Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XVI. La principauté de Murcie1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Tibyān, p. 79-81, 108, 110-112 ; Ḏaḫīra, II/1, p. 477, III/1, p. 24-92, 101-103, 448-457 ; Qalāid(...)
  • 2 Amal, p. 119 ; supra, p. 43-44.

1Comme la plupart des villes du Levante, Murcie fut, dès le début du second règne de Sulaymān al-Musta‘īn, soumise au pouvoir des Esclavons ‘āmirides qui, fuyant l'hégémonie berbère à Cordoue, se retirèrent dans la région est du pays (šarq al-Andalus), dont ils prirent progressivement le contrôle2.

  • 3 Ḥulla, II, p. 117 ; Ṭawā’if et références citées, p. 176-177.
  • 4 Supra, 48, 112.
  • 5 Ḥulla, II, p. 117 ; Ṭawā’if, p. 179-180.

2En 403/1012-1013, le fatā Ḫayrān al-‘Āmirī se rendit maître de Murcie, avant d'enlever Alméria qui devint le siège de son gouvernement. À sa mort, survenue en 419/1028, il eut comme successeur son plus fidèle collaborateur, le fatā Zuhayr al-‘Āmirī qui, suivant l'exemple de son prédécesseur, s'installa à Alméria, devenue la capitale du royaume, et confia le commandement de Murcie à un haut dignitaire issu de l'une des familles les plus distinguées de la ville, Abū Bakr Ahmad b. Ṭāhir3. Lorsque Zuhayr trouva la mort, en 429/1038, au cours du combat opposant les Almériens aux Grenadins4, le roi de Valence, ‛Abd al-‘Azīz al-Manṣūr b. Abī‘Āmir, qui s'était attribué ses possessions, confirma Ibn Ṭāhir dans ses fonctions. Celui-ci s'acquitta fort bien de sa tâche et sut, pendant son mandat de plus de trente-six ans, gagner le respect et l'estime de ses administrés et de ses voisins5.

  • 6 Sur les événements graves qui eurent lieu à Valence à cette époque, cf. infra, 214 sqq. I.
  • 7 Bayān, III, p. 239-240.
  • 8 Ḥulla, II, p. 140 ; Amāl, p. 160 ; Ṭawā’if, p. 179-180.
  • 9 Sur cette première tentative avortée, effectuée avec l'aide chèrement payée du Comte catalan Raymo (...)
  • 10 E.I.2, III, p. 928-929, art. « Ibn Rashīk » (J. F. P. Hopkins).
  • 11 Tibyān, p. 80-81 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 25 ; Ḥulla, II, p. 116, 123-124 ; Amāl, p. 160-161 ; Abbadid (...)
  • 12 Amāl, p. 201-202.
  • 13 Qalāid, p. 65 ; Ḥulla, II, p. 125.

3Son fils, Abū ‘Abd al-Raḥmān Muḥammad, qui était son plus proche collaborateur, lui succéda à sa mort, en 455/1063. Cependant à Valence, la situation commença à se détériorer depuis le décès, en 452/1061, du souverain ‘Abd al-‘Azīz al-Manṣūr et l'avènement de son fils ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar6. Cela encouragea Ibn Ṭāhir à rejeter l'autorité de son suzerain, le roi de Valence, et à se proclamer indépendant7. Ce nouveau petit État excita la convoitise d'Ibn ‘Ammār qui incita son maître al-Mu‘tamid à l'annexer8. Après une première tentative infructueuse9, l'armée ‘abbādide parvint, en 471/1078, avec le concours de ‛Abd al-Raḥmān b. Rašīq, le seigneur de ḥiṣn Balğ10, à s'emparer de Murcie11. Ibn Ṭāhir fut alors déposé et emprisonné. Cependant il réussit à s'échapper de son cachot ; il se rendit alors à Valence où il fut bien accueilli par le vizir Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz qui le combla d'honneurs12. Ibn Ṭāhir mourut dans cette ville, en 507/1118 ; et l'année suivante sa dépouille fut transférée et inhumée à Murcie13.

  • 14 Tibyān,, p. 79-81 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 25 ; Ḥulla, II, p. 116, 123-124, 142-143 ; Amāl, p. 160-161 (...)
  • 15 Ḥulla, II, p. 145 sqq ; Amāl, p. 160-161 ; Abbadidis, II, p. 90-91, 100-101 ; España, p. 244. Sur (...)

4Quant à Ibn ‘Ammār, il ne tarda pas à trahir son maître al-Mu‘tamid et à s'arroger le pouvoir, en décidant de gouverner la cité conquise pour son propre compte14. Peu de temps après, son lieutenant ‘Abd al-Raḥmān b. Rašīq, profitant de son absence de Murcie, le trahit à son tour15, et s'appropria cette conquête dont il avait été le principal artisan.

  • 16 Tibyān, p. 109-112 ; Ḥulla, II, p. 175 ; Amal, p. 257.
  • 17 Tibyān, p. 108 ; Ḥulla, II, p. 175 ; H.M.E., III, p. 133-134 ; Los Almorávides, p. 139-140 et n. 1 (...)
  • 18 Tibyān, p. 110-112 ; Amāl, p. 160.
  • 19 Los Almorávides, p. 141.
  • 20 H.M.E., III, p. 132-133 ; M. Gaspar Remiro, Murcia Musulmana, p. 136, 140 ; Tawá’if, p. 185.

5Ce coup de force d'Ibn Rašīq provoqua la colère du roi de Séville qui estimait que Murcie, conquise en son nom, lui revenait de droit et, pendant de nombreuses années, il dut s'opposer durement à celui qu’il considérait comme un rebelle et un usurpateur16. À cette époque, les petites principautés du Levante subissaient d'incessantes incursions chrétiennes, et notamment celles du général castillan Garcia Jimenez, solidement installé dans la redoutable place forte d'Aledo (Liyyīṭ), un avant-poste au cœur des possessions d'Ibn Rašīq, entre Murcie et Lorca. Or, certains accusaient ce dernier de tolérer sinon de faciliter les opérations des Chrétiens d'Aledo. Cette affaire était si grave qu'elle fut à l'origine de la deuxième intervention en Espagne de Yūsuf b. Tāšfīn qui, à l'appel des juristes du Levante et d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād, débarqua à Algeciras (481/1088) puis, avec l'appui de ses alliés andalous, marcha sur Aledo et l'investit17. Selon des rumeurs qui circulèrent à cette occasion, Ibn Rašīq aurait ravitaillé secrètement les assiégés. Alors, un conseil de juristes le condamna à être déposé et livré à al-Mu‘tamid qui, si l'on en croit l'émir ‛Abd Allāh b. Buluggīn, le fit mettre à mort18. Quant au siège d'Aledo, il dura quatre mois, sans résultat. Le calife Ibn Tāšfīn décida alors de se retirer à Alméria et retourna ensuite au Maroc (481/fin novembre 1088)19. Murcie fut prise trois ans plus tard, en šawwāl 484/novembre décembre 1091, par le général almoravide Ibn ‘Ā‘iša20.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 21 Ḥulla, II, p. 118.
  • 22 Ils possédaient à cette époque la moitié du territoire de Murcie. Cf. Abbadidis, II, p. 151 ; Sévi (...)
  • 23 E.I.1, IV, p. 848, art. “Todmīr” (E. Lévi-Provençal).
  • 24 Supra, 149, 150.

6Les Banū Ṭāhir étaient les principaux animateurs de la vie intellectuelle à Murcie au ve/xie siècle. D'ailleurs, ils se glorifiaient d'être des Arabes descendants de Qays ‘Aylān21. Cultivés et immensément riches22, ils occupaient une place privilégiée qui leur permit de gravir les échelons du pouvoir et de devenir les souverains indépendants de la province de Tudmīr23, dont Murcie était le chef-lieu. Les plus célèbres d'entre eux furent Abū Bakr Ahmad b. Ṭāhir et surtout son fils, Abū Abd al-Raḥmān Muḥammad b. Ṭāhir24.

1. Ibn Ṭāhir (Abū ‘Abd al-Raḥmān Muḥammad ; m. 507/1113-1114)25

  • 25 Datura, II/l, p. 477, III/1, p. 24-103, 449-452 ; Qalā‘id, p. 64-79 ; Huila, II, p. 116-127 ; Muġr (...)
  • 26 Ḏaḫīra, III/l, p. 26 ; Huila, II, p. 119-120 ; Abbadidis, II, p. 88 ; H.M.E., III, p. î 1Ó-111 ; P (...)

7Le rayonnement culturel sans précédent de la cour de Murcie sous ce monarque éclairé attira autour de lui de nombreux lettrés en quête d'un mécène bienveillant et généreux. Avant de connaître le succès et la gloire, Abū Bakr b. ‘Ammār, cherchant fortune au cours de sa vie errante, s'était présenté un jour à Ibn Ṭāhir dans un costume rustique et misérable26.

  • 27 Ifriqiya, p. 183-184.
  • 28 Ḏaḫīra, III/1, p. 28 sqq ; Qalā‘id, p. 65 sqq.
  • 29 Qalā‘id, p. 72-78. Ibn h;Ḥāqān relate les circonstances d'une rencontre avec Ibn Ṭāhir, à l'occasi (...)
  • 30 Ḏaḫīra, III/l, p. 24-92.
  • 31 Ḏaḫīra, II/l, p. 477, III/l, p. 25, 103.
  • 32 Parmi ces lettres, la plupart des sources reproduisent celle qui était destinée à al-Mu‘taṣim, roi (...)
  • 33 Ḏaḫīra, III/l, p. 25 ; Huila, II, p. 118 ; Poésie, p. 47.

8Vers 469/1076-1077, un poète originaire de Kairouan, Alī al-Ḥuṣri (m. 488/1095), lors d'un séjour à Murcie, composa à la louange du prince un long panégyrique resté célèbre, surtout grâce au nasīb qui l'introduit et qui commence par : yā layl al-ṣabb27. Ibn Ṭāhir était lui-même un épistolier remarquable, qui maniait avec dextérité la prose artistique. Les anthologues soulignent son grand talent et reproduisent de larges extraits de ses épîtres28. Al-Fath b. Ḫāqān, qui semble l'avoir connu et apprécié, pour l'avoir souvent rencontré, fait état, dans ses Qalāid, d'une correspondance amicale échangée entre l'ex-roi de Murcie et lui-même29. Outre la notice substantielle qu’il lui consacre dans sa Ḏaḫīra30, Ibn Bassām nous apprend qu’il a relaté l'histoire des Banū Ṭāhir et d'Abū ‘Abd al-Raḥmān en particulier dans un ouvrage intitulé Silk al-ğawāhir min tarsīl Ibn Ṭāhir31. Pendant son règne d'une quinzaine d'années, Muḥammad b. Ṭāhir écrivit un grand nombre de lettres dont certaines, traitant de sujets politiques graves, étaient adressées à tel ou tel prince andalou32. Ainsi, comme le fait remarquer Ibn Bassām, le prince de Murcie, à l'instar du grand vizir būyide, al-Ṣāḥib b. ‘Abbād (m. 385/995), n'avait pas besoin de kuttāb puisque, comme lui, il rédigeait lui-même ses missives officielles33.

  • 34 Qalāid, p. 64-65, 68 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 33-34 ; Huila, II, p. 124.
  • 35 Ḏaḫīra, III /1, p. 34 sqq ; Qalā'id, p. 74-75.
  • 36 Al-Fath b. Ḫāqān note bien qu’il n'a entendu de lui que ces trois vers. Cf. Qalā'id, p. 79.
  • 37 Ḏaḫīra, III/l, p. 96 ; Qalāid, p. 79 ; Huila, II, p. 125.

9Après sa destitution, sa correspondance revêtit un caractère moins politique et plus personnel. Une fois sorti de prison, il écrivit au premier ministre valencien, Abū Bakr b. ‘Abd al-‘Azīz, lui exprimant sa reconnaissance d'avoir grandement contribué à sa libération34. Il adressa également des messages chaleureux à certains souverains andalous, les remerciant de l'avoir soutenu durant son épreuve35. La production poétique d'Ibn Ṭāhir fut en revanche extrêmement réduite. On lui attribue seulement trois vers36, qu’il composa pour reprocher au cadi de Valence, Abū Ahmad b. Ğaḥḥāf, d'avoir fait mettre à mort, en 485/1092, al-Qādir b. Ḏī al-Nūn, chassé de Tolède et installé avec l'appui d'Alphonse VI sur le trône de Valence37.

2. Ibn al-Yasa‘ (Abū al-Hasan)38

  • 38 Qalāid, p. 190-193 ; Huila, II, p. 172-176 ; Muġrib, II, p. 87-88, 248-250 ; Nafḥ, I, p. 639-640, (...)
  • 39 Qalāid, p. 191 ; Huila, II, p. 172-173. D'après d'autres sources, Ibn al-Yasa‘ fut désigné gouver (...)
  • 40 Qalāid, p. 190-191 ; Muġrib, II, p. 87-88, 248-249.
  • 41 Qalāid, p. 193 ; Huila, II, p. 173-174 ; Muġrib, II, p. 88 ; Poésie, p. 369, 458.

10Après avoir été kātib au service d'Abū Muḥammad b. Labbūn, seigneur de Lorca, Ibn al-Yasa‘ succéda à ce dernier, mort peu de temps après la bataille d'al-Zallāqa (479/1086). Cependant, plus enclin à profiter des plaisirs de la vie qu'ā gouverner, il renonça à sa charge au profit d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād qui annexa Lorca à son royaume39. Le roi de Séville le nomma, selon Ibn Ḫāqān, gouverneur de Murcie. Cependant, en raison de ses mœurs dissolues, il ne se maintint pas longtemps au pouvoir ; il en fut chassé par les habitants de cette ville40. Au matin de la bataille d'al-Zallāqa, à laquelle il prit part aux côtés d'al-Mu‘tamid, Ibn al-Yasa‘, qui était un buveur impénitent, composa des vers pour demander du vin à Abū Bakr b. al-Qabṭurnuh. Celui-ci le lui fit parvenir accompagné de quelques vers spirituels41.

3. Ibn Ǧurg (Abū Ǧa‘far Aḥmad)42

  • 42 Ḏaḫīra, III/1, p. 448-457 ; Muġrib, II, p. 305-307 ; Masālik, XI, p. 449.
  • 43 Muġrib, II, p. 305.
  • 44 Ḏaḫīra, III/l, p. 449-451 ; Muġrib, II, p. 305-306. Ibn Ṭāhir répondit en adressant une lettre de (...)

11Poète et prosateur de talent, Abū Ğa‘far b. Ğurğ fut ministre d'Ibn ‘Ammār pendant son règne éphémère sur Murcie43. Malgré cela, il avait de bons rapports avec le roi déchu, Ibn Ṭāhir. Aussi, en apprenant la libération de celui-ci, lui adressa-t-il une risāla pour le féliciter d'avoir retrouvé la liberté et lui témoigner sa sympathie à cette occasion44.

  • 45 Ḏaḫīra, III/l, p. 452-454.
  • 46 Ḏaḫīra, III/l, p. 454-455.
  • 47 Ce poème était construit sur le même mètre et la même rime que les vers d'Ibn Šuhayd gravés sur sa (...)
  • 48 Ḏaḫīra, III/l, p. 456-457 ; Muġrib, II, p. 305-307.

12De son œuvre poétique, on a conservé quelques fragments de nasīb45, une pièce de sept vers dans laquelle le poète pleure sur les ruines de Madīnat al-Zahrā‘46 et un poème d'allure élégiaque qu'Ibn Ğurğ récita sur la tombe d'Abū ‘Āmir b. Šuhayd47. Ibn Ğurğ est également l'auteur d'un thrène de douze vers qu’il composa à la mort de son ex-maître, Ibn 'Ammār48.

Notes

1 Tibyān, p. 79-81, 108, 110-112 ; Ḏaḫīra, II/1, p. 477, III/1, p. 24-92, 101-103, 448-457 ; Qalāid, p. 64-79 ; Bayān, III, p. 191, 239-240, 293 ; Ḥulla, II, p. 116-127, 172-176 ; Muṭrib, p. 169 ; Muġrib, II, p. 87-88, 243-250, 305-307 ; ‘Ibar, IV, p. 162 ; Amal, p. 160-161, 201-202, 193 sqq ; Nafḥ, I, p. 657-659, 670-671, III, p. 409, VII, p. 30 ; Reyes, p. 62 ; H.M.E., III, p. 110-111, p. 133-134 ; M. Gaspar Remiro, Murcia Musulmana, p. 105, 109-110 ; Los Almorávides, p. 139-141 ; Poésie, index ; Party-Kings, p. 91-92 ; Ṭawā’if, p. 174-186 ; E.I.1, III, p. 783-784, art. « Murcie » (E. Lévi-Provençal) ; E.I.1, IV, p. 848, art. « Todmīr » (E. Lévi-Provençal).

2 Amal, p. 119 ; supra, p. 43-44.

3 Ḥulla, II, p. 117 ; Ṭawā’if et références citées, p. 176-177.

4 Supra, 48, 112.

5 Ḥulla, II, p. 117 ; Ṭawā’if, p. 179-180.

6 Sur les événements graves qui eurent lieu à Valence à cette époque, cf. infra, 214 sqq. I.

7 Bayān, III, p. 239-240.

8 Ḥulla, II, p. 140 ; Amāl, p. 160 ; Ṭawā’if, p. 179-180.

9 Sur cette première tentative avortée, effectuée avec l'aide chèrement payée du Comte catalan Raymond de Barcelone, cf. Ṭawā’if, p. 180.

10 E.I.2, III, p. 928-929, art. « Ibn Rashīk » (J. F. P. Hopkins).

11 Tibyān, p. 80-81 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 25 ; Ḥulla, II, p. 116, 123-124 ; Amāl, p. 160-161 ; Abbadidis, II, p. 86-87 ; H.M.E., III, p. 108-109 ; M. Gaspar Remiro, Murcia Musulmana, p. 109-110 ; España, p. 259-281 ; Ṭawā’if, p. 179 sqq.

12 Amāl, p. 201-202.

13 Qalāid, p. 65 ; Ḥulla, II, p. 125.

14 Tibyān,, p. 79-81 ; Ḏaḫīra, III/1, p. 25 ; Ḥulla, II, p. 116, 123-124, 142-143 ; Amāl, p. 160-161, 201.

15 Ḥulla, II, p. 145 sqq ; Amāl, p. 160-161 ; Abbadidis, II, p. 90-91, 100-101 ; España, p. 244. Sur le sort d'Ibn ‘Ammār, cf. infra, 188.

16 Tibyān, p. 109-112 ; Ḥulla, II, p. 175 ; Amal, p. 257.

17 Tibyān, p. 108 ; Ḥulla, II, p. 175 ; H.M.E., III, p. 133-134 ; Los Almorávides, p. 139-140 et n. 195 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 110-112.

18 Tibyān, p. 110-112 ; Amāl, p. 160.

19 Los Almorávides, p. 141.

20 H.M.E., III, p. 132-133 ; M. Gaspar Remiro, Murcia Musulmana, p. 136, 140 ; Tawá’if, p. 185.

21 Ḥulla, II, p. 118.

22 Ils possédaient à cette époque la moitié du territoire de Murcie. Cf. Abbadidis, II, p. 151 ; Séville, p. 15.

23 E.I.1, IV, p. 848, art. “Todmīr” (E. Lévi-Provençal).

24 Supra, 149, 150.

25 Datura, II/l, p. 477, III/1, p. 24-103, 449-452 ; Qalā‘id, p. 64-79 ; Huila, II, p. 116-127 ; Muġrib, II, p. 247-248 ; A‘mal, p. 201-202 ; Abbadidis, II, p. 88 ; H.M.E., III, p. 110-111 ; Poésie, p. 47, 68, 320 ; Ifriqiya, p. 383-384.

26 Ḏaḫīra, III/l, p. 26 ; Huila, II, p. 119-120 ; Abbadidis, II, p. 88 ; H.M.E., III, p. î 1Ó-111 ; Poésie, p. 68, 320.

27 Ifriqiya, p. 183-184.

28 Ḏaḫīra, III/1, p. 28 sqq ; Qalā‘id, p. 65 sqq.

29 Qalā‘id, p. 72-78. Ibn h;Ḥāqān relate les circonstances d'une rencontre avec Ibn Ṭāhir, à l'occasion d'une réception organisée par le roi de Valence. Cf. Qalā‘id, p. 77-78.

30 Ḏaḫīra, III/l, p. 24-92.

31 Ḏaḫīra, II/l, p. 477, III/l, p. 25, 103.

32 Parmi ces lettres, la plupart des sources reproduisent celle qui était destinée à al-Mu‘taṣim, roitelet d'Alméria, et qui faisait état des méfaits de l'ennemi chrétien. Cf. Qalā‘id, p. 65-66 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 86.

33 Ḏaḫīra, III/l, p. 25 ; Huila, II, p. 118 ; Poésie, p. 47.

34 Qalāid, p. 64-65, 68 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 33-34 ; Huila, II, p. 124.

35 Ḏaḫīra, III /1, p. 34 sqq ; Qalā'id, p. 74-75.

36 Al-Fath b. Ḫāqān note bien qu’il n'a entendu de lui que ces trois vers. Cf. Qalā'id, p. 79.

37 Ḏaḫīra, III/l, p. 96 ; Qalāid, p. 79 ; Huila, II, p. 125.

38 Qalāid, p. 190-193 ; Huila, II, p. 172-176 ; Muġrib, II, p. 87-88, 248-250 ; Nafḥ, I, p. 639-640, IV, p. 278-279 ; Abbadidis, I, p. 44-45, trad., p. 101-103 ; Poésie, p. 86, 369, 458.

39 Qalāid, p. 191 ; Huila, II, p. 172-173. D'après d'autres sources, Ibn al-Yasa‘ fut désigné gouverneur de la ville de Lorca par al-Mu‘tamid dont il était un courtisan et un familier très proche. Cf. Nafḥ, IV, p. 278-279 ; Abbadidis, I, p. 44-45, trad., p. 101-103 ; Poésie, p. 86.

40 Qalāid, p. 190-191 ; Muġrib, II, p. 87-88, 248-249.

41 Qalāid, p. 193 ; Huila, II, p. 173-174 ; Muġrib, II, p. 88 ; Poésie, p. 369, 458.

42 Ḏaḫīra, III/1, p. 448-457 ; Muġrib, II, p. 305-307 ; Masālik, XI, p. 449.

43 Muġrib, II, p. 305.

44 Ḏaḫīra, III/l, p. 449-451 ; Muġrib, II, p. 305-306. Ibn Ṭāhir répondit en adressant une lettre de remerciements à Ibn Ğurğ. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 451-452.

45 Ḏaḫīra, III/l, p. 452-454.

46 Ḏaḫīra, III/l, p. 454-455.

47 Ce poème était construit sur le même mètre et la même rime que les vers d'Ibn Šuhayd gravés sur sa propre tombe, conformément à sa volonté. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 455-456.

48 Ḏaḫīra, III/l, p. 456-457 ; Muġrib, II, p. 305-307.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search