Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XIX. Le royaume de Saragosse1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Tibyān, p. 77-81 ;Ḏaḫīra,I/I, p. 180-188, III/l, p. 179-190, 418-426, IV/1, p. 265-268 ; Qalā‘id, (...)
  • 2 H.E.M., I, p. 119.
  • 3 E.I.1, s.v., art. « Tudjībides » (E. Lévi-Provençal) ; Ṭawā’if, p. 264-265.

1Depuis la conquête d'al-Andalus, l'autorité du pouvoir central de Cordoue sur la province de Saragosse n'a pas toujours été effective et sans accrocs. Son éloignement de la capitale permettait à la Marche supérieure d'avoir une semi-indépendance2. En effet, c'était pour mettre fin à la puissance d'une famille aragonaise d'origine wisigothe, celle des Banū Qaṣī, que l'émir de Cordoue, Muḥammad Ier (m. 273/886), entérina la prise en main de cette province par ‛Abd al-Raḥmān b. ‘Abd al-‘Azīz al-Tuğībī, chef de la famille arabe des Banū Tuğīb, fixée dans l'Aragon depuis la conquête de la Péninsule3.

  • 4 Ḏaḫīra, 1/1, p. 180 ; Bayān, III, p. 175 ; A‘mal, p. 196 ; H.E.M., III, p. 59.
  • 5 Ibn Hayyān critique sévèrement l'attitude de Munḏir b. Yahyā qu’il qualifie de traître. Cf. Ḏaḥīra(...)
  • 6 Bayān, III, p. 126-127 ; H.M.E., II, p. 315-318 ; H.E.M., II, p. 330 ; Ṭawā’if, p. 266-267.
  • 7 Bayān, III, p. 163-164 ; Ṭawā’if p. 267 ; infra, 213, 214.

2Depuis, officiellement vassaux de Cordoue, les Banū Tuğīb cependant gouvernèrent en bénéficiant d'une grande marge de manœuvre. En se déclarant indépendant dès le début de la fitna, Munḏir b. Yaḥyā al-Tuğībī, gouverneur de Saragosse depuis la fin du régime ‘āmiride, se contenta en réalité de consolider un état de fait préexistant4. En tout cas, il est considéré comme le véritable fondateur de l'un des royaumes des Taifas les plus vastes et les plus puissants. Ses intérêts du moment lui dictèrent dans un premier temps de courir au secours du calife Hišām II, qu’il n'hésita pas à trahir par la suite. En effet, il participa à la prise de Cordoue en combattant aux côtés des troupes de Sulaymān al-Musta‘īn qui, en guise de reconnaissance, le confirma dans la possession de la Marche supérieure5. Plus tard, il trahit la cause de ‘Alī b. Ḥammūd et rejoignit le clan des Esclavons ‘āmirides qui voulaient expulser de Cordoue l'usurpateur idrīside et le remplacer par le prétendant umayyade, al-Murtaḍā, suscité par le fatā Ḫayrān. L'armée des coalisés se concentra à Jativa, et s'apprêtait à partir attaquer la capitale quand le calife ḥammūdide fut assassiné6. Par la suite, Munḏir se laissa entraîner dans une autre aventure. Valence traversait, depuis la mort de son maître, le fatā Mubārak (408/1017), une grave crise politique. Le successeur de ce dernier, l'Esclavon Labīb, mécontenta la majorité des Valenciens qui, pour le remplacer, firent appel au roi de Saragosse. Cependant ces tractations furent mal vues par Muğāhid de Dénia qui avait lui aussi des visées sur ce territoire et des partisans dans la population. Ce fut donc l'épreuve de force entre les deux prétendants. Pour éviter le pire, les Esclavons ‘āmirides tombèrent d'accord, en 411/1021, pour proclamer roi de Valence ‘Abd al-‘Azīz b. ‘Abd al-Raḥmān (Sanchol) b. Abī ‘Âmir, le petit-fils de leur patron, le grand al-Manṣūr7.

  • 8 H.E.M., I, p. 157.
  • 9 Ibn Bassām ajoute que nombreux étaient ceux qui, sur le moment, désapprouvèrent l'attitude de Mu (...)

3Tout le long de son règne, Munḏir essaya de pratiquer une politique de bon voisinage avec les Chrétiens du nord. Il s'allia aux comtes de Barcelone et de Castille. Plusieurs facteurs l'ont conduit à adopter cette attitude. D'abord, l'éloignement du centre de l'Andalousie et la proximité immédiate de l'ennemi héréditaire, les États sous domination chrétienne. En outre, probablement plus que Tolède (la Marche moyenne), Saragosse était en majeure partie peuplée de Muwallad-s8, et Musulmans et Chrétiens s'y rencontraient quotidiennement. Le souverain de la Marche d'Aragon dut tenir compte de cette réalité et agir en conséquence. Dans sa Ḏaḥīra, Ibn Bassām rapporte un événement qui illustre bien cette coexistence pacifique et ces bons rapports entre les deux communautés. Ce fut dans le palais de Munḏir b. Yaḥyā à Saragosse que l'on célébra les noces de Raymond de Catalogne et de la fille de Don Sancho de Castille, nous apprend l'anthologue andalou qui précise que cette grande cérémonie s'est déroulée en présence d'une grande affluence de personnes des deux religions9.

4Le roi Munḏir mourut en 414/1023, laissant un royaume pacifié et prospère. Nous disposons de très peu de renseignements concernant le court règne de son successeur, son fils Yaḥyā al-Muẓaffar, mort en 420/1029-1030.

  • 10 A l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if, la famille tuğībide se divisa en deux branches, celle des Band Hā (...)
  • 11 On confond très souvent Munḏir Ier avec son petit-fils Munḏir II. Cf. A‘mal, p. 200-201 ; R. Blach (...)
  • 12 Sur les mobiles et les circonstances de ce meurtre, cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 185-188 ; Bayān, III, p. 1 (...)

5Le troisième et dernier souverain tuğībide10 de Saragosse fut Munḏir II b. Yaḥyā b. Munḏir al-Tuğībī, Mu‘izz al-Dawla al-Manṣūr11. Il dirigea son royaume avec compétence jusqu'en 430/1038-1039, date à laquelle il fut assassiné par son cousin, le général ‘Abd Allāh b. Ḥakam (ou Ḥakīm), parce qu’il refusait de reconnaître le calife Hišām II. Après s'être rendu compte qu’il n'avait aucune chance de se maintenir au pouvoir, le général régicide emmena des otages pour couvrir sa fuite et se réfugia dans la forteresse de Rūṭat al-Yahūd (Rueda de Jalon), dans les environs de Saragosse. À cette occasion, le palais royal fut dévasté par la populace, et des troubles graves secouèrent le pays12.

6Dans cette grande confusion, un homme réussit à s'imposer et à rétablir l'ordre. Ce fut Abū Ayyūb Sulaymān b. Muḥammad b. Hūd al-Ğuḏāmī. D'origine arabe, il occupait, avant l'éclatement de l'empire umayyade d'Occident, un poste important dans l'armée de la Marche supérieure. Il participa à la bataille de Grenade pour combattre les Berbères et défendre la cause de l'anti-calife al-Murṭadā (408/1018). Il était gouverneur de Lérida quand l'ex-calife Hišām III al-Mutadd se réfugia dans cette ville, bénéficiant jusqu'ā sa mort de son hospitalité et de sa protection.

  • 13 À partir de cette époque, les rois chrétiens allaient intervenir de plus en plus fréquemment dans (...)
  • 14 Bayān, III, p. 277-283 ; Amal, p. 178 ; H.M.E., III, p. 74-75 ; Islam d'Occident, p. 113-114 ; Ṭa (...)

7En prenant le pouvoir à Saragosse (muḥarram 431 /septembre-octobre 1039), Sulaymān b. Hūd, l'ex-gouverneur indépendant de Lérida, mit un terme au règne des Banū Tuğīb et inaugura celui d'une autre famille arabe, les Banū Hūd. Il adopta le titre honorifique d'al-Musta‘īn. Soucieux d'agrandir son royaume déjà très vaste, il disputa à al-Ma‘mūn b. Dī al-Nūn, son voisin de l'ouest, la possession de Guadalajara et s'empara de cette ville (436/1044). Le roi de Tolède, qui venait de succéder à son père Ismā‘īl, lui déclara la guerre pour essayer de récupérer ce qu’il estimait être sa propriété, mais il fut vaincu. Alors, il demanda le concours du roi de Léon et de Castille, Ferdinand Ier, qui accepta moyennant une contrepartie financière importante. Cette alliance un peu contre nature, mais qui allait devenir monnaie courante13, ne donna pas le résultat escompté, et seule la mort d'Ibn Hūd, en 438/1046, mit fin à cette guerre fratricide14.

  • 15 Ḏaḫīra, III/1, p. 423-426 ; Bayān, III, p. 223-224 ; Ṭawā’if, p. 272-273.

8Avant de mourir, al-Musta‘in partagea ses possessions entre ses cinq fils. Plus opiniâtre et plus machiavélique que les autres, Ahmad al-Muqtadir, qui eut Saragosse en partage, réussit à écarter ses frères les uns après les autres ; et seul l'aîné, Yūsuf al-Muẓaffar, à qui échut Lérida, lui tint tête jusqu'aux dernières années de son règne. Aussi les deux frères s'épuisèrent-ils mutuellement en s'installant dans une interminable guerre sans merci qui ne fut pas sans conséquences désastreuses pour leurs sujets15.

  • 16 Bayān, III, p. 250, 302 ; ‘Ibar, IV, p. 163 ; Reyes, p. 38-39 ; Ṭawā’if, p. 273-274.
  • 17 La prise de Barbastro inspira de nombreux poètes et prosateurs. L'historien Ibn Hayyān consacre à (...)
  • 18 Tibyān, p. 77-78 ; Ḏaḥīra, IV/1, p. 265-268 ; Bayān, III, p. 155-158, 228 ; Amal, p. 222 ; H.M.E.(...)

9Depuis longtemps, al-Muqtadir guettait l'occasion d'annexer Tortose (Ṭarṭūša), possession esclavonne depuis la fitna. En 452/1060, il s'empara de ce territoire dont les habitants contestaient depuis quelque temps l'autorité de leur chef, le fatā Nabīl16. Cependant l'événement le plus marquant qui eut lieu sous le règne d'al-Muqtadir fut la prise de Barbastro. Au cours de l'été de 456/1064, une armée chrétienne composée principalement de Normands réussit, après un siège de plus d'un mois, à prendre cette ville qui fut livrée au pillage et à toutes sortes d'atrocités. Barbastro faisait partie des possessions de Yūsuf al-Muẓaffar qui n'avait pas les moyens nécessaires pour la défendre. Quant à al-Muqtadir, qui aurait dû se porter au secours de la ville martyre, il n'en fit rien parce qu’il ne se sentait pas concerné. Cependant devant l'ampleur du désastre et face à l'émotion et à l'indignation extrêmes qui secouèrent al-Andalus à cette occasion, il finit par réagir ; grâce à un mouvement de solidarité très important, il parvint, avec l'aide d'un corps d'arbalétriers, à reprendre Barbastro qui était restée neuf mois aux mains des Normands17. En réalisant cet exploit, le prince de Saragosse redora son blason et accrut son prestige, à l'intérieur comme à l'extérieur de ses frontières. Parmi les dernières réalisations de son règne, on comptera l'annexion de Dénia qu’il réalisa en détrônant son gendre, le ‛Āmiride ‘Alī Iqbāl al-Dawla, en 468/1075-107618.

  • 19 Bayān, III, p. 229 ; Ṭawā’if, p. 280.
  • 20 Al-Muqtadir b. Hūd fut le premier prince andalou à inviter le Cid à sa cour et à l'engager à son s (...)

10Le roi de la Marche supérieure entretenait des rapports très fluctuants avec ses voisins chrétiens. Il fut, selon les circonstances, leur tributaire ou leur protégé et parfois même les deux à la fois19. Profitant d'une mésentente entre le roi de Castille, Alphonse VI, et l'un de ses meilleurs stratèges, le Cid, il invita celui-ci à sa cour et lui confia un poste important dans son armée (473/1080), espérant ainsi pouvoir desserrer l'étau des souverains chrétiens qui exigeaient le paiement de tributs de plus en plus lourds20. Peu avant sa mort (474/1081), il suivit l'exemple de son père et partagea ses possessions entre ses deux fils. L'aîné, Yūsuf (le futur al-Mu’tamin), hérita de Saragosse et de sa région, et le cadet, Munḏir, eut Lérida, Monzon, Tortose et Dénia.

11Dès le début, une guerre acharnée éclata entre les deux frères qui demandèrent tous les deux l'aide de leurs voisins chrétiens. Al-Mu‘tamin continua de bénéficier du précieux concours de l'allié de son père, le Campeador, avec son armée de mercenaires castillans. Munḏir obtint, lui, l'assistance du roi d'Aragon, Sancho Ramirez, et de celui de Barcelone, Raymond Beranger. Les premiers remportèrent des succès significatifs sur les seconds ; et le prestige du Cid grandit considérablement à la cour de Saragosse.

  • 21 La diplomatie et la ruse d'Abū Bakr b. ‛Abd al-‘Azīz, le premier ministre de Valence, ne permirent (...)
  • 22 Pour ne pas le confondre avec son ancêtre Sulaymān, qui avait lui aussi porté le titre d'al-Musta‘ (...)
  • 23 Ṭawā’if, p. 286-287 et les références citées.

12Conscient de sa supériorité militaire, al-Mu‘tamin commençait à caresser l'espoir de se rendre maître de Valence21 quand il mourut subitement en 478/1085, après avoir régné seulement quatre ans. Son fils Ahmad al-Musta‘in II22 lui succéda, et dès son avènement, il dut faire face aux ambitions d'Alphonse VI qui, après s'être emparé de Tolède (ṣafar 478/mai 1085), voulait maintenant enlever Saragosse. Il mit le siège devant la capitale hūdide et ne cessa de la harceler jusqu'ā ce qu’il apprît, vers la fin de l'été 479/1086, la nouvelle du débarquement almoravide en Espagne. Alors, les Castillans se retirèrent23.

  • 24 Cf. A’mal, p. 172 ; ‘Ibar, IV, p. 163 ; Reyes, p. 49 ; Ṭawā’if, p. 288-289 et les références citée (...)

13La victoire remportée par les armées musulmanes sur les Chrétiens du nord, à al-Zallāqa (479/1086), n'écarta que provisoirement la menace chrétienne sur la Marche supérieure. En effet, dès 481/1089, Sancho Ramirez, roi d'Aragon, s'empara de Monzon. Après sa mort survenue alors qu’il assiégeait Huesca (487/1094), son fils Pedro Ier infligea une grave défaite à al-Musta‘īn, et enleva cette ville qui avait résisté trente mois (489/1096)24.

14Comme son père, le roi de Saragosse essaya vainement de se rendre maître de Valence. Le Cid, qui avait été longtemps à leur service, fut le plus fort, puisqu’il réussit à conquérir cette cité pour son propre compte en 487/1094.

  • 25 A‘mal, p. 174 ; Reyes, p. 49 ; Ṭawā’if, p. 291.

15Le nouveau roi d'Aragon, Alphonse le Batailleur, qui succéda à son frère Pedro Ier, attaqua Tudèle. Al-Musta‘īn fut tué au cours du combat qui eut lieu en rağab 503/janvier 111025. Son fils, ‘Abd al-Malik 'Imād al-Dawla, lui succéda.

  • 26 A‘mal, p. 175 ; H.M.E., III, p. 154 ; Ṭawā’if p. 292.

16Lors de sa troisième intervention en Espagne, Yūsuf b. Tāšfīn destitua tous les Mulūk al-Ṭawā'if à l'exception d'al-Musta‘īn b. Hūd, parce qu’il voulait faire de la Marche supérieure une sorte d'État tampon entre les Chrétiens du nord et le reste de la Péninsule qui désormais lui appartenait. Cependant des voix de plus en plus nombreuses s'élevèrent à Saragosse pour dénoncer la politique de ‘Imād al-Dawla qui faisait trop souvent appel aux Chrétiens, sollicitant constamment leurs services. Ayant reçu des plaintes dans ce sens, et sur le conseil de quelques fuqahā‘, le prince almoravide, ‘Alī b. Yūsuf b. Tāšfīn, donna l'ordre au gouverneur de Valence, Muḥammad b. al-Ḥāğğ, de prendre Saragosse. Le règne des Hūdides sur la Marche supérieure prit fin au cours du mois de dû al-ḥiğğa 503/juin 111026.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 27 Ḏaḥīra, 1/1, p. 59 sqq ; Amal, p. 197-200 (où l'on trouve une longue qaṣīda de 47 vers adressée à (...)
  • 28 Ḏaḥīra, 1/1, p. 180-181 ; Bayān, III, p. 176 ; Amāl, p. 196.
  • 29 Ḏaḥīra, 1/1, p. 183 ; Bayān, III, p. 177.

17L'activité intellectuelle à Saragosse, au ve/xie siècle, connut deux périodes assez distinctes. La première, celle des princes tuğībides, fut marquée surtout par les règnes de Munḏir Ier (m. 414/1023) et de Munḏir II (m. 430/1038-1039) qui eurent tous les deux la réputation d'avoir grandement contribué au développement des belles-lettres et d'avoir été de généreux mécènes. D'après ses biographes, Munḏir Ier était bon cavalier, généreux et doué d'une certaine culture. Sa prodigalité attirait auprès de lui beaucoup de monde, et notamment des panégyristes célèbres qui louèrent ses mérites. C'est ainsi qu'Ibn Darrāğ al-Qasṭallī, après avoir parcouru le Levante, chantant la gloire des Esclavons ‘āmirides, se rendit à la cour de Saragosse et devint le chantre de Munḏir Ier puis de son fils Yaḥyā27. Munḏir Ier possédait un grand nombre d'esclaves chanteuses qu’il choisissait parmi les plus belles et les plus talentueuses28. Parmi ses ministres, il eut des kuttāb distingués29.

  • 30 Ḏaḥīra, 1/1, p. 132, 188 ; Bayān, III, p. 180 ; Amal, p. 197.

18Sous le règne de Munḏir II, la cour de Saragosse continua d'être l'un des foyers de culture les plus actifs d'Espagne. Abū al-Muġīra b. Ḥazm (m. 438/1047), qui fut vizir durant le bref califat d'al-Mustaẓhir (414/1023), était ministre de Munḏir II b. Yaḥyā quand celui-ci fut assassiné en 430/1038-1039 par son cousin ‘Abd Allāh b. Ḥakam. Abū al-Muġīra fut emprisonné à cette occasion puis libéré contre le versement d'une rançon30.

  • 31 Tibyān, p. 78-79.
  • 32Ibar, IV, p. 162 ; Nafḥ, I, p. 441 ; Poésie, p. 60 et n. 3. Le Kitāb al-istikmāl a été traduit en (...)
  • 33 Cf. H.M.E., III, p. 163 ; España, p. 282 ; Ṭawā’if, p. 283.
  • 34 La lettre du moine français figure dans le manuscrit n° 538, à l'Escurial, juste après celle du šu (...)

19Quant aux rois hūdides, malgré leur réputation de protecteurs des lettrés et surtout des poètes, eux aussi, ils s'occupèrent en fait essentiellement de mathématiques et d'astronomie. Al-Mu‘tamin était, au dire de son contemporain l'émir ‘Abd Allāh de Grenade, un savant d'une grande culture31. Il aurait écrit deux livres de mathématiques : le Kitāb al-manāẓir et le Kitāb al-istikmāl32. Al-Muqtadir, lui aussi, aurait été passionné de sciences pures. Il aurait composé des ouvrages de philosophie et de mathématiques33. Sa réputation de souverain érudit et éclairé lui valut de recevoir un jour une missive émanant d'un moine français, l'invitant à se convertir au christianisme, après lui avoir exposé l'essentiel du contenu de cette religion et souligné ses mérites. Le roi de Saragosse chargea alors le célèbre jurisconsulte, Abū al-Walīd al-Bāğī, qui était l'un de ses protégés à cette époque d'écrire à ce moine une lettre contradictoire et de lui conseiller d'embrasser l'islam34.

  • 35 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; supra, p. 70-71.
  • 36 Ḏaḫīra, II/l, p. 371 ; Huila, II, p. 148 ; infra, p. 270.

20Néanmoins, cet intérêt que portaient les princes hūdides aux sciences ne les empêchait pas d'apprécier d'autres formes de culture et notamment les belles-lettres. La cour de Saragosse fut le refuge de nombreux poètes et prosateurs célèbres. Ibn al-Ḥaddād d'Alméria y séjourna de 461/1068 à 464/1071, adressant ses louanges à al-Muqtadir qui le rétribuait généreusement35. De même, Ibn ‘Ammār, traqué par Ibn Abbād de Séville, choisit Saragosse comme terre d'exil et Ibn Hūd comme mécène36.

21Comme la plupart des Mulūk al-Ṭawā’if, les princes hūdides bâtirent de nombreux palais, dont le plus réputé était Qaṣr ou Dār al-surûr (le palais ou la maison de la joie), construit selon toute vraisemblance par al-Muqtadir. La partie principale de ce fameux palais, le salon d'honneur, en quelque sorte, s'appelait Mağlis al-dahab (salon d'or) qui était d'une fort belle architecture. Le roi y recevait ses visiteurs de marque et s'y réunissait souvent avec ses familiers. Il en était si fier qu’il composa un distique bien connu, célébrant le Qaṣr al-surūr et le Mağlis al-dahab :

  • 37 Rime -bī, mètre kāmil. Trad. dans Poésie, p. 153 ; Nafḥ, I, p. 442. Dans son Mushib, al-Ḥiğārī att (...)

« Ô Qaṣr al-surūr et ô Mağlis al-ḏahab ! Grâce à vous, j'ai atteint le comble de mes désirs.
Si mon royaume ne renfermait que vous deux, ce serait pour moi tout ce que je pourrais rechercher. »37

  • 38 Sur ce palais, cf. Ḏaḫīra, III/1, p. 274 ; Nafḥ, I, p. 534 ; Poésie, p. 152-153 ; Ṭawā’if, p. 283.

22À partir de la fin du ve/xie siècle, on appela ce palais plutôt al-Ğa’fariyya (devenu Aljaferia), en l'honneur de son constructeur, al-Muqtadir, qui portait la kunya d'Abū Ğa‘far38.

  • 39 Ḏaḫīra, m/2, p. 905-909 ; Muġrib, II, p. 444 ; Nafḥ, IV, p. 152 ; Poésie, p. 56 et n. 3, p. 291.

23Un fait illustre bien l'intérêt que portait al-Muqtadir à la poésie et aux poètes. C'est l'histoire de Yaḥyā al-Saraqusṭi qui, après s'être essayé au métier de poète, décida d'y renoncer et de reprendre sa première profession, celle de boucher. En apprenant cela, al-Muqtadir, étonné et déçu, chargea son ministre Ibn Ḥasdāy de faire revenir al-Saraqusṭī sur sa décision. Cependant ce fut peine perdue. Pour se disculper, le boucher-poète composa un poème savoureux à l'adresse de ceux qui essayaient de le fléchir39.

1. Ibn Ḥasdāy (Abū al-Faḍl)40

  • 40 Ḏaḫīra, III/1, p. 457-494 ; Qalā‘id, p. 209-212 ; Muṭrib, p. 196 ; Muġrib, II, p. 441 ; Nafḥ, I, p (...)
  • 41 Qalā‘id, p. 209. Sa qualité de ḏimmī l'empêchait de tenir certaines charges telle que celle de kāt (...)
  • 42 Ḏaḫīra, III/l, p. 458 ; Nafḥ, III, p. 401.

24Issu d'une grande famille juive de Saragosse, il se convertit à l'islam à l'âge adulte. Son père Yūsuf, cultivé et sachant faire des vers, veilla personnellement à son éducation. Grâce à son intelligence et à son talent de poète et surtout de prosateur d'art, Abū al-Faḍl fut remarqué par al-Muqtadir b. Hūd qui l'engagea à son service et le nomma bientôt vizir-secrétaire. Ibn Ḥasdāy garda ce poste sous les deux souverains hūdides suivants, al-Mu‘tamin et al-Musta‘īn, et jouit auprès de ces trois princes d'une grande faveur. S’il se convertit à l'islam, ce fut vraisemblablement pour accéder à des fonctions gouvernementales plus importantes41, bien que certains prétendent qu’il le fit par amour pour une esclave musulmane42.

25Lorsque al-Mu‘amin maria son fils, al-Musta‘īn, à la fille du vizir de Valence, Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz, le vizir-secrétaire Ibn Ḥasdāy fut chargé de rédiger les invitations aux dignitaires les plus illustres de la Péninsule. Les noces revêtirent, selon Ibn Ḫāqān, un éclat sans précédent :

  • 43 Qalāid, p. 75 (reprod. dans Recherches 1, p. 462-464), p. 210-211 (reprod. dans Nafḥ, I, p. 641-6 (...)

« al-Mu‘tamin donna des fêtes plus grandioses que celles du calife ‘abbāside al-Ma‘mūn à l'occasion de son mariage avec Bawrān (ou Būrān), la fille d'al-Hasan [b. Sahl]. »43

  • 44 On trouve un panégyrique composé en l'honneur d'al-Muqtadir, dans Qalāid, p. 209-210.
  • 45 Ḏaḫīra, III/1, p. 493-494 ; Qalāid, p. 211-212 ; Nafḥ, I, p. 642-643, III, p. 266-267 ; Poésie, p (...)

26Outre ses responsabilités officielles de ministre-secrétaire des princes hūdides, Abū al-Faḍl était également le thuriféraire et le compagnon de fête de ces derniers44. Dans une pièce de vers, il décrit, tout en faisant l'éloge du prince, une partie de pêche sur l'Ebre au cours de laquelle al-Musta‘īn se faisait accompagner de ses courtisans les plus intimes. En guise d'introduction à ce poème qu’il rapporte dans ses Qalāid, al-Fath b. Ḫāqān donne des détails concernant cet événement, précisant par exemple que de nombreuses barques entouraient celle du prince et que la scène se déroulait au son des instruments de musique45.

  • 46 Ḏaḫīra, BEI/1, p. 470-473, 486 ; infra, 313.

27Dans une épître adressée à al-Muqtadir, Ibn Ḥasdāy fait parler une fleur, le narcisse, qui énumère ses nombreuses qualités et déclare être supérieur à toutes les autres fleurs, et notamment à la rose, puisqu’il est le préféré du prince. Cependant il se plaint d'être jalousé par ses semblables et, par conséquent, il demande à son maître, qu’il encense au passage, de le protéger et de prendre soin de lui. Le narcisse n'est, en fait, que le porte-parole ou l'incarnation d'Abū al-Faḍl qui a eu recours à cet artifice littéraire pour attirer sur lui l'attention du roi. Le style de cette risāla en prose, mêlée de vers, est à la fois élégant et soutenu, mais sobre et coulant. Le sağ‘, cher aux prosateurs de l'époque, est employé modérément et toujours à bon escient46.

  • 47 Ḏaḫīra, III/l, p. 461-462.
  • 48 Ḏaḫīra, III/l, p. 494.

28Un jour, Ibn Ḥasdāy quitta secrètement la cour de Saragosse ; puis il écrivit à al-Musta‘īn, essayant d'expliquer son geste et de se justifier47. Dans sa réponse, le souverain hūdide ne semble pas tenir rigueur à son ex-ministre ; cependant, il lui reproche d'être parti sans prendre congé de lui48.

2. Ibn al-Dabbāġ (Abū al-Muṭarrif)49

  • 49 Supra, 76, 77.
  • 50 Supra, 76.

29Il commença sa carrière de poète officiel et de courtisan au service d'al-Muqtadir b. Hūd qu’il dut quitter pour se réfugier d'abord à Séville, puis à Badajoz, avant de revenir mourir dans sa ville natale50. A la cour de Saragosse, il eut comme confrère Abū al-Faḍl b. Ḥasdāy dont il était probablement un peu jaloux et qu’il aimait bien taquiner. Un jour, voyant Abū al-Faḍl, fraîchement converti à l'islam, feuilleter un livre en présence d'al-Muqtadir, il lui dit :

« Quel est ce livre que tu es en train de lire ? C'est, peut-être, la Tawra ? »

30Et Ibn Ḥasdāy de répliquer :

  • 51 Nafḥ, III, p. 401-402 ; Poésie, p. 267.

31« Oui, et sa reliure est faite d'une peau qu'a tannée celui que tu connais », faisant allusion au mot dabbāġ qui signifie "tanneur". Alors, Ibn al-Dabbāġ fut très embarrassé, tandis qu'al-Muqtadir se mit à rire51.

  • 52 Ḏaḫīra, III/1, p. 307 ; Qalāid, p. 122 ; Poésie, p. 267 et n. 5 ; infra, 338.

32Dans une lettre adressée à Ibn Ḥasdāy, Ibn al-Dabbāġ reproche à celui-ci d'être devenu, depuis qu’il s'est converti à l'islam, ambitieux, orgueilleux et distant. Il lui conseille de revenir à sa première nature et de redevenir affable et modeste52.

  • 53 Ḏaḫīra, III/1, p. 268-274.

33Dans sa Ḏaḫīra, Ibn Bassām reproduit de longs extraits de la correspondance privée d'Ibn al-Dabbāġ, dans lesquels ce dernier se plaint à des amis du mauvais traitement que lui faisait subir al-Muqtadir b. Hūd, lorsqu’il était à son service, à la cour de Saragosse53.

3. Ibn al-Qallās (Abū ‘Umar)54

  • 54 Ḏaḫīra, m/1, p. 418-426 ; Muġrib, I, p. 363 ; Nafḥ, I, p. 186 ; Poésie, p. 85, n. 1, p. 299. Dans (...)
  • 55 Ḏaḫīra, III/2, p. 818 ; Poésie, p. 299.
  • 56 Nafḥ, I, p. 186.

34Il était vizir-secrétaire au service des Hūdides. À sa mort, le prince al-Muqtadir assista en personne à ses funérailles qui eurent lieu à Saragosse55. La notice consacrée à Abū 'Umar b. al-Qallās dans la Ḏaḫīra ne renferme que des épîtres. Ce fait mérite d'être souligné, car la quasi-totalité des vizirs-secrétaires étaient en même temps prosateurs et poètes, ou versificateurs pour le moins. Seul al-Maqqarī cite de lui un distique célébrant Badajoz, sa ville natale56.

  • 57 Ḏaḫīra, III/l, p. 419-420.
  • 58 Ḏaḫīra, III/l, p. 424-426.

35Dans le cadre de sa fonction de kātib, il fut chargé par le roi Ibn Hūd d'écrire une lettre à Muğāhid de Dénia, pour tenter de régler le différend qui l'opposait à al-Manṣūr b. Abi ‘Āmir, prince de Valence57. Il est également l'auteur d'une longue risāla, adressée par Yūsuf Ḥusām al-Dawla, prince de Lérida, à Ibn Ǧahwar de Cordoue. Dans cette missive, Yūsuf se plaignait de son frère, Ahmad al-Muqtadir, qui avait tenté de le faire tuer58.

Notes

1 Tibyān, p. 77-81 ;Ḏaḫīra,I/I, p. 180-188, III/l, p. 179-190, 418-426, IV/1, p. 265-268 ; Qalā‘id, passim ; Huila, II, p. 246 sqq ; Bayān, III, p. 175-181, 221-229 et passim ; Muġrib, II, p. 436-438 ; A‘mal, p. 170-176, 196-201 ; ‘Ibar, IV, p. 163-164 ; Nafḥ, I, p. 441-442, IV, p. 449-454 et index ; Reyes, p. 38-39, 42-50 ; Recherches 3,1, p. 211-239, II, p. 335-353 ; H.M.E., II, p. 315-318, III, p. 74 sqq ; Espana, index ; H.E.M., I, p. 119, 157, II, p. 323, 330, III, p. 59 ; Poésie, p. 99-100 et index ; Ṭawā’if, p. 264-296 ; Party-Kings, p. 93-94 et les références citées ; E.I.1, IV, p. 161-163, art. « Saragosse » (E- Lévi-Provençal), E.I., IV, p. 862-863, art. « Tudjībides » (E. Lévi-Provençal) ; E.I.2, I, p. 1072, art. « Barbashturu » (D. M. Dunlop) ; E.I.2, III, p. 560-562, art. « Hûdides » (D. M. Dunlop).

2 H.E.M., I, p. 119.

3 E.I.1, s.v., art. « Tudjībides » (E. Lévi-Provençal) ; Ṭawā’if, p. 264-265.

4 Ḏaḫīra, 1/1, p. 180 ; Bayān, III, p. 175 ; A‘mal, p. 196 ; H.E.M., III, p. 59.

5 Ibn Hayyān critique sévèrement l'attitude de Munḏir b. Yahyā qu’il qualifie de traître. Cf. Ḏaḥīra, VI, p. 181 ; Bayān, III, p. 113, 176 ; A‘mal, p. 196 ; H.E.M., II, p. 323.

6 Bayān, III, p. 126-127 ; H.M.E., II, p. 315-318 ; H.E.M., II, p. 330 ; Ṭawā’if, p. 266-267.

7 Bayān, III, p. 163-164 ; Ṭawā’if p. 267 ; infra, 213, 214.

8 H.E.M., I, p. 157.

9 Ibn Bassām ajoute que nombreux étaient ceux qui, sur le moment, désapprouvèrent l'attitude de Munḏir mais finirent par se rendre compte, plus tard, qu’il avait bien raison d'adopter cette politique réaliste et sage. Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 181-182 ; Bayān, III, p. 176-177 ; A‘māl, p. 197 ; Ibar, IV, p. 163 ; H. Pérès, La poésie arabe d'Andalousie et ses relations possibles avec la poésie des Troubadours, p. 19-20 ; Ṭawā’if, p. 267-268.

10 A l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if, la famille tuğībide se divisa en deux branches, celle des Band Hāšīm de Saragosse et celle des Banū Ṣumādiḥ d'Alméria. Cf. supra, 49 et n. 18.

11 On confond très souvent Munḏir Ier avec son petit-fils Munḏir II. Cf. A‘mal, p. 200-201 ; R. Blachère, Analecta, p. 487.

12 Sur les mobiles et les circonstances de ce meurtre, cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 185-188 ; Bayān, III, p. 178-181, 221-222 ; A‘māl, p. 196-197, 200-101 Ṭawā’if, p. 269-270.

13 À partir de cette époque, les rois chrétiens allaient intervenir de plus en plus fréquemment dans les affaires des Reyes de Taifas. Cf. Islam d'Occident, p. 114.

14 Bayān, III, p. 277-283 ; Amal, p. 178 ; H.M.E., III, p. 74-75 ; Islam d'Occident, p. 113-114 ; Ṭawā’if, p. 271-272.

15 Ḏaḫīra, III/1, p. 423-426 ; Bayān, III, p. 223-224 ; Ṭawā’if, p. 272-273.

16 Bayān, III, p. 250, 302 ; ‘Ibar, IV, p. 163 ; Reyes, p. 38-39 ; Ṭawā’if, p. 273-274.

17 La prise de Barbastro inspira de nombreux poètes et prosateurs. L'historien Ibn Hayyān consacre à cet événement de longs développements où il se montre particulièrement amer et pessimiste. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 179-190 ; Bayān, III, p. 225-228, 253-255 ; Amāl, p. 171 ; Nafḥ, IV, p. 449-454 ; Recherches 3,' II, p. 335-353 ; H.M.E., III, p. 78-79 ; España, I, p. 163 sqq ; Poésie, p. 99-100 et les références citées ; Ṭawā’if, p. 274-279 ; E.I.2, I, p. 1072, art. « Barbasẖturu » (D. M. Dunlop) ; supra, 104 et n. 69 ; infra, 326, 327.

18 Tibyān, p. 77-78 ; Ḏaḥīra, IV/1, p. 265-268 ; Bayān, III, p. 155-158, 228 ; Amal, p. 222 ; H.M.E., III, p~ 114 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 102, n. 23 ; Ṭawā’if, p. 281 ; supra, 94.

19 Bayān, III, p. 229 ; Ṭawā’if, p. 280.

20 Al-Muqtadir b. Hūd fut le premier prince andalou à inviter le Cid à sa cour et à l'engager à son service. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 95 ; Ṭawā’if, p. 281.

21 La diplomatie et la ruse d'Abū Bakr b. ‛Abd al-‘Azīz, le premier ministre de Valence, ne permirent pas à ce projet de se concrétiser. Le mariage, célébré en grande pompe, de la fille de celui-ci avec le futur roi al-Musta‘īn II, le fils d'al-Mu‘tamin, n'était pas sans arrière-pensée. Cf. Bayān, III, p. 303-304 ; Ṭawā’if, p. 286 ; infra, 171, 215.

22 Pour ne pas le confondre avec son ancêtre Sulaymān, qui avait lui aussi porté le titre d'al-Musta‘īn bi-llāh, les historiens appelaient Ahmad, le fils et successeur d'al-Mu‘tamin, al-Musta‘īn al-Āṣġar (al-Musta‘īn le jeune).

23 Ṭawā’if, p. 286-287 et les références citées.

24 Cf. A’mal, p. 172 ; ‘Ibar, IV, p. 163 ; Reyes, p. 49 ; Ṭawā’if, p. 288-289 et les références citées.

25 A‘mal, p. 174 ; Reyes, p. 49 ; Ṭawā’if, p. 291.

26 A‘mal, p. 175 ; H.M.E., III, p. 154 ; Ṭawā’if p. 292.

27 Ḏaḥīra, 1/1, p. 59 sqq ; Amal, p. 197-200 (où l'on trouve une longue qaṣīda de 47 vers adressée à Munḏir Ier) ; R. Blachère, “ La vie et l'œuvre du poète-épistolier andalou Ibn Darrāğ al-Qasṭallī ”, dans Hespéris, tome XVI, ler-3e trimestres, 1933, fasc. I-II, p. 99-121.

28 Ḏaḥīra, 1/1, p. 180-181 ; Bayān, III, p. 176 ; Amāl, p. 196.

29 Ḏaḥīra, 1/1, p. 183 ; Bayān, III, p. 177.

30 Ḏaḥīra, 1/1, p. 132, 188 ; Bayān, III, p. 180 ; Amal, p. 197.

31 Tibyān, p. 78-79.

32Ibar, IV, p. 162 ; Nafḥ, I, p. 441 ; Poésie, p. 60 et n. 3. Le Kitāb al-istikmāl a été traduit en latin au xiie siècle ap. J.-C. ; mais le texte original ne nous est pas parvenu. Cf. Ṭawā’if, p. 286.

33 Cf. H.M.E., III, p. 163 ; España, p. 282 ; Ṭawā’if, p. 283.

34 La lettre du moine français figure dans le manuscrit n° 538, à l'Escurial, juste après celle du šu‘ūbite Ibn Ġarsiya (Cf. supra, p. 132-134) et les répliques qu'elle a suscitées. Elle est suivie de la réponse d'Abū al-Walīd al-Bāğī qui occupe une quinzaine de pages. D. M. Dunlop a publié, dans Andalus, XVII, 1952, le texte des deux lettres contradictoires, accompagné d'une traduction anglaise. Cf. Ṭawā’if, p. 282 ; A. M. Turki, « La lettre du “Moine de France” à al-Muqtadir bi llāh, roi de Saragosse, et la réponse d'al-Bāyī, le faqīh andalou (présentation, texte arabe, traduction) », dans Andalus, XXXI, 1966, p. 73-153.

35 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; supra, p. 70-71.

36 Ḏaḫīra, II/l, p. 371 ; Huila, II, p. 148 ; infra, p. 270.

37 Rime -bī, mètre kāmil. Trad. dans Poésie, p. 153 ; Nafḥ, I, p. 442. Dans son Mushib, al-Ḥiğārī attribue à al-Muqtadir un autre distique à caractère philosophique. Cf. Muġrib, ī, p. 437.

38 Sur ce palais, cf. Ḏaḫīra, III/1, p. 274 ; Nafḥ, I, p. 534 ; Poésie, p. 152-153 ; Ṭawā’if, p. 283.

39 Ḏaḫīra, m/2, p. 905-909 ; Muġrib, II, p. 444 ; Nafḥ, IV, p. 152 ; Poésie, p. 56 et n. 3, p. 291.

40 Ḏaḫīra, III/1, p. 457-494 ; Qalā‘id, p. 209-212 ; Muṭrib, p. 196 ; Muġrib, II, p. 441 ; Nafḥ, I, p. 535-536, 640-643 et index ; Poésie, index.

41 Qalā‘id, p. 209. Sa qualité de ḏimmī l'empêchait de tenir certaines charges telle que celle de kātib al-zimām (secrétaire des rôles d'impôts). Sur cette question, cf. Nafḥ, I, p. 217 ; Poésie, p. 85, n. 6, p. 267 et n. 2.

42 Ḏaḫīra, III/l, p. 458 ; Nafḥ, III, p. 401.

43 Qalāid, p. 75 (reprod. dans Recherches 1, p. 462-464), p. 210-211 (reprod. dans Nafḥ, I, p. 641-642) ; Poésie, p. 267, 295, n. 1 ; supra, 167 ; infra, 214.

44 On trouve un panégyrique composé en l'honneur d'al-Muqtadir, dans Qalāid, p. 209-210.

45 Ḏaḫīra, III/1, p. 493-494 ; Qalāid, p. 211-212 ; Nafḥ, I, p. 642-643, III, p. 266-267 ; Poésie, p. 209-210.

46 Ḏaḫīra, BEI/1, p. 470-473, 486 ; infra, 313.

47 Ḏaḫīra, III/l, p. 461-462.

48 Ḏaḫīra, III/l, p. 494.

49 Supra, 76, 77.

50 Supra, 76.

51 Nafḥ, III, p. 401-402 ; Poésie, p. 267.

52 Ḏaḫīra, III/1, p. 307 ; Qalāid, p. 122 ; Poésie, p. 267 et n. 5 ; infra, 338.

53 Ḏaḫīra, III/1, p. 268-274.

54 Ḏaḫīra, m/1, p. 418-426 ; Muġrib, I, p. 363 ; Nafḥ, I, p. 186 ; Poésie, p. 85, n. 1, p. 299. Dans Muġrib et Nafḥ, on lit Ibn al-Fallās. Al-Maqqarī précise que les Banū al-Fallās appartenaient à une grande famille de Badajoz, et qu'Abū ‘Umar était le plus connu d'entre eux.

55 Ḏaḫīra, III/2, p. 818 ; Poésie, p. 299.

56 Nafḥ, I, p. 186.

57 Ḏaḫīra, III/l, p. 419-420.

58 Ḏaḫīra, III/l, p. 424-426.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search