Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Première partie. Antonin Jaussen : de l'exégèse biblique à l'ethnographie arabe

Jaussen et les services de renseignement français (1915-1919)

Jaussen and the French Intelligence (1915-1919)

Henry Laurens

Résumé

Durant les années de guerre, Jaussen a été officier traitant dans le service d’Information de la Marine française dans le Levant, d’abord à la base navale de Port Saïd, puis à Jérusalem à partir de 1918. Le dépouillement de ses rapports conservés dans les archives de la Marine à Vincennes, montre qu’il transmet d’abord des renseignements factuels d’ordre militaire (disposition des forces ottomanes). Néanmoins, quelques rapports nettement plus longs essayent de traiter de la délicate question de la nature politique au Proche-Orient alors en plein bouleversement (Syrie ou Arabie). À partir de 1918, les questions principalement traitées portent sur la Transjordanie (région de Madaba) et sur les rapports entre Palestiniens et sionistes.

During World War I, Jaussen was an officer processing information for the Intelligence Service of the French Navy in the Levant. He was first attached to the French naval base in Port Said, then continued his activities in Jerusalem after 1918. His reports are kept in the archives of the Navy in Vincennes (France). These suggest that Jaussen first conveyed practical military information (location of the Ottoman forces). Still, a number of notably longer reports attempt to deal with the controversial issue of the political nature of the Near East (Syria or Arabia) in an era of change. From 1918, the main focus was on Transjordan (Madaba area) and the relationship between Palestinians and Zionists.

Texte intégral

1Mon attention sur le rôle de Jaussen durant la première guerre mondiale a commencé lors du dépouillement de toute une série de fonds d’archives concernant cette période. J’ai d’abord trouvé quelques documents épars dans les fonds du Quai d’Orsay puis une quantité plus grande dans le fonds « Jérusalem » des archives rapatriées de Nantes. Une recherche plus approfondie m’a indiqué que les documents essentiels se trouvaient dans les archives de la Marine au château de Vincennes. Le dépouillement et la transcription des rapports de Jaussen comportent plus de 600 000 signes alors que le travail reste encore incomplet. C’est donc un résultat provisoire d’autant qu’il ne s’agit que de documents directement attribuables au Père dominicain.

LE SERVICE D’INFORMATION DE LA MARINE DANS LE LEVANT

2Les accords entre la France et la Grande-Bretagne avant 1914 donnaient à la France la priorité dans les opérations navales en Méditerranée. La guerre a renforcé ce partage des tâches. En 1915, la France se trouve ainsi chargée du blocus de l’ensemble du littoral ottoman. Cela lui donne un rôle majeur en matière de renseignements, puisque le moyen le plus commode d’envoyer et de récupérer des informateurs à l’intérieur du territoire ottoman passe par la voie maritime. Le Service d’information de la Marine dans le Levant devient donc le plus important service de renseignements allié dans la région. Son quartier général est établi en 1915 à Port- Saïd avec une base avancée dans l’île d’Arwad au large de la côte syrienne. Comme du côté britannique, la constitution du service de renseignement s’est faite de façon totalement improvisée, ce qui montre combien cette guerre avec les Ottomans n’a pas été préparée à l’avance. Le manque de personnel de carrière compétent explique le recours, aussi bien chez les Britanniques que chez les Français, à des archéologues désireux de servir leur patrie dans la grande épreuve et connaissant bien la région.

3Le rôle propre de Jaussen est celui d’officier traitant chargé de faire la synthèse des informations venues des différents agents. Son action se divise en deux périodes nettement délimitées, la première à Port-Saïd de 1915 à 1917 et ensuite à Jérusalem à partir de janvier 1918 jusqu’à sa démobilisation en 1919. A Port-Saïd, Jaussen collabore non sans difficultés avec un certain nombre d’interprètes syriens dont l’action couvre aussi le domaine politique. Les heurts aboutissent à une crise en 1916 qui a failli entraîner son renvoi. Le 8 août 1916, son supérieur écrit au ministre de la Marine :

  • 1 8 août 1916, MAE, Guerre 1914-1918, 874, 40, Pothuau, le 8 août 1916, n°145. Le contre-amiral de S (...)

« Situation du Père Jaussen :
« A propos de la personnalité du P. Jaussen, interprète adjoint au Chef du Service des Renseignements, je sais que sa position a excité certaines jalousies chez les interprètes d’origine syrienne qui sont ou ont été employés dans la Division et qui ambitionnent sa place. Le R.P. Jaussen a rendu jusqu’ici d’excellents services ; c’est un bon Français qui m’a été légué avec les plus grands éloges par M. Le Vice-Amiral Moreau et j’affirme hautement qu’il a mérité pleine confiance »1.

4L’amiral remarque que les agents syriens ont trop de relations avec des sociétés secrètes et commettent des indiscrétions de toutes sortes : « les Britanniques ne collaboreraient pas avec nous si nous employions des Syriens à des postes de responsabilité ». Des Syriens se sont plaints directement à Georges Leygues, alors Président de la Commission des Affaires extérieures de la Chambre des Députés d’avoir été mal reçus à Port-Saïd et à Arwad. Ils ont été en fait mal logés à la police de Port-Saïd par les Britanniques et les Français n’y sont pour rien. Le ministère des Affaires étrangères note alors :

  • 2 31 août 1916, MAE, Guerre 1914-1918, 874, 51, Asie-Océanie à M. Georges Leygues député, Président (...)

« Cet incident a été interprété défavorablement par quelques Syriens qui en ont incriminé le Père Jaussen, interprète adjoint au chef du Service des renseignements qui a rendu jusqu’ici d’excellents services et qui mérite pleine confiance. Une enquête a fait constater que le Père Jaussen ne pouvait être aucunement rendu responsable d’un malentendu provenant d’une omission ou d’un défaut d’entente de la part d’autorités anglaises subalternes. L’affaire a, d’ailleurs, été réglée à la suite des demandes du contre-amiral de Spitz et les réfugiés sont actuellement à Port-Saïd où le Comité syrien leur a assuré des moyens d’existence.
« Cet incident, ramené à ses réelles proportions, n’a plus l’importance qui paraissait lui devoir être attribuée au premier abord, et peut-être faut-il ne voir, dans les plaintes parvenues et formulées au nom des réfugiés, qu’une manifestation de l’état d’esprit existant parmi les interprètes d’origine syrienne et de leur désir d’être nommés à des fonctions qui ne pourraient leur être que difficilement confiées, sans inconvénients sérieux. »2.

5L’ordre n° 37 du 22 octobre 1916 donne l’organigramme du service de Port-Saïd :

  • 3 SS Marine, Q 77, Ordre n° 37, organisation.

« Le SR, dans la division de Syrie, est constitué comme suit :
« Chef du service des renseignements : Lieutenant de vaisseau Picard, Commandant le Laborieux
« Bureau central à Port Saïd :
« Officier interprète : R.P. Jaussen, chef du bureau, remplace éventuellement le chef du service
« Commissaire auxiliaire : Savignac, adjoint
« (...) Interprètes du Bureau Central : Joseph Kahil
« Du bureau de Rouad : le commissaire interprète Eddé »3.

6Le 31 mai 1917, l’organigramme est modifié de la façon suivante :

  • 4 31 mai 1917 SS Marine Q 77.

« L’ordre du jour n° 37 du 22 octobre 1916 est rapporté
« (...) La composition des bureaux est la suivante :
« Port Saïd :
« Lieutenant de vaisseau Picard, chef du Bureau
« Adjoint au chef d’Etat-Major pour la liaison avec les services de renseignements maritimes et militaires français et alliés : Enseigne de vaisseau Auphan
« Commissaire interprète : Savignac adjoint
« (...) Le bureau de Port Saïd comprend en outre deux sections, l’une militaire dirigée par le chef de bataillon Sarrau et l’autre politique dirigée par R.P. Jaussen. Ces deux sections centralisent respectivement les informations militaires et politiques provenant des différents bureaux »4.

7En octobre 1917, les plaintes contre Jaussen s’étant multipliées, Paris demande son renvoi. Le service s’y oppose en envoyant le 8 le télégramme suivant :

  • 5 SS Marine Q 77, SIL à Marine Paris n° 3.

« Renseignements recueillis sur le Père Jaussen impliquent nécessité différer mesure renoncer sa collaboration qui serait utilisée immédiatement par service anglais au détriment du nôtre »5.

8Le 10 octobre, on insiste dans ce sens :

  • 6 10 octobre 1917, SS Marine Q 77, SIL à Marine Paris n° 4.

« Suite à mon télégramme n° 3 vous demande que vous autorisiez Division Syrienne suspendre exécution mesure relative Père Jaussen prescrite par Sa Majesté 31 août. Amblé »6.

9Le 12, Paris demande des informations complémentaires :

  • 7 2 octobre 1917, SS Marine Q 77, Marine Paris à SIL Port-Saïd.

« 1°. Décision concernant Jaussen sera prise après votre rapport »7.

10Le jour même, le supérieur rédige son rapport, qui sera quelques semaines plus tard annoté de la main même de Jaussen. Il a discuté de la question avec l’amiral Varney :

  • 8 SS Marine Q 78, Port-Saïd le 12 octobre 1917, Monsieur le chef du Service d’informations de la Mar (...)

« Notre conversation s’est portée sur le Père Jaussen et sur la mesure prise par le département de la Marine à son égard, consistant à ne plus recourir à ses bons offices, en renonçant à sa collaboration. L’amiral ne m’a point caché sa surprise pour cette mesure dont les raisons directrices lui sont ignorées. Il m’a déclaré que la radiation du cadre de notre personnel d’informations du Père Jaussen, au moment même de sa réorganisation sur de nouvelles bases, produirait un vide qu’actuellement il serait difficile de combler.
« L’Amiral a ajouté que, généralement, l’attitude du Père Jaussen dans son service, dans ses relations avec les autorités militaires françaises et britanniques lui avaient toujours parues correctes et qu’enfin les services qu’il a rendus et continue de rendre au service d’informations de la marine étaient considérables et militaient en sa faveur.
« En le quittant, l’Amiral m’ayant conseillé de m’adresser à d’autres sources de renseignement, j’ai profité de ma visite à M. le Consul de France à Port-Saïd pour en recueillir. M. le Consul de France Laffon s’étant prononcé exactement dans le même sens que M. l’amiral Varney, je me suis inspiré de leurs témoignages pour vous adresser le télégramme suivant sans toutefois renoncer à la continuation de mon enquête que je tenais à poursuivre au Caire et à Alexandrie (tel. n° 3). « [...] Dans ces milieux diplomatiques et consulaires où la mesure prise à l’égard du Père Jaussen s’était déjà répandue, j’ai été amené à en causer aussi bien avec M. le Ministre de France au Caire que le Consul général de France à Alexandrie : tous deux partagent l’avis de l’amiral Varney et celui de M. le Consul de Port-Saïd et considèrent que dans les circonstances actuelles le départ du Père Jaussen aurait pour conséquence de priver notre service d’informations d’un concours qu’il serait difficile de remplacer.
« À mon retour à Port-Saïd, j’ai conféré de nouveau à ce sujet avec l’Amiral Varney et l’ai mis au courant de mes conversations au Caire et à Alexandrie.
« C’est à l’issue de cet entretien que je vous ai câblé, M. le Ministre, mon télégramme n° 4.
« [...] De tout ce qui précède, M. le Ministre, il semble résulter que les appréciations sévères rapportées au département de la Marine sur le Père Jaussen auraient pour origine le caractère volontaire joint à un abord quelque peu brutal [note manuscrite de Jaussen du 15.1.1918 : Merci M. Amblé. Si l’abord est brutal, il est honnête. Vous pourriez, revêtir cette brutalité] de ce religieux : mais les personnes impartiales que j’ai nommées plus haut sont unanimes à reconnaître au Père Jaussen des connaissances très sérieuses sur la question d’Arabie et de Syrie.
« Étant donnée toutefois l’antipathie dont ce dominicain est entouré dans le monde syrien [note du Père Jaussen : pas dans le monde syrien, mais parmi les Syriens intrigants, les Ze.., les Nos..., les Ed... et autres qui ont essayé de tromper la bonne foi française, mais finalement sans réussir] et tenant compte d’autre part des ménagements que nous devons avoir à l’égard des populations syriennes, il ne me paraît pas possible de tolérer à l’avenir au Père Jaussen cette situation spéciale que lui avait laissé prendre la Division navale de Syrie avant l’arrivée de l’Amiral Varney : elle faisait de ce moine le véritable et imprudent représentant de la politique française en Syrie [note du Père Jaussen : M. Amblé est-il en état de prouver mon imprudence ? A Paris, on m’a donné raison sur toute la ligne. Je n’ai jamais eu l’outrecuidance de me croire ou de me faire passer pour le représentant de la politique française en Syrie avant l’arrivée de l’Amiral Varney, mais j’ai fait loyalement le service de renseignements sans consentir à me laisser berner. Ces annotations ont été montrées à l’amiral et au chef d’État-Major],
« Réduit au rôle de simple collaborateur, le Père Jaussen pourra rendre des services appréciables. C’est dans ces limites que je vous proposerais d’utiliser la collaboration de cet informateur. J’ajouterai que le Père Jaussen a été chargé à trois reprises différentes de missions archéologiques en Arabie et a été envoyé dernièrement (juillet-août 1914) par le ministère de l’Instruction... [page manquante] »8.

  • 9 SS Marine Q 78, Port-Saïd le 30 octobre 1917, le Père Jaussen et les Syriens réfugiés.
  • 10 MAE, Guerre 1914-1918, 882, 74.
  • 11 22 février 1918, SS Marine Q86, Picot au Service d’information de la Marine dans le Levant. Accord (...)

11Un rapport du service du 30 octobre 1917 se montre louangeur sur l’aide qu’a portée le Père Jaussen aux réfugiés syriens en Égypte9. La crise se dénoue avec l’envoi de Jaussen à Jérusalem en janvier 1918. Le 15 janvier 1918, le Père Lagrange demande au ministre des Affaires étrangères de permettre à Jaussen de profiter de son retour dans la Ville sainte pour s’occuper de l’École biblique10. À Jérusalem, Jaussen forme avec Durieux, représentant de Picot, une annexe du Service d’information11. En mai 1918, un accord est passé avec les Britanniques pour coordonner l’action des services :

  • 12 28 mai 1918, Marine Q 78, Port-Saïd, Compte rendu de la tournée faite en Palestine du 18 au 23 mai (...)

« Une visite est faite à Monsieur Edmons, chef de l’Eastern Mediterranean Service Intelligence Bureau. Il est entendu que M. Durieux obtiendra de lui toutes les facilités nécessaires pour pouvoir faire passer nos agents à travers les lignes anglaises.
« Les renseignements obtenus par M. Durieux seront envoyés directement au colonel Deedes afin de gagner du temps et communiqués ensuite à M. Edmons.
« [...] 1° Le Lieutenant Durieux est présenté au Lt. Colonel Deedes, chef du Service de renseignements au 1er échelon. Cet officier anglais promet de donner tout son concours et toute facilité au lieutenant pour l’exécution de notre service et l’envoi d’agents à travers les lignes anglaises. Il prévient les officiers chargés des services similaires à Jérusalem et à Jaffa.
« 2° Le Lt. Colonel Deedes s’intéresse à la presse turque ; il donne une impression générale sur la situation intérieure de la Turquie. Il réitère l’ordre aux divers services compétents de l’Intelligence Office de nous communiquer tous les renseignements susceptibles de nous intéresser. « 3° Il fait convoquer le Commandant Wood, chargé du Service de contre-espionnage et étudie avec nous le moyen d’améliorer ce service à Port- Saïd et en Égypte (voir note du 27 mai 1918).
« 4° Sur la demande qui lui est faite, il prescrit au Capitaine Macrury, chargé du Service de renseignements sur l’ennemi à Jaffa, de communiquer par dépêche à l’Amirauté française tous renseignements d’un caractère urgent, remis à lui par nos agents de renseignements. Les télégrammes parviendraient à l’Amirauté par l’intermédiaire du Capitaine Weldone, chargé du service de l’Intelligence Office à Port-Saïd.
« 5° Il fait part des difficultés de plus en plus grandes que son service rencontre pour faire passer ses informateurs en pays ennemis, par suite d’une très sensible amélioration du service de contre-espionnage turc. En quinze jours une vingtaine d’agents du service anglais ont été perdus. Par contre, quatre-vingt-dix déserteurs de l’armée turque en un mois ont permis à ce service de recueillir de nombreux renseignements.
« 6° Si nous avons des agents venant du Hauran et désirant gagner Jérusalem par Kérak ou Tafileh, le Lt. Colonel Deedes donnera l’ordre à tous les officiers anglais de son service de faciliter leur arrivée à Jérusalem. A Kérak, nos agents n’auront qu’à s’adresser à leur poste de l’Intelligence Office, situé à El-Mezaraa (presqu’île de Lizan) sur la mer Morte, qui leur permet de traverser rapidement ce lac et d’atteindre Jérusalem en quelques heures »12.

12Cette coopération semble bien fonctionner jusqu’à la fin de la guerre. Le service ayant une finalité essentiellement militaire, il est pratiquement dissout en décembre 1918 comme le note le commandant Sarrou le 10 décembre 1918 :

  • 13 SS Marine Q 77, Port Said, le 10 décembre 1918, Rapport du Commandant Sarrou sur l’organisation ac (...)

« Secteur de Jérusalem ; les agents sont tous congédiés, mais par le Père Jaussen, le SIL est tenu au courant de tous les mouvements politico-religieux qui se produisent en Palestine »13

  • 14 Public Record Office, War Office 106/189, G.S.I. Advanced G.H.Q., French Propaganda in Jerusalem.

13En février 1919, un rapport des services britanniques accuse directement Jaussen de mener par des agents stipendiés une campagne de pétitions pro-françaises et antibritanniques en Palestine et Transjordanie14. On trouve en effet un certain nombre de pétitions de ce type dans les archives françaises, mais aucun ordre supérieur demandant ou organisant de telles collectes. A partir d’avril 1919, le nom de Jaussen semble disparaître des archives du service.

LES ACTIVITÉS DE JAUSSEN À PORT-SAÏD

  • 15 3 décembre 1915, SS Marine Q 85.

14Durant l’année 1915, les renseignements collectés portent sur les questions militaires et l’état économique et moral de la Syrie et de la Palestine. Les documents ne sont pas signés et il est difficile de faire des attributions à Jaussen, bien que son rôle a dû être essentiel. Un rapport, Renseignements sur Jérusalem et ses environs à la date du 3 décembre 1915, signé de Jaussen donne une bonne idée des questions traitées15. Il comporte une partie consacrée aux actes de Djamal Pacha, de l’État-major ottoman à Jérusalem, une seconde sur le casernement et l’état des soldats ottomans musulmans, des soldats non-musulmans utilisés pour les travaux publics, les déplacements de canons, le moral de la population, sa situation économique avec des listes de prix, les avanies contre la population juive, les mouvements de troupe, l’état du chemin de fer Jaffa-Jérusalem.

15À partir de 1916, les rapports prennent une tonalité plus directement politique. On commence à y aborder la question de l’avenir politique de la région dans le cadre de la rivalité franco-britannique. La documentation devient particulièrement précieuse quand Jaussen aborde la révolte arabe qu’il commente ainsi en juillet 1916 :

  • 16 SS Marine Q 85, Arabie Révolte du Chérif, (manuscrit : 15 juillet -31 juillet).

« Les motifs invoqués par le Chérif ont tous un caractère nationaliste et religieux. Il a naturellement passé sous silence ceux qui pouvaient faire allusion à une politique étrangère quelconque et spécialement à la politique anglaise. Nous pouvons être moins discrets. Soulever toute l’Arabie contre la Turquie afin d’opposer à cette dernière des forces importantes capables de la gêner dans ses plans militaires ; diminuer son prestige à travers le monde musulman en suscitant un concurrent au Khalife de Stamboul et achever la faillite de la Guerre sainte proclamée par le Cheikh el-Uslam à l’instigation du Kaiser, tel paraît être le but poursuivi en cette circonstance par nos Alliés dans leur politique au Hedjaz »16.

16Jaussen montre les difficultés que connaît le mouvement à son début. Son importance pour les Alliés ne réside pas tant dans son aspect militaire que dans son aspect politique. Il s’agit avant tout de politique musulmane. Or les Turcs, restés maîtres de Médine, peuvent reconquérir le Hedjaz :

  • 17 Idem.

« Devant une pareille éventualité, il n’est pas permis de rester indifférent et inactif. Une victoire des Ottomans avec le Chérif et la reprise de La Mecque par les troupes du Sultan de Stamboul seraient de nature à produire une impression considérable sur les esprits musulmans et pourraient susciter des embarras aux Alliés depuis le Maroc jusqu’aux Indes.
« Pour parer à un tel malheur, car ce serait réellement un grand malheur, il faut se hâter de porter secours au Chérif. Débarquer des troupes musulmanes à Djeddah, expédier à l’Émir des armes, des munitions et des approvisionnements de bouche avec de l’or destiné à gagner des tribus ; ce sont là des moyens tout indiqués pour leur venir en aide »17.
Dès juillet 1916, plusieurs mois en avance sur Lawrence, Jaussen préconise une action de guérilla contre le chemin de fer du Hedjaz :
« Mais à côté de ce secours direct et positif, il serait d’une extrême importance d’empêcher ou tout au moins de retarder l’envoi de nouvelles troupes turques en Arabie et d’entraver le ravitaillement de celles qui s’y trouvent déjà. Il faudrait pour cela couper la ligne du chemin de fer au nord de Madain Saleh.
« La voie ferrée, en quittant Maan, se dirige vers le sud-est à travers le plateau, à l’extrémité duquel, après la station d’Aquabat Esh Shamieh, elle s’engage dans la descente rapide et accidentée de Baten El Ghol. Il serait relativement facile de causer des dégâts sérieux dans cette descente. « À une soixantaine de kilomètres au delà de Tébouk, entre la station de Mustabgah et le château d’Akdhar, la ligne du chemin de fer passe dans le défilé d’El Bughaz. A l’entrée du défilé, tout près de la gare de Mustabgah, se trouve un tunnel de 300 mètres de long environ, creusé dans un grès très dur et vers lequel on peut arriver en venant du sud sans être aperçu de la gare. A quelques kilomètres de là, dans le défilé, se trouvent plusieurs points plus ou moins importants. Il y en a un très long en face du château sur l’ouady du même nom, et un autre moins considérable, mais plus difficile à réparer ou à remplacer, à deux kilomètres environ plus au sud. Faire sauter le tunnel avec un ou deux de ces ponts ce serait causer un dégât sérieux au chemin de fer du Hedjaz et entraver la circulation pour un temps fort appréciable.
« Une pareille opération présente sans doute des difficultés sérieuses, mais elle est possible. Une troupe de trente à quarante hommes partant des environs de Dabbah peut en deux ou trois jours atteindre les points indiqués, accomplir sa mission pendant la nuit et regagner la côte en toute hâte. Naturellement, le raid serait étudié, préparé et exécuté d’accord avec les Arabes Abou Teqeiqeh, ou même les Atawneh qui, connaissant les sentiers de la montagne, serviraient de guides et prêteraient leur concours. Ce concours, on l’obtiendrait aisément : car, forcées de rester fidèles aux Turcs, ces tribus sont cependant turcophobes ».

17Cette démarche constitue un préalable à une grande révolte arabe :

  • 18 Ibidem.

« Ce serait là un premier résultat important que d’isoler les troupes turques des environs de Médine. Un second, plus grave encore de conséquences, consisterait à entraîner dans le mouvement de révolte toutes les tribus arabes du sud et tout le pays du nord, depuis Maan jusqu’à Antioche et Alep »18.

JAUSSEN ET LA SYRIE

18Avant 1914, les identités collectives dans cette région du monde sont encore assez indéterminées dès que l’on quitte le niveau des appartenances tribales et communautaires. Deux projets politiques concurrents s’opposent. L’Angleterre envisage une démarche qui part de l’intérieur vers le littoral que l’on peut appeler arabiste et qui s’appuie sur les bédouins, tandis que la France préconise une approche allant du littoral vers l’intérieur que l’on peut appeler syrianiste et qui repose sur le recours aux populations levantines à majorité chrétienne.

  • 19 J’ai déjà publié celui d’avril 1917 sur la Palestine (Laurens, 1993).
  • 20 MAE, Guerre 1914-1918, 878, 173-181.

19La position de Jaussen est relativement originale. Il suit naturellement la ligne syrianiste de son gouvernement tout en se heurtant à ses collègues syriens, mais en même temps il a un penchant certain pour les Arabes du Hedjaz et de Transjordanie qu’il connaît de première main. Au fur et à mesure que les troupes alliées se rapprochent de la Palestine et de la Syrie, l’expertise de Jaussen compte de plus en plus. On lui commande toute une série de grands rapports19. Il faut ajouter, en janvier 1917, une liste des principales familles de notables de la Palestine. Le 30 août 1917, le Consul de France au Caire transmet au gouvernement une longue note qu’il attribue à Jaussen sur Le mouvement arabe à la frontière du désert syrien Akaba-Amman20. Avec un remarquable coup d’œil, Jaussen analyse l’action du Capitaine Lawrence :

  • 21 N.D.T. : un habitant de Jérusalem, de la grande famille des Husseini, a essayé de nouer des relati (...)

« Depuis l’expédition du Capitaine Lawrence, qui s’est terminée par la prise d’Akaba, quelques semaines se sont écoulées et plusieurs conceptions, d’abord assez vagues, semblent s’être précisées.
« Une première remarque est à faire. Le Capitaine Lawrence, le promoteur actif de la révolte arabe, était, jusqu’à ces derniers temps, attaché à la mission du Hedjaz ; aujourd’hui il fait partie de l’État-Major du général Allenby et reçoit directement ses instructions du G.Q.G.
« Ces instructions sont basées sur le principe de l’indépendance du Hedjaz. Toutes les tribus nomades du limes syrien sont fortement sollicitées de faire cause commune avec le Chérif ; mais les directions les plus précises ont été données pour ne pas englober dans ce mouvement les populations sises à l’occident de la ligne de démarcation représentée par la Araba [sic], la mer Morte et le Jourdain.
« D’ouest en est, la limite des zones d’influence anglaise et française, sur le désert et ses habitants, limite “tracée d’une manière assez floue sur le papier, sans égard à l’habitat des tribus et à la configuration du sol” et, “contrariant sans doute certaines aspirations à une plus grande Arabie”, est prise en moindre considération que celle de l’ouest et, sous la poussée des événements, subira vraisemblablement plus d’une modification. Mais il est de première importance que le Chérif, quelle que soit son expansion vers Damas, n’élève aucune prétention sur la Palestine et la région à l’ouest de la ligne Jourdain-Mer Morte-Araba »21.

20Il ne cache d’ailleurs pas son admiration pour son rival britannique :

« L’esprit qui a conçu ces projets a déjà fourni des preuves de sa compétence et de sa rigueur ».

21En octobre 1917, Jaussen rédige un long rapport sur la Syrie, transmis une nouvelle fois au gouvernement français par le consulat du Caire. Il en fait une description géographique qui comprend la Palestine puis s’intéresse aux populations qu’il divise selon les appartenances religieuses. Il passe ensuite à un historique assez hostile au mouvement arabe avant la guerre et pose la question de l’avenir du mouvement hachémite :

« La révolte du Hedjaz et son heureux résultat, grâce à l’appui franco-anglais, a ravivé chez les Syriens musulmans leur désir d’indépendance et leur a donné de nouvelles espérances. Faysal, un des fils du Chérif Hussein roi du Hedjaz, possède de nombreux partisans à Damas dont il rêve de faire un jour la capitale du nouveau royaume arabe. L’idée est aussi caressée par les musulmans de Syrie mais avec un point de vue peut-être plus différent en apparence qu’en réalité. La supériorité intellectuelle des Syriens sur les gens du Hedjaz ne leur permet pas d’envisager la possibilité de se soumettre à ces derniers ; il existe en outre une trop grande divergence entre la vie sédentaire et les usages des bédouins pour que la Syrie fusionne pleinement avec le Hedjaz. Elle peut faire cause commune avec lui contre les Turcs pour se débarrasser d’eux mais finalement c’est elle qui doit rester la maîtresse et chercher à dominer les Villes saintes. Le mouvement, parti du Hedjaz, doit aboutir en Syrie mais c’est surtout la Syrie qui doit en profiter. Si elle accepte comme prince musulman pour la gouverner un des fils du Chérif, Faysal par exemple, ce ne sera que pour mieux arriver à ses fins. Du reste Faysal et ses frères tiennent plus du grand citadin d’une ville de Syrie que du grand cheikh bédouin et personne n’ignore le rôle important joué par les Syriens dans la composition du gouvernement chérifien de La Mecque. « Ce que veulent donc la majorité des Syriens musulmans, et des plus influents, c’est l’indépendance complète de la Syrie placée sous le gouvernement d’un prince musulman arabe. De forme définie de gouvernement, ils n’en ont pas. Pour arriver à leur but, ils désirent l’appui d’une nation étrangère, de la France ou de l’Angleterre ou des deux à la fois. Actuellement, quelques-uns sembleraient même en être arrivés à admettre une certaine ingérence d’un gouvernement étranger dans leurs affaires si cela était nécessaire pour atteindre leur but principal qui est de chasser les Turcs. Quant au gouvernement étranger vers lequel ils se tourneraient de préférence, ce serait, paraît-il, l’Angleterre. C’est là un fruit de la politique anglaise en Égypte, au Hedjaz et en Mésopotamie ou de nombreux agents travaillent pour nos alliés qui dirigent en sous-main des journaux arabes et ne reculent pas devant la dépense lorsqu’il s’agit de s’attacher des personnages influents dans le monde musulman arabe. « La France possède aussi des partisans, mais on s’applique à nous dépeindre comme un pays beaucoup moins libéral que l’Angleterre, surtout au point de vue religieux. »

22Sa conclusion est significative :

  • 22 MAE, Guerre 1914-1918, 879, 25-57.

« Si les colons français ne sont pas les plus nombreux en Syrie, nos institutions y occupent cependant, sans aucun doute, la première place, nos intérêts y sont des plus importants et la France est incontestablement la nation la plus attendue et la plus désirée par les populations syriennes.
Néanmoins, n’oublions pas que nous avons des compétiteurs sérieux et qu’il existe dans le pays même des ennemis acharnés de notre occupation »22.

23À la fin de son séjour à Port-Saïd, Jaussen s’intéresse aux répercussions de la Déclaration Balfour en Égypte. Cela deviendra l’un de ses principaux sujets de préoccupation après son retour à Jérusalem en 1918.

JAUSSEN À JÉRUSALEM

24C’est pour la période de Jérusalem que nous avons le plus de documents signés de Jaussen. Une bonne partie est constituée de notes sur la situation militaire, positions d’unités, installation de canons ainsi que les habituels renseignements sur l’état moral et économique des populations. Installé à Jérusalem, il a pu reprendre le contact avec ses amis de Transjordanie et les dossiers comportent un grand nombre de notes sur Kérak et Madaba. Enfin, prenant contact avec les Arméniens de Jérusalem, il recueille un certain nombre de témoignages sur les massacres d’Arméniens par les Turcs. Il faut ajouter, à partir de l’automne 1918, une série de rapports sur les affrontements au sein du patriarcat orthodoxe de Jérusalem.

25Le 22 mars 1918, il dresse un portrait plutôt hostile de Faysal, mais analyse avec pertinence les conflits entre Syriens et Irakiens dans son entourage. Il accuse le parti « syrien » de mener une politique systématiquement anti-française. Le témoignage de Jaussen est particulièrement précieux sur le début du mouvement politique arabe contre le sionisme en Palestine en général et sur la visite de la commission sioniste en particulier. Il donne des renseignements d’une extrême précision que je n’ai pas retrouvés dans les autres sources sur cette période. Ainsi, le 20 mai 1918, il rapporte Les Sentiments des musulmans à Jérusalem et aux environs :

  • 23 Jaussen a d’abord écrit « musulmans » puis l’a rayé.
  • 24 SS Marine Q86, MAE, Nantes, Jérusalem B, 113.

« La question juive préoccupe grandement, à Jérusalem et à Jaffa, tous les esprits musulmans : des réunions ont été tenues pour sauvegarder en Palestine les intérêts des indigènes23. On répète cette parole sortie des lèvres d’un homme qui connaît bien l’Orient : si les juifs arrivent en maîtres en Palestine, dans cinq ans il n’y aura plus ni chrétiens ni musulmans. Cette mentalité gagne du terrain et peu s’en faut que beaucoup de musulmans et quelques chrétiens ne se détachent complètement des Anglais.
« Les affirmations du chef de la Mission sioniste que “la Palestine est vaste, qu’elle est assez grande pour nourrir les Arabes et les juifs, que les juifs ne veulent chasser personne de Palestine, etc.” ces affirmations ne rassurent pas les habitants »24.

26En juin 1918, il caractérise ainsi les sentiments des Arabes de Jérusalem :

« Le malaise provoqué, chez les Arabes de Palestine, par l’accueil, trop chaleureux à leur gré, fait par les autorités britanniques aux délégués sionistes, s’accroît et se caractérise. A des symptômes certains, il est aisé de reconnaître, à l’origine du mécontentement des musulmans, un froissement de dignité plutôt que des préoccupations d’intérêt mercantile. On serait tenté de comparer leur état d’esprit à celui du maître de maison que ses hôtes prétendraient traiter en intrus ».

27Il annonce la formation d’un patriotisme palestinien organisé :

  • 25 MAE, Nantes, Jérusalem, 99. SS Marine Q 78, Service des informations de la Marine dans le Levant, (...)

« On se tromperait néanmoins si, dans l’animosité témoignée par les Arabes de Palestine aux sionistes, on voyait exclusivement une sorte de jalousie ou de froissement d’amour propre. Les Arabes et surtout la partie cultivée de la jeunesse prennent conscience de leurs droits de race autochtone. Cela mérite d’être retenu. Le sionisme pourrait être le corps catalytique qui opérerait la fusion des sociétés arabes de Palestine »25.

28En septembre 1918, il donne des informations de première main sur les tentatives d’achat par les sionistes du Mur des Lamentations. En novembre, il décrit les protestations arabes à l’occasion du premier anniversaire de la Déclaration Balfour. Dans l’ensemble, la documentation de Jaussen est inestimable pour la fin 1918 et le début de 1919. Le 10 décembre 1918, il adresse à ses supérieurs un véritable cri d’alarme :

« En face de cette exaspération, il n’est aucun esprit sérieux qui ne taxerait d’imprudente une politique qui s’amuserait à exciter l’esprit musulman sur une question de première importance pour l’islam. Il faudrait n’avoir aucune notion des mentalités et des choses orientales pour ne pas voir le danger d’une pareille conduite à Jérusalem ; Jérusalem est le second sanctuaire de l’islam et l’islam ne se dessaisira pas volontairement de sa mosquée d’Omar, ni de son Al Haram Ech Cherif. Laisser même entrevoir la possibilité de priver le monde musulman de cette “maison sainte” sous n’importe quel motif, c’est le lancer dans le panarabisme contre l’Occident. Et c’est au moment où le panarabisme est en voie de reconstitution, au moment où les peuples arabes depuis Mossoul et Bagdad jusqu’à Djedda et Aden sont appelés à l’unité arabe et à l’indépendance absolue, au moment où le fils du Chérif est en Europe pour faire prévaloir cette politique dangereuse à nos colonies françaises d’Algérie et du Maroc, au moment où l’Égypte vient de réclamer l’indépendance absolue pour entrer dans l’orbite de ce mouvement arabe, c’est à ce moment là que l’esprit musulman est porté à son paroxysme d’exaspération à Jérusalem à propos de la possession de la Palestine. En vérité, c’est jouer avec le feu. Il serait à souhaiter qu’une explication franche soit donnée aux musulmans et que les Alliés prennent des mesures efficaces pour parer à toute éventualité ».

29Le 27 décembre 1918, il rédige un long rapport sur Damas et le Hedjaz, tout à fait hostile aux Chérifiens qu’il accuse de fanatisme musulman. Le futur État arabe serait bien moins ouvert et bien moins tolérant que ne l’était l’Empire ottoman. Derrière cela, il y a les manigances du Colonel Lawrence alors que Jaussen lui-même prône une Palestine sous influence française, sans Britanniques ni sionistes :

  • 26 SS Marine Q 79, Service d’information de la Marine dans le Levant, Port-Saïd 27 décembre 1918, n° (...)

« Tout plutôt qu’une nouvelle et atroce guerre, sauf l’honneur. Alors les moindres assurances qu’ils puissent donner de leurs intentions loyales, c’est de faire rentrer dans l’ombre ce fantôme créé par le Colonel Lawrence qui pourrait devenir une menace très grande pour le repos du monde. Et la sécurité serait encore plus complète si le chemin de fer d’Égypte en Chaldée (Iraq) passait par Aqaba, la Palestine qui fait partie de la Syrie demeurant sous l’influence française »26.

30Cette position explique le ton des derniers rapports de Jaussen particulièrement favorables aux thèses arabes et hostiles aux sionistes.

31Le rôle de Jaussen durant la première guerre mondiale ne se comprend que dans un contexte général de volonté de servir son pays durant la grande épreuve. A l’intérieur du système français au Levant, il n’a pas joué de rôle majeur. Bien que très estimé de ses supérieurs en Égypte, il a cependant eu plutôt mauvaise presse en France, et on ne l’a pas beaucoup écouté.

32Ses conceptions politiques allant dans le sens d’une grande Syrie sous influence française sont dans la norme de son temps et de son milieu. Il faut rappeler ici que la France était en 1914 la puissance étrangère la plus influente en Syrie et en Palestine. De même, l’antisionisme était une position commune chez les responsables français au Levant.

33Il reste que l’historien doit se féliciter de la richesse documentaire réuni par le Révérend Père. Son coup d’œil politique est remarquable et un certain nombre de ses notes et rapports apportent des renseignements que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur l’histoire de la Palestine et de la Transjordanie durant cette période troublée.

Notes

1 8 août 1916, MAE, Guerre 1914-1918, 874, 40, Pothuau, le 8 août 1916, n°145. Le contre-amiral de Spitz, commandant la division de Syrie à M. Le Ministre de la Marine.

2 31 août 1916, MAE, Guerre 1914-1918, 874, 51, Asie-Océanie à M. Georges Leygues député, Président de la Commission des Affaires extérieures de la Chambre des Députés.

3 SS Marine, Q 77, Ordre n° 37, organisation.

4 31 mai 1917 SS Marine Q 77.

5 SS Marine Q 77, SIL à Marine Paris n° 3.

6 10 octobre 1917, SS Marine Q 77, SIL à Marine Paris n° 4.

7 2 octobre 1917, SS Marine Q 77, Marine Paris à SIL Port-Saïd.

8 SS Marine Q 78, Port-Saïd le 12 octobre 1917, Monsieur le chef du Service d’informations de la Marine dans le Levant à M. Le Ministre de la Marine.

9 SS Marine Q 78, Port-Saïd le 30 octobre 1917, le Père Jaussen et les Syriens réfugiés.

10 MAE, Guerre 1914-1918, 882, 74.

11 22 février 1918, SS Marine Q86, Picot au Service d’information de la Marine dans le Levant. Accord pour que Durieux continue de collaborer au Service d’information de la Marine dans le Levant : « Toutefois il ne saurait être question de créer à Jérusalem une Direction du service des renseignements. Ce titre ne répondrait, en effet, à aucune réalité et ne pourrait que compliquer les rapports entre les divers organes existants, avec lesquels je désire conserver le contact direct ».

12 28 mai 1918, Marine Q 78, Port-Saïd, Compte rendu de la tournée faite en Palestine du 18 au 23 mai 1918 par Sarrou.

13 SS Marine Q 77, Port Said, le 10 décembre 1918, Rapport du Commandant Sarrou sur l’organisation actuelle du SIL.

14 Public Record Office, War Office 106/189, G.S.I. Advanced G.H.Q., French Propaganda in Jerusalem.

15 3 décembre 1915, SS Marine Q 85.

16 SS Marine Q 85, Arabie Révolte du Chérif, (manuscrit : 15 juillet -31 juillet).

17 Idem.

18 Ibidem.

19 J’ai déjà publié celui d’avril 1917 sur la Palestine (Laurens, 1993).

20 MAE, Guerre 1914-1918, 878, 173-181.

21 N.D.T. : un habitant de Jérusalem, de la grande famille des Husseini, a essayé de nouer des relations avec le Chérif Naser, lorsque ce dernier se trouvait au Bir Baïer avec le Capitaine Lawrence. Il a fait valoir son titre de Chérif et a fait appel au Roi du Hedjaz, mais il a été éconduit.

22 MAE, Guerre 1914-1918, 879, 25-57.

23 Jaussen a d’abord écrit « musulmans » puis l’a rayé.

24 SS Marine Q86, MAE, Nantes, Jérusalem B, 113.

25 MAE, Nantes, Jérusalem, 99. SS Marine Q 78, Service des informations de la Marine dans le Levant, 15 juin 1918, Le sionisme et les Arabes.

26 SS Marine Q 79, Service d’information de la Marine dans le Levant, Port-Saïd 27 décembre 1918, n° 180 (renseignements fournis par le R.P. Jaussen).

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540