Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe

 | 
Géraldine Chatelard
, 
Mohammed Tarawneh

Introduction

Géraldine Chatelard

Texte intégral

1Reprenant, avec quelques changements mineurs, les interventions du colloque dont il est issu, cet ouvrage s’articule autour des questions et des problématiques élaborées lors des échanges préparatoires. En particulier, il s’est agi de s’attaquer aux contradictions entre le contexte intellectuel et politique de l’époque et l’œuvre d’Antonin Jaussen, entre les aspects novateurs de son approche et son oubli subséquent par les sciences sociales.

2Parallèlement au corpus bibliographique de ses travaux, une biographie de Jaussen était à rédiger (Jean-Michel de Tarragon), laquelle comprenait plusieurs zones d’ombre. Le dominicain Antonin Jaussen (1871-1962), membre d’un ordre religieux à vocation scientifique, dont la mission au tournant du siècle est d’apporter un éclairage sur les textes bibliques avec les outils de la science moderne (Marcel Sigrist), dont la photographie naissante (Renaud Escande), arrive dans ce qui est pour lui la Terre sainte. Mais cette région est à l’époque l’enjeu de conflits religieux (Eugène Rogan) et politiques. Jaussen observe une réalité locale qui est l’objet de ces enjeux et qui est le lieu où s’opèrent des changements et où se construit une modernité. Il participe et il bénéficie de ces dynamiques : sans être missionaire, sa recherche s’appuie sur les missions qu’il utilise comme bases pour nouer des contacts avec les populations locales ; agent de renseignement pour la France au cours de la première guerre mondiale, il est activement impliqué dans la réflexion sur les changements politiques au Proche-Orient (Henry Laurens).

  • 1 Cf. L. Valensi, « Histoire et Anthropologie des pays d’Islam : fission et fusion », L’anthropologi (...)

3Sa formation de bibliste et son implication dans la modernité locale et ses enjeux peuvent en partie expliquer l’ambiguïté de son œuvre ethnographique : tout en écrivant sur Moab, il refuse les comparaisons avec les peuples sémitiques de l’Antiquité. Il s’inscrit, certes, dans un milieu intellectuel et scientifique marqué à la fois par l’approche religieuse exégétique (Cyrille Jalabert) et orientaliste (Irène Maffi)1 mais laisse à d’autres le soin des conclusions. Dans l’effort de systématisation descriptive tant des sociétés rurales et bédouines des marches et des steppes d’Arabie que du milieu urbain de Naplouse, il se projette pourtant au-delà de la démarche de bibliste que lui vaut sa formation pour développer l’empathie nécessaire à une ethnographie incarnée. Car il fait bien travail d’ethnographe, en menant son enquête selon des méthodes très modernes, sans pourtant se rattacher à aucune école, sans s’impliquer dans des débats théoriques (Françoise Métral). Jaussen est avant tout un homme de terrain, et non un scientifique de salon. Au lieu de textualiser la réalité sociale dans la tradition philologique orientaliste, Jaussen a profondément innové par rapport aux approches de son époque non seulement en empruntant la voie de la recherche sur le terrain, mais aussi en choisissant comme objet d’étude les sociétés rurales, généralement négligées et classées comme sujet « non-noble » par les écoles orientalistes dominantes de l’époque, davantage préoccupées par l’islam scripturaire et par une histoire historicisante, voire politico-institutionnelle.

  • 2 Il est curieux de remarquer que les travaux de Jaussen, en particulier Coutumes des Arabes au pays (...)

4Faisant donc de l’ethnographie sans le dire, et de surcroît entaché de l’étiquette de « bibliste », il va être ignoré des ethnologues, à quelques exceptions près2. C’est dans la mémoire dominicaine qu’il est resté, dans les archives photographiques de l’École biblique de Jérusalem, dans la lignée des épigraphistes sémitiques, tandis que ses ouvrages et articles ethnographiques demeurent seuls dans leur genre dans les annales dominicaines.

  • 3 On pourrait dire presque la même chose d’une partie des travaux en langue allemande. L’exemple des (...)

5Après lui, en effet, l’approche selon laquelle l’observation des Arabes contemporains éclairerait les mœurs des Sémites de la Bible est remise en question. On change de méthode, y compris en archéologie, où la Bible n’est plus l’unique fondement et justification de la recherche. Jaussen aura été également agent de renseignement pour la France, une puissance qui n’a pas vu ses ambitions se réaliser sur la Palestine et la Transjordanie. Ces régions, passées sous contrôle britannique, n’auront que peu de tradition francophone. Ainsi, y faisant la généalogie des voyageurs et ethnographes, on oublie Jaussen pour ne plus rappeler que les Anglo-saxons3. A l’inverse, dans les territoires sous mandat français de Syrie et du Liban, la recherche française ne se préoccupe que de l’ethnographie de ces régions.

6Si les éclairages jetés sur l’œuvre de Jaussen par le contexte historique et intellectuel de son époque constituent une partie des contributions à cet ouvrage, un autre volet de nos questionnements porte aussi sur les possibilités de réutiliser, aujourd’hui, dans les sciences sociales, les œuvres de Jaussen et de ses précurseurs, tant dans l’anthropologie urbaine du monde arabe (Jean Métral) que dans l’étude des campagnes (Raouf Abujaber) et des « régions tribales » des marges arides et semi-arides du Proche-Orient (William et Fidelity Lancaster).

7La deuxième partie de cet ouvrage aborde les enjeux scientifiques et politiques posés par la restitution aux sociétés étudiées des résultats des recherches des sciences sociales occidentales. Car faire des sciences sociales c’est, certes, contribuer à construire un savoir sur les sociétés humaines, c’est aussi se poser des questions d’ordre épistémologique sur la façon dont ce savoir est construit par nos catégories de la pensée et de l’imaginaire, mais c’est également transmettre ce savoir, le restituer aux communautés et sociétés humaines qui ont permis de le formuler.

8Cette réappropriation par les sociétés arabes indépendantes des visions coloniales sur elles-mêmes peut, en soi, devenir un autre objet de recherche (Géraldine Chatelard), qui ouvre des perspectives plus vastes sur l’utilisation de l’histoire et de l’archéologie dans la construction des identités nationales ou communautaires dans des États comme l’Arabie Saoudite ou le Yémen (Christian Robin). Cette question fait aujourd’hui débat en Jordanie, comme en témoignent les interventions à la table-ronde qui conclut cet ouvrage. Celle-ci, introduite par Mohammad Tarawneh, anthropologue jordanien, a permis à ses collègues historiens et archéologues de débattre des enjeux politiques et identitaires des sciences historiques dans le monde arabe contemporain, thème qui demeure encore peu traité par la recherche arabe ou occidentale.

Notes

1 Cf. L. Valensi, « Histoire et Anthropologie des pays d’Islam : fission et fusion », L’anthropologie en rance, situation actuelle et avenir, Paris, Editions du CNRS, 1977, p. 130-138.

2 Il est curieux de remarquer que les travaux de Jaussen, en particulier Coutumes des Arabes au pays de Moab, sont considérés par les anthropologues britanniques, davantage que par les ethnologues français, comme précurseurs de l’ethnographie moderne. Les célèbres « Introductions à l’anthropologie sociale » écrites par E. Evans-Pritchard où Beattie entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, mentionnent justement l’importance des études et des approches du père dominicain, à côté de celles du père Junod, missionaire en Afrique du Sud et auteur d’un ouvrage sur les Zulu. L’intérêt des africanistes anglais à l’égard de Jaussen se situe à la fois dans le cadre de leurs recherches sur les organisations tribales et dans le sillage des études comparatives sur les systèmes de parenté, où les travaux de Jaussen semblent apporter de nouveaux matériaux par rapport au célèbre ouvrage de Robertson-Smith, Kinship and Marriage in Early Arabia.

3 On pourrait dire presque la même chose d’une partie des travaux en langue allemande. L’exemple des études menées par Alois Musil est frappant. En effet, alors qu’une majorité des chercheurs travaillant sur les sociétés rurales du Bilad ash-Sham connaît les travaux en anglais de l’explorateur tchèque, publiés par l’American Geographical Society dans les années 1920, l’ouvrage en trois volumes intitulé Arabia Petraea, très important pour la connaissance ethnographique des tribus du Sud jordanien, et publié en allemand à Vienne la même année que Coutumes des Arabes au pays de Moab, est resté presque confidentiel.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540