Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XXI. Les Ḍū al-Nūnides de Tolède1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Tibyān, p. 76-77 ; E. Lévi-Provençal, « Les "Mémoires" de ‘Abd Allāh, dernier roi zīride de Grenad (...)
  • 2 Ils se sont faits remarquer à partir du iiie/ixe siècle. Cf. Islam d'Occident, p. 113.
  • 3 Cf. A‘māl, p. 176-177 ; Poésie, p. 260.
  • 4 Cf. Islam d'Occident, p. 113.

1Les Banū Ḏī al-Nūn était des Berbères de la tribu des Hawwāra établis en Espagne peu de temps après la conquête2. Al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir leur aurait confié le gouvernement de la province de Santaver (Šantabariyya)3 ; au début de la fitna, ils étaient devenus des seigneurs tout puissants non seulement dans le district de Santaver, mais également dans ceux de Huete et d'Ucles4.

  • 5 Cf. Bayān, III, p. 276 ; A‘māl, p. 176 ; 'Ibar, IV, p. 161 ; H.E.M., I, p. 386 ; Islam d'Occident, (...)
  • 6 Cf. Qalā’id, p. 163 ; Ḥulla, II, p. 102 ; Poésie, p. 91, 104-105.
  • 7 Cf. Nafḥ, III, p. 190 ; Poésie, p. 91.

2Comme la plupart des Berbères arrivés de bonne heure dans la Péninsule, cette famille maghrébine avait tenté d'effacer toute trace de ses origines, en arabisant son nom Zannūn (ou Dannūn) en Ḏū al-Nūn, et prétendait même descendre des Ḥimyarites5. Certains poètes et biographes ont cru ou feint de croire à cette allégation, la reprenant à leur compte. Dans un vers d'une pièce consacrée à la chute des Mulūk al-Ṭawā’if, le poète Ibn al-Ḥāğğ al-Lūraqī tient les Berbères Ḏū al-Nūn et Bādīs b. Ḥabūs pour des Yéménites ḥimyarites6. Dans sa risāla où il exalte al-Andalus et les Andalous et fustige le Maghreb et les Berbères, al-Šaqundī met en relief la prétendue origine arabe des princes ḏū al-nūnides et afṭsides7.

  • 8 Cf. Bayān, III, p. 276-277 ; Muġrib, II, p. 15-16 ; A‘māl, p. 176-177 ; Reyes, p. 52-53 ; Islam d' (...)
  • 9 Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 142-143.

3Pendant l'agonie du califat, les Tolédans, mécontents de leur gouverneur Abū Bakr Ya‘īš, demandèrent à ‘Abd al-Raḥmān b. Ḏī al-Nūn, seigneur de Santaver, de le remplacer. Il leur envoya alors son fils Ismā‘īl8. Les Ḏū al-Nūnides prirent d'abord le parti du calife pro-berbère, Sulaymān al-Musta‘in (m. 407/1016), qui aurait investi Ismā‘īl du double vizirat et lui aurait décerné le titre de Nāṣir al-Dawla9. Cependant, se rendant compte assez vite de la faiblesse de ce calife, ils jugèrent plus prudent d'adopter une politique indépendante et de gouverner pour leur propre compte.

  • 10 Cette date est contestée par certaines sources, selon lesquelles elle serait manifestement trop ta (...)
  • 11 Ḏaḫīra, IV/1, p. 142-143.

4Bien qu'Ismā‘īl b. Ḏī al-Nūn ne soit devenu officiellement roi de Tolède avec le titre honorifique d'al-Ẓāfir qu'en 427/103510, il semble que, dès le début, il ait exercé le pouvoir indépendamment de l'autorité centrale chancelante. Aussi, l'historien Ibn Ḥayyān le considère-t-il comme le premier des Mulūk al-Ṭawā’if à avoir pris la lourde responsabilité de rompre avec le pouvoir califal de Cordoue et de donner ainsi le mauvais exemple, en ouvrant aux autres la voie de la sécession11.

  • 12 Ibn Ḏī al-Nūn sollicita et obtint aussi l'alliance d'al-Mu'taḍid de Séville, moyennant la reconnai (...)
  • 13 Cf. Bayān, III, p. 272-278 ; A‘māl, p. 178 ; Reyes, p. 53 ; H.M.E., III, p. 74-75 ; Islam d'Occide (...)

5À sa mort, en 435/1043, son fils Yaḥyā lui succéda sous le nom d'al-Ma’mūn. Dès la première année de son règne, le nouveau roi eut à faire face aux attaques de son voisin de l'est, le prince de Saragosse, Sulaymān al-Musta‘īn b. Hūd qui s'empara de Guadalajara, une ville qui avait appartenu jusque-là au royaume ḏū al-nūnide. Ne parvenant pas à rétablir sa souveraineté sur cette partie de son territoire, al-Ma’mūn sollicita et obtint le concours de Ferdinand Ier, roi de Léon et de Castille12. Cependant cela ne lui servit à rien, puisque son rival ne tarda pas à user du même stratagème en s'alliant à son tour aux Chrétiens contre lui. Cette guerre fratricide donna l'occasion aux souverains chrétiens de s'immiscer de plus en plus dans la vie politique de leurs voisins musulmans, et de les affaiblir en leur faisant payer cher les services rendus comme en effectuant des incursions dévastatrices sur leurs territoires ; elle ne prit fin qu'avec la mort du prince hūdide, en 438/104513.

  • 14 Cf. Bayān, III, p. 282-283 ; Ṭawā’if, p. 85, 101.
  • 15 Cf. Bayān, III, p. 252-253, 261, 267, 303 ; H.M.E., III, p. 79 ; Ṭawā’if, p. 101-102.
  • 16 Cf. H.M.E., III, p. 74 ; España, I, p. 135 ; Séville, p. 58-59 ; Mu‘tamid, p. 26 ; Ṭawā’if, p. 101
  • 17 Rappelons simplement que Tolède, peuplée en majeure partie de Muwallad-s, comprenait la plus forte (...)
  • 18 D'après les chroniqueurs arabes, Alphonse VI, traqué par son frère Sancho II, demanda de sa propre (...)
  • 19 Avant de mourir, Ferdinand Ier partagea ses possessions entre ses fils et ses filles. Ce partage f (...)
  • 20 Il semble qu'Alphonse VI, bien reçu par le prince musulman et confortablement installé dans une ma (...)

6Vers 443/1051, al-Ma’mūn entra en guerre contre son voisin de l'ouest, al-Muẓaffar b. al-Afṭas14 ; et, en 457/1065, il s'empara de Valence où régnait un descendant d'al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir15. Compte tenu de sa situation géographique, la Marche moyenne (al-ṯaġr al-awsaṭ) était naturellement l'une des cibles privilégiées de l'ennemi chrétien. En effet, fidèle à sa politique d'expansion territoriale et d'affaiblissement des princes musulmans, Ferdinand Ier fit une incursion, en 445/1053, dans le royaume de Tolède et obligea Ibn Ḏī al-Nūn à signer un traité et à lui payer tribut16. Néanmoins, ce nouveau rapport de forces n'eut guère d'incidence sur les contacts fréquents et étroits entre Musulmans et Chrétiens17. Ce fut en effet à la cour d'al-Ma’mūn qu'Alphonse VI trouva refuge18, en 464/1072, après avoir été vaincu par son frère aîné Sancho II, roi de Léon, alors que celui-ci avait entrepris, à son profit, la réunification de tous les États ayant appartenu à son père, Ferdinand Ier, mort en 457/106519. Cependant Sancho II fut tué au cours du siège de Zamora qu'il voulait enlever à sa sœur Urraca. C'est alors qu'Alphonse VI lui succéda, après avoir été l'hôte du monarque ḏū al-nūnide pendant neuf mois20.

  • 21 Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614 ; supra, 90, 178.

7Diverses circonstances défavorables, et notamment les guerres incessantes qui l'opposèrent à ses voisins, empêchèrent al-Ma’mūn de réaliser l'un de ses projets les plus chers, l'annexion de l'ancienne capitale du califat umayyade. La mort de son puissant et gênant voisin, al-Mu‘taḍid, en 461/1068, qui caressait le même espoir, l'encouragea à mettre à exécution son vieux projet. Or, le nouveau maître de Séville, al-Mu‘tamid, appelé au secours du prince ğahwaride, le devança, occupa le terrain, puis s'empara traîtreusement de Cordoue en 461/106821.

  • 22 Al-Ma’mūn aurait été empoisonné à l'instigation d'Ibn 'Ukāša ou, plus probablement, à celle d'al-M (...)
  • 23 Supra, 178.

8Cependant, Ibn Ḏī al-Nūn ne renonça pas pour autant à son projet ; et, avec l'aide d'un aventurier cordouan, Ibn ‘Ukāša, il réussit en 467/1074-1075 à se rendre finalement maître de Cordoue. Cependant sa victoire fut éphémère : il mourut, six mois plus tard, dans cette métropole tant convoitée, victime, selon toute vraisemblance, d'un empoisonnement22, et peu de temps après, l'armée ‘abbādide reprit aisément la ville23.

  • 24 Nous disposons de très peu de renseignements au sujet d'Ismā‘ īl, le père d'al-Qādir, qui, selon c (...)

9La succession du deuxième roi ḏū al-nūnide, mort dans des circonstances mystérieuses, après un règne de plus de trente ans, s'annonçait bien difficile. Son petit-fils Yaḥyā monta sur le trône en 467/1075, avec le titre d'al-Qādir24

  • 25 Ḏaḫīra, III/1, p. 103-104, IV/1, p. 130, 151 ; Maṭmaḥ, p. 17-18 ; Ḥulla, II, p. 171-172 ; Muġrib, (...)
  • 26 Ḏaḫīra, IV/1, p. 151-156 ; Muġrib, II, p. 13 ; Ṣila, 608, n° 1360 ; Islam d'Occident, p. 121-122 ; (...)

10Depuis de nombreuses années, la conduite des affaires de l'État reposait, en grande partie, sur deux dignitaires tolédans très influents. D'une part, al-Ma’mūn avait confié la direction des questions militaires au vizir Abū ‘Āmir b. al-Farağ25 et, d'autre part, le faqīh Abū Bakr Yaḥyā b. Sa‘īd b. al-Ḥadīdī26 était tout à la fois responsable de l'administration civile et conseiller spécial du roi. Il avait été auparavant l'un des plus proches collaborateurs d'Ismā‘īl al-Ẓāfir, le premier souverain de la dynastie ḏū al-nūnide.

  • 27 Cf. Islam d'Occident, p. 121-122.
  • 28 Cf. Reyes, p. 57 ; Islam d'Occident, p. 124.
  • 29 Supra, 70.
  • 30 Cf. Abbadidis, II, p. 17 ; España, I, p. 292 ; Islam d'Occident, p. 126-127.

11Avant de mourir, al-Ma’mūn avait pris soin de recommander à son petit-fils et successeur, Yaḥyā, de suivre les conseils de son fidèle et compétent collaborateur Ibn al-Ḥadīdī. Cependant le monarque se laissa influencer par les adversaires de celui-ci, qui finit par se faire assassiner avec la complicité du prince, en 468/1075. La disparition tragique de cet homme d'État expérimenté et énergique entraîna des troubles graves qui ne cessèrent de s'amplifier jusqu'au moment où Tolède tomba au pouvoir d'Alphonse VI27. Profitant de ce climat de guerre civile larvée qui régnait désormais à Tolède, le gouverneur de Valence, province qui appartenait aux Ḏū al-Nūnides depuis 457/1065, rejeta la suzeraineté d'al-Qādir et se déclara indépendant28. Assailli de difficultés de toutes sortes, le successeur d'al-Ma’mūn avait, plus que jamais, besoin de l'aide du monarque chrétien qui réclamait, en contrepartie, des sommes de plus en plus importantes. Pour réunir ce tribut considérable, al-Qādir faisait subir de cruelles exactions à ses sujets, qui ne tardèrent pas à se rebeller. Alors, devant la gravité de la situation, et craignant pour sa vie, il prit le parti d'abandonner le pouvoir et de s'enfuir. Le souverain de Badajoz, al-Mutawakkil b. al-Afṭas profita de l'occasion et, avec l'accord des dignitaires tolédans, se rendit maître de la capitale des Banū Ḏī al-Nūn, en 472/108029. Cependant, dix mois plus tard, il dut regagner son territoire à l'annonce du retour du roi fuyard, ramené chez lui par son suzerain, Alphonse VI, et rétabli sur son trône moyennant certaines concessions territoriales importantes30.

  • 31 Al-Qādir fut effectivement réinstallé sur le trône de Valence, où il fut assassiné en 485/1092. Vo (...)
  • 32 Alphonse VI fit son entrée triomphale dans Tolède, définitivement soustraite à l'Islam, le 10 muḥa (...)
  • 33 Sur la prise de Tolède par Alphonse VI, voir Tibyān, p. 76-77, Andalus, III, 1935, p. 90-91 ; trad (...)

12Incapable de se maintenir au pouvoir par ses propres moyens, et compte tenu de la mainmise effective de son protecteur chrétien sur le royaume, le prince ḏū al-nūnide se résolut à quitter définitivement sa capitale au profit d'Alphonse VI qui promit, maigre consolation, de le réinstaller sur le trône de Valence31. Après un siège d'environ neuf mois, le roi chrétien fit son entrée dans l'ancienne capitale wisigothe32. La prise de Tolède, qui constitue le résultat le plus spectaculaire de la Reconquista, eut des répercussions profondes sur l'histoire de l'Espagne, puisque cet événement fut à l'origine de l'intervention militaire almoravide dans la péninsule Ibérique33.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 34 Ḏaḫīra, TV/1, p. 150.
  • 35 Ḏaḫīra, TV/1, p. 143 ; Muġrib, II, p. 12 ; Ṭawā’if, p. 96, 106.
  • 36 Parmi ces joyaux, on mentionne le collier qui avait appartenu à Zubayda, l'épouse du calife Hārūn (...)

13Contrairement aux ‘abbādide ou aux Afṭasides, les Ḏū al-Nūnides n'étaient pas spécialement passionnés par les choses de l'esprit34. Le premier roi de cette dynastie, Ismā‘īl al-Ẓāfir, n'avait pas la réputation d'être un mécène généreux. La plupart des historiens, et notamment Ibn Ḥayyān, affirment que poètes et lettrés ont fui sa cour en raison de sa grande avarice35. Pourtant, les Banū Ḏī al-Nūn étaient parmi les plus riches des Mulūk al-Ṭawā’if. Des joyaux et des objets de grande valeur étaient tombés, à la chute du califat de Cordoue, en leur possession36.

  • 37 Supra, p. 198.
  • 38 De nombreuses guerres jalonnèrent le long règne d'al-Ma’mūn. Cf. supra, p. 289 sqq.
  • 39 Cf. les propos de l'historien al-Ḥiğārī reproduits par Elias Teres, dans Les cahiers de Tunisie, t (...)

14Le règne du successeur d'al-Ẓāfir, beaucoup plus long37 et plus fertile en événements que celui qui l'avait précédé38, fut aussi plus brillant. Après la décadence de Cordoue, seule Séville pouvait rivaliser avec la prospérité et le faste de Tolède, en dépit des guerres incessantes qu'Ibn Ḏī al-Nūn dut soutenir contre ses différents adversaires39.

  • 40 Ibn Bassām en a donné une description détaillée. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 132-134, 147-149.
  • 41 Nafḥ, I, p. 528-529 ; Islam d'Occident, p. 119 ; Poésie, p. 150 ; Ṭawā’if, p. 104-105.

15Situé sur le bord du Tage, le palais d'al-Ma’mūn, qui faisait l'admiration de tous, était d'un extrême raffinement40. Au centre de ce somptueux palais, le monarque avait fait construire une salle d'apparat qui portait le nom de Mağlis al-nā‘ūra ou d'al-Mukarram. L'été, pour rafraîchir ce kiosque de cristal, surmonté d'une coupole, il suffisait de déclencher un étonnant jet d'eau qui retombait sur tous ses côtés, sans éclabousser l'intérieur. Le prince venait seul ou avec des proches s'y reposer41.

  • 42 Nafḥ, I, p. 440 ; Poésie, p. 294 ; Islam d'Occident, p. 119.
  • 43 Il s'agirait de nabīḏ dont la consommation était tolérée par certains Musulmans. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, (...)
  • 44 Ḏaḫīra, IV/1, p. 136 ; Poésie, p. 382.
  • 45 Ḏaḫīra, IV/1, p. 99 sqq ; Islam d'Occident, p. 119-120.

16La pompe dont al-Ma’mūn aimait à s'entourer et la vie fastueuse qu'il menait dans sa luxueuse résidence atteignirent leur paroxysme à l'occasion de la circoncision de son petit-fils Yaḥyā, le futur roi al-Qādir. Cet événement fut célébré avec une magnificence devenue légendaire. De nombreux princes et personnages importants furent conviés à cette fête (i‘ḏār) grandiose qui connut un retentissement considérable même en dehors des frontières d'al-Andalus. L'expression i‘ḏār ḏī al-nūnī était désormais proverbiale42. En effet, al-Ma’mūn ne ménagea aucun effort pour satisfaire ses hôtes et leur prodiguer tous les plaisirs. Transgressant les préceptes de l'islam, il fit distribuer aux amateurs de vin leur boisson préférée43. La musique et le chant furent également mis à contribution pour égayer cette ambiance raffinée. L'un des meilleurs chanteurs et musiciens de cette époque, le Juif Ḏayy, se déplaça avec son orchestre, à la grande satisfaction des nombreux invités44. Citant Ibn Ḥayyān, l'auteur de la Ḏaḫīra reproduit la description détaillée de ce fameux i‘ḏār, qu'il devait à un témoin, le lettré Ibn Ǧābir45.

  • 46 Supra, 203.
  • 47 Ḏaḫīra, 1/2, p. 578 ; Ṭawā’if p. 104-106.

17Ainsi, la cour de Tolède, qui était au début austère et peu accueillante pour les beaux esprits, connut-elle à partir de 435/1043 un grand épanouissement culturel et artistique. Cette évolution nette et rapide explique peut-être le revirement d'Ibn Ḥayyān qui, après avoir dénoncé avec sa véhémence et sa virulence habituelles, la ladrerie d'Ismā‘īl b. Ḏī al-Nūn46, dédie à son fils et successeur, al-Ma’mūn, son ouvrage, al-Matīn47.

ESSOR EXCEPTIONNEL DES SCIENCES EXACTES SOUS LE RÈGNE D'AL-MA’MŪN

18Amateur de belles constructions et de beaux jardins, al-Ma’mūn avait besoin d'ingénieurs, d'architectes et de techniciens compétents. Aussi s'employa-t-il à encourager le développement des sciences exactes et plus spécialement de l'astronomie, des mathématiques et de la botanique.

19Les chroniqueurs donnent des renseignements concernant de nombreux savants qui se sont illustrés dans ces branches du savoir, grâce à la bienveillance du roi de Tolède.

1. Al-Zarqālī (Azarquiel)48

  • 48 Cf. Ṣā‘id al-Andalusī, Ṭabaqāt al-umam, trad. R. Blachère, p. 9 ; Nafḥ, I, p. 206-207 ; E.I.2, I, (...)
  • 49 Aṣr al-Ṭawā’if, p. 232.
  • 50 Ṭawā’if, p. 435.
  • 51 Supra, p. 295.

20Nous disposons de maigres renseignements au sujet de ce savant qui s'était spécialisé surtout en astronomie. Il serait originaire de Cordoue et se serait attaché à la cour de Tolède de 452 H. à 472 H.49. Il serait mort en 480/108750. Il bénéficia de la protection d'al-Ma’mūn, qui utilisa ses compétences pour la réalisation de certaines constructions royales célèbres51.

2. Ibn Baṣṣāl (Muḥammad b. Ibrāhīm)52

  • 52 Nafḥ, III, p. 151 ; García Gómez, « Sobre agricultura arabigo-andaluza », dans Andalus, X, 1945, p (...)
  • 53 Ce traité fut abrégé en un seul volume et intitulé Kitāb al-qaṣd wa-al-bayān. Traduit en castillan (...)
  • 54 À Séville, Ibn Baṣṣāl fut l'un des maîtres du botaniste anonyme, auteur de la 'Umdat al-ṭabīb fī m (...)

21Agronome avant tout, Ibn Baṣṣāl dirigea le jardin botanique d'al-Ma’mūn et aménagea les parcs des palais ḏū al-nūnides. Son traité d'agronomie (Dīwān ou Kitāb al-filāḥa), composé pour le prince Ibn Ḏī al-Nūn, est une mine de renseignements sur les activités agricoles53. Particulièrement original, cet ouvrage est essentiellement le fruit des expériences personnelles de son auteur. Après la prise de Tolède par Alphonse VI (478/1085), Ibn Baṣṣāl s'établit à Séville et mit ses compétences au service d'al-Mu‘tamid en lui aménageant un nouveau jardin royal54.

3. Ibn Wāfid (Abū al-Muṭarrif ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Laḫmī ; m. 467/1075)55

  • 55 Cf. Ṣā‘id al-Andalusī, Ṭabaqāt al-umam, p. 110, trad. R. Blachère, p. 148 sqq ; Millas Vallicrosa (...)
  • 56 Poésie, p. 197 ; Ṭawā’if, p. 441-442.

22Il fut, comme Ibn Baṣṣāl, directeur du jardin botanique d'al-Ma’mūn et créa les parcs des palais de ce prince56.

  • 57 Ce traité fut traduit en castillan dès le Moyen Âge. Cf. E.I. 2, II, p. 922-923, art. « Filāḥa » ( (...)

23Théoricien de l'agriculture, il est l'auteur, entre autres ouvrages, d'un traité d'agronomie57.

  • 58 Idem.

24Il fut également médecin et pharmacologue ; on le connut, au Moyen Âge, en Occident chrétien, sous le nom d'Abenguefith58.

4. Arqam (b. ‘Abd al-Raḥmān b. Ḏī al-Nūn)59

  • 59 Muġrib, II, p. 14 ; Nafḥ, IV, p. 133-134 ; Poésie, p. 262-263 ; E.I. 2, II, p. 250, art. « Dhū al- (...)
  • 60 Selon H. Pérès, cet Arqam serait non pas un oncle mais un frère du roi al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn. Cf. (...)
  • 61 Nafḥ, IV, p. 133.
  • 62 Muġrib, II, p. 14.

25C'était un frère bâtard d'Ismā‘īl al-Ẓāfir60, que ‘Abd al-Raḥmān avait eu d'une esclave de basse condition, et qu'il aurait conçu alors qu'il était en état d'ivresse61. Il fit des études poussées à Cordoue où il eut comme maître le poète al-Ramādī62.

  • 63 Muġrib, II, p. 14 ; Nafḥ, IV, p. 133-134 ; Poésie, p. 262-263.

26Cependant cet homme cultivé, qui fut vraisemblablement le seul esprit fin et lettré notoire des Banū Ḏī al-Nūn, était mal vu et rejeté par sa famille. Sous le règne d'al-Ma’mūn, il dut s'expatrier pour échapper au mauvais traitement que lui infligeait son neveu. Ce fut de son exil forcé qu'il composa des vers traduisant son amertume et sa colère63.

5. Ibn al-Farağ (Abū ‘Āmir)64

  • 64 Ḏaḫīra, III/1, p. 103-104, IV/1, p. 130 ; Maṭmaḥ, p. 15-16 (où le nom se présente sous la forme d' (...)
  • 65 Supra, 200.
  • 66 Ḏaḫīra, III/l, p. 104 ; Maṭmaḥ, p. 16 ; Ḥulla, II, p. 172 ; Nafḥ, III, p. 408, 542-543 /Poésie, p. (...)

27Vizir important65 d'al-Ma’mūn puis de son successeur al-Qādir, ce dignitaire tolédan avait aussi un certain talent poétique. Dans la courte notice qu'il lui consacre, dans la Ḏaḫīra, Ibn Bassām cite de lui quelques vers traitant de sujets anodins. Ibn al-Farağ adressa deux vers à un beau jeune homme, le priant de bien vouloir lui procurer du vin vieux pour soigner son fils atteint d'une maladie du foie66.

  • 67 Ḥulla, II, p. 172 ; Nafḥ, III, p. 409, 543.

28C'est en vers également qu'il présenta ses excuses à l'une de ses connaissances, adressa ses vœux à un ami, à l'occasion d'une fête, et invita à une partie fine l'un des poètes officiels de la cour ḏū al-nūnide, Abū Muḥammad al-Miṣrī67.

6. Ibn Mutannā (‘Abd al-Raḥmān Abū al-Muṭarrif ; m. 458/W66)68

  • 68 Ḏaḫīra, III/1, p. 409-418, IV/1, p. 139-140, 148-149 ; Muġrib, II, p. 15 ; Takmila, n° 1555 ; Ibn (...)
  • 69 Ḏaḫīra, IV/1, p. 140.

29Originaire de Cordoue où son père était un faqīh distingué, il émigra à Valence, à une date indéterminée, mais il ne tarda pas à se séparer du prince de cette ville, ‘Abd al-‘Azīz b. Abī ‘Āmir al-Manṣūr et à s'attacher au roi de Tolède, al-Ma’mūn, dont il devint l'un des ministres favoris69.

  • 70 Supra, 203.
  • 71 Ḏaḫīra, IV/1, p. 139-140.
  • 72 Ḏaḫīra, III/1, p. 410-418.

30Les poètes étaient si nombreux à l'occasion du fameux i‘ḏār70 que le souverain Ibn Ḏī al-Nūn, trop sollicité ce jour-là, lui confia la charge d'examiner les poèmes et de récompenser chacun selon ses mérites71. Ibn Mutannā avait surtout un grand talent de secrétaire. Ses biographes reproduisent de longs extraits en prose de sa correspondance officielle et privée72.

7. Ṣā‘id al-Andalusī (Abū al-Qāsim b. Aḥmad ; 419-63/1029-1070)73

  • 73 Ṣila, n° 535 ; Buġya, n° 852 bis ; Nafḥ, II, p. 649, III, p. 182 ; G.A.L., I, p. 344 ; Ensayo, n° (...)

31Né à Alméria en 419/1029, Ṣā‘id, parfois désigné sous l'ethnique al-Ṭulayṭulī, fit ses études à Cordoue puis à Tolède, capitale de la dynastie des Ḏū al-Nūnides et centre d'une activité intellectuelle intense. Le souverain Yaḥyā al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn le nomma cadi, charge que Ṣā‘id conserva jusqu'à sa mort, en 463/1070.

  • 74 Cet ouvrage de Ṣā‘id al-Andalusī a été édité par L. Cheikho, Beyrouth, 1912, et traduit par R. Bla (...)

32Cependant il acquit la notoriété plutôt grâce à son enseignement à la grande mosquée de Tolède, et surtout grâce à ses écrits consacrés à l'astronomie, l'histoire ou le droit. Parmi ces ouvrages, un seul se trouve à l'heure actuelle en notre possession. Il s'agit des célèbres Ṭabaqāt al-umam74, connues en Occident et en Orient. Ce document, où une place importante est réservée aux Grecs et aux Romains, constitue une source précieuse pour l'histoire des sciences.

8. Ibn al-Sīd al-Baṭalyawsī (Abū Muḥammad ; m. 521/1127)75

  • 75 Cf. Qalā’id, p. 221-231 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 890-896 ; Ṣila, p. 282 sqq ; Muġrib, I, p. 385 ; Nafḥ, (...)
  • 76 Le commentaire de l'Adab al-kātib porte le titre d'al-Iqtiḍāb fī šarḥ adab al-kuttāb. Cf. Nafḥ, I, (...)

33Grammairien et philologue, il commenta Siqṭ al-zand d'Abū al-‘Alā’ al-Ma‘arrī et Adab al-kātib d'Ibn Qutayba76.

  • 77 Poésie, p. 40 sqq ; infra, p. 228 sqq.
  • 78 Ḏaḫīra, III/2, p. 891.
  • 79 Qalā’id, p. 229 ; Poésie, p. 236.
  • 80 Nafḥ, I, p. 650 ; Poésie, p. 317.

34Adoptant une démarche très courante en Espagne musulmane consistant à se référer constamment à l'Orient arabe77, Ibn Bassām compare Ibn al-Sīd à Ǧāḥiz, affirmant que son compatriote égalait, peut-être même dépassait, le grand prosateur oriental78. Dans un panégyrique du roi al-Ẓāfir b. Ḏī al-Nūn, Ibn al-Sīd décrit le cheval noir79 de ce prince, ainsi que son luxueux costume d'apparat80.

  • 81 Qalā’id, p. 222 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 894 ; Nafḥ, I, p. 643-644 ; Poésie, p. 151-152.

35Dans ses Qalā’id, Ibn Ḫāqān rapporte les propos d'Ibn al-Sīd où il lui relatait l'inoubliable journée qu'il avait passée auprès d'al-Ma’mūn, dans sa fameuse munya entourée de beaux jardins, au bord du Tage. Dans une pièce de huit vers, le poète décrit avec enthousiasme cette villa de plaisance et notamment la salle d'apparat (mağlis al-nā‘ūra)81.

  • 82 Ḏaḫīra, III/2, p. 891.
  • 83 Supra, 160.
  • 84 Nafḥ, I, p. 647-649.

36Après la disparition des Ḏū al-Nūnides de la scène politique, Ibn al-Sīd chercha fortune dans plusieurs cours princières. Outre les séjours fréquents effectués à Badajoz dont il serait natif, ce qui lui avait valu la nisba d'al-Baṭalyawsī82, il s'attacha pendant quelque temps à Ibn Razīn, prince de la Sahla83. Puis, tombé en disgrâce, il se réfugia à Saragosse et se mit sous la protection d'al-Musta‘īn b. Hūd84. Il se fixa finalement à Valence où il mourut en 521/1127.

9. Al-Dārimī (Abū al-Faḍl Muḥammad ; 388-454 ou 455/998-1062 ou 1063)85

  • 85 Cf. Ǧaḏwa, p. 68-69 ; Ḏaḫīra, IV/1, p. 87-119 ; Ṣila, II, p. 566 ; Buġya, n° 209 ; Badā'i', p. 169 (...)
  • 86 Selon le témoignage d'Ibn Rašīq, il serait le premier à avoir introduit en Ifrīqiya la Yatīma d'al (...)

37Ce Bagdadien, issu d'une famille de savants et de lettrés, eut une vie très tumultueuse. Grâce à sa culture et à son tempérament d'aventurier, il réussit à s'introduire dans l'entourage du calife ‘abbāside al-Qā’im bi-llāh qui le chargea d'une mission secrète auprès du prince zīride, al-Mu‘izz b. Bādīs. Celui-ci venait de rejeter la suzeraineté du calife fāṭimide d'Egypte et de faire acte d'allégeance au calife ‘abbāside de Bagdad. Al-Dārimī arriva à Kairouan en 439/1047. Il séjourna en Ifrīqiya une dizaine d'années au cours desquelles il participa activement à la vie intellectuelle86.

38Cependant, lorsque al-Mu‘izz se plaça de nouveau sous l'autorité du calife fâtimide, en prononçant la ḫuṭba (prône du vendredi) au nom de celui-ci, al-Dārimī quitta Kairouan, s'arrêta pendant quelque temps à Sousse, puis parcourut en aventurier le Maghreb central avant d'être contraint par les événements politiques de s'embarquer, vers 449/1057-1058, pour l'Espagne.

  • 87 Ḏaḫīra, IV/1, p. 90.

39Il se rendit d'abord à Dénia où il ne trouva pas l'accueil qu'il escomptait et décida de partir pour Valence, où il fut mieux traité. Cependant, le faste de la cour ḏū al-nūnide parvenu à son zénith finit par l'éblouir et l'attirer. Il devint dès lors et demeura jusqu'à sa mort, en 454/1062-1063, l'un des courtisans préférés d'al-Ma’mūn qui le combla d'honneurs87.

  • 88 Ḏaḫīra, IV/1, p. 112-113 ; Nafḥ, III, p. 112.

40En sa qualité de poète officiel, il était naturel qu'il proclamât les mérites de son bienfaiteur88. Cet environnement propice lui valut de se distinguer dans le domaine de la poésie amoureuse. Un jour, au cours d'une réunion sous la présidence du roi al-Ma’mūn, il posa à ses compagnons une question juridico-amoureuse à propos des roses que le regard de l'amant fait fleurir sur les joues de la bien-aimée. Sur un ton badin, il interpelle ses compagnons en ces termes :

  • 89 Rime -i‘ī, mètre sarī‘. Nafḥ, III, p. 112 ; Poésie, p. 422.

« Pourquoi empêchez-vous mes lèvres de cueillir ces roses alors que, selon la loi, la récolte appartient au planteur ? »89

41Cette anecdote, qui ne constitue pas un fait isolé, est révélatrice de ce genre de réunions à caractère littéraire et des manières courtoises et raffinées dont les cours princières andalouses avaient le privilège à cette époque.

10. Ibn Šaraf (Muḥammad ; m. 460/1067)90

  • 90 Supra, 185.
  • 91 Ḏaḫīra, IV/1, p. 123-124, 170 ; Ifriqiya, p. 118.

42Sollicité par certains princes andalous afin de leur rendre visite, et notamment al-Mu‘taḍid, le roi de Séville, Ibn Šaraf s'embarqua pour l'Espagne, en 449/1057, après la chute de Kairouan. Il visita de nombreuses cités andalouses avant de s'établir auprès d'al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn91.

  • 92 Ḏaḫīra, IV/1, p. 139.
  • 93 Ibn Bassām reproduit des extraits de ce poème. Cf Ḏaḫīra, IV/1, p. 140.

43Il arriva à la cour de Tolède peu de temps92 avant la fête grandiose organisée en 455/1063 à l'occasion de la circoncision de Yaḥyā, le petit-fils d'al-Ma’mūn. Ce jour-là, il eut le privilège d'être le premier poète à devoir déclamer son poème de félicitations et de louanges à l'adresse de son généreux mécène93. En pleine possession de son art, Ibn Šaraf exerça, avec une grande maîtrise, l'activité habituelle de poète de cour et fut l'un des principaux animateurs de la vie intellectuelle à Tolède qui était, à ce moment, au faîte de sa splendeur.

11. Al-Miṣrī (Abū Muḥammad ; m. 496/1102)94

  • 94 Qalā’id, p. 7-8 ; Maṭmaḥ, p. 15 ; Ḏaḫīra, IV/1, p. 137, 139, 342-359 ; Ḫarīda, II, p. 193 ; Masāli (...)
  • 95 Ḏaḫīra, IV/1, p. 343 ; Muġrib, I, p. 129.
  • 96 Ḏaḫīra, IV/1, p. 137, 139 ; Muġrib, I, p. 129-130.

44Abū Muḥammad Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Qurṭubī connut la célébrité en tant que poète tout d'abord, mais aussi comme médecin95, après un séjour en Égypte. Cependant, Ibn Ḥayyān, dont il était le voisin à Cordoue, réfute qu'Ibn Ḫalīfa ait pu se rendre effectivement en Orient et critique sévèrement sa poésie qu'il trouve bien ronflante. En revanche, dans le Mushib, al-Ḥiğārī prend la défense d'al-Miṣrī en précisant que le seul tort de celui-ci est d'avoir été le voisin d'Ibn Ḥayyān96.

  • 97 Ḏaḫīra, IV/1, p. 350 ; Muġrib, I, p. 130.
  • 98 Nafḥ, III, p. 408, 543 ; supra, 200, 206.
  • 99 Supra, 203.
  • 100 Supra, 209.
  • 101 Trois poètes seulement eurent le privilège, ce jour-là, de réciter de vive voix leurs poèmes. Il s (...)
  • 102 Ḏaḫīra, IV/1, p. 355 ; Nafḥ, I, p. 529.
  • 103 Ḏaḫīra, op. cit. ; Nafḥ, op. cit. ; Poésie, p. 150-151.

45Ibn Ḫalīfa chanta les éloges de certains princes tels que Bādīs b. Ḥābūs, roi de Grenade97, avant de faire partie de l'entourage d'al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn et de se lier d'amitié avec l'influent ministre de ce dernier, Ibn al-Farağ98. Le jour de l'i‘ḏār99, al-Miṣrī eut l'honneur d'être parmi les rares poètes à prendre la parole en présence du roi et de ses invités, puisqu'il fut le deuxième poète, après Ibn Šaraf100, à réciter publiquement, ce jour-là, le poème qu'il avait composé à cette occasion101. Dans une autre pièce de vers, tout en exaltant le souverain, il décrit le palais somptueux d'Ibn Ḏī al-Nūn, et notamment le kiosque de cristal construit au centre de la munya102. Dans un distique, il compare al-Ma’mūn, au milieu de cette salle d'apparat, à la pleine lune et le kiosque au firmament accomplissant sa révolution autour de lui103.

  • 104 Ḏaḫīra, IV/1, p. 343-345 ; Muġrib, I, p. 129.
  • 105 Supra, 137, 192, 193.
  • 106 Muġrib, I, p. 131.

46Après le règne des Banū Ḏī al-Nūn, al-Miṣrī se réfugia à la cour ‘abbādide et se joignit aux nombreux poètes du roi de Séville104. Cependant, dans son livre Saqīṭ al-durar wa-laqīṭ al-zahar, Ibn al-Labbāna105, l'un des plus fidèles poètes d'al-Mu‘tamid, reproche à al-Miṣrī d'avoir manqué de gratitude à l'égard de leur ex-bienfaiteur, l'exilé d'Aġmāt106.

12. Ibn Arfa‘ Ra’si-h (Abū Bakr Muḥammad)107

  • 107 Muġrib, II, p. 18 ; Ṣila, n° 874 ; Nafḥ, IV, p. 134-135, VII, p. 6 ; Ṭawā’if, p. 106.

47Ce poète officiel d'al-Ma’mūn était originaire de Tolède, alors que la plupart des poètes de cette cour étaient des étrangers.

  • 108 Nafḥ, IV, p. 134-135 ; Muġrib, II, p. 18.
  • 109 Ṣila, n° 874 ; Muġrib, II, p. 18 ; Ṭawā’if, p. 106.
  • 110 Nafḥ, VII, p. 6.

48Au cours d'une partie fine, réunissant autour du prince quelques familiers, Ibn Arfa‘ Ra’si-h improvisa cinq vers à la louange du monarque, qui en fut très satisfait et le récompensa généreusement108. Abū Bakr se distingua aussi par ses muwaššaḥāt connues et chantées notamment au Maghreb, et dont certaines avaient pour thème principal l'exaltation d'al-Ma’mūn109. Al-Maqqarī cite le premier et le dernier vers d'une muwaššaḥa célèbre d'Ibn Arfa‘ Ra’si-h, dans lesquels il proclame la gloire de son bienfaiteur110.

13. Al-Sūsī (‘Abd al-’Azīz b. Muḥammad)111

  • 111 Ḏaḫīra, IV/1, p. 126-127 ; Ifrīqiya, p. 149-150.

49D'après son nom ethnique, il serait originaire de la ville de Sousse, en Tunisie (ou du Sous ?). Ibn Bassām le mentionne parmi les lettrés étrangers à l'Espagne qui furent les hôtes d'al-Ma’mūn à la cérémonie grandiose organisée à l'occasion de la circoncision de son petit-fils Yaḥyā, en 455/1063.

  • 112 Ḏaḫīra, op. cit. Ibn Bassām précise que, hormis cette pièce, il ne dispose d'aucune donnée concern (...)

50Pour célébrer cet événement, al-Sūsī composa un long poème dont Ibn Bassām cite sept vers de panégyrique112.

Notes

1 Tibyān, p. 76-77 ; E. Lévi-Provençal, « Les "Mémoires" de ‘Abd Allāh, dernier roi zīride de Grenade », dans Andalus, III, 1935, p. 90-91, trad. p. 124-126 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614, II/l, p. 268 sqq, IV/1, p. 126-169 ; Bayān, III, p. 266-267, 276-283 ; Muġrib, II, p. 7-45 ; A‘māl, p. 176-182 ; Ibar, IV, p. 161 sqq ; Nafḥ, I, p. 161, 440-441, 528, II, p. 44, IV, p. 134, 483 ; Reyes, p. 52-53, 133-135, 213-219 ; Abbadidis, II, p. 122-126 ; H.M.E., III, p. 74 ; España, index ; Islam d'Occident p. 109-135 ; Poésie, p. 260, 262-263 ; Ṭawā’if, p. 94-118 ; Party-Kings, p. 96 E.I.2, II, p. 249-250, art. « Ḏẖū al-Nūnides » (D. M. Dunlop) ; Elias Teres, « Le développement de la civilisation arabe à Tolède », dans Les cahiers de Tunisie, tome XVIII, n° 69-70, 1er et 2e trimestres, 1970, p. 73-80 ; D. M. Dunlop, « The Dhunnunids of Toledo », dans JRAS, 1942, p. 77-96 ; le même, « Notes on the Dhunnunids of Toledo », dans JRAS, 1943, p. 17-19.

2 Ils se sont faits remarquer à partir du iiie/ixe siècle. Cf. Islam d'Occident, p. 113.

3 Cf. A‘māl, p. 176-177 ; Poésie, p. 260.

4 Cf. Islam d'Occident, p. 113.

5 Cf. Bayān, III, p. 276 ; A‘māl, p. 176 ; 'Ibar, IV, p. 161 ; H.E.M., I, p. 386 ; Islam d'Occident, p. 113 ; Poésie, p. 260, 262-263 ; E.I.2, II, p. 249 ; Ṭawā’if, p. 95-97.

6 Cf. Qalā’id, p. 163 ; Ḥulla, II, p. 102 ; Poésie, p. 91, 104-105.

7 Cf. Nafḥ, III, p. 190 ; Poésie, p. 91.

8 Cf. Bayān, III, p. 276-277 ; Muġrib, II, p. 15-16 ; A‘māl, p. 176-177 ; Reyes, p. 52-53 ; Islam d'Occident, p. 113 ; E.I.2, II, p. 250 ; Ṭawā’if, p. 96-97.

9 Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 142-143.

10 Cette date est contestée par certaines sources, selon lesquelles elle serait manifestement trop tardive. Voir sur ce point, E.I.2, II, p. 250 ; Party-Kings, p. 96.

11 Ḏaḫīra, IV/1, p. 142-143.

12 Ibn Ḏī al-Nūn sollicita et obtint aussi l'alliance d'al-Mu'taḍid de Séville, moyennant la reconnaissance du prétendu calife Hišām II dont le nom était désormais mentionné du haut des chaires des mosquées de Tolède. Cela est d'autant plus surprenant qu'Ismā'îl, le père d'al-Ma’mūn, avait toujours refusé de croire à cette farce inventée pour les besoins de la cause 'abbādide. Cf. Bayān, III, p. 220, 278-279 ; A‘māl, p. 1 78 ; Ṭawā’if, p. 99 ; supra, 27 et n. 10, p. 175, 176.

13 Cf. Bayān, III, p. 272-278 ; A‘māl, p. 178 ; Reyes, p. 53 ; H.M.E., III, p. 74-75 ; Islam d'Occident, p. 113-114 ; Ṭawā’if, p. 98-101.

14 Cf. Bayān, III, p. 282-283 ; Ṭawā’if, p. 85, 101.

15 Cf. Bayān, III, p. 252-253, 261, 267, 303 ; H.M.E., III, p. 79 ; Ṭawā’if, p. 101-102.

16 Cf. H.M.E., III, p. 74 ; España, I, p. 135 ; Séville, p. 58-59 ; Mu‘tamid, p. 26 ; Ṭawā’if, p. 101.

17 Rappelons simplement que Tolède, peuplée en majeure partie de Muwallad-s, comprenait la plus forte proportion de Mozarabes et de Juifs. Cf. H.M.E., I, p. 157, III, p. 315 ; Islam d'Occident, p. 115.

18 D'après les chroniqueurs arabes, Alphonse VI, traqué par son frère Sancho II, demanda de sa propre initiative et obtint l'hospitalité d'al-Ma’mūn, conformément à la tradition typiquement arabe. Cependant, selon R. Menéndez Pidal, il s'agissait d'un exil forcé à la cour du prince Ibn D' al-Nūn, tributaire du roi de Léon. Cf. España, I, p. 196 ; Islam d'Occident, p. 116-117.

19 Avant de mourir, Ferdinand Ier partagea ses possessions entre ses fils et ses filles. Ce partage fut à l'origine de la guerre fratricide qui s'ensuivit et aboutit à la défaite d'Alphonse VI et à son exil à Tolède. Cf. idem.

20 Il semble qu'Alphonse VI, bien reçu par le prince musulman et confortablement installé dans une maison du palais royal, ait eu, au cours de ce séjour à Tolède, l'occasion providentielle d'avoir des renseignements précieux sur l'ancienne capitale wisigothe et d'en bien connaître la topographie ; cela lui aurait facilité la tâche pour s'emparer de cette métropole, quelques années plus tard. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 160 ; Bayān, III, p. 232 ; Reyes, p. 53 ; España, I, p. 196 ; Islam d'Occident, p. 116-118 ; Ṭawā’if, p. 102-103.

21 Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614 ; supra, 90, 178.

22 Al-Ma’mūn aurait été empoisonné à l'instigation d'Ibn 'Ukāša ou, plus probablement, à celle d'al-Mu'tamid qui avait à cœur de venger la mort de son fils, ‘Abbād Sirāğ al-Dawla, tué au cours de l'attaque surprise dirigée par Ibn 'Ukāša, et de rétablir la souveraineté 'abbādide sur Cordoue. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614 ; II/1, p. 268-273 ; Ḥulla, II, p. 177 ; A‘māl, p. 177-178 ; 'Ibar, IV, p. 161 ; Abbadidis, II, p. 122-126 ; Islam d'Occident, p. 118-119 ; Ṭawā’if p. 103-104.

23 Supra, 178.

24 Nous disposons de très peu de renseignements au sujet d'Ismā‘ īl, le père d'al-Qādir, qui, selon certaines sources, aurait régné pendant un très court laps de temps, mais qui, d'après la plupart des chroniqueurs, serait mort jeune, du vivant même de son père, al-Ma’mūn. Cf. Reyes, p. 54, n. 2 ; España, I, p. 290 ; Islam d'Occident, p. 122.

25 Ḏaḫīra, III/1, p. 103-104, IV/1, p. 130, 151 ; Maṭmaḥ, p. 17-18 ; Ḥulla, II, p. 171-172 ; Muġrib, II, p. 303-304 ; Abbadidis, III, p. 51 ; Recherches 3, II, XLVIII ; Ṭawā’if, p. 107.

26 Ḏaḫīra, IV/1, p. 151-156 ; Muġrib, II, p. 13 ; Ṣila, 608, n° 1360 ; Islam d'Occident, p. 121-122 ; Ṭawā’if, p. 107.

27 Cf. Islam d'Occident, p. 121-122.

28 Cf. Reyes, p. 57 ; Islam d'Occident, p. 124.

29 Supra, 70.

30 Cf. Abbadidis, II, p. 17 ; España, I, p. 292 ; Islam d'Occident, p. 126-127.

31 Al-Qādir fut effectivement réinstallé sur le trône de Valence, où il fut assassiné en 485/1092. Voir, sur ce règne difficile et agité, infra, 215.

32 Alphonse VI fit son entrée triomphale dans Tolède, définitivement soustraite à l'Islam, le 10 muḥarram 478/6 mai 1085. Cf. Islam d'Occident, p. 130, n. 27.

33 Sur la prise de Tolède par Alphonse VI, voir Tibyān, p. 76-77, Andalus, III, 1935, p. 90-91 ; trad. p. 124-126 ; Ḏaḫīra, TV/1, p. 136-139 ; A‘māl, p. 181 ; 'Ibar, TV, p. 161 ; Nafḥ, I, p. 441, IV, p. 483-486 ; H.M.E., III, p. 120 sqq ; Reyes, p. 54-56 ; España, index ; Islam d'Occident, p. 111-112, 130-132 ; Ṭawā’if, p. 109-118.

34 Ḏaḫīra, TV/1, p. 150.

35 Ḏaḫīra, TV/1, p. 143 ; Muġrib, II, p. 12 ; Ṭawā’if, p. 96, 106.

36 Parmi ces joyaux, on mentionne le collier qui avait appartenu à Zubayda, l'épouse du calife Hārūn al-Rašīd, avant d'être acheté par l'émir andalou, ‘Abd al-Raḥmān II, et offert à sa favorite. Ce collier, appelé "le Dragon" (al-Ṯu'bān) en Orient et ‘Iqd al-šifā’ en Espagne, connut une odyssée extraordinaire. Cf. España, p. 433 et 566 ; H.E.M., I, p. 264-265 ; infra, 216 et n. 21.

37 Supra, p. 198.

38 De nombreuses guerres jalonnèrent le long règne d'al-Ma’mūn. Cf. supra, p. 289 sqq.

39 Cf. les propos de l'historien al-Ḥiğārī reproduits par Elias Teres, dans Les cahiers de Tunisie, tome XVIII, n° 69-70, 1er et 2e trimestres, 1970, sous le titre : « Le développement de la civilisation arabe à Tolède », p. 73-80.

40 Ibn Bassām en a donné une description détaillée. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 132-134, 147-149.

41 Nafḥ, I, p. 528-529 ; Islam d'Occident, p. 119 ; Poésie, p. 150 ; Ṭawā’if, p. 104-105.

42 Nafḥ, I, p. 440 ; Poésie, p. 294 ; Islam d'Occident, p. 119.

43 Il s'agirait de nabīḏ dont la consommation était tolérée par certains Musulmans. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 135 ; Poésie, p. 367.

44 Ḏaḫīra, IV/1, p. 136 ; Poésie, p. 382.

45 Ḏaḫīra, IV/1, p. 99 sqq ; Islam d'Occident, p. 119-120.

46 Supra, 203.

47 Ḏaḫīra, 1/2, p. 578 ; Ṭawā’if p. 104-106.

48 Cf. Ṣā‘id al-Andalusī, Ṭabaqāt al-umam, trad. R. Blachère, p. 9 ; Nafḥ, I, p. 206-207 ; E.I.2, I, p. 620,' art. « 'Arabiyya » (Réd.), II, p. 250, art. « Ḏẖū al-Nūnides » (D. M. Dunlop) ; Ṭawā’if, p. 435 ; 'Aṣr al-Ṭawā’if, p. 60, 232 ; Elias Teres, « Le développement de la civilisation arabe à Tolède », dans Les cahiers de Tunisie, tome XVIII, n° 69-70, 1er et 2e trimestres, 1970, p. 73-80.

49 Aṣr al-Ṭawā’if, p. 232.

50 Ṭawā’if, p. 435.

51 Supra, p. 295.

52 Nafḥ, III, p. 151 ; García Gómez, « Sobre agricultura arabigo-andaluza », dans Andalus, X, 1945, p. 127 ; Millas Vallicrosa (José M.), « La traducción castellana del Tratado de Agricultura de Ibn Baṣṣāl », dans Andalus, XIII, 1948, fasc. 2, p. 347-430 ; Poésie, p. 197-198 ; références bibliographiques dans l'introduction au Kitāb al-filāḥa d'Ibn Baṣṣāl, éd. Millas Villicrosa et ‘Azīmān, Tétouan, 1955 ; Ṭawā’if, p. 441-2 ; E.I.2, II, p. 922-923, art. " Filāḥa " (G. S. Colin).

53 Ce traité fut abrégé en un seul volume et intitulé Kitāb al-qaṣd wa-al-bayān. Traduit en castillan dès le Moyen Âge, il a été édité avec une traduction espagnole par Millas Vallicrosa et 'Azīmān, Tétouan, 1955.

54 À Séville, Ibn Baṣṣāl fut l'un des maîtres du botaniste anonyme, auteur de la 'Umdat al-ṭabīb fī ma'rifat al-nabāt li-kull labīb, une volumineuse encyclopédie traitant de botanique.

55 Cf. Ṣā‘id al-Andalusī, Ṭabaqāt al-umam, p. 110, trad. R. Blachère, p. 148 sqq ; Millas Vallicrosa (José M.), « La traducción castellana del Tratado de Agricultura de Ibn Wāfid », dans Andalus, III, 1943, fasc.2, p. 281-332 ; E.I. 2, III, p. 987, art. « Ibn Wāfid » (J. F. P. Hopkins).

56 Poésie, p. 197 ; Ṭawā’if, p. 441-442.

57 Ce traité fut traduit en castillan dès le Moyen Âge. Cf. E.I. 2, II, p. 922-923, art. « Filāḥa » (G. S. Colin).

58 Idem.

59 Muġrib, II, p. 14 ; Nafḥ, IV, p. 133-134 ; Poésie, p. 262-263 ; E.I. 2, II, p. 250, art. « Dhū al-Nūnides » (D. M. Dunlop).

60 Selon H. Pérès, cet Arqam serait non pas un oncle mais un frère du roi al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn. Cf. Poésie, p. 262.

61 Nafḥ, IV, p. 133.

62 Muġrib, II, p. 14.

63 Muġrib, II, p. 14 ; Nafḥ, IV, p. 133-134 ; Poésie, p. 262-263.

64 Ḏaḫīra, III/1, p. 103-104, IV/1, p. 130 ; Maṭmaḥ, p. 15-16 (où le nom se présente sous la forme d'Abū al-Farağ) ; Ḥulla, II, p. 171-172 ; Muġrib, II, p. 303-304 ; Nafḥ, III, p. 408-409 (où il est question d'Ibn al-Farağ), p. 542-543 (al-Maqqarī, qui cite sans doute Maṭmaḥ, parle à cet endroit d'Abū al-Farağ) ; Poésie, p. 365, n. 6.

65 Supra, 200.

66 Ḏaḫīra, III/l, p. 104 ; Maṭmaḥ, p. 16 ; Ḥulla, II, p. 172 ; Nafḥ, III, p. 408, 542-543 /Poésie, p. 365, n. 6.

67 Ḥulla, II, p. 172 ; Nafḥ, III, p. 409, 543.

68 Ḏaḫīra, III/1, p. 409-418, IV/1, p. 139-140, 148-149 ; Muġrib, II, p. 15 ; Takmila, n° 1555 ; Ibn al-Abbār, I'tāb al-kuttāb, p. 215 ; Nafḥ, III, p. 559, IV, p. 134 (al-Maqqarī le confond probablement avec Abū Marwān ‘Abd al-Malik b. Muṯannā).

69 Ḏaḫīra, IV/1, p. 140.

70 Supra, 203.

71 Ḏaḫīra, IV/1, p. 139-140.

72 Ḏaḫīra, III/1, p. 410-418.

73 Ṣila, n° 535 ; Buġya, n° 852 bis ; Nafḥ, II, p. 649, III, p. 182 ; G.A.L., I, p. 344 ; Ensayo, n° 106 ; R. Blachère, « Une source de l'histoire des sciences chez les Arabes : les Ṭabaqāt al-umam de Ṣâ'id al-Andalusî », dans Hespéris, VIII, 1928, p. 357-361 ; Islam d'Occident, p. 121 ; E.I.1, IV, p. 874-875, art. « al-Ṭulaiṭulī » (R. Blachère) ; Poésie, p. 455-456 ; Ṭawā’if p. 106 ; G. Martinez, « La clôture du temps chez le cadi Ṣā‘id, une conception implicite de l'histoire », dans la Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n° 40, p. 147-153.

74 Cet ouvrage de Ṣā‘id al-Andalusī a été édité par L. Cheikho, Beyrouth, 1912, et traduit par R. Blachère, P.I.H.E.M., t. XXVIII, Paris, 1935.

75 Cf. Qalā’id, p. 221-231 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 890-896 ; Ṣila, p. 282 sqq ; Muġrib, I, p. 385 ; Nafḥ, I, p. 643-650 ; Poésie, p. 151-152, 263, 317 ; E.I. 2, I, p. 1125, art. « al-Baṭalyawsī » (E. Lévi-Provençal).

76 Le commentaire de l'Adab al-kātib porte le titre d'al-Iqtiḍāb fī šarḥ adab al-kuttāb. Cf. Nafḥ, I, p. 643, III, p. 184.

77 Poésie, p. 40 sqq ; infra, p. 228 sqq.

78 Ḏaḫīra, III/2, p. 891.

79 Qalā’id, p. 229 ; Poésie, p. 236.

80 Nafḥ, I, p. 650 ; Poésie, p. 317.

81 Qalā’id, p. 222 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 894 ; Nafḥ, I, p. 643-644 ; Poésie, p. 151-152.

82 Ḏaḫīra, III/2, p. 891.

83 Supra, 160.

84 Nafḥ, I, p. 647-649.

85 Cf. Ǧaḏwa, p. 68-69 ; Ḏaḫīra, IV/1, p. 87-119 ; Ṣila, II, p. 566 ; Buġya, n° 209 ; Badā'i', p. 169 ; Ṣ. al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-al-wafayāt, IV, p. 70-71 ; Muġrib, II, p. 12 ; Nafḥ, III, p. 111-118 ; Poésie, p. 422 ; Ifrīqiya, p. 73-76.

86 Selon le témoignage d'Ibn Rašīq, il serait le premier à avoir introduit en Ifrīqiya la Yatīma d'al-Ṯa‘ālibī. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 89 ; Ifriqiya, p. 76.

87 Ḏaḫīra, IV/1, p. 90.

88 Ḏaḫīra, IV/1, p. 112-113 ; Nafḥ, III, p. 112.

89 Rime -i‘ī, mètre sarī‘. Nafḥ, III, p. 112 ; Poésie, p. 422.

90 Supra, 185.

91 Ḏaḫīra, IV/1, p. 123-124, 170 ; Ifriqiya, p. 118.

92 Ḏaḫīra, IV/1, p. 139.

93 Ibn Bassām reproduit des extraits de ce poème. Cf Ḏaḫīra, IV/1, p. 140.

94 Qalā’id, p. 7-8 ; Maṭmaḥ, p. 15 ; Ḏaḫīra, IV/1, p. 137, 139, 342-359 ; Ḫarīda, II, p. 193 ; Masālik, XI, p. 466 ; Muġrib, I, p. 128-131 ; Nafḥ, I, p. 529, III, p. 408, 543 ; Poésie, p. 150-151, 234.

95 Ḏaḫīra, IV/1, p. 343 ; Muġrib, I, p. 129.

96 Ḏaḫīra, IV/1, p. 137, 139 ; Muġrib, I, p. 129-130.

97 Ḏaḫīra, IV/1, p. 350 ; Muġrib, I, p. 130.

98 Nafḥ, III, p. 408, 543 ; supra, 200, 206.

99 Supra, 203.

100 Supra, 209.

101 Trois poètes seulement eurent le privilège, ce jour-là, de réciter de vive voix leurs poèmes. Il s'agissait, dans l'ordre, d'Ibn Šaraf, d'al-Miṣrī et de Muḥammad b. Zakī al-Išbūnī. Tous les autres durent remettre leurs manuscrits au roi qui les confia à son vizir Ibn Muṯannā, le chargeant d'examiner ces poèmes et de rétribuer leurs auteurs. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 139-140 ; supra, 206.

102 Ḏaḫīra, IV/1, p. 355 ; Nafḥ, I, p. 529.

103 Ḏaḫīra, op. cit. ; Nafḥ, op. cit. ; Poésie, p. 150-151.

104 Ḏaḫīra, IV/1, p. 343-345 ; Muġrib, I, p. 129.

105 Supra, 137, 192, 193.

106 Muġrib, I, p. 131.

107 Muġrib, II, p. 18 ; Ṣila, n° 874 ; Nafḥ, IV, p. 134-135, VII, p. 6 ; Ṭawā’if, p. 106.

108 Nafḥ, IV, p. 134-135 ; Muġrib, II, p. 18.

109 Ṣila, n° 874 ; Muġrib, II, p. 18 ; Ṭawā’if, p. 106.

110 Nafḥ, VII, p. 6.

111 Ḏaḫīra, IV/1, p. 126-127 ; Ifrīqiya, p. 149-150.

112 Ḏaḫīra, op. cit. Ibn Bassām précise que, hormis cette pièce, il ne dispose d'aucune donnée concernant ce lettré qui, apparemment, ne fut pas un grand poète.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search