Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XVII. La principauté berbère de Ronda et Tākurunnā1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Bayān, III, p. 208-209, 219-220, 270-273, 312-314 ; Ibar, IV, p. 340 ; Iḥāṭa, I, p. 445-446 ;Amāl(...)
  • 2 Bayān, III, p. 219-220, 270 ; Amal, p. 238 ; Poésie, p. 9.
  • 3 Bayān, III, p. 270.
  • 4 Bayān, III, p. 271 ; Amāl, p. 239 ; infra, p. 246.
  • 5 E.I.1, art. “ Ronda ”, .s.v., donne la date de 450/1059.
  • 6 Bayān, III, p. 314 ; Iḥāṭa, I, p. 445-446.
  • 7 Infra, 177.

1Les Banū Yafran (ou Ifran), des Berbères Zanāta immigrés en Espagne sous le règne du grand al-Manṣūr, s'étaient approprié, au début de la fitna, le district de Tākurunnā et Ronda2. Leur chef, Abū Nūr b. Abī Qurra, qui prit le pouvoir à Ronda vers 406/1015-1016, entretenait au début de bons rapports avec son puissant voisin, al-Mu‘taḍid b. ‘Abbād3. Cependant en 449/1057, il périt, par traîtrise, asphyxié dans des thermes, alors qu’il était l'hôte du roi de Séville4. Son fils Abū Naṣr, qui lui succéda, trouva la mort à son tour, en 457/1064-10655, alors qu’il essayait en vain d'échapper à son assaillant, un certain Ibn Ya‘qūb, qui agissait pour le compte d'al-Mu‘taḍid b. ‘Abbād6. Celui-ci s'empara de Ronda peu de temps après7.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

2Beaucoup plus portés au maniement des armes et à la guerre qu'aux choses de l'esprit, les princes berbères de Ronda ne furent pas de grands mécènes. Le poète Abū al-Fath b. Fāḫir al-Tūnusī porte un jugement sévère sur Ronda :

  • 8 Rime -ūb, mètre kāmil mağzū ‘. Il s'agit du deuxième et du troisième vers d'une pièce de six vers (...)

« C'est une ville qui porte la marque de la sauvagerie, dit-il, car la sévérité la plus maussade ne la quitte jamais.
Tous ceux qui s'y sont arrêtés n'ont jamais eu l'intention, après l'avoir quittée, d'y revenir. »8

Notes

1 Bayān, III, p. 208-209, 219-220, 270-273, 312-314 ; Ibar, IV, p. 340 ; Iḥāṭa, I, p. 445-446 ;Amāl, p. 238-239 ; H.M.E., III, p. 59, 233-234 ; Poésie, p. 9, 259 ; Séville, p. 57-58 ; Ṭawāif, p. 46-47 ; Party-Kings, p. 93 ; E.I.1, III, p. 1245-1246, art. “ Ronda ” (E. Lévi-Provençal) ; ibid., IV, p. 663, art. “ Tākoronnā ” (E. Lévi-Provençal).

2 Bayān, III, p. 219-220, 270 ; Amal, p. 238 ; Poésie, p. 9.

3 Bayān, III, p. 270.

4 Bayān, III, p. 271 ; Amāl, p. 239 ; infra, p. 246.

5 E.I.1, art. “ Ronda ”, .s.v., donne la date de 450/1059.

6 Bayān, III, p. 314 ; Iḥāṭa, I, p. 445-446.

7 Infra, 177.

8 Rime -ūb, mètre kāmil mağzū ‘. Il s'agit du deuxième et du troisième vers d'une pièce de six vers qui figure dans Muġrib, I, p. 334. Dans Nafḥ, IV, p. 132-133, al-Maqqarī en cite les cinq premiers vers que traduit H. Pérès dans Poésie, p. 147-148. Nous lui empruntons cette traduction.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search