Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XX. La Dynastie ‘Abbādide à Séville1 (414-484/1023-1091)

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Ce fut, très nettement, le royaume le plus considérable. L'abondante bibliographie dont nous dispo (...)
  • 2 Il fut le premier personnage issu de cette famille à jouer un rôle important. Il profita de l'anar (...)
  • 3 Lorsqu'al-Qāsim b. Ḥammūd, chassé par les Cordouans après son second règne, voulut revenir à Sévil (...)

1La dynastie ‘Abbādide fut fondée, au début du ve/xie siècle, par une famille de notables arabes d'origine laḫmide. Ismā‘īl b. ‘Abbād2, nommé cadi de Séville sous al-Manṣūr, s'appliqua, pendant la guerre civile, à mettre sa ville à l'abri des affrontements qui ravageaient la capitale. Son fils, Abū al-Qāsim, le véritable fondateur de la dynastie, lui succéda à ce poste en 414/1023, et poursuivit la même politique qui consistait à se soustraire petit à petit à la dictature berbère. Il y parvint finalement, grâce aux notables et à l'ensemble de la population sévillane3.

  • 4 Bayān, III, p. 197 sqq, p. 244 et 249 ; A'māl, p. 154 ; Ṭawā'if, p. 37-38 ; Mu'tamid, p. 21-22 et (...)
  • 5 Bayān, III, p. 188-189.

2Des difficultés sérieuses surgirent bientôt en dehors de ses frontières. Une longue guerre allait l'opposer à son voisin du nord, al-Manṣūr b. al-Afṭas, pour la possession de la ville de Béja qu'ils convoitaient tous les deux. Cependant son plus redoutable adversaire fut Yaḥyā b. ‘Alī b. Ḥammūd qui, estimant être le seul calife légitime, voulait lui imposer sa tutelle. Alors, pour couper court définitivement aux prétentions ḥammūdides, Ibn ‘Abbād déclara, en 426/1035, qu'il avait retrouvé le calife Hišām II, dont la mort mystérieuse avait déjà été annoncée à deux reprises, et invita tous les princes andalous à lui prêter serment4. Tandis que Yaḥyā b. Ḥammūd s'apprêtait à attaquer Séville, après s'être emparé de Carmona, la capitale de Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Birzālī, l'allié d'Abū al-Qāsim, ce dernier prit les devants et réussit à lui tendre un piège et à le faire tuer, en 427/10365.

  • 6 Ǧaḏwa, p. 29-30 ; Ṭawā'if, p. 38-39.
  • 7 Ḏaḫīra, H/1, p. 23-41 ; Bayān, III, p. 204 sqq ; A'māl, p. 155-157 ; H.M.E., III, p. 50 sqq ; Abba (...)
  • 8 Bayān, III, p. 298-299 ; H.M.E., III, p. 50, 238 ; Party-Kings, p. 91.
  • 9 Grande confusion dans les dates. Cf. Bayān, III, p. 298-299 ;Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 43 ; Mu' (...)
  • 10 Bayān, III, p. 204, 213, 240-242 ; H.M.E., III, p. 53 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 43 ; Mu'tamid(...)
  • 11 Bayān, III, p. 299-301 et index ; H.M.E., III, p. 50 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 40-42 ; Mu'tam (...)
  • 12 Bayān, III, p. 296-298 ; A'māl, p. 209 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if p. 43-44 ; Mu'tamid, p. 23 ; Par (...)
  • 13 Le père du géographe, Abū 'Ubayd al-Bakrī ; cf. supra, 131.

3Les dernières années de son règne furent marquées par la dégradation de ses rapports avec son allié berbère, al-Birzālī, et la fin tragique de son fils aîné qui trouva la mort, en 431/1039, en combattant pour la prise de Carmona contre une coalition berbère6. Deux ans plus tard mourut le cadi Ibn ‘Abbād qui légua son trône à son deuxième fils, Abū ‘Amr ‘Abbād, plus connu sous son laqab honorifique d'al-Mu‘taḍid bi-llāh7. Grâce à une force de caractère peu commune, alliée à une forte dose d'ambition, de cruauté et de machiavélisme, celui-ci vola, au cours d'un règne de près de trente ans, de succès en succès et, au terme d'une vie bien remplie, il ne fut pas loin de réaliser le rêve qu'il avait, depuis longtemps, caressé : refaire l'unité politique d'al-Andalus. Pour cela, il usa du même stratagème que son père, en prétendant n'être que le ḥāğib du pseudo-Hišām II, et mena le combat dans le but de restituer à celui-ci son ancien empire pacifié et unifié. Alors, dès son avènement, il s'attaqua aux possessions des petits princes de l'ouest, et s'empara de Mertola (436/1044)8, Santa Maria d'Algarve (443/1051)9, Huelva et Saltes (443/1051)10, Niebla (445/1053)11, et Silves (455/1063)12, gouvernées respectivement par Ibn Ṭayfūr, Ibn Hārūn, al-Bakrī13, Ibn Yaḥyā et Ibn Muzayn.

  • 14 Supra, 68.

4Tous ces roitelets n'opposèrent pas une grande résistance, sauf le seigneur de Niebla qui, d'ascendance arabe pourtant, n'hésita pas à solliciter le concours d'Ibn al-Afṭas contre la politique expansionniste d'al-Mu‘taḍid. Une guerre sans merci s'engagea alors entre Séville et Badajoz ; elle ne prit fin qu'en 443/1051, et ce grâce à la médiation d'Abū al-Walīd b. Ǧahwar14.

  • 15 Bayān, III, p. 218, 231, 242-243 ; H.M.E., III, p. 63 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 47-48 ; Mu'ta (...)
  • 16 Bayān, III, p. 213, 249 ; H.M.E., III, p. 63-64 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if p. 53 ; Mu'tamid, p. 21 (...)

5Le regard du roi ‘Abbādide se tourna également vers les principautés berbères du sud. En 446/1054, il défit al-Qāsim b. Ḥammūd et prit possession d'Algeciras15. Cette annexion consolida particulièrement sa position et lui permit d'annoncer, en 451/1059, la mort du fantoche Hišām II, et de gouverner désormais pour son propre compte16.

  • 17 Bayān, III, p. 270 ; Ṭawā'if, p. 45.
  • 18 Bayān, III, p. 271-273 ; H.M.E., III, p. 55 ; Ṭawā'if p. 45.
  • 19 Bayān, III, p. 208, 312-313 ; H.M.E., III, p. 56-60 ; Séville, p. 57-58 ; Ṭawā'if, p. 46-47 ; Mu't (...)
  • 20 Bayān, III, p. 214, 271, 295-296 ; H.M.E., III, p. 57 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 46 ; Mu'tamid(...)
  • 21 Bayān, III, p. 294 et index ; H.M.E., III, p. 57 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if, p. 46-46 ; Mu'tamid, (...)
  • 22 Bayān, III, p. 312 ; H.M.E., III, p. 49-50 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if, p. 47 ; Mu'tamid, p. 23 ; P (...)

6Par ailleurs, il entretenait des rapports ambigus avec les principicules berbères zanāta. Certains d'entre eux eurent l'occasion d'être ses alliés17. Cependant foncièrement anti-berbère, il guettait le moment propice pour les évincer. En 445/1053, il les invita chez lui et les fit périr par asphyxie dans des thermes dont il avait fait murer les issues18. Néanmoins, il ne s'emparera de ces États que quelques années plus tard. Ronda19, des Banū Ifrān, sera annexée en 457/1065, Morón20, des Banū Dammar, et Arcos21, des Banū Ḫizrūn, en 458/1066, et Carmona22, des Banū Birzāl, en 459/1067.

  • 23 Les raisons de ce désaccord et les circonstances exactes de cet événement sont assez obscures. Cf. (...)
  • 24 Qalā'id, p. 20-22 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 47-50 ; Bayān, III, p. 273-275 ; Tibyān, dans Andalus, III, 1 (...)

7Al-Mu‘taḍid avait aussi des visées sur Cordoue. Il chargea son fils Ismā‘īl de la conquérir. Cependant ce dernier, en désaccord avec lui, se rebella et tenta de prendre le pouvoir. Il n'y parvint pas et fut tué par son père en 450/105823. Par ailleurs, profitant du soulèvement des Arabes de Malaga contre l'autorité du plus puissant prince berbère, Bādīs b. Ḥabūs, le roi de Séville décida en 458/1066 de leur venir en aide en leur dépêchant une armée commandée par son autre fils, Muḥammad, le futur al-Mu‘tamid. Cependant cette expédition se solda par un échec24.

8À sa mort, en 461/1068, al-Mu‘taḍid légua à son successeur le royaume le plus étendu et le plus puissant des États des Ṭawā’if.

  • 25 Supra, 90.

9Le nouveau roi, qui prit le surnom honorifique d'al-Mu‘tamid, avait, en succédant à al-Mu‘taḍid, une certaine expérience du pouvoir puisqu'il avait été gouverneur de Silves, avant que son père ne le rappelât auprès de lui pour l'investir des charges d'héritier présomptif. À la mort de son frère aîné, de nouvelles responsabilités lui furent attribuées. Son règne débuta sous d'heureux auspices, puisqu'il se rendit maître de Cordoue, dès 461/106825. Cependant, à l'instigation du roi de Tolède, un aventurier nommé Ibn ‘Ukāša réussit, en 468/1075, à s'emparer par surprise de cette métropole, faisant de nombreuses victimes, parmi lesquelles le gouverneur de la ville, ‘Abbād, le fils d'al-Mu‘tamid. Al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn prit alors possession de la ville où il mourut quelques mois plus tard.

  • 26 Qalā'id, p. 12-13 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614, II/l, p. 266-273, Bayān, III, p. 257-261 ; A'māl, p. (...)

10Le roi de Séville ne parvint à reconquérir Cordoue qu'en 471/1078. Il fit alors mettre à mort Ibn ‘Ukāša et annexa la partie du royaume de Tolède située entre le Guadalquivir et le Guadiana26.

  • 27 Supra, 115.
  • 28 Supra, 150.

11L'ennemi irréductible des ‘Abbādides demeurait le souverain de Grenade, Bādīs b. Ḥabūs. Al-Mu‘tamid mit tout en œuvre pour le défaire, sans y parvenir, malgré les manœuvres machiavéliques de son premier ministre Ibn ‘Ammār27. Celui-ci, obstinément favorable à une politique expansionniste, réussit à convaincre le roi de Séville de tenter d'annexer Murcie28.

  • 29 Muġrib, I, p. 389-391 ; A'māl, p. 160-162 ; H.M.E., III, p. 109-112 ; Séville, p. 174-190 ; Ṭawā'i (...)

12Après l'échec d'une première tentative, l'entreprenant vizir parvint à s'emparer de cette ville, en 471/4078, pour son compte, avec le concours du seigneur du château de Balğ, Ibn Rašīq, qui, à son tour, ne tarda pas à le trahir et à se déclarer indépendant. Ibn ‘Ammār dut alors chercher refuge ailleurs et, au bout de maintes péripéties, il se fit capturer, en 477/1084, à Ségura, en participant à une expédition pour le compte d'al-Mu’tamin b. Hūd de Saragosse. Il fut livré, finalement, à al-Mu‘tamid qui, en dépit de leur longue et solide amitié, le tua de sa propre main en 478/108529.

  • 30 Infra, 201.
  • 31 Supra, 70.
  • 32 Sur la fin du règne 'abbādide, cf. en particulier Qalā'id, p. 23-35 ; A'māl, p. 164 sqq ; H.M.E., (...)

13La prise de Tolède par Alphonse VI, en 479/108630 et la menace croissante que faisait peser ce dernier sur tous les Mulūk al-Ṭawā’if décidèrent ceux-ci à solliciter le secours des Almoravides qui, malgré leur retentissante victoire sur les Chrétiens, à l'issue de la fameuse bataille d'al-Zallāqa31, ne parvinrent pas à les neutraliser durablement. Cependant après leur deuxième intervention, en 481/1088, moins fructueuse que la première, les Almoravides comprirent qu'il fallait mettre un terme à l'origine du mal : le règne de ces roitelets qui, en s'entre-tuant et en s'affaiblissant mutuellement, faisaient le jeu de l'ennemi commun, les Chrétiens. Le royaume de Séville passa sous leur domination en 484/1091, et al-Mu‘tamid fut exilé à Aġmāt où il mourut en 488/109532.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 33 Badī‘, passim ; Ḏaḫīra, II/l, p. 13-23 ; Nafḥ, IV, p. 242 ; Poésie, index ; Séville, p. 62-63 ; Ṭa (...)

14Outre leur hégémonie politique et leur puissance matérielle relativement importantes, les ‘Abbādide jouèrent un rôle prépondérant dans le domaine littéraire. Par tradition, cette famille de souche arabe était attachée à la culture arabo-islamique. Le fondateur de cette dynastie, le cadi Abū al-Qāsim b. ‘Abbād, était aussi poète à ses heures. Ses biographes n'ont pas manqué de citer quelques extraits de ses poèmes où il est question surtout de faḫr et de description de fleurs et de jardins. Dans son entourage, il y avait un certain nombre de lettrés qui ne lui parlaient pas uniquement de politique. La culture et notamment l'adab faisaient partie de l'idéal aristocratique de cette oligarchie sévillane33.

L'ESSOR LITTÉRAIRE SOUS AL-MU'TAḌID34

  • 34 Ḏaḫīra, II/l, p. 28-32 ; Bayān, III, p. 208-209, 285 ; A'māl, p. 155-157 ; Nafḥ, IV, p. 242-243 ; (...)
  • 35 Ḏaḫīra, II/l, p. 29 ; Bayān, III, p. 285. Ce recueil ne nous est pas parvenu. Les vers d'al-Mu'taḍ (...)
  • 36 Ḏaḫīra, II/l, p. 32 ; Bayān, III, p. 208-209 ; Nafḥ, IV, p. 243 ; Dīwān, n° 21, 8 vers ; infra, 24 (...)
  • 37 Nafḥ, IV, p. 243-244 ; Poésie, p. 74-75.

15Cet engouement pour les choses de l'esprit et surtout pour la poésie a connu une ampleur considérable sous le règne d'al-Mu‘taḍid qui était lui-même poète. Son neveu Ismā‘īl réunit sa poésie dans un recueil d'une soixantaine de feuillets35. Dans ces fragments assez courts, al-Mu‘taḍid exalte ses propres mérites : noblesse, qualités guerrières, générosité, etc., s'adresse, pour tel ou tel sujet, à son père ou à tel autre personnage important de l'époque, ou chante tout simplement la vie de plaisir et la nature. Nous savons, par ses biographes, qu'il était si fier du petit poème qu'il avait composé à l'occasion de la conquête de Ronda, en 457/1065, qu'il demandait à ses sujets de l'apprendre par cœur36. Cependant ce fut en tant que mécène qu'il marqua le plus profondément la vie littéraire à son époque. Il se rendait bien compte que le lustre culturel était un atout important du succès politique. Alors, très vite, la cour de Séville devint le pôle d'attraction des savants et des versificateurs de talent. Le roi ‘Abbādide fit construire pour les poètes une maison et les recevait habituellement le lundi37. Nous trouvons dans les Qalā’id et surtout dans la Ḏaḫīra des notices consacrées aux poètes et prosateurs ayant participé à l'activité littéraire qui régnait alors à la cour de Séville.

1. Ibn al-Abbār (Abū Ǧa‘far ; m. 433/1041)38

  • 38 Ǧaḏwa, p. 107 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 135-158 ; Muġrib, I, p. 258 ; Nafḥ, III, p. 477-478 ; Poésie, p. (...)

16Ce poète appartenait à un milieu aisé et, par conséquent, n'avait pas besoin de monnayer son talent poétique pour gagner sa vie. Il échangeait une correspondance amicale avec son contemporain Abū ‘Āmir b. Maslama. Comme lui, il occupait une place de choix dans l'entourage du cadi Abū al-Qāsim b. ‘Abbād à qui il adressait, de temps en temps, quelques vers pour lui manifester son attachement et sa fidélité.

17Les sources d'inspiration d'Ibn al-Abbār sont celles de la plupart des lettrés aristocrates de cette époque : dans son Badī, al-Ḥimyarī cite de lui une quinzaine de pièces décrivant fleurs et jardins. D'autres thèmes, tels le vin, l'amour et la vie de plaisir occupent une place non négligeable dans son œuvre.

2. Ibn Maslama (Abū ‘Āmir ; m. après 441/1049)39

  • 39 Ḏaḫīra, II/l, p. 105-112 ; Maṭmaḥ, p. 23-24 ; Muġrib, I, p. 96-97 ; Nafḥ, III, p. 544-545 ; Poésie(...)

18Ce riche aristocrate entretenait de bons rapports avec les ‘Abbādide. D'après les extraits qui nous sont parvenus de son œuvre littéraire, il avait un penchant pour les thèmes relatifs à la vie raffinée et aux rawḍiyyāt.

  • 40 Ce recueil, qui comprend des extraits d'auteurs andalous ainsi que des textes composés par Ibn Mas (...)

19Il composa pour al-Mu‘taḍid Ḥadīqat al-irtiyāḥ fī waṣf ḥaqīqat al-rāḥ, un recueil de morceaux choisis exaltant le vin40.

  • 41 Maṭmaḥ, p. 23 ; Séville, p. 66.

20Il échangea une correspondance amicale avec Abū al-Walīd b. Zaydūn, et servit d'intermédiaire, selon Ibn Ḫāqān, entre ce poète et Ibn ‘Abbād, en 441/104941.

3. Al-Ḥimyarī (Abū al-Walīd ; m. 440/1048)42

  • 42 Ǧaḏwa, p. 152 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 124-135 ; Muġrib, I, p. 250 ; Nafḥ, III, p. 427-429 ; Poésie, ind (...)
  • 43 Supra, 13.

21Il est issu d'une riche famille aristocratique qui avait d'excellentes relations avec le cadi Abū al-Qāsim b. ‘Abbād. Il est l'auteur d'al-Badī‘ fī waṣf al-rabī‘, une anthologie de textes floraux composés par des poètes ou des prosateurs andalous43.

  • 44 Dans Badī‘, p. 52 sqq, al-Ḥimyarī donne cette épître en entier, précédée de celle d'Ibn Burd, dans (...)

22Dans une risāla adressée à al-Mu‘taḍid, il prend la défense du bahār (narcisse) et proclame sa supériorité sur la rose. Cela est une réplique à Ibn Burd al-Aṣġar réfutant, dans une épître destinée à Abū al-Walīd b. Ǧahwar, les arguments d'Ibn al-Rūmī (m. vers 283/896) qui déclarait préférer le narcisse à la rose44.

4. Ibn al-Qūṭiyya (Abū Bakr)45

  • 45 Badī‘, passim ; Ǧaḏwa, notice n° 927 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 215-218 ; Nafḥ, III, p. 73-74, IV, p. 25 ; (...)
  • 46 Cf. Revue al-Mawrid, XIV/1, p. 85-90, Bagdad, 1985.

23Deux personnages ont porté ce nom : le grand-père et le petit-fils qui sont, très souvent, confondus et considérés comme une seule et même personne46.

  • 47 Originaire de Séville, il émigra à Cordoue et mourut très âgé, en 367 H. Cf. Ibn Sa’īd, Rāyāt al-m (...)

24Le grand-père47, philologue et historien, plus connu, est l'auteur du Kitāb al-af‘āl et du Kitāb iftitāḥ al-Andalus.

  • 48 Plus de vingt pièces (de 1 à 20 vers) consacrées surtout aux jardins et au printemps figurent dans (...)

25Quant au petit-fils, il était le chef de la police sous al-Mu‘taḍid, ce qui ne l'empêchait pas de participer aux joutes poétiques organisées sous le patronage du prince. Compte tenu de ses origines aristocratiques, baignant dans le luxe et le raffinement, il fut le chantre de la nature et de l'épicurisme. Souvent, les thèmes floraux lui servaient de prologue à un panégyrique en l'honneur du roi48. Il était le contemporain d'Ibn al-Abbār, Ibn Maslama et al-Ḥimyarī, avec lesquels il échangeait des vers.

5. Al-Hawzanī (Abū Ḥafṣ ; m. 460/1067)49

  • 49 Ḏaḫīra, II/l, p. 81-94 ; Muġrib, I, p. 239-240 ; Nafḥ, II, p. 93-94 ; Poésie, p. 439.
  • 50 Ḏaḫīra, III/1, p. 179-190 ; Bayān, III, p. 225, 227, 253.
  • 51 Ḏaḫīra, II/l, p. 83. Il fut vengé, plus tard, par son fils Abū al-Qāsim qui encouragea, avec d'aut (...)

26Ses biographes citent de lui des fragments en vers et en prose dont la plupart sont adressés à al-Mu‘taḍid, l'incitant au ğihād, après la prise de Barbastro, en 456/1063-106450. Son ton moralisateur et ses critiques à peine voilées finirent par agacer le roi qui le fit mettre à mort, en 460/106751.

6. Ibn al-Mu'allim (Abū al-Walīd ; m. après 467/1075)52

  • 52 Ǧaḏwa, p. 65, 283 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 112-124 ; Muġrib, I, p. 252-253 ; Séville, p. 72-73.
  • 53 Il fit l'éloge d'al-Mu'tamid à l'occasion de la reconquête de Cordoue en 467/1075, date à laquelle (...)

27D'origine modeste, il doit son ascension sociale à son talent. Il composa quelques panégyriques à la gloire d'al-Mu‘taḍid et, à la mort de ce dernier, lui consacra un thrène53.

  • 54 Supra, 182.

28Plus doué en prose qu'en poésie, il fut le vizir-secrétaire du roi de Séville au nom duquel il rédigea une lettre pour répondre à l'appel d'al-Hawzanī invitant les Musulmans à l'union, pour combattre les Chrétiens54.

  • 55 Ḏaḫīra, II/l, p. 113-118.

29Il est également l'auteur d'une maqāma qui fait état de l'injustice du sort à son égard et reflète le sentiment amer de n'avoir pas obtenu une situation correspondant à ses mérites55.

7. Ibn Zaydūn (Abū al-Walīd ; m. 463/1071)56

  • 56 Sur Ibn Zaydūn, cf. références bibliographiques, supra, p. 119. Nous nous intéressons ici à la pér (...)

30Après avoir servi les Ǧahwarides, Ibn Zaydūn passa au service d'al-Mu‘taḍid b. ‘Abbād qui lui réserva un bon accueil et le nomma vizir dès son arrivée à Séville en 441/1049.

31En tant que poète officiel, il composa une douzaine de panégyriques à la gloire de son nouveau mécène. Cependant la poésie n'était pas son seul atout. Sa longue expérience dans le domaine politique lui permit d'être le conseiller du roi et de l'aider à diriger les affaires du royaume.

  • 57 Supra, 103 ; infra, 184, 189.

32Outre son grand talent littéraire, il était fin politique. Aussi a-t-il toujours su gagner la confiance du souverain et sortir victorieux contre ses rivaux, dont beaucoup ont, soit pris le parti de fuir, soit trouvé la mort dans des circonstances souvent mystérieuses57.

8. Ibn Ḥiṣn al-Išbīlī58

  • 58 Ǧaḏwa, p. 296 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 158-186 ; Muġrib, I, p. 250-252 ; Nafḥ, III, p. 266, 429 ; Poésie(...)

33Il était l'un des poètes officiels d'al-Mu‘taḍid. Outre les panégyriques exaltant les mérites de ce dernier et ses victoires retentissantes, il composa des pièces en vers pour chanter la vie de plaisir.

  • 59 Supra, 177, 178.

34Cependant la présence du grand poète Abū al-Walīd b. Zaydūn dans cette cour et la place privilégiée qu'il y occupait portèrent ombrage à Ibn Ḥiṣn qui, pourtant, guettait les occasions pour rabaisser son concurrent. Ce dernier, trop fort pour son émule, finit par l'emporter. Al-Mu‘taḍid fit mettre à mort Ibn Ḥiṣn impliqué, probablement, dans le complot fomenté par son fils Ismā‘īl59. En tout cas, il semble que leur rivalité, entretenue d'ailleurs par le souverain, ne fut pas étrangère à la fin tragique d'Ibn Ḥiṣn.

9. Ibn ‘Abd al-Barr (Abū Muḥammad ; m.474/1082)60

  • 60 Qalā'id, p. 206-209 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 125-226 ; Bayān, III, p. 244-248 ; Muġrib, II, p. 402-403  (...)
  • 61 Cette épître figure dans la plupart des anthologies et des recueils biographiques.
  • 62 Supra, 103, 104.

35C'est le fils du faqīh Abū ‘Umar b. ‘Abd al-Barr, auteur de la Bahğat al-ğālis wa-uns al-mağālis. Il fut kātib d'al-Mu‘taḍid et son porte-parole auprès des autres souverains andalous. Ce dernier le chargea, après l'exécution de son fils Ismā‘īl, d'expliquer et de justifier par écrit son geste. Des exemplaires de ce texte, considéré comme un chef-d'œuvre du genre, furent adressés à de nombreuses personnalités et chefs d'État61. Ibn ‘Abd al-Barr, lui aussi, s'opposa à Abū al-Walīd b. Zaydūn. Finalement, pour des raisons mystérieuses, il mécontenta le roi et dut prendre la fuite. Pendant quelque temps, il parcourut l'Espagne avant de trouver refuge à Dénia62. Nous trouvons, dans la Ḏaḫīra, de nombreux extraits de ses épîtres officielles et privées.

10. Ibn Ǧāḫ (al-Ṣabbāġ)63

  • 63 Nafḥ, III, p. 452, 608 ; Poésie, p. 59, 74-75.
  • 64 Poésie, p. 59.

36Originaire de Badajoz, ce poète itinérant se fixe, au bout de maintes pérégrinations, à Séville où “ la poésie trouve un marché sans marasme ”, dit-il dans un éloge à al-Mu‘taḍid, alors qu'elle “ a un cours bien faible ” dans sa propre province64.

  • 65 Sur les circonstances de sa réception, voir Nafḥ, IV, p. 243-244 ; reprod. dans Poésie, p. 74-75. (...)

37Bien qu'analphabète, Ibn Ǧāḫ était doué d'un talent poétique certain. Son poème qui lui valut le droit d'entrer à la cour d'al-Mu‘taḍid fit sur ce dernier une impression telle, qu'après l'avoir écouté, il ne permit pas à d'autres de monter sur la sellette ce jour-là. Il le récompensa généreusement et l'investit de la dignité de “ chef des poètes ”65.

11. Al-A‘lam al-Šantamarī (m. 476/1083)66

  • 66 Ḏaḫīra, II/l, p. 474 ; Bayān, III, p. 284 ; Nafḥ, III, p. 184, IV, p. 75 et index ; Poésie, p. 29, (...)
  • 67 Il est également l'auteur d'un commentaire du Dīwān d'al-Mutanabbī. Cf. Nafḥ, III, p. 184.

38Ce philologue grammairien composa pour al-Mu‘taḍid un commentaire sur les deux grandes anthologies poétiques : les six mu‘allaqāt et la Ḥamāsa d'Abū Tammām (m. vers 231/948)67.

12. Ibn Šaraf al-Qayrawānī (Muḥammad ; m. 460/1067)68

  • 68 Ḏaḫīra, IV/1, p. 169-238 et index ; Nafḥ, index ; Poésie, p. 194, 2 3 8 ; Ifriqiya, p. 116-124 ; D (...)
  • 69 Ibn Šaraf fit parvenir à al-Mu'taḍid, la première fois, cinq panégyriques accompagnés d'une épître (...)

39Après la chute de Kairouan, en 449/1057-1058, il quitta son pays natal, comme beaucoup d'autres lettrés ifrīqiyens, et se rendit en Espagne où il fréquenta certaines cours princières. Cependant le mauvais caractère d'al-Mu‘taḍid et sa réputation de cruauté dissuadèrent ce poète de se rendre auprès de lui et il se contenta de lui faire parvenir ses éloges69.

  • 70 Il aurait dédié cet ouvrage, auparavant, à Bādīs b. Ḥabūs, prince de Grenade. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. (...)

40Ibn Šaraf envoya également au souverain ‘Abbādide une copie de son ouvrage, Abkār al-afkār, où il avait sélectionné des textes très variés, en vers et en prose artistique, de sa propre composition70.

13. Al-Mu‘tamid, mécène et poète71

  • 71 De nombreux biographes, historiens et chercheurs se sont intéressés à la vie et à l'œuvre d'al-Mu' (...)
  • 72 Civilisation, p. 45-49 ; Poésie, p. 58.
  • 73 Après la chute de Kairouan, en 449/1057-1058, un grand nombre de lettrés ifrīqiyens se rendirent e (...)

41Dans le domaine littéraire, al-Mu‘tamid est sans doute celui qui a marqué le plus son époque72. Ce prince n'était pas seulement « la figure de poète andalou la plus parfaite » ; il était surtout un mécène exceptionnel qui avait su s'entourer d'un nombre impressionnant de savants et de lettrés parmi les meilleurs talents andalous et même étrangers73.

  • 74 Dīwān, p. 104, rime -ru, mètre basīṭ ; Qalā'id, p. 21-22 ; Ḏaḫīra, I I / l , p. 47-48 ; Bayān, III (...)

42Il reçut, dans son enfance, une éducation poétique assez solide et se mit, très jeune, à composer des vers. Son échec militaire au cours de l'expédition de Malaga qu'il dirigea lui inspira sa première œuvre poétique importante. Réfugié à Ronda, après sa déroute, il adressa ce poème à son père pour l'apitoyer sur son sort et implorer son pardon74.

  • 75 Ḥulla, II, p. 55 ; H.M.E., III, p. 175 ; Séville, p. 106-107.

43Cependant, son véritable talent poétique se révéla pendant sa captivité à Aġmāt où il composa ses poèmes les plus sincères et les plus émouvants. Son sort tragique lui valut, même longtemps après sa mort, un extraordinaire courant de sympathie75.

14. I'timād (al-Rumaykiyya ; m. 488/1095)76

  • 76 Mêmes références que pour al-Mu'tamid, et plus spécialement : Nafḥ, I, p. 440, IV, p. 211-213, 212 (...)
  • 77 Cf. García Gómez, Poesía, p. 70.

44Tout, dans la vie d'al-Mu‘tamid, est " pure musique en action "77. Les circonstances dans lesquelles il rencontra al-Rumaykiyya, une lavandière qui devait devenir son épouse légitime sous le nom d'I'timād, sont assez romanesques. La poésie aurait joué un rôle important dans cette histoire d'amour peu banale. Alors qu'il se promenait un jour en compagnie d'Ibn ‘Ammār, dans les environs de Séville, al-Mu‘tamid aurait improvisé cet hémistiche :

« La brise a tissé, avec de l'eau, une cotte de maille [...] »,

45et invité son compagnon à compléter le vers. Se trouvant près d'eux et ayant entendu leurs propos, al-Rumaykiyya aurait composé cet impromptu :

  • 78 Dīwān al-Mu'tamid, p. 76, rime -ad, mètre ramal. Ce vers, d'authenticité douteuse, est l'unique ve (...)

« [...] Quelle belle armure si elle se solidifiait ! »78

15. Al-Rašīd (fils d'al-Mu‘tamid ; m. 530/1135)79

  • 79 Ḥulla, II, p. 68 ; A'māl, p. 245-246 ; Abbadidis, II, p. 71 ; Poésie, p. 39, 137 ; Séville, p. 115 (...)

46Parmi les nombreux enfants d'al-Mu‘tamid, certains étaient assez cultivés. Al-Rašīd, mort en exil au Maroc, était particulièrement versé dans les sciences religieuses. Ce "disciple de Mālik" fut cadi à Séville jusqu'à sa chute en 484/1091.

  • 80 Il jouait du luth. Cf. Ḥulla, II, p. 68.
  • 81 Poésie, p. 137.

47Cependant cela ne l'empêchait pas de s'intéresser à la musique80 et à la poésie avec succès. Il fut le seul à pouvoir improviser des vers lorsqu'un jour, entouré de ses poètes, al-Mu‘tamid leur demanda de compléter un vers dont il venait de composer le premier hémistiche81.

16. Al-Rāḍī (fils d'al-Mu‘tamid ; m. 484/1092)82

  • 82 Qalā'id, p. 35-40 ; Ḥulla, II, p. 68-77 ; Nafḥ, I, p. 661-662, IV, p. 249-256 ; Poésie, p. 39, p. (...)

48Il fut gouverneur d'Algeciras jusqu'en 479/1091, puis de Ronda où il trouva la mort en 484/1091. Intellectuellement plus doué que ses frères, il était, sans doute, le préféré de son père. Il est le seul, parmi les fils d'al-Mu‘tamid, à qui l'auteur des Qalā’id consacra une notice assez importante.

  • 83 Dīwān, p. 141 ; Qalā'id, p. 38-39 ; Nafḥ, IV, p. 253-254 ; Poésie, p. 435-436.
  • 84 Qalā'id, p. 39-40 ; Nafḥ, IV, p. 254-255 ; Poésie, p. 436.

49Cependant cette passion pour les choses de l'esprit le détournait quelque peu, dans sa prime jeunesse, des affaires politiques et surtout militaires. Aussi feignit-il d'être malade quand son père le chargea de conduire une expédition contre Lorca. Alors, sur un ton badin et un peu ironique, al-Mu‘tamid lui adressa, à cette occasion, un poème de gentils reproches83. Al-Rāḍī répondit par une pièce de vers composée sur le même mètre et avec la même rime pour rassurer son père et se faire pardonner84.

17. Buṯayna (fille d'al-Mu‘tamid)85

  • 85 Nafḥ, IV, p. 284-285 ; Abbadidis, II, p. 153-154 ; Poésie, p. 430-431 ; Séville, p. 114-115 ; Mu't (...)
  • 86 H. Pérès a traduit sept vers de cette pièce qui en compte onze. Cf. Poésie, p. 431 et n. 1.
  • 87 Dīwān, p. 172 ; Mu'tamid, p. 213.

50Cette fille d'al-Mu‘tamid et d'al-Rumaykiyya s'est distinguée, elle aussi, par son talent poétique. Lors de la prise de Séville par les Almoravides, elle tomba entre les mains d'un commerçant qui l'offrit comme concubine à son fils. Elle déclina alors son identité et adressa une pièce de vers à ses parents pour demander leur autorisation avant de devenir l'épouse légitime de ce jeune homme86. Ravi d'avoir enfin des nouvelles de sa fille, al-Mu‘tamid, dans un vers unique87, donna son accord pour ce mariage.

18. Ibn ‘Ammār (Abū Bakr ; m. 478/1085)88

  • 88 Qalā'id, p. 93-111 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 368-433. Ibn Bassām dit qu'il a rassemblé les meilleurs poèm (...)

51Il eut une influence considérable sur al-Mu‘tamid, dans les domaines tant littéraire que politique.

52Arrivé à Séville en 445/1053, il réussit son examen de passage à la cour, comme poète officiel d'al-Mu‘taḍid, et se lia d'amitié avec le jeune prince Muḥammad, le futur al-Mu‘tamid, qui fit de lui son confident et son plus proche collaborateur, alors qu'il était gouverneur de Silves. Mais, quand al-Mu‘taḍid rappela son fils et dauphin à Séville, se rendant compte de l'influence néfaste qu'exerçait Ibn ‘Ammār sur le prince héritier, il donna l'ordre au poète de quitter le pays.

53Cette disgrâce fut très dure pour lui. Depuis son exil forcé, il adressait à son ancien mécène, au très influent vizir Ibn Zaydūn et surtout à son ami intime al-Mu‘tamid des poèmes enflammés, d'une grande valeur technique, dans l'espoir d'infléchir l'impitoyable souverain et de retrouver sa situation d'antan. Cependant rien n'y fit ; et seule la mort du roi, en 461/ 1069, permit le retour d'Ibn ‘Ammār qui fut nommé gouverneur de Silves, où l'on dit qu'il avait passé, jadis, les jours les plus heureux de sa vie.

  • 89 Ses manœuvres surtout pour conquérir Grenade. 'Abd Allāh b. Zīrī considère Ibn ‘Ammār comme le pri (...)
  • 90 Il semble que des vers satiriques mettant en cause I'timād et al-Mu'tamid, et attribués à Ibn ‘Amm (...)

54Cependant, al-Mu‘tamid ne tarda pas à le rappeler auprès de lui ; et dès lors, il allait occuper le devant de la scène politique, surtout après la mort du premier ministre Ibn Zaydūn, en 463/1071. Négociateur habile, il mit tout en œuvre pour avoir de bons rapports avec le nouvel homme fort de la Péninsule, Alphonse VI, et obtenir son concours pour annexer de nouveaux territoires89. Au prix de multiples intrigues et traquenards, il réussit à s'emparer de Murcie et finit par s'arroger le pouvoir et se déclarer indépendant du royaume de Séville (471/1078). Cependant, trahi à son tour par Ibn Rašīq, qui lui avait prêté main forte pour s'emparer de Murcie, il prit le parti de fuir, et parcourut le pays à la recherche d'une autre aventure, jusqu'au jour où il fut livré à al-Mu‘tamid qui, excédé par les agissements ignobles de celui qui avait pourtant été son plus grand ami, le tua de sa propre main (478/1085)90.

  • 91 Qalā'id, p. 110-111 ; A'māl, p. 161 ; Mu'ğib, p. 67-68 ; Ṭawā'if, p. 68-69.

55La production poétique d'Ibn ‘Ammār durant son intense activité politique, c'est-à-dire depuis son retour de Silves jusqu'à sa rébellion puis sa fuite de Murcie, est assez réduite et, en tout cas, sans grande valeur. Mais pendant sa captivité dans la geôle de son bienfaiteur, l'angoisse lui inspira quelques-uns de ses plus beaux poèmes91.

19. Ibn Zaydūn (Abū al-Walīd ; m. 463/1077)92

  • 92 Supra, 90, 91, 183.
  • 93 Cf. Dīwān, introd., éd. Le Caire, 1957 ; Mu'tamid, p. 52.

56Al-Mu‘tamid avait une grande vénération pour Ibn Zaydūn, qui était non seulement un personnage clé de la politique ‘Abbādide depuis plus de vingt ans, mais son maître dans l'art poétique. Il l'aurait initié dans ce domaine, à la demande d'al-Mu‘taḍid93.

  • 94 Voir en particulier Dīwān, n° 142.

57Après la mort de ce dernier, Abū al-Walīd fut la cible de certains détracteurs jaloux. Cependant leurs manœuvres furent déjouées, et le nouveau roi le maintint dans ses fonctions et lui manifesta publiquement sa confiance94.

58Le vieux poète continua de prendre part aux joutes poétiques et aux activités littéraires qui se déroulaient à la cour ; les nombreuses pièces de circonstance présentes dans son Dīwān et dans les anthologies en témoignent. Dans le domaine politique, fort de son expérience cordouane, il contribua efficacement à la conquête de Cordoue (462/1069). Cependant sous prétexte d'apaiser une révolte et, selon toute vraisemblance, à l'instigation d'Ibn ‘Ammār qui voyait d'un mauvais œil son influence grandissante, il fut envoyé à Séville où il mourut au cours de cette mission (463/1071).

20. Ibn Zaydūn (Abū Bakr)95

  • 95 Tibyān, p. 124 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 582-585 (Ibn Bassām cite de lui, dans la notice consacrée à Ibn Ḥ (...)
  • 96 Abū Bakr b. Zaydūn ne serait pas étranger à la fin tragique d'Ibn ‘Ammār qu'il considérait comme r (...)

59À sa mort, Abū al-Walīd b. Zaydūn fut remplacé à la cour ‘Abbādide par son fils Abū Bakr qui, après la disgrâce d'Ibn ‘Ammār, succéda à celui-ci dans les fonctions de premier ministre et dirigea la politique extérieure de Séville de 478/1085 à 484/109196.

60En 478/1085, il fut dépêché, à la tête d'une délégation comprenant des cadis de Cordoue, Badajoz et Grenade, auprès de Yūsuf b. Tāšfīn pour lui demander son concours contre Alphonse VI qui venait de s'emparer de Tolède.

61Dans le domaine littéraire, en revanche, la célébrité du père a étouffé celle du fils dont l'œuvre n'a pas tellement retenu l'attention des anthologues.

21. Ibn al-Qaṣīra (Abū Bakr ; m. 508/1114)97

  • 97 Qalā'id, p. 117-120 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 239-248, 257-268, 273-285 ; Muġrib, I, p. 350 ; Nafḥ, IV, p (...)
  • 98 Dans la notice que lui consacre Ibn Ḫāqān, dans les Qalā'id, on ne trouve que des extraits en pros (...)
  • 99 Cherchant un secrétaire habile pour répondre à une missive du souverain d'Egypte, le prince almora (...)

62D'origine obscure, il connut la célébrité grâce à Abū al-Walīd b. Zaydūn qui le recommanda à al-Mu‘taḍid et réussit à le faire admettre à la cour. Prosateur distingué et diplomate habile, il devint kātib d'al-Mu‘tamid et son ambassadeur auprès de certains Reyes de Taifas. Son œuvre poétique comprend essentiellement des panégyriques et des vers de circonstance sans grande originalité. En revanche, il était doué en prose : on lui doit de nombreux fragments d'épîtres relatant des événements marquants, tels la bataille d'al-Zallāqa, la prise de Cordoue et celle de Lorca98. Après la fin de la dynastie ‘Abbādide, il connut, pendant trois ans environ, une grande misère. Cependant la bonne impression qu'il fit sur Ibn Tāšfīn poussa celui-ci à le nommer secrétaire de son dīwān99.

22. Ibn al-Maṣīṣī (Abū al-Walīd)100

  • 100 Ḏaḫīra, II/l, p. 433-451 ; Muġrib, I, p. 385 ; Nafḥ, IV, p. 307 ; Séville, p. 89.

63D'origine modeste et natif de Silves, il devint poète officiel grâce à l'appui d'Ibn ‘Ammār. Il fut le vizir-secrétaire d'al-Fatḥ b. ‘Abbād, gouverneur de Cordoue.

  • 101 Ḏaḫīra, II/l, p. 433-451.

64Comme tous les poètes de cour, il composa des panégyriques à la gloire de ses maîtres, les ‘Abbādide, et notamment un poème exaltant la valeur d'al-Mu‘tamid à l'occasion de la conquête de Cordoue101.

23. Ibn al-Milḥ (Abū Bakr ; m. 500/1107)102

  • 102 Qalā'id, p. 214-215 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 452-473 ; Muġrib, I, p. 383 ; Nafḥ, III, p. 466, IV, p. 70, (...)

65Originaire de Silves et issu d'un milieu populaire, il débuta comme poète de cour vers la fin du règne d'al-Mu‘taḍid.

  • 103 Ḏaḫīra, II/l, 472-473 ; Nafḥ, IV, p. 263 ; Poésie, p. 334.

66Il se distingua par ses impromptus tant appréciés par al-Mu‘tamid103.

67Biographes et anthologues citent, outre ses panégyriques en l'honneur de ses bienfaiteurs ‘Abbādides, diverses descriptions et quelques extraits de sa poésie amoureuse.

24. Ibn Wahbūn (‘Abd al-Ǧalīl104 ; m. 484/1092)105

  • 104 Qalā'id, p. 278-282 ; Ḏaḫīra, II/l , p. 473-519 (Ibn Bassām avait rassemblé les poèmes d'Ibn Wahbū (...)
  • 105 Il fut tué par des cavaliers chrétiens alors qu'il se rendait à Murcie en compagnie d'Ibn Ḫafāğa. (...)
  • 106 Supra, 184.
  • 107 Ḏaḫīra, I I / l , p. 474-475.
  • 108 À la mort d'al-A'lam, Ibn Wahbūn fit son oraison funèbre dans un poème remarquable. Cf. Ḏaḫīra, II (...)
  • 109 Ibn Wahbūn fut parmi les rares amis d'Ibn ‘Ammār qui lui restèrent fidèles, osèrent intercéder en (...)

68Comme la plupart des poètes d'al-Mu‘tamid, il était issu d'une famille modeste. Il quitta Murcie, sa ville natale, et alla parfaire ses connaissances à Séville où il suivit les cours de philologie d'Al-A‘lam al-Šantamarī106. D'ailleurs, la rivalité entre ce dernier et un autre philologue célèbre, Abū Marwān b. Sirāğ (m. 489/1096)107 révéla les aptitudes du jeune ‘Abd al-Ǧalīl qui avait pris la défense de son maître avec véhémence et un certain brio108 . Son esprit vif et ses improvisations remarquables attirèrent l'attention du vizir-poète Ibn ‘Ammār qui contribua à son admission à la cour ‘Abbādide109.

  • 110 Ibn Bassām porte un jugement sévère sur cet aspect de l'œuvre d'Ibn Wahbūn, en précisant que ce de (...)
  • 111 Exaspéré, un jour, par l'admiration que manifestait al-Mu'tamid à propos d'un vers d'al-Mutanabbī, (...)
  • 112 Qalā'id, p. 14-15 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 245-247 ; Muṭrib, p. 120-121 ; Ḫarīda, notice Ibn Wahbūn ; Po (...)

69Certains poèmes sont truffés de réflexions philosophiques et de considérations pessimistes qui traduisent un orgueil manifeste et une révolte intérieure contre l'injustice du sort à son égard110. Il eut surtout le mérite de réussir dans un genre difficile, la poésie laudative. Intelligent et connaissant parfaitement bien les subtilités de la langue, il est l'auteur de quelques vers laudatifs d'une inspiration très personnelle111 Sa mīmiyya célébrant les exploits d'al-Mu‘tamid à la bataille d'al-Zallāqa est sans doute son chef-d'œuvre112.

  • 113 Ḏaḫīra, II/l, p. 508-509 ; Nafḥ, IV, p. 263.
  • 114 Qalā'id, p. 280-282 ; Séville, p. 200.

70Il connut également un succès certain dans le genre descriptif. Son long poème, décrivant avec force détails un palais d'al-Mu‘tamid appelé al-Zāhī, en est une preuve113. Une autre caractéristique de son œuvre poétique est son attrait non dissimulé pour les éphèbes, attesté par quelques petites pièces il chante sa passion pour les ġilmān114.

  • 115 En plus du traitement régulier qu'il percevait, Ibn Wahbūn recevait souvent des cadeaux de la part (...)

71Bien qu'il ne se soit pas attaché longtemps à la cour de Séville, Ibn Wahbūn est considéré, à juste titre, comme l'un des meilleurs poètes ‘Abbādides. Sa verve poétique, qui rappelle par certains côtés celle d'al-Mutanabbī, l'idole des Andalous, en général, et d'al-Mu‘tamid en particulier, ne laissait pas indifférent ce dernier115.

25. Ibn al-Labbāna (Abū Bakr al-Dānī ; m. 507/1113)116

  • 116 Qalā'id, p. 282-290 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 666-702 ; Muġrib, II, p. 409-416 ; Nafḥ, index ; Pons Boig (...)

72D'extraction modeste, lui aussi, ce poète itinérant originaire de Dénia, comme l'indique sa nisba, fut tour à tour à la solde d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ d'Alméria, d'al-Ma’mūn b. Ḏī al-Nūn de Tolède et d'al-Mutawakkil b. al-Afṭas de Badajoz, avant de faire son entrée à la cour de Séville peu de temps après al-Zallāqa.

  • 117 Cf. Qalā'id, p. 25-26 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 80-81 ; Nafḥ, IV, p. 214-215 ; Mu'ğib, p. 209 ; Poésie, p (...)
  • 118 Cet ouvrage s'intitule Naẓm al-sulūk fī wa'al-mulūk. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 62 ; Nafḥ, IV, p. 215. (...)

73Son œuvre poétique jusqu'à la chute de la dynastie ‘Abbādide ne présente aucun intérêt particulier. Il composa quelques panégyriques à la gloire des ‘Abbādide et surtout d'al-Mu‘tamid, en soulignant le courage dont celui-ci fit preuve au cours de cette mémorable bataille. Cependant la tragédie du roi de Séville inspira au poète ses meilleurs vers. Dans un long poème empreint d'une ardente émotion, il décrit d'une façon vivante et poignante le départ du navire emportant le roi et sa famille vers sa lointaine terre d'exil117. Plus tard, il rendit visite au souverain déchu dans sa prison d'Aġmāt et continua de composer en son honneur d'émouvants poèmes. Même après la mort d'al-Mu‘tamid, il lui resta fidèle et il devait pleurer longtemps les jours heureux passés auprès de lui. D'ailleurs, l'ouvrage118 qu'il allait consacrer aux ‘Abbādide témoigne de cette fidélité exemplaire.

  • 119 Ibn al-Labbāna a composé quelques muwaššaḥāt dont une pièce se termine par une ḫarğa en roman. Cf. (...)

74En 489/1096, al-Dānī se rendit à Majorque où il chercha fortune à la cour de Mubaššar b. Sulaymān dont il fit l'éloge. Tombé en disgrâce, peu de temps après, il mourut misérablement dans cette île119.

26. Ibn Ḥamdīs al-Ṣiqillī (m. 527/1132-1133)120

  • 120 Ḏaḫīra, IV/1, p. 320-342 ; Nafḥ, I, p. 491-496 et index ; Dīwān Ibn Ḥamdīs, Beyrouth, 1960 ; Poési (...)
  • 121 Ibn Ḥamdīs ne fut reçu par al-Mu'tamid qu'au moment où, désespéré, il allait partir chercher fortu (...)

75Originaire de Sicile, il dut s'expatrier en 471/1078-1079 à la suite de la reconquête chrétienne, et se rendit en Espagne où les Mulūk al-Ṭawā’if se disputaient les beaux esprits d'où qu'ils vinssent. Il se fit admettre, non sans peine, à la cour ‘Abbādide121 et composa, notamment, deux poèmes importants pour célébrer les exploits d'al-Mu‘tamid à al-Zallāqa.

  • 122 Cf. Poésie, p. 139.
  • 123 Nafḥ, III, p. 616-617 ; Poésie, p. 289-290.

76Cependant son véritable talent poétique se manifeste dans les vers descriptifs qui occupent une grande place de son Dīwān. Les détails architecturaux sont abondants dans ses descriptions de palais ou de monuments122. Le roi appréciait sa spontanéité et son sens de l'observation. II le manda, une fois, en pleine nuit et l'invita à compléter des hémistiches ayant un rapport avec le genre descriptif123. Après la destitution d'al-Mu‘tamid par les Almoravides, il parcourut le Maġrib et l'Ifrīqiya, avant de mourir à Bougie.

27. Al-Ḥuṣrī (‘Alī ; m. 488/1095)124

  • 124 Ne pas le confondre avec son oncle ou son cousin Ibrahim al-Ḥuṣrī, auteur du Zahr al-ādāb. Cf. Ḏaḫ (...)
  • 125 Certains voient, au contraire, dans le geste d'al-Ḥuṣrī, dénaturé par l'historien al-Marrākušī, l' (...)

77Ce poète aveugle quitta Kairouan, sa ville natale, en 449/1057-1058, après l'invasion hilālienne. Après un séjour à Ceuta, il se rendit, vers 462/1069-1070, en Espagne et s'attacha à la cour de Séville, mettant son talent poétique au service du roi ‘Abbādide, jusque vers 468/1075-1076. Il parcourut ensuite la Péninsule en quête de mécènes, profitant, grâce à sa poésie, de la générosité de certains roitelets et notamment ceux de Malaga, Dénia, Valence, Alméria et Murcie. En 483/1090-1091, il se retira à Tanger où il demeura jusqu'à sa mort. Lors du passage d'al-Mu‘tamid par cette ville sur le chemin de l'exil, en 484/1091-1092, il réunit ses meilleurs poèmes composés quelques années auparavant à la louange de ce prince et les lui offrit. Ce geste fut, dans l'ensemble, mal interprété et la plupart des historiens condamnèrent l'attitude indécente du poète qui, selon eux, s'était comporté, à cette occasion, comme un vulgaire quémandeur125.

28. Ibn ‘Abd al-Ṣamad (Abū Bakr)126

  • 126 Qalā'id, p. 34-35 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 809-818 ; Muġrib, II, p. 203 ; A'māl, p. 165-670 ; Nafḥ, IV, (...)

78Issu d'une famille aisée d'Alméria, traditionnellement lettrée et proche du pouvoir, il fut parmi les derniers mais les plus fidèles poètes d'al-Mu‘tamid. Outre ses panégyriques à l'adresse du roi dont il exalta la valeur et la bravoure manifestée à al-Zallāqa, il composa un poème à la louange du vizir Abū Bakr b. Zaydūn. Il chanta par ailleurs la vie de plaisir, l'amour, le vin, etc.

79Cependant il s'est rendu célèbre surtout par sa dāliyya pathétique composée sur la tombe d'al-Mu‘tamid, à l'occasion du premier ‘īd suivant la mort de celui-ci.

  • 127 Rime -dī, mètre kāmil. Dans A 'māl, p. 165-170, Ibn al-Ḫaṭīb, qui semble apprécier particulièremen (...)

80La quasi-totalité des biographes de l'exilé d'Aġmāt donnent de longs extraits de cette marṯiya et souligne sa facture remarquable127.

29. Al-Fukayk (Abū al-Ḥasan al-Baġdādī)128

  • 128 Ḏaḫīra, IV/1, p. 368-374 ; Nafḥ, III, p. 119-121 ; Poésie, p. 41-42.
  • 129 Un jour, voulant comparer al-Mu'tamid à Salomon, il se travestit en huppe. Cf. Nafḥ, III, p. 119-1 (...)

81Laid et de petite taille, ce poète mineur, émigré de Bagdad en Espagne, avait la réputation d'être un bouffon de cour et un quémandeur éhonté129.

82Il aurait été également un plagiaire sans vergogne qui pillait les œuvres de certains poètes orientaux. Les genres poétiques qu'il pratiquait le plus étaient le panégyrique et la satire.

83Son manque de sérieux et sa légèreté en matière de religion lui valurent d'être emprisonné et, de son cachot sévillan, il adressait des suppliques à al-Mu‘tamid pour l'attendrir et obtenir sa libération.

30. Ġulām al-Bakrī (Abū al-Ḥasan)130

  • 130 Qalā'id, p. 279, 334-337 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 563-573 ; Muġrib, I, p. 348 ; Nafḥ, I, p. 657 ; Sévill (...)
  • 131 Ḏaḫīra, II/2, p. 563.

84Ce client bakrite, contemporain d'Ibn Wahbūn et d'al-Dānī, consacra son talent poétique à la dynastie ‘Abbādide et ne fréquenta, par la suite, aucune autre cour princière131.

  • 132 Rime -lu, mètre ṭawīl. Cf. Qalā'id, p. 334-335 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 564-566.
  • 133 Ḏaḫīra, II/2, p. 570-571.

85Si l'on en juge d'après les fragments qui nous sont parvenus de sa production littéraire, son chef-d'œuvre est une longue lāmiyya d'où se dégage une certaine philosophie pessimiste et une profonde insatisfaction132. Son attachement à al-Mu‘tamid se manifestait non seulement à travers les louanges qu'il lui adressait à différentes occasions, mais également dans les descriptions aussi minutieuses qu'enthousiastes des palais somptueux de son généreux mécène133.

CONCLUSION

86La liste de ces poètes et prosateurs qui ont gravité autour des princes ‘Abbādides est loin d'être exhaustive. Néanmoins, nous pensons avoir mentionné les plus illustres et les plus représentatifs d'entre eux. Un nombre aussi considérable de lettrés constitue la preuve d'une intense et indéniable activité littéraire.

87Ainsi, les ‘Abbādide qui étaient sur le point de refaire pour leur compte l'unité du pays, ont réussi à s'imposer comme les champions de la cause arabo-andalouse contre leur principal ennemi, les Berbères. Grâce à leur mécénat, de plus en plus ouvert aux couches les plus modestes de la société, ils s'employèrent à faire triompher leurs propres valeurs contre celles de ces rudes et frustes Africains.

Notes

1 Ce fut, très nettement, le royaume le plus considérable. L'abondante bibliographie dont nous disposons sur cette question en est une preuve. Cf. surtout ; Tibyān, index ; Ḏaḫīra, II/l et index ; Bayān, III, p. 193 et suiv. ; Muġrib, I, p. 237-351 ; Nafḥ, I, p. 438-440, IV, p. 226-228, p. 241-242 ; A‘māl, p. 152-170 ; Abbadidis, où la plupart des extraits relatifs aux 'Abbādides ont été groupés ; Séville ; Ṭawā’if, p. 31-80 ; Mu’tamid ; E.I.2, I, p. 5-7, art. « 'Abbādides » (E. Lévi-Provençal) ; Party-Kings, p. 95.

2 Il fut le premier personnage issu de cette famille à jouer un rôle important. Il profita de l'anarchie pendant la fitna pour prendre en main la direction des affaires avec la collaboration d'un certain nombre de notables sévillans.

3 Lorsqu'al-Qāsim b. Ḥammūd, chassé par les Cordouans après son second règne, voulut revenir à Séville (supra, 29), les Sévillans refusèrent de le recevoir et confirmèrent le conseil des sages qui gérait les affaires de la cité. Le membre le plus influent de ce conseil était Abū al-Qāsim qui devint, petit à petit, le maître incontesté de cet État indépendant.

4 Bayān, III, p. 197 sqq, p. 244 et 249 ; A'māl, p. 154 ; Ṭawā'if, p. 37-38 ; Mu'tamid, p. 21-22 et n. 25 ; supra, 27, et n. 10.

5 Bayān, III, p. 188-189.

6 Ǧaḏwa, p. 29-30 ; Ṭawā'if, p. 38-39.

7 Ḏaḫīra, H/1, p. 23-41 ; Bayān, III, p. 204 sqq ; A'māl, p. 155-157 ; H.M.E., III, p. 50 sqq ; Abbadidis, I, p. 241 sqq ; Séville, p. 56-59 ; Ṭawā'if, p. 39-58 ; Mu’tamid, p. 22-27.

8 Bayān, III, p. 298-299 ; H.M.E., III, p. 50, 238 ; Party-Kings, p. 91.

9 Grande confusion dans les dates. Cf. Bayān, III, p. 298-299 ;Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 43 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 93.

10 Bayān, III, p. 204, 213, 240-242 ; H.M.E., III, p. 53 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 43 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 88.

11 Bayān, III, p. 299-301 et index ; H.M.E., III, p. 50 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 40-42 ; Mu'tamid, p. 22 ; Party-Kings, p. 92 ; E.I.2, V, p. 591-592, art. « Labla » (J. Bosch Vilá).

12 Bayān, III, p. 296-298 ; A'māl, p. 209 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if p. 43-44 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 95-96.

13 Le père du géographe, Abū 'Ubayd al-Bakrī ; cf. supra, 131.

14 Supra, 68.

15 Bayān, III, p. 218, 231, 242-243 ; H.M.E., III, p. 63 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 47-48 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 83 ; E.I.2, II, p. 537-538, art. « al-Ḏjazīra al-Ḵẖaḍrā' » (A. Huici Miranda).

16 Bayān, III, p. 213, 249 ; H.M.E., III, p. 63-64 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if p. 53 ; Mu'tamid, p. 21-22.

17 Bayān, III, p. 270 ; Ṭawā'if, p. 45.

18 Bayān, III, p. 271-273 ; H.M.E., III, p. 55 ; Ṭawā'if p. 45.

19 Bayān, III, p. 208, 312-313 ; H.M.E., III, p. 56-60 ; Séville, p. 57-58 ; Ṭawā'if, p. 46-47 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 93.

20 Bayān, III, p. 214, 271, 295-296 ; H.M.E., III, p. 57 ; Séville, p. 57 ; Ṭawā'if, p. 46 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 91.

21 Bayān, III, p. 294 et index ; H.M.E., III, p. 57 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if, p. 46-46 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 84 ; E.I.2, I, p. 654-655, art. « Arkusẖ » (A. Huici Miranda).

22 Bayān, III, p. 312 ; H.M.E., III, p. 49-50 ; Séville, p. 58 ; Ṭawā'if, p. 47 ; Mu'tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 86 ; H. R. Idris, « Les Birzālides de Carmona », dans Andalus, XXX, 1965, p. 49-62 ; E.I.2, IV, p. 692, art. « ḳarmūna » (J. Bosch Vilá).

23 Les raisons de ce désaccord et les circonstances exactes de cet événement sont assez obscures. Cf. Bayān, III, p. 244-249 ; H.M.E., III, p. 256-259 ; Ṭawā'if, p. 48-52 ; Mu'tamid, p. 27.

24 Qalā'id, p. 20-22 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 47-50 ; Bayān, III, p. 273-275 ; Tibyān, dans Andalus, III, 1935, p. 275-276 ; H.M.E., III, p. 68-69 ; Séville, p. 100-104 ; Mu'tamid, p. 57-58.

25 Supra, 90.

26 Qalā'id, p. 12-13 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 609-614, II/l, p. 266-273, Bayān, III, p. 257-261 ; A'māl, p. 149-152, 157-159 ; Nafḥ, I, p. 623-627 ; H.M.E., III, p. 97-101 ; Islam d'Occident, p. 118-119 ; Séville, p. 131-132 ; Ṭawā'if, p. 61.

27 Supra, 115.

28 Supra, 150.

29 Muġrib, I, p. 389-391 ; A'māl, p. 160-162 ; H.M.E., III, p. 109-112 ; Séville, p. 174-190 ; Ṭawā'if, p. 65-70 ; Mu'tamid, p. 64.

30 Infra, 201.

31 Supra, 70.

32 Sur la fin du règne 'abbādide, cf. en particulier Qalā'id, p. 23-35 ; A'māl, p. 164 sqq ; H.M.E., III, p. 138 sqq ; Séville, p. 134-150 ; Mu'tamid, p. 79-90.

33 Badī‘, passim ; Ḏaḫīra, II/l, p. 13-23 ; Nafḥ, IV, p. 242 ; Poésie, index ; Séville, p. 62-63 ; Ṭawā'if, p. 39.

34 Ḏaḫīra, II/l, p. 28-32 ; Bayān, III, p. 208-209, 285 ; A'māl, p. 155-157 ; Nafḥ, IV, p. 242-243 ; Séville, p. 63-64 ; Ṭawā'if, p. 56-58 ; Mu'tamid, p. 47.

35 Ḏaḫīra, II/l, p. 29 ; Bayān, III, p. 285. Ce recueil ne nous est pas parvenu. Les vers d'al-Mu'taḍid ont été publiés à la suite du Dīwān d'Ibn Zaydūn par Kāmil Kīlānī et 'Abd al-Raḥmān Ḫalīfa, Le Caire, 1351/1932, p. 370-376. Ils ont été publiés plus récemment par R. Souissi dans Revue de la Faculté de Pédagogie de Tripoli, n° 4, 1974.

36 Ḏaḫīra, II/l, p. 32 ; Bayān, III, p. 208-209 ; Nafḥ, IV, p. 243 ; Dīwān, n° 21, 8 vers ; infra, 245.

37 Nafḥ, IV, p. 243-244 ; Poésie, p. 74-75.

38 Ǧaḏwa, p. 107 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 135-158 ; Muġrib, I, p. 258 ; Nafḥ, III, p. 477-478 ; Poésie, p. 186 ; Séville, p. 67-68 ; E.I.2, III, p. 695, art. « Ibn al-Abbār » (M. Ben Cheneb).

39 Ḏaḫīra, II/l, p. 105-112 ; Maṭmaḥ, p. 23-24 ; Muġrib, I, p. 96-97 ; Nafḥ, III, p. 544-545 ; Poésie, p. 365, et index ; Séville, p. 65-66.

40 Ce recueil, qui comprend des extraits d'auteurs andalous ainsi que des textes composés par Ibn Maslama lui-même, est l'une des sources de la Ḏaḫīra.

41 Maṭmaḥ, p. 23 ; Séville, p. 66.

42 Ǧaḏwa, p. 152 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 124-135 ; Muġrib, I, p. 250 ; Nafḥ, III, p. 427-429 ; Poésie, index ; Séville, p. 69-70 ; supra, 13.

43 Supra, 13.

44 Dans Badī‘, p. 52 sqq, al-Ḥimyarī donne cette épître en entier, précédée de celle d'Ibn Burd, dans sa version intégrale également. De larges extraits de ces deux risāla-s ont été reproduits dans Ḏaḫīra, II/l, p. 127-132. Sur ce genre de "débat" entre deux fleurs que l'on fait parler, ou entre deux écrivains au sujet de deux fleurs qui se disputent la précellence, cf. Poésie, p. 183-185 ; Maqāma-s, p. 11 ; infra, 280, 311 sqq.

45 Badī‘, passim ; Ǧaḏwa, notice n° 927 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 215-218 ; Nafḥ, III, p. 73-74, IV, p. 25 ; Poésie, index ; Séville, p. 68 \ Revue al-Mawrid, XIV/1, p. 85-114, Bagdad, 1985.

46 Cf. Revue al-Mawrid, XIV/1, p. 85-90, Bagdad, 1985.

47 Originaire de Séville, il émigra à Cordoue et mourut très âgé, en 367 H. Cf. Ibn Sa’īd, Rāyāt al-mubarrizīn, p. 40.

48 Plus de vingt pièces (de 1 à 20 vers) consacrées surtout aux jardins et au printemps figurent dans le Badī‘, qui est la source principale pour la poésie d'Ibn al-Qūṭiyya.

49 Ḏaḫīra, II/l, p. 81-94 ; Muġrib, I, p. 239-240 ; Nafḥ, II, p. 93-94 ; Poésie, p. 439.

50 Ḏaḫīra, III/1, p. 179-190 ; Bayān, III, p. 225, 227, 253.

51 Ḏaḫīra, II/l, p. 83. Il fut vengé, plus tard, par son fils Abū al-Qāsim qui encouragea, avec d'autres mécontents, Yūsuf b. Tāšfīn à détrôner al-Mu'tamid. Cf. Nafḥ, II, p. 94.

52 Ǧaḏwa, p. 65, 283 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 112-124 ; Muġrib, I, p. 252-253 ; Séville, p. 72-73.

53 Il fit l'éloge d'al-Mu'tamid à l'occasion de la reconquête de Cordoue en 467/1075, date à laquelle on perd définitivement sa trace.

54 Supra, 182.

55 Ḏaḫīra, II/l, p. 113-118.

56 Sur Ibn Zaydūn, cf. références bibliographiques, supra, p. 119. Nous nous intéressons ici à la période de sa vie passée au service des 'Abbādide.

57 Supra, 103 ; infra, 184, 189.

58 Ǧaḏwa, p. 296 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 158-186 ; Muġrib, I, p. 250-252 ; Nafḥ, III, p. 266, 429 ; Poésie, index ; Séville, p. 74-75.

59 Supra, 177, 178.

60 Qalā'id, p. 206-209 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 125-226 ; Bayān, III, p. 244-248 ; Muġrib, II, p. 402-403 ; Nafḥ, I, p. 597-598.

61 Cette épître figure dans la plupart des anthologies et des recueils biographiques.

62 Supra, 103, 104.

63 Nafḥ, III, p. 452, 608 ; Poésie, p. 59, 74-75.

64 Poésie, p. 59.

65 Sur les circonstances de sa réception, voir Nafḥ, IV, p. 243-244 ; reprod. dans Poésie, p. 74-75. Ibn Ǧāḫ survécut à al-Mu'taḍid et demeura, après lui, quelque temps à la cour 'abbādide.

66 Ḏaḫīra, II/l, p. 474 ; Bayān, III, p. 284 ; Nafḥ, III, p. 184, IV, p. 75 et index ; Poésie, p. 29, 58.

67 Il est également l'auteur d'un commentaire du Dīwān d'al-Mutanabbī. Cf. Nafḥ, III, p. 184.

68 Ḏaḫīra, IV/1, p. 169-238 et index ; Nafḥ, index ; Poésie, p. 194, 2 3 8 ; Ifriqiya, p. 116-124 ; Dā'irat al-ma'ārif, III, p. 259-260 ; E.I.2, III, p. 960-961, art. « Ibn Sẖaraf al-ḳayrawānī » (Ch. Pellat) ; infra, 209, 211.

69 Ibn Šaraf fit parvenir à al-Mu'taḍid, la première fois, cinq panégyriques accompagnés d'une épître adressée au vizir Abū al-Walīd b. Zaydūn. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 172 sqq.

70 Il aurait dédié cet ouvrage, auparavant, à Bādīs b. Ḥabūs, prince de Grenade. Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 177.

71 De nombreux biographes, historiens et chercheurs se sont intéressés à la vie et à l'œuvre d'al-Mu'tamid. Voir en particulier : Qalā'id, p. 4-35 (la première et la plus longue notice de cet ouvrage) ; Ḏaḫīra, II/l, p. 41-81 (Ibn Bassām dit qu'il avait consacré un ouvrage à al-Mu'tamid intitulé : al-I'timād 'alā mā ṣaḥḥa min ši'r al- Mu'tamid b. 'Abbād. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 81) ; Nafḥ, index ; Abbadidis, I, chap. al- Mu'tamid ; H.M.E., III, p. 93-173 ; Poésie, index ; Séville, p. 83-150 et passim ; Ṭawā'if, p. 59-80 ; Mu'tamid.

72 Civilisation, p. 45-49 ; Poésie, p. 58.

73 Après la chute de Kairouan, en 449/1057-1058, un grand nombre de lettrés ifrīqiyens se rendirent en Espagne et notamment à Séville. Ibn Šaraf et al-Ḥuṣri furent parmi les plus célèbres d'entre eux. Ce fut le cas aussi de certains Siciliens, tel Ibn Ḥamdīs, après la reconquête de l'île par les Chrétiens. Cf. infra, 231 sqq.

74 Dīwān, p. 104, rime -ru, mètre basīṭ ; Qalā'id, p. 21-22 ; Ḏaḫīra, I I / l , p. 47-48 ; Bayān, III, p. 275 ; Séville, p. 102 ; Mu'tamid, p. 57-58 ; supra, 178.

75 Ḥulla, II, p. 55 ; H.M.E., III, p. 175 ; Séville, p. 106-107.

76 Mêmes références que pour al-Mu'tamid, et plus spécialement : Nafḥ, I, p. 440, IV, p. 211-213, 212-214 ;Abbadidis, II, p. 151-153, 234 ; H.M.E., III, p. 86-89 ; Poésie, p. 141, 203, 325-326, 399, 430 ; Séville, p. 108-114 ; Ṭawā'if, p. 67-68 ; Mu'tamid, p. 58-59.

77 Cf. García Gómez, Poesía, p. 70.

78 Dīwān al-Mu'tamid, p. 76, rime -ad, mètre ramal. Ce vers, d'authenticité douteuse, est l'unique vers attribué à I'timād. Dans Nafḥ, III, p. 606-607, al-Maqqarī, qui cite Badā'i', attribue le premier hémistiche à Ibn Ḥamdīs et le deuxième à Abū Tammām Ġālib b. Rabāḥ al-Ḥağğāğ. Sur cette question, voir aussi Nafḥ, IV, p. 211-212 ; Poésie, p. 203 et n. 1 ; Ṭawā'if, p. 67 ; Mu'tamid, p. 58-59.

79 Ḥulla, II, p. 68 ; A'māl, p. 245-246 ; Abbadidis, II, p. 71 ; Poésie, p. 39, 137 ; Séville, p. 115-116 ; Mu'tamid, p. 76-77.

80 Il jouait du luth. Cf. Ḥulla, II, p. 68.

81 Poésie, p. 137.

82 Qalā'id, p. 35-40 ; Ḥulla, II, p. 68-77 ; Nafḥ, I, p. 661-662, IV, p. 249-256 ; Poésie, p. 39, p. 435-436 ; Séville, p. 115-116, 143-144.

83 Dīwān, p. 141 ; Qalā'id, p. 38-39 ; Nafḥ, IV, p. 253-254 ; Poésie, p. 435-436.

84 Qalā'id, p. 39-40 ; Nafḥ, IV, p. 254-255 ; Poésie, p. 436.

85 Nafḥ, IV, p. 284-285 ; Abbadidis, II, p. 153-154 ; Poésie, p. 430-431 ; Séville, p. 114-115 ; Mu'tamid, p. 77, 213.

86 H. Pérès a traduit sept vers de cette pièce qui en compte onze. Cf. Poésie, p. 431 et n. 1.

87 Dīwān, p. 172 ; Mu'tamid, p. 213.

88 Qalā'id, p. 93-111 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 368-433. Ibn Bassām dit qu'il a rassemblé les meilleurs poèmes d'Ibn ‘Ammār dans un recueil portant le titre de Nuḫbat al-iḫtiyār min aš'ār ḏī al-wizāratayn Abī Bakr b. ‘Ammār. Cf. Ḏaḫīra II/l, p. 477 ; Muġrib, I, p. 389-391 ; A'māl, p. 159-162, 187 ; Nafḥ, I, p. 652-656 ; Séville, p. 151-191 ; S. Ḫālis, Ibn ‘Ammār ; Ṭawā'if p. 68-69 ; Ṯarwat Abāẓa, Ibn ‘Ammār (collection Iqra') ; E.I.2, III, p. 727-728, art. « Ibn ‘Ammār » (Ch. Pellat).

89 Ses manœuvres surtout pour conquérir Grenade. 'Abd Allāh b. Zīrī considère Ibn ‘Ammār comme le principal responsable de son différend avec al-Mu'tamid. (Cf. Tibyān, 82 et passim).

90 Il semble que des vers satiriques mettant en cause I'timād et al-Mu'tamid, et attribués à Ibn ‘Ammār, aient été l'une des causes déterminantes de la mise à mort de celui-ci. Cf. Nafḥ, IV, p. 212-213. Le vizir Abū Bakr b. Zaydūn, qui fut l'un des ennemis acharnés d'Ibn ‘Ammār, aurait joué un rôle important dans cette affaire. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 429.

91 Qalā'id, p. 110-111 ; A'māl, p. 161 ; Mu'ğib, p. 67-68 ; Ṭawā'if, p. 68-69.

92 Supra, 90, 91, 183.

93 Cf. Dīwān, introd., éd. Le Caire, 1957 ; Mu'tamid, p. 52.

94 Voir en particulier Dīwān, n° 142.

95 Tibyān, p. 124 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 582-585 (Ibn Bassām cite de lui, dans la notice consacrée à Ibn Ḥayyān, un court fragment d'une épître amicale adressée à cet historien, suivi de la réponse de ce dernier) ; Nafḥ, IV, p. 359 ; H.M.E., III, p. 110 sqq ; Séville, p. 134 ; Ṭawā'if, p. 77 ; Mu'tamid, p. 64, 67.

96 Abū Bakr b. Zaydūn ne serait pas étranger à la fin tragique d'Ibn ‘Ammār qu'il considérait comme responsable du mauvais traitement subi par son père vers la fin de sa vie. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 429 ; supra, 189.

97 Qalā'id, p. 117-120 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 239-248, 257-268, 273-285 ; Muġrib, I, p. 350 ; Nafḥ, IV, p. 361, 365-366, VII, p. 30 ; Séville, p. 88-89 ; Poésie, p. 137.

98 Dans la notice que lui consacre Ibn Ḫāqān, dans les Qalā'id, on ne trouve que des extraits en prose, dont une courte épître répondant à une missive d'al-Fatḥ b. Ḫāqān. Cf. Qalā'id, p. 118.

99 Cherchant un secrétaire habile pour répondre à une missive du souverain d'Egypte, le prince almoravide se souvint de lui et fit appel à ses services. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 240.

100 Ḏaḫīra, II/l, p. 433-451 ; Muġrib, I, p. 385 ; Nafḥ, IV, p. 307 ; Séville, p. 89.

101 Ḏaḫīra, II/l, p. 433-451.

102 Qalā'id, p. 214-215 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 452-473 ; Muġrib, I, p. 383 ; Nafḥ, III, p. 466, IV, p. 70, 148, 263 ; Poésie, p. 334 ; Séville, p. 89.

103 Ḏaḫīra, II/l, 472-473 ; Nafḥ, IV, p. 263 ; Poésie, p. 334.

104 Qalā'id, p. 278-282 ; Ḏaḫīra, II/l , p. 473-519 (Ibn Bassām avait rassemblé les poèmes d'Ibn Wahbūn, en les classant par ordre alphabétique, dans un recueil intitulé Kitāb al-iklīl al-muštamil 'alā ši'r 'Abd al-Ǧalīl. Ce recueil ne nous est pas parvenu. Cf. Ḏaḫīra, II/l , p. 477) ; Muṭrib, p. 118-123 ; Nafḥ, I, p. 657 ; Abbadidis, I, p. 50, 116-117 ; A. Ḍayf, Balāġa, p. 121-128 ; Poésie, index ; Séville, p. 193-212 ; E.I.2, III, p. 987, art. « Ibn Wahbūn » (Ch. Pellat) ; le même, « Šā'ir andalusī mutašā'im : 'Abd al-Ǧalīl b. Wahbūn », dans Mağallat al-Fayṣal, juin 1979, p. 50-52.

105 Il fut tué par des cavaliers chrétiens alors qu'il se rendait à Murcie en compagnie d'Ibn Ḫafāğa. Selon certaines sources, il serait mort en 533/1138-1139.

106 Supra, 184.

107 Ḏaḫīra, I I / l , p. 474-475.

108 À la mort d'al-A'lam, Ibn Wahbūn fit son oraison funèbre dans un poème remarquable. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 478-479.

109 Ibn Wahbūn fut parmi les rares amis d'Ibn ‘Ammār qui lui restèrent fidèles, osèrent intercéder en sa faveur auprès d'al-Mu'tamid et pleurèrent sa mort. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 431 ; Poésie, p. 102 ; Séville, p. 201.

110 Ibn Bassām porte un jugement sévère sur cet aspect de l'œuvre d'Ibn Wahbūn, en précisant que ce dernier a subi, sur ce point, l'influence d'al-Mutanabbī et surtout d'al-Ma'arrī. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 479-482.

111 Exaspéré, un jour, par l'admiration que manifestait al-Mu'tamid à propos d'un vers d'al-Mutanabbī, Ibn Wahbūn ne put s'empêcher d'exprimer son sentiment dans ce vers : « Infatué de sa poésie, il s'est cru prophète, mais s'il avait su qu'un jour tu réciterais ses vers, il se serait pris pour Dieu » (trad. Ch. Pellat, dans Langue et littérature arabes, p. 123. Cf. aussi Nafḥ, III, p. 194 ; Poésie, p. 35-36).

112 Qalā'id, p. 14-15 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 245-247 ; Muṭrib, p. 120-121 ; Ḫarīda, notice Ibn Wahbūn ; Poésie, p. 101-102 ; Séville, p. 206.

113 Ḏaḫīra, II/l, p. 508-509 ; Nafḥ, IV, p. 263.

114 Qalā'id, p. 280-282 ; Séville, p. 200.

115 En plus du traitement régulier qu'il percevait, Ibn Wahbūn recevait souvent des cadeaux de la part du roi qui appréciait particulièrement son talent poétique. Cf. Muṭrib, p. 118.

116 Qalā'id, p. 282-290 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 666-702 ; Muġrib, II, p. 409-416 ; Nafḥ, index ; Pons Boignes, Ensayo, p. 172-175 ; Poésie, index ; Séville, p. 213-233 ; E.I. 2, III, p. 876-877, art. « Ibn al-Labbāna » (F. de la Granja).

117 Cf. Qalā'id, p. 25-26 ; Ḏaḫīra, II/l, p. 80-81 ; Nafḥ, IV, p. 214-215 ; Mu'ğib, p. 209 ; Poésie, p. 102-103.

118 Cet ouvrage s'intitule Naẓm al-sulūk fī wa'al-mulūk. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 62 ; Nafḥ, IV, p. 215. Ibn al-Abbār cite, en plus, deux autres ouvrages. Cf. Taknila, p. 145. Mais aucun de ces trois ouvrages ne nous est parvenu.

119 Ibn al-Labbāna a composé quelques muwaššaḥāt dont une pièce se termine par une ḫarğa en roman. Cf. infra, 286 et n. 358.

120 Ḏaḫīra, IV/1, p. 320-342 ; Nafḥ, I, p. 491-496 et index ; Dīwān Ibn Ḥamdīs, Beyrouth, 1960 ; Poésie, p. 139, 289-290 et index ; Ifriqiya, p. 190-192 ; E.I.2, III, p. 806-807, art. « Ibn Ḥamdīs », (U. Rizzitano).

121 Ibn Ḥamdīs ne fut reçu par al-Mu'tamid qu'au moment où, désespéré, il allait partir chercher fortune ailleurs. Cf. Nafḥ, III, p. 616 ; Poésie, p. 74.

122 Cf. Poésie, p. 139.

123 Nafḥ, III, p. 616-617 ; Poésie, p. 289-290.

124 Ne pas le confondre avec son oncle ou son cousin Ibrahim al-Ḥuṣrī, auteur du Zahr al-ādāb. Cf. Ḏaḫīra, II/l, p. 66-67, IV/1, p. 245-283 ; Nafḥ, index ; Poésie, index ; Ifriqiya, p. 181-185 ; E.I.2, III, p. 660-602, art. « al-Ḥuṣrī » (Ch. Bouyahia) ; Abū al-Ḥasan al-Ḥuṣrī al-Qayrawānī, de Muḥammad al-Marzūqī et al-Ǧīlānī b. al-Ḥāğğ Yaḥyā, Tunis, 1963.

125 Certains voient, au contraire, dans le geste d'al-Ḥuṣrī, dénaturé par l'historien al-Marrākušī, l'expression d'un « suprême et touchant hommage à son ancien mécène ». Cf. Mu'ğib, p. 144 ; Ifriqiya, p. 182, n. 1.

126 Qalā'id, p. 34-35 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 809-818 ; Muġrib, II, p. 203 ; A'māl, p. 165-670 ; Nafḥ, IV, p. 259 ;E. I.2, III, p. 699, art. « Ibn 'Abd al-Ṣamad » (F. de la Granja).

127 Rime -dī, mètre kāmil. Dans A 'māl, p. 165-170, Ibn al-Ḫaṭīb, qui semble apprécier particulièrement ce poème, en cite 104 vers, d'après Ibn al-Ṣayrafī.

128 Ḏaḫīra, IV/1, p. 368-374 ; Nafḥ, III, p. 119-121 ; Poésie, p. 41-42.

129 Un jour, voulant comparer al-Mu'tamid à Salomon, il se travestit en huppe. Cf. Nafḥ, III, p. 119-121 ; Poésie, p. 41-42, et n. 1.

130 Qalā'id, p. 279, 334-337 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 563-573 ; Muġrib, I, p. 348 ; Nafḥ, I, p. 657 ; Séville, p. 90.

131 Ḏaḫīra, II/2, p. 563.

132 Rime -lu, mètre ṭawīl. Cf. Qalā'id, p. 334-335 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 564-566.

133 Ḏaḫīra, II/2, p. 570-571.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search