Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Troisième partie. La vie littéraire : synthèse

Chapitre I. Bilan de l'arabisation dans la Péninsule

Texte intégral

I - DIVERSITÉ ETHNIQUE ET PROBLÈME LINGUISTIQUE

  • 1 H.E.M., I, p. 82, III, p. 181 ; Poésie, p. 258 ; supra, 32, 33.
  • 2 H.E.M., I, p. 86, III, p. 168 ; supra, 33, 34.
  • 3 Seule une faible proportion de Berbères parmi les immigrés de la première heure réussit à s'arabis (...)

1L'élément arabe a toujours représenté une faible proportion de la population andalouse. Les Arabes de souche formaient, depuis la conquête, et ce jusqu'à la fin du xve siècle, une aristocratie minoritaire1. En revanche, les Berbères, qui avaient joué un rôle essentiel, ayant permis aux conquérants arabes de se fixer dans la Péninsule, étaient beaucoup plus nombreux2. Cependant, bien qu'ils fussent musulmans, ils restaient en général très attachés à leur mode de vie et à leur idiome, le berbère3.

  • 4 Supra, 34.
  • 5 Poésie, p. 254, 284 et n. 1.
  • 6 Poésie, p. 284 et n. 1.

2Le troisième groupe ethnique, composé d'aborigènes convertis à l'islam, les Muwallad-s, constituait la masse numériquement la plus importante de la population musulmane du pays4. Or, en embrassant la religion des vainqueurs, tous ces Muwallad-s ne changèrent, en fait, que peu de chose à leur façon de vivre5. Dans le domaine linguistique, ils continuèrent à pratiquer le roman hispanique, dérivé du latin. Aussi, la langue arabe n'était-elle pas la seule en usage dans al-Andalus. Bien plus, les Arabes furent amenés à apprendre le roman dont ils se servaient quotidiennement, non seulement dans la rue, mais aussi chez eux, avec leurs proches. En effet, arrivés sans femmes, ils ont dû épouser ou prendre comme concubines des autochtones ou des européennes qui, le plus souvent, exercèrent une certaine influence sur l'éducation de leurs enfants et transmirent à ces derniers leur langue maternelle6.

  • 7 H.E.M., I, p. 81 et n. 1, III, p. 183 et n. 2 et 3, p. 217. Dans certaines cours berbères, comme c (...)
  • 8 Ǧamhara, p. 415 ; J. Ribera, Disertaciones y Opusculos, I, p. 34 ; Historia, p. 142 ; H.E.M., I, p (...)

3Petit à petit, deux idiomes finirent par s'imposer : l'arabe et le roman, qui étaient parlés non seulement par les Musulmans, mais également par les tributaires (ḏiminī-s), c'est-à-dire les Mozarabes et les Juifs7. L'emploi du roman était si répandu dans l'ensemble de la population andalouse, quelle qu'en fût la race ou la religion, que le célèbre Ibn Ḥazm jugea opportun de signaler le cas tout à fait exceptionnel d'un groupe d'Arabes quḍā‘ites, installés au nord de Cordoue, les Banū Balī, qui à son époque se refusaient à utiliser la langue latine (al-latīniyya), c'est-à-dire le roman, et se bornaient à l'emploi exclusif de l'arabe8.

  • 9 Cf. Ibn Ḥazm, al-Iḥkām fī uṣūl al-aḥkām, t. I, p. 31-32. Ce texte a été traduit par H. Pérès, op. (...)
  • 10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 14-15 ; Nafḥ, III, p. 154 ; Abbadidis, III, p. 41 ; H. Pérès, op. cit., p. 294 ; P (...)
  • 11 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī ma'rifat al-aqālīm, p. 243.
  • 12 Trad. Ch. Pellat, dans Description de l'Occident musulman au ive/xesiècle, p, 59. Voir aussi Ifrīq (...)

4Comme dans tous les pays arabophones, et de tout temps, la langue arabe se présentait sous deux aspects. Outre l'arabe littéral, qui était la langue de la culture et de l'administration, il y avait un arabe vulgaire plus ou moins altéré, parlé non seulement par les Musulmans mais également par la plus grande partie des Mozarabes et des Juifs. Certaines caractéristiques de ce dialecte andalou ont fait l'objet de remarques très intéressantes de la part d'Ibn Ḥazm9. Par ailleurs, nous avons à ce propos le témoignage du philologue bagdadien, Abū ‘Alī al-Qālī, arrivé à Cordoue en 330/942, sur l'invitation du calife ‘Abd al-Raḥmān III al-Nāṣir (m. 350/961). Bien qu'il se rapporte à une période un peu antérieure à celle des Mulūk al-Ṭawā’if, ce témoignage garde une bonne part de sa valeur. En passant par l'Ifrīqiya, al-Qālī dit être surpris de constater que « plus il s'éloigne de l'Orient et plus les Musulmans parlent mal l'arabe » ; et il se demande si, à son arrivée dans la Péninsule, « il ne sera pas obligé d'avoir recours à un interprète pour se faire comprendre »10. Quelques années plus tard, la remarque d'Abū ‘Alī est confortée par les affirmations du géographe al-Muqaddasī (m. après 378/988) qui note, dans Kitāb aḥsan al-taqāsīm fī ma‘rifat al-aqālīm11, que « la langue des habitants du Maġrib est l'arabe ; mais un arabe peu intelligible et différent de l'idiome dont nous avons signalé l'usage dans les autres provinces »12. Ce langage était souvent incompréhensible pour un Oriental, car il comprenait de nombreux vocables romans qui se mêlaient aux mots arabes, un peu à la manière des vocables français ou anglais qui, de nos jours, surgissent dans certains dialectes arabes.

  • 13 Cf. H.E.M., III, p. 183, n. 2 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l' (...)

5Depuis quelques années, nous disposons de nouveaux renseignements précieux sur la nature de ce dialecte arabe hispanique, grâce aux progrès des recherches relatives à la poésie populaire d'al-Andalus, le muwaššaḥ, qui faisait alterner les deux parlers vulgaires arabe et espagnol13.

  • 14 A propos de l'intérêt que portaient les Juifs à la culture arabe, voir Ḏaḫīra, 1/1, p. 233-235 ; S (...)
  • 15 H.E.M., III, p. 217 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l'Espagne de (...)

6Malgré cet extraordinaire brassage ethnique et linguistique et l'absence de racines arabes profondes dans le pays, l'usage de l'arabe, comme langue de civilisation, s'est imposé à l'ensemble de la population musulmane et s'est même répandu parmi les habitants non musulmans d'al-Andalus. Les Juifs qui, dans leur vie quotidienne, parlaient l'arabe dialectal ou le roman, s'intéressaient à la culture arabe et beaucoup d'entre eux réussissaient à l'assimiler parfaitement14. Les Mozarabes, eux aussi, portaient un intérêt croissant à la langue et à la civilisation de l'Islam. D'ailleurs, certains auteurs mozarabes déplorent la désaffection des jeunes Chrétiens pour le latin et la culture chrétienne et attestent l'attrait exercé sur eux par la culture arabe15.

II - L'ENSEIGNEMENT

1. Facteurs favorables à la diffusion de l'enseignement

7Les Andalous, se trouvant loin du berceau de la culture arabo-islamique, et conscients de ce sérieux handicap, essayaient de le combler en consacrant une grande part de leur énergie aux études et à l'instruction. C'était, pour eux, une manière d'affirmer leur identité et de proclamer leur appartenance et leur attachement à une communauté dont ils étaient séparés géographiquement.

  • 16 Poésie, p. 267 et n. 2 ; supra, 171.

8Cette motivation n'était certainement pas celle de tout le monde. En effet, certains, et notamment des ḏimmī-s, auraient étudié la langue et la littérature arabes, et se seraient même convertis à l'Islam, pour satisfaire certaines ambitions personnelles et accéder à des fonctions réservées aux Musulmans16.

  • 17 J. Ribera, Disertaciones y opusculos, I, p. 250-251 ; Poésie, p. 26.
  • 18 Sur l'enseignement en Espagne musulmane, voir J. Ribera, op. cit., I, p. 229-359.
  • 19 L'une des caractéristiques d'al-Andalus à toutes les époques de son histoire musulmane était la mu (...)
  • 20 H.E.M., III, p. 407-408.

9L'enseignement n'était ni rétribué ni réglementé par l'État17. Enseignants et étudiants l'organisaient librement, conformément aux usages en vigueur18. La multiplicité des centres urbains19 favorisa, dans une large mesure, la diffusion de l'enseignement dans la Péninsule. Dans les grandes métropoles et les villes importantes, on pouvait suivre un cycle complet d'études comportant les trois degrés, primaire, secondaire et supérieur. Même dans les petits hameaux, la plupart des enfants fréquentaient, dès leur jeune âge, des écoles où ils recevaient une instruction élémentaire. Enfin, grâce à des conditions économiques et matérielles relativement favorables, la population andalouse, dans sa grande majorité, s'instruisait, chacun selon ses moyens20.

2. Contenu de cet enseignement

  • 21 Cf. J. Ribera, loc. cit. ; H.E.M., III, p. 407.
  • 22 Cf. Poésie, p. 28 et n. 1.
  • 23 Cf. Fahrasa, p. 226 ; Nafḥ, III, p. 156-179 ; Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, bibliographe et apologiste de (...)
  • 24 Cf. Ifrīqiya, p. 104 sqq ; E.I ?-, III, p. 927-928, art. « Ibn Rasẖīḳ » (Ch. Bouyahia).

10Les répertoires biographiques nous permettent d'avoir des renseignements précis sur le contenu de l'enseignement dispensé dans l'Espagne musulmane au ve/xie siècle21. Cependant le document le plus précieux dont nous disposons sur les études faites en Espagne sous les Reyes de Taifas est la Fahrasa d'Abū Bakr b. Ḫayr (m. 575/1179)22. Dans ce livre, on trouve une longue liste des ouvrages étudiés à cette époque. Or cette liste est loin d'être exhaustive ; et, pour la compléter, on doit consulter d'autres œuvres telles que Risāla fī faḍl al-Andalus d'Ibn Ḥazm23, ou la ‘Umda d'Ibn Rašīq (m. 456/1064)24.

  • 25 Islam d'Occident, p. 310-311.

11En dépit des bouleversements politiques et militaires qu'elle venait de subir, l'Espagne musulmane ne connut pas, après l'abolition du califat, de révolution culturelle ou idéologique. Elle resta toujours très attachée aux traditions arabo-musulmanes. La classe des fuqahā’ demeurait très influente ; et les disciplines religieuses attiraient un public de plus en plus large et motivé25. Le rite mālikite, largement majoritaire dans le pays, était le plus en faveur et le plus étudié. Cependant, d'après Ibn Ḫaldūn, le système d'enseignement des Espagnols aurait été alors nettement différent de celui des Orientaux et des Maghrébins. En effet, contrairement aux méthodes pratiquées partout ailleurs en terre d'Islam, les Andalous auraient adopté une méthode pédagogique originale qui consistait à étudier la langue arabe et la poésie avant les autres sciences. Cela permettait à l'élève d'acquérir les connaissances nécessaires pour aborder efficacement, par la suite, l'étude des sciences exactes et du Livre révélé. Rapportant les propos d'Abū Bakr b. al-‘Arabī (468-543/1076-1148) sur l'enseignement, l'auteur de la Muqaddima écrit ceci :

  • 26 Muqaddima, trad. de Slane, III, p. 289 ; Poésie, p. 24 ; H.E.M., III, p. 409.

« Le cadi Abū Bakr b. al-‘Arabī propose [aux Orientaux] dans le récit de son voyage, un plan d'enseignement très original sur lequel il revient à plusieurs reprises en y ajoutant de nouvelles observations. Selon lui, il faudrait suivre le système des Espagnols et enseigner l'arabe et la poésie avant les autres sciences. Voici ce qu'il dit : « Comme les poèmes étaient, pour les anciens Arabes, des registres [dans lesquels ils inséraient tout ce qui leur semblait important], il faudrait commencer par l'étude de leur poésie et de leur langue ; la corruption [graduelle] du langage [qui se parle] l'exige impérieusement. L'élève passerait ensuite au calcul [...] Ensuite, il se mettrait à lire le Coran, dont il trouverait l'étude très facile, grâce à ces travaux préliminaires. »26

12Ainsi, les matières enseignées en priorité étaient-elles principalement les sciences de la langue : grammaire, philologie, lexicographie et leur support indispensable, la poésie. Les anthologies classiques et les dīwān-s séparés étaient étudiés, commentés et le plus souvent appris par cœur au moins partiellement. Mais les poètes préférés des Andalous étaient incontestablement les poètes néo-clasiques. Dans sa ‘Umda, Ibn Rašīq résume bien cet état de fait.

  • 27 'Umda, I, p. 64 ; texte traduit dans Poésie, p. 33.

« Il n'est pas, dit-il, parmi les modernes (Muwallad-s) de poète plus célèbre qu'al-Ḥasan [b. Hānī] Abū Nuwās, et après lui vinrent [Abū Tammām] Ḥabib et al-Buḥturī ; on dit que ces deux derniers ont replongé dans l'oubli, à leur époque, cinq cents poètes, tous excellents ; ils furent suivis par deux autres, aussi célèbres qu'eux : Ibn al-Rūmī et Ibn al-Mu‘tazz. Le nom d'Ibn al-Mu‘tazz acquit une telle renommée qu'il occupa la place d'al-Ḥasan [Abū Nuwās] parmi les modernes et d'Imru’ al-Qays parmi les anciens. Ces trois poètes sont à peu près connus de tout le monde. Puis vint al-Mutanabbī : il remplit alors le monde et occupa tous les hommes. »27

13Al-Buḥturī et al-Mutanabbī étaient probablement les poètes les plus goûtés par les Andalous. Ils leur servaient souvent de modèles.

  • 28 Ḏaḫīra, II/l, p. 12 ; reproduit dans Abbadidis, I, p. 202, trad. 706 ; Poésie, p. 35.

« Leur méthode en poésie, dit Ibn Bassām à propos du talent des poètes espagnols, est exemplaire ; c'est celle d'al-Buḥturī par sa fluidité comme par sa solidité, par sa douceur comme par sa vigueur. »28

  • 29 Ḏaḫīra, I/1, p. 257 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 28-29.
  • 30 Sur l'influence d'al-Mutanabbī sur l'Occident musulman, cf. R. Blachère, « Le poète arabe al-Mutan (...)
  • 31 Cf. R. Blachère, Motanabbî, p. 295-296 ; Poésie, p. 35.
  • 32 Supra, 192.

14Dans un passage de sa Risālat al-tawābi‘ wa-al-zawābi‘, Ibn Šuhayd déclare qu'al-Buḥturī était l'un de ses maîtres (inna-hu la-min asātīḏ-ī)29. Quant à al-Mutanabbī, il a littéralement subjugué les Andalous ; et Ibn Rašīq n'exagérait pas en disant que ce poète emplit le monde et accapara les esprits30. Tout le monde s'intéressait à lui. Son Dīwān fut commenté par les savants espagnols, al-Iflīlī (m. 441/1049), alĀ‘lam al-Šantamarī (m. 476/1083) et Ibn Sīdah (m. 458/1066)31. Le prince de Séville, al-Mu‘tamid b. ‘Abbād, était l'un de ses admirateurs et figure parmi ceux qui l'ont le plus étudié et le plus apprécié32.

  • 33 Supra, 73.
  • 34 Ibn Bassām a consacré une courte notice à Abū al-Ṭayyib. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 494-498.

15Un autre prince andalou, al-Muẓaffar b. al-Afṭas de Badajoz, plaçait al-Mutanabbī et al-Ma‘arrī au-dessus de tous les poètes, et demandait à ceux qui ne pouvaient pas les égaler de s'abstenir de faire des vers33. A sa manière, l’anthologue Ibn Bassām a rendu lui aussi un hommage discret mais réel à al-Mutanabbī. Tout le long de sa Ḏaḫīra, il s'ingénie à déceler les analogies, aussi minimes soient-elles, qui pourraient exister entre les poésies qu'il cite et tel ou tel vers d'Abū al-Ṭayyib. Ces rapprochements fort nombreux, bien qu'ils soient souvent assez difficiles à établir, prouvent qu'Ibn Bassām connaissait parfaitement bien l'œuvre d'al-Mutanabbī et qu'il avait beaucoup d'estime et d'admiration pour ce poète exceptionnel34.

III - RAPPORTS DE L'ESPAGNE MUSULMANE AVEC L'ORIENT

  • 35 Islam d'Occident, p. 311.
  • 36 H.E.M., III, p. 470.
  • 37 Ḏaḫīra, I/1, p. 248 sqq ; Ch. Pellat, Ibn Suhayd, p. 28-29.

16L'Espagne umayyade a toujours jalousement sauvegardé l'héritage que lui avait légué le califat de Damas. Elle fut la gardienne zélée et vigilante de traditions syriennes qui restèrent vivaces pendant longtemps, même après que des apports nouveaux, notamment d'origine ‘abbāside, eurent réussi à s'infiltrer dans la Péninsule35. Aussi, sous bien des aspects, al-Andalus était-elle archaïque et conservatrice par rapport à l'Orient. Ce conservatisme poussé se manifeste d'abord dans le domaine religieux. L'orthodoxie sunnite la plus stricte s'implanta petit à petit dans le pays, et le mālikisme s'imposa, dès la fin du iie/viiie siècle, presque en maître absolu36. Dans le domaine du savoir profane, l'Espagne était également très attachée aux traditions. D'autre part, elle a toujours reconnu une sorte de suzeraineté spirituelle et intellectuelle de l'Orient. Tous les lettrés andalous étaient nourris aux sources orientales de la poésie et de la prose. Dans sa Risālat al-tawābi‘ wa-al-zawābi‘, Ibn Šuhayd ne considère-t-il pas les grands poètes et prosateurs orientaux comme ses maîtres, et ne demande-t-il pas à leurs génies inspirateurs de lui accorder leur iğāza, c'est-à-dire leur bénédiction37 ? Dans la préface de son recueil poétique, Ibn Ḫafāğa avoue qu'il doit l'essentiel de son inspiration à des poètes orientaux.

  • 38 Cf. Ibn Ḫafāğa, Dīwān, p. 6 ; Poésie, p. 36 ; trad. dans Ibn Khafâdja, p. 35.

« J'ai à peine lu, dit-il, la poésie d'al-Raḍī, de Mihyār al-Daylamī, de ‘Abd al-Muḥsin al-Ṣūrī ou d'autres poètes de son école, que j'ai été envoûté par les admirables et rutilantes beautés et par la pureté et le charme de ce vocabulaire. [...] Aussi me suis-je tourné vers la poésie, l'ai-je étudiée et récitée sans cesse et me suis-je efforcé de pasticher ces poètes l'un après l'autre. »38

  • 39 Al-Maqqarī consacre un passage aux plus célèbres d'entre elles. Cf. Nafḥ, III, p. 139-142 ; Poésie(...)

17Après la dislocation de l'empire umayyade d'Espagne, des petites principautés s'édifièrent sur ses décombres ; et toutes, dans un esprit de propagande, essayaient d'imiter ce qui se faisait à Bagdad et dans les différentes cours orientales. Les chefs de ces principautés s'érigèrent en protecteurs des arts, et chacun d'eux tentait d'attirer à sa cour les meilleurs talents et les plus beaux esprits. Ils se disputèrent les esclaves chanteuses formées à Médine ou à Bagdad, qu'ils achetaient à prix d'or39.

18L'engouement des Andalous pour l'Orient, à cette époque, était tel qu'il a fait dire à E. García Gómez que :

  • 40 E. García Gómez, Poesía, p. 19.

« Tandis que les Umayyades ont contribué avec succès à faire d'al-Andalus une contrée occidentale, les Reyes de Taifas [au contraire] se sont appliqués à "réorientaliser" la Cordoue occidentale. Aussi, les capitales andalouses se sont-elles transformées en une Bagdad minuscule en plusieurs exemplaires. »40

  • 41 Poésie, p. 109-110.
  • 42 Ibid, p. 46.
  • 43 Cf. Nafḥ, III, p. 178 ; Poésie, p. 47. A la fin de sa risāla, Ibn Ḥazm cite de nouveau quelques An (...)
  • 44 Poésie, p. 47.
  • 45 Ḏaḫīra, I/1, p. 378-379 ; Nafḥ, III, p. 566 ; Poésie, p. 47.
  • 46 Nafḥ, III, p. 488 ; Poésie, p. 36-47.

19Le mirage de l'Orient était si vivace que les Mulūk al-Ṭawā’if se donnaient des titres honorifiques empruntés aux califes ‘abbāsides et aux princes bûyides ou ḥamdānides41. Les Andalous étaient imprégnés de l'Orient au point qu'un souverain ou un lettré espagnol leur évoquait tel souverain ou tel lettré oriental. Al-Mu‘tamid b. ‘Abbād les faisait penser au calife ‘abbāside al-Wāṯiq bi-llāh pour son intelligence et sa culture42. Dans sa Risāla fī faḍl al-Andalus, Ibn Ḥazm compare Ibn Darrāğ al-Qasṭallī à la fois à Baššār b. Burd, à Abū Tammām et à al-Mutanabbī43. Abū ‘Abd al-Raḥmān b. Ṭāhir de Murcie correspondait selon certains à al-Ṣāḥib b. ‘Abbād44. Abū al-Walīd b. Zaydūn était souvent désigné sous le nom de Buḥturī al-Ġarb45. Quant à Ibn Ḫafāğa, il portait le surnom de Ṣanawbarī al-Andalus46.

  • 47 Poésie, p. 40 sqq.
  • 48 Ibid, p. 28 sqq.
  • 49 H.E.M., III, p. 488-489.
  • 50 C'est le cas d'Abū al-Walīd al-Bāğī à qui le long séjour studieux en Orient valut par la suite, da (...)

20Cependant les Andalous ne se contentaient pas de faire venir des célébrités47 et d'acquérir des livres48 orientaux ; ils aspiraient dans le même temps à se rendre dans ces grandes cités qui exerçaient sur eux une espèce d'attraction magique. L'obligation religieuse du pèlerinage leur en offrait l'occasion. Ils en profitaient pour effectuer des séjours plus ou moins longs dans les différents centres de culture, notamment au Caire, à Bagdad, à Damas, à Nishapour, afin de puiser aux sources mêmes du savoir islamique. D'ailleurs, le pèlerinage et la "quête de la science" (ṭalab al-‘ilm) n'empêchaient pas certains de satisfaire également leur curiosité ou leur goût de l'aventure, et même de pratiquer le commerce49. La soif d'apprendre poussait d'aucuns à chercher à rencontrer des savants de renom, et éventuellement à assister à leurs cours. Les plus doués et les plus chanceux d'entre eux réussissaient, au bout d'un certain temps, à obtenir du maître l'iğāza, en quelque sorte la bénédiction qui leur permettait d'enseigner cette matière à leur retour50.

  • 51 Sur ces réactions et ces professions de foi à caractère nationaliste, cf. supra, 12-16.

21Les Andalous s'étaient tellement appliqués à se mettre à l'école de l'Orient que, vers la fin du ive/xe siècle, ils parvinrent à son niveau et estimèrent pouvoir soutenir la comparaison avec celui-ci. Certaines imitations ressemblent désormais étrangement au modèle. Alors, des voix s'élevèrent pour dénoncer ce sentiment d'infériorité intellectuelle dont souffrait al-Andalus, et pour rejeter cet état de subordination envers l'Orient. Parmi les réactions51 dans ce sens, celle du grand Ibn Ḥazm est sans doute la plus énergique.

« Qu'on me fasse grâce, déclare-t-il, des histoires des anciens Arabes et des gens des époques révolues ! Leur voie n'est point la nôtre, et la documentation qui les concerne est vraiment devenue pléthorique ! »

  • 52 H. E. M., III, p. 188. Ch. Pellat cite ce vers dans son Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p (...)
  • 53 Cf. E. García Gómez, Poesía, passim ; Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 95.
  • 54 Sur l'indifférence et le mépris de l'Orient pour al-Andalus, cf. Poésie, p. 43 sqq et les référenc (...)

22Et, dans un vers resté célèbre, il avoua « que, parmi toutes les pierres précieuses, il se contentait volontiers du seul rubis andalou »52. Certains ont décelé dans ces déclarations une tendance nationaliste et la volonté de prendre ses distances vis-à-vis de l'Orient et de promouvoir une littérature spécifiquement andalouse53. Mais, en fait, toutes ces prises de position un peu trop passionnelles étaient plutôt destinées à réagir, d'une part contre un péril intérieur qui consistait à se sous-estimer et à douter de ses propres capacités et, d'autre part, contre l'indifférence sinon le mépris trop souvent affiché par les Orientaux à l'égard des Andalous et de leurs productions littéraires54.

  • 55 Poésie, p. 51-52.
  • 56 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 95-96.

23Les Espagnols considéraient la langue arabe comme une langue à vocation universelle, et sa littérature constituait selon eux un ensemble homogène. Donc, ils ne cherchaient pas à marquer leur différence ; ils voulaient tout simplement rivaliser avec les Irakiens, les Égyptiens et les autres arabophones, et prouver qu'ils étaient capables de les égaler, voire de les surpasser55. En présentant ses meilleurs poèmes dans sa Risālat al-tawābi‘ wa-al-zawābi‘, Abū ‘Āmir b. Šuhayd n'avait pas d'autres ambitions. Le comble du succès pour lui était de faire aussi bien qu'Abū Nuwās, al-Buḥturī ou al-Mutanabbī56.

IV - RAPPORTS D'AL-ANDALUS AVEC L'IFRĪQIYA

  • 57 H.E.M., I, p. 241-242, III, p. 490.

24Jusqu'à l'invasion hilālienne, en 449/1057-1058, Kairouan était le relais principal entre al-Andalus et l'Orient. Les productions littéraires et scientifiques ainsi que les savants venant de Damas, de Bagdad ou du Caire transitaient par là, avant d'arriver à Cordoue, Séville ou Tolède57. De même, cette cité constituait une halte importante sur le chemin des Andalous qui se rendaient aux lieux saints ou en revenaient à l'occasion du pèlerinage, ou qui voyageaient en quête de savoir.

  • 58 Cf. Ṣila, p. 530 ; Ifrīqiya, p. 288 et n. 3.
  • 59 Fahrasa, p. 380 ; Nafḥ, III, p. 184 ; Poésie, p. 28 ; Ifrīqiya, p. 21, 290.
  • 60 Cf. Ifriqiya, p. 22-24.

25L'école juridique de Kairouan attirait de nombreux Espagnols qui venaient puiser aux sources du fiqh mālikite. Al-Humaydī (m. 488/1095), l'auteur de la Ǧaḏwat al-muqtabis, en fit partie58. La célèbre anthologie Zahr al-ādāb wa-ṯamar al-albāb d'Ibrāhīm al-Ḥuṣrī (m. 413/1022) figurait dans la Fahrasa d'Ibn Ḫayr, parmi les œuvres enseignées en Espagne, où elle fut même imitée59. Ibrāhīm al-Ḥuṣrī est également l'auteur d'un autre ouvrage intitulé al-Maṣūn fī sirr al-hawā al-maknūn, qui traite de l'amour, et qui aurait exercé une certaine influence sur le Ṭawq al-ḥamāma d'Ibn Ḥazm60.

  • 61 Supra, 185, 209.
  • 62 Supra, 194.
  • 63 Ifriqiya, p. 290-291.

26Après la chute de Kairouan, l'élite intellectuelle de cette grande métropole prit le chemin de l'exil. Des poètes et des écrivains ifrīqiyens émigrèrent en Espagne ; et, parmi les plus célèbres d'entre eux, se trouvaient Ibn Šaraf61 et ‘Alī al-Ḥuṣrī62. De plus, en raison de la dispersion et du saccage des bibliothèques, à la suite de l'invasion des Banū Hilāl, beaucoup d'ouvrages furent introduits dans al-Andalus63.

  • 64 Rappelons, au passage, le célèbre distique attribué par certains à Ibn Rašīq :
    « Parmi les choses q (...)
  • 65 Ḏaḫīra, I/1, p. 133-139.
  • 66 Il s'agit de la fameuse Risāla fī faḍl al-Andalus reproduite dans Nafḥ, III, p. 156-179 ; trad. fr (...)
  • 67 Nafḥ, III, p. 179-186 ; reproduit par S. D. al-Munağğid, op. cit., p. 22-28.
  • 68 Nafḥ, III, p. 186-222 ; S. D. al-Munağğid, op. cit., p. 29-60.
  • 69 Elle incita quelques savants espagnols à s'intéresser davantage à leur propre patrimoine littérair (...)
  • 70 Ifrīqiya, p. 291-293 ; Ch. Bouyahia, « Musāhamat al-Afāriqa fī al-ḥayāt al-taqāfiyya bi-al-Andalus (...)

27Les rapports entre Andalous et Ifrīqiyens connurent quelques tensions64. Le Kairouanais Ibn al-Rabīb (m. 420/1029) provoqua une interminable controverse qui l'opposa, de son vivant et même longtemps après sa mort, à un certain nombre de lettrés espagnols célèbres. Dans une missive adressée au vizir Abū al-Muġīra ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥazm (m. 438/1046), il reprochait aux Andalous de n'avoir pas fait connaître les mérites de leurs compatriotes et de leur pays. Son correspondant lui répondit par une lettre reproduite en partie par Ibn Bassām65. Quelques années plus tard, le grand Ibn Ḥazm, cousin d'Abū al-Muġīra, répondit à son tour à la missive d'Ibn al-Rabīb qui était mort entre temps66. Ibn Sa‘īd (m. 685/1286) composa, lui aussi, une réplique67 qu'il fit suivre d'une épître d'al-Šaqundī (m. 629/1232) intitulée Risāla fī al-difā‘an al-Andalus68. Ainsi, la lettre d'Ibn al-Rabīb eut des effets positifs69. En tout cas, les répliques qu'elle suscita nous fournissent des renseignements très précieux sur al-Andalus en général et sur son histoire culturelle en particulier. Dans sa risāla, Ibn Ḥazm donne la liste d'un grand nombre d'auteurs andalous, ainsi que les titres de leurs ouvrages méconnus auparavant70.

Notes

1 H.E.M., I, p. 82, III, p. 181 ; Poésie, p. 258 ; supra, 32, 33.

2 H.E.M., I, p. 86, III, p. 168 ; supra, 33, 34.

3 Seule une faible proportion de Berbères parmi les immigrés de la première heure réussit à s'arabiser et à s'andalousiser par intérêt ou par mariage. Cf. H.E.M., I, p. 85.

4 Supra, 34.

5 Poésie, p. 254, 284 et n. 1.

6 Poésie, p. 284 et n. 1.

7 H.E.M., I, p. 81 et n. 1, III, p. 183 et n. 2 et 3, p. 217. Dans certaines cours berbères, comme celle des Zīrides de Grenade, outre l'arabe et le roman, on parlait le berbère. Cf. H.E.M., III, p. 169-170.

8 Ǧamhara, p. 415 ; J. Ribera, Disertaciones y Opusculos, I, p. 34 ; Historia, p. 142 ; H.E.M., I, p. 76-77 ; Islam d'Occident, p. 286-287 ; H. Pérès, « L'arabe dialectal en Espagne musulmane, aux xe et xie siècles de notre ère », dans Mélanges W. Marçais, p. 293-294.

9 Cf. Ibn Ḥazm, al-Iḥkām fī uṣūl al-aḥkām, t. I, p. 31-32. Ce texte a été traduit par H. Pérès, op. cit., p. 291-293. Voir aussi H.E.M., III, p. 183.

10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 14-15 ; Nafḥ, III, p. 154 ; Abbadidis, III, p. 41 ; H. Pérès, op. cit., p. 294 ; Poésie, p. 44.

11 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī ma'rifat al-aqālīm, p. 243.

12 Trad. Ch. Pellat, dans Description de l'Occident musulman au ive/xe siècle, p, 59. Voir aussi Ifrīqiya, p. 225 et n. 2.

13 Cf. H.E.M., III, p. 183, n. 2 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l'Espagne des viiie-ixe siècles, p. 27-28 ; infra, 283 sqq.

14 A propos de l'intérêt que portaient les Juifs à la culture arabe, voir Ḏaḫīra, 1/1, p. 233-235 ; S. M. Stern, dans Andalus, XIII, 1948, p. 335, n. 1 ; H.E.M., I p. 81, n. 1, III, p. 232 et n. 1 ; Poésie, p. 266-273.

15 H.E.M., III, p. 217 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l'Espagne des viiie-ixe siècles, p. 49-50.

16 Poésie, p. 267 et n. 2 ; supra, 171.

17 J. Ribera, Disertaciones y opusculos, I, p. 250-251 ; Poésie, p. 26.

18 Sur l'enseignement en Espagne musulmane, voir J. Ribera, op. cit., I, p. 229-359.

19 L'une des caractéristiques d'al-Andalus à toutes les époques de son histoire musulmane était la multiplicité de ses centres urbains. Cette particularité la distinguait de la plupart des contrées de l'empire musulman et spécialement du reste de l'Occident musulman. Cf. H.E.M., III, p. 325-326.

20 H.E.M., III, p. 407-408.

21 Cf. J. Ribera, loc. cit. ; H.E.M., III, p. 407.

22 Cf. Poésie, p. 28 et n. 1.

23 Cf. Fahrasa, p. 226 ; Nafḥ, III, p. 156-179 ; Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, bibliographe et apologiste de l'Espagne musulmane, trad. de la Risāla fī faḍl al-Andalus d'Ibn Ḥazm, dans Andalus, XIX, 1954, fasc.l, p. 53-102.

24 Cf. Ifrīqiya, p. 104 sqq ; E.I ?-, III, p. 927-928, art. « Ibn Rasẖīḳ » (Ch. Bouyahia).

25 Islam d'Occident, p. 310-311.

26 Muqaddima, trad. de Slane, III, p. 289 ; Poésie, p. 24 ; H.E.M., III, p. 409.

27 'Umda, I, p. 64 ; texte traduit dans Poésie, p. 33.

28 Ḏaḫīra, II/l, p. 12 ; reproduit dans Abbadidis, I, p. 202, trad. 706 ; Poésie, p. 35.

29 Ḏaḫīra, I/1, p. 257 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 28-29.

30 Sur l'influence d'al-Mutanabbī sur l'Occident musulman, cf. R. Blachère, « Le poète arabe al-Mutanabbī et l'Occident musulman », dans R.E.I., 1929, cahier I, p. 127-135 ; le même, Motanabbî, p. 293-299.

31 Cf. R. Blachère, Motanabbî, p. 295-296 ; Poésie, p. 35.

32 Supra, 192.

33 Supra, 73.

34 Ibn Bassām a consacré une courte notice à Abū al-Ṭayyib. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 494-498.

35 Islam d'Occident, p. 311.

36 H.E.M., III, p. 470.

37 Ḏaḫīra, I/1, p. 248 sqq ; Ch. Pellat, Ibn Suhayd, p. 28-29.

38 Cf. Ibn Ḫafāğa, Dīwān, p. 6 ; Poésie, p. 36 ; trad. dans Ibn Khafâdja, p. 35.

39 Al-Maqqarī consacre un passage aux plus célèbres d'entre elles. Cf. Nafḥ, III, p. 139-142 ; Poésie, p. 40-41.

40 E. García Gómez, Poesía, p. 19.

41 Poésie, p. 109-110.

42 Ibid, p. 46.

43 Cf. Nafḥ, III, p. 178 ; Poésie, p. 47. A la fin de sa risāla, Ibn Ḥazm cite de nouveau quelques Andalous ; et, pour souligner leur grande valeur, il mentionne après chaque nom la célébrité orientale correspondante. Cf. Nafḥ, III, p. 177-178 ; Ch. Pellat, « Ibn Ḥazm, bibliographe et apologiste de l'Espagne musulmane, traduction de la Risāla fī faḍl al-Andalus d'Ibn Ḥazm », dans Andalus, XIX, 1954, p. 53-102.

44 Poésie, p. 47.

45 Ḏaḫīra, I/1, p. 378-379 ; Nafḥ, III, p. 566 ; Poésie, p. 47.

46 Nafḥ, III, p. 488 ; Poésie, p. 36-47.

47 Poésie, p. 40 sqq.

48 Ibid, p. 28 sqq.

49 H.E.M., III, p. 488-489.

50 C'est le cas d'Abū al-Walīd al-Bāğī à qui le long séjour studieux en Orient valut par la suite, dans son pays, considération et prestige. Cf. supra, 97.

51 Sur ces réactions et ces professions de foi à caractère nationaliste, cf. supra, 12-16.

52 H. E. M., III, p. 188. Ch. Pellat cite ce vers dans son Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 95, et note 1. Voir aussi l'article de Lévy-Provençal dans Andalus, XV, 1950, p. 373.

53 Cf. E. García Gómez, Poesía, passim ; Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 95.

54 Sur l'indifférence et le mépris de l'Orient pour al-Andalus, cf. Poésie, p. 43 sqq et les références citées.

55 Poésie, p. 51-52.

56 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 95-96.

57 H.E.M., I, p. 241-242, III, p. 490.

58 Cf. Ṣila, p. 530 ; Ifrīqiya, p. 288 et n. 3.

59 Fahrasa, p. 380 ; Nafḥ, III, p. 184 ; Poésie, p. 28 ; Ifrīqiya, p. 21, 290.

60 Cf. Ifriqiya, p. 22-24.

61 Supra, 185, 209.

62 Supra, 194.

63 Ifriqiya, p. 290-291.

64 Rappelons, au passage, le célèbre distique attribué par certains à Ibn Rašīq :
« Parmi les choses qui me causent de l'irritation en Espagne, il y a cette habitude de prendre des surnoms comme al-Mu‘taḍid et al-Mu‘tamid.
Surnoms royaux bien mal placés, comme le chat qui essaye d'imiter en se gonflant la force impétueuse du lion. » (Rime -dī, mètre basīṭ, trad. dans Poésie, p. 109-110. Sur l'attribution de ces vers, cf. ibid. et n. 8.)
Notons également, à ce propos, les remarques faites par Ch. Bouyahia, selon lesquelles « Ibn Bassām, qui [...] ne peut s'empêcher de rendre hommage à la valeur des écrivains et poètes ifrīqiyens, ne manque cependant pas l'occasion de les rabaisser, s'attaquant surtout aux meilleurs d'entre eux » (Ibn Šaraf- Ch. Bouyahia signale aussi que l'auteur de la Ḏaḫīra rapporte les critiques de son compatriote, l'historien Ibn Ḥayyān, contre Ibn Šaraf, Ibn Rašīq et 'Alī al-Ḥuṣrī. Cf. Ifrīqiya, p. 294 et notes 2, 3. 4, 5 et 6.

65 Ḏaḫīra, I/1, p. 133-139.

66 Il s'agit de la fameuse Risāla fī faḍl al-Andalus reproduite dans Nafḥ, III, p. 156-179 ; trad. française de Ch. Pellat, « Ibn Ḥazm, bibliographe et apologiste de l'Espagne musulmane », dans Andalus, XIX, 1954, p. 53-102. S. D. al-Munağğid a reproduit le texte de cette risāla dans Faḍā’il al-Andalus wa-ahli-hā, p. 4-21. Cf. infra, 308, 309.

67 Nafḥ, III, p. 179-186 ; reproduit par S. D. al-Munağğid, op. cit., p. 22-28.

68 Nafḥ, III, p. 186-222 ; S. D. al-Munağğid, op. cit., p. 29-60.

69 Elle incita quelques savants espagnols à s'intéresser davantage à leur propre patrimoine littéraire et à le faire valoir.

70 Ifrīqiya, p. 291-293 ; Ch. Bouyahia, « Musāhamat al-Afāriqa fī al-ḥayāt al-taqāfiyya bi-al-Andalus », dans Annales de l'Université de Tunis, 1981, n° 20, p. 7-41 ; Ch. Pellat, op. cit.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search