Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Par exemple, l’échange d’ambassades et de cadeaux entre ‘Ali Iqbāl al-Dawla de Dénia et le calife (...)

1Pour rompre définitivement avec le régime des Umayyades de Cordoue, défendre leur légitimité souvent contestée et asseoir leur pouvoir, les Mulūk al-Tawā‘if se rapprochèrent des ennemis irréductibles de ces derniers, à savoir les Abbāsides de Bagdad et les Fātimides du Caire. Ils avaient les yeux tournés vers les cours orientales dont ils imitaient les modes dans les moindres détails. Dans le domaine culturel, le modèle oriental n’a jamais été aussi omniprésent en Espagne qu’à cette époque. Des contacts et des échanges de toutes sortes se multiplièrent entre les Andalous et les Arabes d’Orient 1

2L’antagonisme qui avait longtemps opposé la tā‘ifa berbère au reste des Andalous contribua également au resserrement des liens entre l’Orient arabe et ces derniers, qui estimaient qu’ils étaient seuls capables de maintenir la péninsule Ibérique dans le giron du monde arabe, les Berbères étant selon eux trop incultes et trop rustres pour gouverner le pays. Nous avons eu l’occasion, au cours de ce travail, de souligner le peu d’intérêt que manifestaient la plupart des Berbères d’Espagne pour la culture arabe. Foncièrement berbérophobes, les Andalous s’appliquèrent donc à développer leurs contacts avec les Orientaux et à manifester plus nettement que par le passé leur attachement à cette culture.

3De même, les progrès de la Reconquista, après l’émiettement de l’empire umayyade d’Occident, conduisirent les Reyes de Taifas à renforcer leurs rapports avec leur communauté d’origine et à se tenir sur leur garde contre les intentions de leurs voisins chrétiens. Dans ce climat de défiance, le muwaššaḥ et le zagal, nés vers la fin du iiie/ixe siècle de l’interpénétration des deux cultures arabe et hispanique, connurent un certain recul. On commençait à se méfier, en effet, de telles œuvres hybrides, porteuses finalement de risques graves, en raison de l’influence de la culture de l’ennemi, alors que, dans le même temps, on assistait à la recrudescence de l’influence orientale et on se passionnait pour tout ce qui était authentiquement arabe.

4Grâce à ses maqāmāt consacrant la primauté de la forme sur le fond, Badī al-Zamān al-Hamadānī exerça une influence considérable sur les Andalous qui lui emboîtèrent le pas et s’engagèrent même plus résolument dans la recherche stylistique. Désormais, poètes et prosateurs reléguèrent les idées au second plan et s’appliquèrent à parer leurs compositions de tous les artifices de la rhétorique. Le style fleuri (badī‘) fut alors l’une de leurs préoccupations majeures.

5Par ailleurs, la multiplication des cours princières et le souci des souverains de s’attacher les meilleurs talents favorisèrent un essor littéraire sans précédent. La cour imposait les modes ; elle était le cadre privilégié de la vie intellectuelle. Mécène généreux et éclairé, le prince stimulait cette activité littéraire et l’orientait dans le sens qui lui convenait. La littérature devait correspondre à ses goûts et servir ses intérêts. Ce n’est donc pas par hasard si al-Mutanabbī fut le poète le plus apprécié des Andalous puisque son œuvre fut diffusée en Espagne dans un contexte politique et social semblable à celui qui l’avait vu naître en Orient. Ainsi, les circonstances politiques avaient voulu que la poésie andalouse fût essentiellement une poésie de cour qui vécut surtout du mécénat.

6La production littéraire, notamment la poésie, au ve/xie siècle est si abondante qu’on y trouve à peu près tout ce qu’on veut et qu’elle permet ainsi de soutenir une idée et son contraire. Dans sa thèse sur la poésie andalouse en arabe classique au xie siècle, H. Pérès minimise le caractère conventionnel de cette poésie et soutient que :

  • 2 Poésie, p. 428.

« En dépit de ses emprunts formels à la littérature arabe de la gāhiliyya ou des premiers siècles de l’Islam, la poésie andalouse tend à marquer son originalité par une manière bien à elle d’exprimer ses sentiments et ses idées. » 2

7Et l’auteur d’étayer ses affirmations de nombreuses citations. Cependant, en faisant la part des choses, force est de constater que cette originalité ne porte en réalité que sur des points de détails, et que, pour l’essentiel, les Andalous furent très respectueux de la tradition.

8D’autre part, partant du fait qu’il y avait plus de sang ibéro-romain que de sang arabe dans les veines des Andalous et que le peuple hispano-musulman du xie siècle n’est que le prolongement ethnique de l’ancienne population autochtone, H. Pérès établit un lien de cause à effet entre cette réalité historique incontestable et ce qu’il estime être le côté le plus original et le plus intéressant de la littérature andalouse. Il est certain que l’Hispano-Musulman n’était pas tout à fait identique au nomade d’Arabie et que les facteurs ethniques et géographiques propres à chacune des contrées du vaste empire arabo-musulman ont marqué peu ou prou les œuvres des populations concernées. Nous avons déjà eu l’occasion de signaler l’existence d’une certaine “couleur locale” qui caractérise parfois la production littéraire andalouse. Cependant il s’agit — nous avons essayé de le démontrer — d’adaptations mineures sans grande incidence sur l’option culturelle des Musulmans d’Espagne et leur appartenance sans réserve à la communauté arabo-musulmane. Malgré leur origine ethnique, les Hispano-Musulmans étaient, par leur culture, des arabophones à part entière, et par conséquent ni plus ni moins “arabes” que les Syriens ou les Égyptiens d’alors.

9Tout ce qui a pu les singulariser et que les amateurs d’originalité se sont plu à mettre en exergue était à leurs yeux peu digne d’intérêt voire dérisoire. Rappelons à ce propos que la plupart des grands poètes de l’époque des Mulūk al-Tawā‘if n’ont pas daigné composer de muwaššaḥāt ni d’azgāl, considérant ces genres trop populaires et incompatibles avec le caractère foncièrement aristocratique et académique de la littérature arabe. Dans sa Ḏaḫīra, Ibn Bassām se justifie à plusieurs reprises d’avoir exclu le muwaššaḥ et le zagal de son propos, estimant qu’ils ne répondent pas aux critères des œuvres littéraires arabes traditionnelles et que, par conséquent, ils ne sont pas dignes de figurer dans son ouvrage. A cette époque, les écrivains ne se souciaient guère des critères d’originalité et de sincérité. Ils ne revendiquaient pas une quelconque différence ; ils voulaient tout simplement égaler sinon surpasser les Orientaux. En outre, ils se montrèrent par certains côtés plus respectueux des normes et plus “arabes” que ces derniers. Cette attitude leur était dictée probablement par leur situation géographique excentrée dans le monde arabo-musulman, et par le contexte ethnique et politique qui était souvent peu conciliable avec leur désir de préserver leur “arabicité”.

10Il faut noter aussi que l’Espagne des Mulūk al-Tawā‘if eut le mérite et le privilège d’être une terre d’asile pour de nombreux lettrés ifrīqiyens qui ont dû fuir leur pays dévasté par les hordes hilāliennes, venues d’Égypte, vers le milieu du xie siècle. Or les Ifriqiyens, comme les Andalous, et sans doute pour les mêmes raisons, étaient très respectueux de la tradition. Leur apport culturel non négligeable contribua sans doute à renforcer ce caractère fondamentalement traditionaliste de la culture arabe dans la Péninsule.

11Cependant ce farouche attachement aux normes n’implique pas forcément une imitation servile sans intérêt. Par l’abondance et la qualité de leurs productions, les Musulmans d’Espagne ont apporté la preuve qu’ils n’étaient pas inférieurs aux Orientaux. Ils ont contribué honorablement à enrichir le patrimoine arabe commun d’œuvres d’une grande valeur. Au début du vie/xiie siècle, des anthologues se rendaient bien compte qu’ai Andalus venait de vivre une période exceptionnellement faste de son histoire. C’est pourquoi certains d’entre eux pensèrent à recueillir cette production, si riche, afin de la sauver de l’oubli et de la transmettre aux générations suivantes.

  • 3 Cf. Recherches 2, I, p. 287.
  • 4 Al-Fath b. Ḫāqān dédia ses Qalā‘id au prince almoravide Abū Isḥāq Ibrahim, le frère du souverain ‘ (...)
  • 5 Ibn Ḫafāğa fut le poète officiel du prince Abū Isḥāq Ibrahim b. Yūsuf b. Tāšfin. Cf. Ḏaḫīra, III/2 (...)

12Le règne des Mulūk al-Tawā‘if constitue sans aucun doute le point culminant de l’activité intellectuelle dans l’Espagne musulmane. Grâce à la multiplication des cours et à l’acharnement des princes à s’entourer de beaux esprits, il fut plus brillant que le règne précédent. D’autre part, les Almorávides, successeurs des Reyes de Taifas, ne pouvaient pas non plus soutenir la comparaison avec ces derniers. Autant ils étaient des soldats aguerris, autant ils étaient peu portés sur les choses de l’esprit. Certains historiens, surtout parmi les modernes, se montrent très critiques à leur égard3. Pourtant, le bilan de la vie littéraire sous les Almorávides n’est pas aussi médiocre que ce à quoi on aurait pu s’attendre, ni tel que certains l’ont affirmé. Le vie/xiie siècle fut en effet l’âge d’or du muwaššaḥ et du zagal, véritables fruits du territoire andalou. En outre, certains souverains almorávides furent des mécènes généreux4. Ils encouragèrent poètes et prosateurs qui se sont distingués au cours de cette période. Ibn Hafaga n’a donné la mesure de son talent qu’à cette époque, alors qu’il s’était tenu à l’écart des cénacles animés par les Mulūk al-Tawā‘if5. Donc, nous constatons un changement radical dans l’attitude de ces princes qui étaient, au début, austères et peu friands de culture profane et qui n’ont pas résisté, par la suite, au charme de la civilisation andalouse. Le rayonnement culturel de l’Espagne musulmane, à cette époque, était tel qu’il eut raison du rigorisme en matière de religion et de l’austérité de ces Berbères venus, pour la plupart, du Sahara marocain.

13L’héritage culturel des Reyes de Taifas survivra aux Almorávides, et aux Almohades qui leur succédèrent, et contribuera grandement au bel essor littéraire et artistique que connut l’Espagne sous la dynastie nasride de Grenade. Enfin, les Musulmans d’Espagne émigrés au Maghreb, pendant et après la reconquête, ont transmis des traditions andalouses dont certaines, encore vivaces, portent la marque des Mulūk al-Tawā‘if.

Notes

1 Par exemple, l’échange d’ambassades et de cadeaux entre ‘Ali Iqbāl al-Dawla de Dénia et le calife fātimide d’Égypte. Cf. supra, 94.

2 Poésie, p. 428.

3 Cf. Recherches 2, I, p. 287.

4 Al-Fath b. Ḫāqān dédia ses Qalā‘id au prince almoravide Abū Isḥāq Ibrahim, le frère du souverain ‘Ali b. Yūsuf b. Tāšfīn. Cf. Qalā‘id, p. 3.

5 Ibn Ḫafāğa fut le poète officiel du prince Abū Isḥāq Ibrahim b. Yūsuf b. Tāšfin. Cf. Ḏaḫīra, III/2, p. 560 sqq.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search