Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XXII. Le royaume de Valence1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Tibyān, p. 77-78, 175-176 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 14-20, 40-44, 92-103, 249-251 ; Bayān, III, p. 158-1 (...)
  • 2 Ḏaḫīra, III/l, p. 13 sqq ; Bayān, III, p. 158 sqq, 302 ; Muġrib, II, p. 299 ; A 'māl, p. 222 sqq.

1Lors du démembrement du califat umayyade de Cordoue, deux affranchis ‘āmirides, Mubārak et Muẓaffar, fondèrent le royaume de Valence, vers 401/1010-1011. Ces deux Esclavons avaient été jusque-là de simples fonctionnaires chargés de l'inspection du système d'irrigation de la région. Profitant de l'éclatement du gouvernement central et de l'éclosion d'un grand nombre de principautés autonomes à travers le pays, ils proclamèrent leur indépendance et se partagèrent le pouvoir2.

  • 3 Bayān, III, p. 163-164.
  • 4 Les biographes l'appellent al-Manṣūr al-Aṣġar, pour le distinguer de son grand-père appelé : al-Ma (...)
  • 5 Sur le règne de ‘Abd al-’Azīz al-Manṣūr, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 249-251 ; Bayān, III, p. 164-165, 3 (...)
  • 6 Ḏaḫīra, III/l, p. 250 ; Bayān, III, p. 165 ; A‘māl, p. 195-196 ; Ṭawā’if, p. 223.
  • 7 Ibn Ḥayyān le présente comme un débauché dépourvu de toute aptitude à gouverner. Cf. Bayān, III, p (...)
  • 8 Ḏaḫīra, III/l, p. 250 ; Bayān, III, p. 165-166 ; A‘māl, p. 196 ; Ṭawā’if, p. 223-224.

2Après la mort de Mubārak, Muẓaffar régna seul pendant quelque temps et, en 408/1017-1018 ou 409/1018-1019, il fut expulsé et remplacé par un autre fatā du nom de Labīb, qui ne put se maintenir longtemps au pouvoir3. Les habitants de Valence décidèrent alors de confier le gouvernement de leur cité à un petit-fils du célèbre ḥāğib al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir, ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Abd al-Raḥmān Sanchol, qui s'était réfugié, depuis le début des événements de Cordoue et la mort tragique de son père, à Saragosse sous la protection du seigneur tuğībide, al-Munḏir b. Yaḥyā. Imitant son grand-père, ‘Abd al-‘Azīz prit alors le titre honorifique d'al-Manṣūr4, et fut le véritable fondateur de la dynastie ‘āmiride de Valence. Depuis son avènement en 412/1021, et jusqu'à sa mort en 452/1060, son royaume connut une ère de paix et de prospérité. Il réussit, durant ce règne d'une quarantaine d'années, à consolider son autorité en prenant soin d'avoir de bons rapports avec les États voisins5. Son fils ‘Abd al-Malik lui succéda en 452/1060 et adopta le titre d'al-Muẓaffar. Cependant comme il était encore très jeune, ce fut le premier ministre de son père, Abū Abd Allāh b. ‘Abd al-‘Azīz, qui exerça la régence. Ce vizir-secrétaire, compétent et pondéré, s'acquitta honorablement de sa tâche6. En revanche, le jeune prince était faible de caractère, menait une vie dissolue et se désintéressait de sa fonction7. Aussi, sa conduite excita-t-elle la convoitise de certains souverains tant chrétiens que musulmans8.

  • 9 Ḏaḫīra, III/2, p. 850-857 ; Bayān, III, p. 252-253 ; A‘māl, p. 195 ; Nafḥ, I, p. 181, IV, p. 448 ; (...)

3Le roi Ferdinand Ier de Castille et de Léon attaqua Valence, en 456/1064, et faillit s'en emparer. Après avoir assiégé sans succès la ville, il leva le siège et feignit de partir. Croyant avoir gagné la partie, les Valenciens sortirent dans leur tenue de fête et se lancèrent à la poursuite de leurs assiégeants. Cependant, près de Paterna, ils furent surpris par les Castillans qui, sortis de leur cachette, les cernèrent et leur infligèrent une défaite9.

  • 10 Ḏaḫīra, III/l, p. 41 ; Bayān, III, p. 266-267 ; Reyes, p. 41 ; España, I, p. 151 ; Ṭawā’if p. 224- (...)

4A la suite de ce revers et pour se prémunir contre des attaques de ce genre, al-Muẓaffar demanda assistance, en 457/1067, au roi de Tolède, al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn, qui profita de l'occasion pour détrôner le jeune roi, son propre gendre, et annexer à son royaume la principauté de Valence dont il confia le gouvernement au vizir Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz, fils et successeur à cette charge d'Abū ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-‘Azīz, mort en 456/106410.

  • 11 Supra, 200.
  • 12 Reyes, p. 57 ; España, I, p. 310 ; Islam d'Occident, p. 124 ; Ṭawā’if, p. 226.

5Abū Bakr était un dirigeant clairvoyant et d'une grande compétence. Il réussit si bien dans sa mission qu'il se mit, petit à petit, à se comporter comme le véritable chef de l'État, d'autant qu'Ibn Ḏī al-Nūn était très préoccupé par les affaires de Cordoue11. Lorsque ce dernier mourut, en 467/1075, Ibn ‘Abd al-‘Azīz se déclara officiellement indépendant et gouverna souverainement jusqu'à sa mort, en 478/108512.

  • 13 Supra, 201.
  • 14 España, I, p. 351 ; Ṭawā’if, p. 229-230.
  • 15 Islam d'Occident, p. 175 ; Ṭawā’if, p. 238.
  • 16 Ḏaḫīra, III/l, p. 96 ; Bayān, IV, p. 32-33, 149 ; A‘māl, p. 182, 203 ; Islam d'Occident, p. 177, 2 (...)
  • 17 Bayān, III, p. 305, IV, p. 31, 149 ; A‘māl, p. 203 ; España, p. 434 ; Islam d'Occident, p. 201-203 (...)

6Son fils Abū ‘Amr ‘Uṯmān lui succéda, mais pour peu de temps. En effet, al-Qādir, le petit-fils et successeur d'al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn, venait de livrer sa capitale Tolède à Alphonse VI de Castille13 qui, en contrepartie, s'engagea à l'installer sur le trône de Valence, al-Qādir n'ayant jamais réussi à faire respecter son droit sur cette ancienne possession de son grand-père. Donc, aidé par l'armée castillane, le dernier prince ḏū al-nūnide fit son entrée dans la métropole musulmane du Levant. Cependant son incompétence le rendit de plus en plus impopulaire à ses sujets et excita la convoitise de tous ceux qui voulaient le dépouiller de son royaume14. Parmi ceux-ci se trouvait le célèbre chevalier castillan Rodrigo Diaz de Vivar, plus connu sous le nom du Cid ou de celui du Campeador et qui, à cette époque, faisait preuve d'une grande activité pour son propre compte dans la région levantine. Il conçut alors le projet de s'emparer de Valence, désormais à sa portée. D'ailleurs, al-Qādir, aux abois, sollicitait son assistance ; et le Campeador de répondre favorablement à son appel et de lui promettre de le protéger contre toute attaque, moyennant le versement d'un tribut élevé15. Excédés par le poids de plus en plus lourd des taxes de toutes sortes, les Valenciens se soulevèrent à l'instigation de leur cadi Abū Aḥmad Ǧa‘far b. Ǧaḥḥāf, qui fit mettre à mort al-Qādir (485/1092)16, devint le chef du gouvernement et s'installa dans l'Alcazar17.

  • 18 Bayān, IV, p. 34-35 ; A‘māl, p. 203-204 ; Islam d'Occident, p. 208 sqq, 228-229 ; Ṭawā’if, p. 243.
  • 19 Nafḥ, IV, p. 456.
  • 20 Ḏaḫīra, III/l, p. 91, 98 ; Bayān, III, p. 305-306, IV, p. 31, 147 ; Ḥulla, II, p. 125 ; A‘māl, p. (...)
  • 21 Parmi les joyaux que contenait ce trésor se trouvait le fameux collier appelé al-Ṯu‘bān (le Dragon (...)
  • 22 D'autres notables valenciens connurent le même sort. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 98-99 ; Bayān, III, p. (...)
  • 23 España, index.
  • 24 Sur la fin du Cid et la reprise de Valence par les Almoravides, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 101 ; Bayān, (...)

7Peu après, le Cid assiégeait la ville dont les habitants endurèrent les pires souffrances au cours d'un blocus particulièrement long et pénible, et un grand nombre d'entre eux ne purent survivre18. Au bout de vingt mois de résistance19, Ibn Ǧaḥḥāf dut se résigner à livrer la cité meurtrie au Cid qui en prit possession en 487/109420. Cependant, accusant le cadi de s'être approprié une partie du trésor d'al-Qādir21, le Campeador le condamna au bûcher et le fit brûler vif publiquement, en 488/109522. À partir de ce moment, le Cid devint le maître tout puissant de Valence. Ce fut le couronnement de sa carrière militaire et politique. Les Almoravides, qui occupaient déjà la plus grande partie d'al-Andalus, essayèrent de reprendre cette province, mais le Campeador leur résista efficacement et il réussit même à agrandir ses possessions. Ce n'est que vers la fin de sa vie qu'il connut de sérieux revers. Deux ans avant sa mort, il perdit son fils unique, Diego, tué au cours d'un combat contre les Almoravides23. Le Cid, déçu et rongé par la maladie, succomba en 492/1099. Sa veuve Chimène résista encore deux ans aux assauts almoravides qui redoublèrent d'intensité après la disparition du Campeador. Cependant, se rendant compte de la vanité de ses efforts et sur le conseil de son cousin germain, Alphonse VI, accouru à son secours, elle évacua Valence après l'avoir fait incendier. Les troupes almoravides, commandées par le général Mazdalī, prirent le contrôle de cette ville en 495/110224.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 25 Ḏaḫīra, 1/1, p. 67 ; A‘māl, p. 122.
  • 26 R. Blachère, Analecta, p. 482.
  • 27 Ḏaḫīra, 1/1, p. 92-96 ; A‘māl, p. 212-215.
  • 28 Ḏaḫīra, III/1, p. 11-12 ; A‘māl, p. 223-225.

8Dès le début de la fitna, de nombreux savants, littérateurs et poètes durent quitter Cordoue et partir à la recherche d'un asile plus sûr et de mécènes mieux disposés à leur égard que les califes sans envergure qui se succédaient à une cadence rapide dans la capitale devenue l'ombre d'elle-même25. Beaucoup de ces lettrés se réfugièrent dans le Levante. Ce fut le cas d'Ibn Darrāğ al-Qasṭallī, le chantre des ‘Āmirides qui, après la disparition du ḥāğib al-Muẓaffar, connut la misère26 et se résigna à quitter Cordoue où il avait passé presque toute son existence. Il alla ensuite chercher fortune auprès des anciens clients du grand al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir, les Esclavons qui commençaient à remporter des succès importants dans l'est de la Péninsule (šarq al-Andalus). Il adressa un très long panégyrique, en 407/1016, à Ḫayrān, seigneur d'Alméria27. Vers 409/1018, il se trouvait à Valence, à la cour des deux princes "slaves", Mubārak et Muẓaffar, qu'il célébra dans une longue qaṣīda28.

  • 29 Infra, 219.
  • 30 A‘māl, p. 225.
  • 31 Supra, 52, 53.
  • 32 Ḏaḫīra, III/1, p. 250 ; Bayān, III, p. 165 ; infra, p. 320.

9Des secrétaires de talent, tels qu'Ibn al-Tākurunnī29, Ibn Muhallab et Ibn Ṭālūt, quittèrent la capitale ravagée par la guerre civile et se rendirent à Valence où ils se mirent au service des deux émirs esclavons30. Quelques années plus tard, le roi ‘Abd al-‘Azīz al-Manṣūr comptait dans son dīwān quatre scribes parmi les plus réputés de cette époque : Ibn Ṭālūt et Ibn al-Tākurunnī, déjà cités, ainsi qu'Ibn ‘Abbās31 et Ibn ‘Abd al-‘Azīz32.

  • 33 Sur ce lieu de plaisance, cf. Qalā’id, p. 77-78 ; Maṭmaḥ, p. 84-86 ; Muġrib, II, p. 297-298 ; Nafḥ(...)

10Pour donner plus d'éclat à son règne, ‘Abd al-‘Azīz al-Manṣūr fit construire, à l'extérieur de la ville, une superbe munya (villa de plaisance) dans laquelle il recevait, au gré des occasions, ses familiers et quelques beaux esprits. Le jour de l'inauguration, il donna une fête grandiose qui réunit autour de lui les personnages les plus distingués du royaume. Cette munya, dotée d'un grand parc planté d'arbres et de fleurs de toutes sortes, devint le cadre privilégié de la vie intellectuelle qui s'organisait autour du souverain33.

1. Ibn ‘Abd al-’Azīz. (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Marwān ; m. 456/1064)34 connu sous le nom d'Ibn Rawbaš al-Qurṭubī

  • 34 Ḏaḫīra, III/l, p. 40-41, 250 ; Bayān, III, p. 165 ; Ḥulla, II, p. 129-131 ; A‘māl, p. l95-196 ; Na (...)
  • 35 Ḏaḫīra, III/l, p. 41.

11Pendant le règne de ‘Abd al-‘Azīz b. Abl ‘Āmir, il débuta comme scribe sous la responsabilité du ministre Ibn al-Tākurunnī qui lui apprit le métier de kātib. Il devint par la suite ministre, puis régent, durant la minorité du jeune prince ‘Abd al-Malik. En dépit de ses origines modestes, il accéda assez rapidement à ces hautes fonctions, ce qui lui valut un jugement élogieux de la part d'Ibn Ḥayyān35.

  • 36 Nafḥ, III, p. 541 (d'après Maṭmaḥ, p. 11).

12Al-Fatḥ b. Ḫāqān cite les six premiers vers d'un poème qu'Abū ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-‘Azīz adressa au roi al-Manṣūr qui lui répondit par une pièce de six vers sur le même mètre et la même rime36.

2. Ibn ‘Abd al-‘Azīz. (Abū Bakr ; m. 478/1085)37

  • 37 Ḏaḫīra, III/l, p. 40-44 ; Ǧaḏwa, p. 88 ; Qalā’id, p. 186-188 ; Maṭmaḥ, p. 12-13 ; Bayān, III, p. 3 (...)
  • 38 Ḏaḫīra, III/l, p. 41.
  • 39 Ḏaḫīra, III/l, p. 42 ; A‘māl, p. 202.
  • 40 Ḏaḫīra, III/l, p. 43.

13Il succéda, en 456/1064, à son père Abū ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-‘Azīz, au poste de vizir du prince ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar. Il aurait aidé discrètement mais efficacement al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn à se rendre maître de Valence. Pour le remercier de son aide, ce dernier le nomma gouverneur de cette ville38. Cependant, après la mort du roi de Tolède, en 467/1075, il devint pratiquement indépendant. Dès lors, en effet, il instaura à Valence une sorte de régime républicain comparable à celui qui vit le jour à Cordoue à l'initiative d'Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar39. Doué d'un grand pouvoir de persuasion, Ibn ‘Abd al-‘Azīz réussit, par le dialogue, à décourager ceux qui voulaient l'attaquer et à se faire respecter40. On raconte que le roi de Castille, Alphonse VI, disait à son endroit :

  • 41 Ḏaḫīra, III/l, p. 43-44 ; A‘māl, p. 202 ; Ṭawā’if p. 226. Sisnando Davídiz (en arabe Šišnandu) fut (...)

« Les [grands] hommes d'al-Andalus sont au nombre de trois : Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz, Abū Bakr b. ‘Ammār et Sisnando. »41

  • 42 Qalā’id, p. 186-188.

14Outre ses qualités humaines et politiques, Abū Bakr était un homme d'une grande culture. Dans la notice qu'il lui consacre dans ses Qalā’id, Ibn Ḫāqān reproduit quelques extraits de sa poésie et de sa prose. Il s'agit surtout de morceaux choisis de sa correspondance privée42.

3. Ibn al-Tākurunnī (Abū ‘Āmir)43

  • 43 Ḏaḫīra, III/1, p. 226-248 ; Ǧaḏwa, p. 56 ; Buġya, n° 137 ; Muġrib, I, p. 332 ; A‘māl, p. 195 ; Naf (...)
  • 44 Ḏaḫīra, III/1, p. 227.
  • 45 Ibid., p. 244-245.

15Son père était un haut fonctionnaire de l'administration centrale, sous le règne de ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar, le deuxième ḥāğib ‘Āmiride. Dès le début de la guerre civile, Abū ‘Āmir émigra dans le Levante et se fixa à Valence où il fut engagé comme secrétaire pour le compte des deux princes Mubārak et Muẓaffar. Il gravit très vite les échelons et, sous le règne de ‘Abd al-‘Azīz al-Manṣūr, il accéda au poste de premier ministre et devint l'un des personnages les plus influents de l'État. Il était chargé de la rédaction des lettres officielles que le souverain adressait à des correspondants de marque tels que Muğāhid, prince de Dénia44, ou son fils ‘Alī Iqbāl al-Dawla45.

  • 46 Ibid., p. 227, 229-244.

16Des fragments de sa correspondance personnelle nous ont été conservés, et notamment de longs extraits d'épîtres échangées avec Aḥmad b. ‘Abbās, le premier ministre de Zuhayr, prince d'Alméria46. Le mobile de ces épîtres, le plus souvent tout à fait anodin, n'est en réalité qu'un prétexte permettant à ces deux virtuoses de s'adonner à un jeu intellectuel consistant à rivaliser entre eux dans le maniement de la prose artistique.

4. Išrāq al-Suwaydā’ al-‘Arūḍiyya (m. vers 450/1058)47

  • 47 Nafḥ, IV, p. 171 ; Poésie, p. 32-33, 262.

17C'était une esclave qui appartenait au kātib valencien Abū al-Muṭarrif b. Ġalbūn. Son maître lui apprit la philologie, qu'elle finit par maîtriser mieux que lui. Elle savait par cœur le Kāmil d'al-Mubarrad. Cependant elle s'était rendue célèbre surtout grâce à ses connaissances en prosodie, ce qui lui valut d'être surnommée al-‘Arūḍiyya.

18Elle mourut à Dénia, vers 450/1058 peu de temps après son maître.

LES MULŪK AL-ṬAWĀ’IF MINEURS

  • 48 A‘māl, p. 209-210.
  • 49 Supra, 8, 43.

19Les principautés andalouses dont nous avons brossé à grands traits l'histoire politique et littéraire sont celles qui ont eu le plus de poids. D'autres États de moindre importance ont vu le jour ; mais, en établir une liste exhaustive serait, de l'aveu d'Ibn al-Ḫaṭîb48, une tâche difficile et, pourrions-nous ajouter, vaine. Car beaucoup d'entre eux se limitaient à une place forte dont l'existence fut, dans la plupart des cas, de courte durée. Donc, s'agissant d'États minuscules, éphémères et sans grand intérêt, notamment dans le domaine littéraire, nous nous contenterons de renvoyer au travail de D. Wasserstein dont nous avons déjà souligné l'intérêt49.

Notes

1 Tibyān, p. 77-78, 175-176 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 14-20, 40-44, 92-103, 249-251 ; Bayān, III, p. 158-166, 226, 267, 301-306, IV, p. 31-42, 147-150 ; Ḥulla, II, p. 125-126 ; Muġrib, II, p. 299-300 ; A‘māl, p. 194-196, 202, 203, 222 sqq ; 'Ibar, IV, p. 162 ; Nafḥ, IV, p. 21, 455-456 et index ; Reyes, p. 39-41, 57 ; Recherches 3, II, 1-233 ; H.M.E., III, p. 30, 228 ; España, index ; Islam d'Occident, p. 153-185, 187-238 ; Poésie, index ; Ṭawā’if, p. 216-252 ; Party-Kings, p. 97-98 ; E. I.1, IV, p. 416-418, art. « al-Sīd » (É. Lévi-Provençal) ; ibid., p. 1128-1129, art. « Valence » (E. Lévi-Provençal) ; E.l.2, I, p. 459, art. « ’Amirides » (C. F. Seybold) ; ibid., I, p. 1016, art. « Balansiya » (E. Lévi-Provençal).

2 Ḏaḫīra, III/l, p. 13 sqq ; Bayān, III, p. 158 sqq, 302 ; Muġrib, II, p. 299 ; A 'māl, p. 222 sqq.

3 Bayān, III, p. 163-164.

4 Les biographes l'appellent al-Manṣūr al-Aṣġar, pour le distinguer de son grand-père appelé : al-Manṣūr al-Akbar. Cf. Nafḥ, III, p. 541.

5 Sur le règne de ‘Abd al-’Azīz al-Manṣūr, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 249-251 ; Bayān, III, p. 164-165, 301-302 ; Muġrib, II, p. 300 ; A‘māl, p. 194-195 ; Ibar, IV, p. 161 sqq.

6 Ḏaḫīra, III/l, p. 250 ; Bayān, III, p. 165 ; A‘māl, p. 195-196 ; Ṭawā’if, p. 223.

7 Ibn Ḥayyān le présente comme un débauché dépourvu de toute aptitude à gouverner. Cf. Bayān, III, p. 303.

8 Ḏaḫīra, III/l, p. 250 ; Bayān, III, p. 165-166 ; A‘māl, p. 196 ; Ṭawā’if, p. 223-224.

9 Ḏaḫīra, III/2, p. 850-857 ; Bayān, III, p. 252-253 ; A‘māl, p. 195 ; Nafḥ, I, p. 181, IV, p. 448 ; Recherches 1, p. 315-316 ; H.M.E., III, p. 78 ; C. F. Seybold, dans Z.D.M.G., t. LXIII, 1909, p. 355 ; Poésie, p. 99 ; Ṭawā’if, p. 102, 178, 224.

10 Ḏaḫīra, III/l, p. 41 ; Bayān, III, p. 266-267 ; Reyes, p. 41 ; España, I, p. 151 ; Ṭawā’if p. 224-225.

11 Supra, 200.

12 Reyes, p. 57 ; España, I, p. 310 ; Islam d'Occident, p. 124 ; Ṭawā’if, p. 226.

13 Supra, 201.

14 España, I, p. 351 ; Ṭawā’if, p. 229-230.

15 Islam d'Occident, p. 175 ; Ṭawā’if, p. 238.

16 Ḏaḫīra, III/l, p. 96 ; Bayān, IV, p. 32-33, 149 ; A‘māl, p. 182, 203 ; Islam d'Occident, p. 177, 203-207.

17 Bayān, III, p. 305, IV, p. 31, 149 ; A‘māl, p. 203 ; España, p. 434 ; Islam d'Occident, p. 201-203, 228-230 ; Ṭawā’if, p. 241.

18 Bayān, IV, p. 34-35 ; A‘māl, p. 203-204 ; Islam d'Occident, p. 208 sqq, 228-229 ; Ṭawā’if, p. 243.

19 Nafḥ, IV, p. 456.

20 Ḏaḫīra, III/l, p. 91, 98 ; Bayān, III, p. 305-306, IV, p. 31, 147 ; Ḥulla, II, p. 125 ; A‘māl, p. 204 ; Nafḥ, IV, p. 455 ; H.M.E., III, p. 227-229 ; España, p. 796-798 ; Islam d'Occident, p. 178, 229, 233 ; Ṭawā’if, p. 244.

21 Parmi les joyaux que contenait ce trésor se trouvait le fameux collier appelé al-Ṯu‘bān (le Dragon) ou 'Iqd al-šifā’ (Cf. supra, 294 et n. 3) qui, après avoir appartenu successivement aux ‘Abbāsides de Bagdad, aux Umayyades de Cordoue puis aux Ḏū al-Nūnides de Tolède, fut confisqué au prince al-Qādir par le cadi Ibn Ǧaḥḥāf, qui dut le remettre au Cid, lequel l'offrit à son épouse Chimène. Cf. H.E.M., I, p. 264-265 ; España, p. 433, 566-567.

22 D'autres notables valenciens connurent le même sort. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 98-99 ; Bayān, III, p. 306, IV, p. 37 sqq ; Ḥulla, II, p. 126 ; A‘māl, p. 204 ; Nafḥ, IV, p. 21 ; Islam d'Occident, p. 179, 215-216.

23 España, index.

24 Sur la fin du Cid et la reprise de Valence par les Almoravides, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 101 ; Bayān, IV, p. 41-42 ; 'Ibar, IV, p. 162 ; España, p. 903-904 ; Islam d'Occident, p. 181-183, 234-235 ; Ṭawā’if, p. 248.

25 Ḏaḫīra, 1/1, p. 67 ; A‘māl, p. 122.

26 R. Blachère, Analecta, p. 482.

27 Ḏaḫīra, 1/1, p. 92-96 ; A‘māl, p. 212-215.

28 Ḏaḫīra, III/1, p. 11-12 ; A‘māl, p. 223-225.

29 Infra, 219.

30 A‘māl, p. 225.

31 Supra, 52, 53.

32 Ḏaḫīra, III/1, p. 250 ; Bayān, III, p. 165 ; infra, p. 320.

33 Sur ce lieu de plaisance, cf. Qalā’id, p. 77-78 ; Maṭmaḥ, p. 84-86 ; Muġrib, II, p. 297-298 ; Nafḥ, I, p. 179-181, 657-659, IV, p. 54 ; Recherches 1, I, p. 543 ; Poésie, p. 153-154.

34 Ḏaḫīra, III/l, p. 40-41, 250 ; Bayān, III, p. 165 ; Ḥulla, II, p. 129-131 ; A‘māl, p. l95-196 ; Nafḥ, III, p. 541-542 (d'après Maṭmaḥ, p. 11-13) ; Ṭawā’if, p. 223, 225.

35 Ḏaḫīra, III/l, p. 41.

36 Nafḥ, III, p. 541 (d'après Maṭmaḥ, p. 11).

37 Ḏaḫīra, III/l, p. 40-44 ; Ǧaḏwa, p. 88 ; Qalā’id, p. 186-188 ; Maṭmaḥ, p. 12-13 ; Bayān, III, p. 303-304 ; Buġya, n° 298 ; A‘māl, p. 201-202 (où on note une confusion entre le père et le fils. En effet, Ibn al-Ḫaṭib écrit qu'Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz est mort en 456 H. ; or, cette date est celle de la mort du père) ; Nafḥ, III, p. 542 et index ; Ṭawā’if, p. 225-226.

38 Ḏaḫīra, III/l, p. 41.

39 Ḏaḫīra, III/l, p. 42 ; A‘māl, p. 202.

40 Ḏaḫīra, III/l, p. 43.

41 Ḏaḫīra, III/l, p. 43-44 ; A‘māl, p. 202 ; Ṭawā’if p. 226. Sisnando Davídiz (en arabe Šišnandu) fut au service d'al-Mu'taḍid b. ‘Abbād avant de devenir gouverneur de Coïmbre pour le compte de Ferdinand Ier. Il fut aussi l'un des familiers mozarabes d'Alphonse VI. Celui-ci lui confia l'administration de Tolède, devenue sa possession en 478/1085. Sur ce comte mozarabe, cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 165-168 ; H.M.E., III, p. 9, n. 2 ; España, index ; Islam d'Occident, p. 130-131 et n. 31 ; Poésie, p. 274, n. 1.

42 Qalā’id, p. 186-188.

43 Ḏaḫīra, III/1, p. 226-248 ; Ǧaḏwa, p. 56 ; Buġya, n° 137 ; Muġrib, I, p. 332 ; A‘māl, p. 195 ; Nafḥ, IV, p. 132.

44 Ḏaḫīra, III/1, p. 227.

45 Ibid., p. 244-245.

46 Ibid., p. 227, 229-244.

47 Nafḥ, IV, p. 171 ; Poésie, p. 32-33, 262.

48 A‘māl, p. 209-210.

49 Supra, 8, 43.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search