Version classiqueVersion mobile

Du Coran à la philosophie

 | 
Jacques Langhade

Troisième partie. La pratique linguistique de Farabi

Chapitre VIII. La langue philosophique utilisée par Farabi

Texte intégral

Le Kitāb al-alfāẓ

1Il est un texte dans lequel Farabi met en œuvre très explicitement un vocabulaire particulier faute d'avoir trouvé, dans la science de son temps, tous les termes dont il avait besoin. Il s'agit du Kitāb al-alfāẓ al-musta‘mala fi-l-manṭiq.

Le point de vue logique de Farabi

  • 1 C'est le début de l'ouvrage : « Inna al-alfāẓ al-dālla minhā mā huwa... » (« On distingue les term (...)
  • 2 Voir par exemple p. 145, 2, paragraphe 132, où il est question de « al-alfāẓ al-mufrada al-dālla » (...)
  • 3 Il ne s'agit pas de dire que Farabi adopte ici le point de vue des grammairiens car déjà, le vocab (...)

2Dans cet ouvrage, Farabi se place à un point de vue qui fait intervenir la logique et la grammaire, à propos de l'étude des termes signifiants, al-alfāẓ al-dālla1. Ce n'est pas le point de vue du philosophe réfléchissant sur le langage, comme dans le Kitāb al-ḥurūf2 ; ce n'est pas non plus le point de vue qu'il adoptera dans l'Iḥṣā’ et qui, sur ce point, sera plus proche de celui des grammairiens, d'une certaine façon, dans la mesure où il reprend la fameuse division tripartite du début du Kitāb de Sībawayhi3.

  • 4 Kitāb al-alfāẓ al-musta‘mala fī-l-manṭiq. Les développements de Farabi dans cette œuvre concernent (...)

3Le point de vue explicite de Farabi dans ce texte est celui de la logique. Laissons de côté le titre qui est pourtant parfaitement précis sur ce point, dans la mesure où ce titre, ne faisant pas partie du début du texte, n'est pas nécessairement, sous cette forme, de Farabi, et dans la mesure où le contenu de l'œuvre va dépasser ce qui est délimité par l'expression de Termes utilisés en logique4. Mais, indépendamment de cela, nous lisons sous la plume même de Farabi des assertions qui ne laissent aucun doute sur ses intentions.

  • 5 Alfāẓ, § 1, p. 41, 10.
  • 6 Alfāẓ, § 2, p. 42, 7.
  • 7 Alfāẓ, § 2, p. 42, 9.
  • 8 Alfāẓ, § 1, p. 41, 11.
  • 9 Alfāẓ, § 3, p. 43, 1-10. Nous avons déjà cité ce dernier texte à propos de la polysémie, p. 216.
  • 10 Alfāẓ, § 3, p. 43, 10-14. Nous empruntons à Elamrani la traduction du dernier membre de phrase, 1. (...)

4Il distingue en effet différentes catégories de savants ou d'auditeurs et il introduit ainsi, les uns après les autres : les hommes de science en langue arabe (ahl al-‘ilm bi-l-lisān al-‘arabī)5 ; les grammairiens (al-naḥwiyyūn)6 ; les hommes de science en grammaire arabe (aṣḥāb ‘ilm al-naḥw al-‘arabī)7 ; les gens de science en grammaire parmi les hommes (de science) en langue grecque (ahl al-‘ilm bi-l-naḥw min ahl al-lisān al-yūnānī)8. Enfin, il parle de l'art de la grammaire (ṣinā‘at al-naḥw) qui utilise la langue de la foule (ğumhūr) et il oppose les grammairiens (aṣḥāb al-naḥw) aux autres hommes de science (aṣḥāb al-‘ulūm)9. Ceci une fois énoncé, il peut, sans aucune équivoque, dire quel est son but et à quel point de vue il se place : « Quant à nous, lorsque nous cherchons à définir les significations de ces termes, nous ne cherchons que le sens signifié par ces termes chez les gens de l'art de la logique uniquement (‘inda ahl ṣinā‘at al-manṭiq faqaṭ), du fait que nous n'avons besoin de rien en ce qui concerne le sens de ces termes en dehors des sens utilisés par les possesseurs-de cet art (aṣḥāb hāḏihi-l-ṣinā‘a) puisque notre présente étude porte sur ce que comprend cette science seule (hāḏihi-l-ṣinā‘a waḥdahā). »10

5Il n'y a aucune équivoque, par conséquent, sur les intentions de Farabi dans ce texte, dans la mesure où il ne se contente pas de préciser qu'il va parler des termes de logique à ceux qui professent cet art, mais où il désigne également ceux auxquels il ne s'adresse pas, ainsi que ceux auxquels il emprunte des concepts : les linguistes spécialistes de la langue arabe, les grammairiens, pour les premiers, d'une part, et les grammairiens parmi les linguistes grecs pour les seconds, d'autre part.

Logique et grammaire

  • 11 Voir par exemple ce que dit l'Iḥṣā’, p. 60, 14.
  • 12 C'est ce que Farabi développera dans le paragraphe 61 du Kitāb al-alfāẓ, p. 107, 1-108, 3.
  • 13 Iḥṣā’, p. 62, 3-9 ; voir p. 60, 15-16. Sur ce point des similitudes et des différences entre gramm (...)

6Il y a là une insistance sur la grammaire, même si elle est grecque, qui ne manquera pas de nous étonner dans un ouvrage sur la logique, quand on connaît la position de Farabi sur les rapports de la grammaire et de la logique, surtout si l'on prend garde que Farabi, s'il attribue aux sciences et aux arts l'usage d'un vocabulaire particulier, aux significations spécialisées, considère que la grammaire s'attache aux significations courantes des termes, particulières à chaque langue. Et s'il peut y avoir une analogie entre la grammaire et la logique en ce sens que l'une et l'autre s'intéressent aux termes et en donnent les lois11, s'il peut également y avoir une analogie entre elles du fait que lorsque la grammaire nous conduit aux significations intelligibles sans s'attacher à leur intelligibilité, la logique nous conduit à connaître les êtres existants sans s'attacher à leur existence12, il reste cependant une différence fondamentale entre les deux sciences : la grammaire donne des lois des termes, qui sont particulières à une nation, et lorsqu'elle traite d'une chose que cette langue a de commun avec une autre nation, elle ne le fait pas en tant que cela est commun mais en tant que cela se trouve dans la langue de cette grammaire particulière ; la logique, elle, ne donne que les lois des termes communs aux termes des nations et elle les considère en tant qu'ils sont communs, et elle ne s'attache pas à ce qui est particulier aux termes d'une nation13.

  • 14 Alfāẓ, § 2, p. 42, 7-12. La traduction de ce passage par Elamrani se trouve p. 200 ; elle ne compo (...)

7On aurait pu croire, après de telles prémisses, que la réflexion sur le vocabulaire utilisé en logique n'aurait donc rien à voir avec le vocabulaire de la grammaire, et que s'il est question de ce dernier vocabulaire, ce sera pour mieux en distinguer le vocabulaire de la logique. Ce n'est pourtant pas le cas dans le texte du Kitāb al-alfāẓ que nous étudions, et Farabi y a recours aux concepts et à la formalisation des grammairiens grecs. Il s'en explique clairement, pour se justifier, quand il déclare, une première fois : « Parmi les termes signifiants (al-alfāẓ al-dālla), il y a les termes que les grammairiens nomment les particules (ḥurūf) qui ont été institués pour signifier des sens (ma‘ānī). Il y a aussi de nombreuses espèces de ces particules. Si ce n'est que les hommes de science en grammaire arabe n'ont pas pris l'habitude, jusqu'à nos jours, d'associer à chacune de ces espèces un nom qui lui soit propre. Il faut donc que nous utilisions pour le dénombrement de leurs espèces des noms qui nous ont été transmis provenant des savants grammairiens en langue grecque, car eux, en effet, ont spécialement assigné à chacune de ces espèces un nom qui lui est propre. »14

8Ce qui est important dans ce texte, c'est finalement le besoin exprimé par Farabi du recours à une conceptualisation permettant d'affirmer la distinction entre les différentes formes de particules, alors que l'arabe se contente d'un ensemble unique dans lequel elles sont indifférenciées. C'est que, pour Farabi, cette classification des particules sera l'occasion d'introduire quelques-unes des catégories aristotéliciennes. Il va donc préférer au système arabe celui des grammairiens grecs qui, dans la forme où il est parvenu aux Arabes, à travers les Syriaques et leur traduction de la Technè grammatikè de Denys le Thrace, multiplie les subdivisions lorsqu'il traite des parties de la phrase, en particulier de l'adverbe et de la conjonction.

  • 15 Voir plus haut, p. 313-314.
  • 16 Iḥṣā’, p. 61, 9-13.

9Avant de revenir plus en détail sur ce point, nous pouvons remarquer que Farabi avait déjà, sur un point précis et fondamental, adopté le vocabulaire des grammairiens grecs — si l'on peut ainsi s'exprimer lorsqu'il s'agit de termes arabes — de préférence à celui des grammairiens arabes. Il s'agit de la fameuse division tripartite dont nous disions plus haut15 que nous la trouvions dans le Kitāb iḥṣā’ al-‘ūlūm tout comme au début du Kitāb de Sībawayhi. Il nous faut ici nuancer cette affirmation et la compléter en précisant que pour Farabi, cette division tripartite des grammairiens arabes, si elle fait partie de la classification de base relativement aux mots, n'est pas cependant propre aux seuls Arabes. Il l'expose dans le passage suivant de l'Iḥṣā’, où il précise que les grammairiens, même quand ils traitent de faits communs à toutes les langues, le font sur le mode de la particularité de cette langue et non sur celui de l'universalité : « C'est ainsi que les grammairiens arabes divisent les mots (kalām) dans la langue arabe en nom, verbe et particule (ism wa fi‘l wa ḥarf), tout comme l'affirmation des grammairiens grecs qui disent que les parties du discours (ağzā’ al-qawl) dans la langue grecque sont le nom, le verbe et la particule (ism wa kalima wa adāt). Une telle division ne se trouve pas qu'en arabe seulement ou en grec seulement, mais dans l'ensemble des langues. Les grammairiens arabes l'ont considérée en tant qu'elle se trouve dans la langue arabe et les grammairiens grecs en tant qu'elle se trouve dans la langue grecque. »16

  • 17 Iḥṣā’, p. 46, 14, qui ne développe pas ; Introduction à la logique : fuṣūl, Dunlop (1955), al-faṣl (...)

10Ainsi donc, pour Farabi, les Arabes comme les Grecs n'ont fait que codifier, avec des termes qui leurs sont propres, des faits qui sont universels puisqu'ils concernent l'ensemble des langues. Ce qui est très significatif, c'est que pour rendre compte à son tour de ces faits du point de vue de la logique qui le préoccupe ici, il ne le fasse pas en prenant appui sur le système de division propre aux Arabes, tel qu'on le retrouve par exemple chez Sībawayhi, mais qu'il adopte une nomenclature partiellement empruntée aux Grecs. Dans la division telle qu'il nous l'a présentée plus haut, il y a dénomination différente entre Grecs et Arabes pour deux sur trois des termes, le verbe et la particule : kalima et adāt au lieu de fi‘l et ḥarf, tandis que le terme ism, nom, est le même. Farabi emprunte aux Grecs soit deux termes, kalima et adāt, ce qui signifie que sa liste sera alors identique à la leur, puisque le troisième terme est commun aux Grecs et aux Arabes, soit un seul, et ce sera alors le terme kalima. Ce dernier cas est celui qui se présente dans le Kitāb al-ḥurūf et dans le Kitāb al-alfāẓ. Quant au premier cas, il est bien représenté avec le Kitāb iḥṣā’ al-‘ulūm et l'Introduction à la logique, où la cinquième section reprend et développe les trois termes de la division, ou le Kitāb al-‘ibāra qui reprend également et développe les trois termes de la division17.

  • 18 Alfāẓ, § 1-8, p. 41-56.
  • 19 On peut se référer sur ce point à Elamrani, Logique aristotélicienne..., p. 126, et à Gätje (1971) (...)
  • 20 Denys le Thrace, Technè grammatikè, introduction, traduction et notes, par Jean Lallot. Archives e (...)

11Ce qui est paradoxal, c'est que Farabi, dans l'Iḥṣā’, reprenne à son compte au début de l'œuvre la terminologie grecque, alors que dans le Kitāb al-alfāẓ où il reconnaît explicitement devoir recourir à la conceptualisation des grammairiens grecs, il garde, pour le terme de particule la dénomination des grammairiens arabes, ḥarf. Et pourtant c'est dans le chapitre des particules qu'il recourra à la classification grecque. On peut en effet dire que Farabi s'est sans doute inspiré, pour sa présentation du début du Kitāb al-alfāẓ18 de la Technè grammatikè de Denys le Thrace19. Celui-ci déclare en effet dans le paragraphe 11 qui a pour titre « Du mot » : « Le mot (lexis) est la plus petite partie de la phrase (logos) construite [...]. Il y a huit parties de phrase : le nom (onoma), le verbe (rhèma), le participe (methochè), l'article (arthron), le pronom (antonumia), la préposition (prothesis), l'adverbe (epirrhèma), la conjonction (sundesmos). »20

  • 21 Quintilien, De institutione oratoria, I, 4, 18-19, cité par Lallot, dans l'édition mentionnée ci-d (...)

12Ce qui sera paradoxal également, c'est que Farabi se lance ici dans une classification dont le détail, sans reprendre toute la Technè de Denys, en emprunte certains éléments, alors qu'Aristote proposait une classification plus simplifiée. Quintilien, cité par J. Lallot, commente en effet ainsi la classification de Denys le Thrace, devenue classique : « Les Anciens, parmi eux Aristote et Théodecte, ne connaissaient que les verbes, les noms et les conjonctions [...]. Peu à peu, le nombre [des parties de phrase] fut augmenté par les philosophes, surtout stoïciens : les articles furent d'abord ajoutés aux conjonctions, puis ce furent les prépositions ; aux noms, on ajoute l'appellatif, puis le pronom, puis un mixte du nom et du verbe : le participe, et aux verbes eux-mêmes, on ajouta l'adverbe. »21

  • 22 Aristote, Poétique, 20, 1456, b 38-1457 à 10 : « La conjonction est un mot dépourvu de significati (...)

13Le choix de Farabi est en effet d'autant plus étonnant qu'Aristote se contente d'une division que l'on pourrait considérer comme tripartite si l'on rapproche la conjonction et l'article dont les définitions données par la poétique sont très proches22. Peut-être faut-il considérer qu'en utilisant le terme de ḥurūf, particules, il a voulu rester fidèle à Aristote en maintenant une classification tripartite pour ensuite introduire des subdivisions dans la catégorie des particules et récupérer ainsi l'acquis taxinomique des grammairiens grecs ? La question demeure posée. Mais il reste que nous sommes beaucoup plus proches de la classification des grammairiens grecs que d'aucune autre.

Terminologie grecque et terminologie arabe

  • 23 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 125. Suivent des exemples. On pourrait augmenter considérab (...)
  • 24 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 125.

14C'est ce qu'il nous faut maintenant examiner. Après avoir affirmé, comme nous l'avons vu, que les grammairiens arabes n'ont past de vocabulaire particulier pour les différentes catégories de particules, Farabi adopte, dit-il, celui des grammairiens grecs. Certes, comme l'observe finement Elamrani, Farabi n'ignorait pas la grammaire arabe et un exposé comme celui du Ǧumal de Zağğāğī (m. 337/949) a pu lui être connu ainsi que la « classification » opérée par le grammairien dans un certain nombre de cas selon « la fonction de la particule dans la vocalisation correcte de l'énoncé, selon le principe général de l'i‘rāb. Les particules sont réparties suivant les fonctions régies par les quatre espèces de motions produites dans les finales des mots »23. Mais il reste que Zağğāğī passe en revue différents cas plutôt qu'il ne classe ou qu'il n'ordonne. Et surtout, il manque chez lui ce qui fait la particularité de la présentation de Farabi dans le Kitāb al-alfāẓ lorsqu'il subsume l'ensemble des particules qu'il examine sous un petit nombre de classes, celles-là mêmes qu'il emprunte aux grammairiens grecs. Zağğāğī ne procède pas, au ive/xe siècle, à une classification des particules, pas plus que les grammairiens qui l'ont précédé. Et on peut dire que Farabi ne trouve pas chez les grammairiens arabes le vocabulaire lui permettant de réaliser la classification qu'il souhaite, et ceci pour la raison que les grammairiens arabes n'ont pas éprouvé le besoin de procéder à une classification. Certes, ils ont organisé ou ordonné la présentation et la description des phénomènes, mais sans chercher à expliciter un point de vue théorique et plus abstrait, commandant une unification et une systéma-tisation de l'ensemble des phénomènes décrits. Cela sera au contraire, et Elamrani le souligne bien, le cas pour Farabi qui se place dans ce texte au point de vue de la logique24.

Les textes de Farabi sur la classification des particules et la division tripartite

  • 25 Voir plus haut, p. 317-318.
  • 26 Iḥṣā’, p. 46, 9-16.
  • 27 Iḥṣā’, p. 50, 8-14.
  • 28 Voir plus haut, p. 317.

15Notons enfin avant d'aborder le détail de la classification des particules que si Farabi examine systématiquement les particules dans le Kitāb al-alfāẓ, il en parle, comme nous l'avons dit plus haut, à propos de la division tripartite, en d'autres passages de ses œuvres25. C'est ainsi que dans le Kitāb iḥṣā’ al-‘ulūm, il se contente d'un simple paragraphe pour organiser le domaine des termes signifiants, distinguant le complexe du simple et divisant ensuite le simple selon les trois divisions évoquées26. Il passe ensuite à une classification plus vaste, qui est celle des différentes parties de la science du langage, et c'est à l'intérieur de cette classification, lorsqu'il aborde la science des lois relatives aux énoncés, du point de vue des affixes des noms et des verbes, c'est-à-dire lorsqu'il traite de la morphologie, qu'il mentionne les particules (adawāt) et le problème de leur flexion sur le mode du nom ou du verbe27. Peu ou pas de développement, la catégorie des particules est mentionnée sans être subdivisée, car elle est présentée d'un point de vue purement grammatical et morphologique : elle intervient au terme d'un développement sur les affixes — préfixes et suffixes — affectant les noms et les verbes, et d'une description du champ de la morphologie nominale et verbale. Les particules elles-mêmes sont mentionnées dans la mesure où elles sont soumises à ces règles de morphologie et non du point de vue de la syntaxe, en tant qu'elles gouvernent telle ou telle flexion. Ce point de vue est étroitement grammatical, et de plus il est adapté à la grammaire arabe et à l'i‘rāb, à la façon dont interviennent en elle les flexions. Mais alors, pourquoi avoir, dans ce cas, rendu le terme de particule par adāt qu'il utilise lorsqu'il parle des grammairiens grecs et non par celui de ḥarf qu'il utilise lorsqu'il parle des grammairiens arabes ? Dans une présentation qui ne déborde pas le cadre de la grammaire arabe, cela reste étonnant, d'autant plus qu'il opposera quelques pages plus loin, comme nous l'avons déjà dit28, la terminologie des grammairiens grecs à celle des grammairiens arabes qu'il connaît parfaitement.

L'introduction à la logique

  • 29 Voir plus haut, p. 318.
  • 30 Introduction à la logique, Dunlop (1955), p. 269, 18-270, 2, et p. 270, 10-11 ; édition Türker (19 (...)
  • 31 Introduction à la logique, Dunlop (1955), p. 273, 2-4 ; édition Türker, p. 211, 8-10.

16Dans deux autres présentations faites d'un point de vue logique, Farabi adoptera la même terminologie. C'est ainsi que dans l'Introduction à la logique, nous avons relevé29 que la cinquième section reprend la division tripartite. Il déclare en effet : « Les termes signifiants sont soit simples soit composés non simples. Les termes simples sont de trois sortes : le nom, le verbe et la particule — ism wa kalima wa adāt. Le verbe (kalima) est ce que les hommes de l'art de la grammaire parmi les Arabes appellent verbe (fi‘l) et ils appellent particule (adāt, instrument) la particule (ḥarf) qui est destinée à donner un sens. » Après avoir défini le nom et le verbe, il précise : « La particule (adāt) est un terme simple qui indique un sens et que l'on ne peut comprendre par lui-même ou si on le considère isolément ; mais on ne peut le comprendre que s'il est lié à un nom ou à un verbe ou aux deux comme lorsque nous disons "de" (min) ou "sur" (‘alā), ou d'autres termes semblables à ceux-ci. »30 Le développement qui suit reprend essentiellement ce qui concerne le nom et le verbe et ceci d'un point de vue logique, et c'est de ce point de vue également qu'il sera question des particules : « Le caractère propre de la particule (adāt) sera de n'être ni prédicat (ḫabar) ni sujet de la prédication (muḫbar ‘anhā) comme lorsque nous disons "est-ce que" (hal) et "ne... pas" (lam) et "de" (min) » ; mais il peut arriver que de nombreuses particules soient un élément du prédicat ou du sujet de la prédication, comme lorsque nous disons "Zayd était dans la maison", Zayd est le sujet de la prédication et le prédicat est notre énoncé "dans la maison". »31

  • 32 On retrouvera le même vocabulaire par exemple dans Ḥurūf : ribāṭ al-ḫabar bi-l-muḫbar ‘anhu wa huw (...)
  • 33 Sībawayhi, Kitāb, édition Hārūn, I, p. 12, 2. Voici la traduction par Troupeau de ce début : « Les (...)
  • 34 On peut en effet remarquer ici que nous retrouvons chez un grand grammairien de l'époque de Farabi (...)

17Le caractère logique du pointée vue où se place Farabi est bien affirmé dans le titre actuel de l'œuvre : sections embrassant tout ce dont la connaissance est nécessaire à celui qui veut commencer à étudier l'art de la logique ; ce caractère ne fait plus aucun doute après le commentaire qui vient d'être cité sur la particule. Dans ce commentaire, en effet, il ne considère pas la particule en tant qu'élément gouvernant tel ou tel cas, du point de vue de l'i‘rāb, mais selon sa fonction logique dans la phrase. Et s'il adopte un vocabulaire qui s'éloigne quelque peu de celui des grammairiens en utilisant le terme de muḫbar ‘anhu32 au lieu de mubtada’, et marque davantage ainsi la fonction logique de prédication, il ne faut pas oublier que c'est en connaissance de cause qu'il procède puisqu'il prend bien soin par ailleurs, comme nous l'avons noté, de donner à chaque fois qu'il y a divergence de terminologie à propos du verbe et de la particule le terme propre aux grammairiens arabes. De plus, la précision terminologique qu'il apporte pour la particule reprend la fameuse clause de Sībawayhi quand il énonce au début de son Kitāb la division tripartite : ğā’a li-ma‘nān33. On ne peut demander à Farabi d'être plus explicite pour renvoyer à la terminologie grammaticale arabe et pour bien montrer qu'il se démarque d'elle en adoptant une autre terminologie34.

Šarḥ al-‘ibāra : le Peri hermeneias de Farabi

  • 35 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 7, 5-7 et p. 13-14 ; traduction Zimmermann, p. 220 (35).
  • 36 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), avec renvoi à la traduction Zimmermann (= Z) : p. 11, 2, 11 (...)
  • 37 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 11, 2, Zimmermann, p. 222 (39) ; Sālim, p. 17, 13, Zimme (...)
  • 38 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 12, 11-13, Zimmermann, p. 223 (40) ; Sālim, p. 13, 4, Zi (...)
  • 39 Comme par exemple ‘Ibāra, Sālim, p. 12, 5 et p. 14, 5, 14 ; Zimmermann, p. 223 (40) et p. 224 (42) (...)
  • 40 Comme en ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 14, 14 ; Zimmermann, p. 224 (43).
  • 41 Comme par exemple en ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 16, 2 ; Zimmermann, p. 225 (44).
  • 42 Comme par exemple en ‘ibāra, Sālim (1976), p. 29, 13 ; Zimmermann, p. 234 (58).
  • 43 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 16, 3-4 ; Zimmermann, p. 225 (44).

18L'autre mention que nous avons faite de la division tripartite concerne le traité de Farabi sur le Peri hermeneias d'Aristote, al-‘Ibāra, dont le début est proche de ce que nous venons de voir dans la cinquième section de l'Introduction à la logique : « Les termes signifiants sont soit simples et indiquent des sens simples, soit composés et indiquent également des sens simples, soit composés et indiquent des sens composés. Les termes signifiant des sens simples sont le nom, le verbe et la particule – ism wa fi‘l wa adāt. » Puis après avoir défini de la même façon que dans le texte précédent le nom et le verbe, il ajoute : « Et la particule est un terme qui indique un sens simple et que l'on ne peut comprendre par lui-même, tout seul, sans qu'il soit lié à un nom ou à un verbe comme "de" (min) et "sur" (‘alā) ou ce qui est semblable à cela35. Puis au cours du développement qui suit et qui concerne surtout le nom et le verbe, il est fait mention des particules à différentes reprises. Mais il faut préciser que cela se fait en dehors de tout souci de classification générale. C'est ainsi qu'à plusieurs reprises, Farabi mentionnera les particules ou l'une ou l'autre de leurs espèces. Par exemple, il mentionne souvent les particules de négation (ḥarf al-salb)36, ou la particule , "non"37. Il parle également des particules d'attribution (adawāt al-nisba)38. Il mentionne, mais là encore en dehors de toute classification, des termes qui renvoient pour nous à la catégorie des pronoms comme ḫālifa qui peut se traduire par substitut39 ; il propose comme synonyme de ce terme celui de kināya40 ; ailleurs, il mentionne le pronom relatif sous la dénomination de ṣila41. Nous rencontrons aussi les particules conditionnelles, šarīṭa42. Mais il ne se contente pas de mentionner ces différentes formes de particules et d'en exposer les particularités, il précise également, comme nous l'avions déjà vu dans l'Introduction à la logique, citée quelques pages plus haut, la nature de la particule en général, considérée du point de vue de la fonction, quand il déclare : « La particule n'est pas un prédicat (ḫabar) ni sujet de la prédication (muḫbar ‘anhā) si on la prend isolément ; elle est seulement une partie du prédicat (maḥmūl) ou une partie du sujet (mawḍū‘). »43 Il est intéressant de noter qu'en passant du point de vue plus grammatical de l'énumération à celui plus logique de la fonction, Farabi opère un glissement dans le domaine du vocabulaire et passe de la terminologie des grammairiens (ḫabar) à celle des philosophes et des logiciens (mawḍū‘ et maḥmūl). Nul ne saurait s'en étonner dans le commentaire d'une œuvre logique.

Classification et dénomination

  • 44 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 11, 1-4 ; Zimmermann, p. 222 (39). Farabi précise ici ce qui concerne le (...)

19Ce qui est également intéressant à noter dans ce texte du Kitāb al-‘ibāra, c'est ce qu'il nous dit sur le problème de la dénomination. Farabi attire l'attention sur certaines limites de la langue arabe. C'est ainsi qu'elle ne peut comme d'autres langues recourir à la négation , "non", pour composer des termes considérés comme un terme unique, comme par exemple : « insān lā aḥad »44.

  • 45 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 17, 13-18, 5 ; Zimmermann, p. 226-227 (46)-(47).

20Autre limite de la langue arabe, non plus cette fois dans la composition des termes mais dans la terminologie, lorsqu'il s'agit de nommer certaines catégories de noms désignant une fonction grammaticale comme cela est le cas dans le chapitre de l'impératif : « On peut lier dans chacune des deux autres espèces de phrases le verbe à la particule là, et l'on obtient alors deux espèces opposées de phrases ; la proposition devient positive ou négative et l'impératif (amr) devient ordre (amr) ou défense (nahy). Pareillement en ce qui concerne la requête (taḍarru‘) et la demande (ṭalaba), si ce n'est qu'il n'y a pas, pour chacun des opposés de ces deux termes, de terme qui les spécifie dans la langue arabe. [...] Quant à l'ordre (amr) et à la défense (nahy) il n'y a pas dans la langue arabe de terme qui les englobe tous deux. Nous avons donc été obligé de les nommer tous deux du nom de l'un des deux, à savoir l'impératif — c'est-à-dire l'ordre (amr). »45

  • 46 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 19, 5-8 ; Zimmermann, p. 227 (48).
  • 47 Voir plus haut, en particulier p. 296-297.
  • 48 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 19, 12-20, 2 ; Zimmermann, p. 227-228 (48).
  • 49 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 23, 14-24, 5 ; Zimmermann, p. 231 (53). On peut noter que ce passage et u (...)

21Enfin, Farabi est en accord avec les recommandations que nous avons évoquées dans les chapitres précédents lorsqu'il énumère les différentes formes du nom dans son rapport avec ce qu'il signifie : « Parmi les noms, certains sont métaphoriques, certains sont transposés et certains sont homonymes ; certains sont utilisés univoquement, certains sont dits de la chose d'une manière générale ou particulière ; certains sont distincts, certains sont synonymes et certains sont dérivés. »46 Puis il développe avec plus de détail comment se forment ces différentes catégories de termes, et nous retiendrons plus spécialement ici ce qui concerne les termes transposés car nous y retrouvons ce que nous avions déjà vu à propos du vocabulaire des sciences47. « Le nom transposé : cela consiste à prendre un nom à la signification bien connue qui, depuis qu'il a été institué, désigne l'essence d'une chose particulière ; puis ensuite, on en fait un nom qui désigne l'essence d'autre chose tout en restant commun à la seconde et à la première chose au cours du temps. C'est ce qui se produit pour les choses qui sont découvertes dans les sciences en formation. Les choses avant cela n'étaient pas bien connues par la foule et c'est pour cela qu'elles n'avaient pas chez eux de nom. Celui qui les découvre leur transpose les noms des choses bien connues qui leur ressemblent. Et il recherche pour cela le nom des choses qui leur sont le plus semblables. »48 Farabi reviendra plus loin sur ce point pour l'illustrer avec le cas de termes transposés comme les termes de ğawhar – substance et non plus joyau –, ṭabī‘a (nature) et bien d'autres termes49.

Le Kitāb al-alfāẓ et ses rapports avec la Technè grammatikè de Denys le Thrace

  • 50 Voir plus haut, p. 316.
  • 51 Alfāẓ, § 2, p. 42, 12-17.

22Mais revenons à la division tripartite et à ses ramifications telles que nous les trouvons dans le Kitāb al-alfāẓ. Nous avons fait état plus haut des déclarations de Farabi constatant que la langue arabe — et donc les grammairiens arabes — ne disposait pas du vocabulaire ou des notions permettant une classification des particules. Farabi va consacrer à ces particules une part importante de ce début du Kitāb al-alfāẓ. Comme nous l'avons déjà remarqué, il y a des points de ressemblance entre la Technè grammatikè de Denys le Thrace et le vocabulaire de Farabi et certaines de ses divisions. Nous voudrions les étudier plus en détail. Comme il le précise dans le passage du deuxième paragraphe déjà évoqué50, les Grecs ont assigné des noms aux différentes sortes de particules et ce sont ces noms que Farabi entend rendre en arabe lorsqu'il déclare : « Ils nomment en effet une espèce de particules ḫawālif (substituts) ; et ils nomment une de ses espèces wāṣilāt (joints) ; et ils nomment une de ses espèces wāsiṭa (médiation ou intermédiaire) ; et ils nomment une de ses espèces ḥawāšī (marges ou "remplissage") ; et ils nomment une de ses espèces rawābiṭ (connexions). Parmi ces particules, il y en a qui peuvent être liées aux noms et il y en a qui peuvent être liées aux verbes ; et il y en a qui peuvent être liées au composé des deux. Et toute particule parmi elles qui est liée à un terme signifie que ce qui est compris par ce terme est dans une certaine situation. »51

  • 52 Voir plus haut, p.  317-318.
  • 53 Voir plus haut, p. 319.
  • 54 Nous renvoyons à nouveau ici à Poétique, 20, 1456 b 20-21. Nous utilisons l'édition et la traducti (...)

23La première remarque à faire quand nous comparons cette liste à celle de la Technè grammatikè telle que nous l'avons donnée plus haut52 est, nous le redisons, la similitude de la classification. Mais il ne faut pas oublier de remarquer que si Denys propose de distinguer huit parties de phrase, qu'il énumère sans instituer véritablement de hiérarchie dans sa classification, chez Farabi, la classification est faite en deux étapes : tout d'abord les noms et les verbes et le composé — de deux noms ou d'un nom et d'un verbe —, et ensuite les particules qui se subdivisent en cinq catégories. Ainsi, si le participe de la classification de Denys n'est pas retenu par Farabi, par contre, il mentionne l'énoncé, ce qui correspondrait à la phrase que Denys décompose en huit éléments ; mais surtout, il rassemble l'ensemble des cinq espèces qu'il emprunte à Denys sous le nom générique de particules (ḥurūf), ce que ne faisait pas la Technè. Ce faisant, il reste encore dans la mouvance de la grammaire arabe et il reste, comme nous le remarquions plus haut53, plus proche d'Aristote, dans ce premier temps, que des grammairiens grecs, dans la mesure où sa division tripartite évoque la division par Aristote de l'élocution (lexis) si on laisse de côté les éléments constituants que sont la lettre et la syllabe.54

LES PARTICULES

Les ḫawālif

  • 55 Zimmermann, Al-Farabi's... De interpretatione, p. cxxxvi, n. 3. Elamrani, dans sa traduction donné (...)
  • 56 Alfāẓ, § 4, p. 44, 6-7.
  • 57 Denys le Thrace, Technè, § 17, p. 24 de la traduction Lallot.

24La première espèce de particule présentée par Farabi est celle des ḫawālif, pluriel de ḫālifa. Zimmermann, dans son introduction à sa traduction anglaise du commentaire du De interpretatione de Farabi, traduit ce terme par substitut et considère qu'il est pour Farabi l'équivalent du terme "pronom", antōnumia55. Le terme de substitut correspond bien à ḫālifa qui renvoie à la racine ḪLF dont l'un des sens est de "succéder", de "venir après" et en même temps de "tenir la place de", comme c'est le cas avec le terme ḫalīfa, calife. C'est d'ailleurs dans ce sens que Farabi explique le terme quand il dit : « Nous voulons dire par ḫawālif, substituts, toute lettre ou tout terme qui tient la place du nom quand le nom n'est pas prononcé. »56 Cette définition ne contredit pas celle que nous trouvons dans la Technè : « Le pronom (antōnumia) est un mot employé en place d'un nom et qui indique des personnes définies. »57 Mais à la place du développement et des subdivisions introduites par Denys qui distingue et explicite six "accidents du pronom", Farabi se contente de donner des exemples des différentes formes de pronoms isolés ou liés. Ceci pourrait s'expliquer par le fait que le développement fait sur ce point par Denys est essentiellement d'ordre grammatical et morphologique. Indépendamment du fait qu'il est adapté à la langue grecque, il est aussi à remarquer que ce ne sont pas des questions de cet ordre qui préoccupent Farabi et qu'il est normal qu'il se soit, dans de telles conditions, contenté d'une simple mention de quelques formes de pronoms sans tendre à une formalisation.

  • 58 « La plupart des définitions données par Ar-Rummānī (dans son Kitāb al-Ḥudūd) sont conformes à cel (...)
  • 59 Rummānī, Ḥudūd, définition n° 38, p. 40 ; traduction Troupeau in Mélanges Philippe Marçais, p. 190 (...)

25Mais par ailleurs, il n'est pas sans intérêt de noter que le terme utilisé ici par Farabi n'est pas inconnu, sous la forme ḫalf, des grammairiens, même s'il s'agit d'un grammairien que l'on pourrait considérer comme influencé par la logique58. Il s'agit de Rummānī (m. 384/994), qui définit ainsi la suppression, ḥaḏf : « Chute d'un mot, causée par un remplaçant, ḫalaf, qui en tient lieu. »59 Farabi reste ainsi dans un domaine qui ne dépayse pas entièrement les grammairiens arabes traditionnels, même s'il utilise pour désigner les pronoms un terme qui obéit aux règles, qu'il a proposées, de concordance entre le sens du mot et le terme choisi pour le désigner.

Wāṣilāt

  • 60 Voir par exemple Ibn Durayd (m. 321/933) qui, dans son Ğamharat al-luġa, III, p. 88 b 15, appelle (...)
  • 61 Al-Farabi's Commentary, p. cxxxvi, n. 3, et xxxiii, n. 4 ad finem (= p. xxxiv). Elamrani, dans sa (...)

26Le second terme expliqué et développé par Farabi est celui de wāṣilāt, pluriel de wāṣila, dont le sens, si l'on se réfère aux dictionnaires arabes, renvoie à l'idée d'être joint à autre chose60. Et c'est ainsi que Zimmermann traduit le terme par joint ; et il le met en outre en rapport avec le grec arthron, article61. Farabi, lui, n'explique pas le terme, mais se contente d'en donner les différentes formes dans la langue arabe : l'alif lām de l'article, le relatif, la particule du vocatif et les adjectifs indéfinis "tout (tous)" et "quelque(s)". Et, pas plus que pour la catégorie précédente des ḫawālif correspondant aux pronoms de Denys le Thrace, il ne suit ce dernier dans ses subdivisions de l'article en trois accidents. Là encore, la raison est sans doute, comme auparavant, qu'il ne s'agit que de distinctions purement morphologiques en fonction du genre, du cas et du nombre ; distinctions faites dans le cadre de la langue grecque mais qui pourraient, au moins en ce qui concerne le relatif, s'appliquer à l'arabe. Ce n'est pas ce genre de précisions qui retient Farabi dans ce texte et l'on s'explique qu'il n'ait pas éprouvé le besoin de pousser plus loin les divisions ou subdivisions.

  • 62 Cf. l'explication de Farabi dans ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 17, 10 sq., et Zimmermann, p. 226 (46).
  • 63 Poétique, 20, 1457a 6-7 ; traduction J. Hardy, p. 59-60 ; voir le texte de la traduction arabe d'A (...)

27Ce qui est intéressant également, c'est d'examiner les catégories que Farabi fait entrer sous les wāṣilāt, joints, comme la particule du vocatif, ou yā ayyuhā, ainsi que les adjectifs indéfinis : tout (tous) et quelque(s). Point de correspondant chez Denys à ces deux catégories mais une particularité dans leur emploi en langue arabe : ces termes ne suffisent pas à donner sa signification à l'énoncé mais ils sont une partie de cet énoncé et un élément de sa signification, tout comme l'article et le relatif spécifient l'énoncé dans le domaine de la détermination ou de la désignation. Mais on peut cependant souligner que la particule et les indéfinis tout (tous) et quelque(s) véhiculent une certaine signification qui leur est propre, sous-entendue dans le vocatif62, et clairement énoncée avec les indéfinis kull et ba‘ḍ. On peut donc dire que Farabi, ici, déborde la catégorie de l'article (arthron) selon Denys, qui la limite à l'article défini ho et au relatif hos, et qu'il en va de même pour la présentation aristotélicienne de ce même article dans la poétique : « L'article est un mot dépourvu de signification (asèmos) qui indique le commencement, la fin ou la division de la phrase. »63

  • 64 Denys le Thrace, Technè, traduction Lallot, note 1 du § 16, p. 74. Lallot poursuit (Anaximène, Rhé (...)
  • 65 Lallot, Technè, p. 74, note 1, ad finem.
  • 66 Et ce, malgré le fait que l'on retrouve le terme de mawṣūl avec le sens d'adjoint aussi bien dans (...)

28Mais comment expliquer ce qui a guidé Farabi dans le choix de la dénomination et du principe de développement ? Il est dans la lignée d'Aristote et de Denys en ce qui concerne le terme choisi pour désigner cette catégorie, le terme de wāṣilāt que nous traduisons par "joint", conformément à ce que nous avons pu voir de ce terme dans les dictionnaires arabes du temps de Farabi. Certes, le terme grec arthron désigne initialement davantage que le joint puisqu'il s'agit de la jointure, de l'articulation. Il semblerait, selon Lallot, que « l'usage grammatical du terme arthron remonte peut-être à Aristote, Poétique, ch. 20, 1457a 6, [...], en tout cas à son contemporain Anaximène de Lampsaque »64. Et à partir d'Apollonius, on rapprochera arthron du verbe artasthai (passif de artao), dont le sens est être suspendu, être lié à, dépendant de, se rattacher à, « l'article ayant pour spécificité syntaxique de se rattacher à un casuel »65. Ainsi, le terme retenu par Farabi pour rendre la catégorie de l'arthron correspond bien au sens pris par ce terme dans la grammaire grecque, sens qui lui-même se rattache à Aristote. Et par là, une fois de plus, Farabi s'éloigne des grammairiens arabes66. Farabi, de plus, unifie, à la suite des Grecs, ce qui était séparé chez les Arabes, comme l'article et le relatif, et il y ajoute deux autres catégories avec les particules du vocatif et de l'indéfini.

Wāsiṭa

  • 67 Al-Farabi's Commentary... de Interpretatione, introduction, p. cxxxvi, n. 3 ; Elamrani, dans sa tr (...)
  • 68 Denys le Thrace, Technè, § 18, p. 25.
  • 69 Alfāẓ, § 6, p. 45, 1-3. Traduction Elamrani, p. 203, § 6.

29La troisième catégorie de termes expliquée par Farabi est dénommée wāsiṭa, mot que l'on pourrait traduire par terme intermédiaire, ou même par médiation. Zimmermann le rend par milieu ou terme médiateur, et le met en rapport avec la préposition, prothesis, dans l'énumération de la Technè de Denys67. Sur cette catégorie, Farabi est encore une fois plus bref que Denys, mais Denys lui-même est fort peu prolixe puisqu'il se contente de donner la liste des dix-huit prépositions, réparties selon le nombre de leurs syllabes, après avoir explicité l'étymologie du terme68. Farabi, lui, se contentera d'affirmer que « les intermédiaires sont tout ce qui est associé à un nom quelconque et qui signifie que ce qui est dénommé est relié à autre chose et qu'autre chose lui a été relié, comme "de", "au sujet de", "vers", "sur" et ce qui y ressemble »69. Comme on peut le constater, rien sur l'i‘rāb, sur le cas voulu par la préposition, mais renonciation de la fonction de cette particule.

Ḥawāšī

  • 70 C'est ainsi que si les particules occupent 15 des 70 pages que comprend l'ouvrage, 10 de ces 15 pa (...)
  • 71 C'est d'ailleurs ainsi que le traduit Zimmermann, De interpretatione, p. cxxxvi, n. 3
  • 72 C'est ainsi que le traduit Elamrani, p. 201, § 2, ad finem, et p. 203, § 7, début.
  • 73 Denys le Thrace, Technè, § 19, traduction Lallot, p. 25.
  • 74 Selon qu'il s'agit du lieu où l'on est, de celui où l'on va, ou de celui d'où l'on vient, p. 26, § (...)

30C'est alors que Farabi aborde la quatrième catégorie de particules, celle des ḥawāšī, qu'il va considérablement développer70. Le terme de ḥawāšī, pluriel de ḥāšiya, a dans la langue arabe le sens de marges ou "remplissage"71. Si on cherche le terme auquel il correspond dans la classification de la Technè, ce sera celui d'adverbe, epirrhèma72. Chez Denys le Thrace, ce paragraphe sera l'occasion d'une définition : « L'adverbe est une partie de phrase non fléchie, dite du verbe ou appliquée au verbe. »73Puis après avoir distingué les adverbes simples et composés, il énumère vingt-six catégories en fonction desquelles il répartit les adverbes, selon leur signification. Il est chaque fois concis : l'énoncé du nom de la catégorie, puis la reprise de ce nom précédé de « les adverbes de », et enfin un exemple ou davantage. Seule exception, pour le lieu : il introduit alors trois « relations »74.

31Chez Farabi, la présentation est très différente. Et tout d'abord, pas de définition, au début de l'exposé, ni du terme ḥawāšī, ni de la notion, mais tout de suite l'exposé de la première des espèces d'adverbes, celle qui comporte l'affirmation de la certitude de l'existence de la chose (Ā 7/1). Il poursuivra son énumération en parlant des particules qui indiquent la négation de la chose, son affirmation, le doute à son sujet, la conjecture, que l'on recherche sa mesure, le temps de son existence, son lieu (respectivement Ā 7/2 à 7/8). Une rupture survient alors dans l'exposé dans les paragraphes 7/9 et 7/10, selon le découpage de Muhsin Mahdi, l'éditeur du texte : Farabi y fait une réflexion sur ce que l'on cherche à savoir par la question posée dans chacun des trois cas précédents, et il répond que ce que l'on cherche à connaître est cela même qui a motivé la question. Du coup, la réponse doit fournir cette connaissance relative à la quantité, au temps et au

  • 75 Alfāẓ, § 7/10, p. 47, 4-6.

32lieu. Et Farabi fait intervenir alors une considération sur la dénomination de la particule qui est utilisée dans chacun de ces cas : « La chose que celui qui répond utilise pour communiquer à celui qui interroge ce qui fait l'objet de sa demande est dénommée du nom des particules utilisées par celui qui interroge dans sa demande, ou d'un nom dérivé du nom des particules utilisées. »75Puis, ces remarques faites, Farabi reprend l'énumération des particules restantes dans la catégorie des ḥawāšī : celles qui interrogent sur l'existence de la chose, celles qui portent sur la connaissance de son essence, de sa modalité, de sa différence spécifique et enfin de sa cause (des Ā 7/11 à 7/15). Cette seconde partie de l'exposé est la plus développée : elle représente les trois quarts de la section consacrée à cette catégorie de particules.

  • 76 Ibn Durayd, Ğamhara, III, p. 233 a, 5-6. De ce point de vue, nous retrouvons le sens du terme epir (...)

33Cette remarque nous amène à prendre conscience de la particularité de la composition de cette section consacrée aux ḥawāšī. Comme nous le disions plus haut, Farabi ne définit pas le terme de ḥawāšī et il a recours à un terme dont le sens est en arabe "marge", "remplissage". Nous pouvons préciser ce sens en recourant au dictionnaire de son contemporain Ibn Durayd qui explique le sens du nom d'action (maṣdar) ḥašā en en faisant l'équivalent de nāḥiya et avec l'exemple suivant : « anā fī ḥašā fulān ay fī nāḥiyatihi (je suis dans la marge de quelqu'un, c'est-à-dire, je suis à côté de lui). »76

34Outre la dénomination de cette catégorie de particules, Farabi va reprendre certaines des subdivisions de Denys dans son paragraphe sur l'adverbe. Mais ce qui est intéressant, c'est la façon dont il le fait et, de ce point de vue, le déséquilibre entre les deux parties (paragraphes 7/1 à 7/8 d'une part, et 7/11 à 7/1.5 d'autre part) est assez révélateur. La première partie présente huit espèces de ces particules en dix-sept lignes, dont sept lignes pour la première relative à la certitude de l'existence de la chose, ce qui fait une présentation très brève pour chacune des sept autres espèces, tout comme c'est le cas dans le développement de Denys. A cette similitude, on peut ajouter le fait que l'on peut rapprocher les subdivisions de Farabi et celles de Denys :

Farabi 7/1, certitude de l'existence, inna, et Denys 19/24, confirmation ;

Farabi 7/2, négation, et Denys 19/9, dénégation ou négation ;

Farabi 7/3, affirmation, et Denys 19/10, assentiment ;

  • 77 Si cette particule exprimant le doute sur la chose n'a pas de correspondant dans la liste des adve (...)

Farabi 7/4, doute sur la chose, sans correspondant chez Denys77 ;

Farabi 7/5, conjecture sur la chose, et Denys 19/14, les adverbes de supposition ;

Farabi 7/6, connaissance de la quantité de la chose, et Denys 19/4 et 5, quantité et nombre ;

Farabi 7/7, temps de la chose, et Denys 19/1, les adverbes indiquant le temps ;

Farabi 7/8, lieu de la chose, et Denys 19/6, les adverbes de lieu.

35Le grand nombre de ces rapprochements nous confirme dans l'idée que Farabi ne s'est pas contenté d'affirmer la nécessité du recours aux grammairiens grecs, mais qu'il a effectivement mis à profit leur présentation et leurs classifications. Cette impression peut être confirmée par le fait que dans la seconde partie Farabi se lance dans un développement d'une structure tout à fait différente où il s'étend longuement sur chacune des divisions qu'il présente. Il se trouve que ces divisions ne se rencontrent plus chez Denys, mise à part celle qui concerne la qualité (paragraphe 7/13) que l'on pourrait éventuellement rapprocher de Denys, paragraphe 19/2 et 3, mais partiellement seulement dans la mesure où Farabi pense surtout à la qualité en tant qu'elle affecte l'essence de la chose. Il semblerait donc que Farabi, après avoir suivi la Technè dans une première partie de sa présentation, se soit attaché à développer, en logicien-philosophe, une classification qui ne renvoie plus aux grammairiens grecs. Et en effet, les cinq divisions présentées dans cette seconde partie correspondent à des développements que nous trouverons par ailleurs chez Farabi, comme par exemple dans le Kitāb al-ḥurūf dont la troisième partie est consacrée aux différentes formes de discours et aux particules d'interrogation ; nous y trouvons traitées les questions qui font l'objet de la seconde partie du développement qui nous occupe. C'est ainsi que nous pouvons mettre en rapport :

Alfāẓ, 7/11, connaissance de l'existence de la chose, et Ḥurūf, Ā 215 ;

Alfāẓ, 7/12, connaissance de l'essence (particule ), et Ḥurūf, Ā 166 sq ;

Alfāẓ, 7/13, modalité de la chose, et Ḥurūf, Ā 200 ;

Alfāẓ, 7/14, la différence essentielle, et Ḥurūf, Ā 183 sq ;

Alfāẓ, 7/15, connaissance de la cause, et Ḥurūf, Ā 215 sq ;

  • 78 Que l'on retrouvera dans la seconde partie du développement du Kitāb al-alfāẓ, paragraphe 7/13.
  • 79 Certes, Elamrani insiste sur cette intervention des catégories, p. 203, note 2, à propos des "adve (...)

36On peut donc dire que nous nous trouvons devant une démarche à deux faces dans un développement sur les ḥawāšī, une démarche plus formelle, marquée par les catégories de la grammaire grecque, et une démarche plus orientée vers une réflexion de type logique et métaphysique. La première partie, plus formelle, en reprenant les divisions de la Technè, donne certaines des catégories aristotéliciennes, à savoir l'essence (Ā 7/1), la quantité (Ā 7/6), le temps (Ā 7/7) et le lieu (Ā 7/8). Les paragraphes de réflexion 7/9 et 7/10 sont construits en fonction de ces trois dernières catégories. Ces catégories se retrouvent en effet chez Denys : le temps (Ā 19/1), le lieu (Ā 19/6), la quantité (Ā 19/4 et 5), qui parle également de la qualité (Ā 19/2 et 3)78. Nous ne pensons pas cependant qu'il faille accorder trop d'importance à ce fait que certaines des catégories d'Aristote sont reprises dans la Technè et dans la première partie du développement de Farabi. Car cette reprise n'est pas systématique et ne correspond pas au point de vue où se place Aristote qui recherche les genres les plus généraux de l'être.79 Nous voyons davantage un recoupement entre deux classifications qu'un rapprochement entre grammaire et logique dans l'œuvre de Denys. Mais nous pensons, dans le même temps, que le point de vue de Farabi, qui s'intéresse à la logique, l'a guidé dans le choix qu'il a fait des emprunts aux divisions proposées par Denys : ces emprunts portent sur les subdivisions de la Technè qui concernent les catégories aristotéliciennes et sont complétés par trois emprunts supplémentaires, portant sur l'affirmation, la négation et la conjecture, qui peuvent être considérées comme des approches logiques de la proposition.

  • 80 Alfāẓ, § 7/3, p. 45, 13-46, 3. Voir la traduction proposée par Elamrani, p. 204, sub 3°.

37Donc, là encore, nous voyons que Farabi, tout en s'inspirant des grammairiens grecs, ne suit pas jusqu'au bout leur méthode ou leurs classifications mais sauvegarde la spécificité du point de vue auquel il se place. Il est d'ailleurs une remarque qui nous montre combien Farabi était conscient de faire œuvre de logicien et, tout en ayant recours à la systématisation des grammairiens grecs, tenait à se démarquer des grammairiens en général. C'est une sorte de parenthèse qu'il ouvre entre les paragraphes 7/3 et 7/4, après avoir présenté les particules de négation et d'affirmation (Ā 7/2 et 7/3). Il revient sur la particule de négation laysa et précise : « Il ne nous échappe pas que notre terme laysa est classé par de nombreux grammairiens parmi les verbes (kalim) et non parmi les particules. De la même façon, de nombreux [termes] parmi ceux que nous compterons au nombre des particules sont classés par de nombreux grammairiens non point parmi les particules mais soit parmi les noms soit parmi les verbes. Mais quant à nous, nous ne classons ces choses que selon ce qui est le plus profitable à l'art dont nous nous occupons. »80Comme nous avons déjà eu l'occasion de le remarquer, Farabi est tout à fait conscient de la nécessité où il se trouve, comme tout savant, de procéder à une conceptualisation en fonction de l'art dans lequel les termes sont utilisés. Là aussi, comme en phonétique avec le principe de la tendance au plus facile, le principe sera un principe d'économie et de cohérence, sous la forme de la recherche du plus utile et du plus profitable.

La dénomination des particules

  • 81 Alfāẓ, § 7/10, p. 47, 4-6.
  • 82 Ḥurūf, § 3, p. 62, 12-13, puis 14 sq.

38Au cours de ce travail interviendra le besoin de dénomination pour désigner les différentes catégories de particules distinguées et classées. Il s'en explique sous forme générale au début du paragraphe 7/10 avant d'appliquer ce principe aux trois catégories de la quantité, du temps et du lieu, qu'il vient de présenter dans paragraphes 7/6 à 7/8 : « La chose à laquelle recourt celui qui répond, pour informer celui qui interroge sur ce qu'il demande, est dénommée du nom des particules utilisées par celui qui interroge, dans sa demande, ou d'un nom dérivé (muštaqq) du nom des particules utilisées par celui qui interroge. »81 Nous retrouvons ici l'application du principe d'économie et d'utilité. L'utilisation de la particule pour dénommer la catégorie qu'elle représente est ce qu'il y a de plus simple et de plus efficace, lorsque cela est possible, car on n'introduit pas d'élément extérieur susceptible d'engendrer confusions et équivoques. Le procédé, certes, n'est pas nouveau, et Farabi le préconise au début du Kitāb al-ḥurūf dans un passage qui se rapproche en beaucoup de points de celui que nous venons de citer. Il y déclare : « Il faut que l'on sache que la plupart des choses que l'on cherche à savoir par ces particules et ce par quoi il faut que l'on réponde en ce qui les concerne, les philosophes nomment cela du nom de ces particules ou d'un nom dérivé de ces particules. » Tel est le principe général qui correspond, sous une expression légèrement différente, à celui qui règle la même situation dans le Kitāb al-alfāẓ et qui a été cité plus haut. Farabi poursuit en appliquant ce principe à la dénomination de certaines catégories comme le temps, le lieu, la qualité, la quantité82, tout comme dans le Kitāb al-alfāẓ, où il procédait à une application au cas de trois catégories.

  • 83 Voir plus haut, p. 294 B, et p. 301.

39Nous pouvons ajouter ici une remarque : dans tous ces cas, pour l'appellation des catégories, comme il vient de le dire, tout comme pour la dénomination des classes de particules qu'il est en train d'opérer dans le Kitāb al-alfāẓ, Farabi reste fidèle à un principe ou à un souhait qu'il avait énoncé dans sa réflexion théorique sur la constitution de la langue des sciences en général et de celle de la philosophie en particulier : recourir le plus possible aux termes de la langue dans laquelle se constitue la science et éviter, autant que faire se peut, le recours aux termes étrangers transposés et adaptés83. Farabi, par le recours aux particules utilisées dans le langage courant, c'est-à-dire le langage de celui qui interroge, pour dénommer la catégorie de particules ou pour en dériver le nom qui servira dans la classification, contribue à développer la langue philosophique sans augmenter le nombre de termes étrangers dans la langue.

Rawābiṭ

  • 84 Selon l'expression de Kazimirski dans son dictionnaire.
  • 85 Zimmermann, Al-Farabi's... De interpretatione, cxxxvi, n. 3. Elamrani adopte pour sa traduction le (...)

40Après ce long développement consacré aux ḥawāšī, Farabi aborde la cinquième et dernière classe de particules, celle des rawābiṭ, terme arabe pluriel de rābiṭ, que l'on pourrait traduire par lien, jonction, « tout ce qui sert à lier une chose à l'autre »84, et que Zimmermann traduit par connectif, conjonction85. Et de fait, dans la logique de la classification de Farabi dans son rapport avec celle de Denys, c'est bien à la dernière des "parties de phrase", la conjonction, sundesmos, que Farabi cherche à donner un correspondant en arabe avec les différentes espèces de rawābiṭ qu'il va détailler. Et si l'on compare, comme nous allons le faire, les deux listes, les correspondances sont trop précises pour être accidentelles.

  • 86 Soit 35 lignes, ce qui pourtant ne fait pas le tiers des 113 lignes consacrées par Farabi à la sec (...)

41Mais, tout d'abord, une première remarque sur la composition même de cette dernière classe de particules. Sans atteindre l'importance du développement de la seconde partie des adverbes, elle donne lieu à des considérations plus ou moins étendues, et qui sont deux fois et demi plus longues que celles consacrées aux trois premières classes de particules86. C'est dire que Farabi a trouvé bon de donner quelques détails sur cette classe de particules sans pour autant y trouver matière à des considérations aussi poussées sur l'être et certaines de ses catégories que dans la classe précédente.

  • 87 Denys, Technè, notes de Lallot, p. 94, note 2 du § 20, 1.
  • 88 Selon Diogène Laërce, VII, p. 71-76. Voir la traduction Genaille (Garnier- Flammarion, II, p. 74 s (...)
  • 89 Notes de Lallot à la Technè de Denys, p. 93, sub § 20, 2.

42Dans sa Technè, Denys définit ainsi la conjonction : « La conjonction (sundesmos) est un mot qui conjoint la pensée en ordonnant et qui révèle une ouverture du discours. » Comme le remarque Lallot dans son commentaire, « la conjonction ne relie pas des mots mais des phrases »87. Prenant note par ailleurs des variations considérables entre les listes de conjonctions, Lallot ajoute que l'on « peut dire sans trop d'inexactitude que la liste de la Technè constitue une sorte de noyau minimum à partir duquel on peut discerner avec assez de netteté quelle est l'origine de la classe grammaticale des conjonctions. Voici en peu de mots comment les choses m'apparaissent. Le parallélisme presque parfait entre la liste des jugements non-simples répertoriés par les Stoïciens88 et la liste des conjonctions de la Technè donne à penser qu'ont été identifiés comme conjonctions les mots qui opèrent (et spécifient) la connexion entre deux jugements simples reconnus par les philosophes comme formant un jugement non-simple ayant des propriétés logico-syntaxiques remarquables : les conjonctions sont, fondamentalement, des connecteurs inter-propositionnels spécifiés. »89 Cette remarque est intéressante par le rapprochement qu'elle opère sur un point précis entre la grammaire et la logique, et elle permet de mieux comprendre l'intérêt porté par Farabi à la classification des grammairiens grecs.

  • 90 Denys, Technè, § 20, p. 28 de la traduction Lallot.

43Voici maintenant les conjonctions telles que les ordonne Denys : « Parmi les conjonctions, les unes sont copulatives, d'autres disjonctives, d'autres connectives, d'autres subconnectives, d'autres causales, d'autres dubitatives, d'autres syllogistiques, d'autres explétives. »90On peut établir la correspondance suivante avec le texte du Kitāb al-alfāẓ, paragraphe 8 :

44Farabi 8/1, l'énumérative, et Denys 20/1, la copulative ;

45Farabi 8/2, la conditionnelle, et Denys 20/3, la connective ;

46Farabi 8/3, la conjonction d'implication catégorique ou de déduction, et Denys 20/4, les subconnectives ;

47Farabi 8/4, les disjonctives, et Denys 20/2, les disjonctives également ;

48Farabi 8/5, les exceptives, sans correspondant chez Denys ;

49Farabi 8/6, les finales, et Denys, 20/5, les causales ;

50Farabi 8/7, les causales, et Denys 20/5, les causales également ;

51Farabi 8/8, les consécutives, et Denys 20/4, les subconnectives ;

52Comme on le constate aisément, à part les exceptives, toutes les particules mentionnées par Farabi correspondent à l'une ou l'autre des conjonctions exposées par Denys dans les cinq premières divisions qu'il propose.

  • 91 Aristote, De interpretatione, 5, 17 a 8-9. Cf. traduction Tricot, p. 84.
  • 92 Voir édition Badawī in Manṭiq Arisṭū, I, p. 103, 16.
  • 93 Farabi, ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 54, 3-55, 3.

53Farabi continuera dans cette classification à mettre en œuvre ses principes de dénomination, et tout d'abord, il utilisera dans son explication un synonyme de rābiṭ (pluriel rawābiṭ) sous la forme de ribāṭ (pluriel ribāṭāt). Si ce terme, comme celui de rābiṭ, ne se trouve pas dans le lexique de Sībawayhi — ni le terme ni la racine, comme en témoigne le Lexique-Index de G. Troupeau —, il fait partie du vocabulaire des traducteurs de la Logique d'Aristote. Le choix du terme manifeste le souci de choisir, comme le disait Farabi, les noms des notions à dénommer parmi les notions générales déjà reçues dans cette langue, et, par là, de ne pas introduire sans nécessité de terme étranger dans la langue. Ce souci, mis en pratique dans l'œuvre des traducteurs, est présent chez Farabi quand il prend appui sur le vocabulaire de ces traducteurs pour poursuivre son œuvre de classification. En effet, Farabi trouve dans la traduction faite par Isḥāq b. Ḥunayn du Peri hermeneias l'emploi du terme ribāṭ au début du chapitre 5, correspondant à ce que dit Aristote : « La première espèce de discours déclaratif est l'affirmation ; la suivante, la négation. Tous les autres discours ne sont un que par la liaison des parties. »91La traduction arabe, fidèle à Aristote, donne : « wa ammā sā’ir al-aqāwīl kulluhā fa-innamā taṣīru wāḥidan bi-ribāṭ yarbuṭuhā (quant à tous les autres énoncés, ils deviennent un par une liaison qui les lie). »92Dans son commentaire, Farabi, après avoir expliqué brièvement ce qui concerne l'affirmation et la négation, développera beaucoup plus longuement ce qui touche « les autres énoncés ». Il distinguera huit façons de faire l'unité des énoncés déclaratifs, comme l'immédiate consécution des phrases, les conjonctions, l'unité de but, l'association de plusieurs phrases, l'aboutissement à la même conclusion, l'équivalence entre cet énoncé et un terme dont il peut être considéré comme la définition, l'unité de la condition et du conditionné, ou enfin le fait que cet énoncé est la réunion d'un sujet et d'un prédicat93.

  • 94 Farabi, ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 53, 8-11.

54C'est l'occasion pour lui de préciser ce qui concerne le ribāṭ au sens de conjonction. Il explicite en effet : « La seconde [des manières par lesquelles les énoncés peuvent être unifiés], c'est que les parties de l'énoncé soient liées (murtabiṭa) les unes aux autres par des particules que l'on dénomme en arabe particules de jonction (ḥurūf al-‘aṭf) ou particules de coordination (ḥurūf al-nasq) et en grec conjonctions (rawābiṭ, pluriel de rābiṭ). Ce sont, en arabe, le wāw et le fā’ et ensuite ce qui en tient lieu dans les autres langues. Et cela comme kay en grec (kai) et en effet, ce terme occupe la place de wāw, la conjonction (wāw al-‘aṭf) en arabe. »94

  • 95 Alfāẓ, § 2, p. 42, 8-12. Voir ici plus haut, p. 316.
  • 96 Si tant est que l'on puisse proposer une traduction de la particule fā’. Sur wāw et fā’, "particul (...)
  • 97 Denys, Technè, traduction Lallot, § 20, 1, p. 28.

55Ce passage appelle plusieurs remarques. Tout d'abord le fait qu'il est fidèle à la méthode de dénomination qu'il avait énoncée au début du Kitāb al-alfāẓ pour traiter le problème des particules quand il déclarait, devant la carence de la terminologie arabe, qu'il fallait recourir, pour rénumération des particules, aux termes des grammairiens grecs95. Ensuite, si comme on l'a vu jusqu'à présent, il a eu recours aux Grecs, s'il s'est inspiré d'eux pour dénommer les classes de particules, ici, à propos des rawābiṭ-conjonctions, il souligne cet emprunt en rapprochant, pour les distinguer, la terminologie arabe grammaticale et la terminologie arabe issue du grec. Au début du Kitāb al-alfāẓ, il s'était contenté de distinguer son vocabulaire, celui des logiciens, de celui des grammairiens arabes ; ici, il fait explicitement le lien entre son vocabulaire et celui des Grecs, et considère que rawābiṭ correspond directement au grec. Enfin, dernière remarque, on peut noter que l'exemple choisi par Farabi, celui de wāw (et), de fā’ (et, or, donc, alors)96 et la correspondance entre le wāw arabe et le kai grec, nous renvoie à la première division des conjonctions chez Denys : c'est l'une des conjonctions copulatives qu'il donne en exemple97. Cela confirme la précision du recours de Farabi aux Grecs.

  • 98 Cf. Diogène Laërce, traduction Genaille, II, p. 74 sq.
  • 99 Alfāẓ, § 8, 2 et 3, p. 54, 15-16 et p. 55, l-2 ; Šarḥ al-‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 54, 23-24.
  • 100 Voir la note 4 de Zimmermann, p. 47 de sa traduction du commentaire.

56Sur ce point du rapprochement entre Farabi et les Grecs, on peut mentionner que Farabi va mettre l'accent sur les particules de condition et reprendre l'exemple du soleil et du jour, qui se trouve développé chez les Stoïciens98. Il utilise cet exemple aussi bien dans le Kitāb al-alfāẓ que dans le commentaire du Peri hermeneias99. Mais, ce faisant, il renvoie aux développements de la logique grecque plus qu'à la grammaire grecque100. Cela n'a rien d'étonnant puisque, nous le soulignons à nouveau, c'est en logicien et non en grammairien que Farabi réfléchit dans ce texte.

  • 101 ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 55, 15.
  • 102 Technè, traduction Lallot, § 20, 7, p. 8-9 ; voir les réserves de Lallot sur la traduction, note 8 (...)

57Il ajoutera, dans le Šarḥ, un commentaire qui va dans le même sens que ce qui vient d'être dit : il mentionne parmi « les autres énoncés qui sont un par une liaison qui les lie (ribāṭ yarbuṭuhā) », les syllogismes (qiyāsāt)101. Il ne les avait pas mentionnés dans le Kitāb al-alfāẓ parmi les subdivisions des rawābiṭ-s, bien que la Technè ait donné une place à part aux conjonctions "syllogistiques", « celles qui sont à leur place dans les mineures et les conclusions des preuves »102. Mais il précise ici que c'est le terme moyen qui fait la jonction entre les deux prémisses, et semble ainsi se placer davantage au point de vue de la jonction logique qu'à celui de la conjonction qui était celui de Denys.

La division de la poétique

  • 103 Voir plus haut, p. 318 et note 24.
  • 104 Aristote, Poétique, 20, 1456 b 20-21, texte et traduction Hardy, p. 58, dans la collection Budé au (...)
  • 105 D'ailleurs, pour Ross, l'authenticité de ce passage est très douteuse. Voir D. Ross, Aristote, Par (...)
  • 106 Kitāb Arisṭuṭālīs fī-l-ši‘r, édition Badawī, p. 126, 3-4 ; édition ‘Ayyād, p. 109, 15-17. Nous pen (...)

58Il est un autre texte grec où nous trouvons mention des conjonctions, et ceci également dans le cadre d'une classification. C'est le passage de la poétique d'Aristote que nous avons mentionné et cité plus haut103, où le Stagirite donne les "parties de l'élocution" : « L'élocution se ramène tout entière aux parties suivantes : la lettre, la syllabe, la conjonction, l'article, le nom, le verbe, le cas, la locution. »104Nous avons également remarqué que dans ce passage, on pouvait rapprocher les subdivisions de la conjonction et de l'article. Nous ne cherchons pas à préciser l'exégèse de ce passage où Aristote définit ces deux termes, car son interprétation demeure délicate105. Ce qui nous intéresse ici concerne la dénomination et la façon dont ces termes ont été rendus en arabe dans la traduction d'Abū Bišr Mattā (m. 940), le contemporain de Farabi. Le texte arabe interprète le début en écrivant : « Les piliers de l'élocution dans son ensemble et les parties des lettres (usṭuqsāt) sont les suivantes : la syllabe (al-iqtiḍāb), la conjonction (al-ribāṭ), l'article (al-wāṣila), le nom (al-ism), le verbe (al-kalima), le cas (al-taṣrīf), et l'énoncé (al-qawl). »106 Il ressort qu'outre le verbe et le nom, la conjonction et l'article sont dénommés par Farabi en accord avec les traducteurs qui mettaient à la portée des Arabes les grands textes grecs. Ceci semble témoigner en faveur d'une stabilisation du vocabulaire au moment où Farabi composait ces œuvres.

Ibn al-Muqaffa‘

59Ceci est encore plus sensible si l'on compare le vocabulaire mis en œuvre par Farabi, tel que nous venons de l'étudier dans le Kitāb al-alfāẓ, et celui qui est utilisé un siècle et demi ou un siècle avant Farabi par Ibn al-Muqaffa‘ et Ibn Bahrīz. Le premier (mort vers 140/757, au cours de la seconde moitié du viiie siècle) nous a laissé une Logique, Kitāb al-manṭiq, qui comporte le commentaire des trois premiers livres de l'Organon : les Catégories, le Peri hermeneias et les Premiers analytiques. Le second (première moitié du iiie/ixe siècle) nous a laissé un Kitāb ḥudūd al-manṭiq.

  • 107 Aristote, De interpretatione, 1, 16a 1-8 ; traduction Tricot, p. 77-78.
  • 108 Cf. sur ce point Aubenque, Le problème de l'Être, p. 107, et le début du commentaire de Farabi au (...)
  • 109 Ibn Muqaffa‘, al-Manṭiq, Kitāb Fariarmanyās, édition Daneche Pajuh, p. 25, lignes 4-16.
  • 110 Ibn Muqaffa‘, Manṭiq (Pajuh), p. 26, 8-9. Voir l'excellente traduction de G. Troupeau (que nous ut (...)

60Dans son commentaire du Peri hermeneias, Ibn Muqaffa‘ commence par reprendre librement la problématique du début de l'ouvrage d'Aristote. Aristote, dans le Peri hermeneias, se place au point de vue du discours dont il va étudier tout d'abord les éléments et la forme : le nom, le verbe, l'affirmation et la négation dans la proposition. Et il prend soin de distinguer les éléments du langage — les sons et les mots émis par la voix, les mots écrits d'une part, et les états de l'âme et les choses dont elles sont l'image, d'autre part107. Il s'intéressera ici à l'aspect conventionnel du langage, au rapport des sons et des mots aux états de l'âme, et non au rapport entre les mots et les choses108. Or, la perspective d'Ibn Muqaffa‘ est radicalement différente. Il situe sa réflexion au point de vue des choses dont l'état (ḥāl) peut avoir quatre formes (awğuh), soit manifeste, par les substances des choses, soit établi (ṯābit) dans les idées de l'esprit, dans le langage (kalām), dans l'écriture (Kitāba). Il y a concordance pour les deux premières et divergence pour le langage et l'écriture.109 Certes, il n'est pas difficile de retrouver derrière le début d'Ibn Muqaffa‘ le premier chapitre du Peri hermeneias d'Aristote, mais privé de toute la réflexion sur la nature du langage et son rapport à la pensée pour l'envisager dans son rapport aux choses. Ibn Muqaffa‘ se place au point de vue du jugement plutôt qu'à celui de la signification. Et c'est alors qu'il propose une division du langage en huit parties, qui peut nous évoquer celle de Farabi, malgré les différences. Ibn Muqaffa‘ déclare : « Les parties du langage (kalām) sont au nombre de huit : les noms (asmā’), les verbes (ḥurūf), les conjonctions (ğawāmi‘), les coordinations (qawārin), les substituts (abdāl), les ajouts (luḥūq), les adjectifs (lawāṣiq), les finalités (ġāyāt). »110

  • 111 Ibn Bahrīz, Ḥudūd al-manṭiq (Pajuh), p. 125, 17-126, 10. Le texte d'Ibn Bahrīz semble très corrump (...)

61Cette division se retrouve en conclusion des Ḥudūd al-manṭiq d'Ibn Bahrīz : « Les parties du langage sont au nombre de huit. L'une des deux [sic] est les noms (asmā’) [...] ; la seconde, le verbe (ḥarf) [...] ; la troisième, les conjonctions (ğawāmi‘) [...] ; la quatrième, les coordinations (qawārin) [...] ; la cinquième, les substituts (abdāl) [soit les pronoms] [...] ; la sixième, les ajouts (luḥūq) [...] ; la septième, les adjectifs (lawāṣiq) [...] ; la huitième, les finalités (ġāyāt) [...]. »111

Ibn al-Muqaffa‘ et Farabi

  • 112 Selon Lallot, voir plus haut, p. 303-304.

62Ce qui est frappant dans cette division, c'est tout à la fois les ressemblances et les différences avec la classification de Farabi que nous avons étudiée dans les pages précédentes, et ceci en liaison avec les similitudes et les différences de vocabulaire. Nous pouvons en effet, pour chacune des "parties du langage" ou du discours, trouver une correspondance dans le texte de Denys ou dans celui de Farabi dans le Kitāb al-alfāẓ. Pas de difficulté dans les deux cas pour ce qui concerne le nom et le verbe présents dans les trois classifications malgré une différence de vocabulaire pour le verbe, sur laquelle nous reviendrons. Ensuite, nous trouvons six parties du discours dont quatre correspondent à des classes de particules du Kitāb al-alfāẓ, et par là, à des divisions de la Technè. En premier les conjonctions, ğawāmi‘, qui sont des termes qui « joignent les mots les uns aux autres ». Ces conjonctions nous renvoient au paragraphe 20 de Denys relatif à la conjonction (sundesmos) et au paragraphe 8 du Kitāb al-alfāẓ traitant des rawābiṭ. Mais il faut souligner que si la différence de vocabulaire est mineure, car les trois termes indiquent — comme le français — l'idée d'union, de réunion ou de jonction, il n'en reste pas moins une différence importante dans la définition. Nous avons en effet relevé plus haut112 que la conjonction était essentiellement un « connecteur inter-propositionnel spécifié » et que l'accent était mis sur la jonction entre propositions et non entre mots. Et de ce point de vue, Ibn al-Muqaffa‘ et Ibn Bahrīz ne seront pas fidèles à la définition donnée par le premier puisqu'ils expliqueront la conjonction en prenant un exemple qui est la conjonction conditionnelle qui relie deux propositions.

  • 113 « Les copules accouplent (qarana) les choses à d'autres choses et les annexent (aḍāfa) », selon Ib (...)
  • 114 Troupeau, Arabica (1981), p. 245.

63Après la conjonction, nous trouvons chez Ibn Muqaffa‘ les qawārin, terme que Troupeau traduit par copules. Les exemples donnés, li, ilā (à, vers) se retrouvent dans le paragraphe 18 de Denys consacré à la préposition et dans le paragraphe 6 du Kitāb al-alfāẓ qui traite des wāṣilāt. Les définitions de Farabi et d'Ibn Muqaffa‘ se correspondent113 mais il y a divergence dans le choix des termes retenus pour la dénomination. Alors que chez Denys, la préposition est considérée comme « un mot qui se prépose à toutes les parties de la phrase », pour Ibn Muqaffa‘, elle a pour but d'associer des choses entre elles et de créer une annexion grammaticale. Troupeau met en rapport ce terme de qarīna ainsi entendu avec celui de ḥarf iḍāfa, particule d'annexion chez Sībawayhi114. Chez Farabi, le sens sera différent puisqu'il fait appel à la notion de médiation, d'intermédiaire. Et tandis que nous pourrions trouver un rapprochement entre Ibn al-Muqaffa‘ et le point de vue des grammairiens arabes, ce n'est plus le cas avec Farabi qui s'intéresse à la fonction logique davantage qu'à la fonction grammaticale et qui choisit ici son vocabulaire en conséquence.

  • 115 Ibn Muqaffa‘ définit en effet ces termes ainsi : « Les substituts comme lorsque l'on dit moi, toi, (...)

64Ibn Muqaffa‘ aborde ensuite la classe de ce qu'il appelle les substituts (al-abdāl) et qui correspond aux pronoms dans la classification de Denys115, et aux ḫawālif de Farabi, bien que ce dernier donne un échantillonnage beaucoup plus étendu des formes prises par les pronoms. La différence de vocabulaire marque plutôt des nuances différentes que des interprétations différentes.

  • 116 En effet les exemples donnés par Ibn Muqaffa‘ correspondent à un serment (Technè § 19, 23) et à un (...)
  • 117 Alfāẓ, § 7, 7, p. 46, 8-9.
  • 118 « L'adverbe (epirrhèma) est une partie de phrase non fléchie, dite du verbe (rhèma) ou appliquée a (...)

65Il en va de même, d'une certaine façon, pour la catégorie suivante, celle des "ajouts" (luḥūq), correspondant aux adverbes de Denys116 ou aux ḥawāšī du Kitāb al-alfāẓ117. La dénomination et la définition sont parfaitement accordées chez Denys118. Force est de constater que ni Ibn al-Muqaffa‘ ni Farabi n'ont trouvé de dénomination correspondant à la classe de termes ainsi désignée.

  • 119 « Lorsque l'on dit : un tel, l'écrivain (kātib) est dans la maison, son affirmation "l'écrivain" e (...)
  • 120 Technè, § 15, traduction Lallot, p. 23.
  • 121 Voir plus haut, p. 342-343. Il est intéressant de relever ici la remarque de Lallot qui signale qu (...)

66Quant à la catégorie suivante présentée par Ibn Muqaffa‘, celle des lawāṣiq (terme que Troupeau traduit par "adjectifs" et qui signifie littéralement attaché, joint), elle peut, d'après l'exemple donné par le texte, être rapprochée de la catégorie du participe chez Denys119. Selon la Technè, c'est en effet « un mot qui participe de la particularité du verbe et de celle du nom. Il a les mêmes accidents que le nom et le verbe, à l'exception de la personne et du mode »120. Et de fait, la dénomination — métochè signifie participation — correspond parfaitement à la définition. Mais, en arabe, il n'y a pas de nom spécifique pour désigner le participe auquel on donne simplement le nom du paradigme : ism fā‘il, le nom de type fā‘il. Et par ailleurs, en arabe, le terme d'adjectif serait celui de na‘t, utilisé dès le début par Sībawayhi avec le sens de qualification, ce que semble refuser Ibn Muqaffa‘ dans la définition que nous avons transcrite des lawāṣiq. Quoi qu'il en soit, cette catégorie, la cinquième après le nom et le verbe, n'est pas retenue par Farabi, comme nous l'avions remarqué plus haut121. En effet, si du point de vue grammatical, une telle forme peut être remarquable par son double rattachement au nom et au verbe, pour Farabi, au point de vue logique auquel il se plaçait, cela n'apportait rien de plus à ce qui pouvait avoir été dit à propos du nom et du verbe, et son abstention rejoint l'hésitation des Stoïciens que nous relevions dans la note précédente.

  • 122 Voici comment Ibn Muqaffa‘ présente cette dernière catégorie : « Les finalités ; si le locuteur di (...)

67Comme nous le laissions entendre au début de cette analyse, Ibn al-Muqaffa‘ est seul à distinguer la dernière « partie du discours », qu'il dénomme ġāyāt, terme que Troupeau traduit par « finalités » et dont le sens littéral signifie également but, limite. Il s'agit moins d'une forme particulière du discours que de retrouver dans le discours ce qui l'a motivé, sa raison d'être, ce pourquoi le locuteur l'a prononcé, ce qu'il veut faire savoir122. Cela ne correspond pas strictement à ce que Denys appelle une partie de phrase, et il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il ne l'ait pas introduite dans sa classification essentiellement grammaticale.

  • 123 Nous avons analysé plus haut ce qui concerne la partie terminologique de ce développement dans alf (...)
  • 124 Suivent des applications aux trois catégories de la quantité, du lieu et du temps. Kitāb al-alfāẓ, (...)

68Par contre, dans la mesure où le sens du discours, ou sa signification, sont mis en cause, ce point de vue ne peut laisser Farabi indifférent. Et de fait, si comme nous l'avons dit, il ne consacre pas une classe particulière de particules à cet aspect du discours, il est cependant loin de l'ignorer. C'est même l'occasion pour lui d'un développement intéressant le point de vue méthodologique et terminologique123. En effet, dans son long développement consacré aux ḥawāšī, qui correspond aux adverbes dans la division de la Technè, il interrompt sa classification par deux paragraphes qui, sans apporter d'élément nouveau à la classification, en précisent la modalité et la démarche. Le premier de ces paragraphes, le paragraphe 7/9, correspond parfaitement à ce qu'Ibn Muqaffa‘ a présenté dans sa dernière division sur les "finalités". Farabi déclare en effet : « Le but (maqṣūd) dans tout ce que l'on cherche à savoir, c'est de savoir ce que l'on vise par cette recherche ; et quand on recherche la connaissance de la mesure d'une chose, le but (ġāya) de la recherche est de parvenir à sa mesure. [...] Toute question par laquelle on cherche à savoir quelque chose de quelqu'un impose à l'interrogé de répondre par une chose qui est profitable à l'interrogateur pour connaître la chose qui est le but (maqṣūd) de sa question. »124

  • 125 Voir plus haut, p. 335.

69On peut considérer ce développement de Farabi comme un écho de la dernière division introduite par Ibn Muqaffa‘ dans sa division des parties du discours. Et il y a même l'emploi par Farabi du terme de ġāya, but, finalité qui reprend le terme utilisé par son prédécesseur. Ceci sans vouloir établir de filiation. Ce qui nous intéresse ici est cette rencontre entre les deux formalisations, et surtout ce qu'il peut y avoir de différent entre les deux points de vue. Car là où Ibn Muqaffa‘ introduit une classe supplémentaire dans les parties du discours, Farabi, lui, considère qu'il s'agit d'un point de vue qui concerne l'ensemble des éléments d'une des classes et qui commande la manière dont les différents éléments de cette classe interviennent. Du coup, pour Farabi, il n'y a plus matière à une classification supplémentaire mais simplement à une explicitation, à une analyse de la démarche propre à cette classe. Et, ceci commande cela, il en découlera une conséquence importante pour la dénomination des différentes particules de cette classe : le principe d'économie aidant, c'est le nom même de la particule ou un nom qui en est dérivé qui servira à dénommer chacun des éléments de cette classe125. En procédant ainsi Farabi fait l'économie d'une distinction, d'une classe, en considérant que ce qu'Ibn al-Muqaffa‘ distinguait (les ajouts et les finalités) peut se traiter à l'intérieur d'une même classe dans laquelle on distingue la particule et la finalité de sa mise en œuvre. Ce qui souligne le soin et la rigueur dont faisait preuve Farabi dans les questions de classification et de dénomination.

Terminologie grecque et terminologie arabe

  • 126 Voir plus haut, p. 342.
  • 127 Aucune hésitation n'est possible sur la signification de ḥarf qui désigne la seconde "partie du di (...)
  • 128 Voir plus haut, p. 321-322.
  • 129 Troupeau, « La Risālat al-Kitāb de Sībawayhi », in Mélanges Fleisch, p. 324, n. 2.
  • 130 Sībawayhi, Kitāb, édition Hārūn, I, p. 12, 4-5. Traduction Troupeau, p. 325. Sībawayhi poursuit en (...)
  • 131 Rummānī, Ḥudūd, p. 38, 10 ; cf. traduction Troupeau, Mélanges Philippe Marçais, p. 188, sub 8, « L (...)
  • 132 Zağğāğī, Ğumal, édition Ben Cheneb, p. 17, 8-10.

70Avant de clore cette analyse comparée de la terminologie d'Ibn al-Muqaffa‘ et de celle de Farabi, nous voudrions revenir sur une remarque faite au début à propos du verbe. Nous disions126 que, dans les trois classifications, le nom et le verbe étaient bien distingués et constituaient chacun une classe, mais qu'en ce qui concernait le verbe, il y avait divergence dans le vocabulaire, à la différence de ce qui concernait le nom où l'accord des logiciens et des grammairiens est unanime sur le terme ism. Chez Ibn Muqaffa‘ et Ibn Bahrīz, le verbe est désigné par le terme ḥarf127. Ce terme ne sera repris ni chez les grammairiens ni chez les logiciens. Les grammairiens, au moins à partir de Sībawayhi, seront unanimes sur l'emploi de fi‘l pour désigner ce que nous appelons le verbe, et nous avons déjà cité la division tripartite qui ouvre le Kitāb de Sībawayhi128 : ism, fi‘l et ḥarf. Et les logiciens, par la suite, suivront l'usage des traducteurs et adopteront, au lieu de fi‘l, le terme de kalima. Troupeau souligne non sans raison, dans sa traduction du début du Kitāb de Sībawayhi, que la notion arabe de fi‘l ne correspond pas à la notion grecque de rhèma et qu'il est « intéressant de noter que Isḥāq b. Ḥunayn dans sa traduction de l'Herméneutique, et Mattā b. Yūnus dans sa traduction de la poétique, ont rendu le terme rhèma par kalima, et non par fi‘l »129. Et de fait, alors que la Technè définit le verbe (rhèma) comme « un mot dépourvu de cas, qui admet temps, personnes et nombres et qui présente activité et passivité », pour Sībawayhi, la notion de temps est beaucoup plus fondamentale et centrale. Pour lui, le fi‘l, opération, est tiré des noms et indique un temps : « L'opération consiste en paradigmes qui sont tirés de la prononciation des faits des noms et formés pour indiquer : ce qui est passé, ce qui sera et n'est pas arrivé, ce qui est et n'est pas achevé. »130Conception que nous retrouvons dans le Livre des définitions de Rummānī pour qui le fi‘l (verbe, opération) est un « mot qui indique un sens spécifié par le temps »131. Et Zağğāğī, son aîné, contemporain de Farabi, précisera la définition de Sībawayhi en restant très proche : le fi‘l (verbe-opération) est ce qui signifie un fait et un temps (ḥadaṯ wa zaman) passé ou à venir [...]. Quant au fait (ḥadaṯ), c'est le nom d'action (maṣdar), c'est le nom de l'opération (ism al-fi‘l) dont l'opération est dérivée132.

  • 133 Aristote, Peri hermeneias, 3, 16 b 5 ; traduction Tricot, p. 8.
  • 134 Aristote, Poétique, 20, 1457a 14 ; traduction Hardy, p. 60.
  • 135 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 7, 10-11.
  • 136 alfāẓ, § 1, p. 41, 15-42, 1.

71Pourtant, si l'on rapproche la définition d'Aristote dans l'Herméneutique (« le verbe est ce qui ajoute à sa propre signification celle du temps »133) ou celle de la poétique (« le verbe est un composé de sons significatifs avec le temps »134) et la définition proposée par Farabi dans le Kitāb al-‘ibāra (« le verbe est un terme simple signifiant une signification qui a son sens en elle-même et qui par sa structure — et non par accident — signifie le temps déterminé où se situe cette signification »135) ou dans le Kitāb al-alfāẓ (« le verbe est un terme simple signifiant une signification et un temps »136), on s'aperçoit que nous ne sommes pas très éloignés de la définition grammairienne de Zağğāğī dans la mesure où, chez lui, la signification associe un nom et un temps. La question se pose alors de savoir pourquoi les traducteurs et Farabi n'ont pas adopté fi‘l pour le verbe comme ils ont adopté ism pour le nom, et en quoi le mot fi‘l qui signifie l'action, l'opération, leur paraissait, pour exprimer la notion de verbe, moins approprié que kalima, qui est déjà utilisé chez les grammairiens et dans la langue de son époque pour désigner le mot. Sous cette forme, la question ne peut recevoir de réponse, les points de ressemblance entre les définitions expliquant mal la nécessité de se démarquer sur le plan terminologique. Et ceci d'autant plus que Farabi a facilement recours au terme fi‘l, verbe, qu'il connaît et utilise comme synonyme de kalima.

  • 137 Aristote, Métaphysique, Ζ 16, 1040b 34, to rhèma to auto, le mot en soi, selon la traduction de Tr (...)
  • 138 Voir le Dictionnaire syriaque-français de Costaz, Beyrouth, 1963, p. 183. On retrouvera ces deux s (...)

72Nous pensons que la raison se trouve dans le déroulement du processus de traduction du grec à l'arabe à travers le syriaque. Le terme grec rhèma peut signifier le mot, la parole, la phrase, le discours. Chez Aristote, il a ainsi le sens de mot comme en Métaphysique Ζ 16137, mais il peut également avoir un autre sens, celui de verbe, comme dans les textes de l'Herméneutique et de la poétique que nous avons examinés plus haut. C'est cette double signification du terme que nous retrouverons dans le terme syriaque mèltō qui, à côté du sens de parole, propos, a également celui, grammatical, de verbe138. Et l'on peut supposer, alors, que les traducteurs du syriaque à l'arabe ont été portés par cette double signification du syriaque mèltō, parole et verbe, à n'utiliser qu'un seul terme arabe pour le traduire et à donner en conséquence à kalima, parole, le sens supplémentaire de verbe. Cela pourrait expliquer le choix de ce mot dans la traduction arabe de l'Organon.

  • 139 A propos de wuğūd et mawğūd, par exemple § 82, p. 111, 9 ; § 83, p. 113, 2 ; etc.
  • 140 Voir plus haut, p. 216-217, le texte des Fuṣūl, Dunlop (1955), ad finem.

73On comprend mieux du coup l'adoption par Farabi de ce terme de kalima pour désigner le verbe alors même qu'il connaît et pratique le terme de fi‘l propre aux grammairiens et à la langue arabe. Dans le contexte de la logique, dont l'inspiration est essentiellement grecque, Farabi aura recours facilement au vocabulaire des traducteurs plutôt qu'à celui des grammairiens arabes. C'est ainsi que dans le Kitāb al-ḥurūf, nous trouvons l'emploi de kalima au lieu de fi‘l pour désigner le verbe dans la catégorie des verbes d'existence139. Ce faisant, il reconnaît à chaque art et à chaque science sa spécificité et le droit d'avoir son vocabulaire propre, comme nous l'avons énoncé précédemment, tout comme il accordait explicitement au grammairien, nous l'avons vu plus haut, le droit d'utiliser les termes dans un sens qui lui soit propre140. De la même manière, cela est naturel, le logicien peut se démarquer du vocabulaire courant ou de celui des grammairiens.

Les principes de Farabi

74Nous nous sommes longuement arrêté sur cette première partie du Kitāb al-alfāẓ consacrée essentiellement aux particules. C'est que nous avons cru pouvoir y discerner certaines caractéristiques de l'usage par Farabi du vocabulaire philosophique et de ses choix terminologiques. De tout ce qui précède, il ressort un certain nombre de conclusions.

  • 141 Voir plus haut, p. 321 sq.
  • 142 Iḥṣā’, édition Amine, p. 46, 14 ; Fuṣūl, Dunlop (1955), p. 269, 18-270, 1 et 273 sq. ; ‘Ibāra, Sāl (...)
  • 143 Voir plus haut, p. 317-318.

75Tout d'abord, en ce qui concerne le choix du vocabulaire, s'il peut sembler parfois y avoir un certain flottement dans le choix des termes, ceci reste accessoire et, dans l'essentiel, le choix terminologique est ferme. Ainsi, en ce qui concerne la division tripartite, nous avons relevé que pour le troisième terme, celui de particule, Farabi recourait tantôt au terme de ḥarf, tantôt à celui d'adāt141. On peut préciser ces emplois en disant que le terme d'adāt est utilisé par Farabi dans des exposés comme celui de l'Iḥṣā’, dans des présentations comme l'Introduction à la logique, ou dans des commentaires comme le court traité sur le Peri hermeneias142, alors qu'il a recours à celui de ḥurūf dans des classifications comme celle du Kitāb al-alfāẓ ou du Kitāb al-ḥurūf. Faut-il prendre cette différence de terminologie comme une hésitation de Farabi, comme une évolution de son vocabulaire ? L'état actuel de nos connaissances sur la chronologie des œuvres de Farabi ne nous permet pas de répondre à une telle question. Mais nous pouvons constater que Farabi s'en tient, dans chaque texte, au vocabulaire adopté, et que, d'autre part, c'est quand il se sépare le plus des grammairiens arabes, dans sa classification ou dans sa présentation des particules ou des catégories, qu'il recourt au terme des grammairiens arabes, ḥarf, pour désigner la particule143. Peut-être est-ce pour mieux souligner que le domaine qu'il traite, celui des particules, concerne aussi la grammaire.

  • 144 Voir plus haut, p. 294 sq. et p. 325 sq.
  • 145 Où il signifie l'accident. Voir Ḥurūf, § 56-57, p. 95 sq.
  • 146 Iḥṣā’, Amine, p. 45, 6-8 et p. 46, 2-8 : « Les lois [qawānīn, pluriel de qānūn] dans chaque art so (...)

76Nous pouvons noter, dans le même sens que cette fermeté d'emploi des termes, une fois qu'ils sont choisis, la cohérence de Farabi avec les principes qu'il a formulés pour la constitution du vocabulaire d'une science. Dans l'ensemble de son œuvre, Farabi utilise un vocabulaire formé de mots tirés de la langue arabe, fidèle en cela au souci qu'il prête au fondateur de la langue des sciences de chercher, avant de créer de nouveaux termes, à trouver dans le langage courant les notions qui se rapprochent le plus de celles qu'il veut définir, et d'en transposer les termes pour dénommer les concepts propres à cette science. Nous avons relevé ceci plus haut144, et nous pouvons dire que Farabi met bien en pratique ce principe. Les exemples abondent en d'autres œuvres. Contentons-nous de noter la façon dont, dans le Kitāb al-ḥurūf par exemple, il précise les différents sens du terme ‘araḍ dans le langage courant et en philosophie145. Nous aurons l'occasion de revenir plus loin sur d'autres passages où il précise ainsi les similitudes et les différences entre le langage de la foule et celui du spécialiste. Nous ne retiendrons qu'un exemple pris dans une œuvre que nous avons utilisée dans les pages précédentes à propos de la division tripartite, le Kitāb al-iḥṣā’. Il s'agit du terme qānūn, dans le sens technique de loi : Farabi prend soin de bien définir le sens de ce terme, avant de montrer le rapport qu'il y a entre le sens technique qu'il lui donne et le sens qu'il avait, au départ, chez les Anciens, avant d'être transposé146. Certes, le sens courant et le sens technique sont différents, mais il y a des similitudes et en particulier, dans le cas de la loi, le fait d'utiliser le petit nombre pour saisir le grand nombre.

  • 147 Voir plus haut comment, à propos de ses divergences avec les grammairiens, il se justifie en invoq (...)
  • 148 Voir plus haut, p. 336.

77Une autre conclusion qui ressort de l'analyse du début du Kitāb al-alfāẓ est le pragmatisme de Farabi dans son travail de classification, lorsqu'il classe les différentes particules : tout en empruntant un cadre à Denys, tout en se souvenant des catégories d'Aristote, il prend à l'un ou à l'autre ce qui lui est nécessaire, sans chercher à établir des concordances artificielles, et en tenant compte des exigences de la langue arabe. Ce qui le guide souvent, comme nous l'avons relevé, c'est la recherche du plus commode, de l'utile, de ce qui peut être profitable147. C'est ainsi qu'il aura tendance, par souci d"'économie", à dénommer certaines particules, intervenant dans des questions, du nom même de la particule interrogative148.

78Nous pouvons remarquer ensuite que nous n'avons rencontré dans ce passage sur les particules aucun emprunt de terme étranger. Nous ne pouvons pas en tirer de conclusion sur ce type d'emprunt car dans d'autres ouvrages, Farabi y a recours. Nous voulons simplement y voir le signe de son souci de limiter le plus possible ces emprunts et de refuser la facilité ainsi offerte pour la constitution d'un vocabulaire technique de la philosophie, et ceci alors même qu'il procédait à un travail de classification et d'organisation largement inspiré des Grecs.

  • 149 Voir p. 307, note 85.

79Ceci nous conduit à la remarque suivante qui est l'une des plus importantes. Dans le texte du début du Kitāb al-alfāẓ, Farabi introduit un certain nombre de termes qu'il prend dans un sens différent de leur sens courant149.

  • 150 Platon, Politique, p. 258 b sq. ; traduction Robin-Moreau, collection la Pléiade, p. 340 sq.
  • 151 Platon, Sophiste : « A la vérité, l'espèce de chasse qui se rapporte aux êtres inanimés étant dépo (...)
  • 152 Aristote déclare en particulier : « Ainsi donc la bonne méthode consiste sans doute à énoncer les (...)
  • 153 En grec homoiomerès : formé de parties semblables ou analogues ; et anomoiomerès : formé de partie (...)
  • 154 Aristote, Métaphysique, Ε, 1, 1025b 18 sq. Traduction Tricot, I, p. 328-334 et p. 328, note 1.

80Or il se trouve que ces termes interviennent dans un contexte bien précis, celui d'un processus de classification d'une science, en l'occurrence la logique, vue sous le point de vue de ses outils conceptuels. C'est en procédant à ce travail de mise en ordre, d'organisation, que naît le besoin de trouver les concepts adéquats et, par là, de les dénommer. Ainsi avait procédé la science grecque à ses débuts, par exemple en mathématiques ; ainsi avait poursuivi Platon, dans une œuvre comme le Politique, où il procède, au début du dialogue, à une sorte de classification des connaissances, pour distinguer les "disciplines d'action" des "disciplines de connaissance pure", ou la praxis et la théorie150, ou dans le Sophiste, lorsqu'il réclame le dépassement de l'accord sur le nom et d'arriver à la nature et à la fonction de la chose, et qu'au passage, il délaisse tout un secteur d'un art du fait qu'il est dépourvu de dénomination151. Ainsi procèdera Aristote tout au long de son œuvre, aussi bien quand il établira les classifications de l'Organon qui commandent les catégories, le syllogisme, la démonstration. Ainsi procède-t-il pour l'organisation de la biologie dont il décrit la méthode au début des Parties des animaux152 avant de définir, à la fin du premier livre, certains termes, et d'introduire, toujours dans un but de classification, de nouveaux termes comme homéomères et anoméomères, au début du second livre153. En maintes occasions, Aristote a procédé dans son œuvre à ce travail de classification et de définition des termes, comme dans le livre E,1 de la Métaphysique154, ou dans l'ensemble du livre D.

81Farabi était ainsi à bonne école et son souci de dénomination intervenait dans le cadre de la nécessité d'une bonne organisation et classification du savoir qui se manifeste dans plusieurs de ses œuvres et en particulier dans le Kitāb iḥṣā’ al-‘ulūm, sur lequel nous reviendrons dans les pages suivantes.

  • 155 M. G. Carter, « Les origines de la grammaire arabe », in Revue des Études Islamiques, XL (1972), p (...)
  • 156 Voir plus haut ce que nous avons, à la suite de Schacht, dit du droit, p. 113.

82Mais nous voulons auparavant insister sur la différence entre Farabi et les grammairiens arabes dont il se démarque. Ceux-ci ont fait un admirable travail de rassemblement et de description de la langue arabe. Ils ont mis en rapport des phénomènes linguistiques les uns avec les autres, pour les présenter ensuite selon certains principes que Carter a rapprochés, chez Sībawayhi, des principes juridiques155. Et de fait, sans vouloir prendre position sur cette hypothèse, nous pouvons constater que, comme le droit, la grammaire arabe rationalise sans formaliser156. Tout comme le droit s'organise davantage en jurisprudence qu'en philosophie du droit, les grammairiens arabes ont décrit une langue et donné les moyens de s'en servir. Différemment d'eux, Farabi a cherché à formaliser et il l'a fait en considérant le langage comme objet de connaissance. Et, comme nous l'avons noté plus haut, la formalisation suppose que l'on se place dans la perspective de l'écrit et non dans celle de l'oral. Le formalisme cherche non pas à savoir comment parler, comment utiliser le langage, mais à dégager les principes de fonctionnement qui en rendent compte. Ce qui intéresse Farabi au début du Kitāb al-alfāẓ, ce n'est pas d'intervenir dans le domaine de la parole, mais d'analyser le langage et d'en décrire les éléments. Ceci n'est plus l'objet d'un échange, d'une communication orale, mais d'une saisie d'un langage, considéré en dehors de toute expression immédiate.

  • 157 Voir plus haut, p. 184 sq.
  • 158 Max Meyerhof, dans « Les versions syriaques et arabes des écrits galéniques », in Byzantion, III ( (...)

83En effet, le rattachement aux grammairiens grecs ne se fait que par les témoignages écrits qui nous en sont parvenus à travers les traductions syriaques. Pareillement, le rattachement des Arabes à la philosophie grecque ne s'est fait que par l'écrit. Le travail des traducteurs a consisté à établir des textes critiques. Alors que les grammairiens et les linguistes courraient au désert pour recueillir le maximum d'usages et d'emplois de la bouche même des bédouins, alors qu'ils prônaient la quête orale des témoignages linguistiques et que certains, comme Azharī, critiquaient ceux qui se fiaient à la transmission écrite157, l'effort et le souci des premiers traducteurs et de leurs successeurs était d'améliorer et de rendre plus rigoureux le texte écrit dont ils disposaient, et ceci, en l'absence de tout témoignage oral, en s'appuyant sur la seule tradition écrite. Dans sa Missive à ‘Alī b. Yaḥyā sur les traductions des livres de Galien, Ḥunayn b. Isḥāq insère quelques remarques sur sa méthode de traduction. Il en ressort que son souci principal était d'arriver à un texte le plus sûr possible, avant de le traduire, et qu'il n'hésitait pas, si besoin était, à revoir entièrement une traduction à partir du moment où la découverte d'un nouveau manuscrit pouvait le justifier158.

  • 159 Nous avons exposé ce point de vue dans la conclusion de notre communication au Symposium de Nimègu (...)

84C'est dans une telle perspective que s'insère Farabi. S'il connaît par la tradition orale, comme tous ses contemporains, la science grammaticale de son temps, c'est par l'écrit qu'il reçoit l'héritage grec. Et du coup, le travail qu'il fait ne consiste pas à organiser la langue arabe mais, à partir d'elle, à fournir aux Arabes, en arabe, un outil de réflexion qui concerne la langue en général et dépasse les limites d'une langue particulière. Approche de la langue au second degré, qui ne peut se faire que par l'écrit, car lui seul permet une saisie globale de l'ensemble des éléments qu'il faut synthétiser, après avoir procédé à l'analyse de la langue159.

Notes

1 C'est le début de l'ouvrage : « Inna al-alfāẓ al-dālla minhā mā huwa... » (« On distingue les termes signifiants en [...] »). Tout le début de l'ouvrage a été traduit par Elamrani à la fin de Logique aristotélicienne et grammaire arabe, p. 198-220, soit les pages 41-69 du texte arabe, paragraphes 1-23. Nous adoptons la traduction de termes signifiants de préférence à termes de signification, adoptée par Elamrani.

2 Voir par exemple p. 145, 2, paragraphe 132, où il est question de « al-alfāẓ al-mufrada al-dālla ». La perspective de Farabi est alors la recherche des conditions de la naissance des sciences linguistiques lorsque l'on essaye, une fois retenues les différentes formes de discours ou de compositions poétiques, d'en retrouver les éléments constitutifs, les termes signifiants.

3 Il ne s'agit pas de dire que Farabi adopte ici le point de vue des grammairiens car déjà, le vocabulaire ne sera pas le même, puisqu'il divise les termes, une fois posée la distinction entre énoncés et termes simples, en noms, asmā’, verbes, kalim, et particules, adawāt, et qu'il précise que les noms comme les verbes connaissent le masculin et le féminin, ainsi que le singulier, le duel et le pluriel, et qu'il ajoute que le verbe est caractérisé par le temps, passé, présent ou futur, māḍī, ḥāḍir et mustaqbal. Iḥṣā’, p. 46, 9. Un peu plus avant dans l'Iḥṣā’, Farabi reviendra sur cette division tripartite. Voir plus loin, p. 317.

4 Kitāb al-alfāẓ al-musta‘mala fī-l-manṭiq. Les développements de Farabi dans cette œuvre concernent bien, au début, des questions et des subdivisions logiques, mais il élargit quelque peu les perspectives quand il aborde le sujet de l'enseignement, p. 86-94, paragraphes 40-50.

5 Alfāẓ, § 1, p. 41, 10.

6 Alfāẓ, § 2, p. 42, 7.

7 Alfāẓ, § 2, p. 42, 9.

8 Alfāẓ, § 1, p. 41, 11.

9 Alfāẓ, § 3, p. 43, 1-10. Nous avons déjà cité ce dernier texte à propos de la polysémie, p. 216.

10 Alfāẓ, § 3, p. 43, 10-14. Nous empruntons à Elamrani la traduction du dernier membre de phrase, 1. 13-14, le texte arabe semblant être corrompu en cet endroit.

11 Voir par exemple ce que dit l'Iḥṣā’, p. 60, 14.

12 C'est ce que Farabi développera dans le paragraphe 61 du Kitāb al-alfāẓ, p. 107, 1-108, 3.

13 Iḥṣā’, p. 62, 3-9 ; voir p. 60, 15-16. Sur ce point des similitudes et des différences entre grammaire et logique, nous renvoyons ici à certaines remarques de notre article : « Grammaire, logique, études linguistiques chez Al-Farabi », paru dans Historiographia Linguistica, VIII, 2/3, (1981), p. 365-377 ; voir particulièrement p. 371-372.

14 Alfāẓ, § 2, p. 42, 7-12. La traduction de ce passage par Elamrani se trouve p. 200 ; elle ne comporte pas de différence fondamentale avec celle que nous proposons ici.

15 Voir plus haut, p. 313-314.

16 Iḥṣā’, p. 61, 9-13.

17 Iḥṣā’, p. 46, 14, qui ne développe pas ; Introduction à la logique : fuṣūl, Dunlop (1955), al-faṣl al-ḫāmis, p. 269, 18-270, 1, puis p. 270-273 du texte arabe, et p. 278-281 du texte anglais ; ou édition Türker (1958), p. 207-211, 14 ; Kitāb al-‘ibāra, édition Sālim, p. 7, 7, puis développement dans les pages suivantes. Ce dernier texte se trouve dans les fragments latins publiés par Salman (1948), p. 223, 3-15.

18 Alfāẓ, § 1-8, p. 41-56.

19 On peut se référer sur ce point à Elamrani, Logique aristotélicienne..., p. 126, et à Gätje (1971), Die Gliederung..., p. 23.

20 Denys le Thrace, Technè grammatikè, introduction, traduction et notes, par Jean Lallot. Archives et documents de la S.H.E.S.L., n° 6, s.d. (= 1985), p. 15.

21 Quintilien, De institutione oratoria, I, 4, 18-19, cité par Lallot, dans l'édition mentionnée ci-dessus, p. 44.

22 Aristote, Poétique, 20, 1456, b 38-1457 à 10 : « La conjonction est un mot dépourvu de signification qui n'empêche ni n'amène la composition, à l'aide de plusieurs sons, d'une seule expression significative (aux extrémités et au milieu), et qui ne peut se placer au début d'une phrase, dans une situation indépendante, comme par exemple men, , toi, de ; ou bien c'est un mot dépourvu de signification qui, de par sa nature, forme de plusieurs sons significatifs une expression une et significative. L'article est un mot dépourvu de signification qui indique le commencement, la fin ou la division de la phrase (par exemple amphi, peri, etc. ; ou un mot dépourvu de signification qui n'empêche ni n'amène [la composition] à l'aide de plusieurs sons, d'une seule expression significative, sa place naturelle étant aux extrémités ou au milieu. »

23 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 125. Suivent des exemples. On pourrait augmenter considérablement le nombre de ces exemples et trouver la correspondance entre ces chapitres du Ǧumal et certaines divisions de la Technè grammatikè de Denys, comme par exemple le chapitre sur les particules du serment, p. 82-87, correspondant à Technè, § 19, p. 22-23. Voir aussi Ǧumal, p. 112, 119, 121, 122, etc.

24 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 125.

25 Voir plus haut, p. 317-318.

26 Iḥṣā’, p. 46, 9-16.

27 Iḥṣā’, p. 50, 8-14.

28 Voir plus haut, p. 317.

29 Voir plus haut, p. 318.

30 Introduction à la logique, Dunlop (1955), p. 269, 18-270, 2, et p. 270, 10-11 ; édition Türker (1958), p. 207, 8-10, et p. 207, 20-208, 1.

31 Introduction à la logique, Dunlop (1955), p. 273, 2-4 ; édition Türker, p. 211, 8-10.

32 On retrouvera le même vocabulaire par exemple dans Ḥurūf : ribāṭ al-ḫabar bi-l-muḫbar ‘anhu wa huwa allaḏī yarbuṭu al-maḥmūl bi-l-mawḍū‘. § 82, p. 111, 6.

33 Sībawayhi, Kitāb, édition Hārūn, I, p. 12, 2. Voici la traduction par Troupeau de ce début : « Les mots sont : le nom, l'opération, fi‘l, et le mot, ḥarf, qui est destiné à une signification et qui n'est ni un nom ni une opération. » Troupeau précise en note : « Le terme ḥarf chez Sībawayhi revêt trois acceptions : a) la lettre [...] ; b) le mot [...] ; c) le mot-outil ou particule, qui sert à signifier des rapports entre les mots et l'énoncé ; Sībawayhi ne disposant pas d'un terme particulier pour désigner cette troisième sorte de mots, il est obligé de préciser : le mot -ḥarf- qui n'est ni un nom -ism- ni une opération -fi‘l-. » G. Troupeau, « La Risālat al-Kitāb de Sībawayhi », in Mélanges Fleisch, M.U.S.J., XLVIII, p. 324.

34 On peut en effet remarquer ici que nous retrouvons chez un grand grammairien de l'époque de Farabi, déjà cité, Zağğāğī, le même recours à la clause ğā’a li-ma ‘nān, pour préciser la nature de la particule. Cf. Ğumal (éd. Ben Cheneb), p. 17, 6.

35 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 7, 5-7 et p. 13-14 ; traduction Zimmermann, p. 220 (35).

36 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), avec renvoi à la traduction Zimmermann (= Z) : p. 11, 2, 11, Ζ 222, (39) ; p. 31, 8-13, Ζ 234-235 (60) ; 32, 2, Ζ 235 (60) 42, 11, Ζ 240 (71) ; 43, 6-11, Ζ 241 (72) ; 44, 2, 9, 11, Ζ 241 (73) ; 45, 3, 4, 8, 10, Ζ 241-242 (74).

37 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 11, 2, Zimmermann, p. 222 (39) ; Sālim, p. 17, 13, Zimmermann, p. 226 (46) ; Sālim p. 30, 9, Zimmermann, p. 234 (59).

38 Voir par exemple ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 12, 11-13, Zimmermann, p. 223 (40) ; Sālim, p. 13, 4, Zimmermann, p. 223 (41).

39 Comme par exemple ‘Ibāra, Sālim, p. 12, 5 et p. 14, 5, 14 ; Zimmermann, p. 223 (40) et p. 224 (42)-(43).

40 Comme en ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 14, 14 ; Zimmermann, p. 224 (43).

41 Comme par exemple en ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 16, 2 ; Zimmermann, p. 225 (44).

42 Comme par exemple en ‘ibāra, Sālim (1976), p. 29, 13 ; Zimmermann, p. 234 (58).

43 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 16, 3-4 ; Zimmermann, p. 225 (44).

44 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 11, 1-4 ; Zimmermann, p. 222 (39). Farabi précise ici ce qui concerne le défini et l'indéfini : « Un nom peut être défini (muḥaṣṣal) et il peut être indéfini (ġayr muḥaṣṣal). Il devient indéfini seulement quand on lui associe la particule de négation qui est la particule en sorte que l'ensemble des deux termes prend la forme d'un terme unique. Cela n'existe pratiquement pas dans la langue des Arabes, si ce n'est exceptionnellement et comme emprunt. » Il est à remarquer que Farabi vise bien la possibilité de constituer un terme unique et non une expression, car une telle expression existe avec l'usage de ġayr dont il se sert justement pour désigner l'indéfini : ġayr muḥaṣṣal.

45 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 17, 13-18, 5 ; Zimmermann, p. 226-227 (46)-(47).

46 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 19, 5-8 ; Zimmermann, p. 227 (48).

47 Voir plus haut, en particulier p. 296-297.

48 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 19, 12-20, 2 ; Zimmermann, p. 227-228 (48).

49 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 23, 14-24, 5 ; Zimmermann, p. 231 (53). On peut noter que ce passage et un certain nombre de ceux que nous avons cités ont également retenu l'attention du traducteur latin ; voir D. Salman : « Fragments inédits de la Logique d'Al-Farabi », in Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, vol. 32 (1948), p. 222-225. L'intérêt de ce texte a été signalé par Mario Grignaschi, « Les traductions latines des ouvrages de la logique arabe et l'Abrégé de Farabi », AHDLMA, XXXIX (1972), p. 41-107 ; voir p. 44-45. Les deux premiers des trois fragments concernent le Traité du Péri hermeneias. Voici les correspondances entre le texte latin et l'édition Sālim (1976) :
Fragment I : lignes 1-15 = p. 7, 5-14 ; lignes 16-21 = p. 16, 6-9 ; lignes 21-25 = p. 17, 1-4 ; lignes 25-31 = p. 17, 6-10 ; lignes 32-33 = p. 19, 5 ; lignes 33-38 = p. 19, 8-11 ; lignes 39-47 = p. 19, 12-20, 2 ; lignes 48-53 = p. 20, 3-6 ; lignes 53- 55 = p. 23, 12-14.
Fragment II : lignes 56-60 = p. 42, 1-4. Ce dernier fragment est fort corrompu.

50 Voir plus haut, p. 316.

51 Alfāẓ, § 2, p. 42, 12-17.

52 Voir plus haut, p.  317-318.

53 Voir plus haut, p. 319.

54 Nous renvoyons à nouveau ici à Poétique, 20, 1456 b 20-21. Nous utilisons l'édition et la traduction de J. Hardy dans la collection Budé, Belles Lettres (1977), p. 58 : « L'élocution se ramène toute entière aux parties suivantes : la lettre, la syllabe, la conjonction, l'article, le nom et le verbe. »

55 Zimmermann, Al-Farabi's... De interpretatione, p. cxxxvi, n. 3. Elamrani, dans sa traduction donnée en annexe dans Logique aristotélicienne..., traduit ce terme par pronom, qui est la traduction du grec antonumia, anti-onomatos : au lieu, à la place du nom ; voir p. 202, § 4. Note 1, il renvoie au ḍamīr, pronom des grammairiens ou enthymème des logiciens.

56 Alfāẓ, § 4, p. 44, 6-7.

57 Denys le Thrace, Technè, § 17, p. 24 de la traduction Lallot.

58 « La plupart des définitions données par Ar-Rummānī (dans son Kitāb al-Ḥudūd) sont conformes à celles de la grammaire traditionnelle. Cependant, pour une quinzaine de termes (sur quatre-vingt douze), qui sont aussi des termes philosophiques, la définition qu'Ar-Rummānī fournit est plus proche de celle des logiciens que de celle des grammairiens. » G. Troupeau, « Les livres des définitions grammaticales », in Z.A.L., 15 (1985), p. 148. Ce n'est pas le cas de la définition que nous allons citer.

59 Rummānī, Ḥudūd, définition n° 38, p. 40 ; traduction Troupeau in Mélanges Philippe Marçais, p. 190. Remarquons que nous trouvons sous la plume de Farabi et de Rummānī la même expression verbale : qāma maqām al-ism, dit Farabi, et yaqūmu maqāmahā chez Rummānī. Et par ailleurs, le terme utilisé par Rummānī, ḫalaf, l'est également par Sībawayhi dans son Kitāb quand il explique que pour le nom de Dieu, Allāh, l'alif et le lām sont le remplaçant de l'alif de ilāh : Sībawayhi, Kitāb, II, p. 195, 14-16, de l'édition Hārūn ou Derenbourg, I, p. 268, 14. Voir Troupeau, Lexique-index.

60 Voir par exemple Ibn Durayd (m. 321/933) qui, dans son Ğamharat al-luġa, III, p. 88 b 15, appelle wāṣila la femme qui joint ses cheveux aux cheveux d'une autre femme pour qu'ils soient plus nombreux.

61 Al-Farabi's Commentary, p. cxxxvi, n. 3, et xxxiii, n. 4 ad finem (= p. xxxiv). Elamrani, dans sa traduction en appendice de Logique aristotélicienne, p. 202, § 5, choisit le terme d'article, tout en remarquant en note que « plusieurs catégories distinguées par les grammairiens arabes sont groupées ici sous le terme wāṣila ».

62 Cf. l'explication de Farabi dans ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 17, 10 sq., et Zimmermann, p. 226 (46).

63 Poétique, 20, 1457a 6-7 ; traduction J. Hardy, p. 59-60 ; voir le texte de la traduction arabe d'Abu Bišr Mattā, p. 127, 12-13 de l'édition Badawī, ou p. 113 de l'édition ‘Ayyād.

64 Denys le Thrace, Technè, traduction Lallot, note 1 du § 16, p. 74. Lallot poursuit (Anaximène, Rhétorique, p. 25, 4) : Fuhrmann, « applique arthron au groupe démonstratif plus article [...]. Il est probable que les Stoïciens et après eux Denys le Thrace conservèrent cet usage » et que ce n'est que plus tard que l'on restreindra arthron aux seuls articles prépositif et postpositif (soit l'article et le relatif).

65 Lallot, Technè, p. 74, note 1, ad finem.

66 Et ce, malgré le fait que l'on retrouve le terme de mawṣūl avec le sens d'adjoint aussi bien dans le Kitāb de Sībawayhi (II, p. 349, 4 de Hārūn, et I, p. 329, 8 de Derenbourg), que dans le Kitāb al-ḥudūd de Rummānī, définition 41, p. 40, lignes 3-4 de l'édition arabe, et p. 190 de la traduction Troupeau dans les Mélanges Philippe Marçais : « Le restreint (al-muqayyad) : c'est ce qui est adjoint (al-mawṣūl) à ce qui détermine le signifié. »

67 Al-Farabi's Commentary... de Interpretatione, introduction, p. cxxxvi, n. 3 ; Elamrani, dans sa traduction en annexe de Logique aristotélicienne, rend le terme de wāsiṭa par préposition, p. 203, § 6.

68 Denys le Thrace, Technè, § 18, p. 25.

69 Alfāẓ, § 6, p. 45, 1-3. Traduction Elamrani, p. 203, § 6.

70 C'est ainsi que si les particules occupent 15 des 70 pages que comprend l'ouvrage, 10 de ces 15 pages sont consacrées aux ḥawāšī.

71 C'est d'ailleurs ainsi que le traduit Zimmermann, De interpretatione, p. cxxxvi, n. 3

72 C'est ainsi que le traduit Elamrani, p. 201, § 2, ad finem, et p. 203, § 7, début.

73 Denys le Thrace, Technè, § 19, traduction Lallot, p. 25.

74 Selon qu'il s'agit du lieu où l'on est, de celui où l'on va, ou de celui d'où l'on vient, p. 26, § 19, 6.

75 Alfāẓ, § 7/10, p. 47, 4-6.

76 Ibn Durayd, Ğamhara, III, p. 233 a, 5-6. De ce point de vue, nous retrouvons le sens du terme epirrhèma, adverbe que nous avons dans la Technè de Denys, ce qui ne fait que conforter ce que Farabi nous dit lui-même de son recours aux grammairiens grecs.

77 Si cette particule exprimant le doute sur la chose n'a pas de correspondant dans la liste des adverbes recensés par Denys, on peut cependant la mettre en rapport avec les conjonctions dubitatives mentionnées par Denys dans le paragraphe suivant, en 20/6 : « Les dubitatives sont celles qu'on utilise d'ordinaire pour conjoindre quand on est dans le doute. » Cela pose un problème, car comme nous le verrons, la conjonction réunit deux propositions, ce qui n'est pas le cas pour la particule dubitative présentée ici par Farabi. Mais par ailleurs, Lallot, dans son commentaire des conjonctions dubitatives, ne manque pas de remarquer qu'à la différence de ce qui se passe avec les autres conjonctions, l'énoncé dubitatif n'appartient pas à la liste des jugements non simples dont, dit-il, « j'ai suggéré et tenté de montrer jusqu'ici qu'ils étaient le lieu originaire dans lequel s'enracinaient les diverses conjonctions ». Denys, Technè, traduction et notes, p. 99-100. Voir ici, plus loin, p. 337-338, note 91. Lallot essaye cependant de proposer une solution dans le cadre des conjonctives proprement dites.

78 Que l'on retrouvera dans la seconde partie du développement du Kitāb al-alfāẓ, paragraphe 7/13.

79 Certes, Elamrani insiste sur cette intervention des catégories, p. 203, note 2, à propos des "adverbes", terme par lequel il traduit ḥawāšī : « Cette catégorie de particules est la plus importante de toutes. Elle comprend en particulier tous les mots qui servent à désigner les catégories, substance (inniyya), temps, lieu, quantité, qualité. Il est donc intéressant de voir comment l'ensemble des catégories d'Aristote font l'objet, dans une tradition de grammairiens grecs auxquels Al-Farabi nous dit se référer explicitement, d'une classification précise dans un chapitre de grammaire. Les Catégories sont d'abord des particules grammaticales d'où sont dérivés les substantifs. »

80 Alfāẓ, § 7/3, p. 45, 13-46, 3. Voir la traduction proposée par Elamrani, p. 204, sub 3°.

81 Alfāẓ, § 7/10, p. 47, 4-6.

82 Ḥurūf, § 3, p. 62, 12-13, puis 14 sq.

83 Voir plus haut, p. 294 B, et p. 301.

84 Selon l'expression de Kazimirski dans son dictionnaire.

85 Zimmermann, Al-Farabi's... De interpretatione, cxxxvi, n. 3. Elamrani adopte pour sa traduction le terme grammatical de conjonction in Logique aristotélicienne, p. 210 sq.

86 Soit 35 lignes, ce qui pourtant ne fait pas le tiers des 113 lignes consacrées par Farabi à la seconde partie des ḥawāšī. La première classe, les ḫawālif, compte 4 lignes, la seconde, les wāṣilāt, en compte 6, la troisième, les wāsiṭāt, 2. Quant à la classe des Ḥawāšī, sur ses 152 lignes, 17 sont consacrées à la première partie et 22 à des considérations de méthode et de dénomination.

87 Denys, Technè, notes de Lallot, p. 94, note 2 du § 20, 1.

88 Selon Diogène Laërce, VII, p. 71-76. Voir la traduction Genaille (Garnier- Flammarion, II, p. 74 sq.

89 Notes de Lallot à la Technè de Denys, p. 93, sub § 20, 2.

90 Denys, Technè, § 20, p. 28 de la traduction Lallot.

91 Aristote, De interpretatione, 5, 17 a 8-9. Cf. traduction Tricot, p. 84.

92 Voir édition Badawī in Manṭiq Arisṭū, I, p. 103, 16.

93 Farabi, ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 54, 3-55, 3.

94 Farabi, ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 53, 8-11.

95 Alfāẓ, § 2, p. 42, 8-12. Voir ici plus haut, p. 316.

96 Si tant est que l'on puisse proposer une traduction de la particule fā’. Sur wāw et fā’, "particules de coordination", voir Blachère, Grammaire de l'arabe classique, § 139, p. 214. Il précise que fā’ exprime plus spécialement une gradation [...] et marque souvent une sorte de suite et de conséquence de la proposition précédente [...].

97 Denys, Technè, traduction Lallot, § 20, 1, p. 28.

98 Cf. Diogène Laërce, traduction Genaille, II, p. 74 sq.

99 Alfāẓ, § 8, 2 et 3, p. 54, 15-16 et p. 55, l-2 ; Šarḥ al-‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 54, 23-24.

100 Voir la note 4 de Zimmermann, p. 47 de sa traduction du commentaire.

101 ‘Ibāra, Kutsch et Marrow, p. 55, 15.

102 Technè, traduction Lallot, § 20, 7, p. 8-9 ; voir les réserves de Lallot sur la traduction, note 8, p. 100-101.

103 Voir plus haut, p. 318 et note 24.

104 Aristote, Poétique, 20, 1456 b 20-21, texte et traduction Hardy, p. 58, dans la collection Budé aux Belles Lettres.

105 D'ailleurs, pour Ross, l'authenticité de ce passage est très douteuse. Voir D. Ross, Aristote, Paris, 1971, p. 30, n. 3.

106 Kitāb Arisṭuṭālīs fī-l-ši‘r, édition Badawī, p. 126, 3-4 ; édition ‘Ayyād, p. 109, 15-17. Nous pensons qu'il faut lire wāṣila et non fāṣila pour l'article. Cette lecture est d'ailleurs celle de Badawī quand, en p. 127, 12 (correspondant à 1457a 6), il rend le passage de Mattā relatif à la définition de l'article. Nous avons vérifié sur notre microfilm du manuscrit arabe 2346 de la Bibliothèque Nationale de Paris que l'on lit, folio 141b 14 (correspondant à Badawī, p. 126, 4), fāṣila ; et folio 142 a 6 (correspondant à Badawī, p. 127, 12), wāṣila.

107 Aristote, De interpretatione, 1, 16a 1-8 ; traduction Tricot, p. 77-78.

108 Cf. sur ce point Aubenque, Le problème de l'Être, p. 107, et le début du commentaire de Farabi au Peri hermeneias, p. 24, 2-7 de l'édition Kutsch et Marrow, où Farabi est très explicite : si Aristote s'intéresse dans la logique aux intelligibles dans leurs rapports aux choses et dans leurs rapports aux mots, il s'intéresse d'abord ici aux mots dans leur rapport aux intelligibles.

109 Ibn Muqaffa‘, al-Manṭiq, Kitāb Fariarmanyās, édition Daneche Pajuh, p. 25, lignes 4-16.

110 Ibn Muqaffa‘, Manṭiq (Pajuh), p. 26, 8-9. Voir l'excellente traduction de G. Troupeau (que nous utilisons) in Arabica, 1981, p. 247.

111 Ibn Bahrīz, Ḥudūd al-manṭiq (Pajuh), p. 125, 17-126, 10. Le texte d'Ibn Bahrīz semble très corrumpu et nous avons choisi des lectures correspondant au vocabulaire du Kitāb al-manṭiq d'Ibn Muqaffa‘. Ainsi, nous avons préféré ğawāmi‘ à ğawāzim, qawārin à qawārib, luḥūq à laḥn.

112 Selon Lallot, voir plus haut, p. 303-304.

113 « Les copules accouplent (qarana) les choses à d'autres choses et les annexent (aḍāfa) », selon Ibn Muqaffa‘, p. 26, 14-15. Nous reprenons, pour Farabi, la définition donnée plus haut (p. 330) : les intermédiaires (wāsiṭāt) sont tout ce qui est associé à un nom quelconque et qui signifie que ce qui est dénommé est relié (manṣūb) à autre chose, et qu'autre chose lui a été relié. (§ 6, p. 45, 1-2.)

114 Troupeau, Arabica (1981), p. 245.

115 Ibn Muqaffa‘ définit en effet ces termes ainsi : « Les substituts comme lorsque l'on dit moi, toi, lui et ce qui est semblable. Ce sont des termes (ḥurūf) qui sont mis à la place des noms et qui sont devenus leurs substituts. » (p. 26, 16-17.)

116 En effet les exemples donnés par Ibn Muqaffa‘ correspondent à un serment (Technè § 19, 23) et à un adverbe de temps (Technè, § 19, 1).

117 Alfāẓ, § 7, 7, p. 46, 8-9.

118 « L'adverbe (epirrhèma) est une partie de phrase non fléchie, dite du verbe (rhèma) ou appliquée au verbe ». Technè, § 19, début ; traduction Lallot, p. 25. Voir plus haut, p. 330, où cette définition a déjà été évoquée.

119 « Lorsque l'on dit : un tel, l'écrivain (kātib) est dans la maison, son affirmation "l'écrivain" est une caractéristique et non une qualification (ṣifa) d'un tel. Les termes semblables à celui-ci sont appelés lawāṣiq. » Le paradigme de kātib est fā‘il, c'est-à-dire celui du participe actif du verbe simple arabe.

120 Technè, § 15, traduction Lallot, p. 23.

121 Voir plus haut, p. 342-343. Il est intéressant de relever ici la remarque de Lallot qui signale que « les Stoïciens ne faisaient pas du participe une partie de la phrase autonome, mais il semble qu'ils aient été partagés entre deux rattachements : soit au nom [...], soit au verbe [...] » (p. 72, sub § 15, note 1). Le rattachement au « verbe considérait le participe comme une forme casuelle du verbe tandis que le rattachement au nom était motivé par l'équivalence "lector = legens". On notera avec intérêt que c'est cette équivalence qui se retrouve en arabe et qui fait que le participe est considéré comme un nom, ism fā‘il, "nom en fā‘il" ou nom d'agent, mais peut aussi avoir le sens du verbe, comme cela se retrouve par exemple dans le long chapitre consacré par Zağğāğī dans son Ǧumal au complément du fā‘il (p. 95-103 de l'édition Ben Cheneb). Cette ambivalence du participe subsiste toujours en arabe, dans sa forme du singulier : en effet, on distinguera deux pluriels, l'un interne, l'autre externe, selon que le nom en fā‘il est pris comme nom ou comme verbe.

122 Voici comment Ibn Muqaffa‘ présente cette dernière catégorie : « Les finalités ; si le locuteur dit : "un tel, le scribe, [est] dans la maison", ses paroles "dans la maison" sont la finalité vers laquelle tend son discours, et c'est elle qu'il veut affirmer ; semblables mots sont nommés "finalités". » Kitāb al-manṭiq, (Pajuh), p. 26, 24-27, 1. Nous avons repris ici la traduction Troupeau, Arabica, 1981, p. 247-248. Sur la question ubi, voir Farabi, Ḥurūf, § 46, p. 88, qui utilise un exemple semblable.

123 Nous avons analysé plus haut ce qui concerne la partie terminologique de ce développement dans alfāẓ, § 7/10. Voir p. 302.

124 Suivent des applications aux trois catégories de la quantité, du lieu et du temps. Kitāb al-alfāẓ, § 7/9, p. 46, 11-12 et 15-16.

125 Voir plus haut, p. 335.

126 Voir plus haut, p. 342.

127 Aucune hésitation n'est possible sur la signification de ḥarf qui désigne la seconde "partie du discours". En effet, le terme est expliqué par un exemple dans les deux textes : le ḥarf « est par exemple la parole du locuteur : il marche », selon Ibn al-Muqaffa‘, p. 26, 11 ; ou le ḥarf est « lorsque l'on affirme : il marche, il écrit », selon Ibn Bahrīz, p. 125.

128 Voir plus haut, p. 321-322.

129 Troupeau, « La Risālat al-Kitāb de Sībawayhi », in Mélanges Fleisch, p. 324, n. 2.

130 Sībawayhi, Kitāb, édition Hārūn, I, p. 12, 4-5. Traduction Troupeau, p. 325. Sībawayhi poursuit en précisant que ces paradigmes ont des formes nombreuses qu'il exposera, en donnant comme exemple de "faits de noms" des termes comme ḍarb, qatl ou ḥamd qui sont ce que nous appelons des noms d'action ou des maṣdar-s.

131 Rummānī, Ḥudūd, p. 38, 10 ; cf. traduction Troupeau, Mélanges Philippe Marçais, p. 188, sub 8, « L'opération ».

132 Zağğāğī, Ğumal, édition Ben Cheneb, p. 17, 8-10.

133 Aristote, Peri hermeneias, 3, 16 b 5 ; traduction Tricot, p. 8.

134 Aristote, Poétique, 20, 1457a 14 ; traduction Hardy, p. 60.

135 ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 7, 10-11.

136 alfāẓ, § 1, p. 41, 15-42, 1.

137 Aristote, Métaphysique, Ζ 16, 1040b 34, to rhèma to auto, le mot en soi, selon la traduction de Tricot, I, p. 445.

138 Voir le Dictionnaire syriaque-français de Costaz, Beyrouth, 1963, p. 183. On retrouvera ces deux significations du terme mèltō dans la Psychologie de Grégoire Abū-l-Farağ, dit Barhaebreus. Cf. édition et traduction Jan Bakos, index, p. 139, où sont données les références. En réponse à une question sur la traduction de rhèma en syriaque dans la version de l'Herméneutique d'Aristote publiée par Hoffmann en 1873, Henri Hugonnard-Roche nous a très aimablement répondu que « rhèma est partout [et notamment en 16a 1 et 16b5-6] traduit par melltā dans la version anonyme du De interpretatione. Dans la version plus tardive de Georges, évêque des Arabes, rhèma est traduit par memrā ».
On pourra, sur ce point et sur bien d'autres, se référer avec grand profit à la communication d'Henri Hugonnard-Roche à la table ronde du C.R.N.S. sur Traduction et traducteurs au Moyen-Age, le 26 mai 1986 : « Sur la tradition syro-arabe de la logique péripatéticienne. »

139 A propos de wuğūd et mawğūd, par exemple § 82, p. 111, 9 ; § 83, p. 113, 2 ; etc.

140 Voir plus haut, p. 216-217, le texte des Fuṣūl, Dunlop (1955), ad finem.

141 Voir plus haut, p. 321 sq.

142 Iḥṣā’, édition Amine, p. 46, 14 ; Fuṣūl, Dunlop (1955), p. 269, 18-270, 1 et 273 sq. ; ‘Ibāra, Sālim (1976), p. 7 sq.

143 Voir plus haut, p. 317-318.

144 Voir plus haut, p. 294 sq. et p. 325 sq.

145 Où il signifie l'accident. Voir Ḥurūf, § 56-57, p. 95 sq.

146 Iḥṣā’, Amine, p. 45, 6-8 et p. 46, 2-8 : « Les lois [qawānīn, pluriel de qānūn] dans chaque art sont des énoncés universels (c'est-à-dire relatifs à un ensemble - ğāmi‘a) sous lesquels sont incluses de nombreuses choses contenues dans cette science seule afin d'atteindre toutes les choses qui sont l'objet de cette science ou la plupart. [...] Les Anciens appelaient qawānīn tout instrument fabriqué pour examiner ce en quoi le sens pouvait se tromper relativement à la quantité du corps ou à sa qualité, ou autre, comme le fil à plomb, le compas, la règle et les balances ; ils appelaient également qawānīn les tables numériques et astronomiques ; et les compendia qui servent d'aide-mémoire pour les longs ouvrages, et ceci du fait qu'un petit nombre de choses en contenait un grand nombre ; en les apprenant et en les retenant, dans leur petit nombre, nous apprenons des choses en grand nombre. »

147 Voir plus haut comment, à propos de ses divergences avec les grammairiens, il se justifie en invoquant « ce qui est le plus profitable à l'art dont nous nous occupons » ; p. 335.

148 Voir plus haut, p. 336.

149 Voir p. 307, note 85.

150 Platon, Politique, p. 258 b sq. ; traduction Robin-Moreau, collection la Pléiade, p. 340 sq.

151 Platon, Sophiste : « A la vérité, l'espèce de chasse qui se rapporte aux êtres inanimés étant dépourvue de dénomination, si ce n'est dans quelques variétés de l'art du plongeur et dans d'autres cas analogues, en petit nombre, il nous faut la laisser de côté. » Voir p. 218 b sq. Le passage qui vient d'être cité se trouve en p. 219 a. Voir traduction Robin-Moreau, p. 260 sq. et p. 262-263.

152 Aristote déclare en particulier : « Ainsi donc la bonne méthode consiste sans doute à énoncer les caractères communs à chaque genre, en reprenant tout ce qu'il y a d'exact dans les classifications traditionnelles, et à étudier tout ce qui possède une seule et même nature et dont les espèces ne sont pas trop éloignées [...], ainsi que tout autre groupe qui n'a pas reçu de nom spécial, mais qui englobe en un véritable genre les espèces qui le constituent. » Parties des animaux, p. 644 b 1-6, traduction Pierre Louis, p. 16. C'est nous qui soulignons.

153 En grec homoiomerès : formé de parties semblables ou analogues ; et anomoiomerès : formé de parties dissemblables. Parties des animaux, II, p. 646 b sq.

154 Aristote, Métaphysique, Ε, 1, 1025b 18 sq. Traduction Tricot, I, p. 328-334 et p. 328, note 1.

155 M. G. Carter, « Les origines de la grammaire arabe », in Revue des Études Islamiques, XL (1972), p. 69-96 ; voir en particulier les pages 84-93.

156 Voir plus haut ce que nous avons, à la suite de Schacht, dit du droit, p. 113.

157 Voir plus haut, p. 184 sq.

158 Max Meyerhof, dans « Les versions syriaques et arabes des écrits galéniques », in Byzantion, III (1926), p. 33-51, cite un certain nombre d'extraits de cette missive, parmi lesquels nous choisissons des remarques très significatives, qui mettent en valeur l'aspect écrit du travail des traducteurs. A propos du Peri aireseôn, Kitāb fi-l-fīraq, le Livre sur les écoles, Ḥunayn déclare : « Il existait avant moi une traduction syriaque défectueuse [...]. Ensuite, j'en ai fait la traduction d'après un manuscrit grec très défectueux ; j'étais alors un jeune homme de vingt ans ou un peu plus ; c'était pour un médecin praticien de Ğundīsāpūr du nom de Šīrīšū b. Quṭrub. Plus tard, quand j'avais environ quarante ans, j'ai pu recueillir un certain nombre de manuscrits grecs. Mon ami Ḥubayš me pria de le corriger. J'ai alors collationné le manuscrit pour obtenir un exemplaire correct. J'ai ensuite collationné ce manuscrit avec le texte syriaque et j'ai corrigé ce dernier. C'est ainsi que je procède dans toutes mes traductions. Ensuite je l'ai traduit en arabe, quelques années plus tard, pour Abū Ǧa‘far b. Mūsā » (p. 43). On trouve des remarques allant dans le même sens à propos de Therapeutikè méthodes, Ḥīlat al-bar’, La méthode de la guérison : Sergius ayant traduit les six premières parties alors qu'il manquait d'expérience, et les huit dernières après avoir acquis de l'expérience, Salmawayh demande à Ḥunayn d'améliorer pour lui cette seconde partie, pensant que cela était plus facile que de procéder à une nouvelle traduction : « Ainsi il collationnait avec moi une partie de la 7° section : il avait à la main le texte syriaque et moi le texte grec. Il lisait le syriaque, et moi, je lui communiquais chaque variante que je remarquais et il corrigeait. Enfin, ce travail l'accabla et il comprit qu'il serait plus commode et plus sûr de retraduire l'œuvre depuis le commencement. [...] J'ai ensuite procédé à cette traduction [...] » (p. 43). Cette traduction s'étant égarée au cours d'un déplacement, « après des années, j'ai traduit le livre encore une fois, du commencement à la fin, pour Buḫtīšū‘ b. Ǧibrīl. Je disposais d'un certain nombre de manuscrits grecs des huit dernières parties, de telle manière que je pus les collationner et en tirer un exemplaire correct, que je traduisis ensuite avec toute l'exactitude et l'éloquence possibles. Des six premières parties, je n'avais trouvé qu'un seul manuscrit [grec], qui était du reste plein de fautes. Ainsi m'était-il impossible de rétablir le texte de ces parties comme il l'aurait fallu. Ensuite, j'ai trouvé un autre manuscrit et j'en ai collationné et corrigé tout ce qui était possible. Mais je voudrais le collationner une troisième fois, si je pouvais découvrir un troisième manuscrit » (p. 44).

159 Nous avons exposé ce point de vue dans la conclusion de notre communication au Symposium de Nimègue sur l'histoire de la grammaire arabe. Voir « Mentalité grammairienne et mentalité logicienne », in Z.A.L., 15 (1985), p. 104-117, particulièrement, p. 115-116.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search