fait de l’accent mis sur les pratiques, les stratégies, les règles et l’esprit du jeu, l’interprétation des règles selon la conjoncture et les situations.

51 « Cette alliance ne se contracte et en droit ne peut s’établir qu’entre des tribus voisines, vivant dans un contact perpétuel (...) l’éloignement est un premier obstacle à la conclusion de cette alliance. J’en nommerai un second, l’état d’hostilité perpétuelle entre deux tribus » (1908 : 151).

52 « Au désert, comme dans les pays décorés du nom de civilisés, certains groupes d’êtres humains semblent prédestinés à une lutte incessante les uns contre les autres » (1908 : 152).

53 Ce procédé est identique à celui que décrit J. Hannoyer (1979) pour les tribus de l’Euphrate qui ont continué à l’appliquer jusque dans les années 1930.

54 « Il y a une quarantaine d’années seulement, la plupart de ces terres étaient reconnues se trouver sur le territoire d’une tribu et appartenir à cette tribu mais au même titre que tel pâturage (...) Ces champs, sur le territoire de la tribu, n’appartenant à personne, étaient appelés ard shamsiyeh (...) aujourd’hui, ils sont la propriété des cheikhs » (1908 : 237).

55 Elle figure dans l’Annexe A de Coutumes des Arabes.

56 Pour ce qui est de la Syrie voir. F. Métrai (1997).

57 Voir, dans cet ouvrage, la contribution de R. Abujaber.

58 « La terre cultivable est fort appréciée des bédouins, c’est leur force, la source de leur vie, ils savent parfois la revendiquer avec énergie » (1908 : 246). Jaussen nous raconte à ce propros le conflit sanglant qui opposa, peu avant son passage, des montagnards Qeisah et des bédouins qui utilisaient jusque là en alternance, pour leurs troupeaux, les pâturages situés sur le territoire d’une tribu en voie d’extinction. Les montagnards voulurent mettre la terre en culture, les bédouins s’y opposèrent par la force.

59 Dans cette région joue également « l’exemple que donnait aux bédouins la colonie chrétienne de Madaba qui prospérait et se développait grâce au travail, à la richesse qu’elle savait tirer du sol par la culture » (1908 : 243).

60 Ce blé était destiné à nourrir la tribu pendant l’hiver ; il était aussi en partie revendu aux pèlerins de la caravane du Hajj.

61 Voir l’introduction d’A. Savoye à la réédition de La méthode sociale de Le Play.

62 Illustrée dès 1860 par la monographie d’une famille de paysans du Hauran.

63 Antoine Savoye, (op. cit., p. 60). Publiée en 1886, La Nomenclature va être la méthode appliquée pendant une vingtaine d’années par le groupe de La Science sociale. Robert Pinot est le premier à en démontrer la valeur dans l’étude du Jura bernois en 1887-89.

64 (qui) « Étudie des organisations sociales, analysant leurs éléments constitutifs (le milieu physique, le travail, le régime de propriété, les modes d’existence de la famille, la territorialisation, le système de gouvernement) et les relations entre eux. » Voir A. Savoye (op. cit., p. 60).

65 Ce qui fait apparaître une mortalité infantile considérable : huit enfants morts sur treize ; cinq sur dix ; deux sur trois ; un sur un ; deux sur quatre, respectivement dans les cinq ménages que compte le foyer.

66 « A toute réunion humaine il faut une autorité. Chez les Sualhah, le commandement appartient à l’aîné, au grand “ilkebîr”. Selman, présent à la maison, à la direction générale. »

67 Parles précisions et les nuances qu’elle apporte sur « les Arabes », l’élevage pastoral et l’agriculture, cette étude corrige des représentations souvent trop tranchées et nous incite à revoir les catégories « sédentaires » et « nomades » et leurs usages, dont la remise en cause est toujours à l’ordre du jour. Voir F. Métrai (1998).

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter