Versión clásicaVersión móvil

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XIV. La principauté Ḥammūdide de Malaga1

Texto completo

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Tibyān, p. 43, 57-59 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 316-318, 1/2, p. 617-624, 863, 870-882 ; Bayān, III, p. 115 (...)
  • 2 Bayān, III, p. 102 ; H.E.M., II, p. 316.
  • 3 Supra, 28.
  • 4 Malaga était administrée jusqu'à cette date par le gouverneur loyaliste ‘Āmir b. al-Fatūḥ. Cf. H.E (...)

1Depuis le début de la fitna, le district de Malaga, comme la plupart des territoires du sud de la Péninsule, était soumis à l'influence berbère2 ; si bien que lorsque ‘Alī b. Ḥammūd, alors gouverneur de Ceuta, décida d'aller détrôner Sulaymān al-Musta‘īn pour venger Hišām II3, il réussit facilement à s'emparer, sur son chemin, de Malaga (406/1016)4 qui, dès lors, devint une possession Ḥammūdide.

  • 5 Supra, 29.
  • 6 Bayān, III, p. 143-144 ; A‘māl, p. 159.
  • 7 Supra, 84.

2Plus tard, le troisième calife idrīside, Yaḥyā b. ‘Alī, se sentant menacé, quitta Cordoue et alla se réfugier à Malaga (413/1023)5. Puis, en 416/1025, il fit une nouvelle et brève apparition dans la capitale où il reprit le pouvoir ; mais, au bout de quelques mois, il repartit pour le Sud de la Péninsule, où il se sentait plus en sécurité, se contentant de se faire représenter à Cordoue par son vizir Abū Ğa‘far Ahmad b. Mūsā. Avec le concours des deux fatā-s esclavons, Ḫayrān d'Alméria et Muğāhid de Dénia6, les Cordouans mirent un terme au règne Ḥammūdide, en chassant le lieutenant de Yaḥyā b. ‘Alī qui s'enfuit et rejoignit son maître à Malaga (417/1026). Cependant, Yaḥyā ne désarma pas ; il parvint, en effet, à se faire reconnaître comme le calife légitime par les habitants de Séville et la majorité des Berbères du sud d'al-Andalus. Cependant le cadi sévillan, Abū al-Qāsim b. ‘Abbād, ne tarda pas à faire volte face et, prétendant avoir retrouvé Hišām al-Mu‘ayyad, cessa de soutenir Yaḥyā et entra en conflit armé contre lui. Le Ḥammūdide trouva la mort, en 427/1035, lors d'une bataille qu’il avait livrée à une coalition birzālo-‘abbādide, près de Carmona7.

3Idrīs Ier b. ‘Alī b. Ḥammūd succéda à son frère Yaḥyā à Malaga qui, petit à petit, était devenue un nouveau royaume de ṯā‘ifa. À la mort d'Idrīs Ier, en 431/1039, son fils Yaḥyā monta sur le trône ; mais son autorité fut contestée par son cousin al-Hasan b. Yaḥyā b. ‘Alī, prince de Ceuta, qui vint, à la tête de ses troupes, assiéger Malaga. Yaḥyā finit par abdiquer au profit d'al-Hasan al-Mustanṣir qui prit le pouvoir en 432/1040 et fut reconnu calife légitime par la plupart des souverains berbères, et notamment par le plus puissant d'entre eux, le Zīride de Grenade.

  • 8 Bayān, III, p. 289-291.
  • 9 Bayān, III, p. 217 ; A‘māl, p. 164-165 ; ‘Ibar, IV, p. 155 ; H.M.E., III, p. 40-42.

4A al-Hasan al-Mustanṣir succéda, en 434/1042-1043, son frère Idrīs II b. Yaḥyā b. ‘Alī, al-‘Ālī8, qui fut détrôné en 438/1046-1047 par son cousin Muḥammad Ier b. Idrīs Ier b. ‘Alī, al-Mahdī. Idrīs II se réfugia alors à Bobastro et, avec l'aide du roi zīride Bādīs, essaya de reprendre le pouvoir en razziant Malaga. Cependant, sa tentative ayant échoué, il dut se retirer à Ceuta9.

  • 10 Bayān, III, p. 218 ; A‘mal, p. 165 ; ‘Ibar, IV, p. 155 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 73.

5Cruel et sanguinaire, Muḥammad Ier al-Mahdī devint vite impopulaire et, en 444/1052-1053, il fut empoisonné10 et on fit appel à son neveu Idrīs III b. Yaḥyā b. Idrīs Ier b. ‘Alī, al-Muwaffaq, al-Sāmī, dont le règne ne dura que quelques mois. En effet, celui-ci fut chassé du pouvoir par Idrīs II b. Yaḥyā b. ‘Alī al-‘Ālī al-ẓāfir qui, après avoir régné une première fois, de 434/1042-1043 à 438/1046-1047, remonta sur le trône, en 445/1053, pour un second règne.

  • 11 A‘mal, p. 142.
  • 12 Cette date est donnée par al-Nubāhī, dans Marqaba, p. 91 ; alors qu'on trouve l'année 449 dans Naf (...)
  • 13 Andalus, XXIX, 1964, p. 73-74, et n. 39.
  • 14 Ibid., p. 74-75.
  • 15 Supra, 114 et n. 49 ; Tibyān, index.

6Le dernier souverain Ḥammūdide de Malaga fut Muḥammad II b. Idrīs al-Musta‘lī, qui succéda à Idrīs II à une date indéterminée11. La fin de la dynastie Ḥammūdide à Malaga est confuse. Les intrigues et les querelles fratricides engendrèrent l'instabilité politique et le désordre social. Bādīs b. Zīrī, qui convoitait cette cité, suivait de près l'évolution de la situation qui se dégradait de plus en plus, et manœuvra afin de se rendre maître de Malaga. Il y parvint aisément, en 448/105612, lorsqu’il entra dans la ville ; il détrôna ainsi le dernier Ḥammūdide, Muḥammad II al-Musta‘lī, pour annexer à ses possessions Malaga et sa région13, dont il confia le gouvernement à son héritier présomptif, son fils Buluggīn Sayf al-Dawla14. Celui-ci chargea, par la suite, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-Hasan, l'ex-cadi du calife Ḥammūdide, d'administrer la principauté en son nom. Malaga fut ensuite gouvernée par deux généraux, Muqātil b. ‘Atiyya et al-Nāya15.

  • 16 Tibyān, p. 43, 57-59 ; Qalā‘id, p. 18-19 ; Bayān, III, p. 274-275 ; H.M.E., III, p. 67-70 ; Andalu (...)

7La prise de Carmona, dix ans plus tard, par le roi de Séville, faillit du même coup le rendre maître de Malaga. Ayant des frontières communes avec cette province passée depuis peu sous contrôle zīride, al-Mu‘taḍid pouvait comploter plus facilement pour essayer de s'emparer de cette cité stratégique qu’il convoitait lui aussi. A l'issue de contacts secrets, les habitants de Malaga, majoritairement favorables à la tā’ifa arabo-andalouse, s'engagèrent à livrer leur ville à l'armée ‘abbādide, commandée par al-Mu‘tamid et Ğābir, les fils d'al-Mu‘taḍid. Cependant une garnison maghrébine retranchée dans la forteresse résista aux assaillants jusqu’à l'arrivée en renfort des troupes zīrides de Grenade qui réussirent à battre les Sévillans et à reprendre la ville (459/1067)16.

  • 17 Sur le règne d'al-Mu‘izz à Malaga et ses rapports avec son frère ‘Abd Allāh, prince de Grenade, cf (...)

8Après cette alerte qui aurait pu coûter cher au royaume de Grenade et bouleverser la situation politique d'al-Andalus au profit des ‘Abbādides, Bādīs confia le gouvernement de Malaga à son petit-fils, Tamīm al-Mu‘izz17.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 18 Nafḥ, I, p. 483 ; Poésie, p. 59-60.

9Fortement berbérisés, les Ḥammūdides n'avaient pas la réputation d'être très cultivés. Néanmoins, pour consolider leur légitimité, ils imitaient les califes ‘abbāsides en s'entourant de poètes et de beaux esprits et en montrant quelque passion pour les Muses. Même s ̒ils ne composaient pas eux-mêmes des vers, ils manifestaient de la satisfaction à en entendre déclamer18, et ils réussirent à attirer autour d'eux quelques lettrés et poètes dévoués à leur cause.

1. Ibn Šuhayd (Abū ‘Āmir ; 382-426/992-1035)19

  • 19 Gadwa, p. 124 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 191-336 et index ; Maṭmaḥ, p. 16 ; Muṭrib, p. 158 sqq ; Muġrib, I, (...)
  • 20 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 96-97 ; le même, Ibn Šuhayd, p. 7-9 ; supr (...)

10Ibn Šuhayd a peu connu la période des Mulûk al-Ṭawā’if et, par conséquent, on ne peut pas le considérer comme l'un des lettrés représentatifs de cette époque. En outre, compte tenu de ses convictions aristocratiques dans le domaine littéraire, poétique surtout, il appartient plutôt à la génération précédente qui prône la supériorité de l'inspiration et des aptitudes naturelles (Jab’) sur les ressources du métier20. Donc, nous nous intéressons ici à cet auteur particulièrement original et fécond uniquement en raison des rapports quelque peu ambigus mais aussi éphémères qu’il a entretenus avec les Ḥammūdides.

  • 21 Ḥulla, I, p. 238 ; Esp. mus. Xe s., p. 101 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 20 sqq.
  • 22 Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 33.

11Rappelons brièvement qu'Abū ‘Āmir appartenait à une famille arabe qui comptait parmi ses membres de hauts fonctionnaires du gouvernement umayyade21. La chute des ‘Āmirides fut désastreuse pour les Banū Šuhayd qui, traditionnellement, entretenaient avec ces derniers des rapports privilégiés22.

  • 23 Ḏaḫīra, 1/1, p. 50-51 ; supra, 30.
  • 24 Ḏaḫīra, 1/1, p. 55 ; H.E.M., II, p. 335 ; supra, 30.
  • 25 H.E.M., II, p. 334-335 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.
  • 26 Maṭmaḥ, p. 20-21 ; Poésie, p. 95-96, 180 et n. 4.
  • 27 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 92.
  • 28 Ḏaḫīra, 1/1, p. 321-322 ; Dīwān, p. 153 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

12À son avènement, en 414/1023, le calife al-Mustaẓhir, passionné de littérature, s'entoura de lettrés de marque parmi lesquels se trouvaient Abū ‘Āmir b. Šuhayd, Ibn Burd al-Akbar, Abū al-Muġīra ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥazm, et le grand écrivain Abū Muḥammad ‘Alī b. Ḥazm23. Cependant ce ministère ne dura que quarante-sept jours, et le successeur de ‘Abd al-Raḥmān al-Mustaẓhir, Muḥammad III al-Mustakfī, fit exécuter son rival et jeta en prison les deux Ibn Ḥazm24. Quant à Ibn Šuhayd, il réussit à s'enfuir et à gagner Malaga, où il se réfugia auprès du calife ḥammūdide, Yaḥyā b. ‘Alī al-Musta‘lī bi-llāh25. Bien qu'al-Fath b. Ḫāqān fasse état, dans le Maṭmaḥ26, de tracasseries dont fut l'objet Abū ‘Āmir de la part des Ḥammūdides, à cause de son libertinage, il semble que celui-ci n'eut pas de scrupule à se rapprocher de ces ̒Alīdes et à « servir les maîtres envoyés à Cordoue par le destin »27. Avant même de quitter sa ville natale pour aller rejoindre le calife al-Musta‘lī à Malaga, Ibn Šuhayd adressa à ce dernier un poème dans lequel il l'exhortait à attaquer Cordoue28.

  • 29 Ḏaḫīra, 1/1, p. 312 sqq ; Dīwān, p. 130, 131, 139 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.
  • 30 Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

13Il composa par la suite d'autres poèmes à la louange de son bienfaiteur Ḥammūdide29. Dans ces panégyriques, le ton reste digne et le poète essaye, manifestement, de ne pas trop s'abaisser, à la manière de la plupart des poètes de cour, et de sauvegarder une certaine fierté due à son rang30.

14Éperdument amoureux de sa ville natale qu’il n'avait quittée que pour échapper à la prison, Ibn Šuhayd revint à Cordoue probablement après la fuite du calife Muḥammad III al-Mustakfī, en 416/1025, et y demeura jusqu'à sa mort.

2. Ibn Muqānā (Abū Zayd ‘Abd al-Raḥmān al-Išbūnī (Ušbūnī) al-Qibḏāqī)31

  • 31 Ğaḏwa, p. 260 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 786-796 ; Muġrib, I, p. 413-414 Nafḥ, I, p. 214, 433-435 ; H.M.E.(...)
  • 32 Ḏaḫīra, IVI, p. 787 ; Poesie, p. 57, 200-201.

15Comme beaucoup de poètes de cette époque, Ibn Muqānā parcourut al-Andalus en quête d'un mécène généreux à qui adresser des éloges versifiés, avant de regagner, à un âge avancé, son village natal, Alcandete (al-Qibḏāq), près de Cintra, où il se remit à cultiver ses terres32.

  • 33 Ḏaḫīra, II/2, p. 788-790, 796.
  • 34 Muġrib, I, p. 413-414.
  • 35 Ḏaḫīra, II/2, p. 791.

16Dans la notice qu’il lui consacre dans sa Ḏaḫīra, Ibn Bassām reproduit quelques fragments des poèmes laudatifs qu'Ibn Muqānā avait composés à la louange de Munḏir b. Yaḥyā, prince de Saragosse, et de Muğāhid al-‘Āmirī de Dénia33. Mais le chef-d'œuvre d'Ibn Muqānā semble être le célèbre panégyrique dédié au prince Idrīs b. Yaḥyā b. ‘Alī b. Ḥammūd, al-‘Ālī34. Le succès retentissant de cette qaṣīda est dû, indépendamment de sa valeur littéraire indéniable35, à un événement peu banal qui s'était produit au moment même où le poète déclamait ses vers. En effet, à l'instar des califes ‘abbāsides, les Ḥammūdides ne se montraient pas en public : un rideau les séparait de leurs interlocuteurs. Cependant lorsque Ibn Muqānā, s'adressant à Idrīs al-‘Āli, lui dit :

  • 36 Rime -in, mètre ramai. Cf. Muġrib, I, p. 414 ; Nafḥ, I, p. 214 ; H.M.E., III, p. 38-39 ; trad. dan (...)

« Regardez-nous donc pour que nous puissions puiser à votre lumière, car cette lumière émane de celle du Dieu des Mondes »36

  • 37 Muġrib, I, p. 414 ; Nafḥ, I, p. 432-435 ; Poésie, p. 98.

17fortement impressionné par ces propos, le calife, qui écoutait derrière le rideau, acquiesça à la demande de son thuriféraire en faisant écarter la tenture et en allant se mettre tout près de lui. De surcroît, le poète fut généreusement récompensé37.

3. Ibn al-Lammā’ī (Abū Ğa‘far ; m. 465/1073)38

  • 38 Gadwa, p. 370 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 617-624 ; Maṭmaḥ, p. 25-26 ; Muġrib, I, p. 446-447 ; Nafḥ, III, p. (...)

18Ahmad b. Ayyūb Abū Ğa‘far b. al-Lammā‘ī fut vizir-secrétaire du calife al-Nāsir li-Dīn Allāh ‘Alī b. Ḥammūd. Il mourut à Malaga en 465/1073.

  • 39 Ḏaḫīra, 1/2, p. 619-620.

19Dans la notice qu’il lui consacre, l'auteur de la Ḏaḫīra reproduit quelques échantillons de sa prose artistique et notamment un fragment d'une épître adressée au cadi Ibn ‘Abbād de Séville39.

  • 40 Ḏaḫīra, 1/2, p. 621-624.

20En ce qui concerne sa production poétique, Ibn Bassām cite de lui des vers dont les thèmes principaux sont la maladie, la mort et l'injustice du sort40.

4. Ibn al-Sarrāğ (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad al-Mālaqī)41

  • 41 Gadwa, p. 56 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 870-882 ; Muġrib, I, p. 434-435 ; Poésie, p. 242, n. 3, p. 399.
  • 42 Ḏaḫīra, 1/2, p. 877.
  • 43 Ḏaḫīra, 1/2, p. 871-882 ; Muġrib, I, p. 434-435.
  • 44 Ḏaḫīra, 1/2, p. 881 ; Poésie, p. 399.

21Il fut l'un des poètes officiels des Ḥammūdides, et prit part, en 424/1032, à l'une des campagnes de Yaḥyā al-Mu‘talī b. Ḥammūd42. Dans quelques pièces de vers rapportées par ses biographes, Ibn al-Sarrāğ se plaît à chanter l'amour, la nature et des parties de plaisir à la campagne43. Ibn Bassām raconte une scène où le poète rencontre, dans le vallon de Malaga, un groupe de jeunes filles, dont l'une mangeait des fèves. Séduit par la beauté et le charme de cette femme, Ibn al-Sarrāğ, sous le prétexte de lui demander quelques fèves, engage avec elle une conversation plaisante, improvisant des vers pleins d'humour, de jeux de mots et de sous-entendus44.

5. Ġānim (Abū Muḥammad b. Walīd)45

  • 45 Il y aurait probablement deux personnages portant l'appellatif Ġānim que les sources confondent en (...)
  • 46 Ḏaḫīra, 1/2, p. 860-862.

22Ce poète célébrait, en vers et en prose, les vertus et les hauts faits d'al-‘Āll bi-llāh Idrīs b. Yaḥyā b. ‘Alī b. Ḥammūd46.

  • 47 Ibid., p. 859.
  • 48 Ḏaḫīra, 1/2, p. 863-864 ; Nafḥ, III, p. 614-615 ; Poésie, p. 382.

23Il composait aussi des vers que chantaient, à la cour de Malaga, en présence du calife, des chanteurs célèbres tels que ‘Atīq, un artiste originaire de Mahdiyya (en Ifrīqiya)47, ou al-Ḥamāmī et son fils Muḥammad48.

Notas

1 Tibyān, p. 43, 57-59 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 316-318, 1/2, p. 617-624, 863, 870-882 ; Bayān, III, p. 115 sqq et index ; Muġrib, I, p. 422 sqq ; A‘mal, p. 128 sqq ; Nafḥ, I, p. 430-435 et index ; Reyes, p. 24-32 ; H.M.E., index ; H.E.M., II, p. 328-330 ; Andalus, III, 1935, p. 286-287, 304-305 ; ibid., XXIX, 1964, p. 39-144 ; Poésie, index ; Party-Kings, p. 89-90 ; E.I.2, III, p. 150, art. “ Ḥammūdides ” (A. Huici Miranda) ; ibid., VI, p. 214-217, art. “ Mālaḳa ” (J. Bosch Vilá).

2 Bayān, III, p. 102 ; H.E.M., II, p. 316.

3 Supra, 28.

4 Malaga était administrée jusqu'à cette date par le gouverneur loyaliste ‘Āmir b. al-Fatūḥ. Cf. H.E.M., II, p. 324 et n. 2 ; Muġrib, I, p. 425.

5 Supra, 29.

6 Bayān, III, p. 143-144 ; A‘māl, p. 159.

7 Supra, 84.

8 Bayān, III, p. 289-291.

9 Bayān, III, p. 217 ; A‘māl, p. 164-165 ; ‘Ibar, IV, p. 155 ; H.M.E., III, p. 40-42.

10 Bayān, III, p. 218 ; A‘mal, p. 165 ; ‘Ibar, IV, p. 155 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 73.

11 A‘mal, p. 142.

12 Cette date est donnée par al-Nubāhī, dans Marqaba, p. 91 ; alors qu'on trouve l'année 449 dans Nafḥ, I, p. 435 ; ‘Ibar, IV, p. 155 ; H.M.E., III, p. 41-42.

13 Andalus, XXIX, 1964, p. 73-74, et n. 39.

14 Ibid., p. 74-75.

15 Supra, 114 et n. 49 ; Tibyān, index.

16 Tibyān, p. 43, 57-59 ; Qalā‘id, p. 18-19 ; Bayān, III, p. 274-275 ; H.M.E., III, p. 67-70 ; Andalus, III, 1935, p. 286-287, 304-305 ; ibid., XXIX, 1964, p. 90.

17 Sur le règne d'al-Mu‘izz à Malaga et ses rapports avec son frère ‘Abd Allāh, prince de Grenade, cf. Tibyān, p. 90-95 ; Bayān, III, p. 266 ; Andalus, IV, 1936-1939, p. 57-64 ; ibid., XXIX, 1964, p. 90 ; supra, 114.

18 Nafḥ, I, p. 483 ; Poésie, p. 59-60.

19 Gadwa, p. 124 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 191-336 et index ; Maṭmaḥ, p. 16 ; Muṭrib, p. 158 sqq ; Muġrib, I, p. 78-85 ; Udabā’, III, p. 220-223 ; A. Dayf, Balāġa, p. 43-59 ; Z. Mubārak, La prose arabe au ive siècle de l'Hégire, p. 233-240 ; Poésie, index ; B. al-Bustānī, éd., Risālat al-tawābi‘wa-al-zawābi’ ; Ch. Pellat, Dīwān Ibn Šuhayd al-andalusī ; le même, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe ; le même, Šuhayd ; Dā‘irat al-ma‘ārif, III, p. 269-274, art. « Ibn Šuhayd » (B. al-Bustānī) ; E.I.2, IH, p. 963-964, art. « Ibn Shuhayd » (Ch. Pellat).

20 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 96-97 ; le même, Ibn Šuhayd, p. 7-9 ; supra, p. 6 ; infra, 302.

21 Ḥulla, I, p. 238 ; Esp. mus. Xe s., p. 101 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 20 sqq.

22 Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 33.

23 Ḏaḫīra, 1/1, p. 50-51 ; supra, 30.

24 Ḏaḫīra, 1/1, p. 55 ; H.E.M., II, p. 335 ; supra, 30.

25 H.E.M., II, p. 334-335 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

26 Maṭmaḥ, p. 20-21 ; Poésie, p. 95-96, 180 et n. 4.

27 Ch. Pellat, Ibn Ḥazm, Ibn Šuhayd et la poésie arabe, p. 92.

28 Ḏaḫīra, 1/1, p. 321-322 ; Dīwān, p. 153 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

29 Ḏaḫīra, 1/1, p. 312 sqq ; Dīwān, p. 130, 131, 139 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

30 Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 45.

31 Ğaḏwa, p. 260 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 786-796 ; Muġrib, I, p. 413-414 Nafḥ, I, p. 214, 433-435 ; H.M.E., III, p. 38-39 ; Poésie, p. 97-98, 200-201.

32 Ḏaḫīra, IVI, p. 787 ; Poesie, p. 57, 200-201.

33 Ḏaḫīra, II/2, p. 788-790, 796.

34 Muġrib, I, p. 413-414.

35 Ḏaḫīra, II/2, p. 791.

36 Rime -in, mètre ramai. Cf. Muġrib, I, p. 414 ; Nafḥ, I, p. 214 ; H.M.E., III, p. 38-39 ; trad. dans Poésie, p. 97-98.
Le verbe naẓara employé transitivement signifie généralement "accorder un répit" et non "regarder quelqu'un ou quelque chose", d'où la possibilité de comprendre ce vers de la manière suivante :
« Accordez-nous de profiter de votre lumière, car... ». En tout cas, il s'agit d'une réminiscence coranique qui offre au poète l'occasion d'emprunter le texte du premier hémistiche de son vers au Coran, en citant textuellement une partie du verset 13 de la sourate LVII.

37 Muġrib, I, p. 414 ; Nafḥ, I, p. 432-435 ; Poésie, p. 98.

38 Gadwa, p. 370 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 617-624 ; Maṭmaḥ, p. 25-26 ; Muġrib, I, p. 446-447 ; Nafḥ, III, p. 547.

39 Ḏaḫīra, 1/2, p. 619-620.

40 Ḏaḫīra, 1/2, p. 621-624.

41 Gadwa, p. 56 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 870-882 ; Muġrib, I, p. 434-435 ; Poésie, p. 242, n. 3, p. 399.

42 Ḏaḫīra, 1/2, p. 877.

43 Ḏaḫīra, 1/2, p. 871-882 ; Muġrib, I, p. 434-435.

44 Ḏaḫīra, 1/2, p. 881 ; Poésie, p. 399.

45 Il y aurait probablement deux personnages portant l'appellatif Ġānim que les sources confondent en une seule et même personne. Il s'agirait d'une part de Ġānim al-Maḫzmī, faqīh et lettré qui fréquenta la cour du roi zīride Bādīs, et, d'autre part, de Ġānim b. Walīd, thuriféraire d'al-‘Alī bi-llāh, dynaste hammūdide de Malaga. Cf. supra, 127.

46 Ḏaḫīra, 1/2, p. 860-862.

47 Ibid., p. 859.

48 Ḏaḫīra, 1/2, p. 863-864 ; Nafḥ, III, p. 614-615 ; Poésie, p. 382.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search