Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XVIII. Les Banū Razīn, princes de la Sahla (Albarracin)1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Ḏaḫīra, 1/1, p. 108-109, III/l, p. 47-51, 109-124, 319-320 ; Qalāid, p. 58-64 ; Bayān, fil, p. 18 (...)
  • 2 Huila, II, p. 108 ; Poésie, p. 259 et n. 5.
  • 3 Ḏaḫīra, III/l, p. 109 ; Bayān, III, p. 181 ; Amāl, p. 205.

1Les Banū Razīn, connus aussi sous le nom de Banū al-Asla‘, étaient des Berbères Hawwāra2 qui prirent part à la conquête de la Péninsule dans l'armée de Ṭāriq b. Ziyād. Au début, ils se fixèrent à Cordoue puis se retirèrent dans la région de la Sahla qu’ils gouvernèrent d'abord pour le compte du pouvoir central. Cependant dès les premières années de la fitna, le seigneur Huḏayl b. Ḫalaf b. Razīn, suivant l'exemple de son voisin Ismā‘īl b. Dī al-Nūn de Tolède3, se déclara à son tour indépendant, en 403/1012-1013, à Santa Maria de Oriente (Sainte Marie d'Orient, en arabe Šantamariyat al-Šarq, ou Šantamariyat Ibn Razīn, devenue par déformation Albarracin).

  • 4 Ḏaḫīra, III/l, p. 110 ; Bayān, III, p. 181-182 ; Amal, p. 205 ; Ṭawā’if, p. 254.
  • 5 Sur le règne de Huḏayl, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 109-112 ; Bayān, III, p. 181-183 ; Huila, II, p. 108 (...)

2Malgré leur origine berbère, les Banū Razīn s'andalousisèrent assez rapidement et, après la chute du califat de Cordoue, ils adoptèrent une politique neutre qui préservait leurs propres intérêts. Le maître de la Marche supérieure, Munḏir b. Yaḥyā al-Tuğībī, essaya d'annexer la Sahla ; mais le roitelet Huḏayl b. Razīn lui résista avec succès, et réussit à assurer à sa petite principauté prospérité et sécurité4. La fertilité du sol de ses territoires lui permit d'accroître ses richesses et de consolider son pouvoir. Il mourut en 436/1044-1045, après un règne heureux de trente-trois ans5.

  • 6 España, p. 453-455.

3Son successeur, Abū Marwān ‘Abd al-Malik Ḥusām al-Dawla Ğabr al-Dawla, resta au pouvoir une soixantaine d'années. Il se tint à l'écart des querelles fratricides qui minaient la plupart des États andalous. Abū ‘īsā b. Labbun, le prince de Murviedro (Murbayṭar), craignant un coup de force de la part du Cid qui semait la terreur dans la région de Valence, renonça à son trône (486/1092) au profit de Ḥusām al-Dawla b. Razīn qui, grisé par ce succès inattendu, essaya de comploter pour s'emparer de Valence. Cependant la vigilance du Campeador ne lui permit pas de réaliser son projet6.

  • 7 Dahlia, III/1, p. 111 ; Amal, p. 206 ; Poésie, p. 442 ; Ṭawā’if, p. 254.
  • 8 Huila, II, p. 114-115 ; Recherches 1, p. 530-531 ; Poésie, p. 442 ; Ṭawā'if, p. 258.

4Comme son prédécesseur Huḏayl qui, dans un mouvement de fureur, aurait tué sa mère7, Ğabr al-Dawla était particulièrement cruel. Vers la fin de sa vie, il échappa de peu à un attentat commis, en 493/1 100, par son beau-frère, ‘Ubayd Allāh, qui voulait le supprimer pour lui arracher le pouvoir. Celui-ci l'avait invité un jour à une fête organisée dans son château fort, et lorsque ‘Abd al-Malik fut ivre, ‘Ubayd Allāh et ses compagnons lui portèrent des coups de sabre. La sœur d'Ibn Razīn qui assistait à la scène lança des appels au secours. Alors, des gens accoururent sur les lieux et voulurent tuer le meurtrier. ‘Abd al-Malik, qui n'était que blessé, les en empêcha et leur demanda seulement d'arrêter ‘Ubayd Allāh et son fils. Une fois guéri de ses blessures, il châtia le coupable en lui faisant couper les mains et les pieds, arracher les yeux, puis ordonna de le crucifier. Quant au fils, son propre neveu, il fut amputé d'un pied8.

  • 9 Bayān, III, p. 310-311, Abbadidis, II, p. 19 ; H.M.E., III, p. 121, 231 ; Poésie, p. 241 ; Ṭawā’if(...)

5Lorsque Ḥusām al-Dawla mourut en 496/1103, son fils Yaḥyā lui succéda. La plupart des sources nous présentent le dernier prince de la Sahla comme étant un débauché faible de caractère. Pour être dans les bonnes grâces d'Alphonse VI, il lui envoya des présents d'une grande valeur. En guise de remerciement, le roi de Castille lui offrit un singe. Ce geste vexatoire n'affecta nullement Yaḥyā b. Razīn qui éprouva plutôt, à cette occasion, une réelle satisfaction et une grande fierté9.

6Au mois de rağab 497/avril 1104, les Almoravides, continuant leur progression vers le nord de la Péninsule, entrèrent dans Šantamariyat al-Šarq, et mirent fin au règne des Banū Razīn qui avait duré plus de quatre-vingt-dix ans.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

1. Huḏayl10 (Abū. Muḥammad b. Ḥalaf b. Lubb b. Razīn) connu sous le nom d'ibn alĀṣla (m. 436/1044-1045)

  • 10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 108-109 ; III/1, p. 109-112 ; Bayān, III, p. 181-183 ; Huila, II, p. 108 sqq ; A‘m (...)
  • 11 Ḏaḫīra, III/l, p. 111-112 ; Bayān, III, p. 182-183, 308 ; Amāl, p. 206.
  • 12 Ḏaḫīra, III/l, p. 111 ; Bayān, III, p. 182 ; Huila, II, p. 108-109 ; Amāl, p. 206 ; Poésie, p. 43 (...)
  • 13 Ou Ibn al-Kinānī. Cf. Bayān, III, p. 308 ; Poésie, p. 383.
  • 14 Ibn al-Kattānī se vante d'avoir formé lui-même, dans tous les arts, quatre jeunes chrétiennes dont (...)

7D'après Ibn Ḥayyān, Ḥuḏayl avait bel aspect ; il était affable et beau parleur malgré un niveau d'instruction limité11. Il était plutôt avare et ne faisait preuve de générosité que par intérêt12. Cependant, malgré cette cupidité que ne connaissaient pas la plupart des princes andalous d'origine arabe, il n'hésita pas à acheter une esclave chanteuse (ğāriya) pour trois mille dinars, ce qui était considéré à l'époque comme un prix exorbitant devant lequel d'autres émirs avaient reculé. Néanmoins, cette esclave était, en plus de sa beauté physique, particulièrement douée. Son maître, un médecin andalou du nom d'ibn al-Kattānī13, l'avait spécialement formée pour pouvoir la revendre fort cher14.

  • 15 Ḏaḫīra, III/l, p. 112. Trad. empruntée à H. Pérès dans Poésie, p. 384-385, où le passage en questi (...)

“ Nul ne vit à son époque, nous dit Ibn Bassām, de femme d'allure plus gracieuse, [...] de silhouette plus fine, de voix plus douce, sachant mieux chanter, excellant plus dans l'art d'écrire, dans la calligraphie, d'une culture plus raffinée, d'une diction plus pure [...] ; elle connaissait même la médecine, l'histoire naturelle et l'anatomie, et d'autres sciences où les savants de l'époque se seraient révélés inférieurs. ”15

  • 16 Ḏaḫīra, III/l, p. 112.

8Outre cette merveille exceptionnelle, le souverain Huḏayl b. Razīn, ayant un fort penchant pour les plaisirs et les agréments de la vie luxueuse, achetait à prix d'or de belles esclaves réputées pour leur talent de musiciennes, grâce auxquelles son orchestre (sitāra) surpassait ceux de tous les Mulūk-al-Ṭawā’if16.

2. Abū Marwān ‘Abd al-Malik b. Razīn17 Ḥusām al-Dawla (m. 496/1103)

  • 17 Qalā‘id, p. 58-64 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 109-124 ; Bayān, III, p. 184, 309-310 ; Huila, II, p. 108-11 (...)
  • 18 Bayān, III, p. 309-310.
  • 19 Huila, II, p. 110.
  • 20 Ḏaḫīra, III/l, p. 112-113.
  • 21 Qalā'id, p. 58.
  • 22 Huila, II, p. 110-111 ; Poésie, p. 438.
  • 23 Ḏaḫīra, III/l, p. 49-50 ; Huila, II, p. 110 ; Poésie, p. 80, n. 2.
  • 24 Ḏaḫīra, III/l, p. 116, 119 ; Bayān, III, p. 310.
  • 25 Qalā‘id, p. 60, 64 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 119-120 ; Muġrib, II, p. 428 ; Huila, II, p. 111-112 ; Nafh(...)
  • 26 Ḏaḫīra, III/l, p. 114, 117-121 ; Qalā‘id, p. 62-63 ; Bayān, III, p. 309.

9Il fut incontestablement le plus cultivé des Banū Razīn. Cependant ses biographes ne jugent pas toujours favorablement son œuvre littéraire. Ibn Ḥayyān se montre très critique à cet égard18. Pour sa part, Ibn al-Abbār pense qu’il y a plus de vers médiocres que de vers de bonne qualité dans la poésie d'Ibn Razīn19. Le jugement d'Ibn Bassām est plus nuancé et somme toute assez positif20. Quant à Ibn Ḫāqān, qui consacre une notice de plus de six pages, dans ses Qalā‘id, au deuxième prince de la Sahla, il se montre très élogieux à l'égard de ce dernier21. Bien qu'il se vantât en vers d'être généreux22, Abū Marwān b. Razīn avait au contraire la réputation d'être ladre. Étant lui-même homme de lettres, il se montrait très critique et très sévère à l'égard des poètes et des lettrés dont le travail ne lui donnait pas satisfaction23. Outre le thème du faḫr largement représenté dans son œuvre poétique24, Ibn Razīn a composé des vers ayant trait surtout aux genres descriptif25, bachique et amoureux26.

  • 27 Supra, 150, 153.
  • 28 Des extraits de cette missive ont été conservés dans Qalā‘id, p. 62 et Ḏaḫīra, III/l, p. 113-114.

10A la manière des grands prosateurs de son époque, Ibn Razīn maniait habilement la prose rimée. Il le prouve, par exemple, dans la risāla, qu’il adressa à l'ex-roi de Murcie, Abū Abd al-Raḥmān b. Ṭāhir, qui venait d'être détrôné27. Dans cette épître, il s'inquiétait du sort du prince déchu et lui proposait son aide28.

3. Abū Bakr b. Sadrāy29

  • 29 Muġrib, II, p. 430 ; Nafḥ, III, p. 407-408 ; Poésie, p. 265.
  • 30 Bien que les chroniqueurs ne disent rien sur sa race et compte tenu de son nom, Ibn Sadrāy, qui jo (...)

11Il était vizir-secrétaire à la cour de Ḥusām al-Dawla b. Razīn, et jouissait auprès de ce prince d'une grande faveur30.

  • 31 Muġrib, II, p. 430 ; Nafḥ, III, p. 407-408.

12Les quelques maigres renseignements que nous avons pu glaner à son sujet montrent qu’il était aussi un bon poète plein de finesse et de délicatesse31.

Notes

1 Ḏaḫīra, 1/1, p. 108-109, III/l, p. 47-51, 109-124, 319-320 ; Qalāid, p. 58-64 ; Bayān, fil, p. 181-184, 307-311, IV, p. 35 ; Huila, II, p. 108-115 ; Muṭrib, p. 39 ; Muġrib, II, p. 427-430 ; Amal, p. 205-207 ; Nafḥ, I, p. 667-670 ; H.M.E., III, p. 230 ; España, p. 357-359, 453-455 ; H.E.M., III, p. 316-317 ; Poésie, p. 259, 383-385 ; Ṭawā’if, p. 253-259 ; Party-Kings, p. 93.

2 Huila, II, p. 108 ; Poésie, p. 259 et n. 5.

3 Ḏaḫīra, III/l, p. 109 ; Bayān, III, p. 181 ; Amāl, p. 205.

4 Ḏaḫīra, III/l, p. 110 ; Bayān, III, p. 181-182 ; Amal, p. 205 ; Ṭawā’if, p. 254.

5 Sur le règne de Huḏayl, cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 109-112 ; Bayān, III, p. 181-183 ; Huila, II, p. 108-109 ; Muġrib, II, p. 427-428 ; Amal, p. 205-206 ; Ṭawā’if, p. 253-255.

6 España, p. 453-455.

7 Dahlia, III/1, p. 111 ; Amal, p. 206 ; Poésie, p. 442 ; Ṭawā’if, p. 254.

8 Huila, II, p. 114-115 ; Recherches 1, p. 530-531 ; Poésie, p. 442 ; Ṭawā'if, p. 258.

9 Bayān, III, p. 310-311, Abbadidis, II, p. 19 ; H.M.E., III, p. 121, 231 ; Poésie, p. 241 ; Ṭawā’if, p. 259.

10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 108-109 ; III/1, p. 109-112 ; Bayān, III, p. 181-183 ; Huila, II, p. 108 sqq ; A‘mal, p. 205-206 ; Ṭawā'if, p. 253-255.

11 Ḏaḫīra, III/l, p. 111-112 ; Bayān, III, p. 182-183, 308 ; Amāl, p. 206.

12 Ḏaḫīra, III/l, p. 111 ; Bayān, III, p. 182 ; Huila, II, p. 108-109 ; Amāl, p. 206 ; Poésie, p. 438.

13 Ou Ibn al-Kinānī. Cf. Bayān, III, p. 308 ; Poésie, p. 383.

14 Ibn al-Kattānī se vante d'avoir formé lui-même, dans tous les arts, quatre jeunes chrétiennes dont faisait partie celle vendue à Huḏayl b. Razīn. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 319-320 ; H.E.M., III, p. 316-317 ; Poésie, p. 383-384.

15 Ḏaḫīra, III/l, p. 112. Trad. empruntée à H. Pérès dans Poésie, p. 384-385, où le passage en question est traduit intégralement.

16 Ḏaḫīra, III/l, p. 112.

17 Qalā‘id, p. 58-64 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 109-124 ; Bayān, III, p. 184, 309-310 ; Huila, II, p. 108-115 ; Muṭrib, p. 39 ; Muġrib, II, p. 428-430 ; A‘māl, p. 206-207 ; Nafḥ, I, p. 667-670 et passim ; Ṭawā'if, p. 255-259.

18 Bayān, III, p. 309-310.

19 Huila, II, p. 110.

20 Ḏaḫīra, III/l, p. 112-113.

21 Qalā'id, p. 58.

22 Huila, II, p. 110-111 ; Poésie, p. 438.

23 Ḏaḫīra, III/l, p. 49-50 ; Huila, II, p. 110 ; Poésie, p. 80, n. 2.

24 Ḏaḫīra, III/l, p. 116, 119 ; Bayān, III, p. 310.

25 Qalā‘id, p. 60, 64 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 119-120 ; Muġrib, II, p. 428 ; Huila, II, p. 111-112 ; Nafh, I, p. 669 ; Poésie, p. 163-164, 390.

26 Ḏaḫīra, III/l, p. 114, 117-121 ; Qalā‘id, p. 62-63 ; Bayān, III, p. 309.

27 Supra, 150, 153.

28 Des extraits de cette missive ont été conservés dans Qalā‘id, p. 62 et Ḏaḫīra, III/l, p. 113-114.

29 Muġrib, II, p. 430 ; Nafḥ, III, p. 407-408 ; Poésie, p. 265.

30 Bien que les chroniqueurs ne disent rien sur sa race et compte tenu de son nom, Ibn Sadrāy, qui joua le même rôle qu'Ibn Ḥasdāy auprès des Hūdides de Saragosse, serait juif. Cf. Poésie, p. 265.

31 Muġrib, II, p. 430 ; Nafḥ, III, p. 407-408.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search