Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Première partie. Antonin Jaussen : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe

Situation de l’exégèse en France au temps du Père Lagrange

The State of Biblical Exegesis in France at the Time of Father Lagrange

Marcel Sigrist

Résumé

Jusqu’au Moyen Âge, la Bible a constitué l’univers “ mythique ” des croyants, offrant une genèse, une eschatologie et un ordre du monde éthique et moral, structure basée sur un texte inspiré par Dieu. Cette certitude a été progressivement remise en question par l’analyse de la Bible et sa mise en rapport avec les découvertes des sciences modernes. Le résultat de plusieurs siècles de conflits entre théologiens et scientifiques amena à reconnaître que la Bible était inscrite dans l’histoire. Dans cette perspective, aller en Terre sainte au XIXe siècle pour découvrir ce pays découlait logiquement de cette nouvelle approche de la Bible comme livre venant de Dieu, mais inscrit dans un temps et un espace propres qu’il devenait légitime d’étudier sur place.

Until the Middle Ages, the Bible was the basis for the mythical universe of the believers. The Holy Book provided a genesis, an eschatology, and an ethical and moral order for the world. This structure rested on a divinely inspired text. This certainty was progressively shaken by an analysis of the Bible itself and by the advancement of modem scientific knowledge. As a result of centuries of conflict between theologians and scientists, it was finally acknowledged that the Bible was inscribed in history. From this perspective, it became logical in the 19th Century to go to the Holy Land to discover also the physical aspects of the terrain: if the Book was divinely inspired, it was also the product of a specific time and space, and it was legitimate to study both on the spot.

Texte intégral

1En ouvrant à Jérusalem en 1890 une École des hautes Études bibliques, le P. Lagrange souhaitait, pour étudier la Bible dans le milieu même où elle avait été écrite, vivre dans ce qui fut son environnement géographique, historique et humain originel. Il voulait associer le texte de la Bible à son contexte, ne plus dissocier les mots des choses auxquelles elles font référence, du milieu qui l’a vu naître. En fait il s’agissait de faire appel à une autre forme de tradition pour garantir l’historicité, la véracité de la Bible, tradition qui dort dans les strates archéologiques, qui demeure dans les ruines et même continue d’être vécue à travers les us et coutumes des habitants du crû. C’était en fait chercher et vouloir trouver le fait historique sur le terrain même par delà les innombrables spéculations philosophiques sur le caractère humain, mythique ou divin du texte de la Bible.

2Ainsi s’ouvrait une double voie de recherche pour les jeunes qui suivraient le P. Lagrange à Jérusalem :

  • la recherche philologique sur les textes anciens, recherche menée au couvent de Jérusalem, s’appuyant sur la maîtrise des nombreuses langues orientales, aidée par les livres et dictionnaires que fournissait une bibliothèque en voie de constitution ;
  • la prospection sur le terrain qui dépassait de loin les limites de ce qu’on a coutume d’appeler la Terre sainte, prospection qui n’excluait aucun élément de la vie et qui donc se voulait autant géologique, géographique, climatique, épigraphique qu’humaine, dans l’espoir de retrouver dans cette inépuisable documentation des traces, des informations ou même des parallèles qui éclaireraient et authentifieraient le passé biblique ou permettraient de le placer dans son vrai cadre historique, à rencontre de ceux qui n’y voyaient que mythes ou fables.

3Le déploiement de ces activités sur le terrain devait contribuer à la recherche sur des brûlantes questions de l’heure. En effet si la Bible est bien un livre qui relate des faits du passé, pour être plus précis l’Histoire sainte d’Israël suivie de l’histoire de Jésus et des origines de la chrétienté, il en était beaucoup du temps du P. Lagrange pour contester radicalement soit la valeur historique de ces textes, soit leur inspiration divine et donc le message surnaturel qu’ils devaient apporter aux croyants. Bref, la Bible restait un beau texte de l’Antiquité, tout comme les œuvres des poètes grecs ou celles d’Homère. Mais rien dans son contenu ne résistait aux différentes critiques dont elle faisait l’objet.

4Il importait au Père Lagrange en tant que croyant et prêtre dominicain de défendre par son travail le caractère religieux et donc, aussi, jusqu’à un certain point, le caractère historique de la Bible. Et il estimait qu’une des voies possibles pour cette réhabilitation de la révélation biblique consistait à explorer le lien que l’on peut établir entre le texte et le milieu où il est apparu. Une telle démarche était neuve pour autant que pendant des siècles, dans la chrétienté, la Bible s’est lue hors contexte, comme un simple livre qui apporte le salut au croyant, détaché en quelque sorte de son Sitz-im-Leben.

5Il aura fallu les radicales remises en question sur le statut de la Bible tout au long des xviiie et xixe siècles pour que l’exégèse catholique sorte des ornières d’une scolastique dépassée. On suivra rapidement et à grands traits, depuis la Renaissance, le cheminement du doute dans l’esprit des chercheurs, doute qui culminera pour certains dans la totale disqualification de la Bible comme livre révélé, ce livre étant réduit à une œuvre humaine avec toutes les erreurs afférentes à une telle œuvre. Il reviendra aux croyants protestants et catholiques de défendre la révélation qui peut transparaître dans ce texte.

L’EXÉGÈSE TRADITIONNELLE

6Une certaine forme d’exégèse, à savoir la relecture et la réinterprétation du texte, est constitutive du corpus biblique comme tel, car tout au long des âges, des textes n’ont cessé d’être repris et chargés de nouvelles significations. Ainsi le Magnificat et le Benedictus dans l’évangile de Luc ne sont que des échos de l’Ancien Testament. Tout aussi frappant et illustratif dans le Nouveau Testament est l’affirmation que Jésus accomplit l’Ancien Testament. L’Épître aux Hébreux, notamment, présente Jésus comme le nouveau grand-prêtre, celui qui accomplit tout ce qui n’était qu’image et figure dans l’Ancien Testament. Commenter le texte, le reprendre pour y trouver une signification nouvelle, cachée jusqu’à ce jour, a été une des opérations constitutives de la Bible, opération dans laquelle le croyant lit la révélation que Dieu communique à son peuple et dans laquelle le chrétien reconnaît en Jésus de Nazareth celui qui accomplit toutes les promesses car annoncé par tous les prophètes.

7La Bible n’a cessé d’être commentée durant toute l’époque patristique. Les Pères de l’Église, surtout ceux du début de l’ère chrétienne, cherchent à trouver et à présenter les fils qui unissent les deux testaments, qui prouvent que Jésus est bien le Messie dont parlent les Écritures, et en qui sont accomplies toutes les promesses. Mais, à mesure que les besoins apologétiques disparaissent, les commentaires bibliques deviennent des lectures systématiques et continues dont le commentateur ou le prédicateur tirera selon les besoins du moment de la philosophie, de la théologie, de l’éthique et même des fragments de science sur le monde créé.

8Dans leur analyse du texte biblique, les Pères de l’Église mettaient en application les méthodes d’interprétation que les anciens rhétoriciens avaient consignées dans leurs travaux. Car, nullement naïfs à propos du texte ou fondamentalistes dans leur interprétation, on pourrait dire littéralistes, ils recouraient aux quatre sens de l’Écriture, traitant le texte de la Bible avec beaucoup plus de nuances que bien des savants de l’Âge des lumières.

9Cependant, la Bible est avant tout le livre qui consigne les voies du salut pour l’Homme et, pour les chrétiens, la Rédemption en Jésus-Christ. A ce titre, ce livre, présent dans toute liturgie, prendra une place centrale dans la culture du temps, devenant également le livre de références pour toutes les connaissances de par l’autorité qui lui revient de pouvoir traiter de la destinée la plus haute de l’Homme, à savoir son salut, l’accès à la vie éternelle.

10Durant tout le Moyen Âge, la Bible est présente partout dans la vie des gens. Tant la vie sociale et morale que l’art et la littérature trouvent leurs modèles dans les Écritures. On pense, voit, explique et même exprime le monde à travers elles. La Bible étant révélée, elle est infaillible et devient la norme et l’aune du savoir, de la conduite et du jugement. Cette splendide construction intégrant vie privée, sociale et religieuse, bâtie sur la Bible, « ce mythe chrétien », sera bientôt soumise à des coups de boutoir venus de tous côtés. Problèmes et remises en question arriveront selon le développement des sciences et des questions philosophiques soulevées au fil des ans. Aussi la présentation qui suit, portant sur les affrontements de la Bible avec la science naissante de la Renaissance, ne se veut pas chronologique mais regroupe, pour plus de commodité, les différents points sur lesquels la Bible a été mise en question.

RÉFORME ET MODERNITÉ

11Le grand bouleversement dans la vie de l’Église, celui qui marque la fin du Moyen Âge et l’entrée dans la modernité, est incontestablement la Réforme dont Luther est le père. La réforme entend « sauter » une période de 1 500 ans, faire l’impasse sur le temps de l’Église ou encore sur la tradition, pour revenir au texte de la Bible, donc au temps du début de l’Église, même plus, à la prédication du Christ lui-même (ce qui ne manquera pas de soulever la question du Jésus historique et celle du temps séparant Jésus de Galilée et les premiers évangiles présentant ce Jésus). Paradoxalement ce retour au texte contre la tradition de l’Église, qui aurait dû en principe conforter la position de la Bible, va au contraire détruire les certitudes qui étaient véhiculées par la tradition et qu’imposaient aussi les interprétations habituelles.

12Déjà Spinoza, comparant la chronologie des rois d’Israël et de Juda dans le livre des Rois et celui des Chroniques, note des différences, certes peu importantes, mais qui cependant paraissent peu compatibles avec un texte qui devrait être infaillible, parce que révélé par Dieu. Une excommunication aura vite raison de cette forte-tête et des questions plus délicates sur l’inspiration que soulèvent de telles observations. Mais si cette question n’est encore que fort innocente, le fait même de l’existence de la Réforme remet en cause le lien du sens et du texte. Catholiques et protestants font fond sur un même texte, une même référence et cependant ne peuvent s’entendre sur son interprétation, sur sa signification. Les catholiques pensent que le sens du texte, le seul vrai, est celui transmis ne varietur par la tradition, tandis que les protestants, en montrant les variations d’interprétation à travers différentes traditions, veulent secouer la poussière accumulée par l’Histoire et revenir au temps des origines, le temps de la prédication primitive du Christ, et ainsi pouvoir proposer le seul vrai sens qui ne peut qu’être et doit être le sens obvie du texte.

13Quoi qu’il en soit de ces réponses qui n’émergeront que bien plus tard, le retour au texte voulu par Luther ne fera pas l’unanimité, mais amplifiera les divergences et les conflits. D’abord, entre catholiques et protestants, les disputes porteront sur de nombreuses questions, les thèses de Luther à Wittenberg l’attestent, mais se concentreront rapidement sur quelques points de désaccords essentiels, théologique et ecclésiologique, l’eucharistie et la place et l’importance de la papauté, ce dernier point relevant tant du religieux que du politique. Mais si l’opposition semble être avant tout entre une exégèse catholique traditionnelle et une exégèse protestante scripturaire, le motto « sola scriptura » ne produira jamais un sens qui fera l’accord de tous. S’il était normal que des oppositions fortes, sur l’interprétation des textes, se fassent jour entre catholiques et protestants, au nom des différents principes herméneutiques mis eh œuvre pour lire la Bible, il deviendra rapidement évident que des divergences non moins sérieuses se manifestent entre les réformés eux-mêmes (Luther, Calvin, Zwingli) sur à peu près tous les points de la doctrine chrétienne. Bossuet utilisera cet argument de la divergence et de la multiplicité des opinions pour discréditer les Églises de la Réforme. Outre donc le désaccord ecclésiologique mis ainsi en évidence, la Réforme non seulement mettra fin au principe d’une seule Église, mais aussi à l’expression d’une seule foi, basée sur une unique révélation contenue et lue dans la Bible.

14S’il n’est plus possible de faire l’unanimité quant au sens que le texte devait livrer, sens non sur- ou prédéterminé par une théologie de quelque bord que ce soit, il restait et même devenait impératif de chercher à s’entendre du moins sur le texte en tant que texte. La critique textuelle naissait. La Bible catholique, la Vulgate traduite par St Jérôme à partir de la Septante, incorporait un certain nombre de livres appelés deutérocanoniques parce qu’ils ne figurent pas dans le texte massorétique. Luther rejettera ces écrits. Mais même si le canon est remis en cause c’est d’abord au texte même de la Bible que les savants en ont. Commenceront alors pour un long siècle d’extraordinaires études sur le texte biblique qui aboutiront aux grandes polyglottes de Paris, Londres et Madrid. La critique textuelle oblige d’opter pour une recension contre d’autres dans lesquelles la transmission des mots pourrait avoir été plus ou moins corrompue par des copistes. Elle permet également des restaurations sur des textes dont les manuscrits sont mal conservés et aide à l’établissement de familles de manuscrits. La décision et le choix en fonction d’un texte vrai, donc considéré comme l’authentique et l’original, sont cruciaux. Mais choix implique critère. Le critère de décision cessera d’être théologique, on cessera de lire dans le texte ses propres convictions et encore on cessera de préférer un texte en fonction de la théologie que l’on professe. Ce sera par un jugement scientifique, ultimement la raison, que sera prise la décision quant à la cohérence interne du texte. Comme l’écrit Laplanche (1994), cette recherche du xviie siècle détachera la lettre du sens de l’Écriture. Cette recherche sur le texte biblique remettra en cause le statut de la langue hébraïque. L’hébreu, la langue de l’Ancien Testament, la langue parlée par Adam et Eve au paradis, était considéré jusqu’alors comme la première langue du monde, avec toutes les qualités liées à ce qui est à l’origine, qui n’a pas encore eu le temps d’être corrompu. Mais quand d’autres langues sémitiques, notamment l’arabe, commenceront à nouveau à être étudiées il deviendra rapidement évident que l’hébreu est loin d’être la langue la plus parfaite et la plus claire, en raison notamment de la pauvreté de son vocabulaire et de sa syntaxe. Il ne pourra plus passer pour la langue du paradis. Les Bibles polyglottes ne comportaient pas seulement le texte biblique mais s’accompagnaient d’énormes travaux érudits sur les coutumes et lois des Hébreux, pour aider à mieux comprendre la Bible. L’érudition mit ainsi à jour de nombreuses difficultés concernant l’histoire biblique, tant dans son déroulement propre que dans les synchronismes entre différentes dynasties, en fait redécouvrant de manière plus précise les difficultés mises en avant par Spinoza.

15Le monde du Moyen Âge, baigné de clarté et de certitude à la lecture de la Bible, se couvre lentement de brumes et de brouillards car les références anciennes ne sont plus valables. La Bible, source de moralité et point de référence pour la vie du croyant, est mise en cause à chaque pas pour autant que l’ensemble du texte est lu et non seulement des extraits, des textes choisis comme dans la liturgie. Tout devient question et sujet de controverses.

BIBLE ET SCIENCES PHYSIQUES

16Au fur et à mesure que les sciences définissent leur objet et se constituent en disciplines propres, elles s’approprient une part de la parole et du savoir que la Bible croyait pouvoir tenir sur le monde créé. Bien plus elles commencent à tenir un discours divergent ou même opposé à celui de la Bible. Le cas le plus connu est celui de Galilée. Le nouveau discours de la science paraît mieux fondé in re donc plus adéquat que celui de la Bible, accepté pourtant comme vrai et définitif. Conséquent avec lui-même, Galilée ne manque pas de tirer les conclusions de ses travaux quant à la manière de dire le monde. La terre tourne autour du soleil en dépit des apparences et d’une tradition qui veut que les anges meuvent les astres. La Bible, selon ses commentateurs, présentant une autre vue des choses, le conflit était inévitable, chaque partie estimant être dans le vrai, soit théologique, soit scientifique. Pourtant le choix n’était pas simplement entre science et obscurantisme biblique, lumière de la science ou ténèbres de la religion. La théorie de Ptomélée appuyait le point de vue de l’évidence immédiate, car il ne s’est jamais agi de tenir l’invraisemblable. Dans le cas de Galilée comme dans beaucoup d’autres ce fut toujours une affirmation scientifique contre une autre, souvent plus ancienne et fondée sur d’autres critères de connaissance. Seul le temps a permis de faire le discernement. Pourtant une interprétation plus subtile allant dans le sens de la science plutôt que dans celui de l’exégèse traditionnelle, une nouvelle clé herméneutique dut être proposée. Il fallait reconnaître que la Bible ne parlait pas le langage de la science, mais celui des apparences, donc en fin de compte le langage de son époque.

17Il en ira de même pour la géologie. Bien que science naissante, ses premières observations et ses résultats contredisaient les données bibliques de la création du monde. L’analyse de la stratigraphie des couches terrestres, et l’étude des couches de sédiments à travers les siècles, allaient mettre en question l’âge du monde, donc la date de la création puisque dans certaines couches, même profondes, comme dans des puits de mine, des fossiles ont été découverts. De multiples solutions furent proposées pour sauver le texte, allant jusqu’à transformer les sept jours de la création en jours-époques pour accommoder la difficulté ou encore en rendant le déluge responsable de toutes les « anomalies » constatées dans les couches de sédiments. A côté de la géologie, il faut mentionner les travaux et recherches en paléontologie qui amèneront Darwin à parler de l’évolution des espèces, mettant directement en cause une création immédiate et complète de tous les animaux du monde sans modification ultérieure telle qu’elle se lit dans le livre de la Genèse. Ces sciences nouvelles en infirmant les assertions de la Bible mettent en cause chacune, dans son domaine propre, le caractère normatif, révélé et inhérent de la Bible. Les miracles, par principe non conformes à la pensée scientifique, car ils ne peuvent être réitérés, deviendront progressivement objets de suspicion pour ne pas dire de rejet immédiat. La nature connaît beaucoup de ratés et rarement des réussites totales dès le premier coup, ce que sont en fait les miracles. D’interminables discussions jusqu’à la fin du xixe siècle se poursuivront à propos des miracles de Jésus, ou encore à propos des plaies d’Égypte, l’un ou l’autre camp croyant avoir trouvé des phénomènes qui permettent de défendre leur vue des choses. Renan rejettera catégoriquement tout miracle, spécialement dans la vie du Christ.

BIBLE ET SCIENCES HISTORIQUES

18Parallèlement à la recherche sur le texte, sur les manuscrits et à la mise en place chronologique des familles de textes, s’est développée la recherche historique. Lentement il devenait évident que pour comprendre un texte il fallait aussi en connaître le contexte, donc en savoir davantage sur la géographie et l’histoire des autres régions du Moyen-Orient. Il fallait une perspective plus large car la Bible n’offrait que sa vue des choses, déterminée par ses propres centres d’intérêts. La langue hébraïque perdait son statut particulier de langue la plus ancienne du monde au fur et à mesure qu’était connues d’autres langues sémitiques ; tout comme l’histoire d’Israël perdait son monopole de référence pour l’histoire du Moyen-Orient à mesure qu’était découverte l’histoire de l’Égypte avec son extraordinaire passé, bien plus ancien que celui de la Bible. On découvrait simultanément l’histoire de la Mésopotamie, histoire non moins grandiose. On y trouvait même des récits qui auraient pu être à l’origine de certains textes bibliques comme ceux du déluge. Ce travail scientifique, loin d’éclairer et de valoriser la Bible, a eu comme résultat de la remettre à sa vraie place dans l’Histoire et dans les cultures du Moyen-Orient ancien, au regard de la Mésopotamie, de l’Égypte et des autres grands empires du temps, place qui était, à certains points de vue, en fait aussi petite que l’était son territoire. Ayant été pendant longtemps l’unique source de référence pour cette région du monde, sa vision des événements avait prévalu.

19A la connaissance du contexte, donc de l’histoire des pays du Moyen-Orient, s’ajoutent encore les résultats des voyages d’exploration et une étude plus systématique des autres religions, celles du présent comme celles du passé. A la suite de ces travaux la religion chrétienne perdra son caractère de religion unique et universelle. Un certain relativisme se fait jour qui amène à conclure qu’en fait toutes les religions se valent, que toutes visent à relier l’Homme au transcendant.

20Ainsi chaque attaque, chaque coup de boutoir porté par les sciences ébrèche un peu plus le dogme de l’inhérence de la Bible et donc aussi son caractère de document révélé, venant de Dieu, porteur du salut pour tous les Hommes. Son statut au sein de la société s’en trouve modifié radicalement. Mais comme pour tout phénomène humain, ce questionnement du statut et de la place de la Bible dans la société se lit sur deux facettes. Car si la Bible perd son aura de livre révélé elle acquiert en revanche, quoique lentement, le statut de texte ancien, écrit dans d’autres temps, avec une mise en place des règles pour approcher ce type de texte. En d’autres termes, on commence à lire et à voir dans la Bible un livre situé dans l’histoire, c’est-à-dire portant les traces des époques durant lesquelles les différentes parties qui la composent ont été rédigées. Il aura fallu des siècles pour prendre conscience de l’altérité de la Bible, de l’énorme distance culturelle que seul le travail de la recherche pouvait combler. La reconnaissance de cette altérité obligera à pousser plus avant l’étude des genres littéraires, des typologies dans la rédaction des textes, des modes narratifs, rendant dès lors impossible toute forme de fondamentalisme, de lecture directe et naïve du texte. Il ne s’agissait de rien de moins que de dissocier progressivement, comme l’écrit Laplanche, le « récit de son sens, l’histoire de la vérité ».

21Si les sciences semblent avoir souvent été la cause des remises en question du statut de la Bible, il ne faudrait pas oublier que vie sociale et vie politique y ont également contribué, peut-être à un degré bien plus important qu’il n’est en général admis. David et Salomon, par exemple, sont les modèles de rois, justes et bons, travaillant au bien de leur peuple, le gardant dans la voie du bien et de la vraie religion. Les différentes situations créées par la Réforme ne se conformeront pas toujours à ce modèle proposé. Le roi chrétien catholique ne fera pas toujours front avec un autre roi catholique contre les réformés, mais selon les circonstances et les intérêts du moment choisira ses alliés. Cette nouvelle situation de la politique naît spontanément des options qu’offre l’existence de deux clans. La difficulté s’amplifie pour la position que doit prendre le roi dans la défense de la vraie foi. Avant la Réforme, il n’y avait ni doute ni choix. Dans la nouvelle situation, le roi imposera ou favorisera ses sujets qui partageront les mêmes convictions que lui. « Cujus regio, ejus religio » deviendra le leitmotiv du temps. Cette évolution qui sera très rapide dès que les nouvelles circonstances se présenteront avait déjà été pensée au préalable par Machiavel qui, le premier, a expliqué que l’intérêt du royaume ou du roi, dans une situation donnée, doit l’emporter sur toute autre considération. C’en est fait de l’intérêt du royaume de Dieu. Ce nouvel état des choses remet en question le statut de la religion qui loin de rester un fait de société devient l’affaire privée de chacun.

RECONSTRUCTION

22Ce grand débat autour de la Bible, qui n’a cessé d’agiter non seulement les croyants et son clergé mais aussi les intellectuels, s’inscrit de fait dans un cadre bien plus large que ne pourraient le faire croire les débats parfois puérils sur tel miracle ou telle assertion de la Bible contredite par les dernières découvertes scientifiques. Il s’agit en fait d’harmoniser une dualité qui ne trouvera jamais de solution parfaite, à savoir réconcilier fini et infini, ou encore raison et révélation, et à un plan différent et vrai pour tout document, histoire et vérité. Derrière les difficultés qu’apporte la conjoncture se joue plus largement un grand débat philosophique qui prendra des tournures différentes suivant la tradition intellectuelle de chaque pays où ce type de débat aura lieu. On se contentera de présenter, à la suite de Laplanche, quelques figures marquantes de la recherche française dans les domaines de l’histoire des religions et de l’exégèse. Ce sera Lamennais, des représentants de l’institution universitaire catholique, Renan et Reuss, sachant qu’on ne fait pas justice de la sorte à tous ceux qui ont contribué à ce débat des idées qui n’est pas encore terminé aujourd’hui.

23Au début du xviiie siècle on prend conscience, dans les milieux intellectuels catholiques, de l’inanité de discuter l’une après l’autre les innombrables difficultés auxquelles est affrontée la Bible, difficultés qu’inlassablement une science après l’autre ne cesse d’introduire dans le débat. A juste titre, il est reconnu que le but du texte sacré n’est pas de donner des réponses scientifiques, mais d’annoncer le salut au croyant. Dès lors il suffirait, pour que cet aspect de l’annonce du salut ne puisse être mis en cause, d’assurer la valeur du témoignage de la transmission d’un tel message. La Tradition peut garantir que le message n’a pas été altéré et qu’il ne fut pas dans l’intention de quiconque de tromper dans cette transmission. En France N.S. Bergier (1718-1790) poussera ce propos jusqu’à la limite en modifiant les plans traditionnels proposés par les traités d’apologétique. Se basant sur l’histoire biblique, il lui est aisé de démontrer que Dieu s’est révélé aux Hommes depuis le début du monde. La révélation primitive s’est constituée dans le fait juif et s’est continuée dans le fait chrétien en une action continue de Dieu, constamment adaptée à l’évolution de l’humanité. Ces considérations réhabilitent totalement l’histoire comme cadre d’interprétation des événements du passé et comme passage obligé pour arriver aux dogmes. L’histoire humaine n’a jamais ignoré la manifestation de Dieu, et les paganismes que l’histoire des religions permet de connaître ont surtout obscurci cette révélation primitive.

24Ainsi Bergier lance une nouvelle direction pour la lecture de la Bible qui sera reprise et amplifiée par Lamennais et ses disciples. Leur approche intégrera différemment les résultats de l’exégèse biblique et l’histoire des religions. L’argument tel que Laplanche le résume se présente comme suit : l’acte de foi implique la certitude qui repose sur l’autorité d’un témoignage.

« Comme faculté de la vérité, la raison ne peut donc exister hors d’un croire originaire, qui lie chaque raison individuelle au témoignage que la vérité universellement partagée se rend à elle-même. La distinction entre certitude et vérité disparaît puisque aucune vérité ne s’atteint hors du témoignage, certainement infaillible, de la raison générale ». Et l’argument continue :
« La raison générale atteste universellement l’existence de Dieu. Si Dieu existe, il n’a pas pu ne pas vouloir que nous entrions en rapport avec lui par la religion. Mais s’il existe une ‘vraie’ religion, elle devra se reconnaître à son absence de variation, puisque la religion comprend seulement ‘les rapports nécessaires’ entre deux natures stables. Or l’invariance connote l’unité, l’universalité, la perpétuité, marques singulières de la doctrine catholique ».

25Ainsi les difficultés sont surmontées et un pont est établi entre le témoignage de la raison générale et les dogmes du catholicisme. Il suffit par enquête de montrer l’universalité et la perpétuité des dogmes catholiques. Cette science catholique va donc se mettre au travail. Le travail pratique se présentera comme suit. Il existe un catholicisme qui n’est pas scientifique et une science qui n’est pas catholique. Il faut donc travailler le contenu du catholicisme pour lui conférer un statut scientifique et la science pour en manifester le catholicisme latent. On reprend donc l’histoire pour en dégager à grands traits les certitudes. L’histoire devient ainsi une espèce de logique en action. Dans l’ordre de la foi la raison ne peut s’égarer. Dans l’ordre de conception elle n’est pas infaillible, mais elle peut participer à toutes les recherches de son temps. Les deux ordres ne peuvent que se féconder mutuellement tandis que séparés, l’ordre de conception, comme l’atteste l’histoire, ne peut que s’égarer. Dans ce contexte, outre l’étude du passé européen, Lamennais est intéressé par l’histoire des religions. Tous les éléments des religions païennes ne sont que des témoignages de la révélation primitive et des erreurs de la raison qu’elle a pu connaître. Pour la Bible par contre, elle tire sa force et sa permanence de ce que, venant après les faits, elle repose exclusivement sur la tradition, d’où l’important rôle des témoins. De plus quelques savants, comme Cuvier, croient avoir pu prouver les grands événements rapportés dans le texte sacré, comme le déluge, au nom de sciences ou traditions universelles. Les positions de Lamennais sur la Bible et surtout l’Ancien Testament vont à contre-courant des idées reçues, suite aux travaux philologiques sur le monde sémitique. Pour lui la religion israélite n’est pas meilleure que les autres religions puisqu’il ne saurait y avoir qu’une seule religion. Par contre l’importance du sacrifice expiatoire présent dans toutes les religions marque beaucoup le catholicisme français et les vues lamenaissiennes. Pour ce qui regarde la Bible, ses positions seront bizarres, faisant fond sur des idées incongrues ou rétrogrades. Pour traduire la Bible, il faut prendre soin de la ponctuation qui viendrait de Moïse, ignorant tous les travaux antérieurs sur cette question. De plus il faut recourir à la Kabbale et interpréter la Bible par les traditions du genre humain. Lamennais eut une énorme influence en France. Mais ses positions, peu concernées par l’analyse même du texte biblique, ne contribuèrent pas à la création de grandes écoles d’exégèse en France à l’exemple de ce qui s’est passé dans les pays limitrophes. Il suffisait de se reposer sur le témoignage du passé. Dieu ne pouvait ‘ni se tromper, ni nous tromper’ toute la révélation devait être accessible directement et à tous. Cet énorme travail a en fait conduit à l’atrophie d’une grande recherche biblique française.

26Tandis qu’à l’époque, en Allemagne, la Bible est enseignée dans toutes les universités, dans des chaires en général prestigieuses, en France, par contre, l’enseignement biblique est confessionnel et se trouve donc à Saint-Sulpice, plus tard à l’Institut catholique et dans les grands séminaires où les exigences intellectuelles n’étaient pas toujours identiques à celles des milieux universitaires. Il faut faire une exception pour la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg en raison de sa position particulière d’université française devenue allemande en 1871. Les travaux de certains de ses professeurs marqueront l’exégèse. Aussi en France ce seront davantage des milieux savants catholiques qui feront avancer la réflexion dans les études bibliques. Dans son ouvrage, Laplanche (1994) retient les noms d’Antoine Garnier et d’Arthur Le Hir comme grandes figures de l’exégèse française de cette époque, deux savants tiraillés entre, d’un côté, l’obéissance à Rome ou plus honnêtement entre leur conviction de l’inhérence et de l’inspiration divine de l’Écriture sainte et, de l’autre, côté les objections de la science moderne vis-à-vis du texte biblique. Leurs positions à tous deux paraissent parfois terriblement timorées, mais sans doute parce que nous voyons les débats et les enjeux avec un regard critique, deux cents ans après une évolution dont nous connaissons les résultats. Deux choix étaient possibles dans ce débat. Ou bien opter pour certaines positions philosophiques sur la nature de la révélation, la vérité et l’histoire et interpréter l’Écriture à cette aune et trouver des réponses alambiquées aux objections scientifiques, ou bien rester en quelque sorte sur le terrain et intégrer les informations apportées par la science, avec la fâcheuse tendance de devoir abaisser le statut de la Bible. La première alternative est illustrée par Lamennais, dont rien ne saurait ébranler les convictions avec comme corollaire le refus de toute discussion des évidences scientifiques ; la seconde alternative implique de toujours vivre dans la crainte d’une accusation de dérive dans la foi.

27Toutes les subtilités semblaient permises pour sauver l’autorité de la Bible. Mais ces subtilités permettront cependant de faire des petits pas en avant. En disant que la Bible, comme dans le cas de Galilée, parle selon la perception des sens et non selon la science, ou même mieux, selon la science du temps où le texte a été écrit, on n’exige plus de la parole de Dieu de concorder avec les résultats de la science actuelle. Ainsi s’établit une distinction entre l’enseignement théologique de la Genèse et les autres affirmations qui n’ont donc plus à refléter l’état des sciences modernes. N’est-ce point commencer à comprendre qu’un texte est toujours écrit en fonction de son temps, par des personnes de ce temps et pour les lecteurs de ce temps ? A la limite certains pourront dire que les onze premiers chapitres de la Genèse n’ont pas de prétention historique et que dès lors ils ne doivent pas être soumis aux exigences de la science.

MYTHE ET HISTOIRE

28La Révolution française proposa au peuple l’adoration de la déesse Raison au Champ de Mars. La raison, comme le bon sens, également partagée par tous les Hommes, devait gouverner la vie de tous les Hommes, les sortir du particulier, les faire accéder à l’universel et permettre l’instauration d’un monde sans conflit dans une vie harmonieuse loin des fables des religions. Toutefois l’histoire de cette même période marquée par la Terreur et les guerres napoléoniennes témoigne peu d’une réconciliation du genre humain sous l’égide de la Raison. La contre-réaction dans les pays qui ont souffert des guerres napoléoniennes, notamment en Allemagne, sera de répondre à l’universel de la Raison par le particularisme du Volksgeist, l’esprit du peuple qui se traduit et se manifeste dans le folklore, la langue et la mythologie. Le symbolisme à travers lequel l’Homme s’exprime devient l’objet de longues études. Et la mythologie, qui ne doit pas se comprendre comme une fable, acquiert une importance de premier rang. Objet de nombreuses études elle permet de mieux comprendre un peuple et sa manière d’être au monde. Cette nouvelle position permet d’affirmer de nouveau avec force la place de la religion dans l’histoire des peuples. Mais le contrecoup de cette assertion est de devoir admettre que toute religion a sa place dans l’histoire, qu’elle est historique et qu’elle ne peut donc plus se présenter comme une religion révélée et dès lors comme la seule vraie. Toute religion connaît un processus d’évolution et est toute entière embarquée dans la vaste aventure de l’esprit humain. Le mythe permet à l’Homme de se saisir lui-même au sein de la nature et de la culture. Le mythe a son origine dans l’enfance de l’humanité marquée par la spontanéité et le manque d’abstraction. Expression créatrice de la position de l’Homme devant son dieu, le mythe est sans visée historique ou dogmatique. Transposer cette position sur la Bible permet de l’exonérer de certaines difficultés comme les doublets, répétitions, comme cela se vérifie aussi chez Homère.

29Cette perspective ne sera pas sans répercussions sur l’approche du texte biblique. Le fait historique n’est plus à chercher dans sa place habituelle, à savoir dans la réalité matérielle des choses. La foi du peuple créateur de mythes devient à proprement parler l’objet de l’investigation exégétique. Strauss suivra cette voie quand il écrira sa vie de Jésus. Il montrera comment les récits sur la vie de Jésus ont été composés en projetant sur Jésus de Nazareth les traits du Messie espéré au sein du judaïsme palestinien. Si le résultat final de cette voie de recherche est désastreux, il n’en reste pas moins que cette exégèse a mis en lumière la dimension du symbolique pour toute connaissance religieuse.

30Antoine Garnier, prêtre de Saint-Sulpice, et Arthur Le Hir, enseignant à l’Institut catholique, ne peuvent entériner ces positions et se rangeront toujours sur des points de vue conservateurs, privilégiant des positions théologiques contre les observations et explications de la science.

31Deux autres grands représentants de l’exégèse en France au xixe siècle seront Renan du côté de la science et Reuss, un professeur de la faculté de théologie protestante de Strasbourg, fondateur de la théologie biblique. Au cours de cette période, les différents protagonistes essaieront de mieux articuler les rapports de l’Histoire à la révélation et à la vérité. L’histoire des religions connaît en France au xixe siècle un important développement, surtout dans les milieux non catholiques. Cette recherche vise à appliquer à toutes les religions les mêmes critères en les plaçant toutes sur pied d’égalité. Il est postulé que les phénomènes religieux répondent aux lois générales de l’esprit humain. Ernest Renan fut très impressionné par les recherches du grand indianiste Burnouf qui grâce à ses travaux philologiques put classer chronologiquement des manuscrits de la tradition bouddhique envoyés à Paris, ne s’appuyant que sur les lois générales de l’évolution des religions. Il en conclut que seul le raisonnement critique peut résoudre les problèmes posés par les textes religieux. Ce sont ces grandes positions sur la raison qu’il faut appliquer de manière plus fine à l’exégèse. Renan, très séduit par ces travaux de Burnouf, espérera réussir une recherche analogue pour la Bible. Malheureusement pour lui un certain nombre d’à priori se mêleront à une démarche qui se veut par ailleurs scientifique, presque des postulats qui obligeront plus tard à remettre en cause l’ensemble de sa démarche intellectuelle. Il postule d’emblée qu’il n’y a pas de surnaturel. Dès lors tout ce qui se passe et se constate relève tout simplement des lois de l’être. Le surnaturel n’est que l’élément idéaliste et moral de la vie, en opposition à l’élément matérialiste. En fait derrière ce jargon s’exprime une opposition radicale de la part de Renan aux miracles. Tout comme Burnouf avait pu reconstruire l’histoire du développement du bouddhisme sur la base de l’étude philologique des manuscrits, ainsi la science historique est-elle la voie la plus sûre de compréhension des phénomènes humains. Renan pense que l’étude de la religion doit être privilégiée car elle est l’expression primitive de l’origine de l’histoire de l’esprit humain. C’est selon les mêmes points de vue exprimés plus haut à propos du mythe que Renan récuse celui-ci. Ces a priori sont appliqués à l’histoire d’Israël et à celle du début du christianisme. Le monothéisme d’Israël devient le produit nécessaire du développement de l’esprit humain. De même Jésus s’explique par les lois morales, les lois de la conscience humaine. Par ailleurs les langues sémitiques sont des langues analytiques incapables de mythologie ; mais le peuple parlant ces langues a projeté très tôt un troisième terme, un Dieu en dehors du monde. Il souligne l’importance de la période prophétique car les prophètes sont les défenseurs du monothéisme moral dont le peuple d’Israël est le porteur. Dans toute l’histoire d’Israël Renan ne trouve aucune créativité théologique, rien qu’une belle page de la créativité de l’esprit humain. Les récits apocalyptiques témoignent de la force d’inspiration du religieux, l’appel éthique et l’irrationnel. La religion de la Bible n’aura droit à aucun traitement privilégié du point de vue de l’historien, mais le philologue tire d’elle la plus haute idée de Dieu en tant que « catégorie de l’idéal. » Renan ne résout les problèmes qu’au plan philosophique. Récit et sens se partagent entre intériorité et extériorité. L’histoire du récit est sans importance. Il ne s’agit que de manifestations de l’esprit humain.

32Des travaux originaux sortiront de la faculté de théologie protestante de Strasbourg qui se trouve entre les courants de pensée de la recherche allemande et le milieu français. Le plus connu de ses membres sera Edouard Reuss pour avoir lancé ce qui deviendra la théologie biblique. La démarche fondée une fois de plus sur l’Histoire veut suivre directement dans les livres bibliques le déroulement, presque le dévoilement de la théologie, de la révélation de la figure de Dieu, au lieu de faire référence à la dogmatique et à l’illustrer en quelque sorte à partir des citations bibliques choisies hors contexte mais surtout hors de leur place spécifique dans le déroulement de l’histoire. Cette théologie ne démontre pas, elle laisse parler la Bible. Mais il faut, au préalable, surtout pour le Nouveau Testament, une patiente et méthodique histoire littéraire des textes. L’auteur reconnaît que le princeps est aussi principium, que l’origine et son développement s’expliquent par une structure déjà présente. C’est donc en Jésus qu’il faut chercher l’explication de ce qui va suivre et non dans une communauté primitive qui grâce à l’Ancien Testament aurait tissé les textes du Nouveau Testament, ainsi que le pensait David Strauss. Jésus croit qu’en lui le royaume de Dieu est arrivé. La pure foi en lui est la condition d’entrée dans ce royaume. Reuss maintient l’unité de la théologie chrétienne tout en reconnaissant sa diversité. Il introduit la notion d’un progrès dans le développement de l’expérience de foi en la personne de Jésus. Pour Reuss la dimension historique s’inscrit à l’intérieur de l’effort théologique. La critique est possible et nécessaire pour garantir la pureté de la foi. L’autorité de la Bible ne peut être mise en question car elle émane de la puissance religieuse du message biblique. Toutefois la force de ce message est confirmée par le témoignage intérieur de l’Esprit Saint dans la vie du croyant. En somme Reuss admet le résultat de la recherche historique et sauvera le message révélé en faisant appel au témoignage de l’Esprit Saint.

LA POSITION CATHOLIQUE

33Si en général le clergé s’est montré plutôt ultramontain, un groupe de savants, ceux du Correspondant, des catholiques engagés dans les lettres ou les sciences, reprendront ces problèmes et les discuteront. Pour les gens du Correspondant, il n’existe pas de chronologie biblique. On ne saurait rien dire de définitif sur les jours-époques, les années patriarcales. Pour les uns ce sont des erreurs de transmission, des erreurs de copistes. Bref, c’est un point à ne plus discuter. Mais en fait on se rend compte que les questions ont changé de plan. Progressivement il devient admissible de dire que la Bible ne reflète que la culture de ceux qui l’ont écrit. Ainsi devient-elle, à un point de vue, un livre « profane, » qui n’a plus à répondre aux interrogations des scientifiques de son époque, mais au risque d’être réduite à n’être plus qu’un livre du passé, sans message surnaturel. Reuss déjà ne devait-il pas sauver le message révélé en faisant appel au témoignage de l’Esprit Saint dans le cœur du croyant. En fait il s’agit de reposer autrement la question de son inspiration. Les croyants veulent maintenir et affirmer contre les philosophes ou les philologues qui nient le transcendant (dont Renan est le parangon) l’altérité de la révélation comme marque de l’absolu dans les récits bibliques. La question radicale touche directement l’inspiration et les processus de la révélation, et non plus le dire scientifique de la Bible.

34A la même époque, la recherche des savants juifs, essayant de marquer la spécificité du judaïsme par rapport aux autres religions du modèle indo-européen, mettra elle aussi l’accent sur l’irréductibilité de l’origine divine de la Bible à la démarche critique. On étudiera plus particulièrement l’originalité du prophétisme juif par rapport aux autres manifestations religieuses.

35Dans ces confrontations les concepts trouvent lentement plus de précision. L’inspiration de la Bible touche seulement le surnaturel, et n’engage pas les assertions sur les sciences de la nature pas plus que sur la philologie ou l’histoire. L’inspiration n’est pas révélation, justifiant de la sorte la présence de l’histoire babylonienne du déluge ou l’utilisation de documents des peuples voisins. La Bible est vue dorénavant comme une littérature composée de textes les plus divers qui doivent tous être replacés dans le temps de leur rédaction. Mais il restera que pour sauver le caractère révélé de la Bible, les catholiques devront faire appel à l’infaillibilité de l’Église qui l’interprète. Progressivement certains postulats de l’histoire des religions sont remis en question. Le rôle exagéré attribué à la langue et la place inconsidérée faite à la mythologie contre les rites sont contestés. Toute religion doit être située dans le milieu dans lequel elle est née et il n’est plus possible d’en parler abstraitement comme d’une merveilleuse manifestation de l’esprit humain. Cette exigence n’est pas sans introduire de nouvelles difficultés dans l’histoire biblique, provenant notamment de l’étude des textes apocalyptiques du judaïsme palestinien.

36Cette présentation du développement de la recherche biblique en France nous amène cependant à l’époque du P. Lagrange et au milieu de recherche qu’il a connu. Il faut noter qu’à un moment donné de l’histoire tous les chercheurs et croyants n’ont pas atteint les mêmes convictions et certitudes concernant un certain point de recherche, en l’occurrence le statut de la Bible. Tandis que les uns en sont encore à récuser les arguments scientifiques présentés contre le texte biblique, d’autres discutent l’inspiration de la Bible mais sur deux fronts, celui de la science et celui de la mythologie. Ces derniers veulent donner une assise précise à la Bible comme vrai livre d’histoire, écrit certes selon les idées du temps mais dont le message cependant est universel, destiné au salut de tous les Hommes de tous les temps. Pour le dire autrement ils veulent montrer que le particulier et le singulier de l’histoire d’Israël touchent et s’ouvrent à l’universel dans le salut en Jésus-Christ.

37Le dilemme est donc le suivant : si la Bible n’est pas un livre vrai, ou mieux un livre qui rapporte des événements vérifiables, rien n’empêche d’en parler comme d’un livre de mythologie, donc non sans rapport à un certain vécu, à une certaine histoire ayant eu lieu dans le passé au Moyen-Orient. C’est pourquoi, tout en reconnaissant que la Bible n’est pas un livre de sciences, il faut cependant lui maintenir une part de vérité historique. Des faits racontés par la Bible se sont bien, pour une part, passés comme dits, sinon toute la Bible est fable. Après avoir reconnu l’étrangeté et la distance du texte biblique par rapport au lecteur contemporain à cause de son enracinement dans le passé, il faut à nouveau relier ce texte au milieu, au temps, au peuple dans lequel il a pris naissance, donc à une certaine trace du passé. Après un long cheminement et une longue oblitération dans la recherche resurgissent à nouveau les concepts de Tradition et de mémoire.

38Pour Lagrange il s’agit moins de défendre la Bible contre les rationalistes qui nieraient un texte ou un miracle que contre ceux qui en récusent, on pourrait presque dire, son humanité. Il faut à nouveau enraciner la Bible dans son terreau d’origine et cela grâce aux recherches de l’archéologie et aux investigations des vestiges de toute sorte qui attestent de la réalité des faits consignés par le texte tout en reconnaissant, admettant et intégrant les acquis des sciences historiques et littéraires à propos des textes anciens. Une absolue dissociation entre le texte et le monde du Moyen-Orient n’est plus tolérable. Sans vouloir chercher à dire que la « Bible est vraie » à partir des découvertes archéologiques, il n’en reste pas moins qu’un rapport permanent doit être maintenu entre ces deux pôles, le texte d’une part, le monde, la culture et la société dont il émane d’autre part. Voilà le dessein du P. Lagrange en s’installant à Jérusalem : appliquer fidèlement la méthode historico-critique en se basant sur un certain accord entre les faits racontés et la réalité du terrain. C’était en fait s’appuyer sur une autre forme de la tradition, celle qui dort dans le sol pour authentifier les textes. Mais il faut toujours ajouter que pour lui, lire l’histoire d’Israël et celle de Jésus, c’était aussi reconnaître, en tant que croyant, l’action salvatrice de Dieu et son incarnation.

39Bref, on ne peut faire fi de l’enracinement du texte biblique par rapport à l’histoire d’Israël : Dieu a parlé aux Hommes à travers l’histoire de ce peuple et s’est fait homme en Jésus. Aussi en dépit de toutes les analyses auxquelles le texte biblique peut être soumis et de tous les présupposés qu’on peut lui appliquer, il reste qu’il est l’émanation d’un peuple qui y lit son histoire et son destin, plus encore qui y reconnaît le cheminement de Dieu avec lui à travers cette histoire même.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Gusdorf G. (1966), La philosophie des Lumières, Paris, Fayard.

Kaestli J. D. & Wermelinger O. (1984), Le canon de l’Ancien Testament. Sa formation et son histoire, Genève, Labor et Fides.

Kraus H. J. (1956), Geschischte des historisch-kristischen Erforschungdes Alten Testaments, Neukirchener Verlag.

Laplanche F. (1970), L’évidence du Dieu chrétien. Religion, culture et société dans l’apologétique protestante de la France classique (1576-1670), Strasbourg, Association des publications de la Faculté de théologie protestante.

Laplanche F. (1986), L’Écriture, le sacré et l’histoire. Érudits et politiques protestants devant la Bible en France au xviie siècle, Amsterdam-Maarsen, APA-Holland University Press.

Laplanche F. (1994), La Bible en France entre mythe et critique, Paris, Albin Michel.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540